Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

V. Le folklore en Europe : regards croisés

Regards allemands et autrichiens sur l’ethnographie de la France dans l’entre-deux-guerres

Dominique Lassaigne

Texte intégral

  • 1 La revue trimestrielle paraît de 1928 à 1940 et change à plusieurs reprises d’éditeur : Friederisc (...)
  • 2 Walter Küchler, romaniste, professeur à l’université de Hambourg, codirigea avec Fritz Krüger la r (...)

1En 1940, paraissait à Hambourg le treizième numéro d’une série de monographies sur la culture populaire des pays de langue romane, intitulées Volkstum und Kultur der Romanen. Sprache, Dichtung, Sitte (Identité et culture des peuples romans. Langue, poésie, coutume). Ces monographies, diffusées par la Hansischer Gildenverlag1, qui avait pris le relais, en 1938, de la maison d’édition Paul Evert, étaient produites par le séminaire de langue et de culture romane de l’université de la Hanse, dirigé alors par le professeur Fritz Krüger. Auteur de nombreuses études ethnographiques sur les régions provençale et pyrénéenne françaises, ce dernier avait repris seul la direction de la revue après la destitution, en 1933, de son cofondateur Walter Küchler2 par le ministère Rosenberg.

Ethnicisation de la conscience nationale

2Ce treizième numéro s’ouvrait sur un article du romaniste Fritz Neubert, dédié à « ses collègues combattant sur les champs de bataille » (Den Commilitonen im Felde gewidmet). Son titre, « L’image française de l’Allemagne de 1700 à la guerre mondiale », tranchait radicalement, non seulement avec le corpus ethnographique développé dans le sommaire, mais aussi avec un ensemble thématique qui, de 1928 à 1940, s’était plus spécifiquement porté sur la culture matérielle et la géographie linguistique des peuples romans. L’étude rétrospective proposée par Fritz Neubert d’une perception erronée de l’Allemagne par la France reposait sur un postulat initial d’inimitié originelle et passionnelle :

  • 3 « Frankreich ist eine Fremde besonderer Art, das Land der feindlichen, der bösartigen, der heimlic (...)

« La France est une étrangère d’une nature singulière, pouvait-on lire en introduction, elle est le pays des frères ennemis, des frères honnis mais aimés en secret, qu’on peut tuer et aimer à la fois car frères précisément. Tuer et aimer, ce fut dès l’origine le destin tragique des rapports de l’Allemagne à la France. Aimer et tuer, cette inversion en apparence insignifiante décrit pourtant, de manière significative, le rapport de la France à l’Allemagne3. »

  • 4 Pour l’analyse du lyrisme d’inspiration nationale chez E. M. Arndt, J. G. Fichte et F. L. Jahn et (...)

3Cette double assertion s’inscrivait dans la logique identitaire d’une représentation de l’ennemi constitutive d’un sentiment national, qui avait pris corps au moment des « guerres de libération », et dont Arndt, Jahn ou Fichte s’étaient fait les chantres4. Elle renvoyait à des composantes émotionnelles légitimant la guerre, non seulement au nom de la défense de la nation, mais aussi comme l’expression ultime de la mission civilisatrice dont l’Allemagne, au lendemain de Sedan, s’était proclamée investie : aux idéaux révolutionnaires français autocentrés s’opposait une conscience nationale allemande, porteuse des valeurs universelles de la civilisation européenne. À la fois modèle et contre-modèle culturel, la France symbolisait le mode historique à partir duquel s’était forgée la représentation allemande de la nation. À la figure ethnicisée du « barbare » germanique répondait l’image immorale et décadente de « l’ennemi héréditaire romain ». Au topos anthropologique du primitivisme allemand s’opposait le stéréotype moralisateur de la frivolité française. L’identité nationale allemande s’était, à l’aube du XXe siècle, façonnée en contrepoint des antagonismes réciproques et se nourrissait d’une dialectique emphatique de l’altérité. La figure de l’ennemi renvoyait à une image de soi contrastive, où l’idéal national allemand, érigé en modèle de civilisation, apparaissait comme seul garant de la paix. De manière surprenante, l’argumentaire développé par Fritz Neubert dans la revue d’études ethnographiques romanes relevait du même syncrétisme. À l’appui de sa thèse, l’auteur évoquait les grandes figures littéraires françaises qui, de Mme de Staël à Hippolyte Taine et René de Chateaubriand, avaient contribué à diffuser une image partiale et offensive de l’Allemagne ramenée aux seules dimensions de la Prusse :

  • 5 « Je mehr die führende Rolle Preußens Tatsache wird, desto ablehnender gestalten sich seine Urteil (...)

