Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

I. Objets et méthodes

Une carte trop risquée ?

Notes sur la recherche française à l’âge d’or de la méthode cartographique en ethnologie européenne

Thomas K. Schippers

Texte intégral

1Cette communication évoque les projets et les réalisations dans le domaine de l’aréologie culturelle en France (et en Europe) durant la période 1935-1950. Des comparaisons européennes tentent de mettre en lumière aussi bien les similitudes que les particularités des recherches françaises, durant la période envisagée. Au-delà des faits historiques, elle questionnera les attitudes, souvent hésitantes, des chercheurs face à des approches spatialisées des diversités culturelles de l’Hexagone. La communication se terminera par une interrogation sur la signification (politique) du rejet, après 1945, d’une spatialisation des particularités ethnographiques françaises au profit d’approches davantage historiques et monographiques.

2Comme d’autres textes dans ce volume, cet article voudrait apporter, au-delà des faits relatés, un éclairage sur « l’état d’esprit » de la recherche ethnologique et folklorique durant l’entre-deux-guerres, et plus particulièrement la période 1930-1945/1948. Ainsi, pour mieux comprendre les vocations et les objectifs des savants de cette période en Europe, et plus particulièrement en France, prendra-t-on comme révélateur et indicateur un outil méthodologique ou heuristique, la « méthode cartographique » en ethnologie européenne, qui connaît alors ce qui apparaîtra rétrospectivement comme son « âge d’or ».

3Pour saisir immédiatement l’esprit du temps à ce sujet, lisons ce que dit (et écrit) aux débuts des années 1930 André Varagnac, alors « secrétaire à la propagande de la Société de folklore français » :

  • 1 Près de cinquante ans après cet appel, nous avons tenté, avec quelques collègues, d’avoir cette di (...)

« Permettez-moi, tout d’abord, de limiter très strictement cette communication. L’usage de cartes dans les travaux de folklore mériterait une étude spéciale dépassant de beaucoup le cadre du présent examen. Depuis vingt-cinq ans environ, la cartographie folklorique s’est considérablement développée, en grande partie en Europe centrale, et la bibliographie, à elle seule, serait déjà longue. Il serait, sans doute, intéressant de préciser sous quelles influences de nombreux folkloristes en sont venus à établir ces cartes d’un nouveau genre. Il y aurait là un point d’histoire des sciences utile à élucider, et cette investigation aboutirait nécessairement à une discussion méthodologique sur les conceptions qui ont, jusqu’à ce jour, présidé à ces travaux1. [...]
Et, tout d’abord, reconnaissons que cette notion de cartes folkloriques peut sembler singulière. Une chanson vole de bouche en bouche. Un conte ou une légende semblent errer dans le peuple au gré du hasard et des circonstances individuelles. À première vue, ces deux termes – carte et folklore – paraissent jurer ensemble. Il n’en va pas de même si l’on veut bien y regarder de plus près.
Notons, premièrement, que dès le XIXe siècle, les folkloristes ont toujours cru devoir mentionner, sinon le lieu précis, tout au moins la région où tel fait avait été récolté. Dès 1893, Paul Sébillot joignait à un exposé, “Sur l’état présent de l’exploration traditionniste en France”, une carte montrant la marche de cette exploration région par région [Revue des traditions populaires, tome VIII : 577]. Il est regrettable que cette initiative ait été sans lendemain. Il suffit de vouloir se renseigner sur les travaux déjà publiés concernant tel ou tel fait folklorique pour sentir de quels secours seraient des cartes présentant au premier coup d’œil les lacunes de l’exploration.
Mais il ne s’agit pas simplement de commodité dans nos moyens de travail. Vous n’avez certainement pas oublié notre séance du 12 novembre [1931] dernier, où une intéressante communication sur la Saint-Nicolas suscita un échange de vues, au cours duquel notre collègue, M. Jeanton, signalait que ce saint est sur la Saône un patron des bateliers et notre Président indiqua qu’en Italie ce saint est, avant tout, un patron des eaux. Entre un saint Nicolas, donneur de cadeaux et “patron des écoliers”, comme le chantent les enfants dans le Nord et le Nord-Est, et le saint Nicolas maître des eaux et des fleuves, quelles sont les frontières ? Nous voilà conduits par notre curiosité folklorique elle-même vers la cartographie.
Voici donc deux avantages évidents des cartes folkloriques : elles facilitent notre mise au courant en résumant un grand nombre d’observations ; elles décèlent un aspect particulier de « certains » faits folkloriques, tout au moins : leur répartition fixe des zones qui semblent pouvoir être précisées. Pour l’instant, n’en disons pas davantage. Il est, certes, naturel de penser qu’une nouvelle méthode est une panacée. Entre ces premières constatations et l’affirmation que la cartographie doit être l’alpha et l’oméga du folklore, il n’y a qu’un pas, qui serait vite franchi. Fort heureusement, nous n’en sommes pas réduits à des conjectures, mais pouvons déjà examiner les résultats de travaux patients et sérieux.
Grâce à l’aimable entremise de notre confrère luxembourgeois, M. Joseph Hess, il m’a été possible de rentrer en rapport avec le Dr Wilhelm Pessler, directeur du Vaterländischen Museum à Hanovre. Ses premières publications de géographie humaine et de cartographie folklorique datent de 1906 et, depuis lors, il n’a pas publié moins de trente-six travaux divers sur ces questions, notamment son dernier ouvrage, publié en 1931 : Deutsche Volkstumsgeographie, et qui contient 21 cartes » (Varagnac 1932 : 224-225).

