Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

I. Objets et méthodes

L’agriculture au Centre rural de l’Exposition internationale de 1937 : entre agrarisme, folklore et modernisation

Édouard Lynch

Texte intégral

1Les années 1930 constituent une étape essentielle dans la structuration du folklore comme discipline scientifique autonome, dans un contexte de fortes tensions économiques, idéologiques et politiques où l’agriculture et le rapport à la terre occupent une place centrale. Le folklore n’est certes pas exclusivement paysan et prétend embrasser la culture populaire dans son ensemble. Néanmoins, lorsqu’il s’élabore dans l’Europe de la seconde moitié du XIXe siècle, celle-ci est encore largement dominée par le monde rural et les activités agricoles. C’est donc bien le monde des campagnes, menacé par l’essor des villes et l’industrialisation qui mobilise les érudits locaux et les scientifiques. En France, l’attention portée à la paysannerie est d’autant plus forte que s’élabore, au début de la IIIe République, un agrarisme républicain qui associe la prospérité et la stabilité du nouveau régime à une petite paysannerie propriétaire, dépositaire des vertus de la race et de la nation (Barral 1968).

2En dépit des discours alarmants sur le déclin de l’agriculture et les ravages de l’exode rural, le modèle économique français, reposant sur le maintien d’un secteur agricole important, semble sortir renforcé de la Première Guerre mondiale. C’est la crise des années 1930 qui révèle la fragilité intrinsèque d’une agriculture peu productive, dans une économie de plus en plus concurrentielle. Le recensement de 1931 concrétise la prépondérance de la France urbaine sur la France rurale. Cette lente décrue de la ruralité provoque en retour une mobilisation idéologique plus ardente. Présentées comme le conservatoire de tous les archaïsmes au XIXe siècle, comme un obstacle aux progrès et à la modernisation, les campagnes deviennent, au contraire, dans la première moitié du XXe siècle, l’ultime refuge des valeurs intangibles de la civilisation. Le succès de la littérature régionaliste et ruraliste, abondamment relayé par l’école républicaine (Chanet 1997 et Thiesse 1999), s’observe également dans la peinture, non des avant-gardes parisiennes mais des actifs salons de la France provinciale (Bernard 1990).

3L’Exposition internationale de 1937 en offre un exemple éclairant (Collet 1987), d’autant que se juxtaposent deux projets, celui du Centre régional, aux Invalides, conduit par Edmond Labbé et celui du Centre rural de la Porte Maillot. Le premier, prévu dès l’origine, entend promouvoir la France des provinces dans lequel s’investissent les principaux acteurs du régionalisme de l’entre-deux-guerres. Quant au second, il est réalisé dans l’urgence et sous l’impulsion du gouvernement du Front populaire et de son ministre socialiste de l’Agriculture, Georges Monnet. Un Centre rural qui se voulait un « manifeste de gauche » et une sorte d’« utopie social-démocrate » (Ory 1994 : 609). Au-delà des différences de moyens, d’objectifs, et de la volonté de rupture revendiquée par ses promoteurs, l’élaboration et le fonctionnement du Centre rural témoignent de la persistance de l’ambivalence des représentations paysannes et de leurs usages, dans un contexte de transformation du folklore en ethnologie.

La gauche, de la culture populaire à la culture paysanne

La genèse d’une idée

4La réalisation du Centre rural à l’Exposition internationale de 1937 a été largement à l’initiative de la nouvelle majorité issue des élections de 1936 et notamment de son jeune ministre socialiste de l’Agriculture, Georges Monnet. Une telle attention pourrait paraître paradoxale, pour un parti qui continue à se réclamer d’un marxisme orthodoxe, et que ses adversaires présentent comme totalement étranger à la société paysanne et à l’agriculture française. De fait, dès les années 1880 et sous l’influence de Jean Jaurès, les socialistes se sont rapidement préoccupés de la paysannerie et des petits exploitants. Ce phénomène est facilité, après la Première Guerre mondiale, par l’imprégnation de la culture républicaine, qui promeut les petites patries et la valorisation des identités régionales. Une telle convergence s’amplifie encore à l’extrême gauche, après que le Parti communiste a abandonné la stratégie de classe contre classe, appelant au contraire au rassemblement de toutes les forces progressistes. La crise, en développant un fort mécontentement des exploitants agricoles légitime cette évolution, alors même que se renforce l’implantation des communistes et surtout des socialistes dans les départements ruraux.

