Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

III. Personnages

Georges Henri Rivière aux commandes du département des Arts et Traditions populaires

Jacqueline Christophe

Texte intégral

  • 1 La consultation désormais facile des archives du musée national des Arts et Traditions populaires, (...)

1Faire tenir ensemble la science folklorique, ses applications muséographiques et les manifestations d’un art populaire vivant a constitué l’un des enjeux majeurs du département des Arts et Traditions populaires1 dans la période 1936-1945. La création de ce département renvoyait à un projet politique, social et culturel : faire reconnaître les cultures populaires tout en construisant un modèle muséographique nouveau. « Un musée du peuple pour le peuple » selon l’expression de Georges Henri Rivière – le peuple étant ici entendu comme catégorie sociale dans la tradition de la rhétorique révolutionnaire et non dans celle de la logique identitaire.

  • 2 Archives du musée de l’Homme, lettre de Georges Henri Rivière à Paul Rivet du 27 novembre 1935.

2Comment Georges Henri Rivière et sa première équipe vont-ils s’approprier, dès 1937, un terrain presque inconnu ? N’écrivait-il pas à Paul Rivet en 1935 : « Je cherche l’ethnographie de la France et je ne la trouve que “par la bande” [...] l’ethnographie de la France est moins poussée que celle des Indiens des Prairies2. » À cette date Georges Henri Rivière n’emploie pas le terme de folklore.

3Pour la période 1940-1944, il s’agira de préciser les sujets sur lesquels on peut établir une continuité entre l’œuvre du Front populaire et le régime de Vichy, en ce qui concerne les actions du nouveau département. Nous verrons comment certaines tentatives de l’État français d’utiliser le folklore pour sa propagande furent déjouées ou accommodées. Le folklore scientifique pouvait-il faire obstacle à une instrumentalisation des pratiques folkloriques au profit du régime de Vichy, pouvait-il établir des critères d’évaluation de l’action folklorique, comme cela fut défendu par Georges Henri Rivière ? Enfin nous reviendrons sur l’enquête à laquelle furent soumis d’abord Georges Henri Rivière puis André Varagnac à la Libération.

1936-1939. La création du département des Arts et Traditions populaires : enquêtes, muséologie, action folklorique

  • 3 Archives nationales, F21 4906.
  • 4 Georges Henri Rivière, Muséologie du folklore français. Note préliminaire, 20 février 1936, Paris, (...)

4Le 3 janvier 1936, un département des Arts populaires est créé à la direction des Musées nationaux. Georges Henri Rivière est chargé de l’organiser3. Dès le mois suivant est annoncé un musée des Arts et Traditions populaires. L’ajout des traditions est justifié ainsi : « Arts et Traditions populaires, c’est la traduction française du mot folklore4. »

5La définition du terme de folklore, son champ d’application et ses usages vont être l’objet de multiples enjeux. La co-existence inscrite dans la notion, telle qu’elle se construit à l’époque entre science, applications et pratiques, et sa nécessaire différenciation d’avec l’ethnographie exotique, vont faire émerger dans la réflexion sur le folklore la notion de peuple, comme entité sociale productrice, distincte des élites dirigeantes et savantes. Georges Henri Rivière écrit :

  • 5 Ibid.

« Au moment où des pays comme l’Allemagne et l’URSS font un effort géant en faveur de l’art populaire, la France ne doit pas rester inactive. Il est triste qu’un pays démocratique tarde à rendre cet hommage aux arts et traditions de son peuple5. »

  • 6 Archives nationales, F21 4906 et archives du MNATP, ATP, Musée historique 1937.
  • 7 Georges Henri Rivière et André Varagnac, musées de plein air, premier rapport de mission, 26 juill (...)

6Le 1er mai 1937 est signé le décret de création d’un département, cette fois-ci des Arts et Traditions populaires, au sein des Musées nationaux qui comprend : « Un musée installé dans le palais du Trocadéro et des musées en plein air dans des domaines de l’État sur divers points du territoire. »6 Il est prévu de leur associer des auberges de jeunesse, ils seront : « Un hommage rendu aux traditions et aux techniques des ouvriers et paysans, aussi bien qu’un enseignement pour les architectes contemporains7. » Notons d’emblée l’importance de l’architecture rurale, de l’habitat et de l’artisanat au cœur des objectifs de ce décret, au moment où apparaît, en France, un programme de reconstruction (un Congrès international consacré à l’urbanisme rural a lieu en juillet 1937 à Paris).

  • 8 Archives du MNATP, journal de route d’un voyage que Georges Henri Rivière fit en URSS en 1936 (Ms. (...)

