Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

III. Personnages

André Leroi-Gourhan, de la muséographie à l’ethnologie (1934-1946)

Philippe Soulier

Texte intégral

1En réponse à une question précise que Claude-Henri Rocquet lui posait à propos de l’installation du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), au palais de Chaillot, puis au bois de Boulogne, André Leroi-Gourhan répondit : « D’une part, je ne me suis jamais occupé d’ethnographie française et, d’autre part, je souhaitais rester au musée de l’Homme » (Leroi-Gourhan 1982).

2En quelques mots lapidaires, André Leroi-Gourhan résumait ainsi sa position sur un des thèmes de ce colloque. Nous ne pouvons, bien sûr, en rester là, mais deux dimensions sont à prendre en compte pour aller plus loin : d’une part, les conceptions générales de Leroi-Gourhan en ethnologie, et plus précisément la construction de sa pensée technologique ; d’autre part, les liens entre ses conceptions et ses réalisations muséographiques.

3En présentant quelques jalons de la pensée et de l’activité d’André Leroi-Gourhan, entre 1934 et 1945, il est possible d’y apporter de nouveaux éclairages.

Du Trocadéro à Guimet : classification et présentation des objets

4Né en 1911, André Leroi-Gourhan (Soulier 2003 et 2004) quitte l’école en 1925, et va bénéficier d’une formation essentiellement non universitaire, dont les composantes, très diversifiées, formeront au fil des ans les bases d’une pensée originale, hors des divisions académiques traditionnelles et le conduiront, en 1932, à rencontrer Paul Rivet à qui il proposera ses services (Leroi-Gourhan 1982).

5Successeur, en 1928, de René Verneau à la chaire d’anthropologie du Muséum national d’histoire naturelle, Paul Rivet en avait à la fois profité pour changer l’intitulé de celle-ci qui devint : chaire d’ethnologie des hommes actuels et des hommes fossiles et pour y rattacher le musée d’Ethnographie du Trocadéro (MET). Par cette nouvelle orientation, Paul Rivet projette de rénover complètement le musée et, pour cela, emploie les talents décisifs d’un homme alors connu du tout Paris artistique et mondain : Georges Henri Rivière.

6De cette époque, André Leroi-Gourhan dira plus tard : « J’étais alors très orienté vers la Sibérie et les Eskimos. Rivet m’a chargé de m’occuper de la gestion de la section "Arctique". Je me suis donc employé, pendant plusieurs années, à traiter les objets, les décrire, les classer » (Leroi-Gourhan 1982).

7Les premiers pas d’André Leroi-Gourhan au MET, guidés par Anatole Lewitsky et Georges Henri Rivière, seront formateurs à bien des égards :

« L’orientation de la rénovation du musée doit tout à la capacité créatrice de Georges Henri Rivière » souligne-t-il et « nous avons réorganisé les salles publiques qui étaient peuplées de vitrines absolument en ruine. Le musée était dans un tel état que les clients pouvaient se servir directement dans les vitrines. Rivière a repris ça en main. Pendant une certaine période, nous avons été près d’une centaine de bénévoles dans la maison. On travaillait la nuit sans être dérangés par les visiteurs » (ibid.).

  • 1 Communication personnelle.

8Une anecdote rapportée par sa femme, Ariette Leroi-Gourhan, qui, alors étudiante à l’École du Louvre, faisait partie de ces bénévoles, reflète particulièrement cette ambiance de création permanente. Pour se donner des idées, Georges Henri Rivière et son jeune élève avaient pris l’initiative de visiter les vitrines des grands magasins, pour y analyser les procédés des étalagistes professionnels : c’est ainsi qu’ils découvrirent l’usage récent du fameux fil de nylon qui renouvelle la présentation des objets et des vêtements dans les vitrines... Et il lui souvient bien que les jours suivants cette « découverte » furent particulièrement féconds et enthousiastes1 !

9Apprenant par ailleurs les bases de l’identification et de la classification avec Anatole Lewitsky, cette formation sur le tas sera complétée par des conférences données dans le cadre de l’Institut d’ethnologie et, dans l’hiver 1933-1934, par un séjour d’étude aux British et Victoria Museums.

