Version classiqueVersion mobile

Anciennes et nouvelles aristocraties

 | 
Didier Lancien
, 
Monique de Saint-Martin

II. Anciennes et nouvelles aristocraties avant 1914

Aristocartie et organisation patronales agraires en Europe (1868-1914)

Maria Malatesta

Texte intégral

1En Europe, au tournant du siècle, l’industrialisation, l’urbanisation et la naissance des mouvements sociaux minèrent le pouvoir des aristocraties foncières. Toutefois, mises en contact avec ces transformations globales, celles-ci ne disparurent pas et, au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, continuèrent à occuper une place importante même à l’intérieur des pays les plus industrialisés.

2Selon Arno Mayer, les causes de cette persistance sont attribuables à la capacité d’adaptation de l’aristocratie et à l’adoption de stratégies conformes aux mutations advenues dans la société et à l’intérieur des économies européennes (Mayer 1980). Le but de cette étude est d’analyser la fonction exercée par certaines organisations agraires à l’intérieur du processus de renouvellement des élites foncières en France, en Angleterre, en Italie et en Allemagne, durant la période comprise entre le milieu du XIXe siècle et la Première Guerre mondiale.

REPRODUCTION ET IDENTITÉ

3Productrices d’information et créatrices de réseaux de communication (Fridenson 1989), les organisations agraires peuvent être également considérées comme une nouvelle forme de reproduction. Alors que le rôle de la famille dans la reproduction des élites foncières demeure important (Bourdieu, de Saint Martin 1978), le recours aux organisations peut être considéré comme une stratégie collective de reproduction vouée à préserver le capital social, politique et économique qui leur appartient, et dont l’existence est menacée par l’affirmation de la société industrielle. Nous pouvons parler ainsi de reproduction transformatrice, puisque celle-ci donna lieu à la création d’une nouvelle identité collective basée sur la notion d’intérêt.

4Le passage d’une identité basée sur le rapport classe/autorité (Bendix 1967) à une identité fondée sur l’intérêt devint le centre d’une stratégie défensive ayant comme objectif le maintien ou la reconquête de positions perdues ou à risque dans la société et l’économie (Pizzorno 1983). Cette nouvelle identité fut constituée sur la base de la fonction économique et professionnelle de l’agriculteur. Le recours à la notion de professionnalisation, de la part de l’aristocratie foncière du XIXe et du XXe siècle, illustre sa capacité d’adaptation aux processus de différenciation de la société basés sur l’articulation des fonctions sociales.

5Enfin, les organisations agraires jouèrent un rôle décisif en matière de représentation politique. Même pour le patronat agricole, l’enjeu fut « la lutte symbolique pour la conservation [...] de la vision du monde social et des principes de di vision de ce monde » (Bourdieu 1981 : 8). La lutte pour la représentation politique fut aussi une lutte pour l’identité. La transformation du concept d’identité provoque l’adoption de nouvelles stratégies (le lobby, le groupe de pression) destinées à s’assurer au sein des Parlements ces espaces auparavant garantis et désormais rongés par la montée des classes moyenne et ouvrière.

LA RÉACTION À L’ENVIRONNEMENT

6L’environnement influença la naissance des organisations agraires, sélectionna les stratégies et en rythma le cycle de vie. L’opinion courante est en effet que la dépression de la fin du XIXe siècle fut à l’origine de la naissance du capitalisme organisé et de la formation de groupes de pression (Maier 1982). Les transformations provoquées par le processus d’industrialisation furent perçues par les aristocraties foncières comme le facteur majeur de déstabilisation. La menace du marché (effondrement des prix agricoles) et les nouvelles politiques économiques et fiscales des gouvernements en faveur de l’industrie et des couches populaires donnèrent l’impulsion nécessaire à la création de groupes de pression agricoles. Ce fut la perception que des rapports nouveaux les défavorisant s’étaient créés entre le monde politique et celui de l’économie, qui poussa l’aristocratie foncière à se moderniser en recourant, comme d’autres groupes sociaux, à de nouvelles formes d’agrégation collective basées sur la défense des intérêts.

7En Allemagne, la fondation du Bund der Landwirte (BdL) en 1893 et en Italie celle de la Lega di difesa agraria en 1885 furent liées à l’obtention ou au rétablissement de tarifs douaniers visant à protéger l’agriculture contre la concurrence étrangère. La création de la Société des agriculteurs de France (SAF) en 1868 est au contraire liée à l’inauguration de la politique de libre-échange décrétée par Napoléon III.

8La réclamation d’une protection douanière et la polémique contre le régime protectionniste de l’industrie, liées à une certaine attitude antigouvernementale, contribuèrent à redéfinir l’identité des élites foncières continentales et à souder les différents segments dont celles-ci étaient composées. La lutte contre le libre-échange fut investie de profondes valeurs culturelles, confirma les élites européennes dans leur détachement par rapport à la culture agricole libérale des XVIIIe et XIXe siècles et marqua le contenu de leur action à l’égard de l’État et du marché. L’action collective fut orientée vers une présence majeure et plus incisive au sein des Parlements, présence dont les effets furent aptes à influencer les politiques économiques nationales.

9En Angleterre, seul pays européen à ne pas avoir abandonné le libre-échange au cours de la dépression des années 1880, et ce en accord avec l’aristocratie foncière, la poussée vers le nouvel associationnisme vint de la menace d’un changement de régime fiscal en matière de propriété immobilière et de celle de l’intervention des pouvoirs publics dans la distribution de la terre (annoncée de façon voilée par le Small Holdings Act de 1907).