7Georges Henri Rivière est venu au folklore par l’ethnographie. Sa conception d’un musée-laboratoire s’est nourrie de son expérience au musée d’Ethnographie du Trocadéro. Les voyages qu’il fit en Europe, entre 1929 et 19368, lui ont permis de se forger une conception muséologique à laquelle il restera longtemps fidèle. Dans « Les musées de folklore à l’étranger et le futur musée français des Arts et Traditions populaires » (Rivière 1936), article fondamental, Georges Henri Rivière explicite la notion de musée de synthèse, pierre maîtresse de l’édifice à visée sociale qu’il projette de construire :

« Créons à Paris non pas une somme des musées régionaux, mais un musée de synthèse [...] Inspirons nous du musée de la vie wallonne, du musée rhénan et des musées soviétiques [...]. Préférons aux catégories d’objets et aux successions de techniques de grandes notions simples prélevées dans la vie même, familières au grand public. [...] le stade de synthèse : le seul valable pour les masses [...]. Doublons-le d’une vaste salle de documentation qui aiguillera vers la province les recherches du spécialiste » (Rivière 1936).

  • 9 Voir note 4 ci-dessus.
  • 10 Archives nationales, F21 4906. Un certificat administratif du 3 août 1936, signé Georges Huisman, (...)
  • 11 Archives nationales, F21 4906. Voir l’article de Martine Segalen dans le présent volume.

8Le plan et les articulations du futur musée présentés dès 19369, accordent une place importante à la notion de « genre de vie ». On peut penser qu’André Varagnac10 a participé à l’élaboration de ce projet novateur, approuvé, selon Georges Henri Rivière, par les maîtres de l’ethnographie et d’éminents folkloristes. Il sera repris et développé en 193811.

  • 12 Archives du MNATP, Mission Sologne, Mission Barbentane, Exposition internationale de New-York (193 (...)
  • 13 Archives du MNATP. Dossiers : Atlas Instructions, Atlas folklorique de la France ; CNATP Calendrie (...)

9Le Congrès international de folklore de 1937 consacre l’extension du champ du folklore et l’intégration de la culture matérielle et des structures sociales (Rivière 1938). Le vocabulaire se cherche, les méthodes d’enquête aussi, au contact du terrain, en Sologne, en Provence, en Bretagne12. Les conditions de ce que Rivière a appelé, « l’acquisition folklorique » (ibid.) sont posées. Une première version des questionnaires de l’Atlas folklorique et du Calendrier traditionnel13 est élaborée par André Varagnac et Georges Henri Rivière dès 1937. À leurs côtés : Marcel Maget, Guy Pison, Louis Dumont, Pierre-Louis Duchartre, Agnès Humbert, Claudie Marcel-Dubois, Louise Alcan, Mireille Place, Denise Sussfeld, Marc Leproux et René Laporte.

  • 14 Archives du MNATP, J.P.39.20.1, J.P.39.20.2.
  • 15 Archives MNATP, fonds Marcel Maget, carton 41, Georges Henri Rivière, « Note sur le Comité nationa (...)
  • 16 Il s’agit de Jean Marx qui était membre de la Commission nationale des arts et traditions populair (...)
  • 17 Archives du MNATP, Georges Henri Rivière, note sommaire « Les groupes folkloriques en France, avan (...)
  • 18 Voir note 15 ci-dessus.

10Organisée par Georges Henri Rivière et Jean Charles-Brun, la fête des provinces françaises qui clôt le Congrès de 1937 obtient un grand succès. Pour Georges Henri Rivière, la France a conquis sa place en Europe en matière de folklore, mais bientôt la vie folklorique, principalement à travers les fêtes, va faire l’objet d’observations sur lesquelles vont se greffer de nouveaux enjeux. Au souci de préservation du folklore comme art populaire qui requiert d’authentiques traditions de danse, de chant, de musique et de costume, transmises et non enseignées académiquement, s’ajoute celui de surveiller. D’après son journal de route d’août 193914 et une note d’octobre 194415, Georges Henri Rivière aurait été engagé « officieusement » par le directeur16 du service des œuvres du ministère des Affaires étrangères à présider à Nice, en août 1939, la séance constitutive du Comité national de propagande par le folklore (organisme de statut associatif)17. Il s’agissait de fédérer diverses associations folkloriques en vue de contrôler leurs actions, en s’appuyant sur la Commission nationale des arts et traditions populaires, qui fonctionne depuis 1938 aux Beaux-Arts en liaison avec le musée. Georges Henri Rivière écrit : « Ainsi pourra-t-on sélectionner les groupes folkloriques voyageant à l’étranger et qui ont été parfois manœuvres à leur insu par la propagande allemande18. »

11Déjà en 1938, à la demande du directeur des Beaux-Arts, Rivière n’avait pas assisté au Congrès des loisirs populaires de Hambourg. À la veille de la guerre, on craint l’utilisation du folklore français par la propagande allemande.

1940-1942. Le département des Arts et Traditions populaires et le « nouveau régime »

  • 19 Archives du MNATP.
  • 20 Archives du MNATP.
  • 21 Archives du MNATP et Archives nationales, AG2 571.
  • 22 Voir les articles de Marie-Noële Denis et de Denis-Michel Boëll, dans le présent ouvrage.

