Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

I. Objets et méthodes

L’enquête d’architecture rurale (1940-1968), une étape dans la construction de l’ethnologie française

Marie-Noële Denis

Texte intégral

1L’enquête d’architecture rurale (EAR 1 425), lancée par le musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), constitua à tous points de vue un moment clé du passage du « folklore » tel qu’il avait été pratiqué jusqu’au début du XXe siècle à « l’ethnologie française ».

2Il s’agissait de déterminer scientifiquement les types de maisons rurales existant dans les différentes régions françaises, afin de constituer un corpus de modèles susceptibles d’être utilisés pour d’éventuelles reconstructions, après la Seconde Guerre mondiale. Cette préoccupation n’était pas nouvelle puisque, déjà en 1917, les ministères de tutelle (ministère de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et de l’Agriculture) avaient organisé un concours d’architecture « pour la reconstruction des habitations rurales dans les départements envahis » (ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts 1917a et 1917b ; Cordonnier 1917 ; « Fermes et habitations rurales » s. d.). L’idée était de proposer des « modèles types de constructions agricoles pour les régions dévastées par la guerre » (ministère de l’Agriculture s. d.). Mais l’opération, lancée en 1941 par la Délégation générale à l’équipement national, sous le nom de Chantier 1425, s’en distingue par l’originalité de ses perspectives et de ses méthodes. Sous l’influence du mouvement régionaliste et de l’Exposition internationale de folklore qui s’était tenue à Paris en 1937, il ne s’agissait plus d’inventer des modèles mais de les sélectionner in situ et d’analyser les différents types régionaux de maisons rurales. Les ethnologues devenaient alors les maîtres d’œuvre d’une vaste enquête, structurée au niveau national, et les architectes de simples observateurs-exécutants, respectant les directives d’un programme ethnologique.

3Dans ce cadre, le Chantier 1425 contribuait, par les thèmes abordés, les champs d’études et les méthodes mises en œuvre, à l’intégration de l’ethnologie dans le corps des disciplines scientifiques alors que, dans le même temps, les circonstances politiques lui assuraient un statut officiel et la reconnaissance universitaire.

Les prémices

L’influence des géographes

4Pourtant, les premières études d’architecture rurale, ou plus précisément d’habitat rural, furent en France le fait de géographes.

5Dès la fin du XIXe siècle, l’enquête de de Foville (1895) avait déjà essayé de dégager une typologie des maisons rurales sur l’ensemble du territoire. Jean Brunhes, père fondateur de la géographie humaine, reprit ce travail selon une thèse historique et culturaliste de l’habitat, considérant que celui-ci avait évolué dans la durée et en fonction de ses origines ethniques.

6Albert Demangeon, par la suite, et avec plus de persévérance, bâtit ses classifications sur des principes de fonctionnalité naturaliste et socioéconomique, la maison étant à la fois le résultat du milieu naturel et des usages (en termes d’asile familial et d’outil de production). Il procéda par une méthode quasi anatomique à l’étude de ses formes et de ses fonctions. Dans son esprit, l’exploitation rurale était une cellule vivante dont l’habitation constituait le noyau. Ce naturalisme le conduisit à une description de l’habitat imitée de la botanique et établie à partir de fiches et de questionnaires. Sa typologie, fondée sur la morphologie architecturale, le milieu géographique (en particulier l’accès à l’eau) et le mode d’exploitation, faisait de la maison un outil agricole fonctionnel. Elle aboutit à une classification qui distinguait les maisons-blocs et les maisons-cours, les fermes à cour ouverte ou fermée, les bâtiments en ordre serré ou lâche (Demangeon 1938). Demangeon réalisa sur ce thème une enquête nationale (Demangeon 1928) qui fut présentée à l’Exposition internationale de 1937 (Maison rurale en France 1937), puis collabora en tant qu’expert à la mise en œuvre de l’EAR 1 425.

