Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réduire en art

 | 
Pascal Dubourg Glatigny
, 
Hélène Vérin

I. Le projet de réduire en art

Rédiger et réduire en art : un projet de rationalisation des pratiques

Hélène Vérin

Texte intégral

I. Généalogie d’une notion

1En 1575 Louis Le Roy intitule son ouvrage De la vicissitude ou Variété des choses en l’univers... Il exprime ainsi un sentiment partagé dans cette seconde moitié du XVIe siècle, celui de l’afflux d’une masse considérable, d’une diversité innombrable de choses et d’êtres, de savoirs nouveaux, disposés dans des espaces et des temps qui se dilatent et se différencient.

  • 1 Louis Le Roy, De la vicissitude ou Variété des choses en l’univers..., Paris, Pierre l’Huilier, 15 (...)

2Mais le titre de cet ouvrage mérite d’être cité en entier : on s’aperçoit alors qu’il s’inscrit de façon polémique contre l’imitation servile des Anciens, puisqu’il pose la question : « ... s’il est vray ne se dire rien qui n’ait été dit auparavant : et qu’il convient par propres inventions augmenter la doctrine des Anciens, sans s’arrester seulement aux versions, expositions, corrections et abregez de leurs escrits ». Dans le texte il précise : « Quand cesserons-nous de prendre l’herbe pour le bled, la fleur pour le fruict, l’escorce pour le bois ? Ne faisans que traduire, corriger, commenter, annoter ou abreger les livres des Anciens ?... Les imitateurs perpetuels [...] sont vrayement esclaves, n’ayant rien de genereux1... »

  • 2 Id., fol. 249 v°.

3La générosité exige que l’on se tourne vers toutes ces nouveautés, « premierement cogneuës en ce temps. Je dy : nouvelles terres, nouvelles mers, nouvelles formes d’hommes, mœurs, loix, coustumes : nouvelles herbes, arbres, racines, gommes, liqueurs, fruicts : nouvelles maladies et nouveaux remèdes nouveaux chemins du ciel et de l’océan, non essayez paravant, nouvelles estoilles veuës ». Toutes ces choses « difficiles et tardives à venir, combien en y a-t-il non encore reduittes en art2 ? » s’interroge Louis Le Roy.

4Un programme s’annonce qui consiste à augmenter les savoirs existants, « par propres inventions », nous dit Le Roy dans son titre. Cela revêt au XVIe siècle une signification à laquelle nous devons prêter attention : il ne s’agit pas de l’invention, au sens rhétorique, qui consiste à réutiliser, dans un discours persuasif, les arguments hérités du fonds de savoir transmis, mais l’invention qui fait apparaître quelque chose de nouveau, qui dégage un savoir jusqu’alors inédit, inconnu. Cette position implique la possibilité d’un progrès des savoirs, qui consiste à « réduire ceux-ci en arts », à les rendre accessibles et utilisables. Pour nous en persuader, Louis Le Roy s’appuie sur un auteur de l’Antiquité latine :

Marc Varron atteste qu’en l’espace de mille ans les arts furent inventez et augmentez, qui jusques à present n’ont esté accomplis. Mais si la perfection n’a pas esté encore trouvée, ce n’est pas dire qu’elle ne se puisse trouver. Car les choses, tenues aujourd’hui les plus grandes et les plus admirables, ont commencé en quelque saison. Et ce qui est tres bon ne l’estoit point paravant, mais a creu peu à peu, s’amendant de temps en temps.

5Ainsi, dépasser les Anciens, signifie poursuivre, sur leur modèle, la réduction en art des savoirs nouveaux portant sur des choses, des données nouvelles. La référence à Varron est intéressante : elle suggère en effet que, déjà en leur temps, les Anciens avaient procédé à des « réductions en art » des savoirs consistant à augmenter un savoir en progrès. Que faut-il retenir de cette exégèse ? Quelle part de réinterprétation de Varron implique-t-elle ?

6Pour l’instant, retenons ce point essentiel : « afin que le savoir ne se perde, mais prenne de jour en jour accroissement » il convient de « réduire en art » toutes les nouveautés qui se présentent à son époque. C’est même, selon Le Roy, la seule manière de poursuivre le travail d’augmentation des savoirs auquel les Anciens ont contribué en leur temps.

7Tournons-nous à présent vers le grand philosophe qui, trente ans plus tard, contribue de façon décisive et surtout durable à ce projet d’augmentation des savoirs. Cette capacité de produire des connaissances neuves dans un monde du savoir en progrès, Francis Bacon la trouve-t-il lui aussi dans la forme de leur « réduction en art » ? La réponse est loin d’être simple et, à première vue, non seulement Bacon ne défend pas cette position, mais il considère qu’il n’y a d’augmentation des savoirs qu’à la condition de ne pas procéder à ces réductions en art.

  • 3 Francis Bacon, Du progrès et de la promotion des savoirs [1605], traduction française Michèle Le D (...)
  • 4 Francis Bacon, «  The Two Books of Francis Bacon of The Proficience and Advancement of Learning Di (...)

8On sait que Bacon, pour faire apparaître ce qui, selon lui, doit être le savoir, recourt souvent à un procédé qui consiste à examiner successivement, pour les éliminer, les erreurs, les maladies de l’esprit, les errances et les vanités qui nous en détournent. Cette extraction par élimination facilite l’induction, maîtresse du progrès des connaissances. Parmi les errances qu’il dénonce dans le livre I de Du progrès et de la promotion des savoirs, il y a celle par laquelle « on réduit, de manière prématurée et qui met fin aux questions, le savoir en arts et en présentations méthodiques3 ». Plus énergiquement, le texte anglais parle d’une « overearly and peremptory reduction of knowledge into arts and methods4 ». Le passage qui suit explicite les enjeux : « dès lors, les sciences généralement ne croissent plus, ou plus guère ». Pour se faire entendre, Bacon procède à une comparaison : « Les jeunes gens, une fois qu’ils ont atteint leur parfaite conformation, poursuivent rarement leur croissance. Il en va de même pour le savoir : tant qu’il existe sous forme d’aphorismes et de remarques, il pousse. »

9Le projet de Bacon étant d’augmenter les savoirs, il est clair que toute entrave à cette augmentation est à proscrire. Ce qu’il ajoute pour préciser son propos est éclairant, car nous y trouvons quelques éléments de description de ce qu’est cette « réduction » dont nous savons déjà qu’elle confère à un savoir une sorte d’achèvement si satisfaisant qu’il risque d’abolir le désir de poursuivre la recherche. En effet,

  • 5 «  From which time, commonly, sciences receive small or not augmentation. But as young men, when t (...)

[d]ès qu’il est inséré et circonscrit dans des présentations méthodiques strictes, il peut certes lui arriver d’être encore poli, mieux mis en valeur, mieux arrangé pour l’usage et la pratique, mais son volume et sa substance n’augmentent plus5.

10Ainsi, Francis Bacon rejoint Louis Le Roy, non seulement dans l’idée d’un progrès des savoirs, mais également lorsqu’il admet avec lui que, « réduit en art », un savoir atteint une sorte d’accomplissement et que de telles réductions en art, ces mises en forme méthodiques, rendent disponibles et utilisables des savoirs jusque-là fragmentaires, épars et désordonnés. Néanmoins, Bacon dénonce les risques de formalisme stérilisant et invite à différer le moment de la mise en ordre méthodique, afin de ne pas arrêter le mouvement même de réalisation de ce progrès.

11Les idées exprimées par ces deux auteurs appellent trois remarques. La première est que les convergences comme les divergences de Louis Le Roy et Francis Bacon montrent que réduire en art, en méthode, mais aussi en règles, en préceptes, en pratique, correspond à une activité connue, répertoriée, suffisamment répandue pour que l’on s’interroge sur les avantages que l’on peut en tirer. La deuxième comme la troisième remarque regardent le caractère paradoxal de cette activité : comment la restauration des savoirs hérités des Anciens peut-elle en même temps être portée par l’idée de progrès actuel des arts ? Le second paradoxe concerne la formalisation méthodique de ces savoirs qui tend à les constituer en un ensemble de règles soigneusement ordonnées : comment cette formalisation est-elle compatible avec la poursuite de nouvelles expériences dans une quête en progrès ? Pour mieux saisir ce qu’il en est et avant de nous tourner vers les mots, les définitions, les dictionnaires de l’époque moderne, regardons l’état historiographique de la question.

Quelques éléments historiographiques

  • 6 En particulier, voir Cesare Vasoli, La dialettica e la retorica dell’Umanismo, «  invenzione » e « (...)
  • 7 Eugenio Garin (éd.), L’homme de la Renaissance, traduction française, Paris, Le Seuil, 1990 [1988]
  • 8 Neal W. Gilbert, Concepts of Method in the Renaissance and Their Ancient and Medieval Antecedents,(...)
  • 9 Thème repris par les puristes de la langue latine bannissant le mot comme barbarisme, à l’instar d (...)
  • 10 Neal W. Gilbert, Concepts of Method..., 1956, op. cit., p. 100. Gilbert se réfère aux travaux d’Er (...)
  • 11 «  Si vive qu’ait pu être la polémique soulevée en faveur d’une uniformité de méthode pour traiter (...)

12L’expression « réduire en art », et ce dont elle rend compte, n’a guère retenu l’attention des historiens et n’apparaît – rarement – qu’à l’occasion d’études sur la ou les méthodes, en particulier chez Pierre de La Ramée, Jean Bodin et Francis Bacon6. Il faut toutefois faire une place à part à l’histoire de la pensée juridique, sensible à la persistance du jus ad artem redigere de Cicéron dans les formalisations successives du droit, et en particulier du droit civil en Europe au XVIe siècle. Nous y reviendrons. La lecture qu’Eugenio Garin propose de « l’homme de la Renaissance », caractérisé par la contestation des méthodes et des instruments de savoir, s’étend sans difficulté aux juristes. Par leur métier, par la position qu’ils occupent dans la société et l’importance de leur discipline dans l’ordre des savoirs, ils se trouvent confrontés à l’émergence de cet homme nouveau, porteur d’une nouvelle philosophie7. Si l’on se place en effet sur le plan général de l’histoire de la pensée, on s’aperçoit que les travaux et débats qui opposèrent en particulier Garin et Kristeller sur l’interprétation du rôle historique du mouvement humaniste ouvrent de nombreuses pistes à notre enquête. Une nouvelle phase de ces études est due à la thèse de Neal Ward Gilbert, un élève de Paul O. Kristeller, soutenue il y a près de cinquante ans8. Gilbert s’y donne pour tâche d’étudier l’histoire des concepts de méthode à la Renaissance, en montrant comment leur pluralité, voire leur ambiguïté, est le fruit d’une restauration de leurs précédents antiques et médiévaux, restauration grevée du refus cicéronien de recourir au mot lui-même, au profit de via et ratio, et cela pour des raisons philologiques9. Mais Gilbert montre aussi comment cette pluralité résulte d’un intérêt et même d’un engouement général. L’idée de méthodes propres aux sciences et aux arts s’est élaborée au sein des controverses qui ont animé la vie intellectuelle de l’époque : chacun, aristotélicien ou platonicien, logicien ou médecin, juriste ou historien, non seulement propose et oppose ses propres définitions de « méthode », mais fait aussi de l’adhésion ou du rejet de certaines méthodes la marque d’appartenance à l’un ou à l’autre groupe philosophique, un « party slogan »10. Tout particulièrement, on dénonce l’idée d’une méthode unique, pour se démarquer de Ramus qui en défendit le principe. C’est le cas de Bacon, qui signale la vivacité de la polémique sur la question11.

  • 12 Voir Neal W. Gilbert, op. cit., p. 339.

13Un autre apport essentiel du travail de Gilbert est de montrer que ces débats sur les concepts de méthode s’appliquent aussi bien aux arts qu’aux sciences, dans une tradition stoïcienne généralement partagée. Ainsi on s’accorde à assimiler méthode et art, dans la même définition d’un système de préceptes rassemblés selon un ordre qui permet d’atteindre facilement et rapidement une fin utile. Tous ces traits : systématicité, brièveté, facilité et utilité sont déterminants. Le point fort de la thèse de Gilbert est de montrer qu’à travers les disputes et discussions sur la réduction en méthode ou en art, on interroge le rapprochement de la connaissance avec l’action, de la théorie avec la pratique. Néanmoins, la matière de son étude se limitant à la sphère universitaire du trivium et du quadrivium, il montre surtout l’etendue du champ des réductions en art ou méthode dans le domaine pédagogique, les « méthodes » exposées relevant essentiellement de la transmission des savoirs. Il en conclut que les résultats de ces longues controverses furent minimes sauf dans les champs peu nombreux de la réflexion sur la méthodologie des arts révisant les techniques d’exposition12.

  • 13 Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs, l’intelligence technique du XVIIe au XVIIIe siècle, Paris, (...)

14Dans cette conclusion, Gilbert ne prend donc pas en considération la contribution des artistes et ingénieurs de la Renaissance, architectes, peintres, mécaniciens, fortificateurs, artilleurs, mais aussi maîtres de danse, d’escrime, de musique, à la réduction en art ou méthode de leur discipline. Or, étant donné l’importance et même l’omniprésence de cette idée de « réduction en art » dans leurs écrits, la nécessité de s’y arrêter, de comprendre ce qui était en jeu dans la volonté affrmée par ces hommes de l’art de procéder à de telle « réductions » s’est imposée13. Dès le XVe siècle, en effet, des artistes, experts en toutes sortes d’arts, s’engagent dans un considérable travail de formalisation et de mise en ordre par l’écrit de leurs pratiques professionnelles. C’est ce travail de « réduction » qui fait apparaître un domaine de savoir particulier, celui des « arts », distinct à la fois des métiers transmis dans les ateliers et sur les chantiers, et de la connaissance scientifique, enseignée dans les universités.

15Dans un article consacré à la pensée figurée à la Renaissance, Robert Klein fait une brève allusion à la réduction en art, en rappelant d’abord que l’art s’applique à la résolution de difficultés singulières, de cas, de problèmes particuliers, se distinguant ainsi de

  • 14 Robert Klein, «  Deux modes de la connaissance. II. La pensée figurée à la Renaissance », Diogène,(...)

la science qui ne vient qu’après, car elle n’est que le corpus des vérités acquises et transmises. En outre, le terme art désigne l’ensemble des procédés ou des prescriptions qui couvrent et résolvent tous les cas possibles dans un domaine donné ; on réduisait en art l’escrime, ou l’oniromancie, ou la poésie, ou la solution d’un type de problèmes mathématiques, quand on découvrait le moyen de mécaniser entièrement l’exercice. [...] La logique réduite en art enseignerait ainsi la manière de vaincre infailliblement dans les disputes, ou de découvrir toutes les vérités accessibles au raisonnement14.

  • 15 Jean Rond d’Alembert, Discours préliminaire de l’Encyclopédie, Paris, Gonthier, 1965, p. 52.

16Qu’il s’agisse de l’une ou l’autre de ces disciplines, la forme commune obtenue par la « réduction » est, selon Klein, l’art entendu comme exercice réglé d’une pratique jusqu’à en être « mécanisé », c’est-à-dire d’une activité qui vise l’efficacité en situation. C’est le sens qui prévaut encore chez d’Alembert lorsqu’il écrit : « On peut en général donner le nom d’Art à tout système de connaissances qu’il est permis de réduire à des règles positives, invariables et indépendantes du caprice ou de l’opinion15. »

17Certains ouvrages s’annoncent, dans leur titre même, comme des « réductions ». Une enquête, même rapide, dans les ouvrages de l’époque moderne fait apparaître l’extension des domaines auxquels on applique de telles réductions, et la persistance du thème jusqu’au début du XIXe siècle. La formulation « réduit en » met l’accent sur le travail d’information de la matière traitée qui détermine l’apport de l’ouvrage, puisque celui-ci s’affiche comme le résultat d’un processus de « réduction ». C’est ce processus qu’il s’agit ici de préciser, l’hypothèse étant qu’il est constitutif d’un champ de savoir spécifique mais aussi d’un modèle, d’un paradigme, qui structure, pendant l’époque moderne, des pratiques de connaissances pour l’action clairement identifiables. Ce que tendent à confirmer les dictionnaires.

