Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

Critiques

Événement et temps de l’histoire

Sémantique et Herméneutique chez R. Koselleck

Event and Historical Time

Ereignis und geschichtlich Zeit

Louis Quéré

Résumé

Cet article rend compte du livre de R. Koselleck, récemment traduit en français, Le futur passé. L’auteur explicite la contribution de l’historien allemand à une sémantique de l’événement, conçue d’un point de vue herméneutique.

Texte intégral

« La notion même d’événement n’a pas de place dans le monde objectif […]. Les “événements” sont découpés par un observateur fini dans la totalité spatiotemporelle du monde objectif. Mais, si je considère ce monde lui-même, il n’a qu’un seul être indivisible et qui ne change pas. Le changement suppose un certain poste où je me place et d’où je vois défiler des choses : il n’y a pas d’événements sans quelqu’un à qui ils adviennent et dont la perspective finie fonde leur individualité. Le temps suppose une vue sur le temps. » (Merleau-Ponty, 1945, p. 470)

1Sans doute peut-on, à bon droit, reprocher aux chercheurs en sciences sociales de travailler avec un concept naïf ou non critique de l’événement. C’est en effet souvent le cas. Cependant il y a d’heureuses et importantes exceptions. Dans la tradition sociologique, l’œuvre de George Herbert Mead contient des développements précieux sur la constitution de l’événement, qu’il soit « émergent » ou passé, à l’entrecroisement des dimensions temporelles de l’expérience. En histoire, les recherches de Reinhart Koselleck sur le « temps de l’histoire », esquissent une sémantique de l’événement dont les différentes sciences sociales devraient pouvoir tirer parti. C’est un ouvrage récemment traduit de cet auteur, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, qui retiendra ici notre attention.

2Nous en proposerons une lecture délibérément orientée : outre que nous l’interrogerons sous l’angle de sa contribution à une sémantique de l’événement, ce qui n’est pas son objet premier, nous le placerons dans un champ de confrontations qui n’est pas à proprement parler le sien, à savoir celui de l’évaluation critique, d’un point de vue herméneutique, de la sémantique de l’événement développée par la tradition de la philosophie analytique (pour cette dernière, nous nous référerons principalement à l’œuvre de Donald Davidson). On peut caractériser globalement la perspective de Koselleck en disant qu’elle introduit le temps, plus précisément la temporalisation, avec sa structure anthropologique et sa dimension praxéologique, comme médiation fondamentale de la constitution aussi bien d’un sens général d’événement que de l’individualité des événements particuliers. C’est donc sur la question de savoir s’il faut tenir compte du temps et de l’historicité dans une sémantique de l’événement, avec le perspectivisme radical que cela implique, que peut se nouer un débat de fond entre la perspective herméneutique et la perspective analytique.

Sémantique et Herméneutique

3Lorsque les sémanticiens de la tradition analytique s’intéressant aux événements et s’interrogent sur la meilleure façon de rendre compte de leur individuation, ils s’en tiennent volontairement à un concept « élémentaire » ou minimal d’événement (l’événement comme simple occurrence échue, donc comme « individu concret », analogue à un objet ou à un état de choses). Ils thématisent l’individualité et l’identité selon la dimension privilégiée de la « mêmeté » (quels sont les critères qui permettent d’identifier deux événements, i.e. de les considérer comme étant les mêmes ? Et, en fonction de quoi peut-on dire que deux ou plusieurs descriptions réfèrent au même événement ?). Et, ils limitent le problème de la signification de l’événement à la spécification des conditions de vérité des phrases d’action ou d’événement.

4Ce parti pris philosophique permet de procéder à des analyses extrêmement précises et rigoureuses sur le statut de l’événement dans le discours. C’est le lien de l’événement et du langage qui se trouve ainsi bien mis en lumière. Parmi ces approches sémantiques, qui sont loin d’être homogènes et compatibles entre elles, celle de Davidson se prête facilement à une confrontation avec un point de vue herméneutique. Elle a en effet l’intérêt de montrer comment le langage nous donne notre sens général d’événement : nos phrases n’ont de signification que dans la mesure où nous supposons qu’il y a des entités telles que les événements, car nombre de ces phrases ne sont vraies que s’il y a un événement qui les rend vraies. Cet événement peut être décrit et redécrit de multiples façons ; il suffit de faire varier le point de vue sous lequel il est appréhendé ; mais chacune de ces descriptions possibles référera au même événement. Soit l’exemple de Davidson : « Jones se coupa la joue dans la salle de bains samedi. » Cet énoncé n’est vrai que « si et seulement si il y a un événement qui est une coupure de sa joue par Jones, qui a eu lieu samedi, etc. », cet événement occurrence pouvant être décrit et redécrit sous l’aspect de ses circonstances, de ses modalités, de ses agents et de ses patients, etc. (Davidson, 1980).

5Incontestablement, cette approche sémantique esquisse une conception perspectiviste de l’événement. D’abord c’est au langage que nous devons notre certitude de sens commun que parmi les entités de base du monde il y a les événements, et que nous pouvons les traiter comme des individus concrets. L’événement apparaît ici relatif à la structure formelle ou logique de notre langage : c’est une entité posée par nos descriptions et nos explications habituelles, comme condition d’un sens et d’une référence. De plus, pour identifier et décrire ce type d’entité, nous disposons d’un langage spécifique, le langage des événements, distinct de celui des faits (cf. dans ce volume les articles de J. L. Petit et de R. Ogien) : contrairement aux faits, les événements sont le genre de choses qui se produisent, qui ont un début et une fin, et qui peuvent être « observés et suivis » (Vendler), ce qui suppose une perspective, une temporalisation et un regard. Enfin, l’événement qui est posé comme vérificateur de phrases, ou comme point de fixation et de limitation de descriptions, étant une occurrence indéterminée quant à ses propriétés, c’est à travers des caractérisations étayées sur une variation des points de vue et des registres de description qu’il est qualifié.

