Version classiqueVersion mobile

Les objets dans l’action

 | 
Bernard Conein
, 
Nicolas Dodier
, 
Laurent Thévenot

Repères

Essai sur les objets usuels

Propriétés, fonctions, usages

Essay on Usual Objects

Essay über die Gebrauchsgegenstände

Laurent Thévenot

Résumé

In the same way in which it is necessary to confront human beings with the treatment of their unqualifiable singularity, we have to examine things when they move from a public grasp to a familiar view. Only in this way can we widerstand the dynamics of the different forms of the collective and renew our approach of the social phenomena, avoiding the cleavages between the categories applied in sociology and in the cognitive sciences. Observing the places where qualities of the objects, which allow public galantees, are defined, the author examines the operations implemented in a laboratory in Order to test the essential qualities of usual objects. The study of the conflicts with the customers, in the after-sales services, allows to evaluate the consequences of the use of the objects in everyday action. This use shows a variety of adjustments and of personal handlings, which exhibit the limits of a view of our environment based upon generic categories of objects.

Texte intégral

1La poursuite du programme de recherche des sciences sociales se heurte aujourd’hui aux oppositions canoniques entre collectif et individuel, ou entre public et privé, qui ont servi longtemps à marquer des frontières entre disciplines mais qui doivent être reconsidérées. En distinguant différents registres de traitement des autres, on peut espérer situer une pluralité de régimes du collectif par rapport à d’autres modes de traitement, tels que ceux impliqués dans des relations de personne à personne. Cependant, un tel programme ne peut être mené à bien sans l’examen conjoint des modalités de saisie des choses.

  • 1 Le décillement que Bruno Latour souhaite provoquer ne porte pas seulement sur la façon d’analyser l (...)

2Les sociologues et anthropologues des sciences nous ont ouvert les yeux sur les mauvais traitements des choses1. Ils ont mis en évidence l’intrication des liens entre humains et non-humains dans des réseaux qui confèrent leur consistance aux objets scientifiques et techniques. Mais la généralité associée à l’objectivité des faits scientifiques n’est pas la seule à supposer l’alignement d’êtres humains et non humains. Les formes générales de jugement mobilisées dans les moments de critique et de justification rapprochent, sous un certain rapport, les personnes et les choses en les saisissant selon des modes communs de qualification qui lient des figures du collectif à des objets communément identifiés (Boltanski & Thévenot, 1991). Parce qu’ils en appellent au public, les jugements de large validité exigent un détour par des « conventions collectives ». Une qualification des êtres pertinents de la situation qui se réfère à des modes d’évaluation généraux s’écarte donc d’un traitement ordinaire dans lequel l’identification et l’évaluation des objets se closent par la référence à une « action convenable ». Le cadre d’interprétation des événements qu’offre le vocabulaire de l’action et le langage ordinaire qui en est le support ne satisfont pas les exigences précédentes d’un mode d’évaluation commune et d’une garantie de repères communs. Ce cadre de l’action est en revanche celui qui correspond à la notion courante d’objet en ce qu’il établit une différence radicale de statut entre un agent humain, acteur pourvu d’intentions et de plans, et un agent objet qui, instrument de l’action, est saisi dans des propriétés fonctionnelles. Toutefois le vocabulaire de l’action, propice à la communication, ne permet pas d’appréhender une dynamique d’accommodement qui se clôt sur des « convenances personnelles » et passe par des articulations idiosyncrasiques avec l’environnement dans lequel s’inscrit l’activité. Un tel mode d’ajustement au plus près est largement mis en œuvre dans la familiarisation et il repose sur des traits personnalisés qui spécifient l’usage. L’accommodement entre l’usagé et la chose usée distribue la compétence du couple et contribue à défaire la consistance de l’objet et la pertinence du langage ordinaire de l’action.

3À ces trois modalités d’ajustement au monde correspondent donc des saisies différentes des choses (Thévenot, 1990) et ce sont ces différences de statut des choses que nous voudrions éclairer. Notre perspective centrée sur l’évaluation et la dynamique d’ajustement vise à éviter les ruptures entre des catégories incommensurables utilisées dans les travaux de sociologie et de sciences cognitives. De même qu’il est nécessaire de confronter la qualification des êtres humains au traitement de leur singularité inqualifiable (Boltanski, 1990), de même faut-il suivre les choses lorsqu’elles passent d’une saisie publique à une saisie familière. C’est à ce prix que l’on peut comprendre les dynamiques de différentes figures du collectif et renouveler l’approche des phénomènes sociaux.

  • 2 Ce texte ne présente que l’une des étapes d’une exploration des modalités du commerce avec les chos (...)
  • 3 Nous emploierons le terme d’« utilisation » pour indiquer l’encadrement dans une action normale en (...)

4Notre investigation sur les différentes façons de saisir les choses privilégie des objets usuels parce qu’ils se prêtent à des traitements divers et notre démarche consiste à les suivre dans différents modes d’engagement2. Dans cet article, nous partirons du lieu où sont extraites des qualités propices à des garanties publiques, et notamment à des jugements de droit. L’importance de ces exigences de qualification est marquée par la place grandissante des contentieux avec les objets et par l’assise de normes sur laquelle repose le marché. Économie et société se conjuguent dans une civilisation des choses. En suivant pas à pas les opérations nécessaires pour qualifier des objets et en extraire des propriétés essentielles, nous verrons progressivement apparaître d’autres modalités d’engagement des choses. L’examen de démêlés entre fabricant et utilisateur nous permettra, dans une deuxième partie, de mesurer les conséquences d’une saisie de l’objet dans le registre de l’action. Mais la prise en compte de l’utilisation ouvre sur une variété et une personnalisation des usages3 qui nous fera voir, dans une troisième partie, les limites d’une saisie de l’environnement au moyen d’un découpage d’objets génériques.

La qualification par des propriétés essentielles

5Nous rencontrerons les choses qui nous intéressent dans un laboratoire qui possède, comme tous les autres, ses appareils de mesure et ses techniciens de blanc vêtu, mais un laboratoire qui s’en distingue parce qu’au lieu de quarks ou de boues fluviales, ce sont des nounours et des poussettes pour enfants qui passent entre les mains des techniciens.

6Nous allons commencer notre enquête par l’examen d’une machinerie qui, à l’instar de la machinerie juridique employée à conférer des qualités aux êtres humains, garantit l’attribution de propriétés aux choses. Ce lieu est donc un observatoire bien situé pour voir des choses changer d’état et passer d’une existence privée à une vie publique, quitter le lit douillet du bébé pour entrer en politique, passer en jugement ou être qualifiés comme agents à part entière d’une communauté européenne ou d’une économie mondiale.

De l’expérience scientifique à l’essai sur des choses usuelles

7Pour saisir les choses en toute objectivité, il est normal de se tourner vers un laboratoire. N’est-ce pas d’une démarche scientifique que l’on peut attendre la découverte de caractéristiques objectives des choses ? Le scientifique n’est-il pas mieux armé que quiconque pour dégager les propriétés qui permettront d’inscrire le comportement de l’objet dans des régularités, des lois intégrées dans un modèle systématique ? Et le Laboratoire national d’essai (LNE) n’a-t-il pas pour mission de mettre au jour les « caractéristiques essentielles » des objets qu’il examine ?

Repousser le sujet de l’évaluation

8Le laboratoire est le lieu où le jugement porté sur les propriétés des choses ne doit rien à la subjectivité des gens qui en usent ou à des opinions collectives à leur sujet. C’est ainsi que les gens qui commandent ou réalisent des essais présentent la tâche : opérer « des mesures objectives qui font foi » (LNE et UFC). Pas question de l’expertise du connaisseur (Bessy & Chateauraynaud, 1992), de la manipulation de l’artisan, du palper du clinicien. C’est le protocole expérimental du savant qui sert de modèle. Ingénieurs et techniciens interrogés mettent en valeur leur activité sur fond de dénonciation de l’empire de l’opinion. Pour « prouver ce qu’on annonce », seuls des essais « faits dans des laboratoires » sont aptes à supporter des « affirmations basées sur des réalités » et à repousser « les opinions » : « Puisqu’on fait les essais, on sait comment le produit se comporte » et « Quand on annonce quelque chose, ce n’est pas une croyance. » La dénonciation de l’opinion vise tout à la fois le travail de la publicité, la propagation d’images ou la propagande de slogans, et l’appréhension subjective dont fait montre l’utilisateur. Les croyances se répandent dans les esprits et contaminent même les enquêtes qui passent par l’intermédiaire de témoignages humains et qu’il s’agit donc de remplacer par des témoins objectifs.

Faire avec des choses en l’état

  • 4 Ces complications ne sont pas sans rappeler celles auxquelles est confronté le médecin (Dodier, 199 (...)