Les définitions, les dictionnaires

18Considérons tout d’abord « réduire » : dans l’expression « réduire en art », il est employé pour « rédiger », et on dit « rédiger » ou « réduire » en art. C’est ce qu’enregistrent, à la fin du XVIIe siècle et jusqu’au milieu du XIXe, les dictionnaires successifs de l’Académie française :

  • 16 Nouveau dictionnaire de l’Academie Françoise, dédié au Roy, Paris, J.-B. Coignard, 1718, t. II. C’ (...)

Réduire, signifie quelquefois Rédiger. C’est le cas dans les expressions : Réduire en art, reduire en methode. Il a reduit toute la morale en tables, reduire en bon ordre. Reduire en meilleure forme, reduire l’histoire en table16.

  • 17 Dictionnaire universel François et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trevoux. Nouvelle éd (...)

19Pour le Trévoux « Reduire [est] synonyme à rediger. Reduire en art, c’est-à-dire donner des règles, les lier et les diriger à un but. Reduire en méthode17.» Cette définition est reprise dans l’Encyclopédie.

1 – Jean Errard et Alexis Errard, Frontispice de la Fortification demonstrée et réduicte en art, Paris, s.n„ 1620. Le titre de la première édition de cet ouvrage était La fortification réduicte en art et demonstrée (1600)

  • 18 François Rabelais, «  Almanach pour l’an 1535, calculé sur la noble cité de Lyon et l’élévation du (...)

20Au milieu du XVIe siècle, Rabelais rend compte de cette substitution possible entre les deux verbes, parlant de ces « studieux » qui ont « réduit par écrit quelques observations qu’ilz ont pris de main en main », de « ceux qui ont en art rédigé les longues expériences des astres », c’est-à-dire qui ont inscrit les observations, par ordre, dans des tables18. Dans l’expression «  réduire en art », il faut donc entendre « rédiger », mais le sens n’est pas celui, restreint, qui existe aujourd’hui, mais celui du redigere latin. Le dictionnaire de Jean Nicot permet de dégager un certain nombre de sens que nous avons déjà pu identifier :

  • 19 Michel de Montaigne, Essais, III, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, collection «  Bibliothèque d (...)
  • 20 Jean Calvin, Institutions..., IV, VIII, §11.

21« Rediger, C’est cohiber ce qui est en liberté, ainsi dit on, Il m’a redigé à ceste necessité. » Ici se retrouve le sens de contrainte, qui est le sens dominant du terme. Rédiger est « réduire » au sens de résumer, rendre bref, mais c’est surtout faire entrer dans un ordre, un état différent, et donc, en quelque sorte, faire entrer dans une autre forme. Ainsi, poursuit Jean Nicot, rédiger est « assembler ce qui est espars. Selon ce on dit, Il a redigé les annales de France, que plusieurs autheurs disent compter. Rediger aussi est mettre par ordre et par escrit quelque art ou autre matiere ». « Redigé par escript, [est] Perscriptum, vel Perscriptum in tabulas. » Nous avons vu qu’on peut « Rediger par supputation le cours des estoilles », aussi, rédiger « les sciences en règles et observations certaines »19. Rédiger, dans ce sens fort signifie faire changer d’état et même, à quelque égard, faire changer de nature. S’agissant par exemple de prophétie, de la révélation de la parole divine, cela n’est pas sans poser problème aux religions du Livre. Qu’à cela ne tienne : selon Calvin, c’est Dieu soi-même qui a « ordonné que les propheties fussent aussi bien reduites par escrit et qu’elles fussent portion de sa parole20 ».

  • 21 Robert Estienne, Dictionnaire françois-latin autrement diet les mots français, avec les maniérés d (...)

22Réduire, selon Robert Estienne dans son dictionnaire français-latin, a aussi ce sens de « faire changer de forme (réduire en poudre) ou d’état (réduire un enfant gâté)21 ». Mais Jean Nicot s’insurge de cette dérive du sens, soucieux de conserver le sens latin de reduco :

Reduire est proprement ramener une chose au lieu et estat dont elle est partie, et vient de ce verbe latin reduco, Ainsi on dit le Roy avoir reduit en son obeissance une ville, un pays, qui s’estoient ou fortraicts et livres à l’ennemi, ou avoyent esté par luy forcé. On dit bien aussi le Roy avoir reduit un pays en son obeissance, l’ayant conquis sur autruy, mais c’est improprement. Car le propre est mettre en son obeissance, et sousmettre. Selon ceste signification on dit reduire en povreté, Reduire au bas aucun, ores qu’il ait onques esté povre ni de basse fortune.

  • 22 Jean Nicot, Tbresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur, 1606.

23Nicot traduit ce dernier sens par redigere : « Ad penuriam humilemque fortunam redigere » ou « Reduire a neant, Consumere, Ad nihilum redigere22.

24Le Furetière de 1690 reprend à l’article « Rediger » les citations qui seront répétées dans les dictionnaires du XVIIIe siècle. Notons qu’elles signalent les domaines et les auteurs de référence lorsqu’il s’agit d’expliciter les usages du terme :

  • 23 Les mêmes glissements dans l’usage de redigere et reducere existent dans la langue latine.

Rediger. V. act. Compiler, mettre par écrit et en ordre. On a nommé de temps en temps des Commissaires pour rediger les Coutumes. Euclide n’est pas l’auteur de ses Elements, il n’a fait que rediger et mettre en bon ordre les propositions qui avoient été inventées par divers Geometres. Les Anciens ont redigé en art toutes les sciences, la Grammaire, la Logique ; et ils en ont donné les preceptes. Gratien a compillé et redigé le Droit Canon ; Tribonien a fait rediger le Civil, en l’état qu’ils sont.
Rediger, signifie aussi, Mettre en peu de mots. Redigez vos raisons par écrit, donnez en un mémoire dans un factum. Tout un procés doit être redigéen peu de mots. Ce mot vient du Latin reducere, comme qui dirait, in coactam formant reducere quod agitur23.

25Euclide n’aurait fait que rédiger les savoirs épars et fragmentaires que les Anciens géomètres avaient laissés. Ainsi, lorsque l’on se donne pour programme de réduire en art à son tour, toutes les sciences, savoirs et pratiques, on procède tout à la fois à une restauration des Anciens, une « réduction » au sens où l’on procède comme l’ont fait, en leur temps, les auteurs de l’Antiquité, mais, ce faisant, on y intègre tout le contenu des connaissances et des expériences dont ils ne disposaient pas et qui ont été acquises depuis, selon l’ordre qui y convient. Il y a donc dans ces termes redigere, reducere, rédiger, réduire, et aussi dans l’évolution de leur sens au cours du XVIIe siècle, des éléments qui permettent de saisir cette difficile « restauration des Anciens » que voulaient réaliser les humanistes : imiter leur méthode ne signifie pas les copier.

  • 24 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1873, t. IV.
  • 25 Charles Dunoyer, De la liberté du travail (Livre XI, chap, III, § 4), dans Œuvres, Paris, Guillaum (...)
  • 26 Id., p. 438.
  • 27 «  The number of school subjects “brought into order” or “reduced to art” during the last Renaissa (...)

26Pour terminer ce tour d’horizon des dictionnaires, celui d’Emile Littré dans son édition de 1873 indique à l’article « Réduire » : « arranger d’une certaine manière dans un certain ordre. Réduire en art, en méthode24 ». La dernière mention textuelle que j’en ai trouvée est redevable à Charles Dunoyer qui, dans son livre De la liberté du travail, publié en 1886, posait la question de savoir «  s’il est possible de réduire en art l’apprentissage des bonnes mœurs25 ». Comme le montre la suite du texte, il semble que Charles Dunoyer ait seulement en vue les règles d’un dressage, apparemment oublié des pédagogues. « N’inférons pas de ce qu’il n’y a rien d’organisé dans nos écoles pour le perfectionnement des mœurs [...] et de ce que l’art de former des habitudes n’y est pas pratiqué, qu’il est impraticable de faire un art de l’éducation26... » La réduction en art a ici le sens pauvre de mise en forme réglée d’un apprentissage, d’un enseignement, sens qui correspond à l’usage de « méthode » et « réduire en art » dont Gilbert a répertorié la grande fréquence au XVIe siècle, notant que « Le nombre de sujets scolaires “mis en ordre” ou “réduits en art” durant la Renaissance tardive est presque incroyable »27. L’exemple de Dunoyer nous montre que le mouvement se poursuit, bien au-delà de la période étudiée par Gilbert. Néanmoins, comme je l’indiquais plus haut, dans les titres mêmes des ouvrages, l’expression, « réduit en art » ou en règles, principes, ordre, surtout appliquée à des méthodes d’apprentissage, disparaît progressivement au profit de la seule mention d’une « méthode de » au début du XIXe siècle.

  • 28 Livre de perspective de Jehan Cousin, Paris, Jehan le Royes, 1560, fol. AV.

27Si l’on tente une première synthèse, on peut dire qu’en général, réduire est amener (ramener) une chose, un mode d’action, à une forme ou un état, une opération ou une suite d’opérations, qui facilite l’obtention d’un résultat recherché. Ainsi, pour un chirurgien, réduire une fracture est ramener par la force les morceaux de l’os brisé à la forme antérieure et rendre ainsi possible la bonne soudure ; pour un géomètre, réduire une figure à une autre est l’opération qui rend possible la mise en évidence de propriétés démontrables, et donc utilisables ; pour le marchand ou le banquier, réduire une monnaie dans une autre permet de procéder à l’estimation et au change, donc au commerce. La réduction peut s’exercer sur des «  qualités mathématiques » : ainsi, réduire des grandeurs à une certaine échelle en respectant les proportions dans le modèle réduit permet de se représenter et d’apprécier ce que sera le bâtiment ou la machine achevés, ou son degré d’achèvement ; mais aussi, la réduction peut s’exercer sur des natures, comme réduire le volume en plan. La perspective est l’art qui règle la réduction picturale de l’espace de trois en deux dimensions. Jean Cousin explique par exemple que « la ligne spirale et tortue [...] se peut reduire en cest Art de Perspective, et fussent mesme es corps solides28 ».

28Il y a dans l’idée de « réduire en art et en méthode », dans « réduction » entendue comme « rédaction », dans « réduire » au sens de « rédiger » sous une forme écrite, avec des mots et selon l’ordre de la phrase, le même mouvement qui part du divers, de l’épars, du fragmentaire, de l’hétérogène, du libre (qui sera cohibé, c’est-à-dire empêché, réprimé) pour le faire entrer par contrainte, le transformer dans des règles, sous des préceptes.

29Nous disposons à présent d’à peu près tous les grands thèmes qui permettent de définir ce que l’on entend par « réduire en art » à l’époque moderne.

30Réduire en art est rassembler, mettre en ordre et diffuser par l’écrit ; rassembler des données dispersées, confuses voire profuses, les ordonner, les éclaircir à l’aide de règles et de préceptes, dans un exposé bref et méthodique, et diffuser par écrit le résultat de ce travail dans un langage accessible à tous, afin que chacun dispose des moyens d’agir au mieux, ses choix étant ainsi facilités, conduits, réglés. Par ce travail de réduction, l’auteur contribue à la diffusion d’un savoir et donc à son perfectionnement possible, grâce au travail successif – et cumulatif — des générations ; la finalité toujours évoquée est le bien public, qui se décline en charité, en service du prince et de son peuple ; imbus de religion, les protestants ne manquent jamais d’évoquer la gloire de Dieu. Le point de vue est celui de l’action : sur les idées, sur les hommes, sur les choses.

31Mais encore, comme nous le voyons avec les remarques de Nicot, de Furetière, le sens de ramener à un état antérieur, restaurer, est présent et s’exprime dans la référence constante aux Anciens qui eux-mêmes auraient déjà, en leur temps, procédé à de telles réductions en art. Si cela est en effet bien connu, il reste à voir en quoi et jusqu’à quel point les opérations qui constituent la réduction en art de l’époque moderne ont trouvé leurs sources et leurs références chez les Anciens, en quoi et comment elles sont reprises et modifiées.

Les opérations de la réduction en art : généalogie antique

32C’est pour l’essentiel parmi les auteurs de la Rome classique et impériale que nous retrouvons les thèmes qui définissent le projet de réduire en art. En effet, certains d’entre eux se donnent déjà pour tâche de rassembler les savoirs dispersés et fragmentaires légués par leurs anciens, mais aussi les lois et règles juridiques amassées au cours des temps, les savoir-faire non écrits. En vue du bien public, ils mettent en ordre ces savoirs pour faciliter l’action du juriste, de l’homme politique, de l’architecte, de l’homme de guerre et de l’ingénieur, de l’agronome, de l’arpenteur... En général, c’est la sollicitation de la « valeur active » du savoir qui caractérise ces projets.

  • 29 Claudia Moatti, La raison de Rome, naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris (...)

33Claudia Moatti montre le contexte dans lequel émerge cette activité littéraire qui voit la multiplication des pratiques d’inventaire, de classification, de recueils, de cadastres, de normalisation. Dans un contexte de crise, on s’efforce de formaliser les conditions de la maîtrise politique, administrative et juridique. Plus largement, « l’époque recherche des catégories générales susceptibles de quadriller le réel, de penser et de contrôler la diversité, de subsumer les particularismes29 ». Comment s’y distingue la « réduction en art » ?

  • 30 Cicéron, De la loi, I, 14, cité par Claudia Moatti, op. cit., p. 103.

34Un exemple de cette « réduction » est le travail d’antiquaire de Varron auquel Cicéron rend hommage, et qui avait pour but de « mettre le droit à la disposition du peuple30 ». Varron y poursuit l’écriture et la publication des textes juridiques entreprises vers 300 av. J.-C. On collecte aussi des traditions orales dans une histoire écrite, des documents existants en les identifiant, des vestiges en les localisant selon une topographie.

  • 31 Suétone, Caesar, 44, 3. À propos d’un projet similaire de Pompée, Isidore, dans ses Etymologies, V (...)
  • 32 Cicéron, De Oratore/De l’orateur, traduction Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, « Collect (...)
  • 33 Cicéron, De l’orateur, op. cit., XLI et XLII, 185-191, p. 66-68. Sur ce passage voir Giorgio La Pi (...)

35Faciliter l’action juridique est l’objectif explicite du fameux projet de César qui « proposa de stabiliser la matière du droit civil et de choisir dans la multiplicité des lois éparses ce qu’il y avait de meilleur et d’indispensable pour le rassembler (redigere) en un tout petit nombre de livres31 ». Dans le De Oratore, Cicéron loue le projet de Crassus de réunir en une doctrine toutes les lois éparpillées et fragmentées32. C’est dans cet ouvrage et dans un passage souvent cité et étudié que les historiens du droit, mais aussi beaucoup d’auteurs du XVIe siècle, s’accordent à reconnaître la source des projets de réduction en art et la fixation des opérations qui la constitue33.

Le projet cicéronien

  • 34 «  Nihil est enim quod ad artem redigi possit, nisi ille prius, qui illa tenet quorum artem instit (...)

36Il s’agit de l’étude du droit civil et de sa nécessité : « Il n’est point de connaissances, dit Cicéron, qu’on puisse réduire en système (ad artem redigi possit) lorsqu’on se borne à savoir le détail de sa matière ; et l’on n’a rien fait si l’on n’introduit un enchaînement rationnel, dans des observations jusque-là fragmentaires34. » Il précise :

  • 35 Ibid. p. 67.

