Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

I. L'archive et le terrain

Voir apparaître

Les « événements » de Medjugorje

Pilgrimage as an Event

Das Erscheinen sehen

Élisabeth Claverie

Résumé

Cet article traite des conditions dans lesquelles des personnes, en pèlerinage sur un site d’apparition actuelle de la Vierge, peuvent dire qu’il y a eu événement pour elles. À l’aide de la notion de dispositif situationnel, l’auteur décrit comment cet événement se constitue à travers la mise en phase réciproque de personnes et d’un être surnaturel.

Texte intégral

1À San Damiano en Emilie-Romagne, près de Plaisance (Italie), à Medjugorje en Bosnie-Herzégovine, près de Mostar (Yougoslavie), dans d’autres lieux encore, la Vierge apparaît quotidiennement. Depuis une dizaine d’années, elle se manifeste à des voyants, toujours les mêmes. Elle leur parle, les écoute, fait d’eux les interlocuteurs d’un échange verbal. Chaque année, des centaines de milliers de personnes, de toutes nationalités, se rendent sur ces lieux, seules ou en groupes, le plus souvent accompagnées d’un guide. Elles ne se connaissent généralement pas entre elles, quoiqu’on puisse trouver des personnes apparentées ou amies, affectées par un malheur commun, qui font ensemble le pèlerinage. Elles y demeurent quatre ou cinq jours et tentent de prendre part à ce qu’on peut appeler une configuration.

2Ce n’est pas la problématique du pèlerinage comme recours « populaire » contre le malheur qui m’intéresse ici, mais la question qui, à mon avis, lui est préalable, de la capacité des personnes de participer à une telle configuration, appréhendée comme un événement. La phrase fictive suivante illustre assez bien le hiatus dont les gens viennent faire l’épreuve à Medjugorje (elle indique aussi le sens analytique dans lequel j’emploie le terme configuration) :

sur un maigre plateau karstique, entouré de collines pierreuses, parsemé de masures groupées en hameaux, de vignes et de champs de tabac, la Vierge apparaît à six enfants, un jour de juin 1981, à quatre heures de l’après-midi et continue toujours de le faire, jour après jour, dix ans après.

3On remarquera que la première moitié de cette phrase semble sortie d’un manuel de géographie humaine, tandis que la seconde vient en modifier le cours. Je voudrais constituer une perspective permettant de décrire d’un même mouvement, la façon dont les personnes entrent, se déplacent, agissent, individuellement et collectivement, dans le monde hétérogène décrit par cette phrase.

4Pour appréhender l’activité des pèlerins, on pourrait se contenter d’emprunter leurs expressions, avec leur valeur performative : « y aller » « y croire », etc. Ces expressions communes aux pèlerins et aux anthropologues pourraient suffire, jusqu’à un certain point, à résumer les opérations et l’événement en cause. Mais leur emploi masque une série d’actions complexes qui demandent à être analysées. Par exemple, quelles sont les possibilités et les difficultés qu’offre aux pèlerins leur option en faveur d’une affirmation de la présence de la Vierge ? Comment s’en s’effectue la prise en charge ? Dans quel mode de coprésence interagissent les différents acteurs impliqués, Vierge comprise ? Comment, enfin, le monde de Medjugorje acquiert-il pour les pèlerins, une réalité, une vérité et une efficace coordonnées, et comment les personnes en surmontent-elles les paradoxes ?

  • 1 Il s’agit de livrets, livres, opuscules publiés chaque année, avec la mention « remise à jour », su (...)
  • 2 J’ai écrit à ce propos un rudiment d’analyse dans un compte rendu des ouvrages de René Laurentin (C (...)

5Pour désigner cette configuration sur place, ou pour y référer dans les livres spécialisés1, on emploie les expressions « Événements-de-Medjugorje » ou « Événements-de-San-Damiano » (avec É majuscule). Le terme événement possède ici une valeur normative générale qui renvoie au lexique de l’eschatologie chrétienne. Les apparitions de la Vierge à Medjugorje réfèrent à ce lexique. Celui-ci alimente d’ailleurs une pastorale aux accents apocalyptiques, qui ne sont pas absents non plus des « messages » de la Vierge aux voyants. Le terme renvoie également aux premières apparitions de la Vierge en tant que surgissement étrange du surnaturel. Le commentaire de ces événements miraculeux, dont il s’agit d’expliquer la possibilité, est pris en charge par une littérature spécialisée de théologiens. Leurs arguments s’inscrivent dans un débat spécifique. Mais cette littérature est monnayée pour les pèlerins dans une série de livres et de livrets, dont le montage mériterait d’être analysé2.

6Cependant, à Medjugorje, le terme événement est d’un usage spécifique dans la situation de pèlerinage. Dans la bouche des pèlerins, il signifie le plus souvent : « j’ai réussi mon pèlerinage », c’est-à-dire : « ça a eu lieu pour moi ». Quand « l’événement n’a pas eu lieu », ils disent : « j’ai raté mon pèlerinage », ou, ce qui n’est pas tout à fait la même chose, « l’événement n’a pas eu lieu pour moi ». Le terme est aussi impliqué dans des expressions telles que « ça m’est arrivé, quel événement ! » ; « j’ai senti sa présence, je ne suis plus le même » ; « non, il ne m’est rien arrivé, il ne se passe rien ici » ; ou « je n’ai eu aucun signe, je n’ai pas eu de grâce, c’est peut-être une épreuve ». C’est dans cet emploi que j’entendrai le terme événement dans cet article. Je traiterai du cas de « réussite » du pèlerinage, en tant qu’elle constitue un événement. J’analyserai les conditions sous lesquelles des pèlerins peuvent dire qu’il y a eu événement, c’est-à-dire mise en phase réciproque d’êtres humains et d’un être surnaturel. À cet effet, je montrerai comment, dans les procédures langagières et extra-langagières de cette effectuation, se réalise une objectivation de l’être surnaturel.

Comment rendre compte de ce type de phénomène en sciences sociales ?

  • 3 Font ici exception les travaux de Jeanne Favret sur la sorcellerie, qui, les premiers, ont su probl (...)
  • 4 B. Malinowski avait souligné le problème que posait l’assimilation par l’ethnologie des « primitifs (...)

