Version classiqueVersion mobile

L’enquête sur les catégories

 | 
Bernard Fradin
, 
Louis Quéré
, 
Jean Widmer

Présentation

Louis Quéré

Texte intégral

1Quand on évoque le thème des catégories en sciences sociales, on pense spontanément à une problématique de la classification. En effet, comme l’a rappelé récemment Pierre Bourdieu, catégoriser c’est diviser et classer, et la catégorie est un « principe de division » et un « schème classificatoire » (Bourdieu, 1993). Si à cette identification de la catégorie à la classe, de la catégorisation à la classification, on ajoute une conception de la connaissance et de la pensée comme activités de distinction et de regroupement, de comparaison et d’abstraction, on comprend pourquoi l’enquête sur les catégories, sur les processus de catégorisation et sur l’organisation des cadres catégoriels occupe une place aussi centrale dans l’étude de la « cognition » (cf. Bloor, 1982).

2En sociologie, ce type d’enquête se réclame volontiers des œuvres fondatrices de Durkheim et de Mauss. Il est vrai que ces auteurs ont posé les bases d’une analyse du caractère social de la connaissance et de la pensée, et ont accordé une place importante à l’étude des classifications sociales. Cependant, on peut douter qu’ils aient réduit les catégories à des schèmes classificatoires et les cadres catégoriels à des systèmes de distinction et de classement. En effet, la problématique esquissée par Durkheim dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, puis développée par Mauss dans ses études sur les catégories, que ce soit sur le mana ou sur la notion de personne, prend appui sur la notion philosophique de catégorie, dans laquelle l’aspect classification n’occupe qu’une place tout à fait subordonnée. Durkheim se réclame de la conception kantienne de la catégorie comme « forme logique du jugement » ou comme « concept pur de l’entendement », tandis que Mauss se réfère plus volontiers à la liste des dix catégories d’Aristote, qui est un inventaire des principaux schèmes de la prédication (pour Aristote, catégoriser c’est affirmer un prédicat d’un sujet en suivant des modes d’attribution et en respectant certaines contraintes, toute propriété n’étant pas prédicable de n’importe quel objet ; outre la contribution de Bourdeau, p. 77-104, cf. Benveniste, 1966).

3C’est l’idée de traiter les catégories comme des cadres stables de la pensée conceptuelle et de les considérer comme des « choses sociales » qui, chez Durkheim et Mauss, donne son impulsion à un projet d’enquête sociologique sur les catégories. Cette enquête est à la fois génétique et structurale. D’une part, elle étudie l’origine sociale des « cadres permanents de la vie mentale », des « notions essentielles qui sont à la racine de tous nos jugements » (celles-ci « sont le lieu commun où se rencontrent tous les esprits ») : pour Durkheim, les catégories ont la conscience collective et la vie sociale comme sources. D’autre part, elle cherche à expliciter l’organisation de ces cadres catégoriels et à rendre compte de leur caractère de nécessité, ainsi que de leur impersonnalité et de leur stabilité : les catégories sont alors envisagées comme de « véritables institutions sociales » (cf. par exemple ce que dit Durkheim de la catégorie du temps dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, p. 14-15).

4En interprétant les catégories d’Aristote et de Kant comme des catégories de pensée, Durkheim et Mauss ont sans doute considérablement simplifié la notion philosophique de catégorie (c’est ce que montre la contribution de Steven Collins, p. 43-76). Il reste cependant qu’ils ont formé un véritable projet d’enquête sociologique sur les catégories – la liste proposée par Durkheim lui-même comporte le temps, l’espace, le genre, le nombre, la cause, la substance, la personnalité, la totalité, etc. – et qu’ils ont conçu cette enquête comme distincte, pour une grande part, de l’étude des systèmes et des processus sociaux de classification. On peut cependant voir dans le glissement qui s’est opéré, dans leur conceptualisation, de la notion philosophique de catégorie (les catégories comme cadres d’un discours réglé sur le réel) à une notion plus commune (la catégorie comme « notion qui domine toute la vie intellectuelle ») une propension équivalente à celle qui consiste à identifier catégorisation et classification. C’est sans doute ce qui explique qu’en sociologie de la connaissance, l’enquête catégoriale se soit orientée, parallèlement à l’étude des processus et des systèmes de classement, vers la description des cadres conceptuels propres à une société ou à une culture, ou vers l’analyse des catégories du jugement, du raisonnement ou de la pratique (idées régulatrices, notions essentielles, etc.). Y a-t-il d’autres orientations possibles ? Si oui lesquelles ? Et que pourrait-on attendre aujourd’hui d’une relance de l’enquête catégoriale en sciences sociales ? Telles sont les questions dont nous avons choisi de débattre dans ce volume. Nous avons pensé qu’elles méritaient un examen approfondi. C’est ce qui explique pour une grande part que nous ayons différé – nous les reprendrons dans un ouvrage ultérieur – la présentation et la discussion des recherches actuelles sur les classifications, sur l’organisation des systèmes de classement ou sur les processus cognitifs de la catégorisation sociale.

Au-delà de la théorie de la connaissance

5Si nous présentons comme fâcheuse la propension de l’enquête sur les catégories à se limiter spontanément à l’étude de la classification ou à l’analyse des notions fondamentales utilisées par une culture ou une époque pour structurer sa pensée, ce n’est pas pour préconiser un ressourcement philosophique qui permettrait de retrouver la notion classique de catégorie. En effet, même en philosophie, comme le remarque Michel Bourdeau, « la notion de catégorie est notoirement et peut-être irrévocablement obscure », et il faut bien s’en accommoder, sans « se leurrer sur la portée argumentative des définitions » qu’on peut proposer, « les catégories constituant le prototype des notions indéfinissables parce que primitives » (pour une présentation d’ensemble de la problématique philosophique des catégories, cf. Gil, 1985). Par ailleurs, il n’est pas sûr qu’il faille maintenir le lien qui a été établi dans la philosophie classique, par Kant en particulier, entre problème des catégories et théorie de la connaissance : les catégories sont supposées encadrer une constitution ou une connaissance d’objets, dans une visée et un processus d’objectivation (Granger, 1989). Si les catégories ont une valeur opératoire dans la construction de l’objectivité en général, on peut légitimement étendre cette opérativité au-delà du domaine de la connaissance par objectivation, voire au-delà de celui de la formation et de l’organisation des connaissances « naturelles ».

6C’est pourquoi l’étude de la « cognition » n’est pas nécessairement le cadre le plus approprié pour une enquête sur les catégories. Par exemple, si on prend la catégorie du temps, il apparaît que la question de son origine sociale a pu être thématisée à nouveaux frais, dès lors qu’on est passé d’une problématique de la pensée du temps, ou de la conception sociale du temps, à une problématique de sa constitution intersubjective dans l’expérience ou dans l’action : comment se forment dans l’expérience les dimensions du présent, du passé et du futur ? Dans cette nouvelle problématique, l’analyse de la structuration du temps excède l’étude « des procédés par lesquels nous le divisons, le mesurons, l’exprimons au moyen de signes objectifs » (Durkheim). On y tente d’analyser la façon dont le passé et le futur sont constitués en relation avec un présent, celui-ci se définissant par l’émergence d’un événement qui prend forme en faisant rupture. Cette temporalisation est appréhendée comme médiation pratique de la formation des pensées et de l’expression des opinions, de l’organisation séquentielle de cours d’action et de la détermination réfléchie de conduites appropriées à des situations. L’enquête sur la catégorie de temps devient alors pertinente par rapport à des problèmes d’analyse de l’action, et plus seulement par rapport à des problèmes de théorie de la connaissance.

7Cet exemple de la catégorie du temps peut servir de point d’appui pour formuler une orientation qui permettrait peut-être de redéfinir, dans sa multiplicité, l’objet d’une enquête catégoriale en sciences sociales. Parallèlement à la poursuite des études sur les classifications, sur l’histoire sociale des notions courantes, sur la structure des cadres conceptuels ou sur l’organisation des catégories de la pratique sociale et politique, il s’agirait d’explorer la valeur opératoire des catégories non plus seulement comme « formes d’objectivation », c’est-à-dire comme conditions formelles de la pensée conceptuelle ou de l’organisation des connaissances, mais aussi comme procédures réglées d’institution de la réalité objective des faits sociaux et d’accomplissement des activités pratiques. On passerait ainsi d’une approche épistémologique à une approche praxéologique. À la question : « En quoi les catégories encadrent-elles une connaissance d’objet, ou règlent-elles l’objectivation discursive du réel ? », on substituerait la question : « Comment les catégories contribuent-elles à structurer la construction intersubjective de l’objectivité, observable et descriptible, de la réalité ? »

8Une telle redéfinition de l’enquête sur les catégories en sciences sociales ne va cependant pas de soi. D’abord il faut réussir à formuler le plus précisément possible les problèmes sur lesquels porteront les analyses et les recherches. De plus, il convient de se donner une notion de catégorie qui satisfasse les deux exigences suivantes : maintenir une différence par rapport aux notions habituelles de classe, de concept ou de mot ; être intermédiaire entre la notion philosophique, qui délimite un domaine d’enquête propre, et la notion courante, qui ne distingue pas idée, notion, catégorie, concept et mot du langage. Enfin, il faut s’assurer que la notion de catégorie retenue soit homogène au cadre praxéologique dans lequel on veut saisir sa valeur opératoire.

9Pour amorcer ce travail de clarification, qui est développé dans les contributions rassemblées dans ce volume, nous retiendrons trois questions. La première porte sur la manière de spécifier la notion de catégorie par rapport aux notions de classe, de concept ou de signification des mots. Nous évoquerons à ce sujet les orientations des nouvelles approches cognitives, qui envisagent la théorie des catégories comme une théorie du concept, une théorie du sens ou une théorie de la classification. La deuxième question concerne l’assimilation de la catégorisation à la classification : peut-on penser la catégorisation autrement qu’en termes de subsomption sous une classe ou d’exemplification d’un type ou d’un genre ? Pour y répondre, nous aborderons brièvement le problème de l’identification des objets et des personnes : en quel sens peut-on dire que « chaque fois que nous percevons une chose comme une espèce de chose, nous sommes en train de catégoriser » (Kleiber, 1990, p. 13) ? Nous montrerons en quoi les approches structuraliste et phénoménologique offrent une alternative à la conception taxinomique de la catégorisation. La troisième question a plus directement trait à la perspective énoncée plus haut : comment étendre la valeur opératoire des catégories aux domaines de la construction intersubjective de l’objectivité et de l’organisation des activités pratiques ? Nous indiquerons à ce sujet des pistes qui ont commencé d’être explorées aussi bien par Pierre Bourdieu que par les ethnométhodologues.

