Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

II. Les structures formelles

Adverbes, événements et structure sémantique

Adverbs, Events and Semantic Structure

Adverbien, Ereignisse und semantische Struktur

Pascal Engel

Résumé

Au traitement des adverbes comme prédicats d’événements par la sémantique classique (Davidson), d’autres auteurs ont préféré un traitement comme modificateurs de prédicats, dans une sémantique intensionnelle qui se veut plus fidèle à l’intuition grammaticale. L’équivalence de toutes ces théories au point de vue de leurs capacités descriptives tend à montrer que la structure sémantique du langage ne privilégie pas une ontologie d’événements, et donc que cette option implique un engagement métaphysique.

Texte intégral

1Selon la célèbre analyse des phrases d’action et des modifications adverbiales de Davidson (1967), ces phrases comportent une quantification implicite sur des événements particuliers, et les verbes d’action, de même que les adverbes, peuvent être traités comme des prédicats prenant une place d’argument spécifique pour de tels événements. Ainsi, une phrase telle que « Brutus frappa César au Sénat » doit se comprendre comme :

  • 1 À lire : Il existe un événement e, cet événement est de frapper César par Brutus, et cet événement (...)

(1) (E e) (Frappa (Brutus, César, e) & au Sénat (e))1

2L’une des caractéristiques de ces phrases adverbiales est qu’on peut en inférer, par détachement de l’adverbe « au Sénat », la phrase d’action sans adverbe « Brutus frappa César », c’est-à-dire, selon la paraphrase précédente :

(2) (E e) (Frappa (Brutus, César, e))

3On valide aisément l’inférence de (1) à (2) comme une instance de l’inférence, usuelle en logique du premier ordre, de la forme :

(E x) (P x & G x) = > (E x) P x

4L’analyse de Davidson comporte les trois traits suivants, bien connus. En premier lieu, elle suppose qu’il existe une « forme logique », sous-jacente aux phrases du langage naturel, contenant des verbes d’action et des modificateurs adverbiaux. Cette forme logique est celle de la logique usuelle des prédicats. En second lieu, cette analyse s’inscrit dans le cadre d’une certaine conception de la forme d’une théorie sémantique pour le langage naturel, selon laquelle une telle théorie doit produire des théorèmes de la forme tarskienne « s est vrai si, et seulement si p ». En troisième lieu, du point de vue ontologique, elle suppose que les phrases d’action et leurs modifications adverbiales désignent implicitement des événements, qui sont des entités particulières, substantielles et irrépétables.

5On peut se demander quels sont les liens entre ces traits sémantiques et cette caractéristique ontologique de l’analyse de Davidson. Sont-ils nécessaires ? Peut-on, par exemple, donner une analyse en termes de « forme logique » sans adopter les réquisits « tarskiens » d’une théorie sémantique ? Peut-on accepter cette analyse sémantique sans souscrire à une ontologie d’événements singuliers ? Ce sont des questions que l’on peut se poser indépendamment de celle de savoir si l’analyse de Davidson est elle-même correcte. Mon propos, dans cet article, n’est donc pas tant de chercher à évaluer, sémantiquement et ontologiquement, l’analyse de Davidson, que de la comparer à d’autres analyses, qui partagent avec elle tel ou tel trait, ontologique, ou sémantique. Le but de l’exercice est de savoir si les conditions générales que Davidson impose à une théorie sémantique entraînent nécessairement l’adoption d’une ontologie d’événements. Je comparerai successivement, pour cela, l’analyse de Davidson à plusieurs de ses rivales qui adoptent un cadre sémantique différent, et souvent une ontologie différente : celle de Cresswell, celle de Barry Taylor, celle de Barwise et Perry.

Problèmes de l’analyse de Davidson

6L’analyse de Davidson va à l’encontre de nos intuitions grammaticales usuelles, selon lesquelles les adverbes sont des adverbes, modifiant des verbes. Les adverbes, que nous avons normalement l’habitude de considérer comme des modificateurs de prédicats, sont considérés comme des prédicats d’événements. Mais la solution davidsonienne n’aura notre préférence que s’il est établi que l’analyse usuelle est radicalement défectueuse. Par exemple, la grammaire usuelle nous suggère que frapper violemment est un prédicat complexe, formé par application de l’adverbe violemment au verbe. Si nous disons que (3) Brutus frappa violemment César avec un poignard, avec un poignard modifie frapper violemment. Si nous représentons chacun de ces adverbes comme des modificateurs de prédicat à n places, respectivement, par V0, W1, nous traduirons, respectivement :

(3) Brutus frappa César violemment : V » Frappa (Brutus, César)
(4) Brutus frappa César violemment avec un poignard :
(E
x) (poignard (x) & W1 (x) V0 Frappa (Brutus, César))

7Le problème sera alors de déterminer les principes logiques nous permettant de rendre valide l’inférence de (4) à (3) (c’est le problème de la « polyadicité variable » de Kenny, 1963).

8Mais pouvons-nous inclure, cette fois, ce traitement syntaxique des adverbes dans une sémantique extensionnelle comme celle de Tarski ? En principe oui. Il suffit d’ajouter à une théorie de la vérité un axiome spécifique pour des modificateurs de prédicats. Par exemple, pour violemment, modifiant frapper (pris comme verbe intransitif), l’axiome serait :

(x) (x satisfait (V0F) si et seulement si x est violemment un satisfacteur de F)

9Nous supposons que le modificateur violemment survient ici en position extensionnelle. Mais ceci implique que tout prédicat coextensionnel avec F, doit être modifié par violemment. Par exemple, supposons que Brutus frappe si, et seulement si, il sourit. En ce cas, que Brutus frappe violemment impliquera que Brutus sourit violemment. En principe, l’analyse davidsonienne évite cette difficulté, puisque sourire sera supposé recouvrir une quantification sur un événement différent de celui de frapper. Mais elle n’évite cette difficulté que si l’on a un moyen de distinguer nettement l’événement du sourire de celui du frapper, et il est notoire que l’analyse davidsonienne rencontre des difficultés à propos de l’individuation des événements.

10La solution consiste à traiter les adverbes comme des modificateurs intensionnels de prédicats, permettant seulement la substitution salva veritate de prédicats nécessairement coextensifs. La manière la plus usuelle de réaliser cela est d’introduire, dans le métalangage de notre théorie de la vérité, l’expression de cette nécessité, en termes de la vérité d’une phrase dans tous les mondes possibles. En ce cas, l’inférence ci-dessus ne sera correcte que si notre théorie contient le postulat :

(w)(E x)(x frappe dans w si et seulement si x sourit dans w),

11qui spécifie que l’extension de frappe est celle de sourit dans tous les mondes possibles. Cette seconde approche semble d’autant plus nécessaire que l’analyse de Davidson exclut la classe des adverbes modifiant des phrases, comme nécessairement, intentionnellement, etc., qui sont notoirement des adverbes intensionnels. Si nous pouvons trouver un traitement unifié de ces deux types d’adverbes, nous pouvons donc penser qu’il aura plus de portée que celui de Davidson.

