Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Musicologie et Occupation

 | 
Sara Iglesias

Troisième partie. Présences allemandes

9. Les bibliothèques musicales parisiennes sous influence allemande

Texto completo

1En mars 1942, les bibliothèques du Conservatoire et de l’Opéra ainsi que les fonds musicaux de la Bibliothèque nationale sont réunis administrativement pour fonder le nouveau Département de la musique, doté d’un catalogue central performant. Comme nous l’avons vu au début de cette étude (voir chap. 1), les bibliothèques musicales parisiennes forment le centre névralgique et géographique de l’activité musicologique française ; mais elles représentent également un potentiel de prestige scientifique international non négligeable, avec leurs fonds précieux recelant des documents musicaux uniques et innombrables. Détenir l’autorité sur ces collections et ces institutions constitue ainsi un pouvoir considérable tant au sein du réseau de la discipline musicologique qu’en termes de politique culturelle nationale et internationale. Les musicologues allemands, ayant pratiqué les salles de lecture avant la guerre en tant que chercheurs, sont conscients de cet enjeu et tentent à la fois d’en obtenir le contrôle officieux et de faire main basse sur les fonds afin de les exploiter scientifiquement, voire d’en nourrir les bibliothèques allemandes. Les bouleversements institutionnels qui surviennent durant l’Occupation, planifiés depuis plusieurs années, sont ainsi placés et pensés à l’aune de ces influences allemandes.

2Ce qui deviendra une véritable affaire politique placera par ailleurs pour la première fois la musicologie au sein d’un débat dépassant le seul milieu scientifique, s’étendant à la presse et mobilisant plusieurs ministères et jusqu’au maréchal Pétain en personne. Il importe donc de consacrer une attention particulière à cette institution centrale que sont les bibliothèques musicales parisiennes et aux processus politiques majeurs qui la bouleversent durant les « années noires ».

Un grand projet politique : la réorganisation des bibliothèques musicales et le Département de la musique

  • 1 Le premier projet conservé émane de la SFM, qui a poursuivi son engagement tout au long des années (...)

3Les premiers projets concrets conservés d’une réunion administrative des bibliothèques musicales et d’un catalogue central datent de 1928, et ils soulignent déjà l’importance primordiale d’un inventaire des fonds pour la science française dans le cadre d’une consolidation institutionnelle interne et d’une meilleure visibilité et compétitivité internationales1. Le processus de fusion avait déjà été initié par l’administration de Julien Cain avant la guerre. Mais ce n’est que sous l’impulsion énergique et la volonté inconditionnelle de Bernard Faÿ – américaniste, détracteur virulent de la franc-maçonnerie et successeur de Cain après l’évincement de ce dernier pour des raisons raciales en août 1940 –, qui en fait son projet personnel de prestige, que toutes les conditions matérielles et administratives sont réunies pour la création définitive, par loi du 7 mars 1942, du Département de la musique à la Bibliothèque nationale. Les bibliothèques du Conservatoire et de l’Opéra, rattachées administrativement à la Réunion des bibliothèques nationales depuis 1935 mais gérées auparavant de manière autonome, ainsi que les fonds musicaux de la BN, dépendent désormais de la nouvelle direction centrale du Département.

4Jacques-Gabriel Prod’homme, administrateur des bibliothèques du Conservatoire et de l’Opéra, et l’ensemble de son personnel se voient donc placés sous une nouvelle autorité. Les travaux de catalogage en cours sont interrompus au profit du nouveau catalogue central uniformisé, et le travail mené par une équipe de musicologues depuis plusieurs années au Conservatoire est perdu. L’institution officielle du Département s’accompagne ainsi de luttes internes de pouvoir et d’un processus violent de réorganisation, dont l’occupant ne peut que profiter. Pour les Allemands qui dépouillent les fonds des bibliothèques musicales parisiennes à la recherche de documents « d’origine germanique », le plus important est de pouvoir s’assurer de la loyauté de la direction de la nouvelle institution. Bernard Faÿ n’hésite pas. Dès le mois de novembre 1940, il place à la tête de la réorganisation un jeune musicologue extérieur aux réseaux musicologiques établis, sans diplômes, sans références autres qu’un contrat d’auxiliaire de catalogage depuis 1937, sa parenté avec Yvonne Rokseth – elle est sa belle-mère –, et le soutien mystérieux et inconditionnel d’André Pirro, éminence grise de la musicologie française : Guillaume de Van.

Un personnage clé : Guillaume de Van, nouveau prince et « usurpateur » de la musicologie française

  • 2 Sauf indication contraire, l’ensemble des informations sur Guillaume de Van données par la suite p (...)
  • 3 Deutsche Botschaft Paris, lettre à l’Auswärtiges Amt Berlin, 23 février 1943, non signée, D-PAAA, (...)

5Le curriculum vitae de Guillaume de Van est difficile à résumer, car les différentes versions conservées dans divers fonds d’archives de la Bibliothèque nationale2 ne convergent pas, et toutes reposent uniquement sur les affirmations de l’intéressé, qui ne pouvait produire ni diplôme ni attestations d’études. Né en 1906 à Memphis (États-Unis) sous le nom de William Carrolle Devan, il aurait étudié entre deux et quatre ans à Princeton – la discipline n’est jamais mentionnée – entre 1920 et 1924, sans obtenir de diplôme. Après plusieurs années d’interruption pour maladie, il aurait en 1927-1928 assisté à des cours à l’université de Berlin ; il se dit l’élève de Georg Schünemann (Berlin), parfois aussi de Friedrich Ludwig (Göttingen), de Heinrich Besseler (Heidelberg) et de Johannes Wolf (Berlin)3, mais ces musicologues allemands ne se réfèrent jamais à de Van en tant qu’ancien élève dans les écrits conservés. Un séjour de plusieurs années dans l’Italie mussolinienne au milieu des années 1930 lui permet d’étudier le chant grégorien, probablement à l’Académie pontificale de musique sacrée de Rome.

  • 4 Les premiers enregistrements conservés de Guillaume de Van avec cette chorale datent de 1936, et s (...)

6La musique ancienne, plus spécifiquement la polyphonie franco-flamande, devient sa spécialité. Il réside à Paris depuis au moins 1936, date à laquelle il fonde la chorale de musique ancienne des Paraphonistes de Saint-Jean-des-Matines, dont il sera le chef dynamique durant toute l’Occupation, et avec laquelle il enregistrera de nombreux disques4. Sa carrière musicologique semble débuter par une communication sur le chant grégorien au congrès de la SIM en avril 1936. Il est embauché en 1937 en tant qu’auxiliaire pour le catalogage à la Bibliothèque nationale, où il côtoie quotidiennement ses homologues de la SFM, société dont il ne semble d’ailleurs pas être membre. En entamant en 1938 une édition des Monuments de l’ars nova (chez l’Oiseau-Lyre) et en donnant des concerts dans le domaine, il commence à s’établir sur un terrain occupé jusque-là à Paris par Amédée Gastoué, Jacques Chailley et Yvonne Rokseth, professeure de musique ancienne dont il épouse la fille en 1937. Rokseth est l’élève de Pirro, qui est quant à lui le spécialiste le plus important du domaine, ce qui favorise peut-être de Van.

  • 5 « Le manuscrit de musique du trésor d’Apt, XIVe-XVe siècle, publié avec une introduction par A. Ga (...)
  • 6 Pereyra, lettre à Gastoué, s.d. « mercredi » [avant le 7 octobre 1942], F-SFM, SFM correspondance (...)

7Rokseth et Pirro, qui sont les seules attaches de Guillaume de Van dans les milieux musicologiques français, ne font à cette période pas partie du cercle de la SFM, réseau dominant à Paris. De Van lui-même se positionne activement en opposition au vice-président respecté Gastoué, dont il dénonce violemment l’ignorance et l’incompétence dans les Acta Musicologica au début 19405. À part ce compte rendu et ses éditions de l’ars nova, il ne publie aucun texte jusqu’à l’Occupation, et bien que ses compétences dans le domaine de la musique ancienne soient alors reconnues, son statut dans le réseau musicologique peut donc pour le moins être considéré comme controversé. Ce défaut de légitimité devient significatif quand de Van est justement la personne choisie pour prendre la direction d’un processus aussi sensible que la réorganisation des bibliothèques : il apparaît désormais comme « usurpateur » de la musicologie française, comme l’écrit Marie-Louise Pereyra en 19426.

  • 7 Voir les dénonciations dans le dossier d’épuration de Guillaume de Van, F-AN, F17 16942 ; ainsi qu (...)
  • 8 Antoine Compagnon, Le cas Bernard Faÿ. Du Collège de France à l’indignité nationale, Paris, Gallim (...)
  • 9 Gerigk, lettre au SS-Sturmbannführer Dr. Biederbick à Paris, Berlin, 30 avril 1943, F-CDJC, CXLI-1 (...)

8Les spéculations pour expliquer le soutien véritablement inconditionnel et infaillible que porte le nouvel administrateur général de la Bibliothèque nationale Bernard Faÿ à ce musicologue relativement marginal d’origine américaine ont été nombreuses, allant de théories soupçonnant une relation sexuelle entre les deux hommes – Faÿ ne cachait pas son homosexualité – à des interprétations voyant en de Van la « garantie américaine » de Faÿ7. La ferveur idéologique fidèle de Faÿ pour le national-socialisme étant aujourd’hui établie8, nous nous expliquons la promotion fulgurante de Guillaume de Van avant tout par son profil proallemand. Que les preuves de sympathie que de Van renouvelle constamment à l’égard des Allemands durant toute l’Occupation soient l’émanation d’une connivence idéologique sincère avec le projet national-socialiste, qu’elles relèvent d’une solidarité naïve entre confrères en souvenir de son hypothétique année d’études à Berlin – théorie plus que douteuse –, ou plus simplement que les Allemands constituent le seul moyen pour de Van de démarrer une carrière musicologique brillante, le fait est que ses interlocuteurs allemands voient en lui un « représentant sincère de la collaboration », son « attitude antisémite sans compromis » étant même jugée trop prononcée par certains d’entre eux9.

  • 10 Theo Stengel et Herbert Gerigk, Lexikon der Juden in der Musik, Berlin, Bernhard Hahnefeld, 1940; (...)
  • 11 Lettres de Herbert Gerigk à Guillaume de Van, 28 octobre 1941 et 15 mai 1942, et réponse de de Van (...)

9De Van veille par exemple avec beaucoup de zèle à l’application des circulaires allemandes stipulant l’interdiction de communiquer des livres « anti-allemands » et « juifs », et contraint le personnel des bibliothèques à consulter systématiquement, en cas de doute, le tristement célèbre Lexikon der Juden in der Musik de Gerigk10 avant de communiquer un ouvrage. Plus grave encore, il répond à la demande répétée de Gerigk, en 1941 et 1942, de vérifier une liste de vingt et un « musiciens juifs ou soupçonnés juifs », vivants ou décédés, que le musicologue allemand lui avait fournie pour une édition complétée du Lexikon. De Van tarde pendant près d’une année à procéder à la vérification auprès de l’Institut d’études des questions juives, mais fournit en juin 1942 une réponse apparemment satisfaisante, identifiant douze personnes comme juives11. Il est important de préciser que ces personnes figuraient donc toutes déjà dans les fichiers de l’IEQJ (Institut d’études des questions juives) ; mais au-delà de la dimension éthique d’une collaboration à un projet de stigmatisation raciale, l’intégration dans une nouvelle édition du lexique de Gerigk – qui heureusement n’a jamais vu le jour – aurait signifié pour les personnes intéressées un renforcement sensible et dangereux de l’ostracisme professionnel à leur égard.

  • 12 Gueydan de Roussel a laissé une quantité importante d’archives et de notes à Paris lors de sa fuit (...)

10Un autre fait n’est certainement pas étranger au soutien longtemps intact que les Allemands portent à de Van : il est en effet en contact depuis 1940 avec William Gueydan de Roussel, adjoint de Bernard Faÿ à la Bibliothèque, national-socialiste convaincu déjà avant la guerre, agent du Sicherheitsdienst (SD) probablement à partir de juillet 1942, et informateur officieux de la Gestapo. Gueydan de Roussel constitue un réseau d’informateurs et d’agents autour de lui, et Guillaume de Van en fait partie. Pourvu dans les carnets de Gueydan de Roussel de l’indicatif personnel FR 3/112, de Van semble lui fournir à plusieurs reprises des renseignements concernant des personnes supposées juives ou « gaullistes » à la Bibliothèque nationale et dans les milieux musicaux, dont Marie-Louise Pereyra (voir chap. 5). Le journal de Gueydan de Roussel témoigne par ailleurs de plusieurs rencontres, d’une conférence donnée par de Van en février 1943 à la Commission d’études judéo-maçonniques, l’une des associations antisémites pullulant sous l’Occupation, ainsi que de sa présence à au moins une autre conférence de cette Commission, aux côtés entre autres de l’antisémite Henri Labroue12.

  • 13 Marie-Louise Pereyra à propos des remaniements dans les bibliothèques musicales sous la houlette d (...)
  • 14 Le 27 mars 1944, il donne ainsi un concert consacré à « La musique à la cour des princes au XIVe s (...)
  • 15 Dans le dossier d’épuration. Voir aussi par exemple Denise Launay, « Notes sur la préhistoire du D (...)

11Si de Van n’affiche vraisemblablement pas ces engagements au grand jour dans son travail quotidien à la BN, il est néanmoins perçu comme collaborationniste dans le milieu musicologique français : Marie-Louise Pereyra parle par exemple de « cette sommité musicologique européenne » à propos de lui en juin 194213, et on peut supposer que la participation régulière de Guillaume de Van à Radio Paris en 194414 est connue de ses collègues. Les récits de musicologues de l’après-guerre15 – à prendre avec précaution cependant – construisent également pour la plupart l’image d’un musicologue dévoué à la cause allemande.

