Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

I. Objets et méthodes

Écrire le folklore : les réponses aux enquêtes de la Commission des recherches collectives de l’Encyclopédie française

Bertrand Müller

Texte intégral

  • 1 Voir Société d’études jaurésiennes (2002) et en particulier Müller (2002).
  • 2 Sur André Varagnac, il n’y a pas encore de publication importante à signaler. Voir la notice biogr (...)
  • 3 Jules Sion, professeur de géographie à l’université de Montpellier, était un ami de longue date de (...)
  • 4 « Avant d’exister, le tome XIV de l’Encyclopédie française a exercé sur l’activité scientifique un (...)
  • 5 Pour une bibliographie sur la CRC, je renvoie notamment à l’article que j’ai publié avec Florence (...)

1Dans le cadre de l’Encyclopédie française qu’il dirigeait1, Lucien Febvre organisa une série d’enquêtes par questionnaires sur les usages et les consommations rurales de la France de l’entre-deux-guerres. Il en confia la conception et la réalisation à André Varagnac, jeune universitaire spécialiste d’études folkloriques2. Les résultats des enquêtes devaient fournir une partie de l’information pour la rédaction du volume XIV de l’Encyclopédie française consacré à La civilisation quotidienne. Ce volume, dont la direction avait été confiée au géographe Jules Sion, ne sera pas publié3. Cette opération, et c’est ce qui en fait l’intérêt, s’inscrivait dans une dimension triplement novatrice. La première est celle des études folkloriques en France qui connaît dans les années 1930 un renouveau particulier. La seconde participe de la redéfinition du travail scientifique – qui précède de peu la création du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) – et en particulier la promotion de la recherche collective pour laquelle milite Lucien Febvre. Enfin le troisième registre est éditorial. Febvre avait conçu l’Encyclopédie française comme un instrument de compréhension du monde contemporain et non pas comme un tombeau de connaissances encyclopédiques4. Intellectuellement novatrice, l’Encyclopédie devait l’être également d’un point de vue éditorial mais aussi dans sa réalisation puisqu’elle était organisée sous forme de cahiers détachables qui en permettaient la révision. En fixant une date – 1935 –, Lucien Febvre marquait la contemporanéité du projet et l’inscrivait dans un avenir : les mises à jour régulières. Celles-ci supposaient une organisation du travail et de la documentation dont l’une des expressions a été la Commission des recherches collectives (CRC) présidée par Lucien Febvre et animée par André Varagnac5.

2C’est donc à la croisée de ces trois histoires que l’on peut comprendre les avatars de l’opération lancée à partir de 1935. Entreprise savante, elle rencontrait, dans sa réalisation même, au travers des réseaux de correspondants qu’elle mobilisait, d’autres univers intellectuels et sociaux. En effet, André Varagnac concevait les enquêtes, sur le modèle qu’il avait déjà éprouvé dans le cadre de ses activités de « folkloriste », à partir de questionnaires assez simples comprenant un nombre limité de questions à vocation essentiellement descriptive et informative. Le questionnaire était distribué à un nombre élevé de personnes chargées de recueillir les informations de première main sur le terrain, constituant un « réseau » durable de « correspondants » locaux et régionaux. La description sociologique fine de ce réseau demeure à faire, mais elle révèle une caractéristique massive et peu surprenante : la très grande majorité des collaborateurs, bénévoles, des enquêtes de la CRC était constituée d’instituteurs qui, dans les villages, étaient également en charge du secrétariat de la commune. Grâce à leur formation et leur fonction, les instituteurs disposaient de compétences spécifiques pour répondre aux questionnaires, lesquelles ont conditionné de manière en partie inattendue – j’en fais ici l’hypothèse –, les réponses récoltées. Les enquêtes réalisées ont ainsi croisé deux univers savants dont les attentes ne convergeaient pas nécessairement. Ceci se mesure déjà par le décalage singulier qui se marque entre l’apparente simplicité des questionnaires, d’une part, et, d’autre part, la très grande diversité des réponses qui révèlent cependant une très forte cohérence. Ainsi se rencontraient une pratique savante qui se voulait innovante et, sur le terrain, un ensemble de pratiques, en partie décalées, maîtrisées et déjà relativement anciennes qui attestent d’une sorte de « culture de l’enquête ». Se nouait ainsi une tension entre innovation et tradition au travers de laquelle se mettait en scène une confrontation intéressante entre l’univers scientifique, qui demeurait essentiellement élitaire et universalisant, et un univers également savant à sa manière, qui demeurait plutôt populaire et local.

3Ces deux niveaux – innovation versus tradition, ou univers savant versus univers populaire – firent également surgir, de manière originale, une construction narrative autonome des réponses, qui confrontait le local et le global, le récit et la codification. Ce sont ces tensions et ces croisements en partie involontaire que je voudrais sinon éclairer ici complètement, du moins problématiser.

La Commission des recherches collectives de l’Encyclopédie française

  • 6 André Varagnac avait commencé un journal pour y consigner les événements mais surtout les péripéti (...)
  • 7 Voir les lettres reçues de Marcel Sembat, notamment celles de la guerre, déposées dans le fonds Ma (...)

4Dans son « Journal de la fondation de la Société de folklore français6 » qu’il tenait plus ou moins régulièrement depuis 1928, Varagnac consigna, vers le 14 novembre 1934, ces dernières notations : « En août je fus sollicité par M. Jules Sion de collaborer au tome XIV de l’Encyclopédie française. J’acceptai en suggérant des enquêtes sur la vie matérielle des paysans. Le projet a finalement été accepté et M. Lucien Febvre vient de m’en avertir téléphoniquement ce matin 10 octobre 1934. » Il ajoute, le 14 novembre précisément : « Le projet a pris corps. Une Commission des recherches collectives est constituée. J’en prends le secrétariat sous la présidence de Lucien Febvre. » La création de la CRC est donc née de la rencontre de deux projets : celui de Febvre, qui voulait faire du volume XIV de l’Encyclopédie un volume nouveau ; celui de Varagnac, qui cherchait de nouvelles opportunités pour développer ses conceptions des recherches folkloriques en conflit sinon en contradiction avec les pratiques majoritaires des folkloristes. C’est son oncle, le député et ministre socialiste Marcel Sembat, qui l’avait tôt initié au « folk lore » (selon la graphie de l’époque), lui avait proposé de lire les travaux de James Frazer dont il était un des amis, et lui avait fait connaître aussi les travaux de Durkheim et de Lévy-Bruhl7. Varagnac avait effectué ses études à la faculté des lettres, à l’École pratique des hautes études (EPHE), et à l’École du Louvre ; entre 1926 et 1930, il fut professeur de philosophie au lycée Vitré à Châlons-sur-Marne, où il fonda la Société de folklore champenois, en 1929, et lança ses premières enquêtes qui lui serviraient ensuite de modèles. En 1928, il contribua à la création de la Société de folklore français (SFF) qui allait bientôt absorber la Société de folklore colonial. Dans ce parcours marqué par des efforts pour instituer une science du folklore, Varagnac, qui avait abandonné peu avant ses activités littéraires à la revue communiste Clarté, s’était opposé dans un premier temps à Arnold Van Gennep puis à Pierre Saintyves sur la définition du folklore et son organisation. En 1933, il avait été menacé d’exclusion de la Société. C’était donc un homme à la recherche de nouvelles alliances qui se présentait à Lucien Febvre.

