Version classiqueVersion mobile

Les objets dans l’action

 | 
Bernard Conein
, 
Nicolas Dodier
, 
Laurent Thévenot

Recherches

Compétences impliquées dans l’action

Le cas de la taille des perles en pierre dure (Khambat, Inde)

Involved in Action

Die in der Aktion involvierten Kompetenzen

Blandine Bril et Valentine Roux

Résumé

Based on a study of stone beads manufacturing, this paper deals with skills involved in technical actions. It presents a plea in favor of experimental field work. Using experimental methodology, field experimentation allows for rigorous control of the parameters involved while working on everyday tasks. The authors argue that it is only that level of analysis that will give insight into the nature of action control.

Texte intégral

1Comment aborder le problème de la construction de savoir-faire techniques qui requièrent, pour parvenir à un niveau moyen d’expertise, non pas des milliers, mais des millions d’essais au cours d’un apprentissage qui s’étend sur de nombreuses années ? Objets d’étude privilégiés de la psychologie, les processus en jeu dans l’apprentissage ont été appréhendés essentiellement à partir de situations de laboratoire, souvent tout à fait artificielles et ne nécessitant qu’une durée ou un nombre d’essais limité. Grâce à ces situations restreintes mais bien contrôlées, il a été possible de définir certains des processus sur lesquels s’appuie tout apprentissage. Prenons l’exemple de l’influence des conditions de l’apprentissage : différentes situations ont été analysées, tels que les apprentissages groupés (apprendre des tâches successivement) ou variés (apprendre différentes tâches simultanément), l’apprentissage avec ou sans connaissance du résultat transmis au sujet qui apprend, l’apprentissage global ou par partie selon la complexité de la tâche, l’apprentissage basé sur la pratique ou l’explicitation de principes conceptuels, sur la présence ou non d’un modèle, etc. Il a ainsi été démontré que, selon ces situations, l’apprentissage, évalué à partir des capacités de transfert, n’avait pas la même efficacité.

2Bien que ces études de laboratoire ne traitent généralement pas la question des modes d’interaction entre les différents processus et leurs effets réciproques – éléments sans doute essentiels dès que l’on aborde l’apprentissage de savoir-faire plus ou moins spécialisés –, elles présentent cependant l’intérêt de mettre en évidence les mécanismes sur lesquels repose l’apprentissage. La question qui se pose alors est de savoir si l’on peut généraliser aux situations de la vie quotidienne des résultats obtenus à partir de tâches expérimentales artificielles, dénuées de toute sémantique culturelle.

3C’est pourquoi il s’avère indispensable, à côté de travaux de laboratoire, de se donner les moyens d’étudier la manière dont se construisent les compétences quotidiennes dans les conditions réelles de leur « effectuation » (Rogoff & Lave, 1984 ; Lave, 1988). À l’inverse des situations de laboratoire, le domaine des activités quotidiennes est caractérisé par la grande diversité des facteurs en jeu. Ce qui rend difficile sinon impossible, à partir de la seule observation, d’individualiser les différents mécanismes sous-jacents : une observation sans expérimentation ne permet pas d’isoler ou de spécifier le rôle des différents éléments considérés. Nous plaiderons dans cet article pour une expérimentation de terrain, approche qui permet, à partir de méthodologies suffisamment proches de celles de la psychologie expérimentale, d’analyser les habiletés complexes, culturellement reconnues, tout en introduisant un certain degré de contrôle des facteurs en jeu. Cette manière d’aborder l’apprentissage, et plus généralement la notion de savoir-faire, conduit à tester sur le terrain, c’est-à-dire dans des situations réelles de fonctionnement, les concepts élaborés à partir d’expérimentation de laboratoire, mais aussi à étudier leur part relative et leur mode de fonctionnement dans tout apprentissage culturel.

4Pour illustrer notre position – appréhender les notions de compétence et d’apprentissage dans leur contexte réel quotidien d’effectuation – nous présenterons une étude en cours sur la taille de perles en pierre dure telle qu’elle se pratique à Khambat (Inde). Issu de la rencontre d’une problématique psychologique et d’une problématique archéologique, le choix de cette technique très spécifique appelle peut-être quelques explications. L’archéologie est en effet directement concernée par ces problèmes. Les préhistoriens s’intéressent aux notions de compétence et d’apprentissage compte tenu des domaines d’interprétation qu’elles leur permettent d’aborder : capacités cognitives des premiers hominidés, répartition des tâches artisanales, émergence et diffusion des techniques, etc. (Boëda, 1993 ; Inizan, Roche & Tixier, 1992 ; Karlin et al., 1993 ; Karlin, Pigeot & Ploux, 1992 ; Pelegrin, 1990, 1993 ; Roche & Texier, 1991 ; Roux & Corbetta, 1990). L’industrie lithique est le matériel par excellence qui fait l’objet d’études en termes de compétence. Celles-ci sont conduites par référence à des grilles d’analyse mises au point par des expérimentateurs qui distinguent, dans l’activité de taille, le savoir-faire opératoire et le savoir-faire moteur (Pelegrin, 1993). Le premier correspond aux opérations cognitives effectuées au cours de la taille. Le second fait référence à l’activité motrice en jeu dans la taille de la pierre. À partir de cette grille d’analyse, le matériel archéologique est interprété comme l’œuvre de préhistoriques qui ont développé des compétences plus ou moins complexes.