12Les années 1940-1942 sont marquées par la participation du département à des organismes du « nouveau régime » dont les thématiques de réflexion rejoignaient celles engagées dès 1936 sur l’architecture, l’habitat, l’urbanisme et la reconstruction rurale. Ainsi en est-il du Comité d’études – Pour la France19 – et de la Commission d’urbanisme du Comité national de l’Organisation française20. Georges Henri Rivière écrit en décembre 1940, pour le Comité d’études et avec l’accord du directeur des Musées nationaux un texte important : « Notes pour l’amélioration de la vie culturelle des paysans21 » ; c’est un programme qui milite pour la revalorisation de la culture rurale, des parlers régionaux, pour un habitat et un équipement culturel adaptés aux besoins nouveaux, pour la relance des productions artisanales originales et le maintien des fêtes comme œuvres de la communauté elle-même, pour des échanges entre citadins et ruraux, art savant et création du terroir. On y trouve des points de vue très modernes comme la protection des paysages, le classement des « monuments historiques » de la paysannerie. Mais au milieu de ce foisonnement de propositions dans l’esprit du Front populaire, on trouve des phrases regrettables comme : « Plantation d’arbre au Maréchal [...] girouettes d’honneur comme en Finlande aux chefs de famille dont les ascendants occupent la même maison depuis 200 ans. » Simples concessions à la « rhétorique vichyssoise », selon une expression empruntée à Herman Lebovics (1992) ? L’année 1941 est marquée par la création, dans le cadre de l’administration nouvelle, de trois grandes enquêtes sur le terrain (Enquête sur l’architecture rurale, Enquête sur le mobilier traditionnel, Chantier 1 81022).

Les divergences avec le Comité national du folklore en zone occupée. Georges Henri Rivière, Pierre-Louis Duchartre et Jean Charles-Brun à Vichy

  • 23 Je remercie Alexis Korganow de m’avoir signalé le carton AG2 571 (Archives nationales). Il existe (...)
  • 24 Voir l’article de Frédéric Maguet dans le présent volume.
  • 25 Jean Charles-Brun n’a pas participé à l’élaboration, il est consulté après la première rédaction ; (...)
  • 26 Archives du MNATP, ATP CNATP.
  • 27 Archives du MNATP, ATP. ORG-APP ; CNATP. Rapport sur la création d’une Commission nationale du fol (...)
  • 28 Archives MNATP, JR.42.14.2. JR.42.14.3. JR.42.15.1. JR.42.17.1.
  • 29 Archives du MNATP, fonds Marcel Maget, carton 41.
  • 30 Archives du MNATP, JR.42.14.2. Archives nationales, AG2 571.
  • 31 Archives du MNATP, ORG. DIV. NICE. Comité national de folklore.
  • 32 Chargé de mission du chef de l’État pour les questions d’art et de culture depuis mars 1942.
  • 33 Archives du MNATP, JR.42.14.3.
  • 34 Archives nationales, AG2 571. Le CNF a mis au point « un plan de mobilisation du folklore au servi (...)

13Début 1942, commence la lutte contre la délégation, en zone occupée, du Comité national du folklore23. Cette délégation a son siège au musée. Son délégué général, proche de la présidence du Conseil, va vite apparaître comme un dangereux incompétent aux yeux de Georges Henri Rivière (conseiller technique) et de Pierre-Louis Duchartre24 (chargé de l’artisanat, qui milite déjà dans la Résistance), membre d’une des sections du Comité. Tous deux craignent que le folklore soit réduit à n’être qu’un vecteur de la politique du régime, une entreprise de propagande nationale. Pour eux, les manifestations du folklore doivent rester d’authentiques créations du peuple dont la culture propre, vivante et observable, est depuis peu reconnue. Une menace pèse sur le département : les ambitions du Comité national du folklore se précisent. Face à cette situation, en concertation avec Pierre-Louis Duchartre, René Maunier (professeur à la faculté de droit de Paris et président de la Société du folklore français) et Jean Charles-Brun25, Georges Henri Rivière va élaborer un rapport qui vise à réformer la Commission nationale des arts et traditions populaires, créée en 1938 avec d’éminents savants dont Henri Focillon, Marcel Mauss, Lucien Febvre, Albert Demangeon, Georges Dumézil... Celle-ci s’appellera désormais Commission nationale du folklore, puis bientôt Commission nationale d’ethnographie folklorique en 194326 (intéressant va-et-vient des appellations). Elle conserve ses objectifs : « Coordonner et développer l’étude scientifique du folklore français » et devra « étudier toutes mesures propres à en assurer la conservation, la préservation et la rénovation27 ». C’est dans ce contexte que se situe la rencontre de Georges Henri Rivière, Pierre-Louis Duchartre et Jean Charles-Brun avec Philippe Pétain et le Cabinet civil. En mission des Musées nationaux et à la demande du Cabinet civil, Georges Henri Rivière se rend à Vichy, du 6 au 9 septembre 1942, avec Pierre-Louis Duchartre et Jean Charles-Brun. Georges Henri Rivière y sera les 18 et 20 septembre 1942. Les 4 et 5 octobre 1942, Georges Henri Rivière et Pierre-Louis Duchartre y seront à nouveau convoqués. Le compte rendu de ces visites figure dans les journaux de Georges Henri Rivière28, à ces dates, ainsi que dans une note29 d’octobre 1944 conservée dans les archives de Marcel Maget. Le Comité national du folklore demande à être subventionné30, fort sans doute du succès de son congrès tenu en mai 1942 à Nice31, auquel participèrent de nombreux représentants du régime, ministres et délégués (ni Rivière, ni Duchartre n’y assistent). Le Cabinet civil leur demande leur avis sur l’attribution de cette subvention. Ils y sont défavorables, car pour eux : « Il y a nécessité de passer par un organisme réunissant les compétences nécessaires. » Ils songent évidemment à leur nouvelle Commission nationale du folklore. Jean Baudry32 leur demande alors si les savants sont bien qualifiés pour diriger les mouvements folkloriques. Georges Henri Rivière et Pierre-Louis Duchartre rétorquent : « Les scientifiques peuvent être pour le moins aussi qualifiés que des incompétents sans attaches avec le peuple33. » Ils visent le délégué général en zone occupée du Comité national du folklore34 et ses dirigeants. Puis le Cabinet s’intéresse à l’avancement des chantiers du musée et leur fait visiter un camp de jeunesse, « on veut nous documenter » écrit Georges Henri Rivière.

