Version classiqueVersion mobile

Les objets dans l’action

 | 
Bernard Conein
, 
Nicolas Dodier
, 
Laurent Thévenot

Recherches

Faire parler les objets

Perception, manipulation et qualification des objets dans l’enquête policière

Making Objects Out

Die Kunst, die Dinge sprechen zu lassen

Michel de Fornel

Résumé

This paper examines interactional sequences concerning routine situations of police investigation in which objects are no longer considered as personal belongings when they come under public scrutiny. The author studies the complex relationship between affordances, actions and activity context, showing that objects play a key role in setting up and maintaining the participation framework.

Texte intégral

1Face aux approches traditionnelles qui séparent radicalement la perception de l’objet et les diverses actions et usages qui lui sont liés, George Herbert Mead (1938, p. 24) a mis en valeur le rôle fondamental de l’activité manipulatoire dans la perception des objets :

We come very early to experience the distant field by means of the attitudes of manipulatory contact. We approach the distant stimulus with the manipulatory processes already excited. We are ready to grasp the hammer before we reach it, and the attitude of the manipulatory response directs the approach.

  • 1 Comme le note Ed Reed (1993, p. 6) à propos de la théorie de Gibson, « an object might be graspable (...)

2Dans The ecological approach to visual perception, James Gibson défend une approche assez similaire en considérant que ce que nous percevons des objets de notre environnement est avant tout ce qu’ils nous fournissent (afford) comme possibilité d’action. L’approche de Gibson est radicale, car il ne considère pas seulement que ces actions et ces usages sont inférés de l’input perceptuel mais qu’ils sont constitutifs de ce dernier1. Son intérêt tient à ce que l’agent et l’environnement sont vus comme intimement liés : le premier cherche à détecter de façon active les affordances des objets présents dans l’environnement. Cette analyse ne concerne pas seulement les objets physiques, mais aussi les objets « sociaux » (outils, artefacts, etc.). Gibson (1979, p. 39) l’a illustrée avec l’exemple devenu célèbre de la boîte aux lettres :

For Koffka it was the phenomenal mailbox that invited letter-writing, not the physical postbox. But this duality is pernicious. I prefer to say that the real postbox (the only one) affords letter-mailing to a letter-writing human in a community with a postal System. This fact is perceived when the postbox is identified as such, and it is apprehended whether the postbox is in sight or out of sight.

3Koffka considère donc que les objets « sociaux » invitent à l’action lorsque les agents ont envers eux une attraction temporaire, par exemple dans le cas de la boîte aux lettres, parce qu’ils doivent poster leur courrier. Gibson considère au contraire que « the affordance, being invariant, is always there to be perceived » :

  • 2 Pour une discussion de cette thèse, cf. Michaels & Carello (1981) ; Noble (1991) ; Reed (1991, 1993 (...)

To feel a special attraction to it when one has a letter to mail is not surprising, but the main fact is that it is perceived as part of the environment - as an item of the neighborhood in which we live. Everyone above the age of six knows what it is for and where the nearest one is. The perception of its affordance should therefore not be confused with the temporary special attraction it may have. (Ibid. p. 132)2

4Un aspect important mais peu commenté de l’analyse de Gibson est son insistance sur le fait que ce que rend présent un objet est une action à faire dans un cadre d’activité (l’affordance de la boîte aux lettres est possible « in a community with a postal System », ce qui suppose l’existence de cadres d’activité mobilisant des personnes). Cette observation est essentielle. En effet, ce ne sont pas nécessairement les mêmes affordances qui sont mises en jeu selon les cadres d’activité et selon les participants (car ces derniers n’occupent pas la même place au sein de ces cadres d’activité). L’affordance de la boîte aux lettres invitant à poster une lettre sera d’autant plus sensible que l’agent sera engagé dans un cours d’action impliquant une telle action. La théorie de l’affordance permet de ne pas dissocier perception et action : la perception est à la fois une invitation à l’action et un composant essentiel de l’action.

5C’est cette relation complexe entre affordances, actions et cadre d’activité que l’on examinera, au travers de l’analyse de séquences interactionnelles portant sur des situations routinières d’investigation policière, dans lesquelles des objets se voient soumis à examen. Une partie non négligeable du travail policier est de nature documentaire et consiste à rassembler des témoignages, des preuves, etc. Au sein de ce travail, les objets occupent une place particulière, qu’il s’agisse d’objets saisis dans les enquêtes de flagrant délit ou d’objets découverts lors des fouilles à corps ou des palpations de sécurité. Ces séquences constituent donc un exemple intéressant pour l’analyse du statut des objets dans l’action (et dans l’interaction) sociale.

Les objets dans l’enquête policière

  • 3 « Dans le cas de l’enquête de flagrant délit, l’enquêteur saisit tout objet (au sens large du terme (...)
  • 4 Decocq, Buisson et Montreuil (ibid., p. 298) notent ainsi que « cette “représentation-interpellatio (...)

6Des procédures juridiques entourent la saisie matérielle de ces objets et les conditions de leur conservation3. Entre la saisie matérielle et la possible mise sous scellés, il existe un moment important dans la procédure qui consiste, de la part de l’enquêteur, à présenter les objets saisis à leurs détenteurs pour reconnaissance. Quelquefois appelé « représentation-interpellation », il conduit, de la part des protagonistes, à une focalisation publique sur un objet avant qu’il ne change de camp4. Ce moment présente une structure interactionnelle complexe. Il est examiné dans le présent article au travers d’une situation routinière de rétention et de garde à vue de personnes, où des objets se voient soumis à une telle procédure. Ces dernières ont été dépossédées de leurs effets personnels. Cette dépossession a été réalisée soit par les personnes elles-mêmes, à la demande des policiers, soit par ces derniers, à la suite d’une palpation ou d’une fouille. Personnes et policiers sont réunis dans la salle de garde à vue et les objets sont, pour l’essentiel, disposés sur une table qui se trouve au milieu de la pièce.

7Si les situations d’interrogatoire ont été étudiées d’un point de vue interactionnel (Watson, 1990), on ne s’est pas interrogé sur la place occupée par les objets, à partir du moment où ils cessent d’être des effets personnels pour être soumis à une inspection publique, pouvant conduire à une saisie provisoire ou définitive. Dans une telle situation, il arrive que les policiers se fient plus aux objets qu’aux personnes et qu’ils préfèrent faire le détour par les objets pour évaluer les personnes. C’est ce qui explique l’importance des séquences d’interaction où les policiers se focalisent sur les objets, les examinent avant de décider ce qu’ils vont en faire et ce qu’ils vont faire des personnes. L’activité centrale des policiers (et en particulier celle de l’officier de police judiciaire) consiste à évaluer les objets qui ont été saisis sur les personnes, à les catégoriser et à décider ce que cela entraîne pour leurs propriétaires.

