Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon

 | 
Sébastien Darbon

Chapitre IV

Diffusion 1 : « Colonies de peuplement »

Full text

1L’intérêt d’une analyse de la diffusion des sports dans les White Dominions du pacifique sud (l’Australie et la Nouvelle-Zélande) réside dans la spécificité de ce type de colonies. D’une certaine façon, contrairement aux situations que nous aborderons par la suite, les Britanniques, du fait de leur importance numérique relativement aux autochtones, n’ont pas rencontré de difficultés particulières pour pratiquer les sports auxquels ils avaient généralement été rompus au sein de leur système éducatif d’origine. Cependant, du fait de l’éloignement considérable par rapport à la métropole et de l’inscription dans un milieu très différent, les colons ont été amenés à imprimer à ces pratiques des caractères spécifiques, voire même à en inventer de nouvelles ; par ailleurs, s’est toujours posée de façon aiguë, et parfois dramatique, la question de l’intégration des populations autochtones (ou de ce qui en subsistait) aux activités sportives des Blancs. L’Afrique du Sud ne rentre pas dans ce cadre, dans la mesure où la population d’origine européenne n’y a jamais été majoritaire ; mais les conditions dans lesquelles les sports anglais y ont été diffusés posent de façon particulièrement nette la question de la domination qu’y a exercé (et y exerce encore dans une large mesure, malgré les évolutions de la politique d’apartheid) la minorité blanche sur les populations qu’elle a soumise, qu’elles soient d’origine africaine, asiatique ou, pour reprendre l’expression anglaise consacrée, « coloured ». Le développement des sports y est indissociable des luttes entre Blancs et Noirs et des différentes politiques d’apartheid qui ont jalonné l’histoire de l’Afrique du Sud moderne. S’ajoutent à ce tableau les conflits parfois sanglants qui ont opposé Afrikaners et colons d’origine britannique. Dans ce contexte particulier, le cricket et le rugby à XV – sports éminemment représentatifs de l’idéologie victorienne et intimement liés au processus impérialiste – occupent une place centrale, alors que le soccer, qui est de loin le sport le plus pratiqué dans le pays, se situait en marge de ce processus dans la mesure où il était accaparé surtout par les Noirs, les Métis et les Indiens.

  • 1 Il n’est pas question ici de retracer l’histoire de l’implantation britannique en Océanie – on pou (...)

2Qualifiée parfois de « colonisation par défaut », la mainmise progressive des Européens sur les territoires du Pacifique sud (dans lesquels nous incluons par commodité l’Australie) s’est effectuée selon un schéma qui devait beaucoup moins à la volonté des États qu’à la nécessité de gérer une situation de fait engendrée par des initiatives privées de leurs ressortissants1. C’est ce qui s’est passé dans le cas de l’Angleterre qui nous intéresse plus spécifiquement ici.

3Les territoires découverts dès le xviie siècle par les explorateurs européens, bien que propres à exciter les imaginations, étaient jugés à la fois trop lointains, relativement peu attrayants d’un point de vue économique et stratégiquement sans objet. Les premières implantations européennes furent donc le fait, au début du xixe siècle, de chasseurs de baleines, de négociants en bois de santal ou en bêche-de-mer, population hétéroclite d’aventuriers bientôt enrichie par la présence de missionnaires. Ce sont notamment les conflits entre ces derniers et des Européens parfois sans scrupules quant à l’exploitation des autochtones qui suscitèrent quelques velléités d’intervention de la part du gouvernement anglais : des représentants de la Couronne, à qui il était d’ailleurs recommandé d’éviter de trop lourdes ingérences politiques, furent établis en divers points du Pacifique sud (Samoa, Tahiti, îles de la Société, îles Sandwich...). Cependant, en Australie, et dans une certaine mesure en Nouvelle-Zélande, l’implantation coloniale répondit à une logique différente, qu’il est important de pouvoir identifier dans la mesure où elle ne fut pas sans effets quant aux caractéristiques de l’implantation des pratiques sportives.

Australie : Cricket et ballons ovales

  • 2 Il fallut attendre les années 1970 pour que le comportement du gouvernement australien (et de la f (...)

4L’arrivée des premiers Européens en Australie bouleversa profondément et de façon irréversible l’existence des populations indigènes – insulaires (Mélanésiens) du détroit de Torres, et Aborigènes vivant de chasse et de cueillette. Leur extermination systématique, que ce soit par les maladies transmises par les Européens ou par les massacres qui se poursuivirent jusqu’en 1926 dans le nord du territoire, en réduisit le nombre de façon dramatique2. La première émigration européenne en Australie fut liée à la déportation des bagnards (convicts), dont le premier convoi arriva en 1788 à Sydney. Des colons libres, incités à s’installer en Nouvelle-Galles du Sud afin de subvenir aux besoins de cette colonie pénale et de ses gardiens, mirent ensuite en valeur les terres à moutons qui devinrent le fondement de l’économie australienne au xixe siècle. Leur expansion conduisit à l’annexion de nouveaux territoires (Victoria, Queensland) et se serait probablement poursuivie vers le reste du continent si deux initiatives privées d’implantation, provenant cette fois de la mère patrie, n’avaient eu lieu : d’une part la création en 1829 d’une colonie en Australie de l’Ouest, et d’autre part l’organisation d’une émigration systématique à partir de 1836 en Australie-Méridionale (South Australia), selon un schéma mis au point par Edward Gibbon Wakefield.

5Ce qui caractérise l’ensemble de l’Australie tout au long du xixe siècle, c’est avant tout la mainmise des intérêts privés sur l’économie (et donc sur la vie politique), situation qui n’est pas sans rappeler celle des premières colonies britanniques en Amérique, produits elles aussi d’un ensemble d’initiatives privées davantage que d’une volonté étatique. De grandes sociétés ont ainsi proliféré, à l’image de l’Australian Agricultural Company ou de la Van Diemen’s Land Company, constituées par des associations de parlementaires, d’hommes d’affaires, d’officiers et de missionnaires. Dans les années 1820, elles se firent attribuer gratuitement des domaines considérables dont profitèrent les plus riches. Mais le peuplement ne suivit pas cette rapide appropriation des terres, et les déportés au service de la gentry n’étaient pas susceptibles de les mettre en valeur. Malgré l’arrivée, entre 1821 et 1830, de 21 780 bagnards et de 7 434 émigrants libres – ce qui porta la population de la Nouvelle-Galles du Sud à environ 50 000 habitants – la main-d’œuvre se révéla insuffisante : dans la même période, la surface des terres appropriées avait été multipliée par vingt (Fieldhouse, 1987 : 253-254).

  • 3 Quelques Allemands (environ 7 000) s’étaient implantés de 1838 à 1850, attirés par la liberté reli (...)

6C’est pour tenter de résoudre cette difficulté que Wakefield mit au point son projet de « colonisation systématique ». Il s’agissait dans un premier temps de regrouper les terres encore inoccupées entre les mains du seul gouvernement, qui les vendrait à un prix « juste », l’argent ainsi collecté servant à financer une immigration plus nombreuse, et surtout différente de la précédente : non plus des convicts ou des pauvres, mais des familles « respectables » qui auraient, au bout d’une période donnée, la certitude de devenir propriétaires. Ce projet ne put être réalisé de la manière que Wakefield avait prévue, mais conduisit néanmoins à des formes de colonisation systématique sur l’ensemble du territoire, et de façon plus éclatante en Australie-Méridionale. Contrairement aux autres implantations, calquées sur le modèle des penal settlements, l’Australie-Méridionale est vite devenue une « New Brittania des antipodes », sorte de fac simile de la société anglaise (Daly, 1988). En conformité avec les idées de Wakefield, le colonisateur souhaitait y reproduire les caractéristiques fondamentales de la mère patrie en y transplantant toutes les classes sociales, toutes les professions, toutes les institutions. C’est ainsi qu’en 1836 débarquèrent en Australie-Méridionale un millier d’émigrants acheminés d’Angleterre par 15 navires. Ils furent suivis les trois années suivantes par 10 000 colons supplémentaires. Dès les années 1850, Adélaïde ressemblait à une ville anglaise, le système scolaire était la reproduction de celui en vigueur à Rugby et l’ensemble des sports anglais se développait rapidement. La « noblesse coloniale » se nourrit des mêmes références (Tom Brown’s Schooldays y a autant de succès qu’en Angleterre) et St Peter’s College, construit à Adélaïde en 1847 selon une architecture qui ressemble à s’y méprendre à celle d’un collège anglais, valorise de nombreuses activités sportives – athlétisme, cricket, aviron, tennis, et même gymnastique sous la direction d’un entraîneur allemand3. Ni la réplique méthodiste à St Peter’s, le Prince Alfred College créé en 1867, ni les collèges réservés aux filles ne dérogeront à cette idéologie de la « chrétienté musculaire ».

7Le sport devient vite une marque de distinction de la upper class : la chasse et les courses de chevaux sont particulièrement prisées, le premier club de cricket naît en 1838, le golf, le lacrosse, le tennis et le yachting se développent rapidement, et l’on importe d’Inde des poneys pour jouer au polo. Mais l’engouement pour certaines pratiques, comme le cricket et les courses de chevaux, se diffuse dans les classes populaires qui en viennent à fournir les gros bataillons des spectateurs et des parieurs. Le soccer, qui est d’abord pratiqué par les joueurs de cricket pour remplir la morte-saison, se répand dans l’ensemble de la société. D’une façon générale – mais ceci est encore plus vrai dans les autres provinces australiennes – les classes moyennes et populaires refusent de se laisser impressionner par la consommation sportive ostentatoire de la gentry et restent attachées à un idéal d’égalité, qui souvent les avait amenées à émigrer. Les difficultés économiques des années 1890 contraignent par ailleurs la « classe de loisir » à adopter un style de vie moins luxueux, alors qu’à l’inverse émergent des classes moyennes et populaires qui s’en sortent relativement bien d’un point de vue économique et qui deviennent un groupe de pratiquants largement majoritaire.

8L’Australie est une nation éminemment sportive. Tous les sports majeurs y sont pratiqués, et nombre d’entre eux à un très haut niveau. Il peut donc paraître arbitraire d’en sélectionner un petit nombre ; néanmoins, dans la perspective de diffusion à partir du foyer anglais (et ici plus marginalement américain) qui est la nôtre, les sports qui nous intéressent le plus sont le cricket et les deux rugbys (à XV et à XIII). De surcroît, l’insistance sur le cricket et le rugby se justifie par le fait, mentionné dans le chapitre III, qu’il s’agit des deux « sports impériaux » par excellence, les plus à même de transmettre ou de perpétuer, dans les colonies, les valeurs fondamentales de la civilisation britannique. Fidèles à notre projet d’analyser les phénomènes d’acceptation ou de rejet des pratiques à partir de l’étude des interactions et des modalités de cohabitation entre différents sports, nous y ajouterons cependant le football australien (appelé Australian Rules, parfois Victorian Rules, et dont le diminutif est footie), non seulement parce qu’il suscite l’engouement le plus important auprès de la population, mais aussi parce que son développement ne peut se comprendre sans que l’on fasse référence au cricket et au rugby à XV. Nous dirons ensuite quelques mots de l’implantation plus récente du soccer et du baseball.

Le cricket, entre déférence et émancipation

9On s’accorde généralement à dater du début du xixe siècle l’introduction du cricket dans la toute jeune colonie de Nouvelle-Galles du Sud. Les premiers clubs urbains (Military Cricket Club, Australian Cricket Club) sont créés en 1826 à la demande de l’armée, essentiellement à Sydney. Vers la fin des années 1830, le mouvement essaime vers Melbourne (Victoria) et Adelaïde (Australie Méridionale) : les confrontations entre équipes de ces trois colonies facilitent alors grandement la diffusion du jeu sur l’ensemble du territoire, et plus spécifiquement dans sa partie orientale.

10Dans les années 1830 et 1840, les premiers patrons du cricket australien se recrutent très largement au sein de la profession des limonadiers et de nombreux clubs sont liés à des débits de boisson. La pratique des paris y est courante. Au milieu du xixe siècle, les écoles et les universités accueillent de nouveaux clubs, qui établissent un premier réseau de compétitions bientôt renforcées par l’organisation de tournées internationales, et l’on assiste à la prise de pouvoir d’une classe moyenne qui détrône les limonadiers. Il s’agit alors d’améliorer l’image du cricket et d’y rétablir l’idéologie amateur dans une perspective plus conforme à celle valorisée dans le modèle anglais. La campagne qui est engagée en ce sens reçoit une impulsion décisive à l’issue des émeutes de février 1879 au Sydney Cricket Ground, attribuées (peut-être à tort) à la présence de bookmakers.

  • 4 Ce qui suscita les protestations des catholiques, qui constituaient environ le quart de la populat (...)
  • 5 Cf. notamment Guttmann (1994 : 23-28), Cashman (1998a : 34-54).

11Dès lors, bien que le recrutement des joueurs touche toutes les classes sociales, les dirigeants seront pour l’essentiel pro-impérialistes, protestants et franc-maçons4 – et cela jusque dans les années 1970. Mais cette classe dominante, aussi pro-britannique fut-elle, n’en a pas moins favorisé l’émergence des spécificités du cricket australien5.

  • 6 Il convient aussi de préciser que d’autres missionnaires s’y opposaient, souhaitant précisément év (...)
  • 7 Les enfants issus de familles de sang mêlé, appelées half-castes, étaient séparés de leurs parents (...)

12Une première spécificité est liée au recrutement des joueurs. Alors que le cricket anglais est, à cette époque, réservé pour l’essentiel aux classes moyennes, très bien implanté dans les zones rurales mais relativement peu dans la « périphérie » que constituent le pays de Galles, l’Ecosse ou la Cornouaille, son homologue australien est plus diversifié dans son recrutement (ce qui n’exclut pas l’existence de clubs très fermés, à l’image du Melbourne Cricket Club fondé en 1838), très fortement représenté dans les villes et se répand aussi dans les « sous-colonies » (notamment en Papouasie-Nouvelle-Guinée et en terre de Van Diemen, rebaptisée Tasmanie en 1853). La question de l’intégration des Aborigènes dans le cricket australien vient néanmoins compliquer le tableau. À une époque où ils étaient soumis à l’isolement géographique, à un contrôle missionnaire rigide, à l’animosité des colons et à des conditions de vie précaires (maladies, mauvaise alimentation), les Aborigènes ont néanmoins produit d’excellents joueurs de cricket. Le jeu leur avait été enseigné par certains missionnaires qui souhaitaient leur inculquer les habitudes d’une « vie civilisée »6. La qualité de leurs prestations est telle qu’un certain Charles Lawrence, hôtelier de son état, organise la tournée en Angleterre (de fait la première en provenance d’Australie) d’une équipe composée d’Aborigènes : 47 rencontres jouées, 14 victoires, 14 défaites, 19 matchs nuls... et la révélation de deux grandes stars du jeu, Mullagh et Cuzens. Mais il s’agit là des plus belles heures du cricket aborigène. Alors que s’accentuent les mesures de déplacement de populations, la confiscation de terres au profit des exploitants blancs et les politiques d’assimilation forcée7, la participation des Aborigènes au cricket s’effondre. Au début du xxe siècle, des joueurs très talentueux (tels Albert Henry ou Jack Marsh, qui étaient malgré tout parvenus à faire reconnaître leurs exceptionnelles capacités de lanceurs) sont écartés des sélections nationales à cause de la couleur de leur peau. Dans les années 1930, un joueur comme Eddie Gilbert, adulé par les foules du Queensland et dont Donald Bradman lui-même disait qu’il était le lanceur le plus rapide qu’il ait jamais vu, devait quémander auprès des autorités la permission de jouer et de se déplacer d’un État à l’autre de l’Australie. À partir des années 1960, la pression se relâche petit à petit sur les Aborigènes, et de nouveaux champions émergent. Cela n’atténue pas pour autant les manifestations racistes de la part d’autres joueurs et surtout de certains spectateurs.

13Une deuxième spécificité du cricket australien réside dans le fait que, contrairement au cricket anglais, il a très rapidement adopté des structures modernes, orientées vers le « sport spectacle » et la rentabilité financière et commerciale. Alors que les Anglais ne se montraient pas particulièrement intéressés à faire du cricket un sport de masse et tendaient plutôt à décourager les classes populaires d’y participer, les autorités australiennes, avec beaucoup de pragmatisme, agirent en sens inverse, construisant des terrains et des stades plus vastes et plus commodes (ce qui était facilité par le fait que ces terrains ovales pouvaient être partagés avec le très populaire football australien), autorisant des compétitions de ligues dans lesquelles, en rupture avec l’idéologie amateur, l’objectif essentiel était de gagner, et prévoyant des droits d’entrée au stade relativement peu élevés – en tout cas souvent plus faibles que les droits anglais pour les rencontres importantes (Tatz, 1995).

14D’après Mandle (1973), le cricket australien a été au xixe siècle un instrument essentiel de l’affirmation progressive d’un nationalisme australien et un symbole de ce que la « coopération nationale » pouvait produire – sorte d’avant-goût de ce qui allait devenir en 1901 la Fédération du Commonwealth d’Australie. Les compétitions contre l’Angleterre sont un moyen d’alimenter la réflexion sur ce qu’est un Australien et ce qu’est un Anglais, et contribuent à faire connaître aux Anglais une Australie souvent mythifiée. Cette position est néanmoins nuancée par Cashman (1998a : 45), qui précise qu’à part une minorité de commentateurs hypernationalistes et populistes, les officiels du cricket, ainsi que la majorité des joueurs et des journalistes étaient, dans les dernières décennies du xixe siècle, profondément anglophiles ; de nombreux joueurs de cette époque se définissaient comme Anglo-Australiens, ou Anglais vivant en Australie.

15Ce débat est révélateur de la profonde ambiguïté des relations sportives entre les deux nations. Deux incidents, pourtant distants l’un de l’autre d’une cinquantaine d’années, illustrent parfaitement la permanence de cette ambiguïté.

16Les tournées de l’équipe d’Angleterre de cricket en Australie avaient débuté en 1861. À cette occasion, puis lors de la confrontation suivante en 1873-1874, les visiteurs avaient battu les équipes locales. Mais en 1877, les Australiens remportaient leur premier test contre une équipe anglaise en visite, puis allaient vaincre en Angleterre même ; lorsqu’ils récidivèrent en 1882, au Lord’s (le terrain du prestigieux MCC), l’affront fut très vivement ressenti. Un journal londonien, le Sporting Times, fit paraître le texte suivant dans sa rubrique nécrologique :

« En souvenir affectueux du Cricket anglais
Décédé à l’Ovale le 29 août 1882
Profondément pleuré par un cercle important
D’amis et de connaissances affligés
R.I.P.
N.B. Le corps sera incinéré et les cendres
Amenées en Australie »

17Depuis lors, c’est une grande urne d’argent appelée Ashes (cendres) qui est remise en jeu dans les confrontations de cricket entre l’Angleterre et l’Australie, et certains des artisans de la victoire de 1882 sont devenus des figures emblématiques du sport australien.

