Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Première partie. De l'invention constitutionnelle dans les Amériques

Jean-Jacques Rousseau, l’indépendance américaine et le constitutionnalisme démocratique contemporain

Alicia Farinati

Abstract

Au début du XIXe siècle et malgré leur censure, les théories des Lumières exercèrent une forte influence sur les esprits des révolutionnaires et intellectuels latino-américains, en commençant par l’Argentine où elles furent traduites pour la première fois sur le continent.
Les idées politiques du XVIIIe siècle français sont connues en Amérique latine coloniale à partir des années 1770, puisque en effet c’est à cette époque que sont publiés L’Esprit des lois, Le Discours préliminaire sur l’Encyclopédie, le Discours sur l’inégalité entre les hommes, le Code de la nature de Morelly et le Contrat Social de Rousseau. La pensée politique des philosophes des Lumières imprégna les débats sur les mécanismes et les principes de base dans les régimes latino-américains.

Full text

  • 1 González Rodríguez, « Las revoluciones atlánticas y los Derechos del Hombre, el caso argentino », (...)
  • 2 Jean-Jacques Rousseau, El contrato social, Col. Fundamentos, Istmo, España, 2006, p. 1.

1Le passage du XVIIe au XVIIIe siècle est marqué en Europe occidentale par un changement dans l’esprit et dans la conscience de la notion du politique. La Déclaration des droits de l’homme en Angleterre, le Bill of Rights et le Traité du gouvernement civil de 1690 permettent à Jean-Jacques Rousseau de s’exprimer ainsi : « La monarchie absolue, considérée par certains comme le seul gouvernement au monde, est en fait incompatible avec la société civile1. » C’était l’époque de Louis XIV, de Pierre le Grand de Russie, de Charles II d’Espagne. La rumeur d’une catastrophe hantait les cours et les idées de Locke commençaient à mobiliser les esprits éclairés du siècle ; Montesquieu et Rousseau allaient montrer au monde les principes d’un nouveau type de régime, dont l’expression claire et catégorique illuminait le principe du Contrat : « L’homme est né libre et partout il est dans les fers2. » Les textes paradigmatiques pour une nouvelle interprétation des faits dans le Río de la Plata sont le Bill of Rights de 1688, la Déclaration de Virginie de 1776 et la Déclaration d’indépendance américaine, et finalement la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

2Lors de ce siècle « de la philosophie », Rousseau ne veut pas être considéré comme un philosophe. Sa situation est contradictoire, puisqu’il partage avec les encyclopédistes l’idée d’une philosophie liée à l’existence concrète en tant qu’instrument critique du présent et non pas comme une abstraction ou une spéculation abstraite. C’est-à-dire une philosophie conçue en tant que moyen pour résoudre les problèmes et les affaires de l’homme concret et réel.

3Rousseau, Voltaire, Diderot traduiront une expérience historique, celle de leur temps. L’époque est soumise à une profonde critique, un futur rationnel se profile et son point de départ est la réalité et l’impérieux désir de changer l’homme, problème commun aux encyclopédistes et à Rousseau. Partir de l’idée rousseauiste qui consiste à aller contre le culte de la raison – l’instrument même des penseurs des Lumières – ne signifie pas que l’on renonce à la lutte contre ce monde féodal, tout en pointant les dangers d’une raison et d’une culture sans contenu moral et politique que seul le sentiment peut lui donner. C’est cette nouvelle voie, celle du sentiment, qui mène au savoir lié à la vie, c’est-à-dire à la connaissance de l’Homme. Mais le monde humain qui entoure Rousseau est une société morale pervertie dans laquelle la division du travail empêche le développement en harmonie et le despotisme qu’elle génère traduit la négation même de la liberté.

  • 3 Jean Starobinski, La transparence et l’obstacle, Lettre à Ch. de Beaumont, O.C. Pléiade, Paris, 19 (...)

