Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

II. Régions

La mission du musée national des Arts et Traditions populaires à Barbentane (Bouches-du-Rhône), en novembre 1938

Laurent Sébastien Fournier

Texte intégral

1Nous évoquerons ici un ensemble de faits mal connus, quoique bien documentés sur le plan archivistique. Ces faits se rapportent à une mission de prospection menée par le musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), à Barbentane, en 1938, et à ses conséquences : participation à l’Exposition universelle de New York en 1939 et préfiguration inachevée d’un musée de terroir paysan.

2L’interrogation porte à la fois sur le fonctionnement du MNATP à l’époque de sa création, sur la manière dont les muséographes travaillaient en articulant collecte, recherche, projet d’exposition et projet de musée, ainsi que sur le contexte historique et culturel de la mission. Nous présenterons d’abord le cadre de la recherche, puis nous rendrons compte des raisons du choix du village de Barbentane, enfin nous décrirons les étapes de la mission elle-même.

Enquêter sur une enquête

  • 1 Au MNATP, du 22 novembre 2000 au 24 février 2001 (commissaires : Jacqueline Christophe et Marie-Fr (...)
  • 2 Sur la farandole, voir Lancelot (1973) et Duflos-Priot (1995).

3En 2000-2001, l’exposition « Les coursiers de la Saint-Éloi, une fête en Provence »1 attirait l’attention sur une mission menée en novembre 1938, dans les Bouches-du-Rhône, par les fondateurs du MNATP. Cette mission avait permis de préparer un musée local consacré à la farandole2 et destiné à être présenté à l’Exposition universelle de New York.

  • 3 Nous remercions ici Marie-France Gueusquin pour ses conseils précieux.

4Mais l’exposition de 2000-2001 donnait plus de renseignements sur la nature du travail effectué en 1938, que sur ses implications au regard de l’histoire culturelle de l’époque considérée. Et si l’ouvrage de l’ethnologue Marie-France Gueusquin (2000), publié à l’occasion de l’exposition, offrait une belle description des rites et des traditions du pays d’Arles, il ne présentait pas l’histoire de la découverte de ces rites3, sur laquelle nous reviendrons ici.

  • 4 Les recherches ont été menées aux archives des Musées nationaux, aux archives municipales de Barbe (...)
  • 5 Nous sommes redevables à Jacqueline Christophe d’avoir bien voulu nous guider à travers l’ensemble (...)
  • 6 Voir en particulier les séances du 22 décembre 1938, du 14 mars et du 13 juin 1939, Revue de folkl (...)
  • 7 Le projet est brièvement évoqué dans Busquet et Benoît (1946).

5Les sources écrites ne mentionnent généralement pas le musée préfiguré en 1938 à Barbentane. Ni les monographies locales (Turrier 1939 ; Jarno et Linsolas 1981 ; Rey 1993), ni la Revue d’Arles (1941-1943) n’en parlent. Quant au bulletin paroissial local L’Écho de Barbentane, sa parution est interrompue de septembre 1938 à 1947. Dans les archives, de même, peu de renseignements concernent la mission de prospection elle-même4. Seul le MNATP a conservé une documentation sur l’Exposition de New York, au travers de laquelle sont évoqués l’enquête de Barbentane et le projet de musée5. Pour obtenir des renseignements supplémentaires, il faut dépouiller les chroniques périodiques de la Société de folklore français6, ou se fier à de rares mentions dans des publications plus générales7.

6Pour reconstituer les faits, nous avons donc fait appel à la mémoire orale de la population barbentanaise, lors d’enquêtes menées en 2002 et en 2003.

  • 8 Les archives du MNATP (Pochette « ATP Musée-1939 – mai – New York ») ne parlent pas du Normandie m (...)

7Dans les entretiens, la version la plus répandue prétend que le projet a été abandonné parce que les objets du musée ont été perdus « dans le naufrage du Normandie ». Mais cette explication est contredite par les sources écrites, qui montrent que le musée a bien été exposé à New York8. Mieux encore, nous savons que les objets bloqués aux États-Unis pendant la guerre sont revenus ensuite en France, réactivant le projet du musée de Barbentane, entre 1945 et 1958.

