Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

III. Personnages

Marcel Maget, le folklore et la Corporation paysanne

Archiver, publier, enquêter de 1935 à 1944

Florence Weber

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Gilles Laferté, qui a relu attentivement une première version de cet article (...)

1Lorsque, dans les années 1980, sous l’impulsion de Jean-Claude Chamboredon, nous avons commencé, Tiphaine Barthelemy et moi-même, à nous intéresser à l’histoire du folklore en France (Barthelemy et Weber 1989), nous avons découvert deux documents imprimés qui ont bouleversé les images que nous nous étions formées alors du folklore d’une part, et du régime de Vichy d’autre part1. Il s’agissait d’abord d’un questionnaire paru en 1936 dans la Revue de folklore français et de folklore colonial, sous la plume d’André Varagnac, intitulé « Projet de questionnaire sur le folklore des grèves de 1936 » (Varagnac 1936). L’existence d’un tel questionnement, sur l’actualité politique et sociale du mouvement ouvrier, nous a stupéfiées, tant nous étions alors persuadées que le folklore, ancêtre reconnu de l’ethnologie de la France, était à la fois passéiste, comme en témoignait le goût des « antiquaires » du XIXe siècle pour le passé et souvent pour un passé très éloigné, voire un passé celtique, et ruraliste : l’ethnologie industrielle et urbaine se croyait radicalement novatrice dans une discipline alors tournée vers le monde rural et les traditions paysannes. Il s’agissait ensuite d’un discours du 2 juin 1942 prononcé à Lyon par Jacques Leroy-Ladurie, alors ministre secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement dans le gouvernement Pétain, intitulé « Produire ou mourir », où se trouvaient mêlés, à notre grande surprise, l’appel au revivalisme des coutumes paysannes et un appel, non moins vibrant, à la modernisation technique de l’agriculture comme réponse aux défis économiques de la guerre et de l’après-guerre.

  • 2 Voir Gilles Laferté, « Tensions et catégories du folklore en 1937 : folklore scientifique, folklor (...)
  • 3 Sur Varagnac, les travaux en cours de Régis Meyran et de Bertrand Müller (qui dispose de ses archi (...)

2Ce second document est aujourd’hui moins surprenant qu’alors : les travaux sur Vichy ont mis en évidence la complexité du régime, tandis que l’association entre tradition (culturelle) et modernité (économique), impensable pendant les Trente Glorieuses, a retrouvé une actualité scientifique et politique2. En revanche, le projet de travail de Varagnac sur les grèves de 1936 reste mystérieux. Le folklore discrédité par ses compromissions avec Vichy était un folklore de l’enracinement, de la terre, du passé immobile, d’une civilisation qui disparaît. Les grèves de 1936 en sont l’exacte antithèse : un événement politique loin de la longue durée, en prise sur le machinisme industriel et le prolétariat urbain. La biographie de Varagnac ajoute au mystère. C’est justement lui qui entraîna le folklore dans l’aventure pétainiste puis dans l’impasse d’une nouvelle discipline mort-née, l’archéocivilisation3. Comment se fait-il qu’il ne soit rien resté de cette curiosité pour l’actualité sociale et politique dans la nouvelle ethnographie française de l’après-guerre ? Pourquoi s’est-elle enfermée, après la guerre et pour de longues décennies, dans l’étude nostalgique du « monde que nous avons perdu », pour reprendre le titre d’un livre de l’historien britannique Peter Laslett ?

  • 4 Pierre Bourdieu reconnaît (Bourdieu 2003) ce que doit son grand article « Le célibat paysan » au G (...)

3Pour répondre à ces questions qui relèvent à mes yeux d’une ethnographie des institutions politiques et scientifiques, je porterai mon attention sur Marcel Maget, l’un des personnages qui ont le plus contribué à imposer la nouvelle terminologie et les nouvelles méthodes de l’ethnographie française après la guerre, sauvant la discipline à la fois de l’archéocivilisation de Varagnac et du folklore resté présent dans les sociétés savantes provinciales de l’après-guerre, mais ne réussissant pas à imposer une vue plus moderne malgré son intérêt pour les transformations sociales dont il était le témoin attentif. Ses travaux pourtant peu connus, y compris et peut-être surtout dans l’ethnologie de la France, ont eu une grande influence sur une partie de la sociologie française par l’intermédiaire de Pierre Bourdieu et de son école4. On verra que, comparée à celle d’André Varagnac (1894-1983), la trajectoire intellectuelle et politique de Marcel Maget (1914-1994) est plus facile à comprendre pour qui n’a pas connu la période : elle témoigne en tous cas d’une plus grande cohérence scientifique. Marcel Maget peut être décrit comme un savant, passionné de mathématiques et d’histoire, pionnier du travail de terrain et du cinéma ethnographique. Il a travaillé pendant plus de vingt ans sur la fabrication annuelle du pain à Villar d’Arène, un village des Alpes françaises, observant sa disparition dans les années 1950 puis sa redécouverte dans les années 1970. Il finit sa carrière comme professeur de psychologie sociale à l’université de Bourgogne.

  • 5 M. Maget a répondu à la thèse de Christian Faure (1989) dans Genèses (Maget 1993).

4Marcel Maget avait été présent au musée des Arts et Traditions populaires (MNATP) de 1937 à 1962, et il avait dirigé un service de recherches folkloriques avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, rattaché d’abord à l’Assemblée permanente des présidents de chambres d’agriculture (APPCA) puis à la Corporation paysanne, organisation professionnelle de l’agriculture mise en place par le régime de Vichy. Il n’est plus besoin de souligner l’importance de ce service dans les accusations portées contre le passé vichyste du MNATP5 Je souhaite me tenir à distance de toute posture d’accusation ou de réhabilitation des personnes ou des institutions, pour tenter de comprendre comment, dans cette période troublée de suspension de la légalité républicaine en France et d’accommodement forcé avec l’occupation nazie, les pionniers d’une pratique professionnelle de l’ethnologie de la France ont combiné, selon des modalités diverses, science et politique plus précisément, leurs ambitions intellectuelles de construction scientifique d’une nouvelle discipline et leurs attitudes politiques.

5Marcel Maget avait été l’assistant d’André Varagnac, de vingt ans son aîné, dans la Commission des recherches collectives (désormais CRC) rattachée de 1935 à 1937 au Centre de synthèse par le truchement de Lucien Febvre, avant que cette petite équipe ne soit intégrée au MNATP. Maget faisait partie d’une génération d’étudiants précocement formée à la sociologie, à l’ethnologie et au folklore, tandis que ses aînés ne s’étaient convertis que tardivement à une discipline qui n’existait pas, ni sur le plan de l’enseignement ni sur celui de la recherche. Maget a participé activement aux deux transformations profondes du folklore qu’ont entraînées l’Occupation et le régime de Vichy : dans un premier temps, réduction de l’intérêt scientifique à la seule paysannerie, dans un deuxième temps, invention de l’ethnographie, nouveau terme et nouvelle méthode (Bromberger 1987). Il fut le témoin attristé de la disparition des acquis des sciences sociales françaises de l’entre-deux-guerres et continuait, lorsque je l’interviewai en 1990, à regretter qu’il n’en soit rien resté après 1945, lorsque la sociologie française crut devoir tout importer des États-Unis.

La Comission des recherches collectives de 1935 à 1937 : archiver le monde contemporain

  • 6 Ce diplôme a été versé aux archives du MNATP en même temps que le fonds Maget, à la mort de ce der (...)

