Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

II. Les structures formelles

Plaidoyer pour l’événement quelconque

A Plea for the Undetermined Event

Plädoyer für irgendein Ereignis

Ruwen Ogien

Résumé

Cet article met en évidence la place qu’occupe la sémantique de l’événement dans les discussions contemporaines en matière de théorie de l’action : comment différencier actions et événements ? Partant de la critique de Davidson par Ricœur, l’auteur fait apparaître, comme arrière-plan de la discussion sur le recours à l’agentivité comme critère de distinction, deux conceptions opposées de la causalité, l’une, explicative ou discursive, l’autre, non-relationnelle, attribuant un pouvoir causal à l’agent humain.

Texte intégral

  • 1 En réalité. Davidson est loin de partager ces habitudes, ce qui est plutôt à son avantage. Il sembl (...)

1Pour caractériser l’action humaine, Davidson se sert d’une expression hybride, ce qui est assez surprenant, si l’on considère les habitudes des philosophes analytiques en général, qui répugnent, en principe, à mélanger les variétés hétérogènes1. Il dit de l’action humaine qu’elle est quasi-intentionnelle (Davidson, 1963) : irréductiblement liée à la perspective d’un agent (sans quoi, en faisant quelque chose, je serais également auteur de tout ce qui arrive) et à un événement (sans quoi, je pourrais faire quelque chose sans que rien n’arrive). Il s’ensuit qu’une description adéquate de l’action se doit d’être aussi bien extensionnelle (isoler l’événement) qu’intentionnelle (saisir l’action sous l’angle des désirs et des croyances qui l’ont déterminée).

2Si l’on admet ces généralités concernant Davidson (ce qui ne va peut-être pas tout à fait de soi), l’on aura du mal à comprendre, à première vue, ce qui justifie la formule « sémantique de l’action sans agent », qui résume, de façon élégante et percutante, les objections que lui adresse Paul Ricœur (1990).

3C’est qu’en un certain sens (intentionnel), il ne peut y avoir, pour Davidson, d’action sans agent, puisque l’action est, par définition, un événement admettant une description intentionnelle, parmi toutes ses descriptions acceptables. Et, dans le cas de l’action humaine, cette description est intentionnelle parce qu’elle met en jeu (causalement) les croyances et les désirs d’un agent (une description pourrait être intentionnelle pour d’autres raisons : parce qu’elle introduit des opérateurs de possibilité ou de nécessité, par exemple, mais, dans ce cas, ce ne serait pas une description d’action). Et, en un autre sens (extensionnel), la formule « sémantique de l’action sans agent » pourrait sembler incomplète. En effet, lorsqu’on l’envisage du point de vue extensionnel, la sémantique de l’action de Davidson n’est pas sans agent, tout court. Elle est plutôt sans agent ni patient. Dans le contexte de l’analyse extensionnelle de l’action, les privilèges de l’agent sont certes dévalués, mais ceux du patient ne le sont pas moins, comme l’on s’en aperçoit en suivant les commentaires extrêmement critiques de Davidson à l’égard des thèses de Kenny. Selon Kenny, une description adéquate de l’action doit être en mesure de mettre en évidence le fait que lorsque nous agissons (transitivement) ce qui change, c’est le patient et non l’agent : lorsque le bûcheron scie une bûche, c’est la bûche qui est sciée et non le bûcheron, bien entendu. Mais la logique dite standard ne peut pas nous aider à faire ce travail de paraphrase. Elle connaît, certes, des relations asymétriques, mais non le changement d’état du terme patient. En conséquence, Kenny nous propose une logique autonome de l’action, susceptible de tenir compte de cette opposition notionnelle entre ce qui arrive à l’agent (ou plutôt qui n’arrive pas) et au patient d’une action transitive (Kenny, 1963, p. 151-186).

4Contre Kenny, Davidson affirme qu’il n’est pas du tout nécessaire d’aller au-delà de ce qu’autorise la logique dite standard pour dégager la signification des phrases d’action (ou du moins les conditions suffisantes de leur signification, si l’on peut dire, les fameuses conditions de vérité) (Davidson, 1967a). Or, comme Kenny l’a fort justement souligné, cette logique dite standard ne connaît ni agent ni patient. Étant donné que l’analyse extensionnelle n’est rien d’autre que la traduction des phrases d’action selon les canons de cette logique, il serait bien étrange qu’on y retrouve des agents et des patients, ou des changements d’état du patient.

  • 2 Tai choisi de conserver une seule orthographe pour « intentionnel » et « intentionnalité », en dépi (...)

5Pour rendre à ce débat avec Kenny la part qui lui revient, il conviendrait donc de préciser que la sémantique de l’action de Davidson est, au plan extensionnel, sans agent ni patient. Ainsi, tant que l’on reste dans les limites de l’analyse stratifiée de Davidson (la séparation des plans intentionnels et extensionnels)2, il est difficile, me semble-t-il, de trouver une bonne justification à la formule « sémantique de l’action sans agent ».

6Cependant, la formule prend un certain sens lorsque l’on admet que l’agent à la Davidson n’est pas agent au sens plein, ou plutôt au sens que Ricœur veut donner à ce terme, car cet agent n’est pas, à proprement parler, auteur ou possesseur de son acte. C’est plutôt une entité discursive ou explicative, qui vient se greffer sur l’acte échu ou accompli. En fait, en défendant l’idée que la sémantique de l’action de Davidson est « sans agent » (ce qui signifie qu’elle est, au mieux, insuffisante et, au pire, contradictoire), Ricœur donne l’impression de rejeter entièrement l’analyse stratifiée de la causalité de Davidson ou plutôt de nier que cette analyse stratifiée soit applicable à l’action humaine, qui ressortit d’une autre conception de la causalité, dite « primitive ». L’analyse des phrases d’action de Davidson correspond, en effet, à son analyse des énoncés causaux singuliers : dans les deux cas, les plans extensionnels et intentionnels sont séparés et associés.

Événement et causalité

7Dans nos façons ordinaires de parler de la causalité, il nous arrive souvent de mélanger les genres. Nous pouvons dire par exemple : « Le fait que les invités ne sont pas venus a causé la dépression nerveuse de la maîtresse de maison. » Nous décrivons la cause de façon propositionnelle (en utilisant le langage des faits) et l’effet à l’aide d’une expression singulière (en utilisant le langage de l’événement) (Vendler, 1967).

  • 3 Je ne développerai pas ici les détails de la démonstration qui exige l’application de ce que Everso (...)
  • 4 Jonathan Bennett n’est pas le seul à penser que ce critère d’individuation est loin d’être suffisan (...)

8Davidson pense que l’on pourrait remettre un peu d’ordre dans ces façons de parler, en réservant les formes propositionnelles pour l’explication causale et les expressions singulières pour la relation causale. Dans un contexte d’explication, les termes devaient être, en principe, propositionnels, car nous expliquons typiquement en invoquant des faits. Et, par conséquent, les verbes « causer » ou « provoquer », qui mettent ces termes en relation, devraient être considérés comme des connecteurs, liant des propositions. C’est la raison pour laquelle l’explication causale ne peut être qu’intentionnelle. En effet, si elle ne l’était pas, toutes nos explications seraient substituables. En d’autres termes, n’importe quel fait (ou proposition vraie) pouvant être substitué à n’importe quel autre fait (ou proposition vraie) dans un contexte extensionnel, n’importe quel fait pourrait expliquer tous les autres faits (Davidson, 1967b)3. La relation causale, en revanche, ne lie pas des propositions. Les verbes « causer » ou « provoquer », utilisés dans un contexte de relation, ne sont pas des connecteurs, mais de simples prédicats à deux places d’argument. Ces arguments désignent des individus qui sont, dans le cas des relations causales, des événements, ce qui ne pose aucun problème logique, les événements se comportant formellement comme des objets physiques familiers bien individués. Sur le mode formel, les naufrages, les avalanches, les explosions, les mariages, les suicides, les concerts, les crimes, les guerres se comptent aussi facilement que les crayons de couleur, les timbres-poste, les oranges, les journaux et les girafes4. Dans ces conditions, rien ne nous interdit de considérer la relation causale comme une relation extensionnelle, par opposition à l’explication causale, qui ne peut l’être qu’au prix inacceptable de la confusion de toutes nos explications. En effet, le risque de confusion générale est inexistant dans la relation causale, parce que la possibilité de substituer des descriptions est limitée.

9Ainsi à la phrase : « L’arrivée d’Alexandre le Grand a provoqué la fuite des Perses », nous ne pourrons substituer une autre phrase telle que : « L’entrée triomphale de l’élève d’Aristote à Babylone a provoqué la débâcle des armées de Darius » qu’à condition d’admettre que les expressions descriptives désignent les mêmes événements (d’une façon plus ou moins précise, plus ou moins détaillée ou sous des aspects différents). Dans la relation causale, les événements fixent ou limitent nos descriptions ; la relation causale peut être extensionnelle. Dans l’explication causale, rien n’interdit la substitution illimitée de toutes les propositions vraies figurant de part et d’autre du connecteur « être cause de » : il vaut mieux considérer que l’explication causale est intentionnelle.