4À la fin de cette communication, André Varagnac appelle de ses vœux le lancement de recherches (plus) systématiques en France, et une coordination thématique avec les entreprises de « cartographie folklorique » qui ont vu le jour dans d’autres pays européens (notamment en Allemagne) depuis les années 1920, qui aboutiraient un jour à un atlas du folklore européen dont les frontières politiques seraient effacées...

  • 2 Voir, pour plus de détails, Schippers (2004 : 628-631).

5Les folkloristes et ethnographes ont commencé à utiliser la cartographie, comme d’ailleurs les enquêtes indirectes par questionnaire, depuis le milieu du XIXe siècle, pour donner une dimension plus scientifique — i. e. systématique – à leurs collectes et analyses2. Une des vertus d’une cartographie dite thématique est en effet la possibilité de « montrer » (au sens propre) des phénomènes autrement totalement invisibles. Dans les sciences humaines, ce sont les linguistes (philologues et dialectologues) qui, parmi les premiers, ont employé cet outil heuristique graphique, comme l’évoque par exemple Arnold Van Gennep dans son Traité comparatif des nationalités :

« Vers le milieu du XIXe siècle, M. de Tourtoulon parcourut la France en diagonale, de commune en commune, et traça la première délimitation des deux dialectes [oïl et oc]. [...] La méthode inventée par M. de Tourtoulon a été ensuite appliquée, de proche en proche, à tous les dialectes et à toutes les langues de l’Europe, avec plus ou moins de soin scientifique, et partout le résultat a été le même » (Van Gennep 1995 [1922] : 178).

6Par ailleurs, la carte thématique était, depuis la fin du XVIIIe siècle, devenue l’outil favori des « statisticiens » pour synthétiser spatialement les données les plus diverses, comme l’a montré le livre de Gilles Palsky (1996) sur la naissance de la cartographie quantitative en France.

  • 3 Le principe de la cartographie par isoligne consiste à relier graphiquement des points ayant une m (...)
  • 4 Cela n’est pas sans rappeler, à la même époque, la définition vidalienne d’une région, définie com (...)