6Jeune étudiant en 1933, d’origine bourgeoise sans grande fortune, jamais tenté par le militantisme, Marcel Maget s’oriente vers la psychologie sociale lorsqu’il demande à Célestin Bouglé, célèbre sociologue durkheimien et directeur de l’École normale supérieure, de diriger son diplôme de maîtrise en psychologie sociale à la Sorbonne sur le fascisme italien6. Non normalien, Maget est brillant en mathématiques et continuera toute sa vie à faire des mathématiques pour son plaisir ; il vit d’emblée son engagement dans les sciences sociales comme une aventure scientifique. C’est la rencontre avec Lucien Febvre, organisée par Bouglé lui-même, qui l’entraîne à travailler, dès 1935, comme assistant d’André Varagnac, alors engagé aux côtés de Lucien Febvre dans une vaste entreprise de collecte de faits folkloriques. Cet épisode, et le devenir institutionnel de Marcel Maget et d’André Varagnac, sont importants pour comprendre à quel point la jeune ethnographie de la France fut proche de l’histoire des Annales et de la sociologie durkheimienne. Sans doute parce que Varagnac a été moins étudié que Rivière (Gorgus 2003), ces liens ont souvent été oubliés au profit des deux autres dimensions intellectuelles portées par Rivière, l’anthropologie et l’ethnologie extra-européennes d’une part, les mondes de l’art et la muséologie des arts populaires européens d’autre part.

7La carrière intellectuelle de Marcel Maget est marquée par son attachement à Célestin Bouglé, mort en 1940, qui représente alors l’école sociologique française, aux côtés de deux autres durkheimiens de cette seconde génération : Maurice Halbwachs, qui poursuit l’entreprise durkheimienne en l’enrichissant par sa connaissance approfondie des techniques statistiques, par ses travaux sur les classes sociales et sur les liens entre morphologie spatiale et mémoire collective, et Marcel Mauss qui, lui, l’infléchit grâce à sa culture juridique, sa connaissance approfondie de l’ethnographie extra-européenne et son dialogue permanent avec la psychologie. Célestin Bouglé est directeur de l’École normale supérieure de 1935 à 1940. L’École normale est restée, dans l’entre-deux-guerres, l’un des principaux bastions de l’école sociologique française, avec le Centre de documentation sociale fréquenté entre autres par Raymond Aron. La parenté entre l’entreprise folklorique de la Commission des recherches collectives (CRC) et la sociologie durkheimienne se lit même dans le choix des noms, puisque la CRC se transforme en Office de documentation folklorique lorsqu’elle entre au MNATP. L’école durkheimienne, malgré la disparition d’Émile Durkheim et de nombreux jeunes sociologues pendant la Première Guerre mondiale, poursuit un programme scientifique unifié qui influence alors toutes les sciences sociales au niveau international : l’anthropologie des sociétés extra-européennes, en Angleterre sans doute plus qu’en France, la sociologie des sociétés modernes, l’histoire renouvelée par l’école des Annales. D’un point de vue politique, pour faire bref, l’école durkheimienne a été un des piliers universitaires de la IIIe République, de 1890 à 1914 (Fabiani 1988), fortement marquée à gauche ; après 1917, ses chefs de file sont restés à gauche, tout en se démarquant du bolchevisme (Weber 1984). Au tournant des années 1930, une partie des jeunes sociologues normaliens retourne sa veste et s’engage dans les mouvements fascistes : citons le plus connu d’entre eux, Marcel Déat (1894-1983), élève de Célestin Bouglé, qui s’est tourné très tôt vers la politique pour faire une carrière de député socialiste puis fonder son propre parti néosocialiste et militer pour la collaboration avec l’Allemagne nazie, jusqu’à entrer dans un gouvernement de Pétain en 1944 (Cointet 1998).

8On peut décrire la Commission des recherches collectives comme un centre de production et d’archivage de données folkloriques (Müller et Weber 2003). Quelques universitaires de renom, historiens, sociologues, géographes, s’entendent pour sélectionner un thème d’enquête ; l’unique chercheur permanent, André Varagnac, et son jeune adjoint Marcel Maget rédigent des questionnaires, c’est-à-dire des listes de questions à envoyer à des correspondants locaux, intermédiaires chargés de mener l’enquête à leur guise et de renvoyer au siège de la CRC des monographies descriptives. Du point de vue de la méthode, par rapport aux enquêtes contemporaines, deux nouveautés seulement : la documentation ainsi réunie est archivée et ouverte à un collectif, toutefois sans grande consistance ; la CRC s’appuie sur l’Éducation nationale, instituteurs, écoles normales, professeurs de l’enseignement secondaire, et non sur des notables ruraux à l’ancienne, curés, médecins, châtelains, notaires. En effet, la CRC fait partie d’un collectif de travail plus vaste, l’Encyclopédie française, née en 1933 sous l’impulsion d’Anatole de Monzie, ministre de l’Éducation nationale, et confiée à Lucien Febvre.

  • 7 Journal de bord d’André Varagnac, compte rendu de la visite à Frazer, archives personnelles d’Andr (...)

9On peut considérer la CRC comme une tentative d’institutionnalisation des études folkloriques sous le double patronage de l’histoire des Annales et de la sociologie durkheimienne. Le retard de l’anthropologie sociale française, pendant l’entre-deux-guerres, sur ses homologues américaine et britannique est bien connu ; le retard des études folkloriques françaises sur ses homologues d’Europe de l’Est et du Nord est encore plus grand. En France les études folkloriques n’ont alors aucune existence académique et sont portées par des érudits, comme le libraire Pierre Saintyves, ou des marginaux, comme Arnold Van Gennep. Elles intéressent pourtant les sociologues Henri Hubert et Marcel Mauss, les historiens Marc Bloch et Lucien Febvre. Tout en critiquant leur manque de rigueur, à la fois conceptuelle et méthodologique, ces universitaires y voient un champ d’investigation à développer, souhaitent coordonner les efforts de multiples amateurs, et relayer en France les importantes réalisations des pays d’Europe de l’Est et du Nord. Dès 1929, André Varagnac, après une trajectoire marquée par la Première Guerre mondiale et l’abandon précoce de ses études universitaires de droit et de philosophie, entreprend de développer un folklore français en utilisant ses atouts. Neveu du ministre socialiste Marcel Sembat, après une carrière de journaliste militant socialiste, il est devenu professeur de philosophie dans l’enseignement secondaire à Châlons-sur-Marne et il y mobilise les notables locaux dans un Comité du folklore champenois. Ancien élève du durkheimien Henri Hubert qui fut jusqu’à sa mort, en 1927, directeur du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, il fonde la Société et la Revue du folklore français qu’il place sous le patronage du célèbre Sir James Frazer. Celui-ci accepte tout en souhaitant, dit-il, combattre l’influence des durkheimiens7. Après la mort de Frazer, Varagnac fait appel pour le remplacer au durkheimien René Maunier, juriste et spécialiste des colonies, qui la transforme en Revue de folklore français et de folklore colonial.

10La participation de Varagnac à la CRC s’inscrit dans cette longue et difficile entreprise de développement du folklore à laquelle Varagnac a consacré ses forces. Une première configuration des alliances autour de lui et des études folkloriques dure jusqu’en 1937 : elle associe des universitaires durkheimiens, sociologues et historiens, autour du développement conjoint d’une ethnographie coloniale et d’une ethnographie française, en particulier contre l’entreprise contemporaine d’Arnold Van Gennep, critiqué à la fois pour sa méconnaissance de l’histoire et pour sa définition stricte du folklore autour de la paysannerie. En 1937 s’instaure une seconde alliance entre le premier dispositif d’alliances autour du folklore, cristallisé dans la CRC en la personne d’André Varagnac, et l’entreprise menée par Paul Rivet pour institutionnaliser l’ethnologie des sociétés primitives autour du musée de l’Homme. C’est ce second dispositif, cristallisé dans le MNATP en la personne de Georges Henri Rivière, qui traversera la guerre avec les difficultés que l’on sait. Disons tout de suite pourquoi le souvenir du premier dispositif a disparu : l’alliance nouée en 1937 entre Rivière et Varagnac se termine dans un conflit violent après 1944, Varagnac échoue et détourne des ATP ses amis historiens, parmi lesquels toujours Lucien Febvre, et Rivière fait une troisième alliance, tardive, avec Van Gennep, qui marque définitivement la mémoire de la discipline.

  • 8 (Febvre 1939) repris in Barthelemy, Weber, op. cit. : 136. La définition citée par Lucien Febvre s (...)
  • 9 Je remercie Gilles Laferté d’avoir attiré mon attention sur ce point.
  • 10 Varagnac se distingue à la fois de Van Gennep, qui définit le folklore comme paysan et rural, et d (...)