9Mais notre laboratoire ne ressemble pas aux lieux dévolus à la recherche scientifique. Le passant même pressé ne peut rester indifférent à l’incongruité d’une lourde machinerie ou d’un appareillage de mesure sophistiqué qui tiennent enserrée une peluche ou une poussette d’enfant. L’expérience est, à bien des égards, plus malcommode à mettre en place pour notre technicien d’essai que pour son homologue qui travaille dans un laboratoire de recherche. Dès qu’il installe l’objet dans les bras, les griffes, les pinces de l’appareil de mesure, l’incongruité de la chose est plus que gênante. Comment l’en rendre solidaire pour garantir que l’appareil porte un témoignage fidèle des propriétés à évaluer ? Notre technicien regarde avec envie son confrère qui dispose d’une relative maîtrise pour définir un objet bien adapté à l’expérience et qui donne l’impression de manipuler directement les variables qui trouveront place dans son modèle. Même s’il doit transporter un être du dehors, ce confrère a toute latitude pour réaliser une préparation qui mettra le matériel expérimental dans des formes ajustées à l’équipement de l’expérience. Point d’une telle liberté chez notre technicien qui ne peut se reposer sur un objet préparé pour les fins de l’expérimentation scientifique mais qui doit, impérativement, introduire la chose en l’état, telle qu’on lui a livrée, au prix de mille complications pour la tâche de mesure4. C’est en cela que notre homme s’écarte du chercheur. C’est là que se manifeste la spécificité de la tâche d’un laboratoire qui est un laboratoire d’essai : « Ce qui compte c’est la performance, donc il faut que nous déterminions un essai et un critère de performance du produit. » La mission que le ministère adresse au Laboratoire national d’essai comprend explicitement « la mise au point de la méthode d’essai ».

Transporter la mesure pour transporter les propriétés

10Avant d’examiner les moyens que le technicien d’essai va devoir mettre en œuvre pour s’arranger de cette chose gênante, arrêtons-nous un moment sur un problème auquel il paraît échapper et qui soucie son collègue chercheur, celui de la référence. Si le technicien d’essai doit se débrouiller avec ce qu’on lui livre du dehors, cette contrainte a au moins le mérite de garantir l’identité de l’objet dont il va exhiber les propriétés au terme de sa mesure. Il en dispose dans son état naturel, si l’on peut dire, tel qu’il est au dehors du laboratoire. C’est le bon côté de l’irruption de la chose, dont nous avons vu le revers. Son collègue a, en revanche, la charge de la preuve pour démontrer que la propriété qu’il a découverte n’est pas un artefact, qu’elle se trouve bien dans la nature. Bruno Latour a analysé toute la chaîne que le scientifique devait constituer pour établir et maintenir ce rapport entre le représentant dans le laboratoire et sa contrepartie en nature. La solidité du rapport tient à un réseau de liens qui se ramifient bien au-delà de l’enceinte du laboratoire, et les faits établis dans le laboratoire ne tiennent pas sans la théorie d’appareils et de méthodes qui leur font cortège.

11Cependant, le métrologue est lui aussi confronté à une question d’identité : celle des spécimens d’un « même » produit. Il n’a entre les mains qu’un exemplaire d’une série et il est rare que ceux qui font appel à son expertise se soucient de la chose singulière sur laquelle il porte un jugement (ce qui est, à l’inverse, au cœur d’autres formes d’expertise, Bessy & Chateauraynaud, 1992). De ses mesures on escompte des enseignements sur la série complète des répliques d’un produit qui devrait être identique à lui-même sur toute l’étendue de cette série.

12Le rapport de l’exemplaire évalué à la série n’est pas seulement affaire d’échantillonnage. Il ne s’agit pas tant d’observer la distribution des propriétés d’objets manufacturés que de garantir leur identité. Pour obtenir cette garantie, il faut pouvoir sortir du laboratoire l’opération de saisie des propriétés, non pas seulement en la répliquant dans d’autres laboratoires mais en la transportant dans les lieux de fabrication du produit, lieux très divers qui ne sont pas orientés vers l’épreuve d’expérimentation scientifique. La mesure doit pouvoir suivre le produit dans sa pérégrination (du fabricant au consommateur, d’un pays à l’autre). Les propriétés ne peuvent être attribuées en propre à l’objet, et donc transportables avec lui, qu’à la condition que le dispositif de mesure le soit. Cette exigence s’exprime dans la « simplicité » du dispositif et donc dans l’économie du nombre des repères conventionnels sur lesquels il repose, économie cognitive qui recouvre en partie celle d’un coût :

On a choisi des méthodes extrêmement simples, parce que la profession à l’époque et c’est encore vrai maintenant était composée de petites et moyennes entreprises, et que les produits à tester sont d’un prix relativement minime avec, en outre, un renouvellement fréquent. Il n’était pas question de mettre en jeu les batteries d’appareils sophistiqués qu’on peut avoir en laboratoire, et qu’on peut justifier économiquement pour essayer un rail ou un plancher de métro. Un essai de 50 ou 100 000 F, pour un article de puériculture, c’était le bout du monde. On aurait conçu un essai excellent mais on ne l’aurait pas mis en pratique plus d’une ou deux fois. Nous avons donc utilisé des machines extrêmement simples, polyvalentes, de façon à ce que, d’une part, le coût des essais soit minime et que, d’autre part, les industriels puissent refaire chez eux un certain nombre d’essais. (LNE)

  • 5 Source : laboratoire d’essai du fabricant Pouss’bébé.

13Le LNE peut s’offrir « quelques mannequins qui sont utilisés dans des essais d’automobile, de sièges-auto, des mannequins qui valent entre 20 et 30 000 F et qui servent de référence pour avoir des répartitions de poids » (LNE). Mais, faute de pouvoir exiger de tels investissements, on s’accordera sur une mesure qui suppose que l’enfant soit représenté par un cylindre de bois lesté d’un noyau de métal, de masse déterminée (dans les normes britanniques)5.

Le dispositif d’extraction des propriétés

14Pour comprendre les spécificités et les limites d’un traitement des objets par propriétés, nous allons examiner maintenant le dispositif employé pour l’extraction de ces propriétés.

Propriétés et détachement de la situation d’utilisation

15Le cadre de la physique classique sert de référence pour rapporter les choses à des propriétés. Les propriétés physiques telles que celles articulées à des forces font figure d’exemple, propriétés si évidemment attachées à la chose que l’appareil de mesure s’efface derrière elle, la discussion ne portant plus que sur la précision de la mesure. Toutefois, des difficultés vont apparaître à mesure que le métrologue s’éloigne de la saisie de propriétés physiques élémentaires dans des situations d’expérience, pour appréhender des propriétés plus étroitement associées au comportement de la chose dans des situations ordinaires où elle est mise en action. Et ce sont justement des propriétés de ce type qui sont recherchées et extraites au cours des essais portant sur des objets usuels. Pour établir de telles propriétés de la chose, il faut la situer dans un environnement où elles vont se manifester à l’observateur et être éprouvables ; il faut donc construire dans le laboratoire un dispositif destiné à simuler cet environnement. Plus question de protocoles expérimentaux mis au point de longue date dans des routines appropriées. Concevoir le dispositif de mise à l’épreuve suppose d’imaginer une situation d’utilisation et de reconstituer mécaniquement l’agression des éléments naturels, de la pluie, de la boue, du brouillard, ou de maniements humains erratiques. L’établissement des caractéristiques essentielles n’exige pas seulement l’extension d’un dispositif de mesure et son prolongement hors du laboratoire vers le lieu de production. Il faut encore transformer en expérience une situation dans laquelle l’objet est normalement ou probablement engagé.

La convocation dans le laboratoire des forces de la nature

  • 6 Ce « composé de forces » qu’est « la mer, compliquée de vents » est ainsi transformé en chambre à b (...)

16Prenons l’exemple de la poussette. L’usage veut qu’elle monte et descende des marches, parcoure un sol caillouteux, roule dans la boue ou dans le sable, soit aspergée d’embruns salés en bord de mer. Pour tester les propriétés de l’objet qui correspondent à autant de capacités à résister à chacun de ces outrages du temps et des climats, les techniciens sont amenés à élargir démesurément le catalogue relativement restreint des propriétés scientifiques répertoriées, à déployer l’espace de dispositions définies par des situations ou des actions spécifiques. La tâche d’en faire des propriétés, de détacher la résistance au brouillard salin d’un comportement en bord de mer, est particulièrement difficile à réaliser tant la propriété est ancrée dans une situation et impossible à déceler dans la plupart des autres circonstances. Cette démarche réclame de décomposer les éléments naturels en forces, et les forces en machines, ces « forces limitées » parce qu’« une volonté dans un mécanisme fait contrepoids à l’infini » (Hugo, 1980, p. 294)6. Il faut « doucher la poussette dans tous les sens pour voir si les coutures sont étanches » (puéricultrice). À défaut de pouvoir décomposer les éléments naturels en forces mesurables, on reconstituera la scène au moyen d’une machinerie de tapis roulants couverts de mâchefer, barrés de marches d’escalier, vaporisés de boue (laboratoire du fabricant Pouss’bébé).

La mise en forme de l’être humain

17Parmi les forces de la nature, il y a celles qui proviennent des êtres humains impliqués dans l’environnement de l’objet. À cette étape de notre investigation, ce n’est qu’en tant qu’agents doués de forces et de formes que les êtres humains entrent dans la scène de l’essai, ce qui les rapproche des autres éléments naturels. En tant qu’agents qui accomplissent des actions, ils soulèvent d’autres difficultés qui apparaîtront plus loin.