18Le second incident a lieu dans les années 1932-1933 et concerne la question des styles de jeu respectifs, à travers lesquels s’établissent des représentations stéréotypées. D’après la représentation commune, les Australiens seraient ainsi plus désireux de gagner – même s’il faut pour y parvenir bafouer quelques principes sacro-saints qui régissent les codes du fair play. Réactivant de façon dramatique les appréciations récurrentes des Anglais rentrant au pays à l’issue d’une tourné aux antipodes – opinions parfois ouvertement racistes, qui qualifiaient les joueurs australiens de primitifs et les arbitres d’inexpérimentés – la crise du bodyline a eu un impact qui peut paraître démesuré si l’on s’en tient à la virulence des propos qu’elle a occasionnée. Les succès du batteur Donald Bradman, qui avait pu faire étalage de son efficacité dévastatrice lors de sa première tournée en Angleterre en 1930, poussèrent le capitaine anglais de la tournée de 1932 en Australie, Douglas R. Jardine, à mettre au point une série de lancers, appelés « bodyline », où des balles montantes et très rapides étaient susceptibles de heurter dangereusement le batteur. C’est en tout cas ce qu’estimèrent les officiels australiens, qui protestèrent solennellement auprès du MCC à la suite de diverses blessures subies par des batteurs australiens. Malgré une longue controverse, largement entretenue par la presse, et au cours de laquelle des hommes politiques des deux pays tentèrent de calmer le jeu, le MCC refusa de considérer le comportement des joueurs anglais comme dangereux ou « unfair ». Il est intéressant de constater qu’au cours de cette tournée, alors que la polémique faisait rage et que les Anglais proposaient de rentrer prématurément au pays, les joueurs et les officiels australiens décidèrent de capituler – sans doute y avait-il trop d’argent et de prestige en jeu. Toujours est-il que l’esprit impérial survécut sans problème à cette crise, dont les effets réels furent somme toute modestes (pendant quelques années, le jeu des lanceurs s’en trouva un peu édulcoré, dans la mesure où le simple fait de toucher un batteur pouvait être taxé de bodyline...). Le cricket était trop intégré dans la vie culturelle australienne pour qu’il en aille autrement, mais l’incident et la manière dont il avait été géré témoignaient là encore de l’ambiguïté des relations avec la mère patrie, ainsi que de l’importance du sport, et singulièrement du cricket, dans ces relations.

19À titre d’illustration supplémentaire de cet attachement, on soulignera que les tournées australiennes vers l’Inde ne débutèrent qu’en 1956 (alors que les Anglais avaient commencé dans les années 1930) et celles vers le voisin tout proche, la Nouvelle-Zélande, qu’en 1945-1946 (la deuxième tournée n’ayant lieu qu’en 1973-1974). De ce point de vue, les World Series Cricket de 1977 à 1979 apportèrent un profond bouleversement dans les relations sportives au sein de l’Empire, en introduisant de façon massive l’influence de la télévision, du marketing et de la publicité (à travers notamment le réseau du magnat de la presse Kerry Packer). Il en résulta une émancipation vis-à-vis de l’Angleterre, une plus grande perméabilité au modèle américain et une internationalisation accrue : l’Angleterre fut bientôt jugée dépassée sur le plan sportif et des contacts s’établirent avec d’autres pays, notamment dans le sous-continent indien (en corrélation avec une immigration asiatique de plus en plus importante) mais aussi avec l’Afrique du Sud et la Caraïbe.

Les deux rugby, entre amateurisme et professionnalisme

  • 8 En 1892, elle prendra le nom de New South Wales Rugby Union (NSWRU).

20C’est avec une certaine mollesse que débute le football en Australie. On sait qu’en 1860, à l’Albert Cricket Club de Sydney, des règles de football sont précisées (sans que l’on sache de quel collège anglais l’on se réclame), et que deux ans plus tard il est fait référence aux « règles de football telles qu’elles sont jouées à Rugby » (Hickie, 1992 : 303). À cette époque, les seuls terrains utilisables à Sydney sont ceux de l’université. Mais le football ne commence à être joué de façon continue qu’à partir de 1865, sous l’influence de certains joueurs de cricket issus de l’élite sociale. Lorsque la différenciation des règles du jeu commence à se préciser et qu’il devient nécessaire de choisir son camp, une Sydney Rugby Football Union (SRFU)8 voit le jour en 1874, qui a pour objet de fixer les règles en conformité avec le code pratiqué à Rugby et de lutter contre l’influence croisée du soccer et du footie. Le premier match « intercolonial » a lieu en 1882 entre la Nouvelle-Galles du Sud et le Queensland, et les deux régions rencontrent de temps en temps des équipes néo-zélandaises. Les quinze années qui suivent sont incertaines, mais à Sydney et dans quelques zones rurales de la Nouvelle-Galles du Sud, le rugby à XV prend l’ascendant sur les autres sports. Il reste néanmoins exclusivement réservé à la population mâle et appartenant aux classes moyenne et supérieure (Phillips, 1996).

21Puis le mouvement s’accélère et, vers 1900, on dénombre 128 clubs en dehors de l’aire métropolitaine, et à Sydney même ce sont 79 clubs qui sont engagés dans une compétition seniors et dans quatre compétitions juniors. Il devient alors nécessaire de mettre en place une instance administrative susceptible d’organiser ces compétitions : ce sera, en 1897, la Metropolitan Rugby Union (MRU). En 1907, un match international (Nouvelle-Galles du Sud contre Nouvelle-Zélande, au Sydney Cricket Ground) réunit près de 52 000 spectateurs – chiffre jamais atteint à l’époque même pour le cricket. À travers le système scolaire, le jeu touche de plus en plus les classes populaires ; mais aucune ouverture ne se manifeste vers les femmes, et l’on trouve en Australie la même idéologie d’affirmation de la virilité et de lutte contre la « féminisation » de la société que nous avons notée en Angleterre et aux États-Unis.

22Cette démocratisation trouve cependant vite ses limites. Les yeux tournés vers le modèle anglais, la MRU « colle » à l’amateurisme alors que le soccer a déjà choisi des structures professionnelles et que le code treiziste a marqué sa différence sur la question de la rémunération du manque à gagner : en cas de blessure, un quinziste doit encore supporter les frais médicaux et renoncer à la part de salaire correspondant à ses jours d’arrêt de travail. Il n’est donc pas étonnant qu’en 1907 la visite d’une équipe professionnelle de joueurs de rugby néo-zélandais précipite le mouvement vers la création, l’année suivante, d’une Rugby League acceptant les règles de la Northern Rugby Football Union anglaise. À l’origine de cette initiative, on trouve un homme d’affaires australien occasionnellement arbitre de cricket (James J. Giltinan), un politicien (H. C. Hoyle) et (inévitablement) un joueur de cricket, en l’occurrence de stature internationale, Victor Trumper. Après avoir établi les statuts de la New South Wales Rugby Football League (NSWRFL), Giltinan et ses compères mettent donc sur pied une équipe de joueurs provenant du XV (amateurs) destinée à rencontrer des joueurs de rugby professionnels néo-zélandais en route vers l’Angleterre. Trois matchs furent joués à cette occasion... avec les règles du XV. Mais un de ces pionniers australiens, H. H. Messenger, accompagna les Néo-Zélandais dans leur tournée anglaise et, à son retour en 1908, participa à la première compétition australienne sous les nouvelles règles. Entre-temps, la situation avait rapidement évolué : 9 équipes avaient été constituées pour s’affronter au sein de la nouvelle League (Cunneen, 1992 : 296).

23Dans le nouveau dispositif, peu de joueurs sont effectivement rémunérés, mais ils bénéficient d’une assurance en cas de blessure et d’arrêt de travail. La League, qui attire de nombreux travailleurs, est assez naturellement soutenue par des personnalités dominantes du monde politique associées au Parti travailliste, et notamment par W. M. Hugues, futur Premier ministre. Une assez forte influence catholique se fait également sentir.

  • 9 Les Wallabies sont l’équipe nationale de rugby à XV (Union), les Kangourous leur équivalent en rug (...)

24Une fois que la League eut attiré l’essentiel des travailleurs, l’Union se retourna vers son creuset middle-class et la défense des principes de l’amateurisme. Ses positions ne semblaient guère menacées dans la mesure où, si la League avait assuré son recrutement de joueurs, elle souffrait d’un déficit de spectateurs, qui continuaient à préférer le code quinziste ; par ailleurs, les tentatives internationales des joueurs professionnels tournèrent court : alors que les Wallabies enchaînaient les tournées victorieuses et obtenaient la médaille olympique en 1908, les Kangourous rataient leur tournée en Angleterre et Giltinan faisait banqueroute9. Le démarrage avait probablement été trop expéditif. Cependant, la tendance finit par s’inverser, à la suite surtout de la défection de nombreux joueurs amateurs attirés par les propositions financières de la League. De nouveaux hommes d’affaires (et notamment un hôtelier du nom de James J. Smith) prennent le relais et à partir de 1909 les rencontres se multiplient, d’abord entre Kangourous et Wallabies, puis au niveau international avec une nouvelle tournée en Angleterre en 1911-1912, gagnée cette fois par les Kangourous. L’exploit ne fut plus reconduit avant la tournée de 1963-1964, mais son retentissement facilita le développement du rugby professionnel qui prospéra en Nouvelle-Galles du Sud et au Queensland. La League prend l’ascendant en termes de spectateurs à partir des années 1910, mais reste à la traîne quant au nombre de licenciés ; des écoles catholiques, à l’image de celles des frères maristes, adoptent le rugby à XV (Phillips, 1996 : 165).

25Pendant la Première Guerre mondiale, les joueurs affiliés à la League continueront à organiser des compétitions (tout en recommandant malgré tout l’entraînement militaire et en encourageant les pratiquants à s’engager dans l’armée). À l’inverse, les joueurs amateurs cesseront toute compétition, dirigeant leur énergie vers l’effort de guerre. Ce clivage entre « League » et « Union », que l’on retrouve à la même époque en Angleterre, correspond assez étroitement à une opposition entre classes populaires et classes moyennes. L’image des joueurs professionnels (qui, en même temps que les catholiques, les classes populaires et leur représentant au niveau politique, le Parti travailliste, sont montrés du doigt comme déloyaux à la cause nationale) va quelque peu en souffrir, mais n’empêchera pas le rugby à XIII d’occuper des positions extrêmement solides dans les deux États de la Nouvelle-Galles du Sud et du Queensland (Cunneen, 1992 : 296).

  • 10 Les frères Johnson, premiers aborigènes à jouer dans le rugby professionnel de la Nouvelle-Galles (...)

26Le rugby professionnel australien est caractérisé par son inscription essentiellement urbaine, son fort recrutement dans les milieux populaires et sa relative ouverture vis-à-vis des joueurs aborigènes10. Ces traits particuliers – comme la proportion beaucoup plus forte d’ouvriers et d’immigrés dans le rugby professionnel que dans le rugby amateur – se retrouvent dans les autres pays où le rugby à XIII est implanté, et notamment en France (cf. Darbon, 2002).

L’autre ballon ovale

  • 11 On pourrait aussi mentionner la ressemblance entre la solution finalement adoptée pat les promoteu (...)

27Alors que les deux rugby sont plus répandus dans le Queensland et la Nouvelle-Galles du Sud, le football australien (encore dénommé Australian Rules, Victorian Rules ou footie) se trouve ailleurs en position dominante et passe auprès des Australiens pour être « le sport national ». Bien qu’il ne fasse pas à proprement parler partie de ces sports directement légués par l’Angleterre à ses colonies, il mérite qu’on s’y intéresse dans la mesure où l’influence anglaise s’y est faite sentir par de nombreux aspects. Par ailleurs, s’il s’agit d’une création « ponctuelle », décidée par une poignée d’individus voulant faire œuvre innovante, le processus d’élaboration se distingue de celui que nous avons décrit pour le basket-ball (et le volley-ball) aux États-Unis en ce qu’il réalise une étonnante hybridation d’influences diverses. Celle provenant du cricket vient à la fois du fait que ce sont généralement des joueurs du « sport impérial » qui ont été à l’initiative de son développement, et de la forme ovale et non rectangulaire du terrain ; les premiers temps, le football australien était joué sur des terrains de cricket contrôlés par des clubs de cricket. L’influence du football (dans sa version primitive) s’est manifestée d’emblée par la forme ronde du ballon (jusqu’à ce que le ballon ovale soit introduit en 1867), par le type d’affrontement particulièrement rugueux prévu entre les joueurs (qui rappelle les dispositifs en vigueur en Angleterre avant les codifications des années 1860 et 1870) et par la préférence accordée, dans ce type d’affrontements, à la solution en vigueur à Rugby (on pouvait dans certaines conditions porter le ballon à la main). Quant au soccer, il est aussi présent dans le fait que le jeu au pied est privilégié et que les buts se marquent au pied et non à partir d’essais. Mais il faut pour être complet y rajouter une influence un peu plus exotique, qui est celle du football gaélique dans la manière de marquer des points par des coups de pied passant entre des poteaux et dans les modalités de la passe (autorisée seulement par le poing ou la paume de la main)11.

28Au milieu du xixe siècle, la confusion règne dans la région de Melbourne, où cohabitent plusieurs formes de football primitif (selon les tendances de Rugby, Eton, Harrow ou Winchester...) jouées par des Anglais et un football gaélique pratiqué par des Irlandais affectés aux mines d’or. Les quatre principaux fondateurs du nouveau jeu, T. H. Smith, T. W. Wills, J. B. Thompson et W. J. Hammersley, tous membres du Melbourne Football Club, souhaitaient créer un jeu spécifiquement australien qui puisse occuper la saison d’hiver (le même besoin de remplacer le cricket en hiver était à l’origine de la diffusion des autres sports de ballon). Eux-mêmes joueurs de cricket relativement talentueux, ils avaient été éduqués dans des universités anglaises et, à ce titre, étaient préparés à une solution de compromis entre les diverses formes de football alors pratiquées à Victoria. Deux d’entre eux, Thompson et Hammersley, étaient nés en Angleterre, et leur métier de journaliste leur donnait des facilités pour contribuer à la diffusion du jeu. Smith, d’origine irlandaise et enseignant dans le collège de Scotch (la plus ancienne public school de Melbourne), s’est attaché de son côté à sa diffusion dans les écoles. Quant à Wills, il était né en Australie mais avait été éduqué à Rugby de 1851 à 1855, période pendant laquelle il fut capitaine des équipes de cricket et de football (Pascoe, 1995 : 48 ; Arlott, 1975 : 387).

29La première rédaction des règles, qui intervient en 1866, privilégie certains principes de base (Hibbins, 1989 : 178-180).

  • Il s’agit d’abord d’éliminer le hacking, responsable aux yeux des fondateurs d’un trop grand nombre de blessés. Ils suivaient certes en cela la sensibilité naissante en Angleterre à cette époque, mais la décision fut prise à l’unanimité : en Angleterre, les conflits qui se sont cristallisés à ce sujet ont été largement responsables, on l’a vu dans le chapitre II, de la différenciation entre le code de Rugby et le soccer. Dans l’ensemble, ce sont plutôt les règles de Rugby qui ont été plébiscitées.
  • L’absence de hors-jeu et la possibilité de passer la balle en avant tranchent à l’inverse avec la solution qui sera en vigueur au rugby : il n’y a pas formation d’une ligne de front (tous les joueurs sont librement dispersés sur l’ensemble du terrain), pas de possession d’un territoire qu’il faut défendre.
  • Autre décision importante, adoptée empiriquement : la réglementation de la course balle en main, qui obligeait à effectuer un rebondissement (comme au basket-ball) tous les 10 yards. Hibbins (1989 : 181) fait l’hypothèse que cette règle avait pour but de rétablir un peu d’égalité en freinant les courses, dans la mesure où certains joueurs couraient beaucoup plus vite que d’autres...

30Bientôt connu sous le nom de « Victorian Game » (par référence à la région qui l’a vu naître), le jeu connaît une première diffusion à partir des mouvements de troupes et de mineurs depuis Victoria vers l’Australie-Méridionale et l’Australie-Occidentale. Le ballon rond est remplacé en 1867 par un ballon ovale. En 1869 intervient une modification importante : alors qu’auparavant un match durait aussi longtemps qu’une équipe n’avait pas marqué deux buts (solution qui se rapprochait de celle adoptée pour le cricket), il a désormais une durée fixée à l’avance, par accord entre les capitaines avant le début du match, et le gagnant est celui qui a marqué le plus de points. Par la suite, les arbitres sont introduits (en 1872), ainsi que le changement de côté à chaque mi-temps (au lieu de chaque but marqué) et les pénalités en cas de fautes. Avant la fin du xixe siècle, le footie a acquis toutes les caractéristiques d’un « sport moderne » au sens où l’entend Guttmann (1978 : 54-55).

  • 12 Elle existe encore dans la région de Melbourne, mais a adopté des règles un peu différentes (16 jo (...)

31Le succès populaire est tel que les clubs de Melbourne se réunissent, en 1877, pour fonder la Victorian Football Association (VFA) ; une South Australian Football Association (SAFA) suivra l’année suivante, ce qui autorisera la tenue de ce que l’on appelait à l’époque des matchs « intercoloniaux ». Mais à la longue, l’incapacité de la VFA à créer des structures solides et professionnelles, ainsi que l’exemple donné par la Football Association et la Northern Rugby Union anglaises (qui ont adopté le professionnalisme respectivement en 1885 et 1895), conduisent à créer la Victorian Football League (VFL), en 1897, avec les clubs les plus riches. La VFA continue de vivoter avec les clubs restants12, mais elle est désormais dominée par une VFL qui étend son emprise sur l’ensemble du territoire, et notamment en Nouvelle-Galles du Sud grâce à l’établissement d’une nouvelle ligne de chemin de fer aboutissant à Sydney. Elle adopte de nouvelles règles donnant au jeu ses caractéristiques actuelles – par exemple, le fait de pouvoir marquer des points en faisant passer la balle entre un poteau central et un poteau « latéral » (behind).

32Au début du xxe siècle, on joue au footie dans toutes les régions d’Australie, et les transferts de joueurs d’un État à l’autre rendent nécessaire la création d’une instance régulatrice, l’Australian Football Council (1906), qui s’assure du respect des règles sur l’ensemble du territoire et en Papouasie-Nouvelle-Guinée ; un championnat national peut débuter en 1908 (Arlott, 1975 : 388).

Soccer et baseball

33La position relativement modeste du soccer au sein des sports australiens, y compris de nos jours, semble assez surprenante compte tenu du fait que ce sport, dominant à peu près partout, avait a priori dans les White Dominions des facilités potentielles de pénétration très importantes liées à l’importance des vagues migratoires provenant de Grande-Bretagne. Lorsque les premiers clubs sont créés, au début des années 1880, la scène des jeux de ballon ovale est déjà largement occupée par le football australien et le rugby, et le rôle de promoteurs endossé par les joueurs de cricket avait déjà trouvé à s’exercer sur ces sports complémentaires que l’on pratique l’hiver. De fait, ce sont au départ des immigrés récents, anglo-saxons (et plus spécialement écossais) qui sont à l’origine des premières structures, telles que l’English Football Association de Nouvelle-Galles du Sud (1882), qui organise l’année suivante les premiers matchs « intercoloniaux » avec Victoria, la Southern British Football Association (1884), la Rugby and English Association Football Club d’Australie Occidentale fondée à Perth en 1892, ou encore la South Australia British Football Association basée à Adelaïde (1902).