Presque toutes les notions, dont les parties, réunies maintenant en corps de doctrine, constituent tel ou tel art, étaient autrefois à l’état dispersé et ne formaient point d’ensemble : ainsi, en musique, le rythme, les tons, la mélodie ; en géométrie, les lignes, les figures, les dimensions, les grandeurs ; en astronomie, les révolutions du ciel, le lever, le coucher, les mouvements des astres ; en grammaire, l’explication des poètes, la connaissance de l’histoire, la signification des mots, les intonations du débit ; en rhétorique même, l’invention, l’élocution, la disposition, la mémoire, l’action. Le rapport de ces éléments entre eux était inconnu ; ils semblaient sans lien, disséminés. Aussi a-t-on cherché dans un autre domaine, dont les philosophes s’attribuent la propriété tout entière, une méthode (ars) qui cimentât en quelque sorte ces matériaux détachés, épars, et les forçât d’entrer dans un système logique (et ratione quadam constnngeret)35.

  • 36 « L’art qui apprend à diviser un ensemble en plusieurs parties, à expliquer au moyen d’une définit (...)

37Cicéron poursuit en définissant ce qu’est cette réduction à un art : soit, commencer par fixer la fin visée puis, procédant toujours à la définition des termes, distinguer les genres – peu nombreux – puis, établir leur subdivision selon des espèces, de manière à rendre le droit clair et fécond, entendons, susceptible de guider la recherche de solutions juridiques. Deux grandes idées sont ici déterminantes et vont profondément marquer les débats modernes sur la réduction en art. La première est que ce travail de mise en ordre, de formalisation, exige pour s’opérer le recours à un savoir extérieur, susceptible d’introduire dans le « détail de la matière », un enchaînement rationnel qu’on ne saurait y trouver. C’est, précise-t-il dans Brutus, la dialectique36. On comprend ce recours à un art de l’exposition, puisque l’idée qui prévaut est celle de fournir aux juristes un art de classer la matière qu’ils doivent traiter sous des concepts hiérarchisés. La dialectique est bien cet art de raisonner et de discourir sur les données complexes et en situation qui relèvent donc du probable et non du nécessaire et constituent la matière du droit. En outre, ainsi « réduit », le droit peut faire l’objet d’un enseignement, et ce sont donc les capacités de la dialectique à rendre ce savoir transmissible qui sont invoquées. À l’époque moderne, cette référence à la dialectique donne lieu à de grands débats où s’affronteront différentes écoles. Elle contribue à cristalliser les oppositions autour de la dialectique de Pierre de La Ramée au milieu du XVIe siècle.

38La deuxième idée présente dans le projet de Cicéron est l’extension de son champ d’application, puisque c’est, au-delà du droit, l’ensemble des savoirs non systématisés, ou dont la systématisation a été soit perdue, soit ne répond plus à l’actualité. Ce projet n’a pu avoir un tel impact que dans la mesure où il est l’expression d’un modèle qui, comme nous l’avons évoqué plus haut, répondait à une situation politique propre à son époque. L’idée d’une perte initiale et de la volonté de retrouver l’ordre perdu pour le transmettre a pour finalité ultime le bien public et se trouve ainsi être à la fois l’expression de la vertu civique et du souci d’une maîtrise rationnelle de l’action. Étendu à d’autres arts, le projet a donc une connotation économique, au sens du bon gouvernement. On ne s’étonnera donc pas que les auteurs qui rédigent des écrits sur les arts aient exercé, à un moment ou un autre de leur carrière, des fonctions publiques.

39Nous bornerons la présentation de ces réductions en art latines aux domaines de la guerre avec Les stratagèmes de Frontin et le Traité d’art militaire plus tardif de Végèce, de l’architecture avec Les X Livres de Vitruve, et de l’agriculture avec les traités de Varron et de Columelle. Notons pour mémoire que Varron, comme Vitruve, appartiennent au siècle de Cicéron, Frontin et Columelle au premier siècle de notre ère, tandis que Végèce est plus tardif et vit aux IVe-Ve siècles.

40Leurs ouvrages s’inscrivent tous dans la rationalité qui s’exprime dans le projet de Cicéron, avec ses trois grandes opérations — rassembler, ordonner et abréger, diffuser par l’écrit au plus grand nombre – et une même finalité : le bien général. Ce que l’on aperçoit si l’on parcourt quelques-unes de leurs déclarations.

Rassembler ce qui est épars

41Dans chacune des préfaces des X Livres d’architecture, Vitruve présente les raisons qui l’ont poussé à le rédiger, et il revient à plusieurs reprises sur le thème de la dispersion originelle des savoirs concernant son sujet. Par exemple, il écrit au livre IV :

  • 37 Cité par Philippe Fleury dans l’introduction à Vitruve, De l’architecture, Livre I, Paris, Les Bel (...)

Ayant remarqué, Imperator, que bien des auteurs n’avaient laissé, en guise d’enseignement et de volumes sur l’architecture, que des monographies sans ordre d’ensemble et à l’état d’ébauche, tels des fragments épars, j’ai estimé que l’œuvre qui valait d’être entreprise et qui serait la plus utile consisterait à élever au niveau d’un art accompli ce vaste ensemble de connaissances et à développer sous une forme normative les caractères de chacun des aspects de cette activité en consacrant un livre à chacun d’eux37.

42De même Végèce, au Livre I de son Traité de l’art militaire, déplorant la perte de certaines connaissances, s’interroge :

Comment enseigner ce qu’on n’a point appris soi-même ? Nous sommes donc réduits à étudier les anciennes coutumes dans les historiens et dans les traités spéciaux. Et encore les écrivains militaires, envisageant les faits d’après leur ensemble et leurs résultats, ont-ils omis, comme connus du lecteur, les détails qui font l’objet de nos recherches.

43Végèce rappelle que les Grecs « ont composé plusieurs volumes sur ce qu’on nomme la Tactique » mais signale la nécessité de rester dans le cadre des traditions latines, par souci d’adéquation et d’efficacité :

  • 38 Végèce, Traité de l’art militaire, traduction Victor Develay, Paris, J. Corréard, 1859.

Ce qu’il nous importe de connaître, c’est l’art militaire du peuple romain qui, des frontières les plus circonscrites, a étendu son empire jusqu’aux pays où luit le soleil, presque aux confins du monde. Pour cela, après avoir parcouru les différents auteurs, j’ai dû reproduire fidèlement dans cet opuscule le Traité de la Guerre de Caton le Censeur, les ouvrages de Cornélius Celsus et de Frontin, ceux de Paternus, habile interprète du code militaire, les sages règlements d’Auguste, de Trajan, d’Adrien. Je n’assume aucune responsabilité : j’emprunte aux personnages que je viens de citer leurs préceptes épars, et je ne fais que coordonner ces fragments38.

  • 39 Les quatre livres des Stratagèmes de Sextus Julius Frontin, dans Ammien Marcellin, Jornandès, Fron (...)
  • 40 Columelle, De l’agriculture. L’économie rurale, traduction Louis du Bois, Paris, Panckoucke, 1845, (...)

44Quant à Frontin, il fait état dans la préface de ses Stratagèmes « des exemples épars dans l’immense corps des histoires » qui ont « accablé le lecteur sous l’amas de leurs matériaux »39. Pour l’agriculture, Columelle déclare qu’il a « recherché avec soin tout ce qu’ont écrit les anciens agronomes, ainsi que ceux de notre siècle » et cite scrupuleusement ceux qui ont écrit sur le sujet depuis Hésiode40.

  • 41 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1961, LXXVII, p. 3-5.

45Il convient de redigere, et aussi reducere, rassembler des choses diverses et fragmentaires, mais aussi ramener, rétablir, restaurer ; ces deux usages voisinent. Dans les deux cas, rassembler signifie mettre en ordre et cette mise en ordre s’accomplit dans le travail d’écriture. Frontin, nommé administrateur des aqueducs de la ville de Rome, écrit un ouvrage dans lequel il expose sa formula administrationis. Ce traité semi-officiel nous est parvenu. Il explique comment, devant évaluer la situation de la distribution d’eau, il ne disposait que de documents inutilisables, et il se propose de réécrire la description du système hydraulique en distinguant et en nommant les aqueducs et leurs dérivations, puis les régions urbaines desservies. « Cet exposé, je le sais, peut paraître non seulement aride mais embrouillé ; je le ferai cependant aussi bref que possible, pour qu’il ne manque rien à la formule de ma charge41. »

Mettre par écrit, mettre en ordre, abréger

  • 42 Livre I, chap. VIII. Cité dans Maurice Lenoir, « La littérature de De re militari », dans Les litt (...)

46Nous sommes déjà entré dans le second thème qui intervient dans les réductions en art, celui d’ordre bref et facile. Rassembler en abrégeant selon un ordre : tous ces éléments sont présents chez Végèce. Après avoir énuméré ses sources, il souligne ce que son livre leur doit : « Je ne revendique nullement la paternité de ce que j’écris, mais me contente en quelque sorte d’abréger et de mettre en ordre une matière dispersée chez les auteurs que j’ai cités plus haut42. » Son ambition est moins grande que celle de Vitruve qui se propose de « développer son sujet sous une forme normative ».

2 – Horloge à eau de Ctesibius. « Beaucoup de belles inventions sont dûes à Ctesibius [...]. Nous exposerons la pensée de Vitruve avec autant de facilité et de brièveté qu’il se peut en des choses si difficiles. » Daniele Barbaro, I died libri dell’architettura di Vitruvio, 1567.

47La brièveté, souvent associée à des remarques concernant le peu de loisir du lecteur, ou le souci de lui permettre de saisir le sujet traité « d’un seul coup d’œil », correspond plus essentiellement au souci de « soulager la mémoire » pour laisser place à l’exercice du jugement synthétique, facilité par la clarté et l’ordre de l’exposé.

  • 43 Vitruve, Architecture, II, 1, 9, traduction française Claude Perrault, Paris, Balland, 1965, p. 60 (...)

Étant donc contraint, écrit Vitruve, de me servir de termes peu connus pour expliquer les mesures des édifices, je serai bref autant qu’il me sera possible, afin de ne pas charger la mémoire de ceux qui s’appliquent à la science que j’enseigne. De plus, quand je considère combien les affaires publiques et particulières occupent tout le monde dans cette ville, je conçois qu’il y a peu de personnes qui puissent avoir le loisir de lire mon livre s’il n’est bien court43.

48Notons le préalable commun qui est de procéder à des définitions. Il faut préciser que le fonds dans lequel puise la « réduction » est, pour Vitruve, celui des mécaniciens et architectes de l’époque hellénistique : il cite ces « Anciens » qui souvent ne sont connus que par des fragments, comme le font Frontin, Columelle, Végèce. Mais les éléments « rassemblés » sont aussi, et pour beaucoup, ceux que procurent les expériences et les découvertes de son époque, voire les connaissances empiriques des artisans.

  • 44 Varron, Lingua Latina, VI/La langue latine, Livre VI, texte établi, traduit et commenté par Pierre (...)

49Notons aussi que le seul fait d’enregistrer par écrit est déjà un soulagement de la mémoire, et que cette mise à la disposition du lecteur est nécessairement une « disposition » des données pour les rendre utilisables. Varron exprime très clairement le lien entre l’acte de rassembler, de synthétiser, et l’objectif visé : faciliter les choix du lecteur. Son étymologie du mot latin : cogitatio, de cogéré, c’est-à-dire co-agere, pousser ensemble, sert à appuyer sa définition de la conception : « l’esprit rassemble plusieurs éléments en un tout afin de faire un choix44 ». Faciliter les choix pour agir suppose ordre et brièveté, confirme Vitruve :

  • 45 Vitruve, op. cit., p. 137.

Pour s’accommoder à l’infirmité de la nature, j’ai jugé que ce que j’avais à écrire étant obscur et inconnu à la plus grande partie du monde, je devais, pour être intelligible, abréger mes livres, séparer les matières et réunir dans chaque volume tout ce qui avait rapport à une même chose, afin que l’on n’ait pas la peine de chercher dans plusieurs endroits45.

  • 46 Végèce, op. cit., p. 6.

50Pour décrire sa propre mise en ordre, Végèce indique simplement une présentation « à l’aide de chapitres gradués46 ».

  • 47 Vitruve, De l’architecture, Livre I (I, 3) : « l’architecte doit être peritus graphidos, expert en (...)

51Cette brièveté qui doit « mettre sous un seul regard » les données de l’art trouve dans le dessin un auxiliaire précieux. Vitruve en use à plusieurs reprises47 et Frontin explique comment il s’aide de la représentation figurée pour avoir une vision synthétique de la situation qui favorise la prise de décision :

  • 48 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1961, XVII, p. 3.

J’ai fait dresser en outre des plans des aqueducs, montrant les endroits où ils traversent des vallées et les dimensions de celles-ci, où ils traversent des rivières, où les canaux, établis à flanc de montagne, demandent un soin plus attentif pour la visite et la réparation des conduits. Il en résulte cet avantage que je puis avoir en quelque sorte la situation d’un seul coup sous les yeux et prendre mes décisions comme si j’étais sur place48.

Rendre l’art accessible à un public élargi en vue du bien général

  • 49 Végèce, op. cit., p. 6.

52Nous avons vu que Végèce, dans sa dédicace, explique à l’empereur qu’il œuvre pour l’intérêt des Romains et ne prétend en rien briller49. Vitruve écrit, dit-il, pour le docte, l’homme de loisir, de culture générale, mais aussi pour ceux qui construisent, tous les pères de famille. Cicéron vise le public qui aime les lettres et Varron, dans ses Satires ménippées, en fait l’éloge : en facilitant, par un certain attrait, l’intelligence des idées philosophiques aux gens d’une instruction médiocre, aux minus docti, Cicéron a fait œuvre de pédagogie civique. Ces auteurs insistent aussi sur la nécessité d’utiliser une langue accessible à tous, et considèrent qu’ils contribuent ainsi à l’harmonie publique, au bien général.

  • 50 Columelle (1er siècle), De l’agriculture, Livre IX, dans Les agronomes latins : Caton, Varron, Col (...)

53Columelle précise qu’il en doit l’impulsion à Cicéron qui, dans le Traité de l’Orateur, soutient « qu’il faut bien que les hommes qui ont le désir de connaître les choses les plus utiles au genre humain, et de transmettre à la mémoire le fruit de leurs réflexions et de leurs expériences, fassent toutes les tentatives nécessaires »50. Ce qui ne va pas, pour Columelle, sans grandes difficultés.

54Il est aisé de repérer dans la succession des thèmes que nous avons relevés les articulations constitutives de la rhétorique : invention, élocution, disposition, mémoire, action. Néanmoins, l’objectif est de produire de la connaissance pour l’action et la structure fondamentale est celle de la science qui cherche à connaître pour faciliter l’action, y compris l’action de concevoir la solution opportune. Or, si le point de départ est l’ensemble des savoirs déjà là qu’il s’agit de rendre disponibles, ce sont aussi, à des degrés variables, les diverses expériences qui sont présentées, comparées, évaluées en relation avec des circonstances elles-mêmes variables. Ces variations font l’objet de classements où la systématique s’épuise et fait place à la simple énumération. C’est particulièrement le cas de l’agriculture, et Columelle souligne son désespoir de cerner, fut-ce partiellement, une science aussi variée qu’immense qui règlerait selon des préceptes tout ce qui se sait – et demande à être su – pour bien administrer un domaine rural. La solution consiste à laisser aux praticiens, et dans le cas des arts productifs, aux artisans, le soin d’œuvrer au détail dans la matière. Il s’ensuit, bien évidemment, la nécessité de prendre en compte les pratiques artisanales qui, selon la formule consacrée, se font au hasard. Ce qui confine la classe des artisans dans des fonctions de simple exécution routinière et indique que la réduction en art s’adresse à une élite lettrée dont la marque de supériorité est son pouvoir sur d’autres hommes.

