Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

I. Objets et méthodes

Les Archives internationales de la danse et l’anthropologie de la danse

Anne Décoret-Ahiha

Texte intégral

  • 1 C’est la fameuse formule : « ...et ils dansèrent », que les ethnographes, confrontés à un événemen (...)

1Concluant son article sur l’émergence d’une ethnologie de la France, Isac Chiva soulevait la question de la formation des traditions intellectuelles (Chiva 1987 : 33). Je m’intéresserai ici à un objet longtemps relégué à la périphérie des sciences humaines et sociales : la danse. Jusqu’à très récemment, les ethnologues tendaient à la considérer comme un élément de contexte de l’étude des sociétés1. Pourtant, dès 1928, Edward Evans-Pritchard considérait qu’elle avait une place marginale dans l’enquête ethnologique, ce qui était « indigne de son importance sociale » (Evans-Pritchard 1928 : 446). Six ans plus tard, Marcel Mauss prononçait sa leçon sur les techniques du corps et invitait les chercheurs à explorer le champ des pratiques corporelles, dont la danse (Mauss 1936 [1934]). Ma communication offrira l’occasion de s’interroger sur le retard et la rareté en France des études anthropologiques dans ce domaine. J’évoquerai une institution non académique puisque entièrement privée, ayant consacré une grande partie de ses efforts à l’étude de la danse : les Archives internationales de la danse (AID). Entre 1932 et 1939, les AID constituèrent des collections documentaires conséquentes qui nécessitèrent de vastes opérations de recueil de données et à l’occasion desquelles une méthodologie propre à la collecte des faits de danse fut expérimentée. Bien qu’elles n’aient engendré aucune école de pensée théorique, elles formèrent un foyer d’activités organisées autour du développement de la connaissance anthropologique de la danse. Plusieurs collaborations d’envergure furent ainsi menées avec des folkloristes et des collaborateurs du musée d’Ethnographie du Trocadéro (MET). Ce faisant, les AID ont opéré une transition dans leur approche de la danse qui relève de celle opérée entre le folklore et l’ethnologie.

Une institution vouée à la danse

  • 2 Il y eut aussi Isadora Duncan, Loïe Fuller, Serge de Diaghilev…

2C’est Rolf de Maré, un mécène suédois installé à Paris qui créa et dirigea les AID. Grand voyageur, amoureux des arts, celui-ci avait fondé, en 1920, les Ballets suédois qui furent à l’origine de chorégraphies modernes associant peintres, poètes et musiciens de l’avant-garde parisienne (L’Homme et son désir, Les Mariés de la tour Eiffel, La Création du monde, Relâche...). Après la dissolution de la troupe, en 1924, il imagina d’ouvrir un centre international de ressources, de documentation et de conservation, dédié à la danse sous toutes ses formes : les Archives internationales de la danse – musée de la danse. La vocation patrimoniale du projet répondait à l’inquiétude soulevée par la disparition prématurée, en moins d’une décennie, de plusieurs grandes figures de la danse de l’époque, notamment Jean Börlin, danseur et chorégraphe des Ballets suédois2. Le déclin rapide du music-hall de variétés, formule initiale de ce genre spectaculaire, préoccupait également le monde des artistes. Installées dans un hôtel particulier, au 6, rue Vital à Passy, les AID furent officiellement inaugurées le 19 mai 1933. Bien que s’adressant en particulier aux chorégraphes, danseurs, décorateurs ainsi qu’aux « historiens, ethnologues et folkloristes », elles étaient ouvertes à tous et leur entrée était gratuite. À Pierre Tugal, un journaliste et écrivain d’origine russe, formé à la philosophie à l’université de Heidelberg, revint la charge de conservateur.

3Les activités des AID relevaient de deux ordres : artistique d’une part avec l’organisation de concours de chorégraphie, muséographique d’autre part selon une conception rappelant celle du « musée-laboratoire » développée par Georges Henri Rivière, dans la mesure où l’activité patrimoniale se conjuguait à celles de médiation et de recherche. Outre la collecte d’objets (costumes, maquettes de décors, photos, accessoires...) et de documents (ouvrages, films, partitions...), les AID publiaient trimestriellement une revue et organisaient des expositions – au rythme de deux par an – ainsi que des conférences sur des aspects historiques, techniques et ethnologiques de la danse.