6Mais tout en introduisant ce perspectivisme linguistique, l’approche sémantique tend, sous d’autres aspects, à absolutiser l’événement : elle l’appréhende comme simple occurrence, traitant son caractère échu et son individualité comme indépendants de tout point de vue et de tout acte de perception. Ainsi peut-elle lui accorder un statut analogue à celui d’un objet discret et individué. Sous cet angle, l’individualité et l’objectivité des événements particuliers sont supposées données et stabilisées une fois pour toutes. Qu’un événement soit tel ou tel, qu’il soit appréhendé comme une réalité passée, ou qu’il ait tel ou tel sens pour une collectivité, n’est relatif ni à une perspective finie, ni à un « acte configurant » dont le langage serait partie prenante, ni aux autres dimensions du temps.

7Cette tendance à absolutiser l’événement résulte de choix méthodologiques. L’un d’eux consiste à vouloir ne rendre compte du lien entre langage et événement qu’à partir du discours qui rapporte, décrit, explique, interprète ce qui s’est passé : l’événement émergent, sa temporalité interne et la structure temporelle de son individuation s’effacent alors au profit de l’occurrence échue, référent d’un discours, traitable comme un objet aux contours bien définis. Mais elle résulte aussi des prémisses de la sémantique « analytique » en matière de théorie du langage et de la signification. C’est une approche qui, si on reprend l’analyse critique de Charles Taylor (1985), d’une part, privilégie la fonction représentative du langage aux dépens de ses fonctions d’articulation, d’ouverture, de formulation et de constitution, d’autre part, thématise le langage et sa signification du seul point de vue de l’observateur désengagé. En ce sens, on peut dire de l’approche sémantique de la philosophie analytique que, sous un certain angle, elle fait encore un usage non critique de la notion d’événement Nous verrons que, dans la perspective de Koselleck, on peut aussi qualifier cet usage de pré-moderne.

8Une autre difficulté tient au manque de pertinence directe de cette sémantique « analytique » pour ceux qui, dans les sciences sociales, s’intéressent à la constitution sociale des événements socio-historiques et aux processus de leur individuation et de leur socialisation. Car ils ont affaire à un sens d’événement qui excède celui de la simple occurrence ; seules quelques occurrences sont des événements ; et, ce n’est pas du seul fait qu’elles sont arrivées qu’elles sont des événements. Le perspectivisme sémantique, qui rend compte de l’émergence d’un sens général d’événement et des conditions d’individuation des événements particuliers à partir de la structure logique des phrases d’action ou d’événement, apparaît ici trop timide. Il demande à être élargi et articulé à une problématique qui rapporte l’événement aux structures de la temporalisation, et ancre cette dernière dans le champ pratique et dans l’histoire. Quant à l’absolutisation de l’occurrence, elle tombe sous les objections de ceux qui ont critiqué les « présuppositions ontologiques et épistémologiques » tacites de l’usage de la notion commune d’événement : « avoir-été absolu, action humaine absolument passée, altérité absolue », pour ce qui est des présuppositions ontologiques ; « singularité non répétable, contingence pratique, écart par rapport à tout modèle », pour ce qui est des présuppositions épistémologiques (Ricœur, 1983, p. 138-139).

9Il nous semble que les recherches de Koselleck dans le domaine de « la sémantique des temps historiques » développent précisément, sur une base herméneutique, le perspectivisme élargi qui fait défaut aux sémanticiens analytiques. Elles rapportent la constitution d’un sens d’événement non seulement à la structure formelle du langage, mais aussi aux structures anthropologiques de l’expérience temporelle et à des formes symboliques historiquement instituées. Elles mettent au jour l’implication du langage dans la constitution de l’événement à un niveau plus profond que celui de la représentation ou de la description. Et elles esquissent une problématique de l’individuation des événements qui place leur identité sous les auspices de la temporalisation, de l’action et de l’individualité dynamique.

10Cependant, quand Koselleck parle d’une « sémantique des temps historiques », il n’entend pas « sémantique » exactement au sens des théories sémantiques de la philosophie analytique : alors que celles-ci cherchent à élucider les propriétés du langage des événements (en tant que distinct de celui des faits), et surtout à rendre compte de la structure logique des phrases d’action et d’événement, l’historien allemand s’intéresse à la structure langagière des expériences temporelles, à la constitution d’un sens historique d’événement, à la temporalisation des concepts et à leur devenir-opératoire dans le cadre d’une histoire qui se découvre réflexive et pratique. Contrairement aux « analytiques », sa sémantique maintient un questionnement transcendantaliste (élucidation des conditions de possibilité de l’histoire, de l’événement, du temps historique, etc.) ; elle introduit, entre le langage et l’événement, des médiations d’ordre anthropologique (la structuration de l’expérience temporelle par la tension entre champ d’expérience et horizon d’attente) et d’ordre symbolique (un processus historique d’historicisation du temps et de temporalisation de l’histoire, qui se traduit dans les schèmes conceptuels qui organisent l’expérience du temps) ; et elle saisit les concepts et les catégories dans leur opérativité historique, et pas seulement dans leur fonction de représentation.