8Cette activité de qualification des objets émerge dans le cadre d’une interaction multiparticipants. L’examen des objets est donc réalisé de façon visible pour l’ensemble des policiers, mais aussi pour leur possesseurs. Cependant, ce moment interactionnel doit être réinscrit dans l’ensemble de la séquence interactionnelle où il se trouve inclus, si l’on veut être en mesure de comprendre ce qui, dans l’organisation de l’environnement et dans le déroulement de l’interaction, rend possible un tel travail de qualification des objets. Comment passe-t-on d’une situation interactionnelle qui comporte un environnement où les objets sont inertes, à une situation où ils jouent un rôle actif dans l’interaction ? On montrera que ce changement de statut est lié à un travail de qualification. Celui-ci est rendu possible, sur le plan interactionnel, par une exploration perceptuelle active de l’objet, impliquant sa manipulation, et un partage des affordances au sein d’un contexte d’activité.

L’organisation du cadre d’activité

  • 5 Cette séquence est extraite d’un corpus d’interactions policières provenant d’une enquête ethnograp (...)
  • 6 Dans le cours de l’interaction (cf. l’exemple 7) un policier note : « On pourrait ouvrir une coutel (...)
  • 7 La garde à vue est décidée par l’officier de police judiciaire et contrôlée par l’autorité judiciai (...)

9La séquence interactionnelle que nous avons retenue concerne une bande de « punks » qui a été interpellée par la brigade des mineurs d’un commissariat et conduite au poste de police, en vue d’une rétention pour certains des membres et d’une garde à vue pour d’autres5. Les membres de la bande ont été invités à vider leurs poches et leurs sacs sur une table au milieu de la pièce ; certains ont fait l’objet d’une fouille de sécurité. Les objets déposés sont constitués de pièces d’identité, de papiers divers (billets de train, etc.), mais surtout d’un arsenal d’armes blanches6. Ces effets personnels sont disposés en vrac sur la table et les policiers les examinent à tour de rôle en attendant l’arrivée de l’officier de police judiciaire de service (OPJ) qui décidera à la fois des gardes à vue et de ce qu’il adviendra des objets7.

10Pour les membres de la bande, la table fonctionne comme un « signe improvisé » (Millikan, 1984) qui a pour fonction de leur indiquer que leurs effets personnels sont jusqu’à nouvel ordre des objets « soumis à examen » et qu’ils ne peuvent plus avoir de contact avec ces derniers. Il ne leur est plus possible de les toucher, et encore moins d’essayer de les reprendre sans autorisation explicite. Un exemple se situant plus tard dans la séquence interactionnelle le montre clairement. Alors qu’un policier s’apprête à ranger les armes disposées sur la table, l’OPJ, le confondant avec l’une des personnes (rappelons qu’il s’agit de policiers en civil portant jeans et tee-shirt), commence à le sommer de s’arrêter avant de s’apercevoir de son erreur et de s’excuser (photo 1).

  • 8 Cf. pour les conventions de transcription en analyse de conversation in B. Conein, M. de Fornel & L (...)

(1)
ΙΕ : (s’approche de la table et s’apprête à saisir les couteaux)
OPJ : hé on touche-8 oui ah excuse-moi (rire)
(IE regarde l’OPJ, rassemble les couteaux et les prend)

11Pour les policiers, la table fonctionne comme un espace de travail : les objets sont disponibles pour une investigation sans qu’il soit nécessaire d’avoir à négocier la suspension de leur statut d’effets personnels. Du point de vue du cadre d’activité, le dépôt des objets sur la table contribue à organiser l’environnement en permettant à l’ensemble des policiers d’y accéder de façon à les identifier : leur manipulation et leur examen peuvent être effectués par n’importe lequel des policiers en fonction des exigences de l’interrogatoire.

Interrogatoire et travail d’équipe

12Cette séquence interactionnelle est typique des situations d’interrogatoire mobilisant plusieurs policiers travaillant en équipe face à une ou plusieurs personnes. Les policiers utilisent différentes techniques : ils peuvent questionner tour à tour une même personne (en réalisant une sorte de « tir groupé »), interroger chacun de leur côté des personnes différentes ou s’adresser à la cantonade.

13On peut distinguer les phases consistant en périodes de harcèlement ou de « mise en boîte », et celles où l’on fait « mariner » les personnes. Les policiers alternent « le chaud et le froid », la plaisanterie et la menace, la détente et la tension, tout en n’indiquant jamais aux personnes dans quel registre ils vont intervenir. Ainsi, dans l’exemple suivant, un policier (IC) menace un des « punks » (punk A) en lui indiquant qu’il peut faire l’objet d’une fouille. Le responsable de la brigade (IA) enchaîne alors en plaisantant sur la réponse fournie par le « punk », ce qui a pour effet de faire rire l’ensemble de la bande aux dépens du « punk » mis sur la sellette :

(2)
IC : tu veux qu’on te foute à poil ?
Punk A : ah c’est bon c’est bon je veux pas faire du strip tease
IA : ah c’est bon de quelle façon tu entends ça c’est bon ?
Punk A : c’est bon ()
IA : ah non non tu dis c’est bon c’est bon (rire)
Punk A : non mais de toute façon j’ai rien sur moi j’ai ()
IA : non non on te dit on te dit on va te foutre à poil tu dis c’est bon c’est bon ça
dépend de quel sens tu l’entends (rire)
punk E : il est pudique (rire)

14Une question posée à la cantonade peut conduire les policiers à s’intéresser plus particulièrement à la réponse de l’une des personnes, comme dans l’exemple ci-dessous :

(3)
IB : (putain) vous voyagez tous gratuitement là ? hein ? vous voyagez tous
gratuitement ?
Punk B : on voyage comme on peut hein Punk A : on voyage gratuit on paye des amendes après
Punk B : on voyage comme on peut
IB : tu sais qui c’est qui va payer là ?
Punk A : (silence)
IB : ta mère ta belle-mère non tu es mineur c’est ta mère qui va payer
Punk A : oh non mais de toute façon c’est son problème si je suis dans la galère c’est de sa faute
IB : oui exactement tu voyages gratuit c’est elle qui raque
Punk A : elle a jamais payé quelque chose de sa vie elle déjà pour vous dire
IA : si elle t’a mis au monde donc (elle a déjà payé quelque chose)

15Les personnes peuvent être aussi individuellement prises à partie :

