Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

V. Le folklore en Europe : regards croisés

Le folklore engagé : les militants de l’ethnologie nationale aux Pays-Bas dans les années 1936-1940

Adriaan De Jong
Traduction de Thomas K. Schippers

Texte intégral

1Comme ailleurs en Europe, un intérêt grandissant pour la culture populaire, considérée comme un des piliers de l’identité nationale, se développa parmi l’élite intellectuelle aux Pays-Bas, au cours du XIXe siècle. Dans ma thèse publiée en néerlandais en 2001, intitulée « Les chefs d’orchestre de la mémoire », j’ai examiné les processus de nationalisation et de « muséalisation » de la culture populaire durant cette période (De Jong 2001).

2Mais ce mouvement ne s’arrêta pas à la nationalisation et la muséalisation. Dans les années 1930, la culture populaire fut aussi « mobilisée », c’est-à-dire revitalisée, afin de servir de panacée dans la crise économique et morale dans laquelle la société se trouvait alors, selon des intellectuels conservateurs. C’est sur cette partie de ma thèse que je voudrais ici focaliser l’attention à l’aide de deux exemples précis situés à la fin des années 1930 : d’une part la campagne de revitalisation du port du vêtement traditionnel dans la province de Zélande, et d’autre part l’utilisation de l’ethnologie nationale (Volkskunde) pour renforcer le moral des troupes néerlandaises mobilisées (De Jong 2001 : 489-518, 557-564).

« Mères de famille, surtout habillez vos filles en costume zélandais ! »

  • 1 « Een dreigend gevaar voor Zeeland. De schoone kleederdrachten verdwijnen. Wat daartegen te doen zo (...)

3Le 9 octobre 1937 parut dans le principal journal provincial de Zélande un appel signé par quatorze personnes (uniquement des messieurs), se terminant par la phrase suivante : « Mères de famille, surtout habillez vos filles en costume zélandais1 ! » Les signataires étaient principalement des notables provinciaux zélandais : des maires, un pasteur, un notaire, un directeur de banque, un avocat, un journaliste, un artiste peintre et un folkloriste nationalement connu. Ils voulaient inciter la population paysanne zélandaise à continuer de porter ses costumes traditionnels. Inquiets, les signataires avaient constaté que si, dans beaucoup d’autres pays le maintien des costumes traditionnels faisait l’objet de politiques actives, comme par exemple à Madère où le gouvernement local l’avait rendu obligatoire, en Zélande il ne se passait rien de la sorte.

  • 2 « Om de dracht », éditorial Provinciale Zeeuwsche Middelburgsche Courant, 9 octobre 1937.

4Cet appel eut l’effet d’une bombe. Le même journal consacra immédiatement un éditorial à ce manifeste, où la rédaction soutenait pleinement l’appel, avec des sentences d’un cran plus radical encore : « Chaque paysanne qui troque son costume traditionnel pour un ensemble citadin perd par là plus que la moitié de sa beauté naturelle » et « Celle qui en costume traditionnel peut apparaître comme une petite princesse, ressemble en habits de ville souvent plus à une traînée2 ! »

  • 3 « Wij hebben ons eergevoel ! » Provinciale Zeeuwsche Middelburgsche Courant, 16 octobre 1937.

5Tout ceci provoqua une vive polémique dans les journaux de Zélande, à laquelle participèrent aussi des paysannes qui avaient décidé d’abandonner leurs costumes traditionnels. Elles attirèrent l’attention sur le fait que c’étaient surtout les citadins qui avaient été à l’origine du déclin du port des costumes traditionnels par leurs attitudes condescendantes et leurs remarques dénigrantes3. L’historien a eu la chance de pouvoir saisir directement l’opinion des personnes concernées, car celle-ci, la plupart du temps, n’est pas préservée pour la postérité.

  • 4 « Om eigen dracht, trant en traditie. Renaissance van binnen uit », Algemeen Handelsblad, 21 octobr (...)

6Rapidement, le sujet fut aussi repris par la presse nationale et un grand quotidien libéral parla « du processus tragique de l’homogénéisation ». Le Zélandais en deviendrait donc moins zélandais. Et selon ce même journal « sans adhérer à aucune théorie raciale, on doit reconnaître que la notion d’“attachement à son propre sol” possède une signification profonde pour chaque peuple4 ».