5Si, par ailleurs, l’on veut tester la validité des hypothèses sur les compétences mises en jeu dans la taille, il s’agit de se tourner vers la psychologie, discipline qui s’occupe, en contexte vivant, d’une part de définir les compétences impliquées dans une action, d’autre part d’étudier les modalités de leur acquisition. La référence à la psychologie est d’autant plus adéquate que cette discipline travaille à une échelle d’observation identique à celle qu’utilisent les archéologues pour analyser leur matériel en termes de compétences.

Comment définir une habileté ou un savoir-faire ?

6Avant d’entrer dans le détail d’une analyse des processus cognitifs et moteurs qui sous-tendent les compétences nécessaires à toute activité de taille, nous donnerons une définition générale de ce que recouvrent les termes d’habileté ou de savoir-faire. Ces définitions délimiteront notre cadre d’analyse.

7Une habileté ou un savoir-faire désigne la capacité d’un sujet de réaliser un but en utilisant les ressources de l’environnement. Toute habileté renvoie à un comportement acquis par apprentissage, qui devient optimal lorsque le niveau d’expertise s’accroît. Elle implique généralement des notions telles que celles d’efficacité, d’adresse, de dextérité, de précision, d’exactitude, de régularité, de rapidité, etc. (Adams, 1987 ; Ackerman & Kyllonen, 1991). Une caractéristique supplémentaire, souvent associée à l’idée d’habileté, est que celle-ci est transférable d’une situation à une autre, plus ou moins proche.

8Les habiletés motrices s’expriment par l’action et passent par l’utilisation fonctionnelle de postures et de mouvements dans une interface entre le sujet et son environnement (Reed, 1988). Une action fait ainsi référence à un résultat et à différents moyens d’obtenir ce résultat. Connolly et Dalgleish (1989) distinguent l’aspect intentionnel de l’action, le but à atteindre, et l’aspect opérationnel, c’est-à-dire la manière dont le but est atteint. Toute analyse de l’action relève donc d’une part d’une analyse du résultat, c’est-à-dire du produit de l’action, d’autre part d’une analyse de son exécution.

9Pour décrire la procédure d’exécution d’une action, nous reprendrons la décomposition en trois niveaux proposée par Jean-François Richard (1990). Le premier niveau fait référence à l’organisation de l’activité, c’est-à-dire à la succession des actions (ou sous-buts) réalisée pour atteindre le but global. Dans le cas de la taille de perles, il s’agit des différentes étapes permettant de passer de la matière première à une préforme qui sera ensuite traitée de manière à obtenir un produit fini poli, lustré et perforé. Nous ne nous intéressons dans cette étude qu’à la taille de la perle, conduisant à l’obtention d’une préforme ayant des caractéristiques spécifiques de forme et de dimension. Le troisième niveau, le plus élémentaire, est celui des actions primitives : directement exécutables, elles ne peuvent être décomposées en unités plus petites. Dans les cas qui nous intéressent, une action élémentaire est toujours réalisée par une activité motrice, ici un mouvement de percussion. Le niveau intermédiaire est celui de l’exécution de séquences d’opérations constituées d’enchaînements d’actions élémentaires. Le degré de maîtrise de l’habileté doit être analysé à partir non seulement d’une étude des caractéristiques de chacun des trois niveaux d’action, mais aussi de la manière dont ils interagissent entre eux.

  • 1 L’importance de cette planification dynamique est discutée dans la contribution de Bernard Conein (...)

10Le premier niveau concerne essentiellement le plan d’action (Richard, 1990), c’est-à-dire la manière dont un sujet organise, planifie les différentes étapes (ou sous-buts) nécessaires à la réalisation de son action (Hayes-Roth & Hayes-Roth, 1979 ; Tanon, 1989). L’ergonomie et la psychologie cognitive s’intéressent depuis longtemps à ce niveau d’analyse. Contrairement à ce qui a parfois été dit, la notion de planification relative à des activités comportementales n’implique pas la détermination a priori des « détails » de l’action. Il serait par exemple absurde d’imaginer que le tailleur planifie à l’avance les centaines de percussions nécessaires à la fabrication d’une perle ! Si tout sujet a une idée plus ou moins précise de la manière d’atteindre le but fixé, tous les détails de la séquence d’actions ne peuvent par contre être planifiés à l’avance. L’enchaînement progressif des actions élémentaires pour réaliser un sous-but se construit au fur et à mesure de la transformation de l’environnement immédiat – dans le cas présent du bloc de matière première – en fonction du projet d’action. Ce qui est important dans la notion de planification est donc sa dynamique au cours de l’exécution de l’action (Conein, 1992)1. L’étude de l’action motrice élémentaire relève plutôt de travaux sur le contrôle moteur réalisés en physiologie, en biomécanique et plus récemment en psychologie. On pourrait citer les recherches sur le pointage ou sur la préhension, mouvements relativement proches des mouvements de percussion que l’on trouve dans la taille de la pierre. Cependant ces mouvements sont généralement analysés pour eux-mêmes et non pas dans un enchaînement complexe (cf. par exemple Jeannerod, 1988).

11Le niveau intermédiaire, c’est-à-dire l’assemblage d’actions motrices élémentaires pour la réalisation d’un sous-but, reste largement inexploré. La construction d’une action grâce à l’intégration de mouvements élémentaires n’a donné lieu, à notre connaissance, qu’à peu de recherches. On pourrait cependant citer les travaux sur l’organisation temporelle de séquences d’écriture, ou sur la frappe d’un texte à la machine (Viviani & Terzuolo, 1980).

