Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 11-14


Extrait

1À partir de la fin du XVe siècle, dans la mouvance de l’humanisme, puis au sein des académies, les savoirs pratiques liés aux arts ou aux techniques productives ont fait l’objet de multiples écrits. On cite volontiers Leon Battista Alberti, Georgius Agricola, Philibert Delorme, Albrecht Dürer, puis, pour le XVIIe siècle, Olivier de Serres, Jean Errard ou Salomon de Caus et, plus tard encore, Vauban ou Belidor. Ces textes ont été largement étudiés par les spécialistes des disciplines respectives, en fonction des questions qui étaient les leurs. Cependant, personne à l’exception de Robert Klein – et cela résulte sans doute du fractionnement des savoirs et des spécialisations – n’a remarqué que ces ouvrages, aussi divers qu’ils fussent, relevaient d’un phénomène beaucoup plus général de formalisation des savoirs, attesté en particulier à l’époque moderne. Qui plus est, cette formalisation, tous domaines confondus, obéissait à des règles générales que l’on peut rassembler sous l’e

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.