55On atteint ici un aspect important de cet effort d’exposition et de mise en ordre, qui est sa valeur politique au sens d’accomplissement de la vertu civique par la maîtrise rationnelle des activités. Le lien noué entre morale politique et science pratique est appelé à une longue postérité. Par la réduction en art des pratiques, comme celles des lois, certes, mais aussi de l’architecture, de l’arpentage, de l’agriculture, des arts de l’ingénieur, un nouveau rapport du technique et du politique se met en place. Sans doute la publication de la « formule administrative » de Frontin en est-elle l’expression la plus évidente et immédiate. Les autres traités établissent d’entrée ce lien par le biais de la dédicace à un grand personnage politique, où ils soulignent la finalité ultime de leur effort d’écriture : le bien public. Grâce à l’exposé écrit et méthodique, des savoir-faire deviennent partageables par un public qui n’est pas seulement celui des praticiens de haut niveau, mais encore, et peut-être surtout, celui des gestionnaires de grands projets ou de grands domaines, celui des commanditaires, propriétaires ou usagers. Par le biais de ces écrits, la valeur partagée par ces différents protagonistes de projets techniques ou artistiques devient l’économie, au sens de la distribution réglée des activités et de leur coopération, ce qui ne va pas sans la codification de l’exercice de l’art par l’écrit. Rappelons pour mémoire que le sens du mot latin oeconomia s’applique alors au premier chef à l’ordre textuel. Plus largement, cette codification s’inclut dans une administration réglementée des projets qui intéressent la collectivité, de sorte que les grandes productions matérielles accèdent au domaine de l’action civile, celle qui s’exerce entre les hommes, et dans les arts libéraux. Mais cela dessine aussi les limites du projet, et en particulier les limites de son efficace dans les pratiques et les limites de sa diffusion dans la société.

56Les auteurs comme le public concerné appartiennent au même monde, celui qui, à quelque titre, contribue à l’exercice du pouvoir.

II. Réduire en art à l’époque moderne

57À la Renaissance, la nécessité d’une organisation administrative réglée connaît un nouvel essor, du fait en particulier des expéditions d’outre-mer. Chastel et Klein soulignent que ces expéditions

  • 51 André Chastel et Robert Klein, L’Europe de la Renaissance. L’âge de l’humanisme, Paris, Éditions d (...)

supposaient tout un concours d’interventions, de découvertes, de méthodes nouvelles – constructions de navires, utilisation de la boussole, mesures astronomiques, cartographie, etc. ; tout cela exige une organisation, des bureaux... et l’on ne s’étonnera pas de voir les patriciens qui arment les navires et préparent ces voyages s’entourer d’hommes de science, donc d’humanistes, qu’ils mettaient en contact avec les « techniciens supérieurs » fabricants d’instruments d’optique, cartographes, etc. Le phénomène est particulièrement net en Angleterre à la fin du XVIe siècle, mais l’on peut dire qu’il y a une alliance constante entre le milieu patricien et le milieu humaniste [...] même quand aucune tâche commune définie ne les rapprochaient51.

  • 52 Michel Mesnard, discussion de : Vassili Zoubov « Vitruve et ses commentateurs du XVIe siècle », Ax (...)

58Dans ce contexte, on comprend mieux l’état d’esprit qui préside à la restauration des Anciens dont se réclament ces humanistes. Michel Mesnard note qu’ils en attendent principalement « le retour de connaissances pratiques sûres, immédiatement assimilables et applicables. De là, l’importance particulière attachée à tous les auteurs capables d’apporter des renseignements précis sur l’architecture, l’agriculture, l’art militaire, etc.52. »

  • 53 Sur cette question voir Stéphane Toussaint, De l’enfer à la coupole Dante, Brunelleschi et Ficin, (...)
  • 54 Chastel et Klein, op. cit., p. 93. Voir aussi les articles de Edgard Zilsel et particulièrement «  (...)

59Mais Chastel et Klein vont plus loin. Évoquant une « nouvelle culture » où « l’homo faber a droit à tous les éloges » et qui « débute avec Manetti par exemple, par l’éloge des activités constructives de l’homme, capable de changer le cours de la nature »53, ils affirment que « contrairement à la tradition antique qu’ils respectaient si bien par ailleurs, les humanistes ne dédaignaient pas l’artisan. Ils citent alors « Alberti, qui par pure curiosité apprenait “tous les métiers”, Vivès et Rabelais, qui considéraient que la connaissance des techniques artisanales faisait partie d’une bonne éducation... »54.

103 FLA VII VEGETII

103 FLA VII VEGETII

3 – Vis d’Archimède à manivelle. Végèce, De re militari libri quatuor, Paris, 1535.

60Sans doute faut-il distinguer : il y a diverses manières de contribuer à la préparation de grands projets maritimes ou constructifs auprès des patriciens qui en ont la charge, et cela ne suppose pas forcément d’entrer dans le détail technique des activités de métier qui y sont impliquées. Où se situe la réduction en art ou en science, en préceptes ou en principes, à laquelle prétendent s’adonner certains de ces savants et humanistes comme Georgius Agricola pour les mines, Fernando de Oliveira ou Joâo Lavanha pour la construction navale, Jean Errard pour la fortification, Simon Stevin pour le pilotage, Olivier de Serres pour l’agriculture ? En quoi reprendelle le projet porté par des Vitruve ou Columelle, qui sont des administrateurs, compétents dans les matières qu’ils traitent, mais qui ne prétendent pas aller jusqu’au détail des exécutions manœuvrières ? En quoi, comment et jusqu’à quel point la réduction en art de l’époque moderne pousse-t-elle plus avant, dans la codification des opérations de l’art propres aux artisans ? Les interrogations que nous avons évoquées d’entrée et qu’il nous faut reprendre, au terme de ce rapide parcours dans une histoire bien complexe, peuvent être présentées sous forme de trois questions :

61Si l’on repart du projet cicéronien, et du recours nécessaire à la dialectique pour réduire en art, la première question concerne la méthode. Jusqu’à quel point peut-on prétendre atteindre, à l’aide des définitions et divisions empruntées à un système logico-formel, des opérations propres à des arts aussi divers que, par exemple, la fortification et l’agriculture ? Si l’art traite du général, ce n’est que le général d’un particulier bien déterminé : c’est même l’argument traditionnellement repris d’Aristote – ou encore de Platon – qui veut que celui qui se consacre à un art est un spécialiste, c’est-à-dire qu’il est contraint de se limiter à son art et ne saurait, comme celui qui s’attache à la science, être capable d’atteindre un universel.

62Comme nous l’avons posé au départ, la deuxième question concerne la possibilité de concilier la restauration des Anciens et le recours aux expériences présentes. Comment la réduction en art peut-elle à la fois se réclamer de l’autorité des Anciens, et revendiquer son domaine d’exercice et même ses effets propres comme celui d’un art en progrès, porté par l’expérience de ce qui n’était jusqu’alors pas connu ?

63La dernière question est de savoir si la réduction en art est la condition d’un progrès ou un obstacle au progrès. Réduit en art, un savoir, une pratique empirique se trouvent inscrits dans un réseau de règles et de maximes, organisés sous des préceptes qui établissent clairement les opérations et l’ordre à tenir. Cette rigueur méthodique, qui s’appuie de plus en plus sur les mathématiques incluant les mécaniques, va jusqu’à rendre machinal l’exercice de l’art, disait Robert Klein. Or, par les rigidités qu’elle introduit, une telle mécanisation est-elle compatible avec la découverte, non seulement de nouvelles solutions techniques, mais aussi de nouveaux questionnements de la science, et donc avec un quelconque progrès ?

64Les paradoxes qui sous-tendent ces questions ne concernent pas seulement la réduction en art. Ils ont fait l’objet de discussions plus générales sur le mouvement humaniste, de sorte que leur examen a quelques chances de procurer des éléments de réflexion intéressant l’impact de la restauration des Anciens sur la définition de l’expérience, du progrès, de l’invention à l’époque moderne.

La question de la méthode

  • 55 On pourrait ajouter que cette fécondité particulière s’étend jusqu aux travaux des historiens du d (...)
  • 56 Voir Michel Villey, op. cit., p. 530-533. Guillaume Budé, Adnotationes... in XXIV Pandectarum libr (...)

65Comme on le notait plus haut, Gilbert conclut son étude sur la méthode au XVIe siècle en affirmant que c’est dans le domaine du droit et de l’histoire que les débats furent les plus féconds55. En effet, le programme idéal proposé par Cicéron retrouve une nouvelle vigueur avec l’émergence du courant du systématisme juridique au XVIe siècle, connu sous le nom de « méthode française » (mos gallica). Ce siècle se distingue par une grande activité des juristes, nombreux à faire explicitement référence au de jure civili in artem redigendo56.

  • 57 Alejandro Guzman, op. cit., p. 158.

66On retrouve au point de départ de l’injonction du systématisme juridique le même état des lieux que chez Cicéron, soit le caractère pléthorique, fragmentaire et « divers » du corpus. La diversité des sources du droit civil comme la multiplication des gloses, des commentaires et des monographies qui s’y étaient accumulés, dans l’intention de rendre les textes adéquats aux contextes historiques, comme dans celle, inavouée, de briller dans les combats académiques, avaient en effet conduit à une situation au moins comparable à celle que décrivait, à son époque, Cicéron. En particulier, l’étude de cette somme considérable devenait infinie et son enseignement d’autant plus difficile. Les pédagogues humanistes se proposent alors de reprendre le projet cicéronien en mettant au point une méthode didactique bien conduite impliquant une réélaboration de l’ensemble de la jurisprudence. L’objectif est d’en abréger et d’en faciliter l’étude mais aussi l’exercice. Ce courant plus ou moins systématique de l’humanisme juridique, dont les concepts clés sont « ars, methodus, systema, oeconomia, ordo »57, est porté par une idée directrice selon laquelle la multiplicité et la variété des opinions s’exprimant dans les écrits des juristes sont la conséquence d’un défaut de méthode. Plus essentiellement, ils appuient cette idée sur le principe qu’il existe une nature humaine unique justifiant un droit unique. Juan Luis Vivès et Guillaume Budé propagent ainsi un programme d’alliance entre une philosophie axée sur la connaissance de la nature humaine et la jurisprudence, condition d’une approche systématique du droit, celle du jus in artem redigere qui a caractérisé la « méthode française ».

  • 58 Ce qui semble être le cas d’Alciat, grand juriste et grand professeur qui forma de nombreux étudia (...)
  • 59 Voir Walter J. Ong, Ramus Method and the Decay of Dialogue. From the Art of Discourse to the Art o (...)
  • 60 Marie-Dominique Couzinet, op. cit., p. 104.
  • 61 Id., p. 105. Citation de Jean Bodin, Methodus, p. 114a I. 23-24 (280b, 1.18).

67D’un point de vue plus pratique, ce qui est tout particulièrement en cause dans cette « réduction » est la réorganisation du Digeste par l’introduction d’un ordre d’exposition différent. Sur le caractère systématique de la réduction, l’unanimité est loin d’être faite et, selon certains, un simple réaménagement de l’ordre suffit58. Aujourd’hui encore, les historiens hésitent sur l’extension, comme sur la radicalité de ce systématisme. Quels ques soient les formes et le degré de systématisation proposé, l’action est en relation avec l’idéal cicéronien du jus in artem redigere qui prône une telle systématisation facilitant et abrégeant l’apprentissage, comme l’exercice du droit. L’interprétation de ce qu’il faut entendre par cette injonction n’est sans doute pas univoque et la « réduction » en vue de faciliter l’action peut prendre la forme d’une simple topique ordonnatrice ou alors d’un véritable système logique. Dans le dernier cas, cela induit le développement d’une logique entendue comme un art de penser, un art qui conduise, selon la raison, les actes des hommes et qui leur permette de procéder sans fautes dans la pratique. En effet, s’agissant d’art, et singulièrement de celui du juriste, on a toujours affaire à des cas, et la pratique se doit donc d’être prudentielle. Opérant sur des contingents, une logique du nécessaire est inopérante. Comment faire de la logique un art est donc une question préliminaire incontournable. Au milieu du XVIe siècle, cette question va entrer dans une phase nouvelle sous l’impulsion des écrits de Pierre de La Ramée, qui s’inscrivent dans le développement des travaux sur la dialectique, depuis la fin du siècle précédent59. Notons pour clore cette rapide évocation qu’en étroite liaison avec le systématisme juridique, les travaux de Bodin se présentent comme une réduction en art de l’histoire, ce dont Couzinet nous propose un examen très fouillé. Posant la question « comment l’histoire considérée comme un trésor de faits singuliers peut-elle faire l’objet d’un art et en l’occurrence d’une présentation méthodique60 ? » elle met en avant la valeur constitutive de l’ordre d’exposition dans la formule de Bodin : « historiae artem ac methodus tradere »61.

68Quelques décennies plus tard, Grotius étend les méthodes de réduction systématique du droit civil au droit des gens. Comme il l’explique dans son Discours préliminaire :

  • 62 Grotius, Le droit de la guerre et de la paix, Amsterdam, P. de Coup, 1724, p. 1. Pour y parvenir, (...)

Un grand nombre d’auteurs ont entrepris de commenter ou d’abréger le Droit civil [...] mais pour ce qui est du Droit qui a lieu entre plusieurs peuples [...] peu de gens se sont avisez d’en toucher quelque matière : il n’y a du moins personne qui l’ait expliqué dans toute son étendue et en forme de système62.

69Comme on le notait plus haut, la réactualisation moderne du projet cicéronien de réduction en art porte sur ces deux aspects : d’une part le nécessaire recours à la dialectique et d’autre part l’extension de cette « réduction » à tous les arts. Ces deux aspects sont évidemment liés selon les termes d’une position de principe : c’est en tant que savoir extérieur à chaque art et qui relève de la philosophie, que la dialectique peut s’appliquer à tous.

  • 63 Les œuvres de Galien connurent de multiples éditions grecques, latines et dans les langues vernacu (...)

70À la Renaissance, la réduction en art ou en méthode s’inspire à la fois de ce programme et de la définition de la méthode selon Galien63. Ce qui ne va pas sans confusions. Nous avons vu plus haut avec Gilbert comment la possibilité de concevoir une méthode unique est une question centrale dans le débat philosophique au XVIe siècle. Mais il faut bien voir que l’unicité de la méthode fait problème en des sens différents : il s’agit soit de la possibilité d’une méthode unique qui s’appliquerait à la variété des arts ; soit de la définition d’une méthode unique qui permettrait de procéder du particulier au général, et aussi du général au particulier selon les deux processus, inductif et déductif ou encore de recherche (d’invention) et d’exposition. Autre solution, la méthode ne concernerait que l’un de ces processus, celui, inductif, de la « recherche » ou alors celui, didactique, qui va de l’abstrait au concret.

  • 64 Ong évoque «  the business of method to arrange the definitions and their parts after they have be (...)
  • 65 Marie-Dominique Couzinet, op. cit., p. 86. Dans le petit opuscule De methodo, Turnèbe procède à un (...)
  • 66 Ce sont le jugement et l’ingenium. Le débat sur ces facultés est extrêmement important au XVIe siè (...)

71Considérons d’abord cette approche logique de la méthode. Si l’on rassemble des savoirs épars, fragmentaires, la méthode ne peut être que celle de la « découverte » ou de l’invention de l’art comme forme structurée qui permet un enseignement. Walter J. Ong rappelle que le moyen par lequel se fait cette structuration ne peut être que celui de l’ascension inductive et correspond à la synthèse galénique. Elle ne saurait en effet relever de l’ordre de l’exposition qui procède de l’abstrait au concret64. C’est proprement la production de l’art dont on constitue l’ordre systématique par le travail de réduction. S’agissant d’un savoir dont la finalité est l’action efficace, la difficulté consiste à reconnaître quelles sont les opérations idoines et leur ordre d’intervention. La réduction en art vise à fournir les instruments qui permettent de dépasser cette difficulté et de faciliter la décision. Marie-Dominique Couzinet, étudiant la position du juriste André Turnèbe dans son De methodo, montre que c’est ce qu’il définit comme « l’invention des arguments et des raisonnements »65. Selon Galien, souvent cité, cette invention implique le recours à deux instruments : la raison et l’expérience. Les réductions en art du XVIe siècle y font toutes référence. L’expérience est ce qui procède par récurrences et recourt systématiquement à la comparaison et à l’analogie. La nature de cette expérience, toujours multipliée, qui va du concret au concret (repérage des ressemblances et des différences) fait l’objet de diverses interprétations : tantôt vue comme une faculté intellectuelle66, tantôt liée aux pouvoirs de la répétition, voire à des procédures d’essais plus ou moins normés. Nous avons vu que Cicéron lui-même fait référence à la fécondité de ce travail de l’analogie, alors même qu’il affirme catégoriquement qu’un savoir simplement pratique, même s’il est maîtrisé jusqu’au « détail », ne saurait le constituer en art. Il s’agit selon lui d’un premier pas vers la définition.