11On peut retenir deux traits importants de cette première période de travail collectif entre Febvre, Varagnac et Maget : la délimitation des objets d’étude et la méthode. Tout d’abord, l’équipe de la CRC défend sa propre définition du folklore, terme qui désigne alors à la fois un secteur de la vie sociale et la spécialité scientifique qui étudie ce secteur. Cette définition, distincte à la fois de celle de Van Gennep (qui met l’accent sur la paysannerie et le monde rural) et de celle de Saintyves (qui met l’accent sur les survivances et les cultures populaires), repose entièrement sur des concepts sociologiques : « croyances collectives sans doctrines, pratiques collectives sans théorie », écrit Varagnac cité par Lucien Febvre8. Une telle définition, issue des travaux de Marcel Mauss (pour qui le folklore était la science de « tout ce qui n’est pas officiel »), est entièrement originale dans le contexte contemporain. Elle s’oppose à la fois à la définition nationale, voire nationaliste, du folklore, défendue par les folkloristes d’Europe du Nord et de l’Est, et à la définition populaire, voire populiste, du folklore, dite « française » et adoptée par le Congrès international de 19379. Elle présente donc la particularité de ne pas enfermer le folklore dans l’étude de la culture, ou de la sous-culture, d’un groupe spécifique : ni le Volk au sens allemand, notion fondée sur la race, la langue ou la culture, ni le « peuple » au sens français, classes laborieuses restées à l’écart de la civilisation au sein même des nations dites alors civilisées. Le folklore de la CRC désigne une partie des croyances (celles qui ne sont pas organisées en doctrine) et des pratiques (celles qui ne reposent pas sur une théorie) quels que soient le groupe social, l’aire culturelle et la période historique, bourgeoisie et classe ouvrière au même titre que paysannerie, milieux urbains au même titre que milieux ruraux, croyances et pratiques présentes et passées, traditionnelles et novatrices, ici et ailleurs10. Il n’est pas très éloigné de la définition du « sens pratique » adoptée bien plus tard par Pierre Bourdieu.

12La CRC met l’accent – et ceci n’est pas original – sur les phénomènes collectifs et non sur les œuvres individuelles, sur les phénomènes spontanés nés en dehors de l’influence des institutions de diffusion des savoirs (église, école). À la suite de la Revue de folklore français et de folklore colonial et contrairement à la Volkskunde, elle ne sépare pas la métropole et les colonies – c’est là l’héritage durkheimien, lié à la position spécifique de la France où l’ethnographie est en même temps nationale et impériale. Contrairement aux arts et traditions populaires, elle ne délimite pas un domaine des pratiques, comme les arts ou la littérature, et elle ne dissocie pas croyances et pratiques.

  • 11 Le service historique du MNATP pourrait ainsi constituer le noyau autour duquel seraient regroupée (...)

13Quant à la méthode de travail, elle n’est pas originale : elle repose sur la délégation du travail d’enquête, par l’intermédiaire de « questionnaires » comme celui, déjà célèbre, de Van Gennep, à des enquêteurs locaux laissés sans aucun contrôle, elle vise une cartographie des faits folkloriques (en termes de présence-absence) et non une statistique de fréquence des pratiques. Elle comporte cependant deux innovations notables : le recours systématique aux instituteurs plutôt qu’à un ensemble composite de notables locaux, du curé au médecin en passant par le notaire ; et surtout, l’archivage systématique dans une structure officiellement ouverte au public des données envoyées par les « correspondants ». Pour avoir consulté les monographies reçues à l’Office de documentation folklorique de la Commission des recherches collectives (sous ces noms ronflants se cache le travail de deux personnes, Varagnac et Maget, parfois assistés d’une secrétaire), nous savons qu’elles sont numérotées, datées, localisées avec beaucoup de soin. Cette petite structure de documentation traversera les différentes périodes de l’institution, appauvrie par le départ d’André Varagnac en 1945 qui emporte avec lui les réponses de la CRC, figée par le départ de Marcel Maget des ATP en 1962. Le service historique des ATP en est le prolongement jusqu’à aujourd’hui : outil de travail sous-exploité, il offre à la fois des documents inestimables, notamment photographiques, sur les modes de vie en France de 1935 à 1960, et le témoignage d’une méthode de travail qui reste d’actualité, la constitution d’archives du contemporain par les chercheurs de terrain11.

  • 12 C’est dès la Première Guerre mondiale que les historiens portent intérêt aux recherches folkloriqu (...)

14On comprend mieux à présent le statut du questionnaire qui nous avait tant étonné. Signé par André Varagnac et publié par la Revue de folklore français et de folklore colonial, il n’est qu’un élément du dispositif d’enquête mis en place par la CRC, appel à témoignage sur les réalités contemporaines. On comprend mieux également l’intérêt porté en 1936 au folklore des grèves. Ces pratiques ouvrières, urbaines, en train de s’inventer et non en train de disparaître, sont collectives et naissent sans plan préétabli, sans théorie. Ces pratiques festives et politiques sont dignes du même intérêt que les techniques artisanales transmises en dehors de l’école, que les croyances transmises en dehors de l’Église, que les rumeurs transmises en dehors des média officiels de la propagande12. Ce qui reste surprenant, c’est que Varagnac lui-même ait pu engager sa discipline sur une voie aussi opposée à celle qu’il avait lui-même ouverte avant la guerre. Comment la discipline a-t-elle pu se trouver amputée de ce socle sociologique et se trouver, après la guerre et les compromissions avec la propagande pétainiste et avec l’occupant nazi, entièrement redéfinie comme la science des cultures en voie de disparition ? Comment Varagnac a-t-il pu passer de cette définition du folklore à l’archéocivilisation ? On le verra, la réponse à cette question tient non seulement dans les compromissions de Varagnac avec le régionalisme et la propagande pétainiste pendant la guerre, mais aussi dans les atouts que Varagnac avait conservés pour rebondir après la guerre : le lien avec l’archéologie et le musée de Saint-Germain-en-Laye, où il avait travaillé sous la direction d’Henri Hubert ; la somme des réponses aux questionnaires de la CRC, qu’il utilisera dans ses livres ultérieurs et qui le convaincront de la grande ancienneté de la civilisation morte « sous nos yeux » ; enfin, ses liens maintenus avec des historiens autour de Lucien Febvre, lui-même convaincu dès les années 1930 qu’il voyait toute une civilisation mourir sous ses yeux. D’ailleurs, cette conviction est-elle si éloignée de la sociologie rurale la plus établie académiquement dans les années 1960, celle portée par Henri Mendras, qui décrit lui aussi une civilisation paysanne morte en 1967 et vieille de mille ans seulement, tandis que pour Varagnac elle remonte aux Celtes et à la préhistoire ?

Le service de folklore paysan de 1937 à janvier 1942 : repli sur la paysannerie, tentatives de publications

  • 13 Voir l’article de Gilles Laferté dans ce volume.

15Dès 1937, après le succès du Ier Congrès international de folklore préparé, à Paris, par l’équipe issue de l’alliance entre la CRC (historiens et sociologues) et le musée d’Ethnographie du Trocadéro (ethnologues et muséologues)13, la CRC est intégrée, avec ses archives et son personnel (réduit !), dans une nouvelle structure, le musée des Arts et Traditions populaires, qui manque de locaux et de moyens. Aussi Marcel Maget est-il embauché non par ce musée en constitution, dans lequel André Varagnac a trouvé sa place, mais par l’Assemblée permanente des présidents de chambres d’agriculture APPCA. Il y dirige un « service de folklore paysan », réduit à deux personnes, lui et une secrétaire, et logé dans les locaux du MNATP, c’est-à-dire au Trocadéro. Sa première tâche est de préparer, avec le soutien actif de Marc Bloch, attaché alors à renouveler les études sur la paysannerie, une exposition à la Bibliothèque nationale, intitulée « Les travaux et les jours », en l’honneur du tricentenaire d’Olivier de Serres. On le voit, l’infléchissement de l’intérêt scientifique pour la paysannerie ne date pas du régime de Vichy.