  • 16 Dans les fonds de la BnF et du Sonderstab Musik au Bundesarchiv (D-BA, NS 30/64 et 65).

12De toute manière, Faÿ peut être sûr du soutien moral des Allemands pour la création du Département sous la direction d’un musicologue aussi loyal, prêt à mettre les vieilles institutions scientifiques au pas de l’ordre nouveau. La correspondance conservée entre de Van et les musicologues allemands16 révèle une confiance mutuelle que de Van tente à tout prix de consolider, en laissant aux Allemands toutes les libertés dans les fonds et leur proposant ses services illimités, comme nous allons le voir un peu plus loin.

Changements de politique et bouleversements violents

13Une note de décembre 1941 estime que les fonds du futur Département de la musique sont « de loin l’ensemble le plus riche du monde » avec 40 000 manuscrits musicaux, 500 000 ouvrages, près de 1 300 000 partitions et 200 000 gravures, estampes et dessins musicaux – « richesses nationales […] pour la plus grande partie inutilisables par suite de l’inexistence de catalogues adéquats ». Combler cette lacune semble ainsi de première importance autant au niveau national qu’international :

  • 17 « Note sur la création du Département de Musique », non signée, 4 décembre 1941, F-BN, A 65/7. Les (...)

Outre les considérables moyens de recherche que l’érudition et le travail scientifique y trouveront, le futur département de la musique sera un monument à la gloire d’une riche partie du patrimoine national. L’exemple est présent à tous les esprits de ces États qui ont su, en favorisant certaines études, provoquer un mouvement d’intérêt intellectuel international dont leur influence et leur économie ont largement bénéficié. De même, la constitution d’une grande bibliothèque de musique [… pourra] repla[cer] à Paris le centre de la vie musicale européenne et peut-être mondiale17.

  • 18 Sauf indication spécifique contraire, la suite de ce chapitre constitue la synthèse des documents (...)
  • 19 Il est officiellement nommé « chargé de mission dans les fonctions de Conservateur du Département (...)

14Dans ce but, Julien Cain avait déjà confié à Yvonne Rokseth la tâche de planifier un premier projet concret de réunion des trois bibliothèques musicales de l’Opéra, du Conservatoire et des fonds musicaux à la BN en 193718. Rokseth, s’inspirant des bibliothèques musicologiques allemandes qu’elle a visitées lors de sa mission pour Cain cette même année, crée alors une équipe de musicologues chargés du classement des fonds, dont fait partie Guillaume de Van. À l’arrivée des Allemands, de Van n’a aucune tâche ou responsabilité particulière par rapport à ses collègues, plus expérimentés, comme André Schaeffner, Amédée Gastoué, Denise Launay ou Marie-Louise Pereyra. Et pourtant, alors que Paris est occupé et Julien Cain remplacé en août 1940 par Bernard Faÿ, de Van se voit quasi immédiatement promu. Dès le 2 novembre 1940, on trouve les premières traces de la nouvelle position de Guillaume de Van à la direction de la réorganisation des bibliothèques. Prod’homme, supposé franc-maçon, avait déjà été destitué par Faÿ en septembre. De fait, avant même la décision officielle instituant le nouveau département, de Van obtient successivement, entre novembre 1940 et août 194219, tous les pouvoirs de direction sur l’ensemble des trois bibliothèques. Le Département n’est instauré officiellement que par la loi du 7 mars 1942 (entrée en application le 1er janvier 1943), mais les objectifs de Guillaume de Van sont établis dès le tout début de ses nouvelles responsabilités : primo, généraliser le catalogue lancé par Yvonne Rokseth avant la guerre puis interrompu, et secundo, renouveler radicalement le personnel.

  • 20 Faÿ et de Van indiquent même 64 personnes embauchées dans une lettre d’apologie du travail de Guil (...)
  • 21 Programme syndical datant de l’avant-guerre, permettant de rémunérer des chômeurs diplômés des uni (...)
  • 22 Est par exemple embauché à la fin 1943 un jeune homme noble sans diplôme universitaire ou musical, (...)
  • 23 Guillaume de Van, rapport soumis à l’administrateur général, 2 novembre 1940, F-BN, A 65/9.

15Durant les quatre années d’Occupation, les membres de l’équipe, qui compte une quarantaine de personnes20 (dont jusqu’à vingt-sept « chômeurs intellectuels21 ») contre une quinzaine avant la guerre, se voient constamment remplacés, mutés, menacés de limogeage – la politique d’embauche et de destitution échappant d’ailleurs souvent à toute logique de compétence22. Pourtant, dans son premier rapport conservé23, de Van appelle à des mesures radicales de remplacement des anciennes équipes et exige qu’à l’avenir le personnel connaisse le latin, l’allemand, l’italien, lise la musique, ait des connaissances d’histoire de la musique et soit rompu à la cartographie. Il dénonce l’amateurisme et l’âge des anciens collaborateurs (« Mlle Madeleine Turpin est obligée de faire son travail à la loupe ») et propose, pour réformer « un service vicié à ses bases », une « équipe compétente », jeune, dans laquelle ne figure, de fait, plus aucun membre de la SFM.

  • 24 Par une note interne, non signée [Bernard Faÿ], 9 novembre 1940, copies envoyées à de Van, MM. Pré (...)
  • 25 Yvette Fédoroff et Simone Wallon, « Le Département de la Musique : naissance et premiers pas », in(...)

16Institué officiellement à la tête de la réorganisation des bibliothèques musicales ainsi que des fonds musicaux des bibliothèques de l’Arsenal et de la Mazarine le 9 novembre 194024, de Van entreprend vite ces œuvres de renouvellement : il embauche immédiatement plusieurs bibliothécaires, assistants (dont sa femme Odile et la fille d’Adolphe Boschot, Henriette) et chômeurs intellectuels25, profitant des crédits importants qui lui sont alloués par Faÿ. Dans cette première phase de réorganisation de l’hiver et du printemps 1941, une partie importante du personnel en place est mutée vers d’autres fonds musicaux, souvent avec des responsabilités moindres (Launay, Josserand), destituée (Pereyra, Schaeffner) ou écartée des fonds musicaux vers d’autres services (Gastoué, Prod’homme, qui avait maintenu une activité restreinte au Conservatoire). Claudie Marcel-Dubois est embauchée comme boursière de recherche en octobre 1940. Durant les années à venir, la fluctuation du personnel continue à être importante et les conflits sont nombreux, comme nous allons le voir par la suite.

  • 26 Gerigk, Aktennotiz, Berlin, le 16 décembre 1942, D-BA, NS 15/320.

17En décembre 1942, de Van explique la destitution subite de Prod’homme, Gastoué, Pereyra et Schaeffner à Gerigk, du Sonderstab Musik, en invoquant principalement des critères politiques : Prod’homme serait franc-maçon (Hochgradfreimaurer) et toujours « dangereux » dans sa position actuelle ; Gastoué, muté à l’Arsenal, semble être sanctionné en tant que concurrent dans le domaine de la musique ancienne, de Van rapportant qu’il pratiquerait une science « pas assez exacte », mais qu’il serait surtout attaché à « l’ancienne pensée politique » ; Schaeffner est dénoncé comme « le plus dangereux » des bibliothécaires destitués, en tant que communiste aux fréquentations « juives » ; et enfin Pereyra est dénoncée comme Volljüdin, « Juive entière »26. Il est fort probable que de Van, qui représente en quelque sorte les intérêts allemands dans l’administration des bibliothèques musicales, les éloigne pour ne pas froisser les chercheurs germaniques ; mais il poursuit aussi ses propres intérêts en déstabilisant complètement une structure de pouvoir établie, susceptible de reprendre le dessus et de bloquer ses travaux, structure représentée essentiellement par les membres de la SFM qu’il destitue.

18Ceux-ci vivent évidemment les événements comme un outrage à toute convention du milieu. Peu avant sa destitution, Marie-Louise Pereyra écrit ainsi à Gastoué :

  • 27 Pereyra, lettre à Gastoué, 22 février [1941], F-SFM, Pereyra.

Je suis au courant de ce qui se passe au « Palais byzantin » qu’est l’établissement de la rue de la Loi…….. comme on disait au XVIIIe siècle [depuis 1815 : rue Richelieu, siège de la BN]. La confusion va son train ; il est à souhaiter qu’elle devienne « inextricable » et que tout s’effondre ; le rapport de notre activité n’en paraîtra que plus puissant27.

19Un mois plus tard, le ton est moins combatif ; la menace devient de plus en plus concrète, et Pereyra semble la sentir au point de chiffrer sa lettre à Gastoué pour se protéger contre un éventuel contrôle postal :

J’ai vu M. Josserand [de la BN] hier. Il résulte de ma conversation avec lui que vous et moi sommes l’objet d’un « coup monté » de la part du gendre d’Yvonne R [okseth]… Josserand m’a confirmé que les personnes qui étaient sous le coup d’un article d’une certaine loi avaient été réintégrées – ce que vous me disiez hier. Josserand m’a dit aussi qu’il lui semblait impossible que vu les relations que vous et moi avions dans les milieux « musicaux » et autres, il ne se trouve pas quelqu’un pour intervenir en notre faveur. – Car vous voyez bien que le côté « idéologique » ne joue pas, puisque vous [Gastoué n’est pas d’origine juive] et moi sommes sur le même plan ! Le personnage en question a destitué Mlle Hennebains pour y mettre son épouse… Nous « nageons » dans l’arbitraire et la confusion la plus grande. Il faut naturellement que Cortot soit prévenu et Mme de [rayé : Chambure, remplacé par :] Ch… me semble la personne pour le faire. […]

  • 28 Pereyra, lettre à Gastoué, n.d. [mars 1941], F-SFM, Pereyra. Soulignements originaux.

Je viens d’avoir une conversation avec Schaeffner ; les choses ne vont pas mieux, tout au contraire. Je conclus que la première des choses est de faire partir le gendre d’Yvonne. Il y a aussi nécessité à faire marcher Carcopino. Le pouvez-vous de votre côté, par personne interposée ? Je crois me souvenir que cela ne vous est pas impossible28.

20Mais ces plans de sauvetage, s’ils sont réalisés, n’ont aucun effet. De Van se positionne contre la SFM d’un point de vue institutionnel, mais aussi politique. En opposition à cette respectable et vénérable société, il se veut novateur, technocrate, dynamique et radicalement moderne. Il évite d’engager des musiciens et mélomanes sans intérêt pour la bibliométrie, préfère une quantité importante de jeunes « chômeurs intellectuels » non spécialisés à une équipe plus petite de musicologues du milieu. Lorsqu’un journaliste de Je suis partout, invité par Bernard Faÿ et Guillaume de Van pour faire la promotion du département en février 1943, s’étonne des quarante-cinq coéquipiers, « tous sous la trentaine », de Van lui répond :

  • 29 N. Vital Toussaint, « À la Bibliothèque nationale. Musicologues au travail », Je suis partout, 12 (...)

Vous voyez, […] je n’ai pas un barbu. Je tenais avant tout à constituer quelque chose qui ne ressemblât en rien à l’antichambre de l’Institut. Les parchemins ne sont pas toujours les talismans suffisants. Aux chevrons universitaires, j’ai préféré la compétence, la loyauté, la fidélité et le dévouement29

21La conception des fonds de bibliothèques comme temples sacrés du savoir d’un petit cercle d’initiés est en effet remplacée par une vision centrée sur le service : efficacité, méthode, rigueur, technicité, qualité du service sont les nouveaux mots d’ordre. Cette nouvelle politique semble bien plus encore s’inscrire dans l’idéologie national-socialiste d’une société d’efficacité dans laquelle les faibles n’ont pas de place, que dans l’esprit autoflagellateur du relèvement porté par la Révolution nationale.

22Ces remaniements dans le personnel et dans les méthodes de gestion s’accompagnent d’une politique vigoureuse d’acquisition : en septembre 1942, on compte déjà 578 acquisitions, se composant de partitions françaises, allemandes et italiennes notamment, ainsi que d’ouvrages musicologiques parmi lesquels un grand nombre de livres allemands. Par ailleurs, des musicologues allemands font plusieurs dons d’ouvrages sur la musique allemande. En juin 1944, le Département de la musique enregistre la plus grande quantité d’acquisitions de l’ensemble des départements de la Bibliothèque nationale.

  • 30 André Pirro, « La musique à la Bibliothèque nationale », Beaux-Arts, 71e année, nouvelle série, n° (...)

23Par ailleurs, de Van impose immédiatement son deuxième projet principal : un système de catalogage centralisé et uniformisé et un nouveau classement des fonds. Le nouveau catalogue unique devra permettre les recherches combinées par titre, auteur, genre, sujet et incipit. Contre toutes les mises en garde de ses collègues, il arrête les travaux de catalogage effectués par l’ancienne équipe du Conservatoire en début 1941 avant le limogeage progressif de l’équipe, ce qui provoque un premier tollé dans le milieu de la SFM. Il n’est pas anodin, dans le contexte de l’Occupation, que le nouveau système de catalogue soit directement calqué sur des modèles allemands. Rokseth avait établi ce système à la suite de son voyage d’études dans les bibliothèques germaniques, et Pirro écrit en avril 1941, sur la demande expresse de Guillaume de Van, que ce dernier aurait étudié les modes de classement de bibliothèques allemandes et italiennes lors de ses séjours dans les deux pays durant l’entre-deux-guerres30. Par ailleurs, de Van précise dans une note interne que

  • 31 De Van, « Fonctionnement du Département de la Musique », note à M. Labergerie, 4 juin 1942, F-BN, (...)

les instruments de travail qui nous aident dans cette tâche [de catalogage] sont presque entièrement allemands : dictionnaires et encyclopédies de musique (en premier lieu le dictionnaire de Riemann), diverses bibliographies allemandes, notamment, Quellen-Lexikon de Eitner, puis les catalogues imprimés des collections musicales de différents pays, enfin, les éditions monumentales scientifiques des œuvres de musique ancienne31.

