Version classiqueVersion mobile

Les objets dans l’action

 | 
Bernard Conein
, 
Nicolas Dodier
, 
Laurent Thévenot

Recherches

Du singulier au régulier

Une nouvelle articulation de la preuve empirique chez les physiciens français (1700-1735)

From the Singular to the Regular

Vom Singular zum Regulären

Christian Licoppe

Résumé

This paper examines a transformation intervening at the beginning of the 18th Century in the way in which french physical scientists describe the construction of the experimental fact in their reports : from then on they underline the singular character of their observations rather than the possibility to replicate them. This transformation of the way of constructing the experimental fact appears in the narrative structures employed for the description, and also in the debates on the luminosity of mercury barometer. This modification cannot be separated from an argumentation legitimating empirical facts on the basis of their utility rather than of their oddity.

Texte intégral

1Cet essai vise à mettre en évidence une transformation de la stratégie persuasive employée dans le récit d’expérience en physique. Les récits de la deuxième moitié du xviie siècle constituaient la crédibilité du fait empirique en mettant en scène le caractère surprenant, inattendu et spectaculaire, en bref curieux, de phénomènes authentifiés par des témoins présents lors de la démonstration expérimentale – l’auteur lui-même ou des personnes de qualité qu’il fait intervenir dans la narration pour confirmer ce qui a été vu et le plaisir qu’on y a pris (Shapin, 1984 ; Shapin & Schaffer, 1985 ; Dear, 1985 ; Golinski, 1989 ; Licoppe, 1994). Les comptes rendus expérimentaux du xviiie siècle insisteront en revanche sans relâche sur le caractère stable et reproductible des phénomènes observés et sur la possibilité de les transposer en procédés exploitables dans le cadre des corps de métier. L’intérêt d’une étude portant sur l’agencement de la preuve réside dans la possibilité de faire apparaître le mémoire comme une proposition de contrat fondée sur la vraisemblance de la mise en scène des phénomènes (cf. Hazard, 1961 ; Ehrard, 1971). Ce point de vue particulier conduit dans un premier temps à identifier, décrire et analyser les ressources qui sont mobilisées à l’intérieur du récit lui-même pour s’assurer crédibilité et vraisemblance. En effet, le jeu de représentations auquel recourt l’auteur se doit de faire sens, d’être vraisemblable et crédible, au moins dans sa forme et ses structures, pour le lecteur virtuel qu’il constitue à l’intérieur de son mémoire, faute de quoi aucun effet de persuasion relatif au contenu ne pourrait être exercé. Revendiquer par exemple avec insistance la reproductibilité comme critère constitutif des phénomènes, c’est déjà construire une représentation du monde savant dans lequel il est admis en principe que les savoir-faire empiriques puissent diffuser, et dans lequel sont également valorisés, comme intrinsèques à l’activité expérimentale, le contrôle méticuleux des circonstances et la discipline de l’expérimentateur et de son audience. Mobiliser des acteurs dans le cadre de la preuve, que ce soient des patriciens cautionnant un récit par leur témoignage ou des administrateurs soucieux du bien public, c’est déjà définir les modalités de l’impact du fait d’expérience sur le groupe social particulier qui participe dans chaque cas à la preuve, selon des schémas d’interaction et une définition des intérêts mis en jeu que le lecteur doit trouver plausible.

  • 1 J’ai eu connaissance après l’écriture de cet essai d’un article de Lorraine Daston (1990) qui trait (...)

2La description complète de l’espace dans lequel opère la preuve suppose d’aborder de front la question des critères constitutifs du fait d’expérience, c’est-à-dire d’étudier le fait empirique dans une perspective qui soit à la fois constructiviste et historique1. Elle suppose aussi de conduire une lecture des mémoires qui reste sensible à la manière dont certains acteurs y sont mobilisés (ou non) dans le cadre de la preuve elle-même, selon des modalités et des catégories propres aux comptes rendus d’expérience. C’est l’ambition de cet essai de parvenir à tenir ensemble les modes de construction et les usages sociaux du fait d’expérience, à travers l’étude de cet être hybride (Latour, 1991) que constitue l’organisation narrative de la preuve.

L’évolution du récit expérimental au début du xviiie siècle

3Le corpus duquel je tire différents récits d’expérience est formé par l’ensemble des mémoires relatifs à la Physique publiés par l’Académie royale des sciences à raison d’un volume par an à partir de 1699 ; s’y ajoutent un certain nombre de mémoires non publiés mais lus en séance et consignés dans les registres. Il s’agit donc d’un corpus homogène produit par un petit nombre de physiciens possédant une culture institutionnelle commune et dont les activités se recouvrent largement. C’est un groupe qui se perçoit (et est en général perçu) comme le gratin du monde savant en France. Les individus qui le composent sont connus aussi bien dans le monde savant que dans les couches supérieures de la société d’ordres. Ils rencontrent, à travers la publication de mémoires, relayée par les commentaires et les critiques de journaux tels le Journal des Savons et le Journal de Trévoux, un vaste écho chez les lettrés.

4Durant les quinze premières années du xviiie siècle, les récits expérimentaux reprennent régulièrement la forme stabilisée durant le dernier tiers du xviie siècle, qui se caractérise par la séquence « X fit… et X vit… ». Amontons décrit ainsi des expériences qu’il a menées en plein air avec le thermomètre qu’il a construit :

Le 16 Juin 1702, j’exposai au Soleil à l’heure de midi un thermomètre à esprit de vin […] j’exposai en même temps auprès du premier le nouveau Thermomètre dont je viens de donner la description, et j’observai que le degré de chaleur du Soleil soutenoit 13 pouces 2 lignes 1/3 de mercure moins que celui de l’eau bouillante. (Amontons, 1702, p. 157)

5Cet enchaînement d’actions intentionnelles et de leurs conséquences phénoménales appréhendées sur le mode du témoignage visuel, vient faire preuve du fait empirique, autant pour l’auteur que pour le lecteur qui se trouve placé par le texte dans une position de témoin virtuel. Le récit que donne Bernoulli des expériences qu’il a réalisées en Hollande avec le phosphore dans le baromètre illustre bien ce point.

Je pris un tuyau de verre […] j’appliquai ma bouche à l’autre bout du tuyau, et je commençai à succer […] Ainsi j’étois sur d’avoir un baromètre dont la colonne mercuriale étoit toute dénuée de cet épiderme si funeste aux autres [….] Tout étant achevé, j’attendis la nuit avec impatience, laquelle étant venue, je pris mon baromètre ainsi préparé, le tuyau à la main gauche, et le vase dans lequel le bout trempoit à la main droite, aussitôt que je fus dans l’obscurité, voilà que j’aperçus déjà sans avoir encore balancé le Baromètre, des éclairs fort vifs, lesquels étoient causés par un petit branlement qui étoit imprimé à la colonne mercuriale par le mouvement de transport. (Bernoulli, 1700, p. 165-167)

6De quoi persuade une telle narration ? De ce qu’une épreuve rendant le baromètre lumineux a bien été réalisée et attestée, là-bas en Hollande. En conséquence, le fait que le baromètre puisse devenir lumineux peut être repris par le lecteur, sans que le soit nécessairement l’épreuve elle-même comme nous le verrons par la suite.

  • 2 Par exemple : « Je laissai une bulle d’air de quatre lignes de diamètre au haut de la bouteille ren (...)