Catégories, classes, concepts et sens des mots

10Notre paysage intellectuel n’est plus celui de Durkheim et de Mauss. Les recherches sur les catégories se sont multipliées, en particulier dans les sciences humaines et sociales intéressées à l’analyse de la « cognition ». Ainsi les recherches d’Eleanor Rosch et de ses collaborateurs en psychologie cognitive (elles-mêmes inspirées des travaux de Brent Berlin et Paul Kay sur les couleurs) ont-elles été à l’origine d’un regain d’intérêt pour l’étude de la catégorisation comme activité cognitive fondamentale. Elles ont eu des répercussions importantes en anthropologie, sur l’étude des classifications populaires par exemple (cf. Atran, 1991 ; Berlin, 1992), et en linguistique, où elles ont fortement influencé la sémantique lexicale (cf. Kleiber, 1990 ; Rastier, 1991).

La catégorie comme classe d’appartenance

11Ces recherches relèvent d’une problématique assez simple au départ. L’idée de base est que nous ne pouvons pas appréhender la réalité dans sa richesse infinie, dans son individualité foncière, dans son caractère vivant et concret, et que pour la penser, et pour y agir, nous devons limiter sa multiplicité et réduire sa complexité en l’organisant dans des catégories. Le problème est alors de rendre compte de la façon dont nous découpons cette réalité, organisons ses variations et ses différences, réduisons la particularité des objets, des événements et des situations pour les identifier, les qualifier, les manipuler, etc. Dans cette perspective, catégoriser c’est organiser un domaine en y introduisant des discontinuités et des continuités, des distinctions et des regroupements. La catégorisation exprime ainsi la capacité d’abstraction de l’esprit humain. Son étude commence par l’analyse des principes de division et de groupement des objets en catégories « naturelles » et par l’examen de l’organisation, interne et externe, de ces catégories.

12Pour accéder à ces principes et à cette organisation, les psychologues étudient les jugements de catégorisation, qui sont des jugements prédicatifs sur l’appartenance d’un objet, d’un événement ou d’une personne à une classe. « La catégorisation est le processus psychologique par lequel les gens forment des jugements sur l’appartenance d’un objet à l’extension d’une catégorie donnée. » (Margolis, 1994, p. 85). Cette entrée par le jugement donne à la catégorisation un sens quelque peu différent du précédent : catégoriser c’est essentiellement subsumer un objet sous une classe d’appartenance, le reconnaître comme membre d’une classe ou occurrence d’un type.

  • 1 Cf. la définition de Jean-François Le Ny (1989, p. 277) : « En psychologie cognitive, le terme de c (...)

13Le cadre d’analyse de ce processus est essentiellement « représentationnaliste ». On suppose que la catégorisation procède par juxtaposition ou comparaison de deux représentations mentales1 : celle de l’exemplaire à catégoriser et celle de la catégorie, ou celle du token et celle du type (Jackendoff, 1987, pour qui token et type sont des « structures d’information » liées par la relation « est un cas de »). Si la plupart des auteurs s’accordent sur cette définition, ils se séparent sur la description de la structure de ces représentations. Un des problèmes est en effet de savoir si l’appartenance à une catégorie se décide sur la présence d’un ensemble de propriétés considérées comme nécessaires et suffisantes (théorie dite classique ou aristotélicienne) ou simplement sur une similitude avec un exemplaire typique de la catégorie – un prototype –, voire sur des « ressemblances de famille » (théorie dite probabiliste).

14Dans cette problématique, les catégories ne sont pas simplement des notions, ni des termes généraux pour des classes de choses. Elles constituent des classes d’objets. Cependant toute classe d’objets n’est pas une catégorie, et il ne suffit pas à ses éléments d’avoir des propriétés communes pour constituer une catégorie. En ce sens la catégorisation semble échapper à la simple logique de la prédication : en effet, d’un point de vue logique, la notion de classe suppose celle de prédicat, puisque l’ensemble des membres d’une classe est l’ensemble des objets auxquels s’applique un prédicat déterminé, par exemple le prédicat « Pèse moins d’un kilo ». Or l’ensemble des objets qui « pèsent moins d’un kilo », s’il est indéniablement une classe au sens logique du terme, n’est pas une catégorie « naturelle ». Pour qu’une classe soit une catégorie « naturelle », il faut que ses membres appartiennent à un même ensemble sur d’autres bases que la logique de la prédication. Le principal critère retenu par les psychologues pour différencier classe logique et catégorie est celui de la ressemblance : en principe, nous groupons les choses en catégories parce qu’elles se ressemblent ; donc pour qu’un ensemble d’objets constitue une catégorie, il faut qu’ils paraissent aller ensemble, qu’ils manifestent des traits fondamentaux partagés. Leur co-appartenance ne doit pas être arbitraire. La similarité entre eux doit être plus forte que celle qu’ils peuvent avoir avec des objets extérieurs à la catégorie. Cette similarité joue un rôle de guide pour la catégorisation. En effet, lorsqu’on assigne un objet à une catégorie, on se base sur une évaluation de sa ressemblance avec les membres de la catégorie, ou avec des exemplaires prototypiques. D’où l’idée que la catégorisation est un jugement de similarité et qu’un tel jugement est formé par comparaison de traits (cf. Smith, 1990).

15D’autres critères sont parfois ajoutés à ce critère de similarité : on dira par exemple que les catégories sont des classes qui servent à « encoder » l’expérience ; qu’elles ont des étiquettes qui servent à identifier leurs objets ; et qu’elles permettent de faire des inférences inductives au sujet de l’objet catégorisé (ce que ne permet pas la logique de la prédication).

16Les catégories « naturelles » se distinguent aussi des classes logiques par le fait qu’elles tolèrent des degrés d’appartenance : certains objets sont de meilleurs spécimens de leur catégorie que d’autres. C’est l’idée de prototype, que Rosch a développée à partir d’un des principaux constats de Berlin et Kay : l’appartenance à une catégorie de couleur n’est pas uniforme ; il y a des couleurs focales, c’est-à-dire des couleurs qui constituent le foyer de leurs catégories. Cette théorie du prototype a servi à rejeter la conception dite classique de la catégorisation : on ne décide pas si un objet appartient à une catégorie en examinant s’il présente chacune des propriétés nécessaires et suffisantes spécifiées par la définition de la catégorie, mais en le comparant à des membres typiques de la catégorie, à des exemples standard ou à des propriétés typiques. On en conclut que plus un objet est typique de la catégorie, plus rapide est le jugement de catégorisation (« effet de typicalité »).

17Un dernier aspect qui sépare les catégories « naturelles » des classes logiques est que les premières appartiennent à des taxinomies d’objets concrets : les catégories les plus spécifiques sont incluses dans des catégories plus englobantes. La taxinomie, dit Rosch, est « un système par lequel les catégories sont reliées par inclusion de classes ». Une taxinomie est construite par une procédure d’abstraction, de réduction progressive des traits spécifiques des éléments qui entrent dans la catégorie : la catégorie à plus grande extension est la plus abstraite et la moins déterminante. En fait, une taxinomie « divise les phénomènes en deux dimensions : une dimension horizontale de discrimination (caniche, colley, terrier) et une dimension verticale de généralisation (caniche, chien, animal) » (Frake, cité par Atran, 1991, p. 602.) De ce point de vue, l’idée de Rosch est que spontanément c’est un certain niveau de catégorisation (le « niveau de base ») qui est choisi lorsqu’on veut catégoriser un objet concret, en gros celui à partir duquel on peut inférer un maximum de propriétés susceptibles de le déterminer (pour une présentation détaillée de cette notion, cf. Kleiber, 1990).

18Cette analyse de la catégorisation prend place dans une étude psychologique des concepts : au fond, la théorie de la catégorisation est essentiellement une théorie de la formation et de l’organisation des concepts, dans le cadre d’une théorie représentationnaliste de l’esprit. En effet, toute catégorisation est supposée mettre en jeu une représentation mentale des catégories auxquelles on décide d’affilier tel ou tel objet. Un concept est précisément la représentation mentale des propriétés de la classe d’objets qui forme son extension. Maîtriser un concept revient à savoir quelles propriétés doivent présenter des objets pour pouvoir appartenir à son extension, cette extension n’étant autre que ce qu’on appelle une catégorie (d’où une confusion permanente entre catégorie et concept, et une théorie extensionnelle du sens).

19Il reste cependant qu’on peut concevoir ce savoir de plusieurs façons. De ce point de vue, les théories psychologiques actuelles du concept se présentent comme des alternatives à la conception dite « classique », ou aristotélicienne, fondée sur l’idée de définition. Plutôt que de concevoir le concept comme une liste de traits ou de propriétés, constituant les conditions nécessaires et suffisantes qu’un objet doit satisfaire pour appartenir à son extension, on le définira en termes de « prototype » ou de « ressemblances de famille » : avoir le concept d’un objet c’est disposer d’une représentation succincte des propriétés typiques de sa catégorie d’appartenance. Pour décider si cet objet appartient à telle catégorie, on le comparera à des exemplaires prototypiques ou à des exemples standard de la catégorie. Donc l’extension d’un concept se définit en fonction d’objets prototypiques auxquels il s’applique, ce qui fait qu’elle est indéterminée et graduelle (cf. Atran, 1991, p. 607 ; sur l’ambiguïté inhérente à la notion de prototype, cf. Kleiber, 1990).

20Dans cette conception, dite « probabiliste », du concept, on abandonne l’idée de définition en termes de conditions nécessaires et suffisantes, mais on maintient le principe de similarité. Or ce principe pose lui-même problème. On peut en effet se demander si des objets ne sont pas semblables parce qu’ils appartiennent à une même catégorie plutôt que l’inverse. En particulier, lorsqu’on juge que deux objets présentent les mêmes propriétés, il reste à expliquer pourquoi ces propriétés ont été sélectionnées pour les comparer plutôt que telle ou telle autre. C’est pourquoi certains défendent une troisième conception de la structure des concepts : ceux-ci ne sont pas des listes de traits indépendants qui s’ajoutent les uns aux autres, mais des représentations dans lesquelles ces traits sont organisés et articulés entre eux. Pour rendre compte de cette articulation et relativiser le principe de similarité, Medin et Murphy ont proposé de considérer que la catégorisation n’est pas fondée sur des représentations de traits « indépendants et additifs », qu’ils soient nécessaires et suffisants, ou de l’ordre d’une ressemblance de famille, mais sur des théories. L’organisation des concepts serait basée sur des connaissances ; les concepts seraient organisés autour de théories portant sur le monde ; et la relation entre un concept et un objet qui l’exemplifie serait « analogue à la relation entre théorie et données » (Medin, 1989, p. 1474 ; pour une présentation synthétique de la discussion sur le rôle de la similarité dans la catégorisation, cf. Goldstone, 1994).