10En septembre 1934, André Leroi-Gourhan va rendre compte de l’avancée de ses travaux sur sa première véritable exposition qui porte sur les Eskimos :

  • 2 Courrier du 13 septembre 1934 ; archives du musée de l’Homme (Ms 80 A).

« Cher Monsieur Rivière,
Voici un bref exposé des travaux qui ont été faits dans la section arctique depuis le début du mois d’août. Le classement des collections se poursuit régulièrement et je m’attache plus particulièrement maintenant à l’étude des pièces destinées à l’exposition. Le travail de mise en ordre sera terminé à la fin de ce mois. Le mois d’octobre sera consacré au rassemblement de la documentation photographique et des dessins qui accompagneront les objets2. »

  • 3 Archives du musée de l’Homme (Ms 80 B).

11Le 27 septembre, il soumet en effet son projet à Georges Henri Rivière. Celui-ci ne le modifiera que sur un petit détail et, dès le lendemain, André Leroi-Gourhan peut se lancer dans la réalisation3.

12Utilisant les trois vitrines de l’« Entrée Passy », il propose une présentation des objets selon un triptyque dont les volets latéraux sont consacrés, d’une part à « l’homme », et d’autre part à « la femme et l’enfant », tandis que la vitrine centrale indique les combinaisons qu’offrent les objets « masculins » et les objets « féminins », tant dans le groupe familial que dans le groupe social. Pour compléter ces vitrines murales, des vitrines plates devaient montrer deux aspects complémentaires à cette vision familiale, sociale, technique et sexuée de la vie des Eskimos. La première est réservée à l’organisation spatiale de la pêche côtière, avec une carte schématique replaçant les divers ustensiles, embarcations et armes, en fonction de leur lieu d’usage. La seconde expose les techniques de confection du harpon, pièce maîtresse de la chasse, mais aussi de la technologie eskimo, puisqu’il « nécessite l’intervention de toutes les techniques du bois, de l’os, de l’ivoire, des métaux, du cuir, etc... ». Enfin, pour satisfaire aussi bien les spécialistes que le plus grand public, il préconise deux extensions : d’une part, des tiroirs pour placer « des séries d’instruments qui présentent un caractère plus scientifique que spectaculaire ou qui n’auraient pas leur place désignée dans une vitrine » ; d’autre part, un kayak « équipé et installé sur un bâti ».

13Un journaliste du Temps résume ainsi ses impressions :

  • 4 Jean Lefranc, Le Temps du samedi (29 décembre 1934).

« Voici ce peuple dans sa vérité, entouré des œuvres de son génie. C’est au musée d’Ethnographie du Trocadéro qu’un jeune savant, M. André Leroi-Gourhan, chargé de la section arctique, m’a introduit chez ces gens artistes et gais. [...] Sous la conduite de M. André Leroi-Gourhan, une visite aux Esquimaux du musée du Trocadéro est l’un des plus instructifs et pittoresques voyages qu’un Parisien puisse entreprendre...4. »

14Sur la lancée de l’exposition, le 15 décembre, André Leroi-Gourhan fait une conférence pour l’assemblée générale du Kayak Club de France, ce qui lui offre l’opportunité d’un exercice de description technique, dans lequel il souligne, comme pour le reste de l’exposition, les composantes sociologiques des rapports homme-femme. Mais il s’agit là d’un article au contenu technique précis, s’adressant au public bien particulier des kayakistes, et il sera complété par un autre, dont le propos mythologique ressort nettement, toujours en étroite association avec les aspects techniques :

« Les Eskimos, dont l’économie repose presque exclusivement sur les animaux de chasse, ont acquis, au cours des siècles, une zoologie pratique. [...] Chaque partie du corps de chaque bête a reçu un emploi, et cet emploi est toujours justifié. [...] Les mœurs des animaux sont étudiées avec un soin extrême » (Leroi-Gourhan 1937 : 84).
« Sur cette base, on peut faire entrer dans le cadre de la zoologie mythique des Eskimos tout leur matériel, qui se partage en matériel de terre, placé sous le signe mâle du patron des esprits, et en matériel marin, commandé par le principe femelle de Sedna » (ibid. : 91).
« Avec leur logique propre, les Eskimos ont assigné aux outils de l’homme les matières mâles et à ceux de la femme les matières femelles » (ibid. : 94).