  • 35 Archives du MNATP, JR.42.14.3.
  • 36 Archives nationales, AG2 571. Notes manuscrites sans date.
  • 37 On trouve l’écho de ces propositions dans des notes anonymes (J. Baudry ?) dans Archives nationale (...)
  • 38 Archives nationales, AG2 571. Fin 1942 le CNF écrit : « Sans subvention le Comité se verrait doulo (...)

14Le 8 septembre, Jean Charles-Brun en tête, Pierre-Louis Duchartre et Georges Henri Rivière sont reçus par Pétain ; Lallement et Baudry du Cabinet civil sont présents. Ce sera l’unique entrevue de Georges Henri Rivière avec le maréchal. Selon le journal35 et des notes36 conservées aux Archives nationales, Jean Charles-Brun expose ses idées sur le régionalisme, Pierre-Louis Duchartre et Georges Henri Rivière l’œuvre des Chantiers : « L’importance d’une recherche rapide avant que ne s’estompent les coutumes et l’artisanat. » Le maréchal demande sur quelle province porte leur travail : la Bretagne. Il insiste sur la Provence, puis expose son projet de « monuments aux traditions dans les villages » et son idée de provinces gouvernées non par des préfets régionaux, mais par des « gouverneurs qui seront de grands seigneurs »37, puis il les encourage à continuer leurs travaux. Entrevue relativement anodine. Peu après le Cabinet civil finira, non sans mal, par adopter leurs vues. Leur rapport sera approuvé en décembre 1942, puis mis en veilleuse. Georges Henri Rivière et Pierre-Louis Duchartre, en désaccord avec les formes de l’action folklorique du Comité national du folklore, ont réussi à renforcer les prérogatives du musée, à ruiner l’ambition du Comité, partisan de l’utilisation des fêtes et autres manifestations populaires à des fins de propagande pour le régime38.

1943-1945. L’essor des Chantiers

15La période 1943-1945 est marquée par l’essor des Chantiers intellectuels, sur quoi se greffe la lutte contre les lois de Vichy instituant le Service du travail obligatoire, l’élimination de la délégation parisienne du Comité national du folklore, la neutralisation et l’encadrement de celui-ci par le secrétariat général des Beaux-Arts.

  • 39 Archives du MNATP, dossier EAR, dossier EMT, dossier Chantier 1 810.

16Le service des Chantiers intellectuels dirigé par Edmond Humeau, un résistant, organisa dès 1941, avec le département des Arts et Traditions populaires trois grandes enquêtes nationales (voir note 22) qui occupèrent 97 équipiers jusqu’en septembre 1944. Des architectes, techniciens des arts appliqués, artistes, ethnographes, historiens et géographes furent embauchés dont Albert Soboul et Henri Lefebvre39. La direction scientifique fut assurée par Urbain Cassan, architecte, Georges Henri Rivière, Pierre-Louis Duchartre, Marcel Maget et à partir de 1943, Guy Pison, architecte revenu de captivité. Ces Chantiers s’inscrivaient dans la continuité des travaux entrepris depuis 1937, en vue de créer les musées de plein air. La recherche de spécimens représentatifs de la diversité de l’architecture rurale et des productions artisanales – de l’outillage à l’équipement mobilier – en était le préalable indispensable. Les enquêteurs recensaient, étudiaient en précurseurs l’inventaire des richesses artistiques de la France, lancé plus tard par André Malraux.

  • 40 Archives du MNATP, Mission Sologne.

17Pierre-Louis Duchartre rencontre, dès 1926, à propos de l’art populaire, la question de l’artisanat. Marcel Maget recense, en 1937, les artisans en Sologne40. Louis Dumont élabore même un plan d’étude d’un sabotier en 1938. Bien des années avant le discours de Pétain du 1er mai 1942 « aux artisans de France », l’artisanat draine leurs recherches.