4Lorsque la guerre éclata, les AID furent contraintes de fermer et confièrent une partie de leurs objets au musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP). À la Libération, De Maré étant souffrant, Pierre Tugal en reprit la direction. En 1950, une querelle entre les deux hommes mit fin à l’aventure que De Maré ne parvenait de toutes façons plus à financer. Les collections furent alors dispersées entre le nouveau Dance Museum de Stockholm et la bibliothèque de l’Opéra de Paris. Quant aux documents administratifs, la plupart sont introuvables et l’on sait peu de choses aujourd’hui sur la gestion et le fonctionnement des activités de cette époque.

  • 3 Voir Revue des Archives internationales de la danse, numéro liminaire (juillet 1932).

5Cherchant à appréhender la danse dans toute sa diversité sociale et culturelle, De Maré établit, au sein des AID, un « Département sociologique et ethnologique », dont la vocation était à la fois scientifique et artistique. Il s’agissait d’une part de « faire du point de vue sociologique un travail comparatif et [d’]encourager les travaux esthétiques, psychologiques et physiologiques sur la danse et le mouvement » ; d’autre part d’« inspirer les chorégraphes, les danseurs, les peintres, en leur apportant de nouvelles formes d’art appartenant à des populations exotiques »3. Cette articulation du scientifique et de l’artistique, au cœur du projet des AID, témoigne une fois encore des liens de contiguïté existant à cette époque entre l’ethnographie française et l’avant-garde artistique (Clifford 1996). De même, nombreux furent les danseurs qui, du début du XXe siècle aux années 1940, étudièrent les danses exotiques, populaires et « folkloriques » et s en inspirèrent dans leurs compositions chorégraphiques (Décoret-Ahiha 2004).

6La direction du Département sociologique et ethnologique fut confiée à Alfred Smoular. Diplômé de l’Institut d’ethnographie, ce dernier considérait que malgré de nombreux essais littéraires sur le mouvement, aucun effort n’avait été tenté jusqu’alors par les historiens de la danse pour « trouver [sa] profondeur intime, ses causes enfouies dans le réseau des idées sociales ». En inaugurant une méthode d’observation et de comparaison, les études ethnologiques lui semblaient être les seules à pouvoir répondre aux questions posées par la danse (Smoular 1934 : 86). Début 1934, Smoular devint également attaché au musée d’Ethnographie, à la section Tibet. Il fut ainsi très probablement à l’origine de la première collaboration entre les deux institutions.

« Les vieilles danses de France » (novembre 1935-février 1936)

  • 4 Voir la brochure de l’exposition.
  • 5 Voir Revue des Archives internationales de la danse (mai 1936 : 5)

7En 1934, les AID entreprirent de réaliser une exposition sur les « Vieilles danses de France » et sollicitèrent le concours de folkloristes ainsi que du musée d’Ethnographie. Georges Henri Rivière, Pierre-Louis Duchartre et André Varagnac firent partie du comité d’honneur. Le folkloriste Guy Le Floch fut chargé du secrétariat général tandis que Claudie Marcel-Dubois, attachée au Trocadéro à la section organologie, s’occupa de l’administration intérieure et des instruments de musique. Curt Sachs, collaborateur permanent du musée depuis la fin 1933, apporta également sa contribution. L’enquête préparatoire débuta en avril et dura près d’un an. Plus de mille questionnaires furent distribués à des informateurs ruraux par l’intermédiaire de nombreux enquêteurs tels que Marcel Provence, Marie-Rose Clouzot, Yves Lacroix-Novarro, folkloriste et musicologue et le chansonnier Canteloube. Dix-huit musées locaux prêtèrent des objets. L’exposition réunit des gravures et des photographies, des costumes régionaux, des reconstitutions d’habitat, des maquettes, des partitions musicales et chorégraphiques ainsi qu’une centaine d’instruments de musique. Elle évoquait autant « les danses populaires d’autrefois que [celles] d’aujourd’hui »4. Une carte de France signalait d’ailleurs les provinces où « la danse populaire est conservée » et les « régions où le folklore chorégraphique est perdu »5.

  • 6 Document tapuscrit, archives du MNATP.