10L’aggravation de la taxation sur la terre n’entama pas tant la stabilité économique de l’aristocratie foncière que le pouvoir symbolique hé à la persistance du privilège foncier et à l’idée de l’intangibilité de la propriété privée. La « révolte fiscale » fut un trait commun aux aristocraties foncières de l’époque, mais ce fut surtout en Angleterre que celle-ci assuma un rôle constitutif d’identité pour les élites foncières. Ces dernières avaient « supporté» les coups portés par le marché à la fin du XIXe siècle, mais la vraie crise survint à l’occasion du retour des libéraux au gouvernement. La politique fiscale que ceux-ci inaugurèrent, au-delà de son incidence effective sur les revenus (Cannadine 1990 : 48-63), signifia en effet que l’attaque contre le pouvoir économique de l’aristocratie foncière anglaise provenait désormais non plus du marché mais du gouvernement. Ceci explique la prépondérance attribuée à la question fiscale par la politique de la Central Land Association (CLA), fondée à Londres en 1907, et la naissance d’une association de pure opposition au People’s Budget comme la Land Union (Ward 1976 : 510-511).

11L’économie joua un rôle surdéterminé à l’égard des associations agricoles italiennes, qui s’étaient diffusées dans la vallée du Pô depuis 1901. La surpopulation rurale et le chômage élevé de la main-d'œuvre dans les campagnes du Pô étaient une conséquence de l’existence d’une économie exclusivement agricole et de l’absence de débouchés dans l’industrie. La menace constituée par les grèves agricoles (étroitement contrôlées par les organisations socialistes) quasi permanentes à partir du début du siècle jusqu’au seuil de la guerre, fut à l’origine de la création des associations patronales de la vallée du Pô, dont les cycles de vie restèrent liés à ceux des grèves (Cardoza 1982 : chap. II IV). Au contraire, la pression sociale joua un rôle marginal dans les pays plus industrialisés, où les organisations agricoles durent affronter le problème opposé, c’est-à-dire le dépeuplement des campagnes.

  • 1 SAF, Annuaire 1887 : 136.

12Pour compléter notre analyse, il nous faut également considérer le niveau de réaction des organisations au milieu, c’est-à-dire leur capacité de transformer les inputs en stratégies innovatrices. La SAF et le BdL furent en ce domaine les plus habiles. La SAF profita de la loi de 1884 sur les associations et, à travers le « patronage1 » des syndicats agricoles, se présenta en France comme le centre de direction d’une organisation de masse. Elle sut mêler de vieilles techniques (le paternalisme social, l’alliance avec l’Église catholique) à de nouveaux moyens de reproduction et de consensus (l’utilisation du marché et de l’instruction agraire) pour se garantir une place dans le monde rural, nonobstant l’opposition de l’associationnisme agricole républicain (Barrai 1968 : chap. Ill ; Hubscher, Lagrave 1993).

13Le Bund exploita les nouvelles techniques d’organisation du consensus apparues en Allemagne sous Bismarck pour élargir sa propre base sociale en faisant appel au nationalisme, au populisme et à l’antisémitisme (Pulhe 1975 : 111-140). L’action de la Lega di difesa agraria, disparue après l’obtention du tarif douanier de 1887, et celle des associations agricoles italiennes de la vallée du Pô furent au contraire à caractère exclusivement défensif. Ces dernières privilégièrent l’utilisation de la force contre la main-d'œuvre, ne dépassèrent pas les circuits locaux et n’élaborèrent aucune stratégie globale pour reconquérir les campagnes de la vallée du Pô.

L’ORGANISATION

14La SAF, la CLA, le BdL et les associations agricoles italiennes de la vallée du Pô étaient de nouvelles formations nées de l’initiative privée, sans liens institutionnels avec la sociabilité agraire préexistante, originaire du XVIIIe et du XIXe siècle, et liée dans certains cas à l’administration publique. Pour l’analyse de leur structure, nous prendrons en considération trois facteurs : le niveau de centralisation, le rapport avec la sociabilité agraire préexistante et la capacité de créer des réseaux.

  • 2 SAF, Annuaire 1869 : 471.

15La structure centralisée de la SAF fut choisie pour s’adapter à la structure de l’administration française2. Mais à ce réseau, qui valorisait le rôle de la capitale dans la coordination de l’activité agricole (reflétant ainsi le rôle assumé par Londres et Berlin) fut adjoint un projet de décentralisation pour respecter et donner la parole aux diverses voix de la France agricole. L’organisation départementale fut réalisée en récupérant la sociabilité agraire locale. La SAF ne se substitua pas à celle-ci, mais devint le centre de coordination des différents comices et sociétés d’agriculture, ainsi composée à la fois de membres individuels et d’associations.

  • 3 SAF, Annuaire 1872, t. III : 40.

16La SAF coordonna une sociabilité agraire dispersée, en lui imprimant une nouvelle rationalité et en donnant lieu aussi à des formes de sociabilité informelle. En 1872, le Cercle agricole de Paris fut fondé. De la même façon que les commerçants ou les ingénieurs, la « corporation agricole » avait désormais un cercle où les membres pouvaient se rencontrer « pour traiter de leurs affaires, s’exciter au progrès les uns par les autres, se protéger, s’instruire mutuellement3 ».

