Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

IV. Musées et institutions

1936-1941 : Fernand Benoît au Museon Arlaten (1891-1969)

Une muséographie mistralienne revisitée ?

Dominique Sérena-Allier

Texte intégral

  • 1 La revue d’Arles 5-6, juillet-août 1941 : 139-140.

1Le 8 septembre 1940, lors de la célébration du 110e anniversaire de Frédéric Mistral, Philippe Pétain rendait un vibrant hommage au poète militant provençal, et lui assignait la fonction de « guide », de « maître », « d’animateur » et « d’inspirateur »... « de cette renaissance française » qu’il appelait de ses vœux. Le chef de l’État français, notamment à cause des attaches provençales de son épouse, n’ignorait pas l’efficacité des actions régionalistes menées par les félibres depuis 1854, et le rôle joué par le Museon Arlaten depuis 1896, dans l’ancrage de la population provençale, dans son histoire, sa langue, son terroir et ses traditions. Implicitement, en 1940, ce musée pouvait apparaître exemplaire, ce que confirme Jérôme Carcopino1 en 1941, en le définissant comme « un musée de noblesse et de rénovation nationale ».

2Or depuis 1936, à l’initiative de Fernand Benoît, son conservateur, qui affirmait sa fidélité au poète fondateur, cette institution subissait d’importants travaux de rénovation et d’extension, en réponse aux objectifs scientifiques et didactiques d’une ethnographie en mutation, et à ceux résolument idéologiques d’un régionalisme toujours militant. Il devient alors nécessaire d’examiner en quoi Fernand Benoît, par sa formation, ses travaux, et son implication dans diverses instances scientifiques, s’avère être l’un des acteurs majeurs de l’étude du folklore de la Provence et de sa muséographie, entre 1930 et 1950, et d’analyser son interprétation du discours mistralien d’enracinement.

Fernand Benoît : un archiviste/archéologue à la rencontre des arts et des traditions populaires

3Fernand Benoît ne s’est intéressé que tardivement à l’ethnographie, même si ses origines familiales ont contribué à développer chez lui un goût marqué pour l’histoire régionale et un attachement indéfectible à la Provence rhodanienne. Pourtant, ses travaux ethnographiques restent aujourd’hui encore des références incontournables, au même titre que ceux consacrés à l’archéologie antique.

4Après de brillantes études secondaires dans la cité des Papes où il naquit en 1890, il intègre l’École des chartes en 1914, mais en raison du premier conflit mondial, ne peut soutenir qu’en 1922 sa thèse de fin d’études, consacrée à un recueil des actes des comtes de Provence. Il s’oriente alors vers l’archéologie, et intègre l’École française de Rome, où il côtoie d’éminentes personnalités, notamment Jérôme Carcopino et Albert Grenier.

  • 2 Voir la rétrospective qu’il consacre en 1925 au peintre arlésien Antoine Raspal (1738-1811).

5À son retour, il est nommé, en 1925, bibliothécaire-archiviste à Arles, et renoue avec la tradition des érudits folkloristes en étudiant les peintres arlésiens2 au XVIIIe siècle, et en fouillant quelques sites préhistoriques proches de la cité.

  • 3 Avignon, palais du Roure, fonds Benoît, dossier « Moulins, route du vin, ethnographie ».

6En 1928, dans la perspective d’une participation à une mission scientifique en Afrique noire, il rejoint le Maroc en tant qu’attaché culturel, puis maître de conférences à l’Institut des hautes études marocaines. Ce séjour lui donne l’occasion de s’initier à l’ethnographie en se confrontant à l’altérité des sociétés berbères et juives. Il en étudie les fêtes et rituels à partir d’enquêtes de terrain, d’informations glanées auprès du Cercle des officiers et fonctionnaires de Mazagan (El-Jadida) et de recherches documentaires, en s’appuyant sur une méthode comparatiste qui use d’espaces géographiques et de temps historiques dissemblables. Considérant que « l’ethnographie contemporaine de l’Afrique peut être considérée comme de la préhistoire vivante3 », il tente de retrouver dans l’archéologie, la filiation de ce qu’il a sous les yeux, et déploie une activité scientifique remarquable dont témoignent les articles publiés dans la Revue anthropologique (Benoît et Kassovitch 1932), ainsi que son adhésion à l’Institut international d’anthropologie.