L’influence des historiens

7Bien que prépondérante, la primauté des géographes n’occulta pas le rôle des historiens de l’école des Annales, en particulier Lucien Febvre et Marc Bloch, qui avaient rencontré Georges Henri Rivière au Congrès international de folklore, en 1937, et participé à la fondation de la Commission nationale des arts et traditions populaires, l’année suivante. L’école des Annales et son courant marxiste (Albert Soboul et Charles Parain) pratiquaient une histoire attentive à la vie quotidienne, aux mentalités populaires, à la dimension collective des faits. Dans cette perspective, Lucien Febvre et l’ethno-historien André Varagnac avaient été à l’origine, dès avant la guerre, de grandes enquêtes nationales sur les usages de la moisson, les feux traditionnels, la forge au village et l’alimentation populaire.

L’influence des sociologues et des ethnologues

8L’influence des sociologues paraît avoir été plus ténue. Néanmoins, l’ombre de Frédéric Le Play sous-tendait la méthode d’enquête mise au point par Marcel Maget en 1943. L’EAR 1 425 utilisait en partie la même démarche monographique minutieuse à des fins de comparaison entre sociétés et cultures. Elle reprenait à son compte l’hypothèse du rôle stratégique de la famille (et de sa maison) dans le fonctionnement de la société et, partant, de celui du patrimoine familial et des systèmes successoraux pour la reproduction sociale.

9Dans cet ensemble, et au début de l’enquête, le rôle des ethnologues paraît avoir été assez limité. Arnold Van Gennep gardait ses distances. Très individualiste, opposé au scientisme et au positivisme du MNATP, il ne s’intéressait qu’aux rituels qu’il considérait comme les objets ethnologiques majeurs autour desquels s’organisaient les cycles de la vie sociale. L’enquête d’architecture rurale conçue comme l’observation de faits matériels et contemporains se situait en dehors de ses préoccupations. Néanmoins, son influence fut importante au point de vue méthodologique pour la conception d’enquêtes par questionnaires, couvrant la France entière et pour la définition ultérieure d’aires folkloriques. À sa suite, André Varagnac, très influencé par l’histoire et notamment par Lucien Febvre, s’attacha à son tour à l’étude de la civilisation traditionnelle dans ses survivances et ses aspects les plus anciens (Varagnac 1948).

Une méthode originale

10La conjonction de ces compétences pluridisciplinaires allait aboutir à la création d’une méthode de collecte originale.

Une enquête centralisée

  • 1 C’est pendant cette période que furent effectuées les enquêtes dans les territoires de l’est de la (...)

11L’EAR 1 425 faisait partie des grands « Chantiers intellectuels et artistiques » institués en 1941 par le gouvernement de Vichy pour résorber le chômage. Il servit en fait, à partir de 1943, à soustraire de jeunes Français au Service du travail obligatoire en Allemagne (STO), pour priver l’ennemi du concours forcé d’étudiants-architectes pour la construction d’ouvrages défensifs (Tenèze 1955), et subsista après la Libération en tant que Centre de formation des architectes ruraux (CFAR)1.

  • 2 Dont trois après la guerre.
  • 3 La variation du nombre total de dossiers selon les sources d’information vient de ce que certains, (...)

12Le Chantier EAR 1 425 avait son siège au MNATR Il était dirigé par un président, Urbain Cassan, architecte du Gouvernement, assisté d’un comité de direction composé de Pierre-Louis Duchartre, chargé de mission des Musées nationaux, Georges Henri Rivière, conservateur du MNATP, Pierre Drobecq et Jean-Charles Moreux architectes, remplacés ensuite par Guy Pison, architecte DPLG (Pison 1943) et Marcel Maget, ethnologue. Une cinquantaine de jeunes architectes se virent confier chacun un ou deux départements dont 77 furent étudiés2, avec une moyenne de 20 monographies par département, soit au total 1 571 à 1 759 dossiers3 de maisons.

