Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

V. Le folklore en Europe : regards croisés

Georges Henri Rivière et l’Europe

Rapprochements et accommodements entre 1936 et 1945

Nina Gorgus
Traduction de Marie-Cécile Piontek

Texte intégral

1En furetant dans les archives du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), on découvre des photographies, des articles de journaux, du courrier et autres traces de correspondance émanant des musées européens. Ces documents proviennent, en grande partie, des années 1930 et soulignent combien, au moment même de son élaboration, le MNATP avait un caractère international. Quel rôle joua Georges Henri Rivière dans la mise en œuvre de cette internationalité ? Il commença, dès la fin des années 1920, à prendre des contacts et à s’informer sur les expériences muséales les plus récentes menées à l’étranger. De ces nombreux voyages, il ramena des photographies, des dessins et continua à converser avec les confrères rencontrés en tissant des liens épistolaires. Les congrès internationaux furent également l’occasion de consolider ce réseau : citons pour exemple le Congrès de folklore de Paris en 1937 et les rencontres internationales autour de ce congrès.

2La facilité avec laquelle Rivière nouait des contacts, et la manière avec laquelle il sut tirer profit de ces rencontres ont marqué, de façon significative, le MNATP à ses débuts. L’étude de ces contacts sera donc au cœur de cet exposé, consacré dans un premier temps aux réseaux internationaux, pour s’attarder ensuite sur le rapport franco-allemand et les influences venant d’Allemagne.

Réseaux internationaux

La Commission internationale des arts populaires (CIAP)

  • 1 Mouseion 23-24 (1933), p. 249.

3Rivière fut un voyageur infatigable, avide de toutes les innovations provenant des musées du monde entier. Il utilisa à cette fin le cadre institutionnel créé dans l’entre-deux-guerres. Le Congrès international des arts populaires de Prague, en 1928, auquel participèrent 300 chercheurs, procéda à son acte de naissance. Sous la direction d’Henri Focillon (Focillon 1931), l’assemblée se prononça pour la fondation d’une Commission internationale des arts populaires, la CIAP (aujourd’hui SIEF). Cette association avait pour but d’agir à un niveau international et national. L’Allemand Otto Lehmann, directeur du musée d’Ethnographie d’Altona, près d’Hambourg, fut son premier président. La CIAP souhaitait, entre autres, promouvoir la création de musées de plein air en Europe. Le lien avec l’Exposition internationale des arts et techniques de 1937, à Paris, et avec le futur MNATP est particulièrement intéressant. Avec l’Office international des musées, la CIAP avait l’intention de prendre part à l’Exposition internationale en proposant deux projets : un musée d’art et un musée d’art populaire en plein air1. Pour ce dernier, on se conformait à une décision prise à Prague :

  • 2 Mouseion 23-24 (1933), p. 250 ; voir Gorgus (2002).

« Il s’agirait, en définitive, de créer à Paris un musée de plein air où les visiteurs français et étrangers pourraient prendre contact avec la vie artistique de la France paysanne et où se formerait un centre d’étude et de conservation2. »

4Les aspirations internationales étaient en corrélation avec le désir, en France, de créer enfin un musée d’ethnographie française. En effet, au même moment, un comité d’études s’était formé autour de Paul Rivet et de Rivière, en vue de la création d’un musée de plein air national sur le mont Valérien. Des experts, riches d’expériences internationales, étaient membres de ce comité : par exemple Pierre-Louis Duchartre qui, en tant que président de la Commission nationale des arts populaires, était en relation avec la CIAP, et naturellement avec Henri Focillon.

  • 3 Archives du musée de l’Homme, Ms 147, Jean Cassou, Paul Rivet, Georges Henri Rivière, 1er février (...)
  • 4 Folklore de Suède 1937.