15En définitive, l’ensemble de ce travail sur les Eskimos s’articule sur trois axes :

  • La description technique et identification ostéologique des supports, en liaison avec l’usage qui en est fait ;
  • L’inclusion dans un système de pensée et de représentation ;
  • La mise en évidence de principes mâles-femelles liant milieu, objets et acteurs.

16Ces trois axes resteront permanents dans l’œuvre d’André Leroi-Gourhan, tant en technologie que, plus tard, en interprétation des représentations artistiques.

De la muséographie à la muséologie et à la technologie

17Conjointement à son approche muséographique de l’ethnologie, suivant et exploitant en cela les enseignements de Marcel Mauss, Paul Rivet et Georges Henri Rivière, André Leroi-Gourhan construit explicitement un cadre théorique. Il s’en explique dans un bref article, publié au moment même de la fermeture du MET, alors en pleine restructuration :

« L’ethnologie n’est une science organisée, en France, que depuis dix ans à peine. La création d’un Institut d’ethnologie, la réorganisation du musée d’Ethnographie du Trocadéro, l’enseignement théorique ou pratique d’un Paul Rivet, d’un Marcel Mauss, ont réalisé, en moins de deux lustres, une école dont l’activité tend à affirmer chaque jour la personnalité, [...] Tous travaillent dans le même sens, suivant les mêmes règles ; c’est pourquoi, en quatre ans, nous nous sommes trouvés au niveau des meilleurs musées étrangers. Ces règles, dont le résultat public est connu, ont un autre but que la mise en valeur visuelle des pièces rares ou curieuses ; elles relèvent d’un plan d’organisation scientifique complet. La muséographie tend à faire du musée plus qu’un instrument de travail occasionnel : un centre d’élaboration systématique. [...] On touche alors au point sensible du système : la spécialisation. Le muséographe actuel doit être, dans quelque mesure, zoologue, botaniste et minéralogiste. Il se distingue radicalement de l’ethnographe en ce sens qu’il est préférable pour lui de se spécialiser dans un ensemble technique [...] plutôt que dans un ensemble culturel [...] parce que, pour lui, l’observation est avant tout terminologique [...] » (Leroi-Gourhan 1936a).

18Il termine sur un appel qui résonne comme un programme prémonitoire pour ses futurs travaux :

« L’école française d’ethnologie est encore trop jeune pour avoir pu donner sa mesure. [...] Jusqu’alors, seule l’action des ethnographes sur le terrain et l’exposition publique du travail muséographique sont apparentes. [...] mais les promesses sont grandes. [Prochainement, dans des bâtiments neufs] l’école du docteur Rivet pourra [...] assurer la coordination, la synthèse de disciplines qui ne peuvent s’ignorer sous peine de s’interdire tout effort cohérent » (ibid.).

19Cette vision de synthèse sur l’Homme, reprenant transversalement l’organisation des données, sera en effet la constante de ses réflexions et de ses écrits.

20C’est ainsi que, conjointement, et en cohérence avec cette mise en forme explicite d’un projet muséographique collectif, il prolonge son rangement des objets du département Arctique par une refonte des principes de classification technologiques alors enseignés par Marcel Mauss. Il expose cette nouvelle approche, pragmatique, dans un travail collectif d’envergure auquel il collabore : l’Encyclopédie française permanente (Leroi-Gourhan 1936a). Cette vaste entreprise éditoriale, conduite sous les auspices de Lucien Febvre, sera celle qui va consolider le tournant de ses études de technologie : il y établit sa classification et la nomenclature qui l’accompagne, sur la base des caractéristiques mécaniques des matières premières mises en œuvre, puis des types de percussion, pour aboutir aux outils.

