Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

II. Régions

La Bretagne, terrain d’enquêtes du musée national des Arts et Traditions populaires (1939-1945) : acteurs, enjeux, engagements

Denis-Michel Boëll

Texte intégral

1Quinze ans après la fondation du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), sa première exposition temporaire, en 1951, est consacrée à la Bretagne, « province à la forte personnalité, terre d’élection des arts populaires, région que nos enquêteurs ont particulièrement fouillée et où nous bénéficions, dans l’Université, dans les musées, dans les mouvements régionalistes, d’un solide faisceau d’amitiés » (Rivière 1951 : VII). Si la Bretagne n’est que l’un des nombreux terrains où se déploie l’activité du jeune musée pendant la période 1939-1945, c’est une région particulièrement intéressante par les enjeux auxquels Rivière est confronté : enjeux politiques, méthodologiques dans le passage d’une ethnographie folklorique à une ethnologie qui se veut scientifique, rapports de pouvoir avec un puissant milieu associatif et avec l’université de Rennes, mais aussi avec des personnalités régionales au premier rang desquelles figure René-Yves Creston (1898-1964), que Rivière va côtoyer durant un quart de siècle.

2Au-delà d’un attachement sentimental lié à la figure de son oncle le peintre et graveur Henri Rivière (1864-1951) qui avait fait de la Bretagne sa terre d’élection de 1888 à 1916, Rivière est attiré par la richesse culturelle bretonne. Le mouvement culturel régional qui se développe entre les deux guerres, l’Emsav, est divisé entre régionalistes, autonomistes et nationalistes. Il est également partagé entre les tenants de la tradition et du conservatisme d’une société à dominante rurale et les partisans d’une culture et d’un art résolument modernes, ouverts aux influences urbaines et internationales. Créé autour de Jeanne Malivel à la veille de l’exposition des arts décoratifs de 1925, le mouvement Ar Seiz Breur conduit par Creston a triomphé au pavillon de la Bretagne au sein de L’Exposition internationale de Paris en 1937, en proposant un art rénové.

3C’est dans ce contexte que la Bretagne va être le terrain de deux grandes enquêtes pluridisciplinaires en 1939, puis en 1942-1943, et être parcourue par les chercheurs des Chantiers intellectuels sur le mobilier traditionnel, l’architecture rurale, et l’artisanat, de 1941 jusqu’à l’après-guerre (Boëll 2007). En évoquant ici les acteurs de ces enquêtes, on soulignera la complexité des relations entretenues par le fondateur d’une institution nationale conçue comme un « musée de synthèse » et ses partenaires, correspondants et interlocuteurs sur le terrain. La question du passage du folklore à l’ethnologie, en Bretagne, se pose aussi en termes politiques.

Folklore breton et folklore musical (1939)

4Organisé à Nantes les 1er et 2 avril par Joseph Stany Gauthier, conservateur du château des ducs de Bretagne, le Ier Congrès de folklore breton et vendéen confronte les questions traditionnelles des folkloristes et les nouvelles problématiques de la méthode ethnographique proposées par le conservateur du MNATP. Ce congrès est dominé par des communications consacrées aux croyances et coutumes, à la littérature orale, aux coiffes, broderies et dentelles. Mais les questions de méthode (bibliographie, cartographie, documentation) sont abordées par André Varagnac, l’adjoint de Rivière, et par Octave-Louis Aubert qui prône « la pérennité du folklore par le musée, l’éducation, la presse ». Ce publiciste, promoteur du tourisme régional et éditeur de la revue Bretagne est également membre des Seiz Breur, tout comme Jacques Mottheau, professeur à l’école des beaux-arts de Rennes, qui traite de « L’artisanat vivant ». Présidant ce congrès, Georges Henri Rivière le place sous le signe de la méthode, prônant une « décentralisation scientifique » et présentant l’« organisation scientifique » de la « Mission de folklore musical en basse Bretagne », en préparation. Il constate aussi l’actualité des préoccupations des congressistes, qui adoptent des vœux en faveur de l’enseignement du breton à l’école, ou de la création d’un Comité régional des arts et traditions populaires, centre de ressource pour les créateurs.

5La réunion nantaise lui donne également l’occasion de compléter sa connaissance de la production artistique des Seiz Breur, qui se sont réunis le 1er avril 1939 à Nantes pour une assemblée générale qui confie à Creston des responsabilités nouvelles dans les domaines du folklore et de l’ethnologie, qui découlent de ses récents engagements scientifiques : le fondateur des Seiz Breur, peintre, illustrateur, céramiste et créateur de meubles, s’est orienté au cours des années 1930 vers une discipline naissante, l’ethnographie. A quarante ans passés, il a suivi les cours de Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie, et a rejoint le département Europe du tout jeune musée de l’Homme, pour le compte duquel il va partir en mission aux îles Féroé.