7Pour être en mesure de rendre compte de ce type d’événement d’un point de vue anthropologique, il convient de déplacer certaines perspectives habituelles. La description se donnera d’emblée pour contrainte de ne pas scinder a priori les actions des pèlerins dans le monde hétérogène constitué par l’accomplissement du pèlerinage, en fonction des opérateurs cognitifs censés les gouverner. Car de tels opérateurs, construits dans une histoire particulière de la critique, incorporent déjà un jugement scientifique, et leur emploi pour rendre compte des conduites des agents indique sous quel angle il faut considérer leurs actions (quelque chose comme : agir raisonnablement vs croire). En effet, si les distinctions de la tradition descriptive en anthropologie religieuse3 (et en anthropologie tout court) représentent des acquis critiques essentiels pour les sciences sociales, il reste, me semble-t-il, qu’elles font obstacle à une description conséquente en termes d’acteurs (Dodier, 1990 ; Quéré, 1990). En effet une description en termes d’acteurs refuse, on le sait, de concevoir l’acteur social comme fondamentalement aveugle, trompé, victime de l’illusion ou de la fausse conscience, soumis à la croyance et quasi indistinct d’elle4. Elle conteste que l’application de ce dogme méthodologique substantialiste soit le seul garant de l’objectivité en sciences sociales. Elle ne vise principalement ni à mettre en évidence ni à dénoncer un principe caché de l’aliénation, ou une ignorance, radicale mais ignorée, des acteurs à l’égard d’eux-mêmes. Elle tente plutôt de rendre compte de la façon dont les acteurs eux-mêmes établissent des distinctions critiques, instaurent et utilisent des catégories cognitives. Ce qui suppose qu’ils en soient jugés capables. C’est tout le statut de l’acteur (de l’indigène) dans les sciences sociales qui se trouve ainsi réévalué.

  • 5 Mysticismes et hystérie forment un couple paradigmatique bien connu. Voir notamment la présentation (...)
  • 6 À l’inverse, les travaux sur les pèlerinages comme rites intégrateurs, sont très nombreux en anthro (...)

8Si l’on adopte cette perspective, l’emploi d’expressions distanciantes comme : « ils croient que » ou « leurs représentations sont telles et telles », a l’inconvénient, malgré une pertinence évidente, de poser a priori une hypothèque sur certaines actions, qui ne peuvent plus alors être considérées librement ni soumises à d’autres types d’évaluation critique. Le fait qu’il s’agisse d’une apparition de la Vierge complique encore le problème. En effet la Vierge et ses cultes représentent sans doute aujourd’hui la quintessence du ridicule et de la superstition. Ils ne bénéficient même pas du charme de l’exotique. Une telle dépréciation trouve aujourd’hui son expression la plus achevée dans trois modes d’objectivation scientifique : une certaine utilisation du terme croyance en anthropologie ; la démonstration du non-sens des propositions religieuses dans l’empirisme logique (Soulez, 1985 ; Jacob, 1980) ; et les analyses conduites en termes de psychopathologie5. Cette construction surdéterminée de l’objet explique peut-être la rareté des descriptions portant sur ce thème en anthropologie des religions6. J’essaierai toutefois d’avancer tant bien que mal, m’appuyant sur les recherches qui, en philosophie du langage (Russell, Quine), ont thématisé la croyance comme mode de rapport au réel.

9Il importe aussi de dégager cet objet des discours anticléricaux et cléricaux, tant répressifs qu’apologétiques, et de rendre scientifiquement opératoires les mécanismes d’exclusion dont il est victime. Mon parti, devant cette situation d’exclusion, consiste d’une part à considérer comme descriptibles les actions des acteurs (Vierge, voyants, pèlerins), sans les préfixer par les expressions d’usage, du genre : « ils croient que » ; « ils sont fous » ; « ils sont croyants » ; « ce sont des paysans ») ; d’autre part, à traiter de façon symétrique (au sens de Latour, 1989) les trois protagonistes de cette affaire, à les considérer comme des acteurs à part entière, et donc à ne pas isoler la Vierge dans ce travail, à ne pas lui réserver un traitement spécial en termes d’être fictionnel par exemple (ce qui enlèverait tout sens à ce que font ensemble les dits acteurs).

10Sur le premier point, je n’emploierai pas les marqueurs de distance (« ils croient que », etc.). Étant donné le type de prémisses qu’ils supposent, ils n’apporteraient rien à la description visée. Le but est, en effet, de déplacer le moment de leur intervention dans la description, étant entendu que la distinction et le partage qu’ils expriment sont inhérents au projet même de la science. Mais, dès lors que la discrimination devient constitutive du schème d’objectivation de l’objet, on se trouve devant une simple logique de disqualification, qui entrave l’objectivation. Il est donc clair que la notion de croyance, quel qu’en soit l’objet, ne peut être justifiée qu’a posteriori. La configuration à analyser ne sera donc pas traitée comme une affaire de croyance mais comme une affaire de jugement, donc de critères. Or, jugement et critères font partie de notre condition commune.

11Quant à l’exigence de symétrie, elle procède de la simple volonté de bien identifier l’objet empirique et de bien construire l’objet théorique. Les pèlerins ne vont pas voir un mythe. Ils vont voir une Vierge qui apparaît, qui « est bien là ». Ce qui requiert de leur part des procédures spécifiques d’objectivation, distinctes de celles qu’ils mettraient en œuvre si la Vierge « n’était pas là », comme à Lourdes par exemple, ou s’ils référaient à un objet matériel présent. C’est, en effet, la modalité d’objectivation particulière, mise en œuvre par les pèlerins pour organiser une coprésence, qui m’intéresse ici, et non pas un inventaire des erreurs et bizarreries humaines.

