Version classiqueVersion mobile

Anciennes et nouvelles aristocraties

 | 
Didier Lancien
, 
Monique de Saint-Martin

IV. L'aristocratie dans tous ses états

Une élite dominée : la bourgeoisie juive et la noblesse en Hongrie

Victor Karady

Texte intégral

LES CADRES HISTORIQUES

1Le problème de la dualité des élites gui conduisent la modernisation économique, politique et culturelle des États nations émergeant en Europe centrale concerne plus ou moins toutes les formations étatiques à l’est du Rhin fondées en tant que monarchies féodales au Moyen Âge et toujours encadrées par des élites héréditaires nobles au début du XIXe siècle.

2Le pouvoir politique et l’autorité sociale de la noblesse – incontestés pendant longtemps – s’affaiblissent pourtant partout dès le XVIe siècle pour des raisons soit internes (en Pologne), soit externes – sous la poussée des empires multinationalitaires limitrophes (ottoman, habsbourgeois et russe) en expansion : c’est le cas en particulier de la Bohême, de la Hongrie, de la Croatie, des principautés roumaines et de la Serbie. De fait, au XIXe siècle encore (ou déjà) tous les anciens États de la région sont partagés entre les empires (auxquels s’ajoute à partir du XVIIle siècle la Prusse). Il s’ensuit que même les noblesses localement les plus prestigieuses et, démographiquement, les plus nombreuses, relevant des anciens royaumes ou principautés comme la Pologne-Lituanie, la Hongrie ou la Croatie, doivent négocier le maintien de leurs privilèges, surtout leurs « capacités politiques », avec les gouvernements des empires auxquels elles sont liées dans une situation de dépendance de type colonial.

3Étant donné la faiblesse (dans les Balkans ou en Pologne) ou la discontinuité (en Hongrie et en Croatie) du développement urbain, la bourgeoisie patricienne et les autres citoyens libres des villes n’interviennent que peu dans les affaires étatiques et même leur poids économique demeure globalement médiocre avant la fin de l’époque féodale. L’expansion des marchés urbains est en effet lourdement entravée par le régime des corporations et la plupart des cités des zones rurales ne jouissent pas d’une autonomie collective complète, ne serait-ce que sur le plan administratif, puisqu’elles restent généralement soumises à la juridiction seigneuriale.

4Dans ces conditions, certaines des principales fonctions économiques urbaines – le négoce, le commerce international, la distribution du crédit, les services intellectuels – reviennent de fait sinon de droit partout à des allogènes qui échappent à la réglementation des corporations ou qui n’y sont pas admis. Il s’agit de « Grecs », de Levantins, de Juifs, d’Arméniens, de Serbes ou de groupes d’Allemands, selon les pays. Ces allogènes immigrés, dotés d’un statut social variable mais souvent précaire, « hors statut » ou étrangers dans la structure féodale, sont encore davantage exclus du jeu politique que les autres acteurs économiques des villes. Ils détiennent toutefois localement, notamment dans les villes de résidence royale, souvent un pouvoir économique considérable en raison de l’importance de leurs capitaux, accumulés grâce aux privilèges commerciaux qu’on leur octroie et à leur capacité de mobilisation de crédits dans des réseaux de comptoirs (eux aussi organisés souvent sur la base d’alliances ethniques) que les princes protègent, parce qu’ils sont les premiers à en tirer directement profit (Hoffaktoren).

5La faiblesse politique de ces agents allogènes est partagée par les « intellectuels » des villes. Il s’agit d’une mince couche de gens à formation spécialisée, généralement d’origine roturière ou appartenant à la petite noblesse (sans terre ou pauvre) et soit engagés dans les professions libérales (hommes de loi, architectes, médecins, précepteurs), soit employés dans le service public en tant que fonctionnaires, officiers magistrats ou enseignants (instituteurs et professeurs de collège ou d’université) hors l’Église.

6Dans ce système, les clergés représentent en effet des fractions de l’élite à situation exceptionnelle. Elles se recrutent transversalement dans presque toutes les strates sociales – y compris la paysannerie asservie – et constituent des ordres féodaux relativement autonomes (séparés les uns des autres selon les confessions), ayant leurs propres hiérarchies internes et pourvus d’influence et de pouvoirs jusqu’aux sommets des empires. Cela vaut surtout pour le clergé catholique, servant de bras spirituel aux pouvoirs centraux issus de la Contre-Réforme (en Autriche-Hongrie) ou de principal représentant institutionnel de la population (en Lituanie-Pologne russifiée). Les autres Églises et les communautés juives doivent attendre l’étape avancée de la modernisation politique, pour être émancipées, et jouer quelque rôle politique par l’intermédiaire de leurs dirigeants.

7Voici le canevas des élites au sortir du féodalisme qui évoluera partout en Europe centrale vers une situation de « double structure » ou d’organisation duelle au cours de la modernisation postféodale. Il convient donc de rappeler que le cas hongrois – seul traité dans ce qui suit –, n’est qu’une variante d’un modèle de développement marquant tous les États nouveaux ou anciens à l’est du Rhin avant l’avènement des bolcheviques en Russie et la soviétisation des autres pays concernés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un autre trait général du développement postféodal de cette région s’exprime par la modernisation « en retard », à la fois fait vérifiable et donnée idéologique majeure, qui nourrira les motifs d’action politique des élites.

LA MODERNISATION ET LE PROBLÈME DU « RETARD »

8La crise du féodalisme a été préparée partout sous l’effet de mouvements sociaux d’envergure, certains ayant été spectaculaires, d’autres plus diffus et moins souvent évoqués dans les annales historiques. Ce sont, d’une part, les sanglantes révoltes paysannes, la fuite des serfs ainsi que d’autres exodes et migrations provoqués par les crises de subsistance et, d’autre part, la rétention rampante, inorganisée mais quasiment structurelle de l’effort producteur des serfs, aggravant le phénomène général de la sous-productivité du travail servile. Les effets de cette dernière semblent avoir été plus décisifs, parce qu’ils ont provoqué la stagnation à long terme (ou la croissance par trop faible) des revenus de l’agriculture, fondée sur la main-d’œuvre et les prestations obligatoires des serfs, en principe corvéables à volonté. Or ce sont eux, constituant environ les neuf dixièmes de la population active, qui fournissent le gros des ressources servant de base au mode de vie noble, à l’entretien des Églises mais aussi à la puissance économique des empires, en particulier dans la monarchie des Habsbourg.

9En Hongrie, comme dans d’autres régions et formations étatiques dépendant d’un centre politique « étranger », la mobilisation des ressources pour les besoins administratifs, militaires et somptuaires (entretien de la cour) de l’Empire devient au début du XIXe siècle un enjeu de litiges de plus en plus acharnés entre la noblesse et le gouvernement impérial. La noblesse tend à limiter les prélèvements qu’opère l’administration sur les contribuables servîtes ou bourgeois, dont la disposition lui échappe et qui affaiblit la base de ses propres revenus. De plus, les autorités impériales ne répugnent pas à faire jouer le système douanier interne au bénéfice des provinces germanophones de la Cisleithanie pour en favoriser le développement industriel aux dépens de la Hongrie, ce qui comporte le risque de transformer cette dernière en une colonie purement agricole, grenier sous-développé de l’Empire. Ces procédés renforcent les dispositions indépendantistes de fractions croissantes de la noblesse et les étayent d’arguments issus d’abord d’un protonationalisme économique, puis dès le Vormärz, d’un discours proprement nationaliste. Le projet indépendantiste se couple désormais d’un projet de modernisation politique et économique que les chefs politiques de la noblesse libérale (un Széchenyi ou un Kossuth) préconisent comme une sorte « d’embourgeoisement à l’occidentale ». Dans ce cadre la noblesse libérale serait prête à renoncer à ses privilèges politiques et économiques, hérités du féodalisme, en échange d’une hégémonie politique dans l’État nation autonome, et à jouer ainsi un rôle modernisateur qu’on attribue ailleurs au tiers état.

10La crise du féodalisme doit aussi beaucoup à la détérioration des termes de l’échange entre la Hongrie comme tous les autres pays de l’Est, toujours essentiellement agricoles et l’Occident, où la révolution industrielle est désormais en marche. L’importation des produits fabriqués en Occident ruine la manufacture corporatiste et diminue le pouvoir d’achat de la noblesse intéressée par la consommation de biens industriels occidentaux (souvent de luxe). Or, cette noblesse, ainsi que les couches intermédiaires « de service » et les autres élites urbaines (bourgeois commerçants, avocats, hommes de loi, professeurs voire prêtres) sont affectées par un véritable mimétisme du mode de vie occidental. Les voyageurs nobles qui accomplissent leurs pérégrinations d’études en Occident ou les étudiants de retour des universités allemandes ou françaises à la mode, rapportent non seulement des informations sur le développement des civilisations urbaines et des économies de l’Ouest, mais aussi des biens et des exigences qui sont de plus en plus difficiles à satisfaire dans les conditions de l’offre économique locale.