8Nous avons même retrouvé à Barbentane quelques traces matérielles du projet : cinq cartes postales éditées par le musée, cinq panneaux didactiques ornés d’agrandissements de photographies de Marcel Maget, un tableau représentant des farandoleurs, des cahiers rédigés par un collaborateur local du projet, et même un livre d’or ouvert en 1946 et signé de la main de Georges Henri Rivière.

9Au-delà de ces rares renseignements, une étude du contexte politique et religieux nous a appris que Barbentane, située au cœur de la « Vendée provençale », était un fief notoire de l’Action française, à tel point que Charles Maurras fut parfois appelé le « pape de Barbentane ».

10Sur ces bases, sans chercher à retracer le devenir complexe du projet, le travail le plus urgent nous a paru être de reconstituer les étapes de la mission de prospection, depuis le choix de la localité de Barbentane jusqu’à la mise en œuvre de la collecte.

Barbentane : les raisons d’un choix

  • 9 Bout de Charlemont (1889) et Fontaine (1979 [1854]).

11Les danseurs-farandoleurs de Barbentane avaient déjà été valorisés au XIXe siècle. Invités aux fêtes du soleil en 1886 au palais de l’Industrie, ils avaient contribué à exporter les fêtes mistraliennes à Paris (Clébert et Aoun 2001 : 182-183). De plus, le village de Barbentane lui-même avait été plusieurs fois décrit par des érudits9, et les gravures d’Albert Robida en avaient fait connaître les monuments et l’intérêt architectural. Enfin, Alphonse Daudet avait associé le village et la farandole en l’évoquant dans un conte, « Barbentane, pays des danseurs fameux ».

  • 10 Sur ce musée, voir Collet (1987).

12À ces causes indirectes du choix de Barbentane s’ajoutent des raisons plus directes, qui apparaissent après la présentation du musée de terroir paysan de Romenay10 à l’Exposition internationale de Paris de 1937.

  • 11 C’est la partie déjà opérationnelle du MNATP.
  • 12 Chambres d’agriculture, série E « Faits et documents », 9e année, E4, 20 juin 1938 : E54-E55.

13En mars 1938, un article de Georges Henri Rivière tire les leçons de l’expérience de Romenay (Rivière 1938) et généralise la formule du musée de terroir paysan. Il donne des conseils très explicites et appelle tous les villages de France à constituer des musées sur ce modèle. Ensuite, en juin 1938, l’Office de documentation folklorique11 publie un appel intitulé « Rallumons les feux de la Saint-Jean »12 pour susciter la relance des coutumes locales et encourager la recherche folklorique.

  • 13 Texte publié in Folklore paysan 4, 1e année : E66-E67.
  • 14 Lettre de Gaston Gautier à Georges Henri Rivière, service historique du MNATP, Ms 43-251-5, f. 492
  • 15 Lettre de Georges Henri Rivière à Gaston Gautier, service historique du MNATP, Ms 43-251-5, ff. 49 (...)

14En réponse à cet appel, Gaston Gautier, directeur de l’association barbentanaise de farandoleurs « La Farandole provençale », envoie au MNATP une rédaction intitulée « Les feux de la Saint-Jean à Barbentane en Provence13. » Dès le 24 juin 1938, il écrit à Georges Henri Rivière14 et lui fait part de son intention de constituer « un petit musée folklorique ». Georges Henri Rivière lui répond, le 9 juillet 1938, qu’il compte faire publier sa rédaction dans la revue Folklore paysan15, et le renseigne sur l’exemple de Romenay. Il précise encore :

« Je vous conseille dès à présent de vous développer spécialement sur la farandole. Vos farandoles sont justement réputées (sic) et votre petit musée donnerait une note nouvelle auprès de votre illustre voisin le Museon Arlaten. »

15Il propose lui-même le titre de « musée de la Farandole », et estime que le musée devrait faire aussi office de centre d’accueil touristique. Des subventions pourraient être sollicitées auprès du syndicat d’initiative, à la mairie, à la Direction générale des beaux-arts, au Touring club de France et à la Société des amis des musées de France.