  • 4 Voir note 3.

7De cette expérience, qui s’achève à la fin de 1932, il retient des méthodes d’investigation qui suscitent l’intérêt d’André Varagnac et dont Arnold Van Gennep souligne très justement la rigueur et l’efficacité dès leur première collaboration en 1933. « Il n’y a que vous qui ayez compris le sens interne de ce genre de recherche soit dit sans offense, parce que le Maroc vous a offert les yeux et les oreilles4. »

8Dès son retour à Arles en 1933, Fernand Benoît retrouve ses fonctions initiales, prend en charge les musées municipaux puis, en 1934, devient conservateur du Museon Arlaten. La Provence devient alors son terrain d’enquête privilégié, qu’il aborde par des monographies consacrées aux saints provençaux, aux pélerinages, à l’architecture traditionnelle, publiées entre 1933 et 1941 grâce à René Maunier dans la Revue de folklore français et de folklore colonial.

9À partir de 1933, Fernand Benoît qui bénéficie d’un large réseau de relations apparaît, au fil de ses publications et communications, comme un acteur incontournable en Provence, et ne tarde pas à être sollicité pour participer aux travaux des institutions ethnologiques qui se mettent en place.

10En juin 1933, René Maunier, qui dispose d’une résidence secondaire près d’Arles, lui propose la fonction de délégué régional de la Société de folklore français. À partir de cette expérience, Fernand Benoît, avec l’aide d’André Varagnac, tentera de structurer ses actions en soumettant, en vain, un projet de comité régional de folklore auprès de la Commission des recherches collectives de l’Encyclopédie française. En 1937, il est nommé membre du comité scientifique pour la préparation de Ier Congrès international de folklore, et désigné l’année suivante pour siéger au sein de la 2e section de la Commission nationale des Arts et Traditions populaires (CNATP). En 1939, il participe à l’assemblée constitutive du Comité national Olivier de Serres, ainsi qu’aux Journées de synthèse historique. Pendant cette même période, Fernand Benoît s’essaie aussi à de précieuses réalisations muséales qui s’apparentent sous sa plume à des manifestes tangibles « d’actions décentralisatrices » et bénéficient de ses acquis scientifiques.

11À partir de décembre 1932, il s’engage dans des actions de sauvegarde et de valorisation de sites, monuments emblématiques de la Provence, tout en intégrant une logique de valorisation touristique alors à l’œuvre. Il crée d’abord la Société des amis des Baux-de-Provence, dont les objectifs visent à conserver à ce haut lieu de l’histoire provençale médiévale, son « pittoresque », son caractère historique et archéologique. Puis en février 1933, il participe à la création de la Société des amis des moulins d’Alphonse Daudet à Fontvieille. Il devient alors le maître d’ouvrage d’un aménagement muséographique plus novateur dans sa conception, qui se situe entre musée de site et musée de plein air.

  • 5 Arles, Museon Arlaten, archives de La revue d’Arles, dossier des Amis des moulins de Daudet.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

12Ce projet répond à une double logique. Il s’agit tout à la fois de valoriser un patrimoine ethnographique et monumental, un moulin à vent du XIXe siècle, classé monument historique en 1931, et de promouvoir l’identité provençale à travers une œuvre littéraire d’Alphonse Daudet, Les lettres de mon moulin, considérée par Fernand Benoît comme « l’un des plus profonds documents de la psychologie provençale5 ». Ouvert en 1934, cet ensemble comporte un musée littéraire installé dans le moulin « qui fait corps avec le site qu’aimait le poète6 », auquel sont associées les collines environnantes classées en 1943, où survit « toute l’âme de la Provence7 ». Il devient le lieu privilégié de manifestations folkloristes et suscite l’intérêt de Georges Henri Rivière, lors de sa visite à Arles en 1937. C’est dans ce contexte fécond que Fernand Benoît entreprend le « reclassement méthodique » des collections et le réaménagement muséographique du Museon Arlaten.

