Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

IV. Musées et institutions

L’écriture du musée : l’exemple du musée du terroir de Romenay

De la monographie à l’exposition

Annie Bleton-Ruget

Texte intégral

1Au cœur des débats qui s’organisent autour de l’ethnologie française à la fin des années 1930 (Weber 2003), la mise en ordre du musée du terroir de Romenay, dans le cadre de l’Exposition internationale de 1937, est souvent considérée comme une étape expérimentale, qui a contribué au développement de formes, appelées à durer, de muséographie et de saisie ethnographique. Observées du point de vue de ce musée en gestation, les questions touchant à la constitution scientifique et à l’institutionnalisation de l’ethnologie n’apparaissent pas exclusivement comme des questions de contenu et de méthode et ne sauraient être détachées d’un contexte historique, qui ne se limite pas au seul champ scientifique.

2La reconstitution de la généalogie de ce musée conduit à appréhender les éléments d’un tel contexte, alors que tente de se construire un nouveau domaine scientifique. L’examen, dans le même temps, des cadres conceptuels dans lesquels l’entreprise s’est construite, permet de mieux comprendre les incidences du recours à un cadre préconstitué – celui d’un musée de village – sur les démarches de ceux qui commencent à explorer, scientifiquement, le terrain des campagnes françaises. Au total, le croisement de ces deux modes d’approche aide à saisir autrement les apports et les limites de la muséographie dans la constitution d’une ethnologie nationale.

La commande

3Pour comprendre les modalités de présentation du musée, tel qu’il a été exposé durant l’été 1937, dans la salle de la mairie du Centre rural à la Porte Maillot, et les choix de contenu qui ont présidé à sa mise en œuvre, il est indispensable de connaître ses origines et ses initiateurs. En recoupant les informations dont on dispose sur le projet de présentation d’un musée du terroir à Paris et en les mettant en relation avec la logique du dispositif, on peut légitimement estimer que l’idée ne vient pas de Georges Henri Rivière et de ses collaborateurs. Ce musée est une commande, qui s’inscrit dans le projet plus large du Centre rural.

  • 1 Exposition des arts et des techniques, rapport général, E. Labbé commissaire général, avril 1938.

4L’idée d’un lieu spécifiquement destiné à promouvoir une image officielle de l’agriculture française dans le cadre d’une Exposition internationale n’existait pas dans le cahier des charges initial1. Elle se fait jour plus tardivement. Témoignage de cette arrivée retardée, le Centre rural n’est pas installé, comme le gros de l’Exposition, à proximité des berges de la Seine et de l’esplanade des Invalides, mais dans une annexe, à la Porte Maillot.

5Tel qu’il a été conçu, ce projet a été porté par le comité d’agriculture de l’Exposition, un comité fort éclectique, mais finalement bien tenu en main par le monde de l’agriculture « républicaine ». Joseph Faure, sénateur corrézien, devenu président du Sénat et président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, en est le président. Les sources attribuent volontiers la paternité directe du Centre rural à Michel Augé-Laribé, alors représentant de la France à l’Institut international d’agriculture (Barral 1968).

6On peut aisément comprendre qu’un tel projet, qui s’inspire d’une représentation relativement progressiste de l’agriculture et de la paysannerie, ait rencontré toutes les faveurs de la nouvelle majorité, issue des élections du printemps 1936. La gauche victorieuse ne pouvait ignorer le monde rural durement soumis à la crise et de plus en plus sollicité par la droite et l’extrême droite. En son sein, de surcroît, l’enjeu agricole rapprochait et divisait tout à la fois les radicaux-socialistes – en perte de vitesse, mais très bien implantés dans les organisations agricoles – et les socialistes à la conquête d’un nouvel électorat.

7De longue date, au-delà des élus et des responsables politiques, c’est tout le monde de l’administration républicaine de l’agriculture qui souhaitait la mise en œuvre d’initiatives propres à revaloriser l’image des campagnes, alors que l’exode rural s’intensifiait depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale. L’État républicain et son administration avaient d’ailleurs renforcé leur présence au village en encourageant toute une série d’initiatives : développement des syndicats agricoles, des caisses locales de crédit agricole et des coopératives, ou en favorisant l’aménagement des campagnes par l’électrification et l’installation de l’adduction d’eau.