7Dans son allocution précitée, André Varagnac cite comme exemplaires les travaux de l’Allemand Wilhelm Pessler – élève du géographe Friedrich Ratzel – qui avait développé ce qu’il avait nommé une Ethnogeographie. Au centre des travaux de Pessler se trouvait 1’idee de Volkstum, concept allemand difficilement traduisible, qui désigne l’ensemble des traits, dans leur forme la plus « pure », des caractéristiques d’un groupe donné ; cet ensemble peut comprendre aussi bien les types d’habitat que la couleur des yeux, la langue, la stature moyenne des hommes et des femmes, les règles de transmission des héritages, les taux d’homicide, etc. Le Volkstum est, en quelque sorte, l’addition d’éléments linguistiques, culturels, psychiques et phénotypiques d’un groupe, obtenus après une « distillation scientifique ». Sur le plan cartographique, cette approche se donna comme objectif principal de tracer les isolignes3 des différents traits culturels et physiques – que Pessler appelle Iso-Ethnen, Iso-Psychen, Iso-Somaten... – pour aboutir (en superposant différentes cartes isolignes) à des cartes de zones ethniquement « homogènes »4 (ethnische Reingebiete).

8Si les tentatives de Pessler n’ont pas abouti à des résultats bien convaincants, et peuvent aujourd’hui prêter à sourire, c’est surtout avec la publication, entre 1902 et 1910, des 35 fascicules de l’Atlas linguistique de la France par Jules Gilliéron et Edmond Edmont – pour lequel les enquêtes de terrain avaient été effectuées entre 1897 et 1902-, qu’une première cartographie « culturelle » d’envergure vit le jour à une échelle nationale en Europe. Ces travaux, fondés sur des collectes directes – et donc quasi synchroniques – et une cartographie par points, seront pour beaucoup d’ethnologues « européanistes » des années 1930 des modèles de sérieux méthodologique et scientifique, hélas souvent difficilement imitables.

  • 5 Cet article est une réponse très détaillée à la critique d’un folkloriste néerlandais (Jan De Vrie (...)
  • 6 Dans le même article, Van Gennep annonce aussi son intention de publier au moins 100 cartes dans s (...)

9Par exemple Arnold Van Gennep explique, dans un article publié en 1935 (et en néerlandais...), qu’il a été directement inspiré par les cartes du folkloriste finnois Antti Aarne, publiées en 1897, qui montrent les différents pourcentages d’attestation de divers contes merveilleux. Dans ce même article5, il rappelle que lors du [désormais « fameux »] Congrès de Prague de 1928 – dont il fut le secrétaire scientifique – son but était déjà de faire connaître la méthode cartographique, en tant qu’outil véritablement scientifique au service des folkloristes européens6. Pour mettre en valeur les cartes « folkloriques », il suggère de les accompagner de cartes (à la même échelle) des « paysages naturels », des « tribus gauloises et gallo-romaines », des données « anthropologiques » (i.e. anthropométriques) et « dialectologiques » et enfin des « découpages paroissiaux carolingiens » (Van Gennep 1935).

10Nous voici donc au cœur de « l’esprit (scientifique) du temps » des années 1930 dans les cercles « folkloriques » savants : mettre en perspective, aussi bien des traits linguistiques, géographiques, historiques, que « folkloriques », techniques et même somatiques des populations régionales en Europe afin d’esquisser, à l’aide de la méthode cartographique, des ensembles (géographiques) de covariances et de différences. Toute une série de « grandes enquêtes » nationales — évoquées ailleurs dans le présent volume — sont prévues pour apporter des données « folkloriques » à un édifice (national...), dans lequel les cartes seraient l’un des aspects les plus importants.

  • 7 Voir par exemple Schippers (2004).

11Mais cet engouement savant pour la cartographie ne doit pas faire oublier que les cartes sont historiquement, avant tout, des instruments au service des pouvoirs politiques et militaires. Par ailleurs, depuis la fin du XIXe siècle, les cartes jouent un rôle « iconique » et « emblématique » significatif dans l’enseignement des jeunes Européens massivement scolarisés. La cartographie n’est donc pas seulement un art savant pour savants, elle peut aussi – du moins potentiellement – servir, par ses qualités graphiques propres, à des fins non seulement pédagogiques mais aussi politiques et idéologiques7. Par ailleurs, si l’on veut saisir les raisons de l’intérêt pour la cartographie « folklorique » en France, dans l’entre-deux-guerres, il faut aussi prendre en compte ce qui se passe alors au-delà des frontières nationales, et notamment en Allemagne.