11Tout cela ne peut que nourrir un discours sur le « retard » par rapport à l’Ouest et le souci des « réformes » d’ordre politique qui permettraient un « rattrapage ». L’effet de mimétisme des rapports politiques occidentaux, en particulier en direction des modèles de gouvernement libéraux dont l’efficacité s’est considérablement rehaussée par la double référence à l’indépendance « nationale » et à la stabilité et à la sécurité politiques (modèles anglais, hollandais, Scandinave), ou, à l’inverse – mais ce qui revenait au même – aux risques d’instabilité (modèle français) en cas d’insuffisance des « réformes ».

12De la sorte, l’agenda des programmes de modernisation a été dicté à la fois par le sous-développement économique (dominance de l’agriculture féodale), le souci d’émancipation « nationale » des élites et une interprétation opportune de l’idéologie libérale occidentale. Celle-ci visait pour l’essentiel et, peut-être paradoxalement, à renforcer les élites dominantes traditionnelles (la noblesse et ses clientèles). L’extension censitaire du suffrage aux « nouvelles couches » cultivées et possédantes (professions libérales, bourgeoisie des villes, paysannerie propriétaire issue du servage) ne devait pas entamer l’hégémonie politique de la noblesse, dont le prestige, l’autorité et les perspectives de se transformer en bureaucratie politique moderne s’en trouvaient accrus. Les progrès de l’industrialisation étaient censés apporter les ressources pour la création d’un État nation fort, nécessitant un personnel politique et administratif plus nombreux qu’auparavant. L’indépendance nationale devait enfin rendre la noblesse maître sinon unique, du moins hégémonique des destins du pays.

13Des programmes concrets de modernisation furent établis en vue de ces objectifs. Ils se réalisent progressivement pendant le Vormärz (1825-1848) et dans la législation révolutionnaire de 1848-1849. Même si, provisoirement, l’absolutisme contre-révolutionnaire opère un retour en arrière et suspend l’application de certains de ces acquis, la plupart des réformes seront maintenues. Dès avant le Compromis politique avec l’Autriche, la Hongrie devient un État aux institutions parlementaires modernes. On peut résumer en quelques points les principales transformations institutionnelles réalisées par les réformes modernisatrices.

14Il s’agissait tout d’abord d’éliminer les entraves à l’accumulation et à la mobilité des capitaux en vue d’engager un processus d’industrialisation à l’occidentale. Cela comportait la contractualisation des rapports de production féodaux, c’est-à-dire la fin des privilèges économiques statutaires de la noblesse – telles les exemptions fiscales – ou des corporations, mais aussi la fin de l’inaliénabilité des propriétés féodales (sauf exceptions) et de la soumission de la paysannerie serve. D’où la naissance d’un système libéral de crédit et l’instauration de la liberté d’entreprise dans tous les domaines.

15Parallèlement, on abolit toutes les restrictions à la mobilité socioéconomique et résidentielle des personnes afin d’assurer la fluidité et la liberté de mouvement non seulement des capitaux mais aussi de la main-d’œuvre et d’ouvrir les écluses des agences de promotion de la mobilité professionnelle par la liberté d’accès au système scolaire et aux professions à tous les niveaux. Ce dispositif commença d’être mis en place à partir des initiatives proprement révolutionnaires dues à l’empereur éclairé Joseph II à la fin du XVIIIe siècle (émancipation complète des chrétiens non catholiques – surtout les protestants et les Grecs orthodoxes – et, en 1781, accès des Juifs à la scolarisation publique) et fut complété par la semi-émancipation des Juifs (liberté de résider dans les villes et de fonder des entreprises, en 1840) et le démantèlement du régime des ordres en 1848 (fin du servage, égalité devant l’impôt et la loi, système de représentation parlementaire avec droit de vote et d’éligibilité censitaires).

16Des réformes parallèles pourvoient à la modernisation et à la sécularisation au moins partielle des institutions publiques – magistrature, administration, armée, système de santé et d’enseignement – afin d’en accroître l’efficacité et de les soustraire à l’influence conservatrice des corps constitués, surtout des Églises. Cela implique le renforcement de la liberté du culte dans un des seuls États de l’Europe moderne (avec les Pays-Bas et la Suisse) qui aient gardé une diversité confessionnelle (sans Église démographiquement majoritaire) à l’issue de la Réforme et de la Contre-Réforme. L’émancipation juridique formelle des Juifs est au programme des réformateurs libéraux pendant le Vormärz, et sa première réalisation (aux effets éphémères, il est vrai, en raison des vicissitudes de l’absolutisme) intervient dès la fin de la législation révolutionnaire le 28 juin 1849. Elle sera effective, sans rencontrer d’oppositions, immédiatement à la suite du compromis avec l’Empire en 1867.

17Certaines de ces réformes contribuent directement à multiplier les ressources dont disposera l’État nation, par suite de la disparition ou de l’expropriation par le gouvernement national des prélèvements au profit de l’Empire, de l’extension de la fiscalité sur la noblesse et de l’accroissement des bases de l’impôt sur les propriétés et des moyens de production grâce au développement industriel et urbain. Du coup, le rôle investisseur de l’administration se confirme, depuis le milieu du XIXe siècle, dans les infrastructures (construction de réseaux ferroviaire et routier, assèchement de marécages, régularisation de cours d’eau, édifications d’écoles et d’hôpitaux, etc.).

18Le processus postféodal de modernisation étant ainsi enclenché, trois questions majeures se posent : celle du personnel qui le mènera à bien et qui gardera la haute main sur l’État, sur l’économie et sur les institutions, celle de la distribution des profits de la modernisation, enfin celle – annexe – des nouvelles conditions de compétition pour l’accès aux élites – c’est-à-dire le régime de mobilité sociale qui remplace le régime féodal et les inégalités d’un nouveau genre qu’il suscite.

LES PERSONNELS DE LA MODERNISATION DANS LA STRUCTURE POSTFÉODALE ET LE NOUVEAU RÉGIME DES INÉGALITÉS

19Le processus de modernisation avait donc trois aspects émancipateurs de grande importance en Europe centrale : élimination des entraves féodales à la libre entreprise dues au régime des ordres, indépendance des anciennes formations étatiques par rapport aux empires (acquis sous l’égide du nationalisme romantique) – ce qui a presque entièrement réussi en Hongrie avec le compromis de 1867 – et l’émancipation juridique des minorités religieuses ou ethniques, comme les juifs. Étant donné les rapports de forces au départ et la prééminence politique de la noblesse, les bénéficiaires de ces transformations n’ont ainsi pas pu être exactement les mêmes que leurs initiateurs. Alors que la politique de modernisation a été surtout due aux acteurs politiques en place, c’est-à-dire aux fractions libérales de l’aristocratie et de la noblesse moyenne, aux notables et intellectuels non nobles (étudiants, avocats et autres honoratiores) des comitats et des villes, ainsi que, parfois, à des membres de la bureaucratie impériale, les profits en ont été différemment répartis, pour beaucoup au bénéfice des « nouvelles couches » : des paysans devenus propriétaires et remplissant les rangs des fractions de la nouvelle « bourgeoisie agraire », des Juifs et du patriciat largement allogène (allemand, serbe ou roumain). Cette évolution s’est accomplie sans révolution sociale. Il n’y a pas eu bouleversement des rapports de domination et d’autorité (par le déclassement brutal, par exemple, de la noblesse). Au contraire, le processus s’est accompli par l’extension des compétences et des droits reconnus à la noblesse aux « nouvelles couches ». Il s’agit par exemple de l’octroi du droit de vote et de l’éligibilité aux fractions possédantes ou dotées de certifications scolaires de la population non noble, sans toucher aux droits – toujours conservés – de la noblesse.

20L’affranchissement juridique des agrégats et ordres jadis soumis aux contraintes et restrictions féodales (serfs, artisans et commerçants corporatistes, Juifs) a pourtant radicalement modifié la donne à la fois dans les marchés économiques, dans la compétition politique et dans les rapports de forces symboliques entre secteurs anciens (la noblesse) et nouveaux des élites. Ce changement ne s’est pas seulement exprimé dans les relations entre classes sociales (définies selon leurs atouts économiques) et groupes de statut (définis par leur positions héritées de l’ancienne société féodale), parce que – dans cette société multiethnique et multireligieuse – l’appartenance et l’adhésion aux divers agrégats confessionnels et ethnico-culturels sont devenues des facteurs parfois essentiels dans le redéploiement des chances et des capitaux mobilisables dans la compétition pour les postes dans l’élite.