8Pour les tenants de l’agriculture républicaine, au-delà des réalisations techniques, le cadre structurant de la commune pouvait accueillir des opérations plus symboliques de défense du monde rural, comme en témoignent les initiatives de l’Office agricole du Midi en faveur des concours du « village moderne », lancé par Albert Laurent, inspecteur général de l’Agriculture de la région du Midi (Laurent 1931). C’est cette même volonté d’exhibition d’une modernité agricole et rurale inscrite dans un cadre villageois, qui préside à la mise en place du Centre rural, ce « Village 37 » davantage conçu comme l’expression d’un projet novateur, que comme une reconstitution stéréotypée.

9À l’Exposition, le souci de modernisme s’est manifesté dans la conception d’ensemble du Centre et dans ses formes architecturales. L’ensemble des pavillons qui le composaient s’organisait autour de trois pôles : l’exploitation rurale, les instances nécessaires à l’organisation professionnelle des agriculteurs, enfin, les services publics indispensables au bon fonctionnement d’un monde rural saisi à l’échelle communale.

10Selon des modalités diverses, chacun de ces pôles déclinait les thèmes majeurs de l’agrarisme républicain. À travers la présentation d’une exploitation modèle, l’exploitant agricole apparaissait comme un paysan propriétaire, et l’image valorisée du petit producteur indépendant capable d’échapper aux contraintes du salariat voyait là sa concrétisation. L’organisation coopérative de la profession était la réponse aux formules corporatistes que préconisaient les adversaires conservateurs. Quant au souci d’intégration nationale de la paysannerie, il transparaissait dans la conception de la section dite « de l’organisation administrative ». Si le Centre ne comportait pas d’église, il regroupait une mairie dotée d’une bibliothèque, d’une école et d’une école ménagère, un dispensaire et des bains-douches, enfin un bureau de poste.

11C’est du côté de ces instruments d’intégration de la petite patrie dans la nation républicaine que l’on retrouve le musée. Son installation dans une salle de la mairie dite « salle du cadastre », à proximité de l’école et de la bibliothèque, lui assigne une incontestable fonction pédagogique, à l’image de la forme monographique qui a servi à son écriture.

  • 2 Voir la circulaire de 1911 du ministre de l’Instruction publique Maurice Faure, citée par Anne-Mar (...)

12Depuis sa mise en place, l’école républicaine avait, en effet, popularisé la monographie communale, comme mode de lecture du territoire national, d’abord en sollicitant des monographies de village pour des circonstances exceptionnelles comme les expositions de 1889 et de 1900, puis en intégrant cet exercice d’écriture dans la formation des instituteurs eux-mêmes2. Dans l’entre-deux-guerres, la mise en place de l’enseignement agricole conforte la place des monographies communales dans la formation des instituteurs agricoles, dès lors qu’il s’agit d’y inclure les réalisations les plus contemporaines et les résultats agricoles les plus tangibles. Longtemps cadre de lecture préconstruit de l’espace national, la monographie communale est alors devenue un outil d’évaluation de la productivité agricole. Une fois encore, à travers la circulation d’outils cognitifs, les liens entre l’administration de l’Éducation nationale et celle de l’Agriculture se trouvaient matérialisés.

13C’est une réalité que l’on ne peut ignorer lorsque l’on rencontre, à la fin de l’année 1936, Georges Henri Rivière, affronté à la redoutable commission des finances du Sénat et tentant d’obtenir les financements nécessaires à la mise sur pied d’initiatives croisant « recherche ethnographique et organisation des loisirs » (Ory 1994 : 26), autrement dit les premiers musées de plein air et autres musées de terroir.

  • 3 Archives du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), Exposition internationale de (...)