8Le dispositif heuristique et épistémologique de l’exposition relevait du folklore scientifique (Weber 2000). L’inquiétude soulevée par le fait que « la danse régionale se perd en France » motiva sa réalisation. L’objectif était de cartographier les faits folkloriques de danse et de rendre compte de leur régression ou de leur disparition. Mais les objets et pratiques collectés furent présentés sans être resitués au sein de leur contexte d’élaboration. Si l’exposition contribua, pour Pierre Tugal et Rolf de Maré, à « sauvegarder » quelques-unes des danses régionales, elle ne constituait dans leur esprit que la première étape d’un projet plus vaste. « Avec les moyens dont nous disposions, nous ne pouvions qu’indiquer l’étendue et l’intérêt du sujet. »6 Selon eux, c’était à un musée du folklore qu’il incombait de poursuivre le travail commencé. On peut alors considérer l’exposition « Vieilles danses de France » comme une initiative d’appui ou d’encouragement à la création d’une institution muséographique dédiée au folklore et qui réserverait une place importante à la danse populaire. À plusieurs reprises, de Maré souligna la « suggestion intéressante pour le futur musée du folklore » que formait la reconstitution d’un intérieur auvergnat dans lequel était présentée « la bourrée dansée à la veillée » (de Maré 1935). Rivière le remercia d’ailleurs de cette allusion qui, lui écrivit-il, allait l’aider dans sa tâche. Il affirma aussi :

« Sur de telles bases, les travaux si bien commencés se poursuivront. Des organismes tels que le futur musée français des Arts et Traditions populaires feront leur profit d’une féconde expérience dont le mérite entier revient à M. de Maré » et qui a permis « d’évaluer la richesse de ce terrain d’étude » (Rivière 1936 : 2).

  • 7 Voir L’Opinion (1er février 1936).

9L’exposition « Vieilles danses de France » fut donc l’occasion pour Rivière et ses futurs collaborateurs d’engager des enquêtes sur le folklore musical et chorégraphique français qui signalaient le chantier possible d’un musée du folklore. Fruit d’un partenariat avec une instance privée, cette entreprise mettait aussi en évidence « la carence de l’État et des corps constitués, académies et autres7 » à lancer des terrains de recherche. Aussi, permit-elle à Rivière de défendre le projet politique et intellectuel d’un musée national des Arts et Traditions populaires.

« Les danses populaires d’Europe » (avril-mai 1937)

10À peine cette exposition se referma-t-elle que les AID se lancèrent dans d’autres enquêtes portant cette fois sur les « danses folkloriques d’Europe ». Une brochure à l’intention de « folkloristes, ethnographes, artistes locaux » explicita, dès juin 1936, la nomenclature des pièces. La partie française fut confiée à Pierre-Louis Duchartre. Arnold Van Gennep procéda à l’établissement d’une cartographie et Claudie Marcel-Dubois se chargea à nouveau de l’organisation générale ainsi que des pays étrangers. Le mode d’investigation ressemblait sensiblement à celui de la précédente exposition. Inaugurée le 15 avril 1937, « Danses populaires d’Europe » fut conçue dans l’esprit de la grande Exposition des Arts et Techniques. D’aucuns pensèrent d’ailleurs qu’elle en faisait partie. La proximité des locaux des AID avec l’enceinte officielle en fut sans doute la raison. Les objets et documents collectés furent regroupés en deux sections. La section « Art » se constituait de maquettes, d’objets d’art populaire et de plus de quatre cents poupées en posture dansée... Quant à la section « Technique », elle contenait une « documentation méthodique » faite de photos, de cartes et d’informations relatives aux activités des centres folkloriques européens. La manifestation connut un grand succès public.

11Dès l’ouverture, Pierre Tugal reconnut le caractère lacunaire des enquêtes réalisées. Selon lui, c’était « le travail du futur musée de l’Homme de [les] compléter » (Tugal 1937b : 2). De fait, alors qu’elles projetaient de créer un « musée de la danse populaire », les AID commençaient à s’essouffler financièrement. Leur organe de presse avait cessé de paraître depuis mai 1936, probablement pour des raisons de coût. Le programme ambitieux d’édition sur les danses populaires de différents pays d’Europe ne put démarrer. Un relais institutionnel public paraissait inévitable. En juin 1938, Tugal fut explicite :

« L’action des AID ne peut être efficace, parce qu’institution privée et disposant de moyens financiers insuffisants pour une tâche de cette importance. L’œuvre doit être continuée par le musée des Arts « Traditions populaires de France, institution officielle disposant de tous les appuis et [...] de fonds suffisants pour mener à bien cette tâche. Nous sommes dans les meilleurs termes avec les dirigeants et nous les avons assurés de toute notre aide » (Tugal 1938 : 10).