  • 32 Voir Gerigk, Amt Musik Berlin, « Betrifft: Rückführung von deutschen Handschriften und Drucken aus (...)

24Les musicologues allemands du Sonderstab Musik, chargés de chercher du matériau « germanique » dans les bibliothèques françaises, se plaignent justement du piètre état des catalogues en arrivant à Paris, le manque d’organisation rendant leur travail plus difficile32. Dans un bilan de la situation en 1940, Faÿ et de Van écrivent au sujet des catalogues déficitaires :

L’occupation de Paris par les troupes allemandes rendait la situation encore plus tragique, car le nombre de musicologues allemands désireux de consulter nos fonds était considérable. En face de la carence totale de nos services, beaucoup d’allemands souhaitaient voir transférer tel ou tel de nos fonds, en particulier le Conservatoire, doué de trésors innombrables […] dans les Bibliothèques où ils pourraient plus facilement les consulter.

  • 33 « Note sur Monsieur de Van, Chef du Département de la Musique », non signée [Faÿ et deVan], s.d., (...)

Dans ces conditions, l’Administrateur Général de la Bibliothèque nationale, après avoir fait un tour d’horizon, décida qu’il était urgent de créer d’abord une équipe cohérente et unifiée pour s’occuper de ces fonds, faire un catalogue unique et constituer une bibliothèque musicale digne de ce nom33.

  • 34 Gerigk, lettre au SS-Sturmbannführer Dr. Biederbick, Berlin, le 30 avril 1943, F-CDJC, CXLI-194.

25Si le projet de réorganisation n’est aucunement une idée de Faÿ, comme nous l’avons vu, cette version des faits témoigne néanmoins de l’importance de l’enjeu du catalogue non seulement pour les Français mais aussi pour les Allemands ; et au vu de la correspondance entre de Van, Faÿ, le Bibliotheksschutz et le Sonderstab, l’empressement à mettre en œuvre la réunion des bibliothèques et du catalogue central peut en effet légitimement être interprété comme une concession faite aux Allemands. De toute manière, la vigueur de de Van n’est pas pour déplaire à ces derniers. L’évolution du nouveau département paraît même tellement fulgurante à leurs yeux que Gerigk, du Sonderstab, commence presque à craindre, en avril 1943, que l’Allemagne puisse finir par perdre son hégémonie dans le domaine34. Mais Gerigk et les autres musicologues allemands sur place savent parfaitement tirer profit de la dévotion et de l’engagement de Guillaume de Van et des nouveaux acquis techniques mis à leur disposition.

Les musicologues allemands dans les bibliothèques musicales parisiennes

Le Sonderstab Musik dans les bibliothèques

  • 35 Sur les tâches de l’Amt Musik, voir P. Potter, Die deutscheste der Künste, op. cit., 2000 : 185-19 (...)
  • 36 Sur le Sonderstab Musik et ses activités en France, en Belgique et aux Pays-Bas – activités qui ne (...)
  • 37 Gerigk voulait envoyer tout de suite ces documents uniques aux fonds dédiés au projet de la « Hohe (...)
  • 38 Par exemple, rien que pour la période courant jusqu’à février 1941, 150 malles de transport rempli (...)
  • 39 Nous n’avons trouvé aucune trace d’une déclaration de spoliation ou d’une demande de restitution d (...)

26Dès l’été 1940, Hitler donne l’ordre explicite (un Führerbefehl, ordonnance souvent nominative émise directement par le chancelier sans passage par le pouvoir législatif) au musicologue Herbert Gerigk de fouiller les bibliothèques de la zone occupée à la recherche de « trésors musicaux d’origine allemande » (Musikschätze deutscher Herkunft). Gerigk dirige l’influent Amt Musik35 et le Sonderstab Musik en France, « cellule spéciale » d’action, soumise au Reichsleiter Alfred Rosenberg, idéologue du Blut und Boden36. À partir d’août 1940, le Sonderstab – avec un fonds dédié de 20 000 Reichsmarks – établit des listes et fait photographier de nombreux imprimés, manuscrits et autographes précieux dans les bibliothèques musicales parisiennes, afin de les présenter à Goebbels. Si ce dernier interdit au grand dam de Gerigk la confiscation et le transport en Allemagne de ces manuscrits37, la somme des instruments, partitions, correspondances, imprimés, disques et livres musicaux confisqués dans les bibliothèques et collections françaises privées et publiques s’élève néanmoins vite à des chiffres astronomiques38. La Bibliothèque nationale semble être exempte de cette spoliation systématique39.

  • 40 Sur l’engagement de Boetticher au sein du Sonderstab, voir De Vries, Kunstraub im Westen…, op. cit (...)

27Parmi les membres et collaborateurs du Sonderstab chargés de ce « relevé » dans les bibliothèques – tous musicologues titulaires de diplômes ou doctorats –, on trouve Wolfgang Boetticher (membre de la Waffen-SS, qui y entame sa carrière musicologique en tant que membre permanent40) ainsi que les professeurs Rudolf Gerber, Karl Gustav Fellerer et Georg Schünemann, envoyés à Paris pour des missions ponctuelles. Gerigk, dont l’avidité – plus grande encore que celle des autres organismes de spoliation allemands – devient vite notoire au point d’être critiquée par des collègues plus diplomates, fait également revenir à Paris des malles de matériaux français précieux qui avaient été évacuées dès le début de la guerre afin de les fouiller.

  • 41 De Vries, ibid., 2000 : 166-168, 173.

28En raison de l’absence de catalogues et malgré les avancées rapides de Guillaume de Van dans ce domaine, le travail d’identification du Sonderstab dans les bibliothèques de l’Opéra, du Conservatoire et de la Bibliothèque nationale se poursuit jusqu’à la fin de l’Occupation ; à l’Opéra par exemple, les musicologues allemands semblent avoir dépouillé pas moins de 10 000 manuscrits41. C’est à cette étape du travail qu’entrent en jeu les bibliothécaires et auxiliaires français qui seuls connaissent les fonds, et l’on comprend alors aisément l’enjeu politique des remaniements effectués par de Van, prêt à exaucer les vœux de ses homologues allemands sans beaucoup d’égard envers la protection des fonds.

  • 42 Voir les témoignages conservés dans le dossier d’épuration de Guillaume de Van, F-AN, F17 16942.
  • 43 Gerigk, « Betrifft: Musikschätze deutscher Herkunft in Frankreich », 30 septembre 1940, D-BA, NS 3 (...)
  • 44 Voir par exemple la lettre du directeur du Beethoven-Archiv à Gerigk, Bonn, 15 juillet 1940, D-BA, (...)
  • 45 Gerigk, « Betrifft: Sicherstellung deutscher Musikhandschriften in Frankreich », 25 juillet 1940, (...)

29Aucun témoignage direct des musicologues français sur l’exploitation de leurs ressources scientifiques essentielles par leurs homologues allemands n’est conservé dans les archives – des volumes précieux disparaissent régulièrement durant les quatre années et, même si on n’établit pas de façon claire le lien avec les activités allemandes42, on imagine facilement leur réaction. Gerigk rapporte en septembre 1940 que jusqu’ici Prod’homme leur refusait l’accès aux manuscrits de la bibliothèque de l’Opéra, par ailleurs non catalogués, mais qu’une autorisation spéciale du gouvernement militaire leur permet désormais d’y accéder librement et de « dépouiller », comme il dit, une quantité importante d’autographes, notamment de Gluck43. Les Allemands se plaignent à plusieurs reprises du refus de collaboration de Prod’homme aux bibliothèques de l’Opéra et du Conservatoire en 194044 et doivent apprécier son limogeage par Faÿ en septembre. Par ailleurs, ils avaient espéré, fin juillet 1940, pouvoir s’appuyer sur l’aide de Maurice Cauchie et d’Amédée Gastoué – « tous deux parlent l’allemand et se sont toujours montrés germanophiles », écrit Gerigk45 –, espoir qui a dû vite s’estom per devant la position marginale de Cauchie et la maladie de Gastoué. Plus d’un an après encore, Gerigk se plaint de la réticence des Français à collaborer avec lui, ainsi que de la piètre conservation et mise en valeur des documents de provenance allemande :

  • 46 « Die Magazine wurden in einem verwahrlosten Zustand angetroffen. Hunderte von deutschen Handschri (...)

Nous avons découvert les magasins à l’état d’abandon. Des centaines de manuscrits allemands n’étaient pas catalogués, et les responsables en charge ignoraient leur importance. La musicologie française n’est même pas en mesure d’établir et de communiquer une image de son propre passé à travers les matériaux présents. Les manuscrits allemands, dont l’existence est inconnue pour la plupart, sont partiellement enfouis dans les magasins depuis des siècles. Lorsque des savants allemands voulaient étudier des manuscrits importants, les bibliothèques parisiennes leur rendaient en général l’accès très difficile46.

30Le sésame du Führerbefehl en main, il ne manque donc plus en 1940 aux Allemands qu’une vue d’ensemble des richesses à spolier, c’est-à-dire un catalogue complet et systématique, et une personne de confiance à ses commandes.

Provocations, collaborations, contraintes

  • 47 D. Launay, « Notes sur la préhistoire du Département de la musique », art. cité, 1985 : 97-104, ic (...)
  • 48 F-BN Mus, BnF 1942-1944, Papiers de Van ; et F-BN, A 65/9, Personnel, Guillaume de Van ; F-BN, A 4 (...)

31La présence menaçante et provocatrice des musicologues du Sonderstab crée une atmosphère pour le moins tendue dans les salles de lecture des bibliothèques musicales où les chercheurs français poursuivent leurs travaux. La musicologue et organiste Denise Launay, bibliothécaire au Conservatoire nommée début 1942 par de Van à la tête de la bibliothèque de l’Opéra puis destituée en décembre de la même année, se rappelle en 1985 de la « salle de travail [du Conservatoire] pleine de lecteurs venus de l’un et de l’autre côté du Rhin ». Ces « anciens habitués de nos bibliothèques musicales […] semblaient fort surpris de ne plus rencontrer à Paris l’accueil qu’ils avaient connu naguère »47. En effet, une partie des musicologues allemands venus travailler dans les bibliothèques musicales parisiennes sous l’Occupation comme Boetticher, Schünemann, Gerber et Fellerer, y avaient déjà mené des recherches durant l’entre-deux-guerres. D’autres musicologues sans lien avec le Sonderstab, appartenant à l’armée, aux universités ou aux administrations allemandes, viennent eux aussi à Paris pour effectuer des recherches personnelles. En témoignent les nombreuses demandes de photographie ou de consultation conservées dans les archives de la Bibliothèque nationale48, ainsi que des publications allemandes sur des manuscrits conservés à Paris. Parmi ces scientifiques allemands se trouvent le Dr. Fuchs, directeur du Bibliotheksschutz (le bureau de « protection des bibliothèques » de la Propaganda-Staffel), Heinrich Strobel, Fritz Piersig, musicologue de la Propaganda-Staffel, le soldat Kutz en uniforme d’aviateur et tant d’autres chercheurs qui ont laissé leur trace dans les demandes de communication et de photographie et dans la mémoire qu’ont gardée les Français de leur omniprésence.

  • 49 Yonnet, « C’est à la Bibliothèque nationale que les Allemands préparaient leur débarquement sur le (...)

32Un bibliothécaire de la BN évoque en septembre 1944 l’attitude des Allemands à l’égard des fonctionnaires de la bibliothèque : « Une politesse de “Herr Doktor”, une courtoisie raide et de commande. Nous avions, heureusement, à faire [sic] à des gens évolués, et nous avons pu nous rendre compte que le rayonnement et le prestige de la pensée française ne sont pas un mythe… » Il rapporte également que les « visites “vert-de-gris” », donc d’Allemands en uniforme, étaient fréquentes et assidues49. Cette « politesse de “Herr Doktor” » caractérise en effet la relation entre les musicologues allemands et les bibliothécaires français. Tout le monde se fait appeler Herr Doktor, tout le monde signe avec le « Dr. » devant le prénom. D’ailleurs, dans leur correspondance avec des Français, les Allemands se gardent bien en général d’employer le Heil Hitler utilisé habituellement dans les rapports écrits au sein des administrations allemandes. Comme les Français sont malgré tout les gardiens du temple, les Allemands semblent observer un certain respect stratégique vis-à-vis d’eux.

  • 50 Gerigk, « Betrifft: Musikschätze deutscher Herkunft in Frankreich », 30 septembre 1940, D-BA, NS 3 (...)
  • 51 Voir P. Potter, Die deutscheste der Künste, op. cit., 2000 : 206.
  • 52 Les demandes des lecteurs et responsables culturels allemands se retrouvent surtout dans les fonds (...)
  • 53 « Conversation avec le Docteur Fuchs », note non signée, 9 octobre 1942, F-BN, dossier de personne (...)

