Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

II. Régions

André Dézarrois ou Janus chez les Bretons

Daniel Le Couédic

Texte intégral

  • 1 Yves Hémar était architecte ordinaire des Monuments historiques et Dézarrois membre de la Commissi (...)

1Durant l’entre-deux-guerres, la réputation bretonne d’André Dézarrois (1890-1979) n’avait guère dépassé les remparts de Saint-Malo, où il possédait une maison dotée d’une vue saisissante sur la pointe du Décollé et le cap Fréhel. Là, on lui connaissait de fameux visiteurs dont le fracassant Louis-Ferdinand Céline, qui occupa la demeure une saison entière. Il avait droit aux attentions du maire, à celles du sénateur Alphonse Gasnier-Duparc (1879-1945), et il cultivait une relation amicale et mondaine avec Yves Hémar (1886-1955), l’érudit architecte de la ville, communiant avec lui dans le goût des antiquités régionales1. Dézarrois avait également adhéré à la Société d’histoire et d’archéologie de Saint-Malo ; flattée bien sûr de compter dans ses rangs le conservateur du tout nouveau musée des Écoles étrangères contemporaines, elle en avait même promptement fait son président d’honneur en 1932. Mais cet homme aux origines bourguignonnes et méditerranéennes, volontiers hautain et cassant, habitué des palais et qu’un mariage favorable avait installé dans un orgueilleux hôtel particulier des abords du parc Monceau, avait un jardin secret : une étrange passion pour la Bretagne le tenait en effet depuis l’enfance, nourrie d’abord de souvenirs de vacances puis d’évocations romantiques qui, à vingt ans, l’avaient même poussé à publier les poèmes qu’elle lui inspirait (Dézarrois 1910).

Un homme « intelligent, énergique, adroit »

2Ce personnage comportait en fait de multiples facettes dont les éclats, souvent vifs, lui valurent des appréciations contrastées. Fils d’Antoine-François Dézarrois, qui fut premier grand prix de Rome en taille douce, il eut pour belle-mère la fille du sculpteur André-Joseph Allar (1845-1926). Après de rapides et brillantes humanités, sans doute suggestionné par son ambiance familiale, il choisit d’étudier l’histoire de l’art à la Sorbonne où il mit une thèse en chantier, doublée d’une seconde entreprise doctorale, à l’École du Louvre cette fois. Ces savantes recherches ne devaient nullement éroder son tempérament arrogant, stimulé par une indépendance d’esprit dont il usait sans précaution. La Grande Guerre, qui éclata quelques semaines après la parution de son premier ouvrage consacré à Raphaël, allait lui offrir l’occasion de prouver que son panache n’était pas une simple vanité.

  • 2 Dossier administratif de personnel. Service historique des armées (SHA).

3Mobilisé dans l’infanterie comme soldat de deuxième classe, il fut immédiatement acheminé sur le front où il se montra intrépide, ce qui lui valut une première blessure et un handicap permanent. Cité à l’ordre de sa division pour ce fait d’armes, il se vit remettre la croix de guerre avec étoile d’argent le 18 octobre 1914, deux jours avant de retourner au combat où il reçut une seconde blessure par balle, dès le 13 novembre, durant la bataille de Zonnebeke, où sa conduite héroïque lui valut la Légion d’honneur. Le temps de sa convalescence permit l’instruction bienveillante d’une demande qui lui tenait à cœur : le 29 janvier 1915, Dézarrois fut enfin détaché à l’escadrille NF 33 comme observateur en aéroplane. Il ne se cantonna évidemment pas dans ce rôle subalterne à ses yeux, qui lui valut cependant deux nouvelles citations ainsi que l’étoile de vermeil. Il fit donc son apprentissage de pilote et, le 28 novembre, il put ainsi garnir d’une nouvelle palme sa croix de guerre pour une mission de bombardement mené seul sous le feu ennemi2. L’ambiance « sportive » de l’« escadrille des Cigognes », l’insolence qu’on y cultivait et les libertés très peu militaires dont on pouvait user lui convenaient parfaitement ; les rapports de ses chefs furent toujours élogieux – Dézarrois était « intelligent, énergique, adroit » –, au contraire des appréciations dont le gratifièrent les instructeurs de l’école de Pau. Loin du front, il prenait les manières « d’un officier indiscipliné » et affichait « une confiance excessive et un certain orgueil ». Pour Dézarrois, la guerre était l’occasion d’en découdre avec audace, ce que permettait le combat aérien : l’autorité d’Antonin Brocard ou de René Fonck lui convenait, la considération de Georges Guynemer ou de Jean Bozon-Verduraz l’enchantait, tandis que le pli et la routine de l’arrière l’insupportaient.

Des écoles étrangères au Ty Breiz

  • 3 Lettre de Léonce Bénédite à Paul Léon (13 juillet 1920), archives des Musées nationaux.

4Dès Noël 1918, revenant à ses premières amours, il commença une carrière fulgurante et inspirée dans l’édition d’art et le monde des musées. Il réunit sans difficulté les ressources nécessaires pour acheter et relancer la luxueuse Revue de l’art ancien et moderne fondée par Jules Comte (1846-1912) en 1897. Il est vrai que pour garantir son projet éditorial, il avait constitué un prestigieux comité de patronage où se côtoyaient plusieurs membres de l’Institut, le régent de la Banque de France, Émile Mâle, parvenu au zénith de sa carrière et surtout Léonce Bénédite (1859-1925), qui allait être son mentor. Conservateur du musée de l’Orangerie du palais du Luxembourg, cet éminent spécialiste du XIXe siècle choisit en effet Dézarrois pour le seconder. Il lui confia plus spécialement la section des écoles étrangères et, lorsque ces collections migrèrent vers l’ancienne salle du Jeu de paume des Tuileries, il tint à ce que son brillant second les accompagnât, lui offrant ainsi une émancipation dont il conserverait le souvenir reconnaissant (Dézarrois 1925). Sa compétence et son allant, doublés d’un bel entregent, firent alors de Dézarrois un homme recherché : en 1926, il cosigna avec Paul Claudel un opuscule sur la décoration moderne de la cathédrale de Vichy et en novembre 1928, devint le chef de cabinet d’André François-Poncet (1887-1978), nouveau sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts. Quatre ans plus tard, il put don er sa pleine mesure lorsque le Jeu de paume des Tuileries gagna son indépendance. Premier conservateur de ce nouveau musée, il prit aussitôt une grande stature internationale, multipliant les expositions en France et à l’étranger, consacrant l’art italien des XIXe et XXe siècles, réunissant Pablo Picasso, Juan Gris et Salvador Dali dans une célébration de l’Espagne contemporaine et révélant des artistes alors méconnus. Entre-temps, il avait su convaincre George et Florence Blumenthal de créer la Fondation américaine pour la pensée et l’art français, dont il était devenu secrétaire général3. Fort de ces brillantes références, des quinze ordres étrangers qui l’avaient distingué et de son appartenance aux académies des Beaux-Arts de Madrid et de Lisbonne, il fut choisi par Georges Huisman (1889-1957) – ancien lui aussi de l’aéronautique de guerre – comme président de la participation artistique française à l’Exposition internationale de Bruxelles en 1935 (Lambert 1935).