21De la sorte, les reclassements qu’on observe après le compromis de 1867 sont fortement affectés par au moins trois enjeux idéologiques relevant de l’identité ethnique et religieuse (ou de la relation entretenue avec ces identités traditionnelles) et des rapports d’intérêts qu’ils déterminent.

22Il y a tout d’abord le cléricalisme et l’anticléricalisme – ce dernier étant couplé le plus souvent avec l’idéologie de la sécularisation –, c’est-à-dire le conflit entre une conception traditionnelle de l’autorité publique dans laquelle les hiérarchies ecclésiales conserveraient leur influence et pouvoirs de jadis, et une conception laïque de l’État. Or l’anticléricalisme libéral vise avant tout l’Église catholique, représentant l’ancienne religion d’État et en gardant toujours certains des privilèges symboliques, sans parler de sa puissance économique et culturelle, puisqu’elle continue à détenir une richesse foncière sans commune mesure avec celles des autres Églises, tout en contrôlant vers 1867 encore la majorité des lycées par lesquels passe l’essentiel de la reproduction scolaire des élites. Il n’est pas étonnant que tout au long de la période de la modernisation (jusqu’en 1918) la hiérarchie catholique tende à s’opposer aux efforts de sécularisation entrepris par l’État, alors que les autres Églises, surtout les protestantes, sont plutôt portées à les soutenir. Ce conflit s’exacerbe autour de la législation de « politique religieuse » de 1894-1896 (mariage civil, état civil confiés aux mairies, égalisation du statut du culte israélite, réciprocité des droits des partenaires en cas de mariage interconfessionnel, etc.).

23Le second type de conflit tourne autour du rapport à l’État national magyar des minorités ethniques allogènes et des droits minoritaires au sein du dispositif national. Il s’exprime sur le plan des compétences politiques, de la scolarisation, de l’expression symbolique de leur inscription dans le territoire (noms des communes et des institutions publiques) et de leurs chances de mobilité sociale (accès à la fonction publique, usage public des langues ethniques). Fait unique dans les annales de la construction des États nations, en Hongrie l’élite magyare est démographiquement minoritaire dans le pays, ne représentant qu’entre 40 % et 45 % de la population du royaume à l’intérieur des anciennes frontières dites de saint Étienne (roi fondateur de l’État féodal). Dans certaines régions, en Haute-Hongrie (Slovaquie), en Subcarpathie (Nord-Est) ou en Transylvanie (Sud-Est) les Magyarophones sont encore plus nettement minoritaires, sans parler de la Croatie – constitutionnellement liée à la couronne hongroise, mais conservant des institutions quasi étatiques autonomes. Dans ces conditions, l’État national ne peut être qu’assimilateur, au sens positif du terme. Il cherche à intégrer les minorités allogènes et, à cet effet, exercera sur celles-ci une pression assimilatrice de plus en plus brutale avec le temps, tout en ménageant de bonnes conditions d’accueil aux « assimilés » volontaires. L’État maniant le bâton et la carotte, de graves conflits surgissent lorsque certains agrégats minoritaires refusent le « contrat social d’assimilation », au point de s’orienter (dès 1848, mais surtout depuis la fin du XIXe siècle) vers l’indépendance politique – à l’instar de leurs aînés de la noblesse nationaliste hongroise un demi-siècle auparavant. La « question des nationalités » obérera lourdement la construction de l’État nation en Hongrie, jusqu’à provoquer son éclatement final en 1919.

24Il y a enfin, dans cet ordre de conflits, la « question juive », ou plutôt la question de l’antisémitisme. Autant que le problème des nationalités allogènes est dès l’abord au cœur des politiques de modernisation, autant la « question juive » se trouve pendant longtemps largement camouflée derrière un véritable philosémitisme officiel, professé par les élites modernisatrices. Les Juifs, qui avaient tout à gagner du libéralisme de l’État nation, s’en sont avérés les meilleurs adeptes, le soutenant de leurs deniers et de leur sang – au moment de la guerre d’indépendance de 1848-1849 – et par l’effort d’assimilation volontariste dans lequel ils se sont de plus en plus massivement engagés dès le Vormärz. Or la « question juive » viendra compliquer les rapports internes des élites modernisatrices dans les dernières décennies du XIXe siècle, capable de les diviser en philo et antisémites, non pas en raison de quelques perturbations politiques ou économiques que la présence juive, relativement importante (atteignant vers 1900 5 % de la population), aurait introduites, mais plutôt à cause des succès par trop poussés de l’assimilation des Juifs qui sont devenus, en l’espace de quelques décennies suivant le Compromis de 1867, la fraction la plus puissante sur les plans économique et social des agrégats magyarisés des « nouvelles couches ».

25En effet, les nouveaux rapports de force et reclassements dans les élites – au sein desquelles de larges secteurs des milieux juifs émergent comme figures des modernisateurs les plus réussis, représentant tout un pôle des nouvelles élites issu des agrégats allogènes assimilés – s’établissent selon deux principes : les atouts sociaux hérités des différentes parties prenantes (par exemple le prestige historique de la noblesse ou le statut de paria des Juifs) d’une part, les capacités de modernisation et la propension à la modernité des groupes en présence. En schématisant un peu, on observe en Hongrie comme partout ailleurs en Europe centrale une certaine opposition entre anciennes noblesses « de souche nationale » ou « de souche assimilée » (puisque, en Hongrie aussi, une partie de l’aristocratie et de la noblesse était d’origine germanique, slovaque ou autre) et nouvelles élites d’origines juive ou allogène (allemande, serbe, etc.). Les juifs constituant souvent le prototype de ces dernières en raison de la situation « à part » qui leur fut faite (c’est-à-dire des désavantages auxquels ils étaient exposés), mais aussi de leurs atouts particuliers. En partant des Juifs et de leurs chances de mobilité vers les élites, on peut distinguer trois facteurs principaux de réussite.

26On évoquera d’abord la disponibilité de capitaux mobiles. Alors que les patrimoines nobiliaires, ainsi qu’une bonne partie des immeubles, parcelles de terre et propriétés agricoles détenues par les notables et patriciens des villes, consistent en capitaux essentiellement immobiles, condamnés à l’être ou difficilement mobilisables (ne serait-ce que pour cause d’attachement obligé des ayants droit aux biens familiaux transmis de génération en génération et consacrés comme patrimoine – justement – « sacré » à ce titre), les allogènes, comme les Juifs, contraints jadis à remplir les failles de l’économie féodale dans le commerce itinérant, dans le négoce, dans la mise en valeur (affermage) des bénéfices et des propriétés nobles et dans le système rudimentaire du crédit (usure), ne disposent le plus souvent que de capitaux mobiles. Ceux-ci peuvent donc rapidement s’injecter dans des investissements capitalistiques, rentables. D’où les phénomènes économiques majeurs de l’époque postféodale : perte de vitesse sinon ruine économique complète de la noblesse et montée en puissance de la bourgeoisie juive et de celle qui est issue d’autres groupes allogènes.

27Ce développement n’aurait pu toutefois s’accomplir sans l’existence de dispositions économiques contrastées dans les agrégats en présence. Alors que d’importantes fractions des milieux juifs et allogènes présentent un certain habitus de mobilité et une capacité d’adaptation aux conditions du marché, les anciennes élites en restent largement dépourvues. Ces vertus – propres au capitalisme d’entreprise par excellence – peuvent être reliées aux pratiques migratoires, à la précarité résidentielle (une règle pour les Juifs dont l’installation fut le plus souvent seulement « tolérée » et régulièrement surtaxée, avant l’émancipation), au multilinguisme qu’engendre leur position d’intermédiaires ou de médiateurs économiques (commerçants, etc.) et au statut d’allogènes minoritaires : une série de compétences ou virtualités de compétences se rattachent à cet habitus, telles que le sens de l’orientation dans l’espace social, l’adaptation aux réglementations changeantes, la connaissance des marchés, la facilité de s’engager dans des actions économiques stratégiques, la rationalité des conduites économiques (calcul des risques et des gains attendus), le sens de l’apprentissage et de la compétition, le potentiel d’innovation, bref, tout ce qu’on désigne habituellement comme l’esprit capitaliste ou le sens de l’entreprise.

28Enfin les Juifs et les autres membres des « nouvelles couches » sont davantage portés à « payer le prix » de leur ascension sociale en se mobilisant et en acceptant la charge du travail, de la reconversion professionnelle ou de l’ascèse consommatrice que cela peut entraîner. En cela aussi, leur comportement fait contraste avec le conservatisme économique de l’ancienne noblesse, dont l’action principale s’inspire dans le domaine professionnel aussi du souci du maintien du statut seigneurial. À une orientation vers les valeurs économiques s’oppose donc une orientation vers le prestige, défini par le besoin qu’éprouve la noblesse de conserver – même en cas de reconversion professionnelle contrainte – la symbolique statutaire des dominants : d’où la restriction radicale de son engagement dans les activités économiques à proprement parler, la faible propension à la mobilité des descendants de la noblesse, limitée pour l’essentiel à la fonction publique (administrative et politique).