16Ces contacts permettent d’expliquer pourquoi Georges Henri Rivière pensera à proposer le village de Barbentane lorsqu’il sera question de représenter la France à l’Exposition internationale de New York. Cette décision est prise entre le 26 août et le 4 septembre 1938, si l’on en croit la presse. Le 26 août 1938, le journal Vendredi titre « La France à l’Exposition internationale de New York ». Cette World’s fair, organisée pour le 150e anniversaire du gouvernement fédéral des États-Unis, attend 50 millions de visiteurs autour du thème Building the world of tomorrow. Au pavillon français, le tourisme, l’art, le luxe, l’élégance, la gastronomie, sont mis en scène. C’est au sein de ce projet grandiose moderniste, qui coïncide avec le 150e anniversaire de la Révolution française, que la section française de l’Exposition devra :

  • 16 Sur l’Exposition universelle de New York, on consultera : Building the World of Tomorrow (1939) ; (...)

« Installer, avec la collaboration de Georges Henri Rivière, un musée rural semblable à celui de Romenay qu’on vit au Centre rural de l’Exposition de 1937. Et il ne reste plus, pour mener à bien ce projet, qu’à faire le choix d’un village français dont les Américains pourraient ainsi suivre graphiquement toute l’histoire démographique, agricole, ethnographique16. »

  • 17 Le petit Marseillais (4 septembre 1938).

17Le 4 septembre 1938, le choix est arrêté puisque Georges Henri Rivière et Henri Barbeau, secrétaire général du pavillon français à l’Exposition de New York et membre de la Commission nationale des arts et traditions populaires, se rendent à Barbentane en visite officielle17. Au retour de cette première prospection, Georges Henri Rivière écrit au conservateur du Museon Arlaten, Fernand Benoît, pour le rallier à son projet. Sur le ton de la confidence, il propose :

  • 18 Nous remercions Dominique Séréna-Allier de nous avoir transmis deux lettres de Georges Henri Riviè (...)

« Nous nous arrangerions pour conserver à [Barbentane] un anonymat relatif à New York, ce qui nous permettrait de solliciter de vous le prêt de quelques objets qui feraient au Museon Arlaten, devant l’immense public de New York, une publicité inimaginable18. »

18À partir de ce moment-là, « le musée est en voie de création ». Fernand Benoît prêtera des objets et constituera un intérieur provençal.

La mission elle-même : les enquêteurs au travail

  • 19 Service historique du MNATP, JR 38-18-1 (37 p.) et JR 38-18-2 (10 p.).
  • 20 Service historique du MNATP, JR 38-18-3 (16 p.) et Carnet 2, spirale, fonds Maget, boite 31 (70 p. (...)
  • 21 Service historique du MNATP, Ms 45-236 B 42, ff. 361-373. Non datées et conservées séparément aux (...)

19Une fois le village de Barbentane choisi, les muséographes se mettent au travail en suivant la méthode monographique classique. Les carnets manuscrits des quatre enquêteurs permettent de suivre les recherches effectuées. Un premier journal de route19 est commun à Georges Henri Rivière, Marcel Maget et André Varagnac. Par ailleurs, Marcel Maget a laissé deux cahiers personnels supplémentaires20, et quelques feuillets rédigés par Guy Pison ont été conservés21. La mission comprend deux phases principales : le séjour de novembre 1938 et l’enquête complémentaire de Marcel Maget en décembre 1938.

  • 22 « La Farandole » est proche de l’Action française. En 1929, le père du directeur Gaston Gautier a (...)

20Les enquêteurs quittent Paris le jeudi 10 novembre 1938 au soir, en vue de créer le musée de Barbentane et de préparer le pavillon de l’Exposition de New York. Le 11 novembre au matin, ils rejoignent Barbentane où ils assistent à la commémoration de l’Armistice de 1918. Dans le cortège, les deux compagnies de farandoleurs de Barbentane, « La Farandole provençale » et « L’Hirondelle barbentanaise », défilent ensemble pour la première fois22. Les premiers contacts sont pris avec les informateurs, et le soir, un correspondant leur parle du bourrelier Mascle, qui fabrique à Maussane les harnachements de parade pour les fêtes de confréries.