4Au même moment, c’est le monde de l’inégalité sociale la plus extrême, la plus scandaleuse, et Rousseau débroussaillera le chemin qui conduira vers la Révolution. L’homme dans l’état de nature – libre – est capable d’apprendre à marcher vers le progrès, il peut « se tracer » un nouveau chemin. C’est l’homme de la Bildung hégélienne. Il prend sa place, dans son siècle, entre les philosophes qui contestent les valeurs et les structures de la société monarchique. Il questionne l’autorité et l’ordre social dans son ensemble3.

5Les idées politiques du XVIIIe siècle français commencent à être connues en Amérique latine coloniale à partir des années 1770, puisqu’en effet, à cette époque sont publiés L’Esprit des lois en 1748, puis en 1755 le Discours préliminaire sur l’Encyclopédie, le Discours sur l’inégalité entre les hommes, le Code de la nature de Morelly et en 1762 le Contrat Social de Rousseau. L’arrivée en Espagne de cette littérature fut importante, si l’on considère que l’Espagne était alors un espace apte à recevoir ce qui s’écrivait au-delà des Pyrénées. La censure fonctionnait par périodes – avec des interrègnes plus libéraux pour les ouvrages interdits. Avec le prince français, petit-fils de Louis XIV qui allait gouverner l’Espagne sous le nom de Philippe V, commençait la période des Bourbons et avec celle-ci un vigoureux renouvellement d’idées, notamment dans l’enseignement et le développement économique. Le réformisme libéral des Bourbons contribua davantage que toute autre cause à la formation d’une conscience au service de l’émancipation et de la révolution parmi les criollos – fils d’Espagnols nés aux Indes occidentales.

6Le royaume d’Espagne devait s’ouvrir à un renouvellement des conceptions dominantes, et les esprits touchés par les idées des Lumières – Jovellanos, Feijóo, Camponanes –, qui rejetaient les préjugés, avaient envahi la cour. Ce n’était pas le cas des masses, qui restaient sous la tutelle spirituelle du clergé. La conception politique des origines des pouvoirs devait changer avec les Bourbons. Les fondements idéologiques commençaient à être ébranlés et le pouvoir civil, laïc sous l’influence des Lumières, allait s’implanter ; les conséquences mobiliseraient non seulement les structures de la péninsule mais aussi tout l’ordre politique et social, jusqu’aux régions les plus éloignées des colonies. En effet, cette ouverture devait augurer une nouvelle période, qui aboutira aux processus révolutionnaires qui traverseront toute l’Amérique espagnole au début du XIXe siècle. La création de la vice-royauté du Río de la Plata en 1776 dotera d’une unité politique un vaste territoire jusqu’alors éclaté. Aux régions de Buenos Aires et du Paraguay, seront rattachées celles de Charcas, Tucumán, Potosí et Santa Cruz de la Sierra ; la capitale de ce vaste ensemble sera Buenos Aires, et son existence politique pendant le XVIIIe siècle profitera au régime libéral des Bourbons et à leur « despotisme éclairé ». La bourgeoisie de Buenos Aires envoyait ses enfants étudier en Europe ou dans les prestigieuses universités de Chuquisaca, La Paz ou Córdoba. On commençait à penser librement dans des universités où jusqu’alors on n’avait entendu parler que d’Aristote ou de Saint Thomas. L’antichambre des quarante années qui préparaient la Révolution ne se trouvait pas dans les casernes, mais dans les universités.

  • 4 Arciniegas Germán, « Nuestra América es un ensayo », in Lepoldo Zea, Fuentes de la Cultura Latinoa (...)

7En Colombie, au Mexique ou à Quito, les savants comme Bougainville et Humboldt semèrent dans une terre assoiffée4, qui produira aussi une littérature politique prérévolutionnaire.

  • 5 Raquel Perrotti, La educación en Córdoba en la época de los Jesuitas, Edición Universidad de Córdo (...)