14De tout cela, le projet de musée à l’Exposition porte incontestablement la marque, comme encore celle d’une volonté d’apaisement après les premières tensions suscitées par ce village sans église qu’était le Centre rural. Du côté des défenseurs de la conservation sociale, un comité national « pour l’érection d’une église au village de l’Exposition » avait tenté de mobiliser « ceux qui demeurent attachés aux traditions glorieuses de notre pays »3. Les polémiques avaient été vives. Avec la présence d’un musée au Centre rural, c’est une autre image de la ruralité qui entrait en scène. À la vision moderniste et quasi utopiste d’une agriculture projetée vers l’avenir que figurait le « Village 37 », se trouvait désormais associée, par le biais du musée, une dimension rétrospective qui réinscrivait la ruralité dans l’histoire et dans la tradition.

Le terrain

  • 4 D’après Le Nouveau Journal, mardi 11 novembre 1930, in Le Romenayou, bulletin des Amis du vieux Ro (...)

15Dans ce dispositif, pourquoi Romenay ? Il ne devait pas manquer, en France, à la même époque, de petits musées embryonnaires, mêlant collections d’objets divers, trouvailles archéologiques, rassemblement de vieux outils et collectes de costumes. Tel était l’état du musée de Romenay, lorsque l’équipe de Georges Henri Rivière le découvre en février 19374. Les raisons de ce choix, parmi d’autres musées, semblent trouver leur origine dans le repérage fait par Rivière, l’année précédente, lors d’une mission en province (Ory 1994 : 507).

16Installées quelques années plus tôt, d’abord à l’hôtel de ville puis au presbytère, les premières collections du musée sont le fruit d’une passion d’antiquaire, celle d’un jeune licencié ès lettres, André Lagrange, dont les parents sont instituteurs dans le village depuis 1911. Si cette accroche locale n’a pas dû être négligeable pour décider du choix de ce musée, on peut aussi légitimement faire l’hypothèse que les réseaux politiques locaux n’y sont pas étrangers.

17Dans les circonscriptions rurales du département de Saône-et-Loire, notamment dans le val de Saône et la Bresse à laquelle appartient le village de Romenay, en dépit de son histoire complexe qui le rattache au Mâconnais, les radicaux-socialistes et les socialistes sont alors bien représentés. Parmi les élus, députés et conseillers généraux, quelques leaders sont aussi présents dans les nombreux organismes régionaux et nationaux constitués depuis la fin des années 1920 autour de la défense de l’agriculture et plus particulièrement de la viticulture. Citons Henri Boulay, député socialiste du Mâconnais, président et fondateur de la cave coopérative de Saint-Gengoux-de-Scissé, président de la Fédération nationale des caves coopératives, à qui l’équipe de Rivière rend visite en mars 1937, dans sa cave coopérative de Saint-Gengoux-de-Scissé ; ou encore le docteur Ozanon, maire radical de Romenay en 1929, président de la Confédération générale des associations viticoles de Bourgogne. Dans le petit monde politico-agricole dont les réseaux locaux étaient relayés, à Paris, par les circuits parlementaires, le village de Romenay bénéficiait de faveurs multiples.

  • 5 Archives départementales de Saône-et-Loire, 1T 292.

18La seconde raison qui milite pour le choix d’un lieu susceptible d’attirer l’attention depuis Paris est la présence locale d’un important milieu folkloriste. Ce dernier mêle des individus et des initiatives de natures assez différentes. Du côté des amateurs collectionneurs, la personnalité la plus représentative est Maurice Perrin de Puycousin, qui assure depuis la veille de la Première Guerre mondiale les fonctions de conservateur du musée Greuze de Tournus aux côtés de Gabriel Jeanton. Grand collectionneur de gravures et de lithographies, Perrin de Puycousin a aussi rassemblé de nombreux objets domestiques et une importante collection de costumes, notamment bressans, qu’il expose, depuis 1929, dans un musée privé installé, au pied de l’abbaye de Tournus, dans une vaste demeure appartenant à Albert Thibaudet5. Adepte de reconstitutions de scènes villageoises dont il a fait plusieurs présentations dans son musée ou dans le cadre de la foire gastronomique de Dijon, Perrin de Puycousin s’occupe, en 1937, de l’installation d’un musée de la Vie bourguignonne à Dijon et de la reconstitution d’un intérieur bourguignon au pavillon Bourgogne-Franche-Comté au Centre régional de l’Exposition.