7On peut expliquer la vigueur des débats sur cette affaire de la préservation du vêtement rural zélandais par la position particulière occupée par cette province dans le domaine des costumes traditionnels. La Zélande, alors encore une province agricole par excellence, pouvait se réjouir, depuis le début du XXe siècle, d’un intérêt croissant, venu d’ailleurs, pour les costumes traditionnels locaux. Déjà, avant la Première Guerre mondiale, des artistes peintres, comme Jan Toorop, Theo Van Rijsselberghe et Piet Mondriaan, y avaient travaillé, de même que pendant cette guerre qui épargnait les Pays-Bas neutres, de nombreux artistes réfugiés y séjournaient, comme le peintre français Henri Le Fauconnier. Ainsi la population locale en habits traditionnels était devenue un thème admiré et bien connu (Van Vloten 1992 : 29).

8À cela s’ajoute qu’on trouvait généralement que le costume traditionnel, porté par des jeunes filles, les mettait en valeur de façon élégante (voire érotique), dimension sexuée non sans intérêt dans l’appréciation générale des vêtements traditionnels. Ainsi la Zélande avait commencé à jouer un rôle sur le plan national dans le domaine des traditions vestimentaires anciennes encore vivantes ; leur maintien n’était plus seulement une affaire provinciale, mais avait une importance nationale. Le fait que la princesse héritière Juliana s’était fait photographier en costume zélandais, avait en plus apporté à celui-ci une aura royale.

La culture rurale comme modèle pour la société

9Qui fut le folkloriste de renommée nationale qui avait participé, en tant que seul non-Zélandais, au comité qui avait publié cet appel ? Il s’agit de Dirk Jan Van der Ven (1891-1973), journaliste et essayiste qui, grâce à ses publications scientifiques grand public, était devenu, dans l’entre-deux-guerres, le principal vulgarisateur de la culture populaire aux Pays-Bas, et qui était bien plus connu que les quelques folkloristes universitaires ignorés du public. Après avoir été écarté par un conseil scientifique, lors de sa candidature au poste de directeur du musée néerlandais de Plein Air, le musée national des arts et traditions populaires fondé en 1912 à Arnhem, il s’était établi comme folkloriste indépendant. Depuis sa maison, dans un village près d’Arnhem, qu’il avait transformée avec sa femme, au cours des années 1930, en un centre de documentation considérable, il organisait de nombreuses activités telles que des conférences, des cours de danses populaires, des concerts, des compétitions de sports populaires, des fêtes « traditionnelles ».

10Van der Ven défendait une expérience vivante et une revitalisation active de la culture rurale. Il s’opposait en cela à la direction du musée néerlandais de Plein Air, qui se donnait comme vocation principale de collecter et de préserver, au sein de ses murs, des antiquités et différents aspects d’une culture populaire en voie de disparition. Sur un plan international, Van der Ven fut surtout connu pour son travail de pionnier dans le domaine du film ethnographique : au cours des années, il réalisa un certain nombre de documentaires, qu’il présenta lui-même lors de tournées, aussi bien aux Pays-Bas qu’à l’étranger (De Jong 2001 : 298-300 ; 352-377 ; 459-488).

11Vu l’intérêt national pour les costumes traditionnels de Zélande, il n’est donc pas étonnant que cet éminent défenseur des cultures populaires se soit impliqué dans leur préservation vivante, en apportant aux pétitionnaires locaux conseils et aide à un niveau national. Van der Ven proposa au comité d’organiser un certain nombre de rassemblements réunissant des centaines de paysans et de paysannes, de préférence en costumes traditionnels, lors desquels il projetterait ses films et ferait de la propagande pour le maintien du costume traditionnel.

  • 5 Allocution de Van der Ven, manuscrit, Archives Van der Ven, Meertens Instituut Amsterdam inv. 14-14 (...)

12Le 5 janvier 1938, Van der Ven donna sa première présentation cinématographique devant 600 personnes, dans une salle pleine à craquer de la capitale de la Zélande. Dans son allocution, il aborda quelques aspects plutôt théoriques du phénomène vestimentaire traditionnel. Selon lui, les vêtements populaires encore présents seraient des vestiges du temps des origines du peuple et des témoins de l’authenticité des populations rurales. En cela il s’opposait à l’idée selon laquelle les vêtements populaires seraient des « biens culturels descendus » des couches supérieures de la société, comme des éléments démodés passivement repris par les populations rurales5.