21L’approche technologique de Mauss (Mauss 1989 [1947] : 32-36) partait, elle, des outils et des instruments, pour aller au contexte d’utilisation et enfin aux matériaux mis en œuvre. En l’inversant, André Leroi-Gourhan prend donc ses distances tout en respectant le cadre général. Il s’autorise à faire cela car il affirme qu’il ne s’agit pas là d’une prise de position ou encore moins d’une contestation de celui qui reste « son maître », mais d’une attitude qui lui est imposée par les faits... Son argumentation se caractérise par une nécessité absolue de la réalité, indépendamment de la réflexion humaine : les faits sont selon lui « objectifs ». Cette manière formelle de procéder et de placer le lecteur face à l’évidence d’une réalité, restera une de ses caractéristiques dans ses procédés de démonstration, que ce soit en matière de technologie ou de signification de l’art. Sur le fond, le « renversement copernicien » du cadre traditionnel, proposé dans cette esquisse, sera le ferment de ses travaux à venir sur la technologie.

  • 5 Philippe Soulier, « L’expérience ethnologique japonaise d’André Leroi-Gourhan (mars 1937-mai 1939) (...)

22C’est fort de ces formations, de ces expériences, et déjà à la tête de plusieurs publications importantes, qu’il va pouvoir bénéficier d’une bourse d’étude pour se rendre deux ans au Japon5. Ces deux années seront le moment de la constitution de son grand fichier documentaire et de nomenclature, base de ses futurs travaux théoriques. Mais, surtout, du fait d’une immersion longue dans une culture différente et d’un certain isolement dû à l’éloignement, elles seront le moment de la formalisation d’un choix personnel et fondamental pour une ethnologie générale et globale, plutôt que régionale ou thématique.

23Fin 1939, André Leroi-Gourhan reprend l’ensemble de ses travaux et les réorganise dans un vaste projet de synthèse. Il envisage de « coordonner les matériaux de l’ethnographie, de l’archéologie et du folklore pour une interprétation vérifiée des figurations et un contrôle mutuel des sources figurées, orales et écrites, de la sociologie et de l’histoire des religions ».

CNRS, Guimet et Cernuschi

  • 6 Courrier de René Grousset, conservateur du musée, du 28 décembre 1940, fonds Leroi-Gourhan du CNRS (...)
  • 7 Les données concernant le musée Guimet proviennent des dossiers chrono « courrier du musée » (1941 (...)
  • 8 Courrier du secrétariat d’État à l’Éducation nationale au préfet de la Seine (1942), fonds Leroi-G (...)

24Si, grâce à une allocation de recherche qu’il obtient de la part du CNRS, il va pouvoir commencer à rédiger, son activité quotidienne (mais « à titre gratuit »6), il va, dès décembre 1940, s’exercer essentiellement au musée Guimet7, premier destinataire des objets qu’il avait collectés au Japon. À partir de décembre 1942, il aura également à travailler au musée Cernuschi, les deux établissements orientalistes étant réunis afin d’en améliorer la gestion8. Les conditions générales de travail sont bien sûr très contraignantes, même si André Leroi-Gourhan peut bénéficier, sur l’intervention des autorités de la Conservation des musées, de conditions particulières : Ausweiss (laissez-passer) professionnel pour circuler « sur les voies publiques du département de la Seine après l’heure du couvre-feu » (13 février 1943) et dispense du Service du travail en Allemagne ou en France au motif suivant :

« Étant donné que les collections de grande valeur conservées dans ce musée sont sous la protection allemande, leur conservation et leur sauvegarde doivent être assurées par un minimum de personnel dont [André Leroi-Gourhan] fait partie » (12 avril 1943).

  • 9 Maurice Cottaz en page 2 du Cri du peuple du 18 juin 1943.

25Cependant, quelles que soient les difficultés et les charges de l’heure, l’activité muséographique va reprendre pour Leroi-Gourhan. Le 18 juin 1943, ce sera en effet l’inauguration, au musée Cernuschi et par la municipalité de Paris, d’une exposition sur le thème : « Terres, bronzes et jades ; pour une nouvelle présentation des collections chinoises ». Cette exposition est, pour lui, l’occasion de faire une nouvelle fois la démonstration de sa démarche tant pédagogique que scientifique. Sous le titre « Quatre mille ans d’art chinois9 », le journaliste Maurice Cottaz écrit :

  • 10 Conservateur des deux musées, Guimet et Cernuschi, René Grousset avait confié l’organisation de ce (...)