5Les influences européennes, qui sont dans le programme de création d’un musée de plein air des provinces françaises, établi en 1932 par Jean Cassou, Paul Rivet et Rivière, sont plus que perceptibles3. En effet, le musée qui a servi de modèle au projet existait déjà, à Skansen près de Stockholm (Erixon 1928). Le musée de plein air de Skansen, fondé en 1891 par Artur Hazelius comme antenne du musée Nordiska, influença tous les musées de plein air européens. Rivière s’y était rendu plusieurs fois. Le musée de plein air comprenait environ 100 édifices provenant de toutes les régions de Suède. Il se voulait être, à la fois, lieu de conservation et centre d’études, principe primordial lors de la création du MNATP. Le succès phénoménal rencontré par Skansen en Suède fut un des arguments repris par Rivière pour promouvoir la création d’une institution française. On partait du principe que cette dernière rencontrerait un succès analogue. À l’occasion du Congrès international de folklore de 1937, Rivière convia le musée Nordiska à présenter, dans les locaux encore en travaux du musée de l’Homme, une exposition ayant pour thème le folklore de Suède. Cette exposition offrait la vision d’un futur musée d’art populaire français4.

6La question de savoir comment les deux projets de la CIAP pouvaient servir et rejoindre les visées françaises fut également un sujet de réflexion pour le Comité d’études. On pensait poursuivre ces projets, après que l’Exposition internationale aurait fermé ses portes.

  • 5 Archives nationales F21 4906, 2a. « Ce département comprend un musée installé dans le palais du Tr (...)

7La CIAP ne put, par manque de moyens matériels et en raison de difficultés internes à l’organisation, réaliser le musée d’art et le musée d’art populaire en plein air. Cependant, si dans le décret de création du MNATP, datant du 1er mai 1937, il est également question, à côté de l’institution centrale, de musées de plein air érigés dans toute la France, c’est à ces influences internationales qu’on le doit5.

Le Heimatmuseum

  • 6 Un grand prix fut décerné à la présentation de la section « musées » et « expositions », ainsi qu’ (...)

8Dans le cadre de l’Exposition internationale, les Français réalisèrent, de leur propre chef et sous la direction de Rivière et d’André Varagnac, le musée du terroir de Romenay au Centre rural. L’exposition sur la commune de Romenay-en-Bresse tenait sur seulement 50 mètres carrés (Rivière 1938). Les 120 pièces exposées (outils de travail, meubles, objets de l’art populaire) étaient présentées avec des textes explicatifs, des cartes et des photographies afin de mettre en relief les aspects historiques et économiques de l’histoire villageoise. Ils proposèrent ainsi, à l’ethnographie française, des méthodes nouvelles d’approche et de présentation. L’ambitieuse mise en scène passa pour un petit chef-d’œuvre muséographique et reçut un prix du jury6. Le musée du terroir se conformait à des normes internationales et suscita l’enthousiasme des visiteurs étrangers. Le spécialiste du musée de Berlin, Niels von Holst, loua le musée du terroir pour son aspect « frais, [...] captivant et clair », et en particulier pour « le rapport heureux entre les panneaux didactiques et les objets typiques » (Holst 1938 et Roth 1990). Mais en même temps, il s’étonna que l’Exposition de Paris passât pour une « nouveauté sensationnelle », car pour lui les vrais créateurs se trouvaient à Cologne, à la Haus der Rheinischen Heimat, la Maison de la patrie rhénane (Rivière 1936 ; Gorgus 2000). Mais Holst se disait rassuré, car l’hégémonie allemande en matière de musée de terroir demeurait à son avis intacte : les Français « ont toujours reconnu que cette orientation était typiquement allemande et que l’on pouvait apprendre de l’Allemagne en la matière » (Holst 1938).

9Rivière se référait souvent aux musées allemands, qu’il jugeait exemplaires. En effet, Rivière avait, lors d’un grand voyage à travers l’Europe en 1936, fait également étape en Allemagne, et notamment à Cologne. Il commenta tout particulièrement, à l’occasion d’une conférence à l’École du Louvre, sa visite à la Maison de la patrie rhénane : « C’est une synthèse grandiose de la Rhénanie, allant de l’État et de ses princes au plus humble paysan, en passant par les seigneurs, le clergé séculier et régulier, les bourgeois, les artisans » (Rivière 1936).