Analyse catégorielle de Cresswell

12Ce traitement rival existe. C’est celui qui a été proposé par des auteurs comme R. Montague (1974), M. Cresswell (1986), R. Clark (1968) et T. Parsons (1972), par exemple. Il consiste à incorporer le fragment de langue naturelle contenant les verbes d’action et les adverbes dans un langage logique plus complexe que la logique du premier ordre, et à doter ce langage d’une sémantique intensionnelle fondée sur la théorie des modèles. À partir de ces principes, les détails de ces divers traitements varient. Celui de Cresswell (1986) a l’avantage de s’adresser directement aux problèmes qui nous concernent ici.

  • 1 Un langage catégoriel code les expressions du langage naturel à l’aide de certaines structures form (...)

13Le langage logique de Cresswell est, comme ceux de Montague, intensionnel d’ordre supérieur. C’est un langage lambda-catégoriel1, qui reçoit une sémantique en termes de théorie des modèles. Je ne peux ici le présenter en détail.

14Cette sémantique est vériconditionnelle : elle assigne à chaque expression une forme logique dans le langage lambda-catégoriel ; elle est conforme au principe fregéen de compositionnalité. Sa différence essentielle avec la sémantique de Davidson est qu’elle a un langage-objet intensionnel, et un métalangage intensionnel, qui définit la vérité et la référence des expressions relativement à des modèles et à des mondes. Le fait que de telles sémantiques ne soient pas des théories de la vérité homophoniques et absolues les rend incompatibles avec le projet de Davidson. Mais c’est précisément cette différence qui nous intéresse, car, à celle-ci près, la procédure de Cresswell est exactement la même que celle de Davidson, celle d’une sémantique par procuration : appliquée à une langue naturelle, elle consiste à paraphraser ses phrases dans une langue lambda-catégorielle, supposée révéler les relations logiques et la structure sémantique de ces phrases. Voyons comment c’est possible sur notre fragment adverbial.

  • 2 Qu’on peut lire : l’adverbe nécessairement modifie la phrase enchâssée attribuant au syntagme nomin (...)

15Une logique et une sémantique intensionnelle sont particulièrement adaptées aux adverbes de phrases, qu’elles traitent, comme étant de catégorie < 0,0 >, c’est-à-dire comme des connecteurs à une place. On assigne donc à une phrase, comme Jean gagne nécessairement, la structure logique suivante2, en langage catégoriel (si Jean est une expression nominale de catégorie < 0, < 0,1 >>, et gagne un prédicat de catégorie < 0,1 >, :

<< Jean, < h, x < gagne, x >>>, nécessairement >

  • 3 Lire : A Brutus est attribué le prédicat d’être un x, tel que l’adverbe violemment modifie l’attrib (...)

16Mais tous les adverbes ne sont pas de catégorie < 0,0 >. Selon l’analyse ci-dessus, la plupart sont des modificateurs de prédicats. Un adverbe comme violemment, dans Brutus frappa violemment, sera de catégorie << 0,1 >, < 0,1 >> ; d’autres seront de catégorie << 0,11 >, < 0,11 >>, et ainsi de suite. Ainsi cette phrase sera traduite3 :

< Brutus, << h, x, << h, y < frappe, x, y >>, César >>, violemment >>

17Ceci ne nous dit pas comment interpréter sémantiquement des phrases qui ont cette forme logique, ni n’explique en quoi Brutus frappa César violemment implique que Brutus frappa César. Dans la forme logique en langage lambda-catégoriel n’apparaît aucun principe (comparable à celui de la conjonction & dans la forme logique davidsonienne), qui nous permette de rendre compte de ces inférences, à partir de la seule syntaxe du langage canonique. La solution qu’adoptent, donc, la plupart des auteurs, dans la tradition de la sémantique intensionaliste, est d’ajouter à la sémantique un ensemble de postulats de signification, permettant de justifier les inférences par détachement d’adverbes, selon la catégorie d’adverbes concernée. (Rappelons que ces inférences ne valent pas pour nombre d’adverbes comme soidisant ou prétendument, et qu’il n’y a donc aucune raison prévalente pour considérer que ces inférences par détachement sont caractéristiques de tous les modificateurs). Pourquoi, selon Cresswell, Brutus frappa César violemment implique-t-il Brutus frappa César ? Parce que l’ensemble des mondes possibles assignés à la première phrase est un sous-ensemble de l’ensemble des mondes assignés à la seconde, c’est-à-dire parce que tous les mondes dans lesquels Brutus frappe César violemment sont aussi des mondes dans lesquels Brutus frappe César (mais pas inversement). Chaque prédicat « crée » son ensemble de mondes possibles, et les mondes possibles sont simplement les entités que la fonction de signification, associée à chaque expression, associe aux valeurs de vérité des phrases contenant ces expressions. Il n’y a aucune raison a priori, selon Creswell, pour laquelle, dans une langue naturelle, des implications comme celle qui se fait par détachement d’adverbes, ou d’autres sortes d’implications, pourraient être systématisées en termes de la forme logique, c’est-à-dire de la validité structurale formelle. Il n’y a donc pas, pour Cresswell, de « logique des modificateurs adverbiaux », au sens où il y aurait un domaine de discours indépendant du sens des mots.

18En principe, par conséquent, le traitement qui fait des adverbes des modificateurs de prédicats ou de phrases, ne nous oblige en rien à reconnaître dans des verbes d’action particuliers, comme court, marche, ou frappe, des places implicites pour des entités telles que des événements. Ce traitement est même supposé rester neutre sur les entités qui sont associées à ces prédicats. Il se révèle donc très différent de celui de Davidson : il est vériconditionnel, mais adopte un métalangage intensionnel et une théorie de la vérité relative à des modèles et à des mondes ; il paraphrase le langage-objet dans une langue canonique, mais n’inclut aucun principe pour donner la forme logique des expressions adverbiales ; enfin il n’inclut pas, prima facie, une ontologie d’événements.

19Pourtant, il peut inclure aussi une telle ontologie, et c’est ce que propose Cresswell. Il soutient que l’on peut donner à tout verbe d’action une référence à un événement. La clause sémantique qui correspond à un verbe comme frappe sera telle que frappe détermine une classe de mondes possibles, tels que si b frappe c dans ces mondes, il y a un événement a correspondant. Mais Cresswell ne propose pas qu’on représente ces événements par des variables quantifiées comme le fait Davidson. Il propose qu’on les représente par des opérateurs assenant l’occurrence de l’événement correspondant à la proposition donnée. Cet opérateur d’occurrence, occ est un foncteur de catégorie < 0,< 0,1 >>, et nous pouvons traduire (3) en langage-lambda :

<< Brutus < h, x << h, y, < frappe, x, y, >> César >>, violemment >>, occ >

  • 4 Lire : À Sébastien est attribué le prédicat complexe d’événement, d’être un se promena, d’être dans(...)

