Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

II. Régions

Les milieux occitanistes et la culture nationale, 1936-1945

Débats, tentatives politiques, culturalisme à vocation scientifique

Laurent Abrate

Texte intégral

1« Un officier, venu d’Afrique du Nord, s’étonne que mes « bougres de maquisards », comme il les appelle, s’expriment dans une langue dont le sens lui échappe, son oreille étant rebelle “au parler des images”. Je lui fais remarquer que l’argot n’est que pittoresque alors que la langue qui est ici en usage est due à l’émerveillement communiqué par les êtres et les choses dans l’intimité desquelles nous vivons continuellement » (Char 1967 [1948]).

2Les occitanistes constituent l’avant-garde consciente d’une entité qu’ils se proposent de défendre et de promouvoir, et qu’eux-mêmes appellent Occitanie, Midi ou encore langue et culture d’oc. Il ne faut pas oublier que l’élément le plus tangible de l’occitanité est la langue.

3Les occitanistes, comme l’ensemble des Occitans, sont porteurs d’un dualisme occitan-français : sept siècles d’histoire commune les ont également faits français. Ce dualisme est contradictoire, dans la mesure où le premier des deux éléments cherche à s’exprimer pleinement alors que le second s’emploie à l’en empêcher.

4L’occitanisme naît de la perception et de l’analyse, par les occitanistes, de la teneur de cette situation conflictuelle. Plusieurs facteurs, qui agissent en interaction, influent sur cette perception et cette analyse : l’occitanisme déjà produit par les générations antérieures que le nouvel occitanisme précise, dépasse ou bien rejette, partiellement ou intégralement ; les événements politiques, sociaux ou économiques, de portée hexagonale ou internationale ; les oppositions idéologiques, politiques ou religieuses qui ont divisé ou divisent la société hexagonale dans son ensemble ; les luttes des autres minorités sises dans ou hors de l’hexagone ; et enfin, le rapport Occitans-occitanistes dont dépend l’efficacité de la revendication.

  • 1 « Tout ce qui n’est pas de la langue, il faut s’en méfier. »

5Cette revendication, culturelle dans son fondement, doit-elle devenir politique si elle veut peser sur le rapport de force ? La question, implicite depuis la fondation du félibrige en 1854, s’est exprimée concrètement lorsque les jeunes félibres fédéralistes, dans leur manifeste de 1892, affirmèrent que des droits politiques découleraient ceux de la langue. Frédéric Mistral, qui pourtant affirmait que « tot ço qu’es pas de la lengo, es mestié de s’en mesfisa1 », les soutenait en sous-main. Lorsque la revendication culturelle se double d’une revendication politique, le cadre national qui inspire l’analyse et la réflexion tend à se resserrer autour du seul cadre occitan, à la fois culturellement et politiquement.

6Vers 1936, se constitue un pôle culturalo-politique autour des revues Oc et Occitania où une conception autonome de la culture rejoint un autonomisme politique avec la Catalogne comme référent privilégié. La guerre d’Espagne, d’abord, la Seconde Guerre mondiale, ensuite, bouleversent complètement ce schéma et la Libération donne naissance à un occitanisme qui se veut à vocation scientifique sous l’égide de l’Université et dans le sillage des partis de gauche. Comment, par quelles voies et par quels moyens, les occitanistes ont-ils cherché à affirmer la présence et les droits de la culture occitane durant toute cette période ?

  • 2 Entrevue Camproux du 13 juin 1983.

7Autour de la revue Occitania, fondée en 1934, se retrouve toute la jeune génération. Celle-ci n’a pas rompu avec le félibrige. Elle le conteste de l’intérieur, notamment lors des fêtes du centenaire de la naissance de Mistral en organisant des chahuts « contre l’ingérence des autorités françaises qui participaient aux manifestations félibréennes, mais n’accordaient jamais rien2 ». Ce faisant, les jeunes occitanistes espèrent remettre sur le tapis la fameuse question sociale chère au félibrige maximaliste qui, dans la pratique, se résolvait par l’instauration du fédéralisme. Le fédéralisme que préconise Occitania, par la plume de son principal théoricien, Charles Camproux, diffère assez nettement de celui de Devoluy, qui fut capoulié du félibrige de 1901 à 1909. Camproux interroge la civilisation d’oc et met en lumière une valeur qui la caractérise, la symbolise, l’« esperit de respècte » :

  • 3 Voir Camproux (1935). « L’esprit de respect, esprit né sur nos terres il y a quelques siècles, veu (...)

