Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales https://books.openedition.org/editionsehess CC0 editions@ehess.fr Dossier : Le genre du luxe dans le monde grec ancien Dossier : Dans les cités grecques, le luxe est qualifié de barbare et féminin. L’historiographie s’est accommodée de ce topos pour forger l’image de corps civiques sobres et égalitaires. Le genre du luxe remet ces idées en cause. Varia : Homère, serment de Zeus et recettes magiques. Polysensorialité des sanctuaires grecs. La ceinture de Gabies. Narratologie pindarique. Solon à Salamine. Leucothée à Élée. Dettes et balances en Méditerranée. Ramon Pane et Lucien. Entretien avec François Lissarrague.

Considéré généralement comme un marqueur ethnique, un signe de la richesse du souverain et de l’élite achéménides, caractéristique d’un régime politique plein d’hubris (démesure), le luxe ne disparaît pourtant pas des cités après les guerres médiques ; il demeure un moyen de reconnaissance sociale.
Le dossier intitulé Le genre du luxe dans le monde grec ancien offre l’occasion de s’interroger sur le luxe, compris comme pratique et mode de distinction, en premier lieu élitaire, sous l’angle du genre. En effet, si deux de ses personnifications, Habrosunê comme Truphê, ont les traits et le corps d’une femme que caractérisent la délicatesse, le faste, l’opulence, la prospérité mais également la mollesse, la lascivité, la séduction et la féminité, le luxe n’était pas, loin de là, l’apanage des Barbares et des femmes. Mais le mettre au féminin était sans doute un moyen, pour les Anciens, de le stigmatiser, au sein de cités fondées sur l’égalité civique. Et si les Modernes ont repris ce topos, c’est qu’il permet de concéder l’existence du luxe sans entamer l’image, bien ancrée dans l’historiographie, d’un corps civique sobre et égalitaire.
Les contributions, sans embrasser toutes les pistes possibles, portent sur les produits et objets de luxe (étoffes, vêtements, produits exotiques, cristal de roche et parfum) ; elles s’attachent également aux contextes et aux espaces de son déploiement ou étalage (religieux, politique ou encore domestique et familial ; du côté des Grecs comme chez les Barbares), ainsi qu’aux différents discours consacrés au luxe, comme mode de consommation et mode de vie (somptuosité vestimentaire, opulence des banquets, séduction outrancière, sexualité débridée, quête excessive des plaisirs, etc.), aux pratiques fastueuses comme marqueurs identitaires et modes de domination.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/51530 2023-11-14 Florence Gherchanoc et Noémie Villacèque Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
L'engagement comme expérience Les approches classiques de l’engagement se sont principalement intéressées à ses déterminants, rapportés à des variables sociodémographiques, des dispositions, des vertus ou des rétributions, comme à autant de motifs déjà constitués en amont et extrinsèques à l’expérience de l’engagement. Or, les intérêts des personnes – et leur puissance d’agir elle-même – peuvent s’analyser comme des produits de l’engagement, pour peu qu’on le saisisse dans sa dimension temporelle, itérative et située. Envisagé comme expérience, il paraît indissociable d’une enquête menée à la fois sur soi et sur le monde, où les personnes interrogent autant leurs propres désirs et possibilités d’agir, que la vie commune qu’elles souhaitent cultiver ou voir advenir.

Ce volume rassemble une série de contributions théoriques et empiriques qui explorent des façons d’articuler souci de soi et souci du monde. Elles documentent la façon dont les engagements circulent entre différentes sphères de la vie et entre moments biographiques, en suivant les formes d’expérimentation auxquelles ils donnent lieu. Notre compréhension du rapport au politique s’en trouve enrichie, ressaisie depuis la trame des expériences de la vie commune faites en personne.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/50251 2023-09-15 Alexandra Bidet et Carole Gayet-Viaud Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
La dette La dette dans la société et la culture indiennes : tel est le thème du présent cahier. Quel est le type de dépendance que crée la dette entre les différentes catégories de créanciers et de débiteurs ?
Selon quels processus la dette cesse-t-elle d’être une relation inter-individuelle pour affecter des groupes et des générations successives ?
La dette comme relation sociale peut-elle être éclairée par la théorie de la dette constitutive de la nature humaine telle quelle est formulée par l’orthodoxie brâhmanique ?
Selon quelles modalités, dans quelles circonstances passe-t-on de l’endettement traditionnel aux formes capitalistes du crédit ? Peut-on reconnaître un style proprement indien de l’endettement ?