17L’historien de la sociabilité notera que, durant la seconde moitié du XIXe siècle, la symbiose société-cercle, dont a parlé Maurice Agulhon, se perpétue. La SAF réactiva un nouveau Cercle agricole, probablement avec les mêmes buts que celui de 1833, soit la concertation entre légitimistes (Agulhon 1977 : 60). Mais la symbiose entre sociabilité formelle et informelle ne se limite pas à cet exemple. Dans le Var, certains cercles assumèrent de façon informelle des fonctions de syndicat dans le but de faire de l’opposition politique sans être soumis aux contrôles prévus par les lois sur les syndicats et sur les cercles (Rinaudo 1980 : 84-85).

18Alors que la SAF, à travers la récupération de la sociabilité coutumière, connaissait une insertion plus horizontale, le BdL était une structure verticale et centralisée qui partait de Berlin et se ramifiait en groupes locaux. Ceux-ci étaient à leur tour regroupés en cercles électoraux, sections provinciales et sections régionales. Les circonscriptions électorales, qui devaient recueillir les demandes de la base, étaient sous le contrôle étroit de la présidence qui choisissait les candidats politiques et imposait aux cercles de les soutenir et d’en assumer la propagande électorale. Quand les directives n’étaient pas respectées, des sanctions disciplinaires étaient déclenchées (Pulhe 1978 :45-71).

19Le Bund, doté d’une puissante administration, représente une étape ultérieure par rapport aux états précédents de la sociabilité agricole : un organisme non pas intégré à celle-ci mais substitutif. Modelé sur la structure de classe de la société allemande, le Bund unissait en son sein un substantiel autoritarisme et un fort populisme.

  • 4 Archives du Rural History Centre, University of Reading, Records of the Central Land Association, (...)

20La CLA naquit en qualité de lobby destiné à créer, à la House of Commons, un corps pour l’agriculture sur le modèle du trade-union4 La composition de son comité exécutif, incluant d’abord quatorze, puis vingt membres des deux branches du Parlement à être élus par les membres de la CLA ayant la qualité de parlementaires, et de sept, puis ensuite dix membres élus par le conseil général, témoigne de sa nature de lobby. La CFA unit la fonction de lobby parlementaire à une structure d’organisation en mesure de la mettre en contact avec tout le pays. Elle donna lieu ainsi à la création de county committees, représentés au conseil général, de façon à s’assurer l’adhésion des propriétaires des principaux comtés agricoles.

21La CLA partait donc du Parlement pour s’étendre ensuite au pays, et non l’inverse, comme c’était le cas des autres associations agricoles européennes. Et le Parlement demeura le lieu privilégié pour tisser des alliances avec les autres groupes de pression et établir des réseaux de communication. Pas plus que la SAF, la CLA n’absorba ni ne rationalisa la sociabilité agraire existante. Elle eut plutôt une fonction de relais et, à cette fin, construisit un réseau constitué de réunions et d’échanges d’informations avec des associations agricoles et professionnelles telles que la Central Chamber of Agriculture, la Surveyors’ Institution et la Land Agents’ Society.

  • 5 CIA, 15 avril, 2 juin, 7 juillet, 10 décembre 1913.

22L’accord avec les associations professionnelles, officialisé par l’entrée de certains de leurs membres au sein du comité exécutif, fut déterminé par la nécessité d’aider les propriétaires à comprendre les mécanismes de la nouvelle taxation sur la propriété immobilière, à compiler la déclaration de revenus et à calculer exactement la partie imposable ainsi que les déductions. Cette alliance est semblable à celle qui s’était établie en Italie du Nord entre sociétés agraires et collèges d’ingénieurs, ces derniers étant les plus grands experts en baux à ferme. Mais, dans ce dernier cas, le rapport entre les associations resta un rapport de consultation et ne fut jamais institutionnalisé. La Land Union fut au contraire exclue de la CLA, étant considérée comme trop partisane et trop favorable aux intérêts de classe de l’aristocratie foncière5.

23Dans le contexte européen, l’associationnisme patronal agraire italien se caractérise par son absence de structure centralisée et par son caractère fortement local. Cette fragmentation se retrouve également au sein de l’associationnisme industriel (Maraffi 1994) et ce, jusqu’en 1920, au moment où fut fondée à Rome la Confederazione nazionale dell’agricoltura. Durant toute la période dite libérale, coexistèrent une pluralité de circuits associatifs n’ayant cependant, dans la plupart des cas, aucun raccord formel. Les contacts s’établissaient plutôt au niveau personnel, vu la présence simultanée de plusieurs propriétaires au sein des vieilles et des nouvelles formes de sociabilité.

24De la même façon que les comices, créés en Italie sur le modèle français en 1868, ne remplacèrent pas la sociabilité agraire préexistante, aucune nouvelle organisation ne réussit à unifier et à rationaliser le tissu extrêmement varié des associations locales. Une tentative à cet effet fut faite par la Società degli agricoltori italiani, fondée à Rome en 1895, et par la Confederazione nazionale agraria, fondée à Bologne en 1909. Mais, dans les deux cas, il s’agit de chevauchements ultérieurs plus que de la réalisation d’une coordination efficace.

25Dans le nord de l’Italie, la partie du pays la plus développée économiquement et ayant une propension plus grande à l’agrégation collective, trois circuits se créèrent entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle : un circuit exclusivement lombard, composé d’associations mixtes propriétaires-fermiers et d’associations uniquement de fermiers ; le circuit de la basse vallée du Pô, comprenant une partie du Piémont, de l’Emilie et de la Vénitie, formé d’associations patronales anti-grève réunies en 1907 sous la bannière de la Federazione interprovinciale agraria, enfin, un circuit exclusivement économique formé par la puissante Federconsorzi, soit la fédération des syndicats économiques, fondée en 1892.