21Le 12 novembre, la prospection se poursuit, puis Georges Henri Rivière part pour Marseille où il doit réaliser un plan d’étude des pêcheurs. Le dimanche 13 novembre a lieu la réunion constitutive du musée. Il s’agit de montrer aux États-Unis qu’un village français peut « progresser résolument », en créant à partir des cultures maraîchères de nouvelles sources de richesses, et « n’en demeurer que plus fidèle à ses traditions » (fêtes, farandoles, tauromachie, etc.). Il est décidé d’impliquer la noblesse locale. Après la réunion, Georges Henri Rivière rend différentes visites, notamment à Arles chez Fernand Benoît.

  • 23 Il comprend le marquis de Barbentane, la marquise d’Andigné, le curé, Fernand Benoît, Marcel Prove (...)

22Le 14 novembre, une entrevue « loyale et émouvante » est organisée par Georges Henri Rivière entre les membres de « L’Hirondelle » et ceux de « La Farandole ». Le comité d’honneur du musée est élaboré23. Georges Henri Rivière laisse ensuite à ses collaborateurs le soin de mener l’enquête. Le 15 novembre, Marcel Maget et Guy Pison s’intéressent à l’architecture rurale et relèvent les cotes des objets qu’ils rencontrent ou achètent. André Varagnac visite les archives et s’enquiert du carnaval à Barbentane. Les enquêteurs assistent aussi aux répétitions des farandoleurs.

  • 24 Service historique du MNATP, JR 38-23-3.

23Le 16 novembre, André Varagnac consulte l’ouvrage d’un érudit local sur l’histoire récente de Barbentane, se rend chez le notaire24, et se tient informé des rites festifs de la Saint-Éloi. La fête lui est décrite précisément et il confirme quelques-unes de ses hypothèses de recherche concernant les chars cultuels, les chevaux et les maréchaux-ferrants. Pendant ce temps, Marcel Maget et Guy Pison partent à vélo sous la pluie pour consulter le cadastre.

  • 25 Service historique du MNATP, fichier photographique (rubrique Bouches-du-Rhône, Barbentane).
  • 26 Le premier carnet (JR 38-18-3) présente un compte rendu synthétique. Le second carnet (carnet 2, s (...)

24Le jeudi 17 novembre, Guy Pison et André Varagnac s’en vont. Seul Marcel Maget reste sur place pour rassembler clichés25 et croquis26. Pendant les quelques jours qui lui restent, il tente une étude descriptive de l’outillage traditionnel et fixe sur la pellicule les pas de la farandole. Il s’intéresse aux houes à garance, à la fabrication du pain, au drapé des châles. Il collecte une équerre de carrier, une bêche (eissado), un araire, et d’autres outils agricoles dont il note phonétiquement les appellations. La semaine suivante, il photographie le marché aux primeurs, le jeu de boules, les costumes, et s’intéresse aux règles des jeux taurins. Il se rend encore à Maussane pour interroger le bourrelier et quitte Barbentane le vendredi 25 novembre.

  • 27 Lettre de Marcel Maget à Georges Henri Rivière, service historique du MNATP, JR 38-18-4.

25Le 24 novembre, il écrit une lettre à Georges Henri Rivière27 pour lui exposer les résultats de son travail. La plupart des outils agraires recherchés ont été retrouvés. Les Barbentanais présentent de « remarquables facultés d’adaptation aux exigences économiques » ; ils ont remplacé la culture de la garance par celle du grain et achètent des machines modernes.

  • 28 Service historique du MNATP, JR 38-23-1 et JR 38-23-2.

26La collecte, ainsi, est un succès. Une enquête complémentaire, menée en décembre 1938, finit de mettre en place le projet d’Exposition à New York. Elle est confiée à Marcel Maget, l’enquêteur le plus investi lors de la première mission. Il retourne à Barbentane, du 22 au 30 décembre 1938, et ramène quelques feuillets de notes supplémentaires28. Le lundi 26 décembre, il se rend à Aix et Marseille pour voir Marcel Provence et acquérir des santons pour le musée. Le 27 décembre, il informe Georges Henri Rivière que les Barbentanais sont déçus de ne pas le voir pour les fêtes. Le 28, il est de retour à Barbentane pour effectuer un relevé des salles de la mairie où le musée a prévu de s’implanter. Les objets, dit-il, seront mis en place en triant ceux qui sont destinés à New York. Le relevé des salles du musée se poursuit dans la matinée du 29, sachant que quelques objets seront envoyés plus tard.