20Il reste à voir comment la sémantique de Cresswell peut analyser les modificateurs prépositionnels comme dans la cuisine ou avec un poignard. Les prépositions différent des autres adverbes, en ceci qu’elles forment des modificateurs de prédicats à partir de noms. Dans des phrases comme Sébastien se promena dans les rues de Bologne on peut construire se promena comme un prédicat de catégorie < 0,11 >. La préposition dans sera de catégorie <<<< 0,1 >, < 0,1 >>,1 >, et on peut traduire4 :

< Sébastien, < h, z, <<< h, x, < h, y, < se promena, x, y >>>, < dans, z >,< occ >>, les rues de Bologne >>>

21et donner à dans la clause sémantique correspondante. Mais, selon Cresswell, ce traitement n’est pas uniforme pour toutes les prépositions. Il donne pour chaque modificateur des règles spécifiques. L’effet de cette analyse est d’incorporer l’analyse en termes de quantification sur des événements dans l’analyse en termes de modificateurs intensionnels. En principe, c’est ce qu’est supposé faire le foncteur occ, qui, combiné avec la lambda-abstraction, joue un rôle similaire à la quantification sur les événements dans l’analyse davidsonienne. On devrait donc en conclure que la condition ontologique qui va avec cette dernière, la quantification sur des événements et la reconnaissance de ceux-ci comme catégorie distinctive d’entités, n’est pas propre à la sémantique vériconditionnelle extensionnelle, et donc que Davidson ne peut pas se prévaloir de cette conséquence ontologique de son analyse, puisqu’elle est compatible avec des options distinctes de la sienne sur la forme logique.

22Pourtant, on peut se demander si cette conclusion n’est pas trop hâtive. Comme on l’a vu, la forme logique des phrases adverbiales en termes de modificateurs de prédicats est supposée neutre quant au statut des entités qu’on peut postuler dans la sémantique. En ce sens, le foncteur occ de Cresswell pourrait aussi bien désigner un état, ou un fait, ou un état de choses, plutôt qu’un événement individuel. Ceci est confirmé par la plupart des auteurs qui adoptent l’analyse en termes de modificateurs de prédicats. Comme le dit R. Clark, « que nous prenions, ou non, les prédicats (d’action) essentiellement comme comportant des places d’événements… nous ne sommes pas forcés de le faire par des considérations purement logiques. Notre métaphysique doit trouver son propre chemin ». Mais est-ce bien le cas ? Revenons à la difficulté, énoncée ci-dessus, au sujet des modificateurs extensionnels, difficulté qui semble favoriser l’option des modificateurs intensionnels. Elle tient à ceci, que, par exemple, si Jean fume lentement, et si Jean fume en conduisant, il ne s’ensuit pas que Jean conduise lentement. Supposons, avec Davies (1991), que nous stipulions qu’une séquence de sourire soit un schsourire si, et seulement si, il est accompagné de l’action de disparaître (un schsourire est un sourire donné en disparaissant), et qu’une disparition compte comme schdisparition si, et seulement si, elle est accompagnée d’un sourire (une schdisparition est une disparition en souriant). Il devient, ainsi, vrai que :

Nécessairement (x)(y)(t)(x schsourit à y en t si et seulement si x schdisparait aux yeux de y en t).

23Supposons, maintenant, que le chat du Cheschire disparaisse aux yeux d’Alice rapidement, tout en lui souriant. Alors Le chat du Cheshire schdisparut aux yeux d’Alice rapidement est vrai, alors que Le chat du Cheschire schsourit à Alice rapidement est faux (le chat peut avoir disparu rapidement tout en souriant lentement). Même quand l’adverbe est un modificateur intensionnel, il n’a pas les propriétés de substitution nécessaires. On peut répondre que cet exemple présuppose l’ontologie des événements qui est en question, puisqu’il stipule que c’est l’événement de la disparition qui compte comme une schdisparition. Mais le but de l’analyse en termes de modificateurs de prédicats n’est pas de se dispenser de l’ontologie des événements. Son but est d’assigner, via une forme logique correcte, mais non davidsonienne, les conditions de vérité correctes des phrases adverbiales. Le problème qui vient d’être soulevé montre que les adverbes, comme modificateurs de prédicats intensionnels, ne permettent pas de déterminer toutes les conditions de vérité. Au contraire, si, dans l’exemple en question, nous disons qu’il y a eu un événement qui est un sourire, et un événement qui est une disparition, nous pouvons dire que l’un fut lent alors que l’autre fut rapide, pourvu, encore une fois, que nous puissions différencier ces événements. Ceci montre que, contrairement à l’hypothèse de Creswell, il y a un lien intrinsèque entre l’analyse davidsonienne de la forme logique (quantificationnelle) et son ontologie (d’événements), et entre ces deux traits et son analyse vériconditionnelle – un lien que ne préserve pas aussi bien la sémantique intensionnelle des adverbes. Il y a donc de bonnes raisons de penser qu’une analyse descriptivement adéquate – c’est-à-dire qui rende compte, à la fois, des conditions de vérité et de la structure sémantique des phrases, devra, d’une manière ou d’une autre, préserver ces deux traits. Mais devra-t-elle, pour autant, préserver l’ontologie particulière que Davidson impose, tant au langage-objet, qu’au métalangage ? C’est vers ce problème que je me tournerai maintenant, en examinant une autre option, proposée par Barry Taylor, selon laquelle l’analyse davidsonienne peut être intégrée dans un cadre sémantique, qui fait des événements des variétés d’états de choses, ou de faits.

Analyse aristotélicienne de Taylor

24L’une des difficultés principales de l’analyse davidsonienne est que la simplicité ontologique de la proposition consistant à voir dans les phrases d’action adverbiales une référence à des entités particulières, telles que des événements, se paye au prix d’une individuation trop lâche de ces entités. Mais l’analyse intensionnelle rencontre des difficultés semblables. Ceci suggère que ce qui est en cause n’est pas tant la forme logique particulière des phrases d’action, que l’ontologie, trop pauvre, de notre théorie. Quels types d’événements et d’actions y a-t-il ? Il faut revenir à cette question aristotélicienne, que Davidson laissait de côté. C’est la stratégie de Taylor (1985), qui propose d’assimiler les événements à un certain type d’entités plus vaste, les faits, états de choses, ou situations.

