Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

II. Régions

La folklorisation félibréenne de la Provence : l’exemple de Marcel Joannon, dit Marcel Provence

Marie-Hélène Guyonnet

Texte intégral

  • 1 Ancienne appellation du département des Alpes-de-Haute-Provence.
  • 2 École littéraire fondée en 1854 par Frédéric Mistral pour la renaissance de la langue et de la cul (...)

1La création par Frédéric Mistral à Arles, en 1896, du Museon Arlaten est le point de départ, en Provence, d’initiatives muséographiques et folkloriques qui atteignent un apogée dans la période de l’entre-deux-guerres, en même temps que les idéologies régionalistes qui les animent. En 1935, on compte une quinzaine de musées d’histoire et d’ethnographie locales répartis dans les départements des Bouches-du-Rhône, où ils sont le plus nombreux, du Var, du Vaucluse, des Basses-Alpes1 et des Alpes-Maritimes. Entre 1936 et 1945 trois nouveaux musées voient le jour, dont deux sous le gouvernement de Vichy. La plupart de ces musées ont été créés dans la mouvance du félibrige2, et prennent pour modèle le Museon Arlaten. Par exemple, les musées félibréens privilégient un statut privé et sont gérés par des comités ad hoc proches du félibrige (Comité du vieux Martigues, du vieux Salon, du vieux Marseille, etc.), selon le modèle mis en place au Museon Arlaten par Frédéric Mistral lui-même.

2La recherche en matière de folklore connaît un engouement plus mesuré. Néanmoins, plusieurs disciples de Mistral s’attachent à perpétuer la Provence du poète, littéraire et idéalisée, par des travaux qui font une large part à la transfiguration, voire à l’invention du réel. Dans les années 1920, le marquis Folco de Baroncelli-Javon crée de toutes pièces les traditions taurines camarguaises. À peu près à la même époque, le félibre Joseph Fallen invente la coutume dite des treize desserts du repas de Noël (Brégeon-Poli 1995). En vérité, l’hégémonie félibréenne dans le champ du folklore provençal et de sa muséographie fait obstacle à l’émergence de travaux ethnographiques relevant d’une approche véritablement scientifique. Dans le tome III de son Manuel de folklore français publié en 1937, Arnold Van Gennep souligne cet aspect dans les termes suivants :

« [...] il n’y a pas un dixième du territoire provençal qui ait fait l’objet d’enquêtes folkloriques sérieuses. Les démarquages sont en grand nombre ; les arrangements prétendus littéraires ou poétiques sont la règle » (Van Gennep 1998 [1937-1958]).

3Admirateur de Mistral, membre du félibrige, Marcel Provence (1897-1951) est une figure majeure du régionalisme provençal de l’entre-deux-guerres. Il est à l’origine d’une œuvre foisonnante et hétéroclite. Passionné d’histoire, de folklore et de muséographie, Marcel Provence centre ses travaux sur le pays d’Aix et la haute Provence (Basses-Alpes) où il fonde quatre musées, dont trois existent encore. Défenseur de l’artisanat local, il « ressuscite » la tradition des santons d’argile et relance l’industrie de la faïence à Moustiers-Sainte-Marie. Propagandiste de talent, il collabore à de nombreuses revues régionalistes, dont Le Feu, édité à Aix-en-Provence. C’est par ailleurs un militant régionaliste omniprésent, membre ou correspondant de toutes les instances culturelles régionalistes, tant locales que nationales : académies, sociétés savantes, écoles félibréennes, groupes folkloriques, Comité des travaux historiques, Fédération régionaliste française, etc. Il est lui-même à l’origine d’institutions de ce type, telle l’Académie de Moustiers, qu’il fonde en 1929, ou encore l’Amicale des musées régionalistes de Provence, créée en 1935.

4La multiplicité des activités de Marcel Provence trouve sa raison d’être dans ses engagements militants : il se consacre, en effet, à mettre en œuvre les préceptes de la doctrine régionaliste au plan culturel mais aussi aux plans économique et politique. À cet égard, Provence prend très tôt ses distances avec le régionalisme « sentimental » que cultivent les félibres. Dans un article publié en 1913, il ironise sur celui-ci :

« Certes, nous n’avons pas nos pareils pour danser la farandole, chimer (déguster) le vin de Crau, de Châteaurenard ou de Palette, dire des vers et chanter des chansons ; mais précisons-nous assez nos revendications ? [...] Le félibrige groupe des notaires, des ecclésiastiques, des instituteurs, des érudits ; le régionalisme a beaucoup plus d’industriels, d’ingénieurs, de médecins, hommes naturellement capables de plus d’action » (Provence 1913).