La structure sémantique des événements

11Un des problèmes posés par cette confrontation sommaire de la sémantique et de l’herméneutique concerne la façon dont le langage est impliqué dans la constitution tant d’un sens général d’événement que de l’individualité d’un événement particulier. Nous avons évoqué deux points sur lesquels la perspective herméneutique s’oppose à la perspective analytique : la participation du langage à l’individuation des événements à un niveau plus profond que celui de la mise en discours narrative, descriptive ou explicative ; l’incorporation de médiations anthropologiques et symboliques aux structures sémantiques. Avant d’en venir aux propositions de R. Koselleck sur ces deux points, il nous faut expliciter davantage la distinction qu’on peut, à nos yeux, établir entre deux niveaux d’implication du langage dans l’individuation des événements. L’arrière-plan de cette distinction est la critique herméneutique d’une conception représentationniste et « épistémologique » (au sens de Taylor) du langage, c’est-à-dire de l’idée qu’on peut séparer nettement le langage et ce qu’il représente, décrit, rapporte, etc. D’un point de vue herméneutique, une telle séparation n’apparaît pas possible, car les réalités qu’on suppose extra-linguistiques n’ont d’individualité que pour autant que le langage participe à leur discrétisation, à leur articulation et à leur identification. Cet argument est énoncé par Gadamer dans les termes suivants : « le mot appartient si intimement à la chose même qu’il ne lui est pas assigné après coup à titre de signe » (Gadamer, 1967, p. 276) ; ou encore, « venir au langage ne signifie pas recevoir une deuxième existence. L’aspect sous lequel une chose se présente fait plutôt partie de l’être propre de cette chose […]. Ce qui vient au langage n’est pas non plus préalablement donné hors du langage, mais reçoit dans la parole les traits de sa propre déterminité. » (Ibid., p. 330-331). Il revient à Taylor d’avoir complètement explicité cet argument dans le cadre d’une discussion des théories sémantiques de la philosophie anglosaxonne actuelle (Taylor, 1985). La différence entre l’approche herméneutique et le raisonnement sémantique apparaît alors la suivante : la première élargit l’opérativité du langage jusqu’à introduire dans son champ l’individuation même des actions, des événements, des objets et des personnes, en un sens que nous allons préciser. En d’autres termes, elle considère que le langage est inévitablement constitutif de l’identité de ces entités.

12Pour rendre l’argument totalement clair, de façon à pouvoir l’appliquer sans ambiguité aux événements et aux situations historiques, considérons le problème de l’identification des pratiques sociales. Pour que les gestes ou les mouvements que quelqu’un fait, ou les sons qu’il émet, comptent comme telle ou telle action déterminée (par exemple voter, rompre une négociation ou déclencher une grève), donc pour qu’ils acquièrent une individualité, nous devons les affilier à un contexte de description. Or celui-ci est constitué, pour l’essentiel, de l’imbrication d’un vocabulaire et de formes symboliques. Le vocabulaire est plus qu’un répertoire de termes et de catégories pour désigner et formuler les pratiques : il comporte des réseaux conceptuels pour structurer le champ pratique, des mots-clé pour articuler des « caractérisations de désirabilité », des séries de distinctions pour différencier les choses en fonction de leur importance, des notions pour définir des horizons de préoccupations et d’intérêts, et enfin des significations instituées pour motiver et orienter les agents. En ce sens le langage ne permet pas seulement de rendre compte des pratiques ; il leur ouvre aussi un champ, au sens où, en constituant leur individualité et leur objectivité, il permet de s’engager dans leur accomplissement. C’est en ce sens qu’on peut dire que le langage est constitutif des pratiques sociales, et cela antérieurement à leur description ou narration ; et que la formulation discursive, en tant qu’elle porte sur des occurrences déjà pratiquement individuées, dépend elle-même d’une structuration sémantique, interne, des pratiques. Mais dire cela n’implique nullement de réduire les pratiques au discours : en tant que réalités mondaines, elles ne se confondent pas avec le langage, qu’il s’agisse de langue ou de discours ; elles ont une consistance et une objectivité propres qui ne sont pas d’ordre langagier.

13Avec Koselleck – « les événements historiques et leur structure sémantique sont étroitement imbriqués » (p. 135) – nous pouvons développer le même argument pour les événements. Ceux-ci ne présentent d’individualité qu’en fonction de leur affiliation à un contexte de description linguistiquement constitué. C’est par une telle affiliation que, par exemple, l’acte de déplacer, de renverser ou de briser des pierres tombales (qui pourrait être le fait d’ouvriers d’une entreprise chargée d’agrandir ou de réorganiser un cimetière), ou d’y ajouter des inscriptions (qui pourrait être le fait d’un marbrier exécutant une commande), comptera comme un acte de profanation d’un cimetière (sur un arrière-plan de pratiques instituées et d’attentes normatives), voir comme un acte antisémite, s’il est accompli dans un cimetière israélite, ou comme une provocation politique s’il peut être imputé à des acteurs du champ politico-idéologique (nous pensons ici à l’affaire « Carpentras » du printemps 1990). Comme pour les pratiques sociales, le langage est impliqué dans l’individuation des événements à un niveau autre que celui de la narration, de la description, ou de l’explication ; à savoir, à celui de leur structuration sémantique de base, qui leur confère leur individualité et leur signification intersubjective. Certes cette structuration se fait à travers des actes de langage, des récits ou des explications par exemple ; mais cela ne justifie pas qu’on réduise un plan à l’autre.

14Une des implications de cet argument est que la réalité objective des événements est relative à la fois à une organisation de perspectives, à une activité constituante et à une communauté de pratiques et de langage. Mais ce « relativisme objectif » n’implique pas qu’on fusionne langage et réalité, ni qu’on renonce à l’objectivité ou à la vérité, ni encore qu’on efface la capacité qu’ont les occurrences effectives dans le monde de fixer, de limiter et de contraindre les descriptions (c’est un aspect que Koselleck discute longuement sous l’angle du rapport entre sources et histoire), ou de jouer un rôle dans la signification des phrases (comme vérificateurs).

15Si nous comprenons bien le projet de Koselleck, c’est sur ce niveau de la structuration sémantique – prénarrative ou prédescriptive en quelque sorte, bien qu’inévitablement insérée dans des récits ou des descriptions – des événements, des actions et des situations historiques qu’il porte. Mais ce qui intéresse l’historien allemand, ce n’est pas tant de défendre une thèse générale du genre de celle que nous venons de présenter, que de faire ressortir l’historicité de cette structuration sémantique, et de cerner le mouvement de temporalisation qui confère aux événements leur individualité dynamique.

