Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

I. Objets et méthodes

Les équipements du folklore appliqués à la vie sociale (1936-1945)

Alexis Korganow

Texte intégral

1Dans l’entre-deux-guerres la volonté de faire « vivre le folklore » est venue croiser, au moment du Front populaire, les initiatives prises en faveur de la création et de la planification de nouveaux édifices permettant d’accueillir et d’encadrer les loisirs populaires.

2Issu de ma recherche doctorale sur une histoire architecturale des équipements socio-culturels, le présent exposé aborde, sous un angle typologique, tout ce qui, en complément de l’habitat, a pu servir de support à la concrétisation des théories régionalistes. Le propos comporte trois parties. La première traite de l’articulation des discours sur le loisir et sur le folklore. La deuxième s’intéresse aux prototypes exposés sur ce thème lors de l’Exposition internationale de 1937. La troisième, enfin, évoque les initiatives développées dans le sillage de la Révolution nationale du gouvernement de Vichy.

Le discours régionaliste et les nouveaux lieux d’éducation populaire

3Le discours régionaliste s’articule avec le mouvement de diversification des institutions et des lieux de loisirs sur deux plans privilégiés.

4Le premier concerne la finalité des activités de loisir. Plusieurs motivations encouragent l’exploitation du folklore dans ces activités : une motivation morale dans la lignée des théories de Le Play et du Musée social (Chalvet 1936 : 4) ; une motivation éducative tournée vers la jeunesse —1’« école active » en vogue dans les années 1930, de même que l’ajisme ou le scoutisme, associés au « plein air », reposent sur des activités manuelles et physiques qui complètent l’enseignement traditionnel jugé trop intellectuel ; une motivation artistique enfin, suivant une logique de rapprochement entre l’art et le peuple, dans la lignée des Arts and Crafts.

5Le second plan concerne la déstabilisation des institutions républicaines traditionnelles, mairie et école, ainsi que la recherche d’une nouvelle institution répondant à la problématique de l’extension urbaine. En alternative ou en complément des « frontons » de la IIIe République, le foyer rural, le centre social mais aussi l’auberge de jeunesse sont, pour le discours réformiste, les nouveaux édifices publics à même de rétablir un ordre spatial et un ordre social. La maison pour tous ou « maison de la vie sociale » est une pièce maîtresse du village français qui sert de modèle esthétique et social dans la problématique de la reconstruction et de l’extension des villes pendant et après la Première Guerre mondiale (Vaillat 1925 ; Agache, Auburtin et Redont 1915).

6En marge de l’Exposition internationale des Arts et Techniques de 1937, le thème de l’organisation des loisirs est abordé aussi bien par les participants au Ve Congrès international d’architecture moderne (CLAM), dont le thème est « Logis et loisirs », que par les participants au Congrès international de folklore. Lors de cette dernière manifestation, la section du « Folklore appliqué à la vie sociale » confronte les expériences des promoteurs français et étrangers à de nouveaux dispositifs éducatifs et culturels.

  • 1 Louis Chéronnet, « Le folklore et les loisirs ouvriers », communication au Congrès international d (...)

7Le rôle des nouvelles institutions d’éducation populaire dans le développement des pratiques folkloriques y est débattu. L’idée principale est d’associer, de façon systématique, des « musées du folklore » aux lieux d’éducation populaire, afin d’encourager une activité d’observation et de collecte afin de fournir des modèles pour les objets que produisent les ateliers amateurs ou pour une intervention décorative dans les locaux1.

  • 2 Communications au Congrès international de folklore, section du « Folklore appliqué à la vie socia (...)

8Comme l’attestent plusieurs communications et plusieurs séances de travail de la sous-section « Jeunesse-musées populaires de folklore », la jeunesse est investie d’un rôle important dans cette promotion d’un folklore « vécu réellement ». Parmi les communications sur ce thème, on relèvera celle d’Otto Abetz (« Jugendherbergen und Volkskunde »), celle de Marc Sangnier (« Les auberges de la jeunesse et le folklore »), celle de Léon Chancerel (« Théâtre populaire ») ou encore celle de Andréas Lindblom (« Le musée du folklore et la jeunesse »), qui rapporte les exemples d’implication des jeunes dans les activités du musée de plein air de Skansen2.