Les dispositifs situationnels

12Mon objet est ainsi constitué par les péripéties qu’entraîne la décision que des personnes prennent de se rendre en un lieu, où un être surnaturel se manifeste, en un présent qui est aussi le leur, et en des lieux où ils sont eux-mêmes. Pour appréhender le processus de mise en phase réciproque des voyants, de la Vierge et des pèlerins, j’utiliserai la notion de dispositif situationnel. Par cette expression, j’entends la constitution d’unités discrètes par composition d’éléments de langage et d’objets matériels. Cette composition est l’œuvre des acteurs. Elle émerge de leurs façons de traiter les personnes et d’utiliser les objets, et de leurs opérations de référence (qui mettent en jeu, alternativement, plusieurs théories indigènes de la référence). Je voudrais montrer que ces opérations de référence, médiatisées par un dispositif d’objet et par son rapport toujours changeant au dispositif interlocutoire, tendent à établir, de dispositif situationnel en dispositif situationnel, des procédures de composition et de validation du monde qui y est engagé. C’est à travers l’enchaînement de ces opérations qu’est objectivée la présence de la Vierge. On peut ainsi envisager le pèlerinage de Medjugorje comme une série de dispositifs situationnels. Mis en œuvre par les pèlerins, ils révèlent une présence (celle de la Vierge) qui produit un certain nombre d’effets et d’états.

13Peut-être faut-il souligner que la configuration-Medjugorje n’est pas immédiatement donnée aux pèlerins. La commune géographique dans laquelle ils arrivent, souvent après un long voyage, et dans laquelle il faut bien qu’ils se déplacent, leur est inconnue, étrangère. On y parle croate, alors qu’ils sont australiens, américains, français ou italiens. Elle contient aussi bien une colline sacrée, que des bicoques-restaurants et des banques de change. Ce qui oblige les personnes à opérer constamment des « passages », à organiser une compatibilité (toujours réversible) des lieux, à construire des mondes différents, à identifier convenablement leurs usages de façon à pouvoir agir sans devoir toujours les opposer (par exemple ils s’efforcent de ne pas dire, comme ils en sont automatiquement tentés : « c’est une bonne affaire financière », ou de ne pas le dire à tout propos). Il leur faut de même se constituer les moyens d’objectiver une « autre » réalité, qui ne se donne pas plus immédiatement que l’ordinaire (le fait de voir une statue de la Vierge, ou des confessionnaux n’y suffit pas). Je me garderai d’opposer les mondes qui se constituent là, selon la dichotomie profane/sacré. Ils n’ont pas de pureté substantielle en soi. Et l’agencement actuel du lieu de pèlerinage, encore peu stabilisé, suggère un ordre qui se cherche toujours.

14S’ils veulent être en présence de ce qui est arrivé à Medjugorje, et qui arrive encore tous les jours, les pèlerins sont astreints à des procédures de « passage » entre états intérieurs différents, corps différents, mondes différents, compétences différentes. C’est ce travail de mise en phase continue qui, s’il est convenablement effectué, permettra aux pèlerins de dire : « j’ai réussi mon pèlerinage ! ». Un de ces passages retiendra notre attention. C’est celui, essentiel, que les pèlerins doivent effectuer au moment de l’apparition quotidienne : comment et avec quoi pèlerins, voyants et Vierge construisent-ils un monde congruent, un monde dans lequel une interlocution est possible ?

15Ce travail individuel et collectif de mise en phase réciproque d’un être surnaturel et de personnes ordinaires s’élabore en une série de situations ayant chacune sa spécificité énonciative. On observe en effet un enchaînement tel des énonciations, qu’un certain usage de l’expression référentielle « la Vierge » constitue celle-ci comme présente ici et maintenant. Mais cet « ici et maintenant » inclut tout aussi bien les Noces de Cana, la scène de la Passion, l’Annonciation, que ce qu’« Elle » a dit à tel ou tel mystique contemporain, ce qu’« Elle » vous a fait ressentir à telle date, dans telle circonstance. On entend ainsi : « Elle a aidé Michelle Leclerc à s’en sortir quand elle était malade » ; « Je lui ai fait confiance, comme sainte Thérèse » ; « Elle porte Jésus dans ses bras » ; « Elle a vu mon âme, pourtant je voulais rien dire » ; « Mon frère dit qu’Elle veut qu’il leur pardonne » ; « Elle a dit à Maria que son Fils souffrait trop de nos péchés » ; « Elle a dit à son Fils de prier pour les paralysés » ; « Avec ce qu’Elle a vécu, Elle comprend » ; « Ce jour-là, j’ai senti qu’Elle était à côté de moi » ; « Le curé d’Ars dit qu’Elle aime cette prière ». Dans les conversations, la relation de Ses actions, souvent rapportées à la biographie de la personne qui parle, de celle à qui l’on s’adresse, ou de celle dont on parle, possède une extension qui couvre la Bible, la littérature hagiographique, les récits de Ses interventions et actions auprès de mystiques ou de voisines, comme aussi les récits de sa vie, qu’une succession de visionnaires, jusqu’à nos jours, ont décrite avec minutie. Ces expressions référentielles n’ont pas un sens mythologique ; elles sont traitées comme renvoyant à une situation actuelle. Cet usage de la concaténation frappe d’emblée l’observateur. Les Noces de Cana, la grippe d’une telle ou la Passion sont référées dans des énoncés au même temps verbal, associées par conjonction et à l’actif. La Vierge est ainsi objectivée par des assertions. Ses actes sont comparés dans des dialogues entre pèlerins. Elle est réalisée, dotée d’une réalité factuelle.

16Cet usage partagé de la langue obéit à une norme qui définit des conditions d’emploi licite et d’inter-admissibilité pour les affirmations ou les récits. Certains procès d’interlocution servent à tester les limites du possible à l’intérieur de « ce monde-là ». Apprendre « à parler miracle », « à parler grâces » sans passer pour fou aux yeux des autres est un apprentissage mutuel qui demande de la prudence. Une des occupations des périodes de conversation, nombreuses dans la journée, consiste d’ailleurs à distinguer les « excités » des « sages ». Les personnes se qualifient mutuellement, dans un jugement silencieux, ou dans quelque confidence que A fait sur B à C en lui demandant ce qu’il en pense. Deux lexiques critiques sont disponibles. Celui de la psychopathologie, qu’elle soit « populaire » ou « savante » : « c’est un excité » ; « elle est cinglée » ; « elle est hystérique » ; « elle dit qu’elle parle aux oiseaux, c’est bizarre ». Ou le lexique spirituel, qui informe des expressions telles que : « il a reçu une grâce » ; « elle a senti la présence » ; « elle a un charisme » ; « il a vu le soleil tourner » ; « il est guéri par la prière » ; « il a vu une croix dans le ciel » ; « elle parle aux oiseaux, c’est possible pour elle », etc., sans que ces expressions évoquent les qualificatifs de la folie. Ce lexique possède d’ailleurs ses propres critères de discernement de la folie. Mais ceux-ci ne sont pas fixés ; ils s’établissent dans un jugement qui prend en compte toutes sortes d’actes. Je ne puis ici que le constater, sans être en mesure, pour le moment, de déployer les arguments par lesquels les personnes opèrent ces distinctions. Ce qui est sûr c’est qu’elles les opèrent au sein d’un dispositif situationnel précis. Sont ainsi constamment mises à l’épreuve, et éprouvées par les pèlerins, les contraintes et les marges de liberté qu’offre un monde dans lequel une interaction avec un être surnaturel est possible. C’est dans ce mouvement que s’obtiendra peut-être « la grâce », comme on dit là-bas, c’est-à-dire une relation modifiée à sa propre biographie.

