Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

IV. Musées et institutions

Le premier programme muséographique du musée national des Arts et Traditions populaires (1937-1941)

Martine Segalen

Texte intégral

1L’histoire officielle du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP) se dit souvent ainsi : fondation en 1936, intense activité scientifique jusqu’à la guerre ; années de Vichy placées sous le signe de l’ambiguïté de l’engagement politique ; puis lente émergence du projet qui conduira du palais de Chaillot (aile Paris) au bois de Boulogne, « nouveau siège », en 1968, où seront ouvertes les deux galeries permanentes en 1972 et 1975. Comment expliquer la lenteur de l’émergence du projet ? Georges Henri Rivière n’aurait-il conçu le musée qu’en 1950 ?

2Il n’en est rien, et cet article entend présenter la tentative de création d’une exposition permanente, conçue dès les années 1937, épisode peu connu de l’histoire du MNATP. L’examen de cette tentative avortée permet de comprendre le cheminement muséal de Georges Henri Rivière, puisqu’on en verra des échos lointains dans les galeries permanentes du musée situé au bois de Boulogne. Il illustre la détermination de Georges Henri Rivière de porter ce projet contre vents et tempêtes, y compris politiques, surtout lorsque le vent lui est favorable.

3Nommé conservateur le 26 mai 1937, Rivière est déjà tout occupé par son projet de réaliser rapidement un musée. Sa méthode muséographique avait été expérimentée lors des expositions temporaires et de la réfection des galeries du musée de l’Homme, qu’il réalisa pour le compte du professeur Paul Rivet. En ce qui concerne le champ de l’ethnographie française, il avait pu s’en forger une idée claire, puisqu’il avait visité nombre de musées de folklore à l’étranger.

  • 1 Rivière (1936). La pagination citée renvoie à la conférence elle-même. Rivière y classe les différ (...)

4C’est ce qu’il détaille dans une conférence prononcée le 23 mars 1936, lors d’un cours de muséologie à l’École du Louvre, « Les musées de folklore à l’étranger et le futur musée français des Arts et Traditions populaires »1. Après avoir détaillé tout l’apport scientifique du folklore, Georges Henri Rivière se lance dans l’exposé de son projet muséal idéal :

« Tout d’abord, il faut créer, à Paris, un musée central qui sera le successeur vigoureux et jeune de la défunte section française du musée d’Ethnographie du Trocadéro. [...] projet qui ne peut qu’aider l’action des musées régionaux. [...] J’ai conçu pour l’établissement de Paris un plan et une activité qui soient, non pas une réplique, mais un complément des musées régionaux : que chacun d’eux se développe dans son cadre topographique ou méthodique, selon ses ressources et son génie ; créons à Paris non pas une somme des musées régionaux, mais un musée de synthèse. »

  • 2 « Rassembler et classer des objets regardés comme présentant un intérêt folklorique, c’est-à-dire (...)

5Rivière détaille le triple aspect d’un musée : fonction pédagogique, fonction d’acteur culturel, fonction scientifique2.

6Les prémisses de partis pris muséaux qui ne se réaliseront que quelque trente années plus tard sont déjà bien formées, ainsi l’idée d’une galerie destinée au grand public, « doublée » d’une salle réservée au spécialiste : une telle division se retrouve dans le musée du bois de Boulogne, entre la Galerie culturelle et la Galerie d’étude.

  • 3 La direction n’était pas encore « direction des musées de France », elle le deviendra en 1945.

7Soutenu par Georges Huisman, directeur général des Beaux-Arts, David David-Weil, président du conseil d’administration des Musées nationaux, Henri Verne, directeur des Musées nationaux3 et Paul Rivet, Georges Henri Rivière, dès sa nomination, s’attelle à son projet.

Accéder aux espaces destinés au nouvel établissement

  • 4 Les missions en Sologne en 1937-1938 avec Bronislaw Malinowski et Louis Dumont autour de Saint-Viâ (...)

8Si les activités d’enquête conduites pendant les premières années sont maintenant bien connues4, on ignore les efforts déployés par Georges Henri Rivière, entre sa nomination à la tête de l’institution en mai 1937 et la déclaration de guerre, le 3 septembre 1939, pour ouvrir une galerie d’exposition dans les plus brefs délais. Pas moins de six rapports (certains dits « sommaires ») sont pourtant établis au cours de la période, qui témoignent de l’énergie de Georges Henri Rivière pour donner de la consistance à son nouvel établissement.

  • 5 Archives des Musées nationaux, AMN U1. ATP, note du 26 mai 1937. L’équipe est constituée par décre (...)

9On connaît mieux les premières expositions temporaires qui servirent de galops d’essai, – qu’il s’agisse de l’Exposition internationale de 1937, « des potiers et imagiers de France », ou encore de la contribution à l’Exposition internationale de New York. Le talent de Georges Henri Rivière, entouré de sa petite équipe, André Varagnac et Agnès Humbert5, est salué par la presse. C’est l’occasion de mettre en œuvre le nouveau credo de la muséographie ethnographique : au-delà de l’esthétique populaire, documenter scientifiquement la société.