« Plus le rôle de leader de la Prusse devient effectif, plus il [Chateaubriand] formule des jugements négatifs. L’esprit prussien est fait, selon lui, d’un mélange de naïveté et de duplicité, “un fanatisme sombre”, contre lequel, déjà en 1821, les diplomates français de Berlin nous mettaient en garde [...]5. »

4Au crédit de sa démonstration, l’auteur versait les séquences d’une construction identitaire qui, depuis la césure de 1871, se déclinait sur le mode affectif des présupposés psychologiques, qui avaient contribué à installer durablement le chauvinisme français au détriment d’une compréhension des différences nationales. Désormais, la « patrie de l’ennemi » ne se dessinait plus à travers la carte de ses particularismes régionaux et de ses diversités lexicales, mais bien à travers le prisme des nationalismes antagoniques.

  • 6 Le colloque s’est tenu à Eisenstadt et a donné lieu à deux publications l’une en allemand (Beitl e (...)

5De fait, l’article de Fritz Neubert signait le délitement de la revue, qui perdura cependant jusqu’en 1944, puis fut oubliée, avant qu’un colloque organisé en 19886, par Klaus Beitl, Christian Bromberger et Isac Chiva ne rappelle l’apport spécifique des romanistes allemands à l’ethnographie de la France dans l’entre-deux-guerres.

L’entre-deux-guerres : l’âge d’or de l’ethnographie allemande

6Nul doute que, pour la recherche allemande sur l’ethnographie de la France, l’entre-deux-guerres a représenté un âge d’or : aux réalisations d’une cartographie transnationale telle qu’elle s’élaborait alors à travers les atlas – Atlas linguistique de la France, Atlas der deutschen Volkskunde, pour ne citer que ces deux pôles du domaine de la cartographie européenne – s’ajoutait les avancées d’une méthode anthropo-géographique héritée du géographe Friedrich Ratzel (1844-1904), et développée dès 1909 par Wilhelm Pessler (1880-1962) dans le troisième numéro de la revue Wörter und Sachen (Les Mots et les Choses), dont les romanistes de l’école de Hambourg se déclaraient les héritiers.

7À vrai dire, la revue née en 1909 à Heidelberg continua elle-même à paraître jusqu’en 1945, parallèment à celle produite par le séminaire d’études romanes de Hambourg. Créée par deux philologues romanistes, professeurs à l’université de Graz, Hugo Schuchardt et Rudolg Meringer, elle offrait un corpus d’études variées visant à produire une vaste histoire culturelle qui embrasserait la culture matérielle et linguistique des peuples indo-européens, comme l’explicite son sous-titre : Zeitschrift fur indogermanische Sprachwissenschaft, Volksforschung und Kulturgeschichte. En ce sens, la revue différait de celle des romanistes de Hambourg, puisque l’objectif fixé dépassait largement le cadre exclusif de la philologie romaniste. Mais la méthode dont ces derniers se réclamaient, à savoir une approche combinant les faits ethnographiques et linguistiques, s’inspirait directement de celle des « mots et des choses », qu’ils prétendaient appliquer à leur domaine d’investigation. Ainsi, les régions françaises de la Bretagne à la Gascogne, du Mâconnais au Vivarais, des Alpes aux Pyrénées, du Cantal à l’Ardèche et à l’Ariège, firent l’objet d’enquêtes minutieuses de terrain à partir de cette combinatoire méthodique des « mots et des choses », qu’Arnold Van Gennep, dans ses Coutumes et croyances populaires en France, n’hésitait pas à qualifier de « méthode bâtarde » :

« Il serait difficile de faire des enquêtes dans nos provinces sans connaître un peu de patois pratiquement et sans se heurter à des problèmes spécialement linguistiques. Cette nécessité a donné naissance à une discipline bâtarde déjà signalée, celle de l’étude des “mots et choses”, créée par Meringer (Wörter und Sachen), et qui a eu au moins l’avantage d’élargir la vision des linguistes » (Van Gennep 1980 [1924] : 20).

  • 7 Au contraire de Van Gennep, la méthode fut bien reçue par Lucien Febvre : « On n’hésitera pas à re (...)
  • 8 « Sprachforschung, der ich anhänge und von der ich ausgehe, hat mich doch nie in der Weise befried (...)