33Mais derrière cette façade policée rappelant la civilité des échanges internationaux de l’entre-deux-guerres, les musicologues allemands profitent amplement de leur pouvoir et submergent les bibliothécaires de requêtes de communication, de copies et de prêt. Sonderstab et autres chercheurs confondus, les musicologues d’outre-Rhin s’intéressent notamment à Gluck (Gerigk découvre 55 lettres autographes inconnues au Conservatoire en été 1940 – de quoi provoquer sa curiosité50), à Wagner, Beethoven et Mozart, mais aussi, du côté français, à Berlioz, Debussy ou encore aux manuscrits anciens (Gerber, venu avec Gerigk dans le cadre de recherches sur les influences allemandes sur la musique française51, se renseigne par exemple sur le manuscrit de Cambrai en novembre 1942)52. Si la demande de photographie de l’Épitome musical de Jambe de Fer par Friedrich Blume avait provoqué de l’émoi parmi les bibliothécaires en 1939, à partir de l’été 1940 les photographies et même les prêts d’ouvrages précieux se multiplient. Ainsi, des manuscrits autographes de Mozart, dont celui de Don Juan, sont prêtés de manière très informelle par le Conservatoire, alors sous la direction de Brunold, le 1er novembre 1941 – la demande en a été formulée en octobre seulement – pour l’exposition Mozart qui a lieu à Vienne à l’occasion du 150e anniversaire de la mort du compositeur. Faÿ accède même à la demande de Piersig de procéder à la reproduction du Don Juan par un éditeur allemand en vue d’une première édition en fac-similé, chose que les musicologues français n’auraient certainement pas acceptée avant. Bruno Stäblein et son épouse, tous deux professeurs munis d’une lettre de l’Institut für deutsche Musikforschung, demandent en mars 1941 la communication de 70 à 80 manuscrits musicaux pour les photographier, ainsi que le rapporte, étonné, le conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal, et quelques mois après, Gerigk réclame à de Van une reproduction complète du manuscrit de Carmen de Bizet. En mai 1942, Schünemann commande, à partir de Berlin, des photographies des lettres autographes de musiciens allemands, et en octobre de la même année, Fuchs demande un fac-similé du manuscrit de l’Appassionata « pour offrir à un collègue »53. Ces quelques exemples illustrent bien l’agressivité de la présence allemande là où se trouvent les fondements même de la musicologie française.

  • 54 Orlando di Lasso und seine Zeit. Repertoire-Untersuchungen zur Musikgeschichte der Spätrenaissance (...)

34Pendant leurs visites assidues dans les petites salles de lecture, les musicologues français, quant à eux, continuent leurs propres travaux et sont donc constamment confrontés à cette présence. Les contacts des musicologues allemands s’établissent autant avec les bibliothécaires qu’avec les lecteurs français. Ainsi Wolfgang Boetticher remercie explicitement de Van et Prod’homme dans la préface de son ouvrage sur Roland de Lassus54, le jeune Kutz discute avec de Van et Schaeffner (voir chap. 7), et on peut supposer que les chercheurs venus comme collègues de la SIM avant la guerre y retrouvent leurs vieux contacts.

Au service de la collaboration : les Concerts de la Bibliothèque nationale

35Ces bons rapports avec l’occupant, Faÿ a tout intérêt à les consolider et à les étendre à des sphères politiques supérieures. La fondation officielle du Département de la musique lui fournit ainsi l’occasion et les moyens d’établir à la Bibliothèque nationale un foyer du collaborationnisme au plus haut niveau, une sociabilité franco-allemande organisée autour de la musique.

  • 55 Le rôle qu’a joué de Van dans la conception politique des concerts ne ressort pas des archives et (...)

36Au départ, la série des « Concerts de la Bibliothèque nationale » est conçue comme une publicité pour faire connaître et reconnaître le tout nouveau Département de la musique auprès d’un public choisi et invité. En faisant revivre, dans la splendide galerie Mazarine, des œuvres anciennes rares dont les manuscrits ou imprimés sont conservés dans les fonds des bibliothèques musicales parisiennes, les concerts doivent conférer une certaine identité à la nouvelle institution. Or, Faÿ (et de Van ?55) table sur une voie ostensiblement politique pour construire cette image : non seulement il s’agit d’exposer au grand jour la richesse des fonds français dans le cadre de la compétition internationale et d’en démontrer la valeur scientifique et artistique, mais aussi d’asseoir le rôle de Faÿ lui-même au sein du réseau collaborationniste, et de consolider la position de la BN dans l’avenir franco-allemand.

  • 56 F-BN, Dossier de personnel Bernard Faÿ. Cette lettre est conservée dans un sous-dossier sans titre (...)
  • 57 F-BN, Dossier de personnel Bernard Faÿ. Abetz ne pourra pas assister à ce premier concert de juin (...)
  • 58 F-BN, Dossier de personnel Bernard Faÿ ; F-BN, A 42 ; F-BN, Dossier de personnel Guillaume de Van  (...)
  • 59 Note de Jean Laran, administrateur général de la Bibliothèque nationale, adressée au ministre des (...)

37En effet, lorsque Faÿ et de Van organisent, pour fêter l’inauguration du département, le premier concert de la série prévu le 1er juin 1942, Faÿ prend soin d’en informer personnellement la Propaganda-Staffel et de s’enquérir de leurs souhaits. Le 14 mai 1942, le Dr. Fuchs du Bibliotheksschutz – interlocuteur privilégié de Faÿ pour les contacts avec le gouvernement militaire allemand – lui envoie en réponse à sa requête une liste de treize personnes à inviter, toutes des hauts militaires allemands56. Faÿ tente ensuite de réunir les cercles les plus hautement placés dans la collaboration. Il demande ainsi à Suzanne Abetz et à son époux l’ambassadeur allemand, qui sont parmi les premiers invités, de lui indiquer d’autres « amis français et allemands » à inviter ; et il précise dans son invitation à la comtesse Josée de Chambrun et à son père, qui n’est autre que Pierre Laval, qu’ils y rencontreraient « un assez grand nombre de représentants de l’armée d’occupation, et [que] dans l’atmosphère de la Galerie Mazarine ce serait une manifestation qui aurait à la fois de la dignité et de la cordialité »57. Selon les invitations conservées58, parmi les représentants de cette « dignité et cordialité » se trouvent du côté français, outre Laval, chef du gouvernement tout-puissant depuis à peine six semaines : Abel Bonnard, ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale, Fernand de Brinon, ambassadeur de France auprès des Allemands ultra collaborationiste, le secrétaire général à l’Information et à la Propagande Paul Marion, Madame la Maréchale en personne (elle assiste au concert du 7 avril 1943), Charles Lesca (directeur de Je suis partout), Louis Darquier de Pellepoix (antisémite virulent de longue date et Commissaire général aux questions juives), Alphonse de Châteaubriand (fondateur de La Gerbe et président du groupe Collaboration), mais aussi Jacques Chailley, André Pirro, Claude Delvincourt, le critique Pierre Lalo, Émile Vuillermoz, Jean Cocteau, Sacha Guitry et Arletty, actrice et chanteuse habituée des milieux allemands. Sans oublier les représentants de la presse d’extrême droite, collaborationniste et pétainiste (Je suis partout, Les Nouveaux Temps, Le Petit Parisien, France, revue de l’État nouveau, L’Appel, La Chronique de Paris…) et ceux de Radio Paris, qui enregistre et rediffuse les concerts59.

38Du côté allemand aussi on rencontre du beau monde, outre les époux Abetz : le Militärbefehlshaber in Frankreich Karl Heinrich von Stülpnagel, chef du gouvernement militaire allemand en France, de nombreux hauts membres du gouvernement militaire et de l’armée d’occupation, le SS-Standartenführer Helmut Knochen, chef de la Sicherheitspolizei (SiPo) et du Sicherheitsdienst (SD) parisiens, le SS-Sturmbannführer Andreas Biederbick, dirigeant un SS-Sonderkommando et chargé de questions de politique culturelle auprès du SD, ainsi que divers responsables de la Propaganda-Staffel, de l’Institut allemand et d’autres institutions culturelles allemandes.

39C’est donc devant ce public lourdement connoté que se produit Guillaume de Van en tant que représentant de la nouvelle institution centrale de la musicologie française. Au moins six concerts ont lieu entre le 1er juin 1942 et le 7 janvier 1944. Les Paraphonistes de Saint-Jean-des-Matines dirigés par de Van interprètent la messe de Machaut, des madrigaux, des motets et autres formes sacrées et profanes de compositeurs franco-flamands allant de Philippe de Vitry à Josquin des Prés, en passant par Dufay, Ockeghem, Obrecht et autres. Seuls le premier concert et les deux concerts thématiques du 7 avril et du 23 juin 1943 – sur « l’École vénitienne » et « l’Espagne et la polyphonie », en partenariat avec l’ambassade d’Espagne – intègrent également des compositeurs italiens (avant la rupture du pacte germano-italien en septembre 1943) et espagnols de la même époque. À chaque audition, les documents originaux provenant des fonds et ayant servi à l’interprétation des œuvres sont exposés à l’entrée de la salle, « afin que le public soit mieux à même d’apprécier la réalisation sonore de nos trésors », comme l’indique le rapport de la Bibliothèque nationale rendu au maréchal Pétain en 1943 :

  • 60 Bernard Faÿ, Le fonctionnement et la réorganisation de la Réunion des bibliothèques nationales de (...)

Depuis longtemps, diverses grandes bibliothèques étrangères en Allemagne et en Amérique se consacraient à faire connaître la musique ancienne qu’elles conservent. Heureusement, notre bibliothèque commence à tirer de l’oubli quelques chefs-d’œuvre qui font partie des plus riches collections musicales du monde60.

  • 61 Faÿ, lettre à Bonnard, 9 septembre 1942, et la réponse positive du chef du secrétariat particulier (...)
  • 62 B. Faÿ, Le fonctionnement et la réorganisation…, rapport cité, 1943 : 61.

40L’entreprise de Faÿ et de Guillaume de Van est soutenue financièrement et moralement par une Société des amis du Département de la musique, dont la naissance est solennellement prononcée par son président d’honneur Abel Bonnard61 lors du deuxième concert le 19 octobre 1942. Les concerts sont réservés aux sociétaires et aux invités. À part André Pirro, qui succède à Bonnard au poste de la présidence d’honneur, le seul musicologue sociétaire semble être Jacques Chailley, du moins est-il le seul dont l’adhésion ait laissé une trace dans les différents fonds d’archives. Fin 1942, la Société compte déjà 165 membres62.

  • 63 Chailley, lettre à Faÿ, 27 octobre 1942, F-AN, AJ37 410.

41Chailley semble participer assidûment à cette sociabilité collaborationniste, probablement sous sa double casquette de musicologue et de secrétaire général du Conservatoire. Mais il a aussi des intérêts personnels à s’associer au projet : de Van empiète en effet sur le terrain qu’il avait lui-même occupé auparavant avec sa chorale Psalette Notre-Dame, comme il le rappelle à Faÿ en lui suggérant une collaboration63. La SFM quant à elle choisit la stratégie inverse : elle aussi avait organisé dans l’entre-deux-guerres des auditions de musique ancienne provenant des découvertes musicologiques dans les fonds musicaux parisiens. Étant systématiquement mise à l’écart du pouvoir dans le domaine des bibliothèques, elle refuse de cautionner une réorganisation qui lui échappe et tous les projets qui y sont liés. Le compte rendu du premier Concert de la Bibliothèque nationale dans les Rapports et Communications se fait ainsi maussade, et va jusqu’à refuser à de Van la paternité des transcriptions :

  • 64 [Anonyme], « Documents, Nouvelles musicologiques », Rapports et Communications, vol. 21, n° 2, jui (...)

À la Bibliothèque Nationale, continuant la tradition des concerts et expositions donnés depuis une trentaine d’années par le regretté J. Écorcheville, Mme Yv. Rokseth et M. Gastoué, un concert de musique du XIVe siècle a été organisé en juin dernier par M. G. de Van, qui y fit entendre diverses œuvres de Guillaume de Machaut et de ses contemporains, en partie transcrites par notre collègue A. Pirro64.

  • 65 Conservés en partie au Département de la musique de la Bibliothèque nationale.
  • 66 Dans le programme du 1er juin 1942, l’auteur parle de ses choix de programme en utilisant la premi (...)

42Pourtant, le choix des œuvres présentées doit beaucoup intéresser les dirigeants de la SFM. Les quatre programmes conservés65 nous renseignent non seulement sur le contenu musical, mais ils nous donnent aussi une idée du concept politique derrière la série. Imprimés chacun sur quatre feuillets de papier précieux cartonné en grand format, bi colores (celui d’octobre 1942 porte même la belle reproduction colorée d’une enluminure en couverture), les programmes ne dissimulent pas le caractère d’exception de la manifestation. Ils contiennent des textes accompagnant les auditions qui sont vraisemblablement rédigés par Guillaume de Van lui-même66 et qui s’adressent à un public cultivé.

43Ces textes, mélangeant les genres du guide d’écoute et de l’introduction historique, se distinguent par une argumentation qui se fonde quasi exclusivement sur le prisme national. À propos d’une pièce anonyme de la cour de Chypre du XIVe siècle (au programme du concert du 19 octobre 1942), de Van écrit ainsi que ce genre « mariait étrangement, sur un fond français, l’influence italienne et celle de la civilisation arabe au milieu de laquelle fleurissait cet avant-poste de notre culture », et dans le programme espagnol du 23 juin 1943, il explique le développement de la musique européenne du XIIIe au XVe siècle de la manière suivante :

  • 67 4e centenaire de St. Jean de la Croix à la Bibliothèque nationale, sous la présidence de Son Excel (...)

Au XIIIe siècle, la musique française était la musique de l’Europe entière ; parties de Notre-Dame de Paris, les doctrines de nos ancêtres ont fait le tour de l’occident chrétien. De l’Écosse jusqu’au fond de la péninsule Ibérique, c’était l’enseignement des maîtres parisiens qui formait les compositeurs de musique. […] Un examen plus attentif a pourtant révélé des caractéristiques nationales. […] Au XVe siècle, la musique, sous l’égide des maîtres franco-flamands, est devenue européenne. Parcourant l’Europe entière, sollicités par toutes les cours, les compositeurs du Nord s’enrichissaient au contact de la musique de tous les pays qu’ils visitaient. Il en est résulté une merveilleuse harmonie où chaque esprit national pouvait se faire sentir dans le cadre d’une polyphonie savante67.