10L’institution s’était vue dotée d’une galerie de 2 085 m2, initialement occupée par les Monuments historiques pour l’Exposition universelle. Un des premiers combats de Georges Henri Rivière fut de reconquérir ces espaces qui devaient être libérés, en principe en novembre 1937, lorsque celle-ci s’achevait.

  • 6 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1937, rapport de juin 1937.

11Le rapport de juin 19376 évalue les espaces nécessaires : 25 grandes ou petites salles, avec des vitrines étanches, des panneaux documentaires et des panneaux mobiles, des appareillages électriques, le tout estimé à 1 410 000 F. Sur le plan du contenu, le rapport expose un certain nombre de principes, qui sont guidés par l’expérience de l’exposition de la Maison rurale à l’Exposition universelle qui se tient au moment même de la rédaction du rapport :

  • 7 Revue de folklore français et de folklore colonial, mai-juin 1936 : 11.

« Adoption d’une "structure comparative et méthodique dans le cadre français", succession de salles en file ininterrompue destinées au grand public, et alternance de plus petites salles de caractère technique ; affirmation d’une vocation éducative à base scientifique ; ouverture du musée par une vaste salle “d’initiation” dans laquelle la géographie, l’anthropologie, la linguistique, la préhistoire, l’histoire, et l’économie concourront à introduire à la connaissance du folklore français7. »

12S’il ne peut, comme il l’espérait, réaliser son « musée idéal », la modernité du projet est exprimée dans son exigence scientifique et pédagogique.

  • 8 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1937, rapport du 29 octobre 1937.

13Dans son rapport du 29 octobre 19378, Georges Henri Rivière estime pouvoir accéder aux galeries occupées par la « Classe des Monuments historiques » le mois suivant. Son souhait est de pouvoir aménager le musée afin qu’il soit prêt pour la « réunion du bureau permanent du Congrès international de folklore » au printemps 1938.

14Déjà, il manifeste son impatience :

« Des collections précieuses attendent en magasin, ce qui en prive le public et mécontente les donateurs. Cependant les études techniques et muséographiques sont prêtes. Il ne manque plus que de pouvoir employer la totalité des crédits accordés par le décret du 21 avril 1937 (1 600 000 F dont une partie seulement a été consommée par l’aménagement des services intérieurs : bureaux et magasins, d’une superficie d’environ 1 000 m2). Au cas probable où l’Exposition de 1937 serait prolongée, le musée national des Arts et Traditions populaires pourra présenter à l’immense public de cette manifestation internationale nos arts populaires si longtemps méconnus. »

15C’est un argumentaire qui sera repris sans cesse dans les années 1930, jusqu’à ce que d’autres s’y substituent (mission scientifique, modernité du bâtiment, etc.).

Les premiers programmes

  • 9 Nina Gorgus (2003) se contente d’une allusion à ce programme (114). Pascal Ory (1987 : 26) mention (...)

16Témoins d’une réflexion toujours en mouvement, deux projets ont été élaborés en l’espace de deux années. L’un s’intitule « Programme », en date de 1937, et un second, intitulé « Plan du musée national des Arts et Traditions populaires », daté du 1er juillet 1939, affine considérablement le premier et révèle l’évolution de la doctrine scientifique et muséologique9.

Le programme

  • 10 Archives du MNATP : ATP Mus. Galerie de Chaillot, programme. En fait, il s’agit d’un bricolage man (...)
  • 11 Ainsi, par exemple pour la salle de « La forêt », au sous-thème « débitage du bois », correspond l (...)

17Le programme du musée national des Arts et Traditions populaires se présente sous la forme d’un document de seize pages, présenté à l’italienne10. Le projet prévoit, d’un seul coup, le thème, les objets et les supports muséographiques : conception globale et a priori. Il est donc doublement programmatique : sur le fond et sur la forme11.

18Très inspiré de la géographie humaine, ce programme classe les différentes activités sociales selon une règle spatiale. Cependant le tout de la vie en société ne peut entrer dans un tel cadre et la deuxième partie est plus sociologique.

  • 12 Une mention manuscrite a substitué à champs « travaux paysans ».
  • 13 Une mention manuscrite a substitué à artisanat « métiers ».

19Il est prévu que le public sera accueilli par des statues de saints protecteurs, puis traversera une succession de salles : la forêt, les champs12, la montagne, la rivière, la mer, les chemins, l’artisanat13, villes et villages ; la section « maison » ouvre la seconde partie : elle traite à la fois de la morphologie des exploitations agricoles, des sources d’énergie, eau, foyer, lumière, puis des préparations culinaires, puis du mobilier ; enfin sont présentées les sections costumes, famille et âges de la vie (ici se décèle l’influence du folkloriste Arnold Van Gennep, auteur du Manuel de folklore français contemporain ; Van Gennep 1937-1958) puis imagerie, savoir populaire, calendrier.

  • 14 Archives du MNATP : ATP. Mus. Galerie de Chaillot, Salles, Tiroir 53.
  • 15 Par exemple, acquisition du commandant Hayet concernant les bateaux, figures de proue, compas de c (...)

