Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

I. Objets et méthodes

Le Club des explorateurs français : des pratiques de plein air aux musées

Olivier Sirost

Texte intégral

1En juillet 1937, sont déposés les statuts du Club des explorateurs français. L’association regroupe les principales figures de l’exploration et de l’aventure en France. Ces figures héroïques s’inscrivent dans la recherche identitaire des États-nations en Europe (Lebovics 1995). Dans le contexte des échanges sur la culture de masse dans les années 1930, le Club des explorateurs est pris dans les mêmes débats que les politiques d’ouverture sur la culture muséologique (Rioux et Sirinelli 2002). Face aux bouleversements profonds liés à l’industrialisation et à l’urbanisation, la quête de nouveaux repères psychiques touche l’individu moderne (Corbin 1987), qui peut sans doute se reconnaître dans les traces laissées à l’intérieur des musées. Le souci du corps, largement impulsé à travers les loisirs et les sports, croise celui d’enregistrer les traces d’un monde qui se meurt. Si, face à l’ambiance des années 1930, l’ethnographie s’est constituée en marge des musées (Decary et al. 1988 [1931-1935]), c’est sans doute qu’elle collait mieux à la culture populaire et à la vie quotidienne des Français. Le Club des explorateurs ouvre dès lors un passage entre une discipline scientifique en train de se constituer et l’avènement des loisirs populaires.

2À la suite de la tragique expédition arctique de 1894, Henry Collins Walsh, en hommage à Francis Cook, fonde à New York, le Club arctique, en compagnie des survivants du périple. L’association se fixe un triple objectif : faire progresser l’exploration, étendre la connaissance et encourager dans leur travail les explorateurs. Entre science, technique et sympathie, le Club se développe, regroupant tout explorateur polaire américain ou étranger. Le 17 octobre 1905, face au fort développement du nombre d’adhérents, l’association décide de s’ouvrir aux explorateurs d’autres régions du monde et se rebaptise « Club des explorateurs ». En 1912, sous la présidence de David L. Brainard, le Club se dote d’un local permanent où se tiennent des réunions fréquentes, entre membres, pour relater et préparer les différentes expéditions. Le lieu rassemble livres, cartes, trophées, donnant naissance à une bibliothèque et à un musée des explorations et voyages. Ce partage d’expériences vécues au contact de l’aventure, contribue sérieusement au développement de l’exploration et de la science. Les liens du Club avec la National Geographic Society (Bryan 1997) et différents musées sont bien établis. Parmi les membres de l’Explorers Club, on retrouve des personnalités telles que Herschel C. Parker (membre fondateur de l’Alpine Club), Ernest Thompson Seton (inventeur du Woodcraft et responsable des Boys Scouts of America), ou le photographe Martin Johnson (compagnon de Jack London lors de la croisière du Snark et inventeur du documentaire animalier). Ces trois itinéraires croisés montrent le rôle de vitrine que constituent les sociétés d’explorateurs et d’aventuriers au cours du XXe siècle. Si l’exploration est affaire de science et de musées, elle est aussi un formidable cristallisateur du goût prononcé et généralisé pour le plein air.

  • 1 Littéralement la « science des bois », mouvement destiné, dès 1902, aux jeunes lycéens, inspiré de (...)