8L’expulsion des Jésuites du royaume et de l’université de Córdoba en 1767 fera perdre son autonomie à l’université, et l’État espagnol exercera alors son contrôle sur l’enseignement à travers les autorités coloniales. Les limites des réformes permettront néanmoins aux étudiants d’accéder aux textes français des Lumières du XVIIIe siècle et aux ouvrages interdits sur le continent en dehors des universités. Les noms des prérévolutionnaires de mai 1810 – Juan José Paso, Nicolás y Saturnino Rodríguez Peña, Juan José Castelli, Manuel Alberti – sont ceux d’élèves de l’université, ce qui nous amène à penser que les écrits des « libertins français » avaient des lecteurs « avides » de réaliser les changements qui allaient se produire bientôt dans le Río de la Plata5.

  • 6 Boleslao Lewin, Rousseau y la Independencia Argentina y Americana, Editorial Universitaria de Buen (...)
  • 7 Sánchez Vásquez, Rousseau en México, Ed. Grijalbo, México, 1970, p. 4.
  • 8 Cristian Gazmuri Riveros, « Libros e ideas políticas francesas en la gestación de la independencia (...)

9Parmi les esprits éclairés des penseurs français qui allaient mobiliser les cerveaux de l’Amérique espagnole, Rousseau était parmi les plus lus – au Chili, au Mexique, au Venezuela, au Río de la Plata6. Voltaire, Rousseau et Montesquieu étaient les apôtres de la Raison, car « ils ont mis à bas le despotisme7 ». La circulation des livres et des idées à travers la vice-royauté depuis les dernières décennies du XVIIIe siècle était importante : en 1811, il existait à Santiago du Chili 400 exemplaires du Contrat Social dans une traduction en espagnol, imprimée à Buenos Aires, à l’imprimerie de Niños Expósitos, en 1810. L’ordre d’impression venait du chef de file des jacobins de Buenos Aires, Mariano Moreno. Le mouvement révolutionnaire de mai 1810 à Buenos Aires portait au pouvoir des jeunes hommes qui avaient fréquenté de façon assidue les auteurs modernes – et surtout Jean-Jacques Rousseau – dont les ouvrages étaient lus en cachette, étant donné la surveillance et la censure qu’imposait le clergé, surtout après l’expulsion des Jésuites. Naîtront aussi de ces lectures quelques journaux parmi lesquels El Telégrafo Mercantil, El Correo de Comercio, La Semana de la Agricultura, malgré les censures mises en place par le pouvoir. La Déclaration des droits de l’homme avait séduit ceux qui cherchaient une praxis pour l’enseignement de cette philosophie. La Révolution de 1789 paraissait être le triomphe des idéaux de fraternité, de justice et d’équité dans lesquels baignaient les textes des deux Discours et du Contrat. Il paraît donc clairement que les personnages « clés » du processus d’indépendance des colonies espagnoles, surtout au Venezuela, au Mexique, au Chili et en Argentine – fréquentaient assidûment les philosophes et idéologues français, avant même la Révolution, comme « une fenêtre ouverte sur le monde8 ».

  • 9 Carlos Sánchez Viamonte, Los derechos humanos en la evolución del pensamiento constitucional de La (...)

10Le cas argentin compte aussi avec une figure exceptionnelle, le « précurseur » Mariano Moreno qui, en 1802, avait traduit le Contrat Social et montré9 son impétuosité révolutionnaire en Amérique espagnole.

  • 10 Salvador de Madariaga, « Cuaderno histórico de las Indias », in Boleslao Lewin, Rousseau y la Inde (...)
  • 11 Jaime Vicens Vives, Historia Social y Económica de España y América, in Boleslao Lewin, op. cit., (...)

11Salvador de Madariaga remarquait déjà que Rousseau avait conquis rapidement l’Espagne et les Indes occidentales. Il était possible de trouver en lui les réponses à toutes les questions et les solutions à tous les problèmes10. Vives remettait en question le retour des Espagnols d’Amérique, puisqu’en plus de leurs biens, ils revenaient avec une mentalité « radicale » dont la cause étaient les lectures de Rousseau et de Voltaire11.

  • 12 Lewin Boleslao, op. cit., p. 20.