5Par-delà l’élaboration de programmes de réformes concrètes, l’action agricole des socialistes se veut aussi sociale et culturelle. Dénonçant l’exode rural, comme l’ensemble de la classe politique, ils y voient la preuve des mauvaises conditions de vie des ruraux, maintenus dans l’ignorance et dans l’isolement. Améliorer leurs conditions de vie, leur donner les moyens d’accéder aux loisirs et à la culture, les ouvrir sur le monde extérieur, sont autant d’objectifs qui passent par des réalisations concrètes. La crise donne à ces revendications un nouvel écho, porté par des militants issus du monde rural. La revendication pour la dignité et l’émancipation culturelle du paysan alimente l’un des premiers articles de Tanguy Prigent, futur député du Finistère en 1936 :

« Le paysan prend enfin conscience de sa dignité. Il ne veut plus être une bête de somme, un “animal humain” produisant des richesses pour le compte d’autrui, sans se soucier jamais de savoir s’il veut sortir de sa situation misérable. Il en a assez d’être méprisé, bafoué. Il veut montrer qu’il est capable, lui aussi, de penser, de sentir, de s’élever sans cesse par le cœur et par la pensée, vers plus de justice et plus de beauté » (Prigent 1934).

6Lutter pour le maintien des paysans à la terre conduit inévitablement à exalter l’identité et les valeurs paysannes, bafouées par l’expansion de la civilisation industrielle et urbaine. La Confédération nationale paysanne (CNP), organisation fondée en 1933 par les socialistes, développe un discours qui exalte les spécificités et l’irréductibilité d’une civilisation paysanne :

« L’erreur est toujours la même : la plupart des lois sociales n’ont pas été faites pour les gens de la terre et on tente de les leur appliquer, plutôt mal que bien, sans vouloir comprendre que les problèmes ruraux ne sont pas des cas particuliers des problèmes industriels et urbains, mais qu’une véritable civilisation paysanne préexiste à notre civilisation standard et anonyme. Il faut faire une véritable école rurale à tous les degrés, comme il faut faire des lois sociales s’appliquant à la terre, comme il faut créer un réseau d’organisation des loisirs et de la culture adapté au travail des champs » (Pitaud 1936 : 399).

7Cette civilisation paysanne reste néanmoins à définir : il s’engage alors une réflexion qui se nourrit des débats croissants au sein de la gauche sur l’identité et la culture populaire. La doctrine prolétarienne joue là un rôle décisif et place naturellement l’ouvrier au premier plan. Mais en ce temps de crise agraire et de mobilisation paysanne, les « théoriciens » socialistes et communistes ne peuvent laisser de côté la grande masse des petits exploitants.

Les foyers paysans d’émancipation et de culture

8Ces discussions et ces débats ne sont pas seulement théoriques et discursifs. Ils s’accompagnent, à la faveur du contexte favorable de la victoire aux élections de 1936, d’une tentative de réalisation à travers les foyers paysans d’émancipation et de culture, créés par la CNP. Le Ve Congrès, à Clermont-Ferrand, en janvier 1937, lance le mouvement des foyers paysans :

« Ce sont des foyers de culture où tous nos militants, jeunes et vieux, femmes et jeunes filles, pourront acquérir des connaissances plus étendues en matière agricole, mais aussi et surtout des foyers de culture générale. Nous sommes de ceux qui pensent que le paysan doit avoir une culture complète lui permettant de traiter et de comprendre tous les problèmes sociaux. La science, l’art, les études philosophiques et littéraires, ne doivent plus être l’apanage d’une minorité privilégiée. Le paysan, qui durant des siècles et des siècles, a défriché les terres incultes doit avoir enfin le droit de défricher son cerveau » (Calvayrac 1937).

9Dès le mois d’avril, le responsable de l’organisation, Gérard Vée, se félicite des soutiens que reçoit le jeune mouvement : l’association « Mai 36 », le syndicat des ingénieurs de l’agriculture, le Syndicat national des instituteurs et le mouvement des auberges de jeunesse.