  • 29 Lettre de Georges Henri Rivière à Gaston Gautier et Louis Pécout, service historique du MNATP, Ms (...)

27À cette époque, les farandoleurs barbentanais nourrissent l’espoir d’accompagner les collections de leur musée aux États-Unis. Georges Henri Rivière s’adresse à eux le 21 décembre 193829. Il lui est impossible de faire venir vingt personnes à New York, mais il écrit : « Votre activité conjuguée (sic) est peut-être la plus belle récompense de toute ma carrière de conservateur. J’y vois un encouragement très profond, une justification de notre œuvre. »

28On voit ici que la mission de prospection et la préfiguration du musée de terroir paysan de Barbentane relevaient autant, sinon plus, d’un projet d’action culturelle que d’une entreprise de conservation. Il conviendrait donc de s’intéresser désormais, en particulier, à l’Exposition qui ouvre ses portes le 30 avril 1939. Mais le transport des objets collectés jusqu’à New York, qui réserve la surprise d’un naufrage, ouvre sur des recherches dont le compte rendu excéderait le cadre de cet article.

Conclusion

29En présentant les raisons du choix de la commune de Barbentane par les enquêteurs, nous espérons avoir éclairé quelques façons de fonctionner de l’ethnologie du domaine français en 1938. Cette ethnologie est résolument orientée vers la modernité, et la mission de prospection se donne pour but explicite d’œuvrer au développement local et de favoriser le tourisme.

30Mais l’intérêt du dossier ne s’arrête pas là. Il permet de questionner la nature des liens qui unissent recherche, collecte, projet d’exposition et projet de musée permanent. À ce stade s’imposerait une description fine de ce qui fut présenté à New York, de ce qui accompagna la relance du musée après la guerre, et finalement de ce que le projet est devenu après la phase de la collecte. Il faudrait alors étudier les acteurs qui ont repris le projet dès 1943, et s’interroger sur ce qu’est devenu le musée de Barbentane.

31Ensuite, au-delà de cette reconstitution des faits, des recherches à venir devraient s’interroger sur les facteurs de succès ou d’échec relatif, de l’opération imaginée en 1938. Il faudrait alors insister sur le contexte historique et culturel du projet, peut-être en examinant l’influence de l’Action française, de l’action catholique qui s’affirme en réaction à l’Action française, et de l’action culturelle promue par le Front populaire, sur les motivations des différents acteurs en présence.

32Enfin, une étude précise de l’histoire des sociétés de farandoleurs et de leur rôle structurant pour la communauté mériterait d’être ébauchée, et l’ensemble du dossier gagnerait à être rapporté au cadre englobant de la Provence, de manière à mieux distinguer ce qui est propre à la « Vendée provençale » que symbolise souvent Barbentane et ce qui se rapporte au reste du pays d’Arles. Une telle approche susciterait des réflexions sur les manières dont les enquêteurs ont su articuler le plan de la monographie locale et le plan de l’étude régionale. Il faudrait alors rendre compte du fait que les pièces les plus remarquables de l’Exposition de New York (mobilier et tableaux du Museon Arlaten, harnachement de parade directement acquis par le MNATP) n’ont justement pas été celles du musée de Barbentane. Le propos serait alors de cerner les modalités exactes de la construction culturelle en Provence, et démontrerait que l’échelon monographique ne fut qu’un point d’appui qui masquait les préoccupations des chercheurs relatives à la localisation d’objets remarquables du patrimoine régional.