5Provence se démarque du milieu félibréen à d’autres égards. Ainsi se montre-t-il attentif aux évolutions que connaissent la science du folklore et la muséographie régionaliste dans les années 1930 : il s’oppose ainsi à la plupart des félibres qui demeurent hostiles aux influences extérieures à leur mouvance, a fortiori lorsqu’elles émanent de l’administration centrale. Marcel Provence admire Arnold Van Gennep dont il diffuse l’œuvre et dont il adopte les méthodes d’enquête. Il s’intéresse à la création du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP) et prend contact, dès 1936, avec l’équipe de Georges Henri Rivière. En 1939, il devient l’un des correspondants du MNATP. Provence est en effet convaincu de l’importance des musées locaux et régionaux dans la promotion des régions. Il est lui-même à l’origine de la création, entre 1929 et 1932, de quatre musées : un musée d’ethnographie et d’histoire locales à Aix-en-Provence – le musée du Vieil Aix –, un musée d’archéologie à Riez – le Musée lapidaire –, un musée d’« arts appliqués » sur la faïence de Moustiers, dans le village du même nom, enfin, un musée ethnographique à Castellane, dont l’existence fut de courte durée. Dans un article publié en 1934, Marcel Provence expose ses conceptions en matière de muséographie régionaliste à partir de l’exemple des musées d’arts appliqués.

« Nous souhaitons, écrit-il, de voir dans chaque région, à défaut d’un musée d’arts appliqués, une salle réservée [aux arts appliqués] soit dans un musée d’arts décoratifs anciens, soit dans un musée de folklore. » Il ajoute : « Il faudrait dresser une carte des musées de cet ordre en France [...] et préparer une organisation générale pour le pays. Vingt-cinq musées ou salles d’arts appliqués en France, voilà quel devrait être notre but » (Provence 1934).

6En 1935, Marcel Provence fonde l’Amicale des musées régionalistes de Provence, dont le but affiché est de « servir l’action régionaliste ». Il s’agit, en l’espèce, d’intégrer à l’espace provençal les régions en marge de la Provence rhodanienne par le biais de leurs musées d’ethnographie et d’histoire locales (à l’exception du Museon Arlaten). L’Amicale réunit des musées des départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse ainsi que des départements du Var, des Basses-Alpes et du Gard, lesquels, à cette époque, ne se revendiquaient pas spontanément comme provençaux.

7À partir de 1936, Marcel Provence cherche à approcher l’équipe qui œuvre à l’élaboration du futur MNATP. Informé d’une initiative d’André Varagnac pour constituer un pôle de recherche sur le folklore au sein de la faculté des lettres d’Aix, Marcel Provence écrit aussitôt à ce dernier et se présente en ces termes :

  • 3 Lettre à André Varagnac, 31 mars 1946, fonds Marcel Provence, musée Arbaud.

« Depuis 24 ans, je travaille à mettre sur pied un folklore de Provence. J’ai achevé à peu près l’enquête en haute Provence, Basses-Alpes. Je la donne par tranche à la TSF poste de Marseille-Provence et ai fait plusieurs communications sur mon travail aux académies de Marseille et d’Aix3. »

  • 4 Texte dactylographié, 1937 (?), fonds Marcel Provence, musée Arbaud.

8En vérité, nous allons le voir, son enquête en haute Provence est loin d’être achevée. Dans un texte dactylographié que l’on peut dater de 1937, Marcel Provence salue la création d’un organisme regroupant les « recherches folkloriques » (sic) et se réjouit de la nomination à sa direction de Georges Henri Rivière « déjà conservateur du MNATP », lequel lui aurait assuré de vive voix (« nous le tenons de sa bouche ») que ce « département ne sera pas un organe centralisateur. Bien au contraire il laissera aux folkloristes des terroirs la plus large et la plus utile liberté pour leur travaux4. » Dans le même temps, Provence collabore aux grandes expositions régionalistes organisées à Paris, comme celle sur les vieilles danses de France en 1936 et, bien sûr, l’Exposition internationale de 1937 où, dans le cadre du Centre régional, il représente pour la région Provence le département des Basses-Alpes. À partir de cette époque, Rivière et Provence entretiendront des relations courtoises qui dureront jusqu’à la mort de ce dernier en 1951. Marcel Provence sera l’un des membres du Comité du musée de terroir de Barbentane (musée de la Farandole) créé par Georges Henri Rivière en 1938, musée qui ne vit jamais le jour.