72L’accent porté sur la nature inductive de la réduction méthodique justifie également chez les auteurs de réductions en art l’idée que les mathématiques, de caractère démonstratif, ne sauraient produire une méthode. C’est le cas de Gregorio Morelli selon lequel :

  • 67 «  Il matematico si serve, e si pud ragionevolmente servire dell’ordine risolutivo, ma non gia del (...)

... les mathématiques servent, et peuvent raisonnablement servir d’ordre résolutif, mais pas de méthode, c’est-à-dire qu’elles servent de résolution pour retrouver l’ordre qui est entre la cause, et le causé, et pour connaître pareillement si ces principes sont immédiats, et la raison de tel effet, et non pour faire que soient connus les principes par le moyen des effets, ou pour atteindre les causes par le moyen du causé67.

  • 68 Simon Stevin, Les œuvres mathématiques, Leyde, Bonaventure et Abraham Elzevier, 1634, p. 106.

73Simon Stevin, quant à lui, exposant sa Méthode qu’il affirme valable dans tous les arts, insiste longuement sur le fait que les mathématiques euclidiennes, purement démonstratives, ne donnent pas les moyens de la synthèse inductive. Il l’explique par un « Euclide perdu », c’est-à-dire la disparition de cette partie de son œuvre68.

74Fournir aux futurs praticiens les moyens d’atteindre les « espérances conçues », leur indiquer l’ordre à tenir dans la conception du projet revient à leur donner, non seulement les moyens de résoudre les problèmes identifiés en tant que tels, mais surtout les moyens de procéder à ces identifications et en quelque sorte de réduire en problèmes ce qui se donne dans la confusion du sensible, à l’aide des connaissances dont ils disposent. Autrement dit, une fois établie la méthode qui est l’aboutissement de la réduction en art, la matière de l’art pourra faire l’objet d’un enseignement et d’un exposé livresque qui procède de l’abstrait au concret en passant par une suite ordonnée de préceptes, de règles et de maximes. Cette formation de l’esprit au raisonnement méthodique lui permettra à son tour, dans l’exercice professionnel, de recourir à ce système de règles pour juger et décider.

75Il n’en demeure pas moins que cette question de l’ordre définissant la méthode dans l’exercice de l’art rencontre celle de l’ordre à tenir dans son exposé livresque, ce qui ne va pas sans discussions et prises de position. On trouve ainsi des réflexions argumentées dans le cadre des réductions en art de pratiques telles que l’architecture, la cartographie, la fortification, mais aussi l’arpentage, l’arithmétique et la géométrie pratique, les instruments et les machines. Par où commencer pour enseigner la méthode qui devra être mise en pratique ? S’il est généralement admis que l’exposé pédagogique exige un ordre qui part des principes les plus abstraits pour aller vers les cas particuliers, comment en même temps donner les moyens qui permettront d’agir ensuite en partant des données particulières de l’exercice de l’art ? Certains auteurs de traités de fortification – un domaine où la réduction en art ou en méthode connaît très tôt un essor considérable – proposent à leurs lecteurs des modes de lecture variés. S’ils sont d’accord, à la fin du XVIe siècle, pour admettre qu’il convient d’obéir à l’ordre de l’exposé systématique, en procédant des principes abstraits vers les déterminations particulières, ils mettent en place des tableaux qui obéissent à un ordre différent, celui du projet, et donc de la succession des questions qui se posent aux ingénieurs dans la conception puis l’exécution. L’aide apportée dans les choix à faire est rendue manifeste par la forme arborescente de ces tableaux. Stevin insiste même sur la nécessité de réduire les choix à faire à des alternatives simples, en recourant le plus possible à la dichotomie. Ainsi la question de l’ordre méthodique n’est pas seulement une affaire de logicien ou de philosophe : elle occupe aussi tous ceux qui se donnent pour tâche de réduire leurs expériences en art.

76On conçoit que Cicéron ait pu affirmer qu’une méthode unique pouvait informer la variété des arts, pour une raison de prime abord très évidente : s’agissant de rédiger en art, de faire entrer dans un discours rationnel des données éparses, mais déjà écrites, la dialectique qui est art d’ordonner selon un discours bien fait s’imposait. Tant qu’il s’agit de pratique (la praxis grecque), c’est-à-dire d’action sur les hommes impliquant le discours, on demeure dans le même registre. En revanche, lorsque l’on veut réduire (rédiger) en art des activités qui s’exercent sur des choses matérielles (poiétique), et qui n’ont jamais fait l’objet d’un discours écrit, la difficulté est tout autre et la référence à la dialectique se borne à la simple injonction de procéder d’abord aux définitions, puis d’organiser le discours en parties et sous-parties, sans même qu’il y ait toujours référence à la division en genres et en espèces.

  • 69 « Throughout the late Renaissance, the connection in common usage between system, art, compendium (...)

77On comprend qu’à ce niveau de généralité, les différents modes de « rassemblement » et de « mise en ordre », méthode et réduction en art soient associés. Gilbert note que « durant la Renaissance tardive, la relation est très étroite, dans l’usage commun, entre système, art, abrégé et méthode, même si leurs relations ne sont jamais explicitement développées par aucun auteur69 ». C’est donc au niveau très général d’un art de concevoir – de penser pour agir – que l’on peut envisager une méthode unique s’exerçant dans différents arts, une méthode entendue comme une dialectique au sens d’art de l’investigation. En tant qu’art, elle peut être assimilée à un art de la logique. Le dialecticien François Hotman nous en donne une formulation lorsqu’il écrit :

  • 70 « Quid est Methodus ? Ars quae quemadmodum disciplina omnis redigi in artem et certam rationem pos (...)

Qu’est-ce que la Méthode ? L’art qui expose comment toute discipline peut être réduite en un art et une forme déterminée, c’est-à-dire comment à partir de ces matières dont l’art n’existe pas encore, on peut constituer un art70.

78Cette réduction des matières à un art peut ainsi revêtir les traits d’une « méthode » valable pour tous les arts, dans la tradition philippo-ramusienne, qui est aussi celle de Simon Stevin, par exemple, proposant une méthode appliquée ensuite tant à l’arithmétique qu’à la cosmographie, la géographie, la perspective ou la fortification...

79Il faut garder à l’esprit que, s’agissant d’art, le but est l’action maîtrisée. Ainsi, la logique elle-même, réduite en art, est instrumentale et se distingue de la logique entendue comme une science, comme le penser vrai s’oppose à l’établissement formel de la pensée vraie. Valable pour tout art, elle facilite les modes d’acquisition et de communication des connaissances. Ainsi selon d’Alembert :

  • 71 D’Alembert, Discours préliminaire de l’Encyclopédie, Paris, Gonthier, 1965, p. 42.
  • 72 Id., p. 43.

L’avantage que les hommes ont trouvé à étendre la sphère de leurs idées, soit par leurs propres efforts, soit par le secours de leurs semblables, leur a fait penser qu’il serait utile de réduire en art la manière même d’acquérir des connaissances, et celle de se communiquer réciproquement leurs propres pensées ; cet art a donc été trouvé, et nommé Logique71.
Cet art si précieux de mettre dans les idées l’enchaînement convenable, et de faciliter en conséquence le passage des unes aux autres, fournit en quelque manière le moyen de rapprocher jusqu’à un certain point, les hommes qui paraissent différer le plus72.

80L’association de l’accroissement des connaissances avec l’harmonie sociale, qui est un thème majeur accompagnant les projets de réduire en art depuis l’Antiquité, trouve ici une nouvelle formulation et une nouvelle vigueur.

Restauration des Anciens et progrès des arts

81La question peut s’exprimer ainsi : comment le principe de progrès, fondé sur l’expérience, qui anime nos auteurs s’accorde-t-il avec cette pratique qui consiste à aller chercher des connaissances dans les écrits des Anciens ? Plusieurs solutions sont proposées et mises en œuvre qui peuvent être regroupées sous deux grands chefs : l’actualisation de la matière traitée ou le renouvellement de la méthode.

  • 73 Vassili Zoubov, op. cit., p. 83.
  • 74 Daniele Barbara, [I] dieci libri dell’architettura, Rome, Bardi, 1993 [1567].
  • 75 Vassili Zoubov, op. cit., p. 83.
  • 76 Vassili Zoubov, op. cit., p. 73.
  • 77 Françoise Choay, La règle et le modèle, sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, (...)
  • 78 « Le projet théorique, proclamé avec l’obstination désespérée de l’insatisfaction, se borne à énum (...)
  • 79 Id., p. 28.

82L’architecture de l’époque moderne n’est plus celle dont traitait Vitruve et les machines de guerre de son livre X ont été supplantées par l’artillerie moderne. La fortification, l’art de la guerre et les institutions militaires ne répondent plus aux mêmes réalités pratiques, politiques, institutionnelles qu’étudiaient les Anciens. Il y faut une mise à jour. Les historiens ont montré que « dans leur résurrection des textes anciens, les humanistes du XVIe siècle entendent également faire œuvre de pensée et ils le prouvent en gardant une grande liberté d’allure dans leurs commentaires »73. Ceux-ci sont parfois entrelacés au texte original sans que l’on puisse les distinguer, et il y a une véritable assimilation des deux textes : Vassili Zoubov parle d’« amalgame ». En quoi consiste ce rapport entre fidélité et liberté, restauration des textes et expérience des choses présentes ? Les interprétations proposées peuvent absolument diverger. Ainsi Zoubov souligne comment, avec le Vitruve de Daniele Barbara74, « la réalité vivante envahit le commentaire, qui devrait avant tout élucider la pensée de l’auteur antique75 ». Et il suggère alors de le comparer à Leon Battista Alberti : « L’éminent florentin du XVe siècle tâche pour ainsi dire de garder le cachet antique dans son traité De re aedeficatoria76. » Sa fidélité aux contenus des livres de Vitruve, que confirme la présence des paysages urbains antiques dans son ouvrage, a pu donner lieu à une interprétation strictement inverse : Françoise Choay affirme ainsi qu’« en écrivant le De re aedificatoria, Alberti fait autre chose que Vitruve77 ». Cet « autre chose » n’a rien à voir avec l’introduction d’expériences du présent, mais résulte selon elle d’une systématicité neuve. La thèse de Choay en effet oppose le caractère réellement instaurateur du De re aedificatoria d’Alberti à celui, simplement rassembleur et non systématique, du De architecture Cette analyse, qui procède d’une lecture structuraliste, s’efforce donc de déceler le système qui constitue le discours et ses transformations. Son appréciation de l’ouvrage de Vitruve est sans appel : il ne constitue pas un tout, n’est ni un projet théorique, ni un manuel technique, ni un traité instaurateur, ou lié à des rituels religieux78. C’est une tentative prémonitoire, mais prématurée, non aboutie et qui ne pouvait pas aboutir, à une époque non motivée pour aborder l’espace perspectif et l’espace construit avec le systématisme et le détachement qui, quinze siècles plus tard, permirent l’émergence du traité albertien79.

  • 80 Ainsi, dès l’Antiquité tardive, Cetius Faventinus propose un Abrégé d’architecture privée qui perf (...)

83L’insuffisance systématique du traité de Vitruve est un lieu commun qui précède de loin l’époque moderne elle-même80. Nous abordons ainsi la deuxième justification d’un recours aux Anciens. On affirme alors volontiers qu’il s’agit de poursuivre leur œuvre en perfectionnant leur méthode pour mieux guider la pratique. Philibert Delorme l’explique dans son livre d’architecture, lorsqu’il écrit :

  • 81 Philibert Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, Frederic Morel, 1568, fol. 62.

J’emploieray aussi à revoir Euclide et à accomoder sa théorique avec la practique de nostre Architecture, luy accompagnant Vitruve, et le reduisant à une certaine methode, laquelle j’aperçoy en ses livres estre fort indigeste et confuse81.

  • 82 Ibid.
  • 83 Voir le manuscrit de son futur théâtre de machines découvert par Alexander Keller et publié par De (...)

84Cette réduction en une méthode plus facile et plus claire du Vitruve est couplée à une « révision » de la géométrie d’Euclide : il s’agit bien de « revoir Euclide pour accomoder plusieurs propositions de sa theorique avec l’usage et la practique d’Architecture » ou plus précisément encore « ce que je pretends, [...] est de conjoindre la practique d’architecture avec la theoricque dudict Euclide »82. La même idée est soutenue par les ingénieurs qui déclarent poursuivre l’œuvre des mécaniciens de l’Antiquité, en développant les applications de la science des mécaniques. Ainsi, Jacques Besson peut-il écrire dans son Épitre au roi Charles IX qu’il veut « rendre evident ce qui a esté des Anciens par trop grande briefveté delaissé trop obscur et de parfaire ce qui a esté par eux mediocrement avancé83 » par un développement de la science des mécaniques, vers la mécanique pratique, celle qu’il présente dans son Livre des instruments mathematiques et mechaniques (vers 1570).

  • 84 Francisco Contente Domingues et Richard A. Barker, « Introductory Note », dans Fernando Oliveira, (...)

85Delorme, pour poursuivre ce rapprochement entre théorie et pratique, ne craint de s’appuyer sur les savoirs artisanaux. N’est-ce pas sur leur apport au cours des siècles qu’il faut faire fond pour augmenter les pouvoirs de l’art ? On trouve une illustration intéressante de la façon dont ces questions peuvent être traitées dans un ouvrage de construction navale écrit vers 1580 par Fernando Oliveira. Ce dominicain, grammairien et historien, cartographe et pilote, aventurier et occasionnellement diplomate, théoricien de l’art de la guerre navale et de la navigation, est réputé aristotélicien84. Tout l’argument de son Livro da fabrica das naos consiste à mettre en avant l’expérience comme moteur du progrès de son art. Cela dit, Oliveira ne cesse de citer ses sources antiques : Aristote, Pline, Varron, Virgile, Cicéron, Caton, Columelle, Végèce et, beaucoup, Vitruve. Comment justifie-t-il ce recours ?

  • 85 Fernando Oliveira, op. cit., p. 81. Oliveira prend ainsi une position tout à fait classique à son (...)

86« L’art, dit-il, est une doctrine transmise par la parole et par l’exemple, basée sur un bon raisonnement et confirmée par l’expérience ». Et il ajoute que « si certains peuvent dire que l’art est transmis par la copie de documents pris dans les bons auteurs, c’est précisément parce que ces écrits s’appuient eux-mêmes sur l’expérience »85. En effet, Oliveira fait de l’expérience, non seulement la pierre de touche de la théorie, mais encore son accomplissement. Selon lui, la science purement spéculative, c’est-à-dire cette connaissance que nous comprenons et imaginons par l’esprit sans la mettre à l’essai ou à l’œuvre, n’est jamais complète au regard de l’homme : parce que l’expérience complète la connaissance humaine. Et il insiste :

  • 86 Id., p. 80.

