Version classiqueVersion mobile

Du folklore à l'ethnologie

 | 
Denis-Michel Boëll
, 
Jacqueline Christophe
, 
Régis Meyran

Introduction. L’ethnologie de la France, du Front populaire à la Libération : entre continuités et ruptures

Christian Bromberger

Texte intégral

1Le nombre et la qualité des communications proposées au colloque de 2003 « Du folklore à l’ethnologie en France et en Europe » – plus de 90 ! – ont constitué une source de vive satisfaction pour les organisateurs de cette rencontre. Mais ce succès est aussi source de réflexion. Pourquoi tant d’ethnologues de la France éprouvent-ils un si vif intérêt pour ce retour en arrière vers ce qui fut le temps des origines institutionnelles de leur discipline ? Et pourquoi cette volonté de savoir, qui s’est déjà traduite par quelques avancées, s’exprime-t-elle si tardivement sur un mode collectif ? S’agit-il de clore un chapitre, de boucler une histoire, alors même que se profile un nouvel avenir pour l’institution qui nous rassemble ? Ou, au-delà, d’appeler à plus de vigilance réflexive sur l’atelier et les coulisses de notre profession ?

Un long silence

2Les ethnologues sont passés maîtres, c’est même leur raison professionnelle, dans l’art d’étudier les généalogies, les filiations, les héritages. Ils analysent sourcilleusement le fonctionnement de la mémoire collective, les mythes d’origine, la fabrication des hauts faits et des personnages emblématiques tels qu’ils sont colportés par la tradition. Ayant retenu les leçons de l’histoire orale, ils ont appris à détecter les oublis, les non-dits, à traquer les dérapages des souvenirs, les silences, les hésitations. Or, le moins que l’on puisse dire, c’est que les ethnologues de la France, si prompts à scruter la mémoire des autres dans ses moindres recoins, ont été rétifs jusqu’à un tout proche passé à appliquer leur art à la période cruciale dans le développement de leur discipline, qui fait l’objet de ce colloque. Sans doute, comme le rappelait Clyde Kluckhohn, « le poisson est mal placé pour découvrir l’existence de l’eau ». Mais autant étions-nous prolixes sur l’Académie celtique, sur la statistique du préfet Villeneuve, sur les œuvres fondatrices de Hersart de La Villemarqué ou de Frédéric Le Play, sur les travaux fondamentaux et monumentaux d’Arnold Van Gennep, autant un voile opaque recouvrait la période de la guerre, une période pourtant décisive dans l’histoire de l’ethnologie de la France, dont il est à peine question dans les ouvrages individuels et collectifs que les uns et les autres avons publiés pour retracer notre courte aventure disciplinaire. Le silence suscite la gêne, le malaise, la rumeur amplifiée, les soupçons, l’idée que l’on cache intentionnellement quelque chose d’inavouable, un péché originel, un de ces gros secrets de famille dont on chuchote à demi-mot dans les chaumières sans bien savoir de quoi il s’agit. Traitant du folklore et de l’ethnologie de la France pendant cette période longtemps camouflée de la guerre, Florence Weber (2000), dans un texte important, parle justement de « verrue à la fois obsédante et contournée ». Et l’on voit sans peine les risques de ce contournement, voire de cette dénégation : refuser l’histoire, préférer ne rien savoir et ne rien dire aboutit à enfler les rumeurs et parfois à laisser dire n’importe quoi.

  • 1 Voir aussi, sur cette période, Meyer, Beauquier et Bromberger (2002 : 82-116).

3Ce travail de mémoire sur cette période cruciale s’est donc engagé bien tardivement. On sait gré à Christian Faure d’avoir levé le voile dans Le projet culturel de Vichy et de nous avoir réveillés de notre « sommeil dogmatique ». C’est donc à un non-ethnologue que nous devons ce brutal réveil qui a suscité de nombreuses controverses. Depuis cet ouvrage pionnier, publié en 1989, plusieurs travaux substantiels – je pense en particulier à ceux de Herman Lebovics (1992), de Daniel Fabre (1997), de Régis Meyran (1999), de Florence Weber (2000), à l’article de Marcel Maget (1993) qui est une réponse au livre de Faure – ont jeté de la clarté sur cette période trouble et obsédante1. Toujours est-il que notre réveil a été plus tardif que celui de la Volkskunde allemande – le grand livre de Hermann Bausinger (1993), date de 1971. Sans aucun doute les compromissions entre le folklore, les arts et traditions populaires, d’une part, et l’État français, de l’autre, furent sans commune mesure avec la situation que l’on connut sous le IIIe Reich. « Le seul porte-parole français du nazisme anthropologique », rappelle Daniel Fabre (1997), fut Georges Montandon. Encore faudrait-il préciser à l’échelle académique nationale, des mouvements culturels régionaux n’ayant pas manqué de zélateurs de cette idéologie.