«L’esperit de respècte, esperit nascut a las nostras terras despièi de sègles i a, vol l’amistat de totes dins la libertat de totes e, es essencialament l’esperit del poble d’oc, del pacan coma de l’obrièr, jalos de son independéncia e se trufant de mestrejar que que siegue, baste que degun lo volgue pas mestrejar3

  • 4 Ibid. « Garder et organiser les faits sans vouloir aller contre » ; « Tous les faits, passés, prés (...)

8D’autre part, Camproux s’appuie sur un positivisme revisité qui se propose de « servar e d’organizar los faches, sensa voler anar contra » dans la mesure où l’on ne peut pas connaître « totes los fachs, passats, presents, d’avenidor, dins totes sos biais e andares4 ».

9Trois faits sont importants pour Camproux : celui des nationalités vivantes ou renaissantes, l’apparition d’entités économiques régionales et le travail. La compréhension de ces trois faits par l’« esperit de respècte » implique le fédéralisme : fédéralisme politique qui se base sur le respect dû aux nationalités, fédéralisme économique qui se doit d’organiser l’économie dans le cadre naturel que constitue la région, fédéralisme social qui se base sur le respect dû au travail. En ce qui concerne ce dernier, Camproux imagine un système qui vise à annihiler, progressivement et en douceur, la logique capitaliste de profit et d’exploitation du travailleur, en lui octroyant une part élevée des bénéfices.

10Cependant, Camproux ne peut ignorer un autre fait, celui des États déjà constitués. Il l’intègre dans une formule : « De l’intra à l’international », ce qui signifie que les nationalités peuvent s’organiser comme elles l’entendent, accéder à la pleine autonomie, qu’elles soient insérées dans un seul État ou qu’elles dépendent de plusieurs États. Les États, eux, organisés fédéralement sur le plan international, se contentent d’un rôle d’arbitre et de coordonnateur.

11Le fédéralisme intra- et international s’oppose donc, à la fois, à l’impérialisme qui, pour Camproux, constitue le « stade supérieur » du nationalisme et du capitalisme, ainsi qu’au séparatisme, tout en laissant une voie ouverte à l’entité occitane.

  • 5 Voir Occitania 17 (juillet 1935). « De quelle couleur sera la révolution méridionale ? » Le journa (...)

«Avem dit aid e mai d’un cop, que lo separatisme lo compreniam pas e avem sempre pensat que lo federalisme occitan èra, al cop, la condicion de l’existéncia de nostra Patria d’Oc, de l’Estat francés e de la nova França... Soletament, se lo federalisme es l’enemic del separatisme, es, tamben, l’enemic del centralisme imperialista5

12Cette jeune génération se rapproche progressivement d’un pôle culturel, plus anciennement constitué, autour de la revue Oc, fondée en 1924 par Ismaël Girard qui vient, lui, du félibrige gascon, et de la SEO (Societat d’Estudis Occitans) créée en 1930 sur le modèle de l’Institut d’Estudis Catalans et dont le secrétaire général était Louis Alibert. Une même critique de l’immobilisme et du provincialisme félibréens, quoique plus exacerbée chez Oc, une même volonté de se doter d’un organisme culturel susceptible d’impulser la création occitane sur les voies de la Culture avec un grand « C », de l’encadrer et de l’organiser, les animent, sans oublier la référence constante à un catalanisme qui renvoie l’image d’un occitanisme qui aurait réussi : en 1932, la Catalogne obtient l’autonomie avec l’instauration de la Generalitat.