Une accumulation de données

  • 4 Sinon les plus accessibles à bicyclette qui était alors leur moyen de transport.

13Il fut évident, dès le départ, qu’une étude d’architecture rurale ne pouvait être exhaustive, et recommandé de ce fait aux jeunes architectes-enquêteurs de choisir un échantillon parmi les maisons les plus ordinaires (donc les plus représentatives), de sélectionner les bâtiments présentant les caractères les plus dominants et les plus permanents. Il n’en reste pas moins que leur choix s’orienta plutôt, par formation professionnelle, vers les constructions anciennes et esthétiquement belles4.

  • 5 Ils comprenaient un plan de situation, un plan de masse, un plan d’ensemble, des plans de façades (...)

14À partir de ces échantillons, se mit en place une véritable chaîne de production normalisée dont la rigueur s’apparentait aux systèmes descriptifs des sciences naturelles. Chaque monographie devait répondre à des normes de présentation strictement identiques : chemise de format 21 x 27 ; croquis sur calque 21 x 27, en nombre défini5, aux échelles déterminées, aux traits industriels codés avec une précision mécanique ; texte dont les items suivaient un ordre rigoureux avec numérotation normalisée, systématique, repérés par des mots clés (ou mots vedettes) au début de chaque paragraphe.

15Le texte devait fournir un certain nombre de renseignements sur le pays, la commune, la maison, la forme du domaine, son plan de masse, le plan et l’architecture des bâtiments, sur l’analyse esthétique et historique ainsi que sur l’adaptation de la maison au genre de vie de ses habitants.

16Sous l’influence des historiens et des géographes, le travail d’enquête ne se limita pas aux sources d’information classiques en ethnologie. Il fut au contraire recommandé, au-delà de l’enquête orale, de consulter le cadastre, les dénombrements, les actes notariés, les enquêtes agricoles, les archives départementales, communales et familiales, de même que les témoignages photographiques (cartes postales, photos aériennes). Cet ensemble devait permettre, au-delà d’une description contemporaine, de tracer les variations dans le temps et dans l’espace de l’habitat, son évolution par rapport aux modifications des genres de vie, des techniques agricoles, des structures sociales et familiales.

Une évolution significative

17L’EAR 1 425 s’est développée de 1940 à 1948, puis fut reprise et complétée en 1968. Réalisée sur la longue durée, par étapes successives, elle a subi une évolution significative qui reflète, sur trente années qui furent décisives, celle du statut et des orientations théoriques de l’ethnologie française.

La période de guerre

18Entreprise en 1940, elle se situait d’abord à la rencontre de l’idéologie régionaliste du retour à la terre du gouvernement de Vichy et de l’ethnologie folklorique. Cette dernière, qui se cantonnait strictement à l’étude du monde paysan, trouvait, en ces circonstances, un milieu favorable à ses recherches. Elle passe alors de la marginalité à l’état d’objet d’étude existant, sous la direction du MNATP. L’EAR 1 425 devait servir plus particulièrement de caution scientifique à la reconstruction de l’habitat dans les zones rurales dévastées.

19Cette conjonction aventureuse de la politique et de l’ethnologie n’a pas été jusqu’à disqualifier les études folkloriques en France après la guerre, comme ce fut le cas en Allemagne, et l’EAR 1 425 fut reconduite en 1946 sous l’égide du CFAR.

  • 6 Guide d’enquête 1940, cité par Faure (1989 : 33).

20La première enquête, mise en œuvre en 1940, se proposait d’étudier « la maison traditionnelle des petites villes et des villages6 ». Le document, adressé à toutes les écoles d’architecture à l’intention de leurs élèves, comportait un questionnaire destiné à élaborer des monographies descriptives de maisons. Un chapitre en particulier s’attachait à définir les caractères régionaux et à faire le constat des régressions ou des évolutions de l’habitat. S’y ajoutait un projet d’architecture régionale qui devait arbitrer entre l’abandon radical des traditions par le recours à des solutions purement rationnelles, la copie intégrale du passé, ou toute autre solution médiane. Le gouvernement de Vichy en attendait l’émergence de styles nouveaux (et non de pastiches), et l’enquête était conçue comme une phase préparatoire à la reconstruction.