  • 6 Juriste de formation, ancien élève de l’École des hautes études et auditeur libre de l’École des c (...)

19Même si l’importante collection de costumes du musée n’est pas étrangère à la présence locale de Perrin de Puycousin, le contact entre l’équipe de Rivière et les folkloristes locaux se fait par l’intermédiaire de Gabriel Jeanton. Depuis de nombreuses années, ce dernier fait autorité en matière de folklore érudit et, à la différence de l’amateur Perrin de Puycousin, il incarne localement la science6. Passé par l’archéologie et par l’histoire, membre de très nombreuses sociétés savantes et auteur de nombreuses publications, c’est autour de l’étude des frontières juridiques qu’il vient à l’ethnographie dans les années 1920, dans un contexte où le régionalisme érudit est à l’honneur (Bleton-Ruget 2002 : 60-73).

  • 7 Archives du MNATP, Gabriel Jeanton, Rapport sur la première enquête du folklore ; Gabriel Jeanton (...)

20Comme l’atteste son ouvrage consacré au Mâconnais traditionaliste et populaire, publié entre 1920-1923 (Jeanton 1920-1923), Gabriel Jeanton participe aux entreprises des folkloristes qui tentent d’individualiser, dans les traditions populaires, un objet d’étude propre à fonder une nouvelle discipline. L’académie de Mâcon, dont il a été le président à plusieurs reprises, a constitué en son sein un comité régional de folklore présidé par Émile Violet et lui-même participe aux enquêtes nationales d’ethnographie7. Au cœur des inventaires qu’il a contribué à promouvoir, ses publications ont attiré l’attention sur l’habitat et le costume bressan (Jeanton et Duraffour 1935), dont il n’hésite pas aussi à vanter les charmes dans le cadre de l’Association pour la renaissance des fêtes et des traditions populaires, et à l’occasion de manifestations qui échappent largement au monde érudit pour rejoindre le revivalisme culturel (Laferté 2002). Gabriel Jeanton est, en effet, dans le même temps, un défenseur de traditions populaires conçues comme un rempart face à la décadence des mœurs et aux incertitudes des temps.

21Dans le monde de l’ethnologie en construction, il a aussi contribué à l’élaboration d’une cartographie des frontières ethnographiques (droit, langue, habitat, costume), notamment en présentant, dans la « section du folklore appliqué à la vie sociale » du Congrès international de folklore en 1937, les premiers résultats de ses travaux sur le tracé des limites entre la France du Nord et du Sud. Animateur culturel, notable local et juriste érudit, Gabriel Jeanton est une personnalité susceptible de faire localement la jonction entre le monde des musées des beaux-arts et celui, en gestation, des musées d’ethnographie. Partisan d’un art appliqué susceptible de donner à des créations nouvelles une inspiration populaire et régionale, son intérêt pour un art bressan ne relève pas seulement de la curiosité scientifique, mais renvoie à des soucis très contemporains de revitalisation de l’artisanat. À la fois préoccupé de folklore et d’art national, familier de l’administration des Beaux-Arts et de l’ethnologie naissante, Gabriel Jeanton était un interlocuteur inévitable. Lors de son expédition en Bresse, l’équipe de Georges Henri Rivière fait route, depuis Mâcon, en sa compagnie, pour rejoindre le village bressan dont les spécificités ethnographiques avaient déjà été largement préconstruites par un informateur patenté.

La méthode

22C’est en se plaçant au carrefour des exigences multiples qui pèsent sur le projet muséographique de l’équipe Rivière, que l’on peut comprendre la structure et le contenu du musée mis en place au début de l’année 1937. Une fois achevé, le dispositif porte la marque des impératifs d’une commande, celle de la contrainte de savoirs locaux déjà consolidés, celle encore de nécessités techniques et conceptuelles attachées à la forme muséographique, celle, enfin, d’une volonté d’expérimenter ce nouvel outil culturel et touristique que pourraient être les musées locaux d’ethnographie (Collet 1987 : 69-99).