12Avant d’exposer les problèmes que pose l’analyse des compétences impliquées dans la taille de perles en pierre dure selon ces trois niveaux de décomposition de l’action, une présentation rapide des données ethnographiques permettra de tracer le cadre à partir duquel nous avons construit notre étude.

Situation ethnographique

  • 2 Pour plus de détails, voir Roux & Pelegrin (1989).

13Nous situerons tout d’abord en quelques mots les conditions de production de perles en pierre dure, puis décrirons la technique de taille de la pierre ainsi que la méthode utilisée pour la fabrication d’une perle2.

La production

  • 3 Les revenus des artisans des deux groupes d’ateliers sont à peu près équivalents : environ 400 roup (...)

14À Khambat, les artisans travaillent en ateliers. Ils se répartissent en deux groupes sur la base du type de perles taillées. Le premier groupe est spécialisé dans la fabrication de perles de toutes dimensions de qualité supérieure (parfaitement symétriques et finement retouchées). Le second groupe est spécialisé dans la fabrication de perles de dimensions standard (1 à 3 cm de long ou de diamètre) de qualité inférieure (asymétriques et grossièrement retouchées). Cette dernière qualité répond à un marché international qui s’est développé il y a une dizaine d’années. Les artisans qui taillent les perles de qualité supérieure ont suivi un apprentissage de 7 à 10 ans. Un maître leur donnait des instructions orales et/ou leur montrait les gestes pour aborder progressivement les difficultés rencontrées. Ces difficultés sont relatives à la forme et aux dimensions des perles. En revanche, les artisans qui taillent les perles de qualité inférieure ont suivi un apprentissage de 2 à 3 ans seulement. Dans ce cas, l’apprentissage n’a pas été contrôlé par un maître, les responsables d’ateliers se contentant de quelques commentaires sur le produit fini. Quelle que soit la catégorie d’atelier, les artisans sont payés à la pièce, à l’exception de certains, spécialisés dans la production de qualité supérieure, qui reçoivent un salaire mensuel3. La jeune génération préfère alors travailler dans les ateliers spécialisés dans la taille des perles de qualité inférieure, compte tenu de la possibilité d’un rendement plus élevé. Il est par là-même très difficile d’observer, à l’heure actuelle, l’apprentissage traditionnel de la taille des perles de qualité supérieure.

Fig. 1. Taille des perles par percussion indirecte par contrecoup.

15Devant cette situation pouvant entraîner la perte d’un savoir-faire élaboré, le gouvernement indien a décidé d’ouvrir un centre d’apprentissage. Il accueillait, en janvier 1993, quatre enfants destinés à recevoir l’enseignement de l’un des meilleurs tailleurs de Khambat.

La technique de taille

16Le tailleur utilise conjointement deux outils (fig. 1) :

  • une barre de fer bipointe d’une cinquantaine de centimètres de long et de deux centimètres de diamètre, fichée dans le sol obliquement vers l’avant ;

  • un petit maillet à tige fine en bambou armé d’une tête en come de buffle.

17Pour détacher un éclat, un tailleur droitier, assis à même le sol, maintient la pièce à tailler entre les doigts de sa main gauche et applique le bord de la pièce contre l’extrémité de la barre de fer. Le maillet tenu par l’autre main vient percuter la pièce pour détacher un éclat à partir du point de contact avec la barre de fer. Il s’agit donc d’une technique de taille par percussion indirecte par contrecoup.

18La taille d’une perle est effectuée en deux temps. Un premier dégrossissage aboutit à une ébauche, pièce qui présente ses principaux caractères géométriques. La finition de la taille aboutit à une préforme, pièce taillée qui sera ensuite abrasée, perforée, polie et lustrée. Le tailleur change entre-temps de barre de fer (plus pointue pour la préforme) et de maillet (plus léger).

Méthode de taille

19Pour tailler une ébauche et aboutir à une préforme, les artisans suivent des séquences d’actions qui varient selon la forme des perles. Une séquence d’actions correspond à la stratégie de base en usage à Khambat pour obtenir une forme particulière de bonne qualité. Si l’on reprend la terminologie proposée dans les paragraphes précédents, ces séquences constituent la succession des sous-buts nécessaires à la réalisation du but recherché, une forme particulière de perle. Ainsi, pour la taille des perles de forme cylindrique, l’artisan part d’ébauches de forme parallélépipédique qu’il taille selon certaines opérations :

  • calibrage des crêtes,

  • préparation des extrémités,

  • enlèvement des crêtes par les extrémités (flûtage),

  • réduction des aspérités par enlèvements transversaux,

  • finition des extrémités.

20Chaque opération est réalisée par un enchaînement d’actions élémentaires, mettant en jeu une activité bimanuelle : la main gauche (pour un droitier) positionne l’ébauche contre l’extrémité de la barre de fer, tandis que la main droite exécute le mouvement de percussion. Les caractéristiques des percussions (amplitude, vitesse du maillet au moment du choc, durée, etc.) ainsi que l’organisation de leur succession varient selon le sous-but à atteindre. La nature des éclats à enlever diffère en effet selon l’opération à exécuter. Le calibrage des crêtes, par exemple, consiste à détacher une succession d’éclats minces et de petite taille, alors que l’enlèvement d’une crête se fait par le détachement en une seule fois d’un éclat allongé de la longueur de l’arête.