44Cet extrait, très représentatif du corpus restreint des quatre programmes conservés, résume bien la vision que donne de Van de cette musique « française ». Sa conception d’une musique nationale à la fois universelle, hégémonique et canalisatrice des aspects les plus méritants des autres styles nationaux, converge avec l’idée dominante que s’est forgée la musicologie allemande de la spécificité nationale de la musique germanique (le Deutschtum) sur deux points. Primo, si le prisme national dont se sert de Van s’inscrit dans l’horizon discursif habituel en France, son emploi systématique comme unique paradigme descriptif et argumentatif rapproche ces textes de la musicologie national-socialiste (sans toutefois aller jusqu’à adopter l’orientation raciale de cette dernière). Secundo, l’universalisme défendu par de Van n’est pas lié à l’idée classique de l’esprit français que nous avons explicitée plus haut, mais il se construit sur un paradigme emprunté à la musicologie allemande qui dépasse largement le cadre chronologique du national-socialisme, à savoir celui de la synthèse (voir aussi chap. 10). De même que dans la musicologie national-socialiste, la synthèse supranationale de la polyphonie vocale franco-flamande chez de Van n’implique aucune notion d’hybridité. Au contraire, la rencontre entre les nations n’aurait fait qu’accentuer les esprits nationaux, l’universalité et la supériorité de la musique française résidant justement en sa faculté de contenir et de sublimer ces spécificités nationales, devenant elle-même la musique européenne. Il est intéressant de constater d’ailleurs que de Van laisse ouvertes deux interprétations possibles de cet extrait : les « compositeurs du Nord » peuvent autant désigner ceux du nord de la France et des pays flamands que ceux des pays germaniques.

  • 68 Voir F. Nicolodi, « Nationalistische Aspekte im Mythos von der „ alten Musik “in Italien und Frank (...)

45Nous ne pouvons qu’esquisser ici la description des enjeux politiques et idéologiques des études sur la musique ancienne dans la première moitié du siècle : d’un côté en effet, la musicologie allemande en avait fait l’un de ses terrains privilégiés, et les recherches françaises des premières décennies du siècle viennent donc explicitement les concurrencer ; de l’autre, l’histoire de l’étude de la musique ancienne est liée en France à la construction d’une histoire nationale du classique en opposition au romantisme du voisin d’outre-Rhin68. L’utilisation de cette musique et de ce domaine de la musicologie française dans un contexte notoirement collaborationniste et l’adaptation apparente aux schémas argumentatifs de la discipline sœur allemande prennent une dimension politique supplémentaire de rapprochement franco-allemand.

Polémiques et désolidarisations

  • 69 Malgré la fragilité de sa position, Faÿ réussira à conserver son poste, moyennant un soutien incon (...)

46Au-delà des enjeux sociopolitiques des Concerts de la BN, pour de Van et Faÿ la protection des Allemands – et pas n’importe lesquels – est vitale sur le plan individuel et personnel : avec ces concerts, ils dissipent tout doute éventuel quant à leur bonne volonté vis-à-vis de la collaboration, et s’assurent la sympathie des puissants. Or, le crédit de Faÿ auprès des Allemands a dangereusement chuté depuis fin 1941, et il est en passe de devenir de plus en plus « inutile ou même encombrant », comme l’écrit Antoine Compagnon, tant pour Vichy que pour l’occupant, parce qu’il est soupçonné de contacts avec les États-Unis et impliqué dans des différends avec l’ambassade allemande69.

47Quant à Guillaume de Van, sa nouvelle position et les réformes radicales qu’il entreprend provoquent vite une vive polémique dans le milieu de la musicologie et des bibliothèques qui aboutit à une véritable déchirure dans le champ musicologique et finit par attirer l’attention des pouvoirs allemands et de la justice française. L’enjeu est de taille, notamment à partir de l’entrée en guerre des États-Unis le 8 décembre 1941 : selon la loi du 3 avril 1941, de Van ne peut être, en tant qu’Américain, légalement employé par l’État, et il risque en outre d’être considéré comme ennemi par la police allemande. Pendant que de Van dirige les Concerts de la Bibliothèque nationale, les responsables politiques dans le public suspendent ainsi au-dessus de sa tête l’épée de Damoclès, et sa propre discipline mène contre lui un combat de plus en plus menaçant.

Soutiens et oppositions du milieu musicologique

48Les frustrations du personnel des bibliothèques éclatent en premier au Conservatoire. Dès décembre 1940, une partie de l’équipe, dont Prod’homme, Josserand, Schaeffner et Launay, boycottent ouvertement le travail de Guillaume de Van. Mais la situation s’envenime le 18 avril 1941 lorsque la revue Beaux-Arts, sous contrôle allemand (voir chap. 3), publie un article de la plume d’André Pirro, l’un des grands patrons de la musicologie française reconnu internationalement, qui prend ouvertement partie pour l’« intrus ».

  • 70 A. Pirro, « La musique à la Bibliothèque nationale », art. cité, 18 avril 1941.
  • 71 Marie-Louise Pereyra sent un danger direct pour la Société et propose de « remettre [Pirro] à sa p (...)
  • 72 Correspondance Faÿ-Pirro, 20-21 avril 1942, F-BN, A 65/9 ; Pirro, lettre à Monsieur le Ministre Ca (...)
  • 73 L’Information musicale, n° 133, 4e année, 19 novembre 1943. Après ce premier hommage spontané, le (...)
  • 74 L’Information musicale, n° 111, 3e année, 9 avril 1943. Le fils de Prunières a en effet mis près d (...)
  • 75 Nécrologie dans la Kölner Zeitung, 15 décembre 1943, coupure de presse issue du fonds Jacques-Gabr (...)
  • 76 Sauf indication contraire, les sources ayant servi à l’élaboration de ce chapitre proviennent des (...)

49Accompagnée d’une photo montrant le désordre des magasins du Conservatoire, cette unique publication de Pirro sous l’Occupation, qui est aussi la dernière de sa vie – un grand article en double page70 – s’étend longuement sur les questions techniques du nouveau catalogue, et sur l’ampleur des travaux à entreprendre, notamment au Conservatoire. Aux yeux de la SFM, Pirro fournit là non seulement la légitimation et la consécration des réformes de Guillaume de Van, dont il souligne l’expertise, mais il cautionne implicitement les récentes destitutions brutales de l’ensemble de la vieille équipe du Conservatoire71. Pirro, en prenant ainsi publiquement le parti de son jeune collègue paléographe qui valorise enfin la musique ancienne dans le catalogue central des incipit, se positionne clairement dans le débat musicologique et politique. C’est lui aussi qui, au printemps 1942, recommande de Van à Faÿ et à Carcopino lors du processus de nomination du conservateur en chef du futur Département contre la candidature de Nobert Dufourcq72, et à qui Faÿ se réfère à plusieurs reprises pour justifier le choix de Guillaume de Van. Avant son décès le 11 novembre 1943, Pirro nomme de Van son légataire universel, geste dont la signification n’a pas pu être élucidée, de Van n’ayant même pas été son élève. C’est de Van qui semble informer la communauté musicologique du décès, et qui écrit la nécrologie en première page de l’Information musicale73. L’ancien professeur de la Sorbonne est honoré par une multitude de nécrologies dont le nombre est bien supérieur à celles consacrées aux autres musicologues importants décédés durant l’Occupation. L’Information musicale ne rend ainsi qu’un bref hommage tardif à Prunières – décédé le 11 avril 1942 et réputé « juif » par les autorités allemandes et dans le milieu musicologique –, une fois le certificat de ses origines « aryennes » établi, en avril 194374 ; et les décès de Landormy, Laloy et Gastoué, tout aussi réputés, sont également beaucoup moins déplorés dans la presse que celui de Pirro. Fait significatif, la mort de l’auteur de l’influente Esthétique de Bach (1907) trouve également un écho en Allemagne, avec des hommages à celui qui fut « l’un des rares savants français à garder le contact avec la science allemande75 ». Pirro n’entrant pratiquement jamais sur la scène publique en dehors de l’affaire de la réorganisation des bibliothèques, il se peut que les sympathies allemandes proviennent en partie de son engagement pour de Van lorsque ce dernier est attaqué par une partie importante du milieu musicologique76.

  • 77 Voir Pereyra, lettre à Gastoué, « mardi » [entre le 17 mars et le 25 avril 1941], F-SFM, Pereyra.
  • 78 Pereyra, lettre à Gastoué, 20 avril 1942, F-SFM, Pereyra.

50La SFM quant à elle, après avoir tenté en vain de mobiliser Cortot et Carcopino pour soutenir les sociétaires menacés de destitution début 1941 et pour faire partir de Van de son poste77, prend publiquement parti contre de Van et son « clan » à travers les Rapports et Communications. La fondation officielle du Département en mars 1942, pourtant l’un des événements les plus importants de la musicologie française des dernières décennies, n’y est commentée, sur l’indication de Marie-Louise Pereyra, que par une petite notice de quelques lignes qu’elle juge suffisante pour « le sinistre personnage que vous connaissez78 ». Le texte ne mentionne pas le nom de Guillaume de Van et transforme cette annonce douloureuse pour la SFM en un résumé optimiste de ses propres activités à la bibliothèque de l’Arsenal :

  • 79 [Anonyme], « Documents et nouvelles musicologiques », art. cité, juillet 1942 : 23.

L’activité musicologique se manifeste dans les Bibliothèques Nationales. On sait qu’une réorganisation d’ensemble s’y poursuit, sous l’impulsion énergique de M. Bernard Faÿ, Administrateur général ; nous en donnerons les détails lorsque toutes les décisions auront été prises à ce sujet. En attendant, M. A. Gastoué met la dernière main à la révision du Catalogue de Th. de Lajarte de la Bibliothèque de l’Opéra, […] et a été chargé, sur la demande de M. Fr. Calot, Conservateur, du reclassement du fonds de musique ancienne de la Bibliothèque de l’Arsenal et de l’établissement d’un nouveau catalogue complet et détaillé. Un bon nombre d’éditions anciennes et de manuscrits, non signalés jusqu’ici, ont été découverts dans ce fonds historique, au cours de ce dernier récolement79.

  • 80 Correspondance de Guillaume de Van et Jacques Chailley, 31 mars et 3 avril 1943 (F-SFM, Lettres re (...)

51Les rapports SFM-BN continuent d’ailleurs à s’envenimer quand de Van déloge les dépôts de la SFM des sous-sols du Conservatoire en mars 1943, mettant la SFM, qui ne dispose pas de ses propres locaux, dans une situation délicate80. Ce ne sera que dans le premier numéro de l’année 1943 des Rapports et Communications – fascicule daté de janvier 1943 mais paru en juillet, probablement déjà sans la collaboration de Gastoué et Pereyra – que la Société annoncera la nomination de Guillaume de Van à la tête du Département. L’annonce se fait minimale :

  • 81 [Anonyme], « Nouvelles musicologiques », Rapports et Communications, n° 1, janvier 1943 : 21-22, i (...)

Par suite de la création d’un “Département de la musique” à la Bibliothèque Nationale par M. Bernard Faÿ, Administrateur général, M. Guillaume de Van vient d’être placé à la tête de ce nouveau service, qui comprend également les Bibliothèques du Conservatoire de musique et de l’Opéra81.

52Cette nomination controversée du conservateur en chef pour le département finit par faire naître – après maints conflits intérieurs entre de Van, une partie du personnel des bibliothèques et la SFM – des interrogations au niveau politique supérieur. En effet, l’insistance de Faÿ à embaucher de Van attire l’attention des ministères de la Justice et de l’Éducation nationale sur son inéligibilité légale à un poste public à cause de sa nationalité américaine. Lorsque de plus, Dufourcq pose sa candidature en avril 1942, Faÿ se voit dans l’obligation de justifier son choix. « J’insiste tout particulièrement sur le cas de de VAN », écrit-il en juillet 1942 au ministère de l’Éducation nationale, « ce garçon est français indubitablement, et ce n’est qu’une question de paperasserie qui nous gêne ». Il ajoute que de Van est le seul scientifique capable en France de créer le département,

  • 82 Faÿ, lettre à Bousquet, chef de cabinet de M. le ministre de l’Éducation nationale, 3 juillet 1942 (...)

et pour ma part je me refuse à prendre un homme de paille. Au demeurant, l’estime dont il jouit chez les Allemands et les contacts excellents qu’il y possède sont pour nous très précieux à l’heure actuelle. M. Norbert DUFOURCQ dont la candidature a été posée est déjà Professeur au Conservatoire, employé à la maison Larousse, et par ailleurs ne possède ni les qualités d’érudition, ni les qualités de chef indispensables82.

  • 83 Archiviste-paléographe et organiste professionnel, ce chartiste apporte en effet toutes les compét (...)
  • 84 André Pirro à Bernard Faÿ, 21 avril 1942, F-BN, A 65/9, dossier Personnel, dossier Professeur Pirr (...)
  • 85 Selon des notes de Gueydan de Roussel ; de Van prétend que l’information proviendrait probablement (...)

53Dufourcq possède pourtant un diplôme de l’École des chartes, a une longue liste de publications musicologiques à son actif et un curri culum qui le prédisposerait au poste83. Faÿ s’appuie par ailleurs sur le jugement d’André Pirro qu’il avait consulté pour choisir entre les deux candidats. Celui-ci souligne son aversion contre le choix « habile, presque trop, plus que musical » des objets d’étude de son ancien élève qui travaille notamment sur l’histoire de l’orgue, « ce qui ne touche qu’indirectement à l’histoire de l’évolution musicale ». En argumentant sur un niveau purement scientifique, Pirro clôt son expertise en recommandant de Van, qui mériterait bien cette « récompense » après les efforts fournis84. Si Faÿ et de Van peuvent ainsi prétendre vis-à-vis des ministères avoir un certain appui de la communauté scientifique, ils s’assurent également du côté allemand contre une nomination de Dufourcq : de Van semble en effet le dénoncer à Gueydan de Roussel, agent du SD, en tant que « gaulliste »85

54Mais l’argument principal est donné : il s’agit bel et bien des bons rapports qu’entretient de Van avec les Allemands, argument que Faÿ renouvellera constamment. La candidature de Dufourcq est ainsi rapidement écartée par l’administrateur général, mais malgré les tentatives acharnées de Faÿ de lui faire attribuer le statut de conservateur, de Van ne sera finalement nommé que « Chargé des fonctions de Directeur des bibliothèques musicales » en août 1942.