12À la question « Pourquoi les idées de Rousseau eurent-elles tant de poids en Amérique latine ? », on peut répondre : l’essence égalitaire du système, l’esprit de « religion laïque » dépourvu de formes cléricales. Les combattants pour la liberté des colonies s’étaient formés dans le système espagnol de caste et la domination – ou l’importance cruciale – de l’Église. Le doyen Gregorio Funes, dans son autobiographie, faisait référence à Rousseau de cette façon : « Et celui-ci a le singulier mérite que son auteur pose la première pierre de la Révolution, en reconnaissant l’existence du Contrat Social12. » D’ailleurs, Funes avait fait connaître la pensée de Jean-Jacques Rousseau dès 1790.

  • 13 B. Lewin, “El pensamiento democrático y la pasión igualitaria”, de M. Moreno in Anuario del Instit (...)

13Un document, « Le Discours des Cortes de mars 1805 (el Discurso de las Cortes de marzo 1805) », exposait les arguments avancés par Rousseau sur la Volonté générale et le nouvel ordre démocratique et indépendant. La « souveraineté de la Nation déposée dans un ou plusieurs n’a, ni ne peut avoir d’autres autorités que celles qu’elle-même voudrait se confier… et les rois et sénateurs ne sont rien d’autre que des représentants du peuple et doivent réaliser sa volonté13 ».

  • 14 Gaceta de Buenos Aires, facsimilar de la Junta de Historia y Numismática Argentina, Bs. As., 1910, (...)

14On trouve les mêmes arguments que dans le Discours sur la vie heureuse de l’humanité, dans lequel les mots de vie heureuse individuelle constituaient la clé d’un texte qui commençait ainsi : « L’homme est libre, et du bon usage qu’il fera de sa liberté il obtiendra une vie réellement heureuse14. »

15L’importance de la diffusion des idées rousseauistes est encore plus nette et claire si l’on sait qu’à partir de 1764 l’Inquisition avait interdit les ouvrages de Rousseau en Espagne et dans les colonies. Malgré les interdictions et les entraves, la propagation de ses idées parmi les élites et dans les secteurs populaires se poursuivit.

  • 15 Lewin Boleslao, « El pensamiento democrático y la pasión igualitaria de Mariano Moreno » in Anuari (...)
  • 16 Gaceta de Buenos Aires, reimpresión facsimilar, op. cit., t. I.

16Nous avons déjà mentionné Mariano Moreno, non seulement comme traducteur et éditeur du Contrat dans le Río de la Plata, mais aussi comme un travailleur infatigable essayant de mettre en pratique les propositions formulées par Rousseau dans le Contrat et l’Émile. Moreno avait travaillé à faire connaître la pensée de Rousseau et à la diffuser dès l’époque où il étudia à Charcas. Dans ses écrits, il faisait référence au Discours sur les sciences et les arts, aux réflexions sur le rôle de la religion dans la société humaine et à un troisième texte sur la Révolution française15. Dans un texte publié après la Révolution de 181016, il affirme :

  • 17 Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat Social, Gallimard, Paris, 1993, t. III, p. 352.

Les Amériques ne sont pas unies aux monarques espagnols par le pacte social qui est le seul qui peut conférer la légitimité et la dignité d’une domination. En aucun cas l’Amérique ne peut être considérée comme sujette à cette obligation – elle ne fait pas partie de la célébration du pacte social par lequel les monarques espagnols obtiennent le seul titre de légitimité de leur empire. La force et la violence sont la seule base de la conquête de ces terres par le trône espagnol… N’ayant jamais été ratifiées par le consentement libre et unanime de ces peuples, rien n’a été rajouté à la force et à la violence primitives, puisque la force ne crée pas le droit, ni peut imaginer une obligation qui nous empêche la résistance, puisque comme le disait Jean-Jacques Rousseau « recouvrant sa liberté par le même droit qui la lui a ravie, ou il est fondé à la reprendre, ou on ne l’était point à la lui ôter17 ».

  • 18 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’économie politique, Flammarion, Paris, 2011, p. 13.
  • 19 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et le fondement des inégalités parmi les hommes, Fla (...)
  • 20 Jean-Jacques Rousseau, Lettre à d’Alembert, Flammarion, France, 2003, p. 57.
  • 21 Gaceta de Buenos Aires, op. cit., p. 614.
  • 22 Id., p. 614.

