Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réduire en art

 | 
Pascal Dubourg Glatigny
, 
Hélène Vérin

IV. L'action de l'écriture

Réduire la mine en science... ?

Anatomie des De re metallica d’Agricola (1528-1556)

Anne-Françoise Garçon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est rare, dans la pensée occidentale, de voir un auteur placé conjointement aux fondements de plusieurs sciences et techniques. Célébré par les géologues et les minéralogistes, les ingénieurs des Mines et les métallurgistes, Georgius Agricola est de ceux-là. Sciences de la terre et sciences de l’ingénieur se fondent également sur cette œuvre menée vingt-cinq ans durant avec patience et obstination, dans le souci affirmé de conjuguer descriptio et ratio, description et méthode1.

Agricola, de son vrai nom Georg Bauer, vécut en Saxe, entre 1494 et 1555. La mine et le métal faisaient alors les richesses, petites et grandes : celle des Fugger au premier chef, qui rentabilisèrent l’exploitation de leurs mines de cuivre et d’argent en Hongrie après l’invention de la liquation2 ; celle des artisans et des petits entrepreneurs miniers aussi. Le père de Martin Luther, qui exploitait une mine de cuivre à Mansfeld, prospéra suffisamment pour envoyer son fils étudier la philosophie à Magdebour...

Auteur

Professeur à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et y dirige le Centre d’histoire des techniques. Ses domaines de recherche sont les systèmes techniques, la pensée technique, la relation texte/archéologie/expérimentation. Elle a publié aux Presses universitaires de Rennes Mine et métal. Les non-ferreux et la révolution industrielle, 1780-1880 (1998) et Entre l’État et l’usine. L’École des mines de Saint-Étienne au XIXe siècle (2004) et a dirigé, en collaboration avec Liliane Hilaire-Pérez, Les chemins de la nouveauté. Inventer, innover au regard de l’Histoire (Éditions du CTHS, 2004)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540