(4)
IA : qui est-ce qui vous a donné l’autorisation de fumer ?
J : ben c’est : : ()
IA : t’as demandé à quelqu’un ?
J : (montre un des policiers du doigt)

(5)
IA : et puis arrête de te shooter d’accord ?
Punk C : non mais je me shoote pas
IA : je te dis arrête de te shooter

16Il semble qu’il y ait une collusion entre les policiers qui questionnent successivement. Elle apparaît en particulier dans l’existence de séries de questions ou de remarques faites par des policiers différents et adressées à un même destinataire. Ce questionnement en cascade a comme effet que le destinataire se voit pris sous un feu croisé de questions, ce qui peut l’amener à se contredire :

(6)
IA : et vous bossez là à Créteil ?
Punk F : je suis étudiant
IB : tu as la carte grise de la voiture ? l’assurance ?
Punk F : oui (.) bien sûr
LA : et vous êtes euh : : qu’est-ce tu fais (actuellement) ?
Punk F : pardon ?
IA : vous êtes au chômage actuellement ?
Punk F : non non je suis étudiant

17Dans une interaction ordinaire impliquant plusieurs participants, c’est plutôt le locuteur principal qui est « sur la sellette » et qui doit ajuster son discours au comportement de ses auditeurs (par exemple si le destinataire visé refuse de se constituer comme tel et qu’il lui faut en chercher un autre, ou si les auditeurs ne traitent pas son discours de la même façon, etc.). Dans l’interrogatoire policier, c’est au contraire le destinataire qui doit s’ajuster à l’emprise des policiers qui interviennent successivement ou en même temps en jouant sur des registres différents. Le travail d’équipe permet donc la mise en place d’un cadre de participation spécifique (au sens de Goffman, 1981). Ainsi, dans l’exemple 7, la requête de la personne (punk C) est rejetée : son arme ne lui sera pas rendue. Cependant les policiers interviennent dans des registres différents et se partagent les rôles. L’OPJ formule un rejet brutal et le responsable de la brigade fournit l’explication de ce refus.

(7)
Punk C : je pourrais récupérer (geste en direction de son arme)
OPJ : non (.) OK
Punk C : bon c’est pas grave gardez-le gardez-le
OPJ : je le garde
IA : on va vous faire une (identification) comme quoi vous avez un couteau c’est tout
OPJ : hein ?
IA : (premièrement) on va pas les garder hein si on voulait on pourrait ouvrir une coutellerie hein

18Par l’emploi de ces différentes techniques, il semble que les policiers, tout en organisant le cadre d’activité de façon à permettre un travail collectif d’investigation, cherchent à empêcher sa stabilisation et son utilisation comme ressource interprétative par les personnes. Les personnes sont ainsi plus vulnérables et ne peuvent faire front collectivement. On assiste donc à la production locale d’une relation dissymétrique entre deux groupes de participants. Par leur positionnement dans l’espace (en demi-cercle, contre les murs), par leur posture (qui manifeste une attente), les personnes interpellées se comportent comme « patients » face à un autre groupe actif, celui des policiers. Ces derniers cherchent essentiellement à contrôler l’identité des personnes et à déterminer celles qui vont faire l’objet d’une garde à vue. Ils cherchent aussi à se faire une idée du caractère homogène ou hétérogène de la bande, des liens existant entre ses membres et de ce qu’elle a fait ou de ce qu’elle comptait faire. Ils s’intéressent, à ce titre, à la possession d’objets interdits (armes, drogues, etc.) ou d’objets de provenance douteuse (objets volés, etc.). Leur questionnement peut être relié à la visée de recueil d’informations.

Objet inerte et objet visible

19Lorsque l’officier de police judiciaire (OPJ) entre dans la pièce, il est accueilli par les policiers. Un des policiers (IA), responsable de la brigade des mineurs, le salue et lui « présente » tour à tour chaque membre de la bande de « punks ». Les objets disposés sur la table sont à l’arrière-plan, hors du champ visuel de l’OPJ. Cependant un des policiers (IB), qui tenait à la main une arme prise sur la table – un poignard (plus précisément un couteau de commando dans son fourreau) –, la sort alors de son fourreau et la présente à la vue de l’OPJ pendant que son collègue (IA) fait les présentations. Ce geste n’est assorti d’aucun commentaire, mais on peut constater que l’OPJ s’oriente visuellement vers IB et, par un hochement de tête, fournit un accusé de réception qui indique que l’objet a été perçu. Par son geste, le policier réussit à obtenir, de la part de l’OPJ, une focalisation visuelle sur un objet, sans pour autant interrompre la présentation des personnes réalisée par le responsable de la brigade.

(8)
IB :(se tourne, s’approche, regarde l’OPJ)
IA : monsieur : : (.) l’inspecteur de permanence de nuit
OPJ : oui
IB : (sort le poignard de son fourreau et le manipule) (photo 2)
Punk D : de nuit ?
IA : oui parce qu’il travaille pas le jour (.)
OPJ : oui mm
IA : alors nous avons interpellé ces jeunes gens (geste de balayage en direction des punks)
OPJ : mm
IA : alors euh Haute-Savoie //CSP Limoges
IB : (continue à manipuler le poignard en hochant la tête) ils ont : : ils ont vu de la lumière ils sont rentrés

  • 9 Comme le note Reed (1993, p. 6), Gibson considère qu’un élément essentiel du développement perceptu (...)

20La présence d’objets dans le champ visuel des participants ne les rend pas pour autant visibles. Dans le cas présent, IB réalise une modification des affordances de l’environnement par une activité propre. S’il s’était contenté de tenir l’objet à la main, il n’aurait sans doute pas permis la sélection par l’OPJ d’une affordance de l’objet. Mais en l’introduisant de façon ostensible dans le champ visuel et en le manipulant d’une façon qui rende visible sa lame, il transforme un objet inerte, autrement dit un objet qui se trouve avec les personnes dans l’arrière-plan de l’interaction, en un objet « animé », susceptible d’une perception et d’une action de la part d’un autre participant. Cette séquence fait donc apparaître une propriété importante de la perception des objets dans un cadre d’activité : la sélection d’une affordance disponible dans un environnement peut être réalisée par un autre agent que celui qui va organiser son attention et son activité par rapport à cet objet. La manipulation d’un objet dans l’interaction, effectuée de façon visible pour les participants, peut permettre un partage des affordances9.

