Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Amériques, des constitutions aux démocraties

 | 
Jean-René Garcia
, 
Denis Rolland
, 
Patrice Vermeren

Introduction

Jean-René Garcia, Denis Rolland und Patrice Vermeren

Volltext

1« Universalisme » (dans la sphère occidentale) et « singularités », tels sont les mots – moins paradoxaux que complémentaires – désormais les plus employés par les historiens pour caractériser les révolutions d’indépendance latino-américaines. Et leur quasi-simultanéité (Cuba et Porto Rico mis à part) n’obère jamais ni les modalités spécifiques de chaque transformation en nation, ni les guerres – de voisinage ou intérieures – qui accompagnèrent ces naissances issues des empires espagnol et portugais.

2L’historiographie a maintes fois remis sur le métier les vagues d’interprétation successives. Et elle a constaté non sans surprise que les explications immédiatement postérieures à cette phase d’émancipation étaient assez voisines des interprétations dominantes contemporaines, cette lutte de pouvoirs régionaux contre le centralisme de centres urbains coloniaux. Si le romantisme « sublima » dans les Amériques ces indépendances, magnifiant les héros modernes à destination de la formation patriotique nationale, d’autres interprétations se succédèrent (et cohabitèrent souvent) : lutte de bourgeoisies marchandes locales contre bureaucraties absolutistes ibériques ; guerres civiles entre Créoles et Ibériques ; temps brusque d’évolution dans le cadre global de la théorie de la dépendance, voire de l’affrontement Nord-Sud… Toutes ces explications incluent leur part de vérité et permettent de démultiplier, avec les causes, les angles d’approche des indépendances et des évolutions postérieures, y compris en inversant le questionnement (pourquoi cette Amérique qui deviendra plus tard « latine » (excepté Haïti) ne s’émancipa-t-elle pas avant 1810 ?). C’est ce que propose, par exemple, l’excellent historien espagnol Manuel Lucena Salmoral.

3Ce livre, Les Amériques, des constitutions aux démocraties, à l’intelligence interdisciplinaire, issu de plusieurs temps de colloques ou séminaires organisés sur les deux rives de l’Atlantique dans une belle dynamique collective, a privilégié une approche liée à la forme des institutions (et d’abord au cadre initial que représentent les constitutions dans une vision « moderne » de celles-ci) et aux sociabilités qui les accompagnent.

  • 1 Nous considérons que le Bicentenaire de l’indépendance de l’Amérique latine débute à partir de 180 (...)

4Rappelons que l’Amérique latine est par excellence une région de forte tradition juridique et philosophique. Et pourtant, l’analyse politique et constitutionnelle dont elle fait l’objet néglige bien souvent les instruments et les méthodes de la science du droit et de la philosophie. Ainsi, il s’avérait nécessaire pour le « bicentenaire des indépendances en Amérique latine »1 d’écrire cet ouvrage qui rassemble d’éminents juristes, politologues, philosophes et historiens spécialistes des Amériques, et de les faire penser ensemble sur la philosophie des constitutions de l’indépendance.

5En effet, parmi les deux principes du constitutionnalisme moderne, dont la naissance peut être datée de la fin du XVIIIe siècle, on trouve tout d’abord celui de la séparation des pouvoirs. Présupposant depuis Montesquieu une polyarchie du législatif, de l’exécutif, ce principe s’est étoffé par l’adjonction d’un pouvoir judiciaire dont la croissance des prérogatives lui permit d’intégrer progressivement dans ses compétences le contrôle de constitutionnalité des lois. Le deuxième élément, qui permet la participation politique à l’origine même du constitutionnalisme des indépendances, est l’adoption des concepts unitaires de « peuple » et « de nation », fictions originaires commandant l’articulation des trois pouvoirs. Dès lors, l’une des questions qui se posent à l’occasion de la célébration du « bicentenaire » de la fondation des Républiques en Amérique latine, ne serait plus : qu’est-ce qu’une constitution écrite, quelle est sa nature, sa structure et sa fonction, et comment son paradigme importé se transforme-t-il à l’épreuve de sa naturalisation latino-américaine et d’une rupture inachevée avec l’héritage absolutiste, centralisateur et autoritaire de la monarchie espagnole ? Quelle serait alors la bonne question ? Ou plutôt quelles seraient les bonnes questions ? Il faut bien convenir que le statut actuel des usages de la constitution par les acteurs de la compétition politique nous conduit à diversifier nos interrogations.