29On arrive ainsi au problème de la dualité des élites modernes en Hongrie symbolisée (sans y être entièrement réductible) par les différences de conduite collective propres aux « Juifs modernes » et aux descendants de la noblesse et des clientèles qui s’y rattachent. Il ne faut pas cacher, même dans un exposé sommaire, que cette opposition s’avère bien entendu beaucoup plus complexe dans la réalité historique qu’on ne saurait la présenter ici. Elle a des variantes locales, régionales, résidentielles et autres, celles notamment qui suivent l’éclatement des milieux juifs selon le rapport à la religion et à la tradition (orthodoxes, contre réformés ou sécularisés), ce qui revient aussi à des niveaux et degrés différents d’assimilation culturelle. L’antipode du noble dans cette opposition binaire ne serait donc pas simplement le Juif embourgeoisé, mais la fraction magyarisée, urbanisée (surtout à Budapest et dans quelques grandes villes), hautement scolarisée et professionnellement reconvertie dans les professions libérales et industrielles (patrons et cadres d’entreprise) du judaïsme hongrois.

LA DUALITÉ DES ÉLITES ET LES DEUX CULTURES D’ÉLITE

30La dualité des élites est la conséquence directe de la double direction des reclassements et de la mobilité différentielle des élites anciennes et nouvelles au cours du processus de modernisation. Les deux secteurs d’activité qui s’élargissent en se spécialisant – le public et le privé – s’opposent l’un à l’autre parce qu’ils exigent pour la réussite des compétences, des dispositions d’adaptation, un rapport au travail, un niveau d’éducation, foncièrement différents.

31La noblesse est objectivement handicapée dans le secteur privé : ses représentants s’y sentent vite « débordés », puis déclassés dans la compétition capitaliste, si tant est qu’ils s’y hasardent, comme dans une activité indigne de leur statut (nicht standesgemàss). La raison principale de son abstention est pourtant ses facilités de reconversion, en cas de besoin, dans la fonction publique. Les marchés d’activités contrôlés par l’État et par les collectivités sont en effet protégés par les réseaux familiaux et de clientèle de la noblesse, mais aussi par la règle implicite d’une discrimination qui frappe les Juifs et – localement – d’autres allogènes dont beaucoup sont considérés comme « insuffisamment assimilés » ou hostiles à l’État nation magyar. Certes cette discrimination n’est ni explicite, ni surtout absolue. Les « nouvelles couches », en particulier les Juifs, peuvent en être exemptés lorsqu’ils font preuve d’un surcroît de compétences, d’activités compensatoires et de professions de foi nationalistes. On attend notamment des candidats juifs à certains postes de haut niveau qu’ils se fassent baptiser, faute de quoi leur carrière serait compromise. Ces règles une fois acceptées, les Juifs et – mieux encore les autres allogènes – sont libres d’accéder aux trajectoires suprêmes au service de l’État, à l’anoblissement ou aux dignités de cour. Le ministre des Armées hongrois au début de la Grande Guerre sera un juif baptisé, le baron Samu Hazai.

32Mais la dualité des élites ne repose pas, pour l’essentiel, sur la simple opposition entre noblesse et bourgeoisie et intelligentsia capitalistes, voire entre Juifs et chrétiens, mais sur deux cultures d’élite, typique de la gentry d’une part, de la bourgeoisie et des « nouvelles couches » montantes, d’autre part. La distinction est importante parce que, avec le temps, bien des groupes mobiles intégreront l’une ou l’autre culture, sans appartenir à proprement parler ni à la gentry, ni aux fractions dominantes (le plus souvent juives) de la nouvelle bourgeoisie. Si la dualité des élites se retrouve partout en Europe centrale, le degré d’ouverture des deux cultures d’élites et leurs rapports mutuels (d’inclusion partielle, de complémentarité ou d’exclusivisme) varient d’un pays et d’une époque à l’autre. C’est à l’aide de trois variables qu’on peut décrire les formes historiques concrètes prises par la dualité des élites.

33La première est la force relative des élites traditionnelles (et leur besoin d’alliés allogènes) dans la construction de l’État nation indépendant face à leurs adversaires externe (l’empire « colonisateur ») et interne (minorités dissidentes). Ce besoin d’alliances fut particulièrement marqué pour la noblesse hongroise, minoritaire dans son pays sur le plan ethnique et devant se dégager d’un empire puissant, la monarchie habsbourgeoise. La volonté d’intégration libérale manifestée par cette noblesse, son ouverture aux allogènes – et aux juifs notamment – n’était pour partie que l’expression de sa relative faiblesse et de la précarité initiale de ses chances de réussir son projet de modernisation et d’indépendance politiques. Nulle part ailleurs on ne retrouve une telle situation dans la même conjoncture historique dans les pays voisins.

34Un second facteur renvoie au degré d’exclusivisme culturel et social des élites indigènes dans le cadre de l’idéologie nationaliste qu’elles développent. Cela implique la fixation de leurs propres frontières en tant qu’« élite nationale » ou « classe moyenne nationale », ou encore comme « classe-support de l’idée nationale ». Sans entrer dans les détails et les motifs de ces différences, on peut faire le constat de l’existence historique de deux modèles en ce domaine. On connaît le modèle exclusiviste ou ethnocentré (allant jusqu’au racisme culturel) propre à la Roumanie unifiée, à la Pologne partagée ou (pour ce qui est des Jeunes-Tchèques nationalistes du XIXe siècle) à la Bohême intégrée dans l’Empire bicéphale, ou plus tard à la Slovaquie, d’une part, et le modèle assimilationniste et intégrationniste comme en Hongrie, en Autriche ou en Bohême (avec des haut et des bas du XIXe au XXe siècle), d’autre part. Chacun de ces cas s’est fort spécifiquement réalisé dans les histoires nationales respectives.

35La troisième variable relève du poids (en particulier démographique), de la composition (ethnique, culturelle ou religieuse) et de la capacité de modernisation interne des « nouvelles couches ». Pour l’essentiel, cette variable revient en Europe centrale à l’importance relative des Juifs sécularisés (réformés ou en voie de sécularisation) face aux autres agrégats des « nouvelles couches » (tels les autres allogènes embourgeoisés issus des milieux allemand, serbe, arménien, etc.). Or, le poids des juifs sortis de l’orthodoxie est devenu particulièrement important en Hongrie par suite du Congrès juif (1868) consacrant le schisme entre judaïsme moderne et traditionnaliste. Il en était de même d’ailleurs en Autriche (à Vienne) et en Bohême (avec un poids démographique toutefois beaucoup moindre dans ces derniers cas). Le cas hongrois se distingue par la masse « à l’orientale » des Juifs présents et leur propension à l’assimilation et à la modernisation « à l’occidentale ».

36Les deux « cultures d’élite » ne sont toutefois pas issues d’une génération spontanée. Elles reposent sur le maintien de la domination politique des élites traditionnelles et de leurs clientèles et protégés. Elles signifient partout que des fractions (qu’elles soient libérales, fidèles ou hostiles aux empires, conservatrices ou autres) des vieilles élites nobles gardent l’autorité politique et la haute main sur les initiatives au service du projet national (comme en Pologne). L’entrée des « nouvelles couches » dans le champ politique est partout entravée. Elle est tantôt exclue (comme en Roumanie), tantôt regardée avec suspicion et limitée de ce fait. Il y a donc là encore deux types d’élaboration de ce modèle comportant le maintien de l’hégémonie politique des vieilles élites (la noblesse et ses clientèles) pendant la modernisation.

37Il y a d’abord la pratique de l’exclusion pure et simple des membres des « nouvelles couches » ou leur intégration très restrictive dans l’élite politique nationale en fonction d’une idéologie ethnocratique. On pèse et évalue les atouts ou antécédents « nationaux » des allogènes sous l’optique des représentations de type völkisch (Blut und Boden ou/et à base religieuse) comme en Roumanie, en Pologne (depuis la fin du XIXe siècle) ou en Slovaquie à l’époque de « l’éveil national ». Certains allogènes – des Allemands surtout – sont généralement plus facilement admis au sein des élites nationales que d’autres, parce qu’ils sont porteurs à la fois des atouts symboliques des vieux patriciens de la civilisation urbaine des pays de l’Est et du prestige (répercuté ou octroyé par procuration) de l’Allemagne impériale, grande puissance militaire, économique et culturelle montante du continent européen du XIXe siècle.