Description des niveaux de compétence

21Une première expérimentation fut menée en 1988-89 avec des artisans de chacun des deux groupes d’ateliers, le « groupe 1 », spécialisé dans la taille de perles de qualité supérieure, et le « groupe 2 », spécialisé dans la taille de perles de qualité inférieure (Roux, 1991, 1993). Le but était de déterminer dans quelle mesure les performances observables révélaient des niveaux de compétence variables. Pour ce faire, on a demandé aux deux groupes d’artisans, constitués chacun de huit sujets, de réaliser différents types de perle, de qualité supérieure, dans une calcédoine homogène (non rubanée). La taille des perles fut filmée en vidéo et les produits finis conservés. Les performances des artisans furent étudiées à partir des séquences de taille et des produits finis, à l’aide de grilles d’analyse élaborées par Jacques Pelegrin (Roux & Pelegrin, 1989).

22La grille d’analyse des produits finis est basée sur l’évaluation des caractéristiques suivantes : creux, aspérités, asymétrie des extrémités et du volume, mauvaise finition des extrémités. Ces caractéristiques sont les défauts que noterait un polisseur : elles contrarient l’obtention d’un produit fini de qualité supérieure, c’est-à-dire parfaitement régulier et symétrique. L’analyse des produits finis selon cette grille permet d’évaluer :

  • les capacités motrices des artisans : la présence de creux et la mauvaise finition des extrémités relèvent de capacités motrices restreintes ; ces défauts sont dus à des détachements approximatifs ou ratés, qui sont directement fonction du geste de percussion ;

  • les capacités de planification dynamique : des capacités restreintes se traduisent par la présence d’aspérités et par l’asymétrie des extrémités et/ou du volume ; ces défauts sont le résultat d’une planification mal contrôlée ; ils ne peuvent être rectifiés par de simples enlèvements, mais exigent une reprise de l’ensemble de la pièce selon une planification adéquate.

23L’analyse des séquences d’actions, à partir des enregistrements vidéo, a permis de noter leur organisation en termes de sous-buts ainsi que de mesurer le temps consacré à chacune des étapes. Les caractéristiques des séquences d’actions permettent d’évaluer les capacités de planification des artisans. Un exemple est décrit dans la figure 2 qui présente les séquences de taille impliquées dans la fabrication de trois perles cylindriques et réalisées par deux artisans, l’un du groupe 1, l’autre du groupe 2. La colonne de gauche indique les principales opérations de taille (séquence type en usage à Khambat) telles qu’elles ont été décrites plus haut : calibrage et régularisation des crêtes, préparation des extrémités, enlèvement des crêtes par flûtage, réduction des crêtes par enlèvements transversaux, finition des extrémités. La succession des opérations ainsi que le temps (en secondes) consacré à chacune d’elles sont notés par un trait vertical, dont la longueur est proportionnelle au temps passé sur l’opération. L’ensemble des opérations est organisé en séries ou sous-buts. Chaque série est marquée par le retour à une opération antérieure.

24Une analyse comparée des séquences effectuées par chacun des deux artisans montre que :

  • le temps passé sur la taille d’une perle est beaucoup plus grand dans le cas de l’artisan du groupe 1 que dans celui du groupe 2 (plus de 200 secondes dans le premier cas et à peine 50 secondes dans le second cas) ;

  • le nombre de séries d’opérations est nettement plus élevé dans le cas de l’artisan du groupe 1 ; de surcroît, le nombre d’opérations par série d’opérations peut être aussi plus élevé. Ainsi par exemple, la taille de la première perle de l’artisan du groupe 1 a nécessité dix séries d’opérations (avec trois opérations pour la première série - calibrage, préparation, flûtage) alors que l’on n’observe que quatre séries pour la première perle de l’artisan du groupe 2 (et une seule opération pour la première série).

25Ces résultats, combinés à l’analyse des produits finis (cf. Roux, 1993), font ressortir des différences entre les deux groupes sur le plan de la compétence motrice et sur celui de la planification :

  1. les artisans du groupe 1 ont développé des habiletés qui leur permettent d’enlever différents types d’éclats fins, et ainsi de réaliser toutes formes de perles de facture régulière. Les artisans du groupe 2 ont développé des habiletés qui ne leur permettent de réaliser que des perles de dimensions standard et de facture grossière.

  2. les artisans du groupe 1 modulent leur planification en fonction du contexte rencontré (la matière première) et selon une cohérence technique qui contribue à la réussite du projet (la qualité du produit fini). Les artisans du groupe 2 non seulement n’ont pas certaines connaissances de base (ex. : nécessité de calibrer les arêtes pour un bon flûtage), mais en plus ils font varier les séquences d’actions de manière incohérente ou figée, et par conséquent inefficace (comme par exemple la réduction des aspérités par enlèvements transversaux avant la fin des séries de flûtage) – ce qui contribue à l’échec du projet. En effet, les variations observées ne sont pas des variations en fonction du but (fabrication d’un type spécifique de perle) et de l’environnement (adaptation à la matière première et à ses contraintes changeantes). Ce sont des variations aléatoires à mettre en relation avec les séquences-types en usage à Khambat.