5La posture d’André Varagnac témoigne aussi des tensions qui divisaient alors les « folkloristes » : ceux-ci se confrontaient à la fois sur des définitions plus ou moins passéistes, plus ou moins ruralistes, plus ou moins érudites, plus ou moins culturalistes de leur pratique, sur lesquelles se greffaient encore les contradictions des intérêts universitaires et savants qui puisaient dans le folklore des éléments d’une ethnographie de la France (du côté des sociologues durkheimiens notamment) ou d’une culture populaire (du côté des historiens des Annales).

  • 8 Voir Saintyves (1930). Van Gennep (1998 [1937-1958] : 111, n° 287) le commentait ainsi : « Trop to (...)

6Par-delà des intérêts et des conflits personnels, des divergences de conception et de méthode se manifestaient. André Varagnac entretenait des rapports ambivalents avec la sociologie durkheimienne, malaisés avec Marcel Mauss, plus soutenus avec Henri Hubert qui l’embaucha aux Antiquités nationales, ou avec Lucien Lévy-Bruhl qui lui avait accordé son soutien dans la SFF. Le patronage de Sir James Frazer avait notamment pour objectif de contenir les influences durkheimiennes mais aussi celles de Van Gennep ou de Saintyves avec lesquels Varagnac était en « profond désaccord » sur « la question fondamentale des méthodes de recherche ». Il désapprouvait l’idée de Saintyves8 qui voulait envoyer des enquêteurs « professionnels » sur le terrain plutôt que de recourir, comme l’avait fait André Gilleron pour la redaction de l’Atlas linguistique, à des « correspondants » qui n’étaient pas des « savants ». Il partageait le point de vue de Van Gennep mais préférait les questionnaires courts et successifs plutôt que les questionnaires généraux, longs et complexes. Varagnac plaidait et militait pour une régionalisation des enquêtes folkloriques, la création de comités de folklore régionaux chargés de rédiger, diffuser, puis récolter les questionnaires. Ces confrontations avaient assurément des implications importantes sur la conception même des enquêtes et l’usage des résultats. Étaient en jeu la « professionnalisation » et la « scientificisation » des études folkloriques que défendait Varagnac, voulant sortir le folklore de son statut d’activité dilettante et patrimoniale. Mais les controverses révélaient aussi des conceptions opposées sur la nature même de la recherche et de l’enquête. La diffusion de questionnaires et la récolte des données et la relation au « terrain » soulevaient des questions pratiques et épistémologiques qui ne faisaient pas l’unanimité parmi les savants. Dans les années 1930 pourtant, la notion d’« enquête » n’était plus tout à fait neuve, mais elle concernait encore peu les sciences sociales elles-mêmes.

7Des quatre modèles mis en évidence par Antoine Savoye (1994) – enquêtes administratives, qui étaient pour certaines fort anciennes ; enquêtes budgétaires et familiales de Frédéric Le Play, qui se développèrent à partir de la deuxième partie du XIXe siècle sur un modèle précis et rigoureux ; social surveys américains qui n’ont pas été importés en France ; « missions » des académies –, aucun ne fut vraiment mis en œuvre dans les milieux universitaires, dont les pratiques demeuraient encore profondément « littéraires » et « documentaires ». Pour ce qui concerne le folklore, c’est le dernier modèle qui avait été suivi dans les travaux de l’Académie celtique notamment. Ancien déjà, il paraît avoir inspiré et orienté le travail sur le terrain des folkloristes et, dans les années 1930, il apparaissait aussi dans des formes plus ou moins théorisées (chez Van Gennep ou Saintyves). Ces enquêtes avaient une double caractéristique : indirectes, elles utilisaient des « témoins » – en fait des « observateurs » –, retenus pour leurs compétences spécifiques même s’ils n’étaient pas des « professionnels », qui se chargeaient, seconde caractéristique, de rassembler les résultats et d’en faire une synthèse écrite relativement formalisée (monographie). Les incertitudes de vocabulaire, les hésitations sur la définition du statut de l’« enquêteur », les désaccords sur l’organisation des enquêtes révèlent surtout des espaces épistémologiques propres qui se croisaient sans toujours bien se comprendre.

8En prônant le questionnaire diffusé sur le terrain auprès de correspondants organisés dans un réseau d’antennes régionales, Varagnac s’opposait à ceux qui estimaient que seuls des professionnels envoyés sur le terrain étaient en mesure de comprendre et de répondre correctement aux questions posées et il dénonçait l’élitisme et le conservatisme de leur position. Sans rompre totalement avec les pratiques traditionnelles, il retrouvait une pratique de l’enquête par questionnaire mise en œuvre depuis le début du XXe siècle déjà par les géographes (Robic 1996). Ceux-ci s’étaient adressés prioritairement aux instituteurs dans leurs « enquêtes régionales » : pratique la plus proche de celle mise en œuvre par la CRC.

  • 9 Sur la participation des instituteurs aux enquêtes, les avis, également partagés, trouvaient un éc (...)

9À dire vrai, Varagnac opta pour une solution « pragmatique », faisant appel au bénévolat et misant sur la stabilisation d’un réseau de correspondants bénévoles. Mais entre la Commission et son réseau de correspondants, les hiérarchies intellectuelles et sociales persistaient. Toutefois, à la différence des folkloristes, il ne misa pas sur une approche globale, anhistorique et décontextualisée de l’enquête. Il pensait le folklore comme un fait social et historique, ce qui autorisait, par l’administration de questionnaires spécifiques, une approche plus rigoureuse et plus fine des données folkloriques. Conception qui a marqué le déroulement des enquêtes et la forme de leurs résultats9.

Questionner

  • 10 Cette partie complète par quelques points l’étude que j’ai publiée avec Florence Weber (Müller et (...)
  • 11 Sur Marcel Maget, voir les travaux de Florence Weber (notamment sa contribution au présent volume)

10La CRC10 était une petite équipe, composée d’André Varagnac, de Marcel Maget11, chargé de l’analyse des premières enquêtes et d’une secrétaire. Ils étaient installés dans les locaux de l’Encyclopédie française, 13 rue du Four, dans le Quartier latin. Pour Lucien Febvre, la CRC était un modèle nouveau de travail, qu’il désignait comme une « coopérative de travail scientifique » ou une « communauté de travail et d’intérêt intellectuel » (Varagnac 1935 ; Febvre 1936 ; Collectif 1936).