Une nomination controversée

55Dès novembre 1942, le ministre de l’Éducation nationale, Abel Bonnard en personne, se distancie explicitement de Guillaume de Van vis-à-vis du garde des sceaux :

Il m’est impossible de vous donner sur son cas un avis personnel. En effet, je n’ai nommé M. de Van, le 5 août 1942, dans l’emploi qu’il occupe présentement, que sur la demande particulièrement instante et sur la garantie personnelle de M. Bernard Faÿ :
M. Bernard Faÿ assure que M. de Van est fils de père français. Marié à une Française il a un fils français. Cependant, né aux États-Unis dans l’État de Tennessee, où il n’y a point d’état civil et où la naissance est seulement constatée par l’acte de baptême, il ne peut produire cet acte. De plus, n’ayant pas fait de service militaire M. de Van prétend que la cause en est à son état de santé ; mais là non plus, il n’apporte aucune pièce qui justifie ses dires.

  • 86 Abel Bonnard, ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale, lettre à Joseph Barthélémy, mini (...)

M. de Van ne présente donc pas d’autre garantie de ses affirmations que celle de M. Bernard Faÿ86.

  • 87 Louis Marie Michon, président de l’Association professionnelle des bibliothécaires de l’enseigneme (...)

56Peu de temps après, le 6 décembre 1942, Bonnard reçoit une plainte officielle de l’Association professionnelle des bibliothécaires de l’enseignement supérieur contre l’arrêté du 5 août : « Il nous semble, Monsieur le Ministre, que l’on ne peut échapper à ce dilemme : ou M. de Van n’est pas français, et, dans ce cas, il est légalement incapable, ou il est français, et il doit alors prouver qu’il n’est pas insoumis [n’ayant pas fait de service militaire], donc indigne87. » Dans les deux cas, de Van ne peut légalement être embauché par l’État. Faÿ est saisi par les ministères de la Justice et de l’Éducation nationale et n’hésite pas à mentir effrontément quant au passé et aux qualifications de son protégé, mais il ne peut fournir les justifications demandées sur la nationalité et le service dans l’armée. En même temps, dans les bibliothèques la situation devient de plus en plus conflictuelle, une partie du personnel désapprouvant ouvertement le zèle avec lequel de Van se soumet aux règles de l’occupant. De plus, au ministère de la Justice, l’examen d’une demande de naturalisation qu’avait déposée de Van fin 1940 ne fait qu’empirer les choses, le dossier démontrant de manière flagrante l’absence d’arguments en sa faveur. Faÿ emploie alors les grands moyens, allant jusqu’à la menace :

[I] l n’y a pas en France, à l’heure actuelle, d’autre technicien d’histoire de la Musique susceptible d’occuper cette place. Seul, Mr De Van a une formation européenne, lui seul a un point de vue européen, et toutes les autorités allemandes compétentes se sont empressées d’entrer en liaison avec lui […]. Je puis dire qu’à l’heure actuelle, grâce à lui, mon département de la Musique est le seul qui ait une orientation nettement européenne et des liaisons satisfaisantes avec les savants d’Europe Centrale.

L’émotion que produirait le départ de Mr De Van dans ces conditions serait très grande et susceptible de nuire aux relations intellectuelles franco-allemandes.

  • 88 Faÿ, lettre au ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale, 28 décembre 1942, F-AN, F17 133 (...)

Mr Dufourcq, en effet, ne saurait maintenir notre Département sur ce pied. Sa formation est toute française et orientée vers l’Angleterre88.

57Inutile de préciser que cette « orientation européenne » se réfère à la coopération franco-allemande. Faÿ joint à sa lettre des pièces à conviction : trois lettres de soutien des musicologues allemands Gerigk, Gerber et Fellerer, datées de novembre 1942. Ces lettres attestent de la qualité scientifique du nouveau catalogue, des bienfaits rendus à la science française et internationale, et des bons services de Guillaume de Van à leur égard. Faÿ et de Van affichent par ailleurs dans cette démarche leur proximité avec Gueydan de Roussel, notoirement proche des Allemands, qui a de son côté tout intérêt à maintenir son informateur en poste et qui appuie activement la demande de Faÿ au ministère en y joignant une recommandation personnelle :

  • 89 Note lue lors de l’interrogatoire de Guillaume de Van par la police judiciaire, 1946, citée par L. (...)

Je connais M. de Van depuis deux ans et me porte volontiers garant de l’honnêteté de sa position politique et de son amitié pour l’Allemagne. Il m’a donné à plusieurs reprises des renseignements sur l’activité juive et gaulliste à la Bibliothèque Nationale et dans le monde de la musique en général89.

58Bonnard, qui avait déjà élaboré un arrêté destituant de Van de ses fonctions (projet d’arrêté du 31 décembre 1942) recule au dernier moment et le texte, auquel il ne manquait plus que sa signature, n’entre pas en vigueur.

59C’est alors que s’ouvre un débat public : le 21 janvier 1943, la page de titre de L’Œuvre, journal collaborationniste de Marcel Déat, dénonce l’illégalité et l’injustice de la nomination de Guillaume de Van à la direction de la réorganisation des fonds musicaux, et précise bien les positions en présence au sein du réseau musicologique :

[O]n ne pouvait vraiment pas confier la garde de ces incomparables collections – les plus riches du monde – au premier joueur de banjo venu.

Il y avait bien des musicologues connus, tels que MM. Gastoué, Schaeffner, Prod’home [sic], ou encore M. Dufourcq, docteur ès lettres, organiste de Saint-Merry et professeur d’histoire de la musique au Conservatoire de musique de Paris. Mais M. Bernard Fay [sic] a voulu mieux.

Et c’est ainsi qu’on a vu apparaître M. Guillaume de Van.

  • 90 Robert Danger [pseudonyme d’un auteur non identifié], « Les grandes réformes à la “Nationale” », L (...)

M. Guillaume de Van ? Il avait tout au moins pour lui, apprit-on, l’avantage d’être dépourvu de tout. D’aucuns allèrent même jusqu’à insinuer qu’il n’était pas français90.

  • 91 N. Vital Toussaint, « À la Bibliothèque nationale… », art. cité, 1943.

60L’article s’attarde ensuite sur l’absence de notoriété scientifique, la demande de naturalisation (une information qui ne pouvait être connue que d’un familier du milieu), le fait de ne pas avoir combattu en 1939-1940, la manière du « voyageur qui nous arrive d’Amérique » « d’écorcher le français », et fait par ailleurs allusion à des vols répétés d’ouvrages et d’objets dans les collections musicales. Le texte ne manque pas son but : Faÿ doit réagir et multiplie désormais les campagnes positives dans la presse – dont l’interview du 12 février dans Je suis partout mentionnée plus haut91 – et les rapports officiels louant les progrès du nouveau département, mais à partir de là, les événements se bousculent et de Van se voit de plus en plus menacé.

Fin d’une carrière politique

  • 92 Interrogatoire de Guillaume de Van par la police judiciaire, 1946, cité par L. Sabah, « Introducti (...)

61Pierre Géraudel, membre de l’équipe des bibliothèques musicales, est soupçonné par Faÿ d’être l’auteur de l’article de L’Œuvre et il est instantanément destitué, à la suite de quoi il entame un pourvoi officiel contre la nomination de de Van, soutenu par un pourvoi parallèle de l’Association professionnelle des bibliothécaires. De Van, qui avait déjà accusé Géraudel de « propagande anglaise » auprès de Gueydan de Roussel en décembre 194292, saisit Biederbick de la SS et du SD en février 1943 pour s’assurer de la solidarité des Allemands. Il en profite également pour dénoncer, en présence de Franzi Berten du Sonderstab Musik, son concurrent Dufourcq comme étant judéophile. Les musicologues allemands maintiennent leur position en faveur de Guillaume de Van, alors que le ministère de l’Éducation nationale se désolidarise rapidement de lui et soutient Géraudel – et ce malgré l’intervention personnelle de Pétain, saisi par Faÿ et par la Société des Amis des concerts de la Bibliothèque nationale, en faveur du maintien de de Van en mars 1943. En parallèle, le Sicherheitsdienst entame sa propre enquête sur le cas de Van au printemps 1943, interrogeant entre autres le Sonderstab Musik, pendant que Biederbick assiste aux concerts de de Van. Gerigk exprime son entière confiance et tente d’écarter tous les soupçons du SD. Les pourvois sont examinés durant tout l’été, et Bonnard finit par statuer en octobre : de Van ne remplissait en effet pas, lors de sa nomination en août 1942, les conditions nécessaires à une nomination au sein du service public. Il est malgré tout maintenu dans ses fonctions, avec toutes les responsabilités qui en découlent.

  • 93 « Aufzeichnung für Herrn VLR Dr. Krüger, betr. Uk-Stellung des Referenten Dr. Georg Rabuse am Deut (...)
  • 94 Guillaume de Van, « À quoi sert la musicologie », Comœdia, n° 146/147, 29 avril 1944 : 5.

62De Van donne sa dernière preuve publique de loyauté envers les Allemands le 29 avril 1944, dans un article placé stratégiquement sur la page « Connaître l’Europe » de Comœdia, page gérée par l’Institut allemand d’un périodique voué à la propagande « européiste93 ». De Van y célèbre deux musicologues allemands, Johannes Wolf et Philipp Spitta, à l’occasion du 75e anniversaire du premier et du cinquantenaire de la mort du second. Il rappelle que l’Allemagne est le « berceau » de la musicologie – « c’est là que les méthodes les plus sûres ont été élaborées » – et souligne l’importance de l’influence de Spitta sur la pensée musicologique européenne, affirmant que Pirro, « par sa formation, par ses rapports constants avec ses collègues d’outre-Rhin, par ses voyages, par sa race même, se rattache à la tradition romantique allemande ». Enfin, il salue le travail de Wolf sur la notation mesurée – son propre domaine de recherches donc – comme l’inauguration d’une nouvelle ère de la musicologie, sortant de la niche des appréciations esthétiques pour aboutir à des méthodes véritablement scientifiques94.

  • 95 Tout le personnel n’est en effet pas opposé à de Van : Yvette Fédoroff, alors Mlle Yvette Langer, (...)
  • 96 Sur 440 personnes en tout, voir les listes du Stalag 122, communiquées au Comité international de (...)
  • 97 Gerigk, lettre au responsable de la Hauptarbeitsgruppe Frankreich de l’Einsatzstab Reichsleiter Ro (...)

63Dans une ambiance tendue, les concerts, le travail sur les fonds, le catalogage, les demandes de musicologues allemands continuent malgré les conflits de pouvoir avec une partie du personnel95 et la fragilisation progressive de Faÿ jusqu’au 2 mai 1944. Ce matin-là, Guillaume de Van est arrêté par la police allemande sur le seuil de la Bibliothèque nationale et envoyé dans un camp d’internement à Clermont, près de Creil (Oise), dans lequel se trouvent alors près de 350 Américains96. Faÿ se mobilise immédiatement auprès de ses interlocuteurs allemands – Sonderstab Musik, Bibliotheksschutz, SD, Institut allemand et ambassade allemande – et du ministère de l’Éducation nationale, et apprend que de Van est touché par une mesure de « précaution » de la part des autorités allemandes vis-à-vis des ressortissants des pays belligérants. Ainsi, contrairement à ce que l’on aurait d’abord pu croire, son arrestation ne résulte en rien des attaques portées contre lui. À cette occasion, Gerigk renouvelle l’expression de sa confiance à de Van, dont il salue la loyauté sans faille, mais il modère ses propos en remarquant que « malgré mes sympathies pour de Van, je suis d’avis que nous ne pouvons laisser en liberté un citoyen américain au moment où la grande phase décisive de cette guerre approche97 ». Après deux mois de campagne intense auprès des différents services des pouvoirs allemand et français, Faÿ obtient néanmoins la libération anticipée de Guillaume de Van par les Allemands – et non par les Américains, comme de Van l’affirmera par la suite – au début du mois d’août, peu avant la Libération.

64Le bilan du Département à la fin de l’Occupation est néanmoins positif d’un point de vue purement matériel et technique : il enregistre significativement plus d’acquisitions que les autres départements, des dons et legs conséquents (notamment les bibliothèques Pirro et Landormy), une démultiplication importante du personnel, et un catalogue très apprécié et bien avancé. La réorganisation des bibliothèques musicales parisiennes apparaît aujourd’hui non seulement comme une étape primordiale sur le chemin de l’institutionnalisation de la discipline musicologique en France, mais aussi comme une épreuve politique majeure engendrée par les contingences de l’Occupation et par la volonté des dirigeants de la BN de répondre aux exigences allemandes.

65Avec Faÿ, de Van est parmi les premiers responsables de la Bibliothèque nationale à être suspendu de ses fonctions avec l’épuration, au moment même des combats de libération de Paris, le 24 août 1944. Après l’été, la vie du département reprend vite son cours – sans de Van et Faÿ –, profitant amplement des avancées et des acquis des quatre « années noires ».

66L’Occupation se fait tout autant sentir dans un autre domaine central de la musicologie française : la musique allemande. Quelle signification est en effet attribuée à cette dernière, dans un contexte de collaboration culturelle dont nous avons démontré, dans les chapitres précédents, l’omniprésence et la puissance ? Les musicologues adaptent-ils leur argumentation au nouveau contexte politique dans lequel s’inscrit désormais cette musique ? Et inversement, ce nouveau contexte modifie-t-il la signification politique des énoncés musicologiques ?