17« Tous ces vices, dit Rousseau, n’appartiennent pas tant à l’homme comme à l’homme mal gouverné, car il est certain que les peuples sont à la longue ce que le gouvernement les fait être. Guerriers, citoyens, hommes, quand il le veut ; populace et canaille, quand il lui plaît18 » puisque « j’aurais voulu naître dans un pays où le souverain et le peuple ne pussent avoir qu’un seul et même intérêt, afin que tous les mouvements de la machine ne tendissent jamais qu’au bonheur commun ; ce qui ne pouvant se faire à moins que le peuple et le souverain ne soient une même personne, il s’ensuit que j’aurais voulu naître sous un gouvernement démocratique19 ». Et il ajoute dans la Lettre à d’Alembert : « Mais dans une Démocratie où les sujets et le souverain ne sont que les mêmes hommes considérés sous différents rapports, sitôt que le plus petit nombre l’emporte en richesses sur le plus grand, il faut que l’État périsse ou change de forme20. » Il est donc clair que les habitants de l’Amérique espagnole ne doivent pas fidélité au roi, puisqu’ils ne font pas partie du pacte, « que la force et la violence ont été les seuls moyens de conquête et que pour cela il n’y a aucune obligation légitime21. » Moreno conclut le texte en affirmant : « J’ai moi-même assisté au serment de Ferdinand VII dans le portique de Saint-Domingue et un bon nombre de coups de bâton de la part des gardes furent nécessaires pour obtenir des jeunes les cris et la joie que les monnaies offertes n’arrivaient pas à obtenir22. »

  • 23 Narciso Binayan Carmona, Ideario de Mayo, compilación y estudio preliminar, Ediciones Kapeluz, Bue (...)
  • 24 Traduction du Contrato social faite par Mariano Moreno, Buenos Aires, 1810.
  • 25 El grito del Sud, Imprenta de Niños Expósitos, n° 30 del 2 de noviembre 1813, Argentine.

18Il s’exprime avec la même ardeur et véhémence dans le Prologue à l’édition du Contrat Social de 1810 : « […] Cet homme immortel, qui suscitait l’admiration et l’enthousiasme de son siècle de tous les âges, a été peut-être le premier à dissiper les ténèbres par lesquelles le despotisme cachait ses usurpations, élucidait les droits des peuples […] en leur montrant l’origine réelle de leurs obligations […]23. » On doit ajouter que Moreno a omis dans son édition le dernier chapitre du Contrat Social concernant la religion, car « il (Rousseau) eut le malheur de délirer (sic) en matière religieuse24 ». Après les éclats révolutionnaires, les jeunes gens continuèrent les réunions dans le café-club de Marco en formant une Société Patriotique et Littéraire. On parlait là de sujets politiques, « contre l’injustice de la conquête, des droits des peuples, de l’égalité, de la liberté et de la propriété »25. On y commentait le Contrat Social de Rousseau, Le sens commun de Thomas Paine, et d’autres écrits à la mode. Dans la Société Patriotique de Buenos Aires, après la mort de Moreno, le jeune Bernardo de Monteagudo parlait avec ardeur de Jean-Jacques Rousseau, et rêvait de rédiger une « Déclaration de Droits » pour la « Constitution de 1811 », élaborée à la demande du gouvernement constitué à ce moment par les partisans de Moreno.