  • 5 Archives du MNATP.
  • 6 Bertrand (1995). Dans son article, toutefois, Régis Bertrand ne fait pas référence à cette corresp (...)

9Parallèlement à ses réalisations muséographiques et à sa carrière de conservateur, Marcel Provence veut entreprendre une œuvre folklorique pionnière sur la haute Provence (Basses-Alpes), région rurale dont il pense qu’elle est un conservatoire des traditions, et qu’il choisit, dès les années 1920, comme « terre de mission » (au sens évangélique du terme, c’est-à-dire à ramener dans le giron de la Provence et dont il convient de « ressusciter » le folklore). Alors qu’il publie, au début des années 1930, ses premiers travaux sur le folklore du haut pays provençal (vallée de l’Ubaye), Marcel Provence découvre ceux d’Arnold Van Gennep. Van Gennep, qui cherche des informateurs pour cette partie des Alpes, sollicite la collaboration de Provence. La correspondance épisodique5 échangée par les deux hommes, entre 1932 et 1938, et qui porte sur les difficiles avancées de leur enquête réciproque, corrobore l’hypothèse avancée par l’historien Régis Bertrand : Marcel Provence caressait l’idée de réaliser pour la haute Provence une œuvre folklorique de la portée de celle de Van Gennep pour les Alpes et le Dauphiné6. Après que Van Gennep lui eut fait parvenir ses publications, Provence, dans une lettre datée du 28 février 1933, lui exprime son enthousiasme en ces termes : « Merci de votre bel envoi, je l’ai dévoré ! Vous avez élevé une œuvre considérable [...] Je vous ferai un article à L’Éclair et des notes diverses dans nos journaux des Alpes. »

10Dans un courrier du 24 juillet 1935, Provence informe Van Gennep de son intention d’adopter sa méthode d’enquête, tout en exprimant sa réserve quant à sa problématique :

« Oui, écrit-il, j’amorce un travail dans les Basses-Alpes et utilise votre méthode (si ce n’est l’esprit même car je crains de ne pas être d’accord en tout et avec tout). Mais je rendrai toujours hommage à votre œuvre d’initiateur. »

11Il n’en dit pas plus sur ses divergences avec le « Cher Maître », mais, peu après, la collaboration entre les deux hommes tourne court : Provence se rapproche du MNATP et ses travaux sur les Basses-Alpes entrent en sommeil. Il faudra attendre 1942 pour que Marcel Provence, dans le cadre de la Commission de propagande régionaliste des Basses-Alpes créée par Vichy, et dont il est membre, relance son enquête à grande échelle. Par le biais du Bulletin de l’enseignement public, il envoie à 245 communes du département un questionnaire inspiré de celui de Van Gennep. Il en fait une analyse partielle et sommaire dans une série d’articles intitulés « La vie de l’homme en haute Provence », publiés dans le Bulletin de la société scientifique et littéraire des Basses-Alpes, entre 1942 et 1943. Toutefois, ni les réponses au questionnaire, ni les 2 000 fiches élaborées par Provence à partir de celles-ci n’ont été retrouvées à ce jour.

12L’arrivée au pouvoir en 1940 du maréchal Pétain, défenseur du régionalisme et admirateur de Mistral, comble les espoirs du militant fédéraliste attaché au thème de l’authenticité du monde paysan. Idéologiquement proche de Barrès, vénérant l’œuvre pionnière de Mistral, Marcel Provence adhère aux idéaux de la Révolution nationale et prend une part active à la construction de la « province de Provence ». En particulier, il s’engage dans l’initiation au folklore de la jeunesse. « Disons-nous bien que nous n’arriverons à rien si nous n’avons pas la jeunesse en main », déclare-t-il dans un article paru dans L’Écho des provinces (Provence 1942a). Favorable au retour à la terre, il invite les jeunes apprentis de la Mission de restauration paysanne à adopter les loisirs sains qu’offrent le folklore et les fêtes locales (danses folkloriques, veillées, bravades, rites de la Saint-Jean, pastorale, etc.). Il exhorte l’apprenti paysan en ces termes : « Intègre-toi dans la trame terrienne, qui n’est pas faite du seul labeur quotidien, mais aussi des joies dominicales, des jeux, courses, rites et usages » (Provence 1942b).

