Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

Critiques

Oublier l’événement ?

Le fait contre l’événement chez J. Bennett

To Forget the Event?

Das Ereignis vergessen ?

Jean-Luc Petit

Résumé

L’auteur rend compte de l’ouvrage de J. Bennett, Events and their Names, qui prend le contrepied des démarches qui ont introduit le concept d’événement pour résoudre un certain nombre de problèmes de la théorie sémantique.

Texte intégral

1Cet ouvrage de Jonathan Bennett, actuellement professeur à l’Université Syracuse de New-York, après avoir longtemps exercé à Cambridge, manifeste la tendance de la philosophie analytique récente à se détourner d’une pure lexicographie, que l’auteur n’hésite pas à dénoncer comme superficielle, pour s’orienter vers une ontologie plus fondamentale. S’installant, d’emblée, dans une certaine continuité avec la tradition métaphysique précritique (d’Aristote jusqu’à Leibniz), l’auteur ne se pose pas la question de savoir si pareille réhabilitation est réalisable, ou seulement opportune. Au moins, ses préférences vont-elles à une métaphysique qui serait revenue de l’orgueil à la modestie : insatisfait des constructions spéculatives paradoxales (ce qui l’amène à rejeter toutes les doctrines analytiques existantes), il prétend se guider sur nos intuitions concernant les objets du monde physique, dans la pensée commune et le discours quotidien. Mais, là non plus, il ne questionne pas le critère de sa distinction entre intuition naturelle et paradoxe artificiel.

2Events and their Names est l’expression d’une critique radicale de la théorie des événements de Donald Davidson, dont la formulation classique est dans Essays on Actions and Events, de 1980. L’auteur préconise d’affaiblir sinon de rompre, la connexion affirmée par Davidson, et d’autres, entre la structure sémantique du langage naturel et l’ontologie implicite du locuteur. Il met en doute la réalité de la psychologie de la pensée humaine suggérée à Davidson par cette structure. Il retire de l’ontologie fondamentale le concept d’événement, défini comme accident individuel, instanciation datée et localisée d’une propriété par une chose, et ramène ce concept au statut d’entité supervenante, c’est-à-dire ontologiquement dépendante, par rapport aux substances et à leurs propriétés. Analyse rigoureusement déflationniste, qui assigne au mode d’expression en termes d’événements un rôle de suppléance pour un autre mode d’expression, doté, celui-là, d’une pleine capacité informative et d’une force référentielle entière : le langage des faits. La thèse de l’auteur est que les événements ne constituent pas une catégorique ontologique originale, parce qu’ils ne sont rien d’autre que des faits, ceux pour lesquels nous disposons d’un procédé de dénomination sommaire qui nous dispense d’en exprimer le détail en une phrase complètement circonstanciée.

3L’auteur emprunte à Zeno Vendler (1967) la distinction entre deux types de nominalisation : les nominaux imparfaits (gérondifs), qui conservent les propriétés syntaxiques et sémantiques des verbes ; les nominaux parfaits, qui perdent ces propriétés en devenant de simples noms. Ainsi, les noms d’événements résultent-ils d’une sorte de dégénérescence des verbes correspondants (« … explose… » --> « une explosion » ; « s’effondre… » --> « un effondrement » ; « arrive… » --> « une arrivée »). De là, une certaine déperdition d’information, une sous-détermination sémantique, que l’auteur estime constitutives de notre concept d’événement ; elles motivent son plaidoyer contre le programme de Davidson qui incite à généraliser l’emploi du langage des événements en philosophie (théorie de l’action, théorie de l’esprit, épistémologie, éthique). En nommant le fait que X arrive dans telles et telles circonstances, « l’arrivée de X », on sélectionne ce fait grâce à une description approximative, qui n’en retient qu’un contenu appauvri, à l’exclusion de toutes les propriétés relationnelles qui lui confèrent sa richesse. L’explication en termes d’événements est toujours prélevée sur une explication en termes de faits et de causalité factuelle, éventuellement indisponible, mais seule réellement satisfaisante.