19Quelles sont l’importance et la valeur de l’immense influence que la pensée française des Lumières et celle de Rousseau en particulier ont eues dans le processus d’indépendance de l’Amérique latine et de l’Argentine ? Dès le début, les révolutionnaires avaient essayé de résoudre la première question, celle portant sur les fondements de la légitimité du nouvel ordre. C’est d’ailleurs précisément à ce moment-là que Moreno utilise la notion de souveraineté populaire du Contrat Social de Rousseau, faisant exister le peuple américain indépendamment de toute légitimité venue de l’extérieur. C’est le contrat qui unit les citoyens libres et rend possible l’apparition des institutions républicaines. La tradition de l’Argentine qui rompt avec la tradition hispano-féodale de 1810, par sa composition ethnique et sa structure juridique égalitaire, est le résultat du dépassement du régime social de la colonie espagnole et de la mise en marche d’un système démocratique juridico-politique et social. Droit à l’indépendance, souveraineté, liberté, égalité sont des mots clés qui rendront possible le changement total de l’ordre établi par la Couronne. Justice, égalité et liberté universelle, ces principes qui établissaient les fondements de la période révolutionnaire de 1810, seront la clé de voûte de la Constitution argentine de 1853.

  • 26 Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat Social, op. cit., p. CVII, com. R. Dérathé.
  • 27 Jean-Jacques Rousseau, Lettre à d’Alembert, op. cit., p. CII.

20Pour Rousseau, « tout gouvernement légitime est républicain26 » c’est-à-dire démocratique. En refusant la souveraineté du monarque, Rousseau se prononçait ouvertement pour la démocratie au sens où il l’entend dans la Lettre à d’Alembert : « Une Démocratie [est un État] où les sujets et le souverain ne sont que les mêmes hommes considérés sous différents rapports27. »

  • 28 Jean-Jacques Rousseau, Du Contral Social, op. cit., t. III, p. 107.

21Pour Rousseau, il n’y a pas d’autre État légitime que la démocratie et c’est sans doute par prudence qu’il emploie l’épithète « républicain » au lieu du terme « démocratique » dans la célèbre formule du Contrat que nous avons citée plus haut28.

22Toutefois, ce pays qui avait été le berceau de tant d’espoirs dès les premières années du XIXe siècle devra endurer les « va-et-vient » d’une société en formation et d’un État embryonnaire. Deux lignes de pensée se profilaient déjà pendant le premier gouvernement de 1810 ; d’une part, les jeunes amis de Moreno et de Castelli avaient des conceptions bien définies autour d’un projet de consolidation du nouveau régime égalitaire, avec une nouvelle légitimité, une liberté, une justice et la réinstallation de la raison, et d’autre part une ligne conservatrice modérée – Saavedra et ses compagnons – à l’intérieur même de la Junte de gouvernement.

  • 29 Andrés Rivera, La revolución es un sueño eterno, Alfaguara Literatura, Argentina, 1993, p. 57 et 1 (...)

23Le chemin de la démocratie égalitaire se sépare en deux voies en Argentine et en Amérique latine ; l’une embrasse la démocratie libérale, associée à l’économie capitaliste de marché et à l’acceptation de l’existence de classes sociales, et une autre qui débouche sur un État autoritaire entraînant la vie politique, sociale et économique dans un véritable maelström. Périodes de paix, de prospérité et de liberté succéderont à d’autres moments d’agitation dans lesquelles la fragile démocratie sera remplacée par l’autoritarisme comme régime d’État, où l’injustice règne. Les rêves d’un monde meilleur des révolutionnaires des débuts du XIXe siècle attendent encore de nouvelles formes de politique, avec une société civile présente sur une scène où sont en jeu les intérêts du pays, et cela pourrait être le premier pas pour en finir avec l’héritage des utopies et les rêves brisés. « Je t’écris alors désarmé, et je m’intègre au rêve éternel de la révolution pour résister à ce qui ne résiste pas en moi […] qu’est-ce qui nous a manqué pour que l’utopie ne puisse vaincre la réalité ? Qu’est-ce qui a vaincu l’utopie ? […] J’écris l’histoire d’une carence, pas la carence d’une histoire29. »

Notes

1 González Rodríguez, « Las revoluciones atlánticas y los Derechos del Hombre, el caso argentino », in América Latina ante la Revolución del Hombre, el caso Argentino, Ed. Univ. Autónoma de México, México, 1993, p. 128.