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/19402 2023-06-02 Charles Malamoud Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Recherches de sciences sociales sur l’Asie du Sud Les études ici rassemblées ont d’abord fait l’objet d’exposés au séminaire collectif des chercheurs du Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, en 1973 et 1974. Une révision soigneuse n’exclut pas que l’on ait conservé, ici et là, l’écho des discussions qu’elles ont suscitées. Bien qu’elles relèvent de disciplines très diverses. – anthropologie sociale, histoire, géographie, économie, indologie classique, philosophie, etc. – nous pensons qu’il était essentiel de les publier ensemble, plutôt que de les soumettre individuellement à telle ou telle revue scientifique. Ce recueil, l’unité de ton, l’unité de perspective que nous avons essayé d’y mettre en évidence, nous voulons y voir la preuve d’une collaboration fructueuse entre des chercheurs venus de spécialités différentes, mais qui s’accordent sur un certain nombre de principes et d’objectifs communs. Si l’indologie classique est ici représentée, par exemple, c’est qu’il est impossible à un anthropologue social, à un historien, etc., d’ignorer totalement la culture de l’Inde (avec ses prolongements dans les pays voisins), lorsqu’il veut comprendre ce qu’il observe de l’Inde moderne. Inversement, les indologues classiques ne travailleront pas, au contact d’anthropologues sociaux, etc., comme ils l’auraient fait ailleurs. Leur domaine se trouvera éclairé, voire renouvelé, par l’apport des sciences humaines. Confrontation, interpénétration des disciplines. Pour l’aire géographique dont nous nous occupons, cette tentative est encore à l’heure actuelle en France originale.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24168 2023-06-02 Jean-Luc Chambard, Jean-Yves Chailleux, Madeleine Biardeau, Marc Gaborieau et Charles Malamoud Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Recherches de sciences sociales sur l’Asie du Sud. Volume III Les études ici rassemblées ont d’abord fait l’objet d’exposés au séminaire collectif des chercheurs du Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, en 1973 et 1974. Une révision soigneuse n’exclut pas que l’on ait conservé, ici et là, l’écho des discussions qu’elles ont suscitées. Bien qu’elles relèvent de disciplines très diverses – anthropologie sociale, histoire, géographie, économie, indologie classique, philosophie, etc. – nous pensons qu’il était essentiel de les publier ensemble, plutôt que de les soumettre individuellement à telle ou telle revue scientifique. Ce recueil, l’unité de ton, l’unité de perspective que nous avons essayé d’y mettre en évidence, nous voulons y voir la preuve d’une collaboration fructueuse entre des chercheurs venus de spécialités différentes, mais qui s’accordent sur un certain nombre de principes et d’objectifs communs. Si l’indologie classique est ici représentée, par exemple, c’est qu’il est impossible à un anthropologue social, à un historien, etc., d’ignorer totalement la culture de l’Inde (avec ses prolongements dans les pays voisins), lorsqu’il veut comprendre ce qu’il observe de l’Inde moderne. Inversement, les indologues classiques ne travailleront pas, au contact d’anthropologues sociaux, etc., comme ils l’auraient fait ailleurs. Leur domaine se trouvera éclairé, voire renouvelé, par l’apport des sciences humaines. Confrontation, interpénétration des disciplines. Pour l’aire géographique dont nous nous occupons, cette tentative est encore à l’heure actuelle en France originale.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24248 2023-06-02 Marie Gaborieau, Marie-Louise Reiniche, François Durand-Dastes, Alice Thorner, Claude Markovits, Violette Graff, Max Zins et Sylvie Murr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Caste et classe en Asie du sud Comment parler aujourd’hui des sociétés du sous-continent indien ? Ces sociétés de castes ont été gagnées, au cours du dernier siècle, par l’économie de marché, l’industrialisation, le capitalisme agricole, la démocratie, le syndicalisme, et présentent de plus en plus les apparences des sociétés de classes modernes. Il reste pourtant très difficile, aujourd’hui encore, d’analyser en profondeur les mouvements sociaux, les comportements économiques, les attitudes politiques qu’on y observe sans faire référence à la caste. Existe-t-il de véritables classes sociales en Asie du Sud ? La caste tend-elle à s’estomper, ou se perpétue-t-elle en s’adaptant ? C’est à l’aide d’enquêtes détaillées sur des milieux sociaux précis qu’on a cherché à rassembler ici des éléments de réponse.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24712 2023-06-02 Jacques Pouchepadass Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Recherches de sciences sociales sur l’Asie du Sud. Seconde partie Les études ici rassemblées ont d’abord fait l’objet d’exposés au séminaire collectif des chercheurs du Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, en 1973 et 1974. Une révision soigneuse n’exclut pas que l’on ait conservé, ici et là, l’écho des discussions qu’elles ont suscitées. Bien qu’elles relèvent de disciplines très diverses. – anthropologie sociale, histoire, géographie, économie, indologie classique, philosophie, etc. – nous pensons qu’il était essentiel de les publier ensemble, plutôt que de les soumettre individuellement à telle ou telle revue scientifique. Ce recueil, l’unité de ton, l’unité de perspective que nous avons essayé d’y mettre en évidence, nous voulons y voir la preuve d’une collaboration fructueuse entre des chercheurs venus de spécialités différentes, mais qui s’accordent sur un certain nombre de principes et d’objectifs communs. Si l’indologie classique est ici représentée, par exemple, c’est qu’il est impossible à un anthropologue social, à un historien, etc., d’ignorer totalement la culture de l’Inde (avec ses prolongements dans les pays voisins), lorsqu’il veut comprendre ce qu’il observe de l’Inde moderne. Inversement, les indologues classiques ne travailleront pas, au contact d’anthropologues sociaux, etc., comme ils l’auraient fait ailleurs. Leur domaine se trouvera éclairé, voire renouvelé, par l’apport des sciences humaines. Confrontation, interpénétration des disciplines. Pour l’aire géographique dont nous nous occupons, cette tentative est encore à l’heure actuelle en France originale.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/26532 2023-06-02 Jacques Pouchepadass, Eric Meyer, Jacques Scheuer, Francis Zimmerman, Jean-Luc Chambard, Marc Gaborieau, Marie-Louise Reiniche et Catherine Thomas Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Autour de la Déesse hindoue Peut-on aujourd’hui essayer de voir la Déesse hindoue avec un regard neuf ? Dans ce recueil une première réponse est donnée, qui n’est qu’un premier moment de la démarche nécessaire : on parle de la Déesse sans recourir aux clichés habituels ou aux vieilles hypothèses, déesses mères, déesses dravidiennes, déesses villageoises... qui impliquaient une cassure fondamentale à l’intérieur de l’hindouisme.
Autant dire qu’il est possible de dessiner autrement la place de la Déesse dans une totalité qui l’inclut : on a déblayé le terrain pour le second moment de la démarche et posé quelques jalons.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/26632 2023-06-02 Madeleine Biardeau Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
L’espace du temple I De l’assemblage rudimentaire de quelques pierres blanchies assignées aux terroirs et aux lignées locales jusqu’à l’architecture monumentale des grands sites où culminent à la fois les pèlerinages et les fêtes tutélaires, le culte des images divines s’apparente partout en Inde à une commune représentation de l’espace.