11La CRC lança quatre enquêtes successives. Les questionnaires étaient diffusés auprès des membres du réseau et publiés également dans les revues spécialisées et les journaux régionaux. Entre 1934 et 1939, quatre questionnaires furent mis en œuvre ; ils portaient successivement sur : 1) les usages de moisson et les feux traditionnels – prolongement d’une première enquête menée sur ce sujet par Varagnac dans le cadre du Comité de folklore champenois ; 2) la forge de village ; 3) l’alimentation populaire ; 4) les modes de locomotion et de transport traditionnels.

12Chaque questionnaire comprenait un nombre limité de questions qui avaient un contenu informatif et descriptif précis. Ainsi le premier questionnaire se limitait à six questions : trois portaient sur la description de la « mise en gerbe » des moissons, trois autres sur les « feux traditionnels ». Ce questionnaire requérait des réponses également « simples » et plutôt brèves, telles qu’un schéma, quelques chiffres, des dates, des désignations, des noms de lieux.

  • 12 Ainsi rédigé, le questionnaire était le plus long et occupait quatre pages A4, toujours dactylogra (...)

13Le deuxième questionnaire était plus complexe. Divisé en trois parties, comprenant chacune des ensembles de questions, il interrogeait successivement : 1) l’artisan ; 2) le rôle social du forgeron ; 3) les transformations du métier de forgeron, et réclamait des réponses plus développées et plus détaillées. Le questionnaire exigeait de l’« observateur » qu’il enquêtât auprès des forgerons et obtienne d’eux des renseignements techniques, mais aussi économiques et sociaux. Si la description de la forge, l’énumération de l’outillage posaient déjà de nombreux problèmes de formalisation, les questions touchant au rôle social du forgeron (son autorité, son rôle social ou politique, ses activités particulières : sorcellerie ou magie, ou encore « folklore du forgeron ») présupposaient une connaissance sociologique et ethnographique. Dans le questionnaire n° 3, sur l’« alimentation populaire quotidienne », les auteurs avaient renoncé à tout questionnaire précis, pour présenter l’enquête à partir de deux éléments : une introduction qui se limitait à des « conseils » et un « aide-mémoire » en cinq « paragraphes » contenant des « exemples » et un « cadre » « ou ils présenteront eux-mêmes, à leur guise, les résultats de leurs recherches »12.

  • 13 Le préambule précise que l’enquête concorde partiellement avec deux autres enquêtes antérieures en (...)

14Le quatrième questionnaire sur les « modes de locomotion et de transport traditionnels » fut élaboré selon une semblable bipartition : un long préambule d’une page et sur le verso, les questions elles-mêmes regroupées en cinq chapitres : 1) le portage ; 2) le chariot (transport des choses) ; 3) la charrette (transport des gens et des bêtes) ; 4) pour certaines régions, le traîneau ; 5) la brouette, le diable, etc.13.

  • 14 Voir Febvre (1935). L’auteur y publie des extraits des « monographies » recueillies.

15Les questions étaient dactylographiées sans disposition particulière pour les réponses et les questionnaires diffusés sous forme « ronéographiées ». Chacun d’eux se différenciait assez nettement. Le premier, typiquement folkloriste, s’adressait à un observateur local sollicité pour un travail de collecte mais aussi d’attestation documentaire. Ce questionnaire s’inscrivait encore parfaitement dans le prolongement du travail réalisé au Comité de folklore champenois et demeurait proche de la démarche de Van Gennep, mais s’en démarquait par sa dimension historique et « patrimoniale » : marquer les changements, identifier des survivances de structures agraires anciennes, de coutumes en voie de disparition. Le second questionnaire demeurait rural, mais il était aussi plus global, puisqu’il ambitionnait de cerner une activité professionnelle en pleine transformation elle-même productrice de coutumes et de folklore. La complexité même du questionnaire impliquait un travail d’une autre nature, qui ne pouvait se limiter à une quête documentaire, mais exigeait une série d’enquêtes beaucoup plus approfondies de nature ethnographique et sociologique. Elle mobilisait en tout cas des compétences nombreuses (architecturale, techniques, économiques, sociales, politiques, folkloriques, etc.) et devait permettre de cerner non pas des survivances, ni même des pratiques folkloriques, mais les transformations d’un métier, dans ses multiples dimensions. Lucien Febvre la commenta et en présenta quelques extraits dans le numéro spécial des Annales consacré à l’histoire des techniques14. Elle requérait une collaboration importante entre l’observateur et « l’observé ».

16Le troisième questionnaire était encore plus ambitieux en cherchant à cerner un ensemble de pratiques, en l’occurrence « l’alimentation populaire quotidienne », dans leur dimension actuelle afin de « servir la véritable connaissance du temps présent », renonçant par conséquent à se concentrer sur les rituels, les fêtes ou les survivances pour privilégier les pratiques alimentaires populaires quotidiennes et leurs transformations. À cette première rupture avec les enquêtes folkloriques s’en ajoutait une autre sur la forme même du questionnaire qui se présentait sous la forme d’un « aide-mémoire » de quatre pages serrées de commentaires constituant un « exemple » et proposant un « cadre ».

Répondre

17L’évolution formelle des questionnaires est sans doute manifeste d’une plus grande complexité des sujets traités. Par là même, Varagnac paraissait renoncer à son idée première d’un questionnaire restreint. Pour autant, il ne se rapprochait pas d’Arnold Van Gennep, mais plutôt d’un questionnaire sociologique, puisque les questionnaires n° 2 et n° 3, notamment, avaient l’ambition de cerner non pas des usages folkloriques dans une région particulière, mais des pratiques historiquement et socialement localisées. Il ne s’agissait donc pas de retrouver des réalités perdues, mais de saisir des pratiques encore vivantes, même si celles-ci étaient en train de disparaître. En approfondissant ainsi le questionnement sur des pratiques larges, le questionnaire se complexifiait et ne pouvait plus se réduire à une liste limitée de questions. Pourtant, cette complexification supposait aussi un autre statut de l’observateur dont les compétences comme l’expérience étaient plus intensément mobilisées. Le questionnaire précisément se faisait enquête et l’observateur sur le terrain ne pouvait plus se contenter de répondre à quelques questions ; il était sollicité pour conduire un véritable travail de recherche, dans les archives éventuellement, mais d’abord sur le terrain. André Varagnac avait justifié sa conception du questionnaire par sa confiance dans les compétences et la fiabilité des correspondants sur le terrain. Or ceux-ci étaient dans une écrasante majorité des instituteurs. Cette extraordinaire cohérence sociologique n’était nullement hasardeuse puisqu’elle découlait d’un choix : Varagnac avait préféré s’adresser aux instituteurs plutôt qu’aux notables locaux ou, surtout, à des « enquêteurs » envoyés sur place.