Procédures de mise en phase : la présentification

17Comment se fait la mise en phase réciproque des voyants, des pèlerins, de la Vierge ? Et quels effets a-t-elle ? On prendra en compte que cette mise en phase ne concerne pas seulement l’ajustement des discours ou des jeux de langage des acteurs, mais aussi celui de leurs corps, de leurs sens, de leurs états, de leurs projets, qu’ils ont à coordonner, en un seul monde, par des actions. Ce qui implique qu’ils peuvent aussi bien échouer que réussir. À cet effet, j’ai constitué une police de description qui intègre tous les êtres présents dans la succession des scènes du pèlerinage, en focalisant l’analyse sur les modalités successives de leur présence : comment les gens « sont-ils là » dans la scène, et en « amènent-ils » d’autres – les personnes évoquées, les « acolytes », et pour la Vierge, les anges, les âmes, Dieu, le Fils, etc. ? Autant de modalités de présence qui sont essentielles pour déterminer qui parle à qui, avec quel corps, par le canal de quels sens, comment le référent de ce discours soutient les opérations de sa manifestation, enfin qui est objet de référence et comment il l’est.

18Ces modalités ou régimes de présence sont observables avant tout dans la langue, que ce soit celle, indirecte, dans laquelle une scène a pu m’être décrite, ou celle, directe, dans laquelle les acteurs parlaient dans cette même scène, en ma présence. J’ai donc pu repérer une suite de configurations à l’intérieur d’une même scène et saisir les opérations effectives de cette mise en présence, en cherchant à les identifier par le jeu des positions occupées par les locuteurs et les actants (les personnes dont on parle) dans les énoncés. Par configuration, j’entends ici un certain type d’énoncé : une phrase, dite par A à B en présence de C, engageant souvent D, personne absente physiquement, mais néanmoins présente dans l’étiologie de la souffrance, qu’on fait « venir » en la nommant et en la situant dans une scène, par exemple celle de l’apparition. On voit alors, à mesure que le pèlerinage progresse, se modifier les figures d’énonciation, notamment les imputations de responsabilité de la souffrance.

19Je décrirai rapidement les principales scènes du pèlerinage en commençant par les positions d’énonciation. Ces scènes diffèrent de celles de San Damiano – où la voyante est morte depuis quelques années, mais où la Vierge « apparaît quand même toujours » –, en ce qu’elles ne forment pas (pour le moment) des séquences ordonnées, prévisibles, ritualisées. À Medjugorje, mystique et débrouillardise vont de pair. Il existe des buts de pèlerinage, mais chacun doit en organiser l’accès par un travail acharné. Voir les voyants et prier avec eux, entendre d’eux un commentaire du message de la Vierge qui passe par leur bouche, cela est très souvent possible. Mais on ne sait jamais exactement lequel, ni quand, ni où. Obtenir d’eux un rendez-vous privé ou une attention particulière est déjà beaucoup plus difficile. Assister à l’apparition dans la pièce où se tiennent les voyants est un très rare privilège.

Positions d’énonciation et réversibilité

  • 7 L’expression système d’adresse s’emploie en anthropologie de la parenté pour marquer la différence (...)

20Il y a, d’une part, le dialogue qui s’effectue dans une position d’interlocution directe, d’énonciateur à énonciateur, entre les voyants et la Vierge, et qui concerne leurs soucis journaliers respectifs : pour la Vierge, les soucis que le monde procure à son Fils ; pour les voyants, ceux que ce même monde procure à leurs proches et à eux-mêmes. D’autre part, la Vierge transmet des « messages » aux voyants, qu’elle les ait elle-même reçus, avec mission expresse de les transmettre, ou qu’elle s’en soit faite la libre interprète, en vertu de sa situation privilégiée auprès de son Fils. Symétriquement, si les voyants parlent à la Vierge d’eux-mêmes, de leurs préoccupations personnelles et familiales, eux aussi s’entremettent pour lui transmettre les demandes des pèlerins, par exemple celles d’un pèlerin en particulier, ou des intentions plus générales concernant le monde entier, les âmes des morts ou celles de certains morts en particulier. Un espace de commune préoccupation, comprenant le plus particulier comme le plus général, sans considération des hiérarchies ordinaires, est ainsi constitué. Vierge, voyants et pèlerins y occupent des positions mobiles. Cette mobilité, repérable dans le jeu d’énonciation, initie quelque chose comme une réversibilité du monde. La diversité des positions concerne tous les acteurs du système d’adresse7. La posture et l’identité du destinataire des actions d’interlocution sont en effet modifiables, et plusieurs postures ou identités distinctes peuvent être cumulées dans des énoncés successifs de la même personne. La Vierge est positionnée alternativement, comme destinataire finale ou comme intermédiaire des demandes. Les voyants peuvent se trouver en position « d’intermédiaire d’intermédiaire », selon la structure en chaîne de l’apocalyptique classique, par exemple, lorsqu’ils annoncent aux pèlerins les messages qu’ils entendent, en état d’extase, de la bouche de la Vierge, celle-ci transmettant les demandes faites par « son Fils ». Mais ils peuvent être également des interlocuteurs directs. De sorte qu’ils sont, tour à tour, les intermédiaires et les interlocuteurs de la Vierge, mais aussi les intermédiaires et les interlocuteurs des pèlerins.