Que vise cette représentation et quelle est sa nature ? Quelles relations entretient-elle avec le temps ? Peut-on prétendre que le polythéisme et la caste y assignent des limites dont les cosmogonies et le calendrier des rites réitèreraient l’inscription ? En quoi la description d’un temple, de son panthéon et de sa prêtrise est-elle suffisante pour épuiser les caractères d’un espace que tout concourt à regarder comme une aire d’autorité définie par un réseau de lieux saints où s’associent les images de divinités souveraines et de rois avatars ? Comment se lie alors le pouvoir temporel des castes dominantes et des dynasties lorsque le territoire se donne comme unité de culte ? Quels sont les rôles de la liturgie et du clergé lorsque les temples s’adjoignent des fondations spirituelles d’ordre sectaire ? Quelle est enfin l’incidence des dominations étrangères sur cette configuration hindoue ?
Telles sont les principales questions qui nourrissent ici le propos de ce double recueil. L’analyse des textes, la critique historique, les descriptions ethnographiques s’y mobilisent pour en interroger l’actualité et les valeurs.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/17661 2023-01-17 Jean-Claude Galey Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
L’espace du temple II De l’assemblage rudimentaire de quelques pierres blanchies assignées aux terroirs et aux lignées locales jusqu’à l’architecture monumentale des grands sites où culminent à la fois les pèlerinages et les fêtes tutélaires, le culte des images divines s’apparente partout en Inde à une commune représentation de l’espace.
Que vise cette représentation et quelle est sa nature ? Quelles relations entretient-elle avec le temps ? Peut-on prétendre que le polythéisme et la caste y assignent des limites dont les cosmogonies et le calendrier des rites réitèreraient l’inscription ? En quoi la description d’un temple, de son panthéon et de sa prêtrise est-elle suffisante pour épuiser les caractères d’un espace que tout concourt à regarder comme une aire d’autorité définie par un réseau de lieux saints où s’associent les images de divinités souveraines et de rois avatars ? Comment se lie alors le pouvoir temporel des castes dominantes et des dynasties lorsque le territoire se donne comme unité de culte ? Quels sont les rôles de la liturgie et du clergé lorsque les temples s’adjoignent des fondations spirituelles d’ordre sectaire ? Quelle est enfin l’incidence des dominations étrangères sur cette configuration hindoue ?
Telles sont les principales questions qui nourrissent ici le propos de ce double recueil. L’analyse des textes, la critique historique, les descriptions ethnographiques s’y mobilisent pour en interroger l’actualité et les valeurs.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/17941 2023-01-17 Jean-Claude Galey Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Islam et société en Asie du Sud Dans les représentations courantes, l’Asie du Sud est avant tout le foyer d’une des plus anciennes civilisations du monde, la civilisa­tion indienne. On oublie trop souvent l’immense période de transition, entre l’ère classique et l’époque moderne, au cours de laquelle cette civilisation a été marquée par l’Islam.
Comment les communautés musulmanes se sont-elles adaptées à un contexte indien où elles ont exercé une autorité tout en restant minoritaires ? Quels modèles économiques, politiques, religieux et sociaux ont surgi de la confrontation de l’Islam avec le monde de l’hindouisme ? Quel poids l’Islam a-t-il gardé dans le jeu politique moderne ?
Treize spécialistes des multiples disciplines concernées tentent ici de répondre à ces questions.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24353 2023-01-17 Marc Gaborieau Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Inde et littératures Linguistique, mythologie, anthropologie, histoire se trouvent ici convoquées pour éclairer différentes composantes du champ littéraire indien : multidisciplinarité qui n’est pas seulement reflet de la pluralité de l’objet étudié, mais exigence méthodologique pour appréhender ce large éventail de littératures en relation avec les contextes socio-religieux de leur production, et, par là même, pour accéder au monde des représentations et aux modèles collectifs qui régissent l’Inde historique et sont présents dans l’Inde contemporaine. Nul doute enfin, que ces textes foisonnants n’aient été le lieu de bien des fantasmes de la pensée occidentale. L’étude de quelques-uns d’entre eux nous renvoie cette fois – jeu de miroirs – à notre propre imaginaire.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/48539 2023-01-17 Marie-Claude Porcher Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Dossier : Nature/natures : approches anthropologiques Dossier : Quelles perspectives le tournant « naturel » de l’anthropologie impulsé par Philippe Descola a-t-il ouvertes dans les études sur l’Antiquité ? Le dossier offre une approche comparée questionnant la dichotomie nature/culture à Babylone, dans le judaïsme tardo-antique, dans les mondes grecs et romains. Varia : L’iconographie des Amazones. La phantasia chez Aristote et Philostrate. Les mathématiques militaires grecques et les écoles romaines. La nature chez Euripide. La sexualité de la Pythie. Le théâtre romain et le japonais.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/49236 2022-11-22 Madalina Vartejanu-Joubert Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Prêtrise, pouvoirs et autorité en Himalaya Hindouisme, bouddhisme, cha­manisme coexistent en Hima­laya. Loin de se juxtaposer simplement, ces mondes reli­gieux s’influencent.
De cette complexité, les prêtres sont le témoignage. Comment se situent-ils par rapport à la tradition dont ils se réclament ? De quelle nature sont leurs pouvoirs ? Sur quel héritage s’ancre leur autorité ? Comment se partagent-ils le champ du sacré ?
Ces questions sont soulevées ici à propos de plusieurs populations représentatives de la variété ethnique et culturelle de l’arc himalayen. Derrière la diversité des solutions qu’elles reçoivent, un fonds commun, une dimension autochtone, dominés par les divinités maîtresses du sol et les forces maléfiques, se laissent percevoir.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24598 2022-10-11 Véronique Bouillier et Gérard Toffin Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
L’Inde et l’imaginaire Monde monumental aux frontières du surréel, jongle rutilante dont l’arborescence dérobe l'accès, l'Inde aura, dès l'origine, partie liée avec l'imaginaire dans les représentations occidentales.
Toute l’histoire de la confrontation des hommes d’Occident avec cette région privilégiée de l’exotisme sera marquée par le jeu du regard et de la rumeur : malgré l'observation du terrain puis l’exégèse des textes, l'Inde demeurera terre des confins, des contrastes, des monstres et merveilles — terre des Grecs.
Treize études, aussi diverses dans leur thème que dans leur périodisation, tentent de défricher ce domaine impénétrable et foisonnant.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24983 2022-10-11 Catherine Weinberger-Thomas Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Travailler en Inde Le travail fait bien souvent partie des non-dits de la société indienne. Est-ce parce que — en concordance avec l’idéologie de caste — les liens qui associent les multiples sujets de l’ensemble social paraissent aux intéressés eux-mêmes plus importants que leurs actes ? Est-ce parce que les producteurs de discours autorisés (et de valeurs) ne portent à la question qu’un intérêt médiocre et sectoriel ? Craint-on, du côté des dominants et aussi des médiateurs, de faire surgir des contradictions et des revendications ? Serait-ce, enfin, que les travailleurs, à la maison, aux champs ou à l’usine, ont longtemps cumulé pauvreté, humilité et bas statut ?