4Le flou et les doutes sur ces temps troubles ont été renforcés par le silence des principaux acteurs et comme dissimulés par le rappel emphatique du rôle que tinrent les grands chantiers sur l’architecture rurale, sur le mobilier régional, sur l’artisanat pour éviter à des militants et résistants (Pierre-Louis Duchartre, Albert Soboul, Georges Balandier...) d’être réquisitionnés pour le Service du travail obligatoire en Allemagne. Au jeune ethnologue, appelé à participer à la publication du Corpus de l’architecture rurale à la fin des années 1970, c’est cette facette de l’œuvre du MNATP pendant la guerre que l’on faisait volontiers miroiter.

5Mais dans ces temps de silence, le malaise, confusément vécu, vis-à-vis de l’institution puisait à trois sources disparates, dans et en dehors du champ politique, qui plus ou moins confluaient.

  • 2 « Monsieur le Maréchal, le pays n’est pas avec vous... » (cité par Jean Lacouture 2000).
  • 3 Sur ce que l’on a appelé improprement le réseau du musée de l’Homme, voir entre autres Julien Blan (...)

6On ne pouvait, tout d’abord, manquer de faire un parallèle, si caricatural fût-il, entre ce qui s’était passé pendant et au sortir de la guerre dans les deux ailes du palais de Chaillot. D’un côté, le musée de l’Homme avec son fondateur-directeur Paul Rivet, révoqué pour sa courageuse déclaration du 14 juillet 19402, avec son réseau de résistants de la première heure (dont Germaine Tillion et les martyrs Boris Vildé et Anatole Lewitsky)3 et ses ramifications, « une galaxie à sept branches », éditant le journal Résistance ; de l’autre, le MNATP avec son directeur Georges Henri Rivière et son directeur adjoint André Varagnac, tous deux destitués temporairement en 1944. Le contraste était rendu d’autant plus vif que la guerre semblait avoir séparé les deux ethnologies. Rivière n’avait-il pas été l’adjoint de Rivet au musée de l’Homme ? Mais tandis que le premier avait poursuivi son œuvre de folkloriste et de muséographe pendant l’Occupation, le second s’était exilé et avait rejoint la France libre.

  • 4 Voir dans ce volume, p. 145-153.
  • 5 Celui publié par Gino Bottiglioni, Atlante linguistico e etnografico italiano della Corsica, Pise, (...)

7Prédominait ensuite le sentiment, fortement ancré dans les années 1970, que le MNATP était une sorte de forteresse campant frileusement et jalousement sur ses trésors documentaires et sur ses archives, comme si l’on se méfiait du regard d’autrui et d’une intrusion dans une histoire obscure. Cette idée était largement partagée par des ethnologues « provinciaux », à une époque où se développaient les mouvements régionalistes et où pesaient les soupçons les plus divers sur le « centre ». Notons en passant, et par souci d’équilibre, que ceux-là même qui se préoccupaient du passé du MNATP n’exerçaient pas la même vigilance critique sur les activités et les prises de position des sociétés et institutions de leur région pendant la dernière guerre. Plusieurs travaux récents ont fait la lumière sur ces compromissions régionales : citons entre autres ceux de Freddy Raphaël et de Geneviève Herberich-Marx (1991) sur l’Alsace, de Christian Bougeard (2002) et de Françoise Morvan (2002) sur la Bretagne, de Jean-Marie Guillon (2003) sur la Provence ou encore l’éclairante communication (présentée à ce colloque) de Laurent Abrate sur les mouvements occitanistes sous l’État français4. On peut d’ailleurs regretter que notre connaissance des situations régionales à cette période cruciale soit encore limitée et qu’aucune contribution sur la Normandie, le Pays basque, la Savoie ou la Corse (alors revendiquée – atlas ethnographique5 à l’appui – et occupée par l’Italie) n’ait été présentée lors de notre rencontre. Constatons, au demeurant que, localement aussi, le silence fut souvent de mise dans les années d’après-guerre, quand ce ne fut pas la dénégation. Jean-Marie Guillon (2003) nous rappelle que la « maintenance de Provence » du mouvement félibréen, qui avait élevé Charles Maurras en 1941 à la charge de « majoral », se félicite en décembre 1944 du « nouvel état des choses » et se réclame de l’Occitan Jaurès pour promouvoir le provençal !