3Herschel C. Parker est l’un des représentants de ces bourgeois victoriens (Veyne 1979) qui s’adonnent aux sports de plein air dans un contexte colonial. La conquête des cimes s’apparente à une conquête symbolique et géographique du monde moderne. L’Alpine Club, fondé en Grande-Bretagne en 1857, comme par la suite le Touring Club ou le Camping Club (nés à Londres en 1875) engendreront des infrastructures analogues en Europe, en conjuguant sports, loisirs et science populaire. La géologie, la géographie, la météorologie puis les collectes naturalistes deviennent des alibis et des hobbies qui se marient aisément aux pratiques corporelles (Matagne 1999). Le naturaliste Ernest Thompson Seton sera élu au Club des explorateurs en 1907, pour son exploration en canoë du nord canadien. Travaillant notamment pour le Muséum américain d’histoire naturelle, Seton – dont les travaux sur les oiseaux ont une renommée internationale – sera également rendu célèbre pour son mouvement de jeunesse : le Woodcraft1. En étroite relation avec les représentants américains des Unions chrétiennes de jeunes gens et jeunes filles, Seton est reconnu comme un personnage fédérateur des loisirs de plein air et des mouvements scouts (Eells 1986). Photographe de métier, Martin Johnson va devenir le spécialiste du documentaire animalier, relayé bien vite par les projecteurs hollywoodiens. Avec sa femme Osa Johnson (Johnson 1951), il parcourt l’Afrique des années 1920-1930, rendant accessible au plus grand nombre les images d’un continent noir qui se meurt (Le Bris et Viotte 1999). Les documentaires de Martin et Osa Johnson serviront de fond d’images aux films d’aventures tels que Tarzan ou King Kong. La combinaison subtile entre le film ethnographique et la culture populaire parvient ici à son acmé. Grâce à de tels protagonistes, le musée est aussi et surtout imaginaire et social.

4C’est par analogie que Henri Lauga, le rédacteur en chef du magazine Le Risque, décide d’impulser un Club des explorateurs en France. Le 25 juin 1937, dans le numéro 2 du magazine, le projet de formation de l’association émerge :

  • 2 Le Risque 2 (25 juin 1937 : 1).

« Nous tenons à remercier ici ceux qui, les premiers, ont voulu marquer leur sympathie pour notre magazine. Et [les] témoignages nous sont venus de lecteurs de tous âges et de toutes conditions, mais aussi d’hommes et de femmes pour qui le risque est une réalité souvent éprouvée. Explorateurs, voyageurs, savants, nous ont apporté leur collaboration, ils nous ont dit combien leur paraissait utile cette initiative. Les entretiens que nous avons eus avec certains d’entre eux nous permettent même déjà d’espérer en des projets que nous croyions, au début, devoir réserver à un avenir lointain2. »

  • 3 Le Risque 1 (10 juin 1937 : 21).

5La revue d’Henri Lauga, sous-titrée « Magazine bimensuel de la jeunesse et du plein air », tire à 30 000 exemplaires. Elle conjugue des portraits d’explorateurs, des reportages sur les associations de jeunesse, des récits de sports de plein air, des extraits de romans d’aventure. Ses publicités démontrent des liens très affichés avec les clubs de camping et de plein air, liens cristallisés par des figures telles que Jo et Roger Tourte, membres du Camping club de France et du Club des explorateurs. Dans la rubrique « Les échos du risque » du premier numéro, le magazine rend hommage à Martin Johnson, disparu lors d’un accident d’avion. On donne également des nouvelles de Paul Coze, « artiste, explorateur et chef scout bien connu3 ». Paul Coze est l’un des introducteurs de l’indianisme scout en France, de même que Jean Loiseau (fondateur des sentiers de grande randonnée). Ces deux personnages, plébiscités dans les milieux du plein air, adaptent les thèses d’Ernest Thompson Seton, faisant de la science des bois et du camping en plein air un mode de vie. Paul Coze se distingue également par la création d’un « Cercle d’études peaux-rouges » qu’il baptise « Wakanda », où il travaille scientifiquement sur le folklore des Indiens d’Amérique du Nord, tout en proposant à la jeunesse française des loisirs sous la tente et des randonnées dans la nature (Sirost 1999). Son travail ethnographique sera exposé au musée d’Alberta et au musée du Trocadéro. Il le rendra vivace en participant comme conseiller à quelques films promouvant l’indianisme, très prisés par les campeurs et les scouts.

6Dans l’éditorial du troisième numéro du magazine, Henri Lauga s’explique sur ses visées :

  • 4 Le Risque 3 (10 juillet 1937 : 1).