20À la fin du document figure une courte liste de thèmes destinés à la salle d’exposition temporaire : « Programmes variés et successifs : expositions consacrées à une province, à une région, à un village, à un art, à une technique, à une œuvre. » L’examen de ce « programme » est révélateur de la méthode Rivière pour construire ses présentations : à chaque section correspond un dossier14, dans lequel figurent des listes d’objets à acquérir15. Ceci laisse entendre que les collections n’étaient pas encore suffisantes pour illustrer le propos muséographique.

  • 16 Voir par exemple, correspondance entre Varagnac et Haudricourt à propos des isoglosses (archives d (...)

21Ces dossiers font percevoir l’élaboration intellectuelle du projet, porté par Georges Henri Rivière et André Varagnac, en correspondance avec divers savants, dont l’ethnobotaniste, André-Georges Haudricourt16.

22La réflexion concernant l’introduction s’affine :

« Présentation de l’évolution socio-historique du pays depuis la préhistoire, la Gaule, le haut Moyen Âge etc. à travers des exemples de changements techniques (par exemple l’attelage) ou sociologique, la poste au XVIe siècle jusqu’à la carte chronologique de l’immatriculation des voitures et de la délivrance des permis de conduire. »

23Et effectivement, au projet d’accueil par le cortège des Saints, est substitué, dans la seconde version, une présentation historique et sociale.

24Georges Henri Rivière n’ayant pas obtenu aussi vite que souhaité la libération de la salle occupée par les Monuments historiques, remet le projet sur son ouvrage, d’où en sort un « plan » beaucoup plus élaboré et qui montre l’évolution de sa doctrine muséale.

Le plan

  • 17 Le matériel muséographique est plus complet que dans le document précédent. V = élément de vitrine (...)

25Le second document comporte trente-trois pages, de format A4, découpées en colonnes. Selon le même principe que le document précédent, il traite du thème, du contenu des vitrines, et spécifie le matériel d’exposition nécessaire17. Si le projet d’ensemble n’a pas changé, le contenu s’est cependant précisé ; il s’est notamment enrichi d’une salle d’introduction, désormais détaillée dans son contenu chronologique depuis les civilisations de la pierre jusqu’aux XIXe et XXe siècles. Cette position est très novatrice puisqu’elle invite le visiteur à réfléchir à la profondeur historique des faits de folklore. L’influence d’historiens comme Lucien Febvre et Marc Bloch, acteurs du Congrès de folklore de 1937, qui ne cessent de dénoncer l’illusion d’une société paysanne immuable, est ici sensible.

26Du premier au second document, en dehors de l’introduction, on observe que le projet des autres sections a peu évolué mais que les classements se sont affinés ; de plus, les listes d’objets qui figurent donnent à penser qu’ils existent (soit dans les collections du musée, soit ailleurs) : leur identification est plus précise.

  • 18 Traces ici du lien avec l’archéologie et l’anthropologie physique ; un palafitteur est un habitant (...)

27Le plan s’enrichit aussi d’une longue liste documentaire : photos, présentations cadastrales, cartes des fromages, de routes, jusqu’à inclure des documents concernant les émigrés et les sports d’hiver, sans oublier toutefois la superposition de photos de crâne de « palafitteur et de tête de type alpin18. »

28La salle des chemins s’intitule désormais « communications et transports », suivie de « la ville », qui est figurée à travers ses boutiques, ses enseignes, le cabaret, les foires et les fêtes : parler de la ville est très novateur, même s’il s’agit de la présenter sous son aspect le plus folklorique. Le fourre-tout de la « maison » est désormais scindé en deux sections, l’une qui concerne sa construction et son architecture, l’autre qui se rapporte à l’intérieur de la maison avec ses différentes fonctionnalités.

  • 19 En tête 205 m2 pour l’introduction, puis 192,60 m2 pour les champs, et 119 m2 pour l’intérieur de (...)

29Le document se clôt sur un tableau manuscrit qui récapitule de façon très précise la surface allouée à chaque salle19, le nombre et le type de vitrines nécessaires, ainsi que le nombre de panneaux, et qui calcule le rapport entre la surface plane et le nombre de panneaux.

30En l’espace de deux années, Georges Henri Rivière et André Varagnac (dont on sait qu’il a pris une part importante au programme muséal) ont donc enrichi d’une dimension historique leur présentation, tout en ouvrant sur le contemporain, dans l’esprit dynamique qui avait inspiré la présentation à New York. Sur le plan pratique, un tel document est suffisamment précis pour que puisse s’élaborer concrètement un travail de réalisation ; sa méthode annonce celle qui sera suivie 25 ans plus tard pour la Galerie culturelle.

L’avancement du projet

  • 20 Service des archives et bibliothèques des Musées nationaux, Paris, musée du Louvre. AMN U 24 ATP. (...)