L’opérativité historique des concepts

16En quoi une histoire des concepts peut-elle apporter autre chose qu’une contribution à l’histoire des idées, des croyances et des attitudes, ou qu’un moyen d’accès à l’esprit d’une époque ? Si les concepts n’avaient qu’une fonction de désignation et de représentation d’événements ou de situations historiques, on ne pourrait solliciter leur histoire que dans le sens d’une histoire de la langue ou d’une histoire des représentations sociales. Il en va tout autrement si on leur reconnaît une fonction constituante, un rôle de facteur de l’histoire, une opérativité du même ordre que celle que nous avons mise au jour ci-dessus pour les pratiques sociales. Ils ne permettent pas seulement de rendre compte de l’histoire, en tant que réalité indépendante. Ils servent aussi à schématiser activement le cours du monde, à articuler les situations historiques et à individuer les événements, que ce soit d’un point de vue de contemporain ou d’un point de vue d’historien. Ils permettent surtout de structurer les expériences temporelles, et ainsi, de prendre part à l’histoire, de s’engager dans l’action historique et d’y acquérir une identité d’agent. C’est en ce sens que nous comprenons l’expression de Koselleck :

Un concept n’est pas seulement l’indice des rapports qu’il saisit, il est aussi l’un de leurs facteurs. Chaque concept ouvre certains horizons, comme il en ferme d’autres, d’expériences possibles et de théorie pensables. C’est la raison pour laquelle l’histoire des concepts mène à des découvertes, qui ne se font pas dans la seule analyse empirique. (p. 110)

17Sans doute faut-il, pour comprendre ce phénomène de l’auto-articulation conceptuelle de l’histoire, avoir présentes à l’esprit les analyses que Koselleck consacre à la temporalisation de l’histoire et au devenir réflexif et pratique du concept d’histoire, ainsi que sa proposition de thématiser l’expérience historique à l’aide des méta-catégories de champ d’expérience et d’horizon d’attente. Cette idée d’auto-articulation conceptuelle souligne à la fois l’imbrication étroite de l’histoire et du langage, le rôle que joue celui-ci dans l’ouverture d’un champ pour l’action historique (les concepts « forgent des comportements » et fournissent « des schèmes de possibilités d’action et de comportements politiques »), et l’intégration de la connaissance de soi, ou de l’interprétation de soi, de l’histoire au « faire l’histoire ». Mais c’est surtout la contribution des concepts à l’organisation du réseau entrecroisé des perspectives temporelles (attente du futur, réception du passé, vécu du présent) qui retient l’attention de l’auteur. Les concepts, écrit-il, « rassemblent des expériences et focalisent des attentes » ; en tant que tels, ils « influent sur chaque situation et événement ou y réagissent » (p. 264). C’est pourquoi :

par l’analyse de concepts passés, qui dans leur énoncé peuvent bien être encore nôtres, le lecteur peut se faire une idée des espoirs et des vœux, des angoisses et des souffrances qui furent ceux des contemporains d’alors. Plus encore il saisira toute l’étendue et la limite de la force d’expression des témoignages linguistiques du passé. Il pourra évaluer le champ de l’expérience et de l’attente dans le passé, dans la mesure où celui-ci aura pu être saisi sur le mode conceptuel à l’aide de l’instrument linguistique alors existant, et articulé effectivement dans le langage des sources. (p. 264)

18D’où les concepts tirent-ils une telle opérativité pratique et historique ? Essentiellement du rôle du langage, et des structures anthropologiques et symboliques qu’il médiatise, dans la structuration de l’expérience et la constitution d’un monde. Mais, rappelle l’auteur, il ne faut pas réduire les concepts aux mots de la langue ni les considérer comme de simples outils de catégorisation. Ils sont, dit Koselleck, « des concentrés d’une multitude de significations ». Ce qui les distingue des mots, c’est leur capacité de réunir en eux « un ensemble de significations » (p. 109), ou de subsumer « la multiplicité de l’expérience historique » (p. 110). Koselleck s’arrête, par exemple, sur l’histoire du mot allemand Bund et tente de reconstituer, à travers son évolution, l’affinement conceptuel de la structure fédérale en Allemagne. Une analyse des transformations de ce terme fait partie de l’investigation détaillée du réseau de concepts à l’aide duquel une certaine forme historique d’organisation politique a pu être pensée et inscrite dans la matérialité de l’histoire.

19De cette thèse de l’opérativité pratique et historique des concepts on aurait tendance à conclure qu’il n’y a plus lieu de distinguer histoire et langage, ni de supposer une réalité socio-historique indépendante du langage dans lequel elle s’auto-articule conceptuellement. C’est un pas que Koselleck refuse de faire, à juste titre d’ailleurs : langage et histoire ne fusionnent pas. Ce n’est pas parce que le langage est impliqué dans l’expérience d’un temps historique, ou dans la production de l’histoire, que l’histoire se réduit au langage. Les événements, situations et processus historiques ont leur matérialité propre, qui n’est pas d’ordre discursif. Il reste donc toujours une tension entre situation historique et concepts :

l’histoire ne coïncide jamais parfaitement avec la façon dont le langage la saisit et l’expérience la formule, autrement dit, avec son expression orale ou écrite, mais elle n’est pas non plus totalement indépendante de ces articulations du langage. (p. 195)