18L’organisation collective et la division scientifique du travail suggéraient un certain anonymat dans la participation de chacun, comme l’indiquaient les propos de René Maunier, président de la Société de folklore français et colonial : « J’opère moi-même mais non pas tout seul. » En fait, dans le dispositif de la CRC, le correspondant demeurait l’« auteur » de la « réponse ». La délivrance d’un diplôme de correspondant lui conférait un statut, confirmé encore par la publication de listes de noms dans les revues spécialisées et la signature de chaque réponse, elle-même susceptible d’être publiée en tant que telle. L’impressionnante cohérence sociale des correspondants locaux n’empêchait pas cependant une certaine diversité dans le statut même d’auteur car, dans certains cas, remarquablement peu fréquents cependant, certains ont rempli plusieurs questionnaires comme cet Alsacien, Louis Schély, qui a reprographié son propre questionnaire pour chacune des nombreuses communes qu’il a lui-même visitées ou peut-être visitées avec ses élèves-instituteurs.

19Ces cas se retrouvent cependant surtout pour la première enquête, la plus informative et la plus « simple ». Mais Louis Schély était aussi un cas exemplaire et probablement unique dans le traitement du questionnaire puisqu’il présentait, outre un nombre impressionnant de questionnaires remplis, une tentative intéressante de formalisation des réponses, généralement précises et brèves qui pouvaient préparer un traitement statistique. C’est sans doute ce que visaient d’ailleurs les organisateurs de ce questionnaire puisque les réponses pouvaient être traduites aisément en données topographiques et servir à l’élaboration de cartes à défaut d’un traitement statistique systématique.

20Très majoritairement cependant, les réponses furent présentées sous d’autres formes. Matériellement et formellement, les questionnaires ne furent pas rédigés pour y inclure les réponses – pour lesquelles aucun espace particulier n’avait été aménagé. Si un certain nombre de correspondants se contentèrent de remplir ces espaces, la plupart procédèrent autrement et de manière remarquablement homogène. Les questions étaient dactylographiées, la plupart des réponses furent manuscrites, consignées sur les pages de cahiers d’école et très souvent en conservaient la forme, constituant de véritables « monographies ». Il s’agissait de cahiers d’école souvent recouverts, introduits par une page titre mentionnant clairement le titre et l’auteur, un lieu et une date, mentions suivies d’une rédaction accompagnant les questions reproduites à la main ou découpées et collées. Ainsi entre le questionnaire et la réponse subsistait un décalage considérable.

21Les « conseils aux observateurs » laissaient d’ailleurs une grande marge de manœuvre : chacun était invité à relever avec soin « des faits dont l’observation est facile », retenus, malgré leur apparente « insignifiance », en raison de leur « importance » ethnographique (« Dès que vous serez en présence de détails curieux, faites une description minutieuse : pour la connaissance scientifique, rien ne doit être déclaré d’avance insignifiant »), précisément décrits, situés localement et chronologiquement (« Surtout, n’oubliez jamais de situer chaque fait dans le temps et l’espace. [...] Indiquer toujours la localité où le fait décrit a lieu. »). Les questions formaient plutôt un « canevas » qui devait servir de guide aux recherches et les réponses devaient être, seule consigne précisée, transcrites sur du « papier scolaire ordinaire, en datant et signant votre envoi et en mentionnant votre adresse ».

22Malgré les consignes, l’absence de formulaire et de suggestions précises pour la normalisation des réponses laissait au correspondant local une certaine autonomie et une très grande marge pour organiser lui-même ses réponses. D’ailleurs, les consignes suggéraient cette marge de manœuvre et cette grande latitude dans les réponses : « Nous ne vous demandons pas [d’y] répondre par oui ou par non. » Dans les « conseils » introduisant le questionnaire n 3 sur l’alimentation populaire quotidienne, il était mentionné :

  • 15 La Commission justifiait l’abandon du questionnaire par la difficulté « d’aborder en une fois l’en (...)

« Nous offrons donc à nos collaborateurs un simple aide-mémoire. Qu’ils voient dans chaque paragraphe un exemple des observations à faire, des remarques a consigner. Qu’ils trouvent dans ces quelques pages le cadre où ils présenteront eux-mêmes, à leur guise, les résultats de leurs recherches15. »

23Aussi fréquents furent les cas où les enquêteurs interprétèrent très librement la conception de l’enquête, parfois même en lui donnant un titre nouveau. Par exemple ce monsieur Bans, instituteur à Cailloüel (Crépigny par Chauny-Aisne), qui reprit le questionnaire sur les moissons dans la perspective plus ambitieuse d’un récit de « La vie rurale » dans sa contrée. Par la forme et le récit, ces monographies dépassaient les cadres habituels de la « monographie folklorique », mais elles n’étaient pourtant nullement inédites, car elles retrouvaient une pratique ancienne caractéristique dans les milieux pédagogiques : la monographie d’instituteur.

Enquête et monographie

24L’association de l’enquête et de la monographie rappelle les recherches organisées et effectuées par Frédéric Le Play et ses disciples, qui avaient élaboré à partir de 1855 un modèle d’enquête à partir d’un questionnaire détaillé et rigoureux relatif au budget de familles ouvrières sur lequel ils ambitionnaient de fonder une typologie sociale et en particulier une étude approfondie de la classe ouvrière dans une perspective non statistique (Kalaora et Savoye 1989). Se trouvaient ainsi définis une méthode – la méthode monographique articulée sur l’observation directe –, un cadre et une échelle – la famille. Ce modèle, repris ensuite pour l’observation des « sociétés » (1875) et des « régions » (1886) imposait à l’observateur de respecter rigoureusement une grille analytique, longuement détaillée par Le Play dans son « Instruction sur la méthode d’observation dite des monographies de familles ». Ce cadre, privilégiant l’observation directe, les entretiens et le recours à des informateurs tiers, constituait un véritable questionnaire servant de guide à l’enquête, mais aussi de plan de rédaction de la synthèse des résultats sous la forme d’une monographie d’une cinquantaine de pages présentée et discutée lors des séances de la Société d’économie sociale.

25La série des monographies inaugurée en 1855 par Les Ouvriers européens s’acheva en 1930 (Collectif 2003). Ce modèle connût plusieurs développements : monographies d’usine, monographies d’ateliers ou encore monographies de communes (1895), et fit l’objet de transformations. Pierre du Maroussem intégra ce modèle au terme d’un long travail documentaire, à partir duquel il constitua un échantillon des familles à « observer », soit un terrain qu’il explora par des visites et des entretiens (Maroussem 1900). Bien qu’appartenant lui-même au courant leplaysien, Marroussem proposa un type d’« enquête monographique » qui mettait l’accent sur l’objet unique et le groupe sélectionné par échantillon, distant du modèle fondateur. Toutefois, la veine « monographiste » des leplaysiens, très florissante dans les années 1880, se tarit progressivement et, après 1914, sous sa forme « savante », elle accompagna le déclin du mouvement qui l’avait portée et se marginalisa dans les pratiques militantes (Savoye 2000). L’avènement de la sociologie universitaire sembla sceller définitivement son destin car celle-ci ne la retint pas parmi ses pratiques scientifiques. Les sociologues durkheimiens privilégièrent longtemps les documents historiques et ethnographiques au détriment de l’enquête et de la collecte directe de données sociologiques. François Simiand et Maurice Halbwachs retinrent les statistiques, mais elles ne se fondaient pas sur des enquêtes personnelles. Seul parmi les durkheimiens, Paul Lapie porta un intérêt aux enquêtes dans ses travaux. En 1923, alors directeur de l’enseignement primaire, il publia un ensemble de travaux sous le titre L’école et les écoliers (Lapie 1923) portant notamment sur la « mission scientifique » de l’instituteur. Il plaidait notamment pour la participation des instituteurs à des observations systématiques auprès de leurs élèves. Il était persuadé qu’une amicale d’anciens élèves, une école ou une commune pouvaient faire l’objet de monographies utiles pédagogiquement mais aussi, si elles étaient coordonnées, scientifiquement pertinentes. Les instituteurs pouvaient ainsi constituer de précieux auxiliaires des sciences sociales et Lapie publia dans son ouvrage des expériences concrètes d’études psychologiques et sociologiques sur les « goûts des écoliers » (réalisée en 1911) ou sur « Avancés et retardés » (1912). Il incita également les instituteurs à « entreprendre dans leurs communes des enquêtes analogues dont la collection serait précieuse pour l’étude scientifique de notre société » (Lapie 1923 : 147).