18Pour représenter l’enfant dans le laboratoire au moyen d’une machine, il faut extraire ses propres caractéristiques essentielles. Une « ingénieure » qui s’occupe des tests au sein d’une association de consommateurs présente l’engagement de l’objet par l’utilisateur comme une rencontre de formes, une question de morphologie :

Certains produits sont plus ou moins adaptés à la morphologie des personnes. Cela dépend de la taille de la main par exemple. Il y a des tailles de poignées qui sont adaptées à des mains de telle taille, d’autres qui sont trop grandes, trop petites. (UFC)

19Pour tester l’usure de la toile de la nacelle – qui pourra entraîner sa rupture – il faudra tenir compte du frottement des épaules de l’enfant sur les parties élevées. Le mannequin réduit à un cylindre pesant ne suffit plus pour le test. Quant à la taille de la tête, elle peut aussi apparaître comme une mauvaise réduction de l’enfant à une propriété essentielle :

En fait on a su, par des expériences réelles malheureusement, que des enfants avaient pu passer à travers des barreaux qui étaient d’un écartement nettement inférieur à celui d’une tête, tout simplement parce que c’était le reste du corps qui était passé en premier : les jambes et les hanches. Donc, ça nous a amenés à dire : « attention ce n’est pas le critère de la tête qu’il faudra prendre pour les barreaux, mais une dimension nettement inférieure ». Actuellement, c’est 75 mm. Heureusement que les enfants ont une tête plus grosse que ça. (LNE)

20La difficulté s’accroît lorsqu’il s’agit de représenter l’enfant non pas seulement par des formes mais en tant que machine à forces :

C’est là que se pose la question « Un enfant ça mord à combien ? » On voit beaucoup de choses sur le développement mental de l’enfant, à partir de quel moment il a la notion des couleurs, mais quand vous demandez aux gens : « Quelle est la force à laquelle un enfant peut mordre ? » là, on ne trouve pas de réponse. (LNE)

Prothèses métrologiques

21Les métrologues doivent donc d’abord mesurer des forces que l’enfant exerce sur l’objet usuel et qui sont moins accessibles que son poids. Pour cela, ils confectionnent des dispositifs composites mi-analogiques mi-analytiques, qui sont pour partie des ustensiles ou des jouets intégrant la situation d’utilisation, et pour partie des instruments de mesure.

22Ainsi, il ne suffit pas d’évaluer l’écartement maximal des barreaux des lits à partir de la morphologie du crâne ou du corps de l’enfant, encore faut-il voir comment ces barreaux tiennent sous les coups répétés des enfants :

Nous avons eu l’autorisation d’aller dans certaines crèches et nous avons fait secouer à des enfants des barreaux, des barreaux instrumentés, pour voir quelle était la force qu’ils avaient quand ils secouaient les barreaux de leur lit [] Nous faisions plusieurs types d’enregistrements, avec un but très pratique pour nous, d’avoir un niveau de force. (LNE)

23De même, l’aptitude de l’enfant à dévisser des pièces fixées sur un objet, qui peut entraîner des conséquences dangereuses, demande, pour être évaluée, un instrument hybride, mi-jouet mi-instrument de mesure, destiné à mesurer une force de torsion :

Nous avions conçu un petit appareil sur lequel nous avons demandé aux parents de faire tourner un bouton à leurs enfants, et de regarder jusqu’où allait la flèche. Nous obtenions la capacité de torsion d’un enfant quand il a un bouton à tourner, jusqu’où il peut tourner, au niveau force. (LNE)

24Pour mettre à l’épreuve des tétines que les enfants mâchonnent encore lorsqu’ils commencent à avoir des dents et dont des morceaux peuvent rester dans leur bouche, il faut mesurer la morsure de l’enfant :

Nous avions un problème tout bête au niveau de la normalisation de la résistance d’une tétine à la morsure d’un enfant. Jusqu’où fallait-il aller la découper dans une machine d’essai ? Nous n’étions pas très sûrs, nous avions relativement peu de données, et des données contradictoires. Donc, nous avons lancé une toute petite étude où nous avons instrumenté une tétine, avec un instrument qui peut se mettre dans une tétine, parce qu’on va la changer pour chaque enfant et on va demander aux enfants de mordre. (LNE)

  • 7 Sur la chaîne d’inscription et les appareils qui font s’exprimer les choses, voir Latour (1989).

25Parfois ces dispositifs composites sont des sortes de prothèses qui épousent le corps humain dans une harmonie morphologique avec lui, au point supposé de contact avec l’objet à tester. Ce segment humanoïde se prolonge par un segment mécanique qui correspond à un appareil de mesure déjà éprouvé7 :

Nous allons prendre les empreintes afin d’avoir la forme des dents des enfants, leur profil, parce que, jusqu’à présent, nous avions des mâchoires qui étaient dessinées selon des normes pas très convaincantes. Donc, nous allons essayer d’avoir quelque chose d’un peu plus proche de la réalité. (LNE)

La composition avec l’expérience de praticiens

26À l’image de ces prothèses métrologiques, barreau instrumenté, jouet dynamométrique, tétine étalonnée, mâchoire paramétrée, le technicien doit composer un dispositif qui, outre son expertise technique de métrologue, comporte également la médiation de praticiens (médecin, dentiste, puéricultrice) que leurs métiers maintiennent en contact avec les enfants. Ils sont convoqués pour dégager des caractéristiques essentielles de l’enfant :

Nous avons été en contact avec un dentiste qui était, lui aussi, intéressé au sujet. Il nous a orienté dans l’approche, nous disant si, effectivement, l’enfant a plus de force selon qu’il est couché ou assis. Nous avons aussi déterminé ensemble quelle heure de la journée serait le meilleur moment pour la mesure. À la sieste ou avant le repas l’enfant n’a pas la même force. Il fallait aussi décider de la durée pendant laquelle un enfant peut mordre. (LNE)

27En outre, ces hommes et femmes de terrain font venir dans le laboratoire des utilisations plus variées :

  • 8 Comme une puéricultrice interrogée en fait elle-même la remarque, les professionnels ont aussi des (...)

Nous leur avions dit : « Vous prenez des enfants dans des conditions un peu trop restreintes. Ce n’est pas l’utilisation générale de la poussette ou de la barrière. » (Puéricultrice)8

  • 9 Sur les différences de posture et de jugement entre le médecin soignant et le médecin statisticien, (...)

28Ces intermédiaires peuvent également se faire enquêteurs et agents de cumul et de représentation9 :

Ils voulaient que nous fassions remonter vers eux les constats des collègues, quand il y avait des questions précises par rapport à la solidité des roues par exemple, à la qualité des châssis, au réglage des dossiers, parce qu’il y a des poussettes qui sont beaucoup trop droites pour les tout-petits. C’est vrai que nous avons fait une enquête auprès des collègues et nous avons fait remonter les informations en les regroupant. (Puéricultrice)

29Quelle que soit la qualité de l’enquête, il ne s’agit cependant que d’un détour momentané : le métrologue doit tirer les enseignements de son excursion dans son laboratoire en y construisant une machine à éprouver les choses :

Après une première phase d’observation et de compréhension des enfants, nous allons vouloir, en tant que laboratoire, transcrire par un test, parce que, à l’avenir, on ne pourra pas amener tous les prototypes aux enfants pour leur demander de les mordre. Donc nous allons transcrire par un test que nous allons essayer de rendre assez proche de la réalité. (LNE)

Entrée en scène de l’utilisateur

30En suivant le dispositif qui permet de saisir une chose à l’état d’objet doté de propriétés essentielles, nous nous sommes éloignés progressivement de la mesure elle-même, qui occupait tout le devant de la scène. Nous intéressant aux opérations préalables de sélection et de mise en forme des éléments de la situation dans laquelle l’objet manifeste ses propriétés, nous rencontrons les limites d’une entreprise qui doit fixer l’environnement humain et non humain pour pouvoir imputer à l’objet des propriétés. Ces limites ne sont pas seulement celles d’un territoire du laboratoire qui devraient être franchies pour constituer la chaîne des équivalences et assurer la représentativité de l’expérience par rapport au comportement de la chose dans la nature (Latour, 1989). Les limites rencontrées nous conduisent aux confins d’un traitement des choses qui vise à les réduire à des propriétés essentielles, générales et transportables, et qui ne permet pas d’intégrer leur engagement dans l’action et dans l’usage.

Enquêtes sur les utilisateurs : le laboratoire sur le terrain et le terrain dans le laboratoire

31La question se formule d’abord en termes d’écart à la réalité. Ingénieurs et techniciens d’essai font preuve d’un réalisme plus subtil que celui de certains chercheurs et ils pointent les limites de l’appareillage d’extraction des propriétés :

Moi, je suis du côté laboratoire. Quand nous essayons un produit, nous sommes des techniciens. Donc, s’il y a marqué 10 kg, nous allons mettre 10 kg, si la notice dit « Faire 1, puis 2, puis 3 », nous allons faire 1, puis 2, puis 3. Et puis il y a la réalité. (LNE)

  • 10 Le terme « ergonomique », bien qu’il recouvre souvent une démarche participant intensément de la mi (...)

32Cependant, en cherchant à étendre leur emprise, les techniciens sont amenés à basculer vers une autre façon de saisir les choses qui met en scène un acteur utilisateur à part entière. Ce glissement est favorisé par la construction de catégories intermédiaires entre la saisie de propriétés physiques et l’appréhension d’une action d’utilisation : « aptitude à l’emploi », « examen des jouets en situation réelle d’utilisation », « commodité à l’usage »10. Le déplacement vers la saisie de l’utilisation nécessite de transformer l’épreuve pour la rendre compatible avec le vocabulaire de l’action.