16Maget et son service dépendent donc, en 1937, d’une instance fédérative qui regroupe, au niveau national, des représentants professionnels de l’agriculture. Les chambres d’agriculture, structure professionnelle au niveau du département, comme les chambres de commerce et d’industrie, sont composées de notables élus par leurs pairs. Siège en permanence à Paris une Assemblée permanente des présidents de ces chambres d’agriculture, qui dispose de quelques services généraux, mais dont le rôle est surtout de coordonner des initiatives prises à l’échelon départemental.

17C’est sur cette APPCA que s’est appuyé le régime de Vichy pour instituer, par la loi du 2 décembre 1940, un syndicalisme agricole unique et intégrer l’ensemble des organisations professionnelles agricoles (organismes de crédit, coopératives agricoles, mutualité agricole) dans la Corporation nationale paysanne, qui se substitue à l’APPCA en lui conférant, au passage, des pouvoirs accrus. Sans entrer dans le détail de ce service, principalement chargé du ravitaillement rationné (en amont, fournir aux agriculteurs les produits nécessaires à la production, en aval, organiser la distribution des produits agricoles en période de pénurie) et des négociations avec l’occupant allemand, en particulier pour le rapatriement des prisonniers de guerre, remarquons simplement que, sous couvert d’une idéologie corporatiste (dont le principal représentant était un universitaire spécialiste de droit et d’économie agricoles, Louis Salleron), la Corporation paysanne représente une tentative d’organisation, sous contrôle étatique fort, de la production agricole par filières (Boussard 1980). Par-delà les aspects idéologiques du régime de Vichy, bien résumés par le slogan « La terre ne ment pas », ce que les contemporains désignent sous le nom de renaissance paysanne constitue, au-delà de ses aspects idéologiques, une sorte de revanche de l’agriculture sur l’industrie, du monde rural sur le monde urbain, liée précisément à la situation de pénurie alimentaire dramatique. Avoir des connaissances dans le milieu agricole, disposer d’un jardin ou d’un poulailler, voilà qui devenait, pendant toute la guerre et jusque dans les années 1950, un atout exceptionnel pour la vie quotidienne.

18En 1940, Maget est prisonnier de guerre. Tandis que Louis Dumont, lui aussi enquêteur au MNATP, lui aussi prisonnier de guerre, restera cinq ans dans les prisons allemandes, Maget attribue son rapatriement rapide au fait qu’il était chargé de famille ; il est impossible de ne pas soupçonner une intervention de sa hiérarchie administrative au sein de la Corporation, précisément chargée des négociations avec l’Allemagne concernant les prisonniers de guerre. De retour de captivité, Maget a repris la direction du « service de folklore paysan », ultérieurement renommé « service de civilisation paysanne », qui comprend deux personnes, lui et sa secrétaire, et travaille dans les locaux du MNATP. En 1944, si l’on suit un exposé de M. Savary, directeur général des services centraux, du 27 mars, les services centraux de la Corporation regroupent 230 personnes et sont répartis en trois grands ensembles : les services de coordination des « groupes spécialisés » (organisation économique de l’agriculture par produits, le blé, le porc, les oléagineux, etc.) ; les services techniques ; et le « service de la vie paysanne » dirigé par l’idéologue Louis Salleron. Le service de Maget dépend directement de Salleron, aux côtés du service de l’enseignement agricole, du service de la famille rurale et du groupe « Jeunes Paysans » qui s’occupe de foyers ruraux et de bibliothèques rurales.

19Voici comment Savary présente le service de Maget en mars 1944 :

  • 14 Archives nationales, F10 4966.

« Le service de civilisation paysanne (SCP) n’a pas d’homologue sur le plan régional. Ce service, “qui est antérieur à la création de la Corporation”, s’occupe de “représenter”, auprès des services archéologiques et muséographiques officiels chargés d’écrire l’histoire et de faire l’inventaire des arts et traditions populaires, “le monde paysan lui-même”. Il est détaché pratiquement auprès du conservateur du musée des Arts et Traditions populaires, qui est installé dans le palais du Trocadéro. Il comprend seulement un chef de service et sa secrétaire. On envisage toutefois de l’étoffer dans l’avenir, et de lui incorporer les meilleurs éléments des équipes de jeunes architectes, formées en 1940 sur l’initiative du gouvernement, pour dresser l’inventaire des caractéristiques régionales de l’habitat rural. Certaines unions régionales ont déjà reçu d’ailleurs la visite, soit des enquêteurs chargés de dresser l’inventaire du mobilier rural traditionnel, soit des architectes chargés de l’enquête sur l’habitat rural. Il s’agit là d’une œuvre, qui pour n’être pas d’un intérêt matériel immédiat, a une certaine importance en ce qui concerne le maintien des traditions artistiques paysannes (c’est moi qui souligne)14. »

20Le terme de traditions artistiques paysannes montre que le folklore est encore assimilé à un art, susceptible de toucher toute la société, et non pas à une « simple » culture ethnologique, qui n’intéresserait que les savants ou, à la rigueur, les pédagogues. En mars 1943, le service était présenté sensiblement dans les mêmes termes :

  • 15 Ibid.

« Le SCP [...] s’occupe de faire “l’inventaire” des arts et traditions populaires dans le domaine de l’architecture, du mobilier, des us et coutumes. Ce service [...] a pu bénéficier du travail d’une quarantaine de jeunes architectes qui ont constitué ses enquêteurs et grâce auxquels il a pu recenser les caractéristiques d’un grand nombre de régions en 1942 et 1943. [...] Il fournira des bases au “rééquipement rural et au maintien de la vie paysanne”15. »

21L’accent est alors mis sur l’utilité des études folkloriques pour les paysans et les ruraux eux-mêmes.

22Les archives, plutôt décevantes, de la Corporation paysanne, permettent de reconstituer deux étapes dans le travail de Maget. Première étape, jusqu’en janvier 1942 : un projet de publication scientifique avorté. Deuxième étape, de 1942 à 1944 : une intense activité d’enquêtes, menée avec une autonomie croissante à l’égard de la Corporation, ce dont se plaignent à Georges Henri Rivière, à une date aussi tardive que juillet 1944, deux hauts responsables de la Corporation, Dollinger et Goussault.

23Le service dirigé par Maget ne fait pas l’objet, à ses débuts, d’une attention passionnée de la part de la Corporation. Ainsi, on trouve cette note de service du 15 juillet 1942 :

  • 16 Archives nationales, F10 4970.

Par suite d’une erreur, le service de folklore paysan (directeur M. Maget), fonctionnant au MNATP (Trocadéro), a été rattaché à la direction de l’Organisation syndicale. Or il s’agit d’un service d’étude, il sera donc rattaché à la Direction des services d’études (M. Dollinger)16.

  • 17 Archives nationales, F10 5132.

24Pourtant, dans un texte du 24 mai 1944, intitulé « Projet d’extension du service de civilisation paysanne », on trouve, probablement sous la plume de son directeur, Maget, l’affirmation que le service de civilisation paysanne aurait été créé en octobre 194117. Ces hésitations de l’époque sur des dates, des intitulés, des hiérarchies administratives, laissent entendre que ces exercices bureaucratiques semblaient de peu d’importance aux deux parties concernées. Il n’est pas impossible que Maget, débaptisant son service de folklore en civilisation, cherche à prendre ses distances avec l’entreprise de propagande folkloriste menée à Toulouse, au même moment, par son collègue André Varagnac. Il est clair qu’il doit défendre, dès l’origine, le caractère scientifique de son entreprise, rappelant les exigences de l’inventaire et des études, contre celles de la représentation, au sens le plus politique du terme, de la paysannerie.

Première étape

  • 18 Archives nationales, F10 5130.
  • 19 Archives nationales, F10 5128.

25La Corporation publie avec difficulté une revue scientifique, les Études agricoles d’économie corporative, présentée par son directeur Louis Salleron comme la continuation de la Revue de droit rural et d’économie agricole. Elle cherche le patronage des universitaires : ainsi, l’historien Ernest Labrousse propose, lors d’une réunion de travail en septembre 1942, un numéro sur les statistiques agricoles, puis esquive les réunions18 ; le dialectologue Albert Dauzat écrit à Salleron en 1941 pour lui proposer sa « contribution au mouvement de la renaissance paysanne, auquel vous collaborez avec tant d’activité19 » ; l’économiste François Perroux, le juriste Jean Carbonnier, participent aux côtés de Rivière, de Maget et de l’architecte Le Corbusier, à un ouvrage collectif préfacé par Louis Salleron, publié en décembre 1943, Agriculture et communauté (Collectif 1943). Ces universitaires de toutes générations et de toutes convictions politiques partagent, jusqu’en 1942, la même attitude : poursuivre leurs activités scientifiques habituelles, au premier rang desquelles les publications, malgré les circonstances, pénurie de papier, contrôle des publications, difficultés quotidiennes, administratives, etc.