6À sa demande, Rivière inaugure l’exposition de groupe des Seiz Breur à la galerie Mignon-Massart, qui présente peintures, sculptures, livres illustrés, et créations artisanales. Il remarque les ouvrages illustrés de Xavier de Langlais et de Florian Le Roy. Il note les coordonnées d’une dizaine de nouveaux « correspondants » du musée dont plusieurs recevront bientôt la visite de la mission de folklore musical en basse Bretagne.

7Cette seconde enquête de terrain du MNATP, après celle consacrée à la Sologne, a une finalité méthodologique : il s’agit d’expérimenter et de mettre au point une démarche menée par une équipe pluridisciplinaire : musicologue, linguiste et technicien disposant d’un équipement moderne, en particulier d’un appareil d’enregistrement qui contribuera, grâce à sa capacité de restitution immédiate, au succès des séances de collecte. Claudie Marcel-Dubois (1913-1989), entrée cinq ans plus tôt au département d’ethnologie musicale du musée d’Ethnographie du Trocadéro, a accompagné Georges Henri Rivière en 1937 dans la fondation du MNATP. Jeannine Auboyer (1912-1990) est chargée des relevés des danses (croquis, photographies et films), de la comptabilité et de la tenue du journal de route. L’abbé François Falc’hun (1909-1991), recruté pour sa connaissance de la langue bretonne, a suivi des études de celtique à la Sorbonne et à l’École pratique des hautes études. L’enquête entend appliquer au « folklore musical » des approches complémentaires : étude ethnographique et sociologique, linguistique et littéraire, musicale et chorégraphique. Le conservateur répartit l’enquête entre deux zones dialectalement différenciées, le Vannetais et la Cornouaille, afin d’étudier la diffusion des répertoires de chants par-delà les frontières linguistiques. L’itinéraire de la mission a été déterminé par les réponses reçues à un questionnaire adressé au printemps précédent aux recteurs, instituteurs, notaires, huissiers, ainsi qu’à des personnalités connues pour leur intérêt pour le folklore. Ce questionnaire portait sur les chanteurs, les musiciens, les sonneurs, les conteurs, les danseurs, la maîtrise de la langue bretonne, le calendrier des fêtes ou encore les circonstances où l’on chante et où l’on danse. Il était demandé aux correspondants d’indiquer des informateurs, de préciser les lieux, les dates ou les moments les plus opportuns pour l’enquête.

8C’est chez le seiz breur Xavier de Langlais, à Surzur dans la presqu’île de Rhuys que la mission de folklore musical démarre le 15 juillet 1939, et séjourne jusqu’au 25 : 56 chansons y sont enregistrées. Prévue pour durer deux mois, la mission est interrompue le 26 août par l’approche de la déclaration de la guerre. 198 chansons ont été recueillies auprès de 118 informateurs. L’analyse scientifique du matériau (transcription, étude des versions recueillies et recherches comparatives) prendra trois ans à Claudie Marcel-Dubois, mais Rivière en fera l’exploitation méthodologique à l’occasion de plusieurs conférences et congrès scientifiques, dès 1941 et 1942.

Les projets de René-Yves Creston

9La mission de Creston aux îles Féroé a également été abrégée par la déclaration de guerre. Le 14 mars 1940, il adresse à Rivière depuis le département d’Europe du musée de l’Homme des propositions de recherches dans divers domaines de l’ethnographie de la Bretagne : les bateaux de pêche ou le costume, qui resteront ses sujets d’intérêt majeurs, les chants de marins, ou encore les potiers de Brière avec lesquels il travaille depuis 1923 (« J’ai, sur ces potiers et sur leurs villages une étude complète accompagnée de dessins, plans, photos », rappelle-t-il). Il suggère d’acquérir le matériel de l’un d’eux, ce que Rivière fera en mars 1942 à Herbignac.

10Fin 1940, le président des Seiz Breur adresse à ses camarades une lettre circulaire de cinq pages qui constitue un appel à la mobilisation et à l’action. Son programme en treize points, esquisse d’un « projet général définitif de statut culturel pour la Bretagne », formule des propositions relatives à l’artisanat, aux musées et à la recherche : « Étudier l’organisation des recherches folkloriques et ethnographiques bretonnes et celtiques ainsi que l’enseignement de ces sciences en Bretagne » constitue l’une des priorités d’action qui seront mises en œuvre un an plus tard au sein de l’Institut celtique de Bretagne.