31Pour réaliser son œuvre, Georges Henri Rivière commence, dès 1937, sa longue bataille contre une administration chiche et pauvre afin d’obtenir les budgets nécessaires. La tranche de crédits espérée en 1937 a été annulée, mais une nouvelle tranche devait être enfin débloquée fin septembre 193820 :

32Ainsi, on peut penser que les premières déclarations de 1937, relatives à une ouverture du musée « dans quelques mois » relevaient plutôt de la méthode Coué. Mais le projet intellectuel s’est précisé rapidement et le travail d’aménagement se met en route, assuré par Guy Pison, architecte DPLG, chargé de mission des Musées nationaux, et par Jacques Carlu, l’architecte du bâtiment. Une des idées majeures de Georges Henri Rivière s’exprime ici. Elle s’épanouira dans l’installation du nouveau siège : faire marcher de pair programme muséographique et programme architectural.

33Certes en 1937-1938, Georges Henri Rivière n’avait sans doute pas les moyens d’une telle ambition, mais elle était bien là, en germe, se manifestant dans le soin accordé au choix des vitrines et des matériaux. Au lieu de partir de l’espace pour y installer les présentations, il partait du programme scientifique pour définir le matériel d’exposition.

34Selon la méthode qu’il appliquera dans les années 1950, Georges Henri Rivière ne manquait pas de faire la promotion, comme on dirait aujourd’hui, de son musée – Congrès international de folklore, conférences diverses sont utilisés à cette fin.

  • 21 Archives du MNATP : ATP. Mus. Galerie de Chaillot. Tous les documents auxquels il est fait allusio (...)
  • 22 9 février 1938.
  • 23 « Trente-trois vitrines murales de différentes tailles, 18 vitrines à double face pour la galerie (...)
  • 24 Ainsi un crédit total de 2 499 051 F (Dossier B) est ouvert en juin, comprenant 898 017,67 F pour (...)

35La phase architecturale, confiée à Guy Pison, s’engagea. Dès janvier 1938, une partie du rapport21 de Jacques Carlu détaille les « travaux d’achèvement de la grande galerie entre pavillon de tête et pavillon d’about » du palais de Chaillot, et en évalue de façon très précise les coûts. Ces estimations sont appuyées sur des considérations relatives à la nature même des objets qui vont être exposés. Il s’agit en somme de convaincre les argentiers de la direction des Musées nationaux, au sein du ministère de l’Éducation nationale, et des Monuments français, sur la base de l’argumentaire soumis par Georges Henri Rivière. Le mois suivant, un document intitulé « Instructions pour la présentation des collections » concerne la description technique des supports et fixations pour les objets et étiquettes ainsi que pour la présentation des photographies22. La précision des commandes et le chiffrage de leur coût suggèrerait que l’opération était véritablement engagée23. En 1938, si l’essentiel des travaux concernant l’installation des bureaux et réserves du deuxième sous-sol ainsi que celle de l’Office de documentation folklorique sont réalisés, à part l’achat de « torses en carton bouilli » pour installer les costumes dans les réserves, rien cependant n’avance pour la galerie d’exposition. C’est au début de 1939, que Georges Henri Rivière et surtout Guy Pison consacrent tous leurs efforts à l’adjudication des vitrines, au financement des travaux pour les corps d’État24. En juillet, des travaux de désinfection des objets sont exécutés par le laboratoire du musée de l’Homme.

36On peut donc penser qu’au moment où la guerre éclate, le musée n’aurait pas été loin d’obtenir les infrastructures nécessaires à l’aménagement de l’exposition. Au lieu de cela, la guerre impose de mettre temporairement les collections en lieu sûr. Cependant, en novembre 1939, Georges Henri Rivière rédige son rapport sur un ton dynamique et rassurant :

« Les travaux ont été activement poussés d’après les plans de l’éminente Direction de M. J. Carlu. Les vitrines sont en fabrication. L’identification des objets de l’ancien fonds était déjà faite aux 3/4 lorsque la guerre a éclaté. (Mme Agnès Humbert, Mme Germaine Lesecq, M. Louis Dumont, M. Cottereau, gardien-technicien.) »

  • 25 Service des archives et bibliothèques des Musées nationaux, Paris, musée du Louvre. AMN U 23 ATP, (...)

37Même en 1941, Georges Henri Rivière continue d’y croire, lorsqu’il dresse le bilan des vitrines, socles, encadrements, scellements etc., à faire réaliser. Au directeur des Musées nationaux, il demande une priorité pour la fourniture de 1 500 m2 de glaces permettant la fabrication des vitrines25. Sur le programme du musée, figure un pointage de sa main au crayon rouge datant du 19 août 1941, avec la mention « proposition première tranche ».

Les traces du programme de 1937 dans celui du « nouveau siège »

38Il est intéressant de comparer brièvement le premier « plan et programme » tel que Georges Henri Rivière l’avait esquissé en 1937 et 1938 à la présentation finale. Si le plan d’ensemble du musée est d’inspiration totalement différente, des sous-sections étaient déjà présentes dans le projet de 1937, que l’on retrouve trente années plus tard, par exemple dans la section « Villes et villages », où, sous le thème « Autorité », sont mentionnés les objets suivants : « écharpe de maire, casques et sabres de garde champêtre, casques de pompier, cloches de tocsin, trompe de charivari ». Nous retrouvons ces objets avec d’autres dans la Galerie culturelle, dans la partie « Société », (sous-section Institutions, structure de la communauté villageoise). Georges Henri Rivière y a fait rajouter un costume de majorette.