« Dans notre dernier numéro, nous laissions prévoir la réalisation, à brève échéance, d’un projet que nous avions, depuis longtemps déjà, formé. [...] Si ce projet que nous avions réservé pour un avenir plus éloigné, désirant attendre pour le mettre à exécution que notre revue ait pris une plus grande diffusion et une autorité plus complète, est dès maintenant réalisé, c’est que ceux qu’il intéresse au premier chef sont venus spontanément nous apporter leur aide et leur collaboration. Ce sont des explorateurs, des voyageurs, des savants, qui ont voulu créer dès le début de notre effort ce groupement amical où le Risque jouera en quelque sorte le rôle d’agent de liaison4. »

7Le groupement prendra le nom de « La Rose des vents, Cercle des explorateurs et des voyageurs ». Il se veut avant tout amical, liant le savoir et la culture à la jeunesse par l’expérience vécue, dimension fortement mise en avant par la revue :

  • 5 Le Risque 4 (25 juillet 1937 : 22).

« Le Cercle de la Rose des vents est bien cette équipe que nous souhaitions, ce lieu de rencontre amicale et de franche camaraderie entre hommes et femmes, que leurs goûts, leur métier ou leur vocation ont amené à placer leur vie sous le signe du risque5. »

  • 6 La revue en témoigne dans son numéro 6 : « Si nous vous offrons nos colonnes c’est que nous ne vou (...)

8Il faut insister sur la dimension du risque, qui se veut ici fédératrice du plein air et des sciences, supports de l’exploration. Dans la période d’effervescence des années 1930, on voit explicitement se mettre en actes ce que les philosophes et esthéticiens avaient pressentis à la fin du XVIIIe siècle, à savoir la dimension ludique qui prend tout son sens entre un savoir institutionnalisé (ici par les musées et les sociétés savantes) et les expériences vécues corporellement dans la nature par le biais de la massification des loisirs sportifs6. Le sociologue Georg Simmel montre que les sociétés occidentales modernes ont besoin de ce recours à l’aventure (Simmel 2002 [1912]), redynamisant ainsi la vie urbaine.

9En août 1937, le Club des explorateurs dépose ses statuts :

  • 7 Le Risque 5(10 août 1937 : 23).

« Le Comité de fondation a été définitivement constitué comme suit : président : Louis Audouin Dubreuil (croisière noire et croisière jaune) ; vice-président : Bernard de Colmont (Amérique centrale) ; secrétaires : Gabrielle Bertrand (Mongolie, Chine, Japon) et Henri Lauga (rédacteur en chef du Risque), Jean Conty (Air-Afrique), Paul Coze (les Peaux-Rouges, les Indes), Bertrand Flornoy (haut Amazone), Dr Robert Gessin (Groenland), Ella Maillart (Centre-Asie), Fred Matter (Groenland, haut Amazone), Théodore Monod (Sahara), André Parrot (Syrie, Palestine), Michel Perez (Groenland, Laponie), E. Roland-Michel (Afrique musulmane), Jo et Roger Tourte (tour du monde à pied, cap Nord – cap de Bonne-Espérance), Paul-Émile Victor (Groenland). Depuis la deuxième réunion, d’autres membres actifs sont venus se joindre aux premiers fondateurs. Ce sont Henry Lhote (Sahara), Marcel Sauvage (Afrique centrale), Guy de Larigaudie (Australie, Tahiti), Jacques Soustelle (Mexique) et Jean de Guebriant (Amazone)7. »

10La composition du Club laisse apparaître un mélange détonnant entre aventuriers du plein air, légendes vivantes des mouvements de jeunesse et scientifiques de renom travaillant davantage à l’ombre des sociétés savantes. Cette mosaïque ne laisse pas clairement apparaître les liens étroits qui unissent la culture populaire des loisirs et le savoir savant. Néanmoins, les objectifs fixés par l’association lèvent cette ambiguïté :

  • 8 Le Risque 6 (25 août 1937 : 24).