34Les liens du soccer avec les immigrants qui se sont succédé en Australie ne se sont jamais démentis. Après la Seconde Guerre mondiale, de nouvelles vagues vinrent s’établir en provenance de Grande-Bretagne et d’Irlande, mais surtout d’Italie, de Hongrie (après 1956), de Grèce et de Yougoslavie (dans les années 1960) et de Turquie (dans les années 1970). Très actives dans la constitution de clubs de soccer, ces minorités ont été souvent stigmatisées du fait de leur origine ethnique et de leur difficulté à s’intégrer au mode de vie anglo-saxon et à maîtriser la langue anglaise ; le club remplissait dans ce contexte difficile une fonction éminente de resserrement des liens communautaires, et la grande majorité des clubs qui ont vu le jour à cette époque étaient constitués sur une base ethnique. Les comportements de ces nouveaux migrants, jugés plus agressifs et déployant un jeu aux caractéristiques différentes (centré sur la technique, le travail du ballon et la dimension artistique du jeu, que l’on opposait volontiers aux qualités réputées plus anglo-saxonnes valorisant les tacles durs, le courage et l’endurance), contribuèrent à renforcer l’image particulière du soccer auprès des Australiens, d’autant que dans les années 1950, ce sont les clubs « communautaires » qui attirent les foules les plus considérables. Les ressources monétaires générées par ces spectacles suscitent quelques convoitises : alors que les clubs qui en sont à l’origine souhaitent les conserver à leur profit, les administrateurs de l’Australian Soccer Football Association (ASFA), qui étaient pour l’essentiel des Australiens d’origine britannique, jugeaient quant à eux que l’ensemble du soccer australien devait en profiter, surtout pour stimuler la formation des jeunes et construire de nouveaux terrains. Or, de fait, les jeunes déjà formés allaient grossir les effectifs des clubs « communautaires », qui de surcroît utilisaient pour eux certaines installations financées par l’ASFA. Les relations tendues entre les deux parties aboutirent à une crise ouverte lorsqu’un club de Sydney, Hakoah, n’obtint pas l’autorisation fédérale pour participer à la compétition de première division (district league). En 1957, les principaux clubs de migrants formèrent une fédération autonome, l’Australian Soccer Federation, et en 1961 les meilleures équipes, presque toutes « communautaires », jouaient dans des ligues contrôlées par la Fédération et non plus par l’Association (Murray, 1995 : 156-157 ; Moseley, 1992 : 316-322).

35Les politiques d’inspiration multiculturaliste qui voient le jour dans les années 1970 contribuent à donner du soccer une image d’autant plus respectable que le niveau du jeu national tend à s’élever (l’Australie participe aux phases finales de la Coupe du monde en 1974), et la couverture médiatique du jeu s’accroît. Mais les dénominations « ethniques » des clubs (« Hellas », « Croatie » et autres « Juventus ») disparaissent petit à petit, remplacées par des appellations plus neutres (« Zèbres », « Requins »...). Les flux migratoires en provenance d’Europe se ralentissant, les clubs de migrants ont un poids de moins en moins important, et la popularité du soccer s’en ressent.

36L’influence américaine commence à se faire sentir dans la seconde moité du xixe siècle sur le plan culturel ; mais le baseball ne menace pas le cricket, malgré les efforts d’Albert G. Spalding, l’entrepreneur sportif américain qui avait notamment organisé une tournée en Australie en 1888-1889 : la question de l’antagonisme avec l’Angleterre restait à cette époque dominante, et elle passait par le cricket. Lorsque le modèle américain deviendra plus attractif pour les Australiens, dans la première moitié du xxe siècle, il concernera surtout les nouveaux sport dits « californiens » (surf et ses dérivés). Le baseball n’était pas pour autant exclu : sa position par rapport au cricket était davantage complémentaire que concurrentielle. À partir des années 1930, il assumait le rôle subsidiaire de « sport d’hiver », l’été étant réservé au cricket, et nombreux étaient les joueurs qui passaient de l’un à l’autre ; mais dans ce rôle il devait en revanche compter avec la concurrence très forte des divers sports de ballon ovale (footie, rugby à XV et à XIII). C’est peut-être l’âpreté de cette concurrence qui a fait qu’à partir des années 1960 le baseball est lui aussi devenu un sport d’été aux côtés du cricket. Les rémunérations, beaucoup plus élevées au baseball, ont entraîné de nombreuses défections en sa faveur, et dans les années 1990 la popularité des deux sports n’a cessé de croître, même si le basket-ball paraît encore plus dynamique (Guttmann, 1994 : 91-96).

La Nouvelle-Zélande, ou le triomphe du rugby

  • 13 Ils constituent actuellement environ 15 % de la population, dont 90 % dans l’île du Nord.
  • 14 Fonction abolie en 1950.
  • 15 Il fallut attendre le début des années 1990 pour que le gouvernement procède à une série de restit (...)

37La colonisation de la Nouvelle-Zélande fut en un sens une conséquence de celle de l’Australie. Au début du xixe siècle, le flot habituel des aventuriers et des chasseurs de baleines et de phoques provenant de Sydney fut bientôt suivi par celui des négociants et des missionnaires. Ils y trouvèrent une population d’environ 300 000 Maoris13, chasseurs et cultivateurs, mais aussi redoutables guerriers, venus probablement de Polynésie plusieurs siècles auparavant. Les relations avec les nouveaux colons furent très conflictuelles pendant la première moitié du xixe siècle, et l’insécurité croissante poussa les commerçants et les missionnaires australiens à demander l’aide de l’Angleterre. En 1830, le gouvernement de Sa Majesté nomma un gouverneur résident14. Le traité de Waitangui (1840), signé entre la Couronne britannique et certains chefs maoris acceptant ainsi de céder la souveraineté de leur pays, n’apaisa pas vraiment les conflits, qui restèrent sanglants jusque vers 1860. Bien que ce traité ait fixé de façon durable la base constitutionnelle de la protection des droits des Maoris, ceux-ci continuèrent progressivement à être dépossédés de leurs terres15.

  • 16 Cette dernière fut assez rapidement abolie, et la Nouvelle-Zélande se distinguera des autres démoc (...)

38Le Parlement britannique accorda à la Nouvelle-Zélande, en 1852, une constitution prévoyant une Chambre des représentants élue au suffrage universel masculin (au moins jusqu’en 1893, date de l’adoption du suffrage féminin) et d’une Chambre haute dont les membres étaient nommés par le gouverneur16.

Le cricket en position dominée

39Le cricket s’est implanté en Nouvelle-Zélande avec un certain retard par rapport à l’Australie et, bien que considéré comme le jeu national néo-zélandais jusque dans les années 1890, il a assez rapidement été détrôné par le rugby. La Nouvelle-Zélande a été caractérisée par une allégeance plus marquée à la Grande-Bretagne, ce dont témoigne la réplication fidèle du système éducatif anglais, particulièrement dans la province de Canterbury où le Christs College, établissement privé dont les enseignants étaient souvent formés à Oxbridge, a joué un rôle majeur dans la diffusion respectueuse de l’idéologie victorienne. Dans un tel contexte, et fort du soutien des classes moyennes, des leaders politiques et économiques et des grands propriétaires terriens, le cricket s’y est tout particulièrement développé. Fondé en 1851, le club de Canterbury, socialement très fermé, défend les principes de l’amateurisme et le fait de « jouer pour jouer » (et non pour gagner). Dans la continuité de Christs College, d’autres établissements (notamment Wellington College, Auckland Grammar School) ont à leur tour développé, à partir des années 1890, un système éducatif fondé sur les valeurs de la « chrétienté musculaire » – mais dès cette époque, le cricket doit cohabiter avec le rugby.

  • 17 Cf. infra.

40Dans la région de Wellington, où les premiers clubs voient le jour dans les années 1840, la situation sociale est plus contrastée, et si l’on trouve à la tête du cricket quelques personnalités du monde des affaires et de l’administration, les forces vives des principales équipes sont constituées d’employés et de commerçants. Il en va à peu près de même dans la région d’Auckland, où se manifestent de surcroît l’influence, dans les années 1830, des intérêts commerciaux de l’Australie, et surtout le rôle éminent joué par les conflits avec les Maoris17, ce qui d’un côté limitait les possibilités d’organiser des compétitions, mais de l’autre faisait des militaires en garnison les principaux protagonistes du jeu (Ryan, 1998 : 97). À partir de 1865, le nombre de matchs disputés au sein des clubs et entre clubs dépasse celui des matchs disputés au sein de l’armée. Les structures du jeu se démocratisant progressivement, la tradition élitiste caractéristique de Canterbury devient de moins en moins représentative de l’ensemble du cricket néo-zélandais.

41En tant que lieu d’accueil de l’Église presbytérienne libre d’Écosse, la région d’Otago a vu s’établir des immigrants issus principalement des classes laborieuses et des cultivateurs venus d’Écosse, peu enclins à apprécier les vertus du « jeu impérial » : le cricket qui s’y développe dans les années 1850 est avant tout le fait d’une minorité d’Anglais pas toujours très appréciés. Certes, l’expansion minière des années 1860, à la suite de la découverte en 1861 d’une mine d’or à Otago, qui attire une nouvelle vague d’immigrants dont la plupart viennent de Victoria, donne au cricket une nouvelle chance ; mais l’embellie ne dure que le temps de l’exploitation minière, et la région restera, au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, la moins développée de Nouvelle-Zélande en termes de popularité et de niveau de jeu.

42À la fin du xixe siècle, la question d’une éventuelle fédération des forces néo-zélandaises et australiennes dans le domaine du cricket, consécutive à la raréfaction des liens sportifs entre la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande, s’inscrit dans une réflexion plus vaste sur la création éventuelle d’une fédération politique réunissant la Nouvelle-Zélande et les colonies australiennes. Le cricket est en effet considéré par beaucoup comme un instrument susceptible de jouer un rôle majeur dans cette possible unification, et l’organisation de tournées entre les deux pays, fortement encouragée par la classe politique, constitue un des dispositifs mis en œuvre pour ce rapprochement (Ryan, 1998 : 102-103). Mais le projet tourne court, faute d’enthousiasme du côté néo-zélandais.

  • 18 Il reste cependant que le rugby semble avoir joué en la matière le rôle que n’a pu jouer le cricke (...)

43Par rapport à l’excellence australienne, le jeu néo-zélandais reste d’un niveau modeste, et la fierté nationale – au moins celle qui prend pour objet les exploits sportifs – trouvera dans le rugby un aliment plus solide. D’après Ryan (1998), c’est paradoxalement l’allégeance et la fidélité à l’Angleterre et à ses valeurs, ainsi que l’absence de toute crispation nationaliste, qui semblent avoir empêché le cricket néo-zélandais d’adopter, comme l’a fait l’Australie, des solutions originales18. Une des raisons invoquées pour expliquer cette différence de comportement est le fait que la Nouvelle-Zélande a connu un développement plus tardif par rapport à l’Australie-Orientale ; le flux d’immigrants en provenance de Grande-Bretagne s’étant poursuivi plus tardivement, la population née en Nouvelle-Zélande s’est longtemps trouvée minoritaire. Par ailleurs, contrairement à l’Australie, la Nouvelle-Zélande n’avait pas le statut de colonie pénitentiaire et le nombre d’immigrés irlandais (traditionnellement hostiles à l’Angleterre) y était beaucoup plus faible. Durant la controverse relative au bodyline, la Nouvelle-Zélande prit la défense de l’Angleterre, et la seule critique qui semble avoir été émise vis-à-vis du cricket anglais (assez logiquement d’ailleurs, compte tenu de la tradition démocratique en vigueur dans la colonie) concernait sa structuration sur des positions de classe et la différenciation entre amateurs et professionnels. Le comportement des spectateurs lors des tournées anglaises était généralement empreint d’une certaine courtoisie. L’attachement à la mère patrie est renforcé par un relatif isolement, les Australiens étant peu enthousiastes à l’idée de rencontrer leurs voisins : il n’y eut aucune tournée australienne en Nouvelle-Zélande de 1928 à 1946. Le statut de Westminster, qui accorda au pays, en 1931, toutes les caractéristiques d’un État indépendant affilié au Commonwealth, ne souleva guère d’enthousiasme et ne fut finalement entériné qu’en 1947.

44Ce n’est qu’à partir des années 1970 que le cricket néo-zélandais retrouva quelques forces, bénéficiant (financièrement et en termes d’expérience de jeu) du développement des rencontres sur un seul jour, de nouveaux contacts avec l’Australie et de l’apport de joueur formés en Angleterre. Ce renouveau se manifesta de façon éclatante, et symboliquement très chargée, par la première victoire néo-zélandaise contre l’Angleterre à Wellington, en 1978. Mais l’exploit ne fut pas renouvelé. Pour l’affirmation de la fierté nationale, le rugby se révéla beaucoup plus efficace.

Le rugby à XV en position dominante

« Oh, some talk of Cricket, and some of Lacrosse,
Some long for the Hunstsman’s loud call ;
But where can be found such a musical sound
As the old Rugby cry, “On the ball”. »

New Zealand Rugby Song (in Swan 1948 : 726)

  • 19 Comme il a été indiqué précédemment, le football australien en vigueur à cette époque, avant les p (...)

45Comme il se doit, l’arrivée du rugby est plus tardive que celle du cricket : on mentionne généralement un premier match joué à Nelson en 1870. Il semble que les règles avaient été transmises par un certain Charles Monro qui avait fréquenté une public school anglaise, Sherborne. Mais à cette époque, non seulement le cricket est déjà établi comme le sport national, mais encore d’autres codes de football – notamment ceux du soccer et du Victorian Game venu d’Australie19 – sont pratiqués. Certains clubs, à l’image de Wellington, s’accrochent au code victorien, voire au soccer. Mais le jeu progresse tellement qu’une vingtaine d’années après son introduction il concerne 5 000 joueurs, 300 équipes affiliées à la toute nouvelle New Zealand Rugby Football Union (NZRFU) fondée en 1892, et passe pour être devenu le sport national. Plusieurs raisons ont été avancées pour expliquer la rapidité de cet engouement (Phillips, 1996 : 70-90).

46La première influence a été celle des immigrants provenant des public schools anglaises (et dont Charles Monro était un exemple), efficacement relayés par des Néo-Zélandais ayant profité des collèges locaux calqués étroitement sur le modèle anglais. Ces Old Boys ont contribué à diffuser le code de Rugby sur une grande partie du territoire, rendant possibles des compétitions entre régions – ce qui n’était pas vraiment le cas pour les autres formes de football. Les tournées interrégionales ont pour effet de relancer certains clubs en déclin ou de proposer un exemple bientôt copié. Par ailleurs, les pratiquants du rugby sont généralement issus d’un milieu socioculturel supérieur à celui des pratiquants des autres codes ; ayant davantage de loisirs et de moyens, ils sont plus à même de voyager pour porter la bonne parole.

  • 20 Dans la sélection qui, en 1888, a réalisé la première tournée au Royaume-Uni, seuls cinq joueurs n (...)

47Né en tant que sport d’une élite, le rugby se démocratise pourtant rapidement et pénètre les campagnes les plus reculées dans le courant des années 1870 : aux Old Boys des collèges huppés viennent s’ajouter les soldats des garnisons, les policiers ou les éleveurs de moutons, et des joueurs maoris sont intégrés dans les équipes, y compris au niveau international20.

  • 21 Situation qu’Anne Saouter (2000) préfère qualifier de « rapports homosexués ».

48Plus que les autres jeux collectifs de ballon, le rugby s’est inscrit, de par ses propriétés formelles spécifiques, dans le débat relatif au niveau socialement acceptable de la virilité des comportements. Le rugby en vigueur à l’époque était beaucoup plus physique que le soccer ou le Victorian Game. Les règles fixées en Angleterre en 1871 mettent du temps à parvenir à l’autre bout du monde, et jusque dans les années 1880 il s’agissait davantage d’une forme de football tel qu’on le pratiquait dans les public schools anglaises au milieu du xixe siècle. Les pionniers néo-zélandais, surtout ceux qui habitaient en zone rurale, valorisaient particulièrement la force physique et le courage et stigmatisaient volontiers le mode de vie plus sédentaire des urbains, ressenti comme un danger menaçant la virilité ; mais une telle idéologie, nourrie d’une mystique de la « frontière » et de la mise en valeur de l’intérieur du territoire, était souvent partagée par les habitants des villes eux-mêmes. Il a par ailleurs été avancé (Phillips, 1996) que le rugby procurait la possibilité de contacts physiques qui, sans préjuger pour autant de l’existence de relations homosexuelles21, convenaient à des hommes souvent privés de relations avec des femmes alors que le tabou de l’homosexualité était très fort ; le rugby rend en effet légitimes les contacts physiques, au sein de la mêlée comme dans les « troisièmes mi-temps », dans la mesure où ils sont une conséquence directe des règles du jeu (Darbon, 2002). Le mode de vie impliqué par le rugby (voyages, abus de boissons, tabagie, jurons, chants...), qui s’accentue avec la démocratisation du jeu, s’inscrit parfaitement dans la culture virile environnante.

  • 22 Aux États-Unis, où il ne parviendra jamais à faire de réelle percée, le rugby a au contraire l’ima (...)

49S’ensuivent logiquement une série de réactions et de « missions civilisatrices » qui tentent de supprimer les aspects les plus rudes de cette affirmation de la masculinité. Le rugby néo-zélandais s’adapte en faisant siens les principes déjà en vigueur en Angleterre (existence d’un arbitre, interdiction du hacking, revalorisation des passes et des essais au détriment des coups de pied...), aidé en cela par la visite d’une équipe britannique en 1888. Devenant plus « propre » et « civilisé », le rugby peut alors reprendre à son compte, au début du xxe siècle, un ensemble de valeurs jugées plus acceptables et davantage centrées sur la dimension collective du jeu : chaque individu de l’équipe en tant que rouage d’une machine complexe, la mêlée comme métaphore de la vie et de la solidarité entre les hommes, le combat comme formation au courage, etc. Par un étrange retour de balancier, en perdant ses valeurs stigmatisantes, le rugby redevient un sport destiné aux gentlemen et un facteur (ou un signe) d’intégration sociale22. Le système scolaire, de plus en plus calqué sur celui des public schools anglaises (punitions corporelles, séparation des garçons et des filles, organisation des établissements en « maisons », rôle des prefects...), préfère désormais le rugby au cricket pour former le caractère, le terrain de rugby devient le centre de la vie du collège avec la bénédiction des parents et des Old Boys et le cursus scolaire valorise à l’extrême les exploits que l’on peut y réaliser.