  • 7 « Le musée doit aider les [visiteurs] à voir le présent dans le miroir du passé afin de leur prouv (...)
  • 8 « Un des principes directeurs a été de mêler les originaux aux reproductions, le but du musée n’ét (...)

10La Maison de la patrie rhénane traitait les grandes lignes de la vie sociale et politique de la Rhénanie, du haut Moyen Âge à l’histoire la plus récente (Klersch 1936)7. Les objets présentés dans le musée n’étaient pas tous authentiques, ce par manque de moyens financiers mais également pour des raisons de scénographie. Les quelques pièces originales furent associées à des maquettes, des textes et des graphiques, car on ne voulait pas reproduire le musée classique du XIXe siècle. Il est certain que cette pratique invitait à prendre de plus grandes libertés quant au contenu. Rivière en fit un commentaire plutôt positif (Rivière 1936)8. Cependant, le conservateur du musée, Joseph Klersch, mit en relief de manière évidente les aspirations idéologiques de son institution. Il associa la préservation de l’identité, objectif du musée, au « Volkstum » et à la « race » : « Son but consiste, en premier lieu, à éveiller en chaque individu la conscience de ses antécédents, à le faire pénétrer dans la communauté de destinée qui le lie à son voisinage, à sa commune, à sa lignée, à sa race » (Klersch 1936).

11L’unité d’exposition consacrée à la présentation du mouvement national-socialiste en Rhénanie montrait avec évidence l’endoctrinement national-socialiste et la mise en relief, plus ou moins volontaire, réservée à ce dernier. Soulignons que la présence de Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, lors de l’inauguration du musée, le 23 mai 1936, témoigna de manière significative de la fonction « éducative » que l’on prêtait, au sein du gouvernement, à la Maison de la patrie rhénane, et de son exemplarité (Alexander 1992).

12Rivière se montra fasciné par un musée qui, pour reprendre les propos de Martin Roth, était « en tous points conforme à l’enseignement officiel et national-socialiste de l’histoire, à la définition politique et sociologique de l’État et de sa société. » (Roth 1990). Qu’est-ce qui pouvait être, dans cette institution, louable aux yeux d’un Rivière plutôt apolitique, mais certainement pas antidémocrate ou raciste ?

13La Maison de la patrie rhénane était, à ses yeux, remarquable par trois aspects. Tout d’abord, sa structure. Le musée comprenait, d’un côté une « collection réservée à l’étude » et de l’autre une « collection réservée à l’exposition, la présentation ». Les expositions temporaires venaient compléter cette structure. Cette conception était conforme aux idées de l’époque. Rivière aspira également à cette conception pour le MNATP. La Maison de la patrie rhénane était considérée comme un musée particulièrement accessible au grand public, parce qu’il comptait attirer des visiteurs artisans, ouvriers et agriculteurs, qui contrairement à la bourgeoisie lettrée ne figuraient pas parmi les visiteurs habituels des musées. Dans la France du Front populaire, un musée d’art populaire se devait d’appliquer la devise « Culture et éducation pour tous ».