11En cette fin d’année, Boris Vildé et Anatole Lewitzky, proches collègues de Creston au musée de l’Homme, ont commencé à organiser ce noyau de résistance que Germaine Tillion baptisera cinq ans plus tard « Réseau du musée de l’Homme ». Le 15 décembre est publié le premier numéro de Résistance, mais dès le 13 janvier 1941, l’un de ses diffuseurs est arrêté. Le 10 février, Lewitzky est arrêté, le lendemain c’est au tour d’une douzaine de collègues du musée, au nombre desquels Creston, emprisonné au Cherche-Midi, puis à Fresnes. Relâché le 12 juin, il est assigné à résidence à Rennes. C’est donc en Bretagne qu’il va s’investir dans la création d’institutions culturelles et dans la fondation d’une ethnologie régionale.

12Fin octobre 1941, la Semaine celtique de Rennes prépare la création de l’Institut celtique de Bretagne. Creston prend une part active dans l’architecture de cet organisme et surtout dans le contenu programmatique des premiers débats : il signe sept contributions, consacrées à la création et à l’enseignement artistiques, aux musées et aux monuments historiques, à l’organisation des loisirs et des fêtes du peuple breton, et à l’ethnologie. Le 24 octobre se réunit la Commission d’ethnographie et de sociologie, dont le secrétariat est assuré par Creston, qui fait adopter à l’unanimité un vœu demandant la création d’un « Institut d’ethnologie bretonne » (IEB). Au cours de la réunion, Rivière lui signale « l’intérêt qu’il y aurait à mentionner que cet institut fonctionnerait en liaison avec les organismes et chaires relevant de l’ethnologie ». Il commente, dans son journal de route : « Un tel organisme, s’il se constituait (mais avec quels moyens et quel personnel ?) devrait en réalité être une dépendance de l’université de Rennes et de nous, sans omettre les liaisons avec le musée de l’Homme et l’Institut d’ethnologie. »

13Sous le timbre « Institut celtique – Institut d’ethnologie bretonne », Creston diffuse un texte définissant le domaine et l’objet de l’ethnologie, « science de synthèse » :

« Dans notre esprit, l’ethnologie doit être la science qui groupe sous son égide l’ethnographie, l’anthropologie, la géographie humaine, la préhistoire, l’archéologie et le folklore pris dans son sens le meilleur et le plus large. »

14Défini comme un lieu de formation, d’éducation, de recherches et surtout de coordination des recherches ethnologiques, l’IEB est opportunément placé sous le patronage du MNATP, dont Creston revendique le soutien, qui « s’est déjà traduit par l’envoi d’une mission organisée en collaboration avec nous et composée de trois jeunes Bretons pour l’étude du mobilier de basse Bretagne ». Dans l’attente de la naissance d’un futur « musée du Peuple breton », l’IEB serait dépositaire du résultat des enquêtes. Le signataire de ce document mentionne son diplôme en ethnologie et sa qualité de « correspondant pour la Bretagne du MNATP ». Sous cette appellation d’« Institut d’ethnologie bretonne » se tiennent les réunions de la Commission d’ethnologie de l’Institut celtique, auxquelles participent une dizaine de personnes, « folkloristes », responsables de sociétés savantes et d’associations, enquêteurs des Chantiers et parfois Rivière lui-même. Dans son compte rendu de la réunion de Nantes (10 mars 1942), celui-ci, venu apporter des conseils scientifiques et techniques, marque cependant son scepticisme en faisant suivre le terme « Institut d’ethnologie » d’un point d’interrogation.

15Creston fait à cette époque du costume breton le sujet central de ses recherches. Il a signé avec l’éditeur Aubert un contrat formalisant un projet d’album, illustré d’une centaine de planches de costumes et d’autant de dessins de détails, qu’il envisage de mener à bien en cinq à six mois. Il formule le 15 novembre 1941 une demande de bourse auprès du CNRS, à laquelle il joint, dactylographié sur papier à en-tête de la Direction des musées nationaux, mais également sous le label « Institut celtique - Institut d’ethnologie bretonne », un projet d’enquête détaillé. Cette première problématique globale sur la question du costume en Bretagne comporte un volet descriptif portant sur la différenciation des modes vestimentaires ainsi que des interrogations sur l’évolution contemporaine du costume régional, les conditions de son maintien et de son éventuel renouveau. Sa candidature, vraisemblablement suscitée par Rivière, échoue et il faudra attendre un an pour que se concrétise un nouveau projet de recherche, cette fois circonscrit au pays bigouden : avant novembre 1942, Creston ne participe à aucune des collectes pilotées en Bretagne par le MNATP. Celles-ci ont pour cadre les Chantiers intellectuels consacrés au mobilier, à l’architecture et à l’artisanat, et trouvent leur débouché dans l’exposition de Rennes au printemps 1942.