21Vis-à-vis des pèlerins, les voyants s’entremettent selon plusieurs procédés. Soit ils reçoivent oralement la demande particulière d’une personne, qui est parvenue à obtenir d’eux, malgré la cohue et un emploi du temps chargé, un instant d’entretien ; soit les organisateurs de groupes leur remettent le lot des lettres recueillies dans leur groupe, sur lesquelles ont été rédigées « des intentions de prière » ; soit encore les pèlerins leur remettent directement (éventuellement en les leur glissant furtivement dans la poche) ces lettres pliées en quatre, et adressées à la Vierge.

22Les voyants prient pour les pèlerins en leur présence, soit sur le seuil de leurs demeures devant lesquelles les seconds sont massés, soit pendant l’apparition. Les pèlerins oscillent alors entre deux soucis que renforce leur cœxistence contradictoire. Ils se demandent si le fait que les voyants présentent l’ensemble de leurs prières globalement leur donnera plus, ou moins, de force, que si elles étaient présentées individuellement, et si leurs requêtes seront bien identifiées par le ciel comme les leurs, ce qu’ils souhaitent profondément. Mais ils souhaitent, tout autant, se défaire de toute particularité dans le malheur et se fondre dans le malheur général. Ils souhaitent ne pas être identifiés par leur malheur, mais néanmoins être entendus dans leur souffrance propre (c’est pour cela qu’ils sont là). Ils souhaitent que l’étiologie biographique de cette souffrance soit débarrassée du caractère fatal, définitif, que lui donne son insertion irréversible dans leur histoire familiale et sociale passée. L’état d’accablement dans lequel nombre de pèlerins arrivent est dû souvent, selon leurs propres dires, au caractère définitif du jugement que leurs proches ont émis sur l’histoire, ou plutôt sur l’historique, de leur situation de souffrance. Dans le dispositif que je viens de décrire, lorsque les pèlerins prient avec les voyants, certains perçoivent l’offre qui leur est faite de ne plus être entendus selon « leurs mérites » mais selon « la grâce ». Du point de vue de l’événement, comme émergence d’une réversibilité possible dans le cours irréversible des choses, cette démarche, qui vise à écarter de la biographie la notion de destin (l’identification par le malheur), se présente comme un accès à un monde où la réversibilité serait possible. Les personnes passent ainsi d’une économie fermée du destin à une économie ouverte du salut.

23Les demandes de la Vierge aux voyants, quant à elles, concernent à la fois le particulier et le général, et englobent des niveaux de généralité variés, comme des circonstances tout à fait individuelles. Elle demande aux voyants que les pèlerins prient pour l’humanité toute entière, pour « les âmes du purgatoire », ou pour telle ou telle faute particulière. Ou encore, elle signale aux voyants qu’elle a tenu compte de la recommandation particulière, qui lui a été faite, du sort de tel enfant. Les pèlerins considèrent comme de la nature de certaines demandes qu’elles soient retransmises à Dieu, d’autres étant destinées à la Vierge elle-même.

24Certains des messages de la Vierge sont diffusés oralement à l’assemblée des pèlerins par le truchement de l’entourage des voyants (confesseurs, directeurs spirituels, amis, organisateurs de pèlerinages, fidèles, étudiants-guides venus de Zagreb ou de Sarajevo se faire un peu d’argent de poche). D’autres, les « Messages », sont mis par écrit ; ils sont affichés à la porte de l’église, ou envoyés par brochures à une liste d’adresses de pèlerins inscrits dans les agences. D’autres enfin sont tenus secrets, et ostensiblement déclarés tels. Les messages de la Vierge comportent habituellement une évaluation pessimiste de l’état du monde (présentée comme une constatation de fait). Ils indiquent aussi les remèdes qu’il conviendrait de mettre en œuvre pour modifier cet état et prévenir ainsi les conséquences funestes que pourrait entraîner « la lassitude », voire « l’irritation de Dieu ».

25On a ainsi des systèmes d’adresse qui impliquent l’engagement dans la situation d’interlocution d’un nombre déterminé d’êtres surnaturels et d’êtres humains dans des positions d’énonciation chaque fois différentes. L’échange de ces positions, leur recouvrement ou leur juxtaposition, déterminent un espace particulier de dicibilité au sein des scènes du pèlerinage.

Les premières étapes du pèlerinage

26À Medjugorje, du matin au soir, on erre en proie à la vacuité du lieu, à sa désorganisation de village inconnu, aire défoncée par les chantiers de construction de maisons pour les pèlerins, de parkings, de « lieux de rencontre ». Sa disposition de village paysan, encore totalement actif il y a deux ans (très pauvres, beaucoup d’hommes devaient partir travailler en Allemagne) s’est transformée progressivement. Nouveau Klondike, son territoire a été envahi par de grandes villas en béton flambant neuves, tantôt adossées aux maisons paysannes misérables progressivement désertées, plus souvent dispersées dans la commune sur les champs qui relient les divers hameaux. Entre ces hameaux s’étendent les champs de vigne et de tabac, où travaillent encore souvent les paysannes et paysans croates, en habits sombres. Ils voient passer sur les sentiers nombre d’américaines extasiées, en anoraks fluorescents, chantant à pleine voix des cantiques à la Vierge. De-ci de-là, de petits groupes de pèlerins de toutes nationalités prient ou chantent, assis par terre. Certains, solitaires, sanglotent, marchent pensivement ou sont prostrés. D’autres escaladent deux des collines qui encadrent Medjugorje pour y accomplir des dévotions, ou entrer en contact avec les formes de la présence surnaturelle. C’est sur une de ces deux collines que la Vierge est apparue les premières fois. C’est aussi là qu’elle apparaît encore la nuit aux voyants. Beaucoup de pèlerins fabriquent des petites croix de bois qu’ils plantent là, y accrochant des « vœux », déposant de menus objets sous les pierres : lettres, photos, rubans. Ils ramassent quelques pierres pour les ramener chez eux. La Vierge apparaît de nuit sur la colline, une à deux fois par semaine, sans que ce soit tout à fait prévisible. Elle n’annonce le rendez-vous aux voyants que le soir même. Eux-mêmes ne l’annoncent pas publiquement, mais le confient à « quelques-uns ». L’information se chuchote de groupe en groupe, et ceux qui l’ont reçue escaladent la colline pierreuse, torches électriques en main. Ils cherchent les voyants en extase. Ils viennent voir les voyants voir, si l’on peut dire – car il fait nuit Il y a aussi l’église dressée au carrefour des hameaux. Édifiée il y a trente ans, elle est immense, d’une taille disproportionnée par rapport au village. Elle est encerclée de dizaines de prêtres assis sur des chaises, qui confessent des files de pèlerins dans des langues multiples. Mais la plupart des personnes cherchent les voyants avant tout. Aucune activité d’encadrement rituel n’est prévue avant l’apparition, à sept heures du soir. Cependant, en raison d’un contrat tacite avec les guides de groupes, un certain nombre de rencontres avec ceux qui sont en contact direct avec la Vierge doivent être assurées. Le succès du pèlerinage dépend en partie de la qualité singulière des contacts obtenus avec les voyants, les deux franciscains qui sont réputés « La voir » eux aussi, certains enfants qui ont des « interlocutions du cœur » (ils entendent la Vierge mais ne la voient pas) et les familles des voyants.