8Signe manifeste d’une incompréhension7, la formule a du moins le mérite d’appeler le débat et de provoquer une tentative d’explication. Car au fond, de quoi s’agissait-il ? À quelles spécificités méthodologiques correspondait l’approche combinée des mots et des choses, formule dont la paternité était attribuée à Jacob Grimm, comme l’indiquait la citation placée en exergue de chaque numéro : « La recherche sur les mots, à laquelle je me réfère et dont je suis adepte n’a jamais pu foncièrement me satisfaire, en sorte que je n’ai jamais négligé de passer de l’étude des mots à l’étude des choses8. »

9Cette phrase extraite de l’ouvrage monumental de J. Grimm, Geschichte der deutschen Sprache (Histoire de la langue allemande), paru en 1848, plaçait d’emblée la revue sous le signe de la linguistique historique au détriment d’une étude plus normative de la langue. Les éditeurs des Wörter und Sachen s’en expliquaient d’ailleurs en avant-propos :

  • 9 « Mit vielen anderen sind wir überzeugt, daß Sprachwissenschaft nur ein Teil der Kulturwissenschaf (...)

« Avec beaucoup d’autres, nous sommes persuadés que la linguistique n’est qu’une partie de la recherche sur les cultures, que l’histoire de la langue a besoin pour expliquer les mots de l’histoire des choses, de même que l’histoire des choses, tout au moins pour les époques les plus reculées, ne peut se passer de l’histoire de la langue. Nous croyons que, dans l’union entre la linguistique et la science des choses réside l’avenir de toute l’histoire culturelle9. »

  • 10 Sur la querelle constitutive de l’école des mots et des choses, voir l’article de Dominique Lassai (...)

10Dans ce manifeste programmatique, les éditeurs préconisaient de croiser les travaux purement étymologiques et les travaux relevant de l’histoire matérielle, de combiner l’étude des faits de langue et des objectivations matérielles, partant du principe que les modifications linguistiques s’accompagnaient souvent de changements dans le domaine des choses. Cette orientation avait sa préhistoire. Elle correspondait à une étape décisive de l’évolution de la philologie en Allemagne, à la fin du XIXe siècle, qui avait vu s’imposer une conception culturaliste et historique des choses à travers August Boeckh, professeur à Berlin, au détriment d’une conception exclusive des mots défendue par Gottfried Hermann, professeur à Leipzig. La querelle des « mots et des choses » avait duré un peu plus d’une décennie (1825 à 1837) et profondément modifié le paysage des sciences philologiques allemandes, discipline-mère, d’où était issue, entre autres, la Volkskunde, qu’on traduira imparfaitement par « folklore », « ethnographie » ou « ethnologie », selon les époques et les contextes considérés10.

  • 11 Cité également par Michael Werner à propos du développement de la philologie allemande en Allemagn (...)

11S’insurgeant contre une définition trop normative et exclusive de la philologie, August Boeckh avait proposé une théorie moderne de la philologie dépassant le cadre unique de l’Antiquité et tournée résolument vers le monde moderne : « [...] la philologie ne saurait être limitée aux études de l’Antiquité : ces fonctions [critique et exégèse] concernent également le domaine moderne11. »

12Au primat de la modernité s’ajoutait celui de la connaissance : l’objet de la philologie n’est pas la langue, mais la connaissance de la vie et de l’ensemble des activités d’un peuple. Désormais le philologue, à la recherche de la forme originelle des textes, devait tenter de comprendre « tout l’engrenage de la connaissance et des conditions humaines ». Avec August Boeckh (1877), l’Antiquité devient donc un simple modèle d’analyse susceptible d’être étendu au monde moderne et la civilisation gréco-moderne, la norme à partir de laquelle il est possible d’appréhender le présent.