26Aussi bien l’exception durkheimienne qu’est Lapie nous oriente-t-elle vers les monographies d’instituteurs. Dès la fin des années 1870, les instituteurs qui occupaient la fonction de secrétaire communal étaient encouragés par leurs organes de presse à entreprendre des recherches locales qui seraient récompensées plus tard par des dons de livres ou des lettres de félicitations. Ils s’orientaient progressivement vers l’investigation du folklore et l’inventaire des traditions et des coutumes en voie de disparition. Des questionnaires « ethnographiques » furent diffusés par les sociétés des lettres, sciences et arts, en Rouergue notamment. Le 15 mars 1896, Émile Combes, ministre de l’Instruction publique s’adressait aux inspecteurs d’Académie en ces termes :

« Déjà mes honorables prédécesseurs ont, à diverses reprises, engagé les instituteurs à s’intéresser aux questions d’histoire locale et à rédiger des monographies communales. [...] J’ai d’ailleurs constaté avec satisfaction que MM. les Inspecteurs d’Académie ont, dans plusieurs départements, recommandé instamment aux instituteurs de poursuivre des études historiques devant constituer une source importante pour l’histoire communale. »

27En 1900, un grand concours de monographies scolaires fut organisé à l’occasion de l’Exposition internationale qui se tint à Paris. À partir de 1905, la monographie fut introduite dans la formation des élèves-maîtres qui avaient la possibilité de consacrer leur mémoire de troisième année à un sujet local.

28En 1911, Maurice Faure promulgua une circulaire relative à l’enseignement de l’histoire et de la géographie locale qui relançait le mouvement et la participation des « primaires » aux travaux des sociétés savantes, mais aussi l’échange entre eux et l’Université. Ces initiatives n’étaient pas sans arrière-pensées idéologiques puisque les efforts entrepris pour encourager les instituteurs à investir la connaissance du local, dominé alors par le clergé, participaient d’une reconquête républicaine des « petites patries ». De nombreuses sociétés d’histoire locale furent créées et suscitèrent un engouement considérable. Après la Première Guerre, la concentration des activités dans les chefs-lieux isola les instituteurs, en particulier des milieux universitaires, mais les incitations ne faiblirent pas. Après 1920, les écoles normales consacrèrent officiellement plus de temps à ces études, puis, dans une circulaire du 4 juillet 1929, Pierre Maraud invita les instituteurs à rédiger, pendant les vacances d’été, « quelques monographies évoquant ce qui leur paraîtrait, dans leur village ou dans leur ville, digne d’être mis en lumière ou sauvé de l’oubli ».

  • 16 Ils firent l’objet d’expositions notamment à Paris. En 1931, près de 532 monographies (118 écoles (...)
  • 17 Lettre de Jean Zay aux inspecteurs d’académies : « Je suis heureux de constater que dans 85 écoles (...)

29Le ministère de l’Instruction publique organisa chaque année un concours de monographies entre les élèves des écoles normales16. Le mouvement s’intensifia dans les années 1930, il fut porté par le Front populaire17 et se manifesta lors de l’Exposition de 1937. L’enthousiasme fut porté aussi par le mouvement régionaliste qui se renforça dans les années 1930 et que Vichy n’eut pas trop de peine à « récupérer ».

30Les indices sont donc assez nombreux qui attestent de la familiarité de l’« enquête locale » auprès des instituteurs. Incontestablement, ils possédaient des compétences et un savoir-faire de l’enquête. Cependant ne concluons pas trop hâtivement d’une accumulation des signes qui n’est pas nécessairement pertinente. Les divergences et les incertitudes demeuraient sur les manières de procéder. En particulier, les incidences de la monographie leplaysienne dans les campagnes ne sont pas suffisamment établies. Les différenciations sociologiques non plus qui nous permettraient de saisir dans les régions les modalités sociales de la constitution des enquêtes. L’investissement du local par les instituteurs n’avait rien d’évident, il était l’objet d’une concurrence entre les élites locales laïques et religieuses dont les réseaux de sociabilité ne se superposaient pas nécessairement ni complètement avec les réseaux des instituteurs.

  • 18 « Les instituteurs et les institutrices sortent en grande majorité du milieu rural et ont été dres (...)
  • 19 Ainsi, il note dans son « Journal de la fondation de la Société de folklore français », à l’égard (...)
  • 20 « Rénover la pédagogie en lui enseignant une tâche scientifique d’observation concrète, il n’y a l (...)

31Ces incertitudes étaient au cœur des opérations lancées par la CRC. Il n’est pas indifférent de rappeler d’abord que Van Gennep dans son Manuel de folklore apparentait les « questionnaires » de la CRC aux enquêtes leplaysiennes. Van Gennep, qui privilégiait l’enquête directe, ne méprisait nullement les aptitudes des instituteurs18, qu’il considérait fondées sur des compétences propres – comme « écrire avec précision » – et sur leur origine sociale. Les préjugés sociaux qui transparaissent dans ces propos ne traduisent pas seulement des préoccupations méthodologiques – par exemple, définir les compétences nécessaires à l’enquête directe –, ils oblitéraient dans certains cas les enjeux idéologiques qui caractérisaient les études folkloriques dans les années 1930. Ceux-ci apparaissent notamment dans les réflexions consignées par André Varagnac qui souligne la dimension « politico-sociale » de ses divergences avec les folkloristes sur la pertinence du recours aux instituteurs19. L’anticlérical et républicain Varagnac ne voulait pas recourir aux curés qui avaient investi ce genre d’études au XIXe siècle et se méfiait des seuls universitaires et professeurs du secondaire ; il mettait toute sa confiance dans « l’école active » et la « pédagogie nouvelle » des instituteurs qu’il pensait compétents pour leur confier un « travail d’investigation d’observation directe »20.