20Cet argument du non-recouvrement du langage et de l’histoire est répété tout au long de l’ouvrage : l’histoire est toujours en excès ou en défaut par rapport au langage qui l’articule et la formule. Cette thèse a plusieurs dimensions sous la plume de Koselleck. Au niveau de l’histoire en train de se faire, elle souligne que l’expérience, dans son hétérogénité, ne peut pas être complètement articulée dans le discours, ni totalement subsumée sous des concepts. En ce qui concerne l’histoire passée, elle insiste sur le fait qu’« aucun récit n’est en mesure de saisir dans sa totalité ce qui a été ou ce qui est jadis advenu » (p. 264). Quant à l’histoire future, elle est incommensurable avec les attentes ou les anticipations, telles qu’elles sont formées dans le langage. Enfin Koselleck rappelle la généralisation inhérente à toute formulation discursive :

on ne peut raconter un événement, représenter une structure, décrire un processus sans que soient employées des notions historiques permettant de « saisir » le passé. Or, toute conceptualisation dépasse la singularité passée qu’il s’agit de comprendre. D n’est pas un seul événement singulier qui se laisse raconter dans des catégories d’une unicité semblable à celle que l’événement singulier peut exiger à bon droit. (p. 140)

21Maintenant, les concepts n’échappent pas eux-mêmes à l’emprise de l’histoire : leur teneur sémantique change, mais aussi leur structure temporelle. On est d’abord quelque peu surpris de s’entendre dire que « les concepts, tout comme les faits historiques qu’ils doivent articuler, ont eux-mêmes une structure temporelle » (p. 293). L’idée est que l’ensemble des significations subsumées sous un concept est organisé selon un certain entrecroisement des perspectives temporelles. Cet entrecroisement étant soumis à des variations historiques, le rapport des trois dimensions du temps peut être « orienté davantage vers le présent, le futur ou le passé » (p. 293).

22C’est ainsi qu’il y a eu, dans la modernité, une temporalisation de plus en plus forte des concepts sociaux et historiques : leur teneur sémantique s’est recomposée dans le sens d’un affaiblissement de l’orientation vers le passé au profit des attentes du futur, celles-ci étant de moins en moins dérivées des données de l’expérience ; elle a de plus en plus incorporé une expérience du mouvement, ainsi que l’idée d’un changement vers un futur ouvert, lié à l’engagement des acteurs dans l’accomplissement de l’histoire. Cette temporalisation est sensible par exemple dans la formation de concepts de mouvement, tels les concepts en-isme : démocratisme, républicanisme, libéralisme, socialisme, etc., qui « comportent des coefficients temporels de changement » (p. 293). Même les anciens concepts politiques – ceux de révolution, d’émancipation, de dictature, par exemple – ont été « happés par la temporalisation » : ils ont incorporé l’idée d’un changement permanent, orienté vers un futur ouvert. Pour Koselleck, cette temporalisation des concepts est liée à la temporalisation de l’histoire et à l’historicisation du temps- « ce n’est plus dans le temps mais par le temps que s’accomplit désormais l’histoire. Le temps se dynamise en une force inhérente à l’histoire elle-même » (p. 277) – et, au développement d’un usage moderne du langage comme facteur de changement, c’est-à-dire comme moyen de « diriger les consciences comme les comportements » (p. 294).

23Si les concepts peuvent avoir une structure temporelle ou se temporaliser, c’est en définitive parce que le langage lui-même médiatise, sémantiquement, des structures anthropologiques et des formes symboliques. C’est là une façon très herméneutique de reprendre et d’appliquer la conception humboldtienne du langage. En effet, pour l’historien allemand, l’organisation de l’expérience temporelle selon les perspectives différenciées du présent, du passé et du futur est « une donnée anthropologique préexistante ». Et c’est à la transformation des modes de réception du passé, d’expérience du présent et d’attente du futur, ainsi que de leur articulation, qu’on doit l’émergence d’un temps historique, c’est-à-dire d’un temps devenu facteur d’accomplissement de l’histoire et « force inhérente à l’histoire elle-même ». Or cette transformation se manifeste dans le langage, en particulier dans la modification de la structure temporelle des concepts. On entrevoit ici une relation de détermination réciproque entre l’historicisation de l’entrecroisement des perspectives temporelles, qui est nécessairement articulé dans le langage, et la temporalisation de la teneur sémantique des mots et des concepts.

24Une des conclusions que nous pouvons tirer de cette problématique, pour une sémantique de l’événement socio-historique, est qu’il est opportun de maintenir une distinction entre la dimension pragmatique et la dimension sémantique de la constitution langagière de l’événement La première concerne la fondation des événements sur des actes de langage : « les événements historiques n’existent pas sans les actes de langage » ; ou encore, « c’est grâce à la communication par le langage que les événements existent » (p. 263). Koselleck n’est pas très explicite sur les implications de ces affirmations ; et il n’introduit pas lui-même la distinction sémantique/pragmatique que nous proposons. Mais on peut formuler comme suit l’argument qui paraît sous-tendre ses analyses : l’événement racontable émerge de ce que Paul Ricœur appelle un « acte configurant », c’est-à-dire d’une opération de composition, qui rassemble une diversité d’éléments hétérogènes sous « une unité de sens qui se laisse raconter ». Cette composition a d’abord une dimension pragmatique : elle repose sur des actes de langage tels que des annonces et des récits, qui, pour reprendre la citation de Merleau-Ponty, découpent des événements « dans la totalité spatiotemporelle du monde objectif » et les individuent. Un des aspects importants de ce découpage est qu’il est soumis aux contraintes de la succession temporelle. Non seulement la chronologie naturelle (opposée au temps de l’histoire) est-elle « le cadre dans lequel s’assemble toute une série de données pour devenir événement » ; mais il faut aussi, rappelle Koselleck, « un minimum d’avant et d’après pour constituer l’unité de sens qui fait de quelque chose qui se passe un événement ». Une des raisons en est qu’un sens et une individualité d’événement n’émergent qu’avec la constitution d’un passé distinct depuis un présent où l’on se situe, ce passé étant appréhendé comme un individu concret, aux contours temporels bien définis (en particulier avec un début et une fin).