14Deuxième point important pour Rivière, la Maison de la patrie rhénane lui semblait mettre en œuvre une conception actuelle de l’identité. Le Heimatmuseum des années 1930 reposait sur une conception héritée du début du siècle et de l’Allemagne de Weimar. En tant que « lieux de l’éducation populaire » (Volksbildungsstätten), pour reprendre le terme de Gottfried Semper, les musées devaient transmettre au grand public les valeurs héritées de sa culture et de son histoire, cela sans l’aide des œuvres d’art (Korff 1978). Les national-socialistes ne furent donc pas les premiers à découvrir le lien entre musée, identité et éducation. Mais ils matérialisèrent ce lien en prenant appui sur l’ensemble de leur dispositif de propagande. La politique culturelle national-socialiste se montra cependant contradictoire. D’une part, la logique du sang et du sol fut l’élément déterminant et, à l’exemple de la Maison de la patrie rhénane, on mit l’accent sur l’élément germanique dans le cadre de la présentation de la région ; d’autre part, et voici le troisième point important pour Rivière, la Maison de la patrie rhénane mit en place une nouvelle scénographie dans le cadre muséal. Ce sont surtout ces nouvelles méthodes qui impressionnèrent tant Rivière. On reprit ici les pratiques de mise en scène développées dans les années 1920 autour du Bauhaus à Dessau, pratiques qui, en raison de leur élégance sobre, étaient estimées dans le monde entier. Cela dit, la propagande national-socialiste prôna ces formes intemporelles de présentation tant et si bien qu’elle en fit des objets de sa propre création. Sous le couvert de cette esthétique – il faut en tenir compte pour tout jugement concernant Rivière –, il n’était peut-être pas toujours facile de distinguer le tendancieux (Roth 1990).

15Rivière se laissa aveugler, en partie seulement par ce dispositif de propagande, s’intéressant par nature à tout ce qui lui semblait novateur et conforme à sa sensibilité esthétique. Il resta cependant en surface et ne regarda pas derrière les coulisses.

  • 9 Archives du MNATP, MS 47.116 B. 52. Georges Henri Rivière (1936).

16Il est intéressant de noter que « La Maison rurale », autre exposition de Rivière présentée dans le cadre de l’Exposition internationale ne plut pas aux Allemands. Exposant les différents types d’habitat en France, ses éléments de mise en scène modernistes rappelaient un peu trop les musées controversés de la Russie soviétique. Ces derniers provoquèrent l’enthousiasme de Rivière. Lors de ce même voyage qui le conduisit à Cologne, il visita 24 musées russes9. Mais ceci est une autre histoire.

Les échanges lors du Congrès de folklore 1937

  • 10 Travaux du IerCongrès de folklore (1938).

17Le Congrès de folklore eut lieu à Paris en 1937. Cette rencontre pouvait être l’occasion d’intensifier le lien franco-allemand10. La délégation allemande, très importante en nombre, présenta le folklore allemand, ses méthodes ainsi que son travail dans les musées. Cependant, le vocabulaire raciste et nationaliste des folkloristes allemands ne pouvait pas passer inaperçu. Dans son allocution d’ouverture, Adolf Helbok, professeur à Leipzig, indiquait par exemple à propos de la présentation de l’histoire du folklore :

« Le fait est que nous autres Allemands avons une notion du peuple qui n’est souvent pas comprise en Europe. Que nous disons, en outre, que le peuple est un organisme comme tout corps biologique. Que le sang compte beaucoup plus pour nous que pour d’autres nations pour lesquelles l’unité politique passe naturellement davantage au premier plan » (Helbok 1938).

18La proximité entre le folklore allemand et l’idéologie fasciste suscita la désapprobation des participants français. Arnold Van Gennep nota dans son compte rendu du Congrès : « La représentation officielle allemande était massive ; plusieurs orateurs ont insisté, par ordre sans doute, sur la subordination du folklore au nazisme » (Van Gennep 1938).

19Et il n’hésita pas à émettre des critiques sur certains travaux allemands.

  • 11 Voir John Meier au Geheimrat Roth, lettre, 23 décembre 1937, Correspondance générale, 1937, Deutsc (...)

20Les Allemands, en revanche, tenaient à poursuivre la collaboration avec leurs collègues français en les invitant à des congrès en Allemagne – n’avaient-ils pas remarqué le peu d’empressement de leurs confrères français, souhaitaient-ils ne pas s’y arrêter ou les Français ne partageaient-ils pas tous l’opinion de Van Gennep ? Cela reste à élucider11.