13On peut se demander si l’assistance était venue pour écouter de telles considérations théoriques. En tout cas, Van der Ven tentait de convaincre son public de la justesse de ce qu’on avait alors nommé en Allemagne la Mutterboden-Theorie, la théorie du « terreau maternel », des couches organiques décomposées qui assurent la fertilité future d’un terroir. Cette terminologie biométaphorique était utilisée pour indiquer que les costumes et autres pratiques populaires étaient liés au sol car ils en provenaient en quelque sorte. Cette théorie avait acquis chez les nazis une signification politique et raciste, utilisée pour « justifier » la supériorité et la plus grande pureté raciale du paysan par rapport aux urbains et aux Juifs (Eberhart 1994 : 431).

14Van der Ven avait découvert la prise de position des nazis, en faveur de la Mutterboden-Theorie, peu de temps avant la manifestation en faveur du costume traditionnel zélandais, lors d’un congrès sur les costumes populaires en Allemagne en septembre 1937. Ce congrès avait été co-organisé par la Nordische Gesellschaft (Société nordique), une association où Alfred Rosenberg, idéologue national-socialiste influent et auteur du livre Der Mythus des 20. Jahrhunderts (Le mythe du vingtième siècle) occupait une place importante. Un des intervenants fut aussi Hans Strobel, étoile montante parmi les ethnologues autour de Rosenberg, qui défendait l’idée que les vêtements populaires étaient des éléments liés à la race et que ceux-ci seraient plus authentiques et plus anciens que des influences dues à la mode ou à des peuples étrangers (Lixfeld 1994 : 211).

  • 6 « Een strijd voor het Zeeuwsche costuum », Nieuwe Rotterdamsche Courant, 13 février 1938.

15Nous ne savons pas si les idées de Van der Ven au sujet des origines des costumes populaires trouvèrent un écho, en revanche ses présentations cinématographiques dans plusieurs villes de Zélande furent un succès. Début 1938, le comité énonçait une série de mesures : les maîtresses de maison devraient employer uniquement des bonnes en costume traditionnel zélandais ; les instituteurs devraient combattre l’abandon de vêtements traditionnels par les enfants ; on créa un fonds spécial pour aider ceux qui voulaient revêtir un costume traditionnel sans avoir les moyens de l’acheter ; et enfin on décida de demander un soutien aux autorités religieuses, car il était prouvé selon le comité, que le maintien du costume traditionnel contribuait aussi au maintien de la Foi6.

16Il est par ailleurs difficile de savoir si les objectifs du comité ont eu quelques résultats durant la courte période précédant la Seconde Guerre mondiale. Par ailleurs, monsieur Van der Ven travaillait déjà à un autre projet, qui mérite également notre attention.

La culture populaire au secours du moral des troupes

17Suite aux menaces de guerre, une mobilisation générale fut proclamée aux Pays-Bas le 28 août 1939, et jusqu’au mois de mai 1940, le pays vécut dans un état de « drôle de guerre ». Parce que de nombreux militaires se trouvaient encasernés loin de leurs foyers, on prit rapidement des initiatives pour leur offrir des « loisirs édifiants ». En octobre 1939, un conseil central pour la formation et la détente des militaires mobilisés fut mis sur pied, pour lequel le prince Bernard, époux de la princesse héritière Juliana, accepta la présidence d’honneur (Einthoven 1974 : 74-78 ; Ten Have 1999 : 89-90).

  • 7 Programme de formation, manuscrit par Van der Ven, archives Van der Ven, Meertens Instituut Amsterd (...)

18C’est dans le cadre de ce programme de formation, que fut engagé sous contrat le folkloriste Van der Ven pour effectuer une tournée dans les campements militaires, et y faire comprendre, grâce à ses films et à ses conférences, « ce qu’ils [les militaires] auront au fond à défendre »7. C’était donc des images déjà archaïsantes de la société rurale qu’il donnait à voir aux soldats. Ce pour quoi ils allaient réellement se battre, à savoir la démocratie, semble avoir été bien loin du point de vue de Van der Ven.