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

26C’est dans un tel contexte que Maget tente d’abord sans succès de poursuivre la publication de la revue Folklore (éditée avant la guerre par l’APPCA en collaboration avec le département et le MNATP, comme le rappelle Salleron pour présenter son budget de publications le 22 octobre 194120) puis, sans plus de succès, de publier une nouvelle revue qui prendrait sa suite, Le paysan de France. Revue de civilisation paysanne, et qui serait « éditée par la Corporation nationale paysanne avec la collaboration scientifique du MNATP » (projet tapuscrit du 23 décembre 1941, ibid.). De fait, Maget prépare le numéro 1 de cette revue, dans lequel il prévoit des contributions de Van Gennep, de l’abbé Falc’hun, de Roger Lecotté, de Pierre-Louis Duchartre, de Van Moé sur le troisième centenaire de la mort de Sully, etc. (projet daté du 23 décembre 194121). De fait, on trouve aux Archives nationales la maquette d’un numéro 1, première année, d’une revue intitulée Civilisation paysanne, composée de deux articles seulement, sans aucune introduction ni chronique scientifique : « La vie forestière dans un vieux village ardennais » (il s’agit d’Hargnies), par Henri Manceau, professeur à l’école normale de Charleville ; « Félix Arnaudin et les paysans de la Grande-Lande (1844-1921) », par Gaston Guillaumie, professeur à la faculté des lettres de Bordeaux. Parmi les auteurs sollicités, ce sont les moins légitimes et les plus éloignés de l’équipe des ATP qui, seuls, ont rédigé les textes demandés.

  • 22 Archives nationales, F10 5130.

27Le 23 septembre 1942, Dollinger en personne, c’est-à-dire le responsable le plus engagé politiquement dans la Corporation paysanne, expose les projets de numéros possibles pour la revue-phare de la Corporation paysanne, éditée par Salleron, Études agricoles d’économie corporative : « Un numéro sur le folklore paysan est à envisager. La Corporation devait publier une revue spéciale sur ce sujet à laquelle les circonstances n’ont pas permis de paraître, à défaut, on pourrait consacrer un numéro à ce sujet22. »

28De fait, ce numéro sortira : on y trouve un article de Maget sur les dates de mutation dans les baux ruraux et le fameux article de Rivière où celui-ci défend l’idée d’une « Corporation du folklore », sur le modèle de la Corporation paysanne (Rivière 1942). L’article de Maget porte la marque de la publication scientifique tandis que celui de Rivière plaide pour défendre et agrandir son institution. Maget a 28 ans, il se vit comme un savant sans responsabilités administratives ; Rivière a 45 ans et porte le fardeau de son institution. Au même moment, Varagnac, à 48 ans, joue sa carrière en saisissant l’opportunité offerte par l’intérêt soudain que porte le pouvoir au revivalisme folklorique. Il semble qu’aucun de nos trois personnages n’ait de fibre militante si ce n’est, peut-être, Varagnac qui réinvestirait dans la Révolution nationale ses espoirs déçus par le socialisme antibolchevique des années 1920. Enfin, point culminant d’un rapprochement espéré sans doute par la Corporation paysanne avec son service dirigé par Maget, on trouve un projet du service « Information et Propagande », dans des notes à M. Goussault (non datées, mais probablement de juillet 1943). Ce service dispose, entre autres, d’une section de cinéma qui projette de réaliser un nouveau film qui serait une :

  • 23 Archives nationales, F10 4966.

« synthèse des réalisations corporatives, avec la collaboration de la Mutualité, du Crédit, de la Coopération ; [avec le] concours de l’Union régionale corporative de Landerneau, du Secours national, de la Coopérative “La Catalane” à Perpignan, de coopératives de blé, lait, beurrerie. Ce nouveau film pourrait être conçu avec la collaboration de M. Maget, détaché au MNATP au Trocadéro, lequel pourrait nous communiquer des photos régionalistes23. »

29Projet sans suite, comme la plupart de ceux nés, plutôt mollement, au cours de cette première étape.

Enquêter pour reconstruire. Le service de civilisation paysanne et les Chantiers intellectuels de 1941 à 1944

Deuxième étape

  • 24 Archives nationales, F10 4970.
  • 25 Archives nationales, F10 5132.
  • 26 Ces pièces se trouvent dans les deux cartons d’archives cités plus haut.

30Après l’occupation de la zone libre semble-t-il, le musée développe une intense activité d’enquêtes, pendant les années 1943 et 1944. Les archives de la Corporation comportent un « Bilan général » de l’activité du MNATP pour l’année 1943 et un plan de travail pour l’année 194424, puis des rapports mensuels rédigés par Maget sur l’activité de son service et un projet d’extension du service du 24 mai 194425, enfin un échange de lettres entre Rivière et deux chefs des services centraux de la Corporation, Goussault, et Salleron, après un échange téléphonique entre Rivière et Dollinger26.

  • 27 Archives nationales, F10 5132.
  • 28 Archives nationales, F10 4970.

31Si l’on en juge par la présence de rapports nombreux et détaillés, l’activité des deux institutions, le service dirigé par Maget et le MNATP lui-même, devient intense dès lors qu’elles sont chargées de plusieurs « Chantiers » qui dépendent de la Direction des Chantiers intellectuels et artistiques. On trouve la trace de quatre de ces chantiers : le Chantier 909 (consacré à l’étude du mobilier traditionnel – EMT), le Chantier 1 425 (consacré à l’étude de la maison rurale, dit également enquête d’architecture rurale – EAR), le Chantier 1 810 (consacré à l’artisanat rural, dit également Arts et traditions de la paysannerie, co-directeur scientifique Maget, chef adjoint Albert Soboul en juillet 194427), enfin le Chantier 1 187 (qui désigne le MNATP lui-même et dont Maget assure la codirection scientifique en l’absence de Varagnac, conservateur adjoint du musée). Est mentionné une seule fois un Chantier 3 164, resté non identifié28.

32Tandis que les responsables de la Corporation commencent à vaciller et tâchent de préparer l’après-guerre, Marcel Maget rédige donc un « Bilan général » du MNATP pour l’année 1943, puis une série de rapports mensuels des différents chantiers et enfin un « Projet d’extension » du service de civilisation paysanne du 24 mai 1944. Ces différents textes témoignent d’activités de plus en plus soutenues, du gonflement des effectifs sous couvert des Chantiers, et d’une grande fermeté dans les desseins scientifiques des responsables.

  • 29 Archives nationales, F10 4970.

33Prenons d’abord le Bilan général du MNATP pour l’année 1943, daté du 17 janvier 1944. Deux nouvelles enquêtes ont été lancées en 1943 : l’enquête « Atlas folklorique », en projet depuis 1938-1939 (Laferté 2002), rassemble les réseaux scientifiques parisiens (auxquels s’est rallié Dauzat) et les informateurs locaux de la CRC, qui jouent en quelque sorte les « enquêteurs indigènes » (1 148 questionnaires envoyés, 58 reçus) ; l’enquête « Calendrier traditionnel » (542 questionnaires envoyés, 4 reçus). Le taux de réponse semble bien bas, tandis que la collecte d’objets s’avère très efficace, et la collecte de contes en perte de vitesse. Le répertoire d’objets folkloriques s’enrichit de 6 834 fiches en 1943, pour 14 920 fiches depuis l’origine, tandis que le répertoire de contes s’enrichit de 157 fiches en 1943, pour 430 depuis l’origine. C’est depuis mars 1943 que le service d’architecture folklorique rédige des fiches (4 935 en 10 mois) et dépouille 152 volumes. C’est en novembre 1943 que débute une « Section des manuscrits » qui, en deux mois, enregistre 110 journaux de route (sans nul doute déposés pour certains avant la guerre), 42 manuscrits divers et catalogue, 20 manuscrits et 80 fiches. La photothèque, plus ancienne, poursuit ardemment son activité : 14 500 photos enregistrées, 7 150 photos montées ; 6 668 calques enregistrés en 1943, 10 445 depuis l’origine. Enfin, deux nouveaux services sont ouverts en 1943 : une cartothèque en février 1943, une discothèque en novembre 194329.