  • 7 Voir à ce sujet le guide d’enquête de la Délégation générale à l’Équipement national (1941).

21L’enquête de 19417, ou Chantier 1425, placée sous la direction d’Urbain Cassan, architecte du Gouvernement, reprenait avec plus de précisions celle de 1940. Il s’agissait de dégager les caractères typiques des régions pour en définir les constantes. Elle était destinée aux architectes-constructeurs, dans la perspective d’édifier dans les régions dévastées des synthèses qui respectaient les traditions dignes de survivre tout en donnant satisfaction aux besoins de la civilisation moderne (Délégation générale à l’Équipement national 1941 : 5 ; Cassan 1943). Cette nouvelle mouture intégrait quelques préoccupations ethnologiques pour lesquelles il était conseillé de consulter les folkloristes locaux et de considérer la maison, non seulement comme un produit économique et social, mais aussi comme un fait de civilisation, le résultat d’un équilibre entre des forces matérielles et spirituelles (Délégation générale à l’Équipement national 1941 : 7). En fait, il s’agissait de saupoudrer, dans la description monographique, un certain nombre d’observations concernant les croyances et traditions : emplacement du foyer, inscriptions, signes magiques et religieux, rites de construction.

22De son côté, la méthode progressait en rigueur et recommandait des études systématiques sous une forme scientifique proche de la biologie. La monographie de la maison ne se limitait pas à une description très détaillée de ses éléments constitutifs, mais incluait aussi une étude morphologique car, comme tout être vivant, les maisons vivaient et se reproduisaient en se transformant (ibid. : 11).

23Chaque monographie préparatoire ou définitive suivait un ordre rigoureux qui comportait :

  • Une étude de la maison dans son environnement naturel et humain (informations générales sur le pays, le domaine, la maison) ;
  • Une description détaillée des bâtiments : nature et caractéristiques des fondations, des murs, des toitures, couvertures, baies, menuiseries extérieures et systèmes de fermeture, des détails extérieurs et intérieurs, de l’esthétique ;
  • Une analyse critique sur l’adaptation de la construction au milieu naturel, aux nécessités de l’hygiène, au genre de vie de ses habitants ;
  • Un historique.
  • 8 Ces instructions sont détaillées dans Raulin (1973).

24De nouvelles instructions, rédigées en 19438, témoignent d’une évolution méthodologique due à l’entrée au comité de direction de Marcel Maget, ethnologue et chef du service de civilisation paysanne de la Corporation nationale paysanne. La description formelle de la maison, purement architecturale, se distinguait de son approche fonctionnelle, inspirée des géographes. Les spécimens retenus dans l’échantillon étaient choisis dans la mesure où ils constituaient l’expression la plus courante d’un mode de vie. Des développements plus particulièrement ethnologiques apparurent concernant l’adaptation du logis à la vie sociale et familiale, l’évolution de sa distribution interne, les coutumes de protection, les repas quotidiens ou festifs, les pièces de pure parade.

25L’enquête menée par le CFAR en 1946-1948 y ajouta l’étude des équipements collectifs, des bâtiments communaux et des fermes modèles.

Une nouvelle enquête en 1968

26De nouvelles instructions, diffusées en 1968, tirèrent définitivement un trait sur les projets de rénovation de l’architecture régionale. Il s’agissait plutôt, dans une perspective de plus en plus ethnographique, de réintégrer la maison rurale dans son contexte humain, familial et communautaire, afin d’en étudier l’évolution depuis trente ans.