9Si l’on met de côté le propos polémique et expansionniste d’Otto Abetz, le lien entre les institutions de jeunesse et le folklore est décliné, dans ces interventions, suivant deux aspects principaux.

10Il s’agit d’abord de la promotion comme support éducatif d’un travail d’enquête sur le milieu qui fait référence aux travaux d’Émile Durkheim et de Patrick Geddes. Sur le thème « tourisme de jeunesse et folklore », la notion de « tourisme actif » est ainsi mise en avant.

11Les jeunes, ajistes ou scouts, sont de surcroît les mieux à même de faire « vivre le folklore » en se réappropriant les chants, les danses, et les fêtes traditionnelles. Pour Léon Chancerel, créateur de la troupe théâtrale des Comédiens routiers, le folklore constitue une source inépuisable d’inspiration pour l’élaboration de « jeux dramatiques », ce qu’il appelle le « théâtre de la flamme » (Chancerel 1937).

  • 3 Jean Nihon, « Auberges de jeunesse et folklore », communication au Congrès international de folklo (...)
  • 4 Dr. Otto Erich, « Bericht über die Haimatmuseen », communication au Congrès international de folkl (...)

12L’accent est mis, à cette occasion, sur le lien « naturel » existant entre le folklore et les auberges de jeunesse, celles-ci constituant un outil privilégié pour assurer la rencontre entre la population urbaine et le folklore. Le principe de faire des auberges de jeunesse des lieux d’exposition est débattu lors du colloque3. L’association musée-auberge de jeunesse est particulièrement développée dans les pays nordiques, où elle correspond à l’énoncé des musées de plein air4.

Les prototypes de l’Exposition de 1937

13Alimentant les débats sur le folklore appliqué, plusieurs prototypes et projets sont présentés dans le cadre de l’Exposition de 1937 : un foyer communal est présenté par la Ligue de l’enseignement, au sein du « Centre rural » ou « Village 37 », situé Porte Maillot ; un foyer social rural est présenté au sein de la classe 8A (« Femme, enfant, famille ») du groupe consacré aux questions sociales.

14Le Pavillon des Temps nouveaux de Le Corbusier, sous-titré « Essai de musée ambulant d’éducation populaire », expose quant à lui sur le thème des loisirs plusieurs propositions de nouveaux programmes à planifier, club paysan dans le projet de « village radieux », stade ou encore centres de vacances.

15Au final, la réalisation la plus importante est un Centre de jeunesse réalisé sur le site du bastion Kellermann par les architectes Robert Houdin et Jacques Neel. Ce prototype, qui succède à une longue série de propositions avortées dont celles de Le Corbusier, regroupe une auberge de jeunesse, un « club de la jeunesse » et un « Centre artistique de la jeunesse ».

16Les impacts esthétiques très divers de tous ces projets, attestent que la diversification des lieux de loisirs a ouvert un nouveau champ d’expérimentation et d’expression formelle, non seulement pour l’architecture moderne avide de nouveaux programmes rompant avec le champ traditionnel de l’édifice public, mais aussi pour l’architecture régionaliste et même pour le classicisme « Beaux-Arts », qui ne veut pas être en reste. Les différents éléments de programme qui les composent font de ces édifices des terrains propices à la confrontation des sensibilités, sensibilité moderne rationaliste pour répondre aux orientations hygiénistes et sportives, sensibilité régionaliste pour répondre aux orientations domestiques et communautaires, sensibilité classique pour répondre à la vocation d’édifice public. De fait, l’architecture du Centre de jeunesse réalisé au bastion Kellermann s’efforce d’associer toutes ces composantes.

17Au-delà de cette problématique architectonique, la traduction spatiale dans le Centre de jeunesse des objectifs du folklore appliqué repose sur trois thématiques spatiales principales :

  • 5 Bulletin d’information de « Mai 1936 » (3 avril 1937).