Notas

1 Le premier projet conservé émane de la SFM, qui a poursuivi son engagement tout au long des années 1930 (Jacques-Gabriel Prod’homme au nom de la SFM, lettre au président de la BN, 17 novembre 1928, F-BN, A 65/9).

2 Sauf indication contraire, l’ensemble des informations sur Guillaume de Van données par la suite proviennent des fonds très riches des archives centrales de la Bibliothèque nationale de France (F-BN, A 65/9 et Dossier de personnel Guillaume de Van), du Département de la musique (F-BN Mus, BnF 1942-1944, Papiers de Van) et de son dossier d’épuration (F-AN, F17 16942).

3 Deutsche Botschaft Paris, lettre à l’Auswärtiges Amt Berlin, 23 février 1943, non signée, D-PAAA, Paris 1.142.

4 Les premiers enregistrements conservés de Guillaume de Van avec cette chorale datent de 1936, et sont publiés en 78 tours par l’Anthologie sonore.

5 « Le manuscrit de musique du trésor d’Apt, XIVe-XVe siècle, publié avec une introduction par A. Gastoué, Paris, E. Droz, 1936… », compte rendu, Acta Musicologica, vol. 12, fasc. 1-4, 1940 : 64-69.

6 Pereyra, lettre à Gastoué, s.d. « mercredi » [avant le 7 octobre 1942], F-SFM, SFM correspondance 1939-1942.

7 Voir les dénonciations dans le dossier d’épuration de Guillaume de Van, F-AN, F17 16942 ; ainsi que la lettre de Biederbick à Herbert Gerigk, 2 avril 1943, CDJC/CXLI-194. L’hypothèse de la relation sexuelle nous semble faible au vu de la correspondance professionnelle entre Faÿ et de Van : si Faÿ écrit sur un ton familier et semble effectivement être très attaché à son subordonné, de Van garde clairement ses distances.

8 Antoine Compagnon, Le cas Bernard Faÿ. Du Collège de France à l’indignité nationale, Paris, Gallimard, 2009.

9 Gerigk, lettre au SS-Sturmbannführer Dr. Biederbick à Paris, Berlin, 30 avril 1943, F-CDJC, CXLI-194.

10 Theo Stengel et Herbert Gerigk, Lexikon der Juden in der Musik, Berlin, Bernhard Hahnefeld, 1940; fac-similé in Eva Weissweiler, Ausgemerzt! Das Lexikon der Juden in der Musik und seine mörderischen Folgen, en collaboration avec Lilli Weissweiler, Cologne, Dittrich-Verlag, 1999. Ce lexique liste tous les musiciens et musiciennes supposés juifs et juives, avec une classification de leur « degré de judaïté », une synthèse diffamante de leur carrière et leurs coordonnées personnelles.

11 Lettres de Herbert Gerigk à Guillaume de Van, 28 octobre 1941 et 15 mai 1942, et réponse de de Van, 5 juin 1942, F-CDJC, CXLI-194 ; de Van à l’Institut d’études des questions juives, 11 avril 1942, et réponse de l’Institut, 13 avril 1942, F-BN Mus, Papiers de Van, boîte 2 (ce dossier contient également l’original de la liste de Gerigk).

12 Gueydan de Roussel a laissé une quantité importante d’archives et de notes à Paris lors de sa fuite à l’approche des armées de libération en 1944. Ses notes compromettent Guillaume de Van, qui est par la suite convoqué par la police judiciaire. Le journal de Gueydan de Roussel a été édité, accompagné d’une introduction et d’annexes importantes, par Lucien Sabah en 2000 : Journal de Gueydan « de » Roussel 1940-1944. Un agent de la Bibliothèque nationale et de la Gestapo, op. cit. On trouve notamment dans l’introduction une retranscription de l’interrogatoire de Guillaume de Van par la police judiciaire (p. 64-69).

13 Marie-Louise Pereyra à propos des remaniements dans les bibliothèques musicales sous la houlette de Guillaume de Van, lettre à Gastoué, 8 juin [1942], F-SFM, Pereyra.

14 Le 27 mars 1944, il donne ainsi un concert consacré à « La musique à la cour des princes au XIVe siècle » ; le 17 avril aux messes sur le thème de « l’Homme armé » au XVe siècle ; le 1er mai l’émission est consacrée à Jacob Obrecht, avec la messe « Salve, diva parens » (Rapport du 30 juin 1944 [rapport administratif trimestriel des départements de la BN aux autorités allemandes], F-BN, A 40).

15 Dans le dossier d’épuration. Voir aussi par exemple Denise Launay, « Notes sur la préhistoire du Département de la musique. Lettre à Thérèse Kleindienst », in Michel Nortier dir., Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, Paris, Bibliothèque nationale, 1985 : 97-104.

16 Dans les fonds de la BnF et du Sonderstab Musik au Bundesarchiv (D-BA, NS 30/64 et 65).

17 « Note sur la création du Département de Musique », non signée, 4 décembre 1941, F-BN, A 65/7. Les chiffres concernant les fonds graphiques de l’Opéra proviennent d’une note de Guillaume de Van à M. Labergerie, « Fonctionnement du Département de la Musique », 4 juin 1942, F-BN, A 65/7. Faisaient également partie de ce projet les Archives internationales de la musique contemporaine, préparées en collaboration avec la Reichsmusikkammer depuis 1935 et placées sous la direction de Carol-Bérard. Bien que Faÿ tente de réanimer ce projet censé regrouper des fonds de compositeurs contemporains dans les locaux de la BN, il ne se développe pas de manière significative et s’interrompt avec le décès de Carol-Bérard fin 1942.

18 Sauf indication spécifique contraire, la suite de ce chapitre constitue la synthèse des documents conservés dans les fonds du Conservatoire (F-AN, AJ37 427), du dossier d’épuration de Guillaume de Van (F-AN, F17 16942), des archives centrales de la BnF (F-BN, A 65/7 ; A 65/8 ; A 65/9 ; A 41/16) et du Département de la musique (F-BN Mus, BnF 1942-1944, Papiers de Van).

19 Il est officiellement nommé « chargé de mission dans les fonctions de Conservateur du Département de la Musique » de manière rétrospective à compter du 16 mars 1942, par arrêté du 5 août 1942.

20 Faÿ et de Van indiquent même 64 personnes embauchées dans une lettre d’apologie du travail de Guillaume de Van (« Note sur Monsieur de Van, Chef du Département de la Musique », non signée [Faÿ et de Van], s.d., jointe à une lettre du secrétaire général de la Bibliothèque nationale Labergerie à Abel Bonnard, 31 décembre 1942, F-AN, F17 13368).

21 Programme syndical datant de l’avant-guerre, permettant de rémunérer des chômeurs diplômés des universités sur des fonds institutionnels dédiés : Alain Chatriot, « La lutte contre le “chômage intellectuel” : l’action de la Confédération des travailleurs intellectuels (CTI) face à la crise des années trente », L’organisation des professions intellectuelles, n° 214 de la revue Le Mouvement social, janvier-mars 2006 : 77-91.

22 Est par exemple embauché à la fin 1943 un jeune homme noble sans diplôme universitaire ou musical, en première année d’histoire de la musique à la Sorbonne, sur simple recommandation de Faÿ qui lui trouve « un beau visage » (note de Faÿ à de Van, 8 novembre 1943, F-BN, A 65/9).

23 Guillaume de Van, rapport soumis à l’administrateur général, 2 novembre 1940, F-BN, A 65/9.

24 Par une note interne, non signée [Bernard Faÿ], 9 novembre 1940, copies envoyées à de Van, MM. Prévost, Cordey, Calot, Mlle Launay, F-BN, Dossier de personnel de Van.

25 Yvette Fédoroff et Simone Wallon, « Le Département de la Musique : naissance et premiers pas », in Michel Nortier dir., Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, Paris, Bibliothèque nationale, 1985 : 85-95, ici 92-93.

26 Gerigk, Aktennotiz, Berlin, le 16 décembre 1942, D-BA, NS 15/320.

27 Pereyra, lettre à Gastoué, 22 février [1941], F-SFM, Pereyra.

28 Pereyra, lettre à Gastoué, n.d. [mars 1941], F-SFM, Pereyra. Soulignements originaux.

29 N. Vital Toussaint, « À la Bibliothèque nationale. Musicologues au travail », Je suis partout, 12 février 1943, coupure de presse conservée dans les papiers d’Abel Bonnard, F-AN, F17 13368.

30 André Pirro, « La musique à la Bibliothèque nationale », Beaux-Arts, 71e année, nouvelle série, n° 15, 18 avril 1941 : 6-7. De Van va voir Pirro pour lui indiquer le contenu de l’article planifié en mars ou avril : de Van, lettre à Faÿ, 20 mars 1941, F-BN, A 41/16.

31 De Van, « Fonctionnement du Département de la Musique », note à M. Labergerie, 4 juin 1942, F-BN, A 65/7.

32 Voir Gerigk, Amt Musik Berlin, « Betrifft: Rückführung von deutschen Handschriften und Drucken aus Frankreich und Belgien », rapport, 15 novembre 1941, D-BA, NS 30/65.

33 « Note sur Monsieur de Van, Chef du Département de la Musique », non signée [Faÿ et deVan], s.d., jointe à une lettre du secrétaire général de la Bibliothèque nationale Labergerie à Abel Bonnard, 31 décembre 1942, F-AN, F17 13368.

34 Gerigk, lettre au SS-Sturmbannführer Dr. Biederbick, Berlin, le 30 avril 1943, F-CDJC, CXLI-194.

35 Sur les tâches de l’Amt Musik, voir P. Potter, Die deutscheste der Künste, op. cit., 2000 : 185-190.

36 Sur le Sonderstab Musik et ses activités en France, en Belgique et aux Pays-Bas – activités qui ne se concentrent pas uniquement sur les bibliothèques, les manuscrits et imprimés, mais qui comprennent aussi des spoliations d’instruments de musique, de meubles, etc. – voir l’ouvrage souvent incomplet et aux conclusions trop peu fouillées, mais riche en informations et en sources, de W. De Vries, Kunstraub im Westen 1940-1945, op. cit., 2000 ; ainsi que P. Potter, Die deutscheste der Künste, op. cit., 2000 : 190-195. Une grande partie des documents issus du Bundesarchiv que nous citons ici a été traitée par De Vries. Pour des raisons de lisibilité, et comme nous citons souvent des passages différents de ces documents, nous citons directement la référence de la source, sauf si nous ne l’avons pas consultée nous-même.

37 Gerigk voulait envoyer tout de suite ces documents uniques aux fonds dédiés au projet de la « Hohe Schule », sorte d’université d’élite national-socialiste, mais Goebbels refuse (correspondance et notes de Gerigk d’octobre à décembre 1940, D-BA, NS 30/2).

38 Par exemple, rien que pour la période courant jusqu’à février 1941, 150 malles de transport remplies entre autres d’instruments, de 30 000 disques et de 50 000 livres ; entre mai 1942 et août 1944, 34 500 foyers juifs sont spoliés (De Vries, Kunstraub im Westen 1940-1945, op. cit., 2000 : 172, 193).

39 Nous n’avons trouvé aucune trace d’une déclaration de spoliation ou d’une demande de restitution de la part de la Bibliothèque nationale ni dans les archives de la sous-commission du livre au sein de la commission de récupération artistique du ministère de l’Éducation nationale, ni dans le Répertoire des biens spoliés en France durant la guerre 1939-1945.

40 Sur l’engagement de Boetticher au sein du Sonderstab, voir De Vries, Kunstraub im Westen…, op. cit., 2000 : 255-286.

41 De Vries, ibid., 2000 : 166-168, 173.

42 Voir les témoignages conservés dans le dossier d’épuration de Guillaume de Van, F-AN, F17 16942.

43 Gerigk, « Betrifft: Musikschätze deutscher Herkunft in Frankreich », 30 septembre 1940, D-BA, NS 30/65.

44 Voir par exemple la lettre du directeur du Beethoven-Archiv à Gerigk, Bonn, 15 juillet 1940, D-BA, NS 30/65 : « D’autres manuscrits [de Beethoven] pourraient se trouver à la bibliothèque du Grand Opéra à Paris, où sévit Monsieur Prod’homme qui n’est pas toujours enclin à soutenir notre musicologie allemande. »

45 Gerigk, « Betrifft: Sicherstellung deutscher Musikhandschriften in Frankreich », 25 juillet 1940, D-BA, NS 30/65.

46 « Die Magazine wurden in einem verwahrlosten Zustand angetroffen. Hunderte von deutschen Handschriften waren weder katalogisiert noch in ihrer Bedeutung den verwaltenden Beamten bekannt. Die französische Musikwissenschaft ist nicht einmal in der Lage, ihre eigene Vergangenheit materialmäßig zu sichten und darzustellen. Die deutschen Manuskripte liegen teilweise seit Jahrhunderten und großenteils auch ungekannt in den Magazinen. Wenn deutsche Gelehrte Einblick in wichtige Handschriften nehmen wollten, wurden ihnen im allgemeinen in den Pariser Bibliotheken große Schwierigkeiten bereitet. » (Gerigk, « Betrifft: Rückführung von deutschen Manuskripten und Drucken aus Frankreich und Belgien », Berlin, 15 novembre 1941, D-BA, NS 65/30).