6On peut poursuivre celle qui est à la fois traditionnelle mais aussi quelque peu apocalyptique : comment à la fois préserver le mythe fondateur de la souveraineté (ou du pouvoir constituant) et assurer la stabilité de l’ordre politique lorsque le peuple est divisé, le territoire indéfini et fragmenté, et la lutte entre les factions un champ agonistique, favorisant le renforcement de l’autorité d’un exécutif centralisé au détriment du libre jeu des assemblées législatives et des pouvoirs judiciaires ? C’est là un questionnement qui a droit de cité dans un ouvrage s’inscrivant dans la célébration du « bicentenaire des indépendances ». En amont, elle renverrait à l’interrogation philosophique que formulaient Jacques Derrida ou encore Antonio Negri sur l’établissement de toute loi constitutionnelle, prenant comme forme celle d’un coup de force démocratique, de cet acte quelquefois violent qui produit et présuppose l’unité d’une nation, puisqu’il s’agit d’enregistrer ce qui aura été là, l’unité d’une nation, le fondement d’un État et sa constitution, alors qu’on est en train d’en produire l’événement.

7En fait, le défi relevé avec plus ou moins de succès selon les États de l’Amérique latine reste celui de la construction du gouvernement républicain, c’est-à-dire, entre autres choses, la mise en œuvre d’un exécutif doté du pouvoir de concilier l’ordre constitutionnel et la paix avec les exigences politiques que suscite le gouvernement des citoyens par eux-mêmes et leurs représentants.

8Les thèmes abordés par cet ouvrage débordent bien sûr ceux posés par le mode d’insertion de l’exécutif dans un gouvernement républicain. Au moment du bicentenaire des Constitutions en Amérique latine, des éclairages sur l’influence de la constitution et des constituants des États-Unis sur l’organisation des pouvoirs, les notions de droit, de démocratie et de République dans les Amériques sont indispensables. Seront aussi abordées les interrogations portant sur l’État de droit en Amérique latine, sur les développements du statut du pouvoir judiciaire et sur la modernité des constitutions : répétition du même ou invention du nouveau ? D’un strict point de vue juridique, comment penser le rythme (et le temps prométhéen) des révisions constitutionnelles, en tant qu’il introduit le changement en modelant le présent à l’image d’un avenir autre, donné comme projet de société ? Mais au risque de quelle infidélité au temps fondateur et s’inscrivant dans quel temps de la consolidation de constitutions démocratiques ? L’idée de réunir juristes et philosophes, mais aussi sociologues, linguistes et historiens tient à la conviction qu’on ne peut s’en tenir à une description empirique ou sociologique des types, si l’on veut interroger les discours juridique et politique en Amérique latine (celui des philosophes, des constituants, des juges, et de tous ceux qui légitiment les textes constitutionnels et la jurisprudence), et éclairer d’un jour nouveau l’histoire et l’actualité des concepts relatifs à la puissance publique et aux instances dont elle s’autorise.

9Par ailleurs, il semble difficile d’expliquer exclusivement a priori les indépendances selon le modèle français en termes de passage radical de l’Ancien Régime à la Révolution. Et, pourtant, c’est le discours simplificateur dominant qui a été tenu globalement en Amérique latine de la seconde moitié du XIXe siècle à la seconde moitié du XXe siècle : formés à l’aune de l’historiographie libérale latino-américaine du XIXe siècle dont le modèle principal est en Sorbonne, les catéchismes républicains latino-américains ont durablement enseigné les indépendances à travers une transposition du modèle révolutionnaire français, comme un changement politique et social radical promu par des élites éclairées avec le peuple pour le bien des citoyens contre une minorité importée d’exploiteurs.

10Les histoires d’indépendance en Amérique latine incluent différentes histoires d’indépendances. Ce n’est qu’à partir de la réduction du processus révolutionnaire aux contours de l’État-nation moderne que la pluralité de ces histoires peut se convertir en une histoire au singulier, pour reprendre les mots de Marcela Ternavasio.

11Depuis quelques décennies et des deux côtés de l’Atlantique, un important courant de l’historiographie a critiqué et sapé les présupposés idéologiques qui, depuis la fin du XIXe siècle, ont dominé les interprétations des processus d’indépendance hispano-américains, considérant que ces mouvements ne furent pas essentiellement la manifestation d’une maturation supposée de sentiments nationaux mais d’abord des réponses progressives et variées au vide de pouvoir créé par l’occupation napoléonienne.

