Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

III. Personnages

Jean Charles-Brun et les origines régionalistes du musée des Arts et Traditions populaires

Anne-Marie Thiesse

Texte intégral

1De 1946 à son déménagement dans le bâtiment du bois de Boulogne, le musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP) avait une salle portant le nom de Charles-Brun, mise à la disposition de la Fédération régionaliste française. Charles-Brun, décédé en 1946, avait par ailleurs légué au musée, qui les conserve encore, ses archives et sa bibliothèque. Cette double disposition entérinait les liens étroits entre le mouvement régionaliste et l’ethnologie de la France, qui avaient été déjà consacrés à l’occasion de l’Exposition internationale de 1937. Charles-Brun, alors directeur adjoint du Centre régional de l’Exposition, avait tenu à faire coïncider le Congrès annuel de la Fédération régionaliste et le Congrès international de folklore, dont deux séances étaient communes. La trajectoire de Charles-Brun, figure centrale du régionalisme dans la première partie du XXe siècle, est significative des entrelacs entre régionalisme et folklore, qui constituent l’une des irrigations de l’ethnologie française naissante.

Le régionalisme comme perfectionnement du nationalisme

  • 1 Le buste de Charles-Brun, parmi quelques autres, a été victime d’actes de vandalisme dans le jardi (...)

2Né en 1870 à Montpellier où il accomplit ses études, Jean Charles-Brun réussit l’agrégation de lettres et accomplit toute sa carrière professionnelle en tant que professeur de lettres dans l’enseignement secondaire public. Il réside à Paris durant l’essentiel de sa vie, donnant d’innombrables conférences par toute la France. Lors de sa jeunesse montpelliéraine, il rejoint le félibrige dont il deviendra majorai ; un buste lui a d’ailleurs été élevé dans le jardin des Félibres à Sceaux1. Mais, dès les dernières années du XIXe siècle, Charles-Brun se consacre moins à la valorisation de la langue et de la littérature occitanes qu’à un mouvement beaucoup plus large de promotion des cultures régionales dans leur ensemble (Charles-Brun 1911 ; voir aussi Thiesse 1991). Il s’intéresse particulièrement au mouvement littéraire régionaliste, auquel il consacre l’un de ses premiers ouvrages (Charles-Brun 1907). En 1932, il obtient la création, à la Société des gens de lettres, d’un Centre régional dont il est nommé responsable. Surtout, il participe, en 1900, à la création de la Fédération régionaliste française, dont il va être, jusqu’à sa mort, le principal animateur et théoricien, avec le titre de délégué général. Infatigable conférencier, brillant causeur, rédacteur de centaines d’articles – fort répétitifs –, organisateur de congrès et inspirateur de festivités à la gloire des cultures régionales, Charles-Brun répand la pensée régionaliste, pendant des décennies, avec une fougue toujours courtoise, parmi les petites et grandes notabilités de la République. La Fédération régionaliste, certes, n’aura jamais que quelques centaines d’adhérents, mais ils appartiennent au second cercle des élites nationales dans les domaines économiques, politiques et culturels. Parmi ses membres actifs et parmi ceux qui assument des positions honorifiques, la Fédération s’enorgueillit de compter des notables politiques de premier plan, ministres ou présidents de la République (Justin Godard, Louis Madelin, Joseph Paul-Boncour, Paul Deschanel, Paul Doumer, Louis Marin). En fait, la Fédération est un lieu de croisement entre divers réseaux et Charles-Brun, comme en atteste son abondante correspondance et ses archives, occupe une position centrale dans ces convergences, à travers lesquelles il irrigue largement l’idée régionaliste.

3Le régionalisme de Charles-Brun et de la Fédération régionaliste n’est en rien un mouvement de contestation de l’unité nationale française. Au contraire, le mouvement se dit animé par la volonté d’œuvrer à la grandeur de la France en corrigeant les maux dont souffre la nation par une revitalisation au sein de ses énergies provinciales. Une telle perspective de renforcement et de rénovation du national par le régional est en fait développée dans beaucoup de pays européens au cours des premières décennies du XXe siècle. La construction des identités nationales est pour l’essentiel achevée, le principe national triomphe sur le plan politique et les États-nations constitués s’engagent dans une nouvelle phase. La culture nationale doit désormais être à la fois intégrative, partagée par toutes les composantes de la nation, et apte à répondre aux exigences posées par la modernité et les transformations économiques et sociales. Cet objectif se traduit par un ensemble de propositions mettant en valeur le régional. La diversité des régions est posée, non comme un obstacle à l’unité, mais comme une richesse précieuse. La représentation de l’unité nationale dans la diversité régionale est régulièrement mise en scène, de manière très concrète, par les villages ethnographiques des grandes expositions ou les musées de plein air : des bâtiments – généralement ruraux – illustrant l’architecture typique de chacune des grandes régions sont regroupés en un ensemble cohérent et forment un village complet ou une petite ville. Le Centre régional français de l’Exposition de 1937 relève d’ailleurs de ce modèle : son régionalisme affiché étant explicitement destiné à souligner l’union de tous les Français, dans une période de conflits internes et externes particulièrement cruciaux. Les projets pour le musée national des Arts et Traditions populaires élaborés au même moment prévoient également de doubler l’institution centrale à Paris d’un musée de plein air installé en province.