13Cette définition large et globalisante de la discipline semble avoir directement influencé les savants de l’école des « mots et des choses ». À la fin du XIXe siècle, la philologie était passée du statut restreint de science de textes à celui plus ambitieux de science historique de la culture ou Kulturgeschichte, statut dont se revendiquaient aussi bien les études proposées par la revue Wörter und Sachen, que les travaux publiés dans Volkstum und Kultur der Romanen. Si la filiation est évidente, elle n’y est pas pour autant réductible. Les philologues de l’école des « mots et des choses » avaient certes tiré la conclusion des nouvelles théories et de leurs applications, mais ils proposaient de les rallier à un ensemble plus vaste portant sur la civilisation indo-européenne. Le principe méthodique des « mots et des choses » devint le principe heuristique par excellence, permettant d’appréhender de manière extensive les diverses manifestations des langues et des cultures des peuples indo-européens :

  • 12 « Wenn wir, von verschiedenen Forschungsgebieten herkommend, uns zu gemeinsamer Arbeit verbunden h (...)

« Que cela soit bien compris : nous tous, qui provenons de divers domaines de la recherche, nous avons travaillé ensemble et uni nos efforts pour rassembler les matériaux en vue d’établir une vaste histoire culturelle des peuples indo-européens. Nous portons notre attention sur l’ensemble des peuples indo-européens et [...] nous n’imposons à notre recherche aucune barrière temporelle, car aussi bien le présent que les temps reculés sont riches en indices culturels [...]12. »

Les aléas d’une ethnographie transnationale

  • 13 Leo Spitzer est l’auteur de plusieurs études sur la France et la Provence, voir notamment Spitzer (...)
  • 14 Giese (1932). Voir aussi l’analyse qu’en a fait Ravis-Giordani (1997).

14Mais comment mettre en œuvre une entreprise de si grande envergure, en particulier lorsqu’elle prend naissance sur fond de crise ? La réponse est simple : en menant de front, d’une part, un dialogue actif et contradictoire entre savants de l’espace indo-européen, et d’autre part, des études systématiques et transnationales selon le principe adopté par ces mêmes savants. On est frappé à lire le sommaire de la revue Wörter und Sachen par la variété du champ thématique investi et le grand nombre de collaborateurs étrangers en provenance d’Europe centrale et septentrionale, mais aussi de l’ensemble de la Romania – la France étant à cet égard sous-représentée : on relève en effet un article sur le sanscrit d’Antoine Meillet et un autre du linguiste Joseph Vendryès sur les « noms de la peau en celtique ». En pratiquant une coupe diachronique, on peut tenter une classification grossière sur un ensemble, à première vue fort hétéroclite, allant des dénominations françaises de la pomme de terre et du topinambour en France (Léo Spitzer, tome IV, année 12)13 aux us et coutumes socio-religieux des Perses (Unvala 1937, tome XVIII) ! Sur les 23 volumes qui composent la série jusqu’en 1944, les 18 premiers qui couvrent la période allant de 1909 à 1937 offrent un corpus impressionnant de travaux de linguistique, d’étymologie et de grammaire comparée ou encore d’onomastique portant sur les langues indo-germaniques (celtique, grec, italique, indo-aryen, baltique, albanais). À partir de 1927 (tome X), la linguistique indo-européenne ou philologie comparative vient s’enrichir d’une perspective historique développée par certains spécialistes comme Julius Loewenthal, qui cherchera à délimiter la patrie originelle des Indo-Européens, en s’appuyant sur l’étude des noms de plantes, de poissons et aussi de parenté (Loewenthal 1927). D’autres, comme Wilhelm Havers et Alfons Nehring tenteront de dessiner les contours d’une grammaire syntaxique et lexicale commune aux Indo-Européens. La dérive indo-européenne apparaît moins marquée dans les études sur « les choses », qui traitent des objets classiques de la recherche sur la civilisation matérielle : les maisons-types, le mobilier, les ustensiles domestiques, le vêtement traditionnel, les fumoirs, le culinaire. Parmi ces travaux relativement exhaustifs, comme celui de Max Lohss, consacré aux fermes du Würtemberg, qui fait l’objet du tome XIII de 1932 dans son intégralité, un seul porte sur la France. Il s’agit de l’étude du romaniste de l’école de Hambourg, Wilhelm Giese, sur la culture traditionnelle du niolo en Corse14. Cette étude préfigure celles qu’il réalisera sur la France rurale des années 1930 dans le cadre de la revue Volkstum und Kultur der Romanen, davantage centrée sur les faits ethnographiques et dialectologiques. Car s’il était possible d’opérer des rapprochements identitaires indo-européens à travers la linguistique comparative, l’identité indo-européenne unique achoppait sur la diversité des cultures matérielles, qui restaient profondément inscrites dans le régional. Difficile en effet d’en faire la démonstration à partir d’un fromage corse ou d’une ferme de la Forêt-Noire ! Par conséquent, il fallait redonner la primauté aux études sur les mots qui permettaient de quadriller l’ensemble du domaine scientifique indo-européen, ce qu’entreprit de faire la nouvelle équipe sous l’égide de Hermann Güntert.

