Version classiqueVersion mobile

Anciennes et nouvelles aristocraties

 | 
Didier Lancien
, 
Monique de Saint-Martin

II. Anciennes et nouvelles aristocraties avant 1914

Les anticipations européennes de la noblesse française (1880-1914)

Claude-Isabelle Brelot

Texte intégral

1Alors que le XIXe siècle est marqué par la montée des nationalismes, la noblesse française, elle, connaît l’apogée d’une culture d’ordre qui, par essence, est cosmopolite. En effet, les relations qu’elle entretient avec l’État et la nation sont complexes. Certes, elle intériorise le patriotisme à la suite des Jeunes France des années 1830. Bien plus, avec l’affaire Dreyfus, elle se mobilise pour partie dans la nouvelle droite nationaliste (Brelot 1994 : 337-361). Mais elle est aussi l’héritière du cosmopolitisme des élites des Lumières, réactivé paradoxalement au début du siècle par l’émigration contre-révolutionnaire et le premier romantisme. Sa culture européenne, bien loin d’être étouffée dans les années 1890 par les haines nationales, semble au contraire s’affirmer dans un mouvement de fusion des noblesses qui n’est pas seulement français. En son sein se lève une aristocratie cosmopolite, qu’incarne par exemple la comtesse Greffulhe : « Sa personnalité est européenne », lance l’empereur Guillaume II (Cossé-Brissac 1991 : 168-169).

2La conjugaison d’appartenances contradictoires – nationale et européenne – est alors vécue comme l’une des marques distinctives de la noblesse. Elle rend impossible toute identification simple d’un groupe que son histoire décroche de la société postrévolutionnaire. Ainsi s’en explique Jean d’Ormesson :

« C’était une affaire entendue : nous nous faisions tuer pour la France. Mais nous avions beau nous ranger du côté des nationalistes, elle n’était pas vraiment notre patrie. En Bohème, en Bologne, dans le Bade-Wurtemberg, dans le Schleswig-Holstein, en Belgique, en Italie, à Vienne, à Moscou et à Odessa, nous étions chez nous tout autant et peut-être plus qu’en France. Mon père disait que l’Église, les pianistes, les juifs, les socialistes et nous, nous n’avions pas de patrie. Les guerres, les persécutions religieuses, les mariages, le hasard avaient répandu la famille à travers toute l’Europe. Nous avions une branche anglaise qui prononçait notre nom avec un accent incroyable, une branche italienne qui avait carrément ajouté un ο napolitain à la fin des syllabes sacrées, une branche russe qui avait suivi jusqu’à Odessa le duc de Richelieu et qui avait épousé alternativement des grandes duchesses, toujours allemandes, et toute une série d’actrices, toujours françaises, du célèbre théâtre Michel. Nous avions surtout une branche allemande. » (Ormesson 1974 : 20.)

L’HABITUS COSMOPOLITE COMME HÉRITAGE

  • 1 Encore convient-il de relever les variations des connotations du mot cosmopolite, tantôt péjorativ (...)
  • 2 Étude que nous avons commencée, mais qui sera nécessairement longue, puisqu’il est impossible de s (...)

3Que l’histoire sociale des noblesses ait été jusqu’ici conduite essentiellement dans le cadre national ne doit pas occulter l’existence d’une Europe nobiliaire, ignorant les limites des États et fondée sur une culture commune, par-delà la diversité des institutions politiques (Boutier 1993). Cette culture européenne des noblesses de l’époque moderne ne disparaît pas avec les guerres révolutionnaires. Elle perdure et même s’épanouit, au XIXe siècle, avec assez de vigueur pour résister à la montée des nationalismes et pour s’étendre à l’échelle du monde, à la Belle Époque, avec l’européanisation des élites américaines et hindoues (Brelot 1993). Mais s’agit-il d’européanisation ou de cosmopolitisme1 ? Une périodisation s’impose pour souligner l’inflexion des dernières décennies du siècle, marquées par les premiers mariages américains et les premières grandes croisières fusionnant, le temps d’une fête, princes de la vieille Europe, maharadjahs, pachas et milliardaires du Nouveau Monde. Mais l’étude sérielle manque, qui argumenterait le propos en s’appuyant sur un corpus de généalogies à la fois fiable, cohérent et représentatif2 Du moins est-il possible, dans cette attente, de relever les continuités sur lesquelles se fonde le cosmopolitisme de la noblesse française.