Les enquêtes sur le mobilier et l’architecture (1941-1942)

16Ouverte le 15 avril 1941, l’enquête sur le mobilier traditionnel (Chantier 909, EMT) vise d’une part à fournir du mobilier pour les logements urbains des régions sinistrées, et d’autre part à rassembler une documentation sur le mobilier des régions françaises. Pour le directeur technique du Chantier, Urbain Cassan (1890-1979), comme pour ses deux directeurs scientifiques Rivière et Pierre-Louis Duchartre, il s’agit à la fois de

« remettre en honneur les meubles traditionnels chez les paysans et habitants des petites villes trop portés à se meubler “à la Parisienne” et à se laisser dépouiller par les antiquaires [... et] de rénover l’équipement de la maison provinciale, rurale ou urbaine par la création, étayée sur la documentation récoltée, de nouveaux modèles étudiés en fonction des besoins régionaux, inspirés, sans pastiche, des traditions régionales et exécutés par l’industrie ou l’artisanat locaux ».

17Quarante-cinq enquêteurs, anciens élèves de l’école Boulle, des Arts décoratifs, des Beaux-Arts, et surtout des Arts appliqués, s’engagent sur le terrain à partir du 1er mai 1941. Ils ne doivent pas oublier « l’artisan qui les a fabriqués ou les fabrique encore. » Car, rappellera Marcel Maget, les créateurs de meubles, objets des enquêtes, en sont également les futurs destinataires : « De ce répertoire de formes, de décors et de procédés auquel puiseront les créateurs de meubles de l’avenir surgira un nouvel art populaire français qu’auront préparé si efficacement les enquêteurs du Chantier 909 », prophétise-t-il en 1942.

18D’octobre 1941 à novembre 1942, Maurice et René Coz, deux jeunes Bretons de Paris, enquêtent dans le Morbihan bretonnant, les Côtes-du-Nord et le Finistère, secondés par un élève de Mottheau, Fanch Eliès, fils de l’écrivain en langue bretonne François Eliès, dit Abeozen (1896-1963), seiz breur depuis 1935. Cette équipe produit plus de six cents monographies, essentiellement des relevés de meubles, mais également une vingtaine de relevés d’intérieurs et quelques études de musées ou d’artisans. Une mission complémentaire est effectuée dans la région de Rochefort-en-Terre et Ploërmel en novembre 1942 par Pierre Descouleurs et Dan Lailler (1919-2001). Ce dernier, étudiant aux beaux-arts de Nantes, a été recommandé à Rivière par son professeur Stany Gauthier et vient de mener à bien l’enquête dans le département de la Loire-Inférieure. L’enquête en Ille-et-Vilaine est menée par Jacques Mottheau, que ses responsabilités à l’école des beaux-arts de Rennes rendent relativement peu disponible, et René de La Godelinais (1908-1986), originaire de Fougères, qui poursuit à Paris une activité de décorateur d’intérieur. Mottheau débute son enquête dès le 2 juin 1941, à Rennes et dans les environs, et poursuit sa tâche pendant toute l’année 1942. Il relève, dans les musées, puis dans des intérieurs et chez des collectionneurs particuliers, de très nombreux ensembles mobiliers. Il consacre également quelques études à des personnalités d’exception comme les « Artisans de Dinan », une quinzaine de professionnels qui, sous l’impulsion de Mottheau lui-même, ont participé à plusieurs expositions parisiennes comme le Salon des artistes décorateurs de 1935 ou l’Exposition universelle de 1937. L’enquête menée dans le pays de Fougères par La Godelinais à partir de septembre 1941 est dirigée vers les artisans eux-mêmes, dont il étudie les réalisations, les techniques de fabrication, et les modèles dont ils s’inspirent. Il rédige 67 monographies détaillées d’artisans (menuisiers, ébénistes, tourneurs, sculpteurs, chaisiers), vus sous les angles technique, économique et sociologique. En novembre 1942, le travail est achevé pour les cinq départements bretons, tout comme pour vingt autres de la zone occupée. Il aura produit un matériau d’une extrême richesse : 1 029 monographies, essentiellement de meubles, des relevés d’intérieurs précisant la disposition du mobilier, le plus souvent dans des salles communes de maisons rurales, et un état des lieux de cette question dans les différents musées de Bretagne (collections, disposition). Photographies, dessins, croquis cotés, relevés de motifs ornementaux, de sculptures, de ferrures, d’assemblages constituent pour la connaissance du mobilier régional une source très peu étudiée et presque totalement inédite.