  • 1 « Dans le plus humble village il y a place pour un peu de joie active », Le Populaire (s.d.).
  • 2 La volonté paysanne (15 août 1938).

10L’organisation des loisirs au village, un des principaux objectifs des foyers paysans, doit permettre de proposer au paysan des loisirs « sains », par opposition aux loisirs « vains » des villes : « Et puis, après les heures sérieuses, il aimerait, s’il est jeune que l’on rie, que l’on chante, que l’on danse, que l’on joue avec lui »1. Dans la promotion de ces loisirs paysans, il y a place pour le folklore, qui est à la fois le support d’une activité, mais aussi et surtout le réinvestissement par les masses paysannes de leur propre culture. Le Bulletin des foyers paysans, en novembre 1938, relaie le lancement de l’enquête sur l’habitat rural, entreprise par l’équipe du musée des Arts et Traditions populaires2. Cette collaboration s’inscrit dans le droit-fil des réalisations de l’Exposition internationale de 1937 et notamment du Centre rural vers lequel convergent toutes les initiatives.

Le Centre rural, entre négation et re-fondation des traditions

Le rejet unanime d’un monde rural passéiste

11La réalisation du Centre rural, par la volonté et la détermination du nouveau gouvernement issu des élections de 1936, s’inscrit dans une logique de rupture idéologique avec les projets de l’équipe précédente. Ceux-ci avaient pourtant fortement évolué dans la mise en œuvre du Centre régional. Il n’était plus question de refaire, comme en 1900, une présentation figée de la vieille France (Paris 1937, 1987 : 268), mais bien d’associer l’héritage du passé et les mutations du présent, comme le souligne l’architecte en chef, M. Maigrot :

« Rejetant, interdisant tout pastiche, ils ont, sans renier un passé riche d’enseignements et d’histoire, retenu des différentes régions leurs éléments particularistes et traditionnels imposés par l’origine, le climat, le mode d’emploi de la matière constructive, afin que l’essentiel de la vie provinciale vînt se manifester sous toutes ses formes spirituelles, manuelles ou matérielles » (de Gobard 1937).

12Cette volonté de présenter le régionalisme et avec lui le folklore comme résolument tourné vers l’avenir est aussi la préoccupation essentielle de Jean Charles-Brun, directeur adjoint du Centre régional :

« Grosse partie que jouent les régionalistes. Il s’agit cette fois d’une application immédiate de leurs principes. On est trop enclin à confondre régionalisme avec passéisme, si j’ose ce mot barbare, à ne voir dans notre mouvement que le désir de conserver des formes périmées et, du reste, attendrissantes. Cette erreur nous a fait bien du tort. Tout au contraire, le régionalisme, s’il emprunte au passé ce qui est vivant, s’il lui demande des règles et des exemples, interprète la tradition, choisit entre les traditions bienfaisantes et les routines. Il proscrit le pastiche et la reproduction » (Charles-Brun 1937).

13Il importe d’aboutir à un ensemble tourné vers l’avenir, prétention que lui dénient pourtant en partie les promoteurs du Centre rural. Georges Monnet, dans la présentation officielle du Centre rural entend aller plus loin encore :

« Il ne s’agissait point d’évoquer, à l’usage des amateurs de pittoresque, le charme d’un petit village de convention. [...] Sous les yeux de nos visiteurs, nous avons voulu grouper un ensemble de réalisations empruntées aux types les plus récents, marquant bien l’effort à la fois technique et social qui doit se poursuivre à travers nos campagnes pour que la vie de leurs habitants y bénéficie de garanties de bien-être, de sécurité, de culture spirituelle et de délassement, qui ne le cèdent en rien à celles dont peuvent jouir les habitants des cités les plus modernes » (ministère de l’Agriculture 1937).

14Cette culture spirituelle est assurée par le foyer paysan, mais aussi par le musée du terroir, dont l’aménagement a été confié à Georges Henri Rivière et André Varagnac, qui présentent eux aussi le folklore en termes de rupture :

« Le folklore manifeste donc la puissance créatrice, les réserves d’art que recèle le peuple de nos campagnes et de nos villes. [...] Dédié à la jeunesse des écoles et aux populations laborieuses, il ne sera point un de ces dépotoirs pittoresques à quoi nous ont accoutumé trop de musées de folklore. Il ne sera point même un de ces musées d’“art populaire” décoratifs dont auraient rêvé certains amateurs : ceux qui croient bien faire en ne retenant, parmi les produits de nos artisans, que ceux qui présentent à leurs yeux des caractères esthétiques » (Rivière et Varagnac 1937).