  • 30 Archives nationales, F10 5132.
  • 31 Archives nationales, F10 5132.

34Il n’est donc pas très étonnant de découvrir un « Projet d’extension » du service de civilisation paysanne, en date du 24 mai 1944, sûrement rédigé par Maget lui-même, qui prévoit de recruter un documentaliste. Aucune hésitation sur la terminologie dans ce bref projet : l’équipe d’enquête (Maget précise « recherche sur le terrain ») comprend des architectes chargés « d’établir un dossier indispensable aux projets de reconstruction et de rénovation » et un « ethnographe » qui aura pour mission « d’étudier le genre de vie dans son ensemble afin de faire ressortir les caractères culturels locaux (artisanats, arts et techniques locales, littérature, chansons, danses, etc.) dont la connaissance sera susceptible d’étayer un renouvellement de la vie rurale ». Maget, après avoir précisé que le service ne se composait que de deux personnes, lui et la secrétaire, rédige un « état du personnel à incorporer », autrement dit du personnel déjà en activité dans le service mais sans statut : « une documentaliste, un technicien-dessinateur, un ethnographe, deux architectes, une secrétaire30 ». De fait, un tel bond dans les activités du service ne s’expliquerait pas sans la présence active de toutes ces personnes. En ce même mois de mai 1944, Maget indique dans son rapport mensuel d’activité, exigé par ses chefs de service qui souhaitent être mieux informés, sa participation aux journées de l’habitat rural et sa visite à monsieur Le Bras, professeur de droit canon à l’université de Paris, pour une « démonstration des procédés d’analyse cartographique appliqué (sic) au service des recherches du MNATP31 ».

35En réalité, les négociations administratives pour l’obtention de postes et de crédits sont à la charge de Georges Henri Rivière, à qui l’on a « promis » un poste de documentaliste. On trouve la trace de l’habileté de Rivière au cours de ces négociations, dans un échange de lettres entre Rivière et les directeurs de la Corporation paysanne. Rivière s’entend d’abord avec le directeur général, Dollinger, par téléphone. Puis le secrétaire général, Goussault, écrit à Rivière le 10 juillet 1944. Après avoir mentionné l’échange téléphonique entre Dollinger et Rivière, il confirme son accord pour embaucher une documentaliste mais se plaint de l’autonomie du service :

  • 32 Archives nationales, F10 4966.

« Nous avons mis à votre disposition, depuis près de deux ans, un chef de service, Marcel Maget, et une secrétaire, Mme Barbier, marquant ainsi le haut intérêt que nous portions aux questions de civilisation paysanne. Nous continuons notre effort dans le même sens. Il est toutefois un point auquel j’attache une grande importance. C’est que la Corporation soit étroitement associée aux travaux poursuivis par Marcel Maget et par ses adjointes au musée des Arts et Traditions populaires. Je désirerais en particulier que la documentation élaborée par leurs soins puisse être librement utilisée par nous, que leurs études, s’ils en publient, portent l’estampille de la Corporation, qu’enfin sur l’orientation même à imprimer à leurs travaux, nous ayons un constant droit de regard. C’est à ces conditions que nous espérons pouvoir maintenir notre concours. Vous comprendrez, j’en suis sûr, mon souci de coordonner et d’harmoniser l’ensemble des activités de notre maison. Par ailleurs, les crédits dont nous disposons sont limités. Nous pouvons à tout moment être appelés à en rendre compte devant les syndics régionaux et il est indispensable que le lien de nos activités avec les intérêts corporatifs soit clairement exprimé32. »

36On ne saurait mieux dire qu’il n’en est rien.

37Rivière répond sept jours plus tard à Goussault, secrétaire général de la Corporation paysanne, le 17 juillet 1944 :

  • 33 Archives nationales, F10 4970.

« En ce qui concerne l’orientation des travaux du service de Marcel Maget le droit de regard que la Corporation désire exercer est parfaitement normal. Il nous est en outre fort précieux d’être en contact dans notre œuvre scientifique, avec les forces vives de l’agriculture33 »

  • 34 J’ai noté ailleurs l’importance de la visite faite par Bronislaw Malinowski accompagné d’Odette Sw (...)

38Ces documents de la seconde période témoignent, et ce, de plus en plus nettement à mesure que le temps passe, de l’intensité du travail d’enquête, mené par une équipe soudée d’architectes, de dessinateurs, de jeunes historiens dont certains deviendront des figures de proue de l’après-guerre. Par exemple, Albert Soboul, qui deviendra le grand historien spécialiste de la Révolution française que l’on sait, travaille sur les cahiers de doléances des paroisses de Sologne, dans le cadre des enquêtes Sologne ; Henri Lefebvre, philosophe déjà connu, qui deviendra l’un des principaux théoriciens du marxisme critique et sociologue, dépouille dans le cadre de l’un de ces Chantiers les archives municipales de la vallée de Campan. Parallèlement, Maget affine les conceptions scientifiques qu’il enseignera après la guerre, en donnant par exemple en janvier 1944 trois conférences à l’Institut des hautes études cinématographiques, sur « l’ethnographie folklorique », son histoire, ses liens avec la géographie humaine et l’histoire. Grâce aux conditions exceptionnelles que les Chantiers ont fourni à ces équipes d’enquêteurs, dont certains occupaient des responsabilités dans la Résistance, d’autres non, on assiste à une transformation radicale du système d’enquête mis en place par la CRC. Dans les années 1930, le travail sur le terrain était délégué à des « correspondants » sans lien véritable avec les chercheurs, alors que le dispositif s’était déjà transformé, dès 1938, à l’occasion des « missions » d’enquête et de collecte sur le terrain (en particulier en Sologne34). C’est là, et non plus tard, tout au long de ces Chantiers collectifs où s’investit une jeunesse diplômée, dans un contexte intellectuel français marqué par le sursaut patriotique qui a succédé, dès 1942, à l’humeur sombre de la défaite de 1940, et sur le terrain des campagnes françaises, que Maget effectue la « révolution ethnographique » qui avait été réalisée par Malinowski près de trente ans plus tôt, dans le cadre d’une ethnographie des sociétés primitives, et dans des conditions non moins exceptionnelles mais liées à la précédente Guerre mondiale.

Science et politique : trajectoires individuelles et occultation collective

39On voit ainsi confirmé le rôle décisif des guerres dans les transformations du travail ethnographique. S’y développent en effet, dans des conditions matérielles et sociales marquées par la rupture avec la routine ordinaire, à la fois un sentiment d’urgence de la part de chercheurs animés par la passion de la recherche scientifique et une grande curiosité, celle de Fabrice à Waterloo, pour des événements à la fois impensables et exceptionnels. Rappelons la naissance de l’œil ethnographique dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, chez des soldats déjà formés à l’histoire, à la philosophie ou à la sociologie, comme Marc Bloch, Marcel Mauss et André Varagnac. Au MNATP comme ailleurs, la passion de la science qui anime les chercheurs en sciences sociales de la première moitié du XXe siècle n’est pas née dans la culpabilité du second après-guerre, elle était déjà là et a trouvé son terrain d’application dans les diverses expériences auxquelles furent confrontés ces savants passionnés. Loin d’être un voile tendu entre le savant et une réalité qui lui serait insupportable, lui évitant à la fois toute décision politique et la culpabilité de cette indécision, l’œil ethnographique, dans sa nudité ou avec l’aide de différents outils, photographies, dessins, cartographies, archives, conjugue comme toute observation scientifique, la distance désintéressée du savant pour son objet et son implication passionnée dans l’entreprise universelle de connaissance à laquelle il se sent participer. Lorsqu’il s’agit de connaître la société et non la nature, le savant rencontre sans nul doute de plus grandes difficultés à distinguer fermement dans ses investigations, sans renoncer à l’un ni à l’autre, l’engagement du citoyen et l’implication du savant. S’il y réussit, il peut y puiser l’énergie nécessaire pour survivre. C’est ce dont témoignent, à leur façon, deux survivants des camps : Germaine Tillion et Primo Levi, qui ont surmonté l’épreuve non seulement sans renoncer à leur engagement scientifique, mais en s’appuyant sur cette ressource (Tillion 2000 ; Levi 1989).