26La séparation nette entre économie et politique est à l’origine de la création de deux circuits, sinon antagonistes comme peuvent l’être le syndicalisme républicain et celui des « ducs » en France, du moins parallèles : l’un est clairement tourné vers le marché et lié à l’administration publique, l’autre est plus périphérique et marqué par l’antagonisme social. Une tentative de fusion entre économie et politique survint lorsque, à l’initiative de la direction de la Federconsorzi, naquit en 1908 le Comité agricole parlementaire (Fontana 1997). Mais même ce lobby, qui représentait l’élite de l’entrepreneurship agricole en Italie du Nord, n’établit pas de liens avec le « circuit de la résistance », formé des associations de la vallée du Pô. La distinction entre la composante réformiste du patronat italien, qui comptait sur la modernisation de l’agriculture, et la composante conservatrice, uniquement préoccupée de rétablir le contrôle social dans les campagnes, fut destinée à s’accentuer au cours des années.

27L’absence de communication entre les différents circuits d’organisation italiens apparaît plus nettement au terme d’une comparaison avec l’Allemagne et la France. La SAF et le BdL engendrèrent un réseau congloméré (Dujardin 1988) à travers lequel furent réunis, sur la base d’une stratégie unitaire, les pôles politique et économique. Le Bund créa un réseau économique de coopératives et d’assurance sociale et la SAF utilisa l’instrument du syndicat agricole pour renforcer sa position dans les campagnes. Cette capacité de créer des réseaux est sans aucun doute une des causes du succès de ces deux associations.

LES ADHÉRENTS AUX ASSOCIATIONS

28Le nombre d’adhérents et le rythme des inscriptions fournissent des repères objectifs pour juger de l’efficacité de la formule organisationnelle utilisée par les associations agricoles que nous avons examinées. Parmi celles-ci, seuls le BdL et la SAF (incluant le réseau des syndicats soumis à son contrôle) atteignent une dimension de masse. En 1894, un an après sa fondation, le BdL comprend 200000 membres. En 1914, ils sont plus de 330 000. En moins de vingt ans, l’association allemande double presque le nombre de ses membres, démontrant ainsi avoir atteint une autonomie complète par rapport à la conjoncture économique qui est à l’origine de sa création (Pulhe 1975 : 309).

29Grâce au réseau de sociétés affiliées à la SAF, les membres de l’association française passent de 2 715 en 1870 à 11 245 en 1895. L’Union centrale des agriculteurs de France, dirigée par la SAF, est formée au début du XXe siècle de 57 syndicats pour un total de 314343 inscrits, soit la moitié de tous les adhérents aux différents syndicats agricoles français (750 000 agriculteurs en 1910) (Malatesta 1995). En additionnant tous les associés de la SAF et les adhérents aux syndicats placés sous son patronage, on obtient pour la fin du siècle dernier, un nombre approximatif comparable à celui des membres du BdL.

30En Italie, les associations agricoles sont pénalisées surtout par le régionalisme qui caractérise le pays. Le faible succès des tentatives faites dans le but de créer une association d’envergure nationale est illustré par la participation de la Société des agriculteurs italiens. En 1896, un an après sa fondation, la Société ne compte que 1 200 membres. En 1913, même si ceux-ci sont trois fois plus nombreux, ils ne sont que 3 667 (Rogari 1993 : 151). L’autre faiblesse des associations italiennes du début du siècle est qu’elles restent soumises au cycle des grèves. En 1907, on compte 66 associations patronales agricoles sur le territoire ; deux ans plus tard, parallèlement à la diminution du nombre des grèves agricoles, on en compte 58. Le nombre approximatif des inscrits (propriétaires, fermiers et métayers) est de 19 113 en 1907 et de 11 958 en 1909. La majeure partie des membres est concentrée dans la vallée du Pô.

31À elle seule, la Fédération interprovinciale agraire en compte 6 065 répartis surtout dans les provinces de l’Émilie où le conflit entre ouvriers et patrons est plus intense (provinces de Parme, Ferrare, Bologne). En faisant la somme des données relatives à la participation nationale en 1909 et du nombre des inscrits à la Société des agriculteurs italiens (1 500 membres en 1920), on constate que la participation totale rejoint à peine celle des membres de la SAF en 1895.

  • 6 CLA, 13 octobre 1908.

32La CLA reste jusqu’à la guerre une très petite association. Créée en 1908 avec 145 membres, elle atteint un maximum en 1910 avec 1 044 adhérents. Elle commence à diminuer ensuite, pour arriver à 800 membres en 1915. Malgré la campagne destinée à solliciter de nouvelles inscriptions (en 1908, elle fait parvenir une circulaire à 6 875 propriétaires6), la CLA ne dépasse pas les limites du lobby parlementaire, démontrant ainsi sa dépendance à l’égard de la conjoncture politique.