38On procède aussi, parfois, à l’intégration certes sélective, mais large des « nouvelles couches » – mêmes allogènes – dotées d’atouts éducatifs élitaires (en Autriche, en Bohême ou en Hongrie) et offrant des gages de loyalisme aux élites « de souche ». Pareille intégration touche surtout les membres embourgeoisés des minorités localement enracinées, y compris (à titre toujours conditionnel) des Juifs, ceci tout au moins avant l’effondrement de l’Empire habsbourgeois : d’où les élites postféodales d’origine multiethnique dans les États successeurs. Les « assimilés » ont dû toutefois pleinement assumer la culture d’élite des descendants de la noblesse, surtout grâce à leur intégration dans la fonction publique. Le principe en ayant été une fois pour toute acquis (comme, en Hongrie, pour les Juifs convertis), cette intégration peut se faire à presque tous les échelons du pouvoir (que ce soit dans l’armée, dans la magistrature, dans les entreprises étatisées – chemins de fer, service des eaux et de l’électricité, la poste, etc. –, dans l’administration des villes ou parmi les cadres des ministères techniques ou économiques).

39La dualité des cultures d’élites représente aussi deux modes de vie et surtout deux types opposés de rapport à la reproduction sociale. Alors que du côté des anciennes élites on met en œuvre des stratégies de reproduction peu élargie, avec peu d’investissements nouveaux mais beaucoup d’efforts pour le maintien et l’affirmation symbolique du statut atteint, les « nouvelles couches » accumulent des biens de mobilité et s’engagent dans une course à l’ascension sociale par tous les moyens : économique, intellectuel, politique et scolaire. On saisit la différence entre ces deux cultures dans le champ scolaire – cas exceptionnel d’un champ de compétition en principe pur ou neutre. Les « nouvelles couches », en particulier les Juifs, y sont marquées par une surscolarisation à la fois quantitative et qualitative (excellence dans les matières et branches d’études réputées difficiles) – impossible à interpréter autrement que par l’effort d’assimilation et par les investissements compensatoires.

LE CAS DES CLASSES MOYENNES JUIVES EN HONGRIE AVANT 1919 (BOURGEOISIE ET PROFESSIONS INTELLECTUELLES)

40C’est en Hongrie que le partage des tâches, des compétences et des bénéfices entre la noblesse et les « nouvelles couches » s’accomplit le plus harmonieusement – avec relativement peu de conflits – en matière de modernisation, dans toute l’Europe centrale au XIXe siècle. Les raisons en ont été rapidement évoquées plus haut. Revenons ici sur les conditions principales de cette entente exceptionnelle entre anciennes et nouvelles élites modernisatrices.

41La noblesse est acculée à toutes les alliances qui s’offrent, quitte même à les susciter par des appâts, lorsqu’il s’agit d’agrégats sous-classés ou opprimés (libération de la paysannerie, émancipation des juifs, intégration sans heurts des allogènes « fidèles » comme de la gentry slovaque). Elle peut à son tour offrir à ses alliés potentiels l’association avec une classe dominante historique et, à ce titre aussi, prestigieuse. Le partenariat, même marginal, avec cette classe procure des profits symboliques considérables en soi, complétés par des chances tangibles d’ascension sociale dans le cadre de l’État nation en projet ou en construction. A ces attraits s’ajoute l’espoir de bénéfices socio-économiques également considérables, puisque la noblesse renonce à se placer sur les marchés économiques concurrentiels mais soutient les nouveaux entrepreneurs par les moyens de l’État en échange de bénéfices indirects par l’intermédiaire des places que ses membres occupent dans la fonction publique (financée par les impôts de l’économie concurrentielle privée) ou en tant que « figurants de prestige » dans les conseils d’administration des entreprises capitalistes.

42Le contrat social assimilationiste libéral a été mis en œuvre sur la base de ces rapports d’intérêts en Hongrie dès le Vormärz Ce contrat non écrit implique, on l’a noté, que la noblesse garde l’hégémonie politique, profite de la modernisation de l’État en y créant des sinécures nombreuses destinées à ses membres économiquement déchus ou à ses clients. Les « nouvelles couches » allogènes sont en revanche socialement reçues et partiellement intégrées dans la noblesse, parfois de façon formelle par suite d’anoblissements : plus de 300 familles juives et de nombreuses autres familles de la nouvelle bourgeoisie reçoivent des titres de noblesse entre 1867 et 1918. L’intégration se fait aussi par la mixité matrimoniale ou par l’accès aux « corps nobles » dans l’armée (cavalerie, artillerie, états-majors) et ailleurs : ceci vaut surtout pour les allogènes de souche germanique et slovaque. Elle s’accomplit également au moyen de la cooptation dans les états-majors des partis au pouvoir. Les « nouvelles couches » sont soutenues par l’État national-libéral pour réussir la modernisation économique du pays et en écrémer les principaux profits grâce, entre autres, à la protection douanière, à des crédits bonifiés et à de coûteux investissements d’infrastructure pris en charge par l’État. Par ailleurs les fractions potentiellement menacées des « nouvelles couches », suite aux mouvements antisémites ou à la xénophobie, sont protégées par l’appareil étatique. En Hongrie, l’État ne tolère ni pogroms ni procès de calomnie ou de meurtre rituel et refuse toute complicité ou compromission avec l’antisémitisme politique qui connaît, pourtant, des moments de virulence dans les années 1875-1885. Le fameux procès « conceptionnel » de Tiszaeszlàr (1883) s’achève sur un non-lieu et le parti antisémite est mis au ban de la classe politique.

43À divers titres toute la société hongroise tire bénéfice de ce dispositif et de la modernisation économique qui s’ensuit. Sous tous ces rapports la capitale deviendra le pôle de développement absolu. Budapest connaît un développement rapide depuis l’unification de ses trois composantes urbaines en 1873 : l’électrification et la viabilisation s’accomplit comme en Occident, la première ligne de métro au monde est inaugurée à Budapest en 1896. Le pays entier passe par une sorte de mobilité sociale collective en raison de l’accélération du développement industriel à la même époque, directement, par la croissance de l’emploi hors de l’agriculture, indirectement par la modernisation des infrastructures. La construction ferroviaire couvre le pays d’un réseau dense et le système scolaire (surtout secondaire) devient proprement surdéveloppé à la fin du XIXe siècle. Dans un pays marqué encore par un retard économique considérable, même par rapport à certaines régions de la Cisleithanie autrichienne (telles la Silésie, la Haute-Autriche ou la Bohême), il y a autant ou plus de lycées ou de bacheliers par unité d’habitants qu’en France.

44L’autre volet du « contrat social assimilationniste » prévoit que les «nouvelles couches » allogènes se magyarisent culturellement et socialement au plus vite et qu’elles soutiennent les « grandes causes nationales » définies par les chefs de file de la noblesse nationaliste, telles que le programme de l’indépendance étatique. Cela signifie, entre autres, la répression des velléités autonomistes des minorités dissidentes, voire des mesures coercitives d’assimilation des collectivités allogènes récalcitrantes. Ces mesures vont jusqu’à la discrimination des non-magyarisés dans la fonction publique, au quasi-monopole de la scolarisation supérieure et secondaire en langue hongroise et à la privation de subventions étatiques des écoles primaires allogènes qui ne répondent pas (après la Lex Apponyi de 1907) aux exigences de la magyarisation. Cela veut dire encore que les « nouvelles couches » acceptent le statu quo postféodal dans le champ social aussi : pas de réforme agraire, élargissement très modéré du suffrage (qui sera limité à quelques 6 % de la population adulte, contrairement à la Cisleithanie autrichienne où le suffrage universel masculin sera acquis dès 1907), répression de l’agitation socialiste, maintien des conditions quasi féodales du travail dans les latifundia, conservation de quelques autres dispositions féodales (inaliénabilité par la mainmorte des grandes propriétés, droit de vote à titre nobiliaire et pas seulement censitaire, etc.). Une complicité faite de concessions sur un consensus politique chauvin et conservateur fonde cette alliance de classe.

45Voilà l’essentiel du dispositif « assimilationniste » qui a servi de base au processus de dualisation des élites. Si les conditions en sont plutôt contraignantes pour les « assimilés », le processus aboutit à une situation peu ou non conflictuelle. Les partenaires acceptent mutuellement le partage des compétences entre acteurs principaux – gentry politicienne et bourgeoisie juive – en raison de l’importance des bénéfices enjeu.

46Le « contrat d’assimilation » aura des résultats spectaculaires dans les milieux allogènes qui l’acceptent.