Persistance de l’endogamie du Gotha

4C’est d’abord dans sa réalité anthropologique que la noblesse est une anticipation européenne. Nébuleuse de réseaux de parentèle, elle est tissée d’alliances et de cousinages qui transcendent les frontières nationales. Sa culture européenne repose sur une assise démographique qui lui confère une forte spécificité : l’habitus cosmopolite. Un propos de la comtesse de Pange – née princesse Pauline de Broglie – fait écho à celui de Jean d’Ormesson : « Quand on ne connaît personne dans une ville étrangère, l’on se souvient de ses cousins », note-t-elle, amusée. Et bien lui en prend, puisqu’à Munich c’est une cousine, la comtesse d’Arco, qui lui permet de « rencontrer] plusieurs personnes qui [lui] en font connaître d’autres », si bien qu’en quinze jours elle « connaît toute la ville », où elle est arrivée jeune mariée pour un séjour de quelques mois (Pange 1968 : 188). L’étiquette est révélatrice, et la préséance va à ceux qui cumulent alliances européennes et cosmopolitisme : l’Almanach du Gotha qui s’ouvre sur les maisons souveraines et sur les familles médiatisées présente ensuite les lignées princières distinguées par le Saint Empire romain germanique. Fille d’un prince du Saint Empire originaire du Piémont, Pauline de Broglie est autorisée à le lire à treize ans et un projet de mariage arrangé pour elle l’année de ses vingt ans est bien accueilli par sa mère parce qu’il la ferait entrer dans une famille médiatisée (Pange 1962, 1 : 214-215 ; 1968, 3 : 127-129 et 135).

  • 3 Mémoires et souvenirs plus ou moins romancés l’emportent largement sur les véritables approches hi (...)

5Alliances étrangères et culture européenne hantent les imaginations, et les chroniqueurs mondains campent une galerie de portraits qui surévalue sans doute l’importance d’un petit monde étroit gouvernant pourtant vie mondaine, goûts et modes. L’urgence méthodologique impose donc une confrontation entre les fantasmes d’un André de Fouquières et la réalité démographique des réseaux nobles cosmopolites, jusqu’ici entrevue seulement à travers « l’illusion biographique » (Faucigny-Eucinge 1990) ou la saga familiale3 Elle seule permettra de mesurer l’interpénétration entre anciennes noblesses provinciales et grande noblesse des maisons princières et médiatisées et d’en périodiser la progression. Mais l’approche démographique ne suffit pas. L’étude des fortunes n’est pas moins indispensable pour tous ceux dont les propriétés foncières sont dispersées à travers l’Europe. Les princes d’Arenberg ne se flattaient-ils pas de pouvoir la traverser du nord au sud en faisant étape uniquement sur leurs terres, de Bruxelles et de l’Eifel au département du Nord, et de Paris à Florence en passant par le Cher et la Franche-Comté (Descheemaeker 1969) ? L’internationale des noblesses, opposée à la Ire Internationale par sens de la symétrie ou par polémique, doit beaucoup aux héritages matériels et immatériels.

Tradition diplomatique

  • 4 Généalogie familiale insérée dans le souvenir du rassemblement de la maison de Moustier en 1982, h (...)

6Le monde des ambassades offre un appui institutionnel et mondain aux réseaux de parentèle et de sociabilité. La carrière diplomatique, de surcroît, demeure l’un des bastions du service de l’État pour les nobles français (Charle 1980 : 153-160). C’est ainsi que de multiples attaches européennes sont cumulées par le rejeton d’une famille de diplomates originaire de Franche-Comté, le marquis Léonel de Moustier : marié en 1906 à Bruxelles à la princesse Jeanne de Ligne, petit-fils d’une Mérode, également de noblesse belge, il a derrière lui trois générations d’ambassadeurs de France en ligne paternelle ; et, à la mort de son frère, il reprendra d’ailleurs la direction du charbonnage du Grand Hornu en Belgique4 Quant au comte Jean de Pange, issu, lui, d’une vieille lignée lorraine, c’est parce que le marquis son père est attaché militaire à l’ambassade de France qu’il passe son enfance à Vienne, apprend de bonne heure les liens qui unissent les Habsbourg et sa terre ancestrale, et « sait l’allemand comme le français ». L’éducation de ce gentilhomme, européenne malgré le patriotisme local, l’ouvre de surcroît sur le monde : aimant aussi l’Angleterre, il s’impose des stages à Oxford, fait d’octobre 1901 à septembre 1902 un tour du monde complété par un séjour au Maroc et par l’apprentissage de l’arabe, et il investit l’héritage de sa mère dans les caoutchoucs de Ceylan, des terrains au Maroc et les chemins de fer de Californie.