13On ne peut pas comprendre l’occitanisme de cette période si l’on ne prend pas en compte sa dimension catalane. Les liens ont été touffus durant la décennie 1920-1930. Les occitanistes d’Oc ont accueilli les catalanistes chassés par le coup d’État de Primo de Rivera en 1924. Dès leur retour, ceux-ci envoyèrent une bibliothèque de plus de 4 000 volumes, qui devaient constituer le fonds de départ d’un institut occitan que l’on prévoyait de créer et contribuèrent à financer la revue Oc. L’apogée de cette collaboration fut, sans conteste, la publication d’un numéro entièrement consacré à la renaissance occitane, par L’Amic de les Arts, en 1927, qui connut un retentissement considérable. C’est à Barcelone qu’Alibert a publié sa Grammatica Occitana en 1936. D’ailleurs, les occitanistes de ce temps considéraient le catalan non seulement comme une langue sœur mais comme une langue appartenant au domaine d’oc. Les catalanistes mirent fin à cette idée de grande Occitanie, pour des motifs autant politiques que linguistiques, en 1934, ce qui n’empêchera d’ailleurs pas les occitanistes d’entretenir des relations étroites avec le mouvement catalaniste et de soutenir du mieux qu’ils purent les réfugiés chassés de leur patrie par la guerre civile.

14En 1939, la jonction entre occitanisme culturel et occitanisme politique était quasiment accomplie : Oc et Occitania proposaient un abonnement commun. Une telle jonction laissait présager des résultats encourageants. La guerre, en bouleversant toutes les données, allait arrêter net la progression de cet occitanisme naissant.

  • 6 Très nombreuses furent les revues occitanistes à publier le message in extenso. Parmi celles-ci, T (...)

15Les occitanistes ont accueilli l’avènement du maréchal Pétain comme tous leurs concitoyens, avec enthousiasme, soulagement et respect. L’enthousiasme allait rapidement laisser la place au dithyrambe. Les raisons ne manquaient pas. Le 8 septembre 1940, à l’occasion du 110e anniversaire de la naissance de Mistral, Henri Massis lit un message de Pétain qui se terminait ainsi : « Et puisse notre renaissance française trouver en Mistral son guide et son maître, son animateur et son inspirateur6. » Le félibrige n’était pas au bout de ses surprises. Le 9 octobre 1940, Georges Ripert, secrétaire d’État à l’Instruction publique et à la Jeunesse adressait aux recteurs d’académie une circulaire dans laquelle il préconisait l’enseignement de l’histoire et de la géographie locales. En mai 1941, le nouveau secrétaire d’État, Jérôme Carcopino favorisait la tenue du Congrès de phonétique et de linguistique et y participa. Le même Carcopino promulguait, le 24 décembre 1941, un décret qui autorisait l’enseignement facultatif, dans les locaux scolaires mais en dehors des heures de classe, des langues régionales. C’était la première fois qu’un tel enseignement était officialisé.

  • 7 « Associé d’honneur ».

16Il n’est donc pas étonnant que le mouvement occitan dans son ensemble ait donné des gages d’allégeance au nouveau régime. Dès décembre 1940, la SEO avait envoyé une lettre au maréchal Pétain, accompagnée d’un exemplaire de Mirèio, de ses propres publications, de divers textes et documents, lettre dans laquelle une communion de pensée totale entre le mouvement occitan et le maréchal était proclamée. Le félibrige officiel, lui, dut attendre la Sainte-Estelle de 1941 pour honorer à son tour le maréchal, en créant expressément pour lui le titre de soci d’onor7.

17Par ailleurs, la SEO et le félibrige participèrent aux comités d’action régionale instaurés en octobre 1940. Joseph Salvat, de l’Escola occitana, devint président du Comité de radio-diffusion de la Haute-Garonne, et de nombreuses autres personnalités apportèrent leur contribution à ce genre de comités.

18En fait, jusqu’en 1942, une unanimité se dessine, au sein du mouvement, en faveur de la collaboration à la politique mise en place par Vichy. Elle se scelle autour de deux points essentiels : le régionalisme et l’enseignement de la langue.

  • 8 Voir Oc (automne 1942).