1936-1941 : Réaménagements et nouveaux programmes muséographiques au Museon Arlaten

13En 1934, le propos initial de cette institution, issue des travaux des folkloristes du XIXe siècle, pouvait paraître altéré par l’accumulation, depuis 1914, d’objets et de documents célébrant le souvenir de Frédéric Mistral.

14Aussi, en se fondant sur une analyse distanciée et bénéficiant de la confiance de Mme Mistral, Fernand Benoît, tout en enrichissant les fonds ethnographiques, évacue dans un premier temps les expositions n’ayant qu’un rapport lointain avec le thème des salles. Il s’engage ensuite dans une nouvelle répartition spatiale des documents historiques et de ceux relevant des arts graphiques, dans de nouvelles salles « d’intérêt plus spécialement iconographique » : salle de la noblesse arlésienne, salle romantique, galerie de l’art religieux, galerie de la peinture moderne. Ces aménagements, qui accroissent de 25 % les superficies consacrées aux présentations permanentes, sont inaugurés le 5 juillet 1936. Ils privilégient Arles et ses territoires sous l’Ancien Régime, au détriment d’un propos mistralien se fondant sur une Provence idéelle et sur la société rurale au XIXe siècle. Ils témoignent d’un détour par l’histoire pour légitimer un discours régionaliste renouvelé, mais rétréci à une « petite patrie » : le pays d’Arles. Ils témoignent également d’un nouveau recours à l’esthétique dans la mise en scène de l’ethnographie provençale, qui renvoie aux expositions temporaires de Paul Rivet et de Georges Henri Rivière au Trocadéro. En effet, alors que Frédéric Mistral avait circonscrit le rôle de l’œuvre artistique, notamment l’image, à la contextualisation de l’objet et, dans le cas de productions d’artistes régionaux, à l’expression du « génie provençal », Benoît, en sollicitant des amis artistes installés dans le Midi et en usant d’un vocabulaire plastique moderne, écrit une nouvelle page d’une « Provence éternelle » ancrée dans sa ruralité, et ses traditions, thème récurrent du musée.

15En 1937, il conçoit un nouveau projet d’extension comportant une salle consacrée à la Camargue, une autre aux métiers de la terre et une dernière dite de la « terraille et verrerie ». La réalisation en sera différée jusqu’en 1941, faute de financement public, malgré le soutien actif de Georges Henri Rivière.

  • 8 Avignon, palais du Roure, Fonds Fernand Benoît.

16Mais Fernand Benoît va mettre à profit ces trois années pour enrichir et amender cette esquisse muséographique à la lumière des travaux scientifiques de la CNATP, de ses échanges étroits avec André Varagnac et Georges Henri Rivière, de ses collaborations dans les enquêtes du MNATP en Provence (notamment celle de Barbentane en vue de l’exposition de New York) et surtout des expériences muséographiques françaises et étrangères. Les réalisations innovantes du Centre régional (musée de terroir de Romenay) et du Centre rural à l’Exposition universelle de 1937, celles évoquées au cours des interventions du Ier Congrès international de folklore et celles découvertes lors d’un voyage personnel en Allemagne en juin 1938, semblent décisives dans l’évolution du projet du Museon Arlaten. Parti pour visiter le musée lapidaire de Cologne, Fernand Benoît met à profit ce déplacement pour se rendre dans les musées d’histoire et d’ethnographie, y compris les Heimatmuseen rhénans qui provoquent son admiration, tant par les moyens mis en œuvre que par leur rôle social et régionaliste. À son retour, il imagine un vaste réseau de musées à créer entre Dijon et Arles8 : musée du vin en Bourgogne inspiré du musée du vin de Spire, musée du Rhône à Tarascon sur le modèle de celui du Rhin à Coblence, musée de l’oléiculture dans un des mas des Alpilles, galerie de la Camargue au Museon Arlaten. Ce projet présenté à Georges Henri Rivière restera spéculation. En 1941, seule la galerie de la Camargue et de la mer est réalisée mais s’avère exemplaire quant aux influences subies. Elle comporte, outre une vaste section consacrée à l’activité du cours inférieur du Rhône, une présentation documentée de l’équipement des gardians autrefois présenté en panoplie, un diorama avec animaux naturalisés et flore séchée, inspiré des muséums, contextualisant les activités humaines, et une évocation didactique des cabanes camarguaises (iconographie, schémas, etc.) culminant autour d’une véritable cabane remontée au musée, renvoyant aux travaux de la CNATP sur l’architecture vernaculaire.