Traiter et archiver

32L’évolution même de la stratégie d’enquête fit glisser le questionnaire d’une enquête à l’autre, d’un ensemble précis et limité de questions à une liste thématique qui trouva également des échos auprès des instituteurs. La rédaction des monographies correspondait à une grille homogène plus ou moins exhaustive qui s’apparentait plutôt à un « plan » de rédaction qu’à un questionnaire précis. Aussi bien, les instituteurs disposaient d’une marge importante pour répondre. Et cela se traduisit très concrètement dans les réponses. De la première enquête, nous pouvons lire des réponses qui demeuraient inscrites dans la logique du questionnaire. Les réponses étaient brèves, précises, relativement peu rédigées. Elles firent parfois l’objet d’un « prétraitement » en vue d’une exploitation systématique qui n’était pas encore nécessairement statistique ou cartographique. Toutefois, dès la seconde enquête qui portait sur la forge et le forgeron, les réponses reprenaient systématiquement le modèle de la « monographie » dont on trouvait d’ailleurs l’expression sous la plume de Varagnac.

  • 21 Il s’agit de l’enquête sur la forge qui décrit le travail du forgeron à la première personne, mais (...)

33Le support est un support scolaire (feuilles détachées d’un cahier, et souvent cahier entier, recouvert de papier) et les inscriptions sont conformes à la rédaction scolaire : une première page qui mentionne dans une parfaite calligraphie, le titre, dépouillé parfois de ses caractéristiques techniques, le nom de l’auteur, suivi par une rédaction de plusieurs pages, voire dizaines de pages. Le lecteur se retrouve ainsi compulsant des monographies d’instituteurs, même si parfois il n’est pas certain que l’auteur soit un instituteur21. Rédaction pleine cette fois-ci, récit des activités et témoignages de la vie de la forge de village, composé selon une nomenclature certes fournie par le questionnaire mais avec laquelle « l’observateur » prenait ses aises. Le texte est accompagné souvent d’une iconographie riche, faite de croquis, de dessins techniques d’une grande précision, et dans plusieurs cas, de photographies représentants des scènes de la vie quotidiennes plutôt que des objets dessinés. À propos de cette enquête précisément, Lucien Febvre en énuméra la diversité documentaire : « documents archéologiques », « figurations graphiques », « objets conservés », « inventaires datés et précis », « textes historiques concernant les confréries de forgerons », « témoignages littéraires ou folkloriques », « documents linguistiques » (Febvre 1935), comme si la prolifération des traces, des signes et des témoignages pouvaient épargner un peu la disparition inexorable des pratiques. Les dossiers réunis excèdent ainsi leur seule signification documentaire, puisqu’ils sont aussi des témoignages, « précis, excellents, vérifiés » des réalités qu’ils s’efforçaient d’enregistrer. Habituellement, les réponses aux questionnaires folkloriques étaient publiées dans les revues spécialisées et la CRC n’avait pas exclu cette possibilité, mais ne la concrétisera pas vraiment. Le nombre à l’évidence, mais aussi sans doute la forme, la longueur de certaines monographies ne s’y prêtaient guère.

  • 22 Les textes sont en effet parfaitement lisibles et la duplication, se limitant au texte, supprime l (...)

34Toutefois, ces réponses « si nombreuses et si remarquables soient-elles » n’étaient pas suffisantes, selon Febvre, et devaient se compléter par de nouvelles « enquêtes positives », ethnographiques ou historiques. Le statut des réponses demeurait donc incertain, hésitant entre des usages distincts et sans doute en partie non prévus. Ni texte, ni document d’archive ni documentation standardisée et les trois à la fois, les réponses accumulées posèrent des problèmes de traitement sur lesquels d’ailleurs nous ne savons que peu de choses. Certaines enquêtes furent reprises et portaient la mention d’un « deuxième envoi », d’autres firent l’objet de demandes de précision. Une partie des monographies firent l’objet de « duplication » : elles furent dactylographiées, mais pas de manière systématique et nous en ignorons les raisons22.

  • 23 Les seules exigences répétées d’un questionnaire à l’autre concernent la datation et la localisati (...)

35Les enquêtes servirent en effet à plusieurs publications et en particulier à la rédaction de quelques articles qui furent repris dans la nouvelle version du tome XIV de l’Encyclopédie française. Toutefois des procédures de traitement des enquêtes, aucun document, aucun protocole, aucun « journal de terrain », à l’exception de la liste des correspondants et des réponses elles-mêmes, n’ont été conservés. Ces manques révèlent une pratique de l’enquête qui demeurait prioritairement documentaire, mais aussi conservatoire. Chaque réponse constituait un élément dans une série et non pas une unité dans un échantillon ou une étude de cas. Toutefois, même à l’intérieur de la série dont la cohérence était fixée par le questionnaire23, elles conservaient chacune leur singularité. D’où leur ambivalence : chaque réponse conservait son autosuffisance mais ne suffisait pas à l’enquête dont elle était un des éléments. Monographie, elle pouvait être lue en soi, classée, archivée ; mais en tant que ressource sérielle, elle exigeait un traitement, une « mise en fiche », une normalisation des informations qui rendaient possible une interprétation cartographique, des comparaisons. Cette ambivalence nous renvoie surtout à la notion même d’archives.

  • 24 Le versement des 870 réponses aux trois premiers questionnaires au fonds de l’Office de documentat (...)

36Au cours de ses premières années d’existence, la CRC partageait les locaux de l’Encyclopédie française rue du Four mais, à partir de 1937, fut constitué un département des Arts et Traditions populaires : dès lors, les fonds documentaires recueillis allaient alimenter les premières collections du musée national des Arts et Traditions populaires qui s’installait au palais de Chaillot. En 1938, André Varagnac était chargé par Georges Henri Rivière de fusionner dans un « fichier des enquêtes collectives » les correspondants de la CRC, les membres de la SFF et « toutes personnes susceptibles de collaborer à l’œuvre des ATP »24. Or, cette intégration dans un dispositif documentaire a effacé du même coup les traces mêmes de la fabrication de l’enquête, bien plus c’est la réalité complexe de l’enquête qui a été ainsi oblitérée. Car l’enquête ne relève pas des documents faisant classiquement partie des archives, ni même d’ailleurs des archives scientifiques : elle ne relève ni des archives institutionnelles, ni véritablement des papiers personnels de chercheurs. D’où une seconde ambivalence qui me paraît caractéristique des archives produites par une activité de connaissance. Les documents conservés nous renvoient en effet à une double réalité : celle qui concerne le travail scientifique saisi dans un moment singulier de son développement ; celle qui renvoie à la réalité sociale dont l’enquête aspirait précisément à enregistrer les traces.

  • 25 Ces éléments se retrouvent également dans l’enquête n° 4 sur les modes de transport.