18La première, qui s’affirme dans les années 1930 comme un thème récurrent, concerne l’implication des jeunes dans la production même de l’édifice. Si le groupe « Jeune 3 », associé à Le Corbusier pour son ultime proposition sur le site Kellermann, prévoyait de construire par ses propres moyens, dans le centre réalisé, le thème est évoqué sur un mode plus anecdotique : le groupe artistique « Mai 1936 », qui s’est occupé de la décoration de l’auberge de jeunesse, et préconise la réalisation systématique par les ajistes d’une fresque murale dans chaque nouvelle auberge5.

19La deuxième thématique concerne l’organisation de l’espace éducatif du Centre. Traité suivant les principes de l’école de plein air, le « club » s’inscrit dans la tradition naissante d’une architecture scolaire « ouverte » : grandes baies vitrées donnant largement sur l’extérieur, vastes terrasses-jardins ou encore importance accordée à la bibliothèque qui est placée en position centrale.

  • 6 Chancerel s’inspire du modèle soviétique de la « Maison centrale Boubnov », véritable laboratoire (...)

20La troisième thématique porte sur la définition d’un espace théâtral. Celui du « Centre artistique de la jeunesse » a été réalisé suivant les directives de Léon Chancerel, lequel a joué un rôle très important dans la promotion au sein de l’Exposition de 1937 d’un théâtre expérimental et éducatif, puisant largement son répertoire dans le folklore et s’imposant avec sa diversité de savoir-faire comme l’élément fédérateur idéal des activités d’amateurs6.

21Le dispositif circulaire du Centre artistique de la jeunesse s’appuie sur la tradition du théâtre populaire reprise et prônée par Copeau, le fameux « tréteau nu » qui a pour idéal la scène élisabéthaine ou la représentation théâtrale à l’air libre dans la ville médiévale. Il se réfère nettement à la « scène architecturée » du Vieux Colombier.

22La forme ronde de la scène convoque d’autres inspirations, scène foraine, chœur d’église, scène de plein air antique ou encore dispositif du feu de camp utilisé par les scouts pour leurs jeux dramatiques. L’organisation rayonnante des ateliers autour de la scène traduit l’objectif de synergie des activités. L’accent est mis sur le faire dans ce dispositif : les ateliers à double hauteur, fermés par des cloisons coulissantes, peuvent être largement ouverts sur l’espace central. Une galerie à l’étage valorise leur activité en permettant de l’observer du dessus par le biais de verrières.

23Le Centre de jeunesse du bastion Kellermann, avec toutes ses composantes, apparaît à bien des égards comme le modèle inaugural de l’équipement socio-éducatif tel qu’il va être développé après guerre. Entre-temps, le gouvernement de l’État français, qui y organise plusieurs manifestations dans les premières années de l’Occupation va pouvoir largement s’en inspirer pour définir les nouvelles institutions de la jeunesse organisée, symbolisant le renouveau de la France.

Les initiatives développées dans le sillage de la Révolution nationale

  • 7 « Comité national du folklore – France et Empire », brochure de 1941, archives du MNATP.

24Les initiatives développées dans le cadre de la Révolution nationale recoupent les grands thèmes idéologiques du régime de Vichy : glorification du monde paysan, glorification de la jeunesse et glorification du « plan ». Le principe de la planification de foyers culturels régionalistes est repris et décliné par un certain nombre d’organismes officiels, le « Comité national du folklore - France et Empire » créé en 19417, le secrétariat général à la Jeunesse qui engage une politique de création de nouvelles institutions de jeunesse, la Direction générale de l’Équipement national (DGEN), qui traite au sein de ses comités des objectifs en matière d’équipement touristique et d’équipement rural. D’autres acteurs vont aussi s’exprimer sur le sujet, des associations telles que le Touring-Club de France ou l’association Jeune France, des personnalités telles que Le Corbusier et Georges Henri Rivière.

