Version classiqueVersion mobile

Les objets dans l’action

 | 
Bernard Conein
, 
Nicolas Dodier
, 
Laurent Thévenot

Repères

Les objets dans l’espace

La planification dans l’action

Objects in Space

Die Rolle der Planung in der Aktion und die Disposition der Objekte im Raum

Bernard Conein et Éric Jacopin

Résumé

In what extern the spatial display of objects may be used to optimize the information required to carry out a task? The observation of the utilization of kitchen Utensils and ingredients in the preparation of a meal shows the role played by the location of objects in the planning of action. Taking into account the spatial relationships between objects has general consequences for the connections between planning and action, particularly for the role of planning in situated action.

Texte intégral

1Nous modifions nos environnements quotidiens à un rythme rapide, et l’aspect de ce qui nous entoure change de façon continuelle. La localisation des objets et l’organisation spatiale se modifient à la fois avant l’action, quand on prépare l’espace (nettoyer, ranger, stocker les ressources), et pendant l’action, lorsqu’on adapte l’espace à une séquence d’actions.

2Dans les modèles classiques de la planification, la construction de plans a été envisagée comme délibération réflexive avant l’action, sans ancrage temporel ni spatial ; il n’a été tenu compte ni des transformations de l’environnement avant l’action, ni de ses modifications progressives au cours de l’action (Suchman, 1987 ; Bratman, 1987), alors que tout changement dans l’organisation de l’espace crée un nouveau contexte pour l’action suivante. Nous envisagerons au contraire la planification en tenant compte à la fois de la distribution temporelle des plans, et de la disposition des objets dans l’environnement.

  • 1 Agre et Horswill (1992) cherchent à lier des types d’objets culinaires (outils, matériaux et récipi (...)

3Nous montrerons d’abord que la manipulation d’artefacts dans un espace familier permet d’utiliser la localisation des objets comme indice afin de rendre optimale l’information pour agir. Ainsi, une partie de la planification peut être conçue comme un marquage de l’environnement où la disposition des objets dans l’espace fournit des repères. L’approche de la planification par les objets conduit à examiner le rôle représentationnel des artefacts (Agre & Horswill, 1992 ; Hutchins & Hazlehurst, 1990)1. C’est la cuisine domestique qui nous servira d’exemple.

4Nous montrerons ensuite que cette approche permet de repenser les relations entre planification et action située (Suchman, 1990 ; Agre & Chapman, 1990) : les plans prennent des fonctions informationnelles variées selon l’état de l’environnement et les aptitudes des personnes. Deux exemples classiques en intelligence artificielle (la descende de rapides et le jeu vidéo Pengo) nous permettront de soutenir l’idée d’une pluralité des formes de planification dans l’action.

  • 2 Les discussions avec le groupe Cognition distribuée de l’Université de Californie à San Diego, en p (...)

5Nous emprunterons des arguments aux sciences cognitives pour aborder un thème nouveau des sciences sociales : l’analyse des interactions entre les humains et les objets fonctionnels2.

La planification et la disposition des objets

6La cuisine domestique offre l’exemple d’un environnement familier peuplé d’objets divers. Son caractère familier est l’effet d’une préparation continue de l’espace (Kirsh, 1992) et d’une stabilisation régulière (Hammond, Converse & Grass, 1992). Beaucoup d’objets peuplent une cuisine et beaucoup d’informations y sont disponibles : le rangement des ustensiles et des matériaux facilite leur usage et l’accès à l’information.

7La préparation d’une pâte brisée dans une cuisine nous permettra de saisir comment le placement des objets est susceptible de générer des plans dans l’action sous des modes variés. La disposition ordonnée des objets façonne l’arène de l’action. Un répertoire d’objets peut servir de support à l’improvisation, à condition que l’environnement soit représenté « en termes de classes d’objets » comportant des fonctions diverses (Agre & Horswill, 1992). Cependant, une telle représentation n’est jamais directe, elle nécessite un ajustement entre objets et personnes, dans lequel l’organisation externe de la cuisine en tant qu’espace ordonné d’objets et d’équipements est utilisée pour faciliter l’exécution. Une partie de l’action culinaire doit alors être perçue autrement que comme exécution de la recette.

Disposition des objets et modification de l’environnement

8Dans des environnements stabilisés où l’incertitude est minime, l’accent porte sur la relation entre la disposition des objets dans un espace arrangé et l’interprétation de l’information véhiculée par les relations spatiales :

Le besoin de se déplacer et de vivre dans le monde conduit à se souvenir des emplacements et des objets dans l’environnement et à utiliser la présence des objets comme aide-mémoire. Les objets du monde peuvent ainsi servir de signaux. (Norman, 1989)

9La disposition des objets dans un monde familier requiert une certaine activité de préparation de l’environnement pour accorder les représentations externes, à « la surface de l’objet », et la représentation interne de l’agent. Hammond, Converse et Grass (1992) désignent ces actions de dépôt de contraintes dans le monde comme stabilisation de l’environnement :

  • 3 Le vocabulaire pour désigner ces processus reste hésitant. Kirsh (1993) parle d’« arrangement de l’ (...)

Une façon d’assurer l’ajustement entre un agent et son environnement est que l’agent modifie l’environnement à son gré, activité que nous appellerons stabilisation3.

État initial de l’environnement et distribution temporelle des actions

10La notion d’espace préparé ou d’environnement stabilisé vise à remplacer les états initiaux du plan-programme par des degrés d’optimisation de l’information, donc à concevoir l’environnement comme le résultat d’opérations. Un état initial comporte un certain degré de contraintes de l’environnement : un espace plus ou moins modifié par un répertoire et une distribution ordonnée des artefacts (stockage des ressources, accès et rangement des ustensiles, propreté). Cet état suppose une distribution temporelle entre deux classes d’action : celles qui sont liées à l’exécution des buts principaux du plan, et celles qui visent à faciliter la réalisation des premières. Ainsi, l’action se déclenche dans des conditions données de stabilisation et de préparation qui canalisent l’exécution.

11En quoi la stabilisation d’un environnement produit-elle une modification de la distribution temporelle des actions ?

  • 4 Les buts principaux sont les buts que se donnent l’agent en vue d’accomplir la tâche : ils correspo (...)

12Il faut que les actions de stabilisation de l’environnement rendent manifestes des informations sur les buts de l’action. Hutchins et Norman soulignent que la représentation, en tant que produit d’une action de préparation, correspond elle-même à une action antérieure (ahead of the time). Mais, décalée (off-line) par rapport à la tâche à entreprendre, elle perd son statut d’action au moment où s’initie l’activité. Pour établir la relation entre ces deux classes d’action, il faut étendre la plage temporelle d’analyse de l’action. Si cette partie de l’action n’est pas une action, c’est qu’elle est postérieurement vue par l’agent comme extérieure aux buts de la recette4 (Norman, 1991). L’action peut alors être représentée de deux manières, selon son insertion temporelle : action à réaliser à l’instant t1, action réalisée qui se transforme en une condition de l’action initiée en t2. L’emploi d’un artefact, comme un objet pour nettoyer ou ranger, est un moyen d’accroître une capacité fonctionnelle.

  • 5 Le dispositif d’observation consiste à enregistrer des actions identiques et à représenter des traj (...)

13Une illustration empirique de ceci peut être obtenue en reproduisant les changements de la disposition spatiale des objets pendant une action. Avec la vidéo, on peut rendre observables ces modifications des relations spatiales entre les objets selon l’enchaînement séquentiel des actions, sur de brèves périodes de 1 à 5 secondes5.

Fig. 1. État initial. Les éléments en pointillé indiquent les objets rangés au début de l’activité : le tiroir avec le couteau et la cuillère et l’armoire avec le verre doseur et le pot de farine.