  • 9 Arles, Museon Arlaten, fonds d’archives de La revue d’Arles, dossier « artisanat », « corporations (...)
  • 10 Philippe Pétain, « L’éducation nationale », Revue des deux mondes, 15 août 1940.

17Les autres salles projetées ne seront réalisées qu’au cours du 1er semestre 1941, après révision du programme initial. La galerie des métiers de la terre qui devait privilégier le laboureur et le berger réserve désormais aux artisans ruraux (menuisier, charron, forgeron, verrier, potier, etc.) une place de choix, en présentant fonds d’ateliers, travaux et chefs-d’œuvre. De toute évidence, Fernand Benoît répond ainsi aux préconisations de la CNATP sur les rapports entre enseignement technique et chambres de métier, au terme d’une collaboration entre le Museon et l’école départementale des métiers, créée en 1929 à Arles. Mais en écartant délibérément tout apprentissage des métiers industriels à partir des collections du musée, il construit à son tour une image de l’artisan9, tourné vers le passé et le monde rural, conforme à celle esquissée en août 1940 par Philippe Pétain10 Enfin, Fernand Benoît parachève son dessein en opérant une révision et une extension des salles consacrées au costume traditionnel féminin. Il commande au peintre Léo Lélée six panneaux didactiques comportant des croquis et documents iconographiques montrant l’histoire singulière de ce costume depuis le XVIIIe siècle, et sa nécessaire adaptation en 1941.

  • 11 Arles, Museon Arlaten, archives de La revue d’Arles, dossier « Capello ».

18Déclarant sans ambages que « le Museon Arlaten doit redevenir le conservatoire du costume arlésien, celui porté par les groupes folkloriques, qui devra donner le ton de la mode d’Arles qui ne doit pas être figée mais être vivante et évoluer comme la mode de Paris11 », Fernand Benoît tente là de ressusciter une pratique révolue, tout en la restreignant aux moments festifs en écho au rôle dévolu au costume folklorique en 1941. Il actualise ainsi le propos de Frédéric Mistral, qui ne se préoccupait que du maintien au quotidien d’un costume régional érigé en signe éclatant d’une identité linguistique et culturelle. Un dernier panneau de même type stigmatise les dérives des costumiers de théâtre ou de cinéma, et renvoie aux préoccupations de Fernand Benoît qui demandait, dès le 29 juin 1939 à Georges Huisman, directeur des Beaux-Arts, et à Georges Henri Rivière, la reconnaissance d’un « droit de probité » ou de « propriété folklore » dont le département du MNATP et les fédérations régionales de folklore devaient être les garants, afin de se prémunir contre la représentation purement théâtrale des costumes des régions de France. Devant l’échec de cette proposition, il assigne au Museon la fonction de dépositaire du costume folklorique arlésien normé, auquel le régime de Vichy redonne légitimité. Le Museon Arlaten est ainsi explicitement désigné comme un lieu expérimental de folklore appliqué à la vie sociale, ce qui nécessite la mise en place d’une nouvelle structure.

Le musée : centre actif du régionalisme

  • 12 Avignon, palais du Roure, archives Fernand Benoît, dossier 1940 : 14 coupures de presse sans indic (...)
  • 13 Arles, Museon Arlaten, archives de La revue d’Arles, dossier « artisanat ».