25En s’inspirant très largement des dispositifs imaginés avant guerre, ce dernier va préconiser la généralisation de quatre types d’équipements pour relayer l’action du MNATP (Rivière 1941 et 1942) : les musées ou « maisons », déclinés suivant l’échelle du territoire auquel ils se rapportent, en « musée de province » et « musée de terroir » ; les foyers communaux qui doivent être le dispositif de base de la « rénovation folklorique » (Rivière 1941) accueillant les spectacles, les conférences, les fêtes et surtout servant de cadre aux veillées paysannes, moment clé de la vie sociale où sont pratiquées les activités folkloriques (en complément du foyer proprement dit, Rivière recommande de prévoir des bains douches et une salle de consultation médicale, l’ensemble apparaissant ainsi comme le vecteur principal de la nécessaire modernisation de la vie paysanne, suivant une conception étendue de l’hygiène sociale) ; en liaison avec ces foyers, Rivière suggère également la mise en place de manifestations ambulantes sillonnant les campagnes (camions-musées, expositions et spectacles itinérants) ; il préconise enfin au niveau local le développement des auberges de jeunesse comme lieu ou s’opère « la communion du citadin et du rural » (Rivière 1942).

  • 8 Voyage au pays de la jeunesse (s. d.), textes de R. Vaucher, J. R. Dumazedier et R. Dumay, secréta (...)

26Le rôle de l’auberge de jeunesse comme support privilégié d’expression du régionalisme est renforcé par la doctrine de la Révolution nationale, sur le thème des affinités entre la pureté du « jeune » et celle du monde paysan. En complément de l’auberge de jeunesse dont le principe de mixité n’est guère apprécié, viennent s’ajouter de nouvelles structures, chantiers de jeunesse, centres d’apprentissage, maisons de jeunes et écoles de cadres pour constituer au final un dispositif d’encadrement total du jeune8.

  • 9 Voir « Instruction aux délégués précisant le rôle et le mode de fondation des centres sociaux (urb (...)

27La maison de jeunes en particulier fait l’objet, à partir de 1941, d’une attention accrue. La déclinaison du programme établie par le Bureau des maisons de jeunes du secrétariat à la Jeunesse manifeste la volonté, inspirée de l’exemple allemand, d’en faire l’institution majeure représentative de l’idéologie de la Révolution nationale et le nouveau centre de la vie civique et sociale des communes9. Cette politique inaugurée par Georges Lamirand est restée cependant très embryonnaire, comparée à la politique très active de la Direction des équipements sportifs, dépendant du secrétariat à l’Éducation générale et aux Sports (Jean Borotra).

L’initiative de « Jeune France »

28L’absence d’une « direction des équipements de jeunesse » laisse un vide que l’association « Jeune France » va chercher à combler. Durant sa courte existence, cette association, connue surtout pour son action artistique et éducative (Chabrol 1974), aura eu le temps de lancer une réflexion architecturale sur le thème des équipements pour la jeunesse.

  • 10 Les bulletins d’information de « Jeune France » rapportent deux entrevues prometteuses en juin 194 (...)
  • 11 Ibid.

29La démarche va trouver dans un premier temps un écho plutôt favorable au sein du gouvernement10. « Jeune France » vise à obtenir dans ce domaine quasiment un statut officiel et cherche à se rapprocher de plusieurs organismes influents tels que la Corporation paysanne dont dépendent les maisons de jeunes rurales ou bien le Comité d’aménagement de la région parisienne, en vue de proposer un plan d’aménagement de la ville de Paris en maisons de jeunes11.

  • 12 Jeune France, réalisations et projets – janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août MC (...)

30L’association met en place un « service d’architecture » avec deux bureaux d’étude, un à Lyon et un à Paris. La description détaillée, fin 1941, de l’organisation de ces services et des activités qu’ils ont engagées atteste de l’importance prise par ce domaine d’intervention12.

31Les buts fixés sont, d’une part l’élaboration de modèles ou de prototypes de maisons de jeunes, et de l’autre, la mise en place de chantiers école où puisse se forger, sur le modèle corporatiste du Moyen Âge, une communauté de « bâtisseurs » dont l’architecte sera le « chef » à la fois sur le plan technique et sur le plan moral.

32L’action du bureau d’étude de Lyon consiste principalement dans le soutien apporté au groupe d’architectes ayant entrepris de rénover le village d’Oppède dans le Vaucluse ainsi que dans le soutien au centre artisanal de Mâcon.

33Le bureau d’étude parisien va prendre en charge, quant à lui, la partie la plus théorique, c’est-à-dire l’élaboration d’un programme de construction, lequel prévoit une liste pléthorique d’équipements à réaliser (maisons et auberges de jeunesses, écoles de cadres, centres de jeunesse, théâtres de plein air, etc.). En point de mire, il y a le projet d’établissement d’un « plan général d’architecture pour auberges de jeunesse et maisons de jeunes », ambitieux programme décennal de réalisations qui doit être présenté à la DGEN.