Au-delà de discours structurants et spécifiques (tels ceux des syndicalistes et des hommes politiques) qui tentent d’homogénéiser la scène, l’univers des pratiques indiennes en matière de travail apparaît pourtant d’une variété rare et d’une ambiguïté particulière. L’irruption du salariat et l’affirmation de tâches explicitement conçues comme un affrontement avec la nature n’ont souvent fait qu’ajouter de nouvelles dimensions à l’antique complexité. C’est ce que permet d’apprécier la pluralité des angles de vue des quatorze contributions de spécialistes réunies dans ce volume.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/25458 2022-10-11 Gérard Heuzé Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
De la royauté à l’État dans le monde indien Histoire du présent. Ethnologie du passé. Des royautés guerrières à l’État moderne, en passant par la période coloniale, le cas indien oblige à remettre en question les typologies actuellement proposées des formes d’organisation du politique. Il n’y a pas ici, où la modernité s’affirme dans la référence tou­jours vivante à une Antiquité, plus de centralité royale que de hiérarchie ecclésiale. Les monographies locales ou régionales livrent une diversité de formules qui témoigne de la plasticité morphologique du jeu des principes de la caste et de la parenté, jusqu’à l’Union indienne, toujours marquée par le fractionnement de l’autorité et la superposition de différents droits sur le sol.
Si c’est bien une différenciation des points de vue que toute hiérarchisation sociale engendre, c’est dans des processus d’interdépendance, et non dans une fonction d’unification, que le politique fonde sa légitimité.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/26723 2022-10-11 Jacques Pouchepadass et Henri Stern Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Classer les dieux ? Des panthéons en Asie du Sud Dans un monde indien connu pour le foisonnement de son panthéon, comment penser les dieux ? Śiva, Mahddev, Yellamma, Taleju... Les dieux sont dotés de formes et d’attributions multiples, leurs champs d’action se recouvrent et se mêlent. Mais aussi des hiérarchies se dessinent, des regroupements s’opèrent et la diversité peut s’inclure dans l’unicité d’une figure englobante.