« Il s’agit de la constitution d’un fichier documentaire établi par les membres du Club et concernant les contrées que, par leurs voyages et leurs explorations, ils ont été à même de bien connaître. Quelques-uns de nos amis s’étaient réunis à l’avance pour préparer un projet de fiche type qui, après quelques légères modifications, a été adopté. Chaque contrée fera donc l’objet d’un véritable dossier établi sous la responsabilité d’un membre du Club et qui comportera des renseignements aussi complets que possible à la fois pour le simple voyage et, s’il y a lieu, pour l’exploration : tous les renseignements d’ordre pratique concernant le voyage lui-même, les monnaies, les poids, les langues, les principales coutumes ; renseignements médicaux, nourriture, breuvage, remèdes, etc., renseignements politiques et sociaux, renseignements d’ordre personnel sur l’habillement, l’équipement et le mode de vie, etc. Certaines fiches pourront même comporter des adresses de correspondants connus. Enfin, à chaque dossier sera joint une bibliographie critique8. »

  • 9 « À la demande de nombreux lecteurs, nous publions aujourd’hui un extrait des statuts et du règlem (...)

11Ces propos illustrent bien un projet méthodologique, quasi ethnographique de recensement du monde. Si la science fait rêver à travers ses voyages aventureux, elle n’en doit pas moins rester rigoureuse. Les liens, au préalable affichés comme amicaux se rationalisent et ont une visée explicitement formatrice à l’égard des jeunes, désireux de se lancer dans l’exploration. La tendance est confirmée avec la mise en place du statut de membre adhérent9 :

  • 10 Le Risque 9 (10 octobre 1937 : 1).

« Nous reprenons également aujourd’hui la chronique du Club des explorateurs et des voyageurs. Après quatre mois seulement d’existence, cette jeune association regroupe déjà une bonne partie de ceux qui, en France et dans les pays de langue française, ont voué leur vie à l’enrichissement de la connaissance de l’homme et de la nature. Nous savons que, parmi nos lecteurs, nombreux sont ceux qui, épris d’un idéal de vie saine, libre et utile, voudraient entrer en contact, et sympathiser plus étroitement que par la lecture de livres ou d’articles, avec ces hommes et ces femmes dont la personnalité et l’œuvre accomplie les attirent. C’est pour ceux-là qu’a été créée la qualité de membre adhérent du Club des explorateurs et des voyageurs, sur quoi nous donnons aujourd’hui les renseignements précis qui nous ont été déjà demandés à plusieurs reprises10. »

  • 11 C’est ce que nous révèle un examen approfondi de La Géographie, revue mensuelle publiée par la Soc (...)

12Le statut de membre adhérent étalonne le Club sur le même mode de fonctionnement que les sociétés savantes (Chaline 1998) et les sociétés de géographie (Lejeune 1993). L’intronisation se fait par parrainage et administration de preuves en actes. Les réunions et les cartes de membres établies par la société s’inscrivent dans une logique similaire, propre également aux associations sportives anglo-saxonnes telles que l’Alpine Club. Les liens avec de nombreuses instances scientifiques et le Club sont avérés. Paul Coze travaille pour le musée du Trocadéro. Guibaut et Liotard collaborent avec la Société de géographie, l’université de Paris, le musée de l’Homme, l’Institut d’ethnologie. Comme ce fut le cas pour des promoteurs de l’aventure tels que Jules Verne, la Société de géographie fédère elle aussi bon nombre des membres du Club des explorateurs. Ces derniers y trouvent une caution scientifique avérée et obtiennent quelques bourses et prix leur permettant de survivre11. Dans le même éditorial, Henri Lauga signale l’ouverture plus large de la revue aux mouvements de jeunesse. Il s’agit bien ici d’abolir la distance entre l’homme ordinaire et l’explorateur idolâtré. De nouveaux membres actifs rejoignent l’association : madame Robert Gessain, le Dr Jean Carie, Jean de Guébriant, André Guibaud, Louis Liotard et Georges Sandrart. À côté du cadrage savant de la société, une orientation toute populaire, répondant par là même aux objectifs des politiques culturelles de l’époque (Ory 1994), est donnée. Afin de faire entrer la science dans la culture populaire, on fait progressivement de l’exploration un spectacle :

  • 12 Le Risque 10 (25 octobre 1937 : 23).