27Les personnes qui viennent ici sont souvent dans des situations de souffrance physique ou psychologique, les concernant elles-mêmes ou un de leurs proches. C’est la principale raison de leur pèlerinage. Aussi, le rôle des guides est-il décisif. Ils représentent une clé d’accès au dispositif. S’ils jouent mal leur rôle ou que leurs démarches restent sans résultats, le groupe se détache d’eux et l’on tente chacun pour soi d’obtenir « des nouvelles ». Ces guides sont parfois des « organisateurs spirituels », militants d’associations de pèlerins voués à cette cause. Ils en ont fait, dit-on, « le vœu » solennel et public. On dit d’eux qu’ils ont reçu un « charisme » et qu’ils agissent en action de grâce pour un bienfait reçu. Plus souvent, ce sont des étudiants croates parlant la langue du groupe qu’ils accompagnent. Recrutés par des associations de pèlerins, ils assurent l’accueil à l’arrivée à l’aéroport, pourvoient à leur hébergement chez l’habitant (on loge à trois ou quatre par chambre), et, surtout, connaissent les voyants et maîtrisent les subtilités des « entrées » à Medjugorje. On exige d’eux non seulement « qu’ils y croient », mais aussi qu’ils aient une tenue vestimentaire correcte. II y a autant d’occasions de conflits à ce sujet que de places occupées par eux dans la chaîne des médiations, car ils ont à résoudre aussi bien les problèmes matériels entre pèlerins et villageois que les questions spirituelles entre pèlerins et voyants. Ainsi remarque-t-on souvent une certaine réticence des pèlerins à entonner la prière qu’ils ont commencée, ou à prêter l’oreille à leur commentaire du « chemin de croix ». La plupart du temps, en dehors de quelques rendez-vous bien précis, les pèlerins circulent sans leurs guides et cherchent seuls ou en groupe à rencontrer les voyants et à « entrer dans les mondes d’ici ».

28Une grande partie des quatre journées qu’on passe généralement sur les lieux est consacrée à chercher les voyants, à tenter de les voir plusieurs fois, de les toucher, de rentrer en contact avec eux, de la manière la plus personnelle possible. Chacun s’informe fiévreusement, dès qu’il rencontre quelqu’un sur les chemins, sur le lieu où se trouve tel ou tel voyant Les trajets qu’on fait d’un hameau à l’autre sont essentiels. On s’y confie ses expériences, ses raisons d’être là, les « signes » qu’on a déjà reçus ou ceux qu’on espère recevoir. On y prie en groupe. On s’aborde pour se demander des nouvelles des voyants. On s’informe sur ce qu’Elle a dit. On fait le chemin avec un passant et on lui confie ses problèmes. Une rumeur court : Maria est chez sa tante dans tel hameau, Ivan est chez lui, Jakov est absent On voit alors les groupes de pèlerins sillonner le village en tous sens.

29Une autre activité consiste à « aller sur la colline des apparitions » ou « sur la colline de la croix ». On va aussi « voir le Père Jozso ». Ce dernier, curé de la paroisse au début des apparitions, aujourd’hui encore confesseur et directeur spirituel des voyants, a été relégué par la hiérarchie dans une paroisse à trente kilomètres de Medjugorje. Là, il reçoit, par petits groupes, les pèlerins venus en cars de Medjugorje, quand l’organisateur a pu organiser un rendez-vous. Il fait le récit des premières apparitions, commente le sens général du message de la Vierge, bénit les personnes par imposition des mains sur la tête, distribue des images bénies. On chuchote qu’il a vu la Vierge, lui aussi. Chaque soir, il prêche dans l’église de Medjugorje après l’apparition, et son sermon est traduit dans différentes langues. Ce prêche d’exhortation, dit à voix très basse, dramatique, une croix dans une main, un chapelet dans l’autre, est très attendu. Il dure souvent une heure et demie, une véritable épreuve d’endurance pour le corps. À l’issue de ce prêche, le Père Jozso fait se ranger les fidèles dans l’allée centrale, tandis que quelqu’un se place derrière chaque fidèle pour le retenir et touche sa tête de sa main. Beaucoup tombent à terre, des prêtres aussi, en proie à la « guérison profonde ». Lorsque le Père quitte l’Église, une cinquantaine de corps inanimés jonchent le sol. Avant de partir, il bénit tous les objets personnels des assistants sans se limiter à ceux qui sont affectés à la dévotion ; tout ce qui est là est béni – vêtements et tous objets que les pèlerins garderont ou distribueront à leur retour chez eux.

30Ces médiations grâce auxquelles les êtres et les choses de « ce monde-là » se montrent et se disent, sont autant d’étapes successives de la coordination et de l’agencement des personnes dans un monde réversible. Parmi ces médiations, l’une des plus essentielles est la confession auprès des franciscains de Medjugorje, plus particulièrement de certains d’entre eux, qui sont proches des voyants, ou dont on dit qu’eux aussi ils « ont vu ». Les pèlerins choisissent, dans le temps du pèlerinage, un moment bien particulier pour se confesser, celui où ayant fait de nombreux va-et-vient entre les voyants-chez-eux et les voyants-en-état-de-vision, ils se sont constitué un accès à un monde réversible. C’est dans cet état, dans ce régime et dans ce monde qu’ils désirent se confesser.