19La problématique de l’enquête sur l’architecture rurale (EAR) est très proche de celle consacrée au mobilier. Créé en octobre 1941, le Chantier 1 425 réunit quarante architectes. En septembre 1942, l’enquête est achevée dans cinq départements, dont la Loire-Inférieure, et considérée comme « très avancée » dans vingt-huit autres, dont le Finistère et l’Ille-et-Vilaine. Le Morbihan est étudié en 1943. Pour la Bretagne, les enquêteurs sont Jean de Jaegher, de Landerneau, et Henri Montfort, de Nantes, qui entrent fréquemment en contact avec les enquêteurs des autres Chantiers, soit sur le terrain, soit à l’occasion de réunions de coordination animées par Rivière, Duchartre ou Maget. Daniel Le Couédic (1985) en a présenté le contexte, le contenu et les acteurs, en publiant une partie des monographies.

L’exposition artisanale de Rennes (1942)

20Plusieurs enquêteurs du Chantier 909 (EMT) sont mobilisés, au début de 1942, par la préparation d’une exposition prévue du 25 avril au 3 mai dans le cadre de la foire de Rennes. Duchartre et Rivière leur demandent de repérer des artisans susceptibles d’exposer leur production, et eux-mêmes effectuent des voyages de prospection en quête d’activités menacées de disparition ou connaissant au contraire un regain (vannerie, poterie).

21L’exposition de Rennes fait partie d’une série de manifestations organisées sous l’égide du Service de l’artisanat au secrétariat d’État à la Production industrielle. L’exemple a été donné par l’exposition « Tradition et renouveau », inaugurée le 1er mai 1941 à Orléans, présentée ensuite à la foire de Lyon où elle est longuement visitée le 28 septembre par le maréchal Pétain. « Traditions et renouveau », avait été choisi comme titre pour cette première exposition parce que nous sommes persuadés que l’artisanat, tout au moins celui « qui ajoute une note d’art à l’utilité », doit refleurir et bien « nourrir son homme » s’il s’appuie sur les traditions régionales ou s’il travaille en collaboration étroite avec des artistes créateurs de premier plan », explique Pierre-Louis Duchartre dans le premier numéro (L’octobre 1941) de la revue Métiers de France, publication du service de l’Artisanat à laquelle contribue l’équipe du MNATP : Rivière, membre de son comité de rédaction, cosigne avec Duchartre un article consacré à l’EMT (« Vers une renaissance du mobilier régional »), Claudie Marcel-Dubois inaugure une rubrique consacrée aux fêtes patronales, que Maget poursuit.

22Les expositions artisanales, dont une vingtaine est programmée pour l’année 1942, ont deux objectifs : recherche de qualité technique et artistique à travers la sélection d’une « élite » professionnelle, recherche de nouveaux débouchés pour une production de qualité qui, distinguée à travers une procédure de sélection locale, régionale, puis nationale, tirera profit d’une confrontation avec les objets révélés par les enquêtes ou conservées par les musées :

« Toutes les fois où ce sera possible, il y aura intérêt à y joindre une rétrospective qui, reliant le passé au présent pour préparer l’avenir, montrera aux artisans comme au public des productions qui ont jadis fait la fortune et la gloire de notre pays » (Rivaud 1941).

23Selon ce principe, l’exposition de Rennes comporte deux volets. L’un porte un regard rétrospectif sur « les arts du bois dans la tradition bretonne » pour lequel Rivière mobilise des pièces des collections du MNATP et de plusieurs musées bretons et utilise les premiers résultats des Chantiers. Il presse certains enquêteurs de livrer photographies, relevés et dessins. Le second volet, dont Duchartre a la responsabilité, est tourné vers la production et la création contemporaines. La Godelinais y organise la représentation des artisans du pays de Fougères, qui participeront par la suite à l’Exposition nationale de Paris au pavillon de Marsan en janvier 1943.

L’enquête sur l’artisanat (Chantier 1 810)