15Sans s’engager dans de vaines polémiques, alors même que le jeune musée des Arts et Traditions populaires s’appuie très largement sur l’armature des sociétés savantes régionalistes, les réalisations du Centre rural sont l’occasion d’affirmer une pratique muséographique radicalement nouvelle, qui se veut l’exact reflet d’une mise en scène de la modernité.

Le Centre rural et la tentation de la modernité

16Alors que le Centre régional s’inspirait, dans son architecture, des traditions régionalistes, le Centre rural propose une esthétique toute fonctionnelle. Telle est du moins la place que semble lui attribuer le commissaire général Edmond Labbé :

« Le Centre rural aura un caractère et un but pratiques. Il permettra de concevoir dans un même ensemble les divers éléments de l’agriculture française, l’artisanat rural, les services publics au village, les coopérations, les syndicats agricoles, les organisations professionnelles, l’administration rurale, en un mot l’organisation de l’agriculture en tenant compte des techniques modernes » (Labbé s. d.).

17Les comptes rendus les plus favorables valorisent cette dimension technique et pratique, quitte à renforcer l’aspect plaisant de la réalisation :

  • 3 « Au Centre rural de l’Exposition », Le Populaire (3 juillet 1937).

« Le “Village 37” en constitue, en effet, dans l’ensemble de l’Exposition, l’un des coins les plus délicieux du Grand Paris. Il a son caractère propre, son charme, c’est un symbole ! Symbole de la vie rurale. D’une part l’organisation administrative : mairie, école moderne, bureau de poste avec l’automatique rural, foyer communal, bibliothèque. De l’autre, l’équipement coopératif et syndical : silo à blé, coopérative vinicole, laitière et fruitière. Enfin, la ferme modèle, le logement de l’ouvrier agricole3. »

  • 4 Paris, Archives nationales, F12 12414 – Centre rural, « Note sur l’état actuel de l’organisation d (...)

18Les réalisations techniques sont une composante essentielle du Centre rural. Elles étaient déjà présentes dans le projet initial, élaboré sous l’égide de l’Assemblée permanente des présidents de chambre d’agriculture. Cet organisme, avant 1936, a exercé une très forte pression sur le gouvernement pour améliorer la représentation de l’agriculture, autour de la conception d’un « village moderne »4. Il prolonge une tradition de modernisation et de rationalisation du travail de la terre, portée notamment par les agents du ministère de l’Agriculture et dont on trouve d’autres exemples. La présentation des potentiels du machinisme dans la production agricole est accentuée par le Front populaire dans le sens de l’action collective et de la coopération. Cette valorisation des formes modernes de l’agriculture, va à l’encontre des visions dominantes d’un monde agricole voué à l’immobilisme. L’introduction de l’énergie électrique, les progrès de la mécanisation font résolument entrer les paysans dans le monde moderne.

19D’un point de vue strictement architectural, le Centre rural rompt très nettement avec la stratégie du Centre régional évoquée précédemment en écartant les principaux marqueurs « identitaires ». Cet objectif est clairement défini par le concepteur du « Village 37 » :

« Architecte en chef, M. Lecomte avait demandé à ses collègues chargés de construire d’autres bâtiments, que les matériaux utilisés soient ceux que l’on pouvait trouver dans nos campagnes. C’est ainsi que les toits, charpentes de bois, étaient recouverts de tuiles, la brique était largement utilisée, les murs étaient de crépis de chaux. D’une conception architecturale moderne, ces bâtiments, sans appartenir par leurs lignes à une région bien déterminée, conservaient cependant l’aspect traditionnel de ceux de bien des villages français » (ministère de l’Agriculture, op. cit.).

  • 5 Prélude (décembre 1934).