39Dans le premier projet, la section « Maison » semble encore un fourretout avec maquettes, meubles et divers objets domestiques déjà classés selon leur fonctionnalité (transport de la chaleur, fabrication du pain, cuisson des aliments, etc.), on décèle cependant les prémisses de ce que sera la vitrine de la Galerie d’étude consacrée à la vie domestique et qui reprend une présentation par fonctionnalité domestique. La section « Costume », pour sa part, est fort novatrice en 1937, car si l’on y propose d’y exposer quelques costumes en fonction de leurs origines régionales, l’ensemble est déployé selon les « caractères sociologiques » du vêtement. Ce qui d’ailleurs était autant un projet d’exposition qu’une esquisse de travail, a pris corps dans la présentation de 1972, puisque le costume est bien présenté en fonction de l’âge, du sexe, des circonstances sociales, du rang, en même temps qu’on y insiste sur les spécificités du costume de travail. Enfin, la dernière section du programme de 1937 « Famille et âges de la vie » a inspiré, tant la Galerie culturelle que la Galerie d’étude, avec ses classements fondés sur la scansion sociale du cycle de vie qui, il faut le dire, sont restés relativement incontournables depuis l’œuvre de Van Gennep.

40On peut donc voir une continuité dans le propos muséographique de Rivière depuis les projets initiaux qui ne virent jamais le jour jusqu’aux expositions temporaires (thématique et muséographie) et aux galeries permanentes.

La question des objets : le point sur les collections en 1939

  • 26 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1937, Rapport du 28 juin 1937 : 10. « Dès à présent, le (...)

41Quand bien même le musée eût pu ouvrir, disposait-il de collections suffisamment riches et intéressantes en 1937, 1938, ainsi que Georges Henri Rivière l’affirmait ? Agnès Humbert et Louis Dumont avaient commencé la rédaction des inventaires des objets du musée d’Ethnographie du Trocadéro dès 1937. Celui-ci était constitué des anciennes collections françaises qui avaient été versées au musée de l’Homme, comme l’indique le rapport du 28 juin 193726.

  • 27 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1937, Rapport du 29 octobre 1937. Remarquons que, seulem (...)

42Selon le rapport du 29 octobre 193727 :

« Il s’agit avant tout d’inventorier et d’enregistrer ces 4 000 objets et d’en entreprendre aussitôt après le catalogue scientifique sur fiches selon le modèle qui vient d’être présenté au Congrès international de folklore. Ce travail considérable, qui s’accompagne d’opérations variées (numérotage, désinfection, remise en état) est accompli avec le concours du personnel auxiliaire. »

  • 28 Entretien du 24 avril 2002.

43Or ces collections étaient bien maigres et disparates. Suzanne Tardieu, qui avait repris la tâche d’inventaire après Agnès Humbert et Louis Dumont peut en témoigner28.

  • 29 Cette tâche sera confiée, après la guerre, à Mariel Jean Brunhes-Delamarre.

44Une note du 15 mai 1937 dresse un bilan des collections et établit que, si certains faits folkloriques (tels que les traditions orales et les légendes) sont « assez bien connus, d’autres, par contre, – et non des moindres, notamment tout l’ensemble de l’outillage rural traditionnel – ont été presque entièrement négligés29 ». Le bilan des collections entrées jusqu’en 1936 fait apparaître le décousu de collections achetées chez des antiquaires et qui constituent un joyeux bric-à-brac. En clair, si les galeries avaient pu être ouvertes en 1937 ou 1938, Georges Henri Rivière aurait été bien en peine de les remplir.

  • 30 Les informations concernant les collections entre 1881 et 1941 ont été relevées directement dans l (...)
  • 31 Type d’inventaire qu’il élargira et systématisera et qui a servi à des dizaines de musées, jusqu’à (...)
  • 32 Le numéro d’objet a pour préfixe 36.

45Il existait deux types de collections30, les unes systématiques, les autres erratiques. Dans les premières, numérotées depuis l’année 1881 selon les directives de Georges Henri Rivière, les objets étaient rapportés à un mode d’acquisition particulier, achat ou don ; le nom du donateur ou de la personne auprès de qui il avait été acquis, et toutes les caractéristiques de l’objet ainsi que la littérature qui s’y rattachait figuraient à l’inventaire31. Ainsi fut fait pour environ 4 700 objets qui purent être identifiés. À part quelques séries, comme les collections Bonnemère, Marignan ou Fiévet, ou encore une collection de poupées régionales, on trouve surtout des objets domestiques provenant de çi ou de là, acquis par Armand Landrin, le conservateur de la salle de France au musée d’Ethnographie du Trocadéro, sans aucun souci de système. Une seconde collection ne comporte que deux numéros32, au lieu des trois habituels, et est constituée de plus de 2 600 pièces qui ne purent être rattachées à aucun ensemble spécifique, et à propos desquelles les informations manquaient.

  • 33 On relève parmi les noms des donateurs ceux de Marcelle Bouteiller, Agnès Humbert, Louis Dumont, P (...)
  • 34 Ainsi, dans le dossier de la Mer, se trouve une lettre d’Agnès Humbert du 2 mai 1939, adressée à M (...)