21Cette conception a été à son tour critiquée par Eric Margolis, qui considère que cette nouvelle théorie partage les mêmes prémisses que la théorie classique et que la théorie probabiliste. D’une part, elles sont toutes les trois des « versions de la théorie descriptive de la référence » : « elles veulent expliquer les propriétés sémantiques » des représentations mentales, c’est-à-dire leur capacité de référer à des entités du monde, en termes de connaissance des critères extra-psychologiques d’appartenance à une catégorie ; autrement dit, une représentation mentale peut référer à quelque chose pour autant qu’elle « est associée à une description particulière qui repère son référent », les descriptions pertinentes étant celles qui spécifient les conditions pertinentes pour l’appartenance à une catégorie (Margolis, 1994, p. 78). D’où une confusion du sens avec la référence (Atran, 1991, p. 609). D’autre part, elles partagent une même « clause épistémologique » : elles surestiment la teneur épistémique des concepts. Elles considèrent en effet qu’avoir le concept d’un objet c’est connaître les conditions que cet objet doit satisfaire pour appartenir à la classe déterminée d’objets qui constitue son extension. Or on peut douter que les gens disposent d’une telle connaissance. C’est ce qu’a suggéré Hilary Putnam (1990), par exemple : les gens se servent de stéréotypes et non pas de concepts, c’est-à-dire de croyances conventionnelles, plus ou moins précises, sur l’apparence, la nature ou les actions d’objets prototypiques.

22Théorie psychologique des concepts, cette théorie de la catégorisation est aussi, pour certains, une théorie du sens lexical. En effet, elle a été largement reprise par la linguistique cognitive pour analyser des problèmes de sémantique lexicale. Georges Kleiber explique très bien pourquoi la théorie psychologique du prototype a pu donner lieu à une « sémantique du prototype ». Entre la catégorisation et la dénomination, il n’y a qu’un tout petit pas qui est vite franchi. On assimile alors la notion de catégorie à celle de mot, et on fait équivaloir critères d’appartenance catégorielle et sens des mots.

À une interrogation telle que « Quels sont les critères qui président au regroupement d’un ensemble d’occurrences sous un même chapeau dénominatif ? » fait directement écho la question « Quels sont les critères qui décident de l’appartenance d’une occurrence à une catégorie ? » Le mot [] désigne ainsi une catégorie (ou un concept) et s’interroger sur les membres pour lesquels il peut être employé revient à s’interroger sur les membres qui font partie de la catégorie qu’il représente. Vue sous cet angle, la catégorisation devient une affaire proprement sémantique, une affaire de « mot ». (Kleiber, 1990, p. 17)

23En quoi cette « sémantique du prototype » constitue-t-elle une nouvelle théorie du sens lexical ? Essentiellement en ce qu’elle permet de concevoir le sens des mots non plus en termes de traits communs aux objets auxquels ils s’appliquent, mais en termes de ressemblance avec un exemplaire typique, le prototype, ou de ressemblance de famille (pour une évaluation critique, cf. Rastier, 1991 ; pour une conception praxéologique du sens lexical, cf. Ducrot, 1992).

Un héritage aristotélicien

24Ces approches présentent un intérêt évident et ouvrent des perspectives inédites pour l’étude de l’organisation, interne et externe, des catégories « naturelles » et donc pour l’analyse de la classification. Il convient cependant d’expliciter et de discuter leurs principaux présupposés : le maintien d’une conception taxinomique de la catégorisation, la confusion entre catégorie et concept, le glissement de la catégorie au mot, la réduction du sens à des représentations, etc. Nous reviendrons plus loin sur deux de ces présupposés : le choix du jugement prédicatif (« x est y » ou « x est un z ») comme entrée dans l’étude de l’organisation des catégories ; la conception représentationnaliste de la valeur opératoire des catégories. Dans l’immédiat, nous voudrions souligner l’appartenance de ces approches à une forme de pensée qui est peut-être plus proche qu’elles ne croient de ce qu’elles prétendent avoir dépassé : la conception aristotélicienne de la conceptualisation, de la pensée et de la signification.

25Albert Ogien rappelle opportunément dans sa contribution (p. 243-269) certains aspects de la théorie du concept d’Ernst Cassirer. Or, à lire les descriptions que donne Cassirer de ce qu’il appelle la « doctrine traditionnelle » (c’est-à-dire aristotélicienne) de la conceptualisation, on ne peut qu’être frappé par sa « ressemblance de famille » avec ce que proposent les nouvelles approches cognitives de la catégorisation ou de la sémantique lexicale :

Les grandes lignes de cette doctrine sont connues et n’ont pas besoin d’être exposées au fond. Ses présupposés présentent une telle simplicité, ils s’accordent si bien avec les hypothèses maîtresses, adoptées et confirmées par la pratique usuelle du monde, qu’ils semblent n’offrir pratiquement aucune prise à la révision critique. On ne présuppose rien d’autre en effet que l’existence des choses, dans leur insurmontable multiplicité, et la faculté de l’esprit de puiser dans cette foule d’existants singuliers pour en retenir les aspects saillants qui sont possédés en commun par une grande majorité d’entre eux. En regroupant ainsi les objets qui partagent une même propriété, en les ordonnant en classes et en répétant cette procédure autant de fois qu’on le peut, à mesure que l’on s’élève dans l’échelle des êtres, nous désignons, par une série de traits de plus en plus appuyés, un ordre et une articulation de l’être qui reproduisent la distribution des similitudes physiques répandues à travers les choses singulières. Les fonctions essentielles mises ainsi en œuvre par la pensée ne concernent proprement que la comparaison et la distinction des multiplicités données dans l’expérience sensible. La réflexion, occupée à circuler d’objet en objet pour s’assurer des traits essentiels qui définissent la convergence de ces objets, conduit d’elle-même à l’abstraction qui consiste précisément à retenir ces traits apparentés, une fois dépouillés de toute promiscuité avec des éléments hétérogènes, et à les appréhender en eux-mêmes. Une conception de ce type [] ne saurait mettre en péril l’image unitaire et naturelle du monde. Le concept n’affronte pas la réalité sensible à la manière d’un élément qui lui serait étranger ; il constitue, au contraire, une partie de cette même réalité, un extrait de ce qui se trouve contenu immédiatement en elle. (Cassirer, 1977, p. 15)

26On peut ainsi retrouver dans les approches cognitives que j’ai évoquées les principaux traits de cette doctrine traditionnelle, empiriste, du concept, que Cassirer a vigoureusement critiquée d’un point de vue kantien (Cassirer, 1977, chap. 1 ; et 1972, chap. 4 ; voir aussi la critique de Scott Atran, 1991, en particulier, p. 609) :

  • accordant la préséance logique à la catégorie de substance, elles font du « rapport de la chose à ses propriétés », « le paradigme fondateur et le trait dominant » de la conceptualisation ;

  • elles considèrent le rapport de subsomption d’un contenu sous un autre contenu comme la relation constitutive, par laquelle l’universel est rattaché au particulier, les genres aux espèces et aux individus ;

  • elles attribuent un caractère classificatoire à l’acte d’identification des objets et des phénomènes : reconnaître une identité à un objet c’est le reconnaître comme membre d’une classe ; l’identité est donc déterminée par la classe à travers laquelle l’objet est connu ;

  • elles réduisent la conscience du concept à la conscience d’une représentation ou d’un élément représentatif, et ne considèrent le raisonnement que comme une aptitude à reproduire ou à traiter des contenus représentatifs ;

  • elles conçoivent la construction des concepts comme un processus d’abstraction et de comparaison : on formerait les concepts « en comparant des objets ou des représentations conformes, et en détachant de ceux-ci les caractéristiques communes » ;

  • enfin, elles considèrent que les mots du langage « reproduisent les essences déterminées de la nature et du monde des représentations », ou qu’ils sont des noms, voire des étiquettes, pour des classes d’objets.

27Cette « ressemblance de famille » nous incite à être attentifs à la critique que Cassirer a faite de la « doctrine traditionnelle du concept ». Elle porte d’abord sur la conception de la conceptualisation comme abstraction. La possibilité même de décomposer un objet représenté en ses caractéristiques ou ses propriétés singulières, de le rapporter ou de le comparer à d’autres, présuppose déjà d’avoir son concept. Donc la formation des concepts ne se fait pas par abstraction ; au contraire, c’est le concept qui rend possible l’abstraction, comme opération seconde. Le concept « n’est pas dérivé mais présumé » : « Le processus d’abstraction ne peut opérer que sur des contenus qui en eux-mêmes sont déjà déterminés et désignés de quelque façon, qui sont déjà analysés par le langage et la pensée. » (Cassirer, 1972, p. 249). En d’autres termes, au fondement de toute abstraction, qui fait émerger la similitude des choses et la conscience de « leur commune appartenance », il y a un « acte d’identification », qui implique un processus de mise en série de contenus. Or, on ne peut construire une série sans établir un schème ou une règle d’engendrement d’une identité (d’un « même ») entre ces contenus, c’est-à-dire sans un concept ; cette identité est alors purement relationnelle (cf. à ce sujet Ogien, infra).

28Pour Cassirer, la théorie traditionnelle de la conceptualisation présente en second lieu le défaut de mettre l’accent sur l’« extension » du concept aux dépens de la « compréhension » qu’il permet, et de développer une conception extensionnelle de cette compréhension (selon la supposition empiriste que le sens est déterminé par l’extension). Or le but véritable du concept n’est pas de « donner à la représentation une plus grande extension, une plus grande universalité […] mais de l’élever à une compréhension, à une détermination croissantes », ou encore « d’imposer une forme aux impressions pour en faire des représentations » (ibid., p. 250). Avec les concepts, nous « substituons une détermination univoque et rigoureuse à une indétermination originaire et au caractère plurivalent du contenu représentatif » (Cassirer, 1977, p. 17).

  • 2 Dans la théorie du schématisme, qui vise à résoudre l’antinomie du cartésianisme et de l’empirisme, (...)
  • 3 Il serait intéressant de considérer de près la reprise de la théorie kantienne du schématisme par d (...)