50Ce statut désormais privilégié du rugby va se trouver renforcé par les succès remportés à l’extérieur par l’équipe nationale, les All Blacks. En 1884 déjà, une sélection néo-zélandaise répondait à la visite australienne de 1882 en se rendant en Nouvelle-Galles du Sud, puis en 1888, à la suite d’une tournée britannique, une équipe composée presque exclusivement de Maoris se livrait à un véritable marathon en Grande-Bretagne et en Australie, créant la surprise en remportant 80 matchs sur les 108 disputés. L’événement contribua fortement à la création de la NZRFU en 1892, un des buts avoués de la nouvelle institution étant de multiplier les rencontres internationales. Les All Blacks sont bientôt l’objet d’un culte extraordinaire, qui sera magnifié par la fameuse tournée de 1905 au cours de laquelle ils remporteront tous leurs matchs (à l’exception de celui contre le pays de Galles, dont le résultat fut d’ailleurs âprement contesté) et marqueront 801 points contre 22. Certes, l’adversaire était diminué pour diverses raisons (et notamment par de nombreuses défections de joueurs en faveur du rugby à XIII), mais l’important était de battre les Anglais chez eux et d’engranger leurs appréciations élogieuses : les Néo-Zélandais sont désormais perçus comme des gens virils et athlétiques, et la position de la colonie au sein de l’Empire, déjà valorisée par le rôle éminent joué par les soldats néo-zélandais pendant la guerre des Boers, s’en trouve renforcée. Les hommes politiques n’échapperont pas à la tentation de profiter d’un tel engouement : leur implication dans le rugby est désormais un élément incontournable de la vie politique locale.

Aborigènes et Maoris : une participation âprement contestée

51Fondé sur un « darwinisme social » qui renvoyait les indigènes à leurs supposées insuffisances (lesquelles n’étaient bien entendu que la conséquence de leur situation dominée), le sport tel qu’il est né en Angleterre et s’est développé à une période d’impérialisme triomphant n’avait par essence pas de place à donner aux indigènes ; s’il y consentait, ce ne pouvait être que de façon marginale et étroitement contrôlée. De ce point de vue, la diffusion du sport dans les White Dominions que constituaient l’Australie et la Nouvelle-Zélande n’a pas dérogé à la règle.

  • 23 La boxe et le rugby à XIII, sports également très populaires en Australie, accueillent également d (...)

52Jusqu’en 1945, l’Australian Football League (AFL) ne comptait dans les rangs de ses joueurs que quatre Aborigènes. Leur nombre s’est accru petit à petit dans les années 1960, puis de façon très rapide dans les années 1990, si bien qu’en l’an 2000 une cinquantaine d’Aborigènes jouaient dans l’élite – soit 8 % du nombre des joueurs pour une proportion de 2 % de la population générale23. Une évolution aussi radicale, de l’exclusion à une « sur-représentation » notable, s’explique en grande partie par la publicité accordée à deux événements particuliers intervenus dans le sport australien le plus populaire, le footie. Selon Gardiner (2003 : 33), ils ont permis « d’ouvrir la boîte de Pandore » et d’instaurer le débat sur les pratiques racistes dans le sport australien, beaucoup de joueurs aborigènes s’étant exprimés lors de ces occasions au sujet du racisme dont ils étaient l’objet de la part des joueurs comme des supporteurs.

  • 24 Une photo prise à cette occasion a été très largement diffusée dans les médias. Elle figure sur la (...)

53Le premier incident est celui provoqué par Neil Winmar, joueur de Football australien qui, excédé par les agressions racistes dont il était l’objet de la part des spectateurs lors d’un match entre les équipes de Collingwood et de St Kilda en 1993, avait ostensiblement soulevé son maillot et pointé son doigt sur sa peau noire, devant une foule agressive24. Winmar lui-même avait commenté son geste un an plus tard : « Cela a permis au peuple aborigène de montrer qu’il restait fièrement debout. Nous avons été dans l’ombre pendant tellement d’années » (cité in Gardiner, 2003 : 36).

54Deux ans plus tard éclatait « l’incident Michael Long ». Ce joueur de l’équipe d’Essendon prétendit qu’un joueur de Collingwood (les deux équipes jouant au Melbourne Cricket Ground devant 90 000 personnes) l’avait insulté par des propos racistes devant l’arbitre. Le club du joueur le soutint et porta plainte devant l’AFL, laquelle finit par déclarer qu’il n’y aurait pas sanction.

55Cependant, d’autres incidents de ce type ayant été progressivement dévoilés, et l’ensemble contribuant à construire une image désastreuse du football australien, l’AFL fut contrainte de céder en promulguant sa règle n° 30 (« Racial and Religious Vilification Rule »), qui prévoit notamment en cas de plainte une procédure de médiation, éventuellement suivie d’une intervention des tribunaux si elle n’aboutit pas, et une amende de 50 000 Aus$ pour le club reconnu coupable. Cette règle fut modifiée en 1998 : l’amende devait désormais être attribuée non à ceux qui avaient mal agi, mais à ceux qui s’étaient rendus coupables de briser la confidentialité de la procédure de médiation...

56Il est incontestable qu’à la suite de ces événements, la situation des Aborigènes s’est améliorée dans le football australien. Néanmoins, ainsi que l’ont mis en évidence Hallinan et al. (1999), les positions que les entraîneurs affectent de façon très privilégiée aux joueurs aborigènes sur le terrain (et qui correspondent à des postes « non centraux » ou moins stratégiques) sont en accord avec les stéréotypes dominants quant à leurs capacités : faisant preuve d’un talent « naturel » et « instinctif » alliant « flair », « magie » et un sens « différent » de l’espace et du temps (Tatz, 1995), ils seraient aussi « imprévisibles », « indisciplinés » et « incapables d’occuper des postes de responsabilité » (Cashman, 1995 ; Stoddart, 1986).

57La participation maorie au rugby néo-zélandais est très ancienne puisqu’elle remonte à l’intégration d’un joueur nommé Wirihana dans l’équipe de Wanganui en 1872, soit à peine dix ans après la fin des combats sanglants entre Maoris et troupes coloniales, et alors que les conflits, alimentés par la politique gouvernementale de confiscation des terres indigènes, se poursuivent jusque dans les années 1880. C’est dans ce contexte violent de la seconde moitié du xixe siècle qu’il faut replacer l’apparente contradiction entre l’importance réelle de la participation maorie dans le rugby néo-zélandais et la position marginale et dépréciée que leur octroie un discours colonial qui les féminise. La révolte contre l’occupant anglo-saxon a pourtant été très violente (et très « virile »), les conflits militaires qui se sont succédé entre 1840 et 1870 ont le plus souvent été gagnés par les Maoris, et à la fin officielle de la guerre contre les colonisateurs, une zone importante de l’île du Nord échappait encore au contrôle de ceux-ci. La résistance des Maoris à l’assimilation culturelle s’est longtemps manifestée par l’adhésion à des organisations politiques différentes, à l’attachement renouvelé aux formes de la vie sociale fondées sur la famille (whanau) ou la famille étendue (à sa dimension tribale, hapu) et à la persistance de la pratique de la langue. Mais ils n’ont pu éviter d’être largement dépossédés de leurs terres et du contrôle de leurs ressources de pêche.

  • 25 Pour Malcolm MacLean, l’engouement des Maoris pour le rugby est à mettre en relation avec la capac (...)
  • 26 C’est apparemment encore le cas. D’après MacLean (1999 : 5), deux éminents leaders, sir Hepi Te He (...)

58Malgré leur importante représentation numérique dans le rugby25, malgré aussi quelques regroupements au sein des instances du rugby néo-zélandais (Coupe du Prince de Galles, équipes représentatives de la communauté maorie), les Maoris n’occupent qu’une position très marginale dans l’administration du jeu, et notamment dans la NZRFU. Les Pakehas (Néo-Zélandais d’origine européenne), tout en les connaissant peu26, n’en font pas moins la promotion de relations « interraciales » excellentes, qu’ils mettent en scène au moyen de divers symboles – tels le logo de la compagnie Air New Zealand, ou la participation des athlètes maoris aux jeux de Commonwealth de 1990.

Afrique du Sud : Cricket, rugby à XV... et soccer

59Avec l’Afrique du Sud, on aborde une situation dont l’extrême complexité tient au fait que, d’une part les populations en présence pendant la période qui nous intéresse sont plus diversifiées que dans les cas précédents, et d’autre part s’est mise en place une politique systématique de ségrégation qui donne à la « question raciale » une importance encore plus fondamentale. La diffusion du sport en Afrique du Sud est inséparable de ces deux dimensions.

Quelques jalons historiques

  • 27 En 1707, on ne comptait encore que 800 colons blancs, qui avaient à leur service un millier d’escl (...)

60Les premières implantations blanches en Afrique du Sud datent du milieu du xviie siècle, avec l’arrivée d’une station de ravitaillement d’eau pour les navires de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, conduite par un médecin néerlandais, Jan Van Riebeeck. À la fin de ce siècle, cette petite communauté, essentiellement hollandaise et allemande – mais qui commençait à importer des esclaves d’Angola – fut rejointe par des huguenots français à la suite de la révocation de l’édit de Nantes27. Ces Afrikaners entrent en conflit fréquent avec les populations locales, qu’ils dénomment « cafres » (kaffirs) ; depuis la seconde moitié du xvie siècle, les Bantous venus d’Afrique centrale – Herreros, Sothos, puis Ngonis (Swazi, Zoulous, Xhosas) – avaient commencé leur migration vers le sud. Ces différents groupements africains se combattent souvent les uns les autres, du fait de la dynamique d’expansion de certains d’entre eux ; il en résulte une série de refoulements et de mouvements migratoires que l’on a dénommé Mfecane (terme zoulou pour « la Grande Dispersion »). Outre les profondes mutations culturelles qu’ils provoquent – de nombreux Africains sont dépossédés de leurs terres par des tribus rivales, obtiennent souvent des emplois auprès des fermiers blancs installés dans l’intérieur (certains chefs africains participant à ce trafic de main-d’œuvre en échange d’avantages politiques locaux) – ces événements, répartis sur quelques décennies, vont affaiblir les populations noires par rapport aux nouveaux immigrants venus du sud (Afrikaners et Britanniques).

61En 1795, une timide implantation britannique était réalisée à partir de la prise de la station navale hollandaise du Cap. Vingt ans plus tard l’Angleterre achetait le port et son territoire adjacent, mais il ne s’agissait pas encore, pour le Colonial Office, de procéder à une expansion vers l’intérieur des terres. Petit à petit, cependant, des colons britanniques (éleveurs de moutons et commerçants pour l’essentiel) vinrent s’établir dans le cadre d’un plan d’émigration mis en place au début des années 1820. Avant que le canal de Suez ne soit ouvert, la route du Cap était la principale voie d’accès à l’Asie et à l’Australasie ; la petite colonie se trouvait ainsi idéalement placée pour accueillir les voyageurs britanniques en route vers l’océan Indien ou le Pacifique et ceux qui revenaient vers la métropole, emmenant dans leurs bagages de quoi maintenir ou réactiver chez les colons du Cap les valeurs essentielles de la civilisation britannique.

62Des conflits entre les deux communautés blanches ne pouvaient manquer de se produire. L’importance de la population afrikaner, attachée à ses coutumes, à ses institutions et à sa langue, finit par constituer une menace pour l’unité de la colonie britannique, qui imposa quelques mesures discriminatoires : suppression en 1827 des tribunaux afrikaners, exclusion de la langue hollandaise dans l’administration et abolition de l’esclavage en 1833. Les Afrikaners, de leur côté, pratiquaient à l’égard des populations hottentotes des politiques durement discriminatoires, étendant agressivement leurs pâturages et leurs terres cultivées et soumettant les Africains à un régime de quasi-esclavage pudiquement appelé « apprentissage ». Les missionnaires de la London Missionary Society, qui avaient de leur côté entrepris l’évangélisation des populations noires, s’opposèrent bientôt aux agissements des Afrikaners et obtinrent l’abolition de toutes les mesures discriminatoires (Grimai, 1999 : 111-116 ; Archer et Bouillon, 1982 ; Nauright, 1997).

63De fait, il ne s’agissait pas de la part des Britanniques d’une politique d’inspiration particulièrement humanitaire, mais plutôt de créer les conditions propices au développement du commerce. On l’a vu, cette priorité (que l’on retrouve systématiquement dans les débuts de toutes les entreprises impérialistes de la Grande-Bretagne) reléguait au second plan, dans les projets de la Couronne, les velléités d’expansion territoriale. Mais les Afrikaners, ne supportant plus les atteintes à leurs propres installations, décidèrent de s’installer dans des territoires « libres » où leurs institutions pourraient se développer plus harmonieusement : cet épisode migratoire, appelé le « Grand Trek », vit environ 12 000 personnes, par groupes de 30 à 40 familles, se diriger vers le nord entre 1837 et 1854 et fonder successivement une république du Natal, le Transvaal et l’État libre d’Orange. Ils souhaitaient occuper le site de Durban, abandonné par les Anglais en 1838, pour conserver un accès à la mer.

64Alors que le peuplement britannique, qui s’accélérait dans les colonies du Cap et du Natal, donnait naissance à des institutions évoluant dans un sens libéral, dans les républiques boers, à l’inverse, l’idéologie en vigueur était beaucoup plus conservatrice. La coexistence entre les deux populations blanches devenait d’autant plus difficile que se mélangeaient des conflits d’intérêt importants : le contrôle de la côte orientale de l’Afrique, que les Anglais jugeaient essentiel pour préserver leurs relations commerciales avec l’Inde (et qui se traduisit notamment par l’annexion du Natal en 1844) ; le souci de s’opposer à l’expansion allemande à l’ouest du territoire, par crainte d’une alliance entre Allemands et Boers ; enfin, le contrôle des régions où l’on extrayait le diamant (Orange et Vaal à partir de 1867, Kimberley à partir de 1870) et l’or (à la suite de la découverte en 1885 des immenses réserves du Witwatersrand), qui suscita un afflux de populations, surtout britanniques, que les Boers appelaient uitlanders (étrangers). Dans ce contexte agité, l’annexion par les Anglais du Transvaal en 1877 entraîna une révolte des Afrikaners (parfois appelée première guerre des Boers), qui battirent les troupes britanniques en 1881 et permirent au territoire de retrouver son autonomie.

65Mais cette politique d’encerclement des Afrikaners trouva en Cecil Rhodes un stratège efficace. Champion emblématique de l’impérialisme colonial britannique, Premier ministre de la colonie du Cap, Rhodes était en outre un homme d’affaires d’envergure : il contrôlait la plus grosse entreprise d’extraction de diamants et de métaux précieux, la De Beers Consolidated Mines. Rêvant d’une continuité territoriale et d’intérêts entre Le Cap et Le Caire, il annexa le Zoulouland en 1887, interdit tout accès à la mer au Transvaal et monta le raid Jameson pour renverser le gouvernement Kruger (président du Transvaal) ; l’échec de cette dernière tentative précéda de quelques années le déclenchement de la « guerre des Boers » (1899-1902), la plus sanglante de l’histoire coloniale britannique. Finalement vaincus, les Afrikaners durent accepter la souveraineté britannique sur leurs territoires en échange de l’amnistie et de la possibilité d’utiliser leur langue.

66Le début du xxe siècle est marqué par la menace que font peser les révoltes africaines ; l’idée d’une alliance des Blancs face aux Noirs aboutit en 1910 à la constitution d’une Union sud-africaine ayant pour souverain le roi d’Angleterre et représentée par un gouverneur général ; la langue néerlandaise, ainsi que l’afrikaans à partir de 1925, sont reconnus comme langue officielle au même titre que l’anglais. Malgré une politique anglaise d’immigration devenue au fil du temps plus volontariste, les Afrikaners restèrent majoritaires parmi les Blancs. Créant en 1918 une société secrète (Afrikaner Broederbond) œuvrant à l’expansion des intérêts économiques et politiques de leur communauté, ils développèrent dans les années 1920 et 1930 un mouvement nationaliste qui conduisit en 1948 à la victoire du Parti national, principal promoteur de la politique d’apartheid. Mais la ségrégation raciale était déjà bien engagée dès le xixe siècle.

67Cependant, entre les deux guerres mondiales, la discrimination raciale se renforce graduellement, avivée par les conséquences de l’expansion économique (notamment la présence croissante des populations noires urbanisées). Devant ce qu’ils considèrent comme une menace, les Blancs resserrent les rangs, et les Afrikaners se rapprochent des anglophones. Une série de lois renforcent la ségrégation dans tous les domaines : par rapport à la terre, sur les lieux de travail, dans les villes et l’administration (Murray et Merrett, 2004 : 29).

68Mais c’est à la fin de la guerre que, sous l’impulsion du gouvernement nationaliste du Dr Malan (1948-1954), se met en place une politique systématique d’ » apartheid », qui se donne pour objectif le « développement séparé des races » : interdiction des mariages et des relations sexuelles entre Blancs et Noirs en 1949, ségrégation résidentielle (Group Area Acts de 1951), relégation des Noirs dans les emplois inférieurs et non spécialisés, élimination des électeurs métis du collège électoral blanc, extension de la ségrégation aux universités et création corrélative de « collèges universitaires » réservés aux Bantous et aux Indiens, remplacement des réserves bantoues par des « bantoustans » (huit régions noires séparées et autonomes sur les plans politique et économique), installation de populations de travailleurs noirs dans les townships éloignés des centres-villes habités pat les Blancs...

  • 28 Ce qui suscita de la part du gouvernement Verwoerd la transformation (après référendum) de l’Union (...)

69Soutenu par la principale Église protestante, l’Église réformée néerlandaise, l’apartheid ne ralliait pas pour autant les suffrages de la majorité de la population d’origine britannique, représentée notamment par l’United Party et le Progressive Party (plus radical), ni de l’essentiel des anglicans et des catholiques. Les Africains eux-mêmes menèrent la lutte au sein de divers partis, dont le plus influent devait se révéler l’ANC (African National Congress). Sur le plan international, les critiques se firent de plus en plus fortes, surtout au sein du Commonwealth28 ; les sanctions économiques se multiplièrent et, à partir du début des années 1970, les rigueurs de l’apartheid commencèrent à céder, jusqu’aux événements qui, avec l’accession de Nelson Mandela au pouvoir, en décrétèrent la fin officielle. Dans ce reflux, on le verra, le sport a eu son rôle à jouer. Mais il constituait déjà un élément majeur du dispositif ségrégationniste des périodes antérieures.