  • 5 Bennett se donne beaucoup de mal pour inverser cette distinction. Pour lui, les faits sont des part (...)

10L’on peut dire qu’à cette séparation formelle entre le fait (qui explique) et l’événement (qui fixe les descriptions) correspond une sorte de partage « ontologique ». Un fait n’est pas le genre de chose qui pourrait causer ou engendrer quoique ce soit : c’est une entité abstraite, purement discursive ou explicative, comme en témoigne son expression qui est propositionnelle. L’événement, de son côté, est un particulier concret5, qui peut entrer en interaction causale avec d’autres particuliers comme en témoigne le fait qu’on peut l’identifier au moyen d’un terme singulier.

11À cette reconstitution de la causalité par strates, extensionnelles et intentionnelles, destinée à l’arracher au purgatoire où l’a jetée Russell (1912), s’oppose une conception « primitive » de la causalité (pré-humienne, si l’on peut dire).

12Cette conception « primitive » s’exprime dans nos verbes transitifs ordinaires (manger, pousser, casser, etc.). On la retrouve dans la thèse de la connaissance « sans observation » de notre pouvoir de produire des effets mécaniques ou d’agir pour des motifs. On peut la caractériser formellement en disant qu’elle ignore la division entre les plans extensionnels et intentionnels.

13Il n’est donc peut-être pas étonnant que l’insatisfaction à l’égard des analyses stratifiées à la Davidson conduise au choix de la conception « primitive ». Ou bien, à l’inverse, que l’adoption de la conception « primitive » provoque l’insensibilité (ou l’allergie) aux arguments de Davidson. Quoiqu’il en soit, il semble exister une relation entre le choix de la conception « primitive » et le rejet de la conception stratifiée de la causalité, relation dont on peut trouver les traces dans les réserves de Ricœur, qui semble prendre parti pour la conception « primitive ». Avec beaucoup de précautions toutefois, car conception « primitive » ne signifie pas fait « brut » que l’on accepte sans démonstration. La conception « primitive » doit être justifiée. Et, de ce point de vue, l’analyse de Danto peut rendre les plus grands services, car elle donne une légitimation rationnelle à la conception primitive, en définissant l’action de base (Ricœur, 1990, p. 124-127 ; Danto, 1965). C’est le choix raisonné de la conception primitive, telle que Danto l’élabore, qui semble autoriser la formule « sémantique de l’action sans agent ». Si la sémantique de l’action de Davidson est « sans agent », c’est parce que l’agent y perd l’initiative, le pouvoir de commencer de soi-même une série causale au milieu du monde (par l’action de base), et n’obtient que le statut assez dérisoire d’une entité purement discursive ou explicative.

  • 6 En soumettant cette suggestion, je suis bien conscient d’appauvrir considérablement l’analyse très (...)

14Les agents et les patients purement descriptifs ou narratifs ne manquent pas dans l’analyse de Ricœur, c’est le moins que l’on puisse dire. Toutefois, cette analyse est hiérarchisée, ramifiée. Les agents et patients discursifs n’apparaissent qu’aux étages supérieurs de la construction : dans les « pratiques », équivalents des « actions complexes » à la Danto, qui coiffent les actions de base. Mais cet édifice analytique, si j’ose dire, repose sur une action dont l’agent n’est pas discursif. Et cette action, c’est l’action de base (qui mérite bien son nom, dans ces conditions). L’on peut donc dire, sans trop abuser, que l’analyse de Ricœur ne vaut que par ce que vaut l’idée d’action de base6. Or Davidson réussit à montrer, de façon convaincante me semble-t-il, que l’action de base peut être analysée selon sa méthode stratifiée ; ou, qu’en d’autres termes, il n’y a pas d’action de base. Si l’objection est acceptable, l’agent au sens « primitif » reçoit un coup presque fatal.

15Il faut croire que l’on n’est jamais tout à fait disposé à l’achever, puisque Davidson semble vouloir reconstituer au plan explicatif ou descriptif, les privilèges de l’agent dont il s’était heureusement débarrassé au plan de l’événement. Pourtant, sauver l’agent à tout prix ne va pas sans inconvénient ; car on ne sauve généralement l’agent, fût-il seulement discursif, qu’aux dépens d’un patient, la somme totale d’« agentivité », si l’on peut dire, n’augmentant pas, lorsqu’on accorde des privilèges à l’agent.

16De toute façon, l’on ne voit pas très bien comment l’on pourrait sauver l’agent, sans préserver, en même temps, une dichotomie (rigide) entre agent et patient. Et il n’est pas du tout sûr que les défenseurs de l’agent au sens discursif soient aussi disposés à s’embarrasser d’un partage strict entre agent et patient, auquel ils se condamneraient cependant, s’ils ne donnaient pas une signification relative à ces termes. Comme on l’a compris, cette dichotomie me paraît inacceptable. Et puisque son effacement peut être dérivé d’une priorité (analytique ou ontologique, comme l’on voudra) accordée à l’événement, c’est pour l’événement quelconque, c’est-à-dire, indéterminé relativement aux catégories de l’agent et du patient, que je plaiderai (si l’on me passe cette expression un peu pompeuse) en conclusion.

17En un certain sens, il s’agira d’une défense de Davidson (qui n’a pourtant pas besoin de mes services) contre certaines objections fortes de Ricœur. Mais il s’agira aussi d’une défense de Davidson contre lui-même dans la mesure où j’essaierai d’étendre au plan intentionnel l’un des résultats de son analyse extensionnelle : l’effacement ou la subordination des agents et des patients et la diminution corrélative des privilèges de l’agent.

18Il me faut donc en dire plus, auparavant, sur l’agent et le patient chez Davidson. De ce point de vue, sa critique des thèses de Kenny est peut-être la meilleure des introductions. Cependant, j’exposerai d’abord les arguments de Kenny pour lui laisser quelques chances dans une discussion qui semble trop inégale, lorsqu’elle est perçue à travers les réponses de Davidson uniquement.

Une recette pour se débarrasser du couple agent-patient

19Selon Kenny, nous avons tendance à commettre deux erreurs opposées (mais tout aussi regrettables) lorsque nous cherchons à dégager la signification des phrases d’action. Tantôt nous nous contentons du critère linguistique de la transitivité, en accordant trop d’importance à la grammaire et trop peu à l’évaluation logique ou conceptuelle de cette grammaire ; tantôt nous choisissons de réduire les phrases d’action aux expressions de relation en accordant trop de confiance à la logique « standard » (qui ignore le sujet et l’objet, l’agent et le patient) et pas assez à la grammaire ou aux notions (qui nous recommandent de distinguer le sujet et l’objet ou l’agent et le patient) (Kenny, 1963, chap. VII, VIII, IX).

20La grammaire ne nous propose qu’un seul critère d’identification de l’action : le verbe transitif (et ses dérivés nominaux). Le critère est trop pauvre. Il nous condamne à ranger dans une même classe, des verbes qui expriment la notion d’action transitive et d’autres qui ne le font pas. Du point de vue notionnel, dans l’action transitive, quelque chose doit « passer » d’un agent vers un patient, le résultat étant qu’un changement a lieu : celui de l’état du patient Après que le médecin a guéri le malade un nouvel état de choses s’est créé, celui dans lequel le malade est guéri. Nombreux sont les verbes transitifs qui n’expriment pas cette notion ; le meilleur exemple (ou le plus paradoxal) est le verbe « subir » qui est incontestablement transitif, tout en n’exprimant pas du tout « notionnellement » l’action du sujet grammatical. Mais, en réalité, tous les verbes de perception, de sensation, de volonté (voir, entendre, désirer, etc.) et les verbes de mouvement (escalader, devenir) sont transitifs sans jamais exprimer l’idée que quelque chose passe d’un agent vers un patient (Thalberg, 1967).

21Je peux dire qu’après avoir mangé une pomme, j’ai créé un nouvel état de choses (la pomme qui était, n’est plus). Mais il est impropre, semble-t-il, de dire qu’après que j’ai aperçu une pomme, j’ai créé un nouvel état de choses (du type : une pomme que personne ne regardait a été aperçue). Ou plutôt, ce qui devrait apparaître, linguistiquement (et ce que la grammaire traditionnelle semble incapable d’exprimer), c’est la différence entre deux sortes de changement : celui de l’agent et celui du patient. Les scolastiques avaient essayé de rendre cette différence manifeste en opposant l’action immanente (ou intentionnelle, c’est-à-dire le changement d’état de l’agent) et l’action transitive (ou l’action tout court, c’est-à-dire le changement d’état du patient). Thomas d’Aquin éclaire cette opposition de la façon suivante :

  • 7 Thomas D’Aquin, Somme Théologique, I,1,18,3.1, cité par Kenny (1963, p. 196). Thomas d’Aquin s’insp (...)