5Ce parcours conduit tambour battant ne l’avait jamais détourné de la Bretagne. La rencontre de Jean-Julien Lemordant (1878-1968), acteur du renouveau artistique breton avant que les blessures reçues dans les tranchées ne vinssent l’arracher à son œuvre, fut à cet égard déterminante. Le peintre l’instruisit en effet des efforts consentis en Bretagne pour faire de la création le levier d’un renouveau régional. Malouin d’origine, artiste de talent, héros intrépide de la guerre : notre homme avait les arguments pour séduire Dézarrois qui, en outre, retrouvait en lui divers aspects de sa propre personnalité. L’un comme l’autre aimaient les salons et les honneurs, mais se délectaient aussi de l’archaïsme des campagnes ; ni l’un ni l’autre n’opposaient les productions populaires et locales aux ambitions universalistes de l’art moderne (Cariou et Legeard 1993). Dézarrois suivit donc avec une attention particulière la gestation du Ty Breiz (maison de la Bretagne), que Lemordant parvint à faire édifier dans l’enceinte de l’Exposition internationale des Arts décoratifs. Dans ce pavillon unanimement louangé, Yves Hémar exposa un ensemble mobilier très remarqué. La considération que Dézarrois portait à l’architecte s’en trouva accrue. Il fit même de ce sympathisant du jeune mouvement autonomiste breton le témoin de son mariage civil, qui fut prononcé à Saint-Malo, le 7 mai 1930. Quelques jours plus tard, l’église Saint-Louis-des-Invalides accueillit la cérémonie religieuse où les consentements, cette fois, furent attestés par le général Henri Gouraud (1867-1946) et par l’académicien Pierre de Nolhac (1859-1936), prestigieux conservateur du château de Versailles. Assurément, Janus perçait déjà chez Dézarrois.

L’art indépendant et le Gorsedd

6Par profession et par goût, André Dézarrois multiplia les voyages et les rencontres. Appelé par le maréchal Lyautey, il gagnait Fez dans l’urgence, puis s’en allait au Mexique où, d’ailleurs, un accident de chemin de fer faillit lui être fatal. Traditionaliste à bien des égards, il cultivait pourtant des amitiés sincères avec Eugène Grindel (1895-1952) – Paul Eluard en poésie-, Christian Zervos (1889-1970) ou ses rares confrères, qui savaient se montrer anticonformistes : Jean Cassou (1897-1986) et Georges Henri Rivière (1897-1989), notamment. Dans ce contexte foisonnant, une rencontre allait revêtir un rôle très particulier : celle de Wassily Kandinsky (1866-1944), le 3 décembre 1936. Dézarrois apprit ce jour-là que les toiles du peintre, acquises jadis par le musée de Dresde, avaient été remisées et se trouvaient menacées d’un autodafé. Il intervint dans l’urgence, en demandant à l’Allemagne le prêt du tableau intitulé Quelques cercles. Mais, ne pouvant se satisfaire d’un geste symbolique, il délaissa ensuite le projet pourtant avancé d’ouvrir son musée aux collections abstraites du Guggenheim pour mûrir avec Zervos et Éluard l’idée d’une manifestation de résistance consacrée « à l’origine et au développement de la peinture internationale contemporaine ». Dans leur idée, l’Exposition internationale prévue à Paris en 1937, dont elle profiterait sans l’intégrer, lui offrirait une importante résonance (Wetser 1981). L’idée devait connaître sa matérialisation en dépit du mécontentement de Raymond Escholier (1882-1971), conservateur du musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, chargé par ailleurs d’une présentation officielle de la peinture indépendante. Les deux projets se développèrent parallèlement et en concurrence larvée : l’un connut un succès populaire, l’autre recueillit l’estime internationale de ceux pour qui la persécution de l’art moderne par les nazis révélait la puissance de son message de liberté. Au Petit Palais, la présentation d’Escholier reçut la foule des visiteurs attirés par la glorification « des maîtres [français ou résidants] de l’art indépendant », tandis que l’exposition de Dézarrois, ultimement dénommée « Origines et développement de l’art international indépendant », n’enregistra que 5 000 entrées au Jeu de paume. Mais l’inauguration de la seconde, le 29 juillet, eut la dignité d’un geste politique : deux semaines après l’ouverture, à Berlin, de la sinistre manifestation vouée à la flétrissure de l’Entartete Kunst (art dégénéré), la présentation des œuvres de Wassily Kandinsky, Paul Klee, Joan Miró, Yves Tanguy, Salvador Dali, René Magritte et Max Ernst, mais aussi d’objets ressortissant à ce qu’aujourd’hui nous nommerions les « arts premiers », eut des allures de réponse et de défi. Couvert par Huisman, soutenu par Cassou et Rivière, Dézarrois avait introduit un coin éthique dans une Exposition où la complaisance fut souvent de mise (Bertrand-Dorléac 1993 : 214).

7Cette fière défense d’une cause universelle, dans une ambiance enfiévrée et cosmopolite, eut chez Dézarrois un étonnant contrepoids recherché auprès de deux associations bretonnes parmi les plus vieillottes : l’Union régionaliste bretonne (URB) et le Gorsedd barzed gourenez Breiz-Izel (Collège des bardes de la presqu’île de Petite Bretagne). Il adhéra à la première en 1938 et fut intronisé barde d’honneur à titre breton lors de la réunion estivale du second, à Vannes en 1939. L’URB était présidée par le marquis Régis de L’Estourbeillon de La Garnache (1838-1946) qui, malgré ses cinquante-six ans, s’était porté volontaire pour le front lors de la Grande Guerre : ce panache avait sans doute séduit Dézarrois, comme sa constante détermination à défendre les intérêts bretons, spécialement la langue. On ne saurait donc s’étonner de son adhésion à la doyenne des sociétés régionalistes ; en revanche, l’intérêt qu’il porta au néodruidisme est plus surprenant (Le Stum 1998). Il est difficile, en effet, d’imaginer l’ami d’Éluard et de Kandinsky s’approchant d’un cromlech factice, revêtu de la robe bleue des bardes, le front ceint du bandeau de velours noir orné du tribann, après avoir prêté serment de fidélité la main posée sur le glaive présenté par le grand druide, en l’occurrence François Jaffrennou (1879-1956), alias Taldir, qui était devenu son ami et qu’il reçut fréquemment à Saint-Malo (Mahé 1969 : 245).

Ar brezoneg er skol

  • 4 Formulation d’André Dézarrois.