7C’est autour des ambassades et de leurs salons que se forment les personnalités cosmopolites. Anne Martin-Fugier l’a rappelé pour le Paris de la monarchie de Juillet (Martin-Fugier 1990 : 142-165). Plus tardivement, à Berlin, à la veille de la Première Guerre mondiale, ce sont « les diplomates, les hommes d’État, les militaires de haut grade, les princes médiatisés, les prétendants sans royaume » et, parfois, l’empereur Guillaume II, qui fréquentent

« le salon de la vieille princesse Radziwill, née Castellane et ses réunions où tout le monde parle français [et qui] donnent bien l’idée de ce que pouvait être la société civilisée du XVIIIe siècle ; elle reçoit tous les jours après dîner, selon l’ancienne coutume du Faubourg Saint-Germain, [...] toute l’aristocratie de l’Europe inscrite au Gotha. » (Pange 1968, 3 : 247.)

Partage du mode de vie des noblesses européennes

8Cosmopolite, l’éducation aristocratique ne l’est pas seulement pour le service de la carrière, de l’ambition et pour les besoins de l’initiation esthétique ; elle est aussi retour aux sources de la culture européenne des noblesses. Le « Grand Tour » des jeunes patriciens italiens, comme le « tour du cavalier» des nobles allemands (Boutier 1993), est un tour d’Europe auquel le prince Alfred-Constantin de Salm-Salm consacre deux ans, de l’Italie à l’Espagne et à Paris. Les grands voyages et les saisons dans les villes d’eau le prolongent tout au long de l’existence. À Trouville en 1865, c’est une comtesse hongroise, mademoiselle Karoly, suivie de quatre cents admiratrices « les plus jolies femmes de Trouville », qui font au futur communard Gustave Courbet une tardive réputation de portraitiste mondain. Maître pour une saison de Whistler, il brosse un tableau de la villa de la duchesse de Morny, dans cette station à la mode lancée dix ans plus tôt par le duc. L’été suivant trouve le peintre à Deauville, dans la villa du duc de Choiseul pour qui il a déjà fait l’année précédente un paysage de mer et dont les lévriers posent pour lui (Toussaint 1987 : 41, 176-177, 188, 190-191). Certes, les noblesses européennes n’ont le monopole ni des voyages ni des bains, et les déplacements sont tout autant le fait des hommes d’affaires. Reste que l’usage social qu’en fait la noblesse la distingue : elle part munie de recommandations remises pour de grands seigneurs à l’hospitalité fastueuse ou pour des amateurs éclairés, elle ponctue son itinéraire de séjours prolongés et revient avec carnets de dessins et récits rédigés à l’intention de la famille et des amis (Brelot 1992 : 709-716) Autant de pratiques qu’entretiennent à l’étranger le prestige de la culture française et la réputation des salons du faubourg Saint-Germain, le français demeurant la langue des élites européennes.

Infléchissements

9De Dieppe à Deauville puis de Trouville à Cannes, les villes à la mode – stations balnéaires et villes d’eau –, fréquentées aussi bien par la noblesse que par la haute société française et les aristocrates européens, deviennent le lieu de prédilection d’une high society fusionnée, avec laquelle s’infléchit l’héritage du cosmopolitisme du XVIIIe siècle. Les goûts sont renouvelés par l’architecture des villas, par l’exotisme des jardins et par les croisières. Cette high society des années 1860, et plus encore celle des années 1910, s’ouvre ainsi aux milliardaires et aux titrés des pays orientaux qu’elle apprivoise à la culture d’ordre nobiliaire.

  • 5 Archives départementales du Jura, 35 J 222, Journal d’un voyage en Suisse et dans l’Allemagne du M (...)
  • 6 Nous remercions ici notre collègue Christian Desplat, qui nous a signalé la thèse de troisième cyc (...)

10Mais la haute noblesse n’a pas le monopole de ces infléchissements : les souvenirs de l’émigration, la pratique des cousinages lointains, les voyages et les pèlerinages légitimistes à Frohsdorf diffusent également l’esprit cosmopolite dans la bonne noblesse provinciale. Les langues étrangères sont privilégiées dans son éducation, et ses voyages, devenus nombreux, sont en réduction l’initiation du Grand Tour (Brelot 1992 : 690-692, 696, 720-724). Les alliances européennes ne lui sont pas davantage interdites ; elles ont au contraire été favorisées par l’émigration. Un lointain cousinage soutenu par la communauté du nom permet à un fils de bonne naissance seulement d’être introduit à la cour de Wurtemberg et de recevoir de la grande duchesse de flatteuses marques d’estime5 (Brelot 1992 : 692, 704). Le mode de vie et les goûts de la noblesse béarnaise s’aristocratisent au contact des Anglais qui multiplient les châteaux suburbains autour de Pau et qui divulguent le snobisme de la chasse au renard6. De même le regain que connaît la chasse à courre dans les rangs de la noblesse comtoise sous le second Empire n’est pas étranger aux goûts contractés en Angleterre par un jeune châtelain, ancien étudiant de l’université de Dublin et grand amateur de chasse aux grouses : les grandes chasses à courre qu’il organise dans son château et sa forêt de Romange de décembre à mars rassemblent la « fleur de la société de Dole et de Besançon7 ». Toutes les sphères de la nébuleuse nobiliaire sont pénétrées par la diffusion des goûts inspirés par l’européanisation de la culture des élites françaises, voire par sa mondialisation.

ÉVOLUTIONS ET SURENCHÈRES COSMOPOLI TES

11Avec la seconde moitié du XIXe siècle les facteurs favorables au développement d’une culture cosmopolite se renouvellent. Plusieurs apparaissent spécifiques à la noblesse tandis que d’autres, comme la délocalisation des fortunes et l’accélération de la fusion des élites, ne le sont pas.

Décrochements politiques

  • 7 En Franche-Comté, cinq families sur quelque trois cents font ce choix (Brelot 1992 : 389-390).
  • 8 Ainsi Pauline d’Armaillé et au moins une douzaine de filles de la noblesse de Franche-Comté, tant (...)

12Les décrochements politiques sont décisifs. L’échec de tout espoir d’une restauration monarchique renvoie la noblesse à une situation de vacance politique. Le cosmopolitisme comble le vide que crée le deuil des espoirs monarchistes. Si l’avènement de Louis-Philippe provoque dans les rangs des légitimistes français une « émigration de l’intérieur » (Rémond 1968), il conduit les plus militants à une attitude plus radicale encore : l’exil, bien au-delà des allées et venues qui agitent les serviteurs fidèles entre la France et Goritz puis Frohsdorf, et les Jeunes France entre leur province et Graëtz (Bled 1992). Exil momentané des officiers, scellé par l’enrôlement dans une armée étrangère – celle du Piémont, de l’Autriche ou d’autres États allemands : ainsi Louis d’Armaillé, comme l’arrière-grand père imaginaire de Jean d’Ormesson, passe plusieurs années sous l’uniforme blanc de l’armée autrichienne pour ne pas servir en France sous Louis-Philippe7 (Ormesson 1974 : 58). Exil définitif de courtisans engagés dans une fonction aulique : ainsi le départ d’un ultra convaincu, ancien capitaine de cavalerie, trésorier-payeur devenu chambellan de l’empereur d’Autriche et père de quatre officiers en service à l’étranger est suivi de la vente des biens français de sa femme (Brelot 1992 : 389). C’est une véritable fascination, en effet, qu’exercent sur certains les monarchies européennes et la survivance de la vie de cour (Mension-Rigau 1994 : 299-360, 323-325 ; Gramont 1929, 2 : 94). Symbolique est à cet égard le mouvement qui porte les filles de la noblesse française demeurées célibataires à se faire recevoir chanoinesses de Sainte-Anne de Bavière « afin de porter un titre8 ». La noblesse légitimiste, ainsi,

  • 9 Jean d’Ormesson continue ainsi : « Nous nous sentions plus à l’aise dans les vieilles tours le lon (...)

« préfèr[e] de beaucoup la cour du roi de Prusse et [celle] de l’empereur d’Allemagne, avec son grand état-major de barons et de comtes et ses uniformes somptueux, [au] régime d’avocats et de vétérinaires [que connaît la France]9 » (Ormesson 1974 : 53).