24Initialement intitulé « Enquête sur les arts et traditions populaires de la paysannerie », le Chantier 1 810 est créé le 1er novembre 1942 avec le concours du service de Folklore paysan, dépendant de la Corporation nationale paysanne. Son responsable, Marcel Maget, est détaché auprès du MNATP, où il joue un rôle éminent dans l’administration des Chantiers, la formation des enquêteurs et leur encadrement méthodologique : rédaction des instructions d’enquêtes, des directives relatives aux dessins, relevés et photographies et à la tenue des journaux de route. L’objet de ce Chantier est l’étude des « techniques artisanales folkloriques » à travers l’établissement de monographies d’artisans et d’entreprises artisanales. De la fin 1942 au début des années 1950, cette enquête produit 63 monographies, dont près de la moitié concernent la Bretagne. Dan Lailler réalise à lui seul 23 monographies de vanniers, d’artisans du bois (tonneliers, boisseliers) et surtout de potiers. Il enquête à Herbignac (Loire-Inférieure), Noron-la-Poterie (Calvados), et Saint-Jean-la-Poterie (Morbihan), sujet de son mémoire de l’École du Louvre. Après-guerre, il étudiera des métiers très divers : couturières et repasseuses de coiffes, constructeurs de bateaux côtiers, de la Vendée à l’Ille-et-Vilaine. En 1946, il enquêtera sur les coiffes et les brodeurs de Pont-l’Abbé, le fabricant de binious Yann Douirin à Plozévet, et le potier de Lannilis François Cueff. D’autres chercheurs sont chargés de missions ponctuelles, comme Franceschi auprès d’un tisserand d’Uzel, ou La Godelinais dans le pays de Fougères. À l’origine, Rivière semble avoir conçu le projet d’une vaste recherche sur l’artisanat replacé dans son contexte de production et dans son environnement social et culturel. Mais très vite s’esquisse une sorte de nouvelle « mission basse Bretagne », avec l’étude pluridisciplinaire coordonnée par René-Yves Creston.

La mission d’ethnographie folklorique à Scaër (1942-1943)

25Le 30 octobre 1942 a lieu à Paris, au musée, la réunion constitutive de cette mission, à laquelle participent Rivière, Maget, Suzanne Tardieu, chef adjoint du service des Collections, Falc’hun, désormais chargé de conférences à l’université de Rennes, et Claudie Marcel-Dubois, qui seront « conseillers techniques » pour la linguistique et la musicologie. Marcel Lacourt et François Beurdeley représentent les Chantiers 909 (EMT) et 1 425 (EAR). Sont également présents les membres de la mission : Creston et sa compagne Germaine Jouan, Dan Lailler, présentés comme « membres de l’Institut celtique de Bretagne », Jef Le Penven, musicien et seiz breur qui a effectué un stage auprès de Claudie Marcel-Dubois, Jacques Bruchet, Rennais de 25 ans, et Alain Raude, jeune passionné de linguistique. Les uns sont financés au titre du Chantier 1 810, les autres par la Recherche scientifique. Pour l’étude du mobilier, on projette de faire appel à La Godelinais. Enfin, au titre de la Fondation pour l’étude des problèmes humains (dirigée depuis 1941 par Alexis Carrel), le docteur Robert Gessain est conseiller technique dans le domaine de la bio-anthropologie.

  • 1 Journal de route de René-Yves Creston et Germaine Jouan, archives du MNATP, Service historique : 1

26Un premier secteur de prospection a été choisi : le pays bigouden. Sur les deux premières pages de son journal de route, Creston dessine une carte manuscrite du canton de Pont-l’Abbé et intitule la mission : « Étude ethnographique du pays bigouden : monographie d’artisans, étude du costume (relevé de patrons, dessin de motifs décoratifs), époque actuelle et mode d’autrefois1 ». Début août, il a rédigé avec Germaine Jouan un projet de recherche sur le costume bigouden comportant plusieurs étapes : dépouillement d’archives notariales, enquête intensive menée dans cinq communes (étude et relevé des dessins de broderies et dentelles, relevé de patrons, photographies), puis enquête extensive permettant de définir l’aire de diffusion des costumes. Creston note que la mission sera complétée par « un second secteur à fixer ultérieurement dans la région de l’Argoat, monts d’Arrée, Scaër, Gourin [...] déterminé en fonction de l’avis du docteur Gessain, chargé de diriger les études anthropologiques de la mission ». Pour l’heure, est établi un plan de travail extrêmement détaillé pour les six mois à venir, qui comporte pour chacun un programme de campagnes d’études sur le terrain, des périodes réservées à la mise au net des documents à Rennes, ainsi que des stages méthodologiques et techniques au musée. La réunion s’achève sur la mention d’une « équipe haute Bretagne » qui « a pour chef M. Dan Lailler », dont « le plan de travail est à l’étude ». Elle ne verra jamais le jour.