7Un récit légèrement différent est également utilisé à cette époque pour relater l’épreuve expérimentale. Il s’articule suivant une structure « je fis… et tel effet se produisit » (éventuellement « s’est produit », plus rarement « se produit »), où l’implication personnelle et perceptive de l’investigateur dans l’identification des effets se trouve amoindrie, tandis qu’un monde phénoménal plus autonome est mis en avant. Ce récit était déjà utilisé à la fin du xviie siècle, pour décrire des phénomènes qui s’inscrivent dans une durée qui dépasse celle des actes accomplis par l’expérimentateur pour engendrer le phénomène2, mais jusqu’aux années 1710, ce second mode narratif était resté secondaire. Ce n’est qu’ensuite que son usage se répand, jusqu’à le voir devenir dominant dans les années 1730. Ce récit prend alors un sens nouveau, puisqu’il se trouve employé pour décrire des phénomènes quasi-instantanés, comme la rupture d’un fil :

J’ay pris un peloton de fil blanc, tel qu’on s’en sert dans les usages ordinaires ; et ayant dévidé un grand brin de ce fil, j’ay attaché à un de ses bouts, différents poids depuis une livre jusqu’à dix. Ce brin de fil a soutenu neuf livres et demie sans se casser, et s’est rompu lorsque je lui ay eu attaché un poids de dix livres. Il étoit donc évident que chacune des deux parties qui me restoient après la division de ce fil, pouvoient du moins porter un poids de neuf livres et demie. (Réaumur, 1711, p. 6)

8Dans ce texte particulier, les connotations visuelles se sont déplacées de l’épreuve expérimentale vers l’interprétation des résultats. Elles introduisent dans le ventre mou de la tradition expérimentale un surcroît de persuasion. Même lorsque l’effet expérimental est non seulement brutal, mais engage directement la perception visuelle de l’expérimentateur, comme dans le cas de la luminosité émise par un diamant frotté, certains auteurs recourent à cette rhétorique plus neutre, là où l’on aurait pu penser le style classique parfaitement approprié :

J’ay pris un Diamans taillé en table que j’ay frotté à l’obscurité contre une glace, et il a fait une lumière assez crue, plus large que la face du Diamans, et à peu près semblable à celle d’un charbon ardens. (Cassini, 1707, p. 44)

9La différence entre les deux récits n’a donc rien à voir avec le caractère visuel ou instantané des effets ; elle tient à l’engagement personnel de l’expérimentateur, sur le mode du témoignage, pour avérer le fait d’expérience. Dans le cas du diamant en particulier, il s’agit d’une réplication de résultats antérieurs, qui exige une persuasion moindre qu’un fait complètement nouveau et surprenant Comme le témoignage visuel de l’annonciateur fait encore narrativement preuve au début du xviiie siècle, son absence dans nombre de récits expérimentaux, montre qu’il est devenu une ressource rhétorique un petit peu moins nécessaire dans la construction de certains faits d’expérience.

10En effet, le récit structuré sur le mode « je fis… et je vis… » voit son usage se spécialiser nettement au début du xviiie siècle. Cette spécialisation se manifeste souvent dans des mémoires assez longs, qui s’inscrivent entièrement dans une logique expérimentale de laboratoire, et qui rapportent plusieurs expériences autour d’un phénomène donné. À l’intérieur de ces séquences, l’un d’eux est mis en avant comme constitutif du phénomène, il se trouve ainsi en position de constituer un véritable récit de découverte. Ce récit particulier est alors écrit sur le mode « je fis et je vis », tandis que les expériences qui viennent compléter la description du phénomène sont toutes décrites sur le mode « je fis ceci et il arriva cela ». La découverte concerne toujours un phénomène surprenant, comme cet effet lié à l’aimant,

[] dont on ne peut guère s’empêcher, parce qu’il semble renverser ce principe si évident, que le plus foible ne peut l’emporter sur le plus fort. (Fontenelle, 1717, p. 5)

11La Hire commence par donner une expérience classique, déjà faite par Rohault, qui relève clairement d’une structure narrative du deuxième type :

C’est pourquoi j’ai appliqué contre le gros Aiman A une petite verge ou fil de fer d’une ligne environ de grosseur […] et j’ai ensuite appliqué à l’autre extrémité de ce fil de fer F le morceau de fer B qui avoit été aimanté d’abord […] Ensuite ayant retiré doucement le Fer B, le fil de fer F lui est demeuré attaché et a quitté l’Aiman A, et cela est toujours arrivé de même toutes les fois que j’ai réitéré ces expériences. (La Hire, 1717, p. 275)

12Le récit que donne La Hire de la surprise expérimentale relève bien, lui de l’épreuve visuelle :

J’ai voulu voir ensuite ce qui arriveroit si j’appliquois d’abord contre l’aimant A le morceau de fil de fer B, et ensuite contre celui-ci le fil de fer F, et toujours les poles joints aux poles de différentes dénomination […] et j’ai remarqué avec un peu de surprise, et contre le penchant de M. Rohault, que le fil de fer étant retiré en arrière exportoit avec lui le Fer B qui touchoit l’Aiman A, et cela toujours de même dans la répétition de l’experience. (Ibid.)

13Le récit du premier type possède tellement le sens d’un récit de découverte expérimentale qu’il perce au travers de la rhétorique de livres qui ne sont pas des mémoires expérimentaux mais ont une vocation principalement pédagogique, comme ces Expériences de physique de Polinière (1709), ouvrage plusieurs fois enrichi et réédité durant la période qui nous intéresse. Les expériences y sont toutes rapportées selon une structure ternaire : préparation/fait/explication. La construction du fait s’y trouve relatée sur un mode hypothétique, et laisse le phénomène se dérouler sans faire intervenir narrativement ni l’engagement ni la perception d’un exécutant explicite. On peut ainsi lire à propos du dégagement gazeux qui survient lorsqu’on place un verre de liqueur dans une pompe à vide :

FAIT. Lorsqu’on a beaucoup pompé l’air du récipient, il s’élève une multitude de petites bulles d’air vers la surface supérieure. Et si on continue à pomper l’air, ces bulles ou petites bouteilles d’air deviennent beaucoup plus grosses, et enfin il se fait un bouillonnement considérable qui cesse un peu de temps ensuite. (Polinière, 1709, p. 173)

14En 1706, Polinière découvre la luminosité de bouteilles évacuées et frottées dans l’obscurité, et en fait part à l’Académie. Le mémoire correspondant est écrit selon le récit classique « je fis… et je vis… » (ibid., p. 173). Lorsqu’il reprend cette expérience contestée dont il pense être l’auteur original, et en publie le protocole dans son livre à destination des étudiants, la rhétorique de l’épreuve visuelle s’infiltre irrésistiblement dans le récit hypothétique pour venir particulariser justement cette expérience-là :

FAITS. Étant dans un lieu obscur, dans une cave par exemple, ou pendant la nuit, après avoir bien essuyé le dehors de la bouteille pour ôter une légère humidité que l’air y communique, principalement lorsqu’on a été longtemps sans faire l’expérience ; si je frotte cette bouteille avec la main, ou avec du papier, ou chose semblable, qui soit bien sec, et qui s’y applique exactement, j’apperçois aussitôt une lumière ou espèce de flamme assez sensible qui paroît glisser sur le verre intérieurement. (Polinière, 1706, p. 469)

15Comme l’a montré Brannigan, « découverte » est une étiquette que l’on attribue rétrospectivement à une recherche (Brannigan, 1981). Au début du xviiie siècle, le nouvel usage du récit classique vient donc distinguer, sur le mode de la surprise, l’expérience particulière constitutive de la découverte, par rapport à toutes les autres expériences relatées dans le mémoire.

16Mais dans les années 1730, même cet usage du récit classique est en recul. Les auteurs recourent de plus en plus souvent à des récits du deuxième type, aussi nouveaux que puissent être les phénomènes qu’ils décrivent. La série de mémoires que consacre Du Fay à l’électricité est exemplaire de ce nouveau dispositif narratif. Il s’agit toujours de l’irruption de phénomènes signalés comme particulièrement surprenants et inattendus. Mais le récit expérimental peut malgré tout être énoncé selon la version légèrement dédramatisée du récit d’expérience : « je fis… et tel effet se produisit ».