8La troisième source de malaise se situait en dehors du champ politique et idéologique stricto sensu. On doutait, à tort ou à raison, de la légitimité scientifique du père fondateur de l’institution. Georges Henri Rivière était, sans nul doute, un génie de la muséographie, un inventeur enthousiaste, un infatigable organisateur doté d’une sensibilité esthétique peu commune, mais le grand savant en matière d’ethnologie de la France était alors Arnold Van Gennep (le premier tome de son Manuel paraît en 1937) qui demeura en marge du Musée et ne s’associa que ponctuellement et tardivement avec Georges Henri Rivière, quand l’un et l’autre partagèrent la responsabilité de la Société d’ethnologie française en 1952. Toujours est-il que le MNATP, qui jouit, dès ses premières expositions, d’une remarquable aura muséographique, souffrit, à ses origines et chroniquement par la suite, d’un déficit de légitimité scientifique.

1936-1945 : continuités et ruptures

9Quand on traite de l’histoire de l’ethnologie de la France, du Front populaire à la Libération, on doit, me semble-t-il, se défaire de dichotomies simples qui seraient, en un sens, intellectuellement et moralement rassurantes. Ainsi on caricaturerait une situation complexe en affirmant que le MNATP fut d’un bloc l’instrument et le chantre du régime de Vichy qui aurait rompu brutalement avec la politique ethnologique promue par le Front populaire.

  • 6 Sur cette congruence complaisante entre les objectifs du MNATP et ceux de la « Révolution national (...)

10On doit d’abord nuancer les positions des principaux protagonistes. L’attitude de Georges Henri Rivière fut, pendant comme avant la guerre, celle d’un opportuniste soucieux, avant tout, de mener à bien son projet ; Selon Marcel Maget (1993), il fit montre du « minimum de révérence dû à tout pouvoir en place » pour poursuivre son œuvre scientifique et maintenir à flots l’institution ; André Varagnac apporta, quant à lui, un soutien convaincu et déclaré à la « Révolution nationale ». Aux amateurs de folklore et de traditions, Vichy offrait une reconnaissance intellectuelle et institutionnelle inégalée jusque-là : le retour à la terre, la valorisation de la paysannerie et de l’artisanat, la restauration des provinces pouvaient flatter les ethnographes qui voyaient leurs objets conventionnels d’étude réhabilités et érigés en causes nationales. Certains, conscients de la gravité des choix, surent échapper — et résister — à cette tentation professionnelle. Mais la direction du MNATP s’engouffra dans cette brèche6. Jamais, il est vrai, le folklore, les arts et traditions populaires ne firent l’objet d’une telle sollicitude étatique et idéologique et d’un cadre organisationnel aussi structuré. Pour paraphraser et adapter une phrase cinglante de Christian Faure (1989), « Vichy met entre les mains » des folkloristes « les jouets dont ils rêvaient ». Donnons quelques exemples de cette sollicitude institutionnelle du maréchalisme. Le Comité national de folklore est réorganisé à la suite de la défaite de juin 1940 et Georges Henri Rivière, André Varagnac et Pierre-Louis Duchartre en deviendront les conseillers techniques. Des commissions de propagande régionaliste, chargées d’étudier et de promouvoir le folklore, la danse, la musique, l’architecture régionale furent instituées dans chaque département de la zone sud dès septembre 1940. Des mouvements de jeunesse (tels les Guides de France) furent mobilisés pour faire des recherches sur les costumes régionaux. Le journal des Comagnons de France, intitulé Compagnons, comprenait une rubrique sur les chants et les danses populaires des provinces françaises. Les émissions radiophoniques sur des thèmes folkloriques telles « Légendes et traditions de France » se multiplièrent, la production de documentaires ethnographiques fut abondante (pas moins de 20 expositions sur l’artisanat et sa nécessaire revalorisation furent organisées en 1942). L’enseignement des langues rurales dialectales (sic) fut encouragé par les circulaires Ripert et Carcopino d’octobre 1940 et de décembre 1941. Les Chantiers intellectuels 1 425, 909 et 1 810 sur l’architecture rurale, sur le mobilier, sur l’artisanat, sont lancés en 1941 ; ce sont là « des entreprises sans précédent dans l’histoire de l’ethnographie folklorique », notait Georges Henri Rivière. Le folklore est chez lui, commente Herman Lebovics. L’Arlésienne remplace Marianne...