4À l’appui de cette entreprise de dépréciation de l’événement en tant que concept philosophique, l’auteur suggère une solution non-événementielle à plusieurs problèmes qui, d’après Davidson et d’autres, nécessitent une théorie des événements. D’abord, tout en se gardant de disputer la cohérence logique de la représentation formelle de l’implication avec modification adverbiale (« Il entra brusquement » --> « il entra ») chez Davidson, il montre qu’on peut la réinterpréter de façon à se dispenser d’un domaine d’événements pour la paraphrase quantificationnelle des phrases d’action (p. 173). Soulignant que l’analyse par Davidson de la locution faire NE2 (une fin) en faisant NE1 (un moyen) s’aligne sur celle d’Elisabeth Anscombe, qui veut que NE1 et NE2 réfèrent à un seul et même événement, l’auteur juge plus naturel de supposer que NE1 et NE2 réfèrent à des instances de propriétés différentes, qui se réalisent, éventuellement, dans la même zone spatio-temporelle (p. 199). Enfin, il prétend que le jugement éthique ne repose pas sur un événement, mais sur le fait que l’agent s’est conduit d’une certaine façon, plutôt que d’une autre, et sur les conséquences de cette conduite. Qu’on puisse, par ailleurs, attribuer à cet agent un événement davidsonien comme « action » et comme « cause », n’est, à son avis, qu’affaire de préférence verbale sans pertinence éthique (p. 141).

5Cette entreprise est inédite en ceci qu’elle prend le contre-pied de la démarche philosophique habituelle : elle ne cherche pas à faire reconnaître l’importance du concept auquel elle s’applique, mais au contraire à le dévaloriser. Malheureusement, la raison d’être de cet exercice de sabordage volontaire est, en définitive, rien moins qu’évidente. La seule nécessité de se démarquer par rapport à la doctrine dominante, celle de Davidson, en adoptant une ligne franchement anti-événementialiste, ne saurait avoir de sens hors du périmètre de la philosophie analytique.

6Sa motivation est-elle donc épistémologique ? La pratique actuelle de la science, qui privilégie la recherche empirique de laboratoire, en collaboration avec la recherche industrielle, par rapport au projet d’unification sémantique des concepts, témoigne, contre l’auteur, que l’analyse des événements n’est pas prête de céder la place à la description homogène et uniforme des faits, exclusivement en termes de propriétés générales des substances physiques. Par exemple, de quoi s’occupe-t-on en métallurgie mécanique ? De la résistance des matériaux, « propriété » qui désigne en fait une foule d’événements, que des affaires récentes ont montré l’importance cruciale dans l’industrie aéronautique, nucléaire ou pétrolière : choc thermique, variation locale de pression, déformation continue, naissance d’une fissure, propagation de cette fissure, rupture brutale, explosion, etc. Comme l’a bien vu Davidson (1970), pour l’essentiel, notre science, comme notre activité pratique, est hétéronomique, c’est à dire, qu’il est exceptionnel que nous puissions préciser nos généralisations sommaires initiales, sans avoir à changer de vocabulaire : en l’occurrence, sans avoir à passer du vocabulaire des événements à celui des faits, et vice-versa.

7L’auteur serait-il plutôt motivé par l’éthique ? Sa métaphore, si évocatrice, d’« une bulle propulsée à la surface de notre langage par des pressions morales sous-jacentes », ainsi que sa distinction entre les verbes à charge éthique et les autres, inciteraient à le penser (p. 221). Et l’on pourrait vouloir s’enquérir de l’éventuelle contribution à une éthique (fût-ce une éthique analytique) de sa critique de la conception davidsonienne de l’action comme événement, en la comparant à celle de Paul Ricœur, dans Soi-même comme un autre (1990). Toutefois, lorsque Ricœur reproche à Davidson d’avoir occulté l’attribution de l’action à l’agent, il s’oriente sans ambiguïté vers une éthique de la responsabilité. En revanche, il n’y a plus de responsabilité si l’on accorde à l’auteur que la question éthique traditionnelle : « l’agent a-t-il causé la catastrophe par une action (ou par une omission) ? » se pose uniquement parce que « les philosophes de l’éthique sont encore enfermés dans le brouillard des événements », et qu’à l’heure de leur émancipation « à l’air pur des faits » (p. 140), elle aura cessé d’être une question.

8L’éthique, privée des actions, sera-t-elle autre chose qu’une stérile formalisation du syllogisme pratique de l’agent rationnel ? L’épistémologie, mise au régime des faits, sans le sel des événements, aura-t-elle l’énergie nécessaire pour remonter la pente logico-positiviste ? Tel est le dilemme pour le philosophe analytique, lorsqu’il veut se dépouiller du privilège de l’irresponsabilité ontologique, que son confinement dans l’analyse du langage lui a garanti jusqu’à présent.

Bibliographie

Bennet Jonathan (1988), Events and their Names, Oxford, Oxford University Press.

Davidson Donald (1970), « Mental Events », in Davidson, 1980.

Davidson Donald (1980), Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press.

Ricœur Paul (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil.

Vendler Zeno (1967), Linguistics in Philosophy, New Yok, Cornell University Press.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search