Version classiqueVersion mobile

Allocations sociales et pauvreté au Brésil

 | 
Sonia Rocha

Préface

Pierre Salama

Texte intégral

1Le livre de Sonia Rocha constitue un document précieux sur l’histoire des différentes aides aux pauvres et leur évolution dans le temps au Brésil. Conçus au cours des années 1970 pour atténuer les inégalités croissantes, les transferts monétaires annoncent un changement dans le mode d’intervention de l’État. En effet, jusqu’aux années 1980, l’intervention de l’État était essentiellement orientée vers l’économique, le social étant réduit à la portion congrue. C’est d’ailleurs ce qui distinguait le Brésil de la plupart des pays avancés, où, bien que l’État intervienne dans l’économie, les dépenses sociales avaient acquis une grande importance. Avec les premières mesures en direction des personnes âgées et/ou handicapées leur permettant de percevoir un demi-salaire minimum, un début de « révolution silencieuse » se met en place sans même que les acteurs politiques en aient conscience.

2Les dépenses sociales ne se résument pas aux transferts monétaires en faveur des pauvres, elles concernent aussi le système de sécurité sociale (santé, retraites) et l’éducation, en forte augmentation depuis une dizaine d’années, auxquels s’ajoutent ces transferts conditionnés. Le livre de Sonia Rocha analyse ces transferts mais aussi une partie des dépenses sociales versées au titre de pensions/retraites aux personnes pauvres et/ou handicapées n’ayant pas contribué. Sonia Rocha étudie le processus qui, de ces premières aides, annonce les suivantes, comme la Bourse-École dans quelques États, ses tentatives d’application ensuite dans d’autres États avec moins de bonheur, son échec au niveau fédéral puis sa transformation, la Bourse-Alimentation, le Programme d’éradication du travail infantile (PETI), puis enfin, englobant l’ensemble moins les allocations aux paysans, la Bourse-Famille avec ses contraintes au niveau de l’éducation des enfants et des soins préventifs. La Bourse-Famille est alors calculée en fonction non pas d’une fraction du salaire minimum, mais d’un seuil monétaire auquel sont ajoutées des sommes proportionnellement au nombre d’enfants (trois puis cinq). Le livre de Sonia Rocha analyse toutes ces évolutions, leur coût, leurs défauts et leurs succès.

3Rigoureux, respectueux de l’histoire de ces formes d’aides aux pauvres, ce livre montre que ces allocations ne résolvent pas pour autant le problème de la pauvreté, fût-elle extrême. Ces allocations permettent de diminuer légèrement la pauvreté, de réduire la profondeur de la pauvreté et les inégalités parmi les pauvres. En cela, elles sont loin d’être inutiles et, bien qu’ayant parfois des effets pervers par les effets d’aubaine qu’elles engendrent, elles constituent le socle de légitimation du « lulisme » auprès des personnes les plus pauvres. La baisse conséquente de la pauvreté absolue depuis 2004 vient principalement du retour de la croissance et de l’augmentation sensible du salaire minimum, au-delà de la productivité du travail. C’est d’ailleurs ce qui permet de comprendre pourquoi le ratio pauvreté rurale/pauvreté urbaine n’a pas été altéré. La pauvreté est davantage concentrée dans le secteur rural que dans le secteur urbain et c’est donc là que se dirigent plus particulièrement les transferts conditionnés, mais le secteur rural offre moins de possibilités d’emploi que le secteur urbain. La pauvreté diminue au même rythme dans les deux secteurs, dans l’un surtout grâce aux transferts monétaires, dont le versement de retraites non contributives équivalentes à un salaire minimum, dans l’autre grâce aux emplois créés et à l’augmentation du salaire minimum. C’est aussi ce qui permet de comprendre que la hausse des dépenses sociales, notamment celles consacrées à l’éducation, est indispensable pour accroître la mobilité sociale pour un taux de croissance donnée et ce faisant pour nourrir cette croissance et réduire la pauvreté de manière significative, voire l’éradiquer.

4Un très bon livre, utile par de nombreux aspects, qui rompent avec la représentation qu’ont les médias et les hommes politiques des effets de ces transferts sur la pauvreté.

5Quatre remarques cependant qui appellent, peut-être, l’écriture d’un second livre : 1/ il aurait été intéressant d’analyser plus à fond les raisons de ce changement de politique dans les années 1970, l’argument des inégalités croissantes, pour pertinent qu’il soit, n’étant pas suffisant. L’évolution des forces sociales dans un contexte de dictature et de forte croissance aurait mérité une analyse plus soutenue ; 2/ les transferts monétaires ont peu d’effet sur l’ampleur de la pauvreté, Sonia Rocha une fois de plus le montre très bien, mais il aurait été alors intéressant d’analyser la formation du mythe selon lequel la pauvreté aurait baissé fondamentalement à cause de ces programmes ; 3/ une comparaison avec d’autres pays latino-américains, fût-elle rapide, aurait montré que ce qu’analyse Sonia Rocha est observable dans d’autres pays, comme au Mexique par exemple ; 4/ enfin, en ce qui concerne les transferts monétaires, les sommes consacrées en pourcentage du PIB sont très faibles si on les compare à celles versées au titre du service de la dette interne ou à celles qu’on observe dans les pays avancés.

6Révolution silencieuse certes, mais encore bien timide dans un pays où les inégalités de revenu sont extrêmement élevées. Ce livre aide à comprendre le chemin qui reste à faire pour que le Brésil devienne une société plus inclusive qu’elle ne l’est.

  • 1 Dernier ouvrage paru : Les économies émergentes latino-américaines : entre cigales et fourmis, Pari (...)

Pierre Salama1

Paris, le 15 juin 2013

Notes

1 Dernier ouvrage paru : Les économies émergentes latino-américaines : entre cigales et fourmis, Paris, A. Colin, coll. « U », 2012. Site web : <http://perso.wanadoo.fr/pierre.salama/>.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search