29À cette « doctrine traditionnelle de la conceptualisation », qui privilégie les moments de l’abstraction et de la subsomption dans la détermination des choses – en subsumant un objet sous une catégorie, on peut lui attribuer les propriétés des membres de la catégorie et faire les inférences inductives que cette attribution rend possibles – et qui met l’accent sur l’aspect extensionnel du concept en tant qu’« objet de pensée » (ou représentation mentale), Cassirer oppose une autre perspective, plus praxéologique, plus sensible à la nature opératoire du concept, à son aspect d’« acte de pensée » mettant en œuvre des procédures réglées d’analyse, de composition et de combinaison des objets. Le concept n’est alors que la règle ou la méthode de ces procédures. Dans cette perspective, directement inspirée de la théorie du schématisme de Kant2, la conceptualisation est le point de départ et le principe d’une individuation : l’appréhension d’une entité comme étant d’une certaine sorte ou d’un certain type, la sélection d’une propriété ou le placement de l’objet « sous une description » est un moment d’un processus temporel de détermination par descente en singularité plutôt que par montée en généralité. Le concept n’est alors qu’une règle ou une méthode « permettant de composer et de combiner l’élément particulier en personne » (Cassirer, 1977, p. 31), c’est-à-dire de l’individuer – puisqu'au sens général du terme, l’individu, qu’on peut désigner par un nom propre, une description définie ou un terme déictique, est « le terme ultime d’une descente des descriptions les plus générales vers les plus particulières » (Descombes, 1992, p. 57)3.

30Dans cette nouvelle perspective – une perspective praxéologique plutôt que représentationnaliste, individualisante plutôt que « groupante » (le terme est de Cassirer) – ce qui prime ce n’est pas la comparaison des objets ou des représentations et leur rassemblement en catégories, genres et espèces, mais « l’activité logique de la position et de la différenciation […] qui seule arrête la rhapsodie incessante des impressions sensibles, lesquelles trouvent alors certains points fixes » (Cassirer, 1972, p. 250). La conceptualisation et la catégorisation obéissent alors à un principe de sélection (de propriétés, d’identités) plutôt que de répartition des choses en classes inclusives en fonction de leur degré de similitude : « le travail de l’esprit » ne consiste pas à placer un contenu intuitif sous un autre contenu ; il consiste à « le spécifier en tant que tout concret mais indifférencié en détachant un moment caractéristique et en en faisant le point sur lequel se dirige l’attention » (ibid., p. 253). C’est pourquoi, quand nous appréhendons un objet, nous ne le faisons pas « selon l’espèce à laquelle il appartient, mais en fonction de telle ou telle propriété particulière dans l’ensemble d’un contenu intuitif ».

31En outre, les mots du langage ne sont pas simplement des étiquettes pour désigner des choses ou des noms pour des classes d’objets : « ils servent plutôt à indiquer les grandes directions de l’acte même de déterminer » (ibid., p. 257), et donc à l’orienter. Le langage ne décrit pas seulement les phénomènes ; il en est constitutif. La possibilité même de « donner un nom » aux choses présuppose déjà la sélection d’une propriété et la « concentration du regard de l’esprit » que cette sélection opère. De façon plus générale, Cassirer (1969, p. 45) considère le langage « comme un médiateur de la formation des objets » : « Il est, en un sens, le médiateur par excellence, l’instrument le plus important et le plus précieux pour la conquête et pour la construction d’un vrai monde d’objets. »

32Enfin, la conceptualisation ne devient totalement intelligible qu’à condition d’en saisir le « sens téléologique » : « elle ne reçoit pas ses impulsions essentielles du seul monde de l’être, mais toujours aussi du monde de l’agir » ; la saisie même des objets « exprime un intérêt agissant porté au monde et à sa construction » (Cassirer, 1972, p. 255) ; et c’est du « centre de l’agir » que se propage « la lumière qui transforme le monde des sensations immédiatement reçues en un monde éclairé de l’intérieur, intuitivement et linguistiquement structuré » (ibid., p. 258).

33En prenant ainsi comme fil directeur les problèmes d’une théorie de la conceptualisation, on parvient à contraster deux grandes conceptions de la catégorisation, et donc de l’identification des objets, des événements ou des personnes. L’une raisonne en termes extensionnels d’affiliation des objets à des classes ou à des catégories d’appartenance : l’acte de déterminer et d’individuer a alors pour moments essentiels l’abstraction et la comparaison de traits, la subsomption et l’inférence (application des propriétés générales de la catégorie au cas considéré). L’autre insiste plutôt sur le choix d’une propriété, sur la spécification d’un « moment caractéristique » ou sur la sélection d’une description, ainsi que sur le caractère opératoire du concept ou de la catégorie : la catégorisation apparaît alors comme un moment de l’« acte même de déterminer », un moment décisif, qui plus est, puisque c’est en lui qu’est sélectionnée la règle des procédures (de composition, d’analyse et de combinaison) que cet acte actualise. Ce n’est donc que secondairement, ou de façon dérivée, que la catégorisation est une répartition des choses en classes d’appartenance.

34Une conséquence de cette distinction est que nous pouvons envisager différemment l’organisation des concepts et des catégories. Nous avons vu en quoi l’organisation taxinomique par inclusion de classes est liée à une problématique de la conceptualisation comme abstraction et de la détermination comme subsomption d’un particulier sous une généralité. L’approche alternative que nous avons repérée ne fournit cependant pas d’indications spécifiques sur le mode d’organisation des concepts et des catégories. Toutefois, en soulignant que les concepts et les catégories ne peuvent pas être considérés indépendamment du langage, elle suggère d’autres principes d’organisation que celui de l’inclusion de classes, ordonnées de la plus spécifique à la plus abstraite. De ce point de vue, nous savons que les concepts ne sont pas des entités isolées, closes sur elles-mêmes : ils sont organisés en réseaux, où ils renvoient les uns aux autres et s’entre-signifient. Quiconque maîtrise un langage dispose d’une capacité de connecter les choses les unes aux autres, et cela en raison à la fois de la conjonction sémantique a priori des concepts et d’une familiarité pratique (fondée sur la maîtrise de techniques) avec les domaines sociaux qu’ils organisent. C’est pourquoi la sélection d’une propriété est beaucoup plus que celle d’un mot ou d’un terme lexical : c’est aussi la sélection d’un domaine et du réseau conceptuel qui l’organise, d’un « dispositif », dirait Sacks. De plus, la description sous laquelle nous identifions un objet ou un événement, en sélectionnant telle ou telle propriété qu’il exemplifie, nous fournit aussi des procédures réglées et des catégories pour le dissocier en éléments ou en parties, pour le composer et le combiner, ou encore pour le mettre en relation avec d’autres objets (cf. Mulhall, 1990). Or il s’agit là vraisemblablement d’un phénomène différent de celui de l’inférence inductive que permet la subsomption sous une classe d’appartenance (application à un particulier des propriétés valant en général pour les objets de la classe).

35Ce mode d’organisation ne vaut pas simplement pour les objets et les événements. Il concerne aussi les activités et les institutions sociales : à partir du moment où ces activités et ces institutions sont articulées par des concepts et ne sont les réalités qu’elles sont que parce qu’elles sont des « catégories réalisées », ceux qui sont familiers de ces activités et de ces institutions disposent de catégories pour les décrire et les analyser, en particulier pour les dissocier en parties ou pour les composer à partir de leurs éléments constitutifs. Quel est alors le principe d’organisation ou d’articulation de ces catégories ? Ce qui est sûr c’est qu’il ne s’agit pas seulement d’un principe taxinomique (au sens de Rosch). S’agit-il plutôt de « collections de catégories », pour reprendre l’expression de Sacks, dont l’intérêt est de souligner le phénomène de la conjonction – soit a priori (même si elle est socialement produite), soit « occasionnée » – des catégories (des exemples possibles en sont la famille, l’âge, le sexe) ? La notion de collection semble pourtant trop faible pour rendre compte de la conjonction sémantique a priori des catégories qui servent à analyser et à composer les objets, les activités, les institutions, ou les domaines conceptuels (par exemple, celui des croyances, des affiliations religieuses, politiques, etc.). En effet, une collection, qui n’est pas régie par la logique des prédicats – elle n’est ni une classe, ni un ensemble – n’est, du moins en son sens faible, qu’un « certain nombre de choses à être dans un certain cas » (Descombes, 1992, p. 86). Certes on peut la renforcer en la concevant sur le modèle d’un tout collectif divisible en parties comme l’est un organisme ou une équipe ; mais seuls les dispositifs de catégories qui décrivent et analysent des institutions constituent des collections au sens d’un tout intégratif (cf. aussi Rastier, Cavazza & Abeillé, 1994, sur l’organisation des classes sémantiques).

36L’ethnoscience contemporaine propose elle aussi une alternative à la conception de l’organisation des concepts et des catégories en termes d’inclusion de classes, et avance une théorie selon laquelle chaque domaine cognitif a sa propre organisation conceptuelle et ses propres principes taxinomiques. Scott Atran, par exemple, s’appuyant sur les travaux de Brent Berlin, développe une théorie de la taxinomie en termes de rangs hiérarchiques : les catégories ne sont pas des classes mais des principes organisateurs de la classification, ce qu’il appelle des « schémas taxinomiques ». S’agissant des « espèces vivantes » par exemple, les catégories taxinomiques sont l’« origine unique », les « types de base » et la « forme de vie ». Propres à un domaine cognitif, ces catégories sont a priori : elles constituent un « dispositif conceptuel inné et universel ». En d’autres termes, l’« esprit humain organise le domaine des espèces vivantes d’une façon fort différente de celui des artefacts quelle que soit la culture » (Atran, 1991, p. 639). Ce qui se traduit par le fait que certains prédicats ou certains concepts sont réservés au domaine cognitif des espèces vivantes, « croître » par exemple (mais n’est-ce pas le b.a.-ba de la théorie d’Aristote ?). L’étude des principes taxinomiques est ainsi censée donner accès aux « structures fondamentales du savoir humain ».

37Sans doute a-t-on ici une distinction précieuse entre classe, concept et catégorie, ainsi qu’une conception opératoire des catégories (dans le domaine de la classification). Mais cette approche anti-empiriste reste solidaire d’une théorie représentationnaliste de l’esprit, pour laquelle les concepts sont des représentations mentales. Elle n’envisage donc l’opérativité des catégories qu’en termes de « détermination des représentations » mises en jeu dans la prédication ou la classification.

Une conception non taxinomique de la catégorisation

38Si la critique kantienne de la « doctrine traditionnelle » de la conceptualisation fait bien apparaître les principaux présupposés de l’approche empiriste des catégories, elle ne fournit cependant que peu d’instruments pour construire analytiquement l’alternative qu’elle a permis d’esquisser, sans doute parce qu’elle ne s’intéresse qu’à la pensée conceptuelle. Or les nouvelles approches cognitives émettent l’hypothèse que la catégorisation médiatise non seulement la pensée conceptuelle mais plus généralement l’organisation de l’expérience. En particulier, l’identification de tout phénomène mettrait en jeu un processus de catégorisation : « Chaque fois que nous percevons une chose comme une espèce de chose nous sommes en train de catégoriser. » (Kleiber, 1990). Or, nous l’avons vu, le modèle de cette catégorisation est le jugement prédicatif, par lequel nous déterminons un objet en l’affiliant à une classe d’appartenance. Ce processus concernerait non seulement la reconnaissance des objets comme « objets d’une certaine sorte », mais aussi l’identification réciproque des personnes qui a lieu dans les interactions, en particulier l’attribution mutuelle d’identités conversationnelles et la distribution de positions ou de rôles appariés dans les activités conjointes.