33Paradoxalement parmi les quatre exemples étudiés, le pays le plus industrialisé (l’Angleterre) et le pays le moins industrialisé (l’Italie) présentent le niveau le plus bas de participation aux associations patronales. Outre les carences de leurs organisations, il faut également souligner le rôle exercé par les associations agricoles rivales. Dans la seule vallée du Pô, le syndicat des ouvriers agricoles italiens d’inspiration socialiste (la Federterra) passe, de 1901 à 1902 (période de conflit la plus critique dans les campagnes), de 140000 à 230000 adhérents, pour se fixer, à partir de 1910, à 150000 inscrits. La National Farmers’ Union (Union nationale de fermiers) arrive dans les années 1920 à dépasser les 100 000 membres (Cox, Lowe, Winter 1991) L’autonomie organisationnelle des ouvriers italiens et des fermiers anglais bloque le moindre projet d’unifier, au sein d’une seule association, toutes les catégories et cela a des répercussions directes sur les associations patronales elles-mêmes.

LES LIMITES DES ORGANISATIONS

34Les organisations établissent leurs limites sur la base de décisions d’inclusion/exclusion. La délimitation des organisations du patronat agricole aide à comprendre, d’une part, s’il y a eu transformation en ce qui concerne l’identité sociale de l’aristocratie foncière aux XIXe et XXe siècles et, d’autre part, quelle était la nature de son autosuffisance. La composition de certaines associations (SAF, CI.A, BdL, Central Chamber of agriculture, les associations agricoles de la basse vallée du Pô, les Società agrarie) montre que la propriété foncière européenne avait ouvert ses portes, à la fin du XIXe siècle, à la classe moyenne agricole, c’est-à-dire aux fermiers.

35La direction de ces associations demeure dans toute l’Europe aux mains des grands propriétaires, nobles ou bourgeois. Mais la présence des fermiers est le signe que l’aristocratie foncière s’est transformée en une élite ouverte en intégrant dans ses rangs la classe exploitante agricole. Les fermiers étaient depuis longtemps, dans plusieurs régions de France (Jessenne 1983) et d’Italie, des notables ; ils pouvaient être aussi, comme il arrivait en Angleterre, des propriétaires et/ou appartenir au milieu des professions. La composition mixte propriétaires-fermiers, caractéristique de ces associations, reflète un changement qui s’était opéré depuis déjà longtemps dans les campagnes européennes (Malatesta 1999 : 29-42).

36On note toutefois entre les nations des différences dignes d’être mentionnées. En schématisant, il est possible de dire qu’en France et en Allemagne, la relation entre propriétaires et fermiers fut de type consensuel, alors qu’en Italie et en Angleterre, à la fin du XIXe siècle, s’est affirmé un modèle relationnel mixte marqué par une conflictualité cyclique et par la recherche d’autonomie de la part des fermiers.

  • 7 SAF, Annuaire 1872 : 50.

37En Allemagne, l’accord entre les deux segments du patronat est à la base de la fondation même du Bund der Landwirte, dont l’idée fut justement lancée par un fermier domanial. Au sein de la SAF, l’alliance entre propriétaires et fermiers était vue par certains membres comme un moyen de « professionnaliser » le corps électoral agricole, en éliminant les notables qui possédaient de la terre mais qui n’exerçaient pas la profession d’agriculteur7. Cette position, qui était en accord avec l’intention de la SAF de miser sur la requalification de l’agriculture comme profession, fut exprimée dans le cadre du débat sur la représentation de l’agriculture. Cette position dessinait les frontières de l’aristocratie terrienne « professionnelle » en excluant les classes inférieures. Cette situation fut corrigée à partir de 1884 ; il devenait alors nécessaire de rechercher un plus large consensus dans les campagnes.

38La CLA permit l’inscription aux fermiers mais se trouva à devoir gérer une situation caractérisée par la présence d’organisations de fermiers. D’abord la Lincolnshire Farmers’ Union, puis la National Farmers’ Union (Mutch 1983) posèrent à la CLA un problème de relations avec ces associations, provoqué par la nécessité de contrôler les poussées autonomistes des fermiers et leurs requêtes visant à fortement garantir leurs investissements agricoles, requêtes qui influèrent tant sur la législation agricole à partir de l’Agricultural Holdings Act de 1883.

  • 8 CLA, 17 juin 1908.
  • 9 CLA, 5 mai 1909.

39Plus qu’une véritable intégration des fermiers au sein de l’aristocratie foncière anglaise, on peut parler, en ce qui concerne la CLA, d’une collaboration visant à éviter que ces associations ne deviennent des antilandlord organizations8. La fondation de la National Farmers’ Union en 1908 conduisit la CLA à solliciter dans les comtés des inscriptions collectives de propriétaires accompagnés de leurs fermiers, de façon à reproduire à l’intérieur de l’association ce système de déférence que la naissance des associations de fermiers avait profondément remis en cause9.

40En Italie, le rôle économique et social exercé dans la vallée du Pô par les fermiers capitalistes eut plus de difficulté qu’en France à être reconnu par les propriétaires. Par exemple, les comices, qui en Italie étaient fréquentés uniquement par les propriétaires, excluèrent les fermiers jusqu’à la fin du XIXe siècle. Cet écart entre la force économique et sociale des fermiers de la vallée du Pô (qui étaient très riches et, comme en France, souvent maires de plusieurs municipalités rurales) et leur représentativité dans le milieu agricole, fut à l’origine des premiers conflits appaxus en Lombardie dans les années 1880 et qui menèrent à la fondation de la première association italienne composée exclusivement de fermiers.

41Au début du XXe siècle, les fermiers lombards continuèrent la lutte centrée sur la reconnaissance du management agricole et sur l’autonomie des investissements (la question de l’indemnité au fermier sortant), obtenant une modification des baux à ferme en leur faveur. Les fermiers de l’Émilie, en nette montée au début du XXe siècle à l’intérieur du patronat agricole, établirent au contraire une alliance étroite avec les propriétaires dans le but de faire obstacle aux grèves (Malatesta 1989 : chap. 3).