33Le dispositif adéquat d’investigation et de mise à l’épreuve ne peut plus être, dans cette perspective, composé de formes, de prothèses et d’outils d’application de forces. S’inspirant des méthodes des sciences sociales, il inclura des instruments d’investigation traitant des humains à l’état d’acteur. On va donc confier des produits à un « panel » d’utilisateurs qui devront répondre à un questionnaire détaillé (« un vrai bouquin à remplir ») et que l’on ira parfois interroger à domicile pour voir « s’il y a eu un problème et savoir comment ça s’est passé effectivement » (LNE). En incluant dans le dispositif de test un appareil de questionnement, le technicien du laboratoire introduit un espace d’épreuve tout différent du précédent qui fait appel aux motifs, aux buts et aux moyens et qui repose largement sur des comptes rendus offerts par les acteurs eux-mêmes. Comme le sociologue, le technicien engagé dans une telle enquête s’inquiète de l’écart entre des pratiques effectives et des discours rationalisateurs :

Si on demande aux gens : « Qu’est-ce que vous utilisez pour aller chercher quelque chose en haut de votre placard ? », 90 % des personnes interrogées déclarent recourir à un escabeau, ce qui paraît être raisonnable. Mais dans la réalité nous-mêmes, ça nous arrive aussi vous avez une chaise à proximité, vous la tirez et vous montez dessus. (LNE)

34Pour apaiser ces soupçons, le métrologue doit donc concevoir d’autres dispositifs expérimentaux. Les ingénieurs du LNE ont construit une installation qui permet d’étendre le test vers les utilisations en s’affranchissant du détour de l’interrogation. Ils ont entrepris le déménagement coûteux de pans entiers de « vie réelle » dans l’enceinte du laboratoire de façon à créer une chimère, un dispositif hybride mi-« laboratoire » mi-« réalité » : « Nous avons un laboratoire ici, nous appelons ça un laboratoire mais, en fait, c’est un appartement ». Appartement, le local dispose d’une entrée particulière, distincte de celle du LNE (dont il est néanmoins contigu), de façon à bien apparaître, aux yeux des utilisateurs, comme « un appartement normal ». En outre, il est « meublé comme un appartement normal ». Laboratoire, le local dispose de moyens d’enregistrement :

Il est un petit peu piégé parce qu’il y a des caméras. Là, on peut étudier et observer comment les gens utilisent les produits de consommation. Ils savent qu’ils sont venus pour un test. On va leur demander de préparer du café. Ils vont aller chercher du café, utiliser une cafetière, ils vont peut-être sortir des petits gâteaux. Ce qu’ils ne savent pas c’est ce qui, nous, nous intéresse là-dedans : est-ce que c’est l’utilisation de la cafetière, est-ce la façon dont ils arrivent à ouvrir le paquet de gâteaux ? Ou bien, si nous avons mis la cafetière en haut du placard, est-ce que nous ne voulons pas, en fait, voir s’ils utilisent l’escabeau qui est disponible, ou une chaise, ou une table ? (LNE)

35La mise à l’épreuve repose sur une mise en action, et cette mise en action requiert une mise en intrigue selon une fiction. Les métrologues font clairement le départ entre ce dispositif d’investigation adapté au langage de l’action et le dispositif d’enregistrement statistique adéquat à l’enregistrement de comportements :

Toute la façon de faire, c’est de créer une histoire pour que les gens soient occupés à une certaine tâche [] il n’y a pas de théorie statistique qui va en sortir un comportement moyen des personnes [] Nous avons demandé à des enfants d’aller chercher je ne sais pas quoi de l’autre côté de la pièce, et nous avons regardé comment ils arrivaient ou n’arrivaient pas à franchir les barrières. (LNE)

La nécessité d’un utilisateur raisonnable pour tenir l’objet dans ses propriétés

36En cherchant à saisir l’objet en référence à une action, le technicien rencontre une nouvelle difficulté qui nous révèle une condition nécessaire à la fixation de propriétés fonctionnelles dans l’objet : la rationalité de l’acteur. La place de cette hypothèse apparaît bien, a contrario, dans les conséquences désastreuses de sa mise en défaut.

37Lorsque l’utilisateur est un enfant, il remet en question la notion d’utilisation raisonnable. Tous les protagonistes de l’entreprise d’extraction des propriétés se lamentent sur une ingéniosité, un génie quasi diabolique, une malice exercée à déjouer les fonctions des objets : « Le problème, pour moi, tient à ce que les essais ergonomiques sont faits sur un trop court temps. Il y a des enfants qui sont vraiment des explorateurs téméraires. » (Puéricultrice). « Les enfants, ils sont très calés. » (LNE). « Il faut se dire que les enfants, ils savent tout faire, ils peuvent tout faire. » (UFC). Pis, les jouets d’« éveil » plongent de plus en plus précocement les enfants dans un environnement d’objets éducatifs et ne font que développer encore cette astuce :

Les enfants évoluent. On sait que les enfants, avec des jouets comme les « centres d’activité » (activity center), ont beaucoup plus de possibilités : ils apprennent à tourner, à pousser, à manipuler. Ce sont des aptitudes qu’il faudra prendre en compte dans les normes, parce qu’il y a des mouvements que les enfants apprennent plus tôt qu’avant. Maintenant, quand ils voient un petit bouton cranté, ils savent le tourner, ils ont appris avec leurs jeux. (LNE)

38La tâche du concepteur des essais s’en trouve compliquée d’autant :

Nous sommes amenés à faire preuve d’imagination, à essayer de battre un peu les enfants sur ce terrain. Maintenant, nous commençons à connaître un certain nombre de trucs. Nous avons des règles, nous savons que certaines formes peuvent être piégeantes pour les enfants. Nous commençons à avoir un savoir-faire, derrière. (LNE)

Nous acquérons une expérience, nous commençons à développer des réflexes ou des connaissances qui nous permettent de conclure : ça c’est typiquement le produit sur lequel un enfant va se coincer les doigts. (LNE)

39Entre les mains d’êtres non raisonnables, les choses cessent d’être saisissables par des propriétés fonctionnelles. Avec le jeu, on atteint une limite du dispositif d’extraction de propriétés.

40En suivant l’activité du technicien d’essai nous avons, dans cette première partie, repéré le passage entre deux façons de saisir les choses. La saisie par des propriétés physiques particulièrement adéquates pour constituer des repères de normalisation suppose de fixer l’environnement, le « toutes choses égales par ailleurs » de l’expérimentateur. Cette fixation doit s’étendre aux propriétés morphologiques et mécaniques des corps humains engagés. Mais l’entrée en scène des humains tend à faire basculer le dispositif d’épreuve en l’inscrivant dans le registre de l’action, et non plus des lois de la nature. On a vu que l’immixtion de l’acteur, difficile à éviter, fait obstacle à la réduction des choses à des propriétés. Avec un humain à l’état d’acteur, et une variété d’utilisations possibles, comment peut-on encore rapporter le comportement de l’objet à des propriétés intrinsèques ?

Saisie fonctionnelle de l’objet dans le format de l’action

41Pour explorer la question de l’usage en continuité avec les opérations précédentes de saisie des propriétés, nous allons changer de décor. Nous quittons le laboratoire d’essai pour un lieu où l’usager intervient plus directement que dans les mises en scène précédentes. Nous allons suivre l’objet dans son retour au fabricant, dans les démêlés d’un service après-vente.

  • 11 La reconnaissance du caractère exceptionnel et momentané de cet état neuf suffirait à relativiser l (...)

42Que l’application d’une garantie contractuelle soit ou non en jeu, le technicien d’après-vente a la charge de soutenir la chose dans son état normal, de maintenir l’identité à l’objet neuf. Cet état neuf est en effet celui dans lequel l’objet est pleinement porteur des fonctionnalités dont nous avons suivi l’identification et la mesure à partir de ses caractéristiques essentielles11. Mais un utilisateur campe devant lui, chargé de récits d’actions au cours desquelles l’objet a eu un comportement erratique. La scène est, par son dispositif, orientée a priori vers une épreuve de justification industrielle, la dispute tournant autour de l’imputation de la déconvenue à une défaillance de l’objet ou à une erreur de manipulation de l’utilisateur. Toutefois l’affrontement conduit souvent les protagonistes – et c’est en cela qu’il nous intéresse ici – aux confins d’un régime d’ajustement qui exige d’attribuer, par un jugement généralisable, la défaillance à l’un ou l’autre des agents impliqués. Le technicien d’après-vente peut traiter de fonctionnement normal un comportement de la chose que l’utilisateur considère comme le signe d’une incapacité permanente. La dispute va donc s’ouvrir à une prise en compte des actions. Pour attribuer la défaillance à l’utilisateur, le technicien d’après-vente, quoique bien installé dans la fonctionnalité de l’objet, doit, pour mettre en cause une mauvaise utilisation, s’intéresser à des usages, même s’il les juge déviants. Quant à l’usager, même s’il doit se situer par rapport aux propriétés de l’objet et à son utilisation normale, il est porté à en montrer les dysfonctions en narrant des aventures qui portent témoignage de son propre usage de la chose.