La Libération. L’enquête

  • 41 Marcel Maget est nommé à la direction du musée.
  • 42 Archives nationales, F17 16946, Commission d’épuration. Dossier de Georges Henri Rivière. Dossier (...)

18Georges Henri Rivière est suspendu de ses fonctions le 22 août 194441 et soumis à une enquête42 dans le cadre de la Commission d’épuration des Beaux-Arts. Il en sera de même pour André Varagnac un peu plus tard. Le 17 mars 1945, Georges Henri Rivière est réintégré dans ses fonctions et André Varagnac est nommé au musée des Antiquités nationales.

19Le Rapport adressé au ministre de l’Éducation nationale conclut :

« Le Conseil d’enquête a entendu M. Georges Henri Rivière sur les faits qui lui sont reprochés. Des explications données par ce dernier, il résulte qu’aucun fait notable ne peut être relevé contre lui. Il a commis cependant quelques imprudences [...]. Par contre il est indéniable que M. Georges Henri Rivière a rendu des services à la Résistance en empêchant, au prix de risques certains, le départ de nombreux Français en Allemagne, ainsi qu’en témoignent les nombreuses attestations jointes au dossier. Considérant dans l’ensemble que les reproches à faire à M. Georges Henri Rivière sont largement compensés par les services qu’il a rendus, le Conseil estime à l’unanimité qu’il convient de classer le dossier. » En ce qui concerne André Varagnac, le rapport d’enquête conclut que : « Monsieur Varagnac, agent du 5e Bureau militaire, a agi par ordre et que sa conduite apparemment vichyssoise était créée de toute pièce afin d’obtenir des renseignements. »

20Le ministre de l’Éducation nationale décide, et pour Rivière et pour Varagnac « de ne donner aucune suite à cette affaire ». La lecture des pièces de l’enquête permet de mieux cerner la complexité des engagements de trois des principaux acteurs de cette période : Georges Henri Rivière, Pierre-Louis Duchartre et André Varagnac.

  • 43 Archives nationales, F17 16946, dossier Georges Henri Rivière. Des doubles de ces lettres témoigna (...)
  • 44 Paul Rivet est de retour en France le 22 octobre 1944.

21Georges Henri Rivière est entendu à la suite de « plusieurs plaintes qui portent principalement sur son attitude avant le 16 juin 1940 et sur son activité scientifique ». Les accusations viennent d’André Varagnac – on le savait – et de son entourage militant. Le dossier d’enquête conservé aux Archives nationales comporte 13 dépositions, la déclaration de Rivière, 115 témoignages43 de personnalités du monde scientifique et culturel ainsi que d’enquêteurs des Chantiers intellectuels. La liste est longue, de Marcel Mauss à Jean Paulhan qui rappelle que c’est grâce aux Chantiers que son fils est passé en Espagne. Paul Rivet44 demande à être entendu, André Schaeffner, Michel Leiris, la sœur d’Anatole Lewitsky – martyr du Réseau du musée de l’Homme –, Edmond Humeau et bien d’autres témoignent. Des réfractaires, des persécutés politiques (communistes comme le peintre Jean Amblard ou l’historien Albert Soboul, ou raciaux, des résistants dont l’activité était connue de Georges Henri Rivière témoignent qu’il les a protégés, à ses risques, de la réquisition et a pu favoriser leur participation à la Résistance. Albert Soboul, à propos du bureau de Georges Henri Rivière parle d’« une officine de faux papiers ».

  • 45 Archives nationales, F17 16946, dossier Varagnac. Archives du MNATP, une note manuscrite mentionne (...)

22Le dossier d’enquête sur André Varagnac comporte sa déclaration, une lettre du commandant Pierre-Louis Duchartre dont l’appartenance à la Résistance n’est pas contestée, une déposition du chef d’un réseau de renseignements (2e Bureau) lié à la Résistance, qui déclare qu’André Varagnac45 a appartenu à son réseau dès septembre 1940. Le dossier contient aussi trois attestations de services rendus par Varagnac qui, d’après elles, recueillait et faisait parvenir des renseignements en zone occupée, cinq témoignages de résistants dont celui de René Huyghe, une lettre d’Henri Berr pour qui il a travaillé au Centre international de synthèse. Craignant qu’André Varagnac ne soit inquiété, son chef de réseau rédige une note chargeant Georges Henri Rivière, suivant les indications d’André Varagnac, note à propos de laquelle, lui-même interrogé, admet qu’il ne connaît pas Georges Henri Rivière.

  • 46 Archives nationales, F17 16946, dossier Varagnac. Les expositions que Varagnac organise, en tant q (...)