2 Jean-Jacques Rousseau, El contrato social, Col. Fundamentos, Istmo, España, 2006, p. 1.

3 Jean Starobinski, La transparence et l’obstacle, Lettre à Ch. de Beaumont, O.C. Pléiade, Paris, 1996-1997, p. 2. et aussi F. Hegel, « Sur la société civile », in Principes de la philosophie du droit, PUF, Paris, 2003.

4 Arciniegas Germán, « Nuestra América es un ensayo », in Lepoldo Zea, Fuentes de la Cultura Latinoamericana, Fondo de Cultura Ecónomica, España, 1993, p. 297.

5 Raquel Perrotti, La educación en Córdoba en la época de los Jesuitas, Edición Universidad de Córdoba, Córdoba, 1973.

6 Boleslao Lewin, Rousseau y la Independencia Argentina y Americana, Editorial Universitaria de Buenos Aires, Argentina, 1967.

7 Sánchez Vásquez, Rousseau en México, Ed. Grijalbo, México, 1970, p. 4.

8 Cristian Gazmuri Riveros, « Libros e ideas políticas francesas en la gestación de la independencia de Chile », in América Latina ante la Revolución Francesa, Programa Editorial de la Coordinación de Humanidades, México, p. 81.

9 Carlos Sánchez Viamonte, Los derechos humanos en la evolución del pensamiento constitucional de Latinoamérica, Ed. Univ. Autónoma de México, 1956, p. 291-293.

10 Salvador de Madariaga, « Cuaderno histórico de las Indias », in Boleslao Lewin, Rousseau y la Independencia Argentina y Americana, op. cit., p. 703.

11 Jaime Vicens Vives, Historia Social y Económica de España y América, in Boleslao Lewin, op. cit., t. I, p. 156.

12 Lewin Boleslao, op. cit., p. 20.

13 B. Lewin, “El pensamiento democrático y la pasión igualitaria”, de M. Moreno in Anuario del Instituto de Invstigaciones historicas de la Univ., Del Litoral, 1961.

14 Gaceta de Buenos Aires, facsimilar de la Junta de Historia y Numismática Argentina, Bs. As., 1910, t. I.

15 Lewin Boleslao, « El pensamiento democrático y la pasión igualitaria de Mariano Moreno » in Anuario del Instituto de Investigación Hisórica de la Universidad del Litoral, Universidad del Litoral, Argentina, 1961.

16 Gaceta de Buenos Aires, reimpresión facsimilar, op. cit., t. I.

17 Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat Social, Gallimard, Paris, 1993, t. III, p. 352.

18 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’économie politique, Flammarion, Paris, 2011, p. 13.

19 Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et le fondement des inégalités parmi les hommes, Flammarion, Paris, 2011, p. 5.

20 Jean-Jacques Rousseau, Lettre à d’Alembert, Flammarion, France, 2003, p. 57.

21 Gaceta de Buenos Aires, op. cit., p. 614.

22 Id., p. 614.

23 Narciso Binayan Carmona, Ideario de Mayo, compilación y estudio preliminar, Ediciones Kapeluz, Buenos Aires, Argentina, 1960, p. 443-445.

24 Traduction du Contrato social faite par Mariano Moreno, Buenos Aires, 1810.

25 El grito del Sud, Imprenta de Niños Expósitos, n° 30 del 2 de noviembre 1813, Argentine.

26 Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat Social, op. cit., p. CVII, com. R. Dérathé.

27 Jean-Jacques Rousseau, Lettre à d’Alembert, op. cit., p. CII.

28 Jean-Jacques Rousseau, Du Contral Social, op. cit., t. III, p. 107.

29 Andrés Rivera, La revolución es un sueño eterno, Alfaguara Literatura, Argentina, 1993, p. 57 et 125.

Author

Professeure à la faculté de droit de l’université de Buenos Aires, juriste et philosophe argentine. Spécialiste en philosophie politique, elle a publié des ouvrages sur l’idéalisme allemand, en particulier sur la philosophie politique de Hegel, Hegel Démocrate. Autour de la philosophie du droit (2012) et sur les problèmes, crises et énigmes des démocraties actuelles (Philosophies de la démocratie. Politiques de l’inégalité, 2013).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540