15L’année 1938 marque le tournant idéologique pris par la revue, qui s’ouvre sur un article de Hermann Güntert au titre programmatique : « Nouvelle époque, nouveaux objectifs » (Güntert 1938). S’appuyant sur les acquis de la philosophie herdérienne et de la philologie comparative de Grimm à Humboldt, il redéfinit l’étude de la langue comme l’étude des manifestations extérieures d’un peuple et de son « âme » et introduit une typologie völkisch selon laquelle « il convient de classer les faits de langage en fonction des peuples et de leurs particularités, tant au niveau de la langue que de sa substance ». La recherche indo-européenne (indogermanische Forschungen) ramenée à la dimension de l’espace national et racial a désormais pour objectif d’« écrire l’histoire de la naissance des langues germaniques et allemandes en tant que miroir réfléchissant du codéveloppement, du devenir des Germains et de l’identité allemande ». Dienst an unserem Volk, « servir le peuple », telle est la conclusion de Hermann Güntert. Les études qui s’ensuivent ne portent pas toutes l’empreinte de la nouvelle orientation même si elles sont retenues par les idéologues de la Deutschkunde comme chapitres d’une histoire de la race et de la culture germaniques.

16Face à ce rétrécissement sur l’espace national allemand, l’entreprise des romanistes de Hambourg, réunis autour de Fritz Krüger, paraissait d’autant plus anachronique qu’elle se réclamait de l’école des « mots et des choses ». Mais à y regarder de plus près les ingrédients qui avaient servi à « nationaliser » la recherche indo-européenne s’y trouvaient également réunis : l’objectif tel que l’écrivait Krüger dans sa préface était d’étudier la langue, la poésie, les coutumes des peuples romans à travers notamment leur folklore ou Volkskunde, qui est l’émanation de « l’âme du peuple ». L’entreprise fut menée notamment à travers plusieurs régions reculées et montagneuses de France, réputées du fait de leur difficile accès pour avoir préservé des survivances archaïques. En ce sens, les romanistes itinérants de l’école de Hambourg différaient des philologues en chambre indo-européens, et appliquaient les préceptes d’une science folklorique du vivant, tel que l’avait défini, bien avant les folkloristes français, le très conservateur Wilhelm-Heinrich Riehl en 1858. De cette itinérance savante appliquée à la France résultèrent donc seize études, dont l’une traduite en français par Paul Aimés dès 1936, exhumée en son temps par Marcel Maget, qui put faire l’objet d’une publication en 1991 : Mots et choses en haut Dauphiné de Wilhelm Giese (1991 [1932]), dont la première parution en langue allemande en 1932 avait été saluée en ces termes par Arnold Van Gennep :

« Pour tout ce qui concerne la civilisation matérielle de cette partie de nos Alpes, cet ouvrage est non seulement intéressant ; il est indispensable à quiconque s’occupe scientifiquement de ces régions, ou même n’y passe qu’en touriste. De bons dessins dans le texte et des photos bien réussies complètent cet ouvrage où cependant on ne trouvera pas grand chose sur le folklore coutumier, littéraire ou musical » (Van Gennep 2001 : 136-137).

17Cette initiative éditoriale conduite par Isac Chiva et Christian Bromberger répondait à un double objectif : réinscrire le dialogue entre ethnologues français et allemands au programme d’une ethnologie de l’Europe et réexaminer, à la lumière des avancées disciplinaires respectives, la méthode combinée des mots et des choses pour tenter d’en mesurer les apports et les incomplétudes. Ce faisant, en renvoyant au contexte historique dans lequel avait opéré l’école des romanistes de Hambourg, elle posait inévitablement la question déontologique des inféodations. Au-delà de la valeur heuristique du procédé méthodique, il s’agissait d’examiner les points d’ancrage idéologiques qui firent basculer les acteurs d’une « science indo-européenne de la culture » à une science « nationale » du Volkstum et de l’âme du peuple, marquant ainsi, en Allemagne, le passage tourmenté du folklore à l’ethnologie.