25Taylor construit les états de choses dans un langage du premier ordre ayant, comme seules constantes, &, -, et le quantificateur universel. A chaque prédicat primitif, Pn, on assigne une extension, ExtM (Pn), relative à chaque modèle M (une relation à n places sur un domaine DM) mais également une intension relative à M. On suppose qu’il y a une relation R entre intensions et extensions, telle que, sur tout modèle M,

R (IntM (Pn)) = ExtM (Pn))

26Un état de chose atomique a donc la forme :

< IntM (Pn), b1…bn > (où les b, sont des éléments de DM)

27L’ensemble des états de choses est clos sous la négation et sous les sommes logiques. Taylor montre que l’on peut donner des états de choses une définition récursive, procédant des états atomiques aux états complexes, comparable à celle qui est donnée pour les phrases d’un langage du premier ordre, dans le cadre d’une théorie des modèles usuelle. Sa construction garantit que deux phrases logiquement équivalentes ne se verront pas assigner le même état de choses. Elle permet aussi de représenter les faits traditionnellement problématiques, les faits négatifs, si X est un état de chose atomique, et si X est négatif : X = < -, Z >, on le définit par l’absence de la relation de réalisation de Z.

28Le problème central, pour cette théorie, est de dire quand deux phrases désignent le même état de choses. Taylor définit une relation d’équivalence sur les représentations d’états de choses, qui permet de saisir la relation de représentation d’un même état abstrait Par exemple, on peut ne pas vouloir distinguer l’état de choses P et Q de l’état de choses Q et P tout en voulant pouvoir distinguer l’état de choses non non P de l’état de choses P. Cela dépendra de ce que l’on considère comme étant l’intension d’un prédicat : si les prédicats nécessairement coextensifs se voient assigner la même intension, l’analyse réintroduira l’attributivité pour éviter des conséquences comme celles qu’on a évoquées ci-dessus, avec l’exemple exotique de la schdisparition et du schsourire ; mais, d’un autre côté, si les intensions de prédicats sont aussi finement distribuées que les prédicats eux-mêmes, la théorie risque d’individualiser les états de choses trop finement.

29Sur la base de ses définitions des états de choses, Taylor introduit les événements. Ce sont simplement des états de choses d’un type particulier. Un événement doit être un changement ; il doit être exprimé par un verbe qui traduit ce changement Il doit être, de plus, un changement continu dans un objet. Il sera donc relatif au type de prédicat, ou de verbe, qui l’exprime. C’est ici que Taylor fait usage de la classification aristotélicienne des verbes, qu’il distingue, comme Aristote, au moyen de leurs temps. Il faut donc inclure dans le langage de base l’expression du temps. Il y a ici deux stratégies : l’une consiste à exprimer le temps au moyen d’opérateurs temporels, dans le cadre d’une logique modale priorienne ; l’autre consiste à ajouter des places aux prédicats pour l’expression des temps, ce qui est plus conforme à la démarche consistant à introduire le moins possible d’intensionnalité dans le langage-objet canonique. On aura besoin, néanmoins, d’opérateurs indexicaux comme maintenant. On devra distinguer deux types de temps : les moments, comme segments indivisibles de temps, et les périodes, recouvrant des durées plus longues (dénotés respectivement Mom (t) et per (t)). Le symbolisme devra aussi marquer des relations temporelles (d’antériorité, (t < t’), ou d’inclusion, (t = / < t’)).

30A partir de là, Taylor reprend la classification aristotélicienne des verbes, en verbes d’état (est hirsute, est plus grand que, comprend, aime, etc.), en verbes d’energeia, ou d’achèvement (parle, rougit, bouge, etc.), et de kinesis, ou de mouvement (frappe, maigrit, bâtit, etc.). Le critère aristotélicien de distinction entre verbes de kinesis et verbes d’energeia (Métaphysique, IX, 6, 1048b 18-35) est que, pour les premiers, le présent n’implique pas le parfait (si x bâtit, x n’a pas bâti), alors qu’il l’implique pour les seconds (si x rougit, alors x a rougi). On distingue (en simplifiant) chaque type de verbe par son postulat propre de signification (cf. aussi Charles, 1985) :

Postulat 1 (états) :
(Per (t) - > (Vn t <--> (t’) ((Mom (t’) & t < t) -> Vn t’))
(toute période de l’application d’un tel verbe V est un moment de son application ; par exemple, si x est hirsute, x est hirsute durant tout moment d’une période Per)
(Taylor, p. 60).

Postulat 2 (energeia) :
V
n t -> Per (t) & (E t’) (0 (t’) & t = / < t’ & Vn t’) & (t")(t"< t & Per (t") - >Vnt")
(Une période est « ouverte » (‘0’), si elle ne contient pas de moment premier ; et toute période d’application d’un verbe d’energeia tombe dans une période ouverte, qui est elle-même une période de son application ; et toute période dans la période d’un verbe d’energeia est elle-même une période de son application (si x tombe, alors il y a une période durant laquelle x est tombé) (ibid., p. 62).

Postulat 3 (kinesis) :
V
n -> Per (t) & (t’) (t < t’-> -Vn t’)
(aucune période durant le temps de l’application d’un tel verbe V n’est une telle période ; par exemple, si x frappe, x n’a pas encore frappé durant cette période de son action de frapper) (ibid., p. 63).

31Le langage de l’action (LE) formulé par Taylor exprime des changements à l’aide de ces types de verbes (mais pas à l’aide des verbes d’état). Un état de chose est susceptible d’être un événement, s’il est de forme < IntLE (Pn), b1…bn, t > pour quelque prédicat d’energeia, ou de kinesis. Pour qu’un état de chose susceptible d’être un événement soit effectivement un événement, il doit aussi être réalisé, c’est-à-dire être un fait. En d’autres termes, les événements sont des réalisations concrètes d’états de choses abstraits. Supposons, alors, que l’on ait affaire à l’événement Shem frappe Shaun. On range le verbe frapper dans les verbes de kinesis et on identifie l’événement n à la structure suivante d’état de choses :

n = < IntLE (« frappe »), Shem, Shaun, to >

32Selon cette analyse, les événements peuvent se combiner pour en former d’autres, quand leurs constituants sont suffisamment similaires, et quand les circonstances de temps sont satisfaites. Mais un événement total ne peut être à la fois caractérisé par un verbe de kinesis et par un verbe d’energeia. En général, une somme d’événements n’est pas un événement, mais un état de chose réalisé. S’il peut y avoir des faits négatifs, il n’y a pas d’événements négatifs (un fait qui rapporte la non-occurrence de quelque chose n’est pas un événement). Là où Davidson identifiait des événements (par exemple, frapper César, et le tuer), Taylor les distingue : < Int (« frappe »), Brutus, César, t> est distinct de < Int (« tue »), César, Brutus t>. Mais on court le risque d’une discrimination trop fine (par exemple, tuer et faire trépasser, ou occire, ne sont-ils pas identiques, parce qu’associés à la même paire – ou n-uplet ordonné d’objets et de temps ?). Voyons comment ces problèmes se posent quand on introduit, dans l’appareillage formel de Taylor, des adverbes. Les phrases (3) et (4), ci-dessus, sont traduites respectivement :