[] mais ce qui me déconcerta prodigieusement fut l’expérience suivante. Ayant élevé en l’air une feuille d’or par le moyen du tube, j’en approchai un morceau de gomme copal frottée, et rendue électrique, la feuille fut s’y appliquer sur le champ, et y demeura ; j’avoue que je m’attendois à un effet tout contraire, parce que selon mon raisonnement, le copal qui étoit électrique, devoit repousser la feuille qui l’étoit aussi. (Du Fay, 1733, p. 464)

17Selon les conventions de ce type de récit, le poids de la persuasion s’est déplacé : c’est la répétition des épreuves qui ancre désormais le fait d’expérience dans une relative stabilité phénoménale :

Je répétai l’expérience un grand nombre de fois […] de façon à ne me laisser aucun doute, je fus bien convaincu que le copal attiroit la feuille d’or, quoiqu’elle fût repoussée par le tube. (Ibid.)

18Cette mise en scène d’une répétition, qui affaiblit le rôle persuasif d’une épreuve singulière, va même donner naissance à un cliché de la littérature expérimentale durant le deuxième tiers du xviiie siècle : les auteurs affirmeront avoir exécuté un nombre trop grand d’épreuves pour pouvoir toutes les relater dans leurs mémoires.

19Il y a donc, dans le premier tiers du xviiie siècle, un glissement progressif de la forme des récits expérimentaux de la forme usuelle au xviie siècle – « je fis… et je vis… » – vers une forme partiellement dépersonnalisée – « je fis… et tel phénomène se produisit ». La première construction ne disparaît pas pour autant ; elle se maintient pour les phénomènes particulièrement surprenants. Mais la seconde s’impose lorsqu’il s’agit de relater des expériences dans les mémoires académiques. Elle souligne le caractère reproductible de ce qui compte désormais comme fait d’expérience approprié, cette reproductibilité étant à la fois attendue a priori et construite au cours du compte rendu expérimental lui-même. Le fait d’expérience n’est plus ce que des gens de qualité ont pu percevoir une fois, en des circonstances données et sur le mode du spectacle ; il attribue désormais aux choses et aux instruments une propriété susceptible d’être reproduite : toujours et partout, si je frotte un diamant, il produira une lumière, qui se donnera à voir à toute assistance. Autrement dit, il n’y a plus de place pour le fait unique et singulier, et même la découverte la plus inattendue tend de plus en plus à se dire comme potentiellement reproductible. Le fardeau de la preuve se déplace simultanément de la justification d’une occurrence singulière et spectaculaire, vers celle du fait qu’on doit pouvoir reproduire. Le cas particulier des recherches sur les baromètres et les thermomètres à l’Académie va nous révéler d’autres aspects de cette évolution

La controverse sur la lumière du baromètre

20Une nuit de 1676, alors qu’il faisait rapporter son baromètre de l’Observatoire, l’astronome Jean Picard s’aperçoit que celui-ci produit une lumière lorsque secoué durant le transport. Il s’empresse de communiquer ce phénomène à l’Académie qui cherchera pendant plus de vingt ans à l’expliquer (Registres de l’Académie royale des Sciences, 1676, f° 83). Au début, seul le baromètre de Picard produit ce phénomène. Lorsque l’astronome donne à La Hire le mercure même qu’il a utilisé et purifié afin que celui-ci fabrique un second baromètre lumineux, l’expérience échoue. La Hire démonte le baromètre de Picard après sa mort et le remonte avec un mercure qu’il pense identique, mais l’expérience échoue encore. De son côté l’astronome Cassini s’aperçoit que son propre baromètre émet une lumière, ce qu’il continuera à faire en permanence par la suite. À force de démontages, La Hire parvient à rendre celui de Picard lumineux, mais il perd cette vertu peu de temps après sans que personne l’ait touché. Enfin en avril 1694, La Hire reproduit une lumière assez vive en démontant et remontant une nouvelle fois l’instrument. Celui-ci restera bien lumineux par la suite, mais sous une forme atténuée.

21Le Journal des Savons note comme singulier que le baromètre perde et retrouve sa capacité de constituer un phosphore, selon la terminologie de l’époque, et rapporte la différence observée entre le baromètre de Picard et La Hire et celui de Cassini. Dans ce dernier, la lumière semble émise à la surface du mercure agité tandis que, dans l’autre, elle remplit tout l’espace laissé vide par le mercure. Les choses en restèrent à cette singularité jusqu’à ce que le géomètre et académicien Varignon reçoive à ce sujet une lettre de Jean Bernoulli de Groningue, avec lequel il entretenait une correspondance régulière (Bernoulli, 1700), et en fasse lecture à l’Académie le 30 juin 1700.

22Avisé de ce phénomène par un traité sur les thermomètres et baromètres paru à Amsterdam, Bernoulli tente le soir même cette expérience et observe immédiatement de la lumière à la descente du mercure lorsqu’il agite un de ses baromètres. Déjà instruit des difficultés de l’Académie, il affirme en avoir cherché la cause ; il l’attribue à une pellicule de saleté qui apparaît au frottement du mercure avec l’air qu’il chasse du tube lors du remplissage. Cette pellicule vient obstruer les pores du mercure, et empêcher l’émission par ceux-ci de la très subtile matière du premier élément, dont la collision avec les globules célestes du second produit la lumière, selon la conception cartésienne à laquelle Bernoulli renvoie explicitement. Il explique ainsi les difficultés rencontrées par les académiciens : remplissant leur baromètre sans précaution particulière, ils contaminent leur mercure. Il affirme en outre que son raisonnement lui a suggéré deux épreuves expérimentales. Dans la première, il aspire le mercure dans le tube avec sa bouche, et recrache les premières gouttes souillées par le contact avec l’air avant de refermer le tube. Dans la seconde, il vide directement l’air du tuyau avec la machine à vide, avant de le remplir de mercure en remettant le tout à l’air, de sorte que le mercure montant dans le tube de verre ne se sera trouvé au contact que d’un air extrêmement raréfié. Dans les deux cas il obtient, en secouant, une lumière très vive à la descente du mercure, bien plus que lorsqu’il ne respecte pas cette préparation.

23Bernoulli conclut cette première lettre en recommandant aux académiciens de reprendre leurs essais suivant sa méthode. Ceux-ci s’attellent assez vite à la tâche puisque, dès le 3 juillet, Homberg tente, mais en vain, de rendre un baromètre lumineux avec un mercure purifié ; il n’a pas suivi les prescriptions de Bernoulli. Durant la même séance, il est résolu que Cassini, Varignon et Couplet recommenceraient l’expérience à la manière de Bernoulli. Mais comme il n’en est pas fait mention ultérieurement on peut penser qu’elle a été abandonnée ou qu’elle a échoué. Quelques jours plus tard le père Sébastien, proche de l’Académie, y présente un baromètre lumineux fabriqué selon la manière traditionnelle (Registres de l’Académie royale des Sciences, séance du 7 juillet 1700). Il n’en faut pas plus à l’Académie pour suspendre son jugement quant à la méthode et aux idées de Bernoulli (Fontenelle, 1700). Le sujet disparaît des registres jusqu’en novembre de la même année.