Photo 1 :
OPJ ; IE ; punk E
ΙΕ : s’approche de la table manipule un couteau
OPJ : hé on touche-oui ah excuse-moi

Photo 2 :
punk A ; IB ; IC ; punk C ; punk D
IA : monsieur l’inspecteur de permanence de nuit
IB sort le poignard de son fourreau

Photo 3 :
ID ; punk A ; OPJ ; IC ; punk C ; punk E ; IB
Punk C : pour couper quelque chose de dur (mime l’action)

Photo 4 :
OPJ ; IA ; IC ; punk C ; punk E
OPJ : c’est à qui celui-là ?
IA : ça c’est au monsieur
OPJ : et pourquoi il est tordu ?

Photo 5a.
IA ; punk A ; IC ; punk C ; OPJ
Punk C : je peux voir deux minutes (tend la main vers le couteau)

Photo 5b :
IA ; punk A ; IC ; punk C ; OPJ
OPJ : non non non
OPJ (met le couteau hors de portée de punk C)

Photo 5c :
IA ; punk A ; IC ; punk C ; OPJ
Punk C : juste voir pour la main

Photo 5d :
IA ; punk A ; IC ; punk C ; OPJ
punk C : (geste de mesurer la lame du couteau sur la main)

21Cette action du policier (IB) ne doit donc pas être traitée de façon isolée. Elle prend sens par rapport à un cadre d’activité où l’un des interactants (OPJ) prendra position par rapport à un objet et où sa présentation visuelle constitue une sorte de réalisation concrète d’une condition de félicité liée à une action future.

22Ayant été ainsi introduit dans l’espace interactionnel, le poignard est disponible pour d’autres intcractants que les deux protagonistes de la séquence précédente, et le responsable de la brigade (IA) peut y faire référence quelques secondes plus tard :

(9)
IA : (pointe le doigt vers le poignard tenu par IB) et puis euh : : bon ben voilà ils avaient ça sur eux ils étaient où ? sur la grande plage ?
OPJ : (hochement de tête)
IB : y a une fiche de recherche là

Information disponible et qualification du délit

23Il est important de noter que les policiers n’ont pas invité l’OPJ à prendre l’arme. Ils se sont contentés de la montrer et d’indiquer qui en était le possesseur. A la différence d’autres armes qu’il manipulera longuement dans les séquences suivantes, l’OPJ prend, à la seule vue du poignard, ou plus précisément à la vue du poignard sorti de son fourreau, une décision à l’égard du détenteur de l’arme, à savoir l’inculpation de port d’armes prohibées.

(10)
IB : y a une fiche de recherche là
IA : et puis on a un mineur avec une fiche de recherche bon ben (.) alors euh : :
OPJ : bon ben : et qu’est-ce que c’est comme fiche de recherche ?
IA : bon c’est un mineur c’est certainement une fugue
IB : une fugue
OPJ : faut la sortir
IA : ouais on va la sortir
IB : et c’est lui qu’avait c’est lui qu’avait ça (montre le poignard à l’OPJ)
IA : en plus il avait ça alors je sais pas : :
OPJ : port d’armes

24Pour prendre cette décision il a fallu que la seule vue de l’arme ait permis sa catégorisation comme arme interdite (techniquement comme arme de sixième catégorie, alinéa a). Cette information constituait donc une affordance de l’objet, non seulement pour l’OPJ mais aussi pour les policiers qui ont pu se contenter de faire partager cette affordance à ce dernier.

25On notera que le détenteur de l’arme conteste la qualification du délit et non la catégorisation de l’arme (comme arme interdite) qui lui est sous-jacente. Par deux fois, il affirme qu’il ne portait pas l’arme sur lui mais qu’il la transportait dans son sac. La première fois, le policier (IB) lui répond que cela ne change rien.

(11)
IB : alors y en a partout des couteaux celui-là (pointe vers punk C) y a celui-là (pointe vers punk B) et puis y en a : : (pointe vers la table)
Punk B : dans mon sac
IA : en plus
IB : dans ton sac mais enfin ça (fait) rien

26Un moment plus tard, lorsque l’OPJ donne les instructions définitives aux policiers et indique à nouveau qu’il faudrait inculper le détenteur du poignard de port d’armes prohibées, ce dernier se manifeste à nouveau en rappelant qu’il se contentait de transporter l’arme, d’où l’échange suivant conduisant à un changement de qualification du délit :

(12)
OPJ : bon allez, le mineur là il faut sortir la fiche (.) ensuite celui qu’avait ça (.) port d’armes prohibées
IA : ça c’est à monsieur
IB : (pointe vers punk B avec le poignard)
Punk B : hé c’était dans mon sac
OPJ : port d’armes prohibées transport d’armes prohibées OK ?
Punk B : (rire)
OPJ : c’est pas la peine de se marrer parce que ça va : : (.) oh : : hé : :

Qualification des armes et mise en cause des personnes

27Pendant la suite de l’interaction, les objets ne cessent d’être pris sur la table, examinés puis reposés par les différents policiers. Certaines séquences sont de véritables conciliabules. Deux, trois, voire quatre policiers (incluant toujours l’OPJ) manipulent les papiers et les armes, les jaugent, cherchent à détecter des propriétés particulières et échangent à voix basse leurs commentaires et leurs évaluations réciproques, avant que l’OPJ n’interroge leurs détenteurs. Il se produit donc autour de la table un ballet incessant avant que les décisions quant aux armes et quant à leurs propriétaires ne soient prises. Dans le cas des divers papiers posés sur la table, il est évident que ceux-ci se devaient d’être examinés de près. La nécessité de les porter à la vue (pour lire leur contenu, pour déterminer s’il s’agit de faux, etc.) explique leur saisie et leur manipulation. Dans le cas des armes blanches, la situation est plus complexe car l’identité de l’objet apparaît au premier coup d’œil et seule la relation au possesseur apparaît pertinente. Pourquoi la monstration s’avère-t-elle insuffisante, à la différence de la séquence du poignard présentée plus haut où la simple vue entraînait la qualification délictueuse ?

28L’examen des armes par les policiers n’a pas pour but la recherche d’une « pure » information. Il ne s’agit pas pour eux d’apprécier les armes pour leurs qualités propres mais de les catégoriser (comme dans l’exemple du poignard examiné plus haut) ou de les examiner pour voir si elles peuvent « parler », en particulier révéler une activité délictueuse ou criminelle. Cet aspect apparaît bien dans les deux exemples ci-dessous. Après avoir examiné longuement une des armes, le responsable de la brigade demande qui est son détenteur, lui rend l’arme et l’accuse d’avoir fumé du haschich :

(13)
IA : c’est à qui ça ?
Punk C : ça c’est à moi
IA : hé t’as fumé du hasch aussi
Punk C : hein ?
IA : t’as dû fumer aussi
Punk C : fumé ?
IA : ouais parce que c’est brûlé (s’approche de punk C)
IC : comment ça se fait que t’as brûlé
(ΙΕ, IB et OPJ regardent vers le groupe formé par IA et punk C)
Punk C : (se met à scruter la lame du couteau) ouais je l’ai brûlé parce que c’est
pour le protéger pour couper quelque chose de dur
IB : ouais
Punk C : c’est logique
IB : (à l’OPJ) quand on s’est approché il s’est barré (photo 3).