19En mars 1941, Fernand Benoît associe au Museon Arlaten une académie dite d’Arles, inspirée de celle créée en 1666 mais inactive depuis le XVIIe siècle. Prenant la dénomination « régionale » (Benoît 1940) à la fin de 1941, elle n’a pas de vocation littéraire, mais doit contribuer à la mutation du musée d’ethnographie en centre actif, susceptible de jouer un rôle social. Propos que l’on retrouve sous la plume d’André Varagnac, mais revendiqués par Fernand Benoît dès 1936, et qu’il approfondit lors du Congrès de 1937 et de sa visite des Heimatmuseen. Même si le recours aux sociétés savantes pour mettre en œuvre la Révolution nationale reste largement répandu, la décision de cette refondation semble avoir été inspirée par un article d’H. Charrier du 8 décembre 194012, qui rappelle le rôle historique des académies provinciales dans l’affirmation des diversités locales. Renouant ainsi avec le dessein félibréen du XIXe siècle, cette nouvelle institution, qui doit œuvrer à la prise de conscience d’une histoire et d’une culture régionale, répond également implicitement aux objectifs des commissions de propagande régionalistes, instituées par circulaire ministérielle en septembre 1940 ; mais elle se réclame avant tout d’une fidélité à la grande politique mistralienne13 d’enracinement et d’affirmation régionaliste, ce que confirme le patronage d’honneur assuré par la veuve du poète. Mais alors que Frédéric Mistral s’en remettait, dans une vision romantique, au choc des images réunies ou élaborées au Museon Arlaten, à la création littéraire et aux manifestations félibréennes pour susciter la renaissance provençale, Fernand Benoît engage l’académie d’Arles dans une stratégie rationnelle et organisée, ciblant les habitants du pays d’Arles, et assurant la promotion du régionalisme dans tous les aspects de la vie quotidienne, à partir des collections du musée et d’études folkloriques. Cette ambitieuse entreprise concourt à instaurer un jeu de miroirs entre les collections enrichies et documentées du Museon Arlaten et les activités de l’aire arlésienne. Le pays d’Arles trouve au musée une image valorisante de son histoire et de ses modes de vie, la légitimation et les orientations du renouveau à opérer en 1941, tandis que le Museon Arlaten se fait l’écho de traditions réinventées. La revue d’Arles, « organe d’information et de propagande de l’arrondissement d’Arles », bimestriel publié à partir de 1941 par l’académie, sert de tribune, d’outil au service du projet et se veut la revue ethnographique du musée. Elle s’ouvre sur un article consacré à la visite d’Arles par le maréchal Pétain, signe fort du changement engagé et devient parallèlement la chronique d’un régionalisme renouvelé, touchant au théâtre, à la danse, au cinéma, au tourisme, à la vie sociale, en écho au projet culturel du régime du Vichy. Au fil des livraisons prédominent deux thèmes : les études et enquêtes documentaires et ethnographiques sur le pays d’Arles, et l’activité folklorique développée autour du costume traditionnel. Leur examen attentif permet de mieux cerner le rôle de cette académie singulière.

20Jusque-là, l’activité scientifique du Museon Arlaten se réduisait aux travaux, certes très nombreux et remarqués, de son conservateur Fernand Benoît ; le musée ne disposait que de fonds documentaires restreints, touchant surtout aux questions linguistiques. Dans une perspective de valorisation du fait régional, l’académie, recourant aux méthodes de l’ethnographie folklorique, souhaite mettre en place au service du Museon Arlaten, un centre documentaire semblable à celui du département du MNATP.

  • 14 Avignon, palais du Roure, article fonds Fernand Benoît, dossier 1940-1941, courrier de Marcel Prov (...)

21Fernand Benoît n’hésite pas à élargir le cercle trop restreint des académiciens à des amis tels que René Maunier, Albert Grenier, Gabriel Boissy ou Jérôme Carcopino, pour constituer un fichier d’information régionaliste14, sorte d’inventaire documentaire du pays d’Arles, et pour rédiger des articles à vocation archéologique, historique et ethnographique, des chronologies communales, des calendriers traditionnels et des annuaires généraux. Cependant les enquêtes et les concours lancés par l’académie, en symétrie de celles du département du MNATP, semblent avoir été plus efficaces pour documenter et enrichir les collections du musée. Ainsi, en avril 1941, l’académie lance une enquête auprès des ecclésiastiques sur les saints locaux, inspirée du questionnaire sur le calendrier traditionnel proposé par Albert Dauzat, René Maunier et Arnold Van Gennep en 1939. Les résultats devaient être synthétisés selon les principes de cartographie du folklore chers à André Varagnac, sur des cartes à exposer au musée en complément de l’iconographie religieuse déjà en place. Ils seront, de fait, réutilisés partiellement dans la carte du pays d’Arles que Fernand Benoît réalise avec Léo Lélée pour La revue d’Arles.