24Dans l’intervalle Varignon a rapporté à Bernoulli les objections de l’Académie. Il reçoit de ce dernier une seconde lettre dont il fait lecture à la Compagnie après la rentrée académique (Bernoulli, 1701b). La controverse entre Bernoulli et la Compagnie s’y noue. Le premier commence par reconnaître les difficultés que lui posent les épreuves réalisées à l’Académie, et en particulier les baromètres lumineux fabriqués suivant la manière ordinaire. Il écarte cette objection en émettant des hypothèses sur les circonstances particulières de ces expériences, tout en insistant sur le fait qu’il aurait très certainement pu en soulever beaucoup d’autres, et de mieux fondées, eût-il été présent à ces expériences. Il répond ensuite à une objection portant sur une éventuelle spécificité du mercure qu’il emploie, en arguant avoir réussi l’expérience avec cinq mercures différents sur six essayés (le sixième présentait un aspect huileux remarqué dès avant l’expérience, ce qui justifie le demi-succès obtenu en l’employant). Après cette défense, il en vient à exposer sa nouvelle découverte : une fiole, soigneusement vidée et remplie de mercure, se remplit d’un feu particulièrement vif et continu quand on l’agite. Ce feu s’atténue quand il reste de l’air dans la fiole et réapparaît lorsqu’on vide cet air. Dans le cas où il subsiste un air résiduel, Bernoulli a observé une couche de saletés sur le mercure, en accord avec son hypothèse de la pellicule. L’effet disparaît également lorsque Bernoulli fait fondre avec un miroir ardent un grain de cire resté à la surface du mercure, produisant ainsi d’abondantes fumées dans le vide du baromètre.

25Il propose alors d’envoyer un de ces phosphores perpétuels à l’Académie et donne trois règles pour les fabriquer : partir d’une fiole très sèche car l’humidité empêche le phénomène ; ne pas remuer le mercure avant de vider ; et réaliser un très bon vide, jusqu’à « la dix millième partie ». Il conclut enfin en envisageant, au-delà de la curiosité propre à ce phénomène, un usage éventuel dont il repousse à plus tard la description. Tout ceci a dû devenir particulièrement agaçant pour les académiciens, d’autant que celui des leurs qui se trouve chargé de reproduire les résultats de Bernoulli, Homberg, spécialiste de la machine pneumatique, va échouer.

26Homberg expose le résultat de ses épreuves dans un mémoire lu le 26 janvier 1701 (Homberg, 1701). Il ne voit aucune lumière dans les expériences où il a suivi les règles de Bernoulli, sauf dans le cas de la fiole vidée avec la machine pneumatique, pour laquelle il a réussi à produire de la lumière, quoique presque imperceptible. Il résume ensuite l’ensemble des observations faites à Groningue et à Paris sous la forme de trois faits : le mercure peut produire de la lumière dans un lieu vide d’air ; la lumière produite varie d’un mercure à l’autre ; enfin elle varie pour un même mercure avec le temps. Du fait que les baromètres lumineux réalisés en France ne l’ont pas été suivant les méthodes de Bernoulli, il conclut que la précaution consistant à éviter toute pellicule n’est pas nécessaire. Homberg suggère alors que la propriété de constituer un phosphore n’est pas intrinsèque au mercure, mais résulte d’une disposition acquise au contact d’autres corps. Comptent moins la pureté du mercure, qui le ferait circuler identique à lui-même de Paris à Groningue, et qui se conserverait avec le temps, que les accidents particuliers qui résultent de sa préparation et de son environnement. Homberg soutient cet argument en indiquant qu’il a rendu des baromètres lumineux après avoir nettoyé le mercure à la chaux, qui y introduit des particules ignées. Il remarque aussi l’impureté du mercure de Bernoulli, qui, au contraire des mercures français, se couvre immédiatement d’une pellicule sale, ce qui ne l’a toutefois pas empêché de produire de la lumière. Il n’y a donc pas besoin de précautions particulières pour le rendre lumineux.

27Dans sa réponse, lue six mois plus tard à l’Académie (Registres de l’Académie royale des Sciences, 1701, f° 266-275), Bernoulli commence par se flatter de l’incapacité de Homberg à reproduire ses expériences, ce qui confère implicitement à sa propre pratique une adresse extraordinaire. Il propose à ce dernier de lui envoyer son mercure, qu’il n’arrive décidément pas à rendre lumineux. Il critique aussi le fait que, dans l’expérience de Homberg, le mercure ne monte pas tout à fait à la valeur attendue, ce qu’il attribue à de l’air résiduel. La valeur même des expériences de Homberg est ainsi mise en doute. Il reconnaît ensuite la validité de l’argument sur la saleté du mercure, tout en s’efforçant surtout de préserver son explication qui attribue au mercure seul la capacité de produire de la lumière. Il relate une expérience dans laquelle, après avoir soigneusement purifié le mercure avec de l’esprit-de-vin, il réussit à obtenir une lumière, certes faible et faite d’étincelles clairsemées, mais à l’air libre. Il peut alors modifier les trois points de Homberg dans le sens d’une insistance sur le rôle du phosphore seul : le mercure peut devenir lumineux, même à l’air, si rien n’obstrue ses pores ; deux mercures identiques doivent donner autant de lumière si une cause externe ne vient pas les en empêcher ; les phosphores qui ne subissent pas une quelconque altération restent lumineux (il a ainsi conservé un des siens depuis plus d’un an). Il conclut enfin en soulignant que contrairement à Homberg, qui pense que des accidents particuliers rendent le mercure capable de produire de la lumière, ces accidents particuliers empêchent le mercure de devenir aussi lumineux qu’il le peut.

28Après avoir flambé pendant plus de deux ans, la controverse s’éteint. En fait, je voudrais montrer qu’en cet état déjà, sa tension s’est dénouée sous une forme acceptable pour des philosophes naturels au tournant du xviiie siècle.

Le problème de la localisation de l’épreuve

29Même si toute typologie schématise abusivement la plasticité du langage et de l’argumentation, il importe de clarifier quelque peu l’argumentation employée par les philosophes naturels, pour saisir, même de manière sommaire, les enjeux de la controverse relatée plus haut. Il faut ainsi distinguer deux niveaux d’inscription de l’expérience dans le discours. Vient en premier le récit de l’épreuve expérimentale elle-même, séquence narrative relatant l’exécution d’une série d’actions et les effets qui en résultent, selon les structures caractéristiques « je fis… et je vis… » ou « je fis… et il se produisit… ». Un tel récit réfère à des actes accomplis ailleurs dont le lecteur devient le témoin virtuel.

30Mais la substance de cette épreuve peut se trouver ensuite rassemblée sous la forme d’un fait, c’est-à-dire d’une courte proposition qui synthétise ce qui est essentiel dans la ou les épreuves expérimentales. Un bon exemple nous en est fourni par la série de points dont Homberg et Bernoulli débattent au stade ultime de la controverse sur les baromètres lumineux « 1°. le Mercure est capable de devenir lumineux dans un lieu vuide d’air » (Homberg, 1701, f° 32). Sous cette forme, le fait apparaît comme une conséquence de l’épreuve expérimentale. Il peut alors être utilisé tel quel comme une objection contre une explication générale. C’est ainsi que Bernoulli perçoit le fait que des baromètres aient été rendus lumineux sans respecter les procédures qu’il indiquait (Bernoulli, 1701a, p. 2). Il constitue une conjecture, déduite ou non de l’expérience, que celle-ci doit venir infirmer ou confirmer.