29L’accusation s’appuie sur une particularité de l’arme (la lame a été brûlée). Cette particularité n’est pas immédiatement visible, elle n’est détectable que par un examen de l’objet et suppose un intérêt pour les propriétés qui indiquent un autre usage que l’usage ordinaire. La recherche d’indices présuppose, de la part des policiers, une connaissance perceptuelle spécialisée permettant de révéler certaines affordances de l’environnement qui échapperaient à un œil non « averti ». Le détenteur de l’arme est alors mis en demeure de fournir non un simple déni mais une explication alternative qui justifie la présence de l’élément détecté. De même, dans l’exemple ci-dessous, après avoir examiné avec ses collègues un autre couteau (qui appartient à la même personne) et leur avoir indiqué à voix basse « il est cassé », l’OPJ s’adresse à son détenteur (punk C) en lui demandant pourquoi il est tordu.

(14)
OPJ : (tend le couteau) c’est à qui celui-là ?
IA : (pointe vers punk C) ça c’est à monsieur
Punk C : (lève la main) à moi
OPJ : et pourquoi il est tordu ?
Punk C : (deux gestes s’enchaînent : le premier imite l’action de casser un objet en deux, le second imite l’action d’ouvrir une boîte de conserve avec un couteau) parce que je l’ai cassé en ouvrant une boîte de conserve
OPJ : (tient le couteau dans la main gauche) ouais ou une portière de voiture
Punk C : comment ?
OPJ : (effleure le couteau de la main droite) ou une portière de voiture
OPJ : (ferme le couteau d’un coup sec)
Punk C : (lève la main à la hauteur du visage et bat des mains à la hauteur de la joue puis ouvre les doigts vers l’avant avant de baisser sa main) non non non je touche pas à ça moi (rire) je tiens pas : : (.) je veux pas avoir de problème (photo 4).

  • 10 Cette analyse du contexte informationnel s’appuie sur les travaux d’Israel et Perry (1990) dans le (...)

30Comme le montre cette séquence, l’affordance que présente l’objet constitue un indice qui sert de point de départ à la construction d’un fait. Le détenteur du couteau ne conteste pas que l’objet présente une telle information et fournit une explication banale (« parce que je l’ai cassé en ouvrant une boîte de conserve »). Il ne conteste pas non plus qu’il est responsable de l’état du couteau et qu’il a donc réalisé une action qui a conduit à un tel résultat. À cette explication, l’OPJ en oppose une autre « ouais ou une portière de voiture ». On se trouve donc dans une situation de construction d’un contexte factif alternatif. Est sous-jacent au questionnement la construction d’un contexte informationnel. L’affordance liée à l’objet (X est tordu) constitue le fait de base qui renvoie à d’autres faits qui lui sont liés10. Le contexte informationnel sous-jacent à la réponse du détenteur du couteau est le suivant :

31- le fait que le couteau ait une lame tordue indique qu’il a servi à ouvrir une boîte de conserve.

32Le contexte informationnel que met en place l’OPJ est le suivant :

33- le fait que le couteau ait une lame tordue indique qu’il a servi à ouvrir une portière de voiture.

34Le même fait de base (le couteau a une lame tordue) se voit donc associé à à des contenus informationnels différents. L’information véhiculée par le fait de base n’est pas une propriété intrinsèque, mais une propriété relationnelle, renvoyant à des faits différents selon la situation à laquelle il est fait appel (manger, voler). De plus, le contenu informationnel d’un fait de base peut renvoyer à un objet ou à une situation éloignée de ce fait. Si l’OPJ peut lire un vol de voiture dans le couteau tordu, ce n’est ni parce que le vol est une partie ou un aspect du couteau, ni parce qu’il est un constituant du fait que le couteau a l’aspect qu’il présente, mais parce que d’autres faits peuvent être obtenus de façon incrémentale à partir d’un fait de base.

35À partir du moment où l’OPJ connaît le propriétaire du couteau et où celui-ci ne nie pas qu’il est responsable de l’état de l’objet, le contenu informationnel du fait de base pourra être le suivant :

36- le fait que le couteau ait une lame tordue indique que le détenteur a forcé une portière de voiture.

37Cette information est de nature incrémentale ou additionnelle. Pour que le couteau tordu supporte cette information et que cette dernière ait donc une objectivité pratique, il suffit que l’information additionnelle (le couteau appartient à telle personne) soit disponible. Si les faits s’avèrent solides, s’ils ne sont pas contestés par les protagonistes ou par d’autres faits, alors l’objet se verra supporter définitivement cette information. Il sera devenu le couteau qui a servi à faire un casse, autrement dit il sera devenu une pièce à conviction.

  • 11 Dans la séquence interactionnelle étudiée, on retrouve le même phénomène dans les exemples (16) et (...)

38La manipulation de l’objet et l’activité de perception qui lui est liée contribuent au repérage des faits de base permettant l’imputation d’usage. La qualification de l’objet implique une « prise en main », un contact avec l’objet qui s’avère nécessaire pour évaluer ce que l’arme a pu servir à faire. On notera que le détenteur de l’arme, démuni de cette dernière, argumente en mimant les actions qu’il affirme avoir réalisées avec l’objet. Cette situation se retrouve dans de nombreuses autres séquences que nous avons étudiées11. Il semble que l’absence de prise en main réelle se doit d’être compensée par une iconicité gestuelle, comme si cette dernière pouvait contribuer à donner plus de crédibilité à l’explication fournie.