25Mais cette composition a aussi une dimension sémantique, qui lui est essentielle, puisqu’il n’y a d’événement que schématisé à l’aide d’une conceptualité. Cette dimension sémantique s’avère d’ailleurs double : elle concerne à la fois la constitution d’un sens d’événement (sens d’occurrence et sens de ce qui fait événement) et la configuration de l’individualité d’événements particuliers, sous un contexte de description, à l’aide d’un vocabulaire et de formes symboliques. Comme nous venons de le voir, cette dimension sémantique n’échappe pas elle-même à la temporalité : le sens d’événement est sous-tendu par une forme sociale-historique d’organisation de l’expérience temporelle ; et les concepts qui contribuent à la schématisation des événements incorporent eux-mêmes un entrecroisement, socialement et historiquement déterminé, des perspectives temporelles.

L’individualité dynamique des événements

26Un second point sur lequel l’approche de Koselleck ouvre des horizons inconnus de la sémantique « analytique » est celui de l’individuation des événements. Par individuation nous entendons la constitution d’une individualité dans ses deux principales dimensions : unité distincte, pourvue d’une identité (au sens d’une réponse généralisée et stabilisée « à toutes fins pratiques » à la question : qu’est-il arrivé ? que s’est-il passé ?) ; signification intersubjective (ce qui s’est passé, en tant qu’il est tel ou tel, revêt telle signification valant pour tous). Nous avons relevé comment, dans la tradition analytique, la problématique de l’individuation des événements est maintenue volontairement dans des limites strictes : le temps n’entre en ligne de compte qu’en tant que chronologie naturelle, définissant, avec l’espace, les coordonnées objectives stables des occurrences ; le passé y est absolutisé, et sa réalité définie hors de toute imbrication des perspectives temporelles ; et l’identité n’est thématisée que comme « mêmeté » (quand deux événements, l’un physique, l’autre mental par exemple, peuvent-ils être considérés comme étant les mêmes ?).

27La présupposition majeure de cette problématique semble être qu’en tant qu’occurrence objective dans le monde, un événement a une individualité statique et absolue, c’est-à-dire a temporelle et indépendante de toute perspective. Ce type de présupposition fait évidemment problème pour l’herméneutique, qui, comme la phénoménologie et le pragmatisme (celui de Mead en tout cas), rapporte la constitution sociale des événements à la temporalisation inhérente à l’organisation de l’expérience. Et c’est un des intérêts de l’ouvrage de Koselleck que de nous faire entrevoir les principales orientations d’une approche proprement herméneutique de l’individuation des événements (proche de celle de Ricœur sous certains aspects, elle s’en distingue profondément par d’autres). Le propre d’une telle approche est de développer une conception dynamique de l’individualité des événements, de la rapporter à une activité constituante située dans le temps, de lui reconnaître une structure temporelle et de l’ancrer dans une organisation, socialement et historiquement déterminée, de perspectives.

28Considérée du point de vue développé par Koselleck, la problématique « analytique » conserve des accents typiquement pré-modernes, au sens où son raisonnement s’appuie sur des prémisses quelque peu analogues à celles qui prévalaient avant que ne se constitue un « temps historique », ou que n’émerge le concept moderne d’histoire (comme concept réflexif et comme concept d’action). En effet, peut être dite pré-moderne une conception de l’événement qui absolutise l’occurrence et réifie son individualité, suppose une réalité statique du passé, indépendante de tout présent, et ne fait intervenir comme paramètres temporels que ceux de la succession selon la chronologie naturelle (par opposition à un temps historique). C’est une telle conception, nous apprend Koselleck, qui a prévalu tant que l’histoire a été appréhendée comme pluralité d’histoires et comme source d’enseignements (historia magistra vitae). Les événements faisaient l’objet de récits exemplifiants, portant sur des histoires particulières. On pouvait apprendre du passé parce que le présent n’en différait pas fondamentalement, et qu’on n’attendait pas un futur autre. Ce qui arrivait ne faisait que répéter ce qui s’était déjà passé. Les attentes portant sur un autre monde, rien de nouveau n’était attendu dans ce monde-ci. Dans ce cadre, l’événement n’avait ni caractère de nouveauté, ni caractère d’unicité. Il n’était qu’une occurrence réexprimant des expériences déjà faites. Il avait une identité statique. Ce qui primait c’était sa factualité d’occurrence échue. Ce privilège est attesté par l’importance donnée aux témoins directs des événements : c’est par leur entremise qu’on pouvait, pensait-on, fixer le passé récent tel qu’il avait été réellement. Car seuls ces témoins avaient eu un accès authentique à l’événement Ce « réalisme cognitif » nourrissait un souci de la représentation exacte ou de la description vraie des occurrences : il s’agissait de restituer fidèlement ce qui s’était passé, en tant que réalité individuée une fois pour toutes par les circonstances de son occurrence.

29Pour Koselleck c’est le remplacement de cette conception ancienne de l’histoire par une conception historique (l’histoire comme « singulier collectif », comme processus et progression orientés vers un futur ouvert, et comme devenir « à faire »), qui a permis à notre sens moderne d’événement de se constituer, à l’individualité des événements de se temporaliser et de se relativiser, et, par-là, de devenir dynamique. Désormais, en effet, ce qui arrive n’est pas voué à répéter ce qui s’est passé ; ce qui peut se passer dans l’avenir ne sera ni la réplique de ce qui a déjà eu lieu, ni la réalisation d’un destin fixé d’avance. Du coup, il n’est plus besoin d’une instance extra-historique pour conférer son identité à un enchaînement d’événements qu’on raconte. Le réseau entrecroisé des perspectives temporelles « historicisées » suffit. L’événement peut ainsi revêtir un caractère d’unicité et de nouveauté, « acquérir une signification structurelle », ou encore être l’indice d’un « devenir sous forme de processus » (p. 139). Mais ce sont des possibilités qui résultent d’abord d’un changement dans les médiations symboliques de l’expérience temporelle, et, plus particulièrement, de l’historicisation du temps et de l’accélération du changement :

le principe d’unicité individuelle, qui marque le concept moderne d’histoire, se rapporte d’un point de vue structurel moins à la nouveauté effective de chaque événement qui se produit, qu’à la singularité des changements inhérents à la modernité dans son ensemble. (p. 142)