Fig. 2 - Séquences d’actions suivies par deux artisans, l’un du groupe 1 et l’autre du groupe 2, pour la taille de 3 exemplaires de perles cylindriques (passage ébauche-préforme). Le temps passé sur chaque opération est donné en secondes et est représenté par un trait vertical d’une dimension proportionnelle à la durée. La succession des opérations est segmentée par chaque retour à une situation antérieure. Le nombre de séries d’opérations ainsi obtenues est totalisé, de même que le temps passé au cours de la fabrication de la perle sur une opération donnée.

Discussion

26L’analyse des performances des artisans, produits finis d’une part, séquences d’actions d’autre part, montre sans ambiguïté qu’il existe des compétences de niveaux différents dans les deux groupes. Ces résultats sont issus d’une analyse directe de la structure des plans d’action et de leur organisation en sous-buts, ou en séquences d’opérations. Ils permettent de faire l’hypothèse d’une capacité moindre de planification dynamique chez les artisans produisant des perles de qualité inférieure. Cette planification dynamique consiste à prendre en compte à chaque instant les nouvelles caractéristiques de l’environnement et à y adapter son action. Elle suppose une capacité de percevoir et d’utiliser efficacement les propriétés de l’environnement eu égard au but poursuivi (Gibson, 1979). Dans le cas de la taille d’une perle, l’artisan doit effectuer une percussion en fonction de l’effet de la (des) percussion(s) précédente(s) et du sous-but qu’il s’est fixé. Ainsi chaque percussion est-elle importante par elle-même en ce qu’elle transforme la situation et donc prépare la planification de la (ou des) percussion(s) suivante(s).

  • 4 L’article de Rochat & Reed (1987) est une très bonne introduction (en français !) à la notion d’aff (...)

27Quelle réalité recouvre cette notion de prise en compte des caractéristiques de l’environnement ? Toute action nécessite un certain ajustement entre l’organisme (ici une personne) et l’environnement ; cet ajustement ne peut être efficace que dans la mesure où il y a adéquation entre les moyens utilisés et le but poursuivi. Virtuellement tout choix d’action est façonné par la perception de ce que l’environnement permet dans une situation donnée. James Gibson a donné le nom d’affordance aux propriétés de l’environnement perçues et envisagées comme une réalité « agie » (Gibson, 1979). L’intérêt du concept d’affordance est qu’il permet de faire référence tout à la fois à l’environnement et au comportement, avec l’idée de complémentarité entre l’environnement et le sujet (Gibson, 1977) : « les affordances sont non seulement perceptibles, elles sont ce qui est perçu et ce qui crée des possibilités d’action » (Rochat & Reed, 1987)4.

28Selon cette perspective, l’apprentissage d’une compétence motrice telle que la taille de perles (il en va de même pour de multiples autres activités techniques) peut être appréhendé comme l’apprentissage de l’utilisation des propriétés de l’environnement pour la réalisation d’un but donné. Apprendre à tailler nécessite de comprendre les propriétés du maillet relativement à la matière à tailler et à la forme à obtenir, puis de l’utiliser de manière fonctionnelle. Ceci suggère que l’apprentissage d’une habileté complexe passe par la perception des propriétés du contexte relativement à l’action, puis par l’optimisation de leur intégration dans l’action. Les stratégies de taille utilisées ne seraient pas apprises pour elles-mêmes, mais seraient la conséquence de la maîtrise de l’environnement dans la réalisation d’un but donné. L’artisan doit apprendre à apprécier à tout moment l’état de l’ébauche et à évaluer quelle opération il doit alors effectuer.

29Il en est de même pour l’activité motrice proprement dite, à savoir la percussion, mais à un autre niveau de prise en compte des propriétés de l’environnement. Il s’agit ici de parvenir à évaluer les propriétés réciproques du mouvement et du choc du marteau sur la pierre dont vont dépendre les caractéristiques de l’éclat enlevé. On retrouve ainsi l’importance d’une analyse de l’action selon les différents niveaux introduits au début de l’article.

30Comment envisager l’étude des compétences impliquées dans l’activité de taille, en faisant la part de la maîtrise des actions du niveau le plus élémentaire (la maîtrise du mouvement de percussion) et de la maîtrise de la construction des sous-buts ? La maîtrise d’un niveau dépend-elle de celle d’un autre niveau ? La question qui se pose est alors de savoir si les différences qui ont été mises en évidence entre les deux groupes de tailleurs portent sur le contrôle moteur plus ou moins bon du mouvement élémentaire (la percussion), ou sur l’utilisation du mouvement élémentaire dans la construction de sous-buts. Les résultats suggèrent que les différences observées tiendraient à une inégalité de compétence dans le contrôle de l’action motrice de base, et dans l’intégration de ces actions élémentaires en séquences. On peut en outre faire l’hypothèse qu’une mauvaise maîtrise des mouvements de base réduit la possibilité de planification dynamique de la tâche.

31Pour étudier ces problèmes de compétences, il faut pouvoir dissocier, au moins en partie, les effets de la composante motrice élémentaire et ceux de la planification dynamique. En effet, il convient d’analyser d’une part la capacité de flexibilité et d’adaptabilité de la stratégie utilisée par l’artisan selon les caractéristiques de l’environnement (constitué ici de l’ensemble des éléments matériels intervenant dans l’action, tels le maillet, le type de matière première utilisée, les caractéristiques géométriques de l’ébauche, la dureté de la pierre, les contingences de la matière première), d’autre part, le niveau de contrôle de l’action élémentaire (ici le mouvement de percussion).