La scène quotidienne de l’apparition

31Depuis juin 1981, et quotidiennement jusqu’aujourd’hui, la Vierge apparaît à des jeunes gens. Deux d’entre eux, qui ont « reçu les dix secrets », ce qui devait fixer le terme de leur voyance quotidienne, ne voient plus qu’exceptionnellement, l’un à la date de son anniversaire, l’autre à la date anniversaire de la première apparition. Ainsi, du groupe initial des six jeunes gens (quatre filles et deux garçons), quatre voient encore aujourd’hui (Mai 91) quotidiennement. Il s’agit de deux filles et de deux garçons (Iakov (17 ans), Maria (23 ans), Vicka (25 ans), Ivan (25 ans)).

32La scène quotidienne de l’apparition comprend quatre groupes de personnes et leurs « acolytes » : les voyants, la Vierge, les personnes admises à assister, et la foule à l’extérieur des murs du local des apparitions. Cette scène est ainsi configurée : dans une pièce du presbytère qui fait face à l’église, les voyants voient la Vierge qui les voit aussi ; ils se parlent, se touchent. Une vingtaine de personnes assistent à l’événement, ainsi qu’un ou deux religieux locaux et quelques religieux de passage. La foule des pèlerins, ne sachant ni comment ni pourquoi certains sont choisis de préférence aux autres pour assister à la scène, les spéculations sur les raisons de leur privilège, du moins à certains moments du pèlerinage, vont bon train. À d’autres moments, à la sortie du presbytère par exemple, pareille question ne saurait se poser : leur élection, entre ces deux moments, a changé de nature. Quelquefois un assistant, journaliste ou non, filme la scène. Pendant ce temps, la foule des pèlerins encercle le presbytère et entonne des prières à haute voix. Lorsque la Vierge apparaît, une ampoule s’allume à l’entrée du presbytère ; elle s’éteint quand Elle s’en va. Dès que la lumière s’allume, un grand silence se fait dans la foule ; beaucoup prient, prostrés, concentrés, ou pleurent en proie à une émotion intense.

33Entourés de quelques religieux, les voyants entrent dans le local, suivis des personnes admises. Sitôt entrés, voyants, religieux et assistants récitent ensemble à haute voix le rosaire, chacun dans sa langue. Soudain la voix des voyants s’éteint, mais leurs lèvres continuent d’articuler : Elle est là, et eux avec Elle.

34La vue des jeunes gens agenouillés, le visage en dialogue, fait basculer les assistants dans la même scène. Nos entretiens avec eux révèlent qu’ils peuvent alors fermer les yeux et passer outre les voyants, qui à cet instant leur font obstacle, pour tenter d’être vus, distingués par Elle sans interposition. Ils peuvent prier ou rester muets, sidérés, sans demandes. Ils peuvent demander une action de la Vierge en leur propre faveur ou en faveur de quelqu’un d’autre ; ils peuvent avoir le sentiment d’être joués ; ils peuvent ne rien ressentir. Le plus souvent, ils sont « en larmes de joie ».

35Pour les voyants seuls, la Vierge, en « chair et en os » (nous reviendrons sur cette expression) est visible, touchable de la main. Ses gestes, ses attitudes, son sourire, ses larmes et ses paroles leur sont perceptibles et ils ressentent vivement les effets de cette relation. Le bonheur, la tristesse que la Vierge montre sur son visage se traduisent sur le leur. C’est ainsi que les rares personnes admises à assister aux apparitions quotidiennes de la Vierge peuvent lire et interpréter sur les visages des voyants les péripéties du colloque auquel elles-mêmes sont sourdes. Car l’échange verbal et émotionnel entre voyants et Vierge, s’il est visible, n’est pas audible pour les personnes présentes, puisque – expliquent-elles – si les lèvres des voyants bougent, s’ils ont l’attitude et les mimiques du dialogue, si leurs yeux sont fixés sur un point devant eux, aucun son audible ne sort pourtant de leur bouche. La scène d’intimité que vivent les assistants se passe cependant bien ici, à Medjugorje, à sept heures du soir généralement, dans une pièce close du presbytère qui fait face à l’église.

36Les personnes admises auprès des voyants pendant l’apparition, nommées « Témoins », sont très enviées. À chaque pèlerinage on tâche « d’en être » par toutes sortes de manœuvres, et les organisateurs de groupes se font souvent fort d’obtenir cette faveur pour une personne du groupe. Ces « témoins » sont vivement sollicités par la foule, à leur sortie. On les presse de décrire leurs impressions, les « effets » sur eux-mêmes du voisinage qu’ils ont partagé. On les touche, on les contemple, on pleure avec eux, on les questionne, on leur demande de « raconter ». Lorsque l’entretien prend fin, les voyants sortent eux aussi de la pièce où ils se tenaient, et divulguent à la foule des pèlerins silencieux, attroupés autour du local des apparitions, le message qu’ils ont reçu. Ils le font eux-mêmes dans leur propre langue (croate, italien) ou par le biais d’intermédiaires qui disent le message, puis le traduisent en plusieurs langues. Après quoi, le groupe des voyants fend la foule et se dirige vers l’église, encadré de prêtres et suivi des pèlerins. La procédure de manifestation à l’œuvre dans l’ensemble de ce dispositif crée une transition entre « deux ici ».