46En dépit de leur importance numérique, les collections dont hérita le nouveau musée n’avaient évidemment pas de quoi nourrir l’ambitieux programme scientifique. C’est véritablement à partir de 1937 que le systématisme s’installa dans les collectes, soutenu par le système des acquisitions, via la Réunion des musées nationaux. Des folkloristes locaux constituèrent des ensembles que Georges Henri Rivière fit acquérir. Dès la prise en mains de l’institution, l’enrichissement est donc très rapide ; entre 1938 et 1940, les collections s’augmentent de mille objets. Suivant l’exemple entraînant de Georges Henri Rivière, tous les membres du musée comme les collègues périphériques participent à cet enrichissement33. Par ailleurs, et selon une méthode qu’il systématisera par la suite, la fabrication des expositions constituait un excellent moyen d’enrichissement des collections34.

47Le bilan des collections présentes donne à penser que les programmes muséographiques établis avant-guerre par Rivière étaient quelque peu virtuels, destinés d’une part à obtenir les financements nécessaires au projet, mais aussi à servir de trame pour les enquêtes à réaliser et les collectes à conduire.

Pour conclure

48L’obstination, voire l’obsession de réaliser « son » musée, conduit Rivière à se servir de l’idéologie de Vichy pour mener son projet à bien. L’équipe du musée de l’Homme, certains membres du MNATP prennent l’attitude inverse, jusqu’à la payer de la déportation ou de leur vie. Pragmatique plus que politique engagé, Georges Henri Rivière profite de l’argumentaire maréchaliste pour pousser son projet, et encore en 1941.

  • 35 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1943, dossier mobilier, note GSP/JM.

49Paradoxalement, c’est l’enrichissement considérable des collections pendant les années de la guerre qui le conduira à abandonner, dès 1943, le projet de l’installation d’un musée permanent à Chaillot. Dans le cadre des Chantiers intellectuels notamment, les objets affluent : « Les salles de collection sont combles, nous avons dû occuper la galerie prévue pour le musée et dans laquelle nous installons le mobilier, l’outillage agricole et en général toutes les grosses pièces35. » Avec réalisme, il apparaît qu’au mieux, le musée pourra réaliser, sur place, des expositions temporaires (la première date de 1951). Un rapport de décembre 1943 expose que :

  • 36 Archives du MNATP : ATP Mus. Historique, 1943, rapport de décembre 1943.

« Les galeries d’exposition ne sont pas encore ouvertes au public bien que l’état des collections le permette et par suite de l’impossibilité de mettre les vitrines en fabrication. On espère néanmoins acquérir prochainement un matériel permanent d’exposition temporaire grâce auquel des expositions pourront être organisées36. »

50Que serait devenu un petit musée des ATP, étroitement logé au Trocadéro, si la galerie permanente avait pu s’y ouvrir ? Certes, les épigones de Vichy s’y seraient reconnus, et la qualification de « national » aurait été bien méritée, en ce que le musée incarnait alors l’essence de la nation française, non dans ses composantes universalisantes, mais régionalistes. Mais le réveil en 1945 aurait probablement été lourd de conséquences. L’échec des premiers programmes muséographiques a ainsi ouvert un autre destin à la « maison Rivière ».

51Avec l’attribution du Palmarium au Jardin d’acclimatation (1955), avec l’édification d’un bâtiment moderne dans lequel architecture des espaces et programmation scientifique allaient de pair, le musée des Arts et Traditions populaires justifiera alors, pendant quelques années, sa vocation de musée « national », mais sur d’autres bases.

Bibliographie

Références bibliographiques

Gorgus Nina, 2003. Le magicien des vitrines. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Ory Pascal, 1987. « Georges Henri Rivière, militant culturel du Front populaire ? », Ethnologie française 1.

— 1994. La belle illusion. Culture et politiques sous le signe du Front populaire, 1935-1938. Paris, Plon : 507-508.

Rivière Georges Henri, 1936. « Les musées de folklore à l’étranger et le futur musée français des Arts et Traditions populaires », Revue de folklore français et de folklore colonial, mai-juin : 58-71.

Segalen Martine, 2002. « Mariel Jean Brunhes-Delamarre, une œuvre entre ethnologie et géographie », Ethnologie française, XXXII, 3 : 529-539.

Van Gennep Arnold, 1943-1958. Manuel de folklore français contemporain. Paris, Picard.

Notes

1 Rivière (1936). La pagination citée renvoie à la conférence elle-même. Rivière y classe les différents types de musées, et parmi ceux qui suscitent ses louanges figure notamment un des Heimatmuseen d’Allemagne, celui de Cologne « synthèse grandiose de la Rhénanie, allant de l’État et de ses princes au plus humble paysan, en passant par les seigneurs, le clergé séculier et régulier, les bourgeois, les artisans. » (5). Mais ceux qui l’enthousiasment le plus sont les musées de plein air, que la Scandinavie a développés et qui ont pour but de nous « faire étudier par les yeux la vie et la civilisation des temps anciens » (6), avec cependant certaines réserves en ce qui concerne l’authenticité des reconstructions.