42L’intégration des fermiers au sein de l’aristocratie foncière, que celle-ci fût paritaire ou subordonnée, ne s’opéra pas toujours de façon linéaire et n’eut point de résultats sûrs. La question de la gestion agricole et de la sécurité des investissements pour le fermier était celle des problèmes communs à toutes les campagnes d’Europe et auxquels les différents pays trouvèrent des réponses définitives dans les années 1920-1930. Ces problèmes représentaient un conflit d’intérêts objectif entre propriétaires et fermiers, conflit que les premiers cherchèrent à résoudre à l’intérieur des associations. C’est la raison pour laquelle plusieurs de celles-ci (citons seulement la SAF et la Società agraria di Lombardia) consacrèrent de longues discussions à la révision du bail à ferme.

  • 10 Morning Post, 7 juillet 1913.

43La CLA conduisit à l’égard des fermiers une politique ambiguë. Favorable à l’idée que ceux-ci pussent être indemnisés dans les cas de congé pour la formation de small holdings, elle fut décidément hostile à l’idée que les fermiers pussent recevoir l’aide de l’État pour l’acquisition des terres fractionnées de l’aristocratie. En effet, le soutien du gouvernement aurait accéléré ainsi la multiplication du nombre de propriétaires à travers la diffusion de la petite propriété10.

44Les limites sociales de l’aristocratie foncière ne s’élargirent jamais au-delà de la classe moyenne agricole. La formule de l’interclassisme, dont plusieurs associations faisaient la propagande, resta dans la majeure partie des cas un expédient rhétorique utilisé afin de revendiquer pour l’aristocratie un rôle de représentante des intérêts de tous les segments de la société rurale. Le patronat agricole français, anglais et italien s’opposait à l’accueil des petits propriétaires au sein de ses associations.

  • 11 CI A, 16 juillet 1909.

45Au début du processus de fractionnement des terres aristocratiques (Thompson 1980 : 308-326), la CLA avait affirmé que sa fonction de représentation devait s’étendre également aux nouveaux propriétaires ex-fermiers11. Mais lorsque le rythme des ventes atteignit son sommet, cette attitude se transforma, comme on l’a vu, en une fermeture défensive devant cette revolution in regard to the tenure of land.

  • 12 SAF, Annuaire 1880·. 206.

46L’élite agricole française formée de grands propriétaires et de fermiers ne prévoyait pas l’inclusion de petits propriétaires, ni de ce segment de la petite bourgeoisie urbaine et rurale qui participait à la vie des comices12. En Italie, les petits propriétaires, exclus depuis toujours des associations patronales, s’organisèrent de façon autonome et fondèrent en 1913 la Federazione nazionale dei piccoli proprietari. Seul le BdL élabora un système plus vaste d’alliances qui rejoignait les petits propriétaires et la petite bourgeoisie des centres ruraux. Un des facteurs qui empêcha la reproduction élargie des élites agricoles allemandes fut le contrôle déficient des organisations de paysans, en particulier celui des associations catholiques de l’Allemagne de l’Ouest. Avec celles-ci, le Bund noua des relations conflictuelles qui se soldèrent par une sorte de répartition de territoire.

47À l’égard des travailleurs agricoles, les aristocraties foncières européennes élaborèrent des politiques diverses. La politique d’absorption, associée au paternalisme, fut typique d’un contexte où la main-d'œuvre agricole commençait à manquer. La politique d’opposition fut au contraire appliquée dans les situations caractérisées par la surabondance de main-d'œuvre. Dans les deux cas, la structure hiérarchisée des élites agricoles ne fut point modifiée.

48La naissance des syndicats agricoles français et la stratégie de conquête des campagnes, élaborée par la SAF à partir de 1884, modifièrent les positions assumées précédemment. La nécessité d’élargir la base du consensus, liée à celle de faire obstacle à l’exode rural, poussèrent la SAF à élaborer des projets de défense de la petite propriété et à solliciter l’adhésion des ouvriers agricoles et des métayers aux syndicats. La SAF véhicula ainsi, à travers les syndicats agricoles, une ouverture vers les couches paysannes, tout en maintenant serrés les rangs de l’association. Mais même cet interclassisme pratiqué par les syndicats, plus qu’une réalité, fut un alibi, puisque l’adhésion de cette minorité de salariés et de métayers était souvent forcée et payée par les propriétaires eux-mêmes (Garrier 1969).

49Les tentatives d’interclassisme de la part des associations agricoles de la vallée du Pô, au début du XXe siècle, touchèrent les métayers, soit le type de paysan le plus commun dans cette région, et eurent comme objectif de bloquer leurs revendications. La conflictualité, dans les campagnes de la vallée du Pô, fut en effet caractérisée par des grèves de salariés et de métayers, et bloqua les tentatives d’absorption, du reste peu convaincantes, du patronat.

  • 13 CLA, 19 mars et 23 octobre 1912 ; 4 mars 1914.

50Même la CLA élabora une politique à l’égard de la main-d'œuvre, se proposant d’organiser les Rural Friendly Societies prévues par le National Insurance Act et de solliciter la formation d’associations rurales de secours mutuel. Le dépeuplement des campagnes anglaises, le plus important en Europe, était le phénomène à combattre. Ainsi la CLA conduisit à l’égard des fermiers une campagne en faveur de l’augmentation des salaires agricoles13.