20Le choix assumé de la modernité n’était pas allé jusqu’à reprendre les conclusions du Village radieux de Le Corbusier, publié de manière confidentielle quelques années plus tôt5, mais l’on peut néanmoins relever quelques convergences, notamment dans la primauté accordée à la fonctionnalité et à la rationalisation de l’espace collectif.

Le folklore au Centre rural, entre théorie et pratique

Fêtes et cultures, les lieux du réinvestissement folklorique

21La vision technicienne, modernisatrice et professionnelle du Centre rural de la Porte Maillot n’est pourtant pas la seule revendiquée par ses concepteurs. Selon Georges Monnet, celui-ci a réconcilié modernité, technique et joie de vivre des ruraux :

« Et tout au long de la saison 1937, ce petit village synthétique bourdonna si bien d’une activité sans cesse renaissante : présentation et dégustation de produits, concours d’animaux, de légumes, de fruits, manifestations et congrès agricoles, fêtes paysannes avec les chants et les danses de nos diverses provinces, que l’on oubliait vraiment le caractère artificiel de ce petit coin champêtre pour n’y voir plus qu’une sorte de préfiguration vivante de ce qu’un jour prochain sera notre terre de France lorsque, puisant aux traditions millénaires les raisons d’agir avec courage, patience et méthode, à la construction d’un monde nouveau [...] » (ministère de l’Agriculture, op. cit.).

22La présence du musée du terroir, ainsi que du foyer communal renvoie très nettement à l’idéologie développée par les mouvements syndicalistes qui font de l’émancipation culturelle une condition indispensable à l’épanouissement des ruraux.

  • 6 « Dans le plus humble village il y a place pour un peu de joie active », Le Populaire (s. d.).

23Cette fonction repose sur le musée du terroir de Romenay-en-Bresse, transporté et surtout adapté aux nouvelles exigences muséographiques, que Georges Henri Rivière promeut, au même moment, au musée des Arts et Traditions populaires. Un tel musée doit faire prendre conscience aux paysans de la richesse de leur patrimoine culturel et identitaire, que le plus souvent ils ignorent : « Notre ami paysan voudrait pourtant s’instruire, connaître son pays et son temps. Il aimerait revivre les heures tragiques de son histoire, l’épopée de Jacques Bonhomme.6 » La presse de gauche souligne cette dimension :

« Un autre panneau montre les fêtes traditionnelles du pays – les jeux et les divertissements. Nos amis [Rivière et Varagnac] ont eu l’heureuse idée de faire reproduire une autorisation du seigneur de Romenay donnée à ses paysans en 1607 [?] et leur permettant – moyennant finance – de danser aux principales fêtes de l’année. Il n’est pas mauvais de rappeler aux jeunes habitants du village ce détail, en apparence puéril. Il leur fait connaître les petites brimades dont furent victimes leurs arrière-grands-parents [...] » (Humbert 1937).

24La nécessité d’un tel apprentissage ne fait aucun doute, comme le précise la conclusion :

« Les paysans désertent la vie saine des champs. Une de leurs raisons, et non la moindre est le manque de distractions et de possibilités culturelles. Lorsque les foyers communaux seront multipliés, lorsqu’ils seront visités souvent par des tournées de comédiens, de musiciens, de conférenciers, lorsque les initiatives locales seront encouragées, on verra moins de paysans aller vers la ville souvent inhospitalière » (ibid..).

25Cet appel en faveur de l’épanouissement culturel de la paysannerie rencontre d’ailleurs un large consensus, y compris dans la presse conservatrice :

  • 7 « Au Centre rural. Une visite au musée du terroir », Le Matin (30 août 1937).

« Ce musée du terroir, est-ce que chacune des communes de France ne devrait pas posséder le sien, comme la plus éloquente de ses lettres de noblesse. [...] Les lettres de noblesse du travail de cette population anonyme de ruraux dont l’énergie, la persévérance, l’amour du sol, firent, de génération en génération, de notre belle et fertile terre de France, ce qu’elle est aujourd’hui7. »

  • 8 « Au Centre rural de l’Exposition – Le calendrier du Centre rural », Le Populaire (3 juillet 1937)