Le rôle central du sport dans le processus ségrégationniste

70La colonie hollandaise avait très tôt importé des chevaux, dans un but essentiellement utilitaire ; mais c’est aux Britanniques qu’il revint d’organiser des activités sportives à partir des chevaux – avec jockeys, courses et paris, dès le début du xixe siècle. De même, le polo se développe chez les officiers de l’armée (Archer et Bouillon, 1982 : 20), ainsi que le cricket et diverses formes de football (alors qu’il faudra attendre, bien entendu, les années 1870 pour que s’implante le rugby). Comme partout dans l’Empire, les courses de chevaux, le polo et le cricket représentent des événements sociaux à l’occasion desquels se retrouvent les colons blancs (membres des structures gouvernementales, officiers, entrepreneurs ou grands propriétaires terriens) et qui leur permettent de faire étalage de leur « supériorité culturelle » et d’impressionner les populations locales. Ce sont cependant le cricket et le rugby qui représenteront, en Afrique du Sud comme dans d’autres colonies, la quintessence de la civilisation impériale britannique. Ils auront pourtant des diffusions contrastées : si la participation des populations africaines, métisses ou indiennes au cricket et au rugby a souvent été à la fois importante et longtemps niée par les Blancs, il faut noter qu’au sein de la population blanche, alors que le rugby a été adopté avec enthousiasme par les Afrikaners, particulièrement dans les régions du Cap et du Natal, le cricket est resté très longtemps une chasse gardée des Britanniques. Les Africains, les Métis et les Indiens, quant à eux, se sont emparés du soccer, pour en faire le sport le plus pratiqué en Afrique du Sud.

71Ce qui fait essentiellement la différence entre les colonies de peuplement « classiques » que constituent le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande d’une part, et la colonie sud-africaine d’autre part, c’est que dans cette dernière les colons blancs – qu’ils soient d’origine britannique ou afrikaners – ont toujours été très minoritaires dans la population du pays. Sans doute est-ce principalement pour cette raison que les processus de ségrégation entre races ont pris une tournure aussi radicale.

  • 29 Les Métis musulmans sont généralement appelés « Malais », qu’ils soient ou non originaires de Mala (...)
  • 30 Tout au long du xixe siècle, à partir de l’abolition de l’esclavage, la recherche de main-d’œuvre (...)
  • 31 Dont la langue, l’afrikaans, est un mélange d’ancien hollandais enrichi de mots d’origine allemand (...)

72En Afrique du Sud, il faut en effet distinguer quatre principaux groupes de population : les Africains, descendants des premiers occupants (environ 75 % de la population en 2000) ; les Métis, Sud-Africains de sang mêlé auxquels il faut ajouter les populations descendant des esclaves provenant de contrées actuellement dénommées Indonésie, Malaisie29 ou Sri-Lanka (environ 10 %) ; les Indiens, descendants des Indiens « sous-contrat » (indenture), main d’œuvre bon marché amenée d’Inde après l’abolition de l’esclavage et vivant en majorité au Natal, mais auxquels se sont mêlés pat la suite des Indiens « libres » (environ 2 % au total)30 ; les Blancs, d’origine européenne, qui se répartissent en Afrikaners31 et en descendants des Britanniques. Les Africains, les Métis et les Indiens sont souvent appelés « Noirs » par les Sud-Africains eux-mêmes.

73S’il est un stéréotype tenace entretenu par les Blancs en Afrique du Sud, c’est bien celui qui voudrait que les populations non blanches n’aient accédé au sport que tout récemment – dans les trois ou quatre dernières décennies. Ainsi que le précisent Black et Nauright : « Une géographie de séparation mentale envahit la société sud-africaine, où les Blancs imaginent les Noirs dans le lointain des townships soustraits au regard et, soit oublient ce qu’ils pourraient bien faire pour occuper leurs loisirs, soit sont persuadés qu’ils passent leur temps à boire et à commettre des crimes, comme les médias et leur système d’éducation le leur ont suggéré pendant la période d’apartheid » (1998 : 40). La réalité est tout autre : en matière notamment de rugby, de cricket ou de soccer, les Noirs (au sens général du terme) se sont approprié les sports britanniques avec enthousiasme, et ce malgré des difficultés matérielles considérables. Grâce aux travaux d’Odendaal (1988, 1995, 2003), on sait à quel point le cricket et le rugby étaient répandus et populaires parmi les Noirs dans certaines régions, et ce dès la fin du xixe siècle. Pour les élites noires qui se dégagent à cette époque, la pratique du cricket et du rugby (plus encore que celle du soccer, moins marqué comme « sport impérial ») est vue comme un moyen privilégié d’accès au monde des Blancs.

74Ces élites sont souvent formées dans les établissements tenus par des missionnaires britanniques ou américains. Établis au départ dans la région du Cap à partir des années 1830, ces missionnaires réalisèrent une grande partie de leurs conversions au christianisme au sein des populations déplacées à l’occasion du Mfecane. Imbus de l’idéologie impériale britannique, ils tentaient d’inculquer les valeurs de la « civilisation » aux indigènes, quelle que soit l’origine ethnique de ces derniers. Alors qu’en 1865 on comptait 2 827 étudiants dans les écoles missionnaires, vingt ans plus tard ils étaient 15 568, répartis dans 700 écoles (Black et Nauright, 1998 : 42). Parmi les instruments de la « civilisation », le cricket était prédominant, mais on y trouvait aussi le rugby, le soccer, le tennis ou le croquet.

75Cependant, certaines de ces élites sont aussi issues des zones urbaines créées dans l’intérieur pendant les années 1860 et 1880 à l’occasion du développement des mines de diamant (Kimberley) puis d’or (Witwatersrand). Dans les mines et les centres urbains et industriels, l’organisation du sport pour les Noirs faisait aussi partie d’une stratégie de pacification sociale et de prévention des désordres, des grèves et de la syndicalisation.

  • 32 Pour une discussion de cette notion dans le contexte de la Caraïbe, cf. chapitre VI.

76Les fractions des populations noires qui parvenaient ainsi, grâce à l’éducation reçue, à obtenir des emplois urbains (notamment en tant qu’employés de bureau) adoptaient une idéologie fondée sur la respectabilité32 et se démarquaient de la grande majorité des travailleurs migrants pauvres – Blancs ou Noirs – entraînés dans le processus d’expansion économique. Elles s’investissaient dans des organisations à but politique ou social, créaient des journaux, fondaient des clubs sportifs. L’adoption de la langue anglaise, tout comme la participation au cricket ou au rugby, étaient des instruments efficaces du transfert de la culture britannique aux élites noires et de l’assimilation par celles-ci des codes moraux et des attitudes sociales adéquats. Black et Nauright, qui notent qu’à Kimberley apparut en 1895 une South African Improvement Society dont l’objectif était la promotion de l’anglais, indiquent par ailleurs que « virtuellement toutes les associations sportives noires utilisaient l’anglais comme langue officielle pour les réunions, même dans les cas où le langage principal des membres était l’afrikaans ou le zoulou » (1998 :45).

77L’attitude paternaliste des Britanniques, fondée sur une politique d’assimilation de ceux qui voulaient bien développer ces valeurs de respectabilité, céda cependant progressivement la place, au début du xxe siècle, à des comportements de plus en plus ségrégationnistes. Les compétitions de cricket ou de rugby entre Noirs et Blancs, jadis fréquentes, devinrent l’exception. Alors qu’on confine les Noirs dans des positions sociales, politiques ou économiques inférieures, qu’on leur ôte le droit de vote et qu’on les exclut de la possession des terres ou de l’exercice de certaines professions, on restreint également leur accès aux pratiques sportives en raréfiant les contacts et en supprimant les moyens matériels. Certes, malgré les multiples obstacles créés par la montée en puissance des pratiques de ségrégation, qui culmine après la Seconde Guerre mondiale avec l’instauration de l’apartheid, les Noirs n’en continuent pas moins d’organiser leurs propres compétitions. Cependant, que ce soit au rugby ou au cricket, la ségrégation se trouve amplifiée par les bons résultats qu’obtiennent les équipes composées de joueurs noirs – phénomène assurément inquiétant pour des Blancs souhaitant conserver leur suprématie. De façon hypocrite, l’éventuelle sélection des Noirs dans des équipes de Blancs se fait sur les « mérites » comparés des deux populations, faisant ainsi l’impasse sur les conditions structurelles d’exercice qui, au départ, pénalisent grandement les Noirs.

78Au-delà de ces considérations générales, il nous faut à présent aborder les processus de diffusion tels qu’ils se sont produits pour chacun des trois sports que nous avons choisi d’étudier – le cricket, le rugby et le soccer.

Le cricket, chasse gardée britannique

79Bien évidemment introduite en Afrique du Sud dès l’occupation du Cap par les Britanniques à partir de 1795, la pratique du cricket resta quelque temps fort limitée, compte tenu de la faiblesse de la population concernée. Même si des matchs semblent avoir eu lieu en 1808 et 1810 entre des officiers et des colons, il fallut attendre un mouvement migratoire plus important (dans les années 1840 et 1850) pour que la pratique se généralise au sein d’une population qui, là comme dans d’autres parties de l’Empire, souhaitait maintenir ou recréer les liens avec la métropole et cultiver les valeurs essentielles de la civilisation britannique que le cricket résumait si parfaitement. Plus encore peut-être que le rugby, le cricket était le sport impérial : en lui se cristallisaient toutes les attitudes, tous les comportements qui servaient non seulement à caractériser une culture, mais encore à marginaliser les autres (qu’elles soient d’origine africaine, indienne ou afrikaner). Seuls les peuples considérés comme « civilisés » (c’est-à-dire : dépositaire des valeurs de la civilisation britannique) étaient jugés aptes à le pratiquer ; pouvaient éventuellement faire partie de ces heureux élus l’élite sociale des Africains ou Métis qui avaient parfaitement assimilé la culture dominante.

80À partir de la formation du premier club en 1843 à Port Elizabeth, les initiatives se multiplièrent sur tout le territoire. Une première compétition régulière est organisée au Cap en 1862 (rencontre annuelle entre l’équipe de la « Mother Country » et l’équipe des « Colonial Born ») ; en 1875, la floraison des équipes pousse la ville de Port Elizabeth à créer un trophée (Championship Bat), précurseur de la Currie Cup (cf. infra). Le cricket scolaire s’organise dès 1890, la population métisse participe assez largement aux compétitions, et deux fédérations sont instituées – une pour les Métis, l’autre, la South African Cricket Association (SACA), pour les Blancs. En 1888 a lieu la première tournée d’une équipe anglaise, à Johannesburg-événement d’une importance symbolique considérable et premier jalon d’une reconnaissance internationale du cricket local. Les tournées sud-africaines à l’étranger sont d’abord restreintes à l’Angleterre (à partir de 1894) et à l’Australie. Un pas supplémentaire est franchi en 1909 avec l’admission au sein de l’Imperial Cricket Council, aux côtés de l’Angleterre et de l’Australie.

81Tout comme en Australie, l’attitude des colons sud-africains vis-à-vis de l’Angleterre, et spécifiquement de son cricket, était à la fois déférente et antagoniste. Les succès remportés par les équipes sud-africaines sur l’Angleterre sont célébrés comme étant la preuve que les colons font bien partie de cette « race » (comme on disait à l’époque) anglo-saxonne capable de survivre dans un environnement hostile ; notamment les Blancs du Natal – région considérée comme le dernier avant-poste de l’Empire – développaient une mentalité d’assiégés et des attitudes particulièrement virulentes à l’égard des populations africaines, mais aussi indiennes (qu’il s’agisse des descendants des travailleurs « sous contrat » ou des immigrants libres). Ainsi se développera très vite une dimension communautaire de l’organisation sportive sud-africaine, qui sera surtout à l’œuvre dans le domaine du cricket. Certes, la ségrégation n’est pas une spécialité sud-africaine, en sport comme en d’autres matières, ainsi que nous le verrons par la suite, notamment avec l’Inde et la Caraïbe ; mais en Afrique du Sud elle a pris une dimension particulièrement accusée, systématique et complexe compte tenu de la diversité des populations concernées.

82Contrairement à la situation australienne (ou même néo-zélandaise), où les colons ont rapidement été majoritaires, en Afrique du Sud les Blancs, on l’a noté, sont restés en nette minorité, ont développé des idéologies discriminatoires particulièrement rigides et resserré les rangs autour de conceptions de supériorité « raciale » exacerbées ; le cricket, en tant que quintessence du sport impérial et, au-delà, d’un ensemble complexe de façons d’être, était particulièrement désigné pour jouer en la matière un rôle important.

  • 33 Dans la chronique de ses tournées à l’étranger, l’Afrique du Sud a très souvent rencontré l’Anglet (...)

83Dans le monde du cricket sud-africain, seules semblent compter les relations avec les équipes composées de joueurs blancs, à l’étranger comme dans le pays. Alors que, sur place, la participation des non-Blancs est totalement négligée ou cantonnée à des tâches subalternes – entretenir les terrains, s’occuper des tableaux de marque (scoreboard), apporter des boissons aux joueurs blancs, aider les batteurs pendant les entraînements en leur lançant des balles... – les rencontres internationales sont organisées uniquement, on l’a mentionné plus haut, avec des pays comme l’Angleterre ou l’Australie33. Pourtant, au moins dans une première période, les non-Blancs ne sont pas totalement exclus du cricket.

Un cricket africain

84Tout d’abord, la fraction de la population africaine qui avait intégré les valeurs de la civilisation britannique avait constitué, au xixe siècle, son propre espace de pratique. Cette classe moyenne a fourni l’essentiel des personnels d’encadrement des clubs de cricket africains, qui donnaient souvent à ces derniers des noms anglais – manifestant ainsi leur volonté de prouver leur intégration et leur « respectabilité ». Certains Africains, on l’a vu, utilisaient en effet le sport (et plus particulièrement le cricket) pour faire la démonstration de leur allégeance aux valeurs victoriennes. « Des Africains semblent avoir joué au cricket à Queenstown en 1862 ; le premier club de cricket africain a été fondé à Port Elizabeth en 1869 ; et vers 1887 le quotidien Imvo Zabantsundu avait une édition consacrée au sport » (Merrett et Nauright, 1998 : 55). L’investissement des leaders politiques dans les clubs sportifs leur assurait une visibilité dans le jeu politique. Dans ce développement, le rôle des missions et du système éducatif a été efficacement secondé par celui des villes minières – à l’image de Kimberley, où cohabitaient deux clubs africains : The Duke of Wellington Cricket Club (« Duke ») et The Eccentrics Cricket Club ; pendant les années 1890, ils rencontrent fréquemment huit autres clubs (Indiens, Métis, « Malais »), tout d’abord au sein de la Griqualand West Coloured Cricketets Union, puis à partir de 1895 dans la Griqualand West Colonial Union (Archer et Bouillon, 1982 : 89). Dès les débuts du xxe siècle, les Africains, comme les Indiens et les Métis, s’étaient approprié le jeu en lui donnant des caractères spécifiques. Le style de jeu était volontiers plus agressif, notamment de la part des batteurs peu enclins à joueur « défensivement » – attitude renforcée par la mauvaise qualité des terrains ; les matchs duraient le plus souvent un seul jour, voire même moins longtemps, afin de tenir compte des contraintes de travail ; les équipes étaient généralement profondément inscrites dans des cultures communautaires locales, ouvrières et urbaines, antithétiques de la représentation traditionnelle du cricket victorien.

  • 34 Il s’agit en l’occurrence de la « première » Currie Cup (d’autres ont été créées par la suite pour (...)

85Mais d’autre part, un cricket « blanc » se développait à partir des garnisons militaires (la proportion des militaires dans les équipes est particulièrement importante dans les années 1890 et 1900), des administrateurs coloniaux et des commerçants ou hommes d’affaires ; confiné à des écoles et à des clubs très fermés, élitistes et ouvertement racistes, c’était un cricket où ne se retrouvait que l’élite sociale blanche. La Currie Cup fut instituée en 1888 par Donald Currie pour que se rencontrent les Blancs des différentes provinces sud-africaines34. L’importance des liens avec la métropole, exacerbée par l’impression de vivre dans un milieu hostile, se manifestait surtout dans l’organisation de matchs de cricket entre joueurs anglais et joueurs nés en Afrique du Sud.

  • 35 En 1885, par exemple, une série de victoires d’une équipe de joueurs noirs contre une équipe de jo (...)

86Ainsi cohabitent des attitudes paternalistes vis-à-vis du cricket pratiqué par les Africains – à l’image par exemple de sir David Harris, président de la De Beers, créant en 1897 la Barnato Cup qui leur est réservée – et une ségrégation rigide qui ne cessera de s’accentuer au cours du xxe siècle. L’attitude vis-à-vis du cricket pratiqué par les non-Blancs va en effet progressivement changer. Des rencontres entre clubs blancs et clubs noirs se soldaient parfois par la victoire des seconds sur les premiers35... Il devint de plus en plus clair qu’il fallait limiter l’ascension sociale des Noirs en les soumettant à une politique ségrégationniste, que ce soit en leur interdisant l’accès à la terre ou la liberté de commerce, ou en les excluant de la pratique sportive réservée aux classes moyennes. Le cricket en particulier, qui représentait le plus parfaitement l’idéologie impérialiste britannique, se devait d’être « purgé ». De plus en plus nombreuses sont les équipes de Blancs qui refusent de jouer contre les équipes d’Africains, de Métis et d’Indiens. Des joueurs noirs de grand talent se voient interdits de sélection pour des tournées en Angleterre (cf. le cas de Krom Hendricks en 1894). Les matches mixtes deviennent exceptionnels.

« Les Africains étaient traités non seulement de façon paternaliste, mais encore avec mépris. Un écrivain de Hilton College notait une tendance parmi les écoliers à “être familier avec les indigènes pendant une minute et à leur donner des coups de pieds la minute suivante” La South African Native Affairs Commission de 1905 présidée par Geoffrey Lagden attribuait aux Sud-Africains un certain nombre de caractéristiques déplaisantes et concluait que la ségrégation était la réponse appropriée à la “Question indigène” Les Africains n’étaient pas civilisés, manquaient de self-control et de fibre morale, et avaient besoin qu’on les traite d’une main distante et ferme. En conséquence, on leur “interdisait le trottoir, le sentier et le parc public”, de même “qu’ils ne pouvaient pas s’aventurer dans la plupart des jardins ou assister à des rencontres sportives sur des terrains fréquentés par des Blancs”. La ségrégation passait pour une politique libérale ayant pour but de guider des Africains enfantins vers la maturité adulte » (Murray et Merrett, 2004 : 26).

87Dans un tel contexte, il est étonnant que le cricket pratiqué par les Noirs, malgré un déclin amorcé à partir des années 1900, n’ait pas entièrement disparu. Les équipes noires doivent de plus en plus jouer dans des championnats « communautaires », avec des compétitions qui leur sont exclusivement réservées (comme la Barnato Cup) et au sein d’une organisation atomisée ; pendant les années 1920 et 1930, notamment, le cricket africain éclate en plusieurs fédérations, les dirigeants ne parvenant pas à s’entendre. C’est en fait la mise en place d’un apartheid systématique au début des années 1950 qui contribuera à réunifier le mouvement (institution du South African Cricket Board Of Control – SACBOC – qui sera supprimé en 1978). Les ressources financières restant très limitées (alors que le cricket blanc est très à l’aise et bénéficie parfois de généreuses donations en provenance d’Angleterre), les Noirs se tourneront de plus en plus vers le soccer.

88Dans ce paysage complexe, le cricket métis (avec une forte participation des « Malais ») aura donc lui aussi ses institutions spécifiques. En 1902, le South African Coloured Cricket Board (SACCB) est chargé d’organiser les compétitions régionales ; mais en 1926 se créée une institution rivale, le South African Independent Coloured Cricket Board (SAICCB), qui bénéficie aussi d’une coupe créée par David Harris, et qui sera renommée en 1948 Coloured Cricket Association.