8Tout à son intérêt pour le régionalisme, Dézarrois s’évertuait à soutenir les artistes bretons. Ainsi fit-il en sorte que Xavier de Langlais (1906-1975) obtînt une bourse de la Fondation Blumenthal en 1938. Peintre et graveur, mais aussi écrivain de langue bretonne, ce jeune homme élégant partageait avec lui une foi ardente, confondue avec l’exigence d’une défense résolue d’un certain Occident chrétien ; ils avaient également le souci de préserver une sorte d’honneur chevaleresque. Et puis tous deux étaient navrés de constater « la lente mort des modes de vie ancestrales », qui faisait entrer la Bretagne « en perdition de son âme traditionnelle4 ». Persuadé du devoir d’en recueillir pieusement les reliques, Langlais devait apporter sa compétence et son aide à Claudie Marcel-Dubois (1918-1989), chargée des aspects ethnomusicologiques des enquêtes lancées par le musée des Arts et Traditions populaires afin de constituer un Atlas national du folklore (Langlais 1939 : 1 et Boëll 2000 : 208-231). Il était en outre un militant de la cause bretonne parmi les plus décidés (Delouche 1999). Conquis par l’inébranlable conviction du recteur de Scrignac, Jean-Marie Perrot (1877-1943), il s’activait spécialement au sein du Bleun Brug, fer de lance du prosélytisme catholique et breton de l’abbé, mais il était également une cheville ouvrière de l’Atelier breton d’art chrétien (ABAC), dit aussi Strollad an Droellen, créé en 1928 à l’initiative de l’architecte James Bouillé (1894-1945). Toutefois, le combat pour la survie de la vieille langue celtique mobilisait Xavier de Langlais plus que tout, ce qu’il avait d’ailleurs manifesté avec éclat en démissionnant du Comité pour la participation de la Bretagne à l’Exposition universelle de 1937, lorsque les organisateurs parisiens s’étaient opposés à l’installation d’une salle de classe vouée à l’apprentissage de cette langue décidément proscrite. Il s’était alors activement engagé dans la campagne lancée par Ar brezoneg er skol pour obtenir un enseignement public du breton et, plus largement, pour soutenir « les revendications culturelles de la Bretagne et faire sentir combien le peuple breton [était] résolument attaché à ces revendications » (Fouéré 1938). La cause eut rapidement des adeptes : 346 conseils municipaux adoptèrent en effet un vœu allant dans ce sens. Intéressé par la démarche et ses motivations, Dézarrois souhaita en préciser sa connaissance et se lia ainsi d’amitié avec Jean Fouéré, qui dirigeait la manœuvre (Fouéré 1987 : 258-260). Peu à peu, notre homme se familiarisait donc avec ce qu’il était déjà convenu d’appeler le « Mouvement breton », où se retrouvaient, pêle-mêle, les individus et les groupements – culturels, confessionnels et politiques –, qui dans leurs déclarations ou leurs actions se réclamaient d’une imprescriptible particularité de la Bretagne. En cautionnait-il tous les aspects ? Certes pas : son adhésion à l’URB et au Gorsedd, qui ne manquaient jamais d’exprimer leur désapprobation devant les outrances et l’aventurisme des ultras du Parti nationaliste breton (PNB), valait de facto condamnation de leurs menées. Il n’ignorait sans doute rien de leur stratégie de rupture. Comment imaginer, en effet, que les longues journées occupées à battre la campagne avec Bouillé et Langlais comme guides, pour recenser les monuments et les richesses artistiques méritant une protection, n’eussent pas fourni l’occasion d’en débattre : l’architecte était compagnon de route du PNB et le peintre y comptait de nombreux amis.

Drôle de guerre

  • 5 Alfred Heurtaux, Note concernant le commandant de réserve André Dézarrois (19 mars 1956), SHA.

9Quelque ambiguïté serait-elle demeurée que la guerre l’eût levée. Le 20 octobre 1939, soupçonné d’intelligence avec l’ennemi, le PNB fut dissous ; neuf jours plus tard, confirmant ainsi la présomption de façon spectaculaire, ses chefs – Olivier Mordrelle (1901-1985) et Francis Debauvais (1903-1944) – lurent à la radio allemande, en cinq langues, une déclaration invitant les Bretons à se considérer « comme déliés de toute obligation vis-à-vis de la France ». Les choix de Dézarrois furent évidemment bien différents. Demeuré officier de réserve, il n’avait jamais rompu avec l’aéronautique, obtenant même d’y être officiellement versé par changement d’armes le 24 février 1927. Affecté à l’état-major de l’armée de l’Air en 1933, il avait effectué des stages de perfectionnement, recueilli les meilleures observations et ainsi été promu commandant le 29 décembre 1937, dix mois avant d’atteindre la limite d’âge de ce grade. La prémobilisation générale devait rapidement le tirer de cette retraite : rappelé à l’activité, il avait été affecté au grand quartier général aérien (GQG) le 7 août 1939 et, vingt jours plus tard, avait rejoint la zone des armées où il avait été désigné chef de la mission en charge des relations avec l’aviation britannique stationnée en France. Peu désireux de se cantonner dans la diplomatie, le 23 décembre, il avait demandé sa réintégration comme personnel naviguant dans l’espoir d’aller au combat, forçant ainsi l’admiration de l’air marshal Barratt, représentant de la Royal Air Force, qui le proposa pour la distinction d’officier de l’Empire britannique. Retrouvant toute sa détermination, il avait confirmé sa réputation de forte tête en juin 1940 : alors que les Allemands déferlaient sur Paris, il avait en effet refusé de détruire les archives de la section anglaise du GQG, prenant sur lui de les cacher dans l’attente de jours meilleurs5.

  • 6 Lettre d’Alfred Heurtaux au ministre de l’Éducation nationale (3 juillet 1945), SHA.

10Dézarrois avait alors repris le chemin du Jeu de paume, que l’Occupant soumettait à un inventaire très particulier. Pour ne pas déroger à ses principes, il s’y montra cinglant et chaque jour plus virulent, protestant ouvertement contre la confiscation des collections détenues par les juifs et revendiquant son amitié avec les dirigeants israélites de la Fondation Blumenthal, qui venait d’être interdite. Une telle attitude exaspéra : les Allemands le menacèrent d’arrestation, perquisitionnèrent son hôtel particulier et, en novembre, l’expulsèrent enfin de son musée. Mais entretemps sa vie avait emprunté un autre cours. Dès juillet 1940, il avait en effet répondu favorablement aux sollicitations d’Alfred Heurtaux (1893-1985), qui ébauchait un réseau de renseignements baptisé ensuite Hector. Ce saint-cyrien était lui aussi un ancien de l’« escadrille des Cigognes ». Il s’y était montré un chasseur d’une extraordinaire audace, remportant vingt et une victoires homologuées (Laffray 1969 et Robineau 1986). Dans ce contexte très particulier de la guerre aérienne, il avait fait la connaissance de Dézarrois et aussitôt établi avec lui une solide camaraderie fondée sur un même culte de l’honneur et du courage. Après-guerre, handicapé par plusieurs blessures, Heurtaux avait quitté l’active et aussitôt gagné une députation aux élections législatives de 1919. Mais la vie parlementaire l’avait déçu. Il s’était alors lancé dans une aventure professionnelle en Amérique, que la grande crise avait interrompue. Revenu à Paris, il avait intégré le service des équipements de guerre chez Renault où il donna un aperçu de son patriotisme en quittant les ateliers le 4 juin 1940 à la tête d’une colonne de chars, qu’il entendait mettre au combat durant l’inévitable repli (Lehideux 2001 : 193). Il avait ensuite rejoint le commandement supérieur de la Chasse, mais sans bien sûr qu’il pût y donner sa mesure. Heurtaux confirma après-guerre que Dézarrois, dont il connaissait le caractère intrépide et inflexible, avait figuré parmi les tout premiers qu’il avait informés de son intention de résister dans la clandestinité6. Il en avait immédiatement recueilli l’assentiment et lui avait alors suggéré de chercher le moyen de circuler à sa guise dans les régions qu’il connaissait bien, en quête bien sûr de renseignements.

Un placet au maréchal Pétain

  • 7 Deux autres brochures devaient suivre : Dézarrois (1942) et André Dézarrois, L’orfèvrerie civile e (...)

11Dézarrois n’avait guère eu de peine à obtenir une mission, qui le fit inspecteur des dépôts d’œuvres d’art de l’ouest de la France : son ami Huisman, qui allait être révoqué le 25 juillet, fit en sorte qu’il pût ainsi voyager librement en Bretagne et en Touraine. Il alterna dès lors les séjours au château du Breuil que sa femme possédait à Monts, et à Saint-Malo, où il mit la dernière touche à un opuscule savant sur les orfèvres malouins aux XVIIe et XVIIIe siècles (Dézarrois 1940)7. Surtout, il reprit contact avec les milieux régionalistes alors en pleine effervescence, persuadés qu’il leur était possible de tirer parti des circonstances. Dézarrois se partagea dès lors entre un soutien à leur cause et une contribution aux entreprises de Heurtaux, qui fut désigné pour occuper la vice-présidence réservée à un officier de l’aviation au sein de la Légion des combattants français. Demeuré à Paris, bien que ces nouveaux légionnaires y fussent proscrits, le colonel devint une pièce essentielle dans un échafaudage résistant qui prenait de l’ampleur en profitant d’amitiés nouées avant-guerre au sein de groupes violemment anticommunistes. Il réunit ceux qui, pour autant, se refusaient absolument à voir dans une Europe allemande un moindre mal. Cherchant à qualifier ces hommes, Claude Bourdet a parlé de « non-conformistes, de personnages de maniement difficile, parfois de mauvais coucheurs » : Dézarrois répondait assurément à ce portrait (Bourdet 1975 : 26).