30D’autre part, le point de vue du témoin direct et l’histoire du passé récent perdront leur privilège. La genèse d’un temps historique affectera une nouvelle valeur à la distance temporelle, à la situation historique et à la perspective : celles-ci cesseront d’être des obstacles à l’identification des événements et à la connaissance des situations historiques ; elles deviendront au contraire leurs conditions de possibilité. Ainsi l’individualité des événements a-t-elle été, elle aussi, happée par la temporalisation de l’histoire et l’historicisation du temps. C’est non seulement le sens d’événement, mais aussi la structure même de l’individualité de l’événement, qui ont été transformés par l’avènement d’un temps historique (il ne s’agit donc pas seulement d’un changement des représentations).

31La contribution de Koselleck à la théorie de l’individuation des événements alterne description des transformations du concept d’histoire, reconstruction des conditions de possibilité d’une histoire et de sa connaissance, reconstitution des changements qui ont affecté l’épistémologie de la science historique et histoire de concepts particuliers. Mais elle est avant tout centrée sur une analyse de l’émergence d’un temps historique, distinct du temps naturel, et d’une forme historique d’expérience temporelle qui différencie nettement, et même tend à dissocier, les dimensions du temps – la réception du passé, l’attente du futur et l’expérience du présent. Elle est guidée par l’idée générale suivante, qui reste implicite : l’individuation des événements repose, non pas sur la posture constative d’un observateur désengagé, saisissant des occurrences dont la réalité est passée, les qualifiant et les rapportant avec un souci de description vraie, mais sur la structure sémantique, beaucoup plus complexe, de l’expérience temporelle. Cette structure, qui est socialement organisée, peut être saisie sur les trois plans suivants : celui, formel ou anthropologique, de la spécification des perspectives temporelles et de l’identification de leurs modes d’articulation ; celui, historique, de l’identification des schèmes conceptuels qui organisent à un moment donné l’expérience du temps (la conception moderne de l’histoire par exemple) ; celui, métasociologique, de la description de l’activité continue de constitution d’un présent, d’un passé, et d’un futur, selon leurs modalités propres et « leurs manières d’être dissemblables », et d’entrecroisement de leurs perspectives. La conception de l’individualité événementielle qui en résulte présente trois caractéristiques essentielles : cette individualité a une structure temporelle ; elle incorpore le moment de la réception ; et elle a un enracinement pratique.

Le temps, facteur d’individuation

32Mais en quoi l’émergence d’un temps historique est-elle de nature à transformer la structure de l’individualité de l’événement (et pas seulement à modifier les schèmes de son interprétation) ? Koselleck adopte ici une position proprement phénoménologique : c’est par le temps qu’il peut y avoir individualité et ipséité ; or « le temps suppose une vue sur le temps » (Merleau-Ponty). De ce fait, l’émergence d’un temps différent, la réorganisation de « la vue sur le temps », ont nécessairement des effets sur l’individuation. Pour l’événement, cette individuation par le temps peut être élucidée sous plusieurs angles. Nous avons déjà évoqué les contraintes de la chronologie naturelle et la nécessité d’un minimum de distance temporelle (la chronologie naturelle ne suffit pas à elle seule ; elle doit être structurée par une histoire). Koselleck fait intervenir deux autres dimensions : la temporisation et la réception.

33Pour ce qui est de la première, l’idée est que l’individuation des événements est ancrée dans une activité continue de détermination du passé et du futur d’une expérience présente, et d’entrecroisement de ces perspectives. C’est ainsi que se constitue le caractère passé de l’événement. Ceci implique que l’individualité de l’événement incorpore, à titre de composante de son objectivité accomplie, une certaine composition des perspectives temporelles, médiatisée par des formes symboliques en vigueur. C’est pourquoi cette individualité n’est pas seulement relative aux coordonnées spatiotemporelles et aux circonstances d’une occurrence, ni au contexte de description qui permet de l’identifier : elle incorpore aussi une articulation déterminée de certaines expériences (réception du passé) et de certaines attentes, relatives à son objet ou à son domaine. Mais cette idée ne peut être acceptée que si l’on admet que l’interprétation ne s’applique pas seulement après coup à un événement « nu », déjà individué, mais qu’elle participe d’emblée à la constitution de son individualité (ceci est une dimension essentielle de la conception herméneutique de l’identité comme ipséité).

34Pour analyser ces phénomènes, Koselleck introduit le couple conceptuel champ d’expérience/horizon d’attente. Ce sont là, dit-il, des catégories formelles, permettant de définir les conditions de possibilité de l’histoire, celles de sa connaissance comme celles de son accomplissement. En particulier, elles lui servent à rendre compte de l’émergence d’un temps historique et à le caractériser. Ce qui spécifie l’expérience temporelle des temps modernes c’est un agencement tel de l’expérience et de l’attente que la distance entre elles ne cesse de croître, qu’une tension s’est créée entre elles et que l’horizon d’attente est de moins en moins déterminé par le champ de l’expérience.

35Le temps est facteur d’individuation en un second sens : la réception de l’événement, qui est à la fois située dans le temps et prise dans le mouvement de la temporalisation, est une composante de la constitution de son individualité. Ce qui conduit à considérer l’individuation comme un processus temporel, jamais clos une fois pour toutes. La distance temporelle et la possibilité de nouveaux points de vue sur l’événement passé, nouveaux points de vue rendus disponibles par le développement même de l’histoire, loin d’entraver la connaissance de l’événement, permettent au contraire de l’appréhender sous un jour nouveau et ainsi d’accéder à son individualité véritable (ce n’est pas seulement une affaire de découverte de sources plus fiables). C’est ce qui rend concevable une individualité dynamique de l’événement : puisque la réalité du passé est relative au présent, où s’articulent et entrent en tension champ d’expérience et horizon d’attente, que la réception du passé et les anticipations du futur sont en perpétuel mouvement, et que de nouvelles attentes peuvent toujours s’insérer rétroactivement dans des expériences et les modifier, les événements, qui sont certes survenus une fois pour toutes, et ont des coordonnées spatiotemporelles stables, ont une individualité mouvante. Ils peuvent, dit Koselleck, changer d’identité.