23Quant à Pierre-Louis Duchartre46, enrôlé volontaire dans l’Armée secrète en septembre 1942, membre du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA), chef du 2e Bureau Forces françaises de l’intérieur (FFI), amené à faire une déposition dans le cadre de l’enquête sur Rivière et apprenant qu’André Varagnac n’est pas inquiété, alors qu’il organisait en zone non occupée des expositions avec panneaux sur la Révolution nationale, l’accuse, lui, dans une lettre adressée au Conseil d’enquête, d’avoir été un propagandiste de la politique de Vichy et d’avoir publié des articles favorables au régime.

24L’épisode nous montre aussi combien il était difficile, même à l’époque, d’apprécier un équilibre entre infiltration et compromission (cas Varagnac), entre responsabilités institutionnelles et opportunisme (cas Georges Henri Rivière).

25Pierre-Louis Duchartre a travaillé aux côtés de Georges Henri Rivière qui le savait résistant, codirigeant les Chantiers avec lui. Il l’a accompagné à Vichy, toujours proche dans le travail scientifique et muséographique au profit des Arts populaires.

26Georges Henri Rivière n’a pas adhéré à la Résistance mais il ’a aidée, même s’il a parfois frôlé, voire adopté des positions vichyssoises. Duchartre dit de lui : « Son point de vue est extrêmement simple, il avait un musée et il voulait que ce musée se développe, il voulait que ses chantiers prospèrent. La forme du gouvernement lui importait peu. » En janvier 1945, Georges Henri Rivière écrit :

  • 47 Archives nationales, F17 16946, dossier Georges Henri Rivière, pièce 96. Double dans les archives (...)

« L’héritage culturel du peuple français a été préservé, certes les matériaux furent acquis avec des moyens obtenus sous le régime de Vichy, mais produits sans aucune concession à l’idéologie alors en cours et dans la pure ligne des écoles françaises d’ethnologie et de géographie47. »

  • 48 Archives du MNATP, fonds Marcel Maget, carton 41.

27Constatons qu’il a poursuivi son grand dessein sous deux régimes politiques radicalement opposés, en ne manquant pas une occasion de renforcer la position de l’institution qu’il avait créée et qu’il dirigeait. La lettre48 inédite d’octobre 1944 qu’il adresse, sur la suggestion de Michel Leiris à Marcel Cohen, linguiste, dans laquelle, en retraçant son parcours depuis 1929, il confie ses doutes et ses certitudes, constitue une pièce majeure pour l’approche de cette personnalité hors pair.

  • 49 Archives nationales, F17 16946, dossier André Varagnac et dossier Georges Henri Rivière.

28Varagnac, d’après l’enquête49, a fait partie d’un réseau de renseignements dès 1940, mais il offrait en zone non occupée l’image déroutante, confirmée par la Commission d’enquête, d’un homme ouvertement favorable aux thèmes de propagande du régime. Les accusations graves qu’il porte contre Rivière sont sans preuves, selon la commission, basées simplement sur ses « convictions ».

29Qui serait le représentant officiel du folklore après guerre ? Quelle conception scientifique l’emporterait ? Ces deux questions semblent avoir préoccupé davantage André Varagnac que Georges Henri Rivière en août 1944. À côté des résultats des Chantiers de Georges Henri Rivière, les apports d’André Varagnac pouvaient paraître négligeables. La conception et les méthodes qu’il avait importées de la Commission des recherches collectives, l’Atlas folklorique de la France et le Calendrier traditionnel qu’il avait lancés dès 1937 et auxquels il tenait, avaient été mis en sommeil au profit d’autres méthodes à l’élaboration desquelles il n’avait pas participé. Entre les deux hommes des divergences scientifiques et politiques aussi : Rivière est proche des communistes.

Conclusion

30Les vicissitudes de cette période auront du moins permis de dissocier le folklore de l’ethnographie. Dans un texte de 1946, « Recherches et musées d’ethnographie française depuis 1939 », Georges Henri Rivière écrit :

« Ethnographie française : nous avons préféré cette dénomination à celle de folklore français, tant pour marquer notre allégeance à l’ethnographie générale que pour éviter à nos institutions de recherche et de muséographie d’être confondues avec celle du “folklore” synonyme en France de l’action folklorique. » Pour lui il y avait eu durant toute cette période urgence à agir, il écrivait en 1943 : « Si nous n’y prenons garde, à l’étude sur le vif – dont le rendement est si grand quand elle applique les méthodes et techniques modernes de recherches – il faudra substituer des investigations dans les archives. »

31Pour une large part, c’est grâce à l’action et à la passion de Georges Henri Rivière que la civilisation traditionnelle n’a pas sombré « dans une préhistoire sans archéologie », selon une formule qu’il a souvent utilisée.

32Pour reprendre les termes limpides de Marcel Maget (1993), il fut de ceux pour qui « la sauvegarde du folklore n’implique pas le dessein politique de “folkloriser” le peuple ».

33À sa manière Georges Henri Rivière fut un militant de la cause du peuple. La galerie culturelle et la galerie d’étude du musée national des Arts et Traditions populaires en ont témoigné de façon éclatante.