  • 8 Rapport de Van der Ven sur ses activités, archives Van der Ven, Meertens Instituut Amsterdam, inv. (...)

19Il n’est alors pas vraiment étonnant de retrouver le même Van der Ven une année plus tard, alors que les Pays-Bas sont occupés par les Allemands, en train de donner une série de conférences folkloriques comparables dans des camps de formation national-socialiste pour chômeurs8. Apparemment, cela ne posait aucun problème à Van der Ven de passer de son engagement au service du royaume des Pays-Bas à celui de l’occupant allemand. Il restait, selon lui, mobilisé au service de la culture populaire.

Une mission pédagogique

20Il ne faut pas voir l’activisme en faveur du costume traditionnel zélandais et les prestations de Van der Ven comme un phénomène isolé. Ils font partie d’une mission pédagogique dont certains cercles, dans les années 1930, avaient investi la culture rurale traditionnelle : contrebalancer l’influence selon eux néfaste diffusée par une société urbaine cosmopolite. Ces cercles furent en particulier formés par un vaste groupe d’intellectuels pessimistes, qui estimaient que l’avènement d’une culture de masse conduirait à une homogénéisation, une désintégration et finalement à la disparition d’une certaine forme de civilisation (Van Ginkel 1999 : 7, 67, 97 ; Ten Have 1999 : 30-34,41-43, 62-65).

21L’image donnée par la culture rurale d’un sens de la communauté et de la réciprocité était considérée par eux comme favorisant l’unité populaire, face aux divisions, luttes des classes et de partis, qui étaient selon eux l’apanage de la démocratie. La culture rurale en voie de disparition n’était pas seulement considérée comme un patrimoine dont les expressions se devaient d’être conservées pour des raisons historiques ou esthétiques dans des musées, mais cette culture rurale était aussi un modèle pour la société future. Les costumes traditionnels jouaient ici un rôle important, car leur aspect communautaire contrastait avec les modes vestimentaires urbaines marquant clairement les différences sociales.

22La vie rurale fut par là célébrée comme un modèle de la pureté de l’âme nationale. Le régionalisme et le nationalisme ne s’opposèrent guère, car par la préservation des particularismes locaux, on nourrissait le sentiment de solidarité nationale. Les manifestations de sympathie de la part de la reine en faveur de la préservation des costumes traditionnels zélandais soulignaient qu’il s’agissait ici de valeurs nationales.

23Cela explique aussi que les actions en faveur de ces costumes zélandais furent essentiellement l’affaire des élites locales. Se considérant comme véritables « chefs d’orchestre », elles pensèrent pouvoir piloter d’en haut le port des vêtements traditionnels, ce qui témoigne d’une conception extrêmement autoritaire. On peut encore concevoir que la nature sauvage puisse être enfermée dans des parcs nationaux, mais peut-on, d’en haut, muséaliser des individus et les nationaliser ainsi, en tant qu’habitants d’un parc national du costume traditionnel ?

24On n’est ici pas très loin de George-Armand Masson, qui formule ses exigences de la manière suivante :

  • 9 Dans son texte La femme de France (1936), cité par Thiesse (1999 : 253-254).

« On protège les paysages. Il faudrait aussi protéger les paysannes contre la désaffection de leurs modes régionales. Je demande que les costumes soient classés monuments historiques. Je demande que les coiffes soient déclarées d’utilité publique. Je demande qu’on envoie dans des camps de concentration les jolies filles qui, si charmantes dans le costume de leurs grand-mères, préfèrent s’habiller comme les figures de cire des grands magasins, oubliant qu’elles sont une richesse nationale au même titre que les châteaux de la Loire ou que la cité de Carcassonne9. »

25L’exemple du costume traditionnel zélandais montre ainsi qu’il ne s’agissait pas ici seulement d’un « sujet innocent » qui avait germé de la nostalgie de quelques-uns. Van der Ven voyait, dans la revitalisation de la culture rurale, un antidote aux maux de l’époque et un moyen pour créer un élan patriotique unitaire, message qu’il réussit à transmettre à beaucoup.