Il est clair que les choses que nous imaginons, même si elles nous semblent correctes, et le sont en effet dans notre entendement, nous laissent toujours en suspens quant à leurs effets, si nous n’en faisons pas l’essai à l’extérieur. Nous en avons besoin pour être certains et après que cela ait été vu, nous sommes satisfaits, et l’esprit apaisé, car nous voyons que ce qui avait été pensé abstraitement, introduit dans la matière et soumis à l’expérience, est certain. Ce qui signale que l’expérience est ce qui achève notre connaissance86.

87Nous voyons ici le sens donné à l’« expérience » dans le contexte de cette science pratique qui prend toute sa place, à côté de la pure spéculation, au XVIe siècle. Il s’agit d’abord de l’expérience dans le sens de l’essai de la théorie dans le sensible : le théorique est ce qui relève de la raison, de ses exigences et de sa cohérence propres, et néanmoins, selon Oliveira, il n’est achevé que s’il est mis à l’épreuve dans la pratique sensible et extérieure. Ce qui est intéressant, c’est qu’Oliveira tend à appuyer la validité – et la valeur – de l’expérience sur un sentiment intime : celui d’un accomplissement de la connaissance qui s’accompagne d’une satisfaction, d’un apaisement pour l’esprit humain. Cette approche, en quelque sorte psychologique, de la connaissance et de la certitude que produit l’exercice de l’expérience confirme le principe d’une science qui se poursuit et s’accomplit dans des expériences qui relèvent de l’art. Nous sommes ici à l’opposite de la définition classique de la science spéculative, celle qui vient « après », lorsque tous les soucis pratiques ont été écartés, afin de se consacrer à la contemplation de la pure connaissance. Ici l’art poursuit les effets de connaissance dans les pratiques.

88Le deuxième argument qui permet à Oliveira d’associer la valeur accordée à la nouveauté, à l’invention, avec la restauration des Anciens, est de rappeler que réduire en art la construction navale est y intégrer les progrès réalisés depuis.

89Il commence son livre par une forte diatribe contre ceux qui se laissent prendre aux prétentions des Grecs et des Latins à avoir inventé tous les arts dans leur perfection et, en particulier, la construction des navires. Compte non tenu du fait que les Grecs s’embrouillent dans leurs fables, au point de perdre toute crédibilité, la chose est impossible :

  • 87 Id, p. 55.

Car aucun art ne possède des instruments parfaits en ses commencements : ni les navires ne furent parfaits à l’origine : mais plus les hommes les utilisent, plus ils comprennent leurs défauts et les corrigent : ainsi qu’ils le font pour tous les arts et leurs instruments87.

  • 88 Id., p. 61.

90Ce progrès des arts se fait par rectifications successives : « ... ils sont perfectionnés peu à peu et d’autant plus qu’ils sont plus communs et en usage comme en ce pays [le Portugal] car plus l’industrie des hommes s’exerce, plus leur art apporte de nouveaux progrès » ; et ce qu’il ajoute est d’importance : « ainsi un besoin est né et une raison de l’enseigner et de le comprendre... »88. Il y a donc selon lui un passage de la simple accumulation quantitative de perfectionnements empiriques à un besoin de changement qualitatif du fait de l’accélération de ces progrès due aux développements de la navigation. L’ouvrage se caractérise par un effort de géométrisation à l’aide d’instruments qui permettent de mieux contrôler l’engendrement des formes de la carène.

91Son livre s’inscrit dans le même effort de rationalisation que celui que l’on observe au même moment, en Angleterre, dans le même domaine sous la plume de Matthew Baker. La remarque d’Oliveira est capitale. Elle confirme les analyses de Chastel et Klein et correspond à l’essor de la mathématisation des arts qui acquièrt une portée sans précédent. Qu’Oliveira rapporte la nécessité de géométriser et de rendre calculables les procédures de la construction navale aux développements de la navigation, qui exige que les qualités nautiques des navires soient contrôlées, marque une nouvelle alliance de la science et de la société.

  • 89 joâo Baptista Lavanha, Livro Primeiro da Architectura naval, Lisbonne, Academia de marinha, 1996.
  • 90 « Es bien dificultosa empresa, sin esta precedente noticia, reducire a Arte la grosera practica de (...)

92Nous évoquerons une dernière solution au problème de la conciliation du progrès avec le recours aux Anciens, qui est d’opérer des transferts de modèle, d’un art hérité des Anciens à une pratique jusqu’alors tout empirique. Ainsi Joâo Batista Lavanha, mathématicien et ingénieur au service de Philippe II, propose, dans son Livre premier de l’architecture navale, de réduire en art les pratiques des charpentiers de marine pour donner à la construction des navires un autre statut, celui d’une véritable architecture navale89. Lavanha commence par poser que jusqu’ici aucun auteur grec, latin, ou moderne n’a écrit sur un sujet qui donc, par sa seule nouveauté, est obscur. De sorte que « c’est, dit-il, une entreprise très difficile, sans cet apport antérieur, de réduire en art la pratique brute des constructeurs de bateaux, apprise de leurs maîtres, qui l’auront apprise d’autres pratiques moins adéquates elles-mêmes, et de conduire à partir de leurs règles incertaines (avec lesquelles ne pourront jamais faire deux navires complètement semblables) à des préceptes sûrs et déterminés90 ». S’il est néanmoins possible à Lavanha de proposer un tel art de la construction navale, c’est en recourant au modèle de l’architecture de Vitruve, ce qui lui permet de poser qu’en général l’architecture se divise en trois parties : l’architecture militaire, civile et navale. Cette dernière et dernière venue bénéficie donc du modèle des deux autres : avec leurs catégories et leurs préceptes soigneusement réinterprétés.

La contradiction entre codification et invention

93Nous rejoignons ici Bacon sur les rigidités imputables à la codification des arts. Or cette question invite à adopter un point de vue particulier, qui est celui des marges de liberté à laisser au concepteur afin qu’il puisse ne plus se contenter des perfectionnements de détail dont parle Bacon, ou des progrès pas à pas décrits par Oliveira. On entre alors dans le débat de la détermination des choix et de la décision. Sans doute faut-il s’arrêter à ce terme de « détermination ».

  • 91 Voir Hélène Vérin, « Art des systèmes et évaluation d’un modèle en 1785 », dans Sciences de l’inte (...)
  • 92 Voir Gottfried W. Leibniz, Essais de Théodicée, Paris, Aubier Montaigne, 1962.

94Le processus de réduction en art a pour but de faciliter les choix et, à la limite, d’éliminer au maximum la nécessité de décider en proposant un système de solutions coordonnées préétabli que le lecteur pourra mettre en œuvre dans l’exercice de sa profession. Cet effort de formalisation s’apparente à une « science de la décision91 ». Jusqu’à quel point faut-il réduire le champ décisionnel pour faciliter l’action ? On retrouve ici le thème de la « réduction » comme mécanisation, qui rend l’exercice de l’art machinal. L’un des procédés proposés dans les réductions en art consiste à réduire des choix multiples en un emboîtement de choix dichotomiques. On voit ainsi la réflexion sur les opérations de l’art s’affiner considérablement et, par là même, se développer la réflexion sur les processus à mettre en œuvre pour trouver la voie la plus efficace dans ce champ d’action où règne fondamentalement la contrariété. Pour la réduction en art en général, cela se traduit par une juste pondération entre sa fécondité et sa détermination. D’une part être capable de régler le plus grand nombre de cas possible, d’autre part, être capable de réduire au maximum le champ des décisions, en déterminant strictement dans chaque cas l’option à retenir. Toutes ces réflexions sont en quelque sorte autant de commentaires et de développements qui s’inscrivent dans le cadre de cette quête d’une science des particuliers caractéristique des débuts de l’époque moderne. Mais nous y retrouvons aussi les raisons qui permettent de comprendre les réticences de Bacon, même si celles-ci s’inscrivent dans une vision plus large. L’opposition entre détermination et fécondité est fondamentale dans son raisonnement. Elle alimente, à la fin du XVIIe siècle, les débats sur le meilleur possible qui se déclinent autour de trois idées : la première est qu’un système simple est très fécond, ou encore est un modèle très puissant qui peut convenir à toutes sortes de cas. La deuxième est qu’un système plus composé, ou un modèle plus déterminé, qui comprend un plus grand nombre de règles, est plus capable de prévenir les irrégularités, les erreurs ou les échecs dans le détail de la pratique. La troisième souligne la contradiction entre simplicité et régularité ou détermination d’un modèle : plus il sera simple, plus il sera fécond, mais aussi moins il règlera le détail92. Ce débat et les discussions sur les systèmes occupent aussi bien les hommes de l’art, architectes, fortificateurs, que les savants et les philosophes.

95Si l’on s’efforce pour conclure de prendre du champ par rapport aux opérations de la réduction en art pour saisir comment sa dynamique propre s’inscrit dans les profondes transformations de l’époque moderne, on voit se dessiner quatre grands ordres : l’ordre pédagogique, l’ordre de l’action, celui des connaissances et enfin l’ordre des savoirs disponibles.

96La dimension pédagogique répond à une composante essentielle du projet humaniste. Mais encore, l’extension de cet effort d’écriture à des pratiques qui ne faisaient pas l’objet des disciplines traditionnelles a donné lieu à l’essor d’une littérature technique inédite. Sans doute l’imprimerie a-t-elle puissamment contribué à rendre concevables, réalisables et effectifs, non seulement ces écrits, mais aussi la constitution d’un niveau d’exercice et d’échange des savoirs jusqu’alors inexistant. Il a joué un rôle important dans le perfectionnement des langues vernaculaires.

97Toutefois, la teneur du projet, la forte cohérence du modèle de savoir qu’il propose, signale des raisons d’être plus essentielles, qui travaillent en profondeur les sociétés. La dimension de l’action, dans le cadre des institutions et des organisations propres aux corps professionnels, s’en trouve modifiée : l’émergence du domaine de l’art, c’est-à-dire de procédures de validation des choix techniques appuyées sur des raisons à caractère démonstratif, tend à modifier les modes de négociation et de coopération entre les différents protagonistes concernés. En particulier dans les arts mécaniques, c’est une nouvelle distribution des compétences et des responsabilités qui s’instaure entre commanditaires, experts et hommes de métier, surtout lorsqu’il s’agit de projets d’envergure. L’architecture et la fortification sont à cet égard exemplaires. Il ne faut néanmoins pas négliger les contraintes que constituent les savoirs pratiques en usage dans les métiers, avec lesquelles la teneur de la « réduction » opérée doit composer. L’un des lieux de cette confrontation entre experts et métiers est le travail sur les mots et les définitions dans les réductions en art.

98Un autre aspect de cette recomposition des compétences socialement reconnues est celle des rapports particuliers qu’entretiennent les auteurs de tels écrits avec les gouvernants. Comme l’indiquent les dédicaces d’usage – qui consonnent parfaitement avec celles des auteurs latins-, ces écrits sont placés sous la protection d’un grand, seul susceptible, dit-on, de financer l’ouvrage et de lui conférer l’audience espérée. En échange, l’auteur annonce sa finalité ultime, l’avantage du Prince et de son peuple. Ainsi, le projet de réduction en art se trouve de part en part justifié par les liens qu’il tisse entre le prestige du pouvoir, le bien général et le progrès des connaissances. Lien que concrétisent les académies.

99Lorsque Bacon, dans l’Angleterre élisabéthaine, veut donner à son projet d’avancement des sciences une forme institutionnelle, il s’inscrit dans la même logique mais lui confère une radicalité neuve qui ne peut lui permettre d’aboutir. Cette radicalité ne tient pas seulement à ce caractère institutionnel, mais à l’ampleur de sa vision du bien public. Elle implique que l’on sache se détourner des avantages immédiats, des profits que procurent les réductions en art, pour donner prime à cet avancement des sciences qui est censé étendre plus loin les pouvoirs de la nécessité scientifique. Mais cela suppose de la part des gouvernements un désintéressement qui leur fasse mettre au-dessus des avantages immédiats qu’ils pourraient tirer des arts codifiés, un bien général plus lointain qui exige un temps a priori indéfini.

100Mais encore, les perfectionnements partiels des arts bloquent-ils la quête de solutions neuves plus opérantes ? Dans le dernier quart du XVIIe siècle, un projet nouveau prend forme qui contrevient à ce point de vue. Dassié peut présenter la réduction en art à laquelle il contribue par son Architecture navale précisément comme le moyen de donner aux pratiques une forme telle que les savants puissent s’en emparer pour en produire la science :

  • 93 François Dassié, L’architecture navale, Paris, Éditions du Layeur, 2002 [1677], Au lecteur, n.p.

Le principal sujet de mon dessein n’a été que de réduire en art le plus méthodiquement qu’il m’a été possible une science si nécessaire à l’État ; de le rendre familier ; d’inciter ces savants mathématiciens et ingénieurs de l’Académie royale à chercher des moyens infaillibles [...] afin de porter l’Architecture navale au plus haut point de sa perfection93.

101L’existence de l’Académie royale n’est sans doute pas étrangère à cette autre étape de l’augmentation des savoirs par la réduction en art.

102À plus d’un égard, on peut ainsi considérer que l’échec du projet baconien ne constitue qu’un épisode dans le mouvement général qui portait à développer le travail de formalisation des arts. Sans doute l’esprit de système contre lequel s’insurgea le XVIIe siècle en est-il l’un des effets négatifs. Il n’en demeure pas moins que se constitue, par l’effet des multiples réductions en art, un domaine de savoir et un corpus de connaissances disponibles dont se saisissent les encyclopédistes du Siècle des lumières. À cet égard, le titre de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, sanctionne l’existence de ce champ de la connaissance que, pas à pas, les réductions en arts ont constitué, entre les sciences et les métiers.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alembert Jean Rond d’, 1965. Discours préliminaire de l’Encyclopédie, Paris, Gonthier.

Bacon Francis, 1889 [1605]. « The Two Books of Francis Bacon of The Proficience and Advancement of Learning Divine and Humane, to the King », Bacons Essays, Londres/New York, Frederick Warne.

— 1991 [1605]. Du progrès et de la promotion des savoirs, traduit de l’anglais par Michèle Le Doeuff, Paris, Gallimard.

Barbaro Daniele, 1993 [1567]. Idieci libri dell’architettura di M. Vitruvio..., Rome, Bardi.

Bodin Jean, 1941.La méthode de l’histoire, traduite du latin par Pierre Mesnard, Alger, Imprimerie polyglotte africaine, Paris, Les Belles Lettres.

Bona Fernandino, 1980. « L’ideale retorico ciceroniano e il jus civile in artem redigere », Studia et Documenta Historiae et Iuris, 46, p. 282-382.

Bruyère Nelly, 1984. Méthode et dialectique dans l’œuvre de La Ramée. Renaissance et âge classique, Paris, Vrin.

Budé Guillaume, 1535. Adnotationes... in XXIV Pandectarum libros..., Paris, R. Stéphane.

Calvin Jean, 1554. Institution de la religion chrestienne composée en latin par Jean Calvin, et translatée en françois par luy mesme..., Genève, P. Hamelin.

Carpintero Benitez Francisco, 1999. Historia del derecho natural, un ensayo, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México.

Cassirer Ernst, 1911. Das Erkenntnisproblem in der Philosophie und Wissenschaft der neuren Zeit, Berlin, Bruno Cassirer.

Cetius Faventinus Marcus, 2002. Abrégé d’architecture privée, traduit du latin par Marie-Thérèse Cam, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des universités de France ».

Chastel André et Robert Klein, 1963. L’Europe de la Renaissance. L’âge de l’humanisme, Paris, Éditions des Deux-Mondes.

Choay Françoise, 1980. La règle et le modèle, sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, Le Seuil.

Cicéron (Marcus Tullius Cicero), 1934. Brutus et La perfection oratoire, traduit du latin par François Richard, Paris, Gamier frères.

— 1962. De l’art oratoire, traduit du latin par Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des universités de France ».

— 1971. De l’orateur, traduit du latin par Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des universités de France ».

Colloque INTERNATIONAL DE Royaumont, 1960. La science au seizième siècle (actes du colloque international de Royaumont, 1957), Paris, Hermann.