Des objets qui, à l’usage, ne tiennent pas leurs promesses

43Plusieurs récriminations adressées à l’encontre des caméras vidéo illustrent ce type de déception de l’utilisateur. L’objet ne tient pas les promesses, diffusées par les supports publicitaires, sur ce dont il est capable. Contrairement à ses prétentions, le caméscope ne permet pas de filmer une scène faiblement éclairée sans de graves inconvénients. En réponse, le technicien d’après-vente fait valoir que cet objet n’a pas un comportement plus anormal que celui d’un appareil photo ou de n’importe quel humain placé dans une situation similaire :

C’est vrai que l’on peut filmer avec deux ou trois lux, mais on n’a pas dit que le résultat était identique à celui obtenu avec une scène ensoleillée. On peut filmer quand il y a peu de lumière, d’accord, mais on ne voit pas grand-chose. Quand vous regardez la pénombre, vous n’y voyez pas non plus les couleurs d’origine [] C’est comme si vous utilisiez un film un peu trop sensible, il y a du gras qui apparaît. En vidéo, c’est pareil, vous avez du fourmillement qui apparaît. (Technicien de service après-vente en relation avec la clientèle)

44Fourmillant dans la pénombre, le caméscope ne supporte guère mieux le calme absolu des ambiances feutrées :

Vous avez des caméscopes qui ont des systèmes de réglage de son automatiques. Donc, qu’est-ce qui se passe quand vous filmez dans une ambiance feutrée, quand il n’y a pas de bruit ? Le caméscope cherche et il met le son au maximum, de sorte que l’on entend le bruit du moteur. Si vous faites un coup de zoom là-dessus, même si le bruit n’est pas très fort, évidemment vous l’entendez. (SAV)

45En plus de ses fourmillements dans l’obscurité et de ses ronronnements dans le silence, le caméscope bave. Mais, là encore, le technicien entend démontrer la normalité de cette bave en se référant au comportement d’équipements professionnels au-delà de tout soupçon d’incapacité :

Les couleurs fluo, ça bave. Si vous regardez les matchs de foot à la télé, si vous regardez les maillots de joueurs de couleur fluo, il y a une petite bave qui apparaît, même lorsque c’est filmé par des professionnels. (SAV)

46Est-ce l’objet qui est anormal, ou bien les actions dans lesquelles il est engagé ? Le rapport de généralité s’est inversé par rapport à la scène de l’essai dans laquelle la chose était singulière alors que l’utilisateur était mis en série. Dans la situation d’après-vente, à l’inverse, l’objet est encore tout proche de la mise en série que garantit la chaîne de fabrication alors que l’utilisateur se trouve empêtré dans les particularités de son usage singulier. Le technicien cherche à en tirer avantage pour rapporter le désajustement à une subjectivité de l’acteur humain, alors que l’utilisateur entend apporter la preuve de limites objectives de l’appareil :

C’est surtout en vidéo qu’on a des cas de subjectivité. Tout ça, c’est subjectif, hein, comment expliquer aux gens que c’est normal, et que l’on ne peut pas faire mieux [] Quand on leur dit : « C’est normal » ou alors « Vous faites des prises de vue qui sont absolument non conformes à l’utilisation, vous filmez sur du noir, par exemple, et systématiquement l’auto-focus se dérègle », ils ne supportent pas. Ils répondent : « Ah, ben, oui, mais on ne peut rien faire avec votre caméscope » [] Quand on leur dit « C’est le système, il est aux normes pour le son, pour la vidéo, etc. », ils répondent : « Vos normes, ce ne sont pas les miennes », « Vous me dites qu’il est aux normes, mais moi, madame, je l’entends bien le son, je l’entends bien, et puis vous avez vu les couleurs fluos, vous avez vu que ça bave ! » Donc pour eux, ce n’est pas aux normes. Je leur dis : « On a fait le test, l’appareil est exactement aux normes [nom de la marque] par rapport à toutes les données, on ne peut pas l’améliorer, il est bon. » (SAV)

Discipline et civilité de l’utilisateur

47Le fabricant cherche à prévenir la tension que la multiplication des utilisations fait subir à l’objet réduit à des propriétés. Aussi développe-t-il des stratégies propres à discipliner l’utilisation et à maintenir en conséquence la probité de l’objet. Le terme de stratégie est, pour une fois, adéquat parce que l’action du fabricant est le résultat d’un calcul et d’une réflexion sur ses moyens d’action. Il s’emploie à construire un espace équipé d’êtres prévisibles et propices à la stratégie. L’objectif est de traiter personnes et choses par rapport à un plan, et de rendre pertinent ce traitement en plan par le recours à des moyens adéquats.

48Le moyen le plus direct consiste à tenter d’interdire, dans des prescriptions accompagnant l’objet, certaines pratiques qui font voir l’objet sous un mauvais jour. De telles injonctions sont souvent présentes dans les modes d’emploi qui appareillent l’objet (Boullier, 1989, 1992) et l’équipent d’une prothèse textuelle destinée à limiter la diversité de ses mises en œuvre et à assurer une utilisation en règle. Ainsi, afin d’éviter l’usage des poussettes en caddy et les risques de renversement lorsque de lourds filets à provisions pèsent sur les poignées, le fabricant allemand supprime les filets et stipule, dans la notice accompagnatrice, qu’on ne doit pas accrocher de sacs aux poignées. Mais les injonctions et conseils risquent de rester lettre morte ou, pis, de susciter l’indignation de l’utilisateur. Tenu de changer son comportement pour s’adapter aux aptitudes des choses, l’usager se rebiffe :

Si vous leur dites : « Il ne faut pas que le gamin mette un survêtement avec des couleurs fluo », alors là, attention à ce que vous dites. (SAV)

  • 12 Madeleine Akrich a montré notamment, à partir du cas de kits photovoltaïques, la façon dont « l’obj (...)

49Le constructeur dispose d’un autre moyen pour assurer le maintien de l’objet en s’assurant de la personne qui en use. Il exploite le pouvoir disciplinaire des choses pour en interdire certains usages. Afin de repousser la « subjectivité » envahissante de l’usager et parer aux utilisations qui mettent l’objet en défaut, il inclut dans l’objet un dispositif disciplinaire interdisant, par la contrainte, un usage déviant12.

50Mais la mise au pas des humains par des objets disciplinant ne manquera pas de susciter des critiques pour abus de pouvoir. La remarque sarcastique adressée par Degas au marchand de tableau qu’il visitait et qui se précipitait pour répondre au téléphone (« Quand on vous sonne, vous vous levez ! ») se prolonge aujourd’hui dans la critique des objets qui dérangent (Norman, 1989a). L’humain peut s’insurger contre la discipline, refuser de tenir à la place qui lui a été dévolue et forcer la chose :

Les parents ne sont pas habitués à ce type de verrouillage, à cette façon d’ouvrir. Ils ne vont pas du tout savoir le faire marcher, donc le produit ne leur plaira pas, c’est l’aspect marché. Ou alors il y a quelque chose qui va gêner, ils vont forcer, ils vont le casser. Le système de sécurité qu’on avait jugé bon en laboratoire, il s’avère qu’en usage pratique, les parents, ça leur casse tellement les pieds, soit ils le cassent, soit ils le bloquent volontairement avec un bout de ficelle parce que ça les embête la manipulation. (SAV)

51Le troisième moyen mis en œuvre par le tenant des objets consiste à se référer à des usages, dans le sens de bons usages. Les normes correspondant à ces bons usages renvoient à des collectifs d’usagers de référence, et à des textes prodiguant des conseils de bonne conduite à l’égard des appareils :

Nous nous référons souvent à des revues professionnelles, telles que Le chasseur d’images, qui mettent en évidence des choses comme ça, concernant la consommation de batteries ou les « yeux rouges ». Nous pouvons nous en servir de référence : « Voilà ce que dit Le chasseur d’images. » Je ne dis pas que c’est la Bible, mais ce sont quand même des gens qui ont pignon sur rue, qui sont connus, qui ont l’aura. Alors, nous joignons des copies d’articles de la presse spécialisée. (SAV)

52Récents, les équipements vidéo n’ont pas encore fait l’objet d’un savoir-vivre bien établi, notamment par défaut de cette presse spécialisée :

En vidéo, nous n’avons pas réussi encore à trouver [les revues], ça n’existe pas. On aurait besoin d’avoir les bases de la vidéo, les interdits de la vidéo, tout simplement, ce qu’on peut faire, ce qu’on ne peut pas faire. On manque de référence actuellement. (SAV)

Usages pervers, divertis ou divers

  • 13 La stratégie d’encadrement de l’usage, destinée à maintenir la chose dans ses propriétés, risque de (...)
  • 14 Ce détournement ne se cantonne pas à ce que l’on inclut couramment dans une sphère privée. Dans des (...)

53La stratégie d’adaptation de l’environnement humain à l’objet13 trouve ses limites dans des usages qui échappent à la clôture sur une fonction. Du point de vue d’un concepteur qui cherche à rapporter l’objet à des fonctionnalités et à l’inscrire dans une utilisation normale, la diversité des usages ouvre sur un espace inquiétant qui lui échappe, volontiers désigné comme un espace « privé », le lieu de toutes les perversions, là où les objets sont détournés de leur utilisation normale14. Bricolé ou perverti dans un usage impropre, l’objet échappe à sa fonction et à ses propriétés. Les usages jugés anormaux par le fabricant tiennent notamment à ce que l’usager ne dispose pas, en chaque situation, de l’objet fonctionnel offrant le moyen optimal d’exécuter une action. Contrairement à ce que suppose la modélisation comme choix rationnel des moyens optimaux, l’agent se trouve dans la situation de devoir faire avec des objets déjà là, au prix d’arrangements :

Les bébés ont le dos super fragile, et je suis un peu catastrophée quand je vois des bébés de 3 semaines qu’on met en poussette, au ras des tuyaux d’échappement en plus. C’est fait par souci d’économie. Les gens ont eu un premier enfant, ils ont revendu leur landau parce que l’enfant était suffisamment grand pour aller en poussette, ils ne veulent pas racheter de landau. Ils mettent un petit coussin dans la poussette, et, terminé, on trimbale le deuxième enfant dans la poussette. C’est par souci d’économie, j’en suis certaine. (Puéricultrice)

  • 15 Certains changements de mains sont toutefois particulièrement prévisibles. Ainsi en est-il des pelu (...)