4Cette perspective régionaliste trouve une application dans le domaine pédagogique. L’éducation au national est supposée avoir son meilleur fondement dans l’éducation au régional. « L’amour de la petite patrie est le meilleur cheminement vers l’amour de la grande patrie », énoncent inlassablement les autorités scolaires de la Troisième République (Chanet 1994). De nombreux manuels destinés à l’enseignement primaire sont publiés, qui font la part belle à la littérature, à l’histoire, à la géographie régionale, mais aussi à la recherche des « traditions » locales et incitent même les enfants à se muer en collecteurs de chants et coutumes.

5Le régional est promu comme le réceptacle par excellence du génie national (Thiesse 1997) : les valeurs d’authenticité et de diversité qui lui sont attachées permettent de l’ériger en une ressource incomparable, à la fois pour régénérer la culture nationale et pour lui fournir des ressources créatives afin d’affronter les défis de la modernité. À cette promotion du régional comme fondement et ressourcement du national, commune, on l’a dit, à de nombreux pays européens au début du XXe siècle, s’ajoute, dans le cas français, une dimension spécifique : la lutte contre le centralisme politique, administratif et culturel. Le centralisme est le Léviathan inlassablement dénoncé par les régionalistes qui désignent en lui le principal danger de dégénérescence nationale. L’action régionaliste (l’organe de la Fédération régionaliste s’appelle précisément l’Action régionaliste, en un évident démarquage de l’Action française, dont il ne suit pas cependant les choix politiques) est donc menée sur plusieurs fronts. Sur le plan administratif et politique, est réclamée la régionalisation du pouvoir et de son exercice ; sur le plan économique et social, les régionalistes veulent favoriser l’initiative locale et régler à ce niveau l’organisation du travail ; dans le domaine culturel, ils entendent favoriser toutes les créations « inspirées authentiquement par l’âme de la province ». La Fédération régionaliste ne se veut pas un parti mais un groupement des bonnes volontés et du pragmatisme patriotique par-delà les divisions idéologiques et les partis existants. Hormis sur la question de la régionalisation du pouvoir, régulièrement examinée et toujours ajournée par la Troisième République, le régionalisme est tout à fait en phase avec l’idéologie républicaine de valorisation des « petites patries dans la grande ». Parce que les dirigeants régionalistes – et au tout premier chef Charles-Brun –, ont toujours le souci de ne pas définir trop précisément le régionalisme et pratiquent systématiquement l’œcuménisme en la matière, le régionalisme sert de lieu de convergence pour des positions idéologiques et politiques par ailleurs divergentes. Peuvent ainsi se réclamer du régionalisme des antirépublicains et des conservateurs contempteurs de la modernité, aussi bien que des républicains convaincus et modernisateurs. Cela fait la force du mouvement et sa position, en fait centrale, dans le consensus républicain, mais aussi sa fragilité, clairement manifestée lorsque le régime pétainiste se saisira du régionalisme comme vecteur de propagande anti républicaine, en ne gardant du régionalisme que sa composante réactionnaire et ruraliste.

Un traditionalisme conservateur et modernisateur

6Le régionalisme, parce qu’il s’investit plus particulièrement dans la promotion des cultures régionales, se confond pour beaucoup avec le folklore, dont il partage l’ambiguïté quant au statut de la tradition. Il proclame la nécessité de la maintenir, mais se propose aussi de la rénover. La Fédération régionaliste est en lien avec de nombreuses associations locales de promotion des cultures régionales et de créations de musées de terroir, mais aussi avec les grandes organisations touristiques (notamment le Touring Club) et les syndicats d’initiative. Les appels à la préservation des cultures régionales avant leur imminente disparition vont de pair, dans le mouvement régionaliste, avec un revivalisme intense et de plus en plus revendiqué comme tel. À la veille du Congrès de 1937, l’Action régionaliste propose la distinction entre folklore, comme étude du passé, et régionalisme, qui serait l’adaptation du passé au futur. Cette distinction renvoie à l’opposition en train de se dessiner entre folklore scientifique et folklore appliqué, le premier étant de plus en plus investi par des spécialistes qualifiés, reconnus universitairement, ce qui, par contrecoup tend à cantonner le régionalisme dans le second. Et c’est bien ce qui s’observe lors du Congrès international de folklore de 1937, puisque les sessions communes avec le congrès de la Fédération régionaliste relèvent de la section « Folklore appliqué » et portent sur les questions de possible adaptation des costumes et de l’architecture traditionnels à la vie moderne. À l’issue de l’Exposition de 1937, la Fédération régionaliste propose la perpétuation du Centre régional, qui serait transporté en périphérie de la capitale sur l’ancienne zone militaire, pour y établir un Centre national des associations régionales. Tentative de concurrence avec le musée des Arts et Traditions populaires nouvellement créé ? Il serait en fait encore parfaitement anachronique, pour la fin des années 1930, de tenir pour tranchée l’opposition entre le folklore scientifique, qui serait le berceau de l’ethnologie française, et le folklore appliqué. Les liens entre Charles-Brun et les créateurs du MNATP sont étroits et les projets initiaux du musée font la part belle au folklore appliqué (restaurant de gastronomie régionale, relations avec les auberges de jeunesse). Charles-Brun, et derrière lui nombre de régionalistes, pratiquants chevronnés du folklore et du « traditionalisme », peuvent faire jouer leur expérience et l’étendue de leurs réseaux face à Georges Henri Rivière et à son équipe de jeunes collaborateurs, certes pourvus de diplômes ou de compétences et de relations en matière d’art moderne, mais somme toute plutôt novices dans le domaine de la culture populaire rurale.