« D’autre part, le Comité a définitivement approuvé un projet qui était à l’étude depuis plusieurs semaines, et sur lequel nous pouvons dès aujourd’hui donner quelques précisions, car nous sommes persuadés qu’il intéressera vivement un très grand nombre de lecteurs de cette revue. Il s’agit d’une conférence du Club, qui sera donnée dans une salle parisienne, vers le milieu du mois de décembre. Conférence d’un genre tout à fait inédit, puisqu’il n’y aura pas un orateur, mais bien 10 ou 12 membres du Club, chacun représentant le morceau de terre, le groupe humain qu’il est allé découvrir ou étudier. L’ensemble constituera, en même temps qu’un panorama des plus récentes expéditions françaises, une sorte de voyage parlé, qui mènera les auditeurs des glaces de l’Arctique aux steppes d’Asie, des sables africains aux forêts du Nouveau Monde. Des extraits de films, des enregistrements sonores de chants, de danses, de scènes de magie, des présentations d’objets, accompagneront chacun de ces courts documentaires parlés, achevant ainsi de créer cette atmosphère de dépaysement qui permettra aux assistants de partir eux aussi – pendant deux heures – à la recherche de deux nouveaux et de nouvelles terres. Nous donnerons dans notre prochain numéro le programme définitif de cette soirée et les indications concernant l’organisation de la conférence, qui sera d’ailleurs largement annoncée par la presse et la radio12. »

  • 13 Le Risque 11 (10 novembre 1937 : 4e de couverture).

13La conférence du 17 décembre 1937 s’intitulera « La terre vous parle » et permettra aux intervenants de sortir des salles des instituts ou des amphithéâtres de Muséum pour affronter un vaste public à la salle Pleyel. Parallèlement à cet événement, le magazine Le Risque conforte sa ligne scientifique en publiant des numéros spéciaux sur l’Afrique noire, l’Asie ou les déserts. De plus, il fait de la publicité aux ouvrages scientifiques comme la série « L’espèce humaine, collection d’ethnographie », la collection « Géographie humaine » dirigée par Pierre Deffontaines, ou encore « La Découverte du monde », collection dirigée par Raymond Burgard13. Le numéro 13 du magazine met l’accent sur l’ouverture d’une rubrique spécialement destinée aux sports de plein air comme le canoë, le ski, le camping ou l’alpinisme. On y voit également des promoteurs du plein air comme Gaetan Fouquet (auberges de jeunesse) ou Jean Deudon (alpinisme) rejoindre le Club des explorateurs. Le programme de la conférence à Pleyel affiche ce mélange entre science et loisirs populaires :

  • 14 Le Risque 13 (10 décembre 1937 : 23).

« Comme nous l’avons déjà indiqué, il s’agit d’une conférence collective, d’un vaste documentaire parlé qui permettra au public un véritable tour du monde. Chaque spectateur, assis dans son fauteuil, verra défiler devant lui en un vivant panorama, les explorations et les principaux grands voyages de 1937 : l’Afrique : Jean-Paul Lebeuf (le Tchad), Henri Lhote (le Hoggar), Théodore Monod (le Sahara) ; la mer : Marin Marie ; l’Amérique : Paul Coze (les Peaux-Rouges), Bernard de Colmont (les Mayas), Bertrand Flornoy (le haut Amazone) ; l’Arctique : Paul-Émile Victor ; l’Asie : Gabrielle Bertrand (les Mongols), Ella Maillart (Afghanistan 1937), André Guibaut (le Tibet), Henri de Ségogne (l’Himalaya) ; l’air : commandant Guyot. Pendant l’entracte : exposition de photos et d’objets. Dédicaces de livres14. »

  • 15 Rappelons que Georges Henri Rivière a été accompagnateur au piano de Joséphine Baker.
  • 16 « À la suite de la publication de nos derniers numéros, plusieurs lecteurs nous ont vivement encou (...)