26« Les remarquables expositions d’art chinois qui se sont tenues jusqu’ici au musée Cernuschi présentaient un caractère particulièrement esthétique ou archéologique. Elles s’adressaient donc à un public éclairé mais restreint. Rompant aujourd’hui avec cette tradition qu’il avait d’ailleurs magnifiquement maintenue et développée, M. Grousset10 s’est efforcé, dans ce qu’il tient à nommer avec modestie une nouvelle "présentation", de dégager les liens qui unissent l’évolution technique d’un art à son évolution esthétique. [...] Ainsi entendue, l’exposition s’adresse non seulement au public familier de ces manifestations artistiques, mais aussi aux artisans et à tous ceux qu’intéresse leur labeur. Dès l’entrée, le public est averti de l’esprit qui régit l’ordre des œuvres qui lui sont présentées.

27Nous nous sommes efforcés, est-il écrit, de vous montrer ce que sont les œuvres d’art chinoises, mais aussi comment elles sont faites et pourquoi elles sont belles ou médiocres. [...] Il faut rendre justice au musée Cernuschi. Tout en conservant à sa nouvelle présentation une haute tenue, tout en maintenant le caractère d’érudition de son exposition, il a su en faciliter l’accès en s’efforçant d’y attirer l’ouvrier et l’artisan. Le petit établissement de l’avenue Velasquez sait montrer le “chemin du musée”. Puissent ses aînés ne pas négliger son exemple. »

De la muséologie à la recherche puis à l’enseignement11

  • 11 Archives nationales CNRS ; cote du dépôt de Gif-sur-Yvette : G910024DPC.

28Cependant ces activités muséographiques diverses ne sont qu’un aspect de ses travaux, et il commence à publier une partie de ses projets de synthèse que sont L’homme et la matière et Milieu et techniques. Il explique :

« Ces deux volumes proposent à la fois un cadre systématique à la Technologie comparée et l’exploitation historique et philosophique des documents livrés par la vie matérielle de l’Homme. Ils constituent, du côté ethnographique, la base sur laquelle je compte poursuivre mon travail d’ensemble. »

29L’introduction à la première édition d’Évolution et techniques souligne par ailleurs que :

« Dans le tableau immense de la vie des hommes de tous les temps que l’Ethnologie tend à peindre, les Techniques jouissent d’une place singulièrement importante : c’est par elles que nous dépassons la marge très étroite des textes et des rapports oraux. À partir du point où l’Homme ne peut plus parler, parce qu’il est absent ou mort, où les archives font défaut, deux témoignages existent : celui de l’Art et celui des Techniques » (Leroi-Gourhan 1943 : 7).

30Et il poursuit en élargissant la démarche entreprise dès 1936 :

« C’est avec ces matériaux ingrats que l’ethnologue reconstitue l’Histoire. S’il aborde un plan philosophique très général [...] il ne s’écartera guère de la réalité mais ne saura aller très loin car les rapprochements sûrs deviennent vite très difficiles. S’il travaille sur un point précis (l’agriculture ou les rites de mariage par exemple) [...] la perspective dorée d’une théorie d’ensemble avec migrations et infiltrations à longue portée s’offrira à ses moindres efforts. Cela explique pourquoi nous ne savons pas grand’chose de l’histoire des peuples, et pourquoi au contraire la science est riche en vues d’ensemble sur les techniques et les institutions. Cette richesse augmente à mesure qu’on s’éloigne des techniques matérielles et atteint son sommet dans les théories religieuses ou dans le folklore » (ibid. : 27).

31Plaçant ainsi la technologie et le folklore aux deux extrémités de la démarche ethnologique, elle-même fondamentalement distincte de la reconstitution historique, dans cet ouvrage comme dans l’ensemble de son approche, il envisage là les faits d’un point de vue extensif et globalisant.