7Pendant l’Occupation, la Fédération régionaliste française est mise en sommeil mais Charles-Brun, qui jamais ne se déclara hostile à la République, se laisse, comme beaucoup d’autres régionalistes, gagner par la divine surprise de ce qu’il pense être sa victoire. Dans le régionalisme-propagande de Vichy, il veut voir le triomphe de son action militante. Ne reprenant jamais les antiennes antirépublicaines du régime, muet sur son antisémitisme, ne critiquant jamais les pratiques centralisatrices de l’État pétainiste, il en accepte quelques honneurs symboliques. Comme Georges Henri Rivière, il est conseiller technique du Comité national de folklore et membre du jury du prix Sully-Olivier de Serres, créé par Vichy pour couronner des ouvrages littéraires et scientifiques à la gloire de la paysannerie. Membre d’une commission du Conseil national chargée de procéder à un redécoupage (non effectué) de la France en provinces, il est aussi sollicité pour concevoir des collections éditoriales consacrées au folklore des provinces françaises. Mais durant cette période, le seul ouvrage qu’il ait effectivement publié est une biographie d’Olivier de Serres, l’agronome inscrit au panthéon maréchaliste.

8À la Libération, Charles-Brun salue avec enthousiasme la création (provisoire) par le nouveau régime républicain de commissaires régionaux et l’une de ses dernières entreprises consistera à expliquer la nécessité de procéder aux nationalisations dans un esprit régionaliste. La Fédération régionaliste reprend ses activités, sans effectuer aucun retour critique sur la période vichys te, totalement passée sous silence. Elle s’éteint doucement à la fin des années 1960, quand l’esprit « Troisième République », au cœur de son idéologie, passe de la marginalisation à l’obsolescence. Le référendum de 1969 sur la régionalisation n’a d’ailleurs pas été perçu comme l’aboutissement d’une très ancienne revendication, mais comme le plébiscite – perdu – du Président, incarnant un monde définitivement ébranlé par les revendications de Mai 68. Un nouveau régionalisme, au demeurant, a pris son essor dans ces années. S’ancrant dans une rhétorique anticapitaliste et anticoloniale, il veut se démarquer fortement du vieux régionalisme discrédité par la période vichyste. Ce néorégionalisme accouchera, à terme, de nouvelles conceptions de protection et modernisation des cultures régionales, sous la référence du terme de patrimoine, lancé à la fin des années 1970. Sur le plan intellectuel, le régionalisme à l’ancienne se retrouve disqualifié, tout comme le folklore, terme de plus en plus dévalué, associé à des opérations commerciales et antithétiques de la science. Leur persistance dans l’ethnologie de la France est indéniable jusque dans les années 1970, à travers les choix d’objets d’études, les sources et les thèmes d’exposition. Mais la discipline se légitime en se refondant théoriquement sur l’anthropologie culturelle anglo-saxonne et le structuralisme : le régionalisme n’a pas de place dans cette nouvelle généalogie. Charles-Brun est bien transporté dans le bâtiment du bois de Boulogne, mais comme fantôme quasi anonyme (la reconstitution de son cabinet de travail sera abritée dans la vitrine d’un couloir sombre conduisant au local de la reprographie, inaccessible au public). Les ruptures, institutionnelles aussi bien qu’intellectuelles, qui marquent les transformations actuelles de l’ethnologie et permettent du même coup une approche distanciée et objective de sa genèse, sont une incitation à revisiter ses chapitres obscurs.

Bibliographie

Références bibliographiques

Chanet Jean-François, 1994. L’école républicaine et les petites patries. Paris, Aubier.

Charles-Brun Jean, 1907. Les littératures provinciales. Avec une esquisse de géographie littéraire de la France par M.-P. de Beaurepaire-Froment. Paris, Bloud et Cie.

— 1911. Le régionalisme. Paris, Bloud et Cie.

Thiesse Anne-Marie, 1991. Écrire la France, la littérature régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération. Paris, Presses universitaires de France.

— 1997. Ils apprenaient la France, l’exaltation des régions dans le discours patriotique. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Notes

1 Le buste de Charles-Brun, parmi quelques autres, a été victime d’actes de vandalisme dans le jardin des Félibres. C’est à partir du buste en plâtre, possession du musée des Arts et Traditions populaires, qu’il a pu être reconstitué et rétabli en 1997, dans le même jardin.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search