14Considérons une cuisinière dans sa cuisine quand elle commence à préparer une pâte brisée (fig. 1). Le répertoire d’objets observables comporte une table qui accueille des ustensiles, et des matériaux disposés selon un axe horizontal : poste de radio, paquet de beurre, tiroir, sel, pommes.

  1. au niveau de la distance : les objets sont placés selon une distance relative à un site de réception, qui est le centre futur de l’activité manipulatoire (au-dessus d’un tiroir et face au poste de radio) ;

  2. au niveau des orientations : l’ordre spatial présente un alignement de gauche à droite marquant un ordre virtuel d’emploi.

Réduire les distances pour optimiser l’information : distinguer les positions des objets au cours de l’action

  • 6 Dans ce cadre, l’information devient égocentrée : « Lorsque je parle d’une information spécifiant u (...)
  • 7 La distinction entre contrôle de l’exécution et évaluation de l’information a été proposée par Norm (...)

15Le lien entre organisation spatiale et temporelle des actions s’observe dans le cours de l’action, puisqu’une partie de la stabilisation de l’environnement se déroule dans les intervalles de l’exécution6. Plus une organisation spatiale se rend autonome de l’exécution d’une opération, plus elle est susceptible de remplir une fonction informationnelle. Dans les placements d’objet, certains, qui ne sont pas dédiés prioritairement au contrôle de l’exécution, mettent en place des repères ou des frontières. Ces processus d’organisation spatiale permettent d’optimiser l’information pour agir, plutôt que de contrôler une exécution7, et ce n’est que lorsqu’une modification de l’environnement contribue à arranger la portion de la scène au centre de la tâche que l’information spatiale devient une aide pour retenir l’information pertinente. Cette optimisation de l’information est le double produit d’une modification de l’organisation spatiale et de l’interprétation de cette disposition spatiale, c’est-à-dire d’une évaluation de l’état de l’environnement.

16Un deuxième critère, non spatial, est cependant nécessaire pour conduire à ces effets : il faut une combinaison du placement et d’une répartition temporelle de l’action. En effet, lorsqu’un placement d’objet vise à un contrôle de la manipulation, il enchaîne immédiatement sur une opération. Mais lorsqu’un placement est orienté vers une fonction informationnelle, il implique l’emploi différé de l’objet posé. Les placements qui opèrent simultanément à une manipulation sont orientés vers l’exécution (couper, hacher, mélanger) alors que les placements qui concernent la stabilisation de l’environnement (poser, mettre en retrait, ranger) laissent l’objet manipulé à l’état provisoire de repos. Les premiers réalisent les buts principaux de l’action, et les seconds préparent l’environnement pour l’action suivante.

  • 8 Francesco Cara nous a suggéré que c’est dans la mesure où une distribution spatiale rend manifeste (...)

17Si ces placements comportent des analogies avec les procédures de distribution temporelle des actions, c’est que leur rôle informationnel est conditionné par le fait qu’ils doivent rendre manifeste à la cuisinière une certaine distribution temporelle des actions8. Car, bien que réalisés dans le cours de l’action (on-line), ils tendent à opérer dans l’intervalle entre séquences d’action, et donc à agir off-line. Cette congruence temporelle, spécifique aux actions de stabilisation, atténue la distinction entre pré-planification et planification dynamique. Par exemple, en posant un couteau dans le corridor du centre d’activité, on le met en attente pour une action future : l’action facilite une exécution ultérieure, sans être pour autant un composant direct de la tâche.

18Ces placements, plus ou moins indépendants d’une manipulation orientée vers l’exécution, modifient les relations spatiales de deux façons :

    • 9 La notion de région manipulatoire a fait l’objet d’un commentaire critique d’Alfred Schutz dans son (...)

    la minimisation des distances spatiales dessine une région primaire composée d’objets à portée de main, distincte de la région secondaire d’objets à distance. Ces deux effets sont simultanés (Mead, 1932)9, car la minimisation des distances relatives entre objets conduit à distinguer, de façon dynamique par rapport au corps mobile de l’agent, les objets à portée de main des objets à distance de la région secondaire ;

  1. la modification des distances change les relations entre les objets : les uns à côté des autres, les uns dans les autres, les uns sur les autres (Jackendoff & Landau, 1992).

19Nous allons maintenant examiner des séquences avec des trajectoires d’objets non orientées vers une exécution immédiate et donc dédiées à une préparation de l’environnement.

Séquence 19-20 / 21-29 : placement du pot de farine (30 sec.)

20Dans la région primaire sont disposés : un verre doseur au centre, le beurre derrière, et un pot de farine à gauche du beurre. Le mouvement de placement concerne le pot de farine :

  • il est déplacé vers la gauche (19), puis le couvercle est retiré et posé là où était le pot de farine (20), puis le pot de farine est déplacé vers le bas (23), après la saisie du verre doseur ;

  • le résultat de ce placement est un espace primaire plus contraint, où la minimisation des distances oriente vers une représentation quasi instructionnelle de l’action suivante (« mesurer la farine avec la cuillère, et la verser du pot dans le verre doseur »).

Fig. 2. L’espace est ici réduit au centre de l’activité.

Séquence 49-50 : placement du verre doseur et de la cuillère dans un corridor

21Le pot de farine, le couvercle et le paquet de beurre dessinent un alignement, un corridor de retrait. Le déplacement à droite du verre doseur et de la cuillère accentue ce marquage de l’espace manipulatoire (49-50) ;

Fig. 3. Le centre de l’activité constitue une région primaire, délimitée par les objets placés par rapport à un espace secondaire.

Séquence 51-58 : manipulation et déplacement du beurre

22Cette séquence comporte une opération (ouverture du paquet de beurre), puis un placement : il est ouvert, puis reposé à droite dans le corridor, près du verre doseur et de la cuillère.

23La manipulation du paquet de beurre (51-55) conduit à une modification de l’aspect de l’objet, donc livre des informations sur l’accomplissement de l’action au moment où le beurre est placé à droite.

24Cette première série de séquences soulève une difficulté : comment distinguer les placements d’aide directe à la manipulation de ceux qui visent à faciliter le traitement de l’information ? Les mouvements de placement des objets comportent deux interprétations : au niveau de l’exécution et au niveau de l’évaluation. Le lien, noté par Mead (1932), entre la segmentation de l’espace en régions et la modification de l’accès manuel aux objets ne suffit pas pour établir l’évaluation et le contrôle de l’attention. Nous avons vu que les contextes où la minimisation des distances spatiales oriente l’attention doivent comporter un retrait de l’objet avant réutilisation. Deux éléments sont à prendre en compte :

  1. l’expression de la répartition temporelle par le placement : la distribution temporelle des actions suppose qu’un placement d’objet indépendant de la manipulation s’insère dans l’intervalle entre séquences d’actions ;

    • 10 Selon Agre et Horswill (1992), les matériaux par rapport aux outils et aux récipients ont des propr (...)

    l’établissement d’un lien entre la modalité de l’action accomplie sur l’objet et la position spatiale : l’accès manuel des objets et leur aspect se modifient en même temps – pot de farine (fermé/ouvert), paquet de beurre (fermé/ouvert, entier/entamé). Les ingrédients livrent des informations spécifiées sur l’action, qui rendent manifeste l’information fonctionnelle (Agre & Horswill, 1992)10.

  • 11 Pour Norman (1991), l’évaluation porte sur un état de l’objet et non sur sa position : « Le gouffre (...)

25Plus étroit est le lien entre information spatiale et information aspectuelle, plus manifeste est l’information, puisque l’évaluation porte à la fois sur un état de l’objet et sur sa localisation. On peut donc optimiser une information en rendant manifeste la liaison entre un outil et un matériau11.

26Les exemples suivants illustrent un placement qui exprime une autonomisation de l’action par rapport à l’exécution. La stabilisation de l’environnement est orientée vers l’information.