39La manipulation des armes sert à proposer des lectures différentes en termes d’usages (« pour ouvrir les portières de voiture », « pour planter quelqu’un », « pour couper du haschich »). Certains aspects des objets sont utilisés pour étayer une accusation et pour servir de preuve dans le cours même de l’interaction. Le fait même de s’en saisir, de les porter à la vue, joue un rôle important et a un effet presque performatif. À ce titre, il existe une différence entre le fait de pointer vers l’objet et celui de le manipuler en formulant l’accusation. Se saisir de l’objet, le soupeser, en mimer les usages constituent autant de modalités permettant d’en faire l’expérience pratique et semblent contribuer à donner du « poids » à l’accusation. De plus, ce qui a été appris de l’objet par cette prise en main constitue un savoir par rapport auquel ce qu’en dira son possesseur pourra être évalué. Cette façon d’utiliser les armes, dans un contexte d’investigation, n’est pas isolée. On retrouve une procédure similaire dans le cadre des contrôles d’identité, où les papiers d’identité ne sont pas nécessairement utilisés comme de simples supports d’information mais sont mobilisés dans l’interaction comme moyens d’investigation. Ainsi, la carte d’identité (même si elle a une photo correspondant à la personne interrogée) est systématiquement utilisée comme « réponse de contrôle » à la question sur l’identité qui est posée à la personne. Ainsi le policier ne dira pas « Tu t’appelles X » en lisant et en s’informant au moyen de la carte. Il ne posera donc pas une question de vérification en considérant la personne interrogée comme « la mieux à même de fournir la réponse ». Il interrogera la personne en lui demandant « Comment tu t’appelles ? » et utilisera la carte comme support de vérification. Il y a donc déplacement du support de vérification de la personne à l’objet. Par là-même, le statut de l’interrogé change, au sens où il n’est plus la personne la plus à même de garantir son identité. Dans le cas de l’investigation policière, les objets jouent donc un rôle central dans la mise en place et la régulation du cadre d’activité.

Traitement des objets et traitement des personnes

  • 12 À la place du silence (ou d’une nouvelle question sans évaluation) on peut avoir aussi une plaisant (...)

40Le traitement des objets entraîne-t-il la mise en place d’un cadre d’activité différent de celui qui est utilisé pour traiter des personnes ? Sur le plan interactionnel, il ne le semble pas. Prenons un exemple : il semble qu’une des caractéristiques de l’interrogatoire policier est que ceux qui interrogent ne disent pas le plus souvent ce qu’ils pensent des réponses qui leur sont fournies. Ils empêchent, à ce titre, toute transaction explicative (au sens de Pollner, 1979) : la personne interrogée (voire celles qui vont l’être à sa suite) ne peut pas utiliser la façon dont sa réponse a été traitée, en particulier les évaluations de celui qui interroge, pour s’orienter (ou orienter ses réponses ultérieures)12. Il en est de même pour le traitement des objets car les policiers ne disent pas ce qu’ils font de l’examen des objets, sauf à l’inscrire dans le cadre d’un format accusatoire.

41Un autre exemple est celui des « vannes » des policiers qui invitent les personnes à rire. Cependant, si ces dernières commencent (ou continuent) à se situer dans ce registre à la suite d’une question, elles peuvent être remises à leur place. Le fait d’avoir ri d’une « vanne » ne permet pas à la personne de continuer en se situant dans ce registre et encore moins de s’autoriser à faire une plaisanterie. Si la « vanne » semble inviter à un comportement symétrique, toute tentative d’adoption d’un tel comportement symétrique est immédiatement sanctionnée. Un phénomène similaire se retrouve dans le cas du traitement des objets. Si les personnes peuvent être invitées à participer à une discussion sur un objet, toute tentative de manipulation de ce dernier pour une évaluation sera systématiquement traitée comme une provocation par les policiers. Par contre, les policiers peuvent utiliser le fait qu’ils ont le contrôle des armes des personnes pour les « retourner » contre elles, par exemple en pointant ou en touchant le corps pendant le questionnement.

(15)
IB : (pointe le couteau vers punk C) en plus de ça un conseil toi quand tu nous vois quand on te demande euh : : de de te contrôler t’évites de te barrer en courant t’évites de te barrer
Punk C : non mais j’ai pas couru j’ai pas couru
IB : d’aller te planquer dans le sable
Punk C : j’ai pas couru
IB : oui mais enfin le temps de te-de nous retourner t’étais déjà plus là d’accord ? Punk C : (hoche la tête) ouais bon ben (geste des mains)

Conflit sur les objets

  • 13 Pour Goffman (1973, p. 52), les effets personnels sont liés au territoire de la possession. Ce dern (...)

42Les objets qui appartiennent à des personnes sont, au moins pour un temps, appropriés par les policiers, qui vont les manipuler, en faire le point de départ de leur investigation. Les objets changent donc de statut quant à leur relation aux personnes : d’objets privés appartenant à des personnes, ils deviennent des objets publics, soumis à inspection publique. En quelque sorte, ils passent dans l’autre camp13. Toutefois dans de nombreuses situations, ce transfert reste problématique et donne lieu à des conflits entre les deux camps qui tirent à eux les objets. Ainsi, si les policiers confisquent les objets pendant la durée de l’interaction, les personnes pourront chercher à les reprendre. Une situation de violence s’engendre souvent à cette occasion.

43Dans la séquence interactionnelle étudiée, la personne inculpée de port d’armes prohibées va chercher à obtenir un reçu indiquant que l’arme lui a été confisquée. Elle cherche ainsi à affirmer un lien de possession par rapport à l’arme face à la dépossession qu’elle subit publiquement.

(16)
Punk B : il me faudrait un bon pour le couteau (mime la forme du poignard avec ses mains)
IA : un bon un bon de quoi ?
Punk B : un bon
OPJ : mais tu (fais le con) n’importe comment tu vas l’avoir là parce que t’iras en garde à vue (.) OK ? alors le (bon) tu l’as OK ? (se tourne et pointe vers l’espace des cellules avec le couteau)
Punk B : ouais j’ai dit je veux un bon
OPJ : oui ben ça y est tu () le bon tu l’as le bon c’est une garde à vue OK
IA : et c’est comment votre nom ?
Punk B : hein ?
IA : c’est comment votre nom ?
Punk B : Villeneuve
OPJ : alors un ton en-dessous hein
IA : moi je vais te dire quelque chose on a été sympa
Punk B : moi aussi je suis je vous ai jamais emmerdés je vous ai jamais emmerdés
IA : non non écoute on est sympa mais si tu nous emmerdes on va t’en je vais te foutre deux claques dans la gueule tu vas vite comprendre
OPJ : le bon le bon il est là (désigne la cellule) garde à vue OK ?
IA : d’accord ?
Punk B : écoutez-moi je vous ai jamais emmerdés
OPJ : bon
IA : bon ben alors on t’emmerde pas t’as un couteau c’est tout
Punk B : ouais mais le couteau j’allais ()
IA : on est sympa (avec toi) on discute on essaie de discuter on essaie de savoir
OPJ : c’est tout ?//alors la ramène pas hein ? déjà une
IA : OK ?
Punk B : (baisse la tête et reste silencieux)

44On assiste à une escalade verbale. La demande est traitée comme une provocation par l’OPJ et les autres policiers qui menacent l’intéressé de le mettre immédiatement en garde à vue. Affirmer un lien de possession à l’objet, ne serait-ce que sous la forme d’une demande de reçu, est perçu comme une façon de mettre en cause le contrôle de l’objet effectué par les policiers.