Le cricket indien

  • 36 Bientôt rejoints par des Indiens « libres » venant de la côte Ouest de l’Inde et qui exerçaient so (...)

89Entre 1860 et 1911, environ 150 000 Indiens « sous contrat » s’établirent en Afrique du Sud36. Un peu moins de la moitié de ces travailleurs, qui étaient soumis à des conditions de travail que Hugh Tinker (1993) a qualifié de « nouveau système d’esclavage », sont parvenus à s’intégrer tant bien que mal dans la société sud-africaine après expiration de leur contrat de travail. Manifestant davantage d’autonomie culturelle que les Noirs et cherchant peu à s’intégrer, pâtissant aussi du statut souvent peu enviable de « derniers immigrés » en date, ils étaient soumis à un racisme particulièrement virulent. Dans son étude sur les Indiens du Natal (région d’Afrique du Sud où ils ont été les plus nombreux à s’installer), Goolam Vahed note qu’en 1894 leur effectif était équivalent à celui de la population blanche (2004 : 145) – situation que le pouvoir blanc jugeait assez menaçante pour donner lieu à l’édiction de nombreuses lois discriminatoires. La politique indienne était dominée par les élites commerçantes, qui fondèrent en 1894 le Natal Indian Congress (NIC) dont le mahatma Gandhi, résidant dans le pays de 1893 à 1914, a longtemps été le secrétaire. L’agitation politique, récurrente, s’est notamment traduite par une grève nationale (d’octobre à décembre 1913) contre les conditions de travail déplorables.

90Cette élite indienne accordait manifestement une valeur considérable au sport, si l’on en croit ce commentaire que Manilal, le fils de Gandhi, livrait en 1903 :

« En Afrique du Sud, les sports et l’athlétisme occupent une place prééminente dans l’existence [...]. Voilà une excellente habitude dans un pays neuf comme l’Afrique du Sud où la Nature elle-même vient toujours vous rappeler qu’il faut être en bonne santé et fort. Le football et le cricket ont en eux-mêmes des qualités particulières. Ils apprennent aux gens à jouer ensemble, à jouer pour l’équipe, et à endurer les épreuves, sans se mettre en colère et sans perdre son sang-froid. Toutes ces choses sont d’une valeur immense pour apprendre aux gens à être de bons Sud-Africains » (in Vahed, 2004 : 149).

91Discours que l’on pourrait trouver bien convenu s’il émanait d’un représentant de la puissance coloniale, mais qui montre à quel point les valeurs de la « chrétienté musculaire » étaient assimilées en profondeur par les populations que l’Empire avait soumises.

92Pour de nombreux Indiens arrivant au Natal, le cricket et le soccer étaient choses familières (cf. chapitre V). Les premiers clubs de cricket indiens, où se retrouvent des gens aisés et de confession chrétienne, sont formés en 1901 : Standard Cricket Club (anglicans), City Players Indian Cricket Club (méthodistes). La même année, une fédération voit le jour, la Durban District Indian Cricket Union (DDICU), qui organise des compétitions autour de quelques trophées (Pandays Shield, Peters Bowl...). Les clubs se multiplient, mais leur durée de vie est en général limitée : la saison 1912-1913, par exemple, voit s’affronter une centaine de joueurs seulement. À cette époque on ne trouve pas mention d’un quelconque mélange avec les joueurs blancs. Pour tenir compte des contraintes confessionnelles, les rencontres se jouent sur deux samedis, de 14 h 30 à 18 h 30 ; mais une « Ligue du dimanche » est créée en 1926 pour les non chrétiens. Les conditions matérielles sont désastreuses – mauvais terrains, absence de vestiaires et d’abris pour les équipes ou les spectateurs, équipement rarement disponible qu’il faut partager... Les droits d’entrée élevés dans les clubs limitent la pratique à une élite sociale relativement intégrée (ces Indiens urbanisés, éduqués et « libres » que les Blancs appelaient « Arabes ») qui, malgré le racisme dont elle est l’objet, adopte les codes en vigueur dans le monde du cricket ; pendant le premier conflit mondial, cette communauté se rangera d’ailleurs aux côtés des Britanniques (Vahed, 2004 : 150). En 1940, une Indian Cricket Union est mise sur pied, qui comprend des unions provinciales au Transvaal, dans l’Eastern Province et au Natal, et qui organise des compétitions pour un Christopher’s Trophy.

93Dans le processus de stigmatisation de la population d’origine indienne par les Blancs, celle-ci est présentée comme homogène alors qu’elle est en réalité très diverse et éprouve d’importantes divisions internes en fonction des appartenances de classe et de caste, ou de groupe ethnique, religieux et linguistique, voire même d’origine de l’immigration (sous contrat ou « libre »). Par exemple, au sein de la communauté musulmane, les clivages se manifestaient par des différences de langue, de région d’origine, de classe sociale... Un tel éclatement se retrouve dans les modalités de l’organisation du cricket au Natal, les équipes en tenant compte dans leur formation. Les joueurs indiens étaient des hindous, des musulmans ou des chrétiens, mais ils pouvaient être aussi des musulmans de Calcutta ou du nord-ouest de l’Inde, ou encore des avocats, des ouvriers ou des commerçants, parler le tamoul, le marathi ou le bengali... En revanche, vis-à-vis des autres communautés, une certaine forme d’union se reconstitue parfois ; les clubs indiens prennent leurs distances à l’égard des clubs métis. En 1919, la DDICU interdit qu’un métis puisse arbitrer des rencontres jouées par des Indiens ; ou encore, les « Malais » (cf. supra), pourtant musulmans, sont refusés sur la base de critères raciaux.

94Cette division raciale, sociale et culturelle du cricket fut remise en cause en 1961 lorsque la nouvelle fédération regroupa Africains, Métis, Malais et Indiens. Mais sans doute faut-il y voir un effet du durcissement des politiques de ségrégation vis-à-vis des non-Blancs (cf. infra).

Le cricket afrikaner

95Le cricket était trop assimilé aux valeurs de l’impérialisme britannique pour que les Afrikaners participent massivement au jeu. Bien que, dès les débuts, certains clubs aient compris des équipes mélangeant Britanniques et Hollandais, la guerre des Boers et son issue finalement fatale aux Afrikaners n’améliorèrent pas la situation, malgré quelques initiatives individuelles (Archer et Bouillon, 1982 : 86-87). Les écoles afrikaners investirent peu dans le cricket, et la plupart des clubs recrutaient au sein de la communauté britannique – ce qui était peu favorable à l’établissement d’une continuité dans un apprentissage durant nécessairement longtemps ; de leur côté, les clubs britanniques interdirent bien souvent l’accès aux Afrikaners, et un observateur anglais, John Buchan, les accusait de « manquer de fair play » et de « ne pas jouer le jeu ». Le même Buchan pouvait noter en 1903 : « Il est utile de considérer l’attitude du Boer dans le sport, car c’est là qu’il se révèle dans ce qu’il a de pire. Sans tradition de fair play, aigri et épuisé par le manque et le désastre, son sport devint affaire de commerce [...] [Les Boers] ne sont pas une race de sportifs. Ils ne sont même pas des chasseurs très habiles » (1903 : 49-50). On ne manquait pas de remarquer perfidement que les Britanniques et les Boers n’avaient pas la même approche de la chasse : pour les seconds, il s’agissait trivialement de se nourrir, et non de pratiquer un « sport ».

96En cela, comme nous le verrons plus loin, le cricket a reçu au sein de la société afrikaner un traitement bien différent de celui du rugby. John Horak, interviewé le 9 février 1980 par Archer et Bouillon :

« J’ai joué pour les Old Parktonians, le club d’anciens élèves de Parktown School. Ils avaient des terrains et un club bouse et ils jouaient au cricket, au hockey, au tennis et aux boules. Ils ne jouaient jamais au rugby ou au soccer [...] parce que le rugby n’était pas organisé à partir d’un réseau d’anciens élèves [...] le rugby et le soccer reposaient sur une base de clubs [...] Le cricket était plus ou moins un jeu exclusivement anglais [...] Le cricket est un jeu qu’il faut du temps pour apprendre, ce n’est pas comme le rugby ou le soccer que l’on peut apprendre assez rapidement [...] Il faut commencer à jouer très jeune. Les écoles afrikaners n’en faisaient pas la promotion au niveau junior alors qu’il demande à être pratiqué pendant tout le cursus. J’ai commencé à l’apprendre quand j’avais 5 ou 6 ans et les Afrikaners ne l’apprenaient jamais avant d’avoir 13 ou 14 ans, ce qui explique qu’ils n’étaient jamais très bons. Par exemple, l’université avait une équipe de rugby et là, vous aviez une certaine dose de mélange linguistique, mais pas avec le cricket, parce que peu d’Afrikaners y jouaient. La plupart des clubs d’anciens élèves venaient d’écoles anglaises. Je suppose que cela avait quelque chose à voir avec le système d’éducation anglais, fondé sur les public schools, où les clubs d’anciens élèves sont importants » (1982 : 87).

97Alors que les Blancs anglophones s’identifiaient comme des Sud-Africains faisant partie d’une famille (britannique) de nations plus vaste, les Afrikaners les soupçonnaient d’être beaucoup moins « sud-africains » qu’eux-mêmes, et beaucoup moins patriotes. Ainsi que le résume Nauright (1997 : 38), ils n’étaient pas de « vrais » sud-africains mais « une section outre-mer d’une nation », et « le cricket était appréhendé comme une de ces activités “étrangères”, ce qui curieusement n’était pas le cas du rugby, qui avait pourtant un pedigree impérial équivalent ». Lorsque l’Afrique du Sud quittera le Commonwealth, la connotation impériale du cricket s’en trouvera quelque peu atténuée. Les succès de l’équipe nationale (Springboks), qui devient une des meilleures sur la scène (exigeante) du cricket international, renforce l’intérêt que les Afrikaners portent au jeu ; la presse se fait davantage l’écho des rencontres, les écoles finissent par emboîter le pas. Le boycott sportif qui débute en 1970 nuira sans doute au cricket plus qu’aux autres sports, mais en même temps il continuera à se répandre dans l’ensemble de la communauté blanche.

98L’inscription du cricket sud-africain dans le secteur professionnel et commercial aura lieu en Afrique du Sud comme dans les autres pays (introduction des matchs sur un jour, investissement massifs d’entreprises) ; elle restera cependant relativement limitée, et la tradition amateur y a toujours été plus vivante qu’ailleurs.

Le rugby, ou la revanche des Afrikaners

99Tout comme pour le cricket, la pratique du rugby en Afrique du Sud s’est inscrite dans ces tentatives faites par les colons pour maintenir des liens culturels avec la métropole. De la même façon, lorsqu’elle s’est répandue au sein des élites indigènes, grâce notamment aux efforts des missionnaires et des écoles réservées aux Noirs des classes sociales supérieures, elle a progressivement acquis la capacité – du point de vue au moins du colonisateur – de « civiliser les indigènes » en leur inculquant les codes sociaux et moraux jugés adéquats. On retrouve donc, avec le rugby, à peu près les mêmes conditions relatives aux facteurs généraux de diffusion au sein de l’Empire en général, et de l’Afrique du Sud en particulier, qu’avec le cricket.

100Cependant, il convient de noter une différence essentielle entre les deux sports dans le cas qui nous occupe : dans le partage entre Anglais et Afrikaners, le rugby était considéré par ces derniers comme « moins anglais » (i.e. moins représentatif de la culture impérialiste anglaise) que le cricket ; et certains auteurs ont défendu l’idée selon laquelle le rugby était plus proche que le cricket de certaines attitudes afrikaners, notamment vis-à-vis de la virilité, y voyant une raison essentielle permettant d’expliquer pourquoi le rugby, au contraire du cricket, a été plébiscité par les Afrikaners au point de devenir leur sport national (Morrell, 1996 ; Nauright, 1996a, 1996b, 1999a ; Grundlingh, 1996 ; Black et Nauright, 1998).

Aperçu général

101On ne connaît pas exactement quelles étaient les règles adoptées pour cette partie de « football » qui s’est disputée le 23 août 1862 au Diocesan College (appelé Bishop’s) de Cape Town, et dont le Cape Argus faisait la promotion quelques jours plus tôt ; mais il s’agissait vraisemblablement d’une version proche de celles en vigueur à Winchester, dans la mesure où les Old Boys de la célèbre public school anglaise étaient à cette époque très actifs dans la promotion du jeu de football en Afrique du Sud. Par la suite, d’autres influences se firent sentir – notamment celle de William Henry Milton, un des premiers internationaux anglais de rugby qui, à son arrivée à Cape Town en 1878, introduisit les règles du football tel qu’on le pratiquait à Rugby et qui avaient été mises au point sept ans auparavant (Black et Nauright, 1998 : 30).

  • 37 Le rugby était pratiqué assidûment dans les 23 établissements scolaires réservés à l’élite britann (...)

102Les clubs qui se forment dans la foulée sont par exemple Hamilton et Villagers (en 1879) puis, au cours des années 1880, diverses formations au sein de la communauté métisse. Ces débuts sont tellement rapides qu’une première instance fédérale doit être mise en place dès 1883 – la Western Province Rugby Football Union (WPRFU) – qui organise des compétitions formelles. Comme pour le cricket, les militaires se révèlent d’excellents propagateurs du jeu, qui s’étend au-delà des provinces du Cap ; mais le réseau des public schools, avec son prolongement d’anciens élèves qui fondent des clubs, remplit aussi son office37, ainsi que certaines figures éminentes du clergé qui souvent dirigent ces établissements scolaires. De leur côté, les Afrikaners s’emparent du jeu dans les régions de Cape Town et, surtout, de Stellenbosch dans les années 1890.

  • 38 Le terme aurait été inventé plus tardivement, à l’occasion de la tournée de 1906-1907. Afin de ne (...)

103Le South African Rugby Board (SARB), qui voit le jour en 1899, se donne pour tâche d’organiser des tournées. Des équipes britanniques viennent en Afrique du Sud à partir de 1891 – occasion d’organiser des réceptions magnifiques et de glorifier les liens impériaux. Cette même année, soit trois ans après avoir donné une Currie Cup au cricket, Donald Currie récidive en faveur du rugby. C’est au cours de la tournée de 1896, où l’Afrique du Sud gagne son premier test, qu’est porté le fameux maillot vert qui sera la marque distinctive des équipes Springboks38. À partir de cette époque, et notamment de la tournée sud-africaine dans les îles Britanniques en 1906, le rugby sud-africain va s’imposer comme le meilleur du monde – au moins jusqu’à ce que la Nouvelle-Zélande ne mette fin à cette impressionnante domination en 1956. Par comparaison, il fallut attendre 1935, on l’a vu, pour qu’une équipe sud-africaine de cricket affirme sa supériorité internationale : cela contribua certainement à installer le rugby au rang de sport symboliquement prééminent en Afrique du Sud (Black et Nauright, 1998 : 33-34).

104Une autre conséquence de cette tournée victorieuse de 1906-1907 fut, après le traumatisme de la guerre de Boers, de resserrer les liens entre Blancs ; l’équipe comprenait aussi des joueurs afrikaners, le capitaine lui-même était afrikaner, et sur le terrain les joueurs communiquaient entre eux en afrikaans pour ne pas être compris de leurs adversaires.

105À partir du premier conflit mondial, les Afrikaners participent au jeu de façon massive et par la suite le rugby, de « sport impérial », deviendra de plus en plus « sport national » en ce qu’il sera investi par les forces sociales les plus conservatrices et nationalistes. D’abord originaires de Cape Town et de Stellenbosch, elles viendront de plus en plus souvent, à partir du début du xxe siècle, du Transvaal et de l’État libre d’Orange – ce qui a été attribué au fait que le rugby était pratiqué dans les camps de prisonniers de guerre pendant la guerre des Boers (Black et Nauright, 1998 : 34-36).

106Les origines britanniques du rugby sud-africain et son investissement progressif par les Afrikaners ne doivent pas faire oublier que les Noirs eux aussi, comme nous l’avons mentionné plus haut à propos du sport en général en Afrique du Sud, ont été dans ce domaine très actifs. Cependant, en matière de rugby, la catégorie générale « rugby noir » ne comprend pas les Indiens qui, là comme en Inde ou dans les différents pays où s’est dispersée la diaspora indienne, se sont montrés particulièrement réticents au maniement du ballon ovale (Darbon, 2003 et cf. chapitre VIII). Les promoteurs du sport blanc ne pouvaient manquer de constater que le rugby noir était bien vivant ; aussi leur attitude était-elle moins de dénégation que de ségrégation. De plus, au sein de la communauté noire elle-même, les divisions ne manquaient pas ; elle se sont traduites par la cohabitation de deux fédérations de rugby, l’une essentiellement musulmane, et l’autre excluant les musulmans (au moins jusqu’aux années 1960). Enfin, une ségrégation interne supplémentaire s’est rapidement instituée par la mise à l’écart de la pratique des femmes noires – exclusion plus sévère encore que celle que subissaient les femmes au sein de la communauté blanche.

  • 39 Le soccer y deviendra très populaire à son tour à partit des années 1920.

107Au début des années 1900, le rugby devient le premier sport pratiqué par les Métis dans les régions de Cape Town appelées « 6e District » et Bo-Kaap39, où se rencontrent des populations musulmanes (le plus souvent originaires de Malaisie) ou chrétiennes. L’organisation administrative du rugby en tient compte, qui distingue une Western Province Coloured Rugby Football Union (WPCRFU, 1886) et une City and Suburban Rugby Union (CSRU, 1898) : la première est essentiellement de composition musulmane (sans pour autant exclure formellement les non-musulmans) et les clubs qui en font partie sont réputés pour développer une version particulièrement virile de la « chrétienté musculaire » ; la seconde, en revanche, n’admettra aucun joueur musulman, au moins jusque dans les années 1960. Le dispositif discriminatoire, on le voit, traversait toutes les couches de la société sud-africaine.

  • 40 Sur le modèle de ces attractions organisées annuellement par les étudiants au profit des œuvres ch (...)

108Nauright (1999a) a mis en évidence quelques traits spécifiques du rugby pratiqué par les Métis, en insistant sur la violence qui entourait la pratique (sur le terrain ou en dehors), les relations qu’entretenaient certains clubs avec les gangs organisés (et qui donnaient notamment lieu à des manœuvres d’intimidation des équipes adverses ou des arbitres), l’importance de la tricherie, l’effervescence entourant les matchs « charity rags »40, et d’une façon générale l’atmosphère carnavalesque entourant la pratique du rugby. Il fait référence aux analyses que Richard Burton (1995, 1997) a consacrées au cricket dans la Caraïbe (cf. chapitre VI) ; cependant, en Afrique du Sud, le rugby n’a jamais eu la force unificatrice entre non Blancs qu’a eu le cricket dans la Caraïbe (à une exception près, très momentanée au demeurant, qui est celle de la Coupe du monde de 1995 organisée en Afrique du Sud et gagnée par les Springboks).