14La conférence connaît un franc succès. La salle Pleyel est remplie. Elle contient 2 500 places ! S’y sont succédé nombre de pianistes célèbres et de vedettes du music-hall comme Joséphine Baker15 ou Maurice Chevalier (Trinques 2003). Cet événement conforte Henri Lauga dans la double orientation (scientifique et loisirs populaires) du magazine Le Risque. Le goût de l’authenticité, sous l’alibi du risque vécu, devient le fil unificateur de la science et des loisirs populaires. Le document vécu, sous forme de reportage vulgarisé ou ethnographique doit désormais évincer les « œuvres d’imagination » rangées du côté du roman d’aventures16. La revue renforce sa ligne scientifique signalant régulièrement les conférences tenues à la Société de géographie ou au musée de l’Homme. Dans son numéro de janvier 1938, le magazine propose un document intitulé « Le musée de l’Homme, Dr Paul Rivet ». Henri Lauga rappelle les liens implicites qui unissent la revue au musée à travers le Club des explorateurs. Le film documentaire permet au musée de jeter un pont entre la science et les visiteurs :

  • 17 Le Risque 15 (10 janvier 1938 : 32).

« Favoriser le contact entre techniciens et usagers, faire du musée de l’Homme un instrument de culture populaire en même temps qu’un centre pour les spécialistes, tel est le but que poursuivent la direction et le personnel du nouvel établissement17. »

  • 18 « L’Association des Amis du cinéma documentaire a été fondée sur l’initiative de notre collaborate (...)

15La revue signale aussi son attachement avec un autre groupement, Les Amis du cinéma documentaire, qui se propose de prolonger l’initiative amorcée à Pleyel18.

16Le magazine s’est par ailleurs fortement rapproché des milieux du plein air, et en particulier de la revue Camping qui regroupe elle aussi plusieurs membres du Club des explorateurs. Son rédacteur en chef, Jean Susse, est l’interlocuteur privilégié du camping et du plein air auprès du gouvernement du Front populaire. Lorsque le magazine de Lauga disparaît, la censure de Vichy sur la presse laisse encore paraître Camping plein air. C’est désormais la revue des campeurs qui va donner, sous la forme d’une chronique, des nouvelles du Club. Mieux, la revue Camping plein air publiera, par épisodes, les récits des membres du Club dont la plupart seront édités par Susse. Il faudra attendre 1951 pour que les Cahiers des explorateurs succèdent au Risque. Les Cahiers se veulent d’ailleurs plus scientifiques et proches des sociétés savantes. De 1940 à 1949, le Club continue à vivoter autour d’un Bulletin du Club des explorateurs et des voyageurs, relativement confidentiel. Pourquoi un tel revirement ? Sous Vichy, nombre de personnalités des Amis du cinéma documentaire ont réalisé des films servant de propagande à l’État français (Rioux 1990). Fin 1945, Camille Kiesgen et Gaetan Fouquet fondent l’association Connaissance du monde, cycle itinérant de conférences et de films passant par le réseau des pianos Pleyel. Plus de 350 villes de France sont ainsi parcourues, permettant de vivre de sa passion d’explorateur sans alibi scientifique particulier. On assiste alors à un divorce entre les puristes scientifiques comme Claude Lévi-Strauss – qui « haïssent » ces marchands d’aventure (Lévi-Strauss 1955) – et ceux qui font profession de l’aventure via le cercle Connaissance du monde (Sirost 2003). Malgré cette séparation, le Club des explorateurs n’a-t-il pas été une réalisation réussie – même si elle reste passagère – de popularisation des musées et de la culture ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Association des amis de Georges Henri Rivière, 1989. La muséologie selon Georges Henri Rivière. Paris, Dunod.

Berdoulay Vincent, 1995. La formation de l’école française de géographie. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).

Bryan Courtland Dixon Barnes, 1997. Le National Geographic. Un siècle d’aventures et de découvertes. Paris, La Martinière.

Chaline Jean-Pierre, 1998. Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France XIXe-XXe siècles. Paris, Éditions du CTHS.