32Cependant, quel que soit le domaine d’application, cette approche extensive, pour laquelle il a personnellement opté depuis son séjour au Japon, ne saurait justement, pour lui, avoir de sens si elle était dissociée d’une approche intensive, notamment en technologie. En effet :

  • 12 André Leroi-Gourhan (1943). « L’enquête extensive ». Communication faite le 23 novembre 1943 à la (...)

« Il n’est pas facile de définir les rapports de l’ethnographie et de la technologie. Cela tient au fait que l’ethnographe est et doit rester largement préoccupé de technologie. [...] on peut dire que c’est tout récemment, et en France, qu’un effort a été fait pour prendre les techniques à leur point de départ, à la matière brute, et pour en suivre toutes les incidences jusqu’au produit terminé. Cet effort est mené à la fois au musée de l’Homme et au musée des Arts et Traditions populaires : l’envergure des enquêtes que dirige G.H. Rivière assure la première base sérieuse à notre discipline : nous n’aurons pas été les premiers à parler de technique, mais nous aurons, les premiers, voulu faire de l’étude comparative des ouvriers une science complète12. »

33Complétant alors cette conception de la place théorique et opérationnelle de la technologie en ethnologie, il développe ce qu’il faut entendre (et combiner) par approche extensive et approche intensive.

  • 13 Ibid.

« L’avenir de notre science n’est pas douteux : il est dans la technologie intensive ; il faut faire pour chaque pays et pour chaque technique, un dossier complet jusqu’au détail : nous serons libres ensuite de faire de la technologie extensive en n’usant qu’une partie de notre capital. [...] Le travail de technologie extensive auquel je me suis consacré est prématuré ; il faudrait encore cinquante ans avant qu’on puisse avancer avec assez de sécurité... Mais il n’est peut-être pas inutile, car il permet d’orienter la recherche intensive ; il ouvre des pistes, il donne un cadre classificateur aux millions de témoignages qu’on ne saurait autrement maîtriser13. »

34Et c’est son collègue Marcel Maget qui, à sa suite, va précisément traiter de l’« enquête intensive », soulignant ainsi à deux la complémentarité de leurs actions, sur le terrain comme dans les expositions.

35Après guerre, alors qu’il obtient un poste de maître de conférences à Lyon pour un enseignement d’« Ethnologie coloniale », il poursuit son enseignement (à l’Institut d’ethnologie et au musée de l’Homme) et ses conférences. C’est à chaque fois l’occasion d’exposer ses principes de classification et d’organisation des données. Ainsi à Neuchâtel, où il relate le travail muséographique commun :

« À l’expérience [...] il est apparu que le musée devait choisir entre : montrer des quantités d’objets à quelques amateurs, ou faire véritablement œuvre d’enseignement, c’est-à-dire donner au public ordinaire ce dont il a besoin, des choses claires. [...]. On ne peut pas servir à la fois le public du dimanche et l’homme de métier. Dans chacun des départements, à côté du magasin, il y a une salle de travail, où les spécialistes peuvent travailler à l’abri du public, dans les meilleures conditions possibles. “Et maintenant, ajoute M. Leroi-Gourhan, nous avons les mains libres pour traiter les salles publiques en salles publiques.” Le musée a trois aspects : le musée de M. Tout-le-monde, le visiteur du dimanche ; le musée du chercheur qui vient pour fignoler un point sur un travail précis ; c’est aussi un organisme de formation pour les ethnologues » (Derron 1946).

Conclusion

36Nous avons vu comment, de la nécessité d’un traitement adéquat, cohérent et homogène, pour les objets de musée à classer et à présenter, puis de leur classement circonstanciel à l’élaboration des bases de leur organisation, André Leroi-Gourhan est passé d’une simple tâche de rangement à accomplir à la formalisation codifiée d’un principe d’analyse extensive, véritable outil conceptuel structurant l’objet même de l’ethnologie. Une fois cette proposition élaborée, elle sera, mais généralement par ses élèves, exploitée, affinée ou discutée pendant des décennies. Lui-même la prolongera dans plusieurs de ces écrits, mais plus à tendance philosophique qu’historique, technologique ou même muséographique. En effet, après la guerre, avec son poste d’enseignant à Lyon, puis à Paris, une nouvelle vie s’ouvre à lui, et le conduit vers d’autres horizons pour lesquels il conservera les mêmes approches fondamentales de conception globale et extensive, tout en maintenant un attachement pragmatique au strict rapport au fait matériel directement observable.