12Pour lui, refuser tout accommodement avec l’Allemagne et vouloir sauvegarder la France imposait de s’impliquer dans la Résistance, mais nullement de renoncer à l’action bretonne, qui pouvait même bénéficier de l’effondrement des cadres traditionnels pour faire admettre des revendications pleinement justifiées à ses yeux. Dès le 1er décembre 1940, ne s’embarrassant d’aucun devoir de réserve, il apposa ainsi sa signature au bas du Placet au maréchal Pétain, rédigé au nom des grandes associations bretonnes par Jaffrennou et Edgar de Kergariou (1884-1948), maire de Lannion qui, en l’occurrence, avaient usé de la circonlocution :

« Dans le cadre de l’unité française, la Bretagne attend que la Révolution nationale [...] instaure pour elle un régime de liberté dans l’ordre, qui respecte ses traditions spirituelles [...], conserve et honore sa langue, enseigne à tous ses enfants sa glorieuse histoire et la mette en possession de toute la part d’autonomie administrative compatible avec l’indivisibilité de la France et avec l’action nécessaire et souveraine du pouvoir central » (L’Estourbeillon 1940).

13L’année 1941, où Dézarrois fut longtemps discret, vit les différentes composantes du « Mouvement breton » en quête d’un modus vivendi que seule l’action culturelle semblait permettre. En effet, une large entente régnait quant à ses objectifs et, de surcroît, elle bénéficiait de la sympathie intéressée des Allemands. René-Yves Creston (1898-1964) le comprit. Ce peintre et ethnologue protégé de Georges Henri Rivière était l’âme de l’Unvaniez ar Seiz Breur, un groupement artistique porté à l’agit-prop ; avec opportunisme, il poussa les feux d’une entreprise imaginée dès 1940, mais entravée par les quatre mois d’incarcération que lui avait valu sa contribution au « Groupe du musée de l’Homme ». Résistant pour les uns, tenu en suspicion par d’autres pour avoir très vraisemblablement été libéré sur une sollicitation de ses amis nationalistes, il portait en fait toutes les ambiguïtés de l’heure, ce qui en l’occurrence était la condition sine qua non pour constituer enfin l’Institut celtique de Bretagne (ICB) dont il rêvait (Le Couédic 2000).

Framm Keltiek Breizh

  • 8 Lettre de Dézarrois à Xavier de Langlais (17 octobre 1941), coll. part.

14Il s’agissait de réunir les intellectuels, les artistes, mais aussi divers représentants des administrations et des milieux économiques pour préparer la nouvelle Bretagne, qu’il appelait de ses vœux. Divers projets furent discutés durant l’été 1941 ; des personnalités furent consultées et une liste de membres fondateurs concoctée, où Dézarrois ne figurait pas : il en conçut un dépit mué, comme toujours chez lui, en fureur. Traitant les instigateurs d’« activistes », vouant Creston aux gémonies, mais faisant une exception pour Roparz Hemon (1900-1978), qui allait pourtant assumer la présidence de l’ICB, il rappela ses états au service de la cause bretonne, proclama qu’il avait « la Bretagne dans la peau » et fit enfin une promesse de fidélité : « Vous me trouverez fraternellement à vos côtés, toujours, quand il s’agira d’ELLE8. »

15En fait, la diplomatie reprit rapidement ses droits : on convint que le marquis de l’Estourbeillon parrainerait l’Institut et que, le moment venu, Hémar serait désigné au Strollad-Aozân (Comité d’organisation). La fièvre était donc retombée et Dézarrois avait révisé son jugement ; il figura même in fine parmi ceux qui portèrent l’ICB, dit aussi Framm Keltiek Breiz, sur les fonts baptismaux au cours de la Semaine celtique qui se tint à Rennes, du 20 au 25 octobre 1941. Il prit ensuite une part importante à l’organisation des sections et sous-sections appelées à s’y partager les multiples secteurs d’activité retenus, s’affiliant à quatre d’entre elles : « Arts appliqués » – où il retrouva Georges-Henri Rivière –, « Beaux-Arts », « Musées » et « Monuments et sites ». Cette dernière fut mise à contribution pour achever promptement le travail d’inventaire qu’il avait commencé avant-guerre. Dézarrois donna une longue préface à l’ouvrage qu’il en tira en 1943, plaçant ce répertoire dans la plus large perspective d’une construction provinciale irréversible à ses yeux, quelle que serait l’issue de la guerre. Il convenait donc de se préparer d’ores et déjà pour ces lendemains exaltants mais difficiles, évoqués en termes sibyllins :

« Alors que dans le mystère et le sang se forgent les nouveaux destins européens, l’époque est venue des bilans honnêtes et sincères. Quand le sort des armes aura décidé, d’autres combats commenceront. Quiconque voudra mériter le nom de vivant parmi les vivants y sera appelé. À certains il appartiendra de défendre l’homme contre l’homme même. [Et de conclure] : Dihunet out brema, ma Breiz [Réveille-toi maintenant, ma Bretagne] » (Dézarrois 1943 : 9 et 21).

16Dézarrois avait forgé son sentiment dans un contexte de participation accrue aux diverses manifestations bretonnes où son prestige acquis avant-guerre, ses relations dans les hautes sphères – il avait été reçu par le président Roosevelt en 1939 comme chef du cabinet de Jean Zay en mission aux États-Unis – et sa liberté de parole faisaient impression. Qu’il pût avoir l’oreille d’Abel Bonnard (1883-1968) et disserter des avantages d’une alliance sincère avec l’Angleterre tout en proclamant son attachement à un système de libertés provinciales, auquel la Bretagne aurait eu « des droits spéciaux » intriguait, certes, mais augmentait aussi son autorité. Cet état de chose n’échappa guère à Jean Quénette (1903-1971), devenu préfet régional en mai 1942 : il en fit donc un élément clé de sa stratégie d’apaisement destinée à combler le fossé que son prédécesseur, l’inflexible François Ripert, avait creusé entre l’administration et les diverses tendances autonomistes. Il lui semblait notamment possible de s’attirer la neutralité, sinon la bienveillance, d’une partie du mouvement culturel qui, faute de trouver ailleurs un intérêt sincère, faisait une escorte au courant nationaliste. Dézarrois parut ainsi le parfait thuriféraire pour prononcer l’éloge solennel de L’Estourbeillon, dont la Bretagne un instant réconciliée allait fêter le jubilé. Le 11 octobre 1942, au théâtre de Rennes, devant une étonnante avant-scène où Quénette, entouré des préfets d’Ille-et-Vilaine, des Côtes-du-Nord et du Morbihan, côtoyait Jaffrennou et Fouéré, face à un parterre que les notables écrasaient mais sans parvenir toutefois à occulter la présence singulière de Debauvais et Mordrelle, notre homme put, selon sa formule, « célébrer les exploits » du marquis. Son propos fut large, mais Dézarrois sut aussi avancer ses propres convictions, quitte alors à se dissimuler derrière le jubilaire :

« Messieurs, c’est toute la Bretagne militante et unie qui est en ce moment au garde-à-vous devant le Chef qui n’a connu ni trêve ni repos. Si sa foi vibrante s’acharne à réclamer – je le cite – une large autonomie culturelle et morale aussi bien qu’administrative, il se refuse à aller jusqu’à l’idée d’une autonomie de fait, “criminelle folie”, déclare-t-il avec énergie » (Touron-Mercier 1942).