39La question que pose cette entrée par le jugement prédicatif dans l’étude de la catégorisation est double : si l’identification des phénomènes implique une catégorisation, celle-ci est-elle nécessairement d’ordre taxinomique ? Cette identification est-elle du même ordre que le jugement prédicatif de catégorisation ? Il existe au moins deux traditions de pensée qui répondent négativement aux deux questions et tentent de saisir dans leur consistance propre les processus de catégorisation qui sous-tendent l’organisation de l’expérience : l’analyse structurale et la phénoménologie husserlienne. L’une comme l’autre appréhendent la catégorisation en deçà du jugement prédicatif et lui confèrent une autre consistance que celle de la subsomption d’un objet sous une classe d’appartenance. La première développe une conception paradigmatique de la catégorisation, tandis que la seconde décrit l’identification antéprédicative des phénomènes à l’aide d’une problématique de la « typicalité ».

La catégorisation comme organisation d’un espace

40Pour évoquer la conception structuraliste, nous ferons référence à un auteur plus connu pour sa contribution à l’ethnoscience naissante et à l’« analyse componentielle » que pour ses analyses structurales : Ward Goodenough. Il a retenu notre attention parce que, comme le rappellent Bruno Bonu, Lorenza Mondada et Marc Relieu (p. 129-148), il a inspiré, au départ, le travail de Harvey Sacks. Dans un article de 1965, Goodenough se proposait de reformuler la théorie sociologique des statuts et des rôles à l’aide d’une conception structurale des catégories ou des identités (les deux notions sont équivalentes pour lui). Le tort de la sociologie, dit-il, est de traiter les statuts « comme des catégories de personnes » et non, comme l’a suggéré Linton, comme des « collections de droits et d’obligations ». Or ces collections ne sont pas attachées à des personnes ou à des groupes réels et stables, mais à des identités sociales qui, elles, sont générées interactionnellement et mutuellement distribuées dans la construction des relations et des activités, par des opérations de sélection et de positionnement réciproque. C’est de ces opérations qu’émergent des « relations d’identité », définies par une certaine distribution mutuelle de droits et de devoirs. Goodenough, qui dit s’inspirer de la linguistique structurale, insiste sur le caractère grammatical de cette sélection d’identités (on ne peut pas apparier les identités n’importe comment) et, à travers elle, des conduites normatives dans leur ensemble.

41Mais son orientation structuraliste ne se manifeste pas tant dans cet intérêt pour la grammaticalité des appariements d’identités que dans sa conception différentielle et relationnelle des catégories. En effet, une catégorie est « un aspect du soi qui fait une différence » dans une relation sociale, c’est-à-dire dans la distribution réciproque des droits et des devoirs ; et il n’y a de changement de catégorie que s’il y a altération de cette distribution. Les droits et les devoirs sont attachés non pas à des personnes, mais à des catégories, plus exactement à des catégories « prises ensemble » (Goodenough, 1965, p. 4). Cette approche est structurale parce qu’elle définit la catégorie par sa valeur positionnelle, constituée, de façon purement relationnelle, par une détermination réciproque : l’identité catégorielle procède d’une différenciation ; elle est une pure identité de position, définie par relation. À une conception taxinomique de la catégorisation, elle substitue une conception « paradigmatique » (au sens de Saussure). Jean Petitot a très bien explicité la différence entre les deux. Dans une catégorisation de type taxinomique, on distribue des objets déjà définis, individués et autonomes sur des classes d’appartenance ; dans une catégorisation « paradigmatique », où la catégorie de la relation prime sur celle de la substance, les unités sont au contraire définies et déterminées par l’action catégorisante elle-même, qui fait émerger « du discret hors du continu », à l’aide d’une forme. « Le paradigmatique est donc le nom que prend le taxinomique lorsque l’on pose, non plus qu’une multiplicité d’unités discrètes déjà individuées se distribue dans un système abstrait de classes d’équivalence, mais au contraire, qu’en tant que forme la classification discrétise la substance en la catégorisant et définit ses unités discrètes par détermination réciproque. En ce sens, le paradigmatique fait de la valeur positionnelle des unités le résultat d’une authentique morphogenèse de la matière signifiante. » (Petitot, 1985, p. 64). Dans cette perspective, où la catégorisation est moins de l’ordre du jugement prédicatif que de celui de l’organisation dynamique d’un espace à l’aide d’une forme, les identités de position n’apparaissent comme des catégories, au sens des approches cognitives, que lorsque le résultat de l’action catégorisante est réfléchi ou formulé discursivement. Ce problème est au cœur de la contribution de Rod Watson (p. 151-184). Celui-ci tente de rendre compte de l’émergence dynamique et endogène de telles identités de position dans la conversation ou dans les files d'attente. Cependant il ne va pas jusqu’à distinguer l’action catégorisante inhérente à l’organisation des actions pratiques et celle que permet la reprise discursive du résultat de cette organisation. On peut penser qu’une telle distinction, qui nous paraît souhaitable, nécessiterait d’introduire une conception morphogénétique de l’activité de catégorisation, selon laquelle la sélection des identités relèverait de l’actualisation d’une forme dotée d’une puissance catégorisante plutôt que de l’affiliation à des catégories d’appartenance.

« De la préconnaissance typique de tout objet d’expérience singulier » (Husserl)

42La problématique phénoménologique de la « typicalité » de l’organisation de l’expérience, présentée par Daniel Cefaï (p. 105-128), nous fournit une autre alternative à la conception taxinomique de la catégorisation. Précisons d’emblée que cette problématique n’a pas a priori de point commun avec celle des approches cognitives évoquées précédemment : dans ce dernier cas, la typicalité concerne soit les propriétés caractéristiques des membres d’une catégorie d’appartenance, soit la centralité ou la représentativité du prototype, en tant que meilleur exemplaire de la catégorie, et la distance au prototype dans l’organisation interne d’une catégorie. Cette typicalité influence les jugements de catégorisation : elle se traduit par une plus grande rapidité dans la reconnaissance de l’appartenance catégorielle des objets, par des usages plus fréquents et plus réguliers des exemplaires prototypiques, etc. (cf. Dubois, 1991).

43L’idée de base de la description husserlienne de la typicalité est que « l’expérience pré-prédicative du monde de la vie est fondamentalement articulée selon des types. Nous n’éprouvons pas le monde comme une somme de données des sens, ni comme un agrégat de choses individuelles isolées les unes des autres, sans aucune relation entre elles. Nous ne voyons pas des taches colorées et des contours, mais plutôt des montagnes, des arbres, des animaux, en particulier des oiseaux, des poissons, des chiens, etc. » (Schütz, [inéd.] 1966, p. 125). Outre donc que nous saisissons d’emblée les objets, les événements, les personnes comme étant d’une certaine sorte, nous les appréhendons dans leurs propriétés typiques, c’est-à-dire selon des déterminations générales, liées au type, et non pas dans leurs particularités individuelles. Mais cette définition ne suffit pas à différencier nettement type et catégorie (au sens taxinomique). Pour mettre en évidence leurs différences, il convient de spécifier trois aspects du type : son appartenance à la « pure réceptivité de l’expérience pré-prédicative », la forme d’objectivité et de généralité qui lui est inhérente, et son mode opératoire propre.

44Schütz a beaucoup insisté sur la transformation qui a lieu quand on passe de la « pure réceptivité » de l’expérience au jugement prédicatif de catégorisation. Dans ses termes, on passe d’une typicalité « factuelle » à une typicalité « générique ». La forme d’objectivité et de généralité qui spécifie chacune n’est pas la même. En particulier le jugement prédicatif suppose une activité cognitive, qui consiste à utiliser un concept pour déterminer un objet – le concept est celui du type sous lequel l’objet est identifié. On passe d’une objectivité constituée dans la pure réceptivité à une « objectivité catégorielle ». Dans ce cas, dit Schütz, il y a thématisation du mode d’objectivité et de généralité propre à l’« expérience réceptive pré-prédicative ».

45Dans la perspective husserlienne, la typicalité déployée dans les jugements de catégorisation n’est qu’une explication ou une thématisation de la typicalité engagée dans la pure réceptivité de l’expérience. Qu’est-ce qui caractérise cette dernière ? Elle se constitue d’abord sur l’arrière-plan d’un horizon de familiarité : nous appréhendons les choses selon leur type en fonction de notre familiarité avec elles, et en particulier en fonction de nos habitudes et de nos capacités d’action dans notre commerce avec elles, ainsi que des anticipations qui en naissent sur leurs comportements habituels ou leur style. En second lieu, saisir un objet selon son type c’est lui conférer une détermination d’un genre tout à fait particulier : elle est générale au sens où elle précède toute saisie de caractéristiques singulières ; elle est approximative, puisqu’il ne s’agit que de déterminations liées au type ; mais elle peut être précisée, et cela de façon indéfinie, la structure de typicalité servant de cadre et de guide pour procéder à la descente en singularité à travers laquelle on accède à l’individualité.

46Cette « déterminabilité indéterminée », propre à la préconnaissance par type, et qui conduit de la généralité inhérente au type à la saisie des particularités individuelles, est habituellement décrite en termes d’anticipation des horizons interne et externe des objets (e.g. Husserl, 1954, § 8). L’aspect d’anticipation des déterminations possibles est important, tout autant que le rôle du type dans la formation et le remplissement de cette anticipation :

Si nous appelons horizon interne le cadre ouvert dans lequel un objet aperçu peut recevoir des déterminations supplémentaires, alors nous pouvons dire que toute détermination supplémentaire se fait en expliquant ce qui est impliqué d’avance dans son horizon, et, corrélativement, les possibilités ouvertes d’activités anticipées de la forme « je peux » (« je peux » examiner l’objet de plus près, etc.). L’horizon interne peut ainsi être caractérisé comme le cadre vide d’une déterminabilité indéterminée, indiquant et prescrivant à la fois le style particulier de toute explication supplémentaire et une typicalité particulière des explicata anticipés qu’il s’agit d’obtenir. (Schütz, [1959] 1966, p. 95)

  • 4 On trouve aussi dans la linguistique cognitive, chez Jackendoff en particulier, une théorie de la c (...)

47De même la typicalité structure-t-elle un horizon externe, celui des « objets co-existants » auxquels renvoie un objet donné, et qui lui ressemblent typiquement ou en diffèrent4.