(3a) (E n)(E t) (n = < IntLE (« frapper »), Brutus, César, t > & Violent (n))
(4a) (E n) (E t)(n = < IntLE (« frapper »), Brutus, César, t > & (E x) (Poignard (x) & Avec (x, n)))

33La structure logique reste la même que celle de Davidson, aux événements, identifiés aux états de choses, près ; l’inférence, par détachement des adverbes, de (3) et de (4) à Brutus frappa César, vaudra toujours en vertu de la structure : (Ex) (Fx & Gx) = (Ex) (Fx). Le problème est que deux événements différents peuvent impliquer l’exemplification de la même propriété, ou relation. Ainsi, il peut se produire que Shem frappe Shaun, avec un poignard, violemment, mais qu’en même temps Shem frappe Shaun, avec une petite cuillère non violemment. Ce qui, d’après les principes de Taylor, doit impliquer que l’état de choses-événement correspondant est, à la fois, violent et non violent Comme précédemment, on peut reporter la difficulté sur l’attributivité de violent. Taylor propose plutôt de traiter frapper comme un prédicat à trois places, dont la place supplémentaire est réservée à l’instrument qui sert à frapper. Mais on risque, alors, de voir reparaître le problème de la polyadicité variable des prédicats, chaque nouvel événement étant individualisé par un nouveau prédicat, selon que frapper se fait avec un instrument, un lieu, ou un temps différent C’est le risque encouru par une théorie qui discrimine les événements trop finement, alors que nous avons aussi besoin de les identifier. D’un point de vue comme celui de Taylor, un avocat pourrait défendre son client en soutenant que l’auteur d’un meurtre n’a pas commis ce meurtre, puisque l’événement – par exemple – de presser la gâchette serait distinct de celui de tuer la victime.

34Récapitulons brièvement les principaux traits de la conception de Taylor. Comme celle de Davidson, cette sémantique est vériconditionnelle. Comme celle de Davidson, elle analyse la forme logique des phrases d’action comme une quantification sur des entités, et elle traite les adverbes comme des prédicats de ces entités. Mais elle a une ontologie différente, substituant aux événements individuels des états de choses abstraits, exemplifiés dans des états de choses – événements concrets, et elle distingue des catégories de verbes et d’événements selon un schème de type aristotélicien. Ceci a tout d’abord pour effet d’accroître l’ontologie du langage-objet, qui inclut des intensions et des constructions ensemblistes, donc des objets abstraits, et aussi l’ontologie du métalangage, qui devient également intensionnelle, et requiert des fonctions permettant d’identifier les intensions. La relativisation des verbes d’action à des catégories d’entités déterminées par ces verbes a pour effet de diminuer la part des implications purement formelles : la forme logique devient relative à ces catégories, considérées comme autant de postulats de signification propres à chaque type de verbe. Finalement, cette analyse permet, contrairement à celle de Davidson, d’individualiser plus finement les événements, mais rencontre des difficultés similaires à celles de Davidson, du fait qu’elle les individualise trop finement. Nous pouvons donc conclure, provisoirement, que cette extension des ressources de la sémantique formelle, combinée avec une ontologie différente et une conception de la validité structurale des inférences moins « formelle » que celle de Davidson, ne conduit pas, en dernière instance, à une analyse très différente de la structure sémantique des phrases d’action et des adverbes.

35Il nous reste encore à voir, pour compléter notre comparaison, comment certains de ces concepts et analyses peuvent être appliqués dans une théorie sémantique voisine, bien que distincte de celle de Taylor, la sémantique des situations.

Les situations selon Barwise et Perry

36La sémantique des situations repose sur des idées assez proches de celles de Taylor. Comme Taylor, Barwise et Perry (1983) postulent l’existence d’états de choses, ou de faits du monde, qu’ils nomment situations, et relativement auxquels ils évaluent la signification des phrases. À la différence de Taylor, qui cherche à intégrer ses concepts dans un cadre autant que possible tarskien, – mais qui comme on l’a vu, s’en écarte notablement – Barwise et Perry partent explicitement d’une sémantique intensionnelle, qu’on peut considérer, dans une large mesure, comme une version de la sémantique fondée sur la théorie des modèles et des mondes possibles. Cependant, il y a des différences importantes. Tout d’abord, leur sémantique n’est pas, à strictement parler, vériconditionnelle. Ensuite, elle ne repose pas, comme celles que nous avons examinées jusqu’ici, sur la traduction ou la régimentation de la langue naturelle dans un langage logique canonique du premier ordre, ou d’ordre supérieur. Enfin, le fragment de langue naturelle auquel s’intéressent principalement Barwise et Perry n’est pas celui des phrases d’action et des adverbes, mais porte sur les comptes rendus de perception, de la forme X voit p, les comptes rendus d’attitudes propositionnelles. Malgré ces différences, leur traitement a des affinités importantes, non seulement avec les analyses de Taylor, mais aussi avec celles de Davidson. Je laisserai de côté les détails formels, pour m’adresser directement à l’analyse des comptes rendus de perception.

37Ceux-ci sont des phrases comme Jean voit Marie partir, de la forme NP V NI Ø (NP, sujet ; V, verbe de perception, NI « infinitif nu »). Elles ont, en apparence, une forme semblable à celle des phrases rapportant des contenus d’attitudes, mais en diffèrent, en particulier, par les principes suivants : (i) véridicité (si A voit Ø, alors Ø), (ii) substitution salva veritate des termes coréférentiels (si A voit Ø (t) et t = a, alors A voit Ø (a)), (iii) généralisation existentielle (si A voit (E x) Ø x, alors (E x) Ø x tel que A voit Ø x). Les verbes de perception ne sont cependant pas extensionnels, car ils ne se prêtent pas à la substitution des propositions infinitives logiquement équivalentes : par exemple, si Jean a vu Marie entrer par la porte, il ne s’ensuit pas que Jean a vu Marie entrer par la porte ou Robert entrer par la fenêtre et ne pas entrer par la fenêtre. Ceci est dû au fait que Jean pourrait ne pas percevoir la situation où Robert entre. À la différence de l’analyse qui est donnée par la sémantique intensionnelle, en termes de mondes possibles, de ce genre de phrases épistémiques, Barwise et Perry n’admettent pas le principe d’échangeabilité des phrases logiquement équivalentes. La différence essentielle est que l’analyse sémantique des phrases de perception infinitives doit isoler un sous-ensemble particulier de situations, les situations perçues, ou scènes.