54En changeant de main, les choses changent d’usage et cette « carrière » inopinée fait obstacle à l’anticipation d’un usage raisonnablement prévisible15.

Familiarité et objets défaits

  • 16 Cette orientation peut conduire à une notion d’usage entendu comme « travail de convergence entre l (...)

55Si les sciences sociales connaissent des usages, ce sont des usages sociaux. Elles tendent à inscrire les objets dans une épreuve de signification et à les inscrire dans une sémiologie. Le règne social des significations peut s’étendre en toutes directions, dans un renversement du réalisme auquel nous a accoutumés le constructivisme. Les propriétés de l’objet sont alors attachées à des « mondes sociaux » dans lesquels il est plongé (Becker, 1988 ; Goffman, 1991 ; Strauss, 1992). Certaines approches sont cependant attentives à la fluidité d’un objet qui se déplace entre des mondes sociaux dont il est un « objet-frontière » (Star & Griesemer, 1989 ; Fujimura, 1992 ; Heinich, 1992), ou entre des intérêts dont il opère des traductions (Callon & Law, 1989 ; Callon 1990)16.

56C’est un changement temporel qui est mis en évidence avec la notion de « vie sociale » (Appadurai, 1986), de « carrière » ou de « biographie » (Kopytoff, 1986), sans que soit toutefois précisée la nature d’une permanence qui correspondrait à la notion de personne et justifierait l’analogie.

L’acteur et son environnement : contexte et situation

57Aux approches des objets qui mettent l’accent sur leur signification collective s’opposent des approches de l’action individuelle qui traitent d’objets fonctionnels mis en œuvre par des acteurs désireux d’atteindre un but. Dans le modèle classique de l’action comme exécution rationnelle d’un plan, cette exécution suppose le concours d’artefacts porteurs de fonctions. Toute la dynamique d’ajustement repose sur l’usinage de l’artefact et sur l’optimalité du choix de cet instrument d’action.

  • 17 Voir notamment le numéro d’Artificial Intellligence dirigé par Kirsh (1991a).

58D’autres approches de l’action se sont développées récemment en mettant en cause ce modèle et en réservant une place importante au contexte et à la situation. Les ethnométhodologues ont mis en question la place accordée à des règles ou à des normes communes pour porter attention à la contextualité des activités, démarche qui a servi à mettre en cause le statut accordé au plan-programme dans l’action (Suchman, 1987, 1990). Des travaux d’anthropologie cognitive ont mis en évidence l’habileté d’artisans qui prennent appui sur le contexte environnant l’action plutôt que sur des plans ou des règles (Lave, 1988). Le rôle de l’environnement dans la conduite de l’action est également mis en avant dans un contre-courant d’intelligence artificielle qui s’oppose à la place prépondérante accordée au plan-programme17 et propose un « écologie cognitive » (Hutchins, 1991). L’environnement peut être envisagé comme le prolongement des capacités cognitives de l’être humain, ainsi que l’avait déjà considéré Leroi-Gourhan (1965), comme une aide allégeant la charge de mémorisation et de calcul qui incombe à l’acteur (Norman, 1989b, 1990). L’attention à des activités fortement déterminées par la situation, telles que la réalisation d’un puzzle (Kirsh, 1990) incite à construire des modèles d’activité qui rejettent la notion de plan ou de représentation formelle et à concevoir des mobots réglant leur conduite sur l’environnement à partir de régulations très locales (Brooks, 1991). Bernard Conein s’est inspiré de cette littérature sur l’« action située » (Conein, 1990) tout en développant une approche originale de l’action qui met en lumière le rôle de la topographie et de la préparation de l’espace de travail (cf. supra p. 59-84).

59En donnant du poids à l’environnement non humain de l’action, ces approches allègent d’autant les capacités cognitives de l’acteur humain. Mais elles ne réduisent pas cet environnement à un régiment d’objets exécuteurs de fonctions puisqu’elles sont attentives aux « interactions » avec cet environnement. Les approches les plus intéressantes pour notre programme sont celles qui ménagent la possibilité d’une pluralité de modes de traitement de cet environnement et qui situent la place du plan (ou de la recette, dans la recherche de Conein) plutôt qu’elles ne l’excluent. Kirsh décrit ainsi la tension entre la nécessité de coordonner des « contraintes globales » et des « contraintes locales ». Par exemple, la préparation du thé requiert à la fois, « à un niveau global », la prise en compte du nombre d’invités, des ressources nécessaires en eau, thé, ustensiles, etc., et, « à un niveau plus local », des systèmes de contrôle d’activité plus proches de ceux des mobots de Brooks, gouvernant la façon de verser l’eau, d’agiter le thé, etc. (Kirsh, 1991b). Kirsh suggère que les limites d’une « théorie de l’action située » (situationally determined action) sont franchies avec l’implication d’autres agents, la relation avec des événements extérieurs aux limites sensorielles de l’agent, la généralisation d’une stratégie d’un contexte à l’autre, ou les procédures de délégation (Kirsh, 1990).

Objets défaits et capacité distribuée

  • 18 L’approche de l’action collective qui prend appui sur les limites de l’interprétation des actions i (...)
  • 19 Ces repères sont notamment établis lorsque l’usager s’emploie à corriger le comportement erratique (...)

60Notre approche des modalités de traitement des choses permet d’apporter un éclairage sur différentes dynamiques d’évaluation et d’ajustement des actes à un environnement18. Les derniers obstacles rencontrés dans l’entreprise d’extraction de propriétés ne tiennent pas seulement à la variété des actions engageant des objets polyfonctionnels, ni aux difficultés qui en résultent pour fixer une utilisation normale et des propriétés fonctionnelles. La notion d’usage, l’usage usuel d’une chose usagée, ouvre sur une modalité d’engagement qui diffère radicalement de celle impliquée dans le registre de l’action. Le vocabulaire de l’action contribue à détacher un compte rendu d’activités d’une situation particulière, grâce au concours d’objets génériques, qu’ils soient appréhendés comme des moyens ou des circonstances. Or la dynamique d’usage ne se prête pas à ce type de compte rendu. Sans développer ici une nouvelle phase de l’investigation sur les choses que notre enquête a prises en filature, notons que l’usage exercé se manifeste, par exemple, dans la bonne tenue de l’ensemble constitué de la poussette usagée et de ses usagers familiers, parmi lesquels il faut inclure l’enfant transporté qui peut contribuer à la bonne marche de l’ensemble par ses modifications posturales au passage d’un trottoir. Le terme d’« apprentissage », souvent utilisé pour désigner la dynamique de cette familiarisation, peut être trompeur s’il suggère l’assimilation d’une fonction, l’acquisition de règles d’utilisation, ce qu’il n’est qu’en partie. La familiarité progresse en effet à partir de repères qui balisent un cheminement sûr et des écarts risqués. L’usage exercé de la poussette passe par des indices visuels, auditifs, tactiles, d’un possible repli intempestif au passage d’une marche. Les indices sont souvent personnalisés et ne coïncident pas avec les repères explicités dans des règles fonctionnelles et des prescriptions d’utilisation (du type « comment déplier et replier la poussette »)19.

  • 20 Dans la perspective d’un jugement général de ce type, à porter sur des situations de travail, des e (...)

61Ce régime se prête à un traitement des humains en personnalité, une personnalité distribuée sur les entours de l’être humain, et s’écarte ainsi de traitements centrés sur l’intention, sur l’intérêt, ou encore sur des déterminations extérieures. Mais le régime n’est pas limité à un rapport de familiarité entre une personne avec sa chose. Il prévaut dans une coordination d’actions conjointes avec d’autres personnes dont la dynamique d’ajustement se spécifie par le caractère distribué de la capacité de l’ensemble. Elle ne peut être décomposée en qualités attribuées en propre à l’un ou l’autre de ses éléments, comme dans le régime de justification qui repose sur des êtres dotés de qualifications. La dynamique d’accommodement qu’implique ce commerce de proximité (Thévenot, 1990, 1992a, 1992b) le distingue nettement d’un traitement orienté vers un jugement général et la coordination avec des tiers anonymes, mais également d’un traitement qui s’inscrit dans le registre de l’action avec son sujet et ses objets20. Il nous conduit en deçà d’un objet saisi comme un faisceau de propriétés qui permettent de prévoir son comportement dans l’action. Les points de repères sont personnalisés, locaux et dépendants de l’histoire de la familiarisation (Thévenot, 1993b). Ils sont également fragmentaires par rapport à la consistance supposée dans la notion d’objet.

  • 21 Sur la mise en valeur de la prouesse technique et les arènes de son exercice, cf. infra Dodier p. 1 (...)
  • 22 Ce vieillissement de la chose est mal appréhendé par les tests qui ne procèdent que d’une répétitio (...)

62La personnalisation des repères peut être mise en valeur dans une virtuosité qui se cherche par le dépassement des capacités normalement attribuées à l’objet. C’est alors que l’écart par rapport à la saisie de la chose dans une fonction est le plus grand. L’usager s’efforce de l’accroître délibérément dans un engagement qui prend la tournure d’un défi lancé à l’objet autant qu’aux autres utilisateurs moins talentueux. Dans ce jeu, la fonction est déjouée et l’objet poussé à ses limites. Ainsi, les hackers, virtuoses de machines informatiques rudimentaires, se jouent de leurs fonctionnalités (Auray, 1992)21. Même en dehors des moments de mise en valeur des prouesses de l’usager, l’usage peut s’éloigner notablement du cadre de l’action-type. Ainsi la chose usée, vieillie, réclame un accommodement qui peut être véritablement mutuel dans la mesure où le type d’usure dépend des particularités de l’usage22.