12Cette collaboration escomptée n’eut pas lieu. Au contraire, il semble que Rivière ait pris ses distances avec les AID. Bien qu’elles ne fussent pas invitées, en août 1937, au Congrès international de folklore, elles continuèrent pourtant d’informer de leurs activités le sous-directeur du Trocadéro. Elles le sollicitèrent même pour rejoindre un « Centre de recherches sur l’esthétique de la danse » dont le projet fut lancé en janvier 1938. Celui-ci prévoyait d’associer des danseurs, des journalistes, des écrivains, des médecins, des musicologues, des folkloristes et des ethnologues. Il ne vit vraisemblablement pas le jour, mais il témoignait d’une nouvelle orientation moins soucieuse de sauvegarde du patrimoine. Les AID s’éloignèrent en effet des milieux folkloristes qui leur avaient adressé maintes critiques et se préoccupèrent plutôt de standardiser et de promouvoir les danses folkloriques. Leurs revendications régionalistes, voire même nationalistes, ne correspondaient effectivement pas aux aspirations des AID dont l’intérêt se portait sur toutes les formes de danse. Celles de l’Asie allaient faire l’objet de nouvelles investigations, menées cette fois selon une démarche ethnographique.

« Théâtre et danses aux Indes néerlandaises » (février-mars 1939)

13En 1938, Rolf de Maré entama un périple de quatre mois en Asie qui le conduisit depuis la Malaisie jusqu’aux îles Célèbes, en passant par les îles de Nias, Sumatra, Java et Bali. Il était accompagné de son assistant Hans Evert et de Claire Holt, une des correspondantes des AID. Américaine d’origine lettone, celle-ci avait été critique chorégraphique à New York avant de s’installer à Java, en 1930. Elle y étudia les différentes danses sous l’égide de l’anthropologue et archéologue hollandais Willem Stutterheim (Holt 1939a et 1939b). Elle développa une méthode d’enquête originale, associant l’observation et l’apprentissage des danses auprès de Gusti Pangeran et d’Ario Tedjokusumo, maître de danse à la cour de Jogjakarta et fondateur de l’école de danse Krida Beksa Wirama (Burton 2000). Holt rejoignit l’expédition de Maré en qualité de directrice technique et scientifique. Tandis que ce dernier filmait et que son assistant prenait des clichés, elle s’occupait de noter les danses.

14L’équipe s’intéressa à tous les types de danse de la région : citadines, villageoises, aristocratiques. L’exposition organisée, à leur retour en France, comprenait une riche iconographie, une soixantaine de masques, des costumes et des accessoires. Si l’intention du mécène suédois fut d’« amasser le plus grand nombre possible de faits et de matériaux », c’était pour « entreprendre ensuite la synthèse et assigner ainsi à la danse sa place dans la vie sociale des indigènes, dans le présent et si possible dans le passé » (de Maré 1939). Il manifestait de cette manière une préoccupation de nature ethnologique, s’interrogeant aussi quant aux « influences étrangères sur les éléments indigènes ». Le compte rendu de ce travail de terrain fut en partie rapporté dans Dance Quest in Celebes. Signé par Claire Holt, l’ouvrage ne prétendait pas livrer une étude qui aurait demandé, selon l’auteur, de plus amples investigations. De fait, les AID ne se donnaient pas pour mission de produire des analyses mais plutôt de réunir les éléments nécessaires à leur réalisation. Dans la conception de leur directeur, il s’agissait de collecter des documents et des matériaux pour les mettre à la disposition des savants et d’œuvrer ainsi au « développement pratique et scientifique des recherches sur la danse » (de Maré 1939).