37À cet égard, les réponses à l’enquête sur la forge sont autant de témoignages à la fois sur une pratique scientifique et sur un phénomène social et historique : la disparition définitive d’un métier et d’une activité sociale centrale dans la société rurale dont l’enquête constitue en soi l’un des symptômes, amplifié encore par les dessins et les photographies25. C’est nettement moins le cas de l’enquête n° 1 sur les moissons, dont le questionnaire était moins ouvert. Ici, le réemploi des données rassemblées ne pouvait faire l’économie de leur traitement systématique. Or, l’absence même des traces des opérations scientifiques qui en ont permis la réalisation, l’absence du mode d’emploi, en quelque sorte, en entrave toute recontextualisation et en condamne sans doute irrémédiablement toute éventuelle réexploitation.

38L’enquête et ses archives montre aussi combien il est vain de séparer complètement l’intérêt historique d’une histoire des sciences sociales et les enjeux scientifiques actuels de ces sciences. Ce n’est en effet pas seulement la mémoire de l’activité scientifique qui est concernée, mais plus fondamentalement son existence même (Jamin et Zonabend 2001-2002).

39Pour souligner autrement encore l’importance des archives, je voudrais terminer ces considérations provisoires par une dernière remarque qui concerne à la fois l’histoire de l’ethnographie et ses pratiques. Aujourd’hui, la doxa considère la période de Vichy comme la boîte noire de l’histoire de l’ethnographie en France. Il ne s’agit évidemment pas de contester les usages pétainistes du folklore, mais de réexaminer son importance comme rupture ou comme coupure entre les années 1930 et le renouveau de l’après-guerre marqué par le modèle anglo-saxon. L’expérience des enquêtes de la CRC suggère un autre développement. Le modèle ne disparut pas avec la guerre. Au lendemain de la Libération, il allait renaître au travers d’un nouveau réseau de correspondants animé par la Société des historiens locaux, qui fut présidée par Lucien Febvre et dirigée par des universitaires. C’est dans cette nouvelle structure qu’André Varagnac réanima certaines des enquêtes et en particulier suggéra de « revisiter » l’enquête sur la forge et le forgeron. Elle donna lieu à une nouvelle série d’investigations en 1965 avec le concours de la Société des historiens locaux et dans le cadre du Centre de recherche d’études pré- et protohistoriques qu’il créa à l’EPHE. De cette nouvelle enquête, Marthe Chollot-Varagnac, a publié une synthèse des résultats, en rappelant la démarche. Elle tenait en trois points. En premier lieu, les dossiers des enquêtes réalisées entre 1935 et 1952 furent repris et « soigneusement analysés ». Ensuite, une série de nouvelles « enquêtes individuelles » furent effectuées auprès de forgerons et de maréchaux-ferrants par les élèves et l’épouse d’André Varagnac. Ces « contacts directs » n’ont cependant pas suppléé complètement – troisième voie – au recours aux organisations professionnelles et syndicales (Chollot-Varagnac 1969). Nous sommes en présence d’un exemple oublié d’enquête « revisitée », mais aussi confrontés à une continuité étrangement oblitérée entre des pratiques d’avant et d’après-guerre. La curieuse amnésie qui marque l’histoire des sciences sociales ne concerne pas uniquement la période de Vichy. Il est sans doute temps que le recours plus systématique aux archives nous permette d’en écrire une histoire moins mythologique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bloch Marc et Lucien Febvre, 2004. Correspondance. Vol. II : De Strasbourg à Paris (1934-1937). Paris, Fayard.

Chanet Jean-François, 1996. L’école républicaine et les petites patries. Paris, Aubier.

Chollot-Varagnac Marthe, 1969. « La mort de la forge de village », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, mars-avril : 391-402.

Collectif, 1936. Revue de synthèse 11, Recherches collectives.

Collectif, 2003. « Revisiter les monographies de familles ouvrières », Les études sociales 138.

Febvre Lucien, 1935. « Une enquête : la forge de village », Annales d’histoire économique et sociale 7 : 603-614.

— 1936. « Les recherches collectives et l’avenir de l’histoire », Revue de synthèse 11 :5-14.

— 1954. « Enquêtes et problèmes : les graisses de cuisine usuelles », Encyclopédie française, tome XIV, La civilisation quotidienne, Paris.

France Anatole, 1933. La vie littéraire, tome IV. Paris, Calmann-Lévy.

Jamin Jean et Françoise Zonabend, 2001-2002. « Archivari », Gradhiva 30-31. 57-80.

Kalaora Bernard et Antoine Savoye, 1989. Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales. Seyssell, Éditions Champ Vallon.

Lapie Paul, 1923. L’école et les écoliers. Paris, Alcan.

Maroussem Pierre du, 1900. Les enquêtes. Pratique et théorie. Paris, Alcan.

Müller Bertrand, 2002. « Entre science et culture : l’Encyclopédie française dans l’œuvre de Lucien Febvre », Cahiers Jean Jaurès 163-164 : 33-65.

Müller Bertrand et Florence Weber, 2003. « Réseaux de correspondants et missions folkloriques. Le travail d’enquête, en France, vers 1930 », Gradhiva 33 :43-55.

Robic Marie-Claire, 1996. « Interroger le paysage ? L’enquête de terrain, sa signification dans la géographie moderne (1900-1950) », in Le terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes, XVIIIe-XXe siècles, Claude Blanckaert (dir.). Paris, L’Harmattan et de : 357-388.

Saintyves Pierre, 1930. « Questionnaire : le folklore préhistorique », Revue de folklore français 3 : 130-136.

Savoye Antoine, 1994. Les débuts de la sociologie empirique. Paris, Méridiens-Klincksieck.

— 2000. « La monographie sociologique », Les études sociales 131-132.

Société d’études jaurésiennes, 2002. « Lucien Febvre et l’Encyclopédie française ». Cahiers Jean Jaurès 163-164, janvier-juin.

Van Gennep Arnold, 1998 [1943-1958]. Manuel du folklore français. Tome I : Du berceau à la tombe. Cycles de carnaval-carême et de Pâques. Paris, Robert Laffont.

Varagnac André, 1935. « Une coopérative de travail scientifique : la Commission des recherches collectives du Comité de l’Encyclopédie française », Annales d’histoire économique et sociale 9 : 303-306.

Notes

1 Voir Société d’études jaurésiennes (2002) et en particulier Müller (2002).

2 Sur André Varagnac, il n’y a pas encore de publication importante à signaler. Voir la notice biographique de Nicole Racine dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, et récemment, la thèse, encore inédite, soutenue par Régis Meyran, voir aussi sa contribution ici. Je prépare une recherche financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique intitulée « À la croisée des savoirs : André Varagnac, de la littérature, du folklore et de la préhistoire. Action patrimoniale et enquête croisée sur les sciences humaines ». Dans ce cadre, j’ai eu accès à ses archives personnelles qui sont entreposées actuellement à la Maison des sciences de l’homme de Dijon et en cours de traitement.