32Nous avons donc conçu une situation expérimentale de terrain qui permette de travailler sur les plans d’action à partir d’une analyse simultanée des actions élémentaires et de l’organisation des sous-buts. Le principe en est le suivant : les artisans doivent être dans des conditions identiques pour qu’il soit possible d’analyser, de façon comparée, leurs stratégies d’atteinte des sous-buts, leurs mouvements de percussion et la composition des séquences de mouvements élémentaires pour réaliser un sous-but. Une telle analyse conduit à spécifier pour chaque sujet les caractéristiques des compétences de planification dynamique et des compétences proprement motrices pour chaque sujet. L’obtention de conditions identiques suppose de substituer à la matière première locale, dont on ne peut contrôler les variations, une matière première homogène (matériau et ébauche), ainsi que d’en faire varier certaines caractéristiques de manière contrôlée. L’étude du mouvement nécessite, pour qu’elle soit de même ordre que les travaux expérimentaux sur le contrôle moteur, d’utiliser des techniques de laboratoire.

33Le problème de l’apprentissage est abordé ici de manière indirecte. Sachant qu’il faut de 7 à 10 ans à un artisan pour parvenir au stade d’expert, c’est-à-dire pour produire des perles d’une qualité supérieure, et qu’il faut de 2 à 3 ans pour produire des perles de qualité médiocre, comment rendre compte du processus d’acquisition de ces compétences ? Comme il est impossible de suivre l’apprentissage d’artisans en temps réel, nous avons travaillé avec des artisans confirmés issus des deux groupes d’ateliers, ainsi qu’avec de jeunes apprentis destinés à se spécialiser dans la fabrication de l’une ou l’autre qualité de perles. Cependant, la demande de perles de qualité supérieure ayant considérablement baissé, il n’existe plus que très peu d’ateliers de taille et donc d’apprentis de cette catégorie. Pour celle-ci, nous avons dû, comme nous l’avons indiqué plus haut, nous contenter d’un groupe très restreint.

Pour approfondir l’étude des compétences : une expérimentation de terrain

34L’idée d’« expérimentation de terrain » est basée sur la construction d’une situation expérimentale à partir des tâches et des lieux familiers au sujet, tout en donnant la possibilité d’un contrôle rigoureux des paramètres en jeu. Dans le cas de notre étude, les enregistrements se sont déroulés dans un atelier où ne travaillait qu’un seul artisan de manière permanente. Cette situation avait l’avantage d’offrir des conditions d’enregistrement optimales (peu de bruit et de passage) tout en gardant l’organisation habituelle d’un atelier.

35Dans l’expérimentation que nous avons réalisée, il s’agissait, à partir de situations habituelles, d’introduire des modifications dans l’activité de taille de l’artisan en faisant varier le degré de familiarité du tailleur avec son environnement immédiat, c’est-à-dire en jouant sur le matériau à tailler (nature de la matière première) et sur le but à atteindre (type de perle à réaliser). Le principe général est décrit dans le tableau 1. En introduisant trois niveaux de familiarité, nous faisons l’hypothèse que le degré de réussite dans chacune de ces situations est relatif aux capacités d’ajustement, de flexibilité et donc de planification de l’artisan. Un artisan de haut niveau devrait être capable de transférer son habileté de planification et son habileté motrice à des situations nouvelles, qu’il s’agisse d’un matériau inconnu ou d’une forme de perle inconnue.

Tableau 1. - Résumé des situations expérimentales.

36Dans chacune des situations expérimentales définies ci-dessus, nous avons fait varier les dimensions de la pièce à réaliser, ce qui correspond à des niveaux de difficulté distincts. À type égal, les grandes perles sont toujours plus difficiles à faire. À cela deux raisons :

  • le détachement d’éclats allongés, nécessaire à l’obtention des grandes perles, demande nettement plus d’habileté que le détachement d’éclats courts ;

  • le détachement, pour les grandes pièces, de grands éclats contrôlés en séries variées nécessite d’agencer des séries en séquences organisées, plus nombreuses que pour les petites pièces. Leur agencement correspond alors à la mise en jeu d’une planification plus élaborée, plus critique dans l’évaluation de la situation et plus stricte dans les décisions ; toute combinaison approximative de séquences compromet en effet la réussite des séquences suivantes et/ou la réussite d’enlèvements spécialement délicats quand ils sont de grandes dimensions.

37En outre, les pièces sphériques sont plus difficiles à réaliser que les pièces cylindriques compte tenu de la difficulté à percevoir une légère asymétrie et à contrôler les éclats obliques couvrants, propres au façonnage final de cette forme.

38Nous avons choisi comme matériau inhabituel le verre. Il présente l’avantage d’être homogène, tout en répondant, à la taille, à des principes mécaniques identiques à ceux de la calcédoine, à savoir le détachement par fracturation conchoïdale. Nous avions donc fait fabriquer en France des parallélépipèdes de verre de couleur proche de celle de la calcédoine, de manière à disposer d’ébauches aux caractéristiques géométriques rigoureusement identiques, et totalement homogènes (fig. 3a et 3b).

39Pour travailler sur l’action élémentaire, c’est-à-dire sur la percussion, les enregistrements vidéo n’étaient pas suffisants. Il fallait se donner les moyens d’un travail d’analyse à partir d’une technique de laboratoire. Nous avons utilisé un accéléromètre uniaxial fixé sur la tête du maillet et relié à un ordinateur, ce qui nous a permis d’enregistrer en continu l’accélération du maillet. La conception et la mise au point de ce matériel d’enregistrement portable a été réalisé par Gilles Diétrich, ingénieur de recherche à l’INSEP. Ces données nous permettent d’analyser certaines caractéristiques de la percussion telle que la quantité de mouvement au moment du choc, élément sans doute central du contrôle de l’efficacité du choc.