  • 15 Il s’agit de xylographes représentant saint Vincent, celles de Louis Jou, les pères fondateurs de (...)

22L’académie propose, en 1941, pour renouveler les sujets et la facture de cette iconographie, un concours d’imagerie pieuse en résonance avec l’« Imagerie du Maréchal » (Faure 1989). Les images primées d’Ambroselli et Jou15 sont éditées, diffusées localement et quelques exemplaires rejoignent les collections du musée.

  • 16 La revue d’Arles 7, septembre-octobre 1941 : 212.

23Une deuxième enquête est lancée en septembre 1941 sur l’habitat rural, déclinaison régionale de celle du CNATP et du Centre rural, avec des préfigurations du Chantier 1425 auquel Fernand Benoît contribuera aux côtés de Guy Pison. Les envois des enquêteurs figureront au musée16 avant de servir de base à une exposition organisée avec le service du Génie rural, en vue de projets de construction et d’amélioration de l’habitat rural dans l’arrondissement d’Arles. Là encore, le Museon Arlaten, légitimé par ses collections, apporte sa caution à une codification considérée comme nécessaire dans la mise en œuvre d’une rénovation de l’habitat en Crau et en Camargue.

24L’autre domaine privilégié de ces échanges que l’académie entend développer entre musée et société, concerne le costume féminin traditionnel. Ce faisant, il s’inscrit dans une démarche inaugurée en 1903 par Frédéric Mistral à travers l’instauration d’une fête du costume puis d’une association, l’Escolo Mistralenco. En 1937, Fernand Benoît, l’avait déjà réactualisée, en rattachant au musée une Fédération des groupements folkloriques de Provence et du Comtat, soit 27 groupes pour assurer le maintien des traditions liées au costume, au chant, à la danse, aux pratiques équestres et rituelles des gardians.

  • 17 La revue d’Arles 10, décembre 1941, numéro spécial : « Le costume d’Arles », La Capello d’Arles : (...)

25En 1941, l’académie d’Arles met en place, non une association, mais un réseau : la Capello d’Arles. Celui-ci se veut le lien « entre toutes les dames et les jeunes filles s’engageant à revêtir en toute circonstance un peu solennelle le noble costume d’Arles » et dispose de correspondantes dans les communes avoisinantes et les groupes folkloriques. Ses objectifs visent à provoquer la résurrection de ce costume à partir de l’enseignement normatif du musée, à refonder la fête du costume mistralien, et à accompagner les manifestations officielles mises en place par le régime : serments de la Légion, accueil des autorités civiles, religieuses et fêtes officielles de la France occupée17.

26La Capello organise donc des visites commentées du musée et y dispense des cours bihebdomadaires de coiffure et plissage de fichus rendus nécessaires par la codification draconienne qui encadre désormais ce costume folklorique. Elle participe aussi à un numéro spécial de La revue d’Arles, publié en décembre 1941, consacré au costume d’Arles, qui fournit toute la documentation historique et technique nécessaire, reprenant dans ses illustrations les croquis didactiques présentés au musée. Le Museon Arlaten, relayé par l’académie d’Arles et la Capello, tente d’influer sur les comportements sociaux en valorisant un costume présenté, non seulement comme identitaire, mais aussi comme unifiant les classes sociales et rehaussant la beauté féminine. Malgré l’adhésion limitée des femmes à ces initiatives, la Capello d’Arles se constitue en 1942, en s’associant le patronage de Mme Pétain et envisage d’élargir son champ d’action au-delà du costume.