Jalons d’une anthropologie de la danse

15Au fur et à mesure de la constitution des fonds documentaires, Pierre Tugal et Rolf de Maré engagèrent une réflexion épistémologique et méthodologique sur la « science de l’art de la danse » qu’ils cherchaient à promouvoir. Alors qu’il organisait son réseau d’informateurs, Tugal se trouva confronté à « de nombreuses difficultés théoriques » (1937a : 12) que des disciplines telles que la sociologie, le folklore ou l’esthétique vers lesquelles il se tourna ne lui permirent pas de résoudre. Tout d’abord, celles-ci ne consacraient que très peu de place à la danse. En outre, selon Tugal, les quelques travaux d’Émile Durkheim, Marcel Mauss, ou Marcel Jousse comportaient de « très nombreuses lacunes et contradictions ». L’approche symbolique de Curt Sachs s’avérait quant à elle très incertaine. C’est que ces savants ne développaient pas une analyse kinésique de la danse, n’examinant pas ses techniques ni les savoirs somatiques mobilisés. Par ailleurs, regrettait Tugal, aucun scientifique n’avait entrepris un questionnement préliminaire sur l’objet danse lui-même, ni établi une terminologie précise des pas et des concepts. « Quel est exactement le domaine de la danse, quels en sont les compartiments ? » s’interroge-t-il. C’est précisément à cette question que plus tard, dans les années 1970, les premiers anthropologues américains de la danse cherchèrent d’abord à répondre afin de délimiter les contours et l’étendue de leur champ d’étude (Kaeppler 1978 ; Ness 1996).

16L’approche scientifique que les deux animateurs des AID aspirèrent à développer entendait découvrir « les caractéristiques communes » à toutes les danses ainsi que ce qui les « distingue essentiellement » (Tugal 1937a : 12). De nature résolument anthropologique, elle empruntait l’idée maussienne de technique du corps. Étudiant « un phénomène complexe », le chercheur en danse était pour de Maré un « investigateur de faits sociaux » (de Maré 1939 : 107-108). Sa tâche consistait à examiner les processus physiologiques, psychologiques et sociologiques à l’œuvre dans la danse et à en dégager les fonctions symboliques. Mais devant ce « phénomène de la vie mouvante », l’enquêteur « se trouve dès le début embarrassé » car dépourvu d’une méthodologie appropriée. En matière de méthode de recherche en danse, « nous nous trouvons devant une terra incognita » relève Rolf de Maré, qui a en vain cherché des guides au musée d’Ethnographie. De fait, chacune des expositions donnèrent l’occasion aux AID d’expérimenter une méthodologie. Le mode d’investigation utilisé pour celle sur « Les vieilles danses de France » fut perfectionné lors des enquêtes menées pour la suivante. Quant au voyage en Asie, il permit à de Maré et à son équipe « d’établir certains principes pour une méthode de recherche rationnelle sur les danses des différentes contrées de cet archipel », l’objectif étant de la « généraliser » et de donner ainsi « quelques bases solides à une méthode d’investigation » (de Maré 1939). Parmi les outils d’enquête, la notation du mouvement apparut comme indispensable bien que difficile à élaborer. Dès 1936, Yves Lacroix-Novarro trouvait particulièrement complexe la mise au point d’un système de signes universels pour analyser la danse (Lacroix-Novarro 1938 [1936] : 10). Pour Pierre Tugal, les folkloristes devaient nécessairement s’accorder sur une technique unique pour consigner les mouvements et les pas des danses régionales. Quant à Claire Holt, elle utilisa une notation assez rudimentaire, créée par elle-même. Il existait pourtant celles du Français Pierre Conté, publiées en 1931, et du chorégraphe théoricien allemand Rudolph von Laban ; mais les enquêteurs des AID ne semblent pas les avoir utilisées.

  • 8 Voir Annales sociologiques, fascicules 3 et 4 (1939).

17En conduisant plusieurs enquêtes en France, en Europe et en Asie ainsi qu’en mettant en lumière les problématiques propres à l’approche scientifique de la danse, les AID ont posé les premiers jalons d’une anthropologie de la danse. Si elles n’ont pas donné lieu à des productions théoriques d’envergure, elles ont néanmoins rassemblé une très importante documentation. L’œuvre entreprise ne trouva cependant pas de prolongement malgré les collaborations et les relations entretenues avec le MET puis avec ses deux successeurs. Au sein de ces deux institutions, la danse n’a pas bénéficié d’une attention significative. Intégrée dans la section « Loisirs populaires » du MNATP, elle ne représenta qu’un intérêt secondaire. Rivière, qui continua de s’impliquer dans la danse folklorique en qualité d’observateur, puis, de conseiller de la Fédération nationale des groupes folkloriques fondée en 1935, avait pour souci principal d’exercer un contrôle sur les manifestations folkloriques (Duflos-Priot 1995). Marcel Maget s’intéressa quant à lui à la danse lors de ses enquêtes d’avant et d’après-guerre. Il procéda même à des notations de pas, au moyen de la méthode Conté. Mais ce n’est que plus tard que des recherches ethnographiques sur les danses de France allaient véritablement être entreprises, grâce à Jean-Michel et Hélène Guilcher. Bien qu’elle constituât une « source de suggestion d’ordre sociologique », selon la revue Les Annales sociologiques, la danse paraissait d’une « extrême difficulté » à étudier8. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles elle fut longtemps délaissée par les sciences humaines et sociales.