La Romania : les archétypes identitaires

18Au concept « pan indo-européen » (Indogermanentum) développé à partir de 1938 par la nouvelle équipe des philologues d’Heidelberg, les Volkskundler de Hambourg vont adjoindre l’entité identitaire romane comprise comme référentiel du « génie secret du peuple ». C’est à travers l’étude du mode de vie – coutumes, croyances, configurations des groupes sociaux – qu’il convient d’approcher au plus près l’essence du peuple, en tant que « quelque chose relevant de l’irrationnel qui ne peut se laisser enfermer dans de simples formules ». Au chercheur itinérant de récolter et d’analyser le plus grand nombre de matériaux susceptibles de conférer à l’entité virtuelle populaire une réalité transcendantale : établir l’identité inhérente au peuple (Volkstum) nécessite de la revisiter à la lumière du continuum historique.

« Chaque peuple, dans son identité propre, signifie pour nous une unité historicisée, qui, du fait de données locales spécifiques (origine, sol, culture) a une signification et une façon d’être “populaire” (völkisch) bien spécifiques qui se distingue de celles d’autres peuples » (Krüger 1935).

19Les travaux monographiques des Volkskundler de la Romania ne portent pas tous cet estampillage völkisch, loin de là. Mais ils portent indéniablement la marque d’une pensée herdérienne du peuple, où l’ethnographie des civilisations pastorales devient trop souvent le support d’une recherche orientée vers l’exhumation d’une « archéocivilisation », dont certaines régions seraient davantage dépositaire que d’autres. Ainsi, dans son étude sur le travail du chanvre et du lin dans les hautes Pyrénées (Krüger 1935), Fritz Kruger déplore la contamination industrielle à grande échelle qui affecte l’artisanat local au point de voir disparaître les savoir-faire ancestraux :

  • 15 Il s’agit ici de la traduction que fit Louis Dumont en 1943 du texte de Fritz Krüger sur les haute (...)

« Le travail du chanvre et du lin a disparu de notre région. La même vague culturelle qui a pénétré dans les vallées les plus reculées de la Suisse, qui a détruit dans les Alpes françaises une branche d’industrie autrefois largement répandue et qui a même, depuis longtemps, entièrement recouvert les régions de retraite du Massif central et d’autres parties de la France méridionale, amène aussi dans les Pyrénées, à l’état de décomposition, ce qui s’est transmis depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours en fait de travaux, d’usages et d’instruments relatifs au lin et au chanvre. Le voisinage de puissants centres économiques et industriels [...] explique que le processus de décomposition soit beaucoup plus avancé dans les Pyrénées espagnoles que dans les contrées montagneuses du Nord-Ouest soustraites aux relations avec l’extérieur15. »

20Parce qu’il convient de préserver de toute urgence les traces d’une civilisation européenne idéal-typique en voie de disparition, il faudra prélever dans les « espaces intacts » de la Romania – à cet égard, la France en est l’exemple dominant – les spécificités locales de la culture matérielle et linguistique des sociétés montagnardes traditionnelles. Appliquant les préceptes développés par leurs prédécesseurs autrichiens des « mots et des choses », les romanistes allemands croisèrent les travaux dialectologiques et ethnologiques, mais les accompagnèrent de relevés topographiques et d’un dispositif iconographique impressionnant. Les seize études monographiques sur la France relèvent toutes de ce dispositif méthodologique, avec toutefois une prépondérance pour l’étude détaillée de la culture matérielle. L’ensemble offre un corpus descriptif riche où se succèdent, selon un ordre quasi invariable, les chapitres sur le paysage, l’habitat, la population, les divers objets oratoires et leurs transcriptions phonétiques, les us et coutumes, mais aussi et partiellement, les mentalités et les influences assimilatrices. Et c’est dans cette mise en scène systématisée d’une Romania réduite aux archétypes d’une vie primitive authentique qu’échoua l’entreprise pourtant audacieuse des romanistes de Hambourg : certes, les travaux entrepris avaient permis de mettre à jour des données matérielles et culturelles foisonnantes et de réaliser des progrès décisifs dans la collecte des faits de langue et de culture. Toutefois leur inscription dans le périmètre d’une civilisation archétypale ne permit pas l’exploitation de ces réalisations. La tentative unique de Fritz Krüger et de ses disciples de croiser diverses approches disciplinaires et de les intégrer dans un processus d’écriture d’histoire de la culture européenne s’éroda au contact des dérives nationalistes, qui inscrivirent la Volkskunde au registre d’une science de la culture devenue outil de légitimation idéologique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Beitl Klaus et Isac Chiva (éd.), 1992. Wörter und Sachen. Österreichische und deutsche Beiträge zur Ethnographie und Dialektologie Frankreichs. Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften.