47 D. Launay, « Notes sur la préhistoire du Département de la musique », art. cité, 1985 : 97-104, ici 103.

48 F-BN Mus, BnF 1942-1944, Papiers de Van ; et F-BN, A 65/9, Personnel, Guillaume de Van ; F-BN, A 40.

49 Yonnet, « C’est à la Bibliothèque nationale que les Allemands préparaient leur débarquement sur les côtes anglaises !… », entretien avec le bibliothécaire M. Mornand, Résistance, 26 septembre 1944 (F-BN, A 42). Voir aussi le témoignage de Madeleine Chabrier, « La Bibliothèque nationale, 1940-1944 », The Journal of Documentation, vol. 1, n° 3, décembre 1945 : 136-150, ici 137 : depuis le 24 juin, la bibliothécaire auxiliaire remarque la haute proportion d’Allemands dans les salles de lecture ainsi que la « visite presque quotidienne d’officiers allemands guidés par leur curiosité personnelle ou venus en service commandé pour chercher des documents d’intérêt militaire, économique, technique, historique, géographique ou “culturel” ».

50 Gerigk, « Betrifft: Musikschätze deutscher Herkunft in Frankreich », 30 septembre 1940, D-BA, NS 30/65. Gerigk prévoyait d’intégrer le nouveau matériau dans le projet de ré édition des œuvres complètes de Gluck.

51 Voir P. Potter, Die deutscheste der Künste, op. cit., 2000 : 206.

52 Les demandes des lecteurs et responsables culturels allemands se retrouvent surtout dans les fonds F-BN, A 40, A 65/9, et F-BN Mus, Papiers de Van, ainsi que dans D-BA, NS 30/65.

53 « Conversation avec le Docteur Fuchs », note non signée, 9 octobre 1942, F-BN, dossier de personnel Bernard Faÿ ; Schünemann, lettre à de Van, 7 mai 1942, F-BN Mus, Papiers de Van.

54 Orlando di Lasso und seine Zeit. Repertoire-Untersuchungen zur Musikgeschichte der Spätrenaissance I, Kassel/Bâle, Bärenreiter, 1958 : vii, cité par De Vries, Kunstraub im Westen 1940-1945, op. cit., 2000 : 287.

55 Le rôle qu’a joué de Van dans la conception politique des concerts ne ressort pas des archives et textes consultés. C’est lui en revanche qui porte la responsabilité de la programmation artistique.

56 F-BN, Dossier de personnel Bernard Faÿ. Cette lettre est conservée dans un sous-dossier sans titre qui semble avoir été constitué en vue du procès d’épuration de Faÿ, contenant exclusivement des informations concernant le public allemand des Concerts de la BN.

57 F-BN, Dossier de personnel Bernard Faÿ. Abetz ne pourra pas assister à ce premier concert de juin 1942 (son épouse amène Friedrich Sieburg à la place, écrivain dont le traducteur est André Cœuroy) ; nous n’avons pas d’information concernant la présence de Laval ou de sa femme.

58 F-BN, Dossier de personnel Bernard Faÿ ; F-BN, A 42 ; F-BN, Dossier de personnel Guillaume de Van ; F-AN, AJ37 410 ; F-BN Mus, Papiers de Van. La présence effective des invités n’a pour la plupart pas pu être établie.

59 Note de Jean Laran, administrateur général de la Bibliothèque nationale, adressée au ministre des Affaires étrangères (Service étrangers), 5 décembre 1944, F-BN, dossier de personnel Guillaume de Van.

60 Bernard Faÿ, Le fonctionnement et la réorganisation de la Réunion des bibliothèques nationales de Paris, 15 juin 1940-31 décembre 1942, rapport au maréchal Pétain, Paris, Bibliothèque nationale, 1943 : 61.

61 Faÿ, lettre à Bonnard, 9 septembre 1942, et la réponse positive du chef du secrétariat particulier, 12 septembre 1942, F-AN, F17 13368. Fin mars 1943, le président de la Société est Gabriel Cognacq-Jay, le trésorier Pierre Vernes, le vice-président le marquis de Fraguier, et le président d’honneur André Pirro (F-BN, A 65/9). Une source plus tardive indique comme vice-président Guillaume de Van, comme trésorier M. Kerner et comme secrétaire M. Lallemant (Jean Laran, « Renseignements fournis oralement par M. De Van le 13 novembre 1944 », 13 novembre 1944, dossier d’épuration de Van, F-AN, F17 16942).

62 B. Faÿ, Le fonctionnement et la réorganisation…, rapport cité, 1943 : 61.

63 Chailley, lettre à Faÿ, 27 octobre 1942, F-AN, AJ37 410.

64 [Anonyme], « Documents, Nouvelles musicologiques », Rapports et Communications, vol. 21, n° 2, juillet 1942 : 21-25, ici 24. Pirro proteste par la suite en demandant une rectification dans le prochain numéro de la revue afin de réattribuer les transcriptions à leur auteur de Van (Pirro, lettre à Gastoué, 16 novembre 1942, F-SFM, Lettres reçues).

65 Conservés en partie au Département de la musique de la Bibliothèque nationale.

66 Dans le programme du 1er juin 1942, l’auteur parle de ses choix de programme en utilisant la première personne. Par ailleurs, les textes contiennent quelques fautes grammaticales de français, indiquant une rédaction par Guillaume de Van, d’origine américaine.

67 4e centenaire de St. Jean de la Croix à la Bibliothèque nationale, sous la présidence de Son Excellence M. de Lequerica, ambassadeur d’Espagne, programme d’exposition et du concert du 23 juin 1943 : « L’Espagne et la polyphonie, œuvres françaises et espagnoles exécutées par les Paraphonistes de Saint-Jean-des-Matines, sous la direction de Guillaume de Van », n.p.

68 Voir F. Nicolodi, « Nationalistische Aspekte im Mythos von der „ alten Musik “in Italien und Frankreich », art. cité, 1991; F. Körndle, « Das „germanische Tonsystem“ », art. cité, 2001.

69 Malgré la fragilité de sa position, Faÿ réussira à conserver son poste, moyennant un soutien inconditionnel à la collaboration jusqu’à la fin (A. Compagnon, Le cas Bernard Faÿ, op. cit., 2009 : 169-175, citation 175). Faÿ, qui a des sympathies fascistes depuis le milieu des années 1930 déjà, se montre un collaborateur convaincu, prêtant main-forte à la politique répressive de l’État français et aux persécutions des autorités occupantes par conviction, restant fermement réactionnaire jusqu’à la fin de sa vie. Comme l’écrit Compagnon, « rien n’indique que ses actes n’aient pas été […] conformes à sa pensée, et il manqua jusqu’au bout de l’instinct qui sauva nombre de ses pareils au bord de la trahison » (p. 194). Faÿ sera condamné aux travaux forcés à perpétuité lors de l’épuration, puis gracié par René Coty.

70 A. Pirro, « La musique à la Bibliothèque nationale », art. cité, 18 avril 1941.

71 Marie-Louise Pereyra sent un danger direct pour la Société et propose de « remettre [Pirro] à sa place ». Pereyra, Launay et Schaeffner pensent en effet que Pirro a prêté sa signature au véritable auteur de l’article qui serait « qui vous savez », dénomination méprisante de Pereyra pour Guillaume de Van. « Ce qui a trait à la Bibl. du Cons », écrit-elle à Gastoué, « n’occupe pas beaucoup de place mais les mots y ont été placés pour nous nuire […] » (Pereyra, lettre à Gastoué, 25 avril [1941], F-SFM, Pereyra).

72 Correspondance Faÿ-Pirro, 20-21 avril 1942, F-BN, A 65/9 ; Pirro, lettre à Monsieur le Ministre Carcopino, 24 mars 1942, F-BN, F17 13368.

73 L’Information musicale, n° 133, 4e année, 19 novembre 1943. Après ce premier hommage spontané, le périodique lui consacre un numéro spécial le 3 décembre 1943 (n° 135) avec des textes de Masson, Chailley, Machabey, Dufourcq, Raugel, de Van et autres. La SFM, malgré les différends, lui consacre une longue nécrologie par Yvonne Rokseth, dans les pages des Rapports et Communications, 1944 : 25-42.

74 L’Information musicale, n° 111, 3e année, 9 avril 1943. Le fils de Prunières a en effet mis près d’un an à obtenir ce certificat : voir les témoignages conservés à ce sujet dans le dossier d’épuration de Guillaume de Van, F-AN, F17 16942.

75 Nécrologie dans la Kölner Zeitung, 15 décembre 1943, coupure de presse issue du fonds Jacques-Gabriel Prod’homme, F-BN Mus. Les autorités allemandes autorisent également une nécrologie dans l’Archiv für Musikforschung (télégramme du Generalkonsul Knothe, Paris, au Generalkonsul Gerlach, Auswärtiges Amt Berlin, 21 janvier 1944, D-PAAA, Paris 1.113X).

76 Sauf indication contraire, les sources ayant servi à l’élaboration de ce chapitre proviennent des fonds de la BnF (F-BN, A 65/9, dossiers de personnel Bernard Faÿ et Guillaume de Van), des papiers d’Abel Bonnard (F-AN, F17 13368) et du Sonderstab Musik (F-CDJC, CXLI-194), ainsi que du dossier d’épuration de Guillaume de Van (F-AN, F17 16942).

77 Voir Pereyra, lettre à Gastoué, « mardi » [entre le 17 mars et le 25 avril 1941], F-SFM, Pereyra.

78 Pereyra, lettre à Gastoué, 20 avril 1942, F-SFM, Pereyra.

79 [Anonyme], « Documents et nouvelles musicologiques », art. cité, juillet 1942 : 23.

80 Correspondance de Guillaume de Van et Jacques Chailley, 31 mars et 3 avril 1943 (F-SFM, Lettres reçues).

81 [Anonyme], « Nouvelles musicologiques », Rapports et Communications, n° 1, janvier 1943 : 21-22, ici 22.

82 Faÿ, lettre à Bousquet, chef de cabinet de M. le ministre de l’Éducation nationale, 3 juillet 1942, F-BN, dossier de personnel Bernard Faÿ.

83 Archiviste-paléographe et organiste professionnel, ce chartiste apporte en effet toutes les compétences requises pour réussir dans le milieu de l’époque. Ancien élève du lycée Henri IV, du Collège Stanislas – collège catholique privé où il enseigne également l’histoire de 1935 à 1945 –, de l’École des chartes, de la Sorbonne, de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, il est intégré dans les cercles les plus élitaires de la France catholique et conservatrice. Sa spécialisation sur l’histoire de l’orgue, dont le premier jalon est une thèse soutenue en 1935 à la Sorbonne, l’inscrit également dans les réseaux musicologiques (après la guerre, il collaborera par exemple régulièrement aux éditions de la Schola cantorum), et il se lie notamment à Gastoué, son ancien professeur au Collège Stanislas.

84 André Pirro à Bernard Faÿ, 21 avril 1942, F-BN, A 65/9, dossier Personnel, dossier Professeur Pirro.

85 Selon des notes de Gueydan de Roussel ; de Van prétend que l’information proviendrait probablement de Faÿ et non de lui-même. Interrogatoire de Guillaume de Van par la police judiciaire, 1946, cité par L. Sabah, « Introduction », in W. Gueydan de Roussel, Journal…, op. cit., 2000 : 67-68.

86 Abel Bonnard, ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale, lettre à Joseph Barthélémy, ministre secrétaire d’État à la Justice, 26 novembre 1942, F-AN, F17 13368.

87 Louis Marie Michon, président de l’Association professionnelle des bibliothécaires de l’enseignement supérieur, lettre au ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale, 6 décembre 1942, F-AN, F17 13368.

88 Faÿ, lettre au ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale, 28 décembre 1942, F-AN, F17 13368.

89 Note lue lors de l’interrogatoire de Guillaume de Van par la police judiciaire, 1946, citée par L. Sabah, « Introduction », in W. Gueydan de Roussel, Journal…, op. cit., 2000 : 65-66.

90 Robert Danger [pseudonyme d’un auteur non identifié], « Les grandes réformes à la “Nationale” », L’Œuvre, 21 janvier 1943 : 1.

91 N. Vital Toussaint, « À la Bibliothèque nationale… », art. cité, 1943.

92 Interrogatoire de Guillaume de Van par la police judiciaire, 1946, cité par L. Sabah, « Introduction », in W. Gueydan de Roussel, Journal…, op. cit., 2000 : 66-67.

93 « Aufzeichnung für Herrn VLR Dr. Krüger, betr. Uk-Stellung des Referenten Dr. Georg Rabuse am Deutschen Institut Paris », non signé, 23 juin 1942, D-PAAA, Paris 1.136a ; sur le rôle de Comœdia dans la propagande européiste allemande, voir P. Ory, Les collaborateurs, op. cit., 1980 : 205-207 ; O. Gouranton, « Comœdia… », art. cité, 1997 : 111-119.

94 Guillaume de Van, « À quoi sert la musicologie », Comœdia, n° 146/147, 29 avril 1944 : 5.

95 Tout le personnel n’est en effet pas opposé à de Van : Yvette Fédoroff, alors Mlle Yvette Langer, et Simone Wallon, faisant partie de l’équipe, dépeignent au contraire une ambiance amicale, marquée par les « descentes collectives » au café et par le chant en chœur des manuscrits trouvés dans les fonds, et affirment que « les jeunes de l’équipe s’entendaient fort bien » (Y. Fédoroff et S. Wallon, « Le Département de la musique… », art. cité, 1985 : 94), ce dont témoignent aussi des indices comme un poème humoristique chanté pour l’anniversaire de Guillaume de Van et des accusations de l’épuration reprochant à de Van la corruption des jeunes travailleurs pour instaurer « une sorte de clan auquel il accordait sa confiance et sa protection », voire une « école de mouchardage » (F-AN, dossier d’épuration Guillaume de Van, F17 16942).

96 Sur 440 personnes en tout, voir les listes du Stalag 122, communiquées au Comité international de la Croix-Rouge, les 5 et 31 mai et le 2 juillet 1944 (F-PAAA, Paris 2.343).

97 Gerigk, lettre au responsable de la Hauptarbeitsgruppe Frankreich de l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg, Langenau, le 22 mai 1944, D-BA, NS 30/65.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

Brindado por