47De larges groupes d’allogènes s’engagent résolument dans le mouvement de la magyarisation. On distinguera parmi eux – outre le gros des classes moyennes juives – leurs équivalentes allemandes catholiques, beaucoup de luthériens des régions septentrionales ainsi qu’une partie des Slovaques. L’assimilation magyar e comporte un volet linguistique (passage de l’allemand, du yiddish ou du slovaque au magyar), donnant une petite majorité statistique de magyarophones déclarés dès le recensement de 1900, un volet culturel (avec, surtout, les progrès de la scolarisation en hongrois, un domaine où les Juifs passeront pour être des champions), un volet politique (soutien par les assimilés des mesures d’assimilation même contraignantes) et un volet symbolique qu’exprime le mieux le mouvement de magyarisation des patronymes. Sur l’ensemble de quelque 100 000 demandes adressées au ministère de l’Intérieur dans ce sens entre 1894 et 1918, environ 60 % émane des milieux juifs.

48L’assimilation va plus ou moins systématiquement de pair avec la montée d’une bourgeoisie d’entrepreneurs – à dominante juive – en position hégémonique dans l’économie capitaliste : le poids du « capital juif » a été probablement plus élevé en Hongrie que dans le reste de l’Europe en proportion du capital industriel, commercial ou purement financier (banques) investi tout au long du XIXe siècle. En même temps, grâce à leurs surinvestissements éducatifs – mode majeur de la magyarisation culturelle aussi –, on observe l’apparition d’une bourgeoisie cultivée et d’une intelligentsia d’origine allogène (là encore largement dominées par des Juifs) aussi enracinées qu’ouvertes à l’Occident. C’est dans leurs milieux que se recrute une bonne partie du personnel créateur de la modernité culturelle en Hongrie, y compris le public et les mécènes de la haute culture contemporaine. Ils sont majoritaires parmi les journalistes de la grande presse, parmi les rédacteurs des revues littéraires et scientifiques, parmi les patrons d’imprimerie et des grandes maisons d’édition. Ce sont eux qui fournissent désormais les principaux contingents des professions libérales et des cadres scientifiques modernes (médecins, avocats, ingénieurs, cadres supérieurs de l’industrie). Vers 1900, environ 75 % des étudiants des universités de Budapest sont des allogènes d’origine (selon leur patronyme), dont les Juifs constituent la moitié ou plus, selon les facultés et branches d’études.

LA CONDITION JUIVE SOUS LE « CURSUS CHRÉTIEN » (1919-1944) OU LA FIN DE L’EUPHORIE ASSIMILATIONNISTE

49Le tournant historique de 1919 remonte à des causes pour partie apparentes ou manifestes et pour partie cachées ou plus lointaines sur lesquelles on ne s’étendra pas ici. Pour le besoin de notre analyse, il importe davantage d’en évoquer les conséquences.

50L’effondrement de la monarchie et le démembrement du royaume historique (rétrécissement au tiers de l’ancien territoire) a privé les élites politiques en place du gros de leurs compétences et pouvoirs. Le désastre de la défaite, les troubles révolutionnaires de 1918-1919 et la désorganisation de l’économie nationale engendrent l’appauvrissement général et un chômage structurel endémique – aggravé par la masse des réfugiés de retour des territoires perdus –, phénomènes jamais vus auparavant et dont les effets frappent jusqu’aux membres des classes cultivées. C’est la crise de l’État nation au double sens que, désormais, un tiers environ des Hongrois de souche (par la langue et par la conscience identitaire, y compris beaucoup d’assimilés) se retrouvent dans un statut d’allogène dans les États successeurs hostiles à la Hongrie, tandis que l’État croupion créé à Trianon devient pratiquement unilingue (avec moins de 10 % d’allogènes).

51Ce qui est plus grave pour l’équilibre précaire des élites, c’est que la catastrophe de Trianon provoque également la crise finale de la conception libérale de l’État nation. On peut désormais imputer à celle-ci tour à tour la défaite, la révolution antimonarchique, la désastreuse aventure de la république des soviets et la destruction de « l’État millénaire ». Cette crise autorise et légitime une rupture politique en faveur d’un régime autoritaire néoconservateur, qui assoit son capital politique sur l’idée de la revanche (l’irrédentisme), sur l’agitation permanente de l’épouvantail libéral-socialiste-communiste, ainsi que sur la lutte contre les soutiens présumés de celui-ci : Juifs, francs-maçons, partis libéraux ou « de gauche » amalgamés pour les besoins de la cause. Le « cursus chrétien » débute dès la disparition du régime des soviets pendant l’été 1919 par une agitation antisémite sans précédent. Une fois le communisme identifié aux Juifs, une chasse à l’homme s’enclenche du fait de commandos terroristes d’officiers blancs. Il y aura plus de 3 000 victimes juives, assassinées sans discrimination comme responsables de la terreur rouge qui, elle, avait été bien moins sanglante.

52Ces troubles sont certes suivis par la « consolidation du cursus chrétien » (sous le gouvernement Bethlen de 1921 à 1931), mais seulement après l’introduction de mesures antijuives législatives ou autres qui marqueront toute la période de l’entre-deux-guerres et qui serviront de précédent aux grandes lois de la fascisation. Dès 1920 s’instaure donc une nouvelle « politique juive » en rupture avec le libéralisme désormais fustigé. Elle est relayée par des instances privées (mouvement des « Hongrois qui s’éveillent ») ou semi-publiques (Églises) appartenant à la clientèle gouvernementale. Les éléments majeurs de cette politique sont les entraves mises à la mobilité sociale des Juifs. On commence par instaurer un sévère numerus clausus universitaire (dès la rentrée de 1920). L’exécution de cette loi se complète par la pratique « spontanée » de la terreur antisémite qui se fait endémique dans les couloirs des facultés, maintes fois avec la complicité des autorités universitaires. Une politique d’empêchement ou de restriction de l’assimilation volontariste se met en place : limitation, puis refus d’autorisation de la magyarisation des patronymes. La ségrégation scolaire dans certains lycées et écoles élémentaires (surtout catholiques) se généralise. Des mesures économiques antijuives sélectives (boycott) sont tolérées. Lors de la miniréforme agraire des années 1920 on exproprie préférentiellement des parcelles appartenant à des propriétaires juifs. L’État offre désormais un soutien discriminatoire au « capital chrétien » par ses commandes et subventions. L’intégration de Juifs dans l’appareil politique du côté des majorités gouvernementales prend fin. Les députés juifs sont systématiquement refoulés vers l’opposition (libérale ou social-démocrate), qui reste faible tout au long de cette période. On met également fin à l’intégration sociale des Juifs dans les instances de sociabilité des classes moyennes : clubs, cercles culturels, etc. Certaines des agences d’intégration sociale – telles les loges franc-maçonnes – seront simplement interdites et astreintes à un fonctionnement clandestin. Dans le nouveau discours idéologique sur l’État, on redéfinit la classe moyenne « seigneuriale » (l’élite sur laquelle repose l’État) comme essentiellement chrétienne. Contrairement à la pratique antérieure, cela inclut la plupart des allogènes assimilés mais exclut radicalement les Juifs – même les convertis –, les autres allogènes continuant d’être poussés à l’assimilation et à l’intégration sociale par tous les moyens. On remarquera une forte présence de descendants d’Allemands dans l’état-major de l’armée et dans la haute administration de l’État croupion issu du traité de Trianon. Dans les ministères clefs, vers 1930, moins de la moitié des hauts fonctionnaires portent des noms magyars contre un tiers d’Allemands et un sixième de Slaves.

53Les réactions et réajustements qui s’opèrent dans la bourgeoisie juive sont multiples.

54Dans la haute bourgeoisie, la moins touchée par la crise en raison de ses alliances et de son implantation dans des réseaux « chrétiens » ou mixtes, ainsi que de sa puissance économique – toujours hégémonique dans la grande industrie, dans le négoce et dans les établissements de crédit –, on recherche des accommodements avec le pouvoir et on lui offre des complicités pour combattre l’opposition de gauche. Leurs représentants les mieux placés ne subissent même pas l’exclusion. (Certains continuent, par exemple, à servir de partenaires de bridge au régent...)

55Dans l’ensemble des institutions et de l’opinion juives (dans la presse et dans les organisations communautaires), on maintient la stratégie assimilationniste et l’adhésion sans réserve aux « causes nationales » (notamment en partageant les ressentiments irrédentistes visant la récupération des « territoires perdus »). Ce consensus est loin d’être seulement de façade. La majorité des Juifs pratiquants y communient autant que les « assimilés modernes ». Toutefois les tentatives de dissidence se multiplient. D’abord la gauche (communistes, socialistes) qui conteste l’alignement, considéré comme servile, des institutions juives sur les diktats du pouvoir, à l’aide d’arguments politiques portant contestation de tout le régime contre-révolutionnaire, en référence aux idéaux « universalistes » qui l’anime. Pour elle il s’agit de mettre fin au « nationalisme d’emprunt » en échange d’un projet de société égalitaire où la « question juive » serait résolue dans le cadre même d’une démocratie sociale inédite. En second lieu les sionistes – peu nombreux, réprimés et exclus des instances communautaires – veulent construire un nationalisme particulariste propre, et s’opposent à toute compromission et aux comportements conformistes à l’égard de l’État antisémite. Enfin, du côté des Juif laïcs ou des milieux juifs sécularisés, l’idée prévaut que l’orientation assimilationniste doit être maintenue, mais – dans la mesure du possible – sans les concessions honteuses faites au pouvoir ou aux mouvements hostiles aux Juifs.