Beitl Klaus, Christian Bromberger et Isac Chiva (éd.), 1997. Mots et choses de l’ethnographie de la France. Regards allemands et autrichiens sur la France rurale dans les années trente. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Boeckh August, 1877. Encyclopädie und Methodologie der philologischen Wissenschaften. Leipzig, Teubner.

Febvre Lucien, 1939. « Les mots et les choses en histoire économique », Annales d’histoire économique et sociale : 231-236.

Giese Wilhelm, 1932. « Die Volktümliche Kultur des Niolo (Korsika) », Wörter und Sachen 14 : 109-145.

— 1991 [1932]. Mots et choses en haut Dauphiné dans les années trente, avec une présentation de Christian Bromberger, traduit de l’allemand par Paul Aimès et Jean Courtois. Grenoble, Centre alpin et rhodanien d’ethnologie.

Güntert Hermann, 1938. « Neue Zeit – neues Ziel », Wörter und Sachen, nouvelle série, 19 : 1-11.

Jeissmann Michael, 1997. La patrie de l’ennemi. La notion d’ennemi national et la représentation de la nation en Allemagne et en France de 1792 à 1918, traduit de l’allemand par Dominique Lassaigne. Paris, CNRS-Éditions : 23-95.

Krüger Fritz, 1935. « Die Hochpyrenäen. D. Hausindustrie-Tracht-Gewerbe. I. Teil », Volkstum und Kultur der Romanen 35 : 1-103.

Lassaigne Dominique, 1997. « La querelle des mots et des choses au XIXe siècle. Éléments d’analyse historique », in Mots et choses de l’ethnographie de la France. Regards allemands et autrichiens sur la France rurale dans les années trente, Klaus Beitl, Christian Bromberger et Isac Chiva (éd.). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 31-49.

Lochner von Hüttenbach Fritz, 1997. « L’école de Graz. Meringer et Schuchardt », in Mots et choses de l’ethnographie de la France. Regards allemands et autrichiens sur la France rurale dans les années trente, Klaus Beitl, Christian Bromberger et Isac Chiva (éd.). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Loewenthal Julius, 1927. « Untersuchungen zur älteren Geschichte der Indogermanen », Wörter und Sachen 10 : 140-180.

Meringer Rudolf, 1912. « Zur Aufgabe und zum Namen unserer Zeitschrift », Wörter und Sachen 3 : 22-56.

Neubert Fritz, 1940. « Das Französiche Deutschlandbild von 1700 bis zum Weltkrieg », Volkstum und Kultur der Romanen 13 : 1-29.

Ravis-Giordani, 1997. « Des mots et des choses : l’ethnologie peut-elle s’en contenter ? À propos du texte de Giese sur la culture populaire du niolo », in Mots et choses de l’ethnographie de la France. Regards allemands et autrichiens sur la France rurale dans les années trente, Klaus Beitl, Christian Bromberger et Isac Chiva (éd.). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 121-130.

Spitzer Léo, 1912. « Die Namengebung bei neuen Kulturpflanzen im Französischen », Wörter und Sachen 4 : 122-164.

— 1913. « Die Namengebung bei neuen Kulturpflanzen im Französischen » (complément), Wörter und Sachen 5 : 124-129.

Thiesse Anne-Marie, 2001. La création des identités nationales. Paris, Le Seuil.

Van Gennep Arnold, 1980 [1924], Coutumes et croyances populaires en France. Paris, Le Chemin Vert.

— 2001. Chroniques de folklore. Recueil de textes parus dans le Mercure de France (1905-1949), réunis et préfacés par Jean-Marie Privât. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).

Werner Michael, 1990. « À propos de la notion de philologie moderne. Problèmes de définition dans l’espace franco-allemand », in Philologiques I. Contribution à l’histoire des disciplines littéraires en France et en Allemagne au XIXe siècle. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 1-21.

Notes

1 La revue trimestrielle paraît de 1928 à 1940 et change à plusieurs reprises d’éditeur : Friederischen, de Gruyter & Co (1928-1929), Seminar für romanische Sprache und Kultur (1930-1936), Paul Evert Verlag (1937).