Corbin Alain, 1987. « Coulisses », in Histoire de la vie privée. Tome IV : De la Révolution à la Grande Guerre, Philippe Ariès et Georges Duby (dir.). Paris, Le Seuil : 410-611.

Decary Raymond et al. (éd.), 1988 [1931-1935]. Bulletin du musée d’Ethnographie du Trocadéro. Préface de Jean Jamin. Paris, Jean-Michel Place.

Eells Eleanor, 1986. Eleanor Eell’s History of Organized Camping. The First 100 Years. Martinsville (Indiana), American Camping Association.

Johnson Osa, 1951. J’ai épousé l’aventure. Paris, René Julliard.

Lebovics Herman, 1995. La « Vraie France ». Les enjeux de l’identité culturelle, 1900-1945. Paris, Belin.

Le Bris Michel et Michel Viotte, 1999. Africa. Images d’un monde perdu. Martin et Osa Johnson. Paris, Arthaud et Arte éditions.

Lejeune Dominique, 1993. Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au XIXe siècle. Paris, Albin Michel.

Lévi-strauss Claude, 1955. Tristes tropiques. Paris, Plon.

Matagne Patrick, 1999. Aux origines de l’écologie : les naturalistes en France de 1800 à 1914. Paris, Éditions du CTHS.

Ory Pascal, 1994. La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire 1935-1938. Paris, Plon.

Rioux Jean-Pierre, 1990. La vie culturelle sous Vichy. Paris, Complexe.

Rioux Jean-Pierre et Jean-François Sirinelli, 2002. La culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’hui. Paris, Fayard.

Simmel Georg, 2002 [1912]. La philosophie de l’aventure : essais. Traduit de l’allemand par Alix Guillain. Paris, L’Arche [édition originale Paris F. Alcan].

Sirost Olivier, 1999. Les mondes du camping : formation par l’image et évasion vers la nature. Les expériences de l’air à travers la revue Camping (1926-1963). Thèse, soutenue à l’université de la Méditerranée, Aix-Marseille 2.

— 2003. « La mutation des pratiques de plein air en France (1937-1963) », in De l’Indochine à l’Algérie, la jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial 1940-1962, Nicolas Bancel, Daniel Denis et Youssef Fates (dir.). Paris, La Découverte : 299-310.

Trinques Jean-Jacques, 2003. Le piano Pleyel d’un millénaire à l’autre. Paris, L’Harmattan.

Veyne Paul, 1979. « L’alpinisme : une invention de la bourgeoisie ». L’Histoire 11 : 41-49.

Notes

1 Littéralement la « science des bois », mouvement destiné, dès 1902, aux jeunes lycéens, inspiré des modes de vie des Indiens d’Amérique du Nord. Ce mouvement de jeunesse inspirera fortement Robert Baden-Powell dans sa constitution du scoutisme.

2 Le Risque 2 (25 juin 1937 : 1).

3 Le Risque 1 (10 juin 1937 : 21).

4 Le Risque 3 (10 juillet 1937 : 1).

5 Le Risque 4 (25 juillet 1937 : 22).

6 La revue en témoigne dans son numéro 6 : « Si nous vous offrons nos colonnes c’est que nous ne voulons pas laisser subsister une barrière entre l’auteur et le lecteur. Cette revue doit témoigner d’une conversation entre nous tous. Que chacun fasse connaître aux autres les expériences qu’il a faites. » Le Risque 6 (25 août 1937 : 1).