31Si la conjecture revêt une forme plus complexe dans laquelle elle s’avère capable de faire sens ou d’expliquer une collection d’expériences, elle constitue alors un raisonnement ou un système. C’est le statut que Bernoulli cherche à donner à son explication de la production de lumière par émission d’une matière subtile à travers les pores du mercure ou de toute autre matière dense. Décrivant quelques années plus tard le phénomène de la lumière émise par un diamant frotté, il affirmera que « tous ces Phénomènes se peuvent expliquer naturellement par le Sisteme que j’ai fait pour l’explication de mon phosphore » (Registres de l’Académie royale des Sciences, séance du 29 janvier 1707). C’est encore ainsi que l’Académie traite ses raisonnements sur les causes, tout en suspendant son jugement sur leur validité (Fontenelle, 1700, p. 7) : « Tout le monde fut touché du génie de découverte qui brilloit dans le système. »

32La confirmation d’un système suppose qu’il soit capable de rendre compte des expériences passées comme des expériences futures qui peuvent en être déduites. Son statut s’élabore en fonction de l’épreuve expérimentale. Tout au plus Bernoulli revendique-t-il un surcroît de crédibilité pour son raisonnement, parce qu’il a précédé, prétend-il, les épreuves qui le confirment (Bernoulli, 1700, p. 185). Un système considéré par les académiciens comme insuffisamment étayé par l’expérience ne peut guère prétendre être plus qu’une fiction dénuée de valeur de vérité. Mais la validité du système suppose encore un petit peu plus, en l’occurrence que des expériences similaires réalisées en des lieux différents donnent des résultats ou bien identiques, ou bien distincts mais encore explicables dans le cadre du système lui-même. Mis au pied du mur par les expériences parisiennes qui ne semblent pas s’y accorder, Bernoulli produit chaque fois des règles nouvelles ou indique des précautions supplémentaires déduites de son explication originelle, et dont il pense que le respect va garantir enfin le succès de la réplication (Bernoulli, 1701a, p. 3). La crédibilité du système s’accompagne donc inéluctablement d’une discipline expérimentale inspirée par celui-ci.

33En présence d’une controverse sur la réplication, si l’on croit très fort au système, on ravalera la compétence des expérimentateurs et la fiabilité de leur dispositif. Si au contraire on est pessimiste quant à la possibilité d’établir des systèmes certains, on ravalera le système au rang de conjecture ou d’hypothèse tout en maintenant la pertinence de chaque expérience réalisée localement, quitte à admettre une disjonction entre les épreuves réalisées en différents lieux. C’est exactement la solution que propose Fontenelle :

Sur cette contrariété, ou du moins sur cette extrême différence, des Expériences de Groningue et de celles de Paris, que l’on comptoit pour également vraies, et sur toutes ces bizarreries apparentes, auxquelles les observateurs de la Nature sont trop accoutumés pour s’en rebuter, on soupçonna que le Mercure dont M. Bernoulli se servoit, et celui des baromètres luisans de Paris devoit avoir quelque chose de particulier. (Fontenelle, 1700, p. 3)

34Bernoulli accepte implicitement ce type de règlement. Dans ses deux dernières lettres, il renonce graduellement à ses exigences de réplication empirique, en mettant en avant le succès de sa pratique locale : il propose d’envoyer un phosphore perpétuel à l’Académie, et de recevoir d’Homberg son mercure afin qu’il le rende lumineux dans son propre laboratoire de Groningue.

  • 3 Rappelons ici que s’il est possible d’affirmer que les scolastiques s’appuyaient sur l’expérience, (...)

35Au début du xviiie siècle, les physiciens, qui ont utilisé durant tout le siècle précédent, l’expérience de laboratoire comme une arme contre les systèmes scolastiques, conservent encore leur scepticisme quant à la valeur de vérité des systèmes. Reconstruire un système ne peut s’admettre qu’à partir d’un accord systématique avec l’expérience artificielle de laboratoire3. Nous avons vu Bernoulli penser que les académiciens traitaient son système comme un jeu de l’esprit en l’absence de confirmation expérimentale. Il n’avait pas tort. Pour un Homberg, une conjecture, une opinion, un raisonnement n’acquièrent de plausibilité qu’à partir de l’expérience. Encore cette plausibilité n’est-elle que relative, proportionnée au nombre d’épreuves empiriques qui viennent la soutenir, tandis que chaque épreuve se voit d’emblée posée comme certaine :

J’ay fait quelques expériences sur le Mercure qui me confirment dans cette opinion, je ne les donne pas icy comme une règle certaine, n’ayant pas encore assés fait d’expériences pour cela, mais comme une idée seulement qui m’est venue après quelques expériences certaines que j’ay vu. (Homberg, 1701, f° 32)

36Les épreuves expérimentales isolées, dont les circonstances sont attestées dans les moindres détails, constituent un atome de certitude inébranlable.

37Les critiques portant sur les difficultés de réplication partent en général du récit même de l’épreuve, pour y cerner une circonstance particulière. Ainsi, si Bernoulli juge que le vide de Homberg n’est pas parfait, c’est à partir de la mention que ce dernier fait d’une hauteur insuffisante de mercure dans son baromètre, tandis que Homberg juge que le mercure de Bernoulli est sale à partir de la mention que fait ce dernier d’une pellicule de crasse sur celui-ci. Même si le récit des académiciens ne lui inspire aucune circonstance nouvelle digne d’être relevée, Bernoulli ne peut néanmoins se prononcer car seule la présence physique lui aurait permis de juger véritablement des expériences de Paris :

Ce sont là des Objections je l’avoue, lesquelles me semblent détruire toutes mes raisons. J’y devrois donc répondre, si je veux maintenir mon invention, mais que dirois-je, si j’avois été présent à ces expériences ? J’aurois peut-être remarqué cent circonstances dans lesquelles on n’aura pas assés bien observé ma méthode de remplir le tuyau. (Bernoulli, 1701a, p. 2)

  • 4 Par exemple ces académiciens qui rapportent s’être barbouillé le visage en même temps que toute la (...)

38Le noyau dur de la preuve empirique se confine donc exactement dans ce qu’en voit le spectateur ou, à défaut, dans les strictes limites de ce qu’en donne à voir son récit au lecteur. Cela, et cela seul est empiriquement certain. C’est que partout où un surcroît de persuasion est nécessaire, il est fait appel aux témoins. Ils sont là quand le phosphore de Bernoulli émet de la lumière « avec tant de vivacité qu’elle me faisait aisément voir les visages des spectateurs jusqu’à les reconnoître » (Bernoulli, 1701a, p. 5). Ils sont encore là pour attester de l’échec d’une expérience de Homberg (« mais aucun des spectateurs ne s’est aperçu de la moindre lumière ») (Homberg, 1701, f° 28). Ils sont toujours là, et il suffit du témoignage d’un seul d’entre eux pour prouver l’existence d’un phénomène douteux (« mais elle – la lumière – étoit si foible que plusieurs de ceux qui étoient présens ne s’en sont pas aperçus, cependant il est constant qu’il y en avoit, par ce que plusieurs personnes l’ont vues aussy bien que moy », ibid., f° 28). Et c’est encore à eux que l’on fait appel pour attester de l’antériorité d’une découverte (« il y a plusieurs années que j’ay fait ces petites découvertes et que je les ay montré à mes amis, comme je le pourrais prouver aisément par leurs témoignages, s’il étoit nécessaire, et que je voulusse écrire pour cela à Groningue » (Bernoulli, 1707, f° 26). Mais qui sont-ils donc, ces témoins ? Des philosophes naturels bien sûr, car le phosphore remet en cause le sens commun (une lumière émise par un corps froid), mais aussi des gens du monde, car l’exquise lumière du phosphore fait l’amusement des gentilhommes qui jouent avec et portent d’une cour européenne à l’autre de telles curiosités comme autant de lettres de créance4. C’est aux curieux, intéressés exclusivement à tout ce qui est extraordinaire et singulier, que Bernoulli destine son phosphore : « Les curieux auxquels je les ay montrés, ont avoué qu’ils n’ont rien vu de plus rare. » (Bernoulli, 1701a, p. 5). Les faits empiriques idéalement adaptés à ce public, et à la construction de la preuve qui s’appuie sur lui, doivent consister à produire des effets visibles, assez reproductibles pour que le philosophe naturel puisse inviter des spectateurs à une représentation expérimentale sans crainte de faire un four, mais suffisamment variables d’une épreuve à l’autre pour que les spectateurs se trouvent chaque fois investis du rôle essentiel de témoin. L’expérience se présente comme la pièce de théâtre toujours jouée, mais dont chaque représentation reste le privilège unique de son public d’un soir.