Les actions sont de deux genres : certaines actions comme chauffer et couper passent dans la matière extérieure. D’autres, comme comprendre, voir, vouloir, demeurent dans l’agent. La différence entre elles est celle-ci. Les actions du premier genre modifient quelque chose non pas dans l’agent qui a initié le changement mais dans ce qui est changé ; alors que les actions du deuxième genre induisent un changement dans l’agent7.

22Thomas d’Aquin ne dit pas que l’action (chauffer, couper) « passant » dans l’objet ou le patient n’a pas de sujet ou d’agent Il dit simplement que le critère d’identification d’une action, c’est l’état de l’objet ou du patient après l’événement, alors que celui de l’action intentionnelle, c’est l’état de l’agent après l’événement.

23Selon Kenny, les limites de la grammaire traditionnelle ne doivent pas nous entraîner vers une conclusion pessimiste, à propos des possibilités de justifier linguistiquement l’opposition notionnelle entre l’action immanente et l’action transitive. En effet :

L’idiome anglais, et d’autres langages, rattache un événement beaucoup plus étroitement au patient qu’à l’agent. En général, si A Ø B, le Øer est le Øer de B et non de A. Quand Romulus a tué Rémus, le « tuer » a été le tuer de Rémus et non celui de Romulus. Quand la pluie détruit la récolte, la destruction est celle de la récolte et non de la pluie. (Kenny, 1963, p. 180)

24Autrement dit, en nominalisant le verbe d’action, l’on s’aperçoit qu’il est lié non à l’agent, mais à ce que l’on peut appeler le patient de l’action. Kenny considère que cette sorte de contrainte linguistique ne contredit pas nos façons habituelles de raisonner, car lorsque nous nous demandons : qu’est-ce qui a changé à la suite d’une action, l’agent ou le patient ? le sujet ou l’objet de faction ? la première réponse qui nous vient à l’esprit, c’est : le patient. Et il conclut : « Lorsque A Øe B (Ø désignant un verbe d’action comme tuer), il est essentiel qu’après cet événement B ait changé mais il n’est pas essentiel que A ait changé. » (Kenny, 1963, p. 180).

25Et il est vrai que nous utilisons spontanément cette distinction. Lorsque nous voulons savoir, par exemple, si un médecin a soigné son client, nous jugeons plus utile d’inspecter l’état du client que celui du médecin. Mais lorsque nous souhaitons savoir si le médecin est amoureux de son client, c’est plutôt à l’état du médecin que nous avons l’habitude de nous intéresser. Dire que le critère d’identification de l’action, c’est le changement d’état du patient, ce n’est pas nier que, dans la plupart des cas, l’agent lui-même est modifié du fait de son action. L’effort du bûcheron, par exemple, se manifeste dans une certaine modification de son état physique ; mais rien ne nous empêche d’imaginer un bûcheron suffisamment solide et suffisamment adroit pour scier une bûche sans aucun effort (ou sans que son état physique soit altéré après l’événement) alors qu’il est impossible de concevoir une bûche qui soit exactement la même après avoir été sciée. Autrement dit : le changement d’état de la bûche est essentiel alors que, par opposition, celui du bûcheron est accidentel (même s’il a lieu dans la plupart des cas).

26On peut penser que l’exemple du bûcheron est particulièrement malheureux puisqu’il semble assez difficile de concevoir un bûcheron intact ou identique à lui-même après l’effort, et l’on peut préférer évoquer le cas d’une personne qui écrirait une carte postale, pour nous habituer plus aisément à l’idée qu’un agent puisse accomplir une action sans que son état physique soit notoirement modifié. Mais, en réalité, l’argument de Kenny n’est nullement empirique. Le bûcheron pourrait se décomposer entièrement à la suite de son effort, son changement resterait accidentel, alors que la plus légère égratignure de la bûche est essentielle, du point de vue du verbe d’action bien entendu.

  • 8 Aristote, La Métaphysique, 1048 b 20-35. Cette preuve aristotélicienne a été abondamment commentée (...)

27Kenny s’efforce de formaliser toutes ces remarques en s’inspirant de la fameuse « preuve grammaticale » donnée par Aristote pour justifier sa division entre acte parfait (energeia) et acte imparfait (kinesis). Si l’on dit que l’on voit quelque chose, cela signifie que l’on a déjà vu la chose : voir est un acte parfait, une energeia. En revanche, si l’on dit que l’on construit une maison, cela ne signifie pas que l’on a déjà construit la maison : construire est un acte imparfait, une kinesis8.

28Mais Kenny a aussi l’ambition, semble-t-il, d’aller au-delà de cette classification aristotélicienne et d’en éclairer les divisions les plus obscures. Et il pense, probablement, que la faiblesse de la classification d’Aristote vient de ce qu’il s’est contenté d’opposer les verbes selon leur comportement face à certaines épreuves grammaticales, alors qu’il eût été plus fructueux d’évaluer ce comportement, relativement à certaines règles logiques. C’est à cette évaluation que semble procéder Kenny.

29Ainsi, il lui apparaît que l’on peut beaucoup mieux saisir ce qui oppose des verbes comme voir et marcher à d’autres verbes comme apprendre et guérir, si l’on admet que ces derniers se comportent de façon aberrante, dans la mesure où ils semblent interdire l’application d’une règle logique généralement acceptée. En effet, l’on admet que, si une proposition est vraie au présent, la proposition correspondante au passé sera vraie dans le futur (s’il est vrai qu’il pleut maintenant, il sera vrai, dans le futur qu’il aura plu (Kenny, 1963, p. 174)). Or, cette règle est suspendue aussitôt qu’un verbe d’action (plus exactement, de performance) est introduit dans la proposition. Ainsi, la proposition « Platon écrit une lettre à ses disciples » peut être vraie au présent alors que la proposition correspondante au passé « Platon a écrit une lettre à ses disciples » peut être fausse (dans le futur) si, par exemple, Platon a jugé préférable de jeter sa lettre au panier, avant de l’avoir achevée, sous le prétexte que la philosophie ne devait pas être consignée par écrit, fût-ce sous forme de lettre.

30Cette épreuve « logique » nous permet de distinguer les actions réellement transitives, comme écrire une lettre ou construire une maison, des actions qui sont immanentes en réalité (même si le verbe est transitif) comme regarder, car si la proposition « Socrate regarde Agathon » est vraie au présent, la proposition au passé « Socrate a regardé Agathon » sera vraie dans le futur même si Socrate n’a jeté qu’un coup d’œil timide et furtif sur Agathon.

  • 9 Une réserve n’est peut-être pas inutile, car la thèse d’Aristote est très complexe et difficile à i (...)

31Ce genre d’épreuve peut-il nous aider à éclairer une autre division dite « aristotélicienne »9, celle qui oppose l’agent et le patient ? C’est ce que Kenny suggère : la vérité de la proposition au passé « Platon a écrit une lettre à ses disciples » implique la vérité de propositions au passé vraies de l’agent (« Platon a écrit une lettre ») et du patient (« une lettre a été écrite ») et la vérité d’une proposition au présent vraie du patient (« une lettre est écrite ») ; mais, comme l’observe Kenny, elle n’implique aucune proposition au présent vraie de l’agent.

  • 10 Cf. le commentaire de Paul Gochet (1979, p. 182).

32Bien entendu, c’est la spécification « au présent » qui importe, car l’on peut inférer des propositions concernant Platon à partir de « Platon a écrit une lettre à ses disciples » : « Platon a fait quelque chose », « Platon a écrit à quelqu’un ». Cependant, aucune n’est au présent. Que Platon soit découragé ou bouleversé après avoir écrit sa lettre, c’est bien possible ou vrai au présent, mais ce n’est nullement impliqué par la vérité de la proposition au passé « Platon a écrit une lettre à ses disciples ». Pour Kenny, ce genre d’épreuve suffit à montrer que, dans l’action, le seul changement d’état qui soit impliqué, le seul qui compte en réalité, c’est celui du patient, puisqu’une proposition au présent qui n’était pas vraie du patient l’est désormais, ce qui n’est pas le cas pour l’agent (Kenny, 1963, p. 181)10.

33Selon Kenny, il devrait être possible, en principe, de faire apparaître clairement la proposition au présent vraie du patient dans une paraphrase acceptable d’une phrase d’action. Nous aurons dégagé, alors, la forme logique de la phrase d’action.

34Kenny propose d’introduire la proposition au présent vraie du patient comme complétive d’une proposition à double verbe, dont le premier figure dans la locution « faire en sorte que », en suivant, comme il nous en a donné l’habitude, une recommandation médiévale. Ainsi, en paraphrasant « Platon a écrit une lettre » par « Platon a fait en sorte qu’une lettre soit écrite », nous mettons en évidence la forme logique de la phrase d’action, puisque la proposition au présent vraie du patient est nettement exprimée.