Le Comité consultatif de Bretagne

17Deux mois plus tard, Dézarrois fut pressenti sans surprise pour figurer au Comité consultatif de Bretagne (CCB), qui parachevait l’édifice de séduction imaginé par le préfet, dont les sentiments régionalistes étaient par ailleurs établis. En fait, il avait contribué à sa gestation dès le mois d’août, aidant Quénette à en dessiner les contours en compagnie notamment de Roger Grand (1874-1962), membre de l’Institut et plus récemment du Conseil national, Hervé Budes de Guébriant (1880-1972), placé à la tête de la Commission pour l’organisation corporative paysanne, Kergariou, qui allait être nommé ambassadeur de France à Sofia, et de Fouéré l’omniprésent (Fouéré 1987). Le préfet régional avait sollicité l’accord d’Abel Bonnard, ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale, en des termes qui ne laissaient aucune équivoque sur ses intentions :

  • 9 Lettre de Jean Quenette à Abel Bonnard (23 octobre 1942), archives des Musées nationaux.

« J’ai l’honneur d’attirer votre attention sur la constitution récente d’un “Comité consultatif de Bretagne” formé de la réunion des grandes associations régionalistes adonnées à l’étude des questions culturelles et artistiques. Il existe un certain nombre de sujets de mécontentement, qui sont particulièrement exploités contre le gouvernement. Je m’emploie à les résoudre et j’ai lieu d’espérer que le Comité, organe d’information réciproque et d’action sur les dirigeants d’une opinion particulièrement susceptible et réticente, me sera un auxiliaire utile. Pour l’étude et l’élaboration de cet organisme, j’ai beaucoup apprécié le concours que m’a apporté Monsieur le conservateur des musées nationaux André Dézarrois. Originaire de Bretagne, il connaît parfaitement les problèmes régionaux et les milieux intellectuels et artistiques. Je vous serais particulièrement reconnaissant de vouloir bien faire en sorte qu’il soit à même de participer aux travaux de ce comité où il pourrait être le délégué de votre ministère9. »

18Ce courrier eut trois conséquences successives et complémentaires. Le 8 janvier 1943, un arrêté du ministre autorisa Dézarrois à participer aux travaux de l’ICB, justifiant cette décision par la fermeture du Jeu de paume et l’évacuation de ses collections. Le 24 février 1943, un second arrêté avec effet rétroactif le désigna comme chargé de mission délégué du ministre de l’Éducation nationale auprès du préfet régional, du 17 novembre 1942 jusqu’à la fin des hostilités. Enfin, le 3 mars, un troisième arrêté étendit cette délégation à son activité au sein du Comité consultatif de la Commission des Beaux-Arts. Il s’y montra très entreprenant, et fit souvent cause commune avec Bouillé, notamment pour revendiquer, mais en vain, une tutelle du CCB sur le Conseil régional de l’Ordre des architectes et une participation aux choix afférents à la reconstruction des villes bretonnes sinistrées (Le Couédic 1995). Représentant du ministre au sein de la Commission permanente, Dézarrois s’immisça également dans les procédures de nomination de certains fonctionnaires et actionna les services centraux pour obtenir la mise au pas du recteur Souriau, plein de suspicion quant à l’enseignement du breton.

19Doit-on penser que Dézarrois avait enfin trouvé un emploi à la mesure de ses passions contradictoires ? Peut-on croire que son amour pour la Bretagne, son désir sincère qu’elle pût assumer sa personnalité et maîtriser une partie de son destin étaient désormais placés au seul service d’une entreprise visant à distinguer le bon grain régionaliste de l’ivraie nationaliste ? Sans doute, mais notre homme, pour autant, ne remisa jamais sa fougue et sa générosité, bravaches parfois, quitte à dérouter. Qu’on en juge.

De Vichy à Koat Keo

20Parmi les relations que Dézarrois avait nouées durant la Grande Guerre, figurait celle de René Fonck (1894-1953), l’homme aux 125 victoires aériennes, qui avait ouvert le défilé de la Victoire, le 14 juillet 1919, en arborant sa croix de guerre à 28 palmes. Cet « as des as » était un personnage fantasque aux fréquentations déroutantes. Il s’était ainsi lié d’amitié avec Hermann Goering (1883-1946) qu’il avait rencontré à Stockholm en 1920. Pilote de chasse, l’Allemand était fameux pour ses vingt-deux victoires et plus encore pour avoir commandé le « Cirque volant », qui avait révolutionné le combat aérien. Cette accointance avec le fondateur de la Luftwaffe et futur chef de l’Économie du Reich s’était maintenue jusqu’à la guerre, où elle prit évidemment une saveur et une importance nouvelles. En effet Pétain, qui le connaissait et l’appréciait, imagina d’utiliser Fonck pour entrer secrètement en contact avec l’entourage d’Hitler, ajoutant ainsi à sa réputation sulfureuse. Mais un autre épisode, évoqué après-guerre lors du procès de Pierre Laval, est plus difficile encore à peser. Fonck affirma en effet qu’au plus fort de la crise de 1942, il avait mis au point un projet d’enlèvement du maréchal, qui aurait été acheminé par avion en Algérie. Surtout, allant plus avant dans l’explication de son plan, il déclara :

  • 10 Propos rapportés par le général Jean d’Harcourt pour figurer dans le mémoire de proposition d’Andr (...)

« André Dézarrois fut un des seuls confidents de ce que je voulais tenter. [...] J’avais une absolue confiance en lui, sachant que, s’il le fallait, il irait jusqu’au bout dans ses sentiments hostiles à toute collaboration, n’étant pas de ces tièdes résistants qui reculent devant l’action militante quand celle-ci comporte de tels risques10. »

21Prêt à comploter au péril de sa vie pour arracher le maréchal au marécage de Vichy et sauvegarder ainsi l’honneur de la France, Dézarrois était tout aussi capable d’encourir l’opprobre en affichant publiquement sa fidélité à des hommes devenus la cible de certains milieux de la Résistance. Il le démontra avec hauteur le mercredi 15 décembre 1943, jour où le cortège funèbre de Jean-Marie Perrot, assassiné trois jours auparavant à l’initiative probable d’un maquis communiste, chemina sous la protection de mitrailleuses allemandes depuis l’église paroissiale de Scrignac jusqu’au village de Koat Keo. Le cercueil fut présenté devant l’autel extérieur de la chapelle de pardon, que l’abbé y avait fait élever par James Bouillé, afin que deux éloges fussent prononcés avant l’inhumation. Pierre Mocaër (1887-1961) s’exprima le premier, en langue bretonne, puis dans un français ample aux accents parfois prophétiques. Vint Dézarrois, dont les mots ont été depuis livrés à l’exégèse :

  • 11 L’ensemble de l’éloge funèbre figure dans l’ouvrage de l’abbé Henri Poisson (1955 : 234-238).

« Notre calendrier s’enrichit désormais de votre nom inscrit au mur lumineux du nouveau panthéon breton dont nous voyons – sous les efforts de tous – s’élargir toujours plus profondes et plus sûres les fondations scellées du sang des combattants qui tombent11. »

22Son adieu aurait pu résonner des ternes accents de la simple convenance, d’autant qu’en l’occurrence, il représentait le préfet régional : il en dissipa d’emblée la conjecture, affichant sa familiarité du presbytère de Scrignac alors même qu’il ne doutait plus de l’issue de la guerre, comme en témoigne une lettre du 10 janvier 1944 adressée à Xavier de Langlais :

  • 12 Lettre d’André Dézarrois à Xavier de Langlais (10 janvier 1944), coll. part.