39En proposant un phénomène fondé sur la vérité d’un système, Bernoulli s’est trouvé vulnérable à l’échec de la réplication par les académiciens. Bernoulli et les académiciens se considèrent comme mutuellement crédibles, et disposent chacun de témoins dignes de foi. Maintenir l’exigence de la certitude du discours, de la vérité du système, reviendrait à discréditer en partie le fonctionnement de la preuve empirique sur le mode spectaculaire. C’est le nœud de la controverse. Complètement impliqués dans ce type de preuve, Bernoulli et les académiciens dénouent la tension en préservant chaque épreuve locale au prix d’un scepticisme quant au registre de vérité du système, et d’une emphase sur les circonstances et les accidents particuliers à chacune d’entre elles. Bernoulli en particulier ne revendique plus dans sa dernière lettre que la plausibilité de son interprétation. Le débat s’est alors déplacé vers un conflit d’explications (propriété du mercure lui-même ou d’impuretés extérieures au mercure ?). La structure de ce débat devient polémique, et l’on rassemble des faits pour ou contre chaque explication. Dans la tradition des joutes orales et de la dialectique chères au xviie siècle, on invoque des hypothèses et on retourne des arguments à son profit :

En tout cas pourquoi ne pourrois-je pas dire que le vif-argent du baromètre de M. de Villeroy est si extraordinairement bien purifié qu’il n’y a plus de matière hétérogène dont l’attouchement de l’air puisse former une pellicule ? Et ainsi ma manière d’expliquer la cause de la lumière du Baromètre en seroit plutost confirmée que détruite. (Bernoulli, 1701a, p. 4)

40Nous nous retrouvons là dans un espace légitime de la pratique philosophique héritée du xviie siècle, dans lequel on dispute de systèmes explicatifs incompatibles avec des effets d’éloquence spectaculaires, et une présentation dramatique d’arguments et de contre-arguments. En ce sens la controverse entre Bernoulli et les académiciens perd de sa vivacité et de sa profondeur sans qu’elle soit complètement résolue pour autant. Elle prend une forme qui ne remet plus en cause ni les modes d’argumentation et de preuve en vigueur à la fin du xviie siècle, ni la sociabilité de la communauté de philosophes naturels et de gentilhommes curieux sur laquelle ils reposent.

41La controverse du baromètre portatif s’était donc polarisée sur la question de la réplication du phénomène et de la délocalisation de l’épreuve par la maîtrise d’un procédé, sans parvenir à établir celles-ci de manière satisfaisante. Elle se concluait sans rendre complètement plausible une attente de ce type relativement aux phénomènes physiques, les philosophes naturels se repliant sur les canons traditionnels (au moins pour la deuxième moitié du xviie siècle) de construction du fait comme essentiellement surprenant et singulier. Des questions analogues se posèrent exactement au même moment en ce qui concerne les mesures accomplies à l’aide d’instruments comme les thermomètres ou les baromètres, engendrant le même genre de repli frileux durant les premières années du xviiie siècle, tandis qu’une réponse différente et bien plus assurée émergera une vingtaine d’années plus tard. Ce qui paraissait un enjeu inaccessible au début du siècle, à savoir la possibilité de confronter de manière signifiante des mesures prises en des lieux différents, semblera alors se trouver à portée d’instrument. Comment, s’agissant de phénomènes habituellement considérés comme curieux, étranges, bizarres, singuliers, prodigieux ou encore merveilleux – le phosphore par exemple – la décontextualisation de l’épreuve empirique est-elle devenue possible et pensable ?

Du Fay et les phosphores

42C’est Charles Cisternay Du Fay qui conduit les recherches sur les phosphores à l’Académie dans les années 1720. Il commence par reprendre l’étude des baromètres lumineux. Il va en chercher le procédé de fabrication chez un artisan allemand réputé capable de rendre à chaque fois les baromètres lumineux (Du Fay, 1723, p. 298) :

[] après avoir appris d’un vitrier allemand la manière de rendre à coup sûr les baromètres lumineux ; ce que je lui ai vû faire, & que j’ai expérimenté moi-même de plusieurs manières […] J’ai fait depuis plusieurs fois la même expérience, & elle m’a toujours également réussi.

43Le phénomène est donc bien posé d’emblée comme stable et robuste, répliquable et délocalisé. L’échec d’une réplication potentielle devra être attribué à l’incompétence de l’expérimentateur plutôt qu’à des circonstances particulières car les faits qu’avance Du Fay « sont d’une exécution si facile, que chacun peut les éprouver sur le champ » (ibid., p. 302). Du Fay commence ainsi où Bernoulli s’était efforcé d’aboutir, parce qu’une génération plus tard, un nouveau dispositif de construction du phénomène et d’administration de la preuve empirique a acquis une légitimité qu’il ne possédait pas à l’époque de Bernoulli. Poser ainsi la robustesse des phénomènes comme critère de définition ôte en effet une partie de leur crédibilité aux récits de phénomènes certes curieux mais vus une seule fois sans pouvoir être reproduits sur place ou ailleurs. Cette perte n’est envisageable que si elle se trouve compensée par l’accréditation d’un nouveau type de fait et de pratique, dont le second et magistral mémoire de Du Fay sur les phosphores se fait l’éloquent avocat.

  • 5 Sur les phosphores au xviie et au xviiie siècles, on pourra consulter l’ouvrage érudit de E. Newton (...)

44La plupart des phosphores connus à cette époque, comme la pierre de Bologne ou les phosphores de Baldwin ou de Kunckel par exemple5, étaient considérés comme rares et merveilleux. L’ambition du mémoire de Du Fay est de montrer au contraire comment tous les corps peuvent en fait constituer des phosphores, une fois convenablement préparés, selon des procédés de calcination très simples, qui réussissent toujours (Du Fay, 1730, p. 527-529). La réplication est présentée comme tellement assurée que même des circonstances particulières comme la température du feu n’ont sur elle qu’une influence secondaire (ibid., p. 530). La généralisation à tous les corps de la propriété de constituer un phosphore et la possibilité de reproduire ce phénomène à coup sûr sont présentées par Du Fay comme une source de progrès nouveaux à propos de phénomènes dont l’étude était auparavant limitée par la rareté (ibid., p. 535) (et par l’accès aux cabinets de curiosité les plus prestigieux). De sorte qu’un phénomène ainsi stabilisé et devenu susceptible d’être largement diffusé sort positivement de l’espace réservé au rare, au singulier et au merveilleux.

  • 6 C’est exactement le mot qu’emploie Du Fay (1730, p. 533) : « Car le champ est encore infiniment plu (...)
  • 7 Ainsi à propos du repositionnement de la singularité aux limites du champ phénoménal stable : « d’a (...)

45L’effet de cette stratégie est de délimiter un champ6 phénoménal stable et partagé, constitué d’épreuves délocalisées car très facilement reproductibles, coordonnées autour d’un effet commun, la production de lumière. La variabilité (« La lumière qu’elles prennent n’est pas toujours la même, elle est souvent blanche, d’autres fois rouge, quelquefois bleue […] toutes ces circonstances causent des variétés considérables, & méritent d’être observées avec grand soin », ibid., p. 535) tout comme la curiosité ou la singularité (« Et ce serait un phénomène très singulier qu’une matière qu’on ne pourra rendre lumineuse, ni par calcination, ni par dissolution », ibid., p. 534) se trouvent redéfinies comme des surgissements inattendus en périphérie de cet espace phénoménal stable, désormais placé en position centrale. Du Fay traite d’ailleurs comme le phosphore les autres phénomènes qu’il étudie, l’électricité par exemple7. On mesure ainsi le retournement qui s’est opéré au début du xviiie siècle si l’on se souvient que l’expérience artificielle s’était explicitement constituée au xviie comme un outil pour détruire les systèmes. L’épreuve isolée construisant des phénomènes curieux était alors surtout une arme. Mais il n’y a plus ici d’épreuves isolées. Une tapisserie d’expériences délimite un motif discursif stable, qui repousse l’étrange et le singulier en ses marges. Le système donne sens aux expériences et en suscite d’autres. De nouvelles ontologies peuvent y proliférer, comme l’électricité, qui circule d’un corps à un autre, d’une expérience à sa réplication, d’une expérience à une autre. Un mot nouveau n’y désigne pas autre chose que le partage d’un ensemble de pratiques, comme l’avait remarqué Wittgenstein.