35Le même argument devrait nous permettre, selon Kenny, d’opposer les verbes d’action transitive et les verbes d’action immanente. Lorsque l’on peut substituer à une phrase dans laquelle figure un verbe transitif ordinaire, une autre phrase dans laquelle figure la formule « faire en sorte que », suivie d’une complétive indiquant ce qui s’est passé en conséquence de l’action, c’est qu’il s’agit d’un verbe d’action authentiquement transitif. « Achille a écrasé la tortue » peut être raisonnablement transformé en : « Achille a fait en sorte que la tortue soit écrasée ». Écraser est un verbe d’action transitive. Mais « Achille a fait en sorte que la tortue soit aperçue » n’est pas une paraphrase acceptable de « Achille a aperçu la tortue » : apercevoir n’est pas un verbe d’action transitive.

36Cependant l’opérateur « faire en sorte que » ne peut jouer son rôle discriminant (entre l’action immanente et l’action transitive) qu’à condition d’être considéré comme un opérateur non intentionnel, et ceci en dépit du fait qu’il réclame un complément propositionnel. En effet, l’on défend souvent l’idée que les verbes ou les expressions verbales « réclamant » un complément propositionnel sont des verbes ou des expressions verbales signifiant des attitudes mentales ou psychologiques (Russell, 1956, p. 216), alors que les verbes ou expression verbales n’admettant qu’un complément nominal sont des verbes d’action transitive (on peut opposer de ce point de vue : « je souhaite qu’il mange une banane » et « il a mangé une banane » ; le verbe « manger » n’admet pas de complément propositionnel, ce n’est pas un verbe « mental »).

37Kenny ne peut pas accepter ce critère, bien entendu, car s’il l’admettait, son opérateur « faire en sorte que » indiquerait une attitude mentale ou psychologique, une action immanente et non une action transitive, puisqu’il est nécessairement accompagné d’un complément propositionnel.

38Kenny s’est servi d’arguments « logiques » pour dévoiler les insuffisances de la définition purement grammaticale de l’action transitive. Il utilise ensuite certaines distinctions grammaticales ou notionnelles (entre le sujet et l’objet, l’agent et le patient) pour mettre en évidence les limites de l’analyse logique traditionnelle.

Comme les philosophes, les logiciens se sont relativement peu intéressés aux expressions décrivant les actions humaines. Les noms, les descriptions définies, les prédicats et les expressions de relation ont été amplement discutés mais l’on n’a pas consacré d’attention spéciale aux verbes d’action. Un verbe d’action, s’il est intransitif comme « dort » est traité comme un prédicat à une place comme « … est bleu » ; s’il est transitif comme « … a tué… », le verbe d’action est classé parmi les expressions de relation dyadiques comme « … est plus grand que… » ; s’il admet un datif comme « … donne… à… », il est mis sur le même rang qu’une expression de relation triadique comme « … est entre…et… ». (Kenny, 1963, p. 151)

39Le corollaire de tout ceci, c’est que la distinction que font habituellement les grammairiens entre le sujet et l’objet ou entre l’agent et le patient est tenue pour philosophiquement inutile. Dans « Pierre est plus grand que Paul », « Pierre » n’a pas plus de titres à être considéré comme le sujet de la phrase que « Paul ». Et l’on a admis, de la même façon, qu’il n’y avait aucune différence de statut entre « Pierre » et « Paul » dans « Pierre a mangé Paul ».

40Cette façon d’envisager les choses, assez répandue depuis Russell, est celle de Prior par exemple. Lorsqu’il analyse « Brutus a tué César » (crime exemplaire pour la philosophie de l’action contemporaine) Prior affirme :

Il est indubitable que les grammairiens auraient identifié, sans aucune hésitation, « Brutus » comme sujet, réduisant « César » au simple rang d’« objet » ; et il est certainement vrai que la proposition porte sur Brutus et que ce qu’elle dit de lui, c’est qu’il a tué César. Mais il est tout aussi vrai que la proposition porte sur César à propos duquel elle dit que Brutus l’a tué. « Brutus » et « César » sont tous deux sujets au sens logique et le prédicat, c’est le prédicat « dyadique » : « … a tué… ». (Prior, 1955, p. 85)

41Ce qui justifie l’identification d’une phrase telle que « César Borgia a empoisonné Lucrèce Borgia », qui contient un verbe d’action, à « Platon est plus grand qu’Aristote » qui contient une expression de relation, c’est le fait que, dans les deux phrases, il y a deux places d’argument ; de sorte que « … est plus grand que… » et « … a empoisonné… » peuvent être appelés prédicats dyadiques.

42Par ailleurs, selon Kenny, une relation met en rapport des entités dont le statut existentiel est équivalent. C’est pour cette raison que les verbes d’attitude mentale (ou propositionnelle) ne peuvent pas être considérés comme des expressions de relation. Il ne peut pas être vrai que je sois plus petit que l’actuel roi de France (s’il n’y a pas de roi de France actuellement) mais il peut être vrai que j’admire Merlin l’Enchanteur (même s’il n’existe pas). Cependant, il semble que l’on puisse être en relation avec une entité qui a cessé d’exister : je peux être plus maigre que feu mon arrière-grand-père. Il convient donc de préciser que l’existence des entités en relation n’est pas obligatoirement contemporaine, bien que ces entités doivent, au moins, avoir existé, alors qu’un verbe d’attitude mentale comme « admirer » admet, en complément, un nom qui peut ne désigner aucun porteur passé, présent ou futur : le fait que Zeus n’ait jamais existé n’empêchait nullement les Grecs de l’admirer.

43Les expressions de relation semblent être un cadre logique tout à fait approprié pour accueillir les verbes d’action, car elles s’opposent clairement aux verbes d’attitude mentale (et à leurs objets propositionnels intentionnels). Ce traitement traditionnel devrait donc, en principe, convenir à Kenny. Cependant, il considère qu’il est tout à fait insatisfaisant. Pourquoi ? Il avance quatre arguments, ou plutôt recense quatre traits distinguant actions et relations (Kenny, 1963, p. 151-170) : a. mode d’existence des objets de l’action ; b. polyadicité variable des verbes d’action ; c. irréversibilité des termes dans les phrases d’action ; d. modes de négation des phrases d’action.

  1. Contrairement aux expressions de relation, les prédicats d’action « typiques » (faire, créer, détruire) peuvent enfreindre la règle d’égalité d’existence entre les termes (s’il est vrai que j’ai détruit la Tour Eiffel, c’est que l’objet qui était n’est plus ; s’il est vrai que Léonard de Vinci a peint la Joconde, c’est que l’objet qui n’était pas est venu à l’existence. Dans tous ces cas, le statut existentiel du terme sujet ou agent est stable, alors que celui du terme objet ou patient est variable).

  2. Contrairement aux expressions de relation, les prédicats d’action peuvent perdre une place d’argument dans le cours d’une inférence : de « Achille est plus lent que la tortue », on ne peut inférer « Achille est plus lent ». Mais de « Achille a mangé la tortue » on peut inférer « Achille a mangé ».

  3. Contrairement aux termes d’une relation, les termes d’un prédicat d’action ne sont pas toujours réversibles. Si l’on peut dire qu’« Achille est plus lent que la tortue », l’on peut dire aussi, même si c’est faux, que « la tortue est plus lente qu’Achille ». En revanche, si l’on peut dire qu’« Achille a mangé des choux », cela ne signifie pas que l’on peut dire aussi, même si c’est faux, que « des choux ont mangé Achille ».

  4. Contrairement aux expressions de relation, qui n’admettent qu’un seul mode de négation formelle, les phrases d’action peuvent être rendues fausses formellement de plusieurs manières différentes : « Lear a donné son royaume à Cordélia » peut être faux ou bien parce que sa négation est vraie, ou bien parce que certaines propositions impliquées sont fausses : « Lear n’a jamais donné son royaume à personne » ; « ce n’est pas à Cordélia qu’il a donné son royaume », etc. Dans la négation de : « Paris est entre Brest et Strasbourg », on ne trouve rien d’équivalent

44En conclusion, Kenny semble suggérer que l’on peut expliquer l’ensemble des différences de comportement entre verbes d’action et expressions de relation à partir de la division entre expression-sujet et expression-objet Si, pour Kenny, une phrase rapportant une action n’a pas la même forme logique qu’une phrase exprimant une relation, c’est, en définitive, parce qu’une phrase de relation n’admet pas de paraphrase introduisant : « faire en sorte que ». La phrase « César est plus vieux que Brutus » ne peut être réécrite sous la forme « César a fait en sorte d’être plus vieux que Brutus ». Il y a donc, en tout, une distinction philosophiquement importante qui correspond à la distinction grammaticale entre le sujet et l’objet. Dans une phrase qui contient à la fois une expression-sujet et une expression-objet, l’expression-objet désigne ce qui est changé en conséquence de l’action décrite par la phrase. L’expression-sujet désigne l’agent ou la cause du changement (Kenny, 1963, p. 182).

45Pour Davidson, Kenny n’a pas réussi, en dépit de ses efforts remarquables, à mettre en évidence la quasi-intentionnalité de l’action. Égaré par sa formule « faire en sorte que », il a manqué l’élément intentionnel de l’action (l’action est irréductiblement liée à un agent) et l’élément extensionnel (quelque chose arrive lorsque l’on agit).