Bibliographie

Références bibliographiques

Faure Christian, 1989. Le projet culturel de Vichy. Folklore et Révolution nationale, 1940-1944. Paris, Éditions du CNRS et Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Gorgus Nina, 2003. Le magicien des vitrines. Le muséologue Georges Henri Rivière. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Lebovics Herman, 1995 [1992]. La « Vraie France ». Les enjeux de l’identité culturelle, 1900-1945. Paris, Belin.

Maget Marcel, 1993. « À propos du musée des Arts et Traditions populaires, de sa création à la Libération (1935-1944) », Genèses 10, janvier : 90-107.

Rivière Georges Henri, 1936. « Les musées du folklore à l’étranger et le futur musée français des Arts et Traditions populaires », Revue de folklore français et de folklore colonial 3, mai.

— 1938. « Méthodes muséographiques du nouveau département des Arts et Traditions populaires », in Travaux du Ier Congrès international de folklore. Paris, Publications du département et du musée national des Arts et Traditions populaires. Tours, Imprimerie Arrault et Cie : 295-302.

— 1942. « Le folklore paysan. Notes de doctrine et d’action », Études agricoles d’économie corporative, 2 (4), octobre-décembre : 291-315.

Weber Florence, 2000. « Le folklore, l’histoire, et l’État en France (1937-1945) », Revue de synthèse 3-4 : 453-467.

Notes

1 La consultation désormais facile des archives du musée national des Arts et Traditions populaires, celle de documents conservés aux Archives nationales (papiers du Cabinet civil du maréchal Pétain, pièces de l’enquête à laquelle furent soumis Georges Henri Rivière et André Varagnac à la Libération, dossier du Comité national du folklore), et aux archives départementales des Alpes-Maritimes, permettent de préciser, de porter un regard quelque peu différent, voire d’apporter quelques réponses aux hypothèses ou questions restées en suspens dans le chapitre I consacré au musée des Arts et Traditions populaires du livre de Christian Faure : Le projet culturel de Vichy, publié en 1989, ouvrage essentiel qui inaugure la réflexion sur ce sujet (Faure 1989).

2 Archives du musée de l’Homme, lettre de Georges Henri Rivière à Paul Rivet du 27 novembre 1935.

3 Archives nationales, F21 4906.

4 Georges Henri Rivière, Muséologie du folklore français. Note préliminaire, 20 février 1936, Paris, Archives nationales, F21 4906. Dans cette note apparaît le premier plan du futur musée. Georges Henri Rivière écrit : « ... deux principes directeurs. 1. Laisser aux musées régionaux leur rôle dans le cadre régional, il faut faire à Paris un musée de synthèse, de comparaisons. Collaboration et non compétition. 2. La plupart des musées d’art populaire ont jusqu’ici une présentation “matérielle” : salle des étains, de la faïence, du bois etc. ; je me suis efforcé de donner à mon plan un caractère profondément humain... ». Suit l’ordre des 10 salles avec indication sommaire des contenus.

5 Ibid.

6 Archives nationales, F21 4906 et archives du MNATP, ATP, Musée historique 1937.

7 Georges Henri Rivière et André Varagnac, musées de plein air, premier rapport de mission, 26 juillet 1936, archives du MNATP Également Archives nationales, F21 4906.

8 Archives du MNATP, journal de route d’un voyage que Georges Henri Rivière fit en URSS en 1936 (Ms. 45.269, Ms. 47.116, et ATP. Musée-Rivière, Georges Henri, Travaux 1936). Du 29 février au 13 mars 1936 Georges Henri Rivière se rend à Arnhem, Cologne, Hambourg, Oslo, Stockholm, Berlin (Paris, Archives nationales, F21 4906).

9 Voir note 4 ci-dessus.

10 Archives nationales, F21 4906. Un certificat administratif du 3 août 1936, signé Georges Huisman, directeur général des Beaux-Arts, officialise la participation d’André Varagnac, dès 1936, aux travaux du futur musée. On peut lire : « André Varagnac, secrétaire de la CRC est chargé, en collaboration avec Georges Henri Rivière, sous-directeur du musée d’Ethnographie, d’étudier l’organisation du musée du Folklore et des Arts populaires ». La discussion sur la participation de Varagnac n’est pas sans importance. La pièce 19 (Note sur Georges Henri Rivière rédigée par M. Husson datée du 19 octobre 1944), qui figure dans le dossier du Conseil d’enquête de la Direction générale des Beaux-Arts, fait apparaître que Varagnac prétend être le seul artisan du premier plan du musée (Archives nationales, F17 16946, Commission d’épuration, dossier Georges Henri Rivière). Pourtant, en août 1938, était paru dans La Renaissance un article « Le musée national des Arts et Traditions populaires » signé Georges Henri Rivière et André Varagnac.

11 Archives nationales, F21 4906. Voir l’article de Martine Segalen dans le présent volume.

12 Archives du MNATP, Mission Sologne, Mission Barbentane, Exposition internationale de New-York (1939), Mission basse Bretagne.

13 Archives du MNATP. Dossiers : Atlas Instructions, Atlas folklorique de la France ; CNATP Calendrier traditionnel. André Varagnac semble s’être particulièrement investi dans ces questionnaires.