Du Kérala jusqu’à l’Himalaya, les questions se retrouvent, comparables : comment appréhender un panthéon aussi labile ?

Comment définir l’infinité du divin ? Comment classer l’inclassable ? À ces questions, les auteurs de ce recueil répondent de diverses manières mais tous ont un même regard pour saisir les dieux dans la précision des gestes du rituel, selon leur contexte, et ainsi comprendre comment les perçoivent ceux qui les vénèrent.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24503 2022-09-09 Véronique Bouillier et Gérard Toffin Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Violences et non-violences en Inde Comment comprendre que des ascètes aient développé en Inde une tradition martiale extrêmement élaborée, tout en ayant fait des vœux stricts de « non-violence » ? Et comment se fait-il que des leaders syndicalistes à poigne puissent se réclamer avec conviction des mêmes idéaux que Gandhi, ou encore que des brahmanes hésitent aussi peu à manier le bâton tout en affichant haut et fort leur foi dans la non-violence ? De telles façons d’agir, souvent paradoxales à nos yeux, sont susceptibles cependant de renouveler notre compréhension des notions de violence et de non-violence dans la société indienne, contredisant en particulier l'idée que l’on s’en fait habituellement depuis le gandhisme. Douze études, portant sur des périodes, des lieux, des protagonistes fort divers, montrent que, bien souvent, la non-violence est ce au nom de quoi la violence se légitime, ce qui lui confère du sens. Mais la valorisation de « la » non-violence repose sur des interprétations en réalité très variées de cette expression, et sur des rapports de force qui relativisent et hiérarchisent des points de vue distincts, tout en permettant leur maintien.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24812 2022-09-09 Eric Meyer, Gilles Tarabout et Denis Vidal Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Les ruses du salut Les contributions à ce volume répondent à la nécessité d’une réflexion sociologique sur la dimension, sous-estimée, des multiples voies de salut, courants ascétiques ou dévotionnels et « sectes », qui traversent la société indienne des castes. Elles sont autant d’interrogations sur la signification et les modalités de ce qu’est le » salut » dans la fabrique sociale indienne quant à la problématique sous-jacente exemplifiant la proposition banale qu’aucune société n ’existe, idéalement et pratiquement, en dehors des contradictions logiques et morales qui la fondent. Si bien que ces dernières relèvent, en définitive, de la ruse de la raison, ou plutôt des ruses du salut - l’idée du salut en tant qu’éthique universelle ne se définissant que dans la maîtrise toujours particulière et historique de ce monde et selon de multiples équilibres aléatoires qui peuvent tendre à confondre le ciel et la terre. Le présent, qui met en exergue la confusion parfois dramatique du religieux et du politique, est l’héritier de cette histoire des mentalités — de la jubilation des idées autant que des conflits — au cours de laquelle une civilisation, entre d’autres, a joué et joue son destin en misant à la fois sur la singularité et l’universel.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/25558 2022-09-09 Marie-Louise Reiniche et Henri Stern Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Traditions orales dans le monde indien L’Inde est le pays le plus richement doté d’une tradition orale toujours vivace et trop longtemps masquée par l’aura des épopées prestigieuses du Rāmāyana et du Mahābhārata. Les textes et la fonction de cette tradition font désormais l’objet d’un champ de recherche situé au carrefour de l’ethnologie, de l’histoire et de la littérature. Au moment où la recrudescence des nationalismes et des régionalismes, dans le sous-continent indien comme dans le reste du monde, se décèle, le recours aux répertoires traditionnels vient à jouer un rôle déterminant — tout à la fois cause et effet — dans l’histoire de ces mouvements.