26Le statut et la place des manifestations folkloriques au sein du Centre rural illustrent également ces convergences. À l’origine, la dimension professionnelle et modernisatrice semblait les exclure, d’autant plus facilement qu’elles trouvaient une place de choix au Centre régional. Pourtant, très rapidement, les activités corporatives sont doublées d’animations folkloriques et les semaines régionales se succèdent tout au long de l’été. Au mois de juillet 1937 se déroulent les semaines de la Normandie, de la vallée de la Loire et de la Bourgogne, où se mêlent folklore et gastronomie. D’autres manifestations, comme la « réunion solennelle des récompenses aux lauréats du Concours international de la « vaillante fermière »8 ne véhiculent pas nécessairement l’image d’une paysanne « émancipée ». Cette valorisation du folklore n’est pas en soi surprenante, inscrite dans la volonté de rénover et de promouvoir des loisirs ruraux sains. Les activités folkloriques ont enfin un objectif plus « commercial », celui d’attirer les visiteurs et de proposer des réjouissances strictement ludiques, fustigées par les adversaires du projet :

  • 9 « L’agriculture à l’Exposition : le village sans clocher », L’avenir du Plateau central (27 mars 1 (...)

« C’est précisément pour cela d’ailleurs, qu’à ce village sans clocher qui ne saurait donc être un village, on a judicieusement donné le surnom un peu baroque et barbare, de “Centre rural” qu’en bon français on pourrait tout simplement traduire par ce mot naturellement d’origine et d’essence françaises “kolkhose”. [...] Pour le reste, pourquoi se tourmenter outre mesure ? Puisque la petite église et le clocher seront remplacés – très avantageusement, n’est-ce pas ? – par un authentique « estaminet » où l’élément spiritueux remplacera l’élément spirituel ; où le carillon des chopinettes et des canettes remplacera le carillon des cloches. Où les offices et les services religieux seront remplacés par les offices et les services agricoles ; et où les colonnes sacrées du sanctuaire seront incontestablement remplacées par des piliers de cabaret9. »

27Ces animations contribuent sans doute, associées aux expositions animales et aux dégustations de produits régionaux, au succès populaire du Centre qui reçoit plus d’un million de visiteurs.

Du folklore du peuple au folklore de « classe »

28La gauche gouvernementale utilise également le Centre rural comme un instrument de combat et de propagande, alors même que sa politique agricole est fortement contestée par les grandes associations agricoles conservatrices. Il convient de promouvoir une modernisation économique, où l’État se substituerait pour partie aux organisations aux mains des grands propriétaires, afin de redonner au peuple des campagnes la maîtrise de son destin. La figure du silo remplaçant l’église comme « ligne verticale » n’est pas anodine et cristallise d’ailleurs les critiques. Pour les partisans de l’office du blé, le silo supprime les intermédiaires, empêche la spéculation et renforce la dynamique communautaire.

29La démarche prônée par Georges Henri Rivière, autant dans le vaste projet muséographique des arts et traditions populaires qu’au musée du terroir, emprunte largement à l’idéologie. Il ne s’agit rien moins que de rendre au peuple son musée, comme il s’en explique dans une conférence donnée à la Société des amis du Louvre, en 1937 :

« On serait tenté de redire avec le poète : “Notre art, notre histoire, le Louvre les résume dans ses murailles séculaires et dans les trésors qu’elles protègent. Préserver cet héritage, le transmettre enrichi aux générations nouvelles, c’est le devoir le plus noble qui s’assigne à nos musées. À qui sont les génies si ce n’est à toi, peuple ? Ils t’appartiennent : ils sont tes fils et tes pères ; tu les engendres et ils t’enseignent.” Aussi notre pays, au moment même où le machinisme triomphant menace gravement, tant aux champs qu’à la ville, des traditions et un outillage dont l’origine se perd dans la préhistoire, se devait-il d’édifier leur maison au paysan et à l’artisan français » (Rivière s. d.).

30Le peuple « paysan » s’impose au centre des projets muséographiques :

« Il faut de beaux musées pour le citadin des provinces et même pour le paysan. Tel ce noble et touchant musée du terroir que se sont donné les villageois de Romenay et qu’on verra bientôt au Centre rural de l’Exposition, que les musées de province soient vivifiés par le régionalisme, qu’ils s’enracinent dans l’histoire et les traditions locales » (ibid.).