26Des éléments de la célébration de la culture rurale aux Pays-Bas ressemblent aux opinions dominantes dans les cercles nazis, à cette différence près que l’on n’y exprime pas de considérations racistes au sujet de la culture populaire dans les années 1930, même pas Van der Ven. Certains folkloristes néerlandais ont perçu le danger à temps, mais pour d’autres la dimension pédagogique attribuée à la culture populaire durant les années 1930 fut un premier pas vers une collaboration spirituelle avec les nazis durant l’occupation.

Bibliographie

Références bibliographiques

Archives Meertens Instituut, Amsterdam, collection Van der Ven.

Archives Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie (NIOD), Amsterdam, collection 099.

De Jong Adriaan, 2001. De dirigenten van de herinnering. Musealisering en nationalisering van de volkscultuur in Nederland 1815-1940. Nimègue et Arnhem, SUN-Nederlands Openluchtmuseum.

Eberhart Helmut, 1994. « Nationalgedanke und Heimatpflege : Viktor Geramb und die Institutionalisierung der Volkskunde in Graz », in Völkische Wissenschaft. Gestalten und Tendenzen der deutschen und österreichischen Volkskunde in der ersten Hälfte des 20. fahrhunderts, Wolfgang Jacobeit, Hannjost Lixfeld et Olaf Bockhorn (ed.). Vienne, Cologne et Weimar, Böhlau : 427-439.

Einthoven Louis, 1974. Tegen de stroom in. Levende vissen zwemmen tegen de stroom in, alleen de dooie drijven mee. Apeldoorn, Semper Agendo.

Lixfeld Hannjost, 1994. « Aufbau und Aufgaben von Rosenbergs Reichsarbeits gemeinschaft fur Deutsche Volskkunde », in Völkische Wissenschaft, Gestalten und Tendenzen der deutschen und österreichischen Volkskunde in der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts, Wolfgang Jacobeit, Hannjost Lixfeld et Olaf Bockhorn (ed.). Vienne, Cologne et Weimar, Böhlau : 205-217.

Ten Have Wichert, 1999. De Nederlandse Unie. Aanpassing, vernieuwing en confrontatie in bezettingstijd 1940-1941. Amsterdam, Prometheus.

Thiesse Anne-Marie, 1999. La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle. Paris, Le Seuil.

Van Ginkel Rob, 1999. Op zoek naar eigenheid. Denkbeelden en discussies over cultuur en identiteit in Nederland. La Haye, Sdu Uitgevers.

Van Vloten Francisca, 1992. « Hoog en luchtig. Een wandeling door de geschiedenis van het Badhotel in Domburg », in Walacria. Een kroniek van Walcheren, vol. IV. Middelburg : 21-35.

Notes

1 « Een dreigend gevaar voor Zeeland. De schoone kleederdrachten verdwijnen. Wat daartegen te doen zou zijn », Provinciale Zeeuwsche Middelburgsche Courant, 9 octobre 1937.

2 « Om de dracht », éditorial Provinciale Zeeuwsche Middelburgsche Courant, 9 octobre 1937.

3 « Wij hebben ons eergevoel ! » Provinciale Zeeuwsche Middelburgsche Courant, 16 octobre 1937.

4 « Om eigen dracht, trant en traditie. Renaissance van binnen uit », Algemeen Handelsblad, 21 octobre 1937.

5 Allocution de Van der Ven, manuscrit, Archives Van der Ven, Meertens Instituut Amsterdam inv. 14-14-3 ; « De oogstfilm. Een groot succes voor de propaganda voor het Zeeuwsch costuum », Provinciale Zeeuwsche Middelburgsche Courant, 6 janvier 1938.

6 « Een strijd voor het Zeeuwsche costuum », Nieuwe Rotterdamsche Courant, 13 février 1938.

7 Programme de formation, manuscrit par Van der Ven, archives Van der Ven, Meertens Instituut Amsterdam, inv. 28-1-12.

8 Rapport de Van der Ven sur ses activités, archives Van der Ven, Meertens Instituut Amsterdam, inv. 7-31-25 et 7-31-26 ; lettre de Van der Ven à un fonctionnaire des camps de formation, 27 janvier 1941, archives NIOD Amsterdam, Collection 099, inv. 38 a.

9 Dans son texte La femme de France (1936), cité par Thiesse (1999 : 253-254).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search