Bibliographie

Références bibliographiques

Burton Deena, 2000. « Dancing the Research : The Dance Ethnography of Claire Holt », in Dancing the Millennium, proceedings of the 2000 Society of Dance History Scholars Conference : 61-64.

Chiva Isac, 1987. « Entre livre et musée. Émergence d’une ethnologie de la France », in Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Isac Chiva et Utz Jeggle (dir.). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 9-33.

Clifford James, 1996. Malaise dans la culture. L’ethnographie, la littérature et l’art au XXe siècle. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts : 121-152. Traduit de l’américain par Marie-Anne Sichère.

Décoret-Ahiha Anne, 2004. Les danses exotiques en France. 1880-1940. Paris, Centre national de la danse.

Duflos-Priot Marie-Thérèse, 1995. Un siècle de danses folkloriques. L’identité par la beauté du geste. Paris, L’Harmattan : 42-43.

Evans-Pritchard Edward, 1928. « The Dance », Africa 1 : 446-64.

Holt Claire, 1 939a. Théâtre et danses aux Indes néerlandaises. Catalogue de la XIIe exposition des Archives internationales de la danse. Paris, G. P. Maisonneuve.

— 1939b. Dance Quest in Celebes. Paris, Archives internationales de la danse.

Kaeppler Adrienne, 1978. « Dance in Anthropological Perspective », Annual Review of Anthropology 7 : 31-49.

Lacroix-Novarro Yves, 1938 [1936]. « Considération sur le folklore », La Tribune de la danse 55, juin : 10.

Maré Rolf de, 1935, « Avant-propos », Revue des Archives internationales de la danse, 5 novembre.

— 1939. « Investigations sur la danse. Mon voyage aux Indes néerlandaises », La Revue bleue, mars : 107-109.

Mauss Marcel, 1936 [1934], « Les techniques du corps », Journal de psychologie, XXXII, 3-4 :271-293.

Ness Sally Ann, 1996. « Observing the Evidence Fail », in Moving Words. Re-Writing Dance, Gay Morris (éd.). London-New York, Routledge : 245-269.

Rivière Georges Henri, 1936. Revue des Archives internationales de la danse, mai : 2.

Smoular Alfred, 1934. « La danse sacrée », Revue des Archives internationales de la danse, juillet : 86-90.

Tugal Pierre, 1937a. « À la recherche des méthodes pour une histoire de la danse », compte rendu de conférence, La Tribune de la danse 41, avril : 12.

— 1937b. « Entretien », La Tribune de la danse 42, mai : 2.

— 1938. « Considération sur le folklore », La Tribune de la danse 55, juin : 10

Weber Florence, 2000. « Le folklore, l’histoire et l’État en France (1937-1945) », Revue de synthèse, 4°S, 3-4, juillet-décembre : 453-467.

Notes

1 C’est la fameuse formule : « ...et ils dansèrent », que les ethnographes, confrontés à un événement de danse, se contentaient d’inscrire, traduisant ainsi leur difficulté à rendre compte et à analyser cette pratique sociale (Ness 1996 : 245).

2 Il y eut aussi Isadora Duncan, Loïe Fuller, Serge de Diaghilev…

3 Voir Revue des Archives internationales de la danse, numéro liminaire (juillet 1932).

4 Voir la brochure de l’exposition.

5 Voir Revue des Archives internationales de la danse (mai 1936 : 5)

6 Document tapuscrit, archives du MNATP.

7 Voir L’Opinion (1er février 1936).

8 Voir Annales sociologiques, fascicules 3 et 4 (1939).

Auteur

Laboratoire d’anthropologie des pratiques corporelles
Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search