31Et l’exemple de ce renouvellement muséographique n’est pas anodin :

« Entrez plutôt dans la section égyptienne du musée de l’Ermitage : des plans en relief, des maquettes de monuments, des extraits de manuscrits, des textes historiques, des images anciennes et modernes ressuscitent la vie des riverains du Nil. La religion, la structure sociale, les techniques sont évoquées et non pas seulement les aspects esthétiques et les problèmes de style. Auprès de la riche momie du pharaon, l’humble dépouille de l’artisan ; auprès de l’objet de luxe, l’objet courant » (ibid.).

32S’esquisse ici une muséographie sociale, qui attire le peuple et favorise son éducation et son épanouissement culturel, dans la droite ligne des projets culturels du Front populaire. Une profession de foi à laquelle fait écho la description du musée du terroir d’Agnès Humbert, collaboratrice de Rivière qui décrit – ou imagine – la visite des humbles fermiers : « J’ai écouté les remarques de fermiers visitant le musée du terroir. Ils étaient amusés et émus devant la simplicité de l’outillage de leurs devanciers. » Elle achève l’article sur cette conclusion sans appel : « Il émane de ce musée une étonnante idée de dignité de classe » (Humbert 1937).

33L’attention portée aux artisans et aux ouvriers des villes témoigné également de la volonté de ne pas réduire le folklore a la paysannerie. Il convient d’abord de réaffirmer symboliquement l’unité entre ouvriers des villes et des campagnes, afin de contrer la propagande active des adversaires du Front populaire, mais aussi de réhabiliter la culture ouvrière. Dans sa définition du folklore « vivant », Georges Henri Rivière choisit un exemple bien précis :

« Vous vous rappelez ce qui s’est passé au début des occupations d’ateliers et de chantiers : partout les grévistes ont organisé non seulement cette occupation, le bon ordre, le ravitaillement, etc. Mais ils se sont mis à improviser des fêtes entre eux. En quelques jours on a assisté ainsi à la plus surprenante éclosion de festivals populaires que notre histoire ait connue depuis les bals en plein air de la Grande Révolution. Croyez-vous que des faits comme ceux-là ne comptent pas dans la vie du mouvement ouvrier et qu’ils ne valent pas la peine d’être enregistrés avec soin, comme des événements historiques. Le folklore manifeste donc la puissance créatrice, les réserves d’art que recèle le peuple de nos campagnes et de nos villes » (Rivière et Varagnac 1937).

34Rivière donne ainsi une caution scientifique au mouvement de mai-juin 1936, fait rentrer les « salopards en casquette » dans la grande histoire et même au musée. Comme beaucoup de militants de gauche, il a conscience de vivre une mutation sans précédent, où l’intellectuel se met au service du peuple :

« Les créations que nous venons d’esquisser coïncident avec le grand mouvement de rénovation qui se manifeste dans notre pays. [...] Le folklore n’est pas autre chose qu’une culture propre aux larges masses populaires de pays modernes. Jusqu’à présent, on a pu concevoir l’étude de cette culture comme une simple satisfaction intellectuelle à l’usage des savants. [...] Il faut que le travail scientifique des folkloristes permette au peuple lui-même de prendre conscience de cette culture dont il a été depuis des milliers d’années le soutien anonyme. Nous devons aider le peuple à connaître et à comprendre les trésors d’activité artistique qu’il porte en lui. Et cette tâche sera pour nous aussi, les spécialistes, un moyen de salut, en ce qu’elle nous garantira sans cesse contre les erreurs et les aveuglements qu’entraîne trop souvent la spécialisation » (ibid.).

Conclusion

35Par les multiples initiatives, administratives, gouvernementales ou scientifiques qui concourent à son élaboration, à son fonctionnement et à sa postérité, le Centre rural de la Porte Maillot offre un « précipité » exemplaire des débats et des enjeux portés par le folklore, dans ses liens avec le monde agricole et rural. Face aux mutations de plus en plus profondes que connaissent les campagnes, tant sur le plan économique que culturel, le folklore apparaît tout à la fois comme l’ultime refuge d’une civilisation paysanne assimilée à l’essence de la nation, mais aussi comme le levier d’une nouvelle approche, scientifique, populaire et émancipatrice, indispensable à la modernisation de l’agriculture.