45De même, dans l’exemple du couteau à la lame tordue, son détenteur, qui cherche à contester sa confiscation en affirmant son utilité pratique, se voit aussi « remis à sa place » :

(17)
OPJ : celui-là il est cassé je le conserve
Punk C : j’avais juste ça pour manger
OPJ : je le (conserve) tu t’en achèteras un autre tu me : :
Punk C : oui oui oui mais c’est pas grave
IA : bon n’importe comment
OPJ : (manipule le couteau) OK ? hein ? premièrement quand euh je vois un couteau qu’est comme ça premièrement (on sait pas) c’est quand même assez dangereux et puis quand je vois :: pour ouvrir une boîte de conserve je veux bien mais ça peut servir aussi à autre chose alors conservé ()

46Quand « punk C » s’apprête à partir et que les policiers lui font les remontrances d’usage, l’un deux lui montre l’arme qui vient d’être confisquée en lui indiquant qu’il ne doit pas chercher à se procurer des couteaux de ce type. Le « punk » s’approche alors de l’OPJ et esquisse le geste de se saisir de l’arme (photo 5) :

(18)
Punk C : (tend la main vers l’arme que tient l’OPJ) je peux voir deux minutes
OPJ : non non non
Punk C : (mime l’action de mesurer la lame sur sa paume) non mais juste voir pour la lame
OPJ : (met sa main derrière son dos) non non

47Ce dernier n’autorise pas un tel transfert et met l’objet hors de portée d’une prise en le cachant derrière son dos. Le « punk » en est donc réduit à mimer l’action qu’il comptait effectuer, à savoir mesurer la lame du couteau sur sa paume. Il en résulte une scène de violence, car cette action présente les caractéristiques d’une triple violation de ce qu’il est permis de faire. Le « punk » a à la fois tenté de reprendre une arme qui est sous le contrôle des policiers, cherché à réaliser une inspection de l’arme sans y avoir été autorisé et introduit une contestation du motif de confiscation (en se proposant de mesurer la taille de la lame, il présuppose que c’est ce critère qui devrait déterminer s’il y a ou non confiscation possible). C’est cette triple violation qui introduit la situation de violence (plus que le danger physique que peut représenter pour les policiers le fait de se retrouver face à une personne armée), car le comportement de la personne est traité comme une façon de « faire le malin », similaire à la situation de l’exemple 16.

Conclusion

48Dans la situation routinière d’examen des objets, les policiers s’appuient sur les affordances qu’ils comportent pour détecter l’information pertinente eu égard à une activité délictueuse. Cependant les informations spécifiant les affordances pertinentes pour l’activité en cours ne sont pas nécessairement décelables au premier coup d’œil mais peuvent être rendues visibles par une manipulation active de l’objet. Gibson parlait de control of detection orienté pour caractériser ce rôle de l’action dans la détection de l’information pertinente (cf. Gibson, 1979 ; Michaels & Carello, 1981, chap. 3). Sur le plan interactionnel, il en résulte que les policiers ne se contentent pas de faire référence aux objets dans le cadre d’un questionnement au moyen d’une « chaîne informationnelle », comme celle que suppose Evans (1982) pour l’identification démonstrative. Ils portent continûment les objets à la vue des personnes soumises au questionnement et s’en servent comme « soutien » pour donner du poids à leur questionnement. Focalisation perceptuelle et qualification des objets ne doivent d’ailleurs pas être vues comme des processus séparés. C’est leur « juxtaposition » qui contribue à rendre continûment visible l’activité d’investigation dans laquelle les policiers sont engagés.

49En fonction des différentes phases de la séquence interactionnelle, le partage des affordances s’effectue par la mobilisation de ressources différentes : la localisation de l’objet dans l’environnement (comme le rassemblement des objets sur la table), la manipulation des objets dans le champ perceptuel des participants, la présentation des objets à leurs détenteurs. Les objets jouent donc un rôle fondamental dans la construction et la stabilisation du cadre d’activité.

50La mise en examen des objets dans un tel cadre d’activité et leur mobilisation active dans un questionnement ne sont possibles que par la création d’un contrôle temporaire, interdisant le contact de ces objets avec leurs détenteurs. Cette situation est assez similaire à celle décrite par Goffman quand il suppose que, d’un point de vue éthologique, la défense d’un territoire peut se faire selon deux modalités qu’il résume par les injonctions « ne pas toucher » et « c’est à moi ». Par leur organisation de l’environnement et leur activité de manipulation des objets, les policiers mobilisent continûment la première et rendent ainsi manifeste qu’elle prévaut sur la seconde. Cependant, les personnes détentrices des objets peuvent, quant à elles, chercher à mobiliser l’autre modalité pour tenter de saisir les objets, faisant ainsi ce qui est considéré par les policiers comme des gestes déplacés.

Bibliographie

Barwise Jon (1989), The Situation in Logic, CSLI Lectures Notes, 17, Standford, CA, CSLF Publications.

Burke Tom (1990), « Dewey on Defeasibility », in R. Cooper et al. (eds), Situation Theory and its Applications, CSU Lectures Notes, 22 (1), Standford, CSLI Publications, p. 233-268.

Conein Bernard, Fornel Michel de & Louis Quere (eds) (1991), Les formes de la conversation, Paris, CNET, vol. 2.

Decocq André, Buisson Jacques & Jean Montreuil (1991), Le droit de la police, Paris, Éditions Litec.

Evans Gareth (1982), The Varieties of Reference, Oxford, Oxford University Press.

Fornel Michel de (1989), « Le dépôt de plainte dans un commissariat », in La relation de service dans le secteur public, 1, Paris, Plan urbain-RATP-DRI.

Fornel Michel de (1991), « Voir un événement : comptes rendus de perception et sémantique des situations », in J.-L. Petit (ed.), L’événement en perspective, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 2), p. 97-122.

Fornel Michel de (1993), « Intention, plans et action située », in P. Ladrière, P. Pharo & L. Quéré (eds), La théorie de l’action, Paris, CNRS Éditions, p. 85-99.

Gibson James J. (1979), The Ecological Approach to Visual Perception, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates.

Goffman Erwin (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. Les territoires du moi, Paris, Minuit.

Goffman Erwin (1981), Forms of Talk, Oxford, Blackwell.

Israel David & John Perry (1990), « What Is Information ? », in P. P. Hanson (ed.), Information, Language and Cognition, 1, p. 1-19.

Mead George Herbert (1938), The Philosophy of the Act, Chicago, IL, University of Chicago Press.