L’importance réactualisée des traditions orales dans le sous-continent indien apparaît dans ce volume, où les auteurs, tout en privilégiant la notion de « circulation des textes », notamment à travers le réseau des interprètes itinérants, cherchent à faire émerger les formes urbaines de sociabilité dans lesquelles l’oralité est impliquée. Deux séries de questions se croisent ici. L’une a trait au devenir et à la transformation des répertoires ; l’autre aux modalités d’exploitation des matériaux collectés :

— De quelle façon les répertoires traditionnels hérités des périodes classiques et médiévales se transmettent-ils dans la configuration de modernisation et d’urbanisation croissante de l’Asie contemporaine ?

— De quel statut l’oralité et ses agents de transmission bénéficient-ils, dans le contexte du développement d’une imprimerie à bon marché, du règne de la chanson de film et du succès commercial des cassettes ?

— Dans quelle mesure le pouvoir de la tradition orale sert-il l’affirmation d’une culture panindienne ou bien la quête d’une identité régionale ?

— L’oralité, ses rituels, ses jeux langagiers ne sont-ils que miroir de l’imaginaire collectif d’une société hiérarchisée, ou permettent-ils d’exprimer un registre d’émotions plus secret et plus individualisé ?

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/25668 2022-09-09 Catherine Champion Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Histoire d’une drogue en sursis En mettant l’accent sur les pratiques sociales engendrées par la consommation plutôt que sur les implications politiques et économiques de l’offre, Xavier Paulès renouvelle la lecture historique de la question de l’opium.

Nombre d’idées reçues sont remises en cause. Dans le Canton du premier tiers du XXe siècle où d’efficaces campagnes de stigmatisation se sont soldées par un recul général de la pratique et par sa quasi-disparition au sein des élites, Xavier Paulès montre avec force que l’opium n’a été ni un fléau de santé publique, ni un facteur de désintégration du corps social. Si la drogue résiste, c’est en partie grâce aux agréments qu’offrent les fumeries : l’enquête minutieuse qu’il leur consacre atteste qu’elles sont le lieu privilégié d’une sociabilité masculine de quartier.

Cette étude nous plonge dans les mutations d’une société urbaine dont l’ampleur et la rapidité ne peuvent se comparer qu’à celles qu’on observe en Chine aujourd’hui. Rivalités politiques, transformation de l’ordre fiscal et administratif, affirmation d’une économie des loisirs, hiérarchie sociale, place des femmes, influence des sociétés secrètes et du monde du crime, construction d’une identité nationale, il n’est guère de question qui ne reçoive un éclairage nouveau et original.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/42580 2022-04-29 Xavier Paulès Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Les chemins de la mobilité Les étrangers ont été longtemps les grands absents des enquêtes sur la mobilité sociale en France. Anne-Sophie Bruno retrace le destin des migrants de Tunisie. Elle pose la question du poids de l'origine dans l'intégration professionnelle.

À l’aide des méthodes statistiques les plus récentes, Anne-Sophie Bruno propose une nouvelle manière d’appréhender le marché du travail et les trajectoires socioprofessionnelles. Dans son étude quantitative tout en finesse s’entrecroisent les évolutions personnelles, les changements dans le fonctionnement du marché du travail, les mutations des secteurs et les ruptures de la législation sur l’immigration. À la croisée de l’histoire du travail et de l’histoire des migrations, elle éclaire un des grands enjeux de nos sociétés contemporaines : les phénomènes de mobilité professionnelle et d’inégalités socioéconomiques, fondées en particulier sur des critères de nationalité et de genre.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/47581 2022-04-29 Anne-Sophie Bruno Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Des liens et des transferts entre générations Au-delà des clivages idéologiques, André Masson éclaire, en tant qu’économiste, les enjeux des réformes à mener dans notre pays confronté au vieillissement et analyse les perspectives d’avenir de notre État providence.

Faut-il envisager les rapports entre générations en termes de lutte ou de coopération ? Quelles sont les motivations des transmissions patrimoniales au sein des familles ? L’État providence doit-il axer ses priorités sur le début ou la fin de la vie, sur l’éducation ou sur la retraite ?

Cet ouvrage consacré à l’économie du lien intergénérationnel en donne une vue d’ensemble selon trois volets : l’État, la famille, les interactions entre famille et État. Les politiques doivent-elles renforcer le lien intergénérationnel, en faisant par exemple en sorte que des retraites élevées contribuent à la réussite des jeunes en difficulté ? Ou, au contraire, dénoncer les dérives que connaîtrait un pacte générationnel de l’après-guerre mal adapté aux évolutions actuelles, quitte à privilégier d’autres logiques sociales, fondées soit sur la liberté et la responsabilité des individus, soit sur l’égalité citoyenne ?

Ces questions départagent clairement les discours actuels sur le social, qui semblent se cliver autour de trois pensées antagonistes de l’État-providence que l’on qualifiera de pensées du « libre agent », « multi-solidaire », et de « l’égalité citoyenne ». Chacune a des implications précises sur les modalités de l’intervention publique, mais s’accommode de sensibilités fort diverses, sur l’échiquier politique ou vis-à-vis du féminisme notamment.