L’entrée dans un monde réversible

37L’entrée des acteurs dans un même monde avec la Vierge, exige d’eux qu’ils en quittent momentanément un autre, à savoir qu’ils oublient les dispositions propres à ce monde-ci pour constituer des dispositions nouvelles. Ils doivent « pour être là » reconfigurer jusqu’aux dispositions internes de leurs corps. Pour établir une relation d’audibilité, ils doivent déconnecter leurs sens de leurs fonctions ordinaires et avoir un « cœur », une « âme », un « esprit » qui entendent autre chose. La Vierge est soumise à une contrainte similaire. En tant qu’apparaissant, elle est là « en chair et en os ». Les voyants, de même que les présentateurs-apologètes de Medjugorje, insistent constamment sur la matérialité de sa présence, en dépit de ce que suggère le terme apparition. Elle est donc munie d’un corps. Mais de quel corps ? Les traditions herméneutiques de la théologie, dominées hier par les interprétations allégoriques, inspirées aujourd’hui de la théologie « négative », interdisent cette interrogation, la jugeant naturellement déplacée et sans fondement. Sur ce point, les apologètes de Medjugorje font de même et ne laissent pas la possibilité d’une question. Il en est tout autrement des pèlerins : c’est au prix d’un effort de littéralité, d’un renoncement, pour un temps, aux interprétations allégoriques ou symboliques de l’apparition de la Vierge, qu’ils obtiennent ce qu’ils appellent 1’« effet Medjugorje », à savoir l’actualisation d’un dispositif de passage entre deux mondes, l’un irréversible, l’autre réversible.

38Le corps que la Vierge possédait pendant sa vie terrestre est celui qui a participé aux péripéties de la vie du Christ. C’est en cela qu’il est saint. Il est le corps biographique de Marie, celui d’une femme âgée, parvenue au terme de son existence naturelle. Or, ce corps est mort, même si la mort a pris chez elle un caractère particulier, et si elle a été soustraite à la corruption par son Assomption, (« elle est montée aux deux corps et âme »). Son corps humain « habituel », celui qu’elle habitait lorsqu’elle était en vie, sur terre, est bien mort. Il faut pourtant que ce soit avec ce corps-là qu’elle apparaisse, induisent les pèlerins d’après les paroles de la Vierge, puisqu’il est le corps sacré, le « tabernacle », le corps qui a porté Jésus, qui a souffert l’ensemble des épreuves de la vie de Jésus. C’est ce corps-là avec sa mémoire et ses sensations qui est seul fondé à soutenir le reproche adressé aux pèlerins : « vous faites souffrir mon Fils ». Mais, pourtant, c’est aussi un autre corps qui apparaît, le corps d’une jeune femme de vingt ans, « merveilleusement belle », disent les voyants. C’est un autre corps que celui qu’elle avait sur terre. Parlant de ce corps-là, celui de l’apparition, les voyants ne parlent que de son visage, de ses vêtements. Cela étant, la Vierge, apparaissant avec deux corps co-présents, introduit non seulement une transition entre transcendance et immanence, mais encore des bouleversements dans le franchissement du passage mort-vie, et dans le statut temporel du corps qui, de vieux, redevient jeune. Elle crée ainsi une fois encore, la possibilité d’une réversibilité absolue. Avec cela, l’invisibilité de son corps pour les assistants et les autres pèlerins lui conserve la qualité de transcendance, associant à cette réversibilité une figure d’extériorité, les deux étant conjointement nécessaires à la constitution de l’événement.

La Vierge, le temps, l’événement

39Les enchaînements énonciatifs de l’ensemble des séquences du pèlerinage constituent la Vierge comme présente, active, compétente et requérable dans des horizons de temps différenciés, horizons qu’il revient à sa nature de pouvoir constituer, ou qui sont, si l’on préfère, la conséquence des caractéristiques de son montage logique, et des contraintes complexes et paradoxales de ce montage, dès lors que ses attributs se manifestent en action, comme c’est le cas à Medjugorje. En effet, selon ces dispositifs, elle est requise à des échelles de temps différentes. La Vierge manifeste une compétence eschatologique : elle connaît le futur aussi bien dans sa relation aux individus particuliers (« elle connaît notre avenir terrestre »), que par rapport au destin de la création en général (le devenir individuel et collectif, conçu en termes de « salut », met ainsi en rapport les « œuvres » et les « mérites » avec la « grâce » dont l’obtention n’est pas prévisible ou pas entièrement prévisible). D’autre part, sa compréhension, sa connaissance du temps biographique, jusqu’en son étiologie (ce que les pèlerins appellent « la vie », dans les expressions : « c’est à cause de la vie », « la vie, c’est comme ça »), temps dont elle a fait l’expérience dans sa vie « incarnée », étend ses compétences dans la maîtrise du présent et du passé (son propre passé généalogique, par exemple, ou son apprentissage auprès de son fils). Il y a enfin sa co-présence, son surgissement intime dans la vie des pèlerins, pendant le temps du pèlerinage, comme à des moments antérieurs au pèlerinage. À Medjugorje, les personnes relatent ces moments entre elles lorsqu’elles se racontent les circonstances passées de leur conversion ou les occasions où la Vierge s’est manifestée à elles.

40Tout ceci constitue pour les pèlerins un univers de dicibilité rendu possible par la constitution spécifique d’un déploiement « des temps ». Partout ailleurs (dans la vie ordinaire) ces temps sont hétérogènes ; ils ne sont pas dominés par un même être ; aucun être ne peut les parcourir dans une libre circulation, comme seule la Vierge le peut, grâce à « ses corps » ou à ses états de corps si particuliers. Une des scènes qui met le mieux en lumière la capacité de la Vierge à être créatrice de temps non-hétérogènes est celle de l’Annonciation, où elle répond « oui » (le « fiat ») à l’ange, un « oui » qui, à partir d’un temps biographique, embraye sur le temps du salut. C’est aussi un « oui » qui constitue pour les pèlerins un modèle de la passivité comme action. Aux horizons temporels distincts qu’elle met en place correspondent, de la part de la Vierge, des opérations de jugement et des actions différenciées. Pendant le pèlerinage, en effet, elle présente ces « temps » tour à tour, selon les dispositifs dans lesquels elle est engagée. Les personnes y engagent alors à leur tour, avec elle, des visées, des intentions, des actions, se fondant, chaque fois, sur une constitution du temps différente (biographique ou eschatologique). Ces actions et ces intentions des pèlerins sont, à chaque occurrence successive, différemment finalisées et spécifiquement ajustées. S’enchaînent, alors, pour les pèlerins des visées d’économie du salut et d’économie des mérites, avec les dispositions intérieures qui s’y rapportent. C’est l’identification de ces temps, l’ajustement aux économies qu’ils requièrent, qui conduit sans doute les personnes à déclarer : « il y a eu événement, j’ai réussi mon pèlerinage ».

41Les possibilités langagières de la Vierge (ici et maintenant à Medjugorje), les informations qu’elle