27Mais les liens se distendent alors avec le Museon Arlaten et l’académie, d’autant que ceux-ci ne peuvent que constater les limites de leur action régionaliste dans certains domaines, comme la langue régionale, malgré la tenue au musée en septembre 1941 du Ier congrès sur l’enseignement de la langue d’oc. À partir de 1942, l’académie qui continuera à publier sa revue jusqu’en 1944, semble s’essouffler, confrontée aux difficultés liées à la situation économique et politique, ainsi qu’au départ de son animateur Fernand Benoît, nommé en 1943 au musée archéologique de Marseille.

28Le décès de Mme Mistral en février 1943, remplacée à la tête du comité du Museon par Pierre Julian, marque le pas des aménagements muséographiques et des actions de folklore appliqué au Museon Arlaten. Fernand Benoît reste néanmoins conservateur jusqu’à la fin des années 1950, mais limite ses activités à des publications sur le folklore, notamment « La Provence et le Comtat Venaissin » édité en 1949.

29Son œuvre muséographique au Museon, encore en place au 1er étage et dans une moindre mesure au 2e étage du musée, semble à l’usure du temps s’être fondue dans la présentation mistralienne. N’était-ce pas le dessein de Fernand Benoît, lorsqu’il mit, en régionaliste convaincu, les ressources de l’ethnographie folklorique de l’entre-deux-guerres, au service d’un musée issu des travaux des folkloristes du XIXe siècle ?

30Ethnographe émérite et spécialiste incontesté du folklore de la Provence, Fernand Benoît n’a, en effet, cessé de regarder le passé, refusant de prendre en compte l’industrialisation ou les mutations sociales du pays d’Arles. Blasonnant à son tour la société traditionnelle et rurale, il a actualisé le discours régionaliste de Frédéric Mistral en tirant parti d’une conjoncture culturelle et politique favorable. Il a aussi contribué, par des présentations muséographiques novatrices et une stratégie rationnelle d’enseignement du passé, à réactualiser et à amplifier un sentiment d’appartenance en Provence rhodanienne devenu, aujourd’hui, objet d’étude pour l’ethnologue.

Bibliographie

Références bibliographiques

Benoît Fernand, 1932. « Contribution à l’étude anthropologique et sociologique des juifs modernes », Revue anthropologique, XLII : 1-27.

Benoît Fernand et P. Kassovitch, 1940. « Les vieux métiers du terroir au Museon Arlaten », Revue de folklore français et de folklore colonial 4, octobre-décembre.

Faure Christian, 1989. Le projet culturel de Vichy. Folklore et Révolution nationale, 1940-1944. Paris, Éditions du CNRS et Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Notes

1 La revue d’Arles 5-6, juillet-août 1941 : 139-140.

2 Voir la rétrospective qu’il consacre en 1925 au peintre arlésien Antoine Raspal (1738-1811).

3 Avignon, palais du Roure, fonds Benoît, dossier « Moulins, route du vin, ethnographie ».

4 Voir note 3.

5 Arles, Museon Arlaten, archives de La revue d’Arles, dossier des Amis des moulins de Daudet.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Avignon, palais du Roure, Fonds Fernand Benoît.

9 Arles, Museon Arlaten, fonds d’archives de La revue d’Arles, dossier « artisanat », « corporations », « imagerie », note à Jean Desvallières, sous-préfet d’Arles.

10 Philippe Pétain, « L’éducation nationale », Revue des deux mondes, 15 août 1940.

11 Arles, Museon Arlaten, archives de La revue d’Arles, dossier « Capello ».

12 Avignon, palais du Roure, archives Fernand Benoît, dossier 1940 : 14 coupures de presse sans indication d’origine, annotées par Fernand Benoît.

13 Arles, Museon Arlaten, archives de La revue d’Arles, dossier « artisanat ».

14 Avignon, palais du Roure, article fonds Fernand Benoît, dossier 1940-1941, courrier de Marcel Provence, 1941.

15 Il s’agit de xylographes représentant saint Vincent, celles de Louis Jou, les pères fondateurs de l’Église artésienne, Genest, Trophime et Césaire.

16 La revue d’Arles 7, septembre-octobre 1941 : 212.

17 La revue d’Arles 10, décembre 1941, numéro spécial : « Le costume d’Arles », La Capello d’Arles : 318.

Auteur

Museon Arlaten

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search