56Ces dissidences, très faibles au départ, verront leurs effectifs croître avec la montée du fascisme. On peut donc déceler peu à peu (en passant des années 1920 aux années 1930) une translation majeure dans l’orientation identitaire de la majorité des Juifs urbanisés (désormais la grosse majorité de l’ensemble, puisque la moitié de la population juive ou d’origine juive réside à Budapest après 1920). Dans les agrégats jeunes, de plus en plus nombreux sont ceux qui se dégagent de l’assimilation nationaliste magyare au profit de la dissimilation sioniste ou de l’adhésion aux idéologies de salut de gauche.

L’ÉLITE DOMINÉE ET LA FASCISATION

57Le démembrement de l’ancien royaume a eu des effets spécifiques sur la structure sociale du judaïsme hongrois.

58Suite au détachement des régions septentrionales et orientales, l’agrégat juif aussi a perdu (avec plus de la moitié de ses effectifs) la plupart des « Juifs de l’Est » pauvres, yiddishisants, et étrangers au processus de modernisation. Ces groupes, beaucoup moins embourgeoisés, assimilés et « nationalisés » que ceux établis autour de la capitale et dans la Plaine centrale (à peuplement à dominante magyare), sont désormais rattachés pour la plupart à la Tchécoslovaquie et à la Roumanie, et s’exposent à une nouvelle configuration de pressions. Celles-ci les poussent à des alliances ethniques exclues auparavant.

59Principalement de ce fait, plus que jamais, la stratification sociale des Juifs de Hongrie représente une pyramide socio-professionnelle inversée, en comparaison avec la société environnante : prolétariat urbain faible (représentant seulement quelque 30 % des actifs juifs à Budapest, moins encore en province), très importante bourgeoisie propriétaire petite, moyenne et grande (patrons du commerce, de l’industrie, du crédit voire des propriétés agricoles), large secteur de cadres privés et de professions libérales. Comparée à l’ensemble sociétal hongrois marqué par plus de 50 % d’hommes actifs dans l’agriculture (dont une majorité d’ouvriers, de domestiques, de paysans sans terre ou de micropropriétaires) et un prolétariat urbain aux effectifs abondants, la société juive se distingue par l’importance majoritaire des milieux « indépendants », c’est-à-dire par le poids des élites ou des agrégats potentiellement en ascension vers des positions d’élite.

60Ce caractère d’élite s’objective dans tous les indices socio-culturels qu’on peut mobiliser. On a déjà évoqué l’urbanisation majoritaire. On peut y ajouter des indicateurs de qualité de vie, tel le confort des logements (nettement supérieur à la moyenne), de dotation, élevée, en capital culturel (50 % des garçons font une scolarité secondaire dans les années 1930), et bien d’autres. Les Juifs aussi ont essuyé des pertes pendant et après la Grande Guerre. Ils réussissent, malgré tout, mieux que les autres, à conserver un niveau d’existence moyen relativement privilégié dans une période où s’installe la précarisation générale des conditions socio-économiques en raison des effets économiques désastreux de la défaite d’abord, puis de la crise économique de 1930.

61Sur le plan économique, pourtant, les anciennes stratégies de mobilité sociale ne sont plus viables. Il y a donc réorientation des générations montantes vers les secteurs productifs (cadres et patrons de l’industrie et du commerce), pour partie en raison du blocage des carrières intellectuelles provoqué par le numerus clausus universitaire. Vers 1938, les effectifs et les proportions des directeurs et des patrons d’entreprise juifs sont supérieurs à ceux enregistrés pour 1920. De plus, les entreprises juives (peut-être mieux gérées et/ou mieux dotées en capitaux) souffrent moins de la crise économique que les autres.

62Sur le plan culturel et éducatif, le surinvestissement scolaire continue à progresser. Il est désormais spectaculaire non seulement pour les garçons mais pour les filles aussi, en dépit des restrictions imposées par le numerus clausus dans le supérieur. Ces progrès ne sont pas sans liens, il est vrai, avec la dépression démographique sans précédent qui affecte tout le judaïsme hongrois. Dès les années 1920 l’agrégat juif n’assure plus sa reproduction physique, le nombre des décès dépassant celui des naissances. Mais, avec le régime de la famille nucléaire restreinte, le coût unitaire des investissements scolaires, affectifs et matériels dans l’éducation des enfants tend également à diminuer. Les Juifs se classent plus que jamais – et quasiment par une définition sociale implicite – dans les élites cultivées. De fait, en raison de leur surscolarisation mais aussi de leur concentration urbaine qui donne à leur présence une plus grande visibilité – ils fournissent davantage qu’auparavant une partie importante du public de la haute culture. Grâce à leurs dispositions objectives particulières – qui les portent, entre autres, à la médiation de la civilisation occidentale – ils contribuent encore plus fortement à la formation d’un public d’avant-garde capable d’exercer un mécénat indispensable et de générer de plus en plus de vocations créatrices dans les lettres et les arts. Malgré leur exclusion des institutions officielles, la visibilité de fortes personnalités d’origine juive dans les sciences et dans les champs musical, littéraire ou pictural ne fut jamais aussi grande en Hongrie que dans l’entre-deux-guerres, bien que certaines d’entre elles eussent finalement fait l’essentiel de leur carrière à l’étranger, sous la contrainte du numerus clausus, notamment. Le Prix Baumgarten devient une des rares subventions sérieusement dotées et destinées à soutenir des jeunes talents littéraires. Sans l’autorité des critiques et les subventions des mécènes juifs, les fameuses revues de l’avant-garde, Nyugat (Occident) ou Szép szó (Belle Parole), n’auraient pas pu survivre. Dans le public ou parmi les élèves et les mécènes occasionnels de Bartók et de Kodály, on retrouve également en position de pointe les membres de l’intelligentsia et de la bourgeoisie juives cultivées.

63Mais, en dépit de cette réussite manifeste, les effets de domination exercée sur cette élite se multiplient également dans l’entre-deux-guerres. Il s’agit d’un ensemble de contraintes et de pressions qui affectent les milieux juifs dans divers champs de l’ascension sociale ou du maintien du statut élitaire.

64Les effets les plus directs de la pression antisémite s’expriment sans doute dans le champ politique. Les Juifs ne sont pas seulement écartés de toute fonction dans les partis gouvernementaux, mais une agitation antisémite politique que répercute la presse gouvernementale est officiellement tolérée, voire encouragée dans les organisations ou mouvements majoritaires. Le thème du « changement de la garde » surgit dans le discours antisémite officiel et pénètre dans les programmes et projets gouvernementaux. La presse antisémite est parfois directement financée par le gouvernement, surtout après la chute de Bethlen (1931) et l’engagement du pays dans une alliance de plus en plus étroite avec l’Allemagne nazie.

65Sur le plan économique, on a déjà évoqué le soutien discriminatoire au « capital chrétien » accordé par les gouvernements, avec le projet de susciter une classe chrétienne d’entrepreneurs. Dans les industries contrôlées par les pouvoirs publics étatiques, comtaux ou municipaux, une politique discriminatoire d’embauche pénalise, voire refoule les cadres juifs. Il en est de même dans le secteur privé « chrétien ». Dans le secteur public, les rares Juifs qui s’y trouvent sont progressivement limogés ou, dans le meilleur cas, mis à la retraite anticipée. Au sein même des professions libérales la discrimination fait des ravages. Certaines chambres professionnelles (comme celle qui correspond à l’ordre des médecins) sont dès l’abord dominées par les antisémites. Les marchés réservés à leurs praticiens sont également divisés. Les marchés publics (comme la Sécurité sociale qui s’organise à cette époque) n’admettent plus de médecins juifs, de même que les avocats juifs sont exclus des consultants contractuels des entreprises étatiques (hôpitaux, etc.). Ce système de discrimination institutionnalisé introduit des clivages parfois spectaculaires dans les spécialités professionnelles elles-mêmes. Les médecins aliénistes actifs dans les asiles psychiatriques seront des chrétiens (« psychiatrie institutionnelle »), alors que la psychanalyse reste presque exclusivement le domaine des spécialistes juifs. Mais la discrimination provoque surtout un surcroît de chômeurs juifs dans les classes cultivées, qu’il s’agisse de chômeurs permanents ou passagers. Elle accélère la réorientation des diplômés universitaires vers les emplois privés. Si, par exemple, les éditeurs juifs continuent jusqu’à la fin de l’époque, à dominer le marché de l’édition littéraire et scientifique (sinon l’édition des manuels scolaires), c’est sans doute qu’ils peuvent disposer d’une main-d’œuvre hautement qualifiée qui ne pourrait trouver d’emploi sur les marchés professionnels « normaux », tel l’enseignement.