2 Walter Küchler, romaniste, professeur à l’université de Hambourg, codirigea avec Fritz Krüger la revue jusqu’en 1933, époque à laquelle il fut limogé de l’Université au nom des « lois de purification » d’avril 1933 (Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums), car marié à une femme juive.

3 « Frankreich ist eine Fremde besonderer Art, das Land der feindlichen, der bösartigen, der heimlich geliebten Brüder [...]. Nur Brüder kann man töten und lieben zugleich. Töten und lieben zugleich – das ist das tragische Schicksal unseres Verhältnisses zu Frankreich von jeher gewesen. Lieben und töten zugleich mit dieser scheinbar bedeutungslosen, tatsächlich aber eine nicht unwichtige Unterschiedlichkeit andeutende Umstellung kann umgekehrt Frankreichs Verhältnis zu uns umschrieben werden » (Neubert 1940 : 1-19, 1 sq.)

4 Pour l’analyse du lyrisme d’inspiration nationale chez E. M. Arndt, J. G. Fichte et F. L. Jahn et son rôle dans la constitution du sentiment national allemand, voir Jeismann (1997 : 23-95), Thiesse (2001 : 59-64).

5 « Je mehr die führende Rolle Preußens Tatsache wird, desto ablehnender gestalten sich seine Urteile. Preußens Geist besitzt ihm zufolge eine Mischung von Falschheit und Naïvität, un fanatisme sombre, vor dem die Französische Diplomatie von Berlin aus schon 1821 warnt » (Neubert 1940 : 14 sq).

6 Le colloque s’est tenu à Eisenstadt et a donné lieu à deux publications l’une en allemand (Beitl et Chiva 1992), l’autre en français (Beitl, Bromberger et Chiva 1997).

7 Au contraire de Van Gennep, la méthode fut bien reçue par Lucien Febvre : « On n’hésitera pas à reconnaître qu’ainsi conçue, l’étymologie, ou plus exactement l’histoire des mots, est d’un puissant intérêt, non seulement pour le linguiste, mais pour l’historien proprement dit » (Febvre 1939 : 232).

8 « Sprachforschung, der ich anhänge und von der ich ausgehe, hat mich doch nie in der Weise befriedigen können, daß ich nicht immer gern von den Wörtern zu den Sachen gelangt wäre » (Meringer 1912 : 22-56).

9 « Mit vielen anderen sind wir überzeugt, daß Sprachwissenschaft nur ein Teil der Kulturwissenschaft ist, daß die Sprachgeschichte zur Worterklärung der Sachgeschichte bedarf, sowie de Sachgeschichte, wenigstens für die ältesten Zeiten, der Sprachgeschichte nicht entraten kann. Wir glauben, daß in der Vereinigung von Sprachwissenschaft und Sachwissenschaft die Zukunft der Kulturgeschichte liegt » (ibid. : 22).

10 Sur la querelle constitutive de l’école des mots et des choses, voir l’article de Dominique Lassaigne (1997).

11 Cité également par Michael Werner à propos du développement de la philologie allemande en Allemagne et en Europe au XIXe siècle (Werner 1990 : 19).

12 « Wenn wir, von verschiedenen Forschungsgebieten herkommend, uns zu gemeinsamer Arbeit verbunden haben, so möge man daraus ersehen, daß wir Material zu einer umfassenden Kulturgeschichte der indogermanischen Völker herbeischaffen wollen. Wir wenden unsere Aufmerksamkeit alien indogermanischen Völkern zu [...] und setzen unserem Interesse keine zeitliche Grenze [...]. » Cet avant-propos au premier numéro de la revue (1909 : 2), en forme de manifeste, est signé des cinq éditeurs scientifiques : R. Meringer, W. Meyer-Lübke, J. J. Mikkola, R. Much et M. Murko. Sur l’histoire des collaborateurs de la revue, voir également l’article de Fritz Lochner von Hüttenbach (1997).

13 Leo Spitzer est l’auteur de plusieurs études sur la France et la Provence, voir notamment Spitzer (1912 et 1913).

14 Giese (1932). Voir aussi l’analyse qu’en a fait Ravis-Giordani (1997).

15 Il s’agit ici de la traduction que fit Louis Dumont en 1943 du texte de Fritz Krüger sur les hautes Pyrénées (Krüger 1935), qui se trouve aux archives du MNATP, Ms 43.66.

Auteur

Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne
École des hautes études en sciences sociales

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search