2 « Rassembler et classer des objets regardés comme présentant un intérêt folklorique, c’est-à-dire comme les témoins de certains faits sociologiques. Dans un tel musée, l’objet ne sera pas considéré comme une simple curiosité ou une valeur purement esthétique, mais comme le signe matériel de quelque chose de vivant, en l’occurrence des techniques, coutumes, traditions, représentations qui ont cours dans les milieux proprement populaires » (ibid. : 13).

3 La direction n’était pas encore « direction des musées de France », elle le deviendra en 1945.

4 Les missions en Sologne en 1937-1938 avec Bronislaw Malinowski et Louis Dumont autour de Saint-Viâtre, et en juillet-août 1939 de Claudie Marcel-Dubois et de l’abbé Falc’hun pour recueillir de la musique traditionnelle en basse Bretagne, figurent dans les archives de l’ethnologie comme les premières missions scientifiques du musée.

5 Archives des Musées nationaux, AMN U1. ATP, note du 26 mai 1937. L’équipe est constituée par décret. Georges Henri Rivière, encore sous-directeur du Laboratoire d’histoire naturelle, est nommé conservateur, assisté d’André Varagnac, conservateur adjoint, Agnès Humbert, attachée, pour des salaires respectifs de 3 500 F, 2 750 F et 1 250 F, et six gardiens auxiliaires.

6 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1937, rapport de juin 1937.

7 Revue de folklore français et de folklore colonial, mai-juin 1936 : 11.

8 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1937, rapport du 29 octobre 1937.

9 Nina Gorgus (2003) se contente d’une allusion à ce programme (114). Pascal Ory (1987 : 26) mentionne brièvement ce plan qui connaît « entre la note de février et les textes de 1937 et 1938 qui l’exposent au public une évolution non moins significative, qui sans bouleverser au fond met désormais l’accent sur l’environnement ; on passe ainsi d’une structuration par activités (métiers, commerces, loisirs) à une structuration par milieu (les champs, les forêts, la montagne, la mer) « Georges Henri Rivière, militant culturel du Front populaire ? » De même, il cite ce programme à l’élaboration duquel Agnès Humbert lui semble avoir beaucoup contribué (Ory 1994).

10 Archives du MNATP : ATP Mus. Galerie de Chaillot, programme. En fait, il s’agit d’un bricolage manuel, puisqu’à chaque feuille de format A4, dactylographiée, est ajoutée par collage une feuille manuscrite. Le cahier se découpe en sections thématiques auxquelles correspondent des listes d’objets qui illustrent le thème ; sur la partie manuscrite, le papier est quadrillé en colonnes intitulées V., T., P., S.V. etc. – initiales désignant le matériel muséographique, vitrine, table, panneau, sous-verre.

11 Ainsi, par exemple pour la salle de « La forêt », au sous-thème « débitage du bois », correspond la mention « outillage du bûcheron, de l’arracheur, du scieur de long, du fendeur (cognée, scie de long...) » ainsi que celle des vitrines.

12 Une mention manuscrite a substitué à champs « travaux paysans ».

13 Une mention manuscrite a substitué à artisanat « métiers ».

14 Archives du MNATP : ATP. Mus. Galerie de Chaillot, Salles, Tiroir 53.

15 Par exemple, acquisition du commandant Hayet concernant les bateaux, figures de proue, compas de charpentier pour un total de 7 435 F.

16 Voir par exemple, correspondance entre Varagnac et Haudricourt à propos des isoglosses (archives du MNATP).

17 Le matériel muséographique est plus complet que dans le document précédent. V = élément de vitrine, une seule face, VL = vitrine longue, VS = vitrine spéciale, T = table, A = air libre, PS = panneau signalétique, P = panneau, PD = panneau double, M = meuble à volet, TM = table à maquettes, Im = image, lesquels sont numérotés dans l’ordre, V1, V2, P1, P2, etc.

18 Traces ici du lien avec l’archéologie et l’anthropologie physique ; un palafitteur est un habitant de construction lacustre du néolithique récent.

19 En tête 205 m2 pour l’introduction, puis 192,60 m2 pour les champs, et 119 m2 pour l’intérieur de la maison.

20 Service des archives et bibliothèques des Musées nationaux, Paris, musée du Louvre. AMN U 24 ATP. « Aucun des crédits ouverts en 1937 et 1938 n’ont pu être “engagés”. Un programme détaillé à l’extrême, exposé en une trentaine de feuillets très denses, a été remis, en juin, à M. le directeur des Musées nationaux, comme à M. l’architecte en chef, conservateur du Palais, qu’il convient de remercier ici pour la collaboration confiante et précieuse qu’il nous apporte.
Notre programme prévoit non seulement la succession et le thème des salles, mais le nombre de vitrines, la répartition des objets, l’emplacement et la teneur des tableaux documentaires associés aux collections. Les travaux seront entrepris avant la fin de l’année et au prix des plus grands efforts de tous, si aucun retard ne nous est imposé, le musée s’ouvrira en juin. Ouverture impatiemment attendue par l’opinion publique, ainsi qu’en témoignent de nombreux articles de presse et d’innombrables demandes individuelles. »

21 Archives du MNATP : ATP. Mus. Galerie de Chaillot. Tous les documents auxquels il est fait allusion dans les pages qui suivent concernant l’installation du musée figurent dans les dossiers intitulés « fournitures », « devis estimatifs et descriptifs », « vitrines et mobilier (devis périmés) », « documentation », « travaux en cours : avant-projets ».