  • 7 « Discours de Marcel Provence pour la réouverture du musée Lapidaire de Riez », août 1942, archive (...)

13Marcel Provence accumule titres et fonctions dans les organismes mis en place par Vichy, liés à l’éducation et au folklore : éducateur aux Chantiers de jeunesse et aux Écoles de cadres, membre (président ?) du Comité de propagande régionaliste des Basses-Alpes, délégué régional du Comité national du folklore pour la Provence, etc. Toutefois, dans le discours qu’il prononce à l’occasion de la réouverture, en août 1942, du musée Lapidaire de Riez, Marcel Provence laisse paraître son trouble : « Dans le vacillement de tant de doctrines, [dans] l’ébranlement douloureux de la patrie, puisons une leçon de confiance dans la résistance de ces architectures qui ont moqué les siècles. » Plus loin, il exprime son tourment en ces termes : « Depuis vingt siècles [la Provence] vit sa vie dans l’intrépidité de son âme. Ne doutez jamais d’elle quand vous vous sentirez inquiet, irrésolu, vacillant, angoissé même [...]7. »

  • 8 Marcel Provence, Lettre à Joseph d’Arbaud, 7 décembre 1911, bibliothèque Méjanes.
  • 9 Georges Henri Rivière, Journal d’activité no 46-5-1. Mission d’inspection Lyon, Saint-Étienne, Bea (...)

14Plusieurs éléments et indices plaident en faveur d’un progressif revirement politique de Provence. Citons en particulier son antigermanisme foncier – dès 1911 il déclarait à Joseph d’Arbaud : « Nous sommes [...] contre la culture allemande, contre le commerce allemand8 » –, antigermanisme qui est une des raisons de son éloignement de Maurras. En outre, il constate que la régionalisation, qui se voulait un axe majeur de la Révolution nationale, est un leurre. Provence ne sera pas inquiété à la Libération – contrairement à Fernand Benoît, le conservateur du Museon Arlaten –, et il conservera ses fonctions de conservateur des musées du Vieil Aix et des Tapisseries. En 1946, Provence accueille dans les trois musées dont il a la charge à cette époque, Georges Henri Rivière, Jean Vergnet Ruiz et Guy Gaudron, lors de leur mission d’inspection des musées du sud-est de la France. Au sujet du musée du Vieil-Aix, dont les collections ont été constituées par Marcel Provence, Georges Henri Rivière note dans son Journal d’activité : « Inventaire à peine esquissé. Conservation physique suffisante pour le moment. [...] Exposition nullement thématique, encombrée (pas de réserve) et confuse9. » Sur les conseils de Rivière, Provence se résoudra à alléger la présentation de certaines salles.

  • 10 Marcel Provence, « Musées et bibliothèques. La réforme des musées de province », 6 juin 1946, arch (...)

15Marcel Provence s’est voulu un collaborateur éclairé du MNATP, tout en exerçant la plus grande vigilance en ce qui concerne l’autonomie des musées régionaux et de la recherche « folklorique ». À cet égard il ne baissera jamais la garde. C’est ainsi que la réforme de la Direction des musées de France de 1945 (musées classés et contrôlés) suscite chez lui les plus vives critiques. Dans un article consacré à cette réforme, il note d’emblée : « Il y a centralisation, ce n’est pas douteux. » Après avoir évoqué l’esprit du projet et proposé des mesures pour améliorer la prise en compte des acteurs régionaux, il insiste : « La commission des musées de province a seize membres dont un seul est provincial10. »

16En revanche, son ambition d’élaborer une œuvre savante pionnière en matière de folklore se solde à de nombreux égards par un échec. Ses travaux folkloriques sont disparates et, sauf exception, laissent une large part à la compilation et à la (ré)interprétation. L’expression qu’utilise Marcel Provence dans sa lettre à Varagnac – « Je travaille à mettre sur pied un folklore de Provence » – nous paraît refléter toute l’ambiguïté d’un projet voué avant tout à l’élaboration d’un corpus de traditions codifiées illustrant le particularisme de l’« âme » provençale. Pour cette raison, et malgré son indépendance d’esprit, son intuition et son ouverture à la science folklorique naissante, Marcel Provence ne saura rompre ni avec les paradigmes de l’époque, ni avec la filiation mistralienne et l’influence félibréenne.