36Dans ce contexte, le travail d’enquête et d’analyse des folkloristes peut s’épanouir, et après l’élan décisif donné sur le plan institutionnel par le Front populaire, c’est l’État français qui offre, à travers sa politique folklorique, une possibilité d’expansion sans précédent dans laquelle s’engouffrent les jeunes équipes du musée des Arts et Traditions populaires. Une étrange alchimie dont témoigne une publication collective intitulée Agriculture et communauté, préfacée par Louis Salleron, le théoricien de la Corporation paysanne, qui retrouve Georges Henri Rivière et Marcel Maget (1943), évoquant les « Fêtes et cérémonies de la communauté villageoise », tandis que Le Corbusier (1943), dans « Éléments modernes d’une communauté villageoise », reprend à l’identique les conceptions avant-gardistes de son texte de 1934.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barral Pierre, 1968. Les agrariens français de Méline à Pisani. Paris, Armand Colin.

Bernard Héliane, 1990. La terre toujours réinventée. Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Calvayrac Élie, 1937. « Les foyers paysans », Le Populaire, 27 mars.

Carbonier Jean et al., 1943. Agriculture et communauté. Paris, Librairie de Médicis.

Chanet Jean-François, 1997. L’école républicaine et les petites patries. Paris, Aubier.

Charles-Brun Jean, 1937. « Sous le signe du régionalisme. L’Exposition de 1937 », La revue du Plateau central, janvier.

Collet Isabelle, 1987. « Le monde rural aux expositions de 1900 et 1937 », in Muséologie et ethnologie. Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux : 100-124.

Gobard A. de, 1937. « Le Centre régional ouvre aujourd’hui », L’Intransigeant, 13 juin.

Humbert Agnès, 1937. « Expo 1937. Le Centre rural », La Vie ouvrière.

Labbè Edmond, s. d. Vie à la campagne. S. 1., s. n.

Le Corbusier, 1943. « Éléments modernes d’une communauté villageoise », in Agriculture et communauté, Collectif. Paris, Librairie de Médicis : 95-108.

Ministère de l’Agriculture (éd.), 1937. Le Centre rural de l’Exposition internationale de 1937. Préface de Georges Monnet, ministre de l’Agriculture.

Ory Pascal, 1994. La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, 1935-1938. Paris, Plon.

Paris 1937. Cinquantenaire de l’Exposition internationale des arts et des techniques dans la vie moderne, 1987. Paris, Institut français d’architecture.

Pitaud Henri, 1936. La terre aux paysans. Paris, P. Bossuet.

Prigent Tanguy, 1934. « Le paysan de demain », Le Populaire, 27 octobre.

Rivière Georges Henri, s. d. « Le musée des Arts et Traditions populaires. Discours prononcé à l’assemblée générale annuelle de la Société des amis du Louvre, le 5 mai 1937 ». Compiègne, Imprimerie de Compiègne.

Rivière Georges Henri et André Varagnac, 1937. « Folklore », Midi socialiste, 26 janvier.

— 1937. « Nouveau destin des musées de France », L’amour de l’art 3, mars, 18e année.

Rivière Georges Henri et Marcel Maget, 1943. « Fêtes et cérémonies de la communauté villageoise », in Agriculture et communauté, Collectif. Paris, Librairie de Médicis : 75-94.

Thiesse Anne-Marie, 1999. La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècles. Paris, Le Seuil.

Notes

1 « Dans le plus humble village il y a place pour un peu de joie active », Le Populaire (s.d.).

2 La volonté paysanne (15 août 1938).

3 « Au Centre rural de l’Exposition », Le Populaire (3 juillet 1937).

4 Paris, Archives nationales, F12 12414 – Centre rural, « Note sur l’état actuel de l’organisation de l’exposition de 1937 », datée du 23 avril 1936.

5 Prélude (décembre 1934).

6 « Dans le plus humble village il y a place pour un peu de joie active », Le Populaire (s. d.).

7 « Au Centre rural. Une visite au musée du terroir », Le Matin (30 août 1937).

8 « Au Centre rural de l’Exposition – Le calendrier du Centre rural », Le Populaire (3 juillet 1937).

9 « L’agriculture à l’Exposition : le village sans clocher », L’avenir du Plateau central (27 mars 1937).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540