Séquence 100-104

27Le paquet de beurre subit une modification de son placement puis de son aspect : le paquet à demi-ouvert est placé au centre de l’espace de travail, puis ouvert intégralement et découpé en deux parties égales.

Séquence 105-107

28Une certaine disposition des objets rend accessibles plusieurs pensées : « à gauche et à portée de main le couteau est placé sur le beurre découpé ». Cet exemple montre un contexte où un placement s’autonomise des processus de contrôle direct de l’exécution.

Fig. 4. Le lien entre le beurre et le couteau exprime un cas manifeste de construction d’indices.

29La disposition des objets et leurs liens sont modifiés de façon à ce que certaines relations soient rendues saillantes. Ainsi, la condensation des indices se traduit par une concentration des informations en bloc : couteau à portée de main, couteau orienté à droite, paquet ouvert, beurre découpé.

  • 12 Sperber et Wilson (1989) montrent comment la pertinence d’un phénomène pour un agent est liée à un (...)

30Le dispositif spatial joue, dans cet exemple, comme aide à l’évaluation, c’est-à-dire qu’il facilite le traitement de l’information présente dans l’environnement et minimise l’effort computationnel (Norman, 1991). Dans le cas du couteau posé sur le beurre ouvert et découpé, la configuration diminue l’effort pour accéder au micro-plan [couper le beurre en morceaux pour le mélanger à la farine] qui implique les sous-plans [reprendre le couteau], [découper la portion de beurre préparée]… Ainsi, l’effort nécessaire pour construire ce plan à partir des informations spatiales et perceptuelles est réduit au minimum12.

31La discrimination immédiate des indices a pour condition une intense activité de préparation. Pour qu’un tel effet soit obtenu, les indices doivent attirer l’attention de l’usager de l’objet, la ré-actualisation du plan (découper le beurre en petits morceaux) se fait alors avec un minimum d’efforts (Sperber & Wilson, 1989). Pour cela, il faut que certaines informations arrivent en bloc.

Planifier dans un monde familier : consignes, instructions et objets

32L’analyse du rôle des objets dans l’action a des implications sur la conception de la planification. La plupart des critiques adressées à la notion de plan ont insisté sur la mise en situation de l’action, mais aucune, à l’exception de Norman (1988, 1991), n’a établi de lien entre objets et planification. Ainsi, parmi les définitions de l’action située, aucune ne fait référence à la modification de l’environnement par les artefacts :

    • 13 Rodney Brooks soutient que la notion de planification est une mauvaise représentation d’un véritabl (...)

    La mise en situation de l’action peut inciter à rejeter la notion de plan, étant donné que l’environnement est l’instance principale de sélection des actions, ce qui suppose que les indices déclenchent l’action (Brooks, 1987, 1990)13.

  1. Une définition moins radicale ne rejette pas la notion de plan, mais insiste sur le caractère dynamique de leur émergence, puisque de nombreux plans se construisent de façon « opportuniste » : l’action située est alors définie par la flexibilité dans l’exploitation des occasions qui se présentent au cours de l’action.

    • 14 Il s’agit d’une interprétation que nous proposons de la critique du plan par Suchman et en particul (...)

    La définition de Suchman (1987) réduit la notion de plan à une préparation avant l’action, l’action étant toujours une dynamique qui conjugue maîtrise des aptitudes et discrimination des indices14.

33Cependant la définition de Suchman est imprécise, et peut s’interpréter selon deux directions opposées : récuser que le plan ait une fonction dans l’action (cf. l’interprétation de Vera & Simon, 1993), ou indiquer que la planification prend différentes modalités dans le gouvernement de l’action. L’idée que nous laissions aux objets le soin de rappeler les actions auxquelles ils sont liés conduit autant à une construction dynamique de plans par exploitation des occasions qu’à supprimer toute référence au plan :

Plutôt que de s’engager dans une planification détaillée, les gens abordent leur activité quotidienne lorsque l’occasion s’en présente. Ainsi, nous ne modifions pas le cours de nos actions pour aller dans un magasin, une bibliothèque ou bavarder avec un ami. Nous vaquons à nos activités et si nous nous trouvons à proximité du magasin ou de la bibliothèque ou sur le point de rencontrer un ami, nous laissons l’opportunité enclencher l’activité appropriée. (Norman, 1988)

34La notion de monde familier peuplé d’objets quotidiens peut ainsi revêtir deux significations :

  • un monde où l’environnement est connu parce qu’arrangé de façon active pour accueillir des activités appropriées et réduire les actions à accomplir ;

  • des séquences d’actions suffisamment routinisées et maîtrisées par des aptitudes pour que la conduite de l’action devienne réactive sans intervention du raisonnement.

Les formats du plan et les variations du contrôle de l’activité

  • 15 « Nous devons distinguer entre les plans que l’agent a effectivement adoptés, […] les intentions st (...)

35Un exemple classique de contrôle sur l’activité dans un environnement familier est la recette de cuisine (Conein, 1990, 1992). La relation de la recette à l’environnement est complexe : elle est une forme de plan dont l’agent a connaissance sans pour autant l’avoir adopté dans les détails au début de l’action. Ce qui ne recouvre qu’une des dimensions du plan, car, comme le suggèrent Bratman, Israel et Pollack (1988), les plans modifient leur format selon leurs relations temporelles à l’action : les buts que se donne l’agent avant d’agir et qui l’engagent à se conduire selon une certaine direction sont distincts des instructions et consignes utilisées sur le terrain, composant du savoir-faire tacite de l’agent15.

36En ce qui concerne le second format, des options resteront indéterminées au niveau des opérations, et ne seront traitées qu’au cours de l’action :

  1. mesurer la farine avec le verre doseur ou avec la balance ;

  2. verser l’eau avec le verre doseur ou avec un autre récipient.

37Ce qu’on omet de signaler, c’est que ces micro-plans, opérant dans l’action, changent de format informationnel selon la façon dont l’information sur l’action est représentée. Une recette de cuisine, ainsi que le savoir-faire qu’elle exprime, est composite, à la fois mélange d’instructions exécutables et de consignes qui se limitent à qualifier le but en laissant des options sur la nature des opérations à exécuter.

38Certaines instructions sont révocables si l’environnement est modifié. Une mesure peut être supprimée si la forme et la taille du contenant traduit la quantité requise : ainsi, lorsque le poids du paquet de beurre correspond à la dose prescrite, l’instruction [découper 125 g de beurre] est révocable.

  • 16 Bratman (1987) souligne ces deux aspects de la planification : révocabilité du plan et caractère pa (...)

39Mais surtout, le caractère partiel de la recette laisse plusieurs options ouvertes en fonction de l’état de préparation de l’environnement16. Les configurations spatiales produites par le placement des objets sur une surface de travail peuvent générer in situ de nouveaux plans : l’emplacement du beurre (à portée de main, près du couteau, ou dans le réfrigérateur) entraîne des différences de distribution temporelle des actions.

  • 17 Ils soulignent que « le monde doit être maintenu dans un état tel que le plan prévu soit possible » (...)

40Par conséquent, la recette reçoit des contenus plus ou moins explicites en fonction des ressources disponibles et du degré d’équipement. Ce besoin constant d’interprétation de l’état de l’environnement montre qu’il existe, même pour un expert, un gouffre entre exécution immédiate et représentation des actions inscrites dans la recette. Les contenus du plan et des informations sur la tâche à accomplir renvoient à des états donnés de l’environnement, faits de ressources disponibles et de répertoires d’objets : un réfrigérateur plein peut être une condition pour un plan (Hammond, Converse & Grass, 1992)17. L’interprétation de la tâche et de la recette diffère selon les évaluations sur l’état de l’environnement.