46À première vue, la faillite intentionnelle de Kenny est incontestable. Nous aurons du mal à admettre que « repeindre la barrière », c’est « faire en sorte que la barrière soit repeinte ». Le lien entre l’agent et son acte est si gravement manqué lorsque l’on substitue, à « J’ai repeint la barrière », « J’ai fait en sorte que la barrière soit repeinte », que nous ne serions pas du tout étonné si cette dernière phrase était attribuée à un sorcier capable de faire faire le travail par des gnomes ou des elfes.

47Pour Davidson, la principale difficulté provient du fait que les paraphrases de Kenny ne sont pas logiquement dérivées de la proposition initiale (Davidson, 1967a, p. 110-11). Il peut être vrai que j’ai fait en sorte que la barrière soit repeinte, sans qu’il soit vrai également que j’ai repeint la barrière.

  • 11 Cf. La remarque de P. Engel à partir de Davidson : « “Faire en sorte que” ne rend donc pas la relat (...)

48À la réflexion, l’échec de Kenny ne devrait pas nous surprendre. Kenny identifie l’action à partir du patient, et il faut bien admettre qu’une formule dépouillant l’action de son caractère téléologique (ou intentionnel) n’est pas une bonne formule. En se plaçant délibérément du côté du patient, Kenny échoue, apparemment, puisque son objectif était de dégager la forme logique des phrases d’action transitive par opposition aux phrases d’action immanente. Or, ce qui se perd dans la formule canonique, c’est précisément l’agentivité ou le lien entre l’action et son auteur11. Il n’est pas nécessaire d’avoir un goût immodéré du paradoxe pour remarquer que Davidson reproche à Kenny ce que Ricœur reproche à Davidson : proposer une « sémantique de l’action sans agent » !

49La démonstration de l’échec extensionnel est plus laborieuse. Elle met en jeu tout l’appareil de la traduction des phrases d’action ordinaire en langage quantificationnel ainsi que la définition de ce qui oppose fait et événement. Mais, pour ce qui nous intéresse directement, la réponse de Davidson revient à justifier un certain classicisme logique, indifférent à l’opposition agent-patient. Kenny proposait une logique autonome de l’action, respectant les oppositions grammaticales sujet-objet, ou notionnelles agent-patient (c’est, en quelque sorte, une logique du patient). Davidson nous conseille d’en rester sobrement à la logique standard, qui se passe fort bien de ces divisions et n’est nullement désarmée devant le paradoxe de la polyadicité variable des verbes d’action, contrairement à ce qu’affirme Kenny.

50Davidson et Kenny se rejoignent, dans la mesure où, pour tous les deux, une analyse des phrases d’action serait inadéquate, si elle ne parvenait pas à mettre en évidence son aspect extensionnel. Mais ils se séparent (assez radicalement) dans la manière de réaliser ce programme.

51Selon Davidson, la faiblesse de l’argument de Kenny provient du fait qu’il a essayé de dégager l’aspect extensionnel des phrases d’action à partir d’une analyse propositionnelle. En effet, en substituant, à la phrase d’action ordinaire, une phrase à double verbe, dont le premier est le « faire » du « faire en sorte que », on introduit un complément propositionnel (« J’ai fait en sorte que : la tortue soit mangée »). Dès lors, la thèse de Kenny devient une cible facile pour ceux qui savent se servir du fameux argument dit frégéen. Ou bien l’expression « faire en sorte que » est un opérateur intentionnel, mais cela, Kenny doit l’exclure, puisqu’il cherche, précisément, à mettre en évidence l’aspect extensionnel de l’action ; ou bien c’est un opérateur extensionnel, mais dans ce cas, toutes les propositions qui complètent l’expression peuvent être substituées salva veritate. Autrement dit, « du fait que j’ai fait en sorte qu’un état de choses actuel a eu lieu, il suivrait que j’ai fait en sorte que tous les états de choses actuels ont eu lieu » (Davidson, 1967a, p. 115). Ce qui est absurde.

52Davidson utilise, pour rejeter la thèse de Kenny, l’argument qui lui sert également à montrer que l’expression « être cause de » ne peut pas être traitée comme un connecteur non intentionnel entre propositions, car en procédant de cette façon, toutes nos explications causales seraient substituables et n’importe quel fait pourrait expliquer n’importe quel autre fait (version dite « infâme », par Everson, de l’argument frégéen).

  • 12 Pour les détails de cette procédure, plus ou moins inspirée par Quine, cf. Davidson (1980, p. 108-1 (...)

53La solution propositionnelle de Kenny étant inacceptable, Davidson envisage une issue quantificationnelle. En réalité, la solution de Davidson fait écho à son traitement de la causalité : c’est une analyse stratifiée de l’action. L’on dégage d’abord un aspect extensionnel (ce qui arrive lorsque je fais quelque chose), en mettant en évidence un événement unique qui fixe, en quelque sorte, une multiplicité de caractérisations qui peuvent s’ajouter ou se soustraire. Pour aboutir à ce résultat, il suffit de traduire une phrase d’action ordinaire de forme propositionnelle (comme la désormais traditionnelle : « Brutus a tué César ») dans le langage quantificationnel de premier ordre12, en donnant une place d’argument à l’événement, au lieu de réserver ces places à l’agent et au patient seulement (Brutus et César).

54Ainsi « Brutus a tué César » devient (informellement) : « Il y a eu un événement, c’était un meurtre, de César par Brutus, avec un poignard, le jour des Ides de mars, dans la curie de Pompée, etc. ». Etc. exprime la possibilité d’ajouter (et de soustraire) un nombre illimité de caractérisations de l’événement, ce qui permet de résoudre le fameux problème de la polyadicité variable des verbes d’action : ce que l’on élimine dans nos inférences, à partir d’une phrase d’action, ce ne sont pas des arguments (ce qui ne serait pas justifiable dans le cadre d’une logique dite standard) mais des caractérisations de l’événement, coordonnées aux autres caractérisations et, par conséquent, détachables, conformément à une règle de cette logique standard.

55Cette analyse extensionnelle est strictement indicative : elle sert à sélectionner ou identifier un événement. Reste à l’expliquer ou plus exactement (puisqu’il s’agit d’action) à l’attribuer ou à l’imputer. Ce que l’on fait en coiffant l’analyse extensionnelle d’une analyse intentionnelle (selon le modèle de l’analyse de la forme logique des énoncés causaux). Pour exprimer cet aspect intentionnel ou plus exactement ce mode de présentation intentionnel, l’on peut utiliser une formule qui met en évidence le lien entre l’agent et son acte, telle que : « “Il était intentionnel de la part de x de p”, “x” désignant l’agent et “p” étant une proposition se rapportant à ce qui s’est passé du point de vue de l’agent » (repeindre la barrière, manger une tortue, tuer César, etc.) (Davidson, 1967a, p. 122).

56Contrairement à l’analyse extensionnelle qui indique ou sélectionne des entités dénombrables et réalise une sorte de décompte de notre « mobilier » ontologique, l’analyse intentionnelle est purement syncatégorématique (Davidson, 1963, p. 8). En d’autres termes (moins rébarbatifs peut-être) : une description intentionnelle ne se rapporte à aucune entité existante (objet, événement, état, processus). Elle n’ajoute rien à notre mobilier ontologique (des intentions considérées comme des états internes réels, des dispositions ou des actes, par exemple). Elle est simplement interprétative ou discursive.

57L’on peut observer que l’analyse intentionnelle introduit des propositions pour présenter l’action. Cependant, ces propositions tombent dans la portée d’un opérateur intentionnel, et c’est pourquoi l’erreur fatale de Kenny est évitée. L’analyse ne peut pas m’entraîner à dire (par implication) qu’en faisant quelque chose, je suis auteur de tout ce qui arrive : je ne suis agent que sous la présentation intentionnelle de l’événement (ce qui suffit amplement).

58Il est clair que le succès (ou le caractère acceptable) de ces paraphrases dépend largement de l’assentiment que nous sommes disposés à accorder à l’idée d’une sorte d’équivalence entre l’événement singulier et l’objet physique familier. Et l’on peut difficilement blâmer ceux qui ont du mal à admettre le parallèle entre, par exemple : « Il y a une maison, dans le bas de la ville, à douze fenêtres, à quatre portes, etc. » et « Il y a eu victoire, de la tortue, sur Achille, à Elée, au milieu d’une foule de philosophes etc. ». Mais si le prix ontologique de ce parallèle ne nous paraît pas exorbitant, nous pourrons reconnaître de grands mérites à l’analyse de Davidson.