La montée en puissance du rugby afrikaner

109Grundlingh (1996) a montré comment le rugby s’est diffusé en profondeur dans la société afrikaner au point de devenir un symbole essentiel à la fois d’une revendication nationaliste et d’une conception particulièrement accentuée de la masculinité. À l’origine, le rôle de l’université de Stellenbosch (proche du Cap) semble avoir été primordial : cet équivalent afrikaner d’Oxbridge en Angleterre, ou de l’Ivy League aux États-Unis, s’est délibérément présenté comme un contrepoids à l’influence de l’université anglophone du Cap. Un club de rugby semble y avoir été constitué dès 1880, mais ce n’est qu’en 1919 qu’on en trouve une mention officielle. L’université fut longtemps le seul lieu clos au sein duquel pouvaient se regrouper de grandes quantités de joueurs mâles ayant suffisamment de loisirs pour exercer une activité physique, ce qui facilitait l’encadrement de ses membres par une idéologie qui, pour revêtir des traits familiers aux prosélytes de la « chrétienté musculaire », n’en était pas moins ouvertement nationaliste ; en ce lieu, le rugby devint une activité culturelle au même titre que la musique populaire afrikaner (boermusik) ou la danse folklorique (volkspele). Une politique volontariste de diffusion du rugby utilisa largement l’organisation de tournées dans les provinces de l’intérieur (platteland), ainsi que la formation de joueurs destinés à d’autres clubs afrikaners, et les enseignants qui avaient été élevés dans le culte du rugby à Stellenbosch ne manquaient pas d’aller porter la bonne parole dans les villes et les campagnes de l’Afrikanerdom.

  • 41 L’établissement était au départ bilingue.

110En revanche, l’université de Pretoria (Transvaal), où l’on jouait au rugby depuis 1909, ne put jouer ce rôle qu’à partir des années 1930, qui virent sa transformation en institution ouvertement nationaliste41. À Johannesburg, ville dominée par l’or et le commerce, les travailleurs afrikaners, disposant de peu de loisirs, étaient peu enclins à jouer au rugby – d’autant que les clubs existants étaient pour l’essentiel réservés aux classes moyennes anglophones et que seuls quelques Afrikaners parvenaient à les intégrer.

  • 42 Comme par exemple des banques à capitaux afrikaners (Volkskas, Sanlam) ou des mouvements de jeunes (...)

111L’affirmation d’un nationalisme afrikaner dans la première moitié du xxe siècle ne plonge pas seulement ses racines dans les blessures infligées par la guerre de Boers et les tentatives de confinement réalisées avec plus ou moins de succès par les Britanniques (notamment la « doctrine » préconisée et appliquée par Cecil Rhodes) ; elle découle aussi des effets néfastes d’un fort développement capitaliste (industrialisation et urbanisation sauvages) et de la domination anglophone dans l’essentiel des secteurs économiques et culturels. C’est à partir du resserrement d’un peuple autour de la revitalisation d’une histoire commune, d’une langue et d’une culture partagées, que s’établirent et se confortèrent des réseaux complexes d’organisations économiques et culturelles ouvertement nationalistes42, initiatives renforcées par des manifestations hautement symboliques comme, en 1938, le centenaire du « Grand Trek ».

  • 43 Dans la perspective d’une « invention de tradition », les tentatives de revitalisation du jukskei (...)

112Mais pourquoi le rugby a-t-il pris, dans ce contexte de revendication nationaliste, une place aussi éminente, alors qu’il s’agit (avec le cricket) du sport qui incarnait le plus parfaitement l’hégémonie impériale britannique ? Sans doute, estime Grundlingh (1996 : 186-187), à la fois parce qu’il était déjà largement pratiqué (et avec succès), et parce qu’il n’y avait pas d’autre sport « disponible » à partir duquel aurait pu se développer une identité nationale afrikaner solide43 : il était plus commode d’utiliser le sport anglais, de lui donner des traits jugés spécifiquement afrikaners et de tenter de battre les Anglais à leur propre jeu. Certes, comme nous le verrons abondamment par la suite – et comme cela apparaît déjà dans les cas de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande – il s’agit là d’une pratique tout à fait classique ; mais qu’entend-on par « spécifiquement afrikaner » ?

113Probablement les qualités de vaillance, de courage et de force qui sont requises (parmi d’autres) pour pratiquer ce sport de combat collectif pouvaient-elles passer pour les symboles d’une société traversée et structurée par une idéologie pionnière et conquérante, et marquée en même temps par une histoire douloureuse. Sans doute n’est-il pas étonnant qu’en s’appropriant le jeu, les Afrikaners lui aient imprimé certaines caractéristiques qui, plutôt que d’insister sur le versant de la sportivité (jouer fair play, être un gentleman sur le terrain...), faisaient plutôt référence à la rudesse des affrontements – voire à l’exercice d’une certaine violence – ou à la pratique apparemment assez répandue de la tricherie. Les surnoms donnés aux joueurs (pratique extrêmement courante dans le sport en général et dans le rugby en particulier) font ici référence à l’arrière-plan rural des Afrikaners, renforçant la représentation de la dimension pionnière d’un peuple dur, d’un peuple boere. Enfin, alors qu’en Nouvelle-Zélande ou en Australie les pratiquants (anglophones) se sentaient membres d’une entité plus vaste, l’Empire britannique, en Afrique du Sud les Afrikaners ne représentaient qu’eux-mêmes, alimentant ainsi une idéologie nationaliste dont la dimension anti-impérialiste n’était pas négligeable ; d’où la continuité, notée par Grundlingh (1996 : 188) entre certains aspects de l’activité politique (particulièrement l’appartenance au Parti national) et la défense du maillot Springbok.

114Contrairement au rugby néo-zélandais, où les classes populaires (et notamment les paysans) représentaient le gros des troupes, le rugby sud-africain (anglophone ou afrikaner) est plutôt investi par les classes moyennes. Grundlingh cite une étude selon laquelle « au début des années 1970, 50,9 % des joueurs de rugby des provinces pouvaient être considérés comme des employés de bureau, 21,3 % comme des titulaires de professions libérales, 10 % comme des étudiants, 8,3 % comme des paysans et seulement 9,6 % comme des ouvriers » (1996 : 189). L’auteur défend l’idée selon laquelle la nature même du jeu induit chez ses pratiquants des comportements conservateurs, les rend sensibles à la tradition et à la conformité culturelle et valorise les personnalités autoritaires ; il y voit une application particulièrement évidente dans le rugby sud-africain. Pour nuancer ce qu’une telle affirmation peut avoir d’excessif, on mentionnera simplement le fait qu’aux États-Unis, où le football a très nettement pris l’ascendant, le rugby n’a réussi à maintenir quelques niches d’activité qu’au sein des universités où, surtout pendant la période d’agitation estudiantine des années 1960 et 1970, il passait pour un sport contestataire et hors norme – une sorte de défi à l’ordre sportif établi et, par extension, à l’ordre social (cf. par exemple Chandler, 1999 : 43-62).

115Il reste qu’en Afrique du Sud, « le jeu pouvait être vu comme un disséminateur puissant, bien qu’informel, du sentiment nationaliste et une source d’indentification avec le “volk” au sens large du terme. Pour les visiteurs extérieurs, la nette adéquation entre la politique nationaliste et le rugby en tant qu’élément central de la culture populaire afrikaner constituait une caractéristique distincte du paysage social » (Grundling, 1996 : 191).

116La Seconde Guerre mondiale provoqua dans ce contexte une crise violente, opposant ceux qui soutenaient l’effort de guerre auprès des Anglais et ceux qui refusaient de venir en aide à l’Empire britannique. Ce clivage se reproduisait au sein même des clubs de rugby, certains d’entre eux faisant sécession – à l’image de celui de l’université de Stellenbosch quittant la Western Province Union. La fin du conflit permit d’enclencher des processus de rapprochement, mais les Afrikaners restaient confrontés au fait que, bien qu’étant massivement présents en tant que joueurs, ils voyaient toujours le contrôle des instances administratives leur échapper et revenir aux anglophones. Il en résulta une tentative de prise de pouvoir au sein de ces instances – long processus au cours duquel l’Afrikaner Broederbond, très présent dans le monde du rugby, joua un rôle important.

Le soccer, ou la revanche des pauvres

  • 44 Nom de l’équipe nationale de soccer, qui signifie « Garçons, garçons ».

117Dès sa réadmission dans le concert sportif international en 1992, l’Afrique du Sud fut en mesure de démontrer que l’isolement dans lequel elle s’était trouvée du fait de sa politique d’apartheid n’avait pas entamé ses capacités à briller au plus haut niveau, que ce soit en cricket (où elle remporta plusieurs victoires en test matches), lors de la Coupe du monde de rugby 1995 (gagnée par les Springboks) ou... lors de la Coupe africaine des Nations (remportée en 1996 par les Bafana Bafana44). À l’image largement diffusée de Nelson Mandela tendant la coupe de rugby au capitaine François Pienaar répondait ainsi, un an plus tard, celle du même Mandela offrant la coupe de soccer à Neil Tovey. Ce faisant, le président de la « nouvelle » Afrique du Sud prenait la mesure de l’extraordinaire popularité du soccer dans son pays : sport dominant au sein des populations noires (Africains, Indiens, Métis), mais aussi parmi les Blancs des classes populaires, il compte actuellement plus d’un demi million de licenciés et représente un secteur professionnel puissant capable d’attirer dans les stades des dizaines de milliers de spectateurs chaque semaine.

118Le même facteur de domination blanche que nous avons noté par rapport au rugby pratiqué par les Noirs, et qui est responsable de la rareté des sources bibliographiques disponibles, explique en grande partie la difficulté devant laquelle on se trouve pour évaluer la diffusion du soccer ; mais il faut ajouter à cela le fait que la spécificité du soccer au sein de la nébuleuse football, qui n’émerge qu’en 1863 en Angleterre à l’occasion d’une première fixation des règles, n’apparaîtra que plus tardivement en Afrique du Sud ; dans les années 1860 et 1870, les parties de football se font encore sur la base de règles très fluctuantes et mal identifiées. Si l’on excepte quelques tentatives isolées, et peu suivies d’effets, pour implanter le jeu ici ou là, il faut attendre 1882 pour qu’une première association voie le jour, au Natal, regroupant alors trois (ou quatre) clubs suivant les sources (Archer et Bouillon, 1982 : 99 ; Nauright, 1999b : 190) ; la Football Association of South Africa (FASA), elle, date de 1892.

119La diffusion est ensuite tellement rapide qu’une série de tournées d’équipes étrangères ou vers l’étranger vient stimuler l’intérêt des médias, à l’image de ce qui s’est produit pour le cricket et le rugby : première visite d’une équipe anglaise (les Corinthians) en 1897 – la deuxième, en 1910, sera le fait d’une équipe professionnelle – puis tournée sud-africaine en Amérique latine en 1906 (11 matchs gagnés sur 12 disputés) et enfin, consécration suprême, tournée en Grande-Bretagne en 1924. Mais être joueur professionnel en Afrique du Sud ne nourrit pas son homme : la ligue professionnelle ne verra le jour qu’en 1959 et les meilleurs joueurs doivent s’exiler à l’étranger, notamment en Grande-Bretagne où ils se retrouvent en assez grand nombre. Le soccer est « le sport joué par les Blancs qui n’a pas obtenu de soutien de la part d’une élite blanche. Aussi tardivement qu’en 1981, une histoire populaire de l’Afrique du Sud (blanche) ne mentionnait même pas le football dans la section consacrée à la “Vie sportive” » (Nauright, 1999b : 191).

120À la suite de conflits extrêmement complexes, qui virent se faire et se défaire de nombreuses associations et fédérations locales, régionales et nationales, l’essentiel du soccer pratiqué par les Noirs était, dans les années 1930, contrôlé par des Noirs – c’était par exemple le cas de la Natal Native Football Association (NNFA), de la South African African Football Association (SAAFA) ou de la Johannesburg African Football Association (JAFA). Ces dirigeants faisaient partie de l’élite sociale et tiraient de leur investissement dans le soccer un prestige social (difficile à obtenir par d’autres voies dans un contexte de forte ségrégation) qui permit à beaucoup d’entre eux de conserver leurs positions pendant les périodes les plus noires de l’apartheid. Certes, les rencontres entre joueurs blancs et noirs devenaient de plus en plus improbables, mais au sein de la communauté noire les initiatives (notamment les trophées qui constituaient une forme de sponsorisation des équipes participantes) d’hommes d’affaires ou d’industriels installés dans les banlieues des grandes villes industrielles ne pouvaient qu’être bénéfiques à leurs entreprises. À l’occasion des rencontres de soccer, qui attiraient dans les stades urbains des quantités considérables de spectateurs, se rassemblait une population très hétéroclite du point de vue des occupations professionnelles, des origines ethniques ou linguistiques, contribuant ainsi à donner naissance à une culture urbaine et populaire.

121Ainsi s’est peu à peu dessinée l’image d’un soccer sud-africain socialement dominé, mais de façon différente du cricket et du rugby. Les pratiquants sont pour l’essentiel issus des classes populaires, mais il s’agit aussi bien de Blancs et de Métis que d’Africains et d’Indiens (bien que ces deux dernières catégories soient de loin les mieux représentées). Dans les années 1920, les meilleures équipes étaient composées de joueurs d’origine indienne. Avant même qu’existe une Fédération nationale en Inde, une équipe indo-sud-africaine y était allée gagner de nombreux matches, y compris contre le fameux Mohun Bagan (cf. chapitre V), devant 100 000 spectateurs (Archer et Bouillon, 1982 : 100). Cette originalité – par rapport au cricket et au rugby, investis par les classes moyennes et supérieures et étroitement contrôlés par les Blancs – tient sans doute à des raisons générales, non spécifiques à l’Afrique du Sud (le fait qu’il s’agisse d’un sport peu coûteux à pratiquer et facile à mettre en œuvre dans n’importe quel environnement, ainsi que la stigmatisation que ne manquait pas d’opérer vis-à-vis de l’élite sociale son caractère de plus en plus ouvertement professionnel) ; mais il faut ajouter que, dans le cas particulier qui nous occupe, la mainmise des Blancs des classes supérieures sur le cricket et le rugby ne pouvait que renforcer le phénomène et pousser les non Blancs – au moins ceux qui n’étaient pas socialement intégrés – vers le soccer.

122Pour les Afrikaners, le soccer était un marqueur de distinctions ethniques, historiques et idéologiques au sein de la communauté blanche. Ils voyaient l’investissement des Noirs (et des Blancs pauvres) dans le soccer comme une forme d’allégeance coupable aux valeurs véhiculées par l’impérialisme anglais – alors que le rugby, paradoxalement (mais nous avons vu pourquoi), ne jouait pas ce rôle. D’après Farred (2003 : 125), une telle stigmatisation du soccer était renforcée par le fait que le championnat anglais lui-même était suivi avec assiduité en Afrique du Sud et que les grands clubs anglais y étaient idolâtrés.

  • 45 Sur la complexité des recompositions successives dans le soccer sud-africain de l’après-guerre, cf (...)

123Enfin, qui dit soccer dit professionnalisme. Bien que des structures professionnelles de soccer aient eu du mal à se mettre en place en Afrique du Sud (puisqu’il faudra attendre 1959 pour que naisse la première ligue), le terrain avait déjà été préparé par une série d’initiatives isolées, mais surtout par les efforts de certains responsables qui pensaient que le professionnalisme pouvait être un moyen de lutter contre les profondes divisions du soccer sud-africain45.

De quelques effets de l’apartheid

124La discrimination à l’égard des joueurs de couleur ne date pas de la période de l’apartheid. Parmi les nombreux précédents, on cite le plus souvent le cas du célèbre joueur de cricket indien, Ranji (cf. chapitre V), qui devait participer à la tournée anglaise en Afrique du Sud menée par Lord Hawke. Un collaborateur de Cecil Rhodes, un certain W. H. Milton, pria Lord Hawke de ne pas le sélectionner, sous prétexte que « son apparence risquait de produire dans le pays une certaine gêne » (Murray et Merrett, 2004 : 7). De même, en 1894, H. « Krom » Hendricks, lanceur métis de grand talent, fut sélectionné par le Transvaal pour la première tournée en Angleterre ; là encore, Cecil Rhodes intervint pour qu’il n’en soit rien. L’année suivante, le Transvaal revint à la charge à l’occasion de la tournée anglaise en Afrique du Sud, mais la Western Province Cricket Union refusa ; à la place fut sélectionné un autre Métis du Natal, C. B. Llewellyn, considéré officiellement comme Blanc (il jouera en tout 15 tests avant la Première Guerre mondiale) – ce qui ne l’empêchera pas d’être souvent mal traité par ses coéquipiers blancs (Murray et Merrett, 2004 : 14-24). Mais plus tardivement, en plein apartheid, un joueur devait (à son corps défendant) faire parler de lui de façon plus spectaculaire : Basil d’Oliveira.

L’affaire d’Oliveira

125Cette affaire est intéressante à la fois comme illustration exemplaire de la réalité des relations interraciales en Afrique du Sud et, de façon plus factuelle, parce qu’elle marque un important infléchissement des relations sportives entre l’Afrique du Sud et le reste du monde dans le cadre de la politique d’apartheid. De plus, elle montre (s’il en était besoin) à quel point le sport et la politique peuvent être inextricablement mêlés.

126Basil d’Oliveira, excellent joueur de cricket, avait été sélectionné pour faire partie de l’équipe du MCC qui devait faire une tournée en Afrique du Sud en 1968-1969, mais fut finalement exclu du voyage. L’opinion publique anglaise s’en émut, et attribua ce revirement aux pressions d’un gouvernement sud-africain qui, au plus fort de l’apartheid, ne souhaitait pas que son équipe nationale rencontre un adversaire « de couleur ». Quelques jours plus tard, à l’occasion de la défection pour blessure d’un lanceur britannique, d’Oliveira fut sélectionné à sa place (alors qu’il était initialement considéré comme un pur batteur). Le gouvernement Vorster s’indigna de ce qu’il considéra comme une capitulation du MCC devant les pressions du mouvement anti-apartheid, et refusa d’accueillir la tournée. Le Premier ministre déclara, dans une réunion du Congrès du Parti national à Bloemfontein le 17 septembre : « Nous ne sommes pas préparés à recevoir une équipe que nous ont lancée à la figure des gens dont les intérêts ne résident pas dans le jeu, mais dans le gain d’objectifs politiques qu’ils ne cherchent même pas à camoufler » (Murray et Merrett, 2004 : 89). Le processus d’exclusion de l’Afrique du Sud du concert sportif international était engagé, et devait se concrétiser trois ans plus tard : après la tournée en Australie de 1970, l’Afrique du Sud ne devait plus disputer aucun test match de cricket jusqu’en 1992.