48Ce mode d’anticipation des déterminations de plus en plus singulières d’un objet en fonction de la structure de typicalité choisie semble relativement différent de celui que permettent l’affiliation à une classe d’appartenance et les opérations cognitives (induction et déduction) qu’elle rend possibles. Il a aussi une autre valeur opératoire. La typicalité, dit Schütz, « détermine la pratique », en particulier parce qu’elle structure toute définition de situation, selon le mode d’objectivité et de généralité qui lui est propre. En outre le choix d’une structure de typicalité est guidé par des « structures de pertinence particulières », et se fait en fonction d’intérêts liés à la situation : « Toute typification est relative à un problème quelconque. Il n’y a pas de type en général, mais seulement des types qui portent un “index” pointant un problème. » (Schütz, [inéd.] 1966, p. 128).

49Il s’agit là d’intuitions importantes qui demanderaient à être développées. En particulier, l’idée du caractère social de la typicalité – celle-ci, constate Schütz, a une validité intersubjective – mériterait un examen plus approfondi. La réflexion de Schapp, discutée par Renaud Dulong (p. 273-296), fait manifestement écho à cette description phénoménologique de la constitution d’une objectivité pré-catégoriale.

Catégories et construction de l’objectivité

  • 5 C’est pourquoi l’argument développé par Stephen Hester (p. 219-242) pose quelque peu problème. L’an (...)

50La recherche d’une alternative à la conception taxinomique de la catégorisation a fait apparaître toute la complexité du phénomène. Elle a aussi conduit à interroger la pertinence d’une entrée dans l’étude de l’organisation des catégories par le jugement prédicatif. Elle a enfin montré la nécessité de maintenir une distinction entre catégorie, concept, mot et sens des mots5. En un sens, cette distinction peut être étayée sur une différenciation des niveaux et des modes de constitution de l’objectivité la catégorisation apparaissant, dès lors qu’elle n’est plus assimilée à la classification, comme plus originaire que la conceptualisation ou la formulation discursive du sens.

51Cette distinction entre catégorie et concept diffère de celle qui a été établie dans la tradition philosophique. Dans celle-ci, les catégories sont créditées d’une nature d’emblée conceptuelle, bien qu’elles opèrent à un niveau plus formel que les concepts. Leur valeur opératoire est définie essentiellement par rapport au jugement prédicatif, à la pensée conceptuelle, à la « connaissance d’objets » ou à la production de sens. Ainsi pour Kant, les catégories sont-elles des « concepts primitifs » qui fournissent « les conditions de possibilité de toute connaissance ». Chez Aristote aussi, elles structurent la détermination des êtres à un niveau plus abstrait que les concepts. Il en va de même chez Peirce, pour qui « les catégories sont, simultanément, les emblèmes des déterminations universelles de l’expérience et les guides permettant de dégager ces déterminations » (Gil, 1985, p. 89). Ou encore dans la tradition analytique, où les catégories établissent les limites du sens et du non-sens : « Elles déterminent les conditions de la signification, en définissant des variables de prédicat que seules certaines classes d’individus sont à même de satisfaire. Sous peine de non-sens, il existera, pour chaque entité, des parcours catégoriaux bien délimités. » (Ibid., p. 90). On considérera, d’une façon générale, que les catégories se traduisent, à la différence des concepts, par des « contraintes de fait qui conditionnent la saisie de l’expérience » (ibid., p. 91 ; cf. la remarque de Wittgenstein, selon laquelle on ne place pas un événement dans un trou – ce qu’on peut faire pour un objet ou un corps matériel).

52Si l’enquête catégoriale en philosophie élucide la valeur opératoire des catégories en termes de contraintes exercées sur la prédication, sur la constitution du sens ou sur la mise en discours du réel, qu’en est-il en sciences sociales ? Comment spécifier cette opérativité dès lors qu’on introduit l’idée d’une pluralité de niveaux de constitution de l’objectivité ? Il ne peut pas y avoir de réponse générale à cette question, compte tenu de la diversité du domaine qui s’offre à l’enquête sur les catégories, compte tenu aussi des différentes acceptions du terme « catégorie » que l’on y rencontre et de l’impossibilité de réduire cette équivocité.

  • 6 Telle est la définition de John Dewey (1967, p. 355) dans sa Logique : « Une catégorie est l’équiva (...)

53On peut cependant esquisser une orientation de recherche, qui actualise la perspective ouverte par Durkheim, en l’élargissant à des problèmes autres que ceux de l’analyse de la pensée conceptuelle. Admettons que les catégories encadrent la constitution de l’objectivité à ses différents niveaux, en tant que « formules d’opérations possibles6 » : elles président aussi bien à l’activité de configuration sensible des phénomènes qu’aux actes d’identification, de détermination et d’individuation. On envisagera alors comme catégories non seulement les prédicats, les modes de prédication ou les cadres formels de la pensée, mais aussi les concepts des entités de base à l’aide desquelles nous individuons les phénomènes (personne, objet, événement, fait, action, passion, etc.), ainsi que les concepts qui présentent la propriété particulière d’être constitutifs de l’objectivité des phénomènes qu’ils décrivent (ils sont « autoréférentiels », dit Searle) et donc de participer, en tant que représentations ou croyances, schèmes ou méthodes, à l’institution de la réalité objective du monde social.

Les catégories entre les mots et les structures mentales

54Dans un texte récent intitulé « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Pierre Bourdieu (1993) esquisse une théorie de l’opérativité sociale de ce type de catégorie. L’argument est en gros le suivant : les catégories « contribuent à faire la réalité qu’elles évoquent », parce qu’elles animent un « véritable travail d’institution » à travers lequel les fictions nominales qu’elles constituent prennent corps dans la réalité et donnent naissance à des groupes ou à des unités sociales réelles (ceci moyennant des conditions sociales bien précises). Tel est, par exemple, le cas de la catégorie « famille » : la réalité objective des familles comme unités sociales de fait émerge d’une multitude de pratiques guidées et contraintes par la catégorie « famille ». Celle-ci, dit Bourdieu, est non seulement un « schème classificatoire », mais aussi une structure mentale, qui est au « principe de milliers de représentations et d’actions […] qui contribuent à reproduire la catégorie sociale objective » (ibid., p. 34). Comme toute catégorie, elle est un « principe collectif de construction de la réalité collective » (ibid., p. 33).

55Comment expliquer cette générativité sociale des catégories ? La réponse de Bourdieu conjoint trois arguments. Le premier rappelle le caractère performatif du langage : « Quand il s’agit du monde social, les mots font les choses. » Ainsi la catégorie « famille » est-elle bien un mot du langage, et plus précisément un « concept classificatoire ». En tant que telle, elle a une valeur prescriptive et pas seulement descriptive : c’est une « fiction nominale » à actualiser. Cette valeur prescriptive (Bourdieu parle d’une « loi tacite ») est admise par tous ceux à qui le schème a été inculqué au cours de leur socialisation. C’est pourquoi les catégories, en tant que « principes de vision et de division communs », sont « au fondement du consensus sur le sens du monde social » : elles font « le sens commun, la doxa acceptée par tous comme allant de soi » (ibid., p. 33).

56Le deuxième argument introduit l’idée de la catégorie comme structure mentale « individuelle et collective ». C’est parce qu’elles sont inscrites « dans les cerveaux socialisés d’une certaine façon » que les catégories ont cette capacité d’informer la construction de la réalité sociale : en effet, en tant que structures mentales, elles engendrent les représentations et les actions, les dispositions et les attitudes qui contribuent à les réaliser comme entités du monde objectif. Dans le cas de la « famille », Bourdieu insiste particulièrement sur le rôle de cette structure mentale dans la production des sentiments appropriés qui font exister la famille, ou dans la génération « des affections obligées et des obligations affectives du sentiment familial ».

57Enfin le troisième argument reprend un aspect essentiel de la théorie de l’habitus : la famille est une catégorie à la fois subjective, « immanente aux individus », et objective, inscrite dans l’« objectivité des structures sociales » et transcendant les individus. Mais ces deux aspects s’accordent « quasi parfaitement », car les structures mentales subjectives sont « objectivement orchestrées ». De la sorte, « la famille comme catégorie sociale objective (structure structurante) est le fondement de la famille comme catégorie sociale subjective (structure structurée) » (ibid., p. 34), cette catégorie subjective étant elle-même un schème guidant la production de la famille comme réalité objective de fait.

  • 7 La perspective praxéologique adoptée ici n’évacue pas les représentations, mais cherche à leur donn (...)

58On ne peut pas dire que, dans ce court essai, Bourdieu dissipe la confusion qui entoure la notion de catégorie. Il en donne, sur deux ou trois pages, plusieurs définitions différentes, sans se demander si elles sont compatibles entre elles. De plus, il ne donne pas de véritable explication du caractère prescriptif des catégories : outre qu’on peut douter que tous les mots du langage « fassent les choses » et que les catégories soient des mots du langage, on peut se demander comment le langage peut de lui-même conférer aux catégories le caractère prescriptif qu’elles ont effectivement. Enfin, Bourdieu conserve une partie de la doctrine représentationnaliste du concept. En effet, il éprouve le besoin, pour décrire la valeur opératoire des catégories dans la construction de l’objectivité, de maintenir la médiation de structures mentales : ce sont elles, dit-il, qui engendrent les comportements et les représentations « réalisant » les catégories dans le monde objectif. Or c’est une médiation qui n’apparaît plus nécessaire lorsqu’on récuse la pertinence de la distinction de l’objectif et du subjectif et qu’on se situe dans la perspective de la théorie du schématisme : les catégories et les concepts ne sont pas des représentations mais des schèmes, c’est-à-dire des règles ou des méthodes (pour une part incorporées) gouvernant les activités ou les opérations de construction de l’objectivité. Il reste cependant que les catégories ne sont pas simplement des « actes de pensée » mais aussi des « objets de pensée », et qu’en tant que tels elles impliquent des croyances et des représentations7. Mais les considérer comme structures mentales n’est pas d’un grand secours pour rendre compte de cette dimension.

Le caractère axiologique et moral des catégories

59En présentant sa théorie de l’efficace social des catégories, Bourdieu se réfère à « certains ethnométhodologues », qui lui paraissent avoir bien vu que les catégories sont des « principes de construction de la réalité sociale », encore qu’ils aient été aveugles à leur « caractère socialement construit » et à leur genèse sociale. Sans doute ces expressions (« construction collective de la réalité collective », etc.) n’appartiennent-elles pas au vocabulaire de l’ethnométhodologie, qui préfère parler d’« accomplissement de la réalité objective des faits sociaux ». Mais il est vrai que les ethnométhodologues ont été sensibles à la générativité sociale des catégories, et en ont fait un de leurs thèmes privilégiés d’investigation. Leurs approches ne sont d’ailleurs pas unifiées, et on peut distinguer deux orientations majeures, la première développée par Harold Garfinkel, la seconde par Harvey Sacks.