  • 23 On n’en déduira pas simplement que cette évolution ne fait que « concrétiser » (Simondon, 1989) l’u (...)

63Ce régime permet, en outre, d’adopter une perspective « évolutionnaire » qui ne trouve pas place dans les autres régimes. Nous avons vu les constructeurs s’inquiéter des usages pervertis d’une poussette métamorphosée en caddy. Le lourd chargement d’un marché complet, entassé dans le sac à provision qui est suspendu aux poignées, menace de faire basculer l’ensemble et le bébé avec. Normes rigoureuses et tests implacables ne sauraient prendre en compte ces déviations rien moins que banales pour l’usager dégourdi. Par un autre arrangement, un sac de pommes de terre peut être glissé sous le siège du bébé, dans un aménagement plus favorable à l’équilibre de l’ensemble. Il faut alors bricoler l’objet, ajouter un carton amovible sur le croisillon inférieur en ébauchant une manière de coffre à bagage, et le retirer au moment de replier la poussette. La compréhension de l’évolution de l’objet exige de saisir un ensemble intégrant humains et objets, un « couplage » qui n’est pas seulement de l’ordre de la maîtrise instrumentale (Simondon, 1989, p. 120). De fait, l’évolution de la poussette connaîtra une rupture avec l’abandon de poussettes-cannes au profit de poussettes à pliage horizontal qui permettent justement la mise en place d’un coffre à bagage fixé sous le siège23.

Conclusion

64La modalité de traitement de l’environnement familier qui passe par une personnalisation des choses et une distribution des capacités entre des corps humains et des choses usées, se prête mal à des coordinations de plus large portée. Ιl suffit d’imaginer la scène dans laquelle la poussette est cédée à quelque autre personne pour constater que l’état de chose familière n’est pas congruent avec l’identité de l’objet impliquée par sa cession, et notamment avec le langage qui rend compte de la scène : on cède une poussette « normale », « utilisable », « en bon état ». Lorsque la poussette est revendue, ou lorsqu’elle est vendue neuve, la passation est contractualisée et les exigences d’ajustement ne sont plus ni celles de la familiarité ni même celles du langage ordinaire. La perspective d’un jugement généralisable modifie les contraintes pragmatiques de l’ajustement et implique l’attribution de qualités (Thévenot, 1993a). C’est ce que l’on observe dans les suites données à un accident Le droit des humains passe par une immobilisation des choses et une clôture de l’utilisation sur un « usage raisonnablement prévisible » auquel se réfèrent les lois sur la sécurité et les normes (Kessous, 1992). La saisie des objets dans des propriétés participe de leur insertion politique et d’une civilisation des choses. Tout comme le traitement juridique des relations humaines repose sur l’attribution de qualités garanties de droit aux dépens d’autres régimes de traitement en personne, de même l’extension des contentieux avec des choses tend à accentuer leur traitement en propriété et à ignorer d’autres modes d’engagement. Plutôt que de dénoncer le formalisme de ce traitement, il importe d’en montrer la validité et les limites, par une exploration systématique des modalités du commerce avec les choses.

Bibliographie

Akrich Madeleine (1987), « Comment décrire les objets techniques », Techniques et Culture, 9, p. 48-64.

Akrich Madeleine (1989), « De la position relative des localités : systèmes électriques et réseaux sociopolitiques », in Innovation et ressources locales, Cahiers du Centre d’Études de l’Emploi, 32, p. 117-166.

Akrich Madeleine (1990), « De la sociologie des techniques à une sociologie des usages. L’impossible intégration du magnétoscope dans les réseaux cablés de première génération », Techniques et Culture, 16, p. 83-110.

Appadurai Arjun (ed.) (1986), The Social Life of Things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Auray Nicolas (1992), Les démêlés avec l’ordinateur. Sociologie de la « convivialité informatique », Paris, École des hautes études en sciences sociales, mémoire de DEA, 140 p. multigr.

Becker Howard (1988), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Bessy Christian & Francis Chateauraynaud (1992), Des troubles occasionnés par les objets. Emotions, sens communs et expertises au contact des choses, Centre d’études de l’emploi, multigr.

Boltanski Luc (1990), L’amour et la justice comme compétences, Paris, A.-M. Métailié.

Boltanski Luc & Laurent Thevenot (1991), De la justification, Paris, Gallimard.

Boullier Dominique (ed.) (1989), Genèse des modes d’emploi : la mise en scène de l’utilisateur final, Paris, Ecole des Mines - CSI/Université Rennes II - LARES.

Boullier Dominique (1992), « La vie sans mode d’emploi », in A. Gras & C. Moricot (eds), Technologies du quotidien. La complainte du progrès, Paris, Éditions Autrement, p. 157-167.

Brooks Rodney A. (1991), « Intelligence Without Representation », Artificial Intelligence, 47, p. 139-159.

Callon Michel (1990), « Réseaux technico-économiques et irréversibilité », in R. Boyer (ed.), Figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Callon Michel & John Law (1989), « La proto-histoire d’un laboratoire ou le difficile mariage de la science et de l’économie », in Innovation et ressources locales, Cahiers du Centre d’Études de l’Emploi, 32, p. 1-34.

Conein Bruno (1990), « Cognition située et coordination de l’action : la cuisine dans tous ses états », Réseaux, 43, sept.-oct., p. 99-110.

Derouet-Besson Marie-Claude & Michel Sauvage (avec la participation de Serge Koval) (1989), Architecture scolaire : vingt ans d’usages dans un atelier de lycée technique, Paris, INRP, CCTC.

Dodier Nicolas (1993), L’expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, A.-M. Métailié.

Fujimura Joan H. (1992), « Crafting Science : Standardized Packages, Boundary Objects, and “Translations” », in A. Pickering (ed.), Science as Practice and Culture, Chicago, IL, University of Chicago Press.

Gibson James J. (1977), « The Theory of Affordances », in R. Shaw & J. Bransford (eds), Perceiving, Acting, and Knowing, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates.

Goffman Erwin (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Gras Alain & Caroline Moricot (1992), Technologies du quotidien, Paris, Éditions Autrement.

Heinich Nathalie (1992), « L’esthétique contre l’éthique, ou l’impossible arbitrage : de la tauromachie considérée comme un combat de registres », Espaces et Sociétés, 69, p. 39-53.

Hugo Victor (1980), Les travailleurs de la mer, Paris, Garnier-Flammarion.

Hutchins Edwin (1991), « Organizing Work by Adaptation », Organization Science, 2 (1), p.14-39.

Kessous Emmanuel (1992), Le rôle de la norme de sécurité dans la coordination des actions. Étude sur un produit de puériculture, Paris, Université Paris X - EHESS - École polytechnique, mémoire de DEA, multigr.

Kirsh David (1990), « Préparation et improvisation », Réseaux, 43, p. 111-120.

Kirsh David (1991a), « Foundations of Artificial Intelligence : The Big Issues », Artificial Intelligence, 47, p. 3-30.

Kirsh David (1991b), « Today the Earwig, Tomorrow Man ? », Artificial Intelligence, 47, p. 161-184.

Kopytoff Igor (1986), « The Cultural Biography of Things : Commodization as Process », in A. Appadurai (ed.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Latour Bruno (1989), La science en action, Paris, La Découverte.

Latour Bruno (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Lave Jean (1988), Cognition in Practice, Cambridge, Cambridge University Press.

Le Goaziou Véronique (1989), « Usages et usagers : un travail de convergence », in Séminaire international de Centre de sociologie de l’innovation, Paris, CSI, p. 81-92.

Leroi-Gourhan André (1965), Le geste et la parole. La mémoire et les rythmes, Paris, Albin-Michel.

Livet Pierre (1990), Théorie de l’action et convention, Document CREA no 9012A.

Livet Pierre & Laurent Thevenot (1991), « L’action collective », Colloque L’économie des conventions, Paris, 27-28 mars (à paraître aux Presses universitaires de France, sous la dir. de A. Orléan).

Moulierac François (1992), Litiges autour de la qualité des produits : les services après-vente, Document de travail, 42 p.

Norman Donald (1989a), The Design of Everyday Things, New York, Doubleday.

Norman Donald (1989b), « Cognitive Artefacts », paper prepared for the Workshop on Cognitive Theory and Design in Human Computer Interaction, at Kittle House Inn, Chappagno, june.

Norman Donald (1990), Four (More) Issues for Cognitive Science, San Diego, CA, University of California, Department of Cognitive Science, Report 9001.

Simondon Gilbert (1989), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

Star Susan Leigh & James R. Griesemer (1989), « Institutional Ecology, “Translations”, and Boundary Objects : Amateurs and Professionals in Berkeleys’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-1939 », Social Studies of Science, 19, p. 387-420.

Strauss Anselm (1992), La trame de la négociation, Paris, L’Harmattan.

Suchman Lucy (1987), Plans and Situated Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Suchman Lucy (1990), « Plans d’action », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 149-170.

Thevenot Laurent (1984), « Rules and Implements : Investment in Forms », Social Science Information, 23 (1), p. 1-45.

Thevenot Laurent (1990), « L’action qui convient », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 39-69.

Thevenot Laurent (1992a), « Nouvelles approches du travail », Lettre du Centre d’Études de l’Emploi, 25.

Thevenot Laurent (1992b), « Jugements ordinaires et jugement de droit », Annales ESC, 6, p. 1279-1299.