  • 13 L’avis de concours est publié dans la revue Architecture française (septembre 1941).
  • 14 Voir Jeune France, réalisations et projets, op. cit. et le bulletin Jeune France de mai-juin 1941, (...)

34Les bulletins d’information de l’association et son bilan d’action paru en 1941, font état de plusieurs études de prototypes engagées avec des communes, d’un concours pour une école nationale des cadres organisé en collaboration avec le Secours national13, ou encore d’un travail sur le mobilier et l’aménagement intérieur des maisons et auberges de jeunesse14. En quête d’une reconnaissance officielle, l’association cherche à donner à toutes ses initiatives une publicité maximum. Mais sa position indépendante est fragile et l’on ne trouve aujourd’hui pas trace des projets annoncés.

Le camp « murondin » face au régionalisme

  • 15 Voir l’article de J. R. Dumazedier écrit à l’occasion d’une réunion à Uriage, en avril 1941, des c (...)

35Le régionalisme architectural, triomphant sous Vichy, se manifeste d’abord pour les nouvelles institutions de jeunesse à travers l’enjeu de récupération d’édifices existants. Les maisons anciennes et les châteaux forts qui ont constitué, en Allemagne, des locaux de prédilection pour la création des premières auberges de jeunesse, sont recherchés de façon similaire en France pour l’implantation des maisons de jeunes ou des écoles de cadre. Leur investissement conforte l’esprit de chevalerie que Vichy entend développer chez les jeunes, et la valorisation du Moyen Âge comme époque de référence par rapport au thème de la communauté naturelle (l’École nationale des cadres avait donné l’exemple, en s’installant en 1941 dans le château de Bayard à Uriage). Mais les nouvelles institutions de la jeunesse sont aussi appréciées, durant l’Occupation, pour illustrer la nécessaire synthèse entre modernisation sanitaire et caractères régionaux15. C’est le sens d’un livre édité en 1944 par Gaétan Fouquet, ancien responsable au côté de Marc Sangnier de la Ligue française pour les auberges de jeunesse, qui fait l’apologie des auberges allemandes alliant les éléments d’hygiène et de confort moderne intérieur aux « lignes et formes de l’architecture locale traditionnelle » (Fouquet 1944).

36Avec son procédé constructif « murondin », remis en cadeau à ses « amis les Compagnons de France » (Le Corbusier 1940b) dès septembre 1940, et décrit dans une plaquette publiée en 1942 sous le patronage du secrétariat à la Jeunesse, Le Corbusier est finalement le seul à avoir donné une traduction architecturale de l’équipement pour la jeunesse qui sorte du régionalisme pesant attaché à cette période, tout en revendiquant la « culture » des mouvements de jeunesse.

37Sans rentrer dans la polémique de savoir si la brochure réalisée par Le Corbusier, qui décline le programme, l’organisation et les objectifs d’un centre de jeunesse, constitue la principale manifestation de compromission de l’architecture moderne avec le régime vichyste, on peut relever trois traits de la proposition articulant objectifs d’éducation populaire et problématiques architecturales et urbaines.

38Tout d’abord, à la différence d’un régionalisme romantique ou académique, Le Corbusier met l’accent, dans la lignée du rationalisme constructif de Viollet-le-Duc, sur la rationalité des procédés constructifs vernaculaires et sur l’évolution inéluctable des techniques : « Les folklores ne sont pas arrêt de la puissance créatrice dans le temps. Chaque époque constitue son folklore d’objets et d’abris » (Le Corbusier 1941).

39Le procédé « mur et rondin », qui décline des techniques rudimentaires de charpente et de maçonnerie et le recours aux matériaux « trouvés sur place », se réfère à un passé primitif à résonance universelle. La déqualification de la main-d’œuvre et la pénurie induites par une société industrielle qui a conduit à la guerre, justifient cette posture archaïque : « À la manière des bûcherons dans la forêt » (Le Corbusier 1946).

  • 16 Le principe est précisé par Le Corbusier (1943).