60Une des manifestations les plus claires de cette sensibilité à la valeur opératoire des catégories se trouve dans l’analyse du cas Agnes par Garfinkel, qui met en jeu les catégories sexuelles (Garfinkel, 1967, chap. 5). Ce dont Agnes rend compte, dans ses entretiens avec Garfinkel, ce sont des conditions pratiques dans lesquelles elle réalise concrètement la catégorie « femme », en manifestant, dans ses comportements, ses attitudes, ses postures, ses sentiments, etc., qu’elle est bien la « femme naturelle, normale » qu’elle veut être et prétend être (en dépit du changement de sexe qu’elle a subi). C’est ce qui conduit Garfinkel à soutenir que « les personnes normalement sexuées sont des événements culturels dans la société » : les catégories sur lesquelles sont distribués les membres d’une population, du point de vue de leur appartenance sexuelle, sont à la fois des configurations objectives produites par les pratiques de ces membres, et des schèmes d’orientation et d’organisation de ces pratiques. Comme chez Bourdieu, les catégories sont donc à la fois des principes de construction de la réalité et des réalités objectives émergentes, produites d’après et par ces principes.

61Dans son analyse, Garfinkel insistait déjà sur des points que Bourdieu a reformulés dans ses propres termes (en accentuant toutefois le caractère langagier et psychologique des catégories) :

  • Les catégories sexuelles (« homme », « femme ») sont des entités éminemment morales : la catégorie « femme » est, dit-il, « du point de vue d’un membre adulte de notre société », « une chose morale à être et une façon morale de sentir et d’agir » ; ce n’est donc pas une catégorie descriptive ni un concept purement classificatoire.

  • La réalisation de cette catégorie est orientée et contrainte par un schème de la « femme naturelle, normale ». La naturalité caractérise l’appartenance à la catégorie, par opposition aux cas où cette appartenance résulte d’une décision personnelle de changement de sexe, d’une simulation ou d’une opération transformant les attributs physiques de la féminité ou de la masculinité ; le critère de l’appartenance est alors une dotation naturelle (les attributs physiques de l’un ou l’autre sexe), voire une nature sous-jacente. Quant à la normalité, elle est définie en fonction des us et coutumes d’une société.

  • Ce schème a deux composantes. D’une part, il fournit des règles et des méthodes pour configurer des comportements, des dispositions, des attitudes, etc., reconnaissables comme réalisations de la catégorie « femme naturelle, normale ». D’autre part, il consiste en un système de croyances conventionnelles : les gens souscrivent à des définitions, tenues pour allant de soi, car légitimes, de ce qu’est une « femme naturelle, normale ». En fait ce sont des définitions qui habituellement ne sont pas thématisées. Elles prennent plutôt la forme d’attentes d’arrière-plan de la vie courante, que les gens utilisent comme repères pour configurer leurs comportements et pour constituer, par interprétation, ce qui leur apparaît en « apparences d’événements familiers ». Il s’agit donc d’une sorte de « fond commun », ou de doxa, qui est pris comme « base d’inférence et d’action ». Garfinkel parle à leur propos de « faits naturels de la vie en tant que moralité ». Il entend par là ce que « tout un chacun comme nous » est supposé savoir nécessairement sur le monde et sur la vie en société, d’un point de vue de membre ayant à gérer ses « affaires pratiques ».

  • Cette idée de « femme naturelle, normale » renvoie donc aussi à une perception de sens commun du monde des personnes sexuées. Ce monde est défini et traité « comme une affaire de faits objectifs, institutionnalisés, c’est-à-dire de faits moraux ». La dichotomisation de la population sexuée est fondamentalement morale. Sa définition constitue un ordre légitime auquel il convient de se soumettre, ou en faveur duquel on s’engage. Elle fait l’objet de « committed beliefs ». Cet ordre légitime est considéré comme ancré dans la nature, cette naturalité étant elle-même appréhendée comme moralement désirable.

  • La réalisation pratique de la catégorie est distribuée sur les deux foyers de la production et de la réception des comportements : d’un côté, les acteurs configurent leurs conduites de telle sorte qu’elles soient reconnaissables comme manifestant leur appartenance à l’une ou l’autre catégorie sexuelle, conformément aux us et coutumes ; de l’autre, ils utilisent les définitions légitimes de l’ordre des choses, et les attentes d’arrière-plan qu’elles permettent de nourrir, comme schèmes d’interprétation pour constituer les comportements en manifestations « normales » de l’identité sexuelle, ou comme schèmes d’évaluation pour examiner les revendications implicites d’appartenance à l’une ou l’autre catégorie.

62Dans cette analyse, les catégories ne sont pas seulement des mots du langage ou des items du lexique, mais bien des médiations de l’institution continue de la réalité objective. Elles encadrent cette institution en articulant les pratiques des acteurs. Elles opèrent en tant que schèmes et en tant que « paquets » de croyances, de valeurs et d’idées morales (les natural facts of life as a morality). C’est une conception qui, par certains aspects, paraît assez proche de la notion de « croyances stéréotypiques » développée par Putnam : ce qui est associé à la catégorie « femme », ce n’est pas tant un concept, une définition, un prototype ou une liste de traits constituant le sens du mot, que des croyances portant sur ce qu’est une « femme normale, naturelle » – une femme « prototypique », dirait Putnam – dans un certain type de société. Cependant, pour Garfinkel, ces croyances n’ont pas une valeur purement épistémique : elles incorporent une appréciation axiologique et elles ont une dimension morale (désirabilité et obligation) ; c’est pourquoi elles suscitent un engagement en leur faveur (« committed beliefs »).

63C’est une problématique qui n’est pas sans continuité avec celle de Durkheim et Mauss. En effet, lorsque ceux-ci se sont penchés sur les « notions essentielles qui dominent toute notre vie intellectuelle », ils ont souvent décrit non pas des « catégories de l’entendement » au sens kantien du terme, mais des structures de pensée, de sentiments ou de croyances, c’est-à-dire des systèmes d’attitudes et d’orientations, des configurations d’idées et de valeurs relatives à une notion de base de la vie sociale, des ordres légitimes de croyances portant sur la vie en société et sur la nature des choses, bref une partie du corpus des natural facts of life as a morality qui fondent le consensus sur le sens du monde social. En outre, la théorie garfinkélienne des « attentes d’arrière-plan de la vie quotidienne » permet de mieux comprendre le fondement social des caractères d’universalité et de nécessité des catégories. En effet, celles-ci ne s’imposent à tous qu’en vertu d’une constitution intersubjective de leur validité et de leur caractère à la fois désirable et obligatoire (et non pas parce qu’elles sont ancrées dans la société définie comme « un système de forces agissantes », ou dans le langage). Cette constitution se fait à travers des formations et des attributions réciproques d’attentes mutuelles, ainsi qu’à travers une naturalisation et une moralisation des schèmes et des croyances qu’incorporent les catégories.

64Mais la distance avec la problématique durkheimienne est en même temps considérable. Non seulement on n’est plus cantonné dans une problématique d’encadrement transcendantal de la pensée conceptuelle – la pensée sociale est au contraire appréhendée en tant qu’elle est prise dans une dynamique de production de « la réalité objective des faits sociaux » – mais, de plus, le statut et l’opérativité des catégories ne sont plus définis dans le domaine de la seule connaissance : celles-ci sont saisies dans leur structure composite, qui combine des dimensions cognitives, évaluatives, prescriptives et pratiques.

Catégories et organisation des activités pratiques

65Sacks a exploré d’autres aspects de cette productivité sociale des catégories. Nous ne nous étendrons pas sur son approche, car elle est longuement présentée et discutée dans les différents textes de ce volume (cf. aussi, Fornel, 1987). Il nous faut cependant justifier la place qui lui a été accordée. Les recherches que Sacks a consacrées à la catégorisation des personnes dans la conversation comportent des intuitions essentielles pour explorer la valeur opératoire des catégories aussi bien dans l’organisation séquentielle des cours d’action, que dans la construction de l’observabilité, de l’analysabilité et de la descriptibilité des phénomènes sociaux. Sans doute la conception que Sacks a des catégories n’est-elle pas entièrement nouvelle. Ses références initiales à l’analyse componentielle, telle que pratiquée par l’ethnoscience à ses débuts, témoignent d’un certain nombre d’ambiguïtés et de confusions qui n’ont jamais été dissipées, et qui méritent les mêmes critiques que celles qui ont été formulées à l’encontre des approches cognitives. Malgré cela, son travail nous semble encore pouvoir réellement contribuer au développement de l’enquête sur les catégories en sciences sociales.

66Quatre points méritent d’être soulignés. Le premier concerne l’importance accordée au problème de la sélection et de la co-sélection des catégories, dans l’identification des personnes, des objets ou des événements. Sur ce point, Sacks a directement repris les intuitions de Goodenough (sans leur orientation structuraliste) sur le caractère réglé de la « sélection des identités sociales » – pour Goodenough, la catégorisation est une sélection d’identité –, et sur la nature normative des catégories (celles-ci sont des « collections de droits et de devoirs »). Il s’agit effectivement d’un problème crucial pour comprendre la logique endogène de la praxis, bien que l’image, utilisée par Sacks, d’un appareil formel – une machinerie faite de dispositifs et de règles d’application – d’engendrement des sélections effectivement faites in situ par les interlocuteurs paraisse peu congruente avec le cadre praxéologique qu’il adopte.

67Un deuxième aspect important des recherches de Sacks est l’attention portée au rôle de support joué par les catégories dans l’organisation et l’actualisation du savoir de sens commun sur le monde social. Dans un de ses cours, il parlait de « catégories riches en inférences », précisant que, par là, il voulait dire qu’« une grande part du savoir des membres d’une société sur leur société est emmagasinée [stored] en termes de catégories » (Sacks, 1992, p. 40). En particulier, la mobilisation du savoir nécessaire pour traiter une situation ainsi que la régulation normative et morale des comportements et des interactions lui semblent médiatisées par les catégories ou les identités sélectionnées et par les inférences qu’elles permettent (connaissances à attribuer, droits et devoirs à concrétiser, actions et activités à accomplir, etc.).