12Cette nouvelle interprétation dominante, où toutes les émancipations sont considérées comme conséquences d’un phénomène unique dont l’épicentre est localisé dans la péninsule ibérique, ne contredit toutefois pas l’idée de la multiplicité des processus hispano-américains ; mais elle lui donne un sens nouveau : d’une part, ces mouvements ne sont pas nés de plans anticoloniaux préconçus ; d’autre part, la crise ouvre des possibilités très diverses en matière d’autonomie ou d’autogouvernement.

13En Amérique latine, contrairement à ce qui se passe en Europe, l’appartenance à la nation ne peut être définie par le sang ou, sauf au Brésil, la langue : au moment des indépendances, la nation ne peut être qu’un projet, organisé, pensé par les élites, prenant pour référence le Contrat Social de Jean-Jacques Rousseau et s’appuyant sur l’idée d’une nation formée d’individus libres et égaux décidant de former cette nation. Le modèle du nationalisme latino-américain est ainsi, de fait, fortement lié aux Lumières.

14Car l’Amérique latine, dès les indépendances du début du XIXe siècle, fut confrontée à des régimes politiques dictatoriaux ou à des régimes à exécutif omnipotent qui, cependant, étaient dotés de chartes constitutionnelles censées affirmer des libertés publiques. En fait, la question centrale qui se posa au moment de la naissance du constitutionnalisme latino-américain était celle, déjà implicite dans la pensée de Simón Bolívar, de la conciliation entre la légitimité démocratique et la nécessaire « puissance de l’État ». Ce problème traditionnel de la théorie constitutionnelle se posa avec une acuité particulière sur le continent américain au moment des indépendances, comme si les anciennes colonies concentraient les contradictions et les perspectives de l’expérience européenne. Confrontées à la nécessité d’inventer une nouvelle logique politique, imprégnées de théories antiques et modernes tout en faisant reposer leur nouvelle expérience sur la fiction de la tabula rasa, les nouvelles Républiques devaient affirmer l’existence de l’État-nation, lui attacher une légitimité théorique et, en même temps, contrôler l’exercice du pouvoir sur ces territoires investis par l’idée d’indépendance.

15La pensée constitutionnelle des constituants de l’indépendance inspirés des philosophes des Lumières, de Jean-Jacques Rousseau, mais aussi de Michel de Montaigne, de Denis Diderot et de philosophes (et acteurs) latino-américains comme Domingo Faustino Sarmiento et Juan Bautista Alberdi, était déjà articulée autour de cette question.

16Les pères fondateurs des Constitutions latino-américaines devaient appréhender le continent avec les ingrédients historiques, sociaux et politiques les plus prononcés des facteurs de faiblesse de l’État et, symétriquement, inventer les méthodes de compensation constitutionnelle. L’histoire constitutionnelle latino-américaine, mise en perspective avec l’histoire constitutionnelle nord-américaine, préfigure ainsi, dans une certaine mesure, les chemins suivis par le constitutionnalisme moderne lorsqu’il fut confronté à la question de la consolidation tout à la fois de l’État-nation et de la démocratie.

17Ainsi, les changements de constitution ne masquent pas une certaine linéarité dans l’affirmation progressive du rôle de l’exécutif. Comme dans le cas d’autres histoires constitutionnelles modernes, on observe en Amérique latine l’émergence d’une théorie du pouvoir d’État qui tend à compenser l’instabilité chronique par l’ancrage de principes constitutionnels d’autorité et de souveraineté. L’identification de ces principes indique que les constitutions des indépendances ne sont pas de simples textes normatifs, mais davantage encore des principes philosophiques et juridiques qui se forgent dans l’histoire transcendant les textes eux-mêmes.

18L’ouvrage tente aussi de démontrer que l’Amérique latine constitue un terrain d’analyse rendant possible la construction d’un modèle théorique de la construction d’une pensée philosophique et juridique moderne permettant d’appréhender scientifiquement non seulement les constitutions d’indépendance mais aussi les constitutions récentes de l’Amérique latine. Ainsi, s’il s’agit d’étudier Les Amériques des constitutions aux démocraties, la problématique générale de l’ouvrage analyse comment, depuis deux siècles, nous sommes passés de la rédaction de constitutions essentiellement républicaines aux constitutions démocratiques contemporaines.