27La mission est véritablement engagée le 29 novembre, en plein congrès de l’Institut celtique. Dans l’amphithéâtre de la faculté des lettres de Rennes, Falc’hun donne devant 300 personnes une conférence, consacrée à la mission de 1939, qui couronne une série de démarches visant à conforter et légitimer institutionnellement les activités ethnographiques du musée en Bretagne : Rivière lui-même a fait le samedi après-midi une communication devant la commission d’ethnologie de l’Institut celtique, avant de présider un dîner regroupant les quinze enquêteurs de la « nouvelle mission basse Bretagne », auquel il a convié le président de l’Institut celtique, Roparz Hemon. Le dimanche est consacré à des visites à Maurice Le Lannou, chargé de cours à l’université de Rennes, au doyen de la faculté des lettres puis au recteur de l’université, avant que celui-ci ne préside la conférence de Falc’hun. Rivière remet officiellement à l’université, au nom des directeurs des Musées nationaux et du CNRS, une série complète des 200 enregistrements phonographiques de la mission de 1939, puis il expose les méthodes de recherche et les réalisations actuelles des Chantiers intellectuels. En fin de journée, il préside une réunion de travail du Chantier 1 810, et s’entretient avec le recteur de la création prochaine d’un Institut d’études celtiques et bretonnes à l’université de Rennes. Il conclut le journal de route de son voyage rennais en ces termes : « Je suis heureux de ce succès, qui a marqué publiquement notre coopération avec l’université, laquelle est bien ainsi la seule bénéficiaire régionale de nos recherches en Bretagne. » Comme on le comprendra plus loin, il prend déjà ses distances avec l’Institut celtique, privilégiant le partenariat avec une institution à ses yeux plus fiable que celles dont le mouvement breton essaie de se doter.

28René-Yves Creston et Germaine Jouan ont consacré le mois de novembre à préparer la mission : documentation et lectures, étude des Instructions des différents chantiers, travail avec Falc’hun sur la notation phonétique, échanges avec Lailler et avec Youenn Drezenn, fin connaisseur du pays bigouden. Le journal de route de Creston enregistre sa déception lorsqu’il apprend le 29 novembre que le terrain définitivement choisi est Scaër : « Nous ne pensons pas que ce pays offre les qualités qu’offrait le pays bigouden. Loin de là. » Falc’hun justifiera ce choix en avril 1943, non seulement par l’interdiction des zones côtières, mais aussi par des considérations historiques et ethnographiques : « richesse folklorique » qui remonterait au Moyen Âge et particularités dialectales qui en ferait un isolat remarquable.

29À Scaër, de novembre 1942 à septembre 1943, les dix chargés de mission enquêtent sous la conduite de Creston. Les séjours sur le terrain sont entrecoupés de réunions à Paris ou à Rennes, où le président des Seiz Breur s’efforce de mettre en route le « Bureau central d’études artisanales » dans lequel il veut voir le prolongement de l’EMT. À l’étude des costumes et des coiffes, Germaine Jouan apporte une contribution essentielle : enquête orale, croquis et relevés de pièces de vêtements, confection de patrons, étude attentive de photographies anciennes. Creston réalise de nombreuses planches aquarellées destinées à l’ouvrage en préparation. Il approfondit également ses recherches sur la lutte bretonne à Scaër. Dans le domaine de l’artisanat, des monographies détaillées sont consacrées à quatre sabotiers, à un maréchal-ferrant et forgeron et à un vannier, à la fois fabricant de ruches et couvreur en chaume. L’enquête porte également sur divers aspects de la vie culturelle et sociale : danses, cultes, coutumes locales, chanson. Une étude de « folklore juridique » est même engagée par Germaine Jouan. Le mobilier, l’aménagement intérieur et extérieur des fermes, le matériel agricole font l’objet de relevés. De retour à Rennes à l’automne 1943, Creston entreprend la rédaction d’un rapport préliminaire dont ne reste qu’une table des matières détaillée. Il pressent que la mission ne sera pas reconduite, ce que Rivière confirme en décembre. L’enquête est inachevée, le matériau reste dispersé, l’approche ethnologique globale envisagée à l’origine n’a pas été menée à bien. C’est pour le MNATP un échec. En Bretagne, il faudra attendre Plozévet (1960) pour que soit réalisée une nouvelle enquête pluridisciplinaire, là encore à l’instigation de Robert Gessain.

Les enquêtes de René de La Godelinais

30Un autre personnage a mené des enquêtes approfondies dans la période considérée. De 1942 à la fin de la guerre, René de La Godelinais mène en compagnie de sa femme une exploration ethnographique approfondie de sa région natale, le nord-est de l’Ille-et-Vilaine. D’août à octobre 1942, il rend visite à plus d’une centaine d’artisans du métal, forgerons, maréchaux-ferrants, taillandiers, artisans polyvalents qui sont aussi serruriers, mécaniciens-dépositaires de pièces détachées, revendeurs de machines agricoles de bicyclettes. Son étude technologique se double d’une approche économique et sociale de leurs entreprises familiales. Il approfondit simultanément ses relations avec les artisans du bois, du granit, ou les vanniers qu’il avait fait participer à l’exposition de Rennes, effectuant des reportages photographiques et collectant quelques objets. Duchartre l’invite à prononcer, lors de l’assemblée générale de la Société du folklore français (30 décembre 1942), une communication intitulée « Une expérience au pays de Fougères. Conseils artistiques-techniques-folkloriques aux artisans traditionnels », qui s’inscrit dans le droit fil des perspectives de « rénovation artisanale » tracées par Rivière et Duchartre. Il analyse en effet ses propres efforts de créateur pour fournir aux artisans des modèles, des dessins, des décors inspirés ou non de la tradition, mais destinés à faire évoluer leur production vers de nouveaux débouchés : « À tous mes correspondants j’ai pu donner des conseils techniques et esthétiques. J’ai cherché à adapter leur travail à la vie moderne, tout en les maintenant dans la tradition et je les ai tous encouragés à renouer avec celle-ci quand cela était possible. » Cette préoccupation, déjà présente dans la démarche créatrice de La Godelinais à la fin des années 1930, s’est renforcée à l’occasion des enquêtes du début des années 1940 et correspond parfaitement à l’un des objectifs originellement assignés aux Chantiers du MNATP : favoriser la rénovation artisanale.