  • 8 « Le musée du terroir de Romenay », Folklore paysan, mars 1938. Cette revue est alors éditée par l (...)
  • 9 Jusqu’au projet très récent de sa réhabilitation, ce musée a offert aux visiteurs de nombreuses tr (...)

23Le cheminement de l’entreprise et ses résultats montrent aussi des choix qui ne sont pas purement théoriques. Pour les reconstituer, nous disposons de différents documents : les journaux d’étapes de la mission conservés aujourd’hui aux archives du musée national des Arts et Traditions populaires, la description que donne Georges Henri Rivière du musée en 1938, dans le premier numéro de la revue Folklore paysan8, enfin, l’état longtemps maintenu du musée d’origine9.

  • 10 Archives du MNATP, J. R GHR 37. 1. 2 PR 8.

24La mise en chantier de l’opération commence de manière tardive, en février 1937, alors que la pose de la première pierre du Centre rural a eu lieu le 29 janvier. La première équipe est composée de Georges Henri Rivière et d’André Varagnac. Engagée le 9 février, la mission dure deux jours10. Les tâches sont organisées entre l’inventaire du dépôt existant, les enquêtes auprès des interlocuteurs locaux et la visite de quelques fermes particulièrement représentatives. La mise en forme de l’exposition relève des initiatives de Georges Henri Rivière et de ses propres démarches intellectuelles dont on peut suivre le cheminement dans les notes de son journal d’étape. Des plans successifs d’aménagement y montrent la mise en œuvre de cadres de classement, l’évolution des formes de présentation des informations et finalement les hésitations d’une muséographie en acte.

  • 11 Archives du MNATP, PR 10, 23 mars 1927. Dans le dossier de presse (ATP 1937, juillet, Romenay-Pari (...)
  • 12 Archives du MNATP, Le Progrès de Lyon, 22 mars 1937.

25Le travail autour du musée se poursuit dans les mois qui suivent et l’équipe est à nouveau présente sur le terrain en mars11, enrichie de nouveaux collaborateurs, tels Jean Margot-Duclot et Guy Pison. Elle fait cette fois-ci l’objet d’une réception très officielle, et est accompagnée par les folkloristes locaux, Gabriel Jeanton, Emile Violet et André Lagrange, le maire de Romenay, conseiller général du canton, le directeur des services agricoles du département et l’archiviste départemental. Dans le même temps, toutes ces personnalités ont été sollicitées par Rivière pour lui fournir la documentation nécessaire à la constitution du musée. Un film est tourné sur le marché de Romenay, lors de cette deuxième mission, pendant que sont collectées plus de trois cent photographies. Ces « messieurs de Paris » sont gratifiés d’une fête villageoise animée par les groupes folkloriques de Tournus et de Louhans, celui de Romenay étant en cours de constitution pour accompagner le musée à l’Exposition12.

26Une fois achevé, tel qu’il a été présenté dans les 45 m2 de la salle de la mairie du Centre rural, ce musée se composait d’un ensemble de panneaux conçus de manière très didactique. Ces panneaux, qui présentaient des photographies accompagnées de textes, de documents historiques ou de tableaux statistiques étaient exposés dans un environnement d’objets archéologiques ou ethnographiques librement présentés ou rassemblés sous vitrines, selon les nouvelles règles muséographiques que Georges Henri Rivière s’employait alors à imposer (Gorgus 2003). L’ordre d’exposition de ces panneaux ne relevait pas du hasard. Chacune des séquences entrait dans une logique prédéfinie : la séquence géographique ouvrait l’exposition ; puis venait celle de la préhistoire ; celle de l’histoire qui la suivait précédait celle de l’ethnographie ; enfin, cette dernière assurait la transition avec l’économie villageoise et l’exposition s’achevait sur le thème du développement du nouveau Romenay depuis l’arrivée du chemin de fer (1879), celle des autocars (1936), l’empierrement des routes et les progrès de l’instruction. Entre déterminisme géographique et déroulement du fil de l’histoire, ce musée du terroir reproduisait et exposait une vision de la France rurale que l’école républicaine n’avait cessé d’enseigner.