Cette approche économique conduit à une meilleure compréhension des enjeux que soulève la crise de l’État-providence dans nos pays développés.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/47686 2022-04-29 André Masson Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
La question identitaire en Asie du Sud Partition de l’Inde en 1947, partition du Pakistan en 1971, sécessionnisme des Tigres tamouls à Sri Lanka, régionalisme tournant à la lutte armée dans plusieurs États indiens, conflits inter-religieux et divisions sectaires, revendications linguistiques, poussée du nationalisme hindou mais aussi des mouvements de castes : les tensions identitaires ont marqué de leur sceau l’histoire du dernier demi-siècle en Asie du Sud.

Récusant l’approche essentialiste qui enferme les hommes et les communautés dans des stéréotypes propices à toutes les manipulations, ce volume souligne comment se construisent, dans un sous-continent extraordinairement divers, les figures de l’identité, et comment elles se croisent dans des superpositions, des enchevêtrements, des glissements d’appartenances.

Identités religieuses, culturelles, sociales, politiques, voire économiques ; identités nationales et régionales : c’est à diverses échelles et par des voies multiples — anthropologie, histoire, sociologie, littérature, sciences politiques — que les auteurs de cet ouvrage éclairent les complexes réalités du champ sud-asiatique.

Mais en se penchant sur l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh, Sri Lanka ou le Népal, ils apportent aussi leur contribution à des débats plus larges sur l’ethnographie coloniale, l’orientalisme, les lectures et usages de l’histoire, les constructions culturelles de l’identité, les pratiques identitaires des communismes asiatiques, la critique post-moderne de l’État-nation et du sécularisme, pour enrichir une problématique majeure qui agite aujourd’hui, à travers un monde dit globalisé, tant les peuples que les intellectuels et les politiques.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/24012 2022-03-16 Jean-Luc Racine Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Altérité et identité L’islam et le christianisme, présents en Inde depuis plus d’un millénaire, y comptent respectivement 10 et 20 mil­lions d’adeptes (sur un total de 850 millions d’habitants). Ces deux religions du Livre se sont acclimatées aux contextes lo­caux, et leur adaptation, sous des formes plurielles, variables selon les époques, a suscité des débats sans fin parmi leurs fidèles. Un tel développement, s’il a parfois engendré des ten­sions dans les rapports inter-communautaires, ne peut se comprendre sans être replacé dans le cadre plus global des acculturations incessantes que connaît la société indienne, que ce soit celles entre mouvements religieux, ou régions, langues, castes, etc.

Les auteurs des douze contributions à ce volume, qui couvrent le Nord comme le Sud de la péninsule, ont choisi d’aborder la question des musulmans et des chrétiens en Inde en mettant l’accent sur les mille et une façons dont les acteurs sociaux construisent et définissent in situ leur(s) identité(s) et leur altérité. Ils se sont intéressés aussi bien aux pratiques qu’aux controverses, en faisant appel à des disciplines variées : anthropologie, histoire, philologie, linguistique, sociologie urbaine. S’opposant aux discours que tiennent sur les chrétiens et les musulmans les militants radicaux du nationalisme hindou, cette approche souligne les spécifi­cités des formes multiples de l’islam et du christianisme indiens, désormais confrontés aux transformations de l’hindouisme et aux interrogations profondes nées d’une « modernisation » prenant l’Occident pour modèle. Ces études invitent à la comparaison avec les autres aires culturelles où s’épanouissent également ces deux religions du Livre.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/25872 2022-03-16 Jackie Assayag et Gilles Tarabout Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Théâtres indiens Plus que l’Occident, longtemps partagé entre haine et fascination, l’Inde a l’amour du théâtre, sans doute parce que s’y condense sa vision du monde et de l’être dans le monde. Qu’est le monde en effet et celui, homme ou dieu, qui s’y inscrit fugitivement, sinon la création de la māyā, l’Illusion cosmique ? Sur le tréteau de l’univers, Śiva, le Nitarāja, prince et modèle des acteurs, est le dieu qui joue, souverainement. Théâtre indien, donc, ou plutôt, tant l’objet est divers, ambigu et labile, théâtres indiens, fussent-ils réels ou rêvés, de Java ou du romantisme français.