« Vous savez que mon pessimisme sur l’issue de la délicieuse aventure que nous vivons depuis 1940, est presque total. Raison de plus pour souhaiter santé, résistance et sauvegarde [...] à la chère Province pour laquelle les militants bretons que nous sommes se battent. [Et d’ajouter] Le dernier “leader” de R.D. dans l’H.B. est tout à fait bien. Dites le lui à l’occasion, avec mes vœux que là aussi “l’union” dont nous avons tant besoin se maintienne. Je ne partage pas le point de vue de ceux qui partent en guerre contre son autorité12. »

Kamp ar genou

23Cette allusion à l’éditorial de Raymond Delaporte (1907-1990), paru dans L’Heure bretonne du 9 janvier, est d’un réel intérêt. Elle montre que pour Dézarrois, la ligne modérée adoptée par le chef du PNB pouvait encore recueillir un certain crédit et permettre, peut-être, une réconciliation avant le dénouement. N’avait-il pas souhaité :

« que la perception commune des malheurs qui [risquaient] de s’abatte sur eux [fissent] sentir à tous les Bretons la vanité de leurs haines et de leurs discordes et leur [donnât] la claire vision de la communauté d’intérêt qui les [liaient] les uns aux autres, pour qu’ils [partageassent] les souffrances et les espoirs d’un même esprit et d’un même cœur » (Delaporte 1944 : 1 et 2) ?

  • 13 Entretien avec Jean Fouéré (Saint-Brieuc, 5 septembre 2002).

24Mais qui, sinon Dézarrois, pouvait encore imaginer un tel raccommodement ? Le PNB était généralement honni, systématiquement considéré à l’aune des déclarations effrénées et souvent exécrables de ceux qui contestaient l’autorité de Delaporte et amèneraient la scission du 12 mars 1944. L’ambiance était d’ailleurs maintenant délétère dans l’ensemble du Mouvement breton. Dézarrois le savait ; il y voyait clairement l’annonce de la fin inéluctable d’une période détestable, certes, mais qui – jugeait-il – avait eu aussi quelques mérites. Une telle perception des choses lui rendit incompréhensibles bien des attitudes au moment de la Libération et lui valut ensuite de nombreux déboires. Ses positions provincialistes, son attachement au Comité consultatif, sa certitude que les quelques avantages acquis durant la guerre, mais sollicités de très longue date, devaient perdurer après le règlement du conflit, parce qu’ils étaient légitimes et pouvaient donc s’apprécier sans mettre en balance les conditions de leur obtention : tous ces éléments, et la conviction d’être intouchable eu égard aux services rendus, le persuadèrent d’agir dès la libération de Rennes et l’installation de Victor Le Gorgeu (1881-1953), nommé commissaire régional de la République le 4 août 1944. Le Comité consultatif, où nul semble-t-il ne se sentait menacé de rétorsion, l’avait d’ailleurs mandaté pour une première approche en compagnie de Fouéré, son secrétaire général, mais aussi de Florian Le Roy (1902-1959) et de Pierre Mocaër (1887-1961), qui représentaient l’Institut celtique en son sein13.

25Cette ambassade devait tourner court, si bien que le conservateur se présenta seul devant le commissaire de la République, le 12 août. L’heure n’était pas au compromis et Le Gorgeu, radical en politique comme de tempérament, n’avait guère de sympathie pour les formules connotant l’autonomisme. Dézarrois l’apprit à ses dépens : il fut arrêté le lendemain et incarcéré au camp Margueritte, une annexe de la prison Jacques-Cartier de Rennes. Au baraquement B XI, il retrouva de nombreux militants et plusieurs artistes qu’il connaissait fort bien, dont Yves Hémar. Leur cénacle représentait des degrés très variés d’implication dans les événements qui venaient de trouver leur terme, mais tous avaient placé leur vie sous le signe de l’action culturelle bretonne et Dézarrois, en cela, les tenait pour des amis honorables, comme en témoigne cette dédicace qu’il apposa au dos d’une caricature de l’écrivain Yves Le Drezen (1899-1972), plume régulière de L’Heure bretonne :

« Camarade de captivité au B XI du camp Margueritte alias Kamp ar genou [camp des charognes] comment l’oublierions-nous jamais va Youenn kaer [mon cher Yves] ? Comment oublier que nos lits, face à face, fusaient malgré tout de nos rires, trouant le hideux plafond noir, parce que nous savions bien que “l’idée”, elle, ne se jette pas au fond des oubliettes derrière des barbelés » (Youenou 1978 : 344).

26Il fit même preuve de superbe dans cette attitude, apostrophant sans précaution le préfet Bernard Vigier qui, peu après son installation, vint inspecter le camp. Dézarrois, pour cette incartade, fut transféré un moment à la prison Jacques-Cartier, où les conditions de détention étaient plus sévères.

L’opprobre, la réhabilitation

27Et pourtant, dans un mariage des contraires dont il était décidément coutumier, il avait vécu une fin de guerre trépidante tout entière au service de la cause alliée. En effet, en juin 1944, alors qu’il se trouvait à Monts, le château du Breuil avait été investi par des officiers de la Waffen SS commandant la Panzerdivision Das Reich, qui remontait difficilement vers la Normandie sous le harcèlement des maquis. Dézarrois, animé par une détestation viscérale de la soldatesque allemande, au premier prétexte avait giflé un de ses hôtes obligatoires. Il n’avait dû son salut qu’à son rang dans l’armée et au code de l’honneur s’y attachant, mais avait été mis aux arrêts dans sa propre maison, d’où il était cependant parvenu à s’échapper de façon rocambolesque. Il s’était alors dirigé vers Saint-Malo dans l’intention de se joindre aux troupes du général Patton qui en firent un officier de liaison : il s’était d’ailleurs présenté en uniforme américain devant Le Gorgeu, le 12 août 1944, pour plaider la cause du Comité consultatif de Bretagne.

  • 14 Lettre d’André Dézarrois à Jean Cassou (30 septembre 1957), archives des Musées nationaux.

28Dézarrois vit toujours derrière l’attitude du commissaire de la République la manœuvre des communistes, vindicatifs à son égard depuis l’hommage solennel qu’il avait prononcé devant la dépouille de Jean-Marie Perrot. Il en professait encore la certitude le 30 septembre 1957, dans une lettre à Jean Cassou14. Si l’affaire, pour lui, était toujours d’actualité, il le devait à un avis de la Commission consultative des requêtes rendu par la section des Affaires générales du Conseil d’État, qui venait de mettre fin à dix ans de récriminations et de recours en ces termes :

  • 15 Lettre d’André Dézarrois au colonel Touron, commandant le BCI de l’armée de l’Air (17 mars 1956), (...)

« Il apparaît que si Monsieur Dézarrois a commis de sérieuses erreurs de jugement dans sa participation à l’élaboration d’un “statut de la Province de Bretagne” particulièrement ridicule, la sanction que le ministre avait hésité à prendre en 1945, n’était pas suffisamment justifiée ; elle ne pouvait s’appuyer utilement sur le rôle joué par Monsieur Dézarrois aux obsèques de l’abbé Perrot. Il y avait lieu également de tenir compte d’autres éléments favorables à Monsieur Dézarrois et de nature à réduire l’importance de certaines de ses erreurs graves15. »

  • 16 Lettre d’Alfred Heurtraux au ministre de l’Éducation nationale (3 juillet 1945), SHA.
  • 17 Archives des Musées nationaux, 0/30-293.
  • 18 Lettre d’André Dézarrois à Georges Salles, directeur des musées de France (12 octobre 1956), archi (...)

