Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réduire en art

 | 
Pascal Dubourg Glatigny
, 
Hélène Vérin

II. L'ambition systématique

La peinture peut-elle être réduite en art ?

Christian Michel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La notion de réduction en art, aussi efficace soit-elle, n’a guère été employée pour parler de la peinture à l’époque moderne. Il s’agissait alors de faire reconnaître à cette pratique le statut d’art libéral, et donc de la rattacher au trivium et au quadrivium, et c’est dans ce sens que le terme d’art a été le plus généralement utilisé. Toutefois, une certaine ambiguïté peut apparaître dans la façon même dont était utilisée la formule d’art de la peinture. Dans certains cas, il s’agissait d’une formule redondante pour marquer que la peinture n’était pas du ressort de l’artisanat, dans d’autres cas, la formule renvoyait à l’art en tant que réflexion sur les règles. C’est dans ce sens que l’emploient certains hommes de lettres comme Charles Perrault. L’art de peinture, ou plutôt ici la Peinture, peut être considéré comme un amas de préceptes pour bien peindre.

Je demeure d’accord, écrit Perrault, que ces deux Tableaux [La Grande Sainte Famille et le Grand Saint Michel de Raphaël], et ...

Auteur

Professeur d’histoire de l’art de la période moderne à l’université de Lausanne. Il travaille actuellement sur le fonctionnement et la pensée de l’Académie royale de peinture et de sculpture dont il a publié les conférences avec Jacqueline Lichtenstein (École nationale supérieure des beaux-arts, 2007)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540