41Nous faisons l’hypothèse que ces différences dans l’interprétation de la situation sont des conséquences de différences dans la nature des propriétés informationnelles du plan. Ainsi, chaque fois que l’on définit un format informationnel pour représenter ces propriétés, un degré de gouvernement de l’activité est établi en même temps, c’est-à-dire une certaine marge de tolérance pour les actions futures. On peut alors préciser, pour chaque caractéristique informationnelle d’un plan, un degré de faisabilité des actions et d’espace pour l’improvisation.

Instructions pour l’exécution et consignes pour l’improvisation

  • 18 Nous empruntons librement la notion de format représentationnel à Récanati (1991).
  • 19 Les actions sont ancrées dans le mouvement ; une exécution est alors un type d’action qui concerne (...)
  • 20 Francesco Cara m’a suggéré une telle définition où la consigne est traitée comme une manière d’expr (...)

42Les plans comportent des formats représentationnels divers18, chacun exerçant un contrôle de l’exécution de l’action. Ces représentations ont soit des formats d’instruction, soit des formats de consigne. Les instructions interviennent directement sur l’action et définissent le contenu de l’exécution, c’est-à-dire une opération précise à réaliser19, alors que les consignes qualifient les objectifs de la tâche mais restent vagues sur la manière d’accomplir l’action : elles donnent une orientation et laissent une part à l’improvisation en atténuant le contrôle20.

43Dans le cas de la consigne, le degré de spécification informationnelle de la représentation de l’action est donc moindre, et une activité supplémentaire, reliant la représentation à l’accomplissement de l’action, doit intervenir sous forme d’instruction à suivre ou de routine.

  • 21 Il faut tirer des anecdotes sur les « activités situées » des conclusions différentes et en particu (...)

44La planification d’activités routinières dans un monde familier se déroule sans instructions. Mais le fait que les décisions sont prises de façon « opportuniste » ne suppose pas que les actions situées se déroulent sans plans mais plutôt, comme le suggère Suchman (1987), que les plans ont d’autres caractéristiques21.

45Si les consignes ne déterminent pas le faire, c’est parce qu’elles sont d’abord une aide, sous forme de méthode ou de distribution temporelle (liste de courses), c’est-à-dire qu’elles assurent une orientation préférentielle sans contraindre l’exécution.

46Pour comprendre ce qui distingue une consigne d’une instruction, il suffit de penser à la différence entre :

    • 22 La pâte brisée selon Ginette Malhiot (Je sais cuisiner, Albin Michel, 1932).

    mélanger pâte et beurre en suivant la consigne [l’opération doit être très rapidement menée ; la pâte est d’autant meilleure]22 fait de l’aptitude de la cuisinière une donnée de la situation sans qu’aucune instruction soit transmise ;

  • mélanger pâte et beurre en suivant une instruction [pétrir la pâte avec la paume de la main] : la cuisinière est ici guidée comme un néophyte en situation d’apprentissage.

47La distinction entre instruction et consigne recoupe donc deux modalités d’accomplissement de l’action : comme exécution ou comme improvisation. Il est aisé de montrer qu’à chacune de ces modalités correspondent des façons de construire un plan et des variations dans la spécification des actions. Récemment, Agre et Chapman (1990) ont montré que l’instruction et la consigne pouvaient correspondre à deux modèles de plan : le plan-programme et le plan-communication. Cette distinction est proche de celle que propose, en ethnométhodologie, Suchman (1987) lorsqu’elle oppose les plans déterminant l’action aux plans-ressources pour l’action. Chacun comporte des effets différents sur l’action, que l’on peut schématiser ainsi :

Plan comme ressource

Plan comme programme

Improvisation

Exécution

Consigne

Instruction

Actif

Réactif

48Le plan-programme, composé d’instructions, est par nature exécutable et contraint directement l’action. Le plan-ressource, composé de consignes, n’est pas exécutable, il permet d’improviser en fonction des circonstances car son contenu est dépourvu d’informations établissant un lien entre contenu de la consigne et réalisation de l’action.

49Ces remarques impliquent de concevoir les relations entre plan et action de façon différenciée et de traiter la distinction plan-exécution comme une des modalités de cette relation :

  1. l’instruction et la consigne sont deux modalités distinctes du lien du plan à l’action, qui peuvent se trouver dans le même contexte ;

  2. l’action située et l’improvisation ne s’exercent pas en dehors de la planification, mais sont une des formes de la relation plan-action ;

  3. l’opposition entre exécution et improvisation se révèle donc une des variantes de cette relation en fonction du traitement de l’environnement.

Les propriétés des objets et le contrôle de l’exécution

50Une autre façon de donner une place à la situation est de stabiliser l’environnement pour générer un plan in situ comme dans l’exemple de la cuisine où le placement des objets peut générer contextuellement un plan. Mais cela confronte à un nouveau problème : sous quelle forme les informations véhiculées par les objets détachés ou les équipements parviennent-elles à l’agent ?

51Des recherches récentes (Hutchins, 1990 ; Agre & Horswill, 1992 ; Hammond, Converse & Grass, 1992) se sont focalisées sur deux dimensions :

  • la conception et le design des objets, en particulier les propriétés représentationnelles, voire computationnelles, des artefacts ;

  • les caractéristiques de certaines actions marquant l’environnement au moyen d’indices pour faciliter l’action.

  • 23 « Pour l’usager d’un artefact, le mode de représentation du monde est la surface de l’artefact – le (...)

52Ces deux dimensions explorées par les travaux de Norman sur les objets quotidiens (1988) et les artefacts cognitifs (1991) montrent que des informations fonctionnelles sont véhiculées par des représentations externes23, présentes à la surface des objets qui servent de guide soit pour l’exécution, soit pour l’évaluation. Ces représentations externes ne sont pas données, mais construites par l’association de représentations fonctionnelles à des types d’objets.

  • 24 Mead (1932) nous semble faire la même erreur que Gibson en situant l’ajustement de l’objet à l’acti (...)

53On peut concevoir ce rôle des représentations fonctionnelles des objets de deux façons selon la place octroyée à l’interprétation des informations présentes dans la situation. Lorsque l’analyse des ajustements locaux entre agent et objet se concentre sur l’exécution, l’action est réduite à un couplage entre une facette de l’objet et un mouvement. L’information sur l’objet est perçue directement (Gibson, 1986), l’artefact se réduit à un « objet physique » au sens de Mead (1932)24. Par exemple Gibson, qui récuse toute séparation entre information fonctionnelle et information perceptuelle, ne distingue pas l’environnement altéré par l’action de l’environnement physique : « c’est une faute de séparer le naturel de l’artificiel comme s’il existait deux environnements, les artefacts ont été fabriqués à partir de substances naturelles ». L’information fonctionnelle sur l’objet parviendrait alors directement au moyen de la perception comme des disponibilités physiques perceptibles (affordances). L’affordance d’un objet désigne des propriétés fonctionnelles directement perceptibles, et concerne moins l’usage que des modalités du contact physique entre les mains et l’objet (transport, préhension, manipulation) :

Les objets peuvent être fabriqués et manipulés. Certains sont transportables, certains sont saisissables et d’autres non [] Les tissus, les bâtons, les fils, les récipients, les vêtements et les outils sont des objets détachés susceptibles d’être manipulés. (Gibson, 1986)

  • 25 La notion proposée par Agre et Batali (1990) d’interprétation réciproque entre un répertoire d’obje (...)
  • 26 Une structure artefactuelle est, pour Hutchins et Hazlehurst (1990), « une structure posée dans l’e (...)