29René Capitant (1901-1970) avait donc hésité, mais en l’occurrence le doute n’avait pas bénéficié à l’accusé. Certes le soutien apporté par Dézarrois au « Statut pour la Bretagne » présenté au CCB par L’Estourbeillon le 15 juin 1943 avait eu son importance, mais les propos tenus à Scrignac le 15 décembre avaient bien été au cœur de la procédure, qui avait conduit à le sanctionner. Le 7 octobre 1944, sur une demande du directeur général des Beaux-Arts, actionné lui-même par le préfet d’Ille-et-Vilaine, le conservateur avait en effet été suspendu de ses fonctions, prélude à son admission d’office à faire valoir ses droits à la retraite prononcée le 30 avril 1945. Une carrière prestigieuse avait paru s’abîmer là piteusement et une vie même s’en trouver obscurcie, d’autant qu’une dénonciation parvenue à la Fondation Blumenthal l’y avait également fait mettre en quarantaine au début de 1946. C’eût été évidemment compter sans le caractère de Dézarrois : il accabla de lettres indignées les plus hauts responsables de son administration, appuyé par Heurtaux, heureusement revenu de Buchenwald, qui défendit bec et ongles son agent P1 du réseau Hector, redisant son activité de renseignements et ajoutant qu’en outre il avait fait « passer des courriers en zone libre et même certains agents poursuivis par la Gestapo16 ». En réponse, il reçut le conseil de solliciter le bénéfice des lois d’amnistie, ce qu’il refusa, outré qu’on pût l’assimiler « aux vichyssois ou collaborateurs [quand il était] combattant de deux guerres et combattant de la Résistance, officiellement inscrit et déclaré comme tel17 ». L’affaire se débloqua enfin lorsque Georges Huisman vint au secours de son ami. Conseiller d’État depuis 1944, familiarisé donc avec les procédures juridiques, il s’était forgé la conviction qu’un recours au tribunal administratif, en dépit des réticences de Dézarrois, serait la meilleure issue. Il l’en persuada enfin et c’est ainsi que fut enclenchée la procédure qui, après avis du Conseil d’État, fit annuler son admission d’office à faire valoir ses droits le 7 juillet 1954. Sa réintégration intervint trente mois plus tard : elle lui fut notifiée le 13 février 1957 par Georges Salles, qui le plaça symboliquement au musée d’Art moderne auprès de son ami Jean Cassou, avec qui « il avait milité au moment de la République espagnole, sur le front intellectuel catalan18 ».

Dual à jamais

30De telles réhabilitations, aujourd’hui, sont souvent regardées avec méfiance, mises sur le compte d’une coupable indulgence, dans une période de réconciliation nationale oublieuse des abominations de la veille. Dézarrois bénéficia-t-il de circonstances peu honorables ? Nul dans les milieux résistants ne lui en fit jamais le reproche. Au contraire, dès la Libération, il en reçut un soutien actif et permanent. Les généraux Jean d’Harcourt et Martial Valin – inspecteur général de l’armée de l’Air –, Heurtaux et Huisman : tous firent en sorte que son honneur fût rétabli ; tous œuvrèrent ensuite pour qu’il reçût la cravate de commandeur de la Légion d’honneur obtenue enfin le 6 avril 1957. Aurait-il, dès lors, trompé ceux qui, dans l’action bretonne, lui avaient fait pleine confiance ? Rien ne vient corroborer une telle hypothèse.

  • 19 Entretien de Jean Bouëssel du Bourg avec Françoise Bouillé, Saint-Brieuc (27 août 1976).
  • 20 Voir An Tribann 3, nevez-amzer (1954), n. p.
  • 21 Lettre d’André Dézarrois à Xavier de Langlais (s. d. [1957]), coll. part.
  • 22 Formulation figurant dans une lettre d’André Dézarrois à Jean Cassou (30 septembre 1954), archives (...)

31Après la Libération, en dépit des tourments qu’il subissait, jamais Dézarrois ne marqua le moindre rejet des amitiés nouées dans le Mouvement breton. Le 27 octobre 1944, encore emprisonné, il parvint à transmettre une lettre à Françoise Bouillé sous un pseudonyme transparent, Dubreuilmonts, pour enjoindre son mari de s’éloigner de Bretagne en attendant le retour à la sérénité19. Plus tard, il vint généreusement en aide à sa famille, lorsque l’architecte, qui n’avait pas échappé à la vindicte, décéda après une incarcération où sa santé fragile avait achevé de se dérégler. Il ne prit jamais de distances prudentes et pas davantage il ne pratiqua l’oubli sélectif. En 1954, il vola au secours de son ami Jaffrenou contesté au sein du Gorsedd et sa promotion au grade de commandeur de la Légion d’honneur lui fut l’occasion d’un trait d’humour très connoté20. À Xavier de Langlais, il écrivit en effet : « Cette fin d’année m’apporte la joie de voir une plaque sur la poitrine... d’un compagnon de Margueritte21 ! » La formule constituait évidemment une référence au camp rennais où Le Gorgeu l’avait enfermé treize ans plus tôt. En 1958, montrant ainsi son mépris définitif pour « ces magnifiques tribunaux “d’épuration” des lendemains de la Libération, ignorant tout d’une situation complexe et particulièrement de la lutte [menée] en Bretagne durant l’Occupation », il recommanda même une proche parente auprès de Roparz Hemon exilé en Irlande22. Dans une très longue lettre destinée à Jean Cassou, qu’il rédigea en plusieurs épisodes du 23 décembre 1960 au 27 janvier 1961, Dézarrois revint sur cet aspect de ses engagements, en profitant de l’actualité pour rappeler la complexité des choses :

  • 23 Lettre d’André Dézarrois à Jean Cassou (23 septembre 1960-27 janvier 1961), archives des Musées na (...)

« Quel amusant parallèle que l’accusation “d’autonomiste breton” dont certains prétendirent alors m’accabler, comme d’avoir fréquenté ou défendu les chefs du mouvement (on m’avait déjà traité d’autonomiste catalan vers 1938), avec la charmante période que nous vivons où d’honnêtes gens, des deux côtés des barricades du drame algérien, prennent des positions intellectuelles si opposées, ou se font si violemment calomnier des deux côtés, comme mon ami Jules Roy23 ! »

  • 24 Témoignage téléphonique de Gwenaël Bouillé, fils de James, qui après-guerre vécut longuement à Mon (...)

32Déniant sans doute à la reconstruction toute capacité à ressusciter l’âme d’une ville, Dézarrois se détourna de Saint-Malo. Il organisa sa vie entre son hôtel particulier de Paris, qui accueillit de brillantes réceptions, et le château de Monts, où Paul Claudel, François-Poncet et Emile Bollaert (1890-1978), notamment, furent ses hôtes24. Sa réintégration dans les Musées nationaux fut de pure forme ; il se consacra bien davantage à la mise en valeur agricole de son domaine, à d’érudites études sur le val de Loire et, aussi, à la recherche d’une issue favorable à la complexe succession de Joachim Carvalho, sauveur de Villandry et fondateur de « La demeure historique ». Mais Dézarrois n’était pas homme à se désintéresser de l’action publique. Cultivant des amitiés politiques dans la sphère gaulliste, il préféra cependant conseiller le Parti indépendant et paysan, où ses idéaux droitiers étaient mieux représentés. En Bretagne, on ne le vit plus qu’épisodiquement mais il n’est pas douteux qu’en dépit des vicissitudes qu’il lui devait, elle le hanta jusque dans ses derniers instants : il fut en effet inhumé au Breuil le 14 mars 1979 dans une étrange crypte qui, selon ses volontés, avait été flanquée d’un authentique menhir importé quelques années plus tôt en prévision de cet ultime voyage vers le Gwenva des druides.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bertrand-Dorléac Laurence, 1993. L’art de la défaite, 1940-1944. Paris, Le Seuil.