40Maget diffère pourtant en un point essentiel de ces illustres observateurs de la réalité sociale : il n’est pas engagé politiquement. Dans sa ferveur scientifique, nul écho d’une ferveur politique quelle qu’elle soit. Méthodique, travailleur, soucieux de cohérence intellectuelle et de construction rigoureuse des données d’un problème, il ne mit jamais ses compétences scientifiques au service d’une action politique. De ce point de vue, il semble plus proche de Georges Henri Rivière que d’André Varagnac, dont l’engagement politique l’entraîna dans les eaux troubles de la Révolution nationale. En revanche, la conviction scientifique de Varagnac ne le retiendra pas sur la voie de la construction éminemment fragile de l’archéocivilisation.

41Revenons, pour conclure, aux deux documents imprimés que je citais en introduction. Le projet de folklore des grèves rédigé par Varagnac n’a plus rien d’étonnant au vu de la personnalité de Varagnac en 1936 : militant socialiste, durkheimien convaincu, il n’adhère pas à la définition passéiste, anhistorique et purement paysanne du folklore défendue alors par Van Gennep. Nous avons un peu éclairé également le mystère de sa conversion intellectuelle, après la guerre, en partisan convaincu d’une « archéocivilisation » qui daterait de l’époque celtique et aurait disparu « sous nos yeux » pendant la Seconde Guerre mondiale. Une telle conversion lui permit de se rapprocher du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye dont avait été directeur son ancien maître Henri Hubert, lui-même spécialiste d’archéologie celtique. C’est là qu’il pourra reprendre une carrière institutionnelle interrompue par son expulsion des ATP à la suite de son violent conflit avec Rivière. Sa conversion ne l’éloigna pas de son ami Lucien Febvre, lui aussi persuadé d’avoir vu mourir « sous ses yeux » toute une civilisation. Cet itinéraire intellectuel de Varagnac redouble un itinéraire politique qui, pour n’avoir rien d’exceptionnel, n’en reste pas moins étonnant pour qui n’a pas vécu la période. Comme une partie des sociologues durkheimiens de cette génération, qui a connu la Première Guerre mondiale, y est devenue férocement pacifiste et qui atteint la quarantaine en 1935, Varagnac est passé du socialisme sinon au national-socialisme comme Marcel Déat, né la même année que lui, du moins au pétainisme. Reste un autre mystère, qui ne porte plus sur une biographie politico-intellectuelle mais sur un processus d’oubli collectif : d’où vient l’occultation complète de ces dix années d’activité intellectuelle pendant lesquelles s’était nouée, autour des recherches folkloriques, une forte alliance entre historiens, géographes, sociologues et ethnographes ? Est-il possible que cet oubli ait été sciemment orchestré par les universitaires et savants de l’après-guerre, soucieux de cacher, en même temps que les réalisations intellectuelles des années 1930, l’effondrement intellectuel, politique et scientifique, de certains de leurs anciens collègues ? Ou bien, tout simplement, avait-on autre chose à penser, et à penser autrement, dans cette période d’après la Libération où tout paraissait neuf ?

42Je n’ai pas insisté sur l’idéologie du régime de Vichy lui-même, bien connue par ailleurs, à la fois agrarienne et passéiste, friande de traditions folkloriques et rappelant ad nauseam les soi-disant racines terriennes de la nation. Qu’il me suffise de rappeler pour finir son ambivalence, aperçue à travers le discours de Jacques Leroy-Ladurie, vibrant appel au productivisme et à la modernité économique, tout en conservant le terme de « paysans ».

  • 35 Leroy-Ladurie, « Produire ou mourir », discours prononcé à Lyon le 2 juin 1942 : 8.

« Le sol en terre battue, les animaux et les hommes faisant chambre commune : tout cela réjouit les touristes avides de pittoresque. Eh bien, tant pis pour le pittoresque ! Il ne faut plus que les guerres nous obligent à reconstruire nos villages. Il faut demain des maisons claires, spacieuses et saines où les vieux racontent à leurs petits-enfants les mauvais souvenirs d’une époque surannée35. »

43Avant la guerre, le MNATP glorifiait, à travers le village de Barbentane, à la fois les traditions folkloriques et la modernité économique des primeurs de la vallée du Rhône. L’opposition entre tradition et modernité, qui semble si naturelle et si importante à partir des années 1960, au point de fonder à la fois l’opposition villes-campagnes et le partage entre une sociologie rurale spécialiste de la modernité et une ethnologie de la paysannerie spécialiste des traditions, n’est pas stabilisée en 1942. Elle naîtra sans doute d’une relecture, à posteriori, des événements de la guerre et des bouleversements de l’après-guerre. Voici comment Lucien Febvre thématise cette rupture, dans son avant-propos au volume XIV de L’Encyclopédie française, qui paraît en 1954 sous le titre « La civilisation quotidienne » alors qu’une autre version était sous presse en 1937 sous le titre « Le bien-être et la culture ».

« Tandis que j’écris ces lignes, j’ai sous les yeux une autre préface également préparée pour le volume XIV de cette Encyclopédie. Je l’écrivais en 1940, dans mon bureau de la rue du Four, avant de lancer dans le monde un beau livre consacré à la civilisation quotidienne, qui aurait pris la suite du volume XVIII, consacré par Julien Cain à la civilisation écrite. Il se trouve que rien de mon texte de 1940 ne peut être repris aujourd’hui. Pas une seule ligne ne peut être reprise et insérée telle quelle dans ce volume XIV. [...] C’est le climat tout entier du livre qui a soudain changé, son entière atmosphère spirituelle et morale. Un cataclysme, un raz de marée, a dispersé bien plus que les pièces du puzzle d’un monde matériel qui a disparu. Une certaine façon de penser et de sentir la vie. Une certaine façon de juger la civilisation quotidienne. Je dirais même un certain style » (Febvre 1954).

44On peut penser que Lucien Febvre enterre ainsi ses remords de n’avoir pas suivi Marc Bloch sur la voie de la Résistance et de lui avoir survécu. Ce n’est pas seulement l’ethnologie de la France qui a dû faire son deuil de l’effervescence, intellectuelle et humaine, des années 1930. Ce sont toutes les sciences sociales françaises, qui ont dû chercher ailleurs leurs outils et la source de leurs nouveaux développements, et particulièrement dans la réimportation de la sociologie et de l’anthropologie européennes à travers leurs prolongements américains.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barthelemy Tiphaine et Florence Weber, 1989. Les campagnes à livre ouvert. Regards sur La France rurale des années 1930. Paris, Presses de l’École normale supérieure et École des hautes études en sciences sociales.

Bourdieu Pierre, 2003. Le bal des célibataires. Paris, Le Seuil.

Boussard Isabel, 1980. Vichy et la Corporation paysanne. Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Bromberger Christian, 1987. « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire de l’ethnologie de la France », in Ethnologie en miroir. La France et les pays de langue allemande, Isac Chiva et Utz Jeggle (éd.). Paris, Maison des sciences de l’homme : 67-94.

Carbonier Jean et al., 1943. Agritulture et communauté. Paris, Librairie de Médicis.

Cointet Jean-Paul, 1998. Marcel Déat. Du socialisme au national-socialisme. Paris, Perrin.

Collectif, 1943. Agriculture et Communauté. Paris, Librairie de Médicis.

Fabiani Jean-Louis, 1988. Les philosophes de la République. Paris, Minuit.

Faure Christian, 1989. Le projet culturel de Vichy. Folklore et Révolution nationale, 1940-1944. Paris, Éditions du CNRS et Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Febvre Lucien, 1939. « Folklore et folkloristes : notes critiques », Annales d’histoire sociale 1 : 152-160.