54Cette approche à la fois écologique et interactionniste conduit à un paradoxe : elle réduit le rôle informationnel de l’objet au contrôle de l’exécution, elle ne donne pas de fonction à l’évaluation et à l’interprétation de l’environnement25. Dans ce cadre, les notions de conception (design) et de stabilisation de l’environnement ne jouent aucun rôle car les objets sont pourvus de fonctions de façon quasi naturelle. Ainsi, l’interaction devient purement rhétorique. La représentation de l’environnement est pauvre, car les relations du plan à l’action sont réduites à la réalisation d’instructions, et l’environnement est caractérisé sans qu’interviennent les objets comme stabilisateurs. Or, comme le soulignent Hutchins et Hazlehurst (1990), lorsqu’une action se déroule parmi des artefacts, ceux-ci déposent des « résidus » qui fonctionnent ensuite comme des indices pouvant servir de « stimulations »26.

  • 27 Chez Norman, l’évaluation est conçue comme une comparaison entre le résultat immédiat et les buts p (...)

55L’approche que propose Norman (1991) nous semble éviter cet écueil et permettre de donner un contenu à la notion d’action située en distinguant deux aspects de l’action avec les objets : le contrôle de l’exécution et l’évaluation de l’information. Lorsqu’une personne interagit avec le monde au moyen d’un artefact, l’objet joue à la fois le rôle de moyen de contrôle pour l’exécution et de représentation de l’état de l’environnement pour l’évaluation27. Cette approche de la fonction des objets s’éloigne de celle proposée par Gibson, parce que l’information véhiculée par un artefact ne se réduit plus à un contrôle de l’exécution. Si la notion d’évaluation est centrale, c’est qu’elle seule permet d’introduire un élément actif dans l’interaction avec les artefacts tout en intégrant l’aspect réactif. La notion d’action située devient complexe puisqu’elle admet à la fois un agent actif au niveau de l’évaluation et réactif au niveau de l’exécution. Une telle approche rend possible d’intégrer des mécanismes plus complexes de jugement sur l’état de l’objet (Thévenot, 1990, 1993).

Le rôle des instructions dans la planification de l’action : le problème des routines

56Nous allons illustrer la distinction entre consigne et instruction en nous appuyant sur deux exemples de mise en situation de l’action : la descente de rapides (Suchman, 1987) et le jeu vidéo Pengo (Agre & Chapman, 1990). Pengo a donné lieu à une construction informatique (Pengi) présentée comme modèle d’architecture située, dont la critique nous servira pour réinterpréter la notion d’action située.

57Dans ces deux exemples, la notion d’action située est présentée comme offrant une solution au problème de la planification. Suchman (1987, 1990) a proposé une conception de l’action où l’activité humaine résulte d’une dynamique continue de l’interaction d’un sujet avec la situation courante de son environnement. Agre et Chapman (1987) ont proposé avec Pengi une réalisation informatique « instanciant » les indications de Suchman en une architecture située, où l’environnement devient une instance de contrôle de l’action.

58Nous montrerons que ces deux points de vue ne sont pas rapprochables et que la mise en œuvre informatique des arguments interactionnistes de Suchman échoue. Pour ce faire, nous allons d’abord présenter les deux points de vue puis insister sur certains aspects pour mieux faire émerger les différences :

  1. le plan de Suchman est composé de consignes, mais les consignes évoquant par anticipation des situations supposant des aptitudes tacites ne sont pas reprises dans le modèle computationnel Pengi ;

  2. l’architecture d’Agre et Chapman est instructionnelle. Pengi présente une séquentialité forcée du déclenchement des routines de l’activité sans qu’intervienne aucun élément d’orientation et de discrimination des indices.

Peut-on descendre un rapide sans plan ?

  • 28 Cet exemple fait aussi l’objet d’un commentaire de Vera et Simon (1993).

59L’exemple de la descente de rapides en canoë s’expose comme un commentaire illustratif sur la planification dynamique (Suchman, 1987, p. 52 ; 1990, p. 158)28 :

Si, par exemple, on fait le projet (plan) de descendre des rapides en canoë, il serait préférable de s’asseoir un moment et de préparer (plan) la manière dont on va descendre. Le plan pourrait prendre la forme suivante : « Je vais aussi loin que possible vers la gauche, puis j’essaie de passer entre ces deux gros rochers, puis je reviens de toutes mes forces vers la droite pour contourner le groupe de rochers. »

60Elle commente :

Des délibérations, des discussions, des simulations et des reconstructions peuvent intervenir dans un tel plan et peuvent aller jusqu’à la construction de plans alternatifs. Mais, en aucun cas de tels plans ne contrôlent l’action, dans quelque acception que ce soit du mot contrôler. Quels qu’en soient les détails, le plan devra s’arrêter devant la tâche là où commence le travail de faire face aux courants et de maîtriser le canoë, à ce moment-là on abandonne le plan et on ne compte plus que sur les aptitudes incorporées dont on dispose. Le but du plan, dans un tel cas, n’est pas de vous permettre de descendre les rapides, mais plutôt de s’orienter pour utiliser nos aptitudes incorporées dont le succès dépend.

61Dans cet exemple, la notion de plan est présente à deux moments :

  1. lorsque, assis au bord de la cascade, on imagine le chemin à emprunter pour la descendre : le plan se présente alors comme un ensemble de consignes, qualifiant quelques objectifs, c’est-à-dire avec une sous-spécification des opérations à exécuter ;

  2. lorsque, en situation de descente, on est confronté à la dynamique de la situation, l’aptitude à manipuler un canoë prendra le pas sur le chemin que l’on s’était fixé ; le plan est alors l’ensemble des routines qui représentent l’aptitude à manipuler un canoë.

  • 29 Comme le note Maes (1990), dans ce cas, « on ne peut pas dire comment un agent poursuit un but mais (...)

62La première différence entre ces deux contextes concerne la position temporelle du plan dans l’activité. Le premier contexte décrit un plan (off-line) par anticipation de l’activité auquel il se rapporte, et le second décrit un plan au moment où il est utilisé, avec la particularité que ce n’est que lorsqu’une routine a été utilisée qu’on peut la décrire : le contenu du plan est rétrospectif29. Ce qu’il faut souligner, ce n’est pas tant la direction d’ajustement temporel (prospective ou rétrospective) du plan mais bien que le plan est la manifestation d’une certaine distribution de l’information. Il se présente sous forme de consignes parce qu’il rend compte de l’activité avant que celle-ci ne soit réalisée. Et il se présente sous forme de routines représentant les aptitudes tacites, acquises au cours des descentes précédentes et manifestant un niveau donné d’habileté.

63Ces différences reflètent bien les deux représentations du plan que nous venons d’évoquer. Comme le fait remarquer Suchman, le plan, ayant le format d’un ensemble de consignes, ne rend compte de l’activité que de façon vague ; il est partiel, dans le sens où il ne précise aucun contenu exécutable. Mais il est aussi partiel, en un autre sens, car il ne donne aucune information sur le contrôle des instructions pour exécuter les opérations de navigation. Bien qu’il ne représente pas l’activité engagée, il possède une propriété d’orientation : adapter au mieux nos aptitudes pour faire face à la situation en cours. À l’opposé, l’aptitude implique un savoir tacite précis sur le faire, et les opérations qui la décrivent sont représentées par des instructions qui seront éventuellement mises en œuvre. Et il n’est pas possible d’anticiper leur éventuelle utilisation : ce n’est qu’une fois la descente commencée qu’on abandonne les consignes en se fiant à ses aptitudes. À ce moment-là, c’est la dynamique de l’interaction qui déclenchera au coup par coup les routines disponibles.

  • 30 Selon Agre et Chapman (1990), les routines sont des procédures appliquées par une créature agissant (...)

64Quel lien ces deux types de plan entretiennent-ils ? Pour répondre, on pourrait rapprocher la notion de plan-consigne de Suchman de la notion de routine proposée par Agre et Chapman30. Mais la notion de routine constitue une difficulté pour une approche située puisqu’elle désigne deux phénomènes contradictoires concernant l’action :

  • son caractère réactif et non réflexif, où l’agent est piloté par une perception directe des indices qui déclenchent des instructions ;

  • son caractère dynamique qui se caractérise par une intervention interprétative active de l’agent pour discriminer l’information pertinente.