33Pour finir, il faudrait intégrer les faits décrits à une réflexion sur notre propre pratique d’ethnologue. Deux registres majeurs se dégagent alors : d’une part ce qui renvoie au temps long d’une enquête prolongée sur plusieurs générations, et d’autre part ce qui se rapporte à la nature des sources – essentiellement archivistiques – utilisables dans ce type d’enquêtes. La nature de notre enquête ethnologique, qui porte sur une enquête ethnologique précédente et sur l’organisation d’une exposition, comme la nature de nos sources, essentiellement archivistiques, semblent nous convier à réfléchir aux moyens de constituer à la fois des archives pour l’ethnologie et des archives pour l’exposition. De cette manière, nous garderons l’espoir que les clichés, les plans, les notes et la correspondance de nos ancêtres enquêteurs n’ont pas été conservés en vain et pourront servir, avec nos propres travaux, à étayer des recherches futures portant sur les processus de construction des identités culturelles et du passé.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bout de Charlemont Hippolyte, 1889. Notice historique sur Barbentane. Paris, L. Duc.

Building the World of Tomorrow, 1939. Official guide book of the New York Worlds Fair.

Busquet Raoul et Fernand Benoît (dir.), 1946. La Provence marseillaise et rhodanienne. Nice, Imprimerie de l’Éclaireur, Comité national du folklore.

Clébert Jean-Paul et Josiane Aoun, 2001. Les fêtes provençales. Genève, Aubanel.

Collet Isabelle, 1987. « Le monde rural aux expositions universelles de 1900 et 1937 », in Muséologie et ethnologie, Jean Cuisenier (dir.). Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux (RMN) : 100-139.

Document d’aide à la visite. 2000. Exposition temporaire « Les coursiers de la Saint-Éloi, une fête en Provence ». MNATP, du 22 novembre 2000 au 24 février 2001 (commissaires de l’exposition : Jacqueline Christophe et Marie-France Gueusquin).

Duflos-Priot Marie-Thérèse, 1995. Un siècle de groupes folkloriques en France. Paris, L’Harmattan.

Fontaine Sébastien, 1979 [1854]. Histoire pittoresque de La ville de Barbentane. Marseille, Laffitte Reprints.

France. Exposition internationale de New York 1939. 1939. Paris, Ateliers d’impression et de cartonnages d’art.

Gueusquin Marie-France, 2000. La Provence arlésienne, traditions et avatars. Arles, Actes Sud-Éditions de la RMN.

Jarno René et Henri Linsolas, 1981. Histoire de Barbentane. Nîmes, Presses du Castellum.

Lancelot Francine, 1973. Les sociétés de farandole en Provence et Languedoc. Thèse d’histoire sous la dir. de J. Greimas. Paris, École des hautes études en sciences sociales-Paris 1,

La participation française à l’Exposition internationale de New York 1939. 1939. S. l., Imprimerie Atlantique.

Rey Joseph, 1993. Barbentane, le temps retrouvé. Marguerittes, Équinoxe.

Rivière Georges Henri, 1938. « Le musée de terroir de Romenay », Folklore paysan, 9e année, 30 mars : 300-301.

Turrier Denys Marie, 1939. Essai sur les origines de la paroisse de Barbentane et de sa vie religieuse. Cavaillon, Imprimerie Mistral.

Notes

1 Au MNATP, du 22 novembre 2000 au 24 février 2001 (commissaires : Jacqueline Christophe et Marie-France Gueusquin).

2 Sur la farandole, voir Lancelot (1973) et Duflos-Priot (1995).

3 Nous remercions ici Marie-France Gueusquin pour ses conseils précieux.

4 Les recherches ont été menées aux archives des Musées nationaux, aux archives municipales de Barbentane, à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, à la sous-préfecture d’Arles, aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, aux Archives nationales, au service historique de la Marine à Toulon, au Centre des archives du monde du travail à Roubaix, à l’association French Lines du Havre.

5 Nous sommes redevables à Jacqueline Christophe d’avoir bien voulu nous guider à travers l’ensemble des fonds disponibles.

6 Voir en particulier les séances du 22 décembre 1938, du 14 mars et du 13 juin 1939, Revue de folklore français et de folklore colonial, 1939, tome X : 88-102 et 119-132.