12En 1925, peu après la défaite de 1918, des savants allemands avaient lancé – avec un soutien financier public important et une considérable couverture médiatique — un projet pour un « Atlas du folklore allemand » (Atlas der deutschen Volkskunde, ADV), fondé sur des données provenant de 23 000 points d’enquête « germanophones » en Europe, et dépassant donc largement les frontières politiques de la République de Weimar. Entreprise clairement pangermanique, ces questionnaires – envoyés à partir de 1930 – sont de moins en moins bien accueillis par les savants des pays limitrophes de l’Allemagne, notamment après la prise de pouvoir par Hitler en 1933. Ainsi, par exemple, l’ethnologue suisse Richard Weiss — qui avait initialement coopéré au projet allemand – lance, en 1934, son propre programme de collecte en vue de la publication d’un Atlas du folklore suisse, soutenu financièrement dans le cadre d’une politique helvétique de « défense spirituelle du pays » face aux prétentions pangermaniques de Berlin (Weiss 1984 [1950]).

  • 8 Pessler (1938) y fait également un exposé.

13En 1937, l’équipe scientifique dirigeante de l’ADV – dont Wilhelm Pessler fait partie – est limogée et remplacée par des membres du parti nazi, sous la direction de Heinrich Harmjanz et Erich Rohr, qui publient rapidement, en 1938, une série de 120 cartes sans analyses ni commentaires, à la demande expresse des services de propagande de Joseph Goebbels. Lors du premier Congrès international de folklore à Paris, en 19378, Harmjanz et Rohr présentent ces travaux cartographiques. La première communication publiée dans les actes de ce congrès est emblématique de l’idéologie nazie au regard de l’ethnologie européenne de l’époque (Travaux du IerCongrès international de folklore, 1938).

  • 9 Gilliéron et Edmont (1902-1910). Voir Bromberger, Dossetto, Schippers (1985) et Cuisenier (1982-19 (...)

14C’est donc dans ce contexte qu’il faut replacer l’initiative des folkloristes français d’un Atlas folklorique de la France, pour lequel les enquêtes (par questionnaires envoyés) débutent en 1942, sous la direction d’Albert Dauzat, René Maunier et Arnold Van Gennep, et dont les réponses obtenues sont recueillies au musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP). Déjà en 1916, Van Gennep avait eu l’idée d’un tel atlas comme complément souhaitable du (premier) Atlas linguistique de France publié par Gilliéron et Edmont, entre 1902 et 1910, en 35 fascicules9.

  • 10 Sur le personnage de Fritz Krüger, voir la notice en allemand d’Olaf Deutchman (1992 : 167-172).

15En vue de l’Atlas folklorique, 3 310 exemplaires du premier questionnaire sont distribués, pour lesquels une dernière réponse écrite parviendra au MNATP en 1964 ! Mais selon une recherche de Jean Cuisenier (1982-1983), aucune réponse n’est revenue de 38 départements. Ce projet a donc été un échec, car seulement quelques cartes « manuscrites » (qui sont encore conservées dans les archives du musée) ont pu être dressées par les initiateurs. Ce fut un allemand, Fritz Krüger10 qui, « exilé » en Argentine après la Seconde Guerre mondiale, y publia, en 1950, une Géographie des traditions populaires en France en deux volumes — dont un de cartes — basées notamment sur les données des « grandes enquêtes » françaises des années 1930. Notons néanmoins que le Manuel de Van Gennep contient 106 cartes selon un recensement de Danièle Dossetto (Bromberger, dossetto et Schippers 1985).

  • 11 Voir Bromberger et al. (1982-1983), Cuisenier (1982-1983) ou Schippers (2004).
  • 12 Par ailleurs difficilement accessibles au public pour des raisons de coût et de format.