40Associé à l’objectif de « revitalisation » du monde rural, ce principe d’autoconstruction poursuit, comme on l’a vu, les orientations d’avant-guerre (Le Corbusier, 1942). Associé à une logique de fabrication d’éléments standardisés permettant une multiplicité d’assemblages et une multiplicité de configurations en plan16, le procédé inaugure l’association autoconstruction-industrialisation appelée à un bel avenir dans le domaine des équipements socio-éducatifs.

41Sur le plan urbain, la maison de jeunesse est désignée par Le Corbusier, ni plus ni moins, comme le point de départ d’une urbanisation nouvelle. Regroupant à l’air pur sur un site bien exposé, en dehors des villages existants étriqués et insalubres, les nouveaux programmes sanitaires, corporatifs, sociaux et éducatifs, le chantier murondin est présenté comme la première étape possible de la construction d’un « centre coopératif » moderne fédérant plusieurs vieux villages suivant le modèle du village coopératif élaboré avant guerre (de Pierrefeu et Le Corbusier 1942).

42À l’architecture provisoire des baraquements, implantée sans discernement et destinée à être rapidement démolie, Le Corbusier oppose une architecture « transitoire » pouvant accueillir, dans une logique de progression de l’urbanisation, des activités successives du fait de ses qualités constructives et urbaines (Le Corbusier 1940a).

43En alternative à la « baraque » du chantier de jeunesse qui a pris place, au propre comme au figuré, parmi les images d’Épinal produites sous Vichy et aux « châteaux décrépis », selon le mot de Le Corbusier, cette stratégie urbaine conforte l’association d’une architecture rustique et d’une implantation périphérique avec les programmes d’éducation populaire pour la jeunesse. Dans le prolongement de l’espace des loisirs des années 1930, l’espace du campement (campement des jeunes et campement des sinistrés) s’affirme comme l’espace privilégié d’expression de cette esthétique.

Conclusion

44Ni la proposition de Le Corbusier, ni celles de « Jeune France », n’auront eu de succès auprès des autorités de Vichy. Ces démarches très volontaires et « spontanées » qui mettraient en évidence les contradictions du régime ne pouvaient en fait que susciter l’embarras.

45Les thèmes architecturaux et urbains, les références typologiques mis en évidence seront par contre amplement repris et développés après guerre.

46Par le biais des orientations définies au sein d’institutions comme l’École des cadres d’Uriage, le lien noué entre pratiques folkloriques et éducation populaire, ainsi que la réflexion sur l’impact architectural et urbain des nouvelles institutions, loin de trouver leur terme avec le régime de Vichy, vont se perpétuer et évoluer après guerre, en particulier à travers la création et la promotion architecturale des maisons des jeunes et de la culture.

47Celles-ci se sont inscrites, en effet, dès le départ, dans une problématique d’aménagement du territoire et de rééquilibrage entre la ville et la campagne. L’attention apportée au « milieu », à la géographie humaine et aux enjeux d’urbanisation, le rôle pédagogique de l’architecture et l’idée d’un bureau d’étude d’essence associative, menant une politique active de promotion de l’architecture, de ces équipements, enfin l’importance de l’espace théâtral ou encore le thème de l’autoconstruction vont être développés au sein de ces institutions.

Bibliographie

Références bibliographiques

Agache Donat Alfred, Marcel Auburtin et Edouard Redont, 1915. Comment reconstruire nos cités détruites. Paris, Armand Colin.

Chabrol Véronique, 1974. Jeune France, une expérience de recherche et de décentralisation culturelle, novembre 1940, mars 1942. Thèse de lettres, sous la direction de Bernard Dort, université Paris III.

Chalvet S., 1936. Les centres sociaux. Paris, Centre d’informations documentaires.

Chancerel Léon, 1937. « Le théâtre à l’exposition. Comédiens de chair et de bois », Étude, revue catholique d’intérêt général, 20 octobre.

— 1941. Le théâtre et la jeunesse. Paris, Bourrelier et Cie.

Fouquet Gaétan, 1944. Les auberges de la jeunesse. Paris, J. Susse.