38L’idée de base est la suivante. La relation de voir (ou entendre), exprimée par un verbe de perception, est une relation entre un sujet percevant et un état de choses abstrait (ou cours d’événements), qui a lieu en vertu de la présence d’une relation réelle de vision, entre le sujet percevant et une situation réelle, à laquelle cet état de choses abstrait correspond. En d’autres termes, une phrase (infinitif nu : NI) désigne un état de choses, ou situation abstraite, G, qui est une classe de situations types, et une phrase de la forme S voit NI Ø est vraie dans M (dans un modèle, ou dans ce que Barwise et Perry appellent une structure de situations) si, et seulement si, il y a un sous-modèle partiel s de M (une scène ou une situation réelle perçue), telle que S voit s, et s soutient la vérité de 0. Le lien entre la vision de s et la situation type abstraite est le suivant : S voit s, si et seulement si, s soutient la vérité de G, et d’aucun autre état de chose ou situation type.

39Sur la base de cette analyse, on peut voit comment justifier les inférences fondées sur les principes (i)-(iv). On s’en tiendra à la véridicité. Soit par exemple l’inférence :

(5) Si Jean a vu Marie partir, alors Marie est partie.

40Cette inférence est valide en vertu du fait que, si Jean a vu une scène s (une situation réelle), correspondant à l’état de chose [[Marie partir]], alors s est réelle : il y a une scène dans le monde correspondant à cet état de choses.

41Un trait frappant de cette analyse est sa similarité avec celle de Davidson. Un énoncé tel que Jean a vu Marie partir asserte que Jean a vu une occurrence dans le monde, dans laquelle Marie était en train de partir. Cette occurrence peut aussi bien être appelée un événement. Barwise et Perry appellent événement un certain type d’état de choses, avec localisation spatiotemporelle, qui est une collection de cours d’événements. Leur construction de ceux-ci peut être tenue pour correspondre à la manière dont Taylor classifie les événements, comme espèce des états de chose. Les événements de Barwise et Perry sont, comme ceux de Taylor, structurés et plus complexes que ceux de Davidson : ce ne sont pas des individus, ni des substances, mais des complexes de propriétés et de relations. Néanmoins, on peut considérer que la sémantique des situations revient à évaluer les conditions de vérité d’une large classe de verbes, en particulier les verbes de perception, en relation avec la présence d’événements. Dans ce cas, l’analyse de l’inférence (5) en termes de scènes ne revient-elle pas à dire que :

(5a) Il y a un événement tel que Marie part et tel que Jean voit cet événement,

42c’est-à-dire, dans la terminologie de Barwise et Perry :

(5b) (E s) (Jean voit s & s appartient à [[Marie partir]]M)

43Mais, dans ce cas, la quantification sur des scènes ne revient-elle pas à la quantification sur des événements ? Et ne peut-on pas considérer que les verbes de perception sont, comme les verbes d’action selon Davidson, des verbes qui introduisent une place supplémentaire pour un argument d’événement ? Barwise et Perry prennent soin de distinguer leur sémantique des sémantiques par procuration et des sémantiques fondées sur l’idée d’une forme logique. Mais on peut se demander si l’on ne peut pas transcrire leurs analyses dans ce même vocabulaire, sans l’appareillage de la sémantique des situations. C’est ce qu’a fait James Higginbotham (1983), qui propose que l’on interprète dans (5b) la clause Marie partir, comme comportant un quantificateur restreint sur un événement individuel dans le style davidsonien, événement dont on spécifie qu’il est vu par Jean :

(5c) [E x : x est un événement & part (Marie, x)] Jean a vu x.

44On peut retrouver, à partir de là, les propriétés (i)-(iii) des verbes de perception ; par exemple la véridicité :

Si Jean a vu Marie partir, alors Marie est partie

[E x : x est un événement & part (Marie, x)] Jean a vu x
-> [E x : x est un événement et fait (Marie, x)]

45et la substituabilité :

Si Jean a vu Marie partir, alors il y a quelqu’un que Jean a vu partir

[E x : part (Marie, x) ] Jean a vu x -> (E y : y est une personne [E x : part (x, y)] Jean a vu x

46Higginbotham montre que, non seulement cette analyse permet de transcrire les propriétés des verbes de perception relevées par Barwise, mais aussi qu’elle explique des propriétés sémantiques de ces verbes non relevées par Perry, en particulier le fait qu’il n’est pas vrai que :

Si Jean n’a vu personne partir, alors personne n’est parti.

47Il y a donc une correspondance étroite entre la sémantique des situations, d’une part, et celles de Davidson et de Taylor, de l’autre. Il y a aussi des difficultés semblables (Davies, 1991). Davidson rencontre, comme on l’a vu, le problème de l’attributivité de certains prédicats d’événements, et celui de leur individuation. Or, Barwise et Perry rencontrent aussi ces problèmes. Supposons d’abord, par exemple, que Marie ennuie les voisins en courant dans l’appartement. Alors, on ne pourrait pas dire qu’une seule situation réelle est, à la fois, une course de Marie dans l’appartement et une cause de l’ennui des voisins, comme on doit le dire pour un événement davidsonien, qui est le même sous ces deux descriptions différentes. Car, si la même situation réelle peut être classifiée des deux manières (courir et ennuyer), alors la situation abstraite où Marie court ne correspond pas exactement à cette situation réelle. Ceci implique qu’il n’y a pas une seule situation gênante – la Réalité –, mais une multiplicité de petites situations, toutes finement discriminées, et qu’il nous faut des critères de discrimination. Ensuite, si l’on peut redécrire de manière davidsonienne – en termes d’événements pouvant correspondre à diverses situations réelles – ce que Barwise et Perry décrivent en termes de situations, alors on doit voir si l’on évite par là le problème de l’attributivité de l’analyse de la modification adverbiale. Or, il y a, pour les situations, un problème semblable : tandis que la redescription davidsonienne dit que la course de Marie est la même situation que l’acte d’ennuyer les voisins, nous disons de préférence que Jean a vu Marie courir est vrai, mais que Jean a vu Marie ennuyer les voisins est faux. Ce qu’on ne saurait dire qu’en disant, également, que la scène était visible à Jean en tant que scène où Marie courait, mais pas en tant que scène où Marie ennuyait les voisins. On retrouve donc, ici, le même problème d’attributivité que celui qui, chez Davidson et Taylor, faisait qu’un événement puisse (par exemple) être violent en tant que frapper ; mais non violent en tant que sourire.

48Ici, comme précédemment, nous voyons que des cadres sémantiques différents donnent des traitements dont les mérites descriptifs sont à peu près équivalents, et qui rencontrent des difficultés semblables. Il est donc temps de tirer des conclusions de notre comparaison entre ces divers traitements.