27Se posait alors un problème d’échantillon. Les monographies réalisées jusque-là ne correspondaient pas à un panel scientifiquement aléatoire, ni forcément représentatif, de toute la diversité typologique de l’habitat d’une région. La nouvelle enquête se proposait de reprendre les monographies de l’EAR 1 425, mais aussi de combler les manques pour obtenir un corpus de spécimens représentant véritablement les types, sous-types et variantes.

  • 9 Instructions pour l’enquête sur la maison rurale (1968).
  • 10 Les notations étaient codées de la manière suivante :
    Complément : texte entre crochets bleu foncé. (...)

28En terme de morphologie architecturale, « une place importante [devait] revenir à l’actualité, à l’évolution récente de l’organisation de l’espace et de l’habitat9 ». De nouvelles informations sur l’évolution de la maison depuis l’enquête de 1943 étaient introduites par un code de couleurs10. Ces informations n’ont malheureusement pas été reprises dans la publication qui a suivi (Architecture rurale française 1977-1986).

29Mais l’originalité de cette dernière étude consistait surtout en un rééquilibrage de l’enquête en faveur de l’ethnologie par l’insertion de l’habitat dans son environnement social. La maison était étudiée dans ses rapports avec la famille qui l’habitait. Que représentait-elle pour ses utilisateurs ? Comment s’était-elle adaptée à l’amenuisement du groupe familial ? Quelles étaient les formes juridiques et rituelles de sa transmission ? Quelles étaient les relations entre constructeurs et utilisateurs, les contrats, les étapes et agents de la construction, les rites et les usages ? Comment s’opérait la répartition des espaces entre les membres de la famille ? Quels étaient les signes témoins d’une lignée, de la religion, des croyances et des traditions ?

30L’habitation était aussi incorporée à son environnement social. Son intégration dans la communauté supposait l’étude de ses accès, de ses limites extérieures d’intériorité, seuils et clôtures, et des rites de passage qui les accompagnaient. Comment était-elle reliée aux différents bâtiments communaux ? Comment s’orientait-elle par rapport aux voies d’accès ? Qui y recevait-on et de quelle manière ? Quelle était sa place dans la hiérarchie sociale ? Certains signes et décors constituaient une expression sociale du prestige et l’on considérait par exemple comme un fait contemporain le souci d’embellir sa maison ou de la peindre de couleurs vives.

Un bilan globalement positif

Les critiques

31Malgré ces ajustements successifs, les critiques n’ont pas manqué vis-à-vis de l’EAR. Il est vrai que l’ethnologie française s’est orientée par la suite vers des études plus locales et intensives, en partie mieux adaptées à son nouveau statut de discipline universitaire, génératrice de travaux de thèse individuels. Elle se consacra plus volontiers à l’approche structuraliste et fonctionnaliste de petites communautés limitées, recomposant en des systèmes cohérents les interactions entre les éléments constitutifs d’une société. Ce fut le cas dans les recherches coopératives sur programme (RCP) consacrées à Plozévet, Minot, ou encore à l’Aubrac.

32L’EAR n’avait guère posé le problème des échelles de référence de la collecte des matériaux, simplement alignées, en un emboîtement pyramidal, sur les circonscriptions administratives (commune et département) ; aucune réflexion n’apparaissait non plus sur les échelles pertinentes d’analyse, calquées sur le même système, en y ajoutant, en guise de synthèse, une province-région définie à partir de ses composantes départementales. Pour autant que cette répartition facilitait le travail de terrain, elle ne se justifiait pas toujours en termes de dynamique sociale et d’extension des aires culturelles qui n’ont souvent pas grand-chose à voir avec les divisions administratives.

33De plus, cet inventaire systématique et exhaustif, qui rassemblait le maximum de matériaux en un maximum de lieux, pouvait paraître illusoire et inapte à saisir les complexités singulières. Cette ethnologie extensive, scientifique, cumulative, s’avérait peu soucieuse de l’insertion des faits dans le contexte local. Prendre aussi la maison rurale comme référence de tous les rapports sociaux et de toutes les formes d’organisation sociale pouvait sembler fortement réducteur. Enfin, on pouvait reprocher à l’EAR, comme aux autres Chantiers intellectuels de la période de la guerre, de n’avoir pas abouti aux grandes synthèses nationales auxquelles il aspirait.

Les acquis

34Il n’en reste pas moins que les acquis sont nombreux. À l’initiative de Jean Cuisenier, les résultats des enquêtes successives ont été publiés, entre 1977 et 1986, par les éditions Berger-Levrault. Une réédition et un complément sont assurés actuellement par la maison A. Die.

35L’homogénéité des conditions de collecte et de leur présentation en monographies strictement analogues devait permettre de construire des ensembles comparables et des groupements multiples, par exemple, selon l’activité économique dominante (maisons vigneronnes, fermes d’élevage), les matériaux de construction ou de couverture, ainsi que le type d’occupation de l’espace (maisons élémentaires, maisons-cours). D’autres synthèses peuvent être élaborées au niveau plus « micro » des motifs architecturaux (cheminées, galeries, épis de faîtage), des configurations de l’espace (agencement des pièces d’habitation, systèmes des feux, des eaux, ou encore logement des animaux). À ces synthèses définies par Jean Cuisenier comme purement descriptives, on peut ajouter la construction de synthèses thématiques fondées plus généralement sur les principes de structure et de règles explicites ou implicites qui hiérarchisent l’espace (intérieur/extérieur, haut/bas, devant/derrière) (Cuisenier 1987 : 97-98). Certaines de ces synthèses ont été réalisées tant au niveau régional que national.

36L’exploitation informatique, non envisageable à l’origine du projet, est devenue, de fait, accessible grâce à la systématique de la méthode mise en œuvre. Il devient alors plus facile d’établir des corrélations entre des phénomènes relevant de séries analytiques différentes (par exemple : types de filiation/formes successorales/modèles d’autorité), de gérer automatiquement des comparaisons nationales, d’établir des cartes aérologiques et de déterminer des frontières culturelles, ainsi que de construire les synthèses descriptives et thématiques que Cuisenier appelait de ses vœux.

37Enfin, les dernières enquêtes de l’EAR ont accompagné et généré, après un long purgatoire, un regain d’intérêt des ethnologues pour la maison rurale. Dès 1973, la revue Ethnologie française (Cuisenier 1973) publiait une série d’articles sur ce sujet. Selon Isac Chiva, qui en fut l’un des principaux instigateurs, « la maison [...] résume à la fois les lieux et les formes de la société, ainsi que les modes intimes de sa perpétuation » (Chiva 1987 : 5). La maison paysanne, comme unité sociale élémentaire et principe organisateur de la société, lui paraissait « utile à penser » (ibid.).

38La nouvelle mouture de l’EAR fut présentée par Henri Raulin lors du premier colloque d’ethnologie européenne, à Paris, en 1971, dans une section réservée à l’habitat rural (Actes du IerCongrès international d’ethnologie européenne, 1973). Face aux bouleversements récents, rapides et radicaux que subissait le monde rural, l’Association des ruralistes français (ARF) consacra à son tour son XIe colloque national, en 1985, « aux nouveaux modèles, nouveaux usages de l’habitat rural » (Pingaud 1986) et en 1987, dans le n° 9 de la revue Terrain, furent publiés les résultats des recherches proposées par la Direction du patrimoine du ministère de la Culture et de la Communication sur le thème : « Habiter la maison ».

  • 11 L’écomusée d’Ungersheim, en Alsace, ouvrait ses portes en 1984 sur un projet remanié de l’associat (...)
  • 12 En Alsace encore, on peut citer le « musée du Kochersberg », à Truchtersheim (Bas-Rhin) et le « mu (...)

39Mais c’est au niveau de la conservation et de la sensibilisation du public que l’influence de l’EAR semble avoir été la plus efficace. Dès 1983, les problèmes posés par la protection des maisons rurales au titre des monuments historiques donnèrent lieu à une réflexion systématique lors du colloque « Prosper Mérimée » (Chiva 1987). Peu à peu, les services en région de l’Inventaire intégrèrent dans leurs fichiers un certain nombre de maisons rurales sélectionnées à partir des critères typologiques définis par l’EAR. Un stage de formation organisé par la Mission du patrimoine ethnologique à l’abbaye de Saint-Riquier, en 1985, permettait d’aborder les rapports entre l’architecture et l’espace rural. Par ailleurs, sur le terrain, les écomusées11, conservatoires ethnographiques, villages-musées, maisons de pays12 installées dans des architectures traditionnelles, se multiplièrent à l’initiative de mouvements associatifs.

40L’EAR est encore actuellement la seule étude de référence pour la protection du patrimoine rural, et les diverses Commissions régionales du patrimoine et des sites (CRPS) en font un usage permanent pour justifier du classement d’un certain nombre de bâtiments ruraux à l’inventaire des monuments historiques.

Conclusion

41Le bilan de l’enquête d’architecture rurale apparaît donc comme globalement positif. Menée à ses débuts selon une méthode scientifique rigoureuse, voire rigide, elle s’avère aujourd’hui prolifique et même particulièrement bien adaptée aux nouvelles techniques informatiques.

42De 1940 à 1968, elle a su évoluer, à partir d’un projet d’architecture descriptive dominé par les théories fonctionnalistes des géographes, vers des préoccupations plus strictement ethnologiques. Elle a su poser, à partir de la maison, les problèmes des rapports de l’homme à la nature, à la famille, à la collectivité, au temps, à l’espace, au monde surnaturel, sans exclure pour autant les diversités locales et régionales des réponses.

43Bien qu’elle ait profité d’une conjoncture politique favorable, on ne peut imputer à l’influence du gouvernement de Vichy, sa conception restrictive de l’ethnologie française, cantonnée pour longtemps encore au seul milieu rural. Ce choix était alors inhérent à la discipline et si « les théories furent relativement vite dépassées [...] on rouvrira toujours un ouvrage traitant de faits réels » (Niederer 1987 : 219).

Bibliographie

Références bibliographiques

L’architecture rurale française, 1977-1986. Paris, Berger-Levrault, 23 vol.

Cassan Urbain, 1943. « Persistance et évolution des caractères de la maison rurale », Techniques et architecture, 3e année, novembre-décembre : 276-278.

Chiva Isac, 1987. « La maison, le noyau du fruit, l’arbre, l’avenir », Terrain 9, « Habiter la maison » : 5-9.

Collectif, 1973. Actes du Ier Congrès international d’ethnologie européenne (1971). Paris, Maisonneuve et Larose.

Cordonnier Louis Marie, 1917. « Concours pour la reconstruction des habitations rurales dans les provinces envahies. Rapport général sur les opérations du jury », L’Architecture, 30e année, mai-juin : 70-80 et 100-105.

Cuisenier Jean, 1973. « Pour un corpus des maisons rurales françaises », Ethnologie française, tome III, 1-2 : 7-8.

— 1987. « Le corpus de l’architecture rurale française », Terrain 9 : 83-92.

Délégation générale à l’Équipement national. Service des chantiers intellectuels et artistiques, 1941. Enquête sur l’architecture régionale. Instructions pour les enquêteurs du Chantier 1 425. Paris, Bernard frères.

Demangeon Albert, 1928. « Un questionnaire sur l’habitat rural », Annales de géographie : 282-292.

— 1938. « Essai d’une classification des maisons rurales », in Travaux du Ier Congrès international de folklore. Tours, Imprimerie Arrault et Cie : 44-48.

Faure Christian, 1989. Le projet culturel de Vichy. Folklore et Révolution nationale, 1940-1944. Paris, Éditions du CNRS et Lyon, Presses universitaires de Lyon.