68D’où d’ailleurs le troisième aspect : ce rôle médiateur des catégories s’étend à l’organisation séquentielle et temporelle des cours d’action. La sélection d’une catégorie ou d’une paire de catégories pour définir une situation rend disponibles certains parcours à effectuer pour traiter cette situation (par exemple, trouver à qui s’adresser pour avoir de l’aide si l’on est suicidaire ; ayant effectué ces parcours, un suicidaire peut conclure qu’il n’a personne à qui s’adresser et décider de contacter des professionnels de la prévention du suicide). Sacks a aussi tenté de redéfinir en termes de catégories la problématique schützienne de la réciprocité des perspectives : la co-sélection de catégories appariées sur le mode de « relations standardisées » assure la congruence des « ordres de pertinence » nécessaire à l'intercompréhension et à la coordination de l’action.

69Enfin, dernier aspect, Sacks a eu l’intuition que la recherche sur les catégories pouvait contribuer à l’analyse empirique du fameux thème de l’accountability introduit par Garfinkel. Dans ses cours, il souligne à plusieurs reprises la capacité des catégories de rendre les phénomènes, en particulier les actions, visibles et observables : les catégories, dit-il, « permettent de voir », et même de découvrir ce que les autres regardent et voient, ou ce qui entre à un moment donné dans leur « texture de pertinences ». L’opérativité des catégories dans l’organisation de l’accountability des phénomènes est ainsi, comme le montre la contribution de Marc Relieu (p. 185-218), une des pistes de recherche les plus intéressantes ouvertes par le travail de Sacks.

*

  • 8 Nous remercions Bernard Conein pour ses conseils de lecture dans un domaine dont il est plus famili (...)

70Notre propos n’était pas d’afficher un parti pris dans l’étude des catégories mais de délimiter l’espace dans lequel s’inscrivent les contributions à ce volume et de justifier le choix d’un tel espace à travers une évaluation d’autres approches. C’est pourquoi nous avons d’abord tenté de repérer les bases de la confusion récurrente entre catégorie, classe, concept et mot du langage et de critiquer la conception de l’activité cognitive qui la sous-tend. Nous avons ensuite mis en évidence le caractère opératoire des catégories en adoptant un point de vue praxéologique : les catégories ne sont pas des représentations mais des « formules d’opérations possibles » ou des méthodes pour des activités pratiques (de détermination, de prédication, d’individuation, de classification, de configuration, d’organisation de cours d’action, etc.). Enfin, nous avons proposé d’élargir le domaine d’opérativité des catégories au-delà du jugement prédicatif, de la « connaissance d’objets » ou de l’organisation des taxinomies à l’aide d’une problématique de la construction intersubjective de l’objectivité. Cet abord praxéologique du problème des catégories n’invalide pas bien évidemment les autres programmes de recherche portant sur ce domaine8.

Bibliographie

Atran Scott (1991), « L’ethnoscience aujourd’hui », Informations sur les sciences sociales, 30 (4), p. 595-662.

Benveniste Émile (1966), « Catégories de pensée et catégories de langue », in Id., Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, p. 63-74.

Berlin Brent (1992), Ethnobiological Classification, Princeton, NJ, Princeton University Press.

Bloor David (1982), « Durkheim and Mauss Revisited : Classification and the Sociology of Knowledge », Studies in History and Philosophy of Science, 13 (4), p. 267-297.

Bourdieu Pierre (1993), « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche, 100, p. 32-36.

Cassirer Ernst (1969), « Le langage et la construction du monde des objets », in Essais sur le langage, Paris, Minuit, p. 39-68 [1933].

Cassirer Ernst (1972), La philosophie des formes symboliques. I. Le langage, Paris, Minuit [1923].

Cassirer Ernst (1977), Substance et fonction, Paris, Minuit [1910].

Descombes Vincent (1992), « Les individus collectifs », in C. Descamps (ed.), Philosophie et anthropologie, Paris, Éditions du Centre Pompidou, p. 57-91.

Dewey John (1967), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Dubois Danièle (ed.) (1991), Sémantique et cognition. Catégories, prototypes, typicalité, Paris, Éditions du CNRS.

Ducrot Oswald (1992), « Les topoï dans la “Théorie de l’argumentation dans la langue” », Communication au colloque Lieux communs, topoï, stéréotypes, clichés, Lyon, mai 1992.

Durkheim Émile (1968), Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France [1912].

Ferry Luc & Alain Renaut (1985), La pensée 68, Paris, Gallimard.

Fornel Michel de (1987), « Catégorisation, identification et référence en analyse de conversation », Lexique, 5, p. 161-195.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

Gil Fernando (1985), « Catégories », in Encyclopaedia universalis, vol. 4, p. 88-91.

Goldstone Robert L. (1994), « The Role of Similarity in Categorization : Providing a Groundwork », Cognition, 52, p. 125-157.

Goodenough Ward H. (1965), « Rethinking “Status” and “Role”. Toward a General Model of the Cultural Organization of Social Relationships », in M. Banton (ed.), The Relevance of Models for Social Anthropology, Londres, Tavistock, p. 1-24.

Granger Gilles Gaston (1989), « Catégories et raison », in A. Jacob (ed.), L’univers philosophique, Paris, Presses universitaires de France, p. 528-541.

Husserl Edmund (1954), Expérience et jugement, Paris, Presses universitaires de France.

Jackendoff Ray (1987), « Some Elements of Conceptual Structure », in Id., Consciousness and the Computational Mind, Cambridge, MA, MIT Press, p. 136-159.

Johnson Mark (1987), The Body in the Mind, Chicago, IL, University of Chicago Press.

Kleiber Georges (1990), La sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Paris, Presses universitaires de France.

Lakoff George (1987), Women, Fire and Dangerous Things. What Categories Reveal about the Mind, Chicago, IL, University of Chicago Press.

Le Ny Jean-François (1989), « Catégories », in Encyclopédie philosophique universelle, t. 1, vol. 2, Paris, Presses universitaires de France.

Margolis Eric (1994), « A Reassessment of the Shift from the Classical Theory of Concepts to Prototype Theory », Cognition, 51, p. 73-89.

Medin Douglas L. (1989), « Concepts and Conceptual Structure », American Psychologist, 44 (12), p. 1469-1481.

Mulhall Stephen (1990), On Being in the World. Wittgenstein and Heidegger on Seeing Aspects, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Petitot Jean (1985), Morphogenèse du sens, Paris, Presses universitaires de France.

Philonenko Alexis (1982), Études kantiennes, Paris, Vrin.

Putnam Hilary (1990), Représentation et réalité, Paris, Gallimard.

Rastier François (1991), Sémantique et recherches cognitives, Paris, Presses universitaires de France.

Rastier François, Cavazza Marc & Anne Abeillé (1994), Sémantique pour l’analyse, Paris, Masson.

Rosch Eleanor (1978), « Principles of Categorization », in E. Rosch & B. B. Lloyd (eds), Cognition and Categorization, Hillsdale, L. Erlbaum, p. 27-48.

Sacks Harvey (1992), Lectures on Conversation, Oxford, Basil Blackwell, vol. 1.

Schütz Alfred (1966), Collected Papers III, La Haye, M. Nijhoff.

Schütz Alfred (1959), « Type and Eidos in Husserl’s Late Philosophy », p. 92-115.

Schütz Alfred (inéd.) « Some Structures of the Life-world », p. 116-132.

Smith Edward E. (1990), « Categorization », in D. N. Osherson & E. E. Smith (eds), Thinking. An Invitation to Cognitive Science, Cambridge, MA, The MIT Press, p. 33-53.

Notes

1 Cf. la définition de Jean-François Le Ny (1989, p. 277) : « En psychologie cognitive, le terme de catégorie est utilisé pour désigner la représentation, stockée dans la mémoire à long terme d’un sujet, d’une classe d’objets ou d’individus […] Cette notion est à peu près équivalente de celle de “concept naturel” ou de “signifié d’un terme d’espèce naturelle”. »

2 Dans la théorie du schématisme, qui vise à résoudre l’antinomie du cartésianisme et de l’empirisme, les concepts sont définis « comme des schèmes, c’est-à-dire non comme des images ou des représentations générales […] mais comme des méthodes générales de construction de l’objectivité. Pour reprendre l’exemple du triangle, on dira que le schème du triangle n’est rien d’autre que la série des opérations qu’il faut effectuer concrètement dans le temps pour parvenir, avec une règle et un compas, à tracer une image du triangle […] Chez Kant […] le concept comme schème n’est plus réellement une représentation, mais une activité » (Ferry & Renaut, 1985, p. 276-278 ; Philonenko, 1982, p. 11-32.)

3 Il serait intéressant de considérer de près la reprise de la théorie kantienne du schématisme par des promoteurs de la « sémantique du prototype » tels que George Lakoff et Mark Johnson (cf. par exemple, Lakoff, 1987 ; Johnson, 1987).

4 On trouve aussi dans la linguistique cognitive, chez Jackendoff en particulier, une théorie de la créativité du type ; mais le type, qui s’oppose au token, est d’emblée situé au niveau de la structure conceptuelle, la catégorisation impliquant une comparaison des représentations mentales correspondant à chacun de ces deux concepts (cf. Jackendoff, 1987).

5 C’est pourquoi l’argument développé par Stephen Hester (p. 219-242) pose quelque peu problème. L’analyse de la façon dont se constitue le sens ou la référence d’un mot dans le contexte de son usage relève-t-elle encore de la problématique des catégories ? En assimilant mot et catégorie, Hester se retrouve d’ailleurs en bonne compagnie – celle des instigateurs de la « sémantique du prototype » ou des promoteurs de l’analyse componentielle (qui conçoivent les collections de catégories comme des « ensembles lexicaux »). On peut donc douter que ce qui vaut pour le caractère indexical du sens ou de la référence des mots utilisés en contexte vaille aussi pour les catégories.

6 Telle est la définition de John Dewey (1967, p. 355) dans sa Logique : « Une catégorie est l’équivalent logique de ce qu’est pratiquement une attitude […] [Les catégories] sont des points de vue à partir desquels certaines formes de conduite sont abordées et réglées. »

7 La perspective praxéologique adoptée ici n’évacue pas les représentations, mais cherche à leur donner leur juste place. Nous partageons le point de vue de François Rastier, selon qui « les représentations ne résument pas l’ensemble des processus mentaux liés à une pratique, et il existe sans doute des actions sans représentations. Néanmoins une pratique qui comprend une sphère sémiotique suppose des représentations, dans la mesure où les signifiés des signes [qui ne sont pas des représentations – L. Q.] ont des corrélats représentationnels. » (Rastier, Cavazza & Abeillé, 1994, p. 4).

8 Nous remercions Bernard Conein pour ses conseils de lecture dans un domaine dont il est plus familier que nous. Nous remercions également Bernard Fradin et Jean Widmer pour leurs remarques et suggestions, ainsi que Michel de Fornel, Albert Ogien et Marc Relieu.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1994

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search