13Elle ne se pense que hors de l’espace national et des institutions politiques et sociales de la société postrévolutionnaire.

14La haute noblesse orléaniste, quant à elle, est anglophile. Anglophilie qui inspire aussi bien le parlementarisme orléaniste du duc de Broglie, ancien ambassadeur à Londres, que les goûts des sportsmen élégants et l’éducation première des enfants, pour laquelle elle confine à l’anglomanie. Pauline de Broglie restera à jamais marquée par l’atmosphère des nurseries anglaises (Pange 1962, 1 : 33, 92, 180, 215). Les Greffulhe et les Breteuil, eux aussi, « ne jur[ent] que par l’Angleterre » (Gramont 1929, 2 : 17-18). C’est une véritable recherche d’insertion dans des sociétés conservatrices qui anime les générations de 1830 et de 1848 – légitimistes comme orléanistes –, fascinées par la double persistance de la monarchie et de l’institution nobiliaire.

15Ainsi la situation politique française les renvoie aux horizons de l’Europe, ou même du monde. Prétendants et fils des grandes familles trompent leur désœuvrement dans des missions ethnographiques et scientifiques lointaines. Le prince Henri d’Orléans, frappé par les lois d’exception, après son tour du monde, se fait explorateur du Tibet et du Tonkin, et les collections rapportées de ses expéditions viennent enrichir le Muséum. Les mêmes lois d’exception font que le prince Roland Bonaparte, ethnographe du Surinam et de la Laponie, étudie en Angleterre la vie universitaire, en Hollande le phénomène colonial, en Suède les cercles ouvriers, en Norvège la grande pêche, aux Alpes et au Tyrol la géographie physique, et le Nouveau Monde ne lui est pas pour autant inconnu (Carnoy [s. d.] : 14-16, 7-10). Quant au prince Auguste d’Arenberg qui, à vingt ans, a sacrifié l’entrée à Saint-Cyr à la foi légitimiste, il chevauche en Egypte aux côtés de Ferdinand de Lesseps, préside le Comité de l’Afrique française – où il donne son nom en 1896 au Fort d’Arenberg – et siège à l’Institut colonial international (Descheemaeker 1969). Le décrochement politique infléchit aussi l’appréciation des conflits franco-français : ainsi en va-t-il avec l’affaire Dreyfus, lorsqu’une partie de la haute noblesse française se rallie à la cause révisionniste (Brelot 1994). Il éclaire enfin certaines opérations financières.

Délocalisation des fortunes

  • 10 Ce livre ne permet pourtant pas une étude nominative.
  • 11 Archives de Lorraine à Nancy, Fonds Lenoncourt. L’achat est effectué moyennant 1 140000 F en l’étu (...)
  • 12 Selon Fouquières (19.51 : 4.53-4.54), le prince Alexis Karageorgévitch épouse Abigail Panckhurst, (...)

16La délocalisation des fortunes consécutive aux placements mobiliers en Europe centrale n’est pas propre à la noblesse (Daumard 1973 : 257-267), mais prend une tonalité particulière lorsqu’elle se double d’investissements fonciers. Le krach de l’Union générale, par exemple, souligne l’intérêt des milieux légitimistes pour les placements mobiliers dans l’Empire austro-hongrois, intérêt qui s’inscrit dans le prolongement de la fascination qu’exerce sur eux la monarchie autrichienne. Parmi les quelques noms que cite Jean Bouvier10 (Bouvier 1960), voici celui d’un grand seigneur comtois, le comte Ferdinand de Scey. Ce dernier, qui a refait sa fortune après les spéculations malheureuses de son père, s’est en 1881 associé au marquis Henri de Lenoncourt – autre comtois, légitimiste notoire – ainsi qu’au marquis de Saisseval pour l’achat de 3 200 hectares en Transylvanie, achat négocié par un intermédiaire11 Quels sont les objectifs d’un placement aussi considérable – et plutôt hasardeux – compte tenu de l’éloignement et de la nature des terres, forestières et marécageuses ? L’identité de l’ancien propriétaire – un prince Karageorgévitch, financé par le Crédit foncier d’Autriche-Hongrie – retient l’attention sans fournir d’explication. Seules apparaissent clairement les compétences forestières d’Henri de Lenoncourt. Restent l’européanisation des intérêts d’une vieille lignée française et la modernisation d’une maison d’Europe centrale, confirmée par le mariage américain d’Alexis Karageorgévitch et par l’attirance de Paris et de Cannes12.

Rayonnement de l’esprit français

17Utopies politiques et transferts de biens ne sont pas le fait des seuls nobles français. Les noblesses des nationalités européennes les connaissent – ou les subissent – plus durement encore. Que les aristocrates exilés – grands seigneurs polonais, princes roumains, tels les princes Bibesco – choisissent alors de résider à Paris illustre le rayonnement de l’esprit français et de la culture française. Leur transplantation engendre la formation d’un front culturel nobiliaire européen. Dans le même temps, le goût de « la curiosité » et de la collection, induit par une sensibilité historiciste et patrimoniale, rapproche les amateurs par dessus les frontières, au moment où s’ébauche un marché de l’art. C’est ainsi qu’à la suite de « fréquents séjours en Angleterre, une grande intimité » naît entre sir Richard Wallace et le comte Louis d’Armaillé, qui le conseille pour l’enrichissement des collections dont il a hérité de lord Hertford. Le gentilhomme angevin découvre alors « la somptueuse vie de château de l’ère victorienne [...], les chasses, les chevaux et les mille manières de perdre son temps » (Pange 1962, 1 : 18-19). Une amitié héréditaire s’ensuit pour les deux générations suivantes (Pange 1962, 2 : 33 ; 1965, 2 : 214-223). Un véritable cosmopolitisme démarque les plus ouverts qui, avec la découverte du roman russe par le vicomte Eugène-Melchior de Vogué et les initiatives de la comtesse Greffulhe en faveur de l’opéra wagnérien et des ballets russes, se rangent du côté des avant-gardes.

  • 13 Ce qu’analyse en ces termes Jean d’Ormesson (1974 : 54-55), lorsqu’il évoque la Première Guerre mo (...)
  • 14 La vocation du sacrifice, à laquelle serait appelée la noblesse française, est un thème ancien mai (...)

18À la fin du XIXe siècle, la noblesse française apparaît tiraillée entre deux cultures : une culture nationale et une culture européenne. La Première Guerre mondiale réactive les solidarités patriotiques et la noblesse verse l’impôt du sang13, dans lequel elle rachète l’émigration de 1789 ou 179114 Mais les engagements contradictoires de la France Libre, de la Résistance (Brelot 1995) et de la collaboration réactivent les ancrages européens. Ainsi lente et difficile a été la réinsertion progressive de la noblesse française dans la société postrévolutionnaire.

19Opportune est donc l’ouverture de la réflexion aux dimensions européennes. Les historiens français ont, ces dernières années, beaucoup travaillé sur le statut des notables provinciaux et sur le caractère national des élites, mais le champ historiographique ne doit pas être organisé seulement autour des notions de région et de nation ; il doit l’être aussi autour de celle de cosmopolitisme. La forte liaison entre monarchie et noblesse n’exclut pas la réalité anthropologique des réseaux lignagers à caractère international.

20Ceux-ci, au contraire, prennent d’autant plus d’importance dans la France postrévolutionnaire qu’ils se décrochent de l’État, si bien qu’ils apparaissent comme une première anticipation européenne. Toutefois le cosmopolitisme nobiliaire est fondé sur une conception clanique bien plus que sur l’universalité des droits de l’homme.

21La présente étude permet de souligner l’un des ressorts essentiels de la culture d’ordre dans laquelle la noblesse retrouve son identité après avoir été condamnée au néant par la mort civile décrétée par la Révolution française. L’usage social du temps et de l’espace ne la limite ni à la terre des ancêtres ni à la province ni au territoire national. L’aristocratie nobiliaire se distingue au contraire par l’ambition de se poser d’abord en élite européenne puis, à la Belle Époque, avec la vogue des mariages américains, en élite cosmopolite. Sa culture d’ordre entend transcender l’espace comme le temps, non seulement l’espace provincial et national, mais aussi l’Europe, voire le monde.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bled, Jean-Paul, 1992, Les lys en exil ou la seconde mort de l’Ancien Régime, Paris, Fayard.

Boutier, Jean, « Les noblesses italiennes et les voyageurs étrangers aux XVIIe et XVIIIe siècles », Les noblesses européennes, in colloque international de Sireuil, 24 au 26 septembre 1993, IRENA (Institut de recherches européennes sur les noblesses et les aristocraties), non publié.

Bouvier, Jean, 1960, Le krach de l’Union générale (1878-1885), Paris, Presses universitaires de France.

Brelot, Claude-Isabelle, 1992, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon, nos 477 et 478 (Série historique, nos 6 et 7), Diffusion Les Belles-Lettres à Paris, 2 tomes.

– 1993, « Noblesses, fusion des élites et cosmopolitisme au XIXe siècle (1792-1914) », Les noblesses européennes, in colloque international de Sireuil, 24 au 26 septembre 1993, IRENA (Institut de recherches européennes sur les noblesses et les aristocraties), non publié.

– 1994, « Entre nationalisme et cosmopolitisme aristocratique : les engagements multiples de la noblesse », in Pierre Birnbaum (éd.), La France de l’affaire Dreyfus, Paris, Gallimard : 337-361.

– 1995, « La noblesse au pied de la croix : oisiveté, loisir..., sacrifice », in Brigitte Maillard (éd.), Foi, fidélité, amitié en Europe à la période moderne : Mélanges offerts à Robert Sauzet, 2 vol., Tours, université de Tours : 277-287.

– 1996, « Noblesse française et Résistance », in Robert Frank (éd.), La Résistance et les Européens du Nord, Institut d’histoire du temps présent Centre de recherche et d’études historiques de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, 23 au 25 novembre 1994.

Carnoy, E. dit Henry (dir.), [s. d], Dictionnaire de la haute société, de la noblesse et du monde diplomatique, Paris, Armorial français.

Charle, Christophe, 1980, Les hauts fonctionnaires en France au XIXe siècle, Paris, Gallimard-Julliard.

Cossé-Brissac, Anne de, 1991, La comtesse Greffulhe, Paris, Perrin.

Daumard, Adeline (dir.), 1973, « La fortune des Parisiens au XIXe siècle », in Les fortunes françaises au XIXe siècle, Paris-La Haye, Mouton.

Descheemaeker, Jacques, 1969, La maison d’Arenberg d’après les archives françaises, Neuilly, chez l’auteur.

Faucigny-Lucinge, Jean-Louis de, 1990, Un gentilhomme cosmopolite. Mémoires, Paris, Perrin.

Fohlen, Claude, 1980, « Un diplomate franc-comtois aux États-Unis : François-Élie de Moustie[r] (1787-1789) », Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 1980 : 1-11.

Fouquières, André de, 1951, Cinquante ans de panache, Paris, Pierre Horay-Flore.

Gramond, Élisabeth de, 1929, Mémoires, tome II, Les marronniers en fleurs, Paris, Grasset.

Martin-Fugier, Anne, 1990, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris (1815-1848), Paris, Fayard.

Mension-Rigau, Éric, 1994, Aristocrates et grands bourgeois. Éducation, tradition, valeurs, Paris, Plon.

Ormesson, Jean d’, 1974, Au plaisir de Dieu, Paris, Gallimard. [Rééd. France Loisirs 1978.]

Pange, Pauline comtesse de, 1962, Comment j’ai vu 1900, tome I, Paris, Grasset ; 1965, tome II, Confidences d’une jeune fille, Paris, Grasset ; 1968, tome III, Derniers bals avant l’orage, Paris, Grasset.

Rémond, René, 1968 [3e éd.], La droite en France de la Première Restauration à la Ve République, Paris, Aubier.

Sand, George, 1969 [1837], Mauprat, Paris, Garnier-Flammarion.

Toussaint, Hélène et al., 1977, Catalogue Courbet (Grand Palais, septembre 1977-janvier 1978), Paris, Réunion des musées nationaux.

Yourcenar, Marguerite, 1977, Archives du Nord, Paris, Gallimard.

Notes

1 Encore convient-il de relever les variations des connotations du mot cosmopolite, tantôt péjoratives, tantôt valorisantes (Fouquières 1951 : 440-441 ; Pange 1908, 3 : 134).

2 Étude que nous avons commencée, mais qui sera nécessairement longue, puisqu’il est impossible de s’en tenir aux généalogies publiées, assez souvent incomplètes et erronées, et puisqu’il est nécessaire de définir un échantillon représentatif.