Bibliographie

Références bibliographiques

Derron, 1946. « Conférence de M. Leroi-Gourhan sur le musée de l’Homme, 15 juillet 1946 ». Rapport annuel du musée Ethnographique, exercice 1945, Bulletin de la Société neuchâteloise de géographie, tome LII, fasc. 1 : 116-121.

Leroi-Gourhan André, 1936a. « L’homme et la nature », in L’Encyclopédie française. Tome VII : L’espèce humaine. Paris, Comité de l’Encyclopédie française : 10-3 à 10-6 et 12-1 à 12-4.

— 1936b. « L’ethnologie et la muséographie », Revue de synthèse, tome XI, 1, février : 27-30.

— 1937. « La zoologie mythique des Eskimos, sélection rituelle des matières premières animales », La terre et la vie 3, 7e année, mai-juin : 84-95.

— 1943. Évolution et techniques. L’homme et la matière. Paris, Albin Michel.

— 1982. Les racines du monde. Entretiens avec Claude-Henri Rocquet. Paris, Belfond.

Mauss, Marcel. 1989 [1947]. Manuel d’ethnographie. Paris, Payot : 32-36.

Soulier, Philippe. 2003. « André Leroi-Gourhan (25 août 1911-19 février 1986) », Revue pour l’histoire du CNRS, 8 mai : 54-68.

— 2004 « André Leroi-Gourhan, les archives de sa vie », in Autour de l’homme : contexte et actualité d’André Leroi-Gourhan, Françoise Audouze et Nathan Schlanger (dir.). Antibes, Éditions de l’Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques : 327-350.

Notes

1 Communication personnelle.

2 Courrier du 13 septembre 1934 ; archives du musée de l’Homme (Ms 80 A).

3 Archives du musée de l’Homme (Ms 80 B).

4 Jean Lefranc, Le Temps du samedi (29 décembre 1934).

5 Philippe Soulier, « L’expérience ethnologique japonaise d’André Leroi-Gourhan (mars 1937-mai 1939) », conférence donnée à l’Institut franco-japonais du Kansaï, à Kyoto, en novembre 2001.

6 Courrier de René Grousset, conservateur du musée, du 28 décembre 1940, fonds Leroi-Gourhan du CNRS (Nanterre-MAE).

7 Les données concernant le musée Guimet proviennent des dossiers chrono « courrier du musée » (1941-1945) et des dossiers des effectifs « service du personnel », classés par chemise annuelle (années 1940 à 1945), fonds Leroi-Gourhan du CNRS (Nanterre-MAE).

8 Courrier du secrétariat d’État à l’Éducation nationale au préfet de la Seine (1942), fonds Leroi-Gourhan du CNRS (Nanterre-MAE).

9 Maurice Cottaz en page 2 du Cri du peuple du 18 juin 1943.

10 Conservateur des deux musées, Guimet et Cernuschi, René Grousset avait confié l’organisation de cette exposition à André Leroi-Gourhan (courrier du 2 janvier 1943, fonds Leroi-Gourhan du CNRS, Nanterre-MAE).

11 Archives nationales CNRS ; cote du dépôt de Gif-sur-Yvette : G910024DPC.

12 André Leroi-Gourhan (1943). « L’enquête extensive ». Communication faite le 23 novembre 1943 à la séance de la Société du folklore français, consacrée à « Quelques problèmes d’enquête technologique en ethnographie », Fonds Leroi-Gourhan du CNRS (Nanterre-MAE).

13 Ibid.

Auteur

Archéologies et sciences de l’Antiquité
Centre national de la recherche scientifique, Paris I-Paris X

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search