65Pour Suchman, l’orientation donnée par les consignes trouve son « distanciation » par leur appariement avec un ensemble d’aptitudes ajustées à la situation en cours. Le problème est alors non tant de descendre la cascade, car finalement la chose peut se passer tant bien que mal, que de savoir comment utiliser au mieux son savoir tacite.

  • 31 On peut considérer que les routines sont alors « séquentialisées » sous forme de blocs de comportem (...)

66Lorsque les rapides auront été descendus un nombre suffisant de fois, l’orientation décidée lors de la première descente aura été modifiée en fonction des caractéristiques de la cascade. Les consignes auront alors trouvé une nouvelle « distanciation » en une « séquentialisation » de routines qui ne seront révocables que si les conditions initiales de la descente ont été modifiées. Mais si ces conditions restent stables, alors les aptitudes acquises permettront d’improviser en introduisant de nouvelles routines non encore « séquentialisées »31.

67Les consignes peuvent évoluer radicalement en se transformant en routines, sous forme d’un ancrage des aptitudes dans les situations où la dynamique des interactions, au cours des descentes successives, activerait ces routines. Mais alors l’ancrage des aptitudes dans l’environnement fait disparaître toute improvisation et l’activité n’est plus représentable que de façon prospective. La création d’un bloc de routines aboutira à une transformation du format du plan, c’est-à-dire une transformation de consignes en instructions à partir des expériences successives de la descente des rapides qui encode l’ensemble des mouvements et des actions en des blocs de routines. Si l’orientation sous forme de consignes par anticipation de la réalisation de l’activité disparaît, alors pour pouvoir réaliser la tâche, il faut déjà posséder les bonnes procédures.

68Un paradoxe de ce modèle de l’action située est de proposer un modèle de l’action sans action, donc un modèle ultra-planifié (Conein & Kirsh, 1992).

Jouer à Pengo avec Pengi : Pengi est une architecture instructionnelle

  • 32 Pengi est le nom d’un système informatique écrit en réaction à l’incapacité des systèmes de planifi (...)

69Le second exemple permet d’illustrer, par contraste avec celui de Suchman, ce qu’est une instruction. En examinant la procédure utilisée dans Pengi32, on peut évaluer la capacité de ce modèle d’architecture située à représenter l’interaction d’un agent avec son environnement immédiat. Les composants de Pengi sont définis comme une suite de routines dynamiques inscrites dans des indices perceptibles. Le but est qu’un pingouin ramasse des diamants sans se faire piquer par des abeilles, ni renverser par des blocs de glace.

70Chaque routine s’énonce comme une série d’instructions :

  • « le bloc que je vais jeter sur l’abeille est derrière moi » (donc reculer) ;

  • « il n’y a pas de bloc disponible pour frapper l’abeille » (donc continuer jusqu’à situation nouvelle) ;

  • « je suis sur le bord de l’écran » (donc tourner).

71Ces instructions sont exprimées sous une forme indexicale (égocentrée par rapport au pingouin) car elles sont réactives à certains indices de la situation. Mais elles n’en sont pas moins des instructions et non des consignes, car elles contrôlent l’exécution.

72Pourtant Agre et Chapman soutiennent qu’un tel système prend sa source dans les propositions de Suchman, et qualifient l’activité de Pengi de située : « Pengi vit dans le présent, agissant continuellement sur des circonstances immédiates. » En effet, l’itération sur les déplacements n’est en rien codée ; c’est la suite de configurations de l’environnement qui permet le déplacement du pingouin (fig. 5).

73Mais certaines observations obscurcissent ces affirmations :

    • 33 Cette perspective globale est analogue à la délibération au bord de la cascade dans l’exemple de Su (...)

    si le combat du pingouin avec une abeille peut paraître local, collecter les diamants nécessite une stratégie globale33. La formulation du problème induit une confusion entre la perspective globale du joueur et celle, locale, du pingouin ;

    • 34 Ainsi plusieurs actions peuvent être activables en même temps quand les informations venant du jeu (...)

    le processus de sélection des actions est rigide. Bien que toutes les actions soient potentiellement activables, un codage a priori inhibe de nombreuses options34.

Fig. 5. Quatre étapes pour tuer l’abeille. L’aptitude ne réside pas dans l’acte désiré mais dans une construction générale y menant. Par exemple, en ce qui concerne la figure 1, l’habileté consiste à pousser le bloc « P1 ». Mais de façon plus générale l’habileté consiste, d’une part, à construire des labyrinthes dans lesquels se perdent les abeilles et, d’autre part, à apprendre à ne pas agir dans certaines situations.

Fig. 6. Comment tuer l’abeille ? Pousser le projectile repéré par « P » est une erreur. Dans les deux cas, « P1 » empêche le pingouin de prendre « P » comme projectile : dans la figure de gauche, le pingouin ne peut se placer à droite de « P » et, dans la figure de droite, « P » n’est pas aligné avec l’abeille. Dans les deux cas, « P1 », aligné avec l’abeille, est le projectile à utiliser. Mais si l’on ne peut se placer à droite de « P1 », soit parce que « P1 » est au bord du jeu, soit parce qu’un autre cube est à sa droite, il faut soit changer de projectile, soit renoncer à tuer l’abeille malgré le danger qu’elle représente.

Les actions situées sont-elles donc sans plan ?

74La notion de plan est subtilement cachée dans Pengi : prospectivement explicatif des actions dans les situations auxquelles il peut s’appliquer, son contenu est directement instructionnel. Il s’oppose donc aux plans-consignes de Suchman où la partialité des consignes, bien qu’elle entraîne une imprécision sur les opérations, n’empêche pas que le plan soit une représentation de l’activité. Rien dans Pengi ne donne une orientation du système : toutes les actions sont données d’avance. Le déterminisme programmé est incompatible avec l’idée d’improvisation.

75Cette « séquentialisation » forcée d’actions conduit à opposer le modèle d’Agre et Chapman aux propositions de Suchman. Ainsi l’exemple de Pengi ne peut-il se présenter comme une « instanciation » de ces propositions :

  1. la prise des informations à chaque sélection d’action ne suffit pas à décider d’une action et la « séquentialisation » forcée étant rémanente à chaque cycle, les arguments sur l’absence d’états internes dans Pengi perdent leur force ;

  2. si la « séquentialisation » est forcée, l’action n’est plus située car elle n’exprime plus une prise active des informations dans l’environnement immédiat. À l’hypothèse d’une dynamique de l’activité, il est répondu par une forte prédiction de l’activité future ;

  3. le codage a priori des routines de Pengi fait disparaître les notions de consignes et d’orientation de l’activité par les buts. La mise en séquence des actions devrait n’être qu’un effet des consignes et non une donnée préconstruite. La « séquentialisation » des actions en routines nécessite en effet une qualification des buts antérieurement à la sélection des actions et donc elle ne peut être inscrite dans le système.

Conclusion

76La modification que nous suggérons quant à la façon courante de présenter les relations de la planification à l’action n’oppose plus plan-programme à plan-ressource. L’hypothèse qu’il existe une diversité des formats de planification rend la notion d’action située moins discriminante car les architectures situées permettent à la fois d’être composées d’instructions et de consignes. Cette analyse des formats de planification et des micro-processus de stabilisation de l’environnement conduit à prendre en compte des phénomènes nouveaux dans les relations entre planification, objets et environnement :

  1. Le degré de spécification d’un plan dépend du degré de stabilisation de l’environnement. On peut stabiliser l’environnement en construisant et en manipulant des artefacts. Cette action de stabilisation devient off-line bien qu’elle intervienne à l’intérieur du cours de l’action. Dans ce cas, l’interaction avec l’environnement se complique car la surface des objets devient l’environnement principal de l’agent.