3 Jules Sion, professeur de géographie à l’université de Montpellier, était un ami de longue date de Lucien Febvre. Du volume qui lui avait été confié, il avait établi le plan et rassemblé déjà de nombreuses contributions. Voir les archives personnelles de Lucien Febvre actuellement déposées aux Archives nationales. Voir aussi la correspondance entre Lucien Febvre et Marc Bloch en particulier le volume 2 (Bloch et Febvre 2004), dans lequel il est souvent fait allusion à ce volume auquel Bloch a collaboré. Le volume repris après la guerre, confié à Paul Breton, paraîtra en 1954 sous le titre La civilisation quotidienne.

4 « Avant d’exister, le tome XIV de l’Encyclopédie française a exercé sur l’activité scientifique une heureuse action. Il a déterminé la naissance en 1935 d’une Commission des recherches collectives de l’Encyclopédie française, chargée de préparer par quelques enquêtes typiques, le travail des collaborateurs du volume XIV, ou de combler les plus dommageables des lacunes que leurs investigations les conduisaient à déterminer » (Febvre 1954 : 16).

5 Pour une bibliographie sur la CRC, je renvoie notamment à l’article que j’ai publié avec Florence Weber (Müller et Weber 2003).

6 André Varagnac avait commencé un journal pour y consigner les événements mais surtout les péripéties de ses démêlés avec ses collègues au sein de la Société de folklore français et colonial. La Société créée en novembre 1928, eut beaucoup de peine à démarrer ; elle fut dissoute et recréée en 1930 avant d’assimiler la Société de folklore colonial. Le journal de Varagnac s’arrête en 1934, il figure dans ses papiers personnels déposés à Dijon.

7 Voir les lettres reçues de Marcel Sembat, notamment celles de la guerre, déposées dans le fonds Marcel Sembat, Office universitaire de recherche socialiste, Paris, cote : 70APO 1.

8 Voir Saintyves (1930). Van Gennep (1998 [1937-1958] : 111, n° 287) le commentait ainsi : « Trop touffu pour le terrain ; commode pour le dépouillement bibliographique. »

9 Sur la participation des instituteurs aux enquêtes, les avis, également partagés, trouvaient un écho dans la littérature. Ainsi Anatole France (1933 : 92) notait dans La vie littéraire, « En général, l’instituteur n’est pas l’homme qu’il faut pour recueillir les traditions populaires ; il manque de simplicité ; il est enclin à corriger, à embellir. » Opinion contestée par Van Gennep qui le cite dans Le folklore français (1998 [1937-1958] : 62).

10 Cette partie complète par quelques points l’étude que j’ai publiée avec Florence Weber (Müller et Weber 2003).

11 Sur Marcel Maget, voir les travaux de Florence Weber (notamment sa contribution au présent volume).

12 Ainsi rédigé, le questionnaire était le plus long et occupait quatre pages A4, toujours dactylographiées comme les deux précédents. Il était accompagné d’un questionnaire complémentaire plus précis (1 page A4) concernant « l’emploi des graisses dans la cuisine », dont les résultats feront l’objet d’une présentation au Congrès international de folklore de 1937 et plus tard dans le volume XIV de l’Encyclopédie (Febvre 1954 : 3).

13 Le préambule précise que l’enquête concorde partiellement avec deux autres enquêtes antérieures entreprises l’une sous le patronage du ministère de l’Agriculture et l’autre par la Société de folklore français, en se limitant cependant à un seul des problèmes qui y avaient été envisagés.

14 Voir Febvre (1935). L’auteur y publie des extraits des « monographies » recueillies.

15 La Commission justifiait l’abandon du questionnaire par la difficulté « d’aborder en une fois l’ensemble de l’alimentation », de lasser et de paraître incomplet.

16 Ils firent l’objet d’expositions notamment à Paris. En 1931, près de 532 monographies (118 écoles normales) et en 1932, plus de 1 000 furent rédigées. S’y ajoutaient également d’autres productions locales : dessins, procès verbaux d’excursion ou encore divers objets artisanaux.

17 Lettre de Jean Zay aux inspecteurs d’académies : « Je suis heureux de constater que dans 85 écoles normales les élèves-maîtres et les élèves-maîtresses ont, cette année, étudié avec soin les coutumes, les monuments, le mobilier, les métiers, les objets, les aspects géographiques, la vie des personnages célèbres. Toutes ces recherches donnent à leurs auteurs le goût et la pratique de l’observation, du travail exact, la curiosité des choses et des gens du passé. » Lettre ministérielle du 30 juillet 1936, citée in Chanet (1996 : 185-186).

18 « Les instituteurs et les institutrices sortent en grande majorité du milieu rural et ont été dressés à écrire avec précision, ils sont donc plus aptes que n’importe quelle autre partie de la population, pour peu, comme c’est le cas depuis une vingtaine d’années, qu’ils veuillent rester en contact avec le peuple, à entreprendre de bonnes enquêtes, sans compter que, par leur situation morale et leur activité comme secrétaires de mairie, ils peuvent les conduire sans susciter d’opposition ni de suspicions » (Van Gennep 1998 [1937-1958] : 184).

19 Ainsi, il note dans son « Journal de la fondation de la Société de folklore français », à l’égard de Nourry : « La méthodologie folklorique, telle que Nourry l’a esquissée, a un caractère de classe très marqué et même un caractère de politique très réactionnaire. [... ] Pour Nourry, le peuple n’a aucune capacité de discerner, de dissocier. Par conséquent il est inapte à servir l’observation scientifique. Seuls les représentants de la classe dirigeante sont qualifiés pour observer le peuple et sa vie. »

20 « Rénover la pédagogie en lui enseignant une tâche scientifique d’observation concrète, il n’y a là rien d’autre que le courant de pédagogie nouvelle à travers tout les pays. Enrôler à cette besogne non seulement des instituteurs mais des membres du secondaire et de l’enseignement supérieur, voilà la grande nouveauté, qui tiendrait à rompre le compartimentage et le mandarinat de ces deux dernières castes d’enseignement. » Voir son « Journal de la fondation de la Société de folklore français », à la date du 27 novembre 1928.

21 Il s’agit de l’enquête sur la forge qui décrit le travail du forgeron à la première personne, mais il est vraisemblable que ces récits aient été retranscrits sous la dictée, peut-être recopiés, voire écrits à partir des témoignages recueillis par des instituteurs.

22 Les textes sont en effet parfaitement lisibles et la duplication, se limitant au texte, supprime les dessins et les photos.

23 Les seules exigences répétées d’un questionnaire à l’autre concernent la datation et la localisation des informations, l’identité de l’enquêteur et la date de l’enquête.

24 Le versement des 870 réponses aux trois premiers questionnaires au fonds de l’Office de documentation folklorique est annoncé dans la présentation de l’enquête n° 4. Et lors de son ouverture, l’Office peut se prévaloir d’un fonds de près de 1 100 dossiers et monographies, dont la totalité des réponses aux enquêtes de la CRC.

25 Ces éléments se retrouvent également dans l’enquête n° 4 sur les modes de transport.

Auteur

Université de Genève, Département d’histoire générale
Laboratoire de sciences sociales de l’École normale supérieure

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search