Columelle (Lucius Iunius Moderatus Columella), 1845 [Ier siècle]. De l’agriculture. L’économie rurale, traduit du latin par Louis Du Bois, Paris, Panckoucke.

— 1864. De l’agriculture, Livre IX, dans Les agronomes latins : Caton, Varron, Columelle, Palladius : avec la traduction en français, Désiré Nisard (dir.), Paris, Firmin-Didot, « Collection des auteurs latins avec la traduction en français ».

Cousin Jean, 1560. Livre de perspective de Jehan Cousin, Paris, Jehan le Royes.

Couzinet Marie-Dominique, 1996. Histoire et méthode à la Renaissance. Une lecture de la Methodus de Jean Bodin, Paris, Vrin.

Dassié François, 2002 [1677]. L’architecture navale, Paris, Éditions du Layeur.

Delorme Philibert, 1568. Le premier tome de l’architecture, Paris, Frederic Morel.

Dictionnaire, 1718. Nouveau dictionnaire de l’Academie françoise, dédié au Roy, Paris, J.-B. Coignard, t. II.

Dictionnaire, 1771. Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, Nouvelle édition corrigée et considérablement augmentée, Paris, Compagnie des libraires associés, t. VII.

Dunoyer Charles, 1886. De la liberté du travail, dans Œuvres, Paris, Guillaumin, t. II.

Durling RichardJ., 1995. « Method in Galen », Dynamis, Université de Grenade, vol. XV, p. 41-46.

Estienne Robert, 1549. Dictionnaire François-latin autrement dict les mots françois, avec les manieres duser diceulx, tournez en latin. Corrigé et augmenté, Paris, Robert Estienne.

Eugenio Garin (éd.), 1990. L’homme de la Renaissance, Paris, Le Seuil.

Frontin, 1869. Les quatre livres des Stratagèmes de Sextus Julius Frontin, dans Ammien Marcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus, Désiré Nisard (dir.), Paris, Firmin-Didot.

— 1961. Les aqueducs de la ville de Rome, traduit du latin par Pierre Grimai, Paris, Les Belles Lettres.

Galien Claude (Klaudios Galênós, en latin Claudius Galenus), 1538. Le qvatorziesme livre de la méthode thérapeutique de Claude Galien, traduit par Armand-Gaston Camus, Lyon, Guillaume de Guelques.

Gilbert Neal. W., 1956. Concepts of Method in the Renaissance and Their Ancient and Medieval Antecedents, Ph.D. Columbia University, New York.

— 1960. Renaissance Concepts of Method, New York, Columbia University Press.

Grotius Hugo, 1724. Le droit de la guerre et de la paix, Amsterdam, P. de Coup.

Guzman Alejandro, 2004. « La sistematica del Derecho Privado en el De jure belli ac pacis de Hugo Grotius », Revista de estudios histórico-jurídicos, Valparaiso (Chili), 26, p. 156-186.

Hotman François, 1573. Dialecticae Lnsitutionis libri IIII, Genève, J. Stoer.

Huarte Juan, 1991 [1575]. Examen de ingenio para las ciencias, Madrid, Espasa-Calpe.

Klein Robert, 1960. « Deux modes de la connaissance. II. La pensée figurée à la Renaissance », Diogène, 32, octobre-décembre, p. 124-138.

— 1970. La forme et l’intelligible, écrits sur la Renaissance et l’art moderne, André Chastel (éd.), Paris, Gallimard.

Kristeller Paul O., 1961 [1951]. Renaissance Thought : The Classic, Scholastic and Humanist Strain, New York, Harper & Row.

— 1956. « Humanism and Scholasticism in the Italian Renaissance », dans Studies in Renaissance Thought and Letters, Paul O. Kristeller (éd.), Rome, Edizioni di storia e litteratura, p. 553-583.

La Pira Giorgio, 1935. « La genesi del sistema nella giurisprudenza romana. Il metodo », Studia et Documenta Historiae et Iuris, 1, p. 319-348.

La Ramée Pierre de, 1996 [1555]. Dialectique, Paris, Vrin.

Lavanha Joâo Baptista, 1996. Livro Primeiro da Architectura naval, Lisbonne, Academia de marinha.

Leibniz Gottfried Wilhelm, 1962. Essais de Théodicée, Paris, Aubier Montaigne.

Lenoble Robert, 1957. « Origines de la pensée scientifique moderne », Histoire de la science, Paris, Gallimard.

Lenoir Maurice, 1996. « La littérature de De re militari », dans Les littératures techniques dans l’Antiquité classique. Statut, public et destination, tradition, Genève, Fondation Hardt, collection « Entretiens sur l’Antiquité classique », 42, p. 87.

Le Roy Louis, 1575. De la vicissitude ou Variete des choses en l’univers, et concurrence des armes et des letters par les premieres et plus illustres nations du monde, Paris, Pierre l’Huilier

Littré Emile, 1873. Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, t. IV.

Malherbe Michel, 1996. « Bacons Method of Science », dans The Cambridge Companion to Bacon, Markku Peltonen (éd.), Cambridge, The Cambridge University Press, p. 75-98.

Malherbe Michel et Jean-Marie Pousseur (éd.), 1985. Francis Bacon, science et méthode, Paris, Vrin.

Moatti Claudia, 1997. La raison de Rome, naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris, Le Seuil.

Montaigne Michel de, 1962. Essais, III, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, collection « Bibliothèque de la Pléiade ».

Morelli Gregorio, 1567. Scala di tutte le scienze, et arti dell’eccellente medico et filosofico Messer Gregorio Morelli..., Venise, G. Giolito de’Ferrari.

Nicot Jean, 1606. Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur.

Oliveira Fernando, 1991. O Livro da fdbrica das naus, Lisbonne, Academia de marinha.

Ong Walter J., 2004 [1958]. Ramus Method and the Decay of Dialogue. From the Art of Discourse to the Art ofReason, Chicago/Londres, The University of Chicago Press.

Persio Antonio, 1999 [1576]. Trattato dell’ingegno dell’huomo, Pise et Rome, IEPI.

Piano Mortari Vincenzo, 1955. Dialettica e jurisprudenza. Studio sui trattati di dialettica legale del secolo XVI, Milan, Giuffre.

— 1978. Diritto logica metodo nel secolo XVI, Naples, Jovene.

Pousseur Jean-Marie, 1998. « Le temps des sciences », dans Nouvelles sciences, modèles techniques et pensée politique de Bacon à Condorcet, Franck Tinland (éd.), Seyssel, Champ Vallon, p. 11-28.

Rabelais François, 1955. « Almanach pour l’an 1535, calculé sur la noble cité de Lyon et l’élévation du pole par XLV degrez XV minutes en latitude, et XXVI en longitude », dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, collection « Bibliothèque de la Pléiade ».

Randall J. Herman Jr, 1940. « The Development of Scientific Method in the School of Padua », Journal of History of Ideas, I, p. 177-206.

Stevin Simon, 1634. Œuvres mathématiques, Albert Girard (éd.), Leyde, Bonaventure et Abraham Elzevier.

Toussaint Stéphane, 1997. De l’enfer à la coupole. Dante, Brunelleschi et Ficin, Rome, Fondation Camillo Caetani, L’Erma di Bretschneider, « Studi e documenti d’archivio », 7.

Turnèbe Adrien, 1600. De methodo, dans Opera, Strasbourg, L. Zetner, t. III.

Varron (Marcus Terentius Varro), 1985. Lingua latina, VI/La langue latine, Livre VI, texte établi, traduit et commenté par Pierre Flobert, Paris, Les Belles Lettres.

Vasoli Cesare, 1968. La dialettica e la retorica dell’Umanismo, « invenzione » e « metodo » nella cultura del XV e XVI secolo, Milan, Feltrinelli.

Végèce (Flavius Vegetius Renatus), 1859. Traité de l’art militaire, traduit du latin par Victor Develay, Paris, J. Corréard.

Vérin Hélène. 1986. « Art des systèmes et évaluation d’un modèle en 1785 », dans Sciences de l’intelligence, sciences de l’artificiel, André Demailly (éd.), Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 170-183.

— 1993. La gloire des ingénieurs, l’intelligence technique du XVIIe au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel.

— 1998 « La réduction en art et la science pratique au XVIe siècle », dans Institutions et conventions, Robert Salais, Élisabeth Chatel et Dorothée Rivaud-Danset (éd.), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, collection « Raisons pratiques », 9, p. 119-144.

Viard Paul-Émile, 1926. André Alciat, 1492-1550, Paris, Sirey.

Villey Michel, 1945. Recherches sur la littérature didactique de droit romain, Paris, Éditions Domat-Montchrestien.

— 1957. « Logique d’Aristote et droit romain », dans Leçons d’histoire de la philosophie du droit, 1re édition, Paris, Dalloz.

Vitruve (Marcus Vitruvius Pollio), 1965. Architecture, traduit du latin par Claude Perrault, Paris, Balland.

— 1990. De l’architecture, Livre I, traduit du latin par Louis Callebat, Paris, Les Belles Lettres.

Zilsel Edgard, 1941-1942. « The Sociological Roots of Science », American Journal of Sociology, XLVII, p. 547-562.

Zoubov Vassili, 1960. « Vitruve et ses commentateurs du XVIe siècle », dans La science au seizième siècle (actes du colloque international de Royaumont 1957), Paris, Hermann.

Notes

1 Louis Le Roy, De la vicissitude ou Variété des choses en l’univers..., Paris, Pierre l’Huilier, 1575, fol. 250 v°.

2 Id., fol. 249 v°.

3 Francis Bacon, Du progrès et de la promotion des savoirs [1605], traduction française Michèle Le Doeuff, Paris, Gallimard, 1991, p. 43.

4 Francis Bacon, «  The Two Books of Francis Bacon of The Proficience and Advancement of Learning Divine and Humane, to the King (1605) », Bacons Essays, Londres/New York, Frederick Warne, 1889, p. 150.

5 «  From which time, commonly, sciences receive small or not augmentation. But as young men, when they knit, and shape perfectly, do seldom grow to a farther stature, so knowledge, while it is in aphorisms and observations, it is in growth ; but when it once is comprehended in exacts methods, it may perchance be farther polished and illustrated, and accommodated for use and practice ; but it increaseth no more in bulk and substance. » (Ibid)

6 En particulier, voir Cesare Vasoli, La dialettica e la retorica dell’Umanismo, «  invenzione » e «  metodo » nella cultura del XVe XVI secolo, Milan, Feltrinelli, 1968. Sur Pierre de La Ramée, voir Walter J. Ong, Ramus, Method, and the Decay of Dialogue from the Art of Discourse to the Art of Reason, Chicago/Londres, University of Chicago Press, 2004 ; Nelly Bruyère, Méthode et dialectique dans l’œuvre de La Ramée. Renaissance et âge classique, Paris, Vrin, 1984, et son édition de Pierre de La Ramée, Dialectique [1555], Paris, Vrin, 1996. Sur Francis Bacon, voir Michel Malherbe et Jean Marie Pousseur (éd.), Francis Bacon, science et méthode, Paris, Vrin, 1985 ; Michel Malherbe, «  Bacons Method of Science », dans The Cambridge Companion to Bacon, Markku Peltonen (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 75-98 ; Jean-Marie Pousseur, «  Le temps des sciences », dans Nouvelles sciences, modèles techniques et pensée politique de Bacon à Condorcet, Franck Tinland (éd.), Seyssel, Champ Vallon, 1998, p. 11-28. Sur Jean Bodin, voir Marie-Dominique Couzinet, Histoire et méthode à la Renaissance. Une lecture de la Methodus de Jean Bodin, Paris, Vrin, 1996. On trouvera dans ce dernier ouvrage, outre une présentation critique des travaux importants sur la question – en particulier, ceux de Vasoli – une bibliographie fournie sur la méthode à la Renaissance.

7 Eugenio Garin (éd.), L’homme de la Renaissance, traduction française, Paris, Le Seuil, 1990 [1988].

8 Neal W. Gilbert, Concepts of Method in the Renaissance and Their Ancient and Medieval Antecedents, Ph.D. Columbia University, New York, 1956. Cette thèse a donné lieu à la publication de Renaissance Concepts of Method, New York, Columbia University Press, 1960.

9 Thème repris par les puristes de la langue latine bannissant le mot comme barbarisme, à l’instar de Cicéron. Gilbert cite le cas de Mario Nizzoli, Nizolius sive Thesaurus Ciceronianus..., Bâle, 1583 [1535], Appendice.

10 Neal W. Gilbert, Concepts of Method..., 1956, op. cit., p. 100. Gilbert se réfère aux travaux d’Ernst Cassirer (Das Erkenntnisprohlem in der Philosophie und Wissenschaft des neuren Zeit, Berlin, Bruno Cassirer, 1911) et de J. Herman Randall Jr. (« The Development of Scientific Method in the School of Padua », Journal of History of Ideas, I, 1940, p. 177-206) ; Paul O. Kristeller, « Humanism and Scholasticism in the Italian Renaissance », dans Studies in Renaissance Thought and Letters, Paul O. Kristeller (éd.), Rome, Edizioni di storia e litteratura, 1956, p. 553-583 ; Paul O. Kristeller, Renaissance Thought : The Classic, Scholastic and Humanist Strain, New York, Harper & Row, 1961.

11 «  Si vive qu’ait pu être la polémique soulevée en faveur d’une uniformité de méthode pour traiter de la diversité multiforme des sujets, nous constatons non seulement que cette opinion est faible, mais surtout qu’elle n’a pas dignement servi le savoir : c’est elle qui achemine vers une réduction du savoir à quelques généralités vides et stériles... » (Francis Bacon, op. cit., p. 188.)

12 Voir Neal W. Gilbert, op. cit., p. 339.

13 Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs, l’intelligence technique du XVIIe au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, chap, IV : « La réduction en art : la fortification », p. 131-181. « La réduction en art et la science pratique au XVIe siècle », dans Institutions et conventions, Robert Salais, Elisabeth Chatel et Dorothée Rivaud-Danset (éd.), Raisons pratiques, 9, 1998, p. 119-144.

14 Robert Klein, «  Deux modes de la connaissance. II. La pensée figurée à la Renaissance », Diogène, 32, 1960, p. 124. Cet article n’a pas été retenu par André Chastel dans le recueil publié en 1970 chez Gallimard, La forme et l’intelligible, ce qui est assez incompréhensible.

15 Jean Rond d’Alembert, Discours préliminaire de l’Encyclopédie, Paris, Gonthier, 1965, p. 52.

16 Nouveau dictionnaire de l’Academie Françoise, dédié au Roy, Paris, J.-B. Coignard, 1718, t. II. C’est la même définition, avec quelques variantes, en 1694, 1718, 1798, 1835.

17 Dictionnaire universel François et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trevoux. Nouvelle édition corrigée et considérablement augmentée, Paris, Compagnie des libraires associés, 1771, t. VII.

18 François Rabelais, «  Almanach pour l’an 1535, calculé sur la noble cité de Lyon et l’élévation du pole par XLV degrez XV minutes en latitude, et XXVI en longitude », dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1955, p. 908.

19 Michel de Montaigne, Essais, III, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, collection «  Bibliothèque de la Pléiade », 1962, p. 478.

20 Jean Calvin, Institutions..., IV, VIII, §11.

21 Robert Estienne, Dictionnaire françois-latin autrement diet les mots français, avec les maniérés duser diceulx, tournez en latin. Corrigé et augmenté, Paris, Robert Estienne, 1549.

22 Jean Nicot, Tbresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne, Paris, David Douceur, 1606.

23 Les mêmes glissements dans l’usage de redigere et reducere existent dans la langue latine.

24 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1873, t. IV.

25 Charles Dunoyer, De la liberté du travail (Livre XI, chap, III, § 4), dans Œuvres, Paris, Guillaumin, 1886, t. II, p. 437.