127Ce que révélait par ailleurs l’affaire d’Oliveira, c’est un concert d’ambiguïtés. D’un côté, le gouvernement Vorster laissait entendre qu’il aurait autorisé la tournée si d’Oliveira avait été sélectionné au départ (et non en tant que remplaçant d’un joueur blessé) – ce que démentent les documents analysés par Murray et Merrett. De l’autre, le MCC semble avoir gâché une occasion d’affirmer clairement une position anti-apartheid en renonçant à poser officiellement la question à la South African Cricket Association (la tournée aurait-elle été acceptée si d’Oliveira avait été sélectionné d’emblée ?) et en finissant par prétendre que le joueur n’avait pas été retenu pour des raisons exclusivement liées à ses capacités de joueur, et non du fait de la couleur de sa peau. Une action plus offensive et moins hypocrite aurait pu mettre le gouvernement Vorster devant ses responsabilités, et constituer un test de sa bonne volonté (affichée) de libéraliser les rigueurs de l’apartheid.

Rugby et politique

128Dans la période de l’apartheid, des conflits surgirent entre deux perspectives : soit intégrer le rugby blanc (au sein notamment de la SARFF incluse dans le SARB de Danie Craven), ce qui devait permettre d’obtenir des moyens pour développer la pratique mais risquait de marginaliser le rugby noir dans une structure dominée par les Blancs ; soit créer une structure commune à laquelle adhèrent les organisations coloured et qui se bat contre la ségrégation (ce que fera la South African Rugby Union, qui au cours des années 1970 et 1980 durcira progressivement la ligne de conduite du rugby « non racial » sous la bannière « pas de sport normal dans une société anormale »).

129On a vu à quel point le rugby était étroitement associé au mouvement nationaliste afrikaner, et comment la question de la participation de l’Afrique du Sud à la Seconde Guerre mondiale a opéré un clivage net au sein de la communauté afrikaner, dont une forte proportion refusait de s’associer à des Britanniques considérés comme l’ennemi principal. Dans les clubs de rugby s’affrontèrent alors d’une part les collecteurs de fonds en faveur de l’effort de guerre (les dirigeants étaient à cette époque majoritairement anglophones) et d’autre part les anti-guerre qui organisaient de leur côté des matchs dans le but de recueillir des fonds destinés aux Afrikaners pauvres... À travers la constitution de fédérations antagonistes, qui organisaient leurs propres compétitions, le rugby sud-africain se divisa ainsi en pro- et anti-guerre, ce qui correspondait à peu près à un clivage entre anglophones et afrikaanophones.

130Certes, une fois le conflit mondial terminé, de nombreux efforts furent réalisés pour réunifier l’ensemble du rugby sud-africain ; mais les affrontements de la période précédente avaient laissé des traces. Les Afrikaners ne pouvaient que constater que leur fort investissement dans le rugby ne se trouvait aucunement récompensé par une participation correspondante au niveau des instances dirigeantes, généralement verrouillées par les anglophones. Au Transvaal, par exemple, ce n’est qu’en 1965 que Jannie Le Roux fut en mesure de prendre les rênes de la fédération, tenues jusque là par une longue succession de dirigeants anglophones (Grundlingh, 1996 : 193).

131Dans ce processus de prise du pouvoir au sein des instances dirigeantes du rugby, qui devint effective au cours des années 1960, le rôle de l’Afrikaner Broederbond (cf. supra) fut essentiel. Le rugby était considéré par l’organisation secrète comme un des véhicules privilégiés d’une affirmation culturelle de l’Afrikanerdom. Loin de fournir un égal accès à la politique sportive pour les Blancs et les Noirs (ce que prétendait la doctrine officielle), la politique de séparation radicale entre les communautés revenait à favoriser exclusivement les Blancs (Archer et Bouillon, 1982 : 165-185). La forte participation des Noirs dans le rugby ne se traduisait pas par la moindre reconnaissance officielle, comme le précisait Mono Badala, figure éminente du rugby noir de la province de l’Eastern Cape :

Évoquez le rugby sud-africain, et les images qui viennent à l’esprit sont sans appel. Des hommes blancs en maillots verts. Des badges Sprinkboks sur la poitrine. Des batailles titanesques sur la somptueuse herbe verte de l’Ellis Park, du Loftus Versfeld ou de Newlands. La fièvre de la Currie Cup, les tournées en Australie, en France, en Angleterre [...]. Les images sont vivantes et précises [...] mais il y a un autre visage du rugby sud-africain – le jeu pratiqué dans les townships poussiéreux de la province de l’Eastern Cape à New Brighton, Mdantsane, Kwazakhele en Zwidi. Là, les visions sont celles de stades en ruine qui ressemblent davantage à des pistes de cross country qu’à des terrains de jeu. Des scènes de prolétaires africains et métis s’écroulant sur une surface poussiéreuse et caillouteuse, les phares de voiture éclairant une froide nuit d’hiver » (in Grundlingh, 1996 : 195).

132Pour le pouvoir en place, il n’était pas question de renoncer à cette stricte ségrégation, dut-elle conduire à des conflits graves avec les instances sportives internationales. Ce qui devait arriver arriva donc : les manifestations anti-apartheid faillirent avoir pour conséquence l’annulation de la tournée sud-africaine de 1969-1970 en Angleterre ; mais si elle eut bien lieu en définitive, cette tournée, réalisée dans des conditions hostiles, poussa chaque camp dans ses retranchements. L’affaire d’Oliveira avait de son côté déjà contribué à enclencher le bannissement de l’Afrique du Sud. Pendant les vingt-deux ans qui suivirent, les Afrikaners furent dans l’impossibilité de sacrifier leur vision d’un rugby « épuré » et d’assouplir leur position.

133Pour sa part, Grant Jarvie fait une autre lecture des événements. Il insiste sur le fait que, face aux pressions internationales, c’est en lâchant petit à petit du lest sur la question des sports et des loisirs que le système d’apartheid a pu se prolonger aussi longtemps (et, pourrait-on ajouter, continue d’être opérant dans de nombreux domaines à l’heure actuelle) :

« Depuis son arrivée au pouvoir en 1978, Botha a continuellement insisté sur le fait qu’un véritable effort serait fait pour que les choses semblent aller mieux dans le pays. Les secteurs les plus exposés aux regards de la vie sud-africaine devaient être améliorés et, dans ce but, certains des aspects périphériques de l’apartheid, les plus visibles, pouvaient être supprimés. Ceux qui ont été choisis étaient les sports et les loisirs » (1985 : 5).

134Ainsi pensait-on éviter une révolte des Noirs en faisant des concessions sur l’accessoire, maintenant intact l’essentiel du système d’apartheid...

1. Une partie de cricket à la fin du xviiie siècle.

2. Le football à Winchester en 1830.

3. Le football à Rugby en 1845.

4. Partie de baseball improvisée sur ce qui est actuellement le Doubleday Field à Cooperstown. Library of Congress.

5. Le baseball à l’armée et en prison. Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs, The New York Public Library, Astor, Lenox, and Tilden Foundations.

6. Feuille de marque au baseball. Un match historique où Pete Rose bat le record de Tommy Holmes en 1978. National Baseball Hall of Fame and Library.

7. Le terrain de football américain.

8. Fans regardant les World Series a Times Square. Library of Congress.

9. Bart Star, de l’équipe des Packers. Photo Vernon J. Biever.

10. Maharadjahs et officiers britanniques de l’équipe de polo du contingent d’Hyderab. Getty Images. Photo Hulton Archives.

11. Un employé nettoyant le terrain de cricket, Calcutta, 1977.

12. Cricket de rue dans les Antilles britanniques.

13. Le diamant du baseball expliqué, 1885.

14. Toshiya : concours de tir à l’arc dans la galerie.

Notes

1 Il n’est pas question ici de retracer l’histoire de l’implantation britannique en Océanie – on pourra consulter à ce sujet Fieldhouse (1987), Morrell (1960), Howe (1984).

2 Il fallut attendre les années 1970 pour que le comportement du gouvernement australien (et de la fraction la plus éduquée de la population blanche) évolue radicalement à leur égard. Les Aborigènes font actuellement l’objet d’attentions croissantes. L’évolution de leur statut n’a pas été sans influence sur le développement des sports australiens (cf. infra).

3 Quelques Allemands (environ 7 000) s’étaient implantés de 1838 à 1850, attirés par la liberté religieuse, et avaient constitué une communauté spécifique avec sa langue, sa culture et son Turnverein, tentant d’imposer une combinaison de sports anglais et de gymnastique.

4 Ce qui suscita les protestations des catholiques, qui constituaient environ le quart de la population.

5 Cf. notamment Guttmann (1994 : 23-28), Cashman (1998a : 34-54).

6 Il convient aussi de préciser que d’autres missionnaires s’y opposaient, souhaitant précisément éviter que des « sauvages » n’accèdent par le cricket au monde des Blancs.

7 Les enfants issus de familles de sang mêlé, appelées half-castes, étaient séparés de leurs parents et placés en institutions pour les soustraire à une culture jugée inférieure.

8 En 1892, elle prendra le nom de New South Wales Rugby Union (NSWRU).

9 Les Wallabies sont l’équipe nationale de rugby à XV (Union), les Kangourous leur équivalent en rugby à XIII (League).

10 Les frères Johnson, premiers aborigènes à jouer dans le rugby professionnel de la Nouvelle-Galles du Sud pendant la Seconde Guerre mondiale, inaugurent une longue tradition.

11 On pourrait aussi mentionner la ressemblance entre la solution finalement adoptée pat les promoteurs du footie et le football pratiqué par les Aborigènes sous le nom de marn-grook, sorte de soule intertribale où les joueurs sont appariés sur le terrain en fonction de leur taille et de leurs relations de parenté et où le jeu au pied et les sauts pour attraper le ballon sont privilégiés. Le marn-grook était particulièrement populaire dans le Sud-Est parmi les ethnies qui se dénomment elles-mêmes Koori et qui comprennent les Kuring-gai, les Tharaval et les Kurnai. Mais on aurait sans doute tort d’y voir une influence directe (Pascoe, 1995).

12 Elle existe encore dans la région de Melbourne, mais a adopté des règles un peu différentes (16 joueurs par équipe au lieu de 18). Contrairement à la VFL, elle autorise les matchs le dimanche et la couverture par la télévision en direct.

13 Ils constituent actuellement environ 15 % de la population, dont 90 % dans l’île du Nord.

14 Fonction abolie en 1950.

15 Il fallut attendre le début des années 1990 pour que le gouvernement procède à une série de restitutions.

16 Cette dernière fut assez rapidement abolie, et la Nouvelle-Zélande se distinguera des autres démocraties anglo-saxonnes par son parlement unicaméral, un niveau de centralisation élevé et un fort développement de l’État-providence (système de santé universel et gratuit, loi instituant la retraite-vieillesse dès 1898, syndicalisme obligatoire...).

17 Cf. infra.

18 Il reste cependant que le rugby semble avoir joué en la matière le rôle que n’a pu jouer le cricket, et qu’après avoir été la preuve d’une contribution éminente à l’Empire, il est devenu un vecteur essentiel du nationalisme émergent au début du xxe siècle (cf. infra).

19 Comme il a été indiqué précédemment, le football australien en vigueur à cette époque, avant les premières règles de 1866, est connu sous le nom de « Victorian Game ».

20 Dans la sélection qui, en 1888, a réalisé la première tournée au Royaume-Uni, seuls cinq joueurs n’étaient pas maoris. Cependant, l’intégration des joueurs maoris dans le rugby néo-zélandais n’a pas été exempte d’ambiguïtés – cf. infra.

21 Situation qu’Anne Saouter (2000) préfère qualifier de « rapports homosexués ».

22 Aux États-Unis, où il ne parviendra jamais à faire de réelle percée, le rugby a au contraire l’image d’un sport pratiqué par des marginaux, et s’est développé pour l’essentiel dans les universités à l’époque des grands mouvements de contestation estudiantine (Chandler, 1999 : 43-62).

23 La boxe et le rugby à XIII, sports également très populaires en Australie, accueillent également de fortes proportions d’Aborigènes.

24 Une photo prise à cette occasion a été très largement diffusée dans les médias. Elle figure sur la couverture de l’ouvrage édité par Bale et Cronin (2003) consacré aux relations entre sport et postcolonialisme.

25 Pour Malcolm MacLean, l’engouement des Maoris pour le rugby est à mettre en relation avec la capacité qu’à ce jeu à fournir un ensemble de symboles susceptibles de renforcer l’autorité et la puissance (mana) d’un individu ou d’un groupe (1999 : 9).

26 C’est apparemment encore le cas. D’après MacLean (1999 : 5), deux éminents leaders, sir Hepi Te Heu Heu et dame Te Atairangikaahu, la reine maorie, était inconnus de la majorité des Pakehas.

27 En 1707, on ne comptait encore que 800 colons blancs, qui avaient à leur service un millier d’esclaves.

28 Ce qui suscita de la part du gouvernement Verwoerd la transformation (après référendum) de l’Union sud-africaine en une république sud-africaine indépendante et le retrait du Commonwealth.

29 Les Métis musulmans sont généralement appelés « Malais », qu’ils soient ou non originaires de Malaisie.

30 Tout au long du xixe siècle, à partir de l’abolition de l’esclavage, la recherche de main-d’œuvre de remplacement bon marché pour les colonies conduisit les Anglais à proposer à de nombreux Indiens des « contrats » de travail de cinq ans renouvelables (indenture system) qui, de fait, reproduisaient peu ou prou le système esclavagiste antérieur. Ainsi se constitua de par le monde une considérable diaspora indienne, dans l’Océan indien (notamment Maurice), le Pacifique sud (Fidji) ou la Caraïbe (Trinité et Tobago, Guyana...) ; l’Afrique reçut son contingent d’Indiens, plus particulièrement en Ouganda et au Natal.

31 Dont la langue, l’afrikaans, est un mélange d’ancien hollandais enrichi de mots d’origine allemande, française, anglaise et d’emprunts aux langues khoisan et bantoues (dont le xhosa et le sizulu). La dénomination « Boers », plus péjorative, est souvent employée.

32 Pour une discussion de cette notion dans le contexte de la Caraïbe, cf. chapitre VI.

33 Dans la chronique de ses tournées à l’étranger, l’Afrique du Sud a très souvent rencontré l’Angleterre, l’Australie, puis la Nouvelle-Zélande, mais jamais (jusqu’à la saison 1991-1992, date de sa réadmission dans le concert international) l’Inde, le Pakistan ou les Antilles britanniques, dont les équipes pouvaient avoir sélectionné des joueurs de couleur. Les 45 tests (soit 172 matchs) disputés entre 1888 et 1970 par l’Afrique du Sud l’ont tous été contre des pays dominés par les Blancs (l’Angleterre, puis l’Australie à partir de 1902-1903 et la Nouvelle-Zélande à partir de 1931-1932). Par ailleurs, on a déjà mentionné l’admission de l’Afrique du Sud en 1909 au sein de l’Imperial Cricket Council, aux côtés de l’Angleterre et de l’Australie.

34 Il s’agit en l’occurrence de la « première » Currie Cup (d’autres ont été créées par la suite pour le rugby, le soccer et la natation). Elle trouve son origine dans la première tournée anglaise (1888-1889) emmenée par le Major Warton. Le sponsor de cette tournée était Donald Currie, magnat de l’or et du diamant et entrepreneur qui fonda une compagnie de navigation (Union Castle Line) ; il offrit la Coupe qui porte son nom à l’équipe provinciale sud-africaine ayant obtenu le meilleur résultat lors d’une tournée d’équipes étrangères.

35 En 1885, par exemple, une série de victoires d’une équipe de joueurs noirs contre une équipe de joueurs blancs entraîne l’exclusion de la première du pavillon.

36 Bientôt rejoints par des Indiens « libres » venant de la côte Ouest de l’Inde et qui exerçaient souvent la profession de commerçants.

37 Le rugby était pratiqué assidûment dans les 23 établissements scolaires réservés à l’élite britannique qui ont été recensés pour cette époque.

38 Le terme aurait été inventé plus tardivement, à l’occasion de la tournée de 1906-1907. Afin de ne pas courir le risque de se voir affublés d’un surnom péjoratif, les Sud-Africains avaient pris les devants en se surnommant « Springbokken » – terme qui fut anglicisé par les médias britanniques en « Springboks ». Le springbok est un animal de la famille des antilopes, que l’on trouve fréquemment au sud de l’Afrique.

39 Le soccer y deviendra très populaire à son tour à partit des années 1920.

40 Sur le modèle de ces attractions organisées annuellement par les étudiants au profit des œuvres charitables, ces matchs soudaient la communauté locale autour de valeurs culturelles partagées. À partir de 1936 (et avec une seule interruption en 1959), ils opposaient deux clubs (les Young Stars de Bo-Kaap et les Caledonian Roses du 6e District) dans une compétition destinée à apporter des fonds aux hôpitaux de la ville de Cape Town.

41 L’établissement était au départ bilingue.

42 Comme par exemple des banques à capitaux afrikaners (Volkskas, Sanlam) ou des mouvements de jeunesse comme les Voortrekkers (contrepartie du scoutisme de Baden Powell).

43 Dans la perspective d’une « invention de tradition », les tentatives de revitalisation du jukskei sont restées très marginales.

44 Nom de l’équipe nationale de soccer, qui signifie « Garçons, garçons ».

45 Sur la complexité des recompositions successives dans le soccer sud-africain de l’après-guerre, cf. Nauright (1999b : 195-200).

List of illustrations

Caption 1. Une partie de cricket à la fin du xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-1.jpg
File image/jpeg, 979k
Caption 2. Le football à Winchester en 1830.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-2.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Caption 3. Le football à Rugby en 1845.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-3.jpg
File image/jpeg, 706k
Caption 4. Partie de baseball improvisée sur ce qui est actuellement le Doubleday Field à Cooperstown. Library of Congress.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-4.jpg
File image/jpeg, 817k
Caption 5. Le baseball à l’armée et en prison. Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs, The New York Public Library, Astor, Lenox, and Tilden Foundations.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-5.jpg
File image/jpeg, 2,5M
Caption 6. Feuille de marque au baseball. Un match historique où Pete Rose bat le record de Tommy Holmes en 1978. National Baseball Hall of Fame and Library.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-6.jpg
File image/jpeg, 1,5M
Caption 7. Le terrain de football américain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-7.jpg
File image/jpeg, 1010k
Caption 8. Fans regardant les World Series a Times Square. Library of Congress.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-8.jpg
File image/jpeg, 1,4M
Caption 9. Bart Star, de l’équipe des Packers. Photo Vernon J. Biever.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-9.jpg
File image/jpeg, 2,4M
Caption 10. Maharadjahs et officiers britanniques de l’équipe de polo du contingent d’Hyderab. Getty Images. Photo Hulton Archives.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-10.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Caption 11. Un employé nettoyant le terrain de cricket, Calcutta, 1977.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-11.jpg
File image/jpeg, 1,4M
Caption 12. Cricket de rue dans les Antilles britanniques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-12.jpg
File image/jpeg, 2,2M
Caption 13. Le diamant du baseball expliqué, 1885.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-13.jpg
File image/jpeg, 918k
Caption 14. Toshiya : concours de tir à l’arc dans la galerie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/1049/img-14.jpg
File image/jpeg, 1,3M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540