  • 7 Sur l’homme et l’œuvre, voir les récents travaux de Mireille Meyer (2004).

11Paradoxalement, cette reconnaissance et cette promotion du folklore ne constituent pas une rupture par rapport à la politique culturelle du Front populaire. Comme le note Pascal Ory dans sa préface au livre de Faure (1989 : 8), « si Vichy n’a manqué ni d’imagination ni de bonnes volontés, c’est qu’il n’avait qu’à puiser dans un vivier préexistant » et il poursuit : « Nous sommes sans doute ici – dans le domaine du folklore – sur le terrain où Vichy assure le plus nettement la continuité avec la politique culturelle du Front populaire. » Cette continuité des acteurs, des préoccupations et de certaines structures ne signifie pas pour autant une identité de contenu. La volonté d’organiser les loisirs de la jeunesse, de faire tenir au musée un rôle éducatif majeur, le « folklorisme officiel » (Ory, in Faure 1989), le provincialisme, l’exaltation des terroirs, sont des thèmes partagés par les deux régimes, mais dans des directions idéologiques différentes. Faut-il rappeler qu’un Département des arts et traditions populaires est créé au sein de la Réunion des musées nationaux par décret le 1er mai 1937 (le MNATP obtiendra son autonomie administrative en 1941), qu’une Commission nationale des arts et traditions populaires est instituée par Jean Zay en mai 1938 ? L’agrarisme républicain, sous la houlette de Georges Monnet est à l’ordre du jour, et le folklore, longtemps tenu pour suspect dans les milieux de gauche, est accepté et reconnu, y compris par le parti communiste qui, depuis 1934, revendique l’héritage national, et non plus seulement la solidarité avec l’Union soviétique. En 1936, Léo Figuères, dirigeant important des Jeunesses communistes, qui devint par la suite maire de Malakoff, fait danser la sardane à ses troupes. Même au parti communiste on « osait donc la danse folklorique. On ne la cataloguait plus comme réactionnaire parce que traditionnelle » (Aguhlon 2003). La valorisation des particularismes et des coutumes était, au demeurant, dans l’air du temps européen et suscitait un large consensus sous le couvert ambigu du retour aux sources et de l’éducation populaire. Des expositions, des musées (tels les Heimatmuseen en Allemagne) pouvaient être appréciés pour leurs qualités techniques et esthétiques, pour leur ouverture à un large public sans que l’on tînt compte du projet idéologique qui les sous-tendait. Nina Gorgus nous montre ainsi dans sa communication ci-dessous comment Georges Henri Rivière avait été fasciné par la Haus der Rheinischen Heimat. L’Exposition internationale des arts et des techniques organisée à Paris en 1937 illustre, l’idéologie sous-jacente en moins, les orientations communes de l’époque et préfigure ce qui sera poursuivi quelques années plus tard en France, la propagande réactionnaire et une tendance plus passéiste en plus. Elle présente, dans le parc d’attraction des Invalides, « la Vieille France », à travers des fêtes et des manifestations folkloriques qui se déroulent sur la place reconstituée d’un « village typique ». Au « Centre rural », installé Porte Maillot et consacré « aux arts et techniques dans la vie moderne », le parti pris est plus novateur. On y construit un village modèle et moderne, qui témoigne de l’évolution des techniques. Un « Centre régional » représente, à travers ses 27 pavillons, la vie quotidienne dans les provinces. Jean Charles-Brun, l’indéracinable président de la Fédération régionaliste de France7, est le directeur adjoint de cette opération ; il sera par la suite proche du régime de Vichy et participera à la commission chargée de proposer un nouveau découpage du pays en provinces.