26 Id., p. 438.

27 «  The number of school subjects “brought into order” or “reduced to art” during the last Renaissance is almost unbelievable. » (Neal W. Gilbert, op. cit., p. 69.)

28 Livre de perspective de Jehan Cousin, Paris, Jehan le Royes, 1560, fol. AV.

29 Claudia Moatti, La raison de Rome, naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris, Le Seuil, 1997, p. 14. Voir aussi Marco Formisano, Tecnica e scrittura : le letterature tecnico-scientifiche nello spazio letterario tardo-latino, Rome, Carocci, 2001.

30 Cicéron, De la loi, I, 14, cité par Claudia Moatti, op. cit., p. 103.

31 Suétone, Caesar, 44, 3. À propos d’un projet similaire de Pompée, Isidore, dans ses Etymologies, V, 1, 5, parle de «  réduire les lois en livres (redigere in libris) » (Moatti, op. cit., note 55 p. 357).

32 Cicéron, De Oratore/De l’orateur, traduction Edmond Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des universités de France », 1971,1, XLII, 187, p. 67.

33 Cicéron, De l’orateur, op. cit., XLI et XLII, 185-191, p. 66-68. Sur ce passage voir Giorgio La Pira, «  La genesi del sistema nella giurisprudenza romana. Il metodo », Studia et Documenta Historiae et Iuris, 1, 1935, p. 319-348. Michel Villey, Recherches sur la littérature didactique de droit romain, Paris, Domat-Montchrestien, 1945 ; «  Logique d’Aristote et droit romain », dans Leçons d’histoire de la philosophie du droit, 1re édition, Paris, Dalloz, 1957, p. 161 et suiv. ; Fernandino Bona, «  L’ideale retorico ciceroniano e il jus civile in artem redigere », Studia et Documenta Historiae et Iuris, 46, 1980, p. 282-382.

34 «  Nihil est enim quod ad artem redigi possit, nisi ille prius, qui illa tenet quorum artem instituere uolt, habet illam scientiam, ut ex eis rebus, quorum ars nondum sit, artem efficerepossit... » {Ibid., p. 66.)

35 Ibid. p. 67.

36 « L’art qui apprend à diviser un ensemble en plusieurs parties, à expliquer au moyen d’une définition une idée cachée, à éclairer une obscurité par une explication, à découvrir puis à dissiper une équivoque, enfin à poser une règle qui permette de distinguer le vrai du faux et à déterminer ce qui découle, ou non, de principes donnés... la dialectique. » (Cicéron, Brutus et la perfection oratoire, traduction François Richard, Paris, Garnier frères, 1934, [41] XLI, 152-153.)

37 Cité par Philippe Fleury dans l’introduction à Vitruve, De l’architecture, Livre I, Paris, Les Belles Lettres, 1990, p. xxxv. Il commente : « Vitruve semble vouloir accomplir en son domaine un travail comparable à celui de Cicéron dans celui de la rhétorique et de la philosophie. »

38 Végèce, Traité de l’art militaire, traduction Victor Develay, Paris, J. Corréard, 1859.

39 Les quatre livres des Stratagèmes de Sextus Julius Frontin, dans Ammien Marcellin, Jornandès, Frontin, Végèce, Modestus, Désiré Nisard (dir.), Paris, Firmin-Didot, 1869.

40 Columelle, De l’agriculture. L’économie rurale, traduction Louis du Bois, Paris, Panckoucke, 1845, Livre V, vol. Il, p. 7. Voir la liste des auteurs dans « Préceptes que doivent observer les agriculteurs », Livre I, p. 35-45.

41 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1961, LXXVII, p. 3-5.

42 Livre I, chap. VIII. Cité dans Maurice Lenoir, « La littérature de De re militari », dans Les littératures techniques dans l’Antiquité classique. Statut, public et destination, tradition, Genève, Fondation Hardt, collection « Entretiens sur l’Antiquité classique » 42, 1996, p. 87.

43 Vitruve, Architecture, II, 1, 9, traduction française Claude Perrault, Paris, Balland, 1965, p. 60-61.

44 Varron, Lingua Latina, VI/La langue latine, Livre VI, texte établi, traduit et commenté par Pierre Flobert, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 43.

45 Vitruve, op. cit., p. 137.

46 Végèce, op. cit., p. 6.

47 Vitruve, De l’architecture, Livre I (I, 3) : « l’architecte doit être peritus graphidos, expert en dessin » ; Livre I (I, 4) : «  qu’il possède la graphidis scientiam, la science du dessin, afin de pouvoir représenter plus facilement à l’aide de modèles peints, l’aspect qu’il veut donner à son ouvrage » ; Livre III (Préface, 4) : « J’ai fait voir encore par les figures quels sont les vents et de quelle région souffle chacun d’eux » ; Livre III (III, 13) : « On trouvera à la fin de ce livre une figure (forma in extremo lihro). » On trouve en outre dans de nombreux autres endroits le recours à la figure.

48 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1961, XVII, p. 3.

49 Végèce, op. cit., p. 6.

50 Columelle (1er siècle), De l’agriculture, Livre IX, dans Les agronomes latins : Caton, Varron, Columelle, Palladius : avec la traduction en français, Désiré Nisard (dir.), Paris, Firmin-Didot, « Collection des auteurs latins avec la traduction en français », 1864, p. 30-31.

51 André Chastel et Robert Klein, L’Europe de la Renaissance. L’âge de l’humanisme, Paris, Éditions des Deux-Mondes, 1963, p. 93.

52 Michel Mesnard, discussion de : Vassili Zoubov « Vitruve et ses commentateurs du XVIe siècle », Axas, La science au seizième siècle (actes du colloque international de Royaumont 1957), Paris, Hermann, 1960, p. 83.

53 Sur cette question voir Stéphane Toussaint, De l’enfer à la coupole Dante, Brunelleschi et Ficin, Rome, Fondation Camillo Caetani, L’Erma di Bretschneider, « Studi e documenti d’archivio », 7, 1997.

54 Chastel et Klein, op. cit., p. 93. Voir aussi les articles de Edgard Zilsel et particulièrement « The Sociological Roots of Science », American Journal of Sociology, XLVII, 1941-1942, p. 547-562.

55 On pourrait ajouter que cette fécondité particulière s’étend jusqu aux travaux des historiens du droit. Voir Michel Villey, La formation de la pensée juridique moderne. Cours d’histoire de la philosophie du droit, Paris, Montchrestien, 1968 ; Vincenzo Piano Mortari, Diritto logica metodo nel secolo XVI, Naples, Jovene, 1978 ; et surtout Dialettica e jurisprudenza. Studio sui trattati di dialettica legale delsecolo XVI, Milan, Giuffre, 1955 ; Alejandro Guzman, «  La sistematica del Derecho Privado en el De jure belli ac pacis de Hugo Grotius », Revista de estudios histôrico-juridicos, Valparaiso (Chili), 26, 2004, p. 156-186 ; Francisco Carpintero Benitez, Historia del derecho natural, un ensayo, Mexico, Universidad nacional autónoma de México, 1999, chap. II, 1, p. 120 et suiv.

56 Voir Michel Villey, op. cit., p. 530-533. Guillaume Budé, Adnotationes... in XXIV Pandectarum libros..., Paris, R. Stéphane, 1535, p. 6-9, p. 9 ; Aulu-Gelle, Les nuits attiques, traduction René Marache, Paris, Les Belles Lettre, « Collection des universités de France », 1967, t. I, livre I, chap, XXII, § 7 ; A. Turnèbe, De methodo, dans Opera, t. III, Strasbourg, L. Zetner, 1600, p. 1-9. Sur Jean Bodin, voir Marie-Dominique Couzinet, op. cit., p. 107-108 et sur Grotius, Alejandro Guzman, op. cit.

57 Alejandro Guzman, op. cit., p. 158.

58 Ce qui semble être le cas d’Alciat, grand juriste et grand professeur qui forma de nombreux étudiants. Voir Paul-Émile Viard, AndréAlciat, 1492-1550, Paris, Sirey, 1926, p. 142 et suiv.

59 Voir Walter J. Ong, Ramus Method and the Decay of Dialogue. From the Art of Discourse to the Art of Reason, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2004 [1958].

60 Marie-Dominique Couzinet, op. cit., p. 104.

61 Id., p. 105. Citation de Jean Bodin, Methodus, p. 114a I. 23-24 (280b, 1.18).

62 Grotius, Le droit de la guerre et de la paix, Amsterdam, P. de Coup, 1724, p. 1. Pour y parvenir, et dessiner les conditions d’une jurisprudence naturelle réduite en système, il faut savoir distinguer « ce qui est fondé par la volonté des hommes, d’avec ce qui est fondé dans la Nature » (ibid.).

63 Les œuvres de Galien connurent de multiples éditions grecques, latines et dans les langues vernaculaires au XVIe siècle, les libraires publiant parfois de petits opuscules extraits de son œuvre. Ainsi ce Claude Galien, Le qvatorziesme livre de la méthode thérapeutique de Claude Galien, traduit par Armand-Gaston Camus, Lyon, Guillaume de Guelques, 1538. Rappelons que Galien établit sa méthode en opposition aux empiristes. Voir Richard Durling, «  Method in Galen », Dynamis, Université de Grenade, vol. XV, 1995, p. 41-46.

64 Ong évoque «  the business of method to arrange the definitions and their parts after they have been broken » (Walter J. Ong, op. cit., p. 258).

65 Marie-Dominique Couzinet, op. cit., p. 86. Dans le petit opuscule De methodo, Turnèbe procède à une étude systématique des sens attribués au mot « méthode ».

66 Ce sont le jugement et l’ingenium. Le débat sur ces facultés est extrêmement important au XVIe siècle. Voir par exemple Antonio Persio, Trattato dell’ingegno dell’huomo (1576), Pise et Rome, IEPI, 1999 ; Juan Huarte, Examen de ingenio para las ciencias, Madrid, Espasa-Calpe, 1991 [1575].

67 «  Il matematico si serve, e si pud ragionevolmente servire dell’ordine risolutivo, ma non gia del metodo, cioè si serve della risolutioneper ritrovare l’ordine che è tra la causa, e il causato, e per conoscere parimente se quelli principij sono immediati, e cagionc di tale effetto, e non per fare che sieno conosciuti essi principij per mezo de gli effetti, à principiati, overo le cause per mezo de causati. » (Gregorio Morelli, Scala di tutte le scienze, et arti dell’eccellente medico et filosofico Messer Gregorio Morelli..., Venise, G. Giolito de’Ferrari, 1567.)

68 Simon Stevin, Les œuvres mathématiques, Leyde, Bonaventure et Abraham Elzevier, 1634, p. 106.

69 « Throughout the late Renaissance, the connection in common usage between system, art, compendium and method was very close, although their relationship were never explicitely developed by any one writer. » (Neal W. Gilbert, op. cit., p. 164.)

70 « Quid est Methodus ? Ars quae quemadmodum disciplina omnis redigi in artem et certam rationem possit, demonstrat. Hoc est, quemadmodum ex iis rebus quarum ars nodum est, effici ars possit. » (François Hotman, Dialecticae Institutions libri IIII, Genève, J. Stoer, 1573, p. 113. Cité par Jean-Marie Pousseur, « Méthode et dialectique », dans Francis Bacon, science et méthode, op. cit., note 27 p. 105.)

71 D’Alembert, Discours préliminaire de l’Encyclopédie, Paris, Gonthier, 1965, p. 42.

72 Id., p. 43.

73 Vassili Zoubov, op. cit., p. 83.

74 Daniele Barbara, [I] dieci libri dell’architettura, Rome, Bardi, 1993 [1567].

75 Vassili Zoubov, op. cit., p. 83.

76 Vassili Zoubov, op. cit., p. 73.

77 Françoise Choay, La règle et le modèle, sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, Le Seuil, 1980, p. 145.

78 « Le projet théorique, proclamé avec l’obstination désespérée de l’insatisfaction, se borne à énumerer des concepts qu’il ne parvient pas à constituer en système, ni, au mieux, a faire fonctionner autrement que comme cadre taxinomique ; il cède le pas au souci pratique et technique qui s’exprime en particulier dans les livres VII à X, sur les revêtements, l’eau, la gnomonique et la mécanique... » (Id., p. 27.)

79 Id., p. 28.

80 Ainsi, dès l’Antiquité tardive, Cetius Faventinus propose un Abrégé d’architecture privée qui perfectionne la méthode de Vitruve (Marcus Cetius Faventinus, Abrégé d’architecture privée, traduction Marie-Thérèse Cam, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des universités de France », 2002).

81 Philibert Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, Frederic Morel, 1568, fol. 62.

82 Ibid.

83 Voir le manuscrit de son futur théâtre de machines découvert par Alexander Keller et publié par Denise Hillard, « Jacques Besson et son Theatre des instruments mathematiques, recherches complémentaires », Revue française d’histoire du livre, 50, 1981, p. 64.

84 Francisco Contente Domingues et Richard A. Barker, « Introductory Note », dans Fernando Oliveira, O Livro da fábrica das naus, Lisbonne, Academia de marinha, 1991, p. 41.

85 Fernando Oliveira, op. cit., p. 81. Oliveira prend ainsi une position tout à fait classique à son époque, et que Robert Lenoble avait relevée, qui consiste à reconnaître l’autorité des anciens auteurs, parce qu’il leur accorde raison et expérience : « jamais l’autorité n’a été reçue comme un criterium épistémologique. Si l’on reconnaît l’autorité d’un homme – Aristote, Galien... – c’est toujours parce qu’on tient sa doctrine pour “conforme à la raison et à l’expérience” » (Robert Lenoble, «  Origines de la pensée scientifique moderne », dans Histoire de la science, Paris, Gallimard, 1957, p. 371).

86 Id., p. 80.

87 Id, p. 55.

88 Id., p. 61.

89 joâo Baptista Lavanha, Livro Primeiro da Architectura naval, Lisbonne, Academia de marinha, 1996.

90 « Es bien dificultosa empresa, sin esta precedente noticia, reducire a Arte la grosera practica de los fabricadores de Navios, aprendida de sus maestros [...] y sacar de sus inciertas reglas (con las cuales nunca pudieron hacer dos naos en todo semejantes) ciertos y determinados preceptos (como tienen las otras dos Arquitecturas Militar y Civil) con que fabriquen con Arte los Navios. » (Ibid., Préface.)

91 Voir Hélène Vérin, « Art des systèmes et évaluation d’un modèle en 1785 », dans Sciences de l’intelligence, science de l’artificiel, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1986, p. 170-183.

92 Voir Gottfried W. Leibniz, Essais de Théodicée, Paris, Aubier Montaigne, 1962.

93 François Dassié, L’architecture navale, Paris, Éditions du Layeur, 2002 [1677], Au lecteur, n.p.

Table des illustrations

Légende 1 – Jean Errard et Alexis Errard, Frontispice de la Fortification demonstrée et réduicte en art, Paris, s.n„ 1620. Le titre de la première édition de cet ouvrage était La fortification réduicte en art et demonstrée (1600)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/10137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende 2 – Horloge à eau de Ctesibius. « Beaucoup de belles inventions sont dûes à Ctesibius [...]. Nous exposerons la pensée de Vitruve avec autant de facilité et de brièveté qu’il se peut en des choses si difficiles. » Daniele Barbaro, I died libri dell’architettura di Vitruvio, 1567.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/10137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre 103 FLA VII VEGETII
Légende 3 – Vis d’Archimède à manivelle. Végèce, De re militari libri quatuor, Paris, 1535.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/10137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Auteur

Dès son doctorat d’État en philosophie (1980), puis dans son travail au CNRS, Hélène Vérin a orienté ses recherches vers une réflexion sur la pensée pour l’action et les conditions historiques de son exercice, avec une attention particulière aux relations entre innovation et légitimité. Elle a ainsi centré ses travaux sur l’émergence de l’espace de l’entreprise et de la technique à l’époque moderne

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site