19Pourtant, bien vite, des voix discordantes viennent tempérer cette unanimité. Des personnalités comme René Jouveau, Pierre Azéma, Ismaël Girard, critiquent la réforme Carcopino arguant de son caractère facultatif. Le même Girard, dans le numéro d’Oc de l’été 1942, s’interrogeant sur l’essence de l’occitanisme fait appel aux valeurs suivantes : tolérance, justice, liberté, égalité. La même année, Oc publie un poème intitulé « Sus la tomba de Machado ». Terra d’Oc, qui a succédé à Occitania, met en tête d’une déclaration de non-séparatisme exigée par les autorités pour avoir ouvert ses colonnes à des catalanistes français, une citation extraite d’une lettre de Mistral à Bonaparte-Wyse datant de 1865 : « Les temps futurs sont à l’union et non à la séparation mais aussi et surtout, ils sont à la liberté, à la liberté des races, des cités, des individus dans l’harmonie8. »

20Ce climat protestataire n’empêcha pas la poursuite de la collaboration, tant de la part de la SEO, du félibrige officiel ou encore de l’Escola occitana. Il n’en contribua pas moins à l’émergence d’un courant de pensée qui se cristallisa lors de la parution, début 1943, d’un numéro spécial des Cahiers du Sud, intitulé « Le génie d’oc et l’homme méditerranéen ». Celui-ci insistait sur l’actualité des valeurs morales, intellectuelles, inhérentes à la civilisation d’oc, valeurs qui s’opposaient en tous points à celles véhiculées par l’idéologie nazie.

21Cette conscience antinazie allait très nettement se manifester tout au long de l’année 1943. En juillet, René Nelli remplace Marcel Boussac, maurrassien et pétainiste convaincu (Boussac 1941), à la tête de la SEO et Oc publie des poèmes de Federico Garcia Lorca. Début 1944, Camproux, critiquant un article du félibre pétainiste René Farnier, prône une démocratie véritable et s’efforce de désolidariser régionalisme et Révolution nationale.

22Ces prises de position reflètent très nettement le revirement antipétainiste de la SEO. Celle-ci ne dépassera jamais les limites d’un engagement intellectuel et ne prendra pas part à la lutte de libération armée contre le régime de Vichy et contre les Allemands. Seuls quelques-uns de ses membres, et encore relativement peu, seront d’authentiques résistants. Ainsi Camproux, qui sera responsable dans l’Hérault du Mouvement national des prisonniers de guerre et des déportés.

23À la Libération, le mouvement occitan ne pouvait donc pas passer pour un mouvement au-dessus de tout soupçon. René Farnier et Charles Maurras, majoraux du félibrige, Barthe, un ancien d’Occitania, Louis Alibert, le secrétaire-général de la SEO, furent frappés de la mesure d’indignité nationale. Pourtant, les nouvelles autorités en place ne semblèrent pas vouloir pousser la répression plus avant. En la circonstance, les défauts chroniques du félibrige (immobilisme, indolence, inconstance), les réticences de certains félibres vis-à-vis de Vichy, notamment après l’invasion de la zone sud par les Allemands, le peu d’intérêt que lui témoignaient les nouvelles autorités, évitèrent à l’association des tracasseries supplémentaires. La SEO, elle, finira par se fondre dans un institut nouvellement créé et appelé à jouer un rôle de premier plan, l’Institut d’études occitanes (IEO).

24L’IEO fut fondé en 1945. Deux raisons principales président à cette fondation : d’abord, le désir d’effacer les compromissions de l’organisme avec le régime de Vichy, ensuite, la volonté de s’immiscer dans les courants nouveaux qui s’étaient forgés dans la Résistance et qui en étaient issus. Cela était d’autant plus facile que Camproux servait de caution résistante au nouvel organisme, que Max Rouquette était lié à la SFIO et notamment à Jules Moch, que Camille Soula et Ismaël Girard avaient des accointances avec le mouvement de résistance de Silvio Trentin, « Libérer et fédérer », et surtout avec ce que Rouquette appelle « le pouvoir nouveau ». Pouvoir nouveau certes, mais pas n’importe lequel. L’IEO naissant, c’est le pouvoir de fait établi autour des forces de la Résistance, autour des Comités départementaux de libération (CDL), et où dominent les communistes. (Les éléments français de l’IEO, Tristan Tzara et Jean Cassou, sont communistes.) L’IEO, en se plaçant dans le sillage de la Résistance, se plaçait de fait à la remorque du jeu hexagonal. Les fondements idéologiques les plus importants de la Résistance étaient le patriotisme français - qui, bien vite, se muera en un nationalisme dans lequel communieront tous les mouvements ou partis politiques issus de cette même Résistance, les forces politiques y ayant participé mais existant déjà auparavant et l’ensemble des Français ; la conscience antinazie qui avait motivé l’engagement de nombreux réfugiés, dont un grand nombre d’Espagnols ; et enfin, l’idéal de gauche.