Michaels Claire F. & Claudia Carello (1981), Direct Perception, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall.

Millikan Ruth Garrett (1984), Language, Thought, and Other Biological Categories. New Foundations for Realism, Cambridge, MA, The MIT Press.

Noble William (1991), « Ecological Realism and the Fallacy of “objectification” », in A. Still & A. Costali (eds), Against Cognitivism. Alternative Foundations for Cognitive Psychology, New-York, Harvester Wheatsheaf, p. 199-223.

Pollner Melvin (1979), « Explicative Transactions : Making and Managing Meaning in Traffic Court », in G. Psathas (ed.) Everyday Language : Studies in Ethnomethodology, New-York, Irvington Publishers, p. 227-255.

Reed Ed (1991), « James Gibson’s Ecological Approach to Cognition », in A. Still & A. Costali (eds), Against Cognitivism. Alternative Foundations for Cognitive Psychology, New-York, Harvester Wheatsheaf, p. 171-197.

Reed Ed (1993), « The Intention to Use a Specific Affordance : A Conceptual Framework for Psychology », in K. Fischer & R. Wozniak (eds), Development in Context : Acting and Thinking in Specific Environment, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates, p. 45-75.

Watson D. Rodney (1990), « Some Features of the Elicitation of Confessions in Murder Interrogations », in G. Psathas (ed.), Interaction Competence, Washington, D. C., University Press of America, p. 263-295.

Notes

1 Comme le note Ed Reed (1993, p. 6) à propos de la théorie de Gibson, « an object might be graspable, a place a good hiding spot, an event cause for flight or approach, and an other might be friend or foe. Far from considering these use-values as abstractions to be inferred by observers on the basis of sensory data or mental representations of various properties of these objects, Gibson claimed that affordances are the primary perceptibles, from which the perception of features, surfaces, representations and the like are derived ».

2 Pour une discussion de cette thèse, cf. Michaels & Carello (1981) ; Noble (1991) ; Reed (1991, 1993).

3 « Dans le cas de l’enquête de flagrant délit, l’enquêteur saisit tout objet (au sens large du terme) susceptible d’intéresser l’enquête (tels les vêtements portés par la victime et percés par la balle), en respectant une méthode rigoureuse (détermination de l’endroit où l’objet a été découvert - examen prioritaire par l’identité judiciaire s’il est susceptible de porter des traces – description de l’objet – etc.). Les objets sont ensuite mis sous scellés, ce qui donne lieu à la rédaction de fiches de scellés. » (Decocq, Buisson & Montreuil, 1991, p. 297).

4 Decocq, Buisson et Montreuil (ibid., p. 298) notent ainsi que « cette “représentation-interpellation” permet parfois l’obtention d’aveux qui seront consignés dans le procès-verbal ». Cette procédure est aussi appliquée dans le cas des objets qui ont été trouvés lors des perquisitions et qui sont susceptibles d’intéresser l’enquête.

5 Cette séquence est extraite d’un corpus d’interactions policières provenant d’une enquête ethnographique réalisée dans un commissariat d’une ville de province. Cette enquête a porté sur les activités quotidiennes des policiers (patrouilles de jour et de nuit, brigade des mineurs, brigade de surveillance nocturne, ilôtiers). Pour des raisons de place, il n’a pas été possible d’introduire des données similaires provenant de séquences du même type et qui confortent l’analyse proposée. Le cadre d’analyse est celui de l’analyse de conversation et s’appuie aussi sur les travaux portant sur l’action située (Fornel, 1993). L’objectif est d’identifier les procédures systématiques qu’emploient les policiers pour accomplir leurs tâches interactionnelles. Sur cette enquête (ainsi que sur les conventions de transcription employées), cf. Fornel (1989, 1991).

6 Dans le cours de l’interaction (cf. l’exemple 7) un policier note : « On pourrait ouvrir une coutellerie. »

7 La garde à vue est décidée par l’officier de police judiciaire et contrôlée par l’autorité judiciaire.

8 Cf. pour les conventions de transcription en analyse de conversation in B. Conein, M. de Fornel & L. Quéré (eds) (1991, p. 11-13).

9 Comme le note Reed (1993, p. 6), Gibson considère qu’un élément essentiel du développement perceptuel est la capacité de percevoir ce que les objets « afford » non seulement pour soi mais pour les autres.

10 Cette analyse du contexte informationnel s’appuie sur les travaux d’Israel et Perry (1990) dans le cadre de la sémantique des situations. On se reportera aussi à Barwise (1989) et à Burke (1990).

11 Dans la séquence interactionnelle étudiée, on retrouve le même phénomène dans les exemples (16) et (18).

12 À la place du silence (ou d’une nouvelle question sans évaluation) on peut avoir aussi une plaisanterie ou une « vanne » qui se contente de déprécier la réponse sans permettre à l’auditeur de savoir comment sont traitées ses réponses (sinon le fait qu’il doit en rabattre). De façon générale, cet aspect est à relier au fait que parler sans y avoir été invité est souvent traité comme « essayer de la ramener », « faire le con ».

13 Pour Goffman (1973, p. 52), les effets personnels sont liés au territoire de la possession. Ce dernier est défini comme « tout ensemble d’objets identifiables au moi et disposés autour du corps, où qu’ils soient. Les exemples principaux en sont les “effets personnels”, possessions aisément détachables telles que les vestes, les chapeaux, les gants, les paquets de cigarettes, les allumettes, les sacs à main et leur contenu, les paquets. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Photo 1 :OPJ ; IE ; punk EΙΕ : s’approche de la table manipule un couteauOPJ : hé on touche-oui ah excuse-moi
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Photo 2 :punk A ; IB ; IC ; punk C ; punk DIA : monsieur l’inspecteur de permanence de nuitIB sort le poignard de son fourreau
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Photo 3 :ID ; punk A ; OPJ ; IC ; punk C ; punk E ; IBPunk C : pour couper quelque chose de dur (mime l’action)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Photo 4 :OPJ ; IA ; IC ; punk C ; punk EOPJ : c’est à qui celui-là ?IA : ça c’est au monsieurOPJ : et pourquoi il est tordu ?
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Photo 5a.IA ; punk A ; IC ; punk C ; OPJPunk C : je peux voir deux minutes (tend la main vers le couteau)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Photo 5b :IA ; punk A ; IC ; punk C ; OPJOPJ : non non nonOPJ (met le couteau hors de portée de punk C)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Photo 5c :IA ; punk A ; IC ; punk C ; OPJPunk C : juste voir pour la main
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Photo 5d :IA ; punk A ; IC ; punk C ; OPJpunk C : (geste de mesurer la lame du couteau sur la main)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9930/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search