Des ontologies au choix

49Nous avons considéré quatre sortes de théories sémantiques pour un fragment de langue naturelle particulier, celui des phrases d’action et des modifications adverbiales : celles de Davidson, de Cresswell, de Taylor et de Barwise et Perry. Toutes ces théories admettent les principes frégéens de vériconditionalité et de compositionalité, c’est-à-dire que la signification des phrases est, au moins partiellement, déterminée par leurs conditions de vérité, et que ces conditions de vérité sont déterminées par la structure sémantique des expressions, par la manière dont leurs propriétés sémantiques sont fonction de celles de leurs parties. Seule, la sémantique des situations apporte des restrictions à la vériconditionalité, non qu’elle rejette l’idée qu’on puisse évaluer les phrases d’un langage du point de vue de leur vérité ou de leur fausseté, mais parce qu’elle tient ces notions pour dérivées par rapport à celle de correspondance avec des états de choses. Ces théories diffèrent essentiellement sur quatre points : a. la portée des phénomènes sémantiques qu’elles entendent capturer ; b. la question de savoir si une théorie sémantique ne serait pas plus révélatrice en assignant des formes logiques, directement ou indirectement, aux fragments de langage étudiés, et la nature de la représentation de cette forme logique ; c. l’ontologie assignée au fragment étudié et à la théorie sémantique qui l’étudie, c’est-à-dire les entités susceptibles de rendre vraies les phrases concernées ; d. les réquisits généraux qu’il faut faire peser sur une théorie sémantique, c’est-à-dire principalement, la nécessité d’un cadre extensionnel, ou la possibilité d’un cadre intensionnel. Les théories de Davidson, de Taylor et de Cresswell reposent explicitement sur l’idée selon laquelle la structure sémantique dépend de la forme logique, et sur des programmes de sémantique par procuration, qui visent à régimenter le fragment de langage dans une langue formelle canonique : la logique du premier ordre, pour Davidson, le langage d’ordre supérieur lambda-catégoriel pour Cresswell, et un langage du premier ordre, augmenté de constructions ensemblistes, et de références à des intensions de prédicats, pour Taylor. La sémantique des situations n’est pas fondée sur cette idée de forme logique. Ces théories sont fondées sur des ontologies diverses : ontologie d’événements, chez Davidson et Cresswell ; ontologie d’états de choses, chez Taylor, et Barwise et Perry. Enfin, seul le cadre davidsonien est, à proprement parler, extensionnel ; chacune des autres théories fait appel à des notions intensionnelles empruntées, principalement, à la théorie des modèles, que ce soit avec réticence, comme chez Taylor, ou sans réserves, chez Cresswell et Barwise et Perry. Que pouvons-nous apprendre de ces différences et de ces similarités, étant entendu que ces théories apportent toutes une contribution non triviale à l’étude du fragment concerné ?

50On peut remarquer, en premier lieu, que l’étendue du fragment n’est pas exactement la même selon l’une ou l’autre théorie : Davidson s’intéresse essentiellement aux verbes d’action et aux adverbes de manière prépositionnels, en laissant de côté les adverbes de phrase intensionnels ; Cresswell donne un traitement unifié des deux types d’adverbes ; Taylor discerne dans la classe des verbes d’actions des sous-classes aristotéliciennes ; et Barwise et Perry ne traitent pas des phrases d’action ni des adverbes, mais des rapports d’attitudes épistémiques. Ceci ne facilite apparemment pas notre tâche de comparaison. La situation n’est d’ailleurs pas propre aux fragments étudiés, ni à ces théories particulières. Beaucoup de théories sémantiques trouvent leur point d’application privilégié dans un fragment particulier, mais rencontrent des difficultés quand il s’agit d’étendre leur traitement à d’autres catégories d’expressions. Par exemple, la sémantique de Montague s’est d’abord développée à partir de l’étude des propriétés des quantificateurs ; la sémantique des mondes possibles, à partir de l’étude des modalités aléthiques et épistémiques ; la sémantique des situations, à partir de celle des verbes de perception. Il n’y a rien là que de normal, étant donné la complexité des phénomènes linguistiques en cause.

51Malgré ces variations, le fragment délimité l’est par le fait suivant, commun à toutes ces analyses. Toutes reposent sur l’idée que certaines expressions linguistiques ont la propriété d’impliquer une référence à d’autres entités que des objets, des individus ou des propriétés : comme ces entités sont des événements, ou des états de choses, ces expressions peuvent être appelées à référence événementielle, et les phrases en question, phrases événementielles. La classe des verbes et adverbes d’action est principalement à référence événementielle ; mais, comme on l’a vu, on a de bonnes raisons de penser que les verbes de perception sont également de cette catégorie. La distinction entre des verbes et expressions événementiels et d’autres expressions est déjà présente dans la classification aristotélicienne des verbes, et, en ce sens, on peut opposer les expressions événementielles à des expressions d’états. Mais cette distinction perd de l’importance dans le cadre d’une théorie, comme celle de Taylor, ou de Barwise et Perry, qui construit les références des phrases à des états de choses en général. C’est donc essentiellement l’idée que la théorie sémantique doit postuler des classes d’entités spécifiques, pour évaluer les conditions de vérité des phrases, qui est l’élément commun à ces divers traitements.

52Deux types d’ontologies distinctes sont invoquées dans la sémantique des phrases d’action et des adverbes : d’une part une ontologie d’événements particuliers, objets dans le monde et faisant partie de l’ordre causal, d’autre part une ontologie d’états de choses. Ces derniers peuvent être conçus comme des n-uplets d’objets, des entités ensemblistes abstraites, comme chez Taylor. Ou bien, ils peuvent être conçus comme des types de situations abstraites réalisées dans des situations réelles, comme chez Barwise et Perry. La différence entre les événements davidsoniens et les états de choses, ou situations, ne tient pas seulement au fait que ces derniers sont des ensembles abstraits d’intensions et d’objets, ou de propriétés et d’objets ; elle tient aussi au fait que les états de choses, ou situations, ont une certaine structure, que les événements davidsoniens n’ont pas. Cette structure tient aux distinctions de coordonnées temporelles (introduites chez Taylor par la distinction entre verbes d’energeia et verbes de kinesis, avec les postulats temporels qui l’accompagnent), et de coordonnées spatiales, temporelles, et de contexte introduites par la sémantique des situations. De ce point de vue, les états de choses sont des entités dont l’individuation est plus fine que celle des événements davidsoniens.