« Fermes et habitations rurales », s. d. [1918 ?]. Projets primés au concours ouvert entre les architectes français, 1re région : Nord, Pas-de-Calais, Somme ; 2e région : Seine-et-Marne, Oise, Aisne, Marne, Ardennes ; 3e région : Meuse, Vosges, Meurthe-et-Moselle, Alsace. Paris, Massin.

Instructions pour l’enquête sur la maison rurale, 1968. Complément et mise à jour des documents du Chantier d’architecture rurale 1 425. Paris, MNATP, dactylographié.

La maison rurale en France, 1937. Catalogue-guide de l’Exposition internationale de 1937, groupe I, classe III, section III. Paris, Denoël.

Ministère de l’Agriculture, s. d. [1917 ?]. Modèles types de constructions agricoles. Fermes, granges, étables, écuries, bergeries etc. Maisons de fermiers et d’ouvriers. Usines coopératives etc. Paris, Librairie de la Construction moderne, 3 tomes.

Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, Sous-secrétariat des Beaux-Arts, 1917a. « Concours ouvert entre les architectes français pour la création de types d’habitations rurales. Renseignements généraux », L’Architecture, 30e année, avril : 50-52.

— 1917b. « Concours pour la reconstruction des habitations rurales dans les départements envahis. Epreuve définitive. Jugements », L’Architecture, 30e année, décembre : 206-209.

Niederer Arnold, 1987. « Tendances de la recherche folklorique dans les pays de langue allemande », in Ethnologies en miroir, Isac Chiva et Utz Jeggle (éd.). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 201-221.

Pingaud Marie-Claude, 1986, « L’habitat rural », Études rurales 101-102 : 317-328.

Pison Guy, 1943. « L’enquête d’architecture rurale du Chantier 1 423 », Techniques et architecture, 3e année, novembre-décembre : 312-324.

Raulin Henri, 1973. « Le corpus de l’architecture paysanne et de l’habitat rural », Ethnologie française, tome III, 1-2 : 15-39.

Tenèze Marie-Louise, 1955. « Travaux du Chantier 1 425 ATP », Arts et traditions populaires 4, octobre-décembre : 332-333.

Varagnac André, 1948. Civilisation traditionnelle et genres de vie. Paris, Albin Michel.

Notes

1 C’est pendant cette période que furent effectuées les enquêtes dans les territoires de l’est de la France, annexés au IIIe Reich pendant la Seconde Guerre mondiale.

2 Dont trois après la guerre.

3 La variation du nombre total de dossiers selon les sources d’information vient de ce que certains, forts incomplets, ne sont parfois pas pris en compte.

4 Sinon les plus accessibles à bicyclette qui était alors leur moyen de transport.

5 Ils comprenaient un plan de situation, un plan de masse, un plan d’ensemble, des plans de façades et coupes pour chaque bâtiment et des détails significatifs.

6 Guide d’enquête 1940, cité par Faure (1989 : 33).

7 Voir à ce sujet le guide d’enquête de la Délégation générale à l’Équipement national (1941).

8 Ces instructions sont détaillées dans Raulin (1973).

9 Instructions pour l’enquête sur la maison rurale (1968).

10 Les notations étaient codées de la manière suivante :
Complément : texte entre crochets bleu foncé. – Changement : crochets rouges.
Différents types de changements :
Construction : texte souligné en bleu – Destruction : rouge – Transformation : vert – Changement d’affectation : marron.

11 L’écomusée d’Ungersheim, en Alsace, ouvrait ses portes en 1984 sur un projet remanié de l’association « Maisons paysannes d’Alsace » datant de 1971.

12 En Alsace encore, on peut citer le « musée du Kochersberg », à Truchtersheim (Bas-Rhin) et le « musée paysan » d’Offwiller (Bas-Rhin).

Auteur

Centre national de la recherche scientifique
Université Marc Bloch, Strasbourg

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540