Le Corbusier (dit Charles-Édouard Jeanneret). 1940a. « L’architecture et la guerre », Gazette Dunlop 232, mai.

— 1940b « Un petit cadeau à mes amis les Compagnons de France, les maisons murondins », Own, 25 septembre, texte dactyl.

— 1941. « Le folklore est l’expression fleurie des traditions », Voici la France de ce mois, juin.

— 1942. Les constructions « murondins » – entreprises des jeunes, gestion par les jeunes, vitalisation des villages. Manuel technique publié sous le patronage du secrétariat général de la Jeunesse. Paris-Clermont-Ferrand, Étienne Chiron.

— 1943. « Éléments modernes d’une communauté villageoise », in Agriculture et communauté, Jean Carbonnier et al. (dir.). Paris, Librairie de Médicis.

— 1946. Le Corbusier. Œuvres complètes. 1938-1946. Publié par W. Boesiger et al. Zurich, Éditions d’architecture-Girsberger.

Pierrefeu François de et Le Corbusier, 1942. La maison des hommes. Paris, Plon.

Rivière Georges Henri, 1941. « L’amélioration de la vie culturelle des paysans, notes pour un rapport », dactyl., janvier [Archives nationales, AG/2/571, papiers du maréchal].

— 1942. « Le folklore paysan. Notes de doctrine et d’action », Études agricoles d’économie corporative, 2 (4), oct.-déc. : 291-315.

Vaillat Léandre, 1925. « Le village français à l’exposition », L’Illustration 4301, 8 août.

Notes

1 Louis Chéronnet, « Le folklore et les loisirs ouvriers », communication au Congrès international de folklore, section du « Folklore appliqué à la vie sociale », 24 et 25 août 1937, archives du MNATP.

2 Communications au Congrès international de folklore, section du « Folklore appliqué à la vie sociale », sous-section « Jeunesse – musées populaires de folklore », textes dactyl., 24 et 25 août 1937, archives du MNATP.

3 Jean Nihon, « Auberges de jeunesse et folklore », communication au Congrès international de folklore, section du « Folklore appliqué à la vie sociale », 24 et 25 août 1937, archives du MNATP.

4 Dr. Otto Erich, « Bericht über die Haimatmuseen », communication au Congrès international de folklore, section du « Folklore applique à la vie sociale », 24 et 25 août 1937, archives du MNATP.

5 Bulletin d’information de « Mai 1936 » (3 avril 1937).

6 Chancerel s’inspire du modèle soviétique de la « Maison centrale Boubnov », véritable laboratoire éducatif (Chancerel 1941).

7 « Comité national du folklore – France et Empire », brochure de 1941, archives du MNATP.

8 Voyage au pays de la jeunesse (s. d.), textes de R. Vaucher, J. R. Dumazedier et R. Dumay, secrétariat général à la Jeunesse, imprimerie Théolier, Saint-Étienne, Archives nationales, F/44/120.

9 Voir « Instruction aux délégués précisant le rôle et le mode de fondation des centres sociaux (urbains, communaux et ruraux) de la jeunesse », secrétariat général à la Jeunesse, bureau des maisons de jeunes et des auberges de la jeunesse, texte dactyl., s. d. ; et aussi « L’avenir de la jeunesse française », Les Documents français (juillet 1941, 7).

10 Les bulletins d’information de « Jeune France » rapportent deux entrevues prometteuses en juin 1941 avec Georges Lamirand et avec L. Garrone. Voir Jeune France, Bulletin d’information (juillet 1941).

11 Ibid.

12 Jeune France, réalisations et projets – janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août MCMXLI. Paris, 7 rue Jean Mermoz, s. d.

13 L’avis de concours est publié dans la revue Architecture française (septembre 1941).

14 Voir Jeune France, réalisations et projets, op. cit. et le bulletin Jeune France de mai-juin 1941, op. cit.

15 Voir l’article de J. R. Dumazedier écrit à l’occasion d’une réunion à Uriage, en avril 1941, des commissaires régionaux et des inspecteurs nationaux des AFJ, Jeunesse... France (22 avril 1941).

16 Le principe est précisé par Le Corbusier (1943).

Auteur

Laboratoire Architecture, Culture, Société,
École d’architecture Paris-Malaquais

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search