17Les publications de Marcel Provence sur le folklore ont fait l’objet d’une évaluation, notamment par Van Gennep. Dans une de ses chroniques au Mercure de France, celui-ci livre son point de vue (Van Gennep 2001 [1905-1949]). Par exemple, il critique l’interprétation que donne Provence des chivaus frus (chevaux fringants) – une survivance des anciens centaures-, ou encore relève l’influence de Mistral dans son analyse du symbolisme des danses provençales. Plus généralement, Van Gennep note : « L’autorité la moins bonne de toutes, mais à laquelle par patriotisme sans doute Marcel Provence revient toujours, est Mistral. » Récemment, l’historien Régis Bertrand, dans un article du catalogue de l’exposition, Un fou de patrimoine : Marcel Provence, où il analyse certains écrits sur le folklore, souligne l’influence de la « mythologie des mainteneurs d’antan » (Bertrand 1995). Nous conclurons avec lui : « L’œuvre de Marcel Provence [...] n’est à l’évidence point celle d’un savant mais d’un pédagogue régionaliste, d’un "propagandiste" félibréen » (ibid.).

Bibliographie

Références bibliographiques

Bertrand Régis, 1995. « Marcel Provence, historien et ethnographe provençal », in Un fou de patrimoine, Marcel Provence, catalogue d’exposition. Barcelonnette, Sabença de la Valeia.

Brégeon-Poli Brigitte, 1995. « Va pour treize ! La tradition des desserts de Noël en Provence », Terrain 24 : 145-152.

Provence Marcel, 1913. « Lettre de Provence. Félibrige et régionalisme », in Le Feu, tome I, Aix-en-Provence : 1253-1256.

— 1934. Les musées d’arts appliqués dans les régions de France, rapport du Congrès des Arts appliqués. Nice-Gap.

— 1942a. « Jeunesse. L’initiation de la jeunesse au folklore », Écho des provinces, mai-juin.

— 1942b. « Jeunesse aux domaines sans ennui ou les conseils de Marcel Provence aux apprentis MRP de Provence », Notre Épi, revue de la Mission de restauration paysanne 3, décembre.

— 1942 et 1943. « La vie de l’homme en haute Provence », Bulletin de la Société scientifique et littéraire des Basses-Alpes 183 et 184.

Van Gennep Arnold, 1998 [1943-1958]. Le folklore français. Tome III : Cycle des douze jours, de Noël aux Rois. Paris, Robert Laffont.

— 2001 [1905-1949]. Chroniques de folklore d’Arnold Van Gennep, Recueil de textes parus dans le Mercure de France. Textes réunis et préfacés par Jean-Marie Privat. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Notes

1 Ancienne appellation du département des Alpes-de-Haute-Provence.

2 École littéraire fondée en 1854 par Frédéric Mistral pour la renaissance de la langue et de la culture d’oc.

3 Lettre à André Varagnac, 31 mars 1946, fonds Marcel Provence, musée Arbaud.

4 Texte dactylographié, 1937 (?), fonds Marcel Provence, musée Arbaud.

5 Archives du MNATP.

6 Bertrand (1995). Dans son article, toutefois, Régis Bertrand ne fait pas référence à cette correspondance.

7 « Discours de Marcel Provence pour la réouverture du musée Lapidaire de Riez », août 1942, archives Marcel Provence, musée Arbaud.

8 Marcel Provence, Lettre à Joseph d’Arbaud, 7 décembre 1911, bibliothèque Méjanes.

9 Georges Henri Rivière, Journal d’activité no 46-5-1. Mission d’inspection Lyon, Saint-Étienne, Beaucaire, Tarascon, 1946, archives du MNATP.

10 Marcel Provence, « Musées et bibliothèques. La réforme des musées de province », 6 juin 1946, archives du MNATP.

Auteur

Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search