LA REPRÉSENTATION DE L’AGRICULTURE

51Les nouvelles associations agricoles des XIXe et XXe siècles transformèrent la représentation politique ayant comme base la notabilité, représentation fondée sur l’accumulation de capital personnel. Cette transformation résume le passage des clubs agronomes, noyau de la vieille sociabilité de l’aristocratie foncière, à l’organisation des intérêts agricoles. Toutefois, ces nouvelles associations ne réussirent pas à exprimer complètement une représentation basée sur le capital délégué, soit le capital détenu en totalité par l’organisation (Bourdieu 1981 :14). Les liens constitués par l’appartenance à l’association étaient encore faibles et, pour cette raison, nous pouvons considérer cette période comme la première phase de formation des groupes organisés.

52Si on exclut la CLA, les autres associations n’étaient pas issues des Parlements. Enracinées dans la société, elles visaient cependant à renforcer la représentation parlementaire de l’aristocratie foncière. Elles étaient toutes des groupes de pression orientant leur action politique vers la conquête d’un consensus formé du plus grand nombre de députés, provenant de différents partis, autour de leurs programmes. Ainsi, par exemple, la CLA faisait appel aux unionistes et aux libéraux ; le BdL, quant à lui, s’alliait avec le parti conservateur, les libéraux et les partis du centre ; enfin, les associations italiennes oscillaient entre la droite et la gauche ministérielle.

53Les organisations agricoles ne furent que des groupes de pression qui n’aboutirent jamais à la fondation d’un parti, comme c’est le cas de tous les groupes économiques dans les systèmes politiques modernes, en raison de l’impossibilité – liée au type de représentation corporative qui les caractérise – d’opérer une médiation entre les différents segments sociaux.

54Différents obstacles, intrinsèques à la notion même de groupe de pression ou liés à la structure même des associations examinées, empêchèrent la formation d’un parti agricole. Dans les pays où existait déjà le suffrage universel (ou dans ceux qui allaient l’obtenir, comme c’est le cas de l’Italie), le faible interclassisme à l’intérieur des associations fut l’obstacle le plus important. Celles-ci ne furent pas en mesure de s’assurer le vote paysan, en dépit du recours aux vieilles techniques de patronage, et rencontrèrent des oppositions au niveau des organisations concurrentes présentes dans les différents pays, organisations socialistes, républicaines ou catholiques. Elles ne réussirent pas toujours non plus à contrôler le vote des fermiers, comme le démontre le cas des fermiers anglais et lombards, plutôt rangés du côté des libéraux et des radicaux (Fisher 1978 ; Malatesta 1994).

  • 14 CLA, 17 février, 5 mai 1909.

55Mais même au sein de l’aristocratie foncière il y avait encore de profondes réticences à accepter une forte représentation déléguée et à abdiquer le personnalisme typique de la notabilité. En font preuve les difficultés éprouvées par la SAF lorsqu’elle voulut étendre son influence à tous les départements français ; ou encore les échecs de la CLA cherchant à faire respecter les directives de l’association par ses membres, au moment du vote au Parlement14 ; ou enfin les défaites subies par les associations agricoles de la vallée du Pô tentant de faire élire leurs propres candidats aux élections.

56Ces limites se heurtaient à la prétention de l’aristocratie foncière de s’imposer encore, au nom de l’agriculture, comme représentante des intérêts généraux de la nation. Mais la formule était devenue obsolète à partir du moment où l’agriculture avait cessé d’être la seule activité économique nationale. L’organisation des intérêts était le signe de la modernisation des élites foncières, puisqu’elle répondait à l’intention, exprimée par celles-ci, de redéfinir leur identité en tant qu’oligarchie économique. Mais c’était aussi la preuve des limites imposées par l’environnement à la création d’un parti agricole.

57Pour exister, celui-ci aurait dû élargir la base du consensus à la classe moyenne. Cette opération réussit seulement au sein du BdL qui dépassa la seule question agricole et la transforma en populisme et en nationalisme, alors que dans les autres pays, surtout en France et en Angleterre, l’affranchissement de la classe moyenne rendait difficile la constitution d’un nouveau front conservateur à caractère ouvertement terrien.

58La question du parti agricole est en réalité un faux problème historiographique. À l’exception de l’Allemagne, le parti agricole fut considéré par les autres élites foncières européennes comme un groupe parlementaire et jamais comme un parti moderne (Matthews 1915 : 341-348). Mais si le BdL fut une réelle organisation de masse, modelée sur l’exemple du SPD (Sozial-demokratische Partei Deutschlands), il resta toujours une « ligue agricole ». On ne parla jamais de créer une nouvelle formation politique. À celle-ci s’opposèrent de façon radicale les propriétaires fonciers italiens (Malatesta 1989 : 394-404), mais même en Allemagne, comme dans le reste de l’Europe d’avant 1914, le recours aux forces politiques déjà existantes demeura constant.

59Les groupes de pression agricoles cherchèrent à les manipuler, avec plus ou moins de succès, mais non à les remplacer. La transversalité, soit l’aptitude à établir des alliances parlementaires, fut une autre preuve de la capacité des aristocraties foncières à s’adapter à une époque marquée par la fin de l’identification entre représentation de classe et représentation politique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Agulhon, Maurice, 1977, Le cercle dans la France bourgeoise 1810-184 : étude d’une mutation de sociabilité, Paris, Colin.