12Les thèmes (la paysannerie, l’artisanat, le folklore, le provincialisme) qui feront florès sous Vichy sont donc déjà bien en place avant-guerre. Des institutions, créées ou « rénovées », en assureront la promotion et l’instrumentalisation : les commissions de propagande regionaliste, le Comité national du folklore, la Corporation nationale paysanne, les mouvements de jeunesse, les groupes folkloriques et le musée national des Arts et Traditions populaires. Mais des aspects importants du programme de l’ethnologie d’avant-guerre sont désormais gommés, comme l’exprime sans ambages Georges Henri Rivière en janvier 1941 : « À présent, écrit-il, qu’une catastrophe sans égale dans son passe a frappé la France, c’est sur la paysannerie que s’opère la reconstruction nationale » (cité par Faure 1989). C’est aussi sur la paysannerie que se focalise désormais l’ethnographie. Le populaire se réduit désormais au paysan. La trajectoire d’André Varagnac illustre cette reconversion. Durkheimien à formation éclectique, passionné par ce que nous appellerions aujourd’hui l’ethnologie du proche et du présent (le folklore du monde ouvrier, de la bourgeoisie, des grèves...), Varagnac centrera ses travaux sur les traditions paysannes et sur ce qu’il nommera l’« archéocivilisation ». C’est sans doute ce repli frileux sur le paysan qui amènera le musée des Arts et Traditions populaires à renoncer à des aspects originaux de son programme tel qu’il avait été défini le 30 mai 1938 : dans la salle d’introduction, il était par exemple prévu de présenter « une carte chronologique des dépôts de gaz butane »... Ce repli achève, par ailleurs, le processus déjà largement amorcé de coupure entre le folklore et l’ethnographie exotique, alors qu’existait une Revue de folklore français et de folklore colonial et que des ethnologues, je pense à René Maunier et à Fernand Benoît, avaient une double spécialisation. Ces orientations et ces compromissions contribueront au discrédit de la notion de folklore que Marcel Maget remplacera, après-guerre, par celle d’« ethnographie métropolitaine ».

13Mais il y avait eu, le 1er mai 1937, une date hautement symbolique, la création du Département des ATP, une initiative qui cristallisait de multiples espérances et projets. Ces moments fondateurs ont sans doute été assombris rétrospectivement par l’image obsédante des années de guerre et par celle, terne et besogneuse, des arts et traditions populaires des années d’après-guerre. Jamais cependant le petit monde de l’ethnographie de la France ne connut un tel bouillonnement, une telle effervescence créatrice, une telle ouverture interdisciplinaire que dans les années 1930 (il faudra attendre les années 1970 pour retrouver un tel dynamisme mais sous bien d’autres formes – Bromberger 1996). Dominaient alors l’ambition de la synthèse, la volonté de la collaboration interdisciplinaire, le souci de mener des recherches collectives et cumulatives. Les fondateurs de l’école des Annales (Marc Bloch, Lucien Febvre...), les géographes (Albert Demangeon, Pierre Deffontaines...) coopéraient avec nos folkloristes. Cette coopération, qui n’allait sans doute pas sans tensions, avait ses cadres institutionnels : la Commission des recherches collectives de l’Encyclopédie française créée en 1934 sous l’égide de Lucien Febvre ; la Commission, déjà mentionnée, des arts et traditions populaires, créée en juin 1938 et qui regroupait les meilleurs spécialistes de sciences humaines (Marc Bloch, Georges Dumézil, Henri Focillon, Marcel Mauss...). Tous ces efforts personnels et institutionnels convergèrent vers la mise en œuvre de grands chantiers collectifs qui, ne résistant pas à l’épreuve de la guerre, demeurèrent, pour la plupart, en friches. Les travaux entrepris visaient la connaissance mais aussi l’action sociale, l’éducation et les loisirs populaires. Le musée, les collectes ne devaient pas seulement avoir une vocation conservatoire mais aussi être des outils pour penser la modernisation. Savants et érudits tenaient cependant à distinguer le « folklore descriptif » (scientifique) et le « folklore appliqué », susceptible de dérives instrumentales et spectaculaires (Weber 2000). L’esthétique – architecturale, mobilière, muséographique – n’était pas absente des préoccupations de ces pionniers. En témoigne, au premier chef, l’art de la présentation muséographique de Georges Henri Rivière, ce « magicien des vitrines » (Gorgus 2003) qui eut pour heureuse idée, parmi bien d’autres, de suspendre les objets à des fils de nylon plutôt que de les faire reposer sur des étagères ou sur des mannequins...

14Les années que nous venons d’évoquer condensent, à vrai dire, toutes les espérances et tous les risques qui s’attachent à notre discipline – et c’est à ce titre qu’elles méritent une attention particulière. L’ethnographie s’y révèle innovante au croisement de plusieurs disciplines, soucieuse de défricher de nouveaux terrains et de restituer les résultats de ses investigations en associant la recherche et le musée, animée par la quête du vrai, du beau et de l’utile. Elle révèle aussi la « discontinuité chronique de son développement » (Chiva 1992 [1987]), sa grande fragilité idéologique, sa sensibilité à l’air du temps, sa promptitude, souvent aussi, pour assurer son essor ou sa légitimité, à se conformer aux attentes des pouvoirs, aux revendications territoriales ou aux sentiments d’appartenance.