  • 9 Voir Oc (1945), « Institut d’Estudis Occitans », « entend servir la culture occitane comme valeur (...)

25Ainsi, dès la Libération, Oc a envoyé un message aux résistants catalanistes dans lequel elle exaltait la France éternelle. De même, les ferments dont s’était nourrie la SEO pour affirmer son opposition au nazisme sont évidés de leur contenu occitaniste. La résistance des Occitans aux barons du Nord ne symbolise plus que de loin en loin la résistance de ces mêmes Occitans à des envahisseurs dont l’idéologie était contraire à l’héritage spirituel d’oc. Elle se transforme en résistance des Français du Midi contre des envahisseurs ayant occupé la partie méridionale de la France. Dès lors, cet héritage ne se présente plus que comme une composante de l’héritage culturel français, composante ayant pour vocation l’enrichissement culturel de la France et non de l’Occitanie. À ce propos, l’IEO déclare qu’il « enten servir la cultura occitana coma valor umana, sorga de riquessa per Francia e l’umanitat9 ». Si l’on se fie à ces déclarations, la culture d’oc n’existe plus en tant que culture d’Occitanie mais uniquement en tant que culture occitane de France.

26La génération qui s’est éveillée à l’occitanisme dans les années 1943-1945, s’investira en masse dans le nouvel organisme. Elle adhèrera sans réserve au mythe « issu de la Résistance ». Elle contribuera même à le propager comme si elle voulait, à tout prix, effacer le traumatisme. Bien entendu, elle s’associera aux efforts de la génération précédente pour imposer une ligne culturelle conforme aux exigences scientifiques en vigueur dans les sciences humaines. N’oublions que l’IEO est, à l’origine, un organisme para-universitaire. Elle ouvrira la voie à un culturalisme qui se veut de reconquête et qui s’articule autour de trois fonctions : la fonction littéraire, la fonction scientifique et la fonction pédagogique. La fonction littéraire apporte la matière brute, témoigne, par la création, de l’occitanité, et ce, d’autant plus que les écrivains occitanistes se donnent pour mission de répercuter la voix du peuple occitan. Par la fonction scientifique, les occitanistes accèdent à la connaissance de l’occitanité et échafaudent l’action occitaniste. Par la fonction pédagogique, ils transmettent cette connaissance au peuple. La boucle est bouclée : on part d’un peuple qui s’ignore pour essayer d’arriver à un peuple qui sait, à qui l’on a restitué sa langue et sa culture. C’est donc une véritable stratégie de reconquête qui est élaborée.

  • 10 Voir Occitania 31, « Amis d’Occitania. Ce que nous sommes ».