Boëll Denis-Michel, 2000. « Du folklore à l’ethnographie de la Bretagne : le rôle des Seiz Breur. La Bretagne, terrain des enquêtes ethnographiques du musée national des Arts et Traditions populaires (1939-1947) », in Ar Seiz Breur (1923-1947), la création bretonne entre tradition et modernité, Daniel Le Couédic et Jean-Yves Veillard (dir.). Rennes, Terre de brume et musée de Bretagne : 208-231.

Bourdet Claude, 1975. L’aventure incertaine. Paris, Stock.

Cariou André et Luc Legeard, 1993. Lemordant. Quimper, musée des Beaux-Arts.

Delaporte Raymond, 1944. « Confiance dans l’avenir de la Bretagne ! Les vœux du chef du PNB », L’Heure bretonne 180, 9 janvier.

Delouche Denise (dir.), 1999. Xavier de Langlais et la Bretagne. Spézet, Coop Breizh.

Dézarrois André, 1910. « Au raz de Sein », La renaissance romantique 2, 2e année, mars-avril : 12-13.

— 1925. « Léonce Bénédite », Le Bulletin de l’art 719, juin : 177-180.

— 1940. Les orfèvres de Saint-Malo aux XVIIe et XVIIIe siècles. Saint-Malo et Paris, chez l’auteur.

— 1942. Les communautés d’orfèvres en Bretagne avant la Révolution : maîtres et poinçons. Saint-Malo et Paris, chez l’auteur.

— 1943. Monuments historiques, monuments naturels et sites classés de Bretagne. Brest, Skridoú Breizh : 9 et 21.

L’Estourbeillon de la Garnache Régis, 1940. Vers la résurrection de la Bretagne : Cahier des revendications bretonnes présenté par l’Union régionaliste bretonne au maréchal Pétain, chef de l’État français. Rennes, Imprimerie provinciale.

Fouéré Yann (pour Jean), 1938. Préface de Ar brezoneg er skol, Enseigner le breton, exigence bretonne. Rennes, Imprimerie provinciale de l’Ouest.

— 1987. La patrie interdite : histoire d’un Breton. Paris, France-Empire.

Laffray Jean, 1969. « La “3e”, l’escadrille de Brocard et de Guynemer », L’aviation militaire française, 1909-1969, numéro hors série de la Revue historique de l’armée : 50-58.

Lambert J.-H., 1935. « La participation française à l’Exposition de Bruxelles », L’Illustration 4812, 25 mai, n. p.

Langlais Xavier de, 1939. « Labour ar “Mission folkloric” e Breizh » (Le travail de la Mission folklorique en Bretagne), Breiz 630, 2 août.

Le Couédic Daniel, 1995. Les architectes et l’idée bretonne, 1904-1945 : d’un renouveau des arts à la renaissance d’une identité. Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Saint-Brieuc, Archives modernes d’architecture de Bretagne.

— 2000. « Une pleïade bretonne – le temps des chimères » in Ar Seiz Breur (1923-1947), la création bretonne entre tradition et modernité, Daniel Le Couédic et Jean-Yves Veillard (dir.). Rennes, Terre de brume et musée de Bretagne.

Lehideux François, 2001. De Renault à Pétain : mémoires. Présentés et annotés par Jacques-Alain de Sédouy. Paris, Pygmalion.

Le Stum Philippe, 1998. Le néodruidisme en Bretagne : origine, naissance et développement, 1890-1914. Rennes, Éditions Ouest-France.

Mahé Hervé, 1969. La brinquebale avec Céline. Paris, La Table ronde.

Poisson Henri, 1955. L’abbé Jean-Marie Perrot, fondateur du Bleun Brug (1877-1943). Rennes, Plihon.

Robineau Lucien, 1986. « Alfred Heurtaux, héros de deux guerres, homme d’aventure et homme d’honneur », Air actualités 387, février : 12-14.

Touron-Mercier Yann, 1942. « Hommage au marquis de l’Estourbeillon, président de l’Union régionaliste bretonne par M. A. Dézarrois, conservateur des Musées nationaux », in Un jubilé breton : Les fêtes du 11 octobre 1942 en l’honneur de M. le marquis de L’Estourbeillon. Rennes, Union régionaliste bretonne : 83-91.

Wetser Patrick, 1981. « L’Exposition internationale, l’État et les beaux-arts », Paris-Paris : 1937-1957. Paris, Centre Georges Pompidou : 56-66.

Youenou Anna, 1978. Fransez Debauvais de Breiz Atao et les siens, tome IV. Rennes, chez l’auteur.

Notes

1 Yves Hémar était architecte ordinaire des Monuments historiques et Dézarrois membre de la Commission supérieure des monuments naturels et des sites et de la Commission permanente d’Ille-et-Vilaine.

2 Dossier administratif de personnel. Service historique des armées (SHA).

3 Lettre de Léonce Bénédite à Paul Léon (13 juillet 1920), archives des Musées nationaux.

4 Formulation d’André Dézarrois.

5 Alfred Heurtaux, Note concernant le commandant de réserve André Dézarrois (19 mars 1956), SHA.

6 Lettre d’Alfred Heurtaux au ministre de l’Éducation nationale (3 juillet 1945), SHA.

7 Deux autres brochures devaient suivre : Dézarrois (1942) et André Dézarrois, L’orfèvrerie civile et religieuse en Bretagne, du XIVe à la fin du XVIIIe siècle ; annoncé, ce volume ne parut sans doute pas.

8 Lettre de Dézarrois à Xavier de Langlais (17 octobre 1941), coll. part.

9 Lettre de Jean Quenette à Abel Bonnard (23 octobre 1942), archives des Musées nationaux.

10 Propos rapportés par le général Jean d’Harcourt pour figurer dans le mémoire de proposition d’André Dézarrois au grade de commandeur de la Légion d’honneur, SHA.

11 L’ensemble de l’éloge funèbre figure dans l’ouvrage de l’abbé Henri Poisson (1955 : 234-238).

12 Lettre d’André Dézarrois à Xavier de Langlais (10 janvier 1944), coll. part.

13 Entretien avec Jean Fouéré (Saint-Brieuc, 5 septembre 2002).

14 Lettre d’André Dézarrois à Jean Cassou (30 septembre 1957), archives des Musées nationaux.

15 Lettre d’André Dézarrois au colonel Touron, commandant le BCI de l’armée de l’Air (17 mars 1956), SHA.

16 Lettre d’Alfred Heurtraux au ministre de l’Éducation nationale (3 juillet 1945), SHA.

17 Archives des Musées nationaux, 0/30-293.

18 Lettre d’André Dézarrois à Georges Salles, directeur des musées de France (12 octobre 1956), archives des Musées nationaux.

19 Entretien de Jean Bouëssel du Bourg avec Françoise Bouillé, Saint-Brieuc (27 août 1976).

20 Voir An Tribann 3, nevez-amzer (1954), n. p.

21 Lettre d’André Dézarrois à Xavier de Langlais (s. d. [1957]), coll. part.

22 Formulation figurant dans une lettre d’André Dézarrois à Jean Cassou (30 septembre 1954), archives des Musées nationaux.

23 Lettre d’André Dézarrois à Jean Cassou (23 septembre 1960-27 janvier 1961), archives des Musées nationaux.

24 Témoignage téléphonique de Gwenaël Bouillé, fils de James, qui après-guerre vécut longuement à Monts auprès de Dézarrois (1er décembre 2001).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search