59En substituant à la forme traditionnelle (propositionnelle) de la phrase d’action, sa forme quantificationnelle implicite, Davidson s’est débarrassé du problème de la polyadicité variable des verbes d’action et de l’opposition sémantique entre type et occurrence d’action (Engel & Nef, 1982). De plus, il parvient à sauver l’aspect extensionnel de l’action (lorsque je fais quelque chose, quelque chose arrive), tout en évitant les conséquences absurdes du programme de Kenny (tout ce qui arrive devrait m’être imputé). L’hypothèse de Davidson, selon laquelle toute phrase d’action en langage naturel abrite une place d’événement que l’on peut extraire au moyen d’une paraphrase en langage quantificationnel, cette hypothèse n’est pas stérile, c’est le moins que l’on puisse dire.

60À première vue, les paraphrases de Davidson semblent artificielles ou étrangères à nos façons habituelles de penser ou de parler. Mais si Davidson les défend, c’est, bien entendu, pour la raison opposée. Pour lui, ces paraphrases ne font rien d’autre que remettre en pleine lumière nos raisonnements et notre ontologie implicites. Elles ne contredisent pas nos façons habituelles de raisonner : elles se contentent de leur donner une justification forte en les rendant compatibles avec la logique élémentaire.

61En résumé, si la sémantique de l’action de Davidson n’est, au plan extensionnel, qu’une traduction de nos phrases ordinaires selon les canons de la logique élémentaire et si celle-ci se caractérise, entre autres, par l’élimination des sujets et des objets grammaticaux, des agents et des patients, alors, il me semble qu’il convient bien de l’appeler « sémantique de l’action sans agent ni patient » plutôt que « sémantique de l’action sans agent » tout court.

Court plaidoyer pour l’événement quelconque

62La priorité (analytique ou ontologique) de l’événement peut nous embarrasser dans la mesure où elle semble atteindre des notions auxquelles nous ne sommes pas prêts, apparemment, à renoncer : auteur, responsable, agent, c’est-à-dire, en gros les ingrédients éthiques ou téléologiques de l’action.

63C’est un inconvénient, d’une certaine façon, mais auquel on peut remédier, tout de même, dans les limites de la sémantique de l’action de Davidson. Car accorder une priorité à l’événement ne signifie pas éliminer l’agent, mais, plutôt, lui réserver une fonction discursive ou explicative (par opposition à ce que serait une fonction causale réelle ou efficiente).

  • 13 La présentation de l’analyse d’Aristote par Tricot, sous l’intitulé « Étapes de l’acte moral » illu (...)

64Une fonction explicative très forte d’ailleurs, trop forte même à mon sens, et c’est pourquoi je vais tenter de justifier, en conclusion, quelques réserves à l’égard des thèses de Davidson. Il me semble, en effet, que Davidson accorde trop d’importance à l’agent, en reconstituant au plan explicatif (ou intentionnel) la division agent-patient dont il s’est débarrassé au plan événementiel. Sans doute parce qu’il ne trouve aucune bonne raison de renoncer à la théorie naïve de la décision individuelle et aux métaphores qui l’inspirent : l’action comme voyage, parcours à étapes débutant dans l’esprit de l’agent (ses désirs, ses croyances) et se poursuivant dans le monde physique (ses actions). Au schéma séquentiel, orienté (désir, délibération, choix, action) que l’on attribue généralement à Aristote (à tort, en un certain sens, puisque Aristote est plus « holiste », moins respectueux de la division en « étapes » qu’on le dit habituellement)13, Davidson substitue un schéma presque identique (croyances et désirs, jugement inconditionnel, acte). Dans ce schéma l’agent est « créateur continu » : il prend l’initiative, maîtrise le déroulement, décide du terme de l’action. L’individu n’est agent que sous cette description : relativement à ce qui échappe à son initiative ou à sa maîtrise, il n’est pas agent, bien entendu.

65À plusieurs reprises, Davidson souligne cet aspect de l’agentivité (accompli et non inchoatif, au sens grammatical), en insistant sur la condition de causalité adéquate. Pour être mise au compte de l’agent, l’action doit être effectuée, depuis son commencement (croyances et désirs) et jusqu’à son terme (l’acte) selon les voies d’une chaîne causale appropriée. L’agentivité exclut les coïncidences : si je souhaite tuer mon oncle et que je le tue par hasard, en le percutant en voiture, alors que je me rendais à son domicile, je ne serai pas auteur de l’acte, au sens plein (Davidson, 1978, p. 87 ; 1973, p. 78).

66Par ailleurs, si l’on ne peut pas réduire l’agentivité à l’intentionnalité, c’est parce que l’intentionnalité est indifférente à l’accomplissement de l’état de choses anticipé, tel qu’il s’exprime dans le complément propositionnel de l’expression verbale de l’intention. Il peut être vrai que j’ai l’intention de tuer mon oncle, même si je ne réalise pas cette intention. Mais je ne peux pas être l’agent du meurtre si je ne l’ai pas accompli (Davidson, 1973, p. 78). Le choix de Davidson est renforcé par ses exemples, qu’il puise dans la classe des activités techniques ou instrumentales, activités que l’agent semble être en mesure d’entreprendre, de diriger et de mener jusqu’à leur achèvement : la modification unilatérale du patient. L’exemple favori de Davidson, c’est : beurrer sa tartine avec un couteau, à minuit, dans sa salle de bains (de préférence). À première vue, le cas n’est pas exagérément complexe, et nous oriente peut-être un peu trop facilement vers l’idée d’un agent source ou origine de l’action, cause continue du changement d’état du patient Il suffirait peut-être de choisir des métaphores ou des exemples différents – des actions « non-prototypiques », selon l’expression de Lakoff et Johnson (1985, p. 81), action à distance, action partielle, apparition de deux agents ou plus, emploi d’un agent intermédiaire – pour obscurcir le rôle de l’agent ou le dévaluer relativement, au plan de l’explication, comme au plan de l’événement. En effet, il n’est pas très difficile d’identifier l’agent lorsque l’action envisagée est une activité technique conduite par un seul agent, telle que nouer ses lacets. Même si l’on est sensible aux arguments aristotéliciens concernant les puissances passives ou les causes matérielles, l’on admettra sans difficultés que, dans ces cas, l’initiative et la conduite de l’opération sont indubitablement au pouvoir de l’agent (les lacets exigent rarement qu’on les noue).

67Les choses deviennent beaucoup plus compliquées, bien sûr, dans le cas des interactions humaines, des actions ayant plus d’un auteur, des actions partielles. Si, par exemple, nous comparons des activités (techniques) telles que nouer ses lacets, construire une maquette, fabriquer une flûte, à d’autres activités mettant en relation des êtres animés – vexer ou tuer quelqu’un –, nous nous apercevons que la fin de la tâche de l’agent ne coïncide pas avec l’accomplissement de l’activité : il reste à la personne victime d’un sarcasme d’être vexée ou à la personne frappée de mourir. Il peut se faire que la victime d’un sarcasme ou d’un coup de poignard soit vexée ou meure bien longtemps après le sarcasme ou le coup de poignard. Et dans ce cas, il sera fort difficile de répondre à des questions comme : à quel moment la victime a-t-elle été tuée ou vexée ? Au moment du sarcasme ou du coup de poignard ? Lorsqu’elle a réagi pleinement à l’action de l’agent en se vexant ou en mourant ? (Bennett, 1988, p. 195).

68Il n’est pas très facile de répondre à ces questions sans prendre certaines décisions plus ou moins conventionnelles (pour « tuer » par exemple) sur ce qu’est agir ou subir. Il n’y a pas de réponse physique claire lorsqu’on se demande dans quelle mesure la victime consent ou participe activement aux torts qu’elle subit, même lorsqu’il s’agit d’un meurtre, car l’état de santé préalable de la victime peut troubler notre diagnostic. Cependant, il ne serait pas impossible d’aménager la conception de la causalité de l’agent de Davidson, en introduisant une certaine dose de relativité dans l’opposition agent-patient, dans la mesure où cette conception est purement explicative.

69Il en va tout autrement dans l’analyse de Ricœur qui nous invite à réhabiliter la conception primitive, pré-humienne, de la causalité, à partir d’une réflexion sur la notion d’action de base, proposée par Danto.

70Un commentaire de Strawson peut nous aider à mettre en évidence ce qui distingue ces deux conceptions (Strawson, 1985, p. 113-115). Selon Strawson, la causalité est ou bien une relation, un trait d’union entre des états de choses ou des événements distincts, ou bien un prédicat exprimant la production d’un état de choses. Dans cette seconde conception, nous admettons l’idée d’une sorte d’opération continue, l’exercice d’un pouvoir causal de la part d’un agent conformément au modèle de la manipulation mécanique directe et à ses expressions verbales ordinaires : manger, pousser, rompre, comprimer, etc. La conception relationnelle – la causalité trait d’union – est plus ou moins dérivée des célèbres arguments de Hume contre l’idée de l’efficacité causale. Selon Hume, la relation « être cause de » n’est rien d’autre que l’enregistrement par l’observation de la succession constante entre deux « objets » ou phénomènes et l’attente de l’apparition du second (le conséquent, l’effet) à la suite du premier (l’antécédent, la cause). Ces successions peuvent être expliquées en invoquant des lois de la nature, et ces attentes peuvent être comprises par les lois du fonctionnement de l’esprit humain.