— 1954 : « La civilisation quotidienne », avant-propos au volume XIV de l’Encyclopédie française, Paul Breton (dir.). Paris, Société nouvelle de l’Encyclopédie française.

Gorgus Nina, 2003. Le magicien des vitrines : le muséologue Georges Henri Rivière. Traduit de l’allemand par Marie-Anne Coadou, préface de Isac Chiva et Michel Colardelle. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Grignon Claude et Jean-Claude Passeron, 1989. Le savant et le populaire. Paris, Le Seuil et Gallimard.

Laferté Gilles, 2002. Folklore savant et folklore commercial : reconstruire la qualité des vins de Bourgogne. Une sociologie économique de l’image régionale dans l’entre-deux-guerres. Thèse de sociologie. Paris, École des hautes études en sciences sociales 689 : 209-210.

Levi Primo, 1989. Les naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz. Traduit de l’italien par André Mauge. Paris, Gallimard.

Maget Marcel, 1968. « Problèmes d’ethnographie européenne », in Ethnologie générale, Encyclopédie de la Pléiade, Jean Poirier (dir.). Paris, Gallimard.

— 1993. « À propos du musée des Arts et Traditions populaires de sa création à la Libération (1935-1944) », Genèses, 10 janvier : 90-107.

Meyran Régis, 1999. « Écrits, pratiques et faits. L’ethnologie sous le régime de Vichy », L’Homme 150 : 203-212.

— 2004. « Les derniers jours du folklore : du renouveau des années 1930 à sa disparition dans l’après-guerre », suivi de « Discussion autour des textes de Régis Meyran et d’Alain Mahé », in Savoirs du lointain et sciences sociales, Alain Mahé et Kmar Bendana (éd.). Saint-Denis, Éditions Bouchène : 133-139 et 152-156.

Müller Bertrand et Florence Weber, 2003. « Réseaux de correspondants et missions folkloriques », Gradhiva 33, novembre : 43-56.

Rivière Georges Henri, 1942. « Le folklore paysan. Notes de doctrine et d’action », Études agricoles d’économie corporative, 2 (4), oct.-déc. : 291-316.

Tillion Germaine, 2000. Il était une fois l’ethnographie. Paris, Le Seuil.

Varagnac André, 1936. « Projet de questionnaire sur le folklore des grèves », Revue de folklore français et de folklore colonial, 7 : 130.

— 1938. Définition du folklore, suivi de Notes sur folklore et psychotechnique et sur l’agriculture temporaire, la préhistoire et le folklore. Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales.

Voldman Danièle, 1991. « Archiver les sources orales », Cahiers de sémiotique textuelle 20 : 155-160.

— 1992. « La bouche de la Vérité ? La recherche historique et les sources orales », Les Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent 21, novembre.

Weber Florence, 1984. « Un texte politique de Marcel Mauss », Critique 445-446, juin-juillet : 542-547.

— 1996. « Métier d’historien, métier d’ethnographe », Cahiers Marc Bloch 4 : 6-24.

Notes

1 Je tiens à remercier Gilles Laferté, qui a relu attentivement une première version de cet article et dont les questions m’ont amenée à en préciser bien des points.

2 Voir Gilles Laferté, « Tensions et catégories du folklore en 1937 : folklore scientifique, folklore appliqué, folklore touristique et commercial », dans le présent volume. La mondialisation économique s’est accompagnée d’une revalorisation des différences culturelles, particulièrement sensible dans le contexte américain où l’anthropologie culturelle peut être utilisée dans le marketing haut de gamme.

3 Sur Varagnac, les travaux en cours de Régis Meyran et de Bertrand Müller (qui dispose de ses archives personnelles) devraient apporter une lumière nouvelle (Meyran 1999 et 2004).

4 Pierre Bourdieu reconnaît (Bourdieu 2003) ce que doit son grand article « Le célibat paysan » au Guide d’étude directe des comportements culturels, de Marcel Maget. Ce Guide, le premier manuel français d’ethnographie adapté à la division du travail moderne où le chercheur effectue lui-même l’enquête, était encore utilisé dans l’enseignement de l’ethnographie dispensé à l’université de Paris V lorsque j’y fis ma licence d’ethnologie, en 1977. Le grand article de Maget, « Problèmes d’ethnographie européenne » (Maget 1968), remet magnifiquement en perspective le goût pour le populaire dans l’Europe des XIXe et XXe siècles ; on retrouve son inspiration dans Le savant et le populaire (Grignon et Passeron 1989).

5 M. Maget a répondu à la thèse de Christian Faure (1989) dans Genèses (Maget 1993).

6 Ce diplôme a été versé aux archives du MNATP en même temps que le fonds Maget, à la mort de ce dernier. Je remercie la famille de Marcel Maget de la confiance qu’elle m’a témoignée en cette occasion.

7 Journal de bord d’André Varagnac, compte rendu de la visite à Frazer, archives personnelles d’André Varagnac. Je remercie Bertrand Müller de m’avoir permis de consulter ces documents passionnants.

8 (Febvre 1939) repris in Barthelemy, Weber, op. cit. : 136. La définition citée par Lucien Febvre se trouve dans Varagnac (1938) : « Le folklore, ce sont des croyances collectives sans doctrine, des pratiques collectives sans théorie. » Cet ouvrage reprend la leçon inaugurale d’André Varagnac à l’École du Louvre.

9 Je remercie Gilles Laferté d’avoir attiré mon attention sur ce point.

10 Varagnac se distingue à la fois de Van Gennep, qui définit le folklore comme paysan et rural, et de Saintyves, qui le définit comme « la science de la vie populaire au sein des sociétés civilisées » (Varagnac citant Saintyves, op. cit. : 9). Il refuse de « définir le folklore par les survivances » ; « Le folklore, c’est du présent ; mieux même : nous pouvons assister, parfois, vous le verrez, à la naissance de faits folkloriques » (Varagnac, op. cit. : 6).

11 Le service historique du MNATP pourrait ainsi constituer le noyau autour duquel seraient regroupées les autres archives du contemporain constituées par des chercheurs de terrain, ethnographes, sociologues ou historiens. En particulier, confronter le travail de Varagnac puis Maget, instruits des méthodes de la critique historique, avec les sources orales constituées par les historiens du présent présenterait le grand intérêt de réunir des travaux épistémologiquement et méthodologiquement proches, à cinquante ans de distance (Weber 1996 ; Voldman 1991 et 1992).

12 C’est dès la Première Guerre mondiale que les historiens portent intérêt aux recherches folkloriques : Marc Bloch, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », Revue de synthèse (1921), disponible sur le web.

13 Voir l’article de Gilles Laferté dans ce volume.

14 Archives nationales, F10 4966.

15 Ibid.

16 Archives nationales, F10 4970.

17 Archives nationales, F10 5132.

18 Archives nationales, F10 5130.

19 Archives nationales, F10 5128.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Archives nationales, F10 5130.

23 Archives nationales, F10 4966.

24 Archives nationales, F10 4970.

25 Archives nationales, F10 5132.

26 Ces pièces se trouvent dans les deux cartons d’archives cités plus haut.

27 Archives nationales, F10 5132.

28 Archives nationales, F10 4970.

29 Archives nationales, F10 4970.

30 Archives nationales, F10 5132.

31 Archives nationales, F10 5132.

32 Archives nationales, F10 4966.

33 Archives nationales, F10 4970.

34 J’ai noté ailleurs l’importance de la visite faite par Bronislaw Malinowski accompagné d’Odette Swan à ses collègues français des ATP, en Sologne. Elle a transformé immédiatement la pratique du journal de Louis Dumont, membre de l’équipe, et plus tardivement, la pratique d’enquête de Marcel Maget. Les deux hommes, après avoir participé aux entreprises de collecte organisées par Georges Henri Rivière, sont passés au travail monographique intensif, le premier sur un rite folklorique, la tarasque, le second sur la fabrication du pain à Villar d’Arène.

35 Leroy-Ladurie, « Produire ou mourir », discours prononcé à Lyon le 2 juin 1942 : 8.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search