27Dans cette écriture linéaire qui reproduisait le schéma de la monographie de village, les thèmes ethnographiques occupaient une place assez limitée. Un panneau était consacré à l’habitat et à l’habitation (présentation d’une cheminée sarrasine), un autre montrait l’outillage et les métiers (la fileuse, le charron, le forgeron), un troisième exposait les âges de la vie et divers jeux et divertissements (le baptême, les conscrits, les vieilles à la sortie de la messe, les jeunes filles en costume « traditionnel »). La présentation des objets, outils de travail, instruments de ménage et costumes régionaux, venait compléter ces représentations photographiques qui saisissaient de manière très novatrice des gestes, et soulignaient certaines pratiques collectives.

28Avant de parvenir à cette étape finale, dans laquelle le cadre monographique l’emportait ainsi que son souci didactique, le cheminement avait été plus incertain. Les brouillons d’implantation qui accompagnent les plans thématiques dans le journal d’étape de Georges Henri Rivière en témoignent, comme encore ses hésitations autour du contenu à donner au terme « folklore ». Ce terme apparaît de manière précoce dans les notes de l’auteur qui le décline en trois rubriques : civilisation matérielle, structures sociales, idéologie. À chacune de ces rubriques il tente d’associer des données spécifiques de la vie locale et des modes de représentation susceptibles de pouvoir être exposés. À la « civilisation matérielle » renvoient l’habitat, la maison avec le mobilier, l’outillage de la ferme, ainsi que le projet d’une carte de la limite des toits ; la « structure sociale » est illustrée à travers les confréries, le coutumier communal, la famille et la carte du droit écrit et du droit coutumier ; quant à « l’idéologie », elle aurait pu figurer par le relais des légendes, des proverbes et une carte de répartition des langues. De cette première construction qui mobilise les cadres conceptuels et les contenus alors en débat dans le champ de l’ethnologie française, il ne reste pas grand-chose à l’arrivée. Au terme de nombreux tâtonnements, Georges Henri Rivière retient une définition plus restrictive du folklore qu’il associe finalement à la civilisation matérielle. Trois domaines sont illustrés au musée : l’habitat, l’outillage et le costume. Les aspects plus culturels comme les langues ou le droit sont quasiment abandonnés. Faut-il y voir le résultat des contraintes d’exposition qui imposent de ne pas accumuler trop de documents de même nature (cartes et textes auxquels les séquences historiques font déjà largement appel), pour en privilégier d’autres plus visuels et sensibles (les objets) ? Faut-il y lire l’affirmation du goût pour la collection et le penchant muséographique qui sous-tend l’entreprise de Georges Henri Rivière ? Faut-t-il aussi interpréter cet abandon des réalités « culturelles » que sont le droit ou les langues, comme la manifestation d’un choix inspiré par des interrogations qu’elles peuvent véhiculer, au moment où, ailleurs en Europe, les visions culturalistes justifiaient des entreprises pour le moins préoccupantes (Chiva et Jeggle 1987 ; Beitl et al. 1997) ?

  • 13 Archives du MNATP, dossier de presse, L’Écho de Paris, 23 octobre 1937.

29Au total, la version pédagogique de l’ethnographie, comme la lecture progressiste du monde rural, l’ont emporté au musée. Les adversaires du Centre rural n’ont pas manqué de dénoncer cette « succursale de l’école primaire »13, peu conforme à leurs canons muséographiques. Loin d’être une vraie innovation sur le terrain de l’ethnologie, le musée du terroir de Romenay répondait davantage aux souhaits d’éducation populaire du nouveau gouvernement et mettait en scène une ruralité consensuelle chère à l’agrarisme républicain.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barral Pierre, 1968. Les agrariens français de Méline à Pisani. Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques : 235.