71Le plus important, c’est de trouver les moyens de nous débarrasser de nos croyances irrationnelles dans les pouvoirs occultes, les forces cachées, les mécanismes inobservables, les influences subtiles. On y parvient en donnant une signification modeste à la relation causale, projection vers le futur de nos expériences passées de la succession des phénomènes, justifiée dans le meilleur des cas par une loi de couverture.

72Cette conception relationnelle s’éloigne (dangereusement selon Strawson) de notre compréhension primitive, immédiate, sans observation, de la causalité qui semble reposer, comme le soutenait Locke, sur notre usage des verbes d’action transitifs, et traduire notre expérience de nos pouvoirs de produire des effets mécaniques ou d’agir selon des motifs. C’est cette conception que Strawson nous recommande de ne pas abandonner : plus exactement il pense que nous ne pouvons pas l’abandonner car si nous avons les moyens de nous passer de la théorie de la causalité par observation et conjonction constante, nous n’en avons aucun qui nous permettrait d’éliminer nos verbes transitifs et intransitifs, éléments fondamentaux de nos narrations et de nos descriptions.

73On peut dire aussi de cette conception pré-humienne qu’elle ignore la rupture entre le plan de l’événement physique et le plan de l’explication. Davidson ne manque jamais de distinguer ces plans. Nous avons vu comment il procédait dans l’analyse de la forme logique des phrases d’action, et aussi, tout au début, dans l’analyse de la forme logique des énoncés causaux. Dans la conception non relationnelle de la causalité, qui est censée traduire l’expérience de notre pouvoir de produire des effets mécaniques ou d’agir pour des motifs, les deux plans se confondent La causalité n’est pas purement descriptive ou discursive. Ricœur, nous recommande, comme Strawson de demeurer fidèle à cette conception primitive de la causalité. Mais ses raisons ne sont pas celles de Strawson. Plus exactement, Strawson n’a pas de raisons : il semble considérer que la conception primitive est si centrale qu’il serait absurde de chercher à la justifier. Pour Ricœur, en revanche, la justification rationnelle ou argumentée de la conception primitive de la causalité n’est pas une vaine entreprise, car ce qui est primitif n’est pas ce qui s’impose sans démonstration, mais le terme d’une analyse. C’est ainsi que Danto justifie sa notion d’action de base et c’est ce qui explique le grand intérêt que lui porte Ricœur.

74Danto suggère que toute action peut être ramenée à une action de base, par l’élimination graduelle de ses parties instrumentales (Danto, 1965). Brutus tue César en faisant quelque chose d’autre (en le poignardant). Brutus poignarde César en faisant quelque chose d’autre (un mouvement brutal de son bras armé). Mais Brutus ne fait pas un mouvement brutal de son bras armé en faisant quelque chose d’autre (en donnant l’ordre à ses neurones de s’activer par exemple). Pour Danto, cette épreuve d’élimination prouve que « mouvoir » est une action de base (ou une action primitive) par opposition à « tuer », qui est une action complexe, un effet de mon mouvement initial. L’on peut donc isoler, par l’analyse, une classe d’actions connues « directement », des expressions immédiates de notre pouvoir de faire qui n’exigent pas l’observation de la conjonction constante entre deux événements. Et s’il y a bien des actions de base, la conception non-relationnelle ou primitive de la causalité est justifiée.

75Pour Davidson l’inconvénient de la notion d’action de base, c’est qu’elle implique le rejet de la conception stratifiée de la causalité. Davidson considère qu’une action complexe comme « tuer » doit être décomposée en un événement unique et plusieurs descriptions. Danto, de son côté, pense que « tuer » est le conséquent d’un antécédent de base : le fait de lever le bras armé d’un poignard, par exemple.

  • 14 Je simplifie outrageusement, hélas, comme je l’ai fait jusqu’à présent. J’observerai, toutefois, qu (...)

76Dans la mesure où le modèle de l’action de base est aussi celui de la conception non discursive de la causalité, il n’est pas très étonnant que Ricœur y fasse référence. Elle lui permet, entre autres, de justifier l’idée que l’enquête sur l’auteur d’une action est terminable, contrairement à l’enquête sur les motifs (qui est interminable). En effet, si la relation causale est purement discursive ou explicative, elle est exposée aux ravages du débat interminable sur qui est agent et patient, antécédent et conséquent, coupable ou victime. Mais si la causalité ne se résume pas à l’explication, le débat peut être clos et l’on peut répondre raisonnablement à la question « qui ? », ce qui est capital pour préserver la dimension éthique de l’action (éloge et blâme, responsabilité et culpabilité) (Ricœur, 1990, p. 117 et 127)14.

77Cependant cette analyse ne vaut que par le crédit que l’on peut accorder à la notion d’action de base ; et la critique de Davidson lui en retire beaucoup (Davidson, 1978, p. 83-84). Danto semble confondre la signification causale et la signification conceptuelle de l’expression « en faisant quelque chose ». Le verbe « tuer » devrait signifier une action complexe plutôt qu’une action de base, parce que l’on ne peut pas tuer quelqu’un sans faire quelque chose d’autre : le poignarder, l’étrangler. Et l’on ne peut poignarder ou étrangler quelqu’un sans faire quelque chose d’autre : un mouvement du bras qui est la seule action de base, celle que l’on fait sans faire autre chose.

78Davidson se demande si ce genre d’analyse n’implique pas une conséquence absurde : la relation entre le mouvement du bras, l’acte de poignarder et celui de tuer serait une relation de succession causale (Davidson, 1971, p. 56-61). L’action de base est comme la variable indépendante ou l’antécédent de l’effet : l’acte de tuer. Mais la relation entre tuer et poignarder, puis entre poignarder et faire un mouvement du bras armé ne peut pas être interprétée comme une relation entre plusieurs événements dans une chaîne causale. Le fait de poignarder quelqu’un ne « cause » pas plus le fait de le tuer que le fait de tuer quelqu’un ne cause un crime. Le crime n’est rien d’autre que le fait de tuer selon certaines conventions. Lorsque je dis que je poignarde quelqu’un en faisant autre chose, il en va de même : il s’agit de deux interprétations du même événement. L’expression « en faisant autre chose » ne décrit pas une succession mais une simultanéité. En réalité, « en faisant autre chose » doit être traité comme un gérondif de manière, et non comme un gérondif causal.

79On le voit plus clairement encore dans d’autres exemples. L’on peut dire en effet que je salue quelqu’un en faisant autre chose : en disant « bonjour ». Et je dis « bonjour » en ne faisant rien d’autre que dire « bonjour ». Dire « bonjour » est donc une action de base. Mais on ne peut pas considérer cette action comme événement indépendant de l’acte de saluer, une cause du salut. Lorsque je salue en disant « bonjour » je ne fais pas deux choses différentes numériquement distinctes (une action de base et ce qu’elle provoque), mais une seule que je peux décrire de deux façons différentes (comme une émission sonore ou comme un salut).

  • 1 Je remercie Jean-Luc Petit pour sa critique d’une version « primitive » de cet article.

80La prétendue « action de base » n’est qu’une description (la plus pauvre, la plus minimale) de l’événement. Mais ce n’est tout de même qu’une description, que l’on ne peut privilégier relativement aux autres descriptions. Ce qui est à la « base », si l’on peut dire, c’est l’événement indéterminé. La thèse de l’action de base ne suffit pas à sauver l’agent au sens fort, « primitif » non discursif, ni à ruiner la conception « stratifiée » de l’action et la priorité (ontologique ou analytique) qu’elle accorde naturellement à l’événement.1

Bibliographie

Ackrill John L. (1965), « Aristotle’s Distinction between Energia and Kinesis », in Bamborough, 1965.

Ackrill John L. (1980), « Aristotle on Action », in A. Rorty (ed.), Essays on Aristotle’s Ethics, University of California Press.

Aristote (1959), Éthique à Nicomaque, trad. fr. J. Tricot, Paris, Vrin.

Aristote (1966), La métaphysique, trad. fr. J. Tricot, Paris, Vrin.

Aristote (1966), Physique, trad. H. Carteron, Paris, Les Belles Lettres.

Bamborough Renford (ed.) (1965), New Essays on Plato and Aristotle, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Bennett Jonathan (1988), Events and their Names, Oxford, Clarendon Press.

Charles David (1984), Aristotle’s Philosophy of Action, Londres, Duckworth.

Danto Arthur C. (1965), « Basic Actions », American Philosophical Quaterly, 2, p. 141-148.

Davidson Donald (1963), « Actions, Reasons and Causes », in Davidson, 1980, p. 3-19.

Davidson Donald (1967a), « The Logical Form of Action Sentences », in Davidson, 1980, p. 105-148.

Davidson Donald (1967b), « Causal Relations », in Davidson, 1980, p. 149-152.

Davidson Donald (1969), « The Individuation of Events », in Davidson, 1980, p. 163-180.

Davidson Donald (1971), « Agency », in Davidson, 1980, p. 43-61.