Fig. 3a. Ébauches en verre et en calcédoine à partir desquelles les artisans, à l’expérimentation, ont taillé différents types de préformes.

40À l’issue de l’expérimentation, nous avons ainsi pour chaque artisan une production d’un ensemble de 80 perles. Pour chaque perle, nous disposons 1) d’un enregistrement vidéo permettant d’analyser l’organisation du plan d’action en sous-buts ; 2) d’un enregistrement, par le biais de l’accéléromètre, des composantes fines de l’action élémentaire, la percussion ; 3) du produit fini. Leur analyse doit permettre une étude comparative de l’action selon les trois niveaux proposés précédemment, organisation du plan d’action en sous-buts, structuration des sous-buts à partir des actions élémentaires, action élémentaire et ceci dans les diverses conditions retenues : situation habituelle, inhabituelle simple, inhabituelle complexe. À partir des spécificités non seulement des stratégies de planification observées dans ces différentes conditions, mais également du mouvement élémentaire lorsque les conditions environnementales varient, il devient possible de faire des hypothèses précises sur ce que recouvre l’idée de niveau de compétence ou d’expertise dans l’action, niveau d’expertise dont il est aisé de deviner l’existence lorsqu’on a en main le produit fini, mais qu’il est extrêmement difficile de définir.

Fig. 3b. Types de préformes en verre et en calcédoine taillées à l’expérimentation, par les artisans.

Conclusion

41Deux points importants ressortent de ce travail expérimental de terrain. Travailler sur l’action et sur l’acquisition de la maîtrise de l’action nécessite une approche qui tienne compte des différents types de compétence impliqués aux différents niveaux d’action. Dans le cas d’activités techniques du genre de celles dont il a été question, la maîtrise de l’action semble reposer essentiellement sur deux types de compétences : les capacités de planification dynamique, c’est-à-dire la capacité du sujet à percevoir, puis à utiliser les indices de l’environnement qui le conduiront à optimaliser le résultat de son action en fonction du but recherché ; les capacités motrices nécessaires à l’action élémentaire. Il s’agit donc ici de la construction et de l’utilisation des affordances de l’environnement, relativement au projet d’action, qu’il s’agisse du plan d’action global, de l’atteinte des sous-buts ou de l’action motrice élémentaire.

  • 5 Nous tenons à remercier chaleureusement les artisans qui ont accepté de se plier à une situation in (...)

42Cette étude montre par ailleurs que pour parvenir à évaluer ce que recouvrent ces compétences, il est nécessaire d’avoir recours à des situations expérimentales de terrain. En effet si, comme l’a montré Valentine Roux dans une première étude, il est possible d’évaluer les différences de compétences en s’appuyant à la fois sur l’analyse fine du produit fini et sur des observations systématiques des séquences de taille lors de productions habituelles, il n’est en revanche pas possible de déterminer, par ces procédures, la nature de ces niveaux de compétence. Il semble que seuls des travaux expérimentaux de terrain, qui ne peuvent être envisagés qu’après une étude systématique de l’activité dans ses conditions habituelles de réalisation, permettent de comprendre les processus de contrôle en jeu dans l’action, ainsi que la manière dont ce contrôle se construit au cours de l’apprentissage5.

Bibliographie

Ackerman Phillip L. & Patrick C. Kyllonen (1991), « Trainee Characteristics », in J. E. Morrison (ed.), Training for Performance : Principles of Applied Human Learning, Chichester, John Wiley & Sons, p. 193-230.

Adams Jack A. (1987), « Historical Review and Appraisal of Research on The Learning, Retention and Transfer of Human Motor Skills », Psychological Bulletin, 101, p. 41-74.

Boeda Eric (1993), « Approche de la variabilité des systèmes de production lithique des industries du Paléolithique inférieur et moyen, ou chronique d’une variabilité attendue », Techniques et Culture, 17-18, p. 37-79.

Conein Bernard (1992), « L’action située est-elle sans plan ? Sur les rapports entre recette et action culinaire », Technologies, Idéologies, Pratiques, 10 (2-4), p. 253-268.

Connolly Kevin & Mary Dalgleish (1989), « The Emergence of a Tool-using Skill in Infancy », Developmental Psychology, 25, p. 894-912.

Gibson James J. (1977), « The Theory of Affordances », in R. Shaw & J. Bransford (eds), Perceiving, Action and Knowing : Toward an Ecological Psychology, NJ, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates.

Gibson James J. (1979), The Ecological Approach to Perception, NJ, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates.

Hayes-Roth Barbara & Frederick Hayes-Roth (1979), « A Cognitive Model of Planning », Cognitive Science, 3, p. 275-310.

Inizan Marie-Louise, Roche Hélène & Jacques Tixier (1992), Technology of Knapped Stone, Meudon, CREP.

Jeannerod Marc (1988), The Neural and Behavioral Organization of Goal Directed Movements, Oxford, Clarendon Press.

Karlin Claudine, Pigeot Nicole & Sylvie Ploux (1992), « L’ethnologie préhistorique », La Recherche, 247, p. 1106-1116.