66Quant au numerus clausus universitaire, il porte un coup d’arrêt à la reproduction élargie des classes cultivées juives dans le pays pour au moins deux raisons. D’abord, pour ce qui est des candidats juifs aux études supérieures, il en détourne plus d’un. Si la proportion des bacheliers continue à progresser dans la population juive, celle des diplômés universitaires stagne ou se réduit, selon les branches. Une des raisons de ce phénomène est que près de la moitié des Juifs qui s’engagent dans des études supérieures le font à l’étranger. Surtout ceux qui proviennent des franges inférieures de la bourgeoisie ou des classes populaires se trouvent acculés à l’essaimage à l’étranger et par la suite – pour au moins une large part – à l’émigration définitive ou temporaire. On a en effet enregistré très peu de reconnaissances ultérieures de diplômes acquis à l’étranger.

67Le discours antisémite officiel, le numerus clausus et les pratiques discriminatoires représentent aussi un ensemble de contraintes anti-assimilationnistes. Le refus officiel d’octroi de la magyarisation des patronymes, qui devient une règle absolue après 1938, les difficultés croissantes d’intégration sociale dans les milieux des classes moyennes « chrétiennes », l’agitation antisémite dans certaines Églises (du fait notamment du bas clergé catholique), l’incrimination collective des Juifs pour le rôle que certains descendants des classes cultivées juives ont joué dans les révolutions de 1918-1919, la ségrégation scolaire croissante (non-admission de Juifs dans la plupart des lycées catholiques, puis calvinistes), toutes ces pressions ont provoqué une grave crise d’identité dans le judaïsme hongrois, surtout dans ses élites, profondément attachées à leur statut national magyar. La nouvelle donne du « cursus chrétien » les force à adopter des postures et des attitudes dissimilatrices, en retrouvant des modèles revendiqués et distincts de l’identité juive. Mais c’est une dissimilation identitaire contrainte, non choisie. Le « magyarisme » en vigueur jusque-là se combinera désormais avec diverses formes du séparatisme, sans cesser d’être vécu avec ambiguïté. La presse sioniste sera diffusée en hongrois, mais l’alyah en Palestine n’attirera que très peu d’adeptes.

68De fait, malgré le processus de fascisation, qui débute en 1938 avec les premières grandes lois antijuives, il n’y aura au total que 5 600 départs pour la Palestine pendant toute cette époque (1919-1945), soit à peine plus d’un pour cent de la population juive, contre au moins quatre fois plus (en proportion) à partir de la Roumanie ou de la Tchécoslovaquie. Si les départs sont plus nombreux vers l’Ouest, leur nombre demeure insignifiant comparé à celui des convertis (plus de 8 000 dans la seule année 1938, date de la première loi antijuive) ou des mariés mixtes. En 1938 et dans les mois précédant leur interdiction, le 1er novembre 1942, le mouvement des mariages judéo-chrétiens atteint son apogée historique avec plus du cinquième des fiancés juifs.

69Si, jusqu’à la tourmente finale de la crise d’antisémitisme, précédant la Shoah (1944), les réflexes et comportements assimilationnistes, typiques jusqu’alors du judaïsme hongrois, et plus spécifiquement des classes moyennes et bourgeoises concernées, l’emportent sur les conduites de fuite, d’autodéfense ou de dissimilation, c’est que la société d’accueil elle-même présente jusqu’au bout une grande ambivalence dans ses relations avec les juifs.

70Cela vaut, là encore, davantage pour les classes moyennes et supérieures urbaines que pour les autres milieux, même si l’on peut identifier les traces de sympathies philosémites jusqu’au sein du prolétariat syndiqué, grâce à la présence de leaders juifs respectés dans les rangs de toutes les organisations de gauche, ou encore, de certaines fractions de la paysannerie. Dans les campagnes et dans la petite bourgeoisie provinciale, la séparation entre Juifs et non-Juifs s’est toujours maintenue, en dépit de l’assimilation linguistique et culturelle de la plupart des Juifs. Mais cette séparation n’a pas du tout, du moins pas toujours, signifié hostilité ou antagonisme. Dans certains milieux ruraux une véritable symbiose économique se développe entre paysans producteurs et Juifs qui commercialisent leurs produits – souvent dans des conditions de crédit favorables. L’agitation antisémite a été beaucoup plus générale dans les villes. Seulement, en milieu urbain, diverses formes de coopération et d’échange, parfois parfaitement harmonieux, s’établissent et se conservent également jusqu’à la Shoah dans quelques groupes professionnels (comme le barreau), parmi les élèves des lycées étatiques d’élite (où le Humerus claususne s’applique qu’à partir de 1939), dans certaines universités même (comme à Pécs, où l’on ignore purement et simplement pendant presque toute l’époque les restrictions antijuives), dans les cercles littéraires ou artistiques « occidentalistes » ou d’avant-garde, autour des grandes maisons d’édition juives (qui publient, jusqu’au bout, le gros de la grande littérature hongroise), voire dans la bourgeoisie d’entreprise. Même après 1938 une bonne part des entreprises « aryanisées » s’arrangent pour retenir – certes, de façon camouflée – les services de leurs anciens patrons ou cadres juifs. Le fameux journal des milieux des affaires, Pester Lloyd, datant du XIXe siècle, ne cessera de paraître pendant l’occupation allemande en 1944 que parce que la plupart de ses rédacteurs sont des Juifs. Dans les lettres hongroises on ne trouve qu’à titre exceptionnel des plumitifs antisémites, contrairement, par exemple, à ce qu’on observe en Roumanie, en Russie ou en Pologne depuis le XIXe siècle, où l’on distingue souvent individuellement comme des espèces rares les auteurs de quelque importance qui n’ont pas versé à un moment de leur carrière dans la propagande judéophobe.

71Dans ces conditions, la « double structure » des classes moyennes, opposant agrégats juifs et non juifs, se double d’une autre dualité – qui n’est pas du tout l’équivalent exact de la première. Celle-ci permet de faire la différence entre une société d’accueil libérale et ouverte et les adeptes des mouvances fascisantes et intolérantes à l’égard des Juifs. Dans le judaïsme aussi, l’idée des « deux Hongries » se fait jour. On distingue le « pays fasciste » d’une Hongrie idéale, plus ou moins imaginée, d’antan et de toujours, celle des classiques du libéralisme et de leurs successeurs spirituels qui ont toujours prôné l’entente judéo-chrétienne, l’assimilation sans contrainte et l’intégration des Juifs dans l’édifice de l’État nation. Cette profonde ambiguïté des rapports avec l’idée nationale magyare accompagnera les futures victimes de la Shoah jusqu’à la fermeture des portières des wagons à bestiaux en partance pour Auschwitz. On a confiance, contre toute raison, dans le « caractère chevaleresque » des dirigeants conservateurs, en la personne du régent Horthy, un « vrai seigneur hongrois », qui ne saurait servir d’acolyte à Hitler...

72Le fait, que cette représentation de la dualité des structures de la société hongroise s’est avérée fausse ou inopérante au moment de la montée des périls, n’a pu que s’ajouter à l’expérience tragique de la Shoah.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barany, George, 1974, « Magyar Jew or Jewish Magyar ? Reflections on the Question of Assimilation », in Béla Vágó and George L. Mosse (eds), Jews and non-Jews in Eastern Europe, 1918-1945, New York, John Wiley.

Bibó, István, 1986, « La question juive en Hongrie après 1944 », in Misère des petits États d’Europe de l’Est, Paris, L’Harmattan : 211-392.

Braham, Randolph L. (éd.), 1969, Hungarian-Jewish Studies, 2 vol., New York, World Federation of Hungarian Jews.

Janos, Andrew C., 1982, The Politics of Backwardness in Hungary, 1925-1945, Princeton, Princeton University Press.

Karady, Victor, 1999, Gewalterfahrung und Utopie, Juden in der Europäischen Moderne, Frankfurt, Fischer.

Karady, Victor ; Kemény, István, 1978, « Les Juifs dans la structure des classes en Hongrie : essai sur les antécédents historiques des crises d’antisémitisme du XXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 22 : 25-59.

Vágó, Béla (éd.), 1981, Jewish Assimilation in Modem Times, Boulder, Colo, Westview Press.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search