3 Mémoires et souvenirs plus ou moins romancés l’emportent largement sur les véritables approches historiques. On peut noter que Marguerite Yourcenar, née Cleenewerck de Crayencour, qui a contribué à créer un courant d’intérêt pour ce type de sujet avec Archives du Nord (Yourcenar 1977), est aussi l’un des témoins les plus critiques face à la fascination de l’histoire familiale.

4 Généalogie familiale insérée dans le souvenir du rassemblement de la maison de Moustier en 1982, hors commerce (Fohlen 1980 : 1-11).

5 Archives départementales du Jura, 35 J 222, Journal d’un voyage en Suisse et dans l’Allemagne du Midi (1843), par le marquis de Vaulchier, ff. 37-41 (Stuttgart, 5 juin 1843). Il s’agit du petit-fils du baron de Mauclerc, parent de Mauclerc, Premier ministre du roi de Wurtemberg.

6 Nous remercions ici notre collègue Christian Desplat, qui nous a signalé la thèse de troisième cycle de madame Mathieu, consacrée à ces châteaux suburbains de la ville de Pau. Sur l’éclat des chasses à l’anglaise et de la vie hivernale de Pau voir Fouquières (1951 : 298-299).

7 En Franche-Comté, cinq families sur quelque trois cents font ce choix (Brelot 1992 : 389-390).

8 Ainsi Pauline d’Armaillé et au moins une douzaine de filles de la noblesse de Franche-Comté, tant à ce chapitre que dans d’autres chapitres nobles d’Allemagne (Pange 1962, 1 : 97 ; Brelot 1992 : 215).

9 Jean d’Ormesson continue ainsi : « Nous nous sentions plus à l’aise dans les vieilles tours le long du Rhin, [...] plus près des chevaliers Teutoniques que des joueurs de pétanque ou des pêcheurs à la ligne. » Et, page 58 : « Comme la Russie et l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie était encore un de ces pays où nous nous sentions chez nous. [...] L’Autriche était encore la Chambre des Pairs de l’Europe. Son effondrement nous consternait. »

10 Ce livre ne permet pourtant pas une étude nominative.

11 Archives de Lorraine à Nancy, Fonds Lenoncourt. L’achat est effectué moyennant 1 140000 F en l’étude de maître Fricker, notaire à Besançon, les 7 juillet 1881 et 11 janvier 1882 ; les actes notariés sont suivis d’un acte sous seing privé et d’un procès en Cassation au sujet du financement de l’opération.

12 Selon Fouquières (19.51 : 4.53-4.54), le prince Alexis Karageorgévitch épouse Abigail Panckhurst, née à Cleveland, qui achète après la Première Guerre mondiale la villa Fiorentina à Cannes et réside avenue des Champs-Elysées à Paris.

13 Ce qu’analyse en ces termes Jean d’Ormesson (1974 : 54-55), lorsqu’il évoque la Première Guerre mondiale : « La mort de ses enfants fit rentrer la famille dans l’histoire de France qui, depuis quelque cent ans, lui était devenue étrangère. [...] Mon grand-père, qui avait mené six deuils en moins de quatre ans, assista, entouré de tous les siens, au défilé de la victoire. [...] Jamais nous n’avions vu de si près un radical-socialiste [...]. Mon grand-père restait monarchiste, mais il se mettait à aimer la France. [...] Ce n’était pas l’amour de la patrie qui lui avait fait accepter le sacrifice de ses enfants. C’était la mort de ses enfants qui le réconciliait avec la nation. »

14 La vocation du sacrifice, à laquelle serait appelée la noblesse française, est un thème ancien mais peu étudié. Il apparaît lié à celui de l’expiation nécessaire des fautes de la noblesse de l’Ancien Régime. La rechristianisation des élites et la littérature, du roman du XIXe siècle au théâtre de Claudel, l’ont également diffusé. Il permet à George Sand, par exemple, de clore le roman de cape et d’épée qu’elle consacre à la lignée maudite des Mauprat (1837) : « Nous finies de grand cœur, et en les considérant comme de justes sacrifices, l’abandon d’une grande partie de nos biens aux lois de la République. » (Sand, 1837 éd. 1969 : 312). Sur ce thème, voir Brelot (1995 : 277-287) et, dans le présent volume, Philippe Birgy, « Deux points de vue modernistes sur le devenir de l’aristocratie : D. H. Lawrence et W. B. Yeats ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search