36Une des caractéristiques de cette thématisation de l’expérience temporelle est que l’individualité de l’événement émerge toujours dans un présent Le caractère passé de l’événement est lui-même toujours relatif à un présent. Koselleck est assez proche ici de la perspective esquissée dans les années 1920 par G. H. Mead, pour qui le présent « est le siège de la réalité ». Lorsqu’il rappelle que l’expérience s’accomplit dans le présent, de même d’ailleurs que l’attente, qui « tend à ce qui n’est pas encore », il reconnaît le privilège du présent, qui va de pair avec celui de la situation, du sujet et de l’expérience : « l’histoire du futur et l’histoire du passé […] sont conditionnées par les désirs et les projets comme par les problèmes que pose l’aujourd’hui » (p. 167).

37Cela vaut aussi pour la connaissance de l’histoire : « l’articulation temporelle de l’histoire dépend du point de vue du sujet, de la position qu’il y occupe. » (p. 168). Peut-être faut-il cependant souligner que ce perspectivisme radical ne signifie pas un subjectivisme : l’individualité des événements serait éclatée en fonction de la multiplicité des points de vue sous lesquels ils sont appréhendés, si elle n’était relative qu’à des perceptions individuelles. Ce n’est pas un tel perspectivisme individuel qui est à l’œuvre chez Koselleck. Certes, champ d’expérience et horizon d’attente ont-ils toujours une connotation individuelle. Mais cette individualisation des perceptions et des significations est nécessairement précédée par une appréhension intersubjective. Ce sont des expériences et des attentes qui sont d’abord le fait de collectifs, qui se sont formées dans des communautés de pratiques et de communication, et qui sont des créations historiques qui excèdent (mais fondent) les possibilités signifiantes des individus.

38Tout ceci a des conséquences épistémologiques importantes, tant sur le plan de la conception de la nature du passé que sur celui de la méthode historique. Les chapitres que Koselleck consacre à la description de l’émergence du perspectivisme en histoire (sous l’influence de théoriciens comme Chladenius par exemple), ses développements sur la compatibilité de l’objectivité et de la partialité, ou encore sa réflexion sur la tension entre sources et histoire (« une histoire n’est jamais identique à la source qui témoigne de cette histoire »), sont particulièrement précieux pour les chercheurs en sciences sociales. Retenons un aspect qui nous paraît essentiel. Il concerne le caractère hypothétique de la réalité du passé. Ici aussi, Koselleck est proche de Mead, qui considérait le passé comme aussi hypothétique que le futur. L’idée est que, du fait que le passé se découvre depuis un présent, et qu’il est saisi à l’aide d’une conceptualité historique, sa « réalité en soi » échappe inévitablement dans sa factualité. L’événement « établi ex post » ne peut pas coïncider avec ce qui s’est réellement passé. Sa factualité a un caractère fictionnel : elle est relative à une schématisation et à la composition d’une histoire. C’est pourquoi « tout événement établi et présenté historiquement vit de la fiction de sa facticité » (p. 140). Si bien que « l’histoire ne restitue pas une réalité passée mais donne la fiction des faits passés » (p. 250). C’est bien parce que la fiction est nécessaire que la « réalité » passée des événements racontés a un caractère hypothétique.

  • 1 Avec mes remerciements à Werner Ackermann pour ses suggestions.

39Qu’en est-il enfin de l’enracinement pratique de l’individuation des événements ? C’est sur ce point que la réflexion de Koselleck nous semble manifester à son tour une absolutisation équivalente à celle que nous avons reprochée à la sémantique « analytique ». Mais elle porte cette fois-ci sur l’expérience temporelle. En effet l’activité de temporalisation, et d’entrecroisement des expériences et des attentes, apparaît comme suspendue dans le vide, sans doute parce qu’elle est considérée comme une réalité autonome. C’est peut-être la rançon d’une démarche transcendantaliste, qui se focalise sur la reconstitution des conditions de possibilité de l’histoire et d’un temps historique. Or, il y a tout lieu de penser, avec Mead, mais aussi avec Ricœur, que c’est dans l’organisation continue du champ pratique que s’enracine cette activité de temporalisation. Certes, Koselleck souligne le devenir pratique du concept d’histoire, et donc l’incorporation d’une perspective d’action dans le temps historique : « l’histoire s’est transformée en un concept d’action » (p. 237). C’est par le biais de cette dimension praxéologique de la temporalisation que l’individualité de l’événement acquiert, chez lui, une dimension pratique. Mais ce qui reste en quelque sorte premier c’est l’expérience temporelle, isolée de l’ensemble de l’expérience et abstraite du champ pratique. Peut-être pourrait-on éviter ce type d’absolutisation en thématisant l’individuation des événements non seulement dans le cadre d’une théorie de la connaissance historique mais aussi dans celui d’une théorie de l’action.1

Bibliographie

Davidson Donald (1980), Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press.

Gadamer Hans-Georg (1976), Vérité et méthode, Paris, Le Seuil.

Koselleck Reinhart (1990), Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS.

Mead George Herbert (1932), The Philosophy of the Present, La Salle, Ill. The Open Court Publ. Company.

Merleau-Ponty Maurice (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Ricœur Paul (1983), Temps et récit I, Paris, Le Seuil.

Taylor Charles (1985), « Theories of Meaning », in Id., Philosophical Papers, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Avec mes remerciements à Werner Ackermann pour ses suggestions.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search