19On estime souvent que Simón Bolívar aurait créé les bases institutionnelles encore en vigueur aujourd’hui. Si la plupart des analyses des juristes et philosophes spécialistes de l’Amérique latine se réfèrent effectivement toujours au point de départ des constitutions de l’indépendance, elles ne considèrent pas (ou plus) que la clef pour la compréhension de l’histoire constitutionnelle des Amériques réside en fait dans une réflexion profonde sur les réalisations et les textes des chartes des deux siècles suivants. Cette position a souvent été justifiée par la relative marginalité des réformes constitutionnelles des XIXe et XXe siècles en Amérique latine, au regard des évolutions historiques réalisées en dehors des normes constitutionnelles.

20Dans cette optique, le schéma traditionnel d’analyse qui ferait de l’Amérique latine un continent en proie aux dictatures et qui laisserait de côté l’analyse constitutionnelle apparaît heuristique. En dépit des apparences, le plus souvent, le concept démocratique et un système politique élaboré reposant sur la séparation des pouvoirs étaient omniprésents dès le début des indépendances. Ils ne furent pas contestés, mais se heurtèrent à des difficultés de mise en œuvre. Il y aurait donc préjudice et égarement à considérer les XIXe et XXe siècles en Amérique latine comme une sorte de continuum prégnant de dictatures qui laisserait de côté les normes constitutionnelles. Dès lors, l’ouvrage revient aussi sur la constitution nord-américaine de 1787 pour en tirer des comparaisons utiles à la compréhension de la fondation des constitutions des indépendances.

21La constitution nord-américaine a évolué constamment depuis 1787, tout en connaissant plusieurs changements radicaux d’interprétation en deux siècles. Ces trois temps historiques constitutionnels n’ont pas modifié fortement le contenu écrit de la constitution américaine. C’est seulement l’interprétation du texte qui changea. Dans l’histoire constitutionnelle nord-américaine, il y aurait donc des temps de politiques révolutionnaires, impulsés par le peuple souverain qui, plus tard, avec une assimilation due au système institutionnel des checks and balance entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, conduisent finalement à la rédaction d’un amendement qui s’ajoute à la fin du texte constitutionnel sans le modifier. Dans d’autres cas, comme dans le New Deal de Roosevelt, ces amendements constitutionnels se limitent à un changement décisif dans l’interprétation de la constitution de la part de la Cour suprême qui adopte une nouvelle jurisprudence. Cette nouvelle jurisprudence conduit à une profonde réforme de la constitution dans son application pratique aux cas concrets.

22Il apparaît opportun d’adapter cette démarche à l’analyse du « tout constitutionnel » américain (encore une fois au sens continental) à partir de temps historiques constitutionnels dont le premier est contemporain du grand mouvement d’indépendance du continent. Après l’effondrement de la domination coloniale espagnole dans les années 1820, des gouvernements d’essence républicaine s’établirent en Amérique latine. Ces régimes devaient faire face à une certaine vacuité systémique tout en s’efforçant de répondre pragmatiquement aux problèmes posés. En fait, des États-nations apparaissaient lors de l’indépendance avec une classe politique le plus souvent inexpérimentée mais qui adhérait néanmoins aux théories de la démocratie (même avec de sérieuses limites ethniques ou sociales) et de la séparation des pouvoirs.

23Pour comprendre ces problèmes, il faut revenir sur le système administratif de l’empire espagnol. La Couronne espagnole installa sa domination sur l’Amérique latine à partir du XVIe siècle. Mais l’empire espagnol, qui disposait théoriquement « du monopole de la violence légitime », ne put assurer sa domination sur l’ensemble du territoire trop vaste de l’Amérique latine. Sur le plan du droit, les représentants de l’État absolutiste, notamment les vice-rois, furent donc obligés non seulement d’accepter des atteintes à leur autorité, mais aussi d’institutionnaliser un partage des compétences de l’État. En effet, les colonisateurs espagnols conservèrent les héritages indigènes, notamment ceux de l’Empire inca dans la région andine, comme principe d’organisation territoriale adopté par les Indiens. Ces territoires furent donc confiés par la Couronne espagnole soit aux conquérants qui avaient envahi ces territoires, soit aux missions religieuses, dont l’objectif principal résidait dans l’évangélisation des peuples indigènes.

24Par conséquent, la Couronne d’Espagne transforma les territoires auparavant aux mains des communautés indigènes en propriétés individuelles de chefs locaux. Elle imposa ainsi en Amérique latine des modèles européens d’organisation sociale, avec un seigneur disposant de serfs et exerçant son autorité sur un territoire donné. Brésil excepté, les États nés au XIXe siècle à l’issue des guerres d’indépendance durent se construire sur cet héritage colonial, caractérisé par les fragilités du pouvoir central étatique. Certaines compétences régaliennes de l’État, comme la justice, étaient alors laissées aux Indiens. D’autres compétences étatiques, comme la police, furent remises entre les mains des seigneurs locaux.