Bibliographie

Références bibliographiques

Agulhon Maurice, 2003. « L’idée de région dans la France d’aujourd hui ». Entretien avec Christian Bromberger et Mireille Meyer, Ethnologie française 3 :459-464.

Bausinger Hermann, 1993 [1971]. Volkskunde ou l’ethnologie allemande, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Blanc Julien, 2000. « Le réseau du musée de l’Homme », Esprit (fév.) : 89-105.

Bougeard Christian (éd.), 2002. Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale. Brest, Université de Bretagne occidentale.

Bromberger Christian, 1996. « Ethnologie, patrimoine, identité. Y a-t-il une spécificité de la situation française ? », in L’Europe entre cultures et nations, Daniel Fabre (éd.). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 9-23.

Chiva Isac, 1992 [1987]. « Entre livre et musée. Émergence d’une ethnologie de la France », in Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Isac Chiva et Utz Jeggle (éd.). Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 9-33.

Fabre Daniel, 1997. « L’ethnologie française à la croisée des engagements (1940-1945) », in Résistants et résistances, Jean-Yves Boursier (éd.). Paris, L’Harmattan : 319-400.

Faure Christian, 1989. Le projet culturel de Vichy. Folklore et Révolution nationale, 1940-1944. Paris, Éditions du CNRS et Lyon, Presses universitaires de Lyon. Avec une préface de Pascal Ory.

Gorgus Nina, 2003. Le magicien des vitrines. Le muséologue Georges Henri Rivière. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Guillon Jean-Marie, 2003. « L’affirmation régionale en pays d’oc des années quarante », Ethnologie française 3 : 425-434.

Lacouture Jean, 2000. Le témoignage est un combat. Une biographie de Germaine Tillion. Paris, Le Seuil.

Lebovics Herman, 1992. The Wars over Cultural Identity, 1900-1945. Ithaca, Cornell University Press.

Maget Marcel, 1993. « À propos du musée des ATP, de sa création à la Libération (1935-1944) », Genèses 10 : 90-107.

Meyran Régis, 1999. « Écrits, pratiques et faits. L’ethnologie sous le régime de Vichy », L’Homme 150 : 203-212.

Meyer Mireille, 2004. « À propos de Charles-Brun et du régionalisme », in Le régionalisme. Jean Charles-Brun, édité et présenté par Mireille Meyer. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques : 7-44.

Meyer Mireille, Jean-Paul Beauquier et Christian Bromberger, 2002. Les cultures régionales en France. Archéologie d’une notion ambiguë. Aix-en-Provence, Institut d’ethnologie méditerranéenne et comparative.

Morvan Françoise, 2002. Le monde comme si. Nationalisme et dérive identitaire en Bretagne. Arles, Actes Sud.

Raphaël Freddy et Geneviève Herberich-Marx, 1991. Mémoire plurielle de l’Alsace. Grandeurs et servitudes d’un pays des marges. Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace et des régions de l’Est.

Segalen Martine, 2005. Vie d’un musée 1937-2005. Paris, Stock.

Tillion Germaine, 2001. À la recherche du vrai et du juste : à propos rompus avec le siècle. Paris, Le Seuil.

Weber Florence, 2000. « Le folklore, l’histoire et l’État en France (1937-1945) », Revue de synthèse 3-4 : 453-467.

Notes

1 Voir aussi, sur cette période, Meyer, Beauquier et Bromberger (2002 : 82-116).

2 « Monsieur le Maréchal, le pays n’est pas avec vous... » (cité par Jean Lacouture 2000).

3 Sur ce que l’on a appelé improprement le réseau du musée de l’Homme, voir entre autres Julien Blanc (2000), Jean Lacouture (2000), Germaine Tillion (2001).

4 Voir dans ce volume, p. 145-153.

5 Celui publié par Gino Bottiglioni, Atlante linguistico e etnografico italiano della Corsica, Pise, 1935-1943, 10 vol.

6 Sur cette congruence complaisante entre les objectifs du MNATP et ceux de la « Révolution nationale », voir Christian Faure (1989) et Martine Segalen (2005 : chap. 2).

7 Sur l’homme et l’œuvre, voir les récents travaux de Mireille Meyer (2004).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search