21Les contributions allemandes, au cours du Congrès, traitaient également une série de thèmes apparemment non idéologiques. Parmi ceux-ci, les études du projet de Hambourg « Les mots et les choses », dirigées par Fritz Krüger, qui présentaient la recherche de terrain en France (Schroder 1938 ; Krüger 1938 ; Beitl, Bromberger et Chiva 1997). Les travaux de Heinrich Harmjanz et d’Eric Röhr sur l’atlas de folklore allemand eurent aussi un grand retentissement (Harmjanz 1938 et Röhr 1938). Depuis longtemps, Van Gennep et Saintyves avaient entrepris un travail analogue en France, projet auquel s’associa le MNATP. Il fut décidé, lors du Congrès, de réaliser cet atlas à un niveau européen. Pour ce faire, une rencontre internationale eut lieu à Copenhague, en août 1938, afin de coordonner les travaux autour de l’atlas européen et de préparer un grand congrès à Stockholm. Rivière et Varagnac y étaient naturellement présents, tout comme le folkloriste national-socialiste Helbok déjà cité. La Seconde Guerre mondiale mit provisoirement fin à cette coopération internationale.

Les paradoxes de Georges Henri Rivière

22Ce n’est qu’une facette de Rivière et une petite partie de l’histoire du MNATP que nous mettons ici au jour. Revenons, en guise de conclusion, sur Georges Henri Rivière.

23Le fait que Rivière fit preuve d’une grande curiosité à l’égard d’autres formes de présentation muséales et utilisa les plus innovatrices lors de l’élaboration du musée fut une chance énorme pour le MNATP. Le musée demeura ainsi à un niveau international et, plus encore, innova. Au sein des organisations internationales, Rivière figura parmi les membres actifs et fut rapidement considéré, sur la scène internationale, comme l’expert français. Alors que les idées que Rivière ramena de Scandinavie ne furent pas sujettes à controverse, les contacts qu’il noua avec le folklore allemand et les musées allemands eurent lieu à un moment où le folklore allemand se compromettait par une subordination totale au national-socialisme. En avait-il conscience ? Était-il conscient de la portée idéologique du vocabulaire ou préféra-t-il ignorer les idéaux national-socialistes ? Déchiffra-t-il le rôle attribué au Heimatmuseum par les nazis, à savoir la célébration d’une identité germanique excluant les autres cultures ? Il est ici difficile de mettre à jour sa pensée.

  • 12 Voir la lettre de Georges Henri Rivière à Konrad Hahm, le 9 décembre 1941, dans laquelle il parle (...)

24D’un côté il montra, de manière significative, de l’enthousiasme pour l’esthétique pratiquée dans les musées – ne faisant ici aucune différence entre la Suède, l’Allemagne ou la Russie soviétique. Le savoir, le contenu transmis par ce biais l’intéressait assez peu. La facilité avec laquelle il nouait et entretenait les contacts ne fut pas sans le placer dans un voisinage dangereux avec, par exemple, des disciples du national-socialisme12.

  • 13 Archives nationales F21 4906 2m, Georges Henri Rivière, 23 mai 1938.

25D’un autre côté, il se tint à l’écart. Lorsqu’il reçut, en 1938, une invitation de l’organisation nazie « Kraft durch Freude », il se tourna vers ses supérieurs pour leur demander comment il se devait de répondre à de telles offres « pour bien servir mon institution et, avec elle, la science et mon pays13 ».

  • 14 Archives du MNATP, rapport Georges Henri Rivière, fonds Marcel Maget, 28 janvier 1945.

26Pendant l’Occupation, il ne répondit pas à une demande émanant de confrères berlinois. Ces derniers avaient accordé un prêt au musée de l’Homme en 1938 et voulaient en contrepartie des pièces françaises14. Rivière, qui avait établi le contact, et ses collègues du musée de l’Homme firent tout leur possible pour ignorer cette requête. Les 32 pièces venant d’Allemagne se trouvent aujourd’hui encore dans la collection du musée de l’Homme et sont tombées dans l’oubli.