Beitl Klaus, Christian Bromberger et Isac Chiva, 1997. Mots et choses de l’ethnographie. Regards allemands et autrichiens sur la France dans les années trente. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Bleton-Ruget Annie, 2002. Gabriel Jeanton et les frontières culturelles dans les années 1930. Pays etfrontières culturelles. Pierre-de-Bresse, Publications de l’écomusée de la Bresse bourguignonne.

Chiva Isac et Utz Jeggle, 1987. Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Collet Isabelle, 1987. Du musée d’Ethnographie du Trocadéro au musée national des Arts et Traditions populaires. Muséologie et ethnologie. Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux.

Gorgus Nina, 2003. Le magicien des vitrines. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Jeanton Gabriel, 1920-1923. Mâconnais traditionaliste et populaire. 4 vol. Mâcon, Protat.

Jeanton Gabriel et Antonin Duraffour, 1935. L’habitation paysanne en Bresse. Étude d’ethnographie et de linguistique. Tournus, Société des amis des arts et des sciences.

Laferté Gilles, 2002. Folklore savant et folklore commercial : reconstruire la qualité des vins de Bourgogne. Une sociologie économique de l’image régionale dans l’entre-deux-guerres. Thèse de doctorat de sciences sociales sous la direction de Florence Weber. Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Laurent Albert, 1931. « Le village moderne », Revue agricole et viticole de Saône-et-Loire 95, juillet.

Ory Pascal, 1994. La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938. Paris, Plon.

Thiesse Anne-Marie, 1997. Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Weber Florence, 2003. « Politiques du folklore en France (1930-1960) », in Pour une histoire des politiques du patrimoine, Philippe Poirrier et Loïc Vadelorge (dir.). Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture et Fondation de la Maison des sciences de l’homme : 269-300.

Notes

1 Exposition des arts et des techniques, rapport général, E. Labbé commissaire général, avril 1938.

2 Voir la circulaire de 1911 du ministre de l’Instruction publique Maurice Faure, citée par Anne-Marie Thiesse (1997 : 10).

3 Archives du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), Exposition internationale des Arts et des Techniques, Paris, 1937, lettre-pétition du comité national pour l’érection d’une église au village de l’Exposition.

4 D’après Le Nouveau Journal, mardi 11 novembre 1930, in Le Romenayou, bulletin des Amis du vieux Romenay, novembre 2001 : 26.

5 Archives départementales de Saône-et-Loire, 1T 292.

6 Juriste de formation, ancien élève de l’École des hautes études et auditeur libre de l’École des chartes et de l’École du Louvre, il est président du tribunal de Mâcon depuis 1925.

7 Archives du MNATP, Gabriel Jeanton, Rapport sur la première enquête du folklore ; Gabriel Jeanton et Emile Violet, Commission du folklore, académie de Mâcon.

8 « Le musée du terroir de Romenay », Folklore paysan, mars 1938. Cette revue est alors éditée par l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, qui avait été à l’origine du Centre rural, et par le département des arts et traditions populaires des Musées nationaux.

9 Jusqu’au projet très récent de sa réhabilitation, ce musée a offert aux visiteurs de nombreuses traces de son passage à Paris, notamment quatre panneaux qui avaient figuré à l’Exposition. La prochaine rénovation, engagée sous la conduite du conservateur de l’écomusée de la Bresse bourguignonne, préservera ces témoins historiques d’une ethnographie en construction.

10 Archives du MNATP, J. R GHR 37. 1. 2 PR 8.

11 Archives du MNATP, PR 10, 23 mars 1927. Dans le dossier de presse (ATP 1937, juillet, Romenay-Paris, Presse), voir Marianne, 7 avril 1937, « Voyage folklorique en Bresse ».

12 Archives du MNATP, Le Progrès de Lyon, 22 mars 1937.

13 Archives du MNATP, dossier de presse, L’Écho de Paris, 23 octobre 1937.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search