  2. Les objets peuvent servir non seulement de manière de contrôler les mouvements mais aussi d’instrument pour évaluer l’action, faire des hypothèses et canaliser l’action, car lorsque l’objet joue un rôle d’indice, il n’entretient plus un lien direct avec l’exécution.

  3. Bien qu’un objet ne déclenche pas une action, il peut orienter l’attention, faciliter les contextes pour construire un plan local et sélectionner une action.

77La notion d’action située s’avère composite car elle suppose à la fois que l’agent soit réactif au niveau de l’exécution et actif au niveau de l’évaluation. Les liens de l’action aux objets ne peuvent, comme le suggèrent Mead et Gibson, se réduire à un contrôle de l’exécution. Le monde des objets n’est pas accessible uniquement à travers de la perception.

Bibliographie

Agre Philip & John Batali (1990), Collaborative Instruction Use in Furniture Assembly, manuscrit.

Agre Philip & David Chapman (1987), « Pengi : An Implementation of a Theory of Activity », Proceedings of the Sixth National Annual Conference on Artificial Intelligence, Los Altos, CA, Morgan Faufmann, p. 261-272.

Agre Philip & David Chapman (1990), « What are Plans for ? », in P. Maes (ed.), Designing Autonomous Agents, Cambridge, MA, The MIT Press, p. 17-34.

Agre Philip & Ian Horswill (1992), « Cultural Support for Improvisation », The Forteenth Annual Meeting of the Cognitive Science Society, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates, p. 363-368.

Bratman Michael (1987), Intention, Plans and Practical Reason, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Bratman Michael, Israel David & Martha Pollack (1988), « Plans and Resource-Bounded Practical Reasoning », Computational Intelligence, 4 (4), p. 349-355.

Brooks Rodney (1987), Planning Is Just a Way of Avoiding What to Do Next, MIT Lab, papier de travail 303.

Brooks Rodney (1990), « Elephants Don’t Play Chess », in P. Maes (ed.), Designing Autonomous Agents, Cambridge, MA, The MIT Press, p. 3-16.

Conein Bernard (1990), « Cognition située et coordination de l’action : la cuisine dans tous ses états », Réseaux, 43, p. 99-110.

Conein Bernard (1992), « Les actions situées sont-elles sans plans ? » Technologies, Idéologies, Pratiques, 10 (2-4), p. 353-367.

Conein Bernard & David Kirsh (1992), « Opening Questions for a Session on Dynamical Approaches to Action », Compcog II : Interdisciplinary Workshop on Compositionality in Cognition and Neural Networks, Royaumont, France, 29-30 juin.

Evans Gareth (1982), The Varieties of Reference, Oxford, Clarendon Press.

Gibson James J. (1986), The Ecological Approach to Visual Perception, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates.

Hammond Kristian J., Converse Timothy M. & Joshua W. Grass (1992), « The Stabilization of Environments », Artificial Intelligence, à paraître.

Hutchins Edwin (1990), « The Technology of Team Navigation », in J. Galegher, R. Kraut & C. Egido (eds), Intellectual Team Work, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates.

Hutchins Edwin & Brian Hazlehurst (1990), Learning in the Cultural Process, Report 9006, Cognitive Science, UCSD.

Israel David, Perry John & Syun Tutiya (1991), « Actions and Movements », Proceedings of International Joint Conference on Artificial Intelligence, Mountain View, CA, Morgan Kaufmann, p. 1060-1065.

Jackendoff Ray & Barbara Landau (1992), « Spatial Language and Spatial Cognition », in R. Jackendoff (ed.), Languages of the Mind, The ΜΓΓ Press, p. 99-124.

Kirsh David (1993), « The Intelligent Use of Space », Artificial Intelligence, à paraître.

Maes Pattie (1990), Designing Autonomous Agents : Theory and Practice from Biology to Engineering and Back, Cambridge, MA, The ΜIT Press.

Mead George Herbert (1932), « The Physical Thing », in Id., The Philosophy of the Present, Chicago, IL, University of Chicago Press, p. 119-139.

Norman Donald A. (1988), The Psychology of Everyday Things, New-York, Basic Books.

Norman Donald A. (1989), « Cognitive Artefacts », papier prepared for the Workshop on Cognitive Theory and Design in Human Computer Interaction, at Kittle House Inn, Chappagno, NY, June.

Norman Donald A. (1991), « Cognitive Artefacts », in J. Caroli (ed.), Designing Interaction : Psychology at the Human-Computer Interface, Cambridge, MA, Cambridge University Press (trad. fr. supra p. 17-34).

Recanati François (1991), « Du langage à la pensée », Sciences de la cognition. Grands colloques de prospective, Paris, MRT, p. 137-141.

Schutz Alfred (1987), Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens/Klincksieck.

Sperber Don & Deirdre Wilson (1989), La pertinence : communication et cognition, Paris, Minuit.

Suchman Lucy A. (1987), Plans and Situated Actions : the Problem of Human-machine Interaction, Cambridge, Cambridge University Press.

Suchman Lucy A. (1990), « Plans d’action », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 149-170.

Thevenot Laurent (1990), « L’action qui convient », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 39-69.

Thevenot Laurent (1993), « Formes de savoir collectif et régimes d’ajustement des actions. Limitation de la rationalité et constitution du collectif », Limites de la rationalité en constitution du collectif, Colloque de Cerisy, 5-12 juin.

Vera Alonso H. & Herbert A. Simon (1993), « Situated Action : A Symbolic Interpretation », Cognitive Science, 17 (1-6) p. 17-48.

Notes

1 Agre et Horswill (1992) cherchent à lier des types d’objets culinaires (outils, matériaux et récipients) à des propriétés computationnelles ; Hutchins et Hazlehurst (1990) soulignent que les actions se déroulent dans un monde double : le monde naturel et le monde artefactuel ; le second laisse des « résidus » qui agissent comme des stimulations.

2 Les discussions avec le groupe Cognition distribuée de l’Université de Californie à San Diego, en particulier avec Don Norman et Ed Hutchins ont été essentielles pour établir une liaison entre les deux champs. Merci à David Kirsh, Christian Heath, Laurent Thévenot pour nos conversations sur le rôle des objets et de l’environnement dans l’organisation de l’action. Cet article a aussi bénéficié des commentaires d’Isabelle Baszanger, de Nicolas Dodier, Laurent Thévenot et Francisco Cara, dont la lecture soigneuse a facilité la rédaction définitive.

3 Le vocabulaire pour désigner ces processus reste hésitant. Kirsh (1993) parle d’« arrangement de l’espace et de préparation », Norman (1991) parle de « modification de l’environnement au moyen de la création d’artefacts », Hutchins et Hazlehurst (1990) de « résidus déposés par les artefacts ».

4 Les buts principaux sont les buts que se donnent l’agent en vue d’accomplir la tâche : ils correspondent aux plans-intentions de Bratman (1987).

5 Le dispositif d’observation consiste à enregistrer des actions identiques et à représenter des trajectoires d’objets au niveau spatial à partir de la vidéo.

6 Dans ce cadre, l’information devient égocentrée : « Lorsque je parle d’une information spécifiant une position dans un espace égocentré, je ne pense pas à une information portant sur un type particulier d’espace mais à un type particulier d’information portant sur l’espace – une information dont le contenu est spécifiable dans un langage spatial égocentré. » (Evans, 1982).

7 La distinction entre contrôle de l’exécution et évaluation de l’information a été proposée par Norman (cf. supra p. 15-34).

8 Francesco Cara nous a suggéré que c’est dans la mesure où une distribution spatiale rend manifeste une distribution temporelle qu’elle est une optimisation de l’information.