14 Archives du MNATP, J.P.39.20.1, J.P.39.20.2.

15 Archives MNATP, fonds Marcel Maget, carton 41, Georges Henri Rivière, « Note sur le Comité national du folklore et sa délégation en zone occupée », octobre 1944.

16 Il s’agit de Jean Marx qui était membre de la Commission nationale des arts et traditions populaires. Il confirmera avoir chargé Georges Henri Rivière de cette mission dans une note du dossier Georges Henri Rivière, lors de l’enquête. Archives nationales, F17 16946.

17 Archives du MNATP, Georges Henri Rivière, note sommaire « Les groupes folkloriques en France, avant et depuis la guerre », 28 juillet 1942, ATP. ORG. CNATP. 10. Groupes folkloriques. Se trouve aussi aux Archives nationales dans AG2 571.

18 Voir note 15 ci-dessus.

19 Archives du MNATP.

20 Archives du MNATP.

21 Archives du MNATP et Archives nationales, AG2 571.

22 Voir les articles de Marie-Noële Denis et de Denis-Michel Boëll, dans le présent ouvrage.

23 Je remercie Alexis Korganow de m’avoir signalé le carton AG2 571 (Archives nationales). Il existe un dossier aux archives départementales des Alpes-Maritimes sur le Comité national du folklore, et 3 petits dossiers dans les archives du MNATP.

24 Voir l’article de Frédéric Maguet dans le présent volume.

25 Jean Charles-Brun n’a pas participé à l’élaboration, il est consulté après la première rédaction ; archives du MNATP, ATP. ORG APP. CNATP. Rapport pour une Commission nationale de folklore. Minutes.

26 Archives du MNATP, ATP CNATP.

27 Archives du MNATP, ATP. ORG-APP ; CNATP. Rapport sur la création d’une Commission nationale du folklore (dernière version 10 XII4). Ce texte, dont il existe 4 versions, constitue l’essentiel de l’article « Le folklore paysan, notes de doctrine et d’action » (Rivière 1942), qui a fait l’objet de nombreux commentaires (Gorgus 2003 ; Weber 2000).

28 Archives MNATP, JR.42.14.2. JR.42.14.3. JR.42.15.1. JR.42.17.1.

29 Archives du MNATP, fonds Marcel Maget, carton 41.

30 Archives du MNATP, JR.42.14.2. Archives nationales, AG2 571.

31 Archives du MNATP, ORG. DIV. NICE. Comité national de folklore.

32 Chargé de mission du chef de l’État pour les questions d’art et de culture depuis mars 1942.

33 Archives du MNATP, JR.42.14.3.

34 Archives nationales, AG2 571. Le CNF a mis au point « un plan de mobilisation du folklore au service de la Révolution nationale ».

35 Archives du MNATP, JR.42.14.3.

36 Archives nationales, AG2 571. Notes manuscrites sans date.

37 On trouve l’écho de ces propositions dans des notes anonymes (J. Baudry ?) dans Archives nationales, AG2 571.

38 Archives nationales, AG2 571. Fin 1942 le CNF écrit : « Sans subvention le Comité se verrait douloureusement obligé de cesser ses initiatives dont le seul but était de participer à la Révolution nationale, en servant fidèlement le Maréchal et la France. »

39 Archives du MNATP, dossier EAR, dossier EMT, dossier Chantier 1 810.

40 Archives du MNATP, Mission Sologne.

41 Marcel Maget est nommé à la direction du musée.

42 Archives nationales, F17 16946, Commission d’épuration. Dossier de Georges Henri Rivière. Dossier d’André Varagnac.

43 Archives nationales, F17 16946, dossier Georges Henri Rivière. Des doubles de ces lettres témoignages sont dans le dossier Commission d’épuration, boîte 41, fonds Marcel Maget. Ce fonds a été donné par madame Marcel Maget, en 1997, au MNATP. On peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles Marcel Maget a conservé avec lui ces pièces.

44 Paul Rivet est de retour en France le 22 octobre 1944.

45 Archives nationales, F17 16946, dossier Varagnac. Archives du MNATP, une note manuscrite mentionne l’appartenance d’André Varagnac au groupe de résistance 18.31.31.4 créé par Raoul Husson, 2e bureau du Réseau Samson. André Varagnac fut nommé, en août 1941, à la tête du Bureau du régionalisme à Toulouse, organisme dépendant directement du préfet.

46 Archives nationales, F17 16946, dossier Varagnac. Les expositions que Varagnac organise, en tant que directeur du Bureau du régionalisme à Toulouse, relèvent de son initiative (archives du MNATP, dossier André Varagnac).

47 Archives nationales, F17 16946, dossier Georges Henri Rivière, pièce 96. Double dans les archives du MNATP, fonds Marcel Maget, carton 41.

48 Archives du MNATP, fonds Marcel Maget, carton 41.

49 Archives nationales, F17 16946, dossier André Varagnac et dossier Georges Henri Rivière.

Auteur

Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search