Thevenot Laurent (1993a), « Des marchés aux normes », in R. Boyer & G. Allaire (eds), Régulation et convention dans l’agriculture et l’agro-alimentaire, Paris, INRA - Economica.

Thevenot Laurent (1993b), « Formes de savoir collectif et régimes d’ajustement des actions : coordination par jugement commun, accommodation et connaissances distribuées », Colloque Limites de la rationalité et constitution du collectif, Cerisy, 6-12 juin.

Notes

1 Le décillement que Bruno Latour souhaite provoquer ne porte pas seulement sur la façon d’analyser les objets scientifiques et techniques. Latour dénonce également une forme d’oppression à leur égard (Latour, 1991), dans l’esprit qui était celui de Simondon (1989, p. 126) lorsqu’il s’élevait contre une « philosophie autocratique » associée à des techniques réduites en « esclavage », et suggérait que l’« inspiration dominatrice » repose sur un schème d’asservissement qui comprend à la fois les hommes, les animaux et les machines.

2 Ce texte ne présente que l’une des étapes d’une exploration des modalités du commerce avec les choses. Les terrains exploités ici sont issus d’une enquête lancée en 1991, en relation avec mon enseignement à l’EHESS, sur les formes d’engagement des objets. Emmanuel Kessous (1992), François Mouliérac (1992) et Nicolas Auray (1992) ont porté leur attention sur les trois domaines d’étude suivants : la normalisation de produits de puériculture, et particulièrement de poussettes ; les services après-vente (SAV) de deux fabricants d’appareils de prise de vue photo et vidéo ; les démêlés avec l’informatique, les usages « conviviaux » et virtuoses. Le matériel exploité ici est extrait des deux premières enquêtes auxquelles j’ai directement participé. Cette recherche sur les objets fait partie du programme « Conventions et coordination de l’action », développé à l’Institut international de Paris-La Défense et comprenant également le séminaire international « Les objets dans l’action » organisé avec Bernard Conein et Nicolas Dodier. Ce programme, qui s’appuie notamment sur des travaux réalisés au GSPM (EHESS-CNRS) et au Centre d’étude de l’emploi, bénéficie d’une aide du ministère de la Recherche.

3 Nous emploierons le terme d’« utilisation » pour indiquer l’encadrement dans une action normale en réservant le terme d’« usage » à un accommodement qui fait sortir de ce cadre.

4 Ces complications ne sont pas sans rappeler celles auxquelles est confronté le médecin (Dodier, 1993).

5 Source : laboratoire d’essai du fabricant Pouss’bébé.

6 Ce « composé de forces » qu’est « la mer, compliquée de vents » est ainsi transformé en chambre à brouillard salé.

7 Sur la chaîne d’inscription et les appareils qui font s’exprimer les choses, voir Latour (1989).

8 Comme une puéricultrice interrogée en fait elle-même la remarque, les professionnels ont aussi des utilisations qui diffèrent de celles des particuliers : « Nos exigences ne sont pas toujours les exigences des particuliers, chez eux ; ça cause quelquefois des difficultés lorsque nous avons des exigences trop supérieures à ce qu’ils [ceux qui cherchent à se représenter les usagers] attendent […] Ici c’est dix fois plus stérilisé qu’à la maison, ça demande une solidité plus importante. » (Puéricultrice).

9 Sur les différences de posture et de jugement entre le médecin soignant et le médecin statisticien, voir Dodier (1993).

10 Le terme « ergonomique », bien qu’il recouvre souvent une démarche participant intensément de la mise en forme physicaliste du corps humain, sert fréquemment aux agents impliqués dans les essais à indiquer la transition entre le vocabulaire de la physique, des forces et des formes, et celui de l’action.

11 La reconnaissance du caractère exceptionnel et momentané de cet état neuf suffirait à relativiser le domaine de validité de conceptualisations des choses qui les présupposent dans cet état.

12 Madeleine Akrich a montré notamment, à partir du cas de kits photovoltaïques, la façon dont « l’objet technique définit les acteurs auxquels il s’adresse » et ne « tolère qu’un utilisateur docile » (Akrich, 1987), des normes d’usage étant inscrites dans le régulateur des installations photovoltaïques (1989, p. 160) et dans les connexions non standard qui interdisent une variété d’utilisations.

13 La stratégie d’encadrement de l’usage, destinée à maintenir la chose dans ses propriétés, risque de se retourner sur elle-même, démontrant que l’objet ne se maintient pas tout seul, qu’il n’est pas doté de véritables propriétés transportables d’une situation à l’autre et que leur maintien est très coûteux. Pour éviter ce sous-entendu induit par les restrictions sur l’utilisation, et pour focaliser l’attention sur les propriétés, le publicitaire montrera l’objet dans le moment du test en laboratoire. Ou bien, il mettra en scène des conditions extrêmes (avec des mentions soulignant la véracité de l’épreuve) afin de montrer que son produit résiste à de telles conditions extrêmes (ironiquement incongrues) et qu’il reste bien identique à lui-même en toutes situations. Nous avons été nous-mêmes entraîné dans un tel spectacle, un technicien du service après-vente d’une grande marque d’appareil photo se dressant de tout son poids sur un appareil photographique en réparation (hors de la présence du propriétaire de l’appareil…) pour nous démontrer sa résistance, à toute épreuve.

14 Ce détournement ne se cantonne pas à ce que l’on inclut couramment dans une sphère privée. Dans des crèches, les poussettes sont, du point de vue du fabricant, « détournées » : « On a ouvert les yeux des constructeurs sur les poussettes jumelles. C’était très important, parce que les constructeurs quand ils disent : “landaus jumeaux”, ils ne voient que des jumeaux dedans. Or, il faut savoir que, dans les crèches familiales, sur le plan national, les poussettes jumelles sont utilisées pour des enfants de poids très différents. » (Puéricultrice).

15 Certains changements de mains sont toutefois particulièrement prévisibles. Ainsi en est-il des peluches qu’offrent les grands magasins, au moment des fêtes, aux clients qui ont dépassé un certain montant d’achat. Il est « raisonnablement prévisible » que « les mignons petits pandas qui sont destinés aux adultes » tomberont entre les mains d’enfants qui auront envie de jouer avec, alors qu’ils n’ont pas subi d’« essai d’arrachement du nez et des yeux » (Dialoguer, mensuel de l’Union féminine civique et sociale, 118, oct. 1990, p. VII).

16 Cette orientation peut conduire à une notion d’usage entendu comme « travail de convergence entre l’objet et l’usager » (Le Goaziou, 1989). Sur le passage au vocabulaire de l’action via la notion de script, voir Akrich (1990).

17 Voir notamment le numéro d’Artificial Intellligence dirigé par Kirsh (1991a).

18 L’approche de l’action collective qui prend appui sur les limites de l’interprétation des actions individuelles (Livet, 1990 ; Livet & Thévenot, 1991) part d’une insatisfaction à l’égard d’une coupure radicale entre les modes d’appréhension d’un acteur individuel et celle d’un ordre social appréhendé par des nonnes, des coutumes, des symboles, et impliquant une toute autre théorie du comportement. À partir de l’exploitation d’une notion naturaliste d’affordance empruntée à Gibson (1977), Norman (1989a) peut ainsi opposer une affordance physique à une affordance culturelle ou sociale. Il nous semble que la notion d’ajustement ne peut être abordée en dehors de l’épreuve qui fait juger de cet ajustement, et que les formes « sociales » d’ajustement doivent être rapportées à certaines contraintes pragmatiques de l’épreuve.

19 Ces repères sont notamment établis lorsque l’usager s’emploie à corriger le comportement erratique d’une chose par un tripotage destiné à arranger de petits défauts, sans s’arrêter sur un jugement dressant le constat d’une défaillance. Lorsqu’il ne se prête pas à cette manipulation, l’objet se fige dans la fonction et son comportement s’inscrit dans l’alternative « fonctionne » / « ne fonctionne pas » : « Aujourd’hui, il n’y plus de petits défauts. Au moindre pépin, l’appareil est oui. Avant, quand ça ne marchait pas, on arrivait à faire repartir la mécanique en tripotant un peu. Aujourd’hui où ça fonctionne avec des piles, le jour où quelque chose est bloqué, il n’y a rien à faire, ni reculer, ni avancer, ça reste comme ça. Pour retirer le film, d’ailleurs, c’est un problème. On ne peut pas retirer les bobines, il y a une sécurité. Ou alors, on risque de tout voiler. Avant, on pouvait rembobiner parce qu’il y avait une manivelle, aujourd’hui, une manivelle, il n’y en a plus. On a simplifié à outrance. » (SAV).

20 Dans la perspective d’un jugement général de ce type, à porter sur des situations de travail, des enseignants d’un lycée technique jugeront dangereux et impropre au contrôle des élèves un atelier pédagogique comportant des machines hétérogènes (Derouet-Besson & Sauvage, 1989, p. 24).

21 Sur la mise en valeur de la prouesse technique et les arènes de son exercice, cf. infra Dodier p. 115-135.

22 Ce vieillissement de la chose est mal appréhendé par les tests qui ne procèdent que d’une répétition d’un mouvement à l’identique.

23 On n’en déduira pas simplement que cette évolution ne fait que « concrétiser » (Simondon, 1989) l’usage polyfonctionnel indiqué plus haut. Les constructeurs souhaitaient aussi développer des modèles moins facilement imitables que les poussettes-cannes largement copiées, notamment dans des fabrications taïwanaises (interview d’un fabricant).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search