27Cependant, ce plan ne pouvait fonctionner que si le malentendu qui subsistait entre les deux générations était levé. En effet, la génération des années 1930 avait modelé son occitanisme en fonction des exigences imposées par le climat de l’après-guerre alors que la génération de 1945 ne dissocie pas ce climat de l’occitanisme qui en résulte. Celle-ci va donc accentuer le caractère antinationaliste de l’occitanisme produit par l’IEO, anti-nationalisme qui, dans la pratique, se résout en nationalisme français. La génération des années 1930 peut dire : « Nous ne reconnaissons pas d’autre patrie que Auvergne, Béarn, Catalogne, Languedoc, Limousin, Gascogne, Provence, provinces de l’Occitanie, union idéale de nos patries10. » La génération de 1945 ne le peut plus. « Le moment est patriotique français. Ce patriotisme est au cœur de la pensée d’un jeune mouvement issu de la Résistance. Il est de l’ordre du réflexe. Personne ne saurait le remettre en question » (Lafont 1974 : 255). Ce patriotisme se répercute sur l’idéal de gauche de la jeune génération, idéal patriotique français, et non occitan. Le fédéralisme de Camproux semble donc, à terme, condamné d’autant plus qu’un courant de droite, symbolisé par Robert Schuman, cherche à fédérer politiquement l’Europe. Aussi devant l’alternative hexagonale, fédéralisme de droite - idéal de gauche non fédéraliste, la jeune génération en arrive à sacrifier le fédéralisme occitan sans chercher à le réactualiser dans une perspective de gauche et sans esquisser la moindre critique politique, dans un sens occitaniste, du fédéralisme de Camproux.

28On se rend compte à quel point la Seconde Guerre mondiale a pu bouleverser le jeu occitaniste. L’incapacité du mouvement occitan à participer, en tant que tel, à la résistance active, l’a rendu quasiment dépendant de la situation hexagonale. Le patriotisme français et un idéal de gauche ne pouvant s’exprimer que dans le sillage des partis politiques hexagonaux ont réduit à néant l’occitanisme politique. Ce n’est qu’avec le mouvement de décolonisation et notamment la guerre d’Algérie puis, plus tard, avec la grève des mineurs de Decazeville qu’il retrouvera voix au chapitre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abrate Laurent, 2001. Occitanie 1900/1968 – des idées et des hommes : l’émergence de l’histoire de la revendication occitane. Puylaurens, Institut d’estudis occitans.

Boussac André, 1941. « Le maréchal Pétain et la langue d’oc », Terra d’Oc, suppl. au n° de février 1941.

Camproux Charles, 1935. Per lo camp occitan. Narbonne, Lombard.

Char René, 1967 [1948]. Fureur et mystère. Paris, Gallimard.

Lafont Robert, 1974. La revendication occitane. Paris, Flammarion.

Notes

1 « Tout ce qui n’est pas de la langue, il faut s’en méfier. »

2 Entrevue Camproux du 13 juin 1983.

3 Voir Camproux (1935). « L’esprit de respect, esprit né sur nos terres il y a quelques siècles, veut l’amitié de tous dans la liberté de tous : c’est essentiellement l’esprit du peuple d’oc, du paysan comme de l’ouvrier, jaloux de son indépendance et se moquant de dominer qui que ce soit, pourvu que personne ne veuille le dominer. »

4 Ibid. « Garder et organiser les faits sans vouloir aller contre » ; « Tous les faits, passés, présents, à venir, dans toutes ses formes et tous ses développements. »

5 Voir Occitania 17 (juillet 1935). « De quelle couleur sera la révolution méridionale ? » Le journal répond aux critiques adressées par quelques auteurs à l’encontre de l’article du même nom publié par G. Reboul dans le n° 16 (7 juin 1935). « Nous avons dit ici et plus d’une fois, que le séparatisme, nous ne le comprenions pas et nous avons toujours pensé que le fédéralisme occitan, était à la fois, la condition de l’existence de notre patrie d’oc, de l’État français et de la nouvelle France... Seulement si le fédéralisme est l’ennemi du séparatisme, il est, également, ennemi du centralisme impérialiste. »

6 Très nombreuses furent les revues occitanistes à publier le message in extenso. Parmi celles-ci, Trencavel 46 (octobre 1940) ; FE 7 (octobre 1940) ; Terra d’Oc 10 (octobre 1940) ; Lo Gai Saber 240 (juillet-août 1951).

7 « Associé d’honneur ».

8 Voir Oc (automne 1942).

9 Voir Oc (1945), « Institut d’Estudis Occitans », « entend servir la culture occitane comme valeur humaine, source de richesses pour la France et pour l’humanité ».

10 Voir Occitania 31, « Amis d’Occitania. Ce que nous sommes ».

Auteur

Institut d’études occitanes

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search