Karlin Claudine, Ploux Sylvie, Bodu Pierre & Nicole Pigeot (1993), « Some Socio-economic Aspects of the Knapping Process among Groups of Hunters-gatherers of the Paris Basin area », in A. Berthelet & J. Chavaillon (eds), The Use of Tools by Human and Non-Human Primates, Oxford, Oxford University Press, p. 318-337.

Lave Jean (1988), Cognition in Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Pelegrin Jacques (1990), « Prehistoric Lithic Technology : Some Aspects of Research », Archaeological Review from Cambridge, 9, p. 116-125.

Pelegrin Jacques (1993), « A Framework for Analysing Prehistoric Stone Tools Manufacture and a Tentative Application to Some Early Lithic Industries », in A. Bertheriet & J. Chavaillon (eds), The Use of Tools by Human and Non-Human Primates, Oxford, Oxford University Press, p. 302-314.

Reed Edward S. (1988), « Applying the Theory of Action Systems to Research to the Study of Motor Skills », in O. G. Meijer & K. Roth (eds), Complex Movement Behavior : the Motor-Action Controversy, Amsterdam, Elsevier Publishers.

Richard Jean-François (1990), « La représentation de l’action dans les processus de compréhension », Langages, 100, p. 115-126.

Rochat Philippe & Edward Reed (1987), « Le concept d’affordance et les connaissances du nourrisson », Psychologie française, 32, p. 97-104.

Roche Hélène & Pierre-Jean Texier (1991), « La notion de complexité dans un ensemble lithique. Application aux séries acheuléennes d’Isenya (Kenya) », in Vingt-cinq ans d’études technologiques en préhistoire, Juan-les-Pins, APDCA, p. 99-108.

Rogoff Barbara & Jean Lave (eds) (1984), Everyday Cognition : its Development in Social Context, Cambridge, Harvard University Press.

Roux Valentine (1991), « Peut-on interpréter des activités lithiques préhistoriques en termes de durée d’apprentissage ? Apport de l’ethnographie et de la psychologie aux études technologiques », in Vingt-cinq ans d’études technologiques en préhistoire, Juan-les-Pins, APDCA, p. 47-56.

Roux Valentine (1993), « Analyse techno-psychologique de l’objet : l’exemple des perles en roches dures », Bulletin du Centre genevois d’Anthropologie, 4, à paraître.

Roux Valentine en coll, avec Daniela Corbetta (1990), Le tour du potier. Spécialisation artisanale et compétences techniques, Paris, Éditions du CNRS, 155 p., Monographie du CRA, 4.

Roux Valentine & Jacques Pelegrin (1989), « Taille des perles et spécialisation artisanale. Enquête ethnoarchéologique dans le Gujarat », Techniques et Culture, 14, p. 23-49.

Tanon Fabienne (1989), A Comparative Study of Formal Versus Informal Education on Planning Abilities : Schooling Versus Weaving in the Ivory Coast, Ph. D. dissertation, Université de Pennsylvanie.

Viviani Paolo & Carlo A. Terzuolo (1980), « Space-Time Invariance in Learned Motor Skills », in G. E. Stelmach & J. Requin (eds), Tutorials in Motor Behavior, Amsterdam, Elsevier Publishers, p. 525-533.

Notes

1 L’importance de cette planification dynamique est discutée dans la contribution de Bernard Conein & Eric Jacopin supra, p. 59-84.

2 Pour plus de détails, voir Roux & Pelegrin (1989).

3 Les revenus des artisans des deux groupes d’ateliers sont à peu près équivalents : environ 400 roupies par mois. Les artisans du groupe 2 travaillant à la pièce peuvent parvenir à des revenus plus élevés, environ 600 roupies (ces chiffres étant valables début 1993).

4 L’article de Rochat & Reed (1987) est une très bonne introduction (en français !) à la notion d’affordance. Intraduisible en français comme le notent les auteurs, ce terme est une construction de James Gibson à partir du verbe anglais to afford.

5 Nous tenons à remercier chaleureusement les artisans qui ont accepté de se plier à une situation inhabituelle pour eux, ainsi que la famille Akikwala qui a mis à notre disposition son atelier et qui par sa disponibilité a largement contribué à la bonne marche de l’expérimentation. Nous remercions également Emmanuelle Bril pour le dessin de la figure 1, et Michèle Reduron pour le dessin de la figure 2.
Cette recherche a été financée grâce à l’obtention d’une allocation de recherche du ministère de l’Éducation nationale dans le cadre des actions « Sciences de la cognition », ainsi qu’à un complément de financement provenant de l’Institut français de Pondichéry.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Taille des perles par percussion indirecte par contrecoup.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 2 - Séquences d’actions suivies par deux artisans, l’un du groupe 1 et l’autre du groupe 2, pour la taille de 3 exemplaires de perles cylindriques (passage ébauche-préforme). Le temps passé sur chaque opération est donné en secondes et est représenté par un trait vertical d’une dimension proportionnelle à la durée. La succession des opérations est segmentée par chaque retour à une situation antérieure. Le nombre de séries d’opérations ainsi obtenues est totalisé, de même que le temps passé au cours de la fabrication de la perle sur une opération donnée.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Tableau 1. - Résumé des situations expérimentales.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 3a. Ébauches en verre et en calcédoine à partir desquelles les artisans, à l’expérimentation, ont taillé différents types de préformes.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 3b. Types de préformes en verre et en calcédoine taillées à l’expérimentation, par les artisans.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search