31Entre août et novembre 1943, deux nouvelles enquêtes sont menées dans une cinquantaine de communes, consacrées, d’une part au costume (madame de La Godelinais est munie d’une lettre de mission du musée), d’autre part aux objets domestiques et à la galette de blé noir. Ces thèmes suivent ceux du cours d’ethnographie folklorique donné par Rivière à l’École du Louvre, consacré jusqu’en 1942 au mobilier traditionnel, en 1942-1943 aux objets domestiques, et en 1943-1944 au pain et à la panification. En 1944 d’ailleurs, La Godelinais entreprend une dernière étude sur le blé, la farine et le pain. Employé par le Chantier intellectuel 3 164 pour des « travaux d’ethnographie folklorique en Bretagne », il travaille en lien étroit avec le musée jusqu’en 1946.

32Pour le jeune musée, les années de guerre auront permis une fructueuse collecte : sur le mobilier, l’habitat rural, l’artisanat, la vie domestique, le costume et les jeux, la littérature orale, la chanson, la langue, l’alimentation, ont été rassemblées des quantités d’informations, de témoignages, de descriptions, de relevés, de clichés, dont la majeure partie reste à ce jour inédite. Mais le mouvement culturel breton mettra longtemps à se relever des compromissions et des attitudes ambiguës de certains de ses membres. En effet, plusieurs personnalités du mouvement culturel breton s’engagèrent dans diverses institutions fondées par le régime de Vichy, comme le Comité consultatif de Bretagne, créé en 1941, et s’exprimèrent dans le journal L’Heure bretonne où sur les ondes de la radio collaborationniste Radio Rennes-Bretagne. Nombre d’entre eux furent mis en détention en 1944. Les Seiz Breur se séparèrent en 1946. Cependant, la pratique du terrain et la mise en œuvre d’une méthode apprise au moment même où Maget la formulait, ont apporté à plusieurs enquêteurs en Bretagne une solide formation.

33Creston, poursuivra après-guerre au CNRS les recherches sur le costume, approfondies et mûries pendant le séjour à Scaër ; puis sera appelé par Rivière en 1954 à constituer la collection de costumes du futur musée de Bretagne, puis à créer celui de Saint-Brieuc. La Godelinais nourrira son œuvre dans les domaines de l’architecture intérieure, du mobilier, de l’orfèvrerie ou de l’esthétique industrielle, de ce que lui aura apporté sa fréquentation approfondie des artisans fougerais. Quant à Dan Lailler, sa collaboration étroite avec Rivière en fera l’un des principaux réalisateurs de la première exposition du MNATP consacrée à la Bretagne, avant de le conduire à Saint-Malo pour y faire renaître et y créer des musées.

Bibliographie

Références bibliographiques

Boëll Denis-Michel, 2000. « Du folklore à l’ethnographie de la Bretagne : le rôle des Seiz Breur. La Bretagne, terrain des enquêtes ethnographiques du musée national des Arts et Traditions populaires (1939-1947) », in Ar Seiz Breur (1923-1947), la création bretonne entre tradition et modernité, Daniel Le Couédic et Jean-Yves Veillard (dir.). Rennes, Terre de brume et musée de Bretagne : 208-231. [Nouvelle édition, 2007. Plomelin, Éditions Palantines].

Le Couédic Daniel et Jean-René Trochet, 1985. L’architecture rurale française. Bretagne. Paris, Berger-Levrault.

Rivaud André, 1941. « Programme des expositions artisanales pour 1942 », Métiers de France 9, juin.

Rivière Georges Henri, 1951. « Contribution au catalogue de l’exposition », in Bretagne, art populaire, ethnographie régionale. Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux.

Notes

1 Journal de route de René-Yves Creston et Germaine Jouan, archives du MNATP, Service historique : 1.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search