7 Le projet est brièvement évoqué dans Busquet et Benoît (1946).

8 Les archives du MNATP (Pochette « ATP Musée-1939 – mai – New York ») ne parlent pas du Normandie mais font référence à des objets perdus dans le paquebot Paris, en rade du Havre le 18 avril 1939. L’exposition « Les coursiers de la Saint-Éloi, une fête en Provence » (Document d’aide à la visite, 2000 : 7) précise que les pièces « sont heureusement revenues de leur périple outre-Atlantique alors que d’autres pièces provençales n’ont pu regagner la France à cause du naufrage du Paris ».

9 Bout de Charlemont (1889) et Fontaine (1979 [1854]).

10 Sur ce musée, voir Collet (1987).

11 C’est la partie déjà opérationnelle du MNATP.

12 Chambres d’agriculture, série E « Faits et documents », 9e année, E4, 20 juin 1938 : E54-E55.

13 Texte publié in Folklore paysan 4, 1e année : E66-E67.

14 Lettre de Gaston Gautier à Georges Henri Rivière, service historique du MNATP, Ms 43-251-5, f. 492.

15 Lettre de Georges Henri Rivière à Gaston Gautier, service historique du MNATP, Ms 43-251-5, ff. 490-491.

16 Sur l’Exposition universelle de New York, on consultera : Building the World of Tomorrow (1939) ; France. Exposition internationale de New York 1939 (1939) ; La participation française à l’Exposition internationale de New York 1939 (1939).

17 Le petit Marseillais (4 septembre 1938).

18 Nous remercions Dominique Séréna-Allier de nous avoir transmis deux lettres de Georges Henri Rivière à Fernand Benoît (3 et 9 septembre 1938) conservées au fonds Benoît, palais du Roure, Avignon.

19 Service historique du MNATP, JR 38-18-1 (37 p.) et JR 38-18-2 (10 p.).

20 Service historique du MNATP, JR 38-18-3 (16 p.) et Carnet 2, spirale, fonds Maget, boite 31 (70 p. env.).

21 Service historique du MNATP, Ms 45-236 B 42, ff. 361-373. Non datées et conservées séparément aux archives du MNATP les enquêtes de l’architecte Guy Pison ont concerné les techniques des artisans carriers et des tailleurs de pierre. C’est lui qui a fait les relevés et dressé les plans du musée, à Barbentane, puis à New York.

22 « La Farandole » est proche de l’Action française. En 1929, le père du directeur Gaston Gautier a reçu l’extrême-onction malgré l’interdit de l’Église, ce qui a entraîné la fermeture momentanée de la paroisse de Barbentane. La « Farandole » a été fondée en 1930, peut-être à la suite de cet épisode. On retrouve ensuite Gaston Gautier comme collaborateur actif sous Vichy où il fondera un groupe folklorique (voir Revue d’Arles 5-6, juillet-août 1941 : 175, 189 ; 7, septembre 1941 : 200-201 ; 11, janvier-mars 1942 : 33-34 ; 16, janvier-février 1943 : 24). « L’Hirondelle », plus modérée, est « républicaine » et a été fondée avant 1914 (statuts déposés en 1925). C’est son directeur Louis Pécout qui reprendra le projet de musée après 1945.

23 Il comprend le marquis de Barbentane, la marquise d’Andigné, le curé, Fernand Benoît, Marcel Provence, Joseph Clamon (Académie provençale), Georges Henri Rivière, André Varagnac, Jean Charles-Brun, René Maunier, Marius Fayard (président de la Fédération des sociétés provençales).

24 Service historique du MNATP, JR 38-23-3.

25 Service historique du MNATP, fichier photographique (rubrique Bouches-du-Rhône, Barbentane).

26 Le premier carnet (JR 38-18-3) présente un compte rendu synthétique. Le second carnet (carnet 2, spiralé, fonds Maget, boite 31) contient des croquis et des notes prises au cours des entretiens.

27 Lettre de Marcel Maget à Georges Henri Rivière, service historique du MNATP, JR 38-18-4.

28 Service historique du MNATP, JR 38-23-1 et JR 38-23-2.

29 Lettre de Georges Henri Rivière à Gaston Gautier et Louis Pécout, service historique du MNATP, Ms 43-251-5, f. 489.

Auteur

Université Montpellier III

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540