25Dans ce contexte, après les indépendances, les classes dirigeantes se préoccupèrent d’abord de contrôler l’État et les institutions qui en dépendaient comme l’armée, la police, la bureaucratie, la fiscalité et les tribunaux, avant d’assurer un fonctionnement normal des institutions.

26Le système démocratique proclamé dans les textes ne put donc émerger véritablement. En théorie, la démocratie représentative était le système officiel des États latino-américains et faisait d’ailleurs une large place aux libertés des citoyens, notamment dans les chartes adoptées après le processus d’indépendance. Ces systèmes politiques se fondaient sur le principe classique de la séparation des pouvoirs. Mais, en réalité, c’était le président de la République, détenteur du pouvoir exécutif, qui bénéficiait de tous les pouvoirs. Le pouvoir exécutif en Amérique latine s’affirma donc au XIXe siècle avec une indiscutable suprématie sur les autres pouvoirs.

27Sur ce sous-continent, on passa au début du XIXe siècle, de 1808 à 1825, d’un régime absolutiste au principe de souveraineté nationale proclamé par tous les pays hispano-américains – le Brésil connaissant une évolution monarchique spécifique jusqu’à la « révolution » de 1889. Ailleurs en Amérique latine, la légitimité de la nation s’incarnait dans sa souveraineté et sa possibilité de représentation nationale.

28Même avec d’évidentes limitations sociales, la représentation politique fut donc fondée après les indépendances sur l’idée de citoyens libres et égaux en droits.

29Ainsi il y eut, dès l’origine, une contradiction entre un système de représentation moderne axé sur l’individu citoyen et une société traditionnelle majoritairement structurée par des groupes humains solidaires d’une grande homogénéité. Par ailleurs, les partis politiques qui tentaient de se former à l’époque et qui auraient permis l’éclatement de ces groupes pour devenir les instruments de médiation entre la société civile et le pouvoir politique étaient condamnés par les élites latino-américaines. On leur attribuait généralement un rôle d’intermédiaire déformant entre le peuple et ses dirigeants et on prétendait que leur action était facteur de séparation et d’anarchie.

30Dès lors, en combinant notamment l’étude des textes des constitutions de l’indépendance à la pensée des juristes et des philosophes fondamentaux, Les Amériques de l’indépendance à nos jours, des démocraties aux constitutions offre de précieux compléments à notre connaissance du passé latino-américain et des éléments pour enrichir notre interprétation des démocraties américaines actuelles.

31La première partie de l’ouvrage consacrée aux Constitutions de l’indépendance débute par une interview de Jean-Michel Blanquer qui dresse un tableau général du constitutionnalisme dans les Amériques. Il en tire les principales tendances et les évolutions depuis les indépendances du XIXe siècle jusqu’à nos jours. C’est Jean-René Garcia qui introduit l’étude de la philosophie du constitutionnalisme des Amériques. Les idées constitutionnelles de Simón Bolívar sont alors revisitées à travers le prisme des « pères fondateurs » de la constitution nord-américaine de 1787 et notamment les rédacteurs du Federalist : Hamilton, Madison, Jay et de ses commentateurs postérieurs comme Harvey Mansfield. Dans le même élan, Caroline Rolland-Diamond revient plus précisément sur les débats lors de l’adoption de la Constitution de Philadelphie qui aurait permis l’émergence d’un « exceptionnalisme constitutionnel ». Patrice Vermeren analyse la genèse des relations entre Simón Bolívar et Benjamin Constant et de l’influence de ces deux « penseurs » et hommes politiques sur le constitutionnalisme latino-américain. Yann-Arzel Durelle-Marc examine la genèse et l’évolution du droit de pétition aux Etats-Unis d’Amérique, qui fut l’un des éléments fondateurs du droit constitutionnel de ce pays. Pour sa part, Alicia Farinati revient sur l’un des auteurs les plus influents des indépendances, Jean-Jacques Rousseau et revisite l’actualité de sa pensée. Marisa Muñoz aborde un aspect important issu de l’indépendance de l’Argentine, le statut de la femme au XIXe siècle, qu’elle étudie à travers la lecture du code Vélez Sarfield. Corina Yturbe interroge la notion de laïcité dans la constitution mexicaine. Silvana Carozzi théorise et revoit le jacobinisme du point de vue du Río de la Plata. Dans le prolongement de l’étude de Rousseau, Emilio de Ipola nous offre sa pensée sur les « pères fondateurs » de la première constitution argentine. C’est ici Sarmiento et Alberdi qui sont saisis par l’auteur. Georges Navet convoque Montaigne et Diderot dans un titre évocateur : « La sinistre rencontre ». Il illustre ici le point de vue de Montaigne et Diderot concernant les rapports entre Européens et Autochtones. Stéphane Douailler revient quant à lui sur la constitution haïtienne de 1808 et sur le symbole même de cette constitution – la nappe humaine – sur laquelle elle a été rédigée. Eric Sauray s’intéresse lui aussi, à travers Haïti, aux fondements du « premier constitutionnalisme » latino-américain.