22 9 février 1938.

23 « Trente-trois vitrines murales de différentes tailles, 18 vitrines à double face pour la galerie d’exposition [...] » ; trente vitrines encastrées et deux vitrines encastrées spéciales pour la salle d’exposition. Pour la galerie d’exposition, deux châssis vitrés, vingt-deux vitrines tables ; deux vitrines tables « cloches », le tout pour les vitrines 985 000 F.
Il est prévu quatre meubles à volets encastrés de 1,50 x 0,75 de profondeur. Ces meubles devront permettre l’examen derrière une glace de trente documents environ. Ils comporteront un encadrement extérieur en chêne ou en acier étiré et tous les accessoires nécessaires, un réflecteur sera prévu pour chaque meuble. Estimation : 30 000 F
Panneaux : cinquante panneaux muraux, sept panneaux muraux à double face, panneaux mobiles avec supports tubulaires de l’Exposition temporaire : estimation des panneaux documentaires : 105 000 F.
Soit coût total : 1 120 000 F. »

24 Ainsi un crédit total de 2 499 051 F (Dossier B) est ouvert en juin, comprenant 898 017,67 F pour les corps d’État (peinture, maçonnerie etc.) ; l’adjudication des vitrines a été effectuée et a donné lieu à une remise de prix de 1 282 000 F. Il existe des correspondances avec l’entreprise Schwartz-Haumont, avec devis, pour réaliser les meubles de la photothèque, et des portoirs à lance. De même une note du conservateur sur l’appel à la concurrence, en date du 12 juillet 1939, concernant le crédit de 116 826,89 F (deuxième engagement demandé).

25 Service des archives et bibliothèques des Musées nationaux, Paris, musée du Louvre. AMN U 23 ATP, 20 juin 1941.

26 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1937, Rapport du 28 juin 1937 : 10. « Dès à présent, le département a reçu, à titre officieux – en vertu d’une délibération de l’assemblée des professeurs du Muséum d’histoire naturelle – plusieurs milliers d’objets folkloriques ayant figuré dans l’ancien musée d’Ethnographie du Trocadéro. Ce fonds très important, autant par le nombre que par l’ancienneté, doit être enregistré, numéroté, nettoyé, remis en état, catalogué scientifiquement ainsi d’ailleurs que les collections qui depuis le début de l’année affluent en progression constante. »

27 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1937, Rapport du 29 octobre 1937. Remarquons que, seulement quatre mois après le précédent rapport qui date de juin, ce rapport-ci s’intitule « Rapport sommaire sur l’activité du département et du musée national des Arts et Traditions populaires », et dans le texte, la mention de département disparaît au profit de celle du musée.

28 Entretien du 24 avril 2002.

29 Cette tâche sera confiée, après la guerre, à Mariel Jean Brunhes-Delamarre.

30 Les informations concernant les collections entre 1881 et 1941 ont été relevées directement dans les cahiers d’inventaire du musée n° 1 à 12, MNATP, Service des collections.

31 Type d’inventaire qu’il élargira et systématisera et qui a servi à des dizaines de musées, jusqu’à l’informatisation des collections.

32 Le numéro d’objet a pour préfixe 36.

33 On relève parmi les noms des donateurs ceux de Marcelle Bouteiller, Agnès Humbert, Louis Dumont, Pierre-Louis Duchartre, Marcel Maget, Michel Leiris (qui donne au fonds ATP un empêche-téter), etc. On sait que Georges Henri Rivière n’avait pas son pareil pour faire entrer les objets dans le musée : ainsi, sur sa demande, Mme Schiaparelli donne un chapeau de catherinette fabriqué par ses ouvrières.

34 Ainsi, dans le dossier de la Mer, se trouve une lettre d’Agnès Humbert du 2 mai 1939, adressée à M. Goubert, président de la Fédération du syndicat des boucholeurs de la baie d’Aiguillon et de la Seudre. Elle le remercie pour la brochure envoyée qu’elle verse à l’Office de documentation folklorique (ODF) et lui écrit : « Comme vous le supposez, notre musée, dont les collections sont déjà importantes (environ 6 000 pièces) est surtout redevable à la générosité des collectionneurs, artisans, paysans et chercheurs de toutes sortes qui veulent bien s’intéresser à notre effort. Je vous demande s’il vous serait possible, outre la documentation, très précieuse pour nous, sur la pêche des moules, de nous donner ou faire donner des costumes traditionnels de pêcheurs ou pêcheuses, paniers, instruments ou outils touchant de près ou de la loin à la pêche. Inutile de vous dire que nous ne nous intéresserons qu’aux objets ayant un vrai caractère folklorique. »

35 Archives du MNATP : ATP. Mus. Historique, 1943, dossier mobilier, note GSP/JM.

36 Archives du MNATP : ATP Mus. Historique, 1943, rapport de décembre 1943.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540