53Étant donné ces différences ontologiques, y a-t-il des raisons particulières de choisir un traitement plutôt qu’un autre ? On peut, bien sûr, supposer qu’il y a des raisons ontologiques pour le faire : des préférences nominalistes induisent habituellement à préférer les événements davidsoniens, et une moins grande abstinence ontologique peut conduire à préférer les états de choses, ou les situations. Mais la question ontologique est indépendante de la question sémantique. Davidson admet que son critère d’individuation par les causes et les effets est défectueux (1985). Mais les états de choses sont-ils mieux individualisés ? L’objection de l’argument « du lance-pierre » de Frege-Church, que Davidson (1967) dirigeait contre ces entités, perd sa force, si, comme le montre Taylor, on peut construire les états de choses comme des complexes de propriétés. Mais le problème demeure, alors, de savoir comment identifier les intensions des prédicats qui composent ces états de choses. De même, chez Barwise et Perry, le problème se pose de savoir comment identifier les propriétés réelles qui composent les situations. Par conséquent, d’un côté comme de l’autre, l’ontologie n’est pas fermement assurée. Mais, même si elle l’était, ceci ne constituerait pas une raison décisive pour choisir une ontologie plutôt qu’une autre. Nous ne sommes pas intéressés par l’ontologie comme telle, mais par l’ontologie requise par une théorie sémantique. La question est celle de savoir si l’analyse de la structure sémantique des phrases d’action requiert tel ou tel type d’entités, comme référence des expressions d’action et des expressions adverbiales.

  • 2 Le présent article est basé sur le chapitre ΙII de ma thèse de doctorat d’État La philosophie du la (...)

54Or, et c’est ici le point le plus important de notre exercice de comparaison, on peut dire que les réquisits propres à l’analyse sémantique des phrases d’action imposent des contraintes très faibles sur l’ontologie. Chacune des théories examinées postule l’existence d’entités de type « événementiel », mais il n’y a pas d’avantage décisif quant au choix du type d’entité approprié, quand il s’agit de savoir lequel rend le mieux compte des propriétés sémantiques du fragment de langue naturelle étudié. La sémantique davidsonienne implique une quantification sur des événements, qui rend compte des phrases d’action et des adverbes, en particulier du point de vue des inférences intuitivement valides, comme celle du détachement adverbial. Mais ces inférences ne sont pas représentées moins adéquatement dans un traitement en termes d’états de choses, comme celui de Taylor. Le problème que rencontre la conception de Davidson est celui de l’attributivité de certaines descriptions de l’action adverbiales, qui provient d’une discrimination trop grossière des événements. Mais la théorie des états de choses de Taylor rencontre la même difficulté, en dépit d’une individuation plus fine des entités événementielles. On doit dire que les réquisits de l’adéquation descriptive d’une théorie sémantique systématique imposent des contraintes faibles sur la métaphysique des événements sous-jacente à la théorie. Ce n’est donc pas l’ontologie qui est décisive quand il s’agit de choisir la forme d’une théorie sémantique.2

Bibliographie

Barwise Jon & John Perry (1983), Situations and Attitudes, Cambridge Mass., MIT Press.

Charles David (1985), Aristotle’s Philosophy of Action, Londres, Duckworth.

Clark Romane (1971), « Some Remarks Concerning the Logic of Predicate Modifiers », Nous.

Cooper Neil & Pascal Engel (eds) (1991), New Inquiries into Meaning and Truth, Brighton, Harvester.

Creswell Maxwell John (1986), Adverbial Modification, Dordrecht, Reidel.

Davidson Donald & Gilbert Hannan (eds) (1972), Semantics for Natural Languages, Dordrecht, Reidel.

Davidson Donald (1967), « The Logical Form of Action Sentences », in Davidson, 1984.

Davidson Donald (1984), Inquiries into Truth and Interpretation, Oxford, Oxford University Press.

Davidson Donald (1985), « Reply to Quine on Events », in LePore, 1985.

Davies Martin (1989), « Adverbial Modification and Perceptual Reports », in Cooper & Engel, 1991.

Higginbotham James (1983), « The Logic of Perceptual Reports, an Alternative to Situation Semantics », Journal of Philosophy, 1980 (tr. fr. in Communications, 40, 1984).

Kenny Anthony (1963), Action, Emotion and Will, Londres, Routledge.

LePore Ernest (ed.) (1985), Action and Events, Perspectives on the Philosophy of Davidson, Oxford, Blackwell.

Montague Richard (1974), Formal Philosophy, Yale University Press.

Parsons Terence (1972), « Some Problems Concerning the Logic of Predicate Modifiers », in Davidson & Harman, 1972.

Taylor Barry (1985), Modes of Occurence, Oxford, Blackwell.

Notes

1 Un langage catégoriel code les expressions du langage naturel à l’aide de certaines structures formelles représentant leurs catégories syntaxiques ; la construction syntagmatique de la phrase étant représentée par l’enchâssement de ces structures, selon un ordre qui va de 1 (nom propre) à 0 (phrase) : < 0,1 > est la catégorie du nom commun ou du verbe intransitif, formant une phrase à partir d’un nom propre ; < 0, 11 > celle du verbe transitif, formant une phrase à partir de deux noms propres ; < 0,0 > ou « 0,1 >, < 0,1 >, celle de l’adverbe, formant une phrase à partir d’une phrase, ou un verbe à partir d’un verbe ; < 0, < 0,1 >> celle du syntagme nominal, formant une phrase à partir d’un nom commun ou d’un verbe ; <<< 0,1 >, < 0,1 >>, 1 > celle de la préposition, formant un adverbe à partir d’un nom propre. L’introduction d’un opérateur d’abstraction de prédicat (lambda), noté id : h, permet de changer les expressions de catégorie, en particulier, de réduire une phrase à la catégorie de verbe ou de nom commun ; de sorte que son application à une phrase composée d’un nom propre et d’un verbe (catégorie << 0,1 > 1 >) donnera une expression verbale de la forme « est un x, tel que x… » (catégorie < 0,1 >) - (note de J.-L. Petit).

2 Qu’on peut lire : l’adverbe nécessairement modifie la phrase enchâssée attribuant au syntagme nominal Jean le prédicat d’être un x, tel que x gagne (J. L. P.).

3 Lire : A Brutus est attribué le prédicat d’être un x, tel que l’adverbe violemment modifie l’attribution à César du prédicat d’être un y, tel que x frappe y (J. L. P.)

4 Lire : À Sébastien est attribué le prédicat complexe d’événement, d’être un se promena, d’être dans quelque lieu, et d’avoir fait occurrence dans les rues de Bologne (J. L. P.)

Notes de fin

1 À lire : Il existe un événement e, cet événement est de frapper César par Brutus, et cet événement est au sénat (note de J.-L. Petit).

2 Le présent article est basé sur le chapitre ΙII de ma thèse de doctorat d’État La philosophie du langage de Davidson, Université de Provence, 1990. Il doit beaucoup aux analyses de Davies, 1991.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search