7 Le Risque 5(10 août 1937 : 23).

8 Le Risque 6 (25 août 1937 : 24).

9 « À la demande de nombreux lecteurs, nous publions aujourd’hui un extrait des statuts et du règlement intérieur indiquant les conditions d’admission au Club des explorateurs et voyageurs. Le Club est composé de membres actifs et de membres adhérents.
1° Les membres actifs sont élus, sur présentation de candidature (à la majorité des membres présents), par le Comité agissant au nom de l’ensemble des membres. L’élection a lieu lors de la séance qui suit celle de l’acte de candidature. Les membres actifs doivent avoir accompli une ou plusieurs missions, entrepris un ou plusieurs voyages, susceptibles d’accroître ou de compléter la connaissance de la terre, de l’homme et de sa condition. Ils doivent donner des preuves de cet esprit d’entraide et de camaraderie qui a présidé à la formation du Club, et qui est sa véritable raison d’être. Les membres actifs doivent verser une cotisation annuelle de 50 francs minimum. Les membres actifs se réunissent au moins une fois par mois.
2° La qualité de membre adhérent est réservée à tous ceux, et plus particulièrement aux jeunes, pour qui le voyage, la découverte, la vie saine hors des portes, le sport de plein air, les sciences de l’homme et de la nature, représentent un idéal qu’ils désirent enrichir et accomplir. La qualité de membre adhérent leur permettra d’entrer en contact, lors des réunions prévues spécialement à cet effet, avec les membres actifs, qui pourront les aider de leur expérience et de leurs conseils. Entre autres avantages, les membres adhérents auront droit : à l’usage du fichier de documentation, à une réduction du prix des places pour les conférences organisées sous le patronage du Club, à une réduction de 10 % sur le prix de l’abonnement au Risque. Les demandes d’admission doivent être accompagnées de la première cotisation annuelle (25 francs) et être présentées par un parrain au moins, membre actif du Club. Les nouveaux admis recevront une carte qui leur sera rigoureusement personnelle. Les membres adhérents participeront à l’assemblée générale du Club, qui aura lieu chaque année au mois de janvier. » Le Risque 9(10 octobre 1937 : 21).

10 Le Risque 9 (10 octobre 1937 : 1).

11 C’est ce que nous révèle un examen approfondi de La Géographie, revue mensuelle publiée par la Société de géographie, entre 1937 et 1938. Des personnalités du Club des explorateurs sont membres actifs de la Société de géographie, comme J. Soubrier, De Guébriant, B. Flornoy, F. Matter, B. de Colmont, Paul-Émile Victor, N. Casteret, J.-P. Lebeuf...

12 Le Risque 10 (25 octobre 1937 : 23).

13 Le Risque 11 (10 novembre 1937 : 4e de couverture).

14 Le Risque 13 (10 décembre 1937 : 23).

15 Rappelons que Georges Henri Rivière a été accompagnateur au piano de Joséphine Baker.

16 « À la suite de la publication de nos derniers numéros, plusieurs lecteurs nous ont vivement encouragés à continuer dans cette voie, c’est-à-dire à donner une place plus importante à l’ethnographie et aussi aux sciences de la nature. Quelques-uns ont même demandé que Le Risque ne publie pas autre chose. Sans aller jusque-là, par crainte d’une certaine monotonie, et surtout parce que nous tenons essentiellement à ne donner que des documents vécus et authentiques – ce qui n’est pas toujours très facile – nous nous efforcerons donc de consacrer le plus grand nombre de pages possible à mieux réaliser la formule qui est celle de nos amis du Club des explorateurs : enrichir notre connaissance de la terre, de l’homme et de sa condition. » Le Risque 19 (10 mars 1938 : 1).

17 Le Risque 15 (10 janvier 1938 : 32).

18 « L’Association des Amis du cinéma documentaire a été fondée sur l’initiative de notre collaborateur et ami, Bernard de Colmont, par plusieurs réalisateurs de films documentaires parmi lesquels nous pouvons déjà citer : Bernard De Colmont, Pierre Ichac, Raymond Ruffin, Paul Coze, Titayna, Louis Cuny, Paul Gayet-Trancrède, Marin Marie, Marcel Ichac, Jean Painlevé, Paul-Émile Victor, Jacques De Baroncelli. D’autres noms viendront certainement bientôt s’ajouter à cette première liste ; où d’ores et déjà nos lecteurs retrouvent quelques membres du Club des explorateurs et des voyageurs et collaborateurs du Risque. Ce groupement aura d’ailleurs des relations très amicales avec le Club et avec notre magazine. » Le Risque 15 (10 janvier 1938 : 20).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search