9 La notion de région manipulatoire a fait l’objet d’un commentaire critique d’Alfred Schutz dans son article « Sur les réalités multiples » (Schutz, 1987).

10 Selon Agre et Horswill (1992), les matériaux par rapport aux outils et aux récipients ont des propriétés informationnelles qu’ils représentent comme un cycle d’états modifiés par l’action et sont donc de bons indicateurs des accomplissements, c’est-à-dire de plage séquentielle plus étendue que le mouvement (Israel, Perry & Tutiya, 1991).

11 Pour Norman (1991), l’évaluation porte sur un état de l’objet et non sur sa position : « Le gouffre de l’évaluation réfère à la difficulté d’interpréter l’état de l’environnement et la façon appropriée dont un artefact permet la détection et l’interprétation de cet état. »

12 Sperber et Wilson (1989) montrent comment la pertinence d’un phénomène pour un agent est liée à un traitement optimal de l’information.

13 Rodney Brooks soutient que la notion de planification est une mauvaise représentation d’un véritable problème : la segmentation des actions. Lorsqu’un agent est ancré physiquement dans un environnement, il n’a pas besoin de représentation pour agir.

14 Il s’agit d’une interprétation que nous proposons de la critique du plan par Suchman et en particulier de l’exemple de la descente des rapides. Contrairement à l’interprétation de Vera et Simon (1993), Suchman propose non une élimination du plan mais une réduction de son rôle.

15 « Nous devons distinguer entre les plans que l’agent a effectivement adoptés, […] les intentions structurées comme des plans et les plans-recettes, ou opérateurs que les agents connaissent. » (Bratman, Israel & Pollack, 1988).

16 Bratman (1987) souligne ces deux aspects de la planification : révocabilité du plan et caractère partiel.

17 Ils soulignent que « le monde doit être maintenu dans un état tel que le plan prévu soit possible ». Cette action sur l’environnement est appelée stabilisation, elle vise à rendre l’environnement moins incertain pour faciliter l’action.

18 Nous empruntons librement la notion de format représentationnel à Récanati (1991).

19 Les actions sont ancrées dans le mouvement ; une exécution est alors un type d’action qui concerne le contrôle du mouvement.

20 Francesco Cara m’a suggéré une telle définition où la consigne est traitée comme une manière d’exprimer un but.

21 Il faut tirer des anecdotes sur les « activités situées » des conclusions différentes et en particulier cesser de les utiliser pour soutenir que les activités dans un monde familier ne sont pas planifiées.

22 La pâte brisée selon Ginette Malhiot (Je sais cuisiner, Albin Michel, 1932).

23 « Pour l’usager d’un artefact, le mode de représentation du monde est la surface de l’artefact – les structures informationnelles accessibles à la personne qui l’utilise. » (Norman, 1991).

24 Mead (1932) nous semble faire la même erreur que Gibson en situant l’ajustement de l’objet à l’action au niveau du contact et de la manipulation.

25 La notion proposée par Agre et Batali (1990) d’interprétation réciproque entre un répertoire d’objets et des instructions reste ambiguë. Bien qu’elle tente de donner un statut à l’interprétation, elle réduit celle-ci à un ajustement représentation/objet, chacun complétant miraculeusement l’indétermination de l’autre.

26 Une structure artefactuelle est, pour Hutchins et Hazlehurst (1990), « une structure posée dans l’environnement par une créature ». En opposition avec les hypothèses de Gibson, ils soulignent que les artefacts ne véhiculent directement aucune information.

27 Chez Norman, l’évaluation est conçue comme une comparaison entre le résultat immédiat et les buts poursuivis.

28 Cet exemple fait aussi l’objet d’un commentaire de Vera et Simon (1993).

29 Comme le note Maes (1990), dans ce cas, « on ne peut pas dire comment un agent poursuit un but mais on doit trouver la dynamique ou le cycle interactionnel qui inclut à la fois le système et l’environnement convergeant vers un but désiré. Le processus interactionnel arrive à un état de repos (ou à une structure fixe) seulement lorsque le but est réalisé ».

30 Selon Agre et Chapman (1990), les routines sont des procédures appliquées par une créature agissant en interaction dynamique avec un environnement et, selon les auteurs, sans suivre un plan et en utilisant la perception.

31 On peut considérer que les routines sont alors « séquentialisées » sous forme de blocs de comportements (Brooks, 1991).

32 Pengi est le nom d’un système informatique écrit en réaction à l’incapacité des systèmes de planification en intelligence artificielle à rendre compte des interactions avec l’environnement. L’interaction avec le monde réel est ici celle de l’interaction d’un joueur avec un jeu vidéo. Ce jeu, Pengo, se déroule sur un échiquier où les personnages se déplacent selon les lignes et les colonnes, d’une case au maximum à chaque fois. Le joueur déplace un pingouin dans un univers composé de blocs de glace et d’abeilles se déplaçant au hasard. Les blocs de glace se poussent s’ils ne sont pas en contact avec un autre et, lorsqu’ils glissent, peuvent écraser le pingouin ou les abeilles ; un bloc de glace poussé cesse de glisser lorsqu’il entre en contact avec un autre bloc de glace. De plus, les abeilles peuvent piquer le pingouin. Le but du jeu est de collecter des diamants disséminés dans le labyrinthe de blocs de glace sans se faire écraser par un bloc de glace ni piquer par une abeille.

33 Cette perspective globale est analogue à la délibération au bord de la cascade dans l’exemple de Suchman.

34 Ainsi plusieurs actions peuvent être activables en même temps quand les informations venant du jeu ne permettent pas de choisir. Dans ce cas, les concepteurs de Pengi imposent une « séquentialité » forcée en inhibant certaines actions par rapport à d’autres. Ainsi, le déroulement du jeu est conditionné par l’identification du pingouin : tant que le pingouin n’est pas localisé toutes les actions sont inhibées… De plus, les actions s’inhibent entre elles selon les situations : ainsi faut-il inhiber l’action de pousser tant qu’on n’est pas à côté du projectile. Enfin, lorsque le pingouin arrive à côté du projectile, et qu’il y arrive d’une direction différente de celle de l’abeille, il faudra qu’il ajuste sa direction.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. État initial. Les éléments en pointillé indiquent les objets rangés au début de l’activité : le tiroir avec le couteau et la cuillère et l’armoire avec le verre doseur et le pot de farine.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2. L’espace est ici réduit au centre de l’activité.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 3. Le centre de l’activité constitue une région primaire, délimitée par les objets placés par rapport à un espace secondaire.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 4. Le lien entre le beurre et le couteau exprime un cas manifeste de construction d’indices.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 5. Quatre étapes pour tuer l’abeille. L’aptitude ne réside pas dans l’acte désiré mais dans une construction générale y menant. Par exemple, en ce qui concerne la figure 1, l’habileté consiste à pousser le bloc « P1 ». Mais de façon plus générale l’habileté consiste, d’une part, à construire des labyrinthes dans lesquels se perdent les abeilles et, d’autre part, à apprendre à ne pas agir dans certaines situations.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9885/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 6. Comment tuer l’abeille ? Pousser le projectile repéré par « P » est une erreur. Dans les deux cas, « P1 » empêche le pingouin de prendre « P » comme projectile : dans la figure de gauche, le pingouin ne peut se placer à droite de « P » et, dans la figure de droite, « P » n’est pas aligné avec l’abeille. Dans les deux cas, « P1 », aligné avec l’abeille, est le projectile à utiliser. Mais si l’on ne peut se placer à droite de « P1 », soit parce que « P1 » est au bord du jeu, soit parce qu’un autre cube est à sa droite, il faut soit changer de projectile, soit renoncer à tuer l’abeille malgré le danger qu’elle représente.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9885/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search