Barral, Pierre, 1968, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Bendix, Reinhard, 1967, « Tradition and Modernity Reconsidered », Comparative Studies in Society and History, 9.

Bourdieu, Pierre, 1981, « La représentation politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37.

Bourdieu, Pierre ; de Saint-Martin, Monique, 1978, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, 20-21.

Cannadine, David, 1990, The Decline and Fall of the British Aristocracy, New Haven-London, Yale University Press.

Cardoza, Anthony L., 1982, Agrarian Elites and Italian Fascism, Princeton, Princeton University Press.

Cox, Graham ; Lowe, Philip ; Winter, Michael, 1991, « The Origins and Early Development of the National Farmers’ Union », The Agricultural History Review, 39.

Dujardin, Philippe (éd.), 1988, Du groupe au réseau : réseaux religieux, politiques, professionnels, Paris, Editions du CNRS.

Fisher, J. R., 1978. « The Farmers’ Alliance : An Agricultural Protest Movement of the 1880’s », The Agricultural History Review, 26.

Fontana, Severina, 1997, « Les associations agraires et industrielles en Italie entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle », Histoire, économie, société, 2.

Fridenson, Patrick, 1989, « Un nouvel objet : les organisations », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, nov.-déc.

Carrier, Georges, 1969, « L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles avant 1914 », Le Mouvement social, 67.

Hubscher, R. ; Lagrave, R. M., 1993. « Unité et pluralisme dans le syndicalisme français : un faux débat », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, jan-fév.

Jessenne, Jean-Pierre, 1983, « Le pouvoir des fermiers dans les villages d’Artois (1770-1848) », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, mai-juin.

Maier, Charles H., 1982 « Vincoli fittizi della ricerca e del diritto : teoria e pratica della rappresentanza degli interessi », in Susanne Berger (éd.), L’organizzazione degli interessi nell’Europa occidentale, Bologna, Il Mulino.

Malatesta, Maria, 1989,1signori della terra : l’organizzazione degli interessi agrari padani (1860-1914), Milano, Franco Angeli.

– 1994, « Gli affittuari capitalistici inglesi e italiani », in Istituto Cervi, Annali 1992-1993. L’agricoltura in Europa e la nascita della questione agraria, vol. 14-15, Roma, Dedalo.

– 1995, « Il sindicalismo agricolo francese », in Severina Fontana (éd.), La Federconsorzi tra stato libérale e fascismo, Roma Bari, Laterza.

– 1999, Le aristocrazie terrien nell’Europa contemporanea, Roma-Bari, Laterza.

Maraffi, Marco, 1994, « L’organizzazione degli interessi industriali in Italia 1870-1870-1980», in Alberto Martinelli (éd.), L’azione collettiva degli imprenditori italiani : le organizzazioni di rappresentanza degli interessi industriali in una prospettiva comparata, Milano, Edizioni di Comunità.

Matthews, A. H. H., 1915, Fifty Years of Agricultural Policy, being the History of the Central Chamber of Agriculture, 1865-1915, London, P. S. King & Son.

Mayer, Arno, 1982, Ilpotere dell’Ancien Régime fino alla prima guerra mondiale, RomaBari, Laterza.

Mutch, Alistair, 1983, « Farmers’ Organizations and Agricultural Depression in Lancashire, 1890-1900 », The Agricultural History Review, 31.

Pizzorno, Alessandro, 1983, « Identita e interesse », in Loredana Sciolla (éd.), Identità : percorsi di analisi in sociologia, Torino, Rosenberg & Sellier.

Pulhe, Hans-Jurgen, 1975, Agrarische Interessenpolitik undpreussischer Konservatismus im wilelminischen Reich 1893-1914, Bonn-Bad Godesberg, Verlag Neue Gesellschaft GmbH.

– 1978, « Conservatismus in modem Kaiserreicli », Journal of Contemporary History, 1.

Rinaudo, Yves, 1980, « Syndicalisme agricole de base : l’exemple du Var au début du XXe siècle », Le Mouvement social, 112.

Rogari, Sandro, 1993, « Una rappresentazione nazionale per la proprietà fondiaria », in Pier Paolo D’Attore, Alberto De Bernardi (eds), Studi sull’agricoltura italiana, Annali della Fondazione G. Feltrinelli, XXIX, Milano, Feltrinelli.

Thompson, Francis Michael L., 1980. English Landed Society in the Nineteenth Century, London, Routledge & Kegan Paul.

Ward, Sadie B., 1976, Land reform in England 1880-1914, PhD thesis, University of Reading.

Notes

1 SAF, Annuaire 1887 : 136.

2 SAF, Annuaire 1869 : 471.

3 SAF, Annuaire 1872, t. III : 40.

4 Archives du Rural History Centre, University of Reading, Records of the Central Land Association, Minutes of a meeting of the Committee of the Central Land Association, 16 juin 1909.

5 CIA, 15 avril, 2 juin, 7 juillet, 10 décembre 1913.

6 CLA, 13 octobre 1908.

7 SAF, Annuaire 1872 : 50.

8 CLA, 17 juin 1908.

9 CLA, 5 mai 1909.

10 Morning Post, 7 juillet 1913.

11 CI A, 16 juillet 1909.

12 SAF, Annuaire 1880·. 206.

13 CLA, 19 mars et 23 octobre 1912 ; 4 mars 1914.

14 CLA, 17 février, 5 mai 1909.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search