27À l’époque, Rivière ne portait pas de jugement critique sur la fonction du musée dans l’État totalitaire. Lorsqu’il prend position, des années plus tard, afin de défendre l’idée d’écomusée et de distinguer ce dernier du Heimatmuseum, il apparaît que Rivière a peut-être toujours su de quoi il en retournait. Pour reprendre les propos émis lors de son cours de muséologie dans les années 1970 :

« Sous le régime national-socialiste, on voit se multipler les Heimatmuseen, musées pluridisciplinaires de terroir liés à une certaine mystique du sol (Blut und Boden), bien différente de la prise en compte de l’environnement et du milieu, de la nature et de l’hommes » (Barbier Bouvet et al., 1989 : 58).

28Peut-être le processus de création nécessite-t-il l’oubli.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alexander Beatrix, 1992. « Das Haus der Rheinischen Heimat auf der Pariser Weltausstellung », Geschichte in Köln 31 : 91-108.

Barbier Bouvet Jean-François et al., 1989. La muséologie selon Georges Henri Rivière : cours de muséologie, textes et témoignages. Paris, Dunod.

Beitl Klaus, Christian Bromberger et Isac Chiva, 1997. Mots et choses de l’ethnographie de la France : regards allemands et autrichiens sur la France rurale dans les années trente. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Emmerich Wolfgang, 1971. Zur Kritik der Volkstumsideologie. Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Erixon Sigurd, 1928. « Le musée nordique de Stockholm, Nordiska Museet », Mouseion 5 : 161-167.

Focillon Henri, 1931. Art populaire. Travaux artistiques et scientifiques du Ier Congrès international des Arts populaires. Prague 1928. Paris, Duchartre, 2 vol.

Folklore de Suède. Exposition organisée par le musée nordique de Stockholm, catalogue d’exposition, Paris, 1937.

Gorgus Nina, 2000. « Le Heimatmuseum, l’écomusée et Georges Henri Rivière », Publics et musées 17-18 : 57-68.

— 2002. « Der internationale Volkskundekongreß in Prag. Volkskunst zwischen Folkore, Volkstum und nationalen Traditionen », in Das entfernte Dorf. Moderne Kunst und ethnischer Artefakt (Ethnologia Austrica 3), Akos Moràvansky (éd.). Vienne, Böhlau : 125-135.

Harmjanz Heinrich, 1938. « Die wissenschaftliche Bedeutung des Atlas der deutschen Volkskunde », in Travaux du Ier Congrès international de folklore. Publications du département et du musée national des Arts et Traditions populaires, Tours, Arrault et Cie : 272-274.

Helbok Adolf, 1938. « Ansprache Prof. Helbok », in Travaux du Ier Congrès international de folklore. Publications du département et du musée national des Arts et Traditions populaires, Tours, Arrault et Cie : 27-33.

Holst Niels von, 1938. « Das Museumswesen auf der Pariser Weltausstellung 1937 », Museumskunde, 1 : 93-104.

Klersch Joseph, 1936. « Un nouveau type de musée : la Maison du pays rhénan », Mouseion, 35-36 : 7-46.

Korff Gottfried, 1978. « Didaktik des Alltags. Hinweise zur Geschichte der Bildungskonzeption kulturhistorischer Museen », in Geschichte lernen im Museum (Geschichtsdidaktik, Studien-Materialien, 3), Annette Kuhn et Gerhard Schneider (éd.). Düsseldorf, Schwann : 32-48.

Krüger Fritz, 1938. « Alte Dreschverfahren in der Romania », in Travaux du Ier Congrès international de folklore. Publications du département et du musée national des arts et traditions populaires, Tours, Arrault et Cie : 72-84.

Rivière Georges Henri, 1936. « Les musées de folklore à l’étranger et le futur, musée de folklore français des arts et traditions populaires », Revue de folklore français et de folklore colonial, mai-juin : 58-71.

— 1938. « Le musée du terroir de Romenay », Le folklore paysan 20, série E : 11-13.

Röhr Erich, 1938. « Der Aufbau des Atlas der deutschen Volkskunde », in Travaux du Ier Congrès international de folklore. Publications du département et du musée national des Arts et Traditions populaires. Tours, Arrault et Cie : 275-279.