16De multiples raisons – méthodologiques, pratiques et même paradigmatiques – de l’échec de la prometteuse « méthode cartographique » en ethnologie française, au lendemain de la guerre, peuvent être évoquées11. Mais, pour conclure ce bref exposé, je voudrais suggérer une piste rarement évoquée : une aversion « politique » et même peut-être « idéologique » en France pour des travaux mettant clairement en évidence, de manière spatialisée – à l’aide de cartes – la diversité « culturelle » des populations de l’Hexagone. Même si dans les années 1930 des historiens comme Lucien Febvre étaient encore étroitement associés aux projets cartographiques, le comparatisme spatial céda ensuite définitivement la place aux prestigieux projets et publications en plusieurs volumes des « Histoire de... », évoquant un aspect de la vie culturelle ou sociale française à travers les siècles. De même, le grand projet – lancé en 1948, sous la houlette du Gréco n° 9 CNRS – d’un nouvel atlas linguistique et ethnographique de la France, ne parut paradoxalement que sous la forme de 24 séries de volumes régionaux12, rendant toute vue d’ensemble des diversités impossible.

  • 13 Difficile d’accès pour un public français jusqu’à très récemment (Kersaudy 2001).
  • 14 Voir par exemple Stevinson (1983).
  • 15 Comme l’ont montré Hervé Le Bras et Emmanuel Todd dans leur essai cartographique L’invention de la (...)

17La cartographie linguistique et culturelle à l’échelle européenne13 fait apparaître des continuités et des ruptures spatiales différentes des frontières géopolitiquesl14. Selon les contextes historiques et politiques, la mise en perspective de ces deux formes de représentation des appartenances collectives peut s’avérer délicate15. Les projets savants des années 1930 auraient ainsi peut-être abouti à des cartes « trop risquées », à une époque où la défense de l’esprit national prévalait.

18Quant à la nouvelle génération des ethnologues de la France, elle adoptera après la guerre, pour l’ethnographie « métropolitaine » (Maget 1953), la même posture méthodologique que pour l’ethnographie « exotique » : l’étude monographique totalisante par observation directe d’une (petite) localité.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bromberger Christian, Pierre Centlivres et Danièle Dossetto, 1982-1983. « L’Atlas de Folklore suisse », in L’ethnocartographie en Europe, numéro spécial de Technologies, idéologies, pratiques 4 (1-4).

Bromberger Christian, Danièle Dossetto et Thomas Schippers, 1985. L’Ethnocartographie en Europe : Inventaire des documents, programmes et projets cartographiques. Aix-en-Provence, Centre d’ethnologie méditerranéenne, doc. ronéo.

Cuisenier Jean, 1982-1983. « La cartographie ethnologique au musée national des Arts et Traditions populaires. Bilan et perspectives », Actes de la Table ronde internationale sur l’Ethnocartographie en Europe, Aix-en-Provence, 25-27 novembre 1982 in L’ethnocartographie en Europe, numéro spécial de Technologies, idéologies, pratiques 4 (1-4) : 191-226.

Deutchman Olaf, 1992. « Fritz Krüger 1931-1945, ein aide-mémoire », in Wörter und Sachen, Klaus Beitl et Isac Chiva. Vienne, Verlag der Ôsterreichischen Akademie der Wissenschaften : 167-172.

Gilliéron Jules et Edmond Edmont, 1902-1910. Atlas linguistique de France. Paris, Éditions Champion, 35 fascicules.

Kersaudy Georges, 2001. Langues sans frontières, à la découverte des langues de l’Europe. Paris, Autrement.

Le Bras Hervé et Emmanuel Todd, 1981. L’invention de la France. Paris, Le Livre de Poche.

L’ethnocartograhie en Europe, 1982-1983. Actes de la table ronde « Bilan et perspectives de la cartographie ethnologique en Europe », tenue à Aix-en-Provence les 25-27 novembre 1982. Aix-en-Provence, Technologies, idéologies, pratiques.

Maget Marcel, 1953. Guide d’étude directe des comportements culturels, manuel d’ethnographie métropolitaine. Paris, Éditions du CNRS.