46À l’intérieur même des mémoires, l’effort de persuasion glisse lentement du récit authentifiant une épreuve locale et circonstanciée vers le discours sur les faits et leurs causes. Celui-ci vient alors saisir un ensemble d’épreuves empiriques, dont le savoir-faire est assez partagé pour que ce groupe d’épreuves devienne la propriété commune appartenant aux physiciens dans leur ensemble :

Cette expérience me paroît favoriser extrêmement mon hypothèse et d’ailleurs elle s’accorde si naturellement avec les autres Phénomènes de l’Aiman qu’elle peut les expliquer presque tous. (Du Fay, 1728, p. 361)

47Et dans les mailles de ce réseau d’épreuves empiriques stables et reproductibles se crée un espace propre à accueillir un discours possédant un statut nouveau, peut-être pas encore un véritable système ou une théorie, mais plus qu’une simple opinion ou conjecture comme au siècle précédent :

On juge bien que je ne donne pas cela pour l’explication des faits dont je viens de rendre compte, et je crois être encore bien loin de la trouver, cependant j’ai cru pouvoir hazarder ce peu que j’en viens de dire, parce que cela ne laisse pas de donner une idée de la manière dont les choses peuvent se passer, et ne s’accorde pas mal avec l’expérience que je vais rapporter. (Du Fay, 1737, p. 94)

48Les objets physiques eux-mêmes se définissent dans l’espace du discours savant par les qualités visuelles que des épreuves empiriques partagées permettent de leur assigner. Une forme nouvelle d’identité devient envisageable, au-delà de la singularité irréductible de toute occurrence. Un corps, un appareil sont identiques lorsqu’ils se comportent de manière similaire dans l’ensemble des épreuves auxquelles il est possible de les soumettre. Ces épreuves se doivent d’être reproductibles en principe ad libidem, et il n’y a rien, à cette époque, d’ontologiquement sûr en physique au-delà des épreuves expérimentales elles-mêmes. La volonté des physiciens de cette période de structurer ainsi le discours sur les objets dont ils traitent est d’autant plus frappante que les possibilités de reproduction des épreuves sont très limitées. Mais l’identité au sens du xviiie siècle prend par conséquent une forme surprenante pour le lecteur contemporain :

Kunkel, Boyle, M. Lemery, Theichmeyer en dernier lieu, ont donné sous le nom de Phosphore hermétique de Baldwinus, un procédé qui réussit parfaitement, & qu’on peut croire en effet être le même que celui de Baldwinus, puisqu’il en a réellement toutes les propriétés, quoiqu’à dire le vrai, on ne trouve rien dans la composition de ce dernier qui ait aucun rapport avec le premier. (Du Fay, 1730, p. 585)

49De manière analogue, deux machines qui produisent le même effet visible se trouvent de plain-pied sur un registre qui est également celui du même, comme le montre cet exemple ou Du Fay cherche à retrouver le secret d’une pompe à eau allemande qui produit un jet d’eau continu :

Voyant qu’il n’étoit pas possible de deviner la construction intérieure de cette Pompe par ce qui en paroissoit au dehors, j’ai tâché d’en imaginer une qui pût avoir la même force apparente, et qui fit les mêmes effets, ce qui devoit nécessairement procurer les mêmes avantages. Je n’assurerai pas que celle que je propose soit précisément la même chose, puisque le même effet peut être produit par différentes causes, mais on verra du moins par la description que je vais en donner, qu’il n’y a aucune différence dans la construction extérieure, non plus que dans les avantages de l’un et de l’autre. (Du Fay, 1725, p. 37)

50La possibilité d’être structurés par une première opération logique, l’identité, constitue une ressource importante pour conférer aux systèmes interprétatifs un statut qui en fasse un petit peu plus que des conjectures. Cette émancipation du discours, que les philosophes nomment objectivité, ne constitue au début que la face visible, dans l’espace des mots, d’un partage dûment négocié par les acteurs, dont la réplication et la discipline des gestes constituent la face cachée dans l’espace des actes.

Conclusion

51L’œuvre de Du Fay montre comment le fait de poser comme une exigence naturelle la délocalisation des phénomènes, à travers la réplicabilité des épreuves, conduit à redistribuer les faits au sein d’un champ discursif : le curieux et le singulier sont repoussés à la marge ; les liens entre les épreuves et le discours qui les interprète sont resserrés ; le statut de ce dernier évolue de la simple conjecture à un système provisoire ; enfin le physicien est redéfini comme le maître de l’ensemble de ce champ spécialisé, auquel les simples amateurs ou les curieux n’accèdent qu’à travers des fragments d’épreuves ou de textes. En même temps, exiger du fait d’expérience qu’il soit reproductible affaiblit le rôle du témoignage dans la preuve empirique, car avoir vu une fois le spectacle du phénomène ne suffit pas complètement à assurer qu’il est stable. Du coup, plus le phénomène sera dédramatisé par l’insistance rhétorique du narrateur sur l’aisance avec laquelle il peut être reproduit, moins grand sera l’honneur pour le spectateur de qualité d’être éventuellement convié à en attester la vérité. Nous avons vu plus haut comment le souci des mesures exactes et comparables pouvait être difficile à concilier avec les mentalités aristocratiques.

52Cependant l’insistance sur la stabilité des faits d’expérience, qui caractérise les mémoires expérimentaux du premier tiers du xviiie siècle, ne peut pas être séparée d’un mode de preuve spécifique qui s’appuie non plus sur la curiosité mais sur l’utilité. Le déplacement de la fonction persuasive du récit expérimental s’accompagne ainsi d’une nouvelle articulation de la preuve, non plus sur les civilités aristocratiques, mais sur le réformisme administratif dans lequel se joue son utilité.

53Si l’on revient à Du Fay et à ses recherches sur la pompe à eau allemande, on constate qu’elle se place beaucoup plus dans le registre de futilité que dans celui de la curiosité. Du Fay se satisfait de reproduire l’effet visible de la pompe, un jet d’eau continu, sans pouvoir s’assurer que le mécanisme qu’il propose soit identique à celui dont l’inventeur allemand garde le secret. Il assure par contre que sa pompe est commode d’entretien, et discute de son utilité en soulignant qu’il y aurait intérêt à la diffuser en ville pour prévenir les incendies.

54La circulation de l’instrument vient garantir l’utilité du dispositif à la mesure de l’extension de son réseau de diffusion. Mais la dispersion de l’instrument dans le champ social s’accompagne d’une discipline nouvelle :

Il faudrait qu’on fut obligé d’en avoir un dans plusieurs Maisons de chaque Ville, ce qui se pouvoit répartir sur tous les propriétaires ne serait qu’un petit objet pour chacun, et ne serait point à charge de celui qui l’aurait chez lui, puisque comme nous l’avons vu, elles n’exigent aucun soin et aucun entretien. (Ibid.)

55Il est remarquable que Du Fay s’intéresse à la circulation dans le champ social et à la transformation des relations sociales qui l’accompagne nécessairement d’un point de vue politique. Il interpelle ainsi directement un pouvoir central de type réformiste qui s’engage, par la force de lois nouvelles, à faire circuler dans le champ social les instruments et les procédés mis au point par les philosophes. Le phénomène se doit alors d’être particulièrement stable et réplicable, pour que le remploi dans l’univers quotidien des instruments et des procédés supposés utiles soit envisageable.