Roth Martin, 1990. Heimatmuseum. Zur Geschichte einer deutschen Institution (Berliner Schriften zur Museumskunde, vol. VII). Berlin, Mann : 145-148.

Schröder Wilhelm, 1938. « Hausbau in NW-Spanien », in Travaux du Ier Congrès international de folklore. Publications du département et du musée national des Arts et Traditions populaires. Tours, Arrault et Cie : 62-70.

Travaux du Ier Congrès international de folklore, 1938. Publications du département et du musée national des Arts et Traditions populaires, Tours, Arrault et Cie.

Van Gennep Arnold, 1938. « Folklore », Revue de la quinzaine, 1er décembre (25.280).

Notes

1 Mouseion 23-24 (1933), p. 249.

2 Mouseion 23-24 (1933), p. 250 ; voir Gorgus (2002).

3 Archives du musée de l’Homme, Ms 147, Jean Cassou, Paul Rivet, Georges Henri Rivière, 1er février 1932 ; voir Ms 147, Comité d’études pour la création d’un musée des arts populaires et du folklore français, 12 février 1932, archives du musée de l’Homme. Le Bulletin des musées de France 3 (1932) parle de ce comité sous le titre : « Pour un musée de folklore français » : 47.

4 Folklore de Suède 1937.

5 Archives nationales F21 4906, 2a. « Ce département comprend un musée installé dans le palais du Trocadéro, et des musées de plein air qui seront organisés dans des domaines de l’État sur divers points du territoire. »

6 Un grand prix fut décerné à la présentation de la section « musées » et « expositions », ainsi qu’au Louvre et au musée Pergamon de Berlin. Journal officiel, 22 juillet 1938 : 801.

7 « Le musée doit aider les [visiteurs] à voir le présent dans le miroir du passé afin de leur prouver l’unité intime du passé et du présent qui engendre l’avenir. »

8 « Un des principes directeurs a été de mêler les originaux aux reproductions, le but du musée n’étant point d’exposer des œuvres d’art, mais d’évoquer puissamment tous les aspects de la civilisation rhénane. Un autre principe, dérivant du précédent, a été de faire une large place aux moyens graphiques ; c’est ainsi que de vastes tableaux imagés expliquent l’évolution de la milice de Cologne, de ses écoles, de son administration municipale, ou encore le rayonnement et l’action des monastères, alors que des modèles réduits des principales villes rhénanes démontrent les différents types de croissance urbaine. »

9 Archives du MNATP, MS 47.116 B. 52. Georges Henri Rivière (1936).

10 Travaux du Ier Congrès de folklore (1938).

11 Voir John Meier au Geheimrat Roth, lettre, 23 décembre 1937, Correspondance générale, 1937, Deutsches Volksliedarchiv Fribourg-en-Brisgau. On y lit : « J’envisage ensuite [...] d’inviter Rivière et Varagnac qui se sont tous deux montrés particulièrement amicaux envers les Allemands au Congrès international de folklore de Paris. » Il s’agit du Congrès de folklore, prévu en septembre 1938 à Bâle. Bâle fut choisie comme ville neutre pour s’assurer justement la participation des scientifiques étrangers. Rivière et Varagnac acceptèrent tout d’abord d’y participer, puis refusèrent, sûrement en raison des tensions entre la France et l’Allemagne durant l’été 1938.

12 Voir la lettre de Georges Henri Rivière à Konrad Hahm, le 9 décembre 1941, dans laquelle il parle de « notre ami le professeur Helbok ». Zentralarchiv Staatliche Museen preußischer Kulturbesitz, Berlin, I MVK 11, 874/41.

13 Archives nationales F21 4906 2m, Georges Henri Rivière, 23 mai 1938.

14 Archives du MNATP, rapport Georges Henri Rivière, fonds Marcel Maget, 28 janvier 1945.

Auteur

Universités de Francfort et de Tübingen

Marie-Cécile Piontek (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search