Palsky Gilles, 1996. Des chiffres et des cartes : naissance et développement de la cartographie quantitative au XIXe siècle. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Pessler Wilhelm, 1938. « Die geographische Methode in der Volkskunde Europas », Travaux du Ier Congrès international de folklore (1937). Publications du département et du musée national des Arts et Traditions populaires. Tours, Imprimerie Arrault et Cie : 267-272.

Schippers Thomas K., 1985. L’Ethnocartographie en Europe : Inventaire des documents, programmes et projets cartographiques. Aix-en-Provence, Centre d’ethnologie méditerranéenne, doc. Ronéo : 117-184.

— 2002. « La frontière dans l’imaginaire identitaire en Europe », in Frontières, Christian Desplat (dir.), Paris, CTHS : 79-86.

— 2004. « La cartographie, serpent de mer de l’ethnologie européenne », Ethnologie française 4 : 627-637.

Stevinson Victor, 1983. Words. Londres, Eddison & Sadds Editions.

Travaux du Ier Congrès international de folklore (1937). 1938. Publications du département et du musée national des Arts et Traditions populaires. Tours, Imprimerie Arrault et Cie.

Van Gennep Arnold, 1995 [1922]. Traité comparatif des nationalités. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

— 1935. « Over het tekenen van folkloristische kaarten », Mensch en maatschappij 11 :337-351.

— 1943-1958. Manuel du folklore français contemporain. Paris, A. et J. Picard.

Varagnac André, 1932. « La méthode cartographique dans le folklore », Revue de Folklore français et de folklore colonial 4-5 : 224-233.

Weiss Richard, 1984 [1950]. Volkskunde der Schweiz. Zurich, Rentsch.

Notes

1 Près de cinquante ans après cet appel, nous avons tenté, avec quelques collègues, d’avoir cette discussion. Voir l’Ethnocartographie en Europe (1982-1983).

2 Voir, pour plus de détails, Schippers (2004 : 628-631).

3 Le principe de la cartographie par isoligne consiste à relier graphiquement des points ayant une même valeur pour une variable donnée. Les premières cartes de ce type furent celles (autour de 1700) des déclinaisons du magnétisme terrestre (Palsky 1996 : 40 sq.) ; les plus connues sont celles des pressions barométriques, qui apparaissent dans la seconde moitié du XIXe siècle.

4 Cela n’est pas sans rappeler, à la même époque, la définition vidalienne d’une région, définie comme une portion d’espace, où est établie « une harmonie entre la nature et les réalisations humaines » (voir par exemple l’article de Vidal de La Blache, dans la Revue de Paris du 15 décembre 1910, où il apporte son soutien aux mouvements régionalistes (cité par Jean Tulard dans son article « France : achèvement de l’unité (1789-1944) », Encyclopedia Universalis).

5 Cet article est une réponse très détaillée à la critique d’un folkloriste néerlandais (Jan De Vries), au sujet de la médiocrité graphique des cartes de Van Gennep. Ce dernier y analyse longuement tous les travaux (ethno-) cartographiques qui l’ont inspiré, et explique la pauvre qualité de ses propres cartes par un manque de moyens financiers et techniques.

6 Dans le même article, Van Gennep annonce aussi son intention de publier au moins 100 cartes dans son futur « Atlas folklorique de Savoie ».

7 Voir par exemple Schippers (2004).

8 Pessler (1938) y fait également un exposé.

9 Gilliéron et Edmont (1902-1910). Voir Bromberger, Dossetto, Schippers (1985) et Cuisenier (1982-1983).

10 Sur le personnage de Fritz Krüger, voir la notice en allemand d’Olaf Deutchman (1992 : 167-172).

11 Voir Bromberger et al. (1982-1983), Cuisenier (1982-1983) ou Schippers (2004).

12 Par ailleurs difficilement accessibles au public pour des raisons de coût et de format.

13 Difficile d’accès pour un public français jusqu’à très récemment (Kersaudy 2001).

14 Voir par exemple Stevinson (1983).

15 Comme l’ont montré Hervé Le Bras et Emmanuel Todd dans leur essai cartographique L’invention de la France (1981).

Auteur

Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative
Centre national de la recherche scientifique

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search