56Ce qui caractérise ainsi les mémoires produits par les académiciens français au début du xviiie siècle, c’est le procédé consistant à s’adresser aux instances administratives comme si elles devaient naturellement s’engager dans des réformes d’intérêt général, favorables à la diffusion des résultats de leurs recherches auprès de particuliers et d’entrepreneurs. La légitimité des faits se trouve ainsi liée normalement à la capacité du philosophe naturel de montrer leur reproductibilité, mais aussi à la vraisemblance de la mise en scène de leur diffusion dans le champ social, que celle-ci soit réelle ou fictive.

57Trois points donc pour conclure à propos du sens de la preuve par l’utilité : le durcissement du statut de vérité attribué au discours théorique et la diffusion de la production savante dans des réseaux toujours plus grands y constituent explicitement deux aspects du même processus ; l’effet de persuasion y repose nécessairement (au contraire de la preuve « curieuse » qui exaltait un ordre aristocratique stable) et explicitement (au contraire de ce qui se passera à partir de la fin du xviiie siècle) sur une dynamique de transformation mutuelle dans laquelle un savoir sur les choses et des structures sociales se construisent en regard l’une de l’autre ; l’efficacité de cette preuve suppose la vraisemblance des échanges qu’elle met en scène pour le lecteur. La diffusion et l’hégémonie de la preuve utilitaire dans le mémoire de physique, patentes dans le deuxième tiers du siècle, constituent un indice sûr d’une intensification des médiations de ce type entre science et société durant cette période.

Bibliographie

Amontons Guillaume (1702), « Discours sur quelques propriétés de l’air, et le moyen d’en connoître la température dans tous les climats de la Terre », Mémoires de l’Académie royale des Sciences, p. 157.

Bernoulli Johann (1700), « Nouvelle manière de rendre les baromètres lumineux », Mémoires de l’Académie royale des Sciences, p. 178-190.

Bernoulli Johann (1701a), « Nouveau phosphore », Mémoires de l’Académie royale des sciences, p. 1-9.

Bernoulli Johann (1701b), « Lettre à Varignon », Registres de l’Académie royale des Sciences, f° 266-275.

Bernoulli Johann (1707), « Lettre à Varignon » Registres de l’Académie royale des Sciences, f° 24-26.

Brannigan Augustine (1981), The Social Basis of Scientific Discoveries, Cambridge, Cambridge University Press.

Cassini Jacques (1707), « Expériences sur la lumière qui est produite par divers corps frottez l’un contre l’autre », Registres de l’Académie royale des Sciences, P 44.

Daston Lorraine (1990), « The Cold Light of Facts and the Facts of Cold Light : Luminescence and the transformation of the Scientific Fact, 1600-1650 », Continuum, à paraître.

Daston Lorraine (1991), « Marvelous Facts and Miraculous Evidence in Early Modern Europ », Critical Inquiry, 18, p. 93-125.

Dear Pauline (1985), Totius in Verba : Rhetoric and Authority in the Early Royal Society » ISIS, 76, p. 145-161.

Dufay Charles François (1730), « Mémoire sur un grand nombre de phosphores nouveaux », Mémoires de l’Académie royale des Sciences, p. 524-535.

Dufay Charles François (1723), « Mémoire sur les Baromètres Lumineux », Mémoires de l’Académie royale des Sciences, p. 295-305.

Dufay Charles François (1725), « Description d’une pompe qui peut servir utilement dans les Incendies », Mémoires de l’Académie royale des Sciences, p. 35-44.

Dufay Charles François (1728), « Observations sur quelques expériences de l’Aiman », Mémoires de l’Académie royale des Sciences, p. 457-476.

Dufay Charles François (1733), « Quatrième mémoire sur l’électricité », Mémoires de l’Académie royale des Sciences, p. 457-476.

Dufay Charles François (1737), « Septième mémoire sur l’électricité contenant quelques additions aux mémoires précédents », Mémoires de l’Académie royale des Sciences, p. 87-100.

Erhard Jean (1971), L’idée de nature en France à l’ombre des Lumières, Paris, Flammarion.

Fontenelle Bernard de (1700), « Sur le phosphore du baromètre » Histoire de l’Académie royale des Sciences, p. 5-8.

Fontenelle Bernard de (1717), « Sur un phénomène de l’aiman », Histoire de l’Académie royale des Sciences, p. 5-7.

Golinski Jan V. (1989), « A Noble Spectacle : Phosphorus and the Public Culture of Science in the Early Royal Society », ISIS, 80, p. 11-39.

Hazard Paul (1961), La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard.

Homberg Wilhelm (1701), « Sur la lumière du mercure dans le vide », Registres de l’Académie Royale des Sciences, f° 28-34.

La Hire Philippe de (1717), « Remarques sur l’Aiman », Mémoires de l’Académie royale des Sciences.

Latour Bruno (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Licoppe Christophe (1994), « La stabilisation d’une nouvelle forme narrative dans le récit d’expérience », Science in Context, à paraître.

Mariotte Edme (1717), « Discours de la nature de l’air », Œuvres, Leyden, t. I, p. 163.

Newton Harvey Edmund (1957), A History of Luminescence from the Earliest Times until 1900, Philadelphia, PA, American Philosophical Society, Memoirs 44.

Poliniere Pierre (1709), Expériences de physique, Paris.

Reaumur René Antoine de (1711), « Expériences pour connoîstre si la force des cordes surpasse la somme des forces des fils qui composent ces mêmes cordes », Mémoires de l’Académie.

Shapin Steven (1984), « Pump and Circumstance : Robert Boyle’s Literary Technology », Social Studies of Science, 14, p. 481-520.

Shapin Steven & Simon Schaffer (1985), Leviathan and the Air-Pump : Hobbes, Boyle and the Experimental Life, Princeton, Princeton University Press, chap. II.

Notes

1 J’ai eu connaissance après l’écriture de cet essai d’un article de Lorraine Daston (1990) qui traite de la construction du fait empirique à partir du cas de la luminescence, et qui offre de nom-breuses convergences avec le traitement du même problème donné ici (Daston, 1991).

2 Par exemple : « Je laissai une bulle d’air de quatre lignes de diamètre au haut de la bouteille renversée ; le jour suivant elle fut réduite à deux lignes deux tiers ; l’autre jour, à une ligne et demi ; & le matin du jour suivant, il n’y en eut plus du tout. » (Mariotte, 1717, p. 163).

3 Rappelons ici que s’il est possible d’affirmer que les scolastiques s’appuyaient sur l’expérience, ils entendaient surtout dans ce mot le savoir empirique de sens commun, bien plus que les expériences artificielles, si singulières.

4 Par exemple ces académiciens qui rapportent s’être barbouillé le visage en même temps que toute la maisonnée de Colbert avec le phosphore apporté par un gentilhomme allemand (Registres de l’Académie royale des Sciences, séance du 6 juillet 1678, f° 181). Voir également, à propos de la sociabilité mise en jeu pour les phosphores, Golinski (1989, p. 11-39).

5 Sur les phosphores au xviie et au xviiie siècles, on pourra consulter l’ouvrage érudit de E. Newton Harvey (1957).

6 C’est exactement le mot qu’emploie Du Fay (1730, p. 533) : « Car le champ est encore infiniment plus vaste qu’il ne l’a paru par ce mémoire. »

7 Ainsi à propos du repositionnement de la singularité aux limites du champ phénoménal stable : « d’ailleurs la flamme n’est point attirée par les corps électriques et cette singularité mérite un examen particulier. » (Du Fay, 1733, p. 84).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search