32L’ouverture de la deuxième partie consacrée à la modernité de la philosophie des Constitutions des Amériques est faite par Laurence Whitehead. Il dresse un large tour d’horizon dont l’objectif est de situer historiquement la tradition constitutionnelle latino-américaine dans le cadre du constitutionnalisme mondial. Il s’agit aussi d’analyser le processus de démocratisation ainsi que les multiples formes de démocratie qui sont en construction en Amérique latine aujourd’hui. Jean-René Garcia écrit à nouveau dans sa deuxième partie et s’interroge sur la bonne notion pour la qualification des régimes politiques de l’Amérique latine. À la manière de Juan Linz, il se demande quelle est la différence entre le régime présidentialiste, parlementaire et la notion de pouvoir exécutif ambivalent afin d’obtenir un meilleur fonctionnement des démocraties latino-américaines. Susana Villaviciencio s’attache à analyser le sens même du mot « révolution » dans le cadre des indépendances latino-américaines et l’œuvre de Faustino Sarmiento. Mais les constitutions évoluent, elles se transforment. Il devient donc nécessaire d’analyser la pratique constitutionnelle actuelle de l’Amérique latine, notamment les concepts de « continuisme » et de « présidentialisme constituant » dans les États Andins comme le fait Hubert Gourdon ou Guy Mazet lorsqu’il analyse l’introduction de la « modernité » et dans les nouvelles pratiques constitutionnelles. Oscar Sarlo étudie les particularités du constitutionnalisme uruguayen et ses faiblesses institutionnelles. Mais les constitutions sont des normes qui bénéficient d’un langage propre que nous traduit Nora Wolfzun. Ainsi, les chartes ont voulu pérenniser des droits pour chacun, comme les droits de l’homme, composante récurrente du constitutionnalisme des Amériques. La dimension continentale de ces derniers est notamment analysée par Mónica Pinto. De surcroit, les Constitutions des Amériques sont aussi des modèles qu’il convient de remettre en cause. Denis Rolland revient sur les interactions entre ces modèles et notamment sur l’influence du modèle français sur l’Amérique latine. Francisco Colomb Gonzales s’écarte de l’analyse purement historique ou juridique des Constitutions des Amériques et nous entraîne vers l’imagination constitutionnelle gaditane et la fragmentation du démos libéral hispanique ; Javier Gallardo élabore une étude complète de la genèse et du fonctionnement du système politique uruguayen depuis l’indépendance jusqu’à l’époque contemporaine, alors qu’Eduardo Piazza se concentre sur le concept d’Etat-nation en Amérique latine pour analyser son évolution. Marcelo Raffin, d’une manière originale, revient sur la création de la nation argentine à travers les récits littéraires. Charles Ramond nous offre sa pensée sur le philosophe Derrida et sur sa conception de la démocratie en Amérique latine. Ricardo Viscardi analyse les tensions qui prirent naissance après la création des Etats-nations en Amériques, et s’interroge sur les dimensions philosophiques du conflit des rives du fleuve entre l’Argentine et l’Uruguay. Angelica Montes pose la question du multiculturalisme dans la constitution colombienne de 1991 en se demandant : « Qu’est-ce qu’un Noir ? » d’un point de vue juridique et philosophique.

33Pour finir, Marc Augé dans une interview qui clôt l’ouvrage donne son interprétation anthropologique des processus constitutionnels en Amérique latine.

Anmerkungen

1 Nous considérons que le Bicentenaire de l’indépendance de l’Amérique latine débute à partir de 1804, date de la déclaration d’indépendance d’Haïti.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540