Davidson Donald (1973), « Freedom to Act », in Davidson, 1980, p. 63-81.

Davidson Donald (1978), « Intending », in Davidson, 1980, p. 83-102.

Davidson Donald (1980), Essays on Action and Events, Oxford, Clarendon Press.

Davidson Donald (1984), Inquiries into Truth and Interpretation, Oxford, Clarendon Press.

Engel Pascal (1984), « Des nuages de philosophie dans des gouttes de grammaire », Critique, 451.

Engel Pascal & Frédéric Nef (1982), « Quelques remarques sur la forme logique des phrases d’action », Logique et Analyse, 99, p. 292-319.

Everson Stephen (1988), « L’explication aristotélicienne du hasard », Revue de Philosophie ancienne, 1, p. 39-76.

Gochet Paul (1979), « L’histoire d’un problème de l’école analytique : la classification des verbes » Revue de Métaphysique et de Morale, 84.

Kenny Anthony (1963), Action, Emotion and Will, Londres, Routledge & Kegan Paul

Lakoff George & Mark Johnson (1985), Les métaphores dans la vie quotidienne, trad. M. de Fornel et J. J. Lecercle, Paris, Minuit.

LePore Ernest & Brian McLaughlin (eds) (1985), Actions and Events, Perspectives on the Philosophy of Donald Davidson, Oxford, Basil Blackwell.

Prior Arthur M. (1955), Formal Logic, Oxford, Clarendon Press.

Ricœur Paul (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil.

Russell Bertrand (1912), « On the Notion of Cause », in Id. 1986, p. 173-199.

Russell Bertrand (1956), Logic and Knowledge, Essays 1901-1950, Londres, Allen Unwin.

Russell Bertrand (1986), Mysticism and Logic, Londres, Unwin Paperbacks.

Ryle Gilbert (1978), La notion d’esprit, [1949] trad. S. Stem-Gillet, Paris, Payot.

Strawson Peter Frederick (1985), « La causalité et l’explication causale », in Id., Analyse et Métaphysique, Paris, Vrin.

Thalberg Irving (1967), « Verbs, Deeds and What Happens to us », Theoria, 33, p. 259-277.

Thomas d’Aquin (1984), Somme Théologique, Paris, Le Cerf.

Vendler Zeno (1967), « Causal Relations », Journal of Philosophy, 64, p. 704-713.

Waterlow Sarah (1982), « Agent and Patient », in Id., Nature, Change and Agency in Aristotle’s Physics, Oxford, Clarendon Press, p. 159-203.

Notes

1 En réalité. Davidson est loin de partager ces habitudes, ce qui est plutôt à son avantage. Il semble même rechercher systématiquement les associations paradoxales : monisme anomal, correspondance sans confrontation, réalité sans référence, etc. (cf. Davidson, 1980 ; 1984).

2 Tai choisi de conserver une seule orthographe pour « intentionnel » et « intentionnalité », en dépit de l’usage, désormais bien établi, qui nous demande d’opposer l’intensionnel, au sens sémantique (l’opacité référentielle) et l’intentionnel au sens, disons « notionnel » (le mental, en général, qui n’est pas toujours « opaque », comme le montre bien l’usage du verbe « voir »). En effet, Kenny, que j’aurai l’occasion de citer abondamment, emploie l’orthographe sémantique, tout en donnant une signification plus notionnelle au terme « intentionnel ». Le lecteur averti se débrouille suffisamment pour qu’il ne soit plus indispensable de multiplier les mises en garde et de varier les orthographes, en donnant un air exagérément scolastique aux discussions.

3 Je ne développerai pas ici les détails de la démonstration qui exige l’application de ce que Everson appelle « l’infâme argument de Frege » (Everson, 1988, p. 39-76).

4 Jonathan Bennett n’est pas le seul à penser que ce critère d’individuation est loin d’être suffisant (1988). Davidson n’ignore pas toutes les difficultés « métaphysiques » que pose l’individuation de l’événement, mais il considère, à juste titre, me semble-t-il, que l’individuation de l’objet physique familier en pose autant, ce qui ne l’empêche nullement d’être traité comme un existant (1969).

5 Bennett se donne beaucoup de mal pour inverser cette distinction. Pour lui, les faits sont des particuliers concrets et les événements des abstractions ou des abréviations (1988). Je préfère ignorer ici cette discussion, ainsi qu’un ensemble d’autres problèmes très délicats, que soulève l’analyse de Davidson, en particulier sa distinction, assez difficile à justifier, entre la conception « bi-événementielle » de la causalité et sa conception « uni-événementielle » de l’action.

6 En soumettant cette suggestion, je suis bien conscient d’appauvrir considérablement l’analyse très complexe de Ricœur. Ainsi, je m’en tiens aux premières justifications du sens primitif de la causalité de l’agent à partir de l’action de base et j’ignore, entre autres, le délicat problème de la réflexivité. J’espère cependant ne pas la manquer entièrement. Ce qui justifie mon parti pris (et mon espoir !) c’est l’impression que les déficits de l’agent à la Davidson, tels que Ricœur les perçoit (absence de réflexivité, de projet, de responsabilité) sont, en réalité, subordonnés à la possibilité de l’action de base et au choix, dérivé, de la conception « primitive » de la causalité. Ainsi, Ricœur semble reprocher à Davidson de manquer la structure d’anticipation ou l’être en projet, bien que Davidson ait souvent insisté sur l’orientation vers le futur de l’action intentionnelle. Mais Ricœur observe (justement d’ailleurs) que cette anticipation est, en quelque sorte rétrospective, discursive. Ce n’est pas un véritable projet « efficient » porté par un agent. Autrement dit : l’anticipation ou le projet tels qu’ils sont conçus dans l’analyse stratifiée de Davidson ne sont pas ceux qui dérivent de la conception « primitive » de la causalité de l’agent.

7 Thomas D’Aquin, Somme Théologique, I,1,18,3.1, cité par Kenny (1963, p. 196). Thomas d’Aquin s’inspire des distinctions assez complexes qu’Aristote avait établies entre l’action transitive (poiesis) qui tombe pour ainsi dire hors d’elle-même (la construction « passe » dans le bâtiment) et l’action immanente (praxis) qui n’a d’autre fin que son propre exercice (comme lorsqu’on dit que l’on chante pour chanter, ou que l’on danse pour danser sans autre motif particulier, le gain ou les honneurs). Aristote ne respecte pas toujours cette division comme l’ont montré, entre autres, David Charles (1984, p. 65) et Ackrill J. L. (1980, p. 93-101).

8 Aristote, La Métaphysique, 1048 b 20-35. Cette preuve aristotélicienne a été abondamment commentée bien sûr. L’analyse d’Ackrill (1965) est extrêmement stimulante.

9 Une réserve n’est peut-être pas inutile, car la thèse d’Aristote est très complexe et difficile à interpréter. Parfois elle anticipe la distinction intention-extension, dans la mesure où l’opposition agent-patient ne semble être rien d’autre qu’une façon de décrire un événement (cf. par exemple, Physique III, 202b 10-15) et le commentaire de Sarah Waterlow (1982).

10 Cf. le commentaire de Paul Gochet (1979, p. 182).

11 Cf. La remarque de P. Engel à partir de Davidson : « “Faire en sorte que” ne rend donc pas la relation téléologique appropriée entre l’agent et son œuvre » (1984, p. 968).

12 Pour les détails de cette procédure, plus ou moins inspirée par Quine, cf. Davidson (1980, p. 108-110 et 118-122). Les critiques à son égard ne manquent pas. Cf. pour une revue d’ensemble LePore & Mc Laughlin (1988).

13 La présentation de l’analyse d’Aristote par Tricot, sous l’intitulé « Étapes de l’acte moral » illustre bien cette interprétation orthodoxe (et partiale) qui ne tient pas compte du fait qu’Aristote ne présente pas toujours ces étapes comme des entités indépendantes (le désir peut être délibéré, le choix s’exprime dans l’action, etc.), cf. Éthique à Nicomaque, (1112a 1-10, 113a 15-30), et note de Tricot, 6, p. 137.

14 Je simplifie outrageusement, hélas, comme je l’ai fait jusqu’à présent. J’observerai, toutefois, que cette tendance à lier la dimension éthique de l’action à la responsabilité ou à l’agentivité ne tient peut-être pas suffisamment compte de la possibilité d’une asymétrie entre la ligne du Mal et la ligne du Bien. En effet, l’on pourrait dire, à la suite de Ryle (1978, p. 69-70), que nous ne cherchons des « auteurs » ou des « responsables » qu’en cas d’action blâmable. Lorsque l’agir est « correct » nous ne cherchons pas à identifier l’auteur ou l’agent avec la même ardeur ! Si cette réserve est acceptable, l’on pourra se demander si lier la dimension éthique à l’agentivité ne revient pas, en réalité, à construire cette dimension à partir d’une réflexion sur la ligne du Mal et sur elle seulement.

Notes de fin

1 Je remercie Jean-Luc Petit pour sa critique d’une version « primitive » de cet article.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search