De l’Inde à l’Occident, du passé, mythique ou historique, au présent, les dix-huit textes de ce volume voudraient, multipliant les points de vue, rendre compte de ce pluriel. Philologie, analyse littéraire, histoire, sociologie, ethnologie, témoignage de praticiens, poésie même : les approches sont nombreuses, et font leur place à la scène du rituel, comme à la réflexion esthétique et philosophique. Impossible en effet d’ignorer la question fondamentale : celle des rapports du théâtre et de la réalité, avec pour corollaire les raisonnements sur les registres d’incarnation — la figuration théâtrale et la possession —, lesquels, loin de circonscrire fermement les domaines du théâtre et du rituel, contribueraient plutôt à en brouiller les contours puisque la possession elle-même est susceptible d’être jouée. De ces glissements et recouvrements incessants naît un trouble qui est peut-être aussi la condition du plaisir esthétique comme celle de l’accès, au-delà de l’apparence, à une réalité plus haute. L’illusion est la fin du théâtre et sa vérité, son enjeu. Le rideau, « cette toile qui sépare du mystère », comme dit Mallarmé, en est, avant l’acteur même, le premier signe.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/26032 2022-03-16 Lyne Bansat-Boudon Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
La possession en Asie du Sud En Asie du Sud, la possession par des divinités ou des esprits, entendue comme cette présence étrangère à soi en soi, n’a guère été prise en compte dans la réflexion générale s’intéressant à ce type de manifestation. Dans le sous-continent lui-même, son étude s’est focalisée sur les zones géographiques périphériques et concentrée majoritairement sur les « tribus ». De plus, nombre d’interprétations l’ont réduite à une catégorie autonome, perdant de vue qu’il s’agit de l’une de ces interactions parmi tant d’autres, à la croisée des idiosyncrasies et des symboles partagés, par lesquelles les acteurs mettent en forme leur monde.

En articulant leur réflexion sur la parole, le corps et le territoire, les quinze auteurs de ce volume ont voulu restituer la multiplicité des significations et la variété de ses liens avec toute une série de pratiques sociales et d’institutions, de discours et d’émotions. La possession, comme trajectoire de vie, perception des espaces propres aux dieux et aux hommes et représentation de la société, y compris dans ses dimensions identitaires et politiques, est à la fois mode de pensée et d’action. Ainsi apparaît-elle, par excellence, comme un « travail de la culture » qui lie intimement perception individuelle, modèle cognitif et société.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/26212 2022-03-16 Jackie Assayag et Gilles Tarabout Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Tribus et basses castes Ce volume est centré sur la transformation des basses castes et de la société tribale en Asie du Sud. Le processus est examiné dans une perspective pluridisciplinaire, avec l'apport d’historiens, d’anthropologues et de spécialistes du politique, afin de mettre en lumière les changements sociaux qui prennent place parmi les groupes « laissés pour compte » ou même ignorés des décennies durant par la sociologie traditionnelle, généralement moins intéressée par les groupes sociaux périphériques que par la grande Tradition du monde indien. Sans négliger cette dernière, il est grand temps d’étudier la « culture populaire » pour elle-même et non comme dérivant de celle des élites. D’autant que les basses castes et les tribaux s’émancipent de la logique de la sanskritisation et gagnent leur identité propre.

Ces contributions tentent d’éclairer les questions de résistance et d’autonomisation des groupes « subalternes » sur la longue durée, — dès lors que ce processus n’est pas réellement nouveau, même s’il a peut-être atteint récemment un tournant avec la remise en cause croissante de l’organisation hiérarchique de la société indienne.

Jusqu’à quel point pouvons-nous définir une sphère autonome d’action et de pensée subalterne hors du champ d’influence de la classe dominante ? Cette sphère autonome produit-elle une résistance quotidienne défiant la vision hiérarchique de la société des castes ?

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/26387 2022-03-16 Marine Carrin et Christophe Jaffrelot Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Sociologie politique de Norbert Elias Pourquoi revenir à Norbert Elias, alors que son œuvre est désormais canonisée et que le sociologue allemand est inscrit au panthéon des sciences sociales, aux côtés d’Émile Durkheim, de Max Weber, de Talcott Parsons ou de Pierre Bourdieu ? Parce que cette reprise s’impose aujourd’hui comme une nécessité. Celle-ci tient, simultanément, à l’état de la discussion académique actuelle au sein des sciences sociales et à l’état des sociétés politiques dans lesquelles nous vivons. Les deux sont, pour Norbert Elias, inextricablement liés. Ce volume est consacré à l’explicitation de ce nouage auquel sa sociologie apporte une contribution inégalée. Celle-ci ne s’éclaire que si l’on consent à admettre que Norbert Elias effectue le geste sociologique, dans son intégralité, tel qu’il a été conçu et forgé par les fondateurs de la discipline. Et ce geste suppose de replonger les outils conceptuels de la sociologie dans le cadre ample de ce qu’Elias nomme le problème général de l’évolution historique. Trop souvent parcellisée, parfois malmenée, son œuvre nous offre pourtant des ressources indispensables pour fonder le travail sociologique dans l’objectivité des mécanismes qui travaillent nos sociétés modernes et dans la normativité sociale sous-jacente à l’activité qu’elle génère en s’imposant tel un espace de contraintes et d’opportunités. C’est alors que la sociologie de Norbert Elias se fait politique, science des dynamiques socio-politiques et levier d’émancipation, indissociablement.

]]>
https://books.openedition.org/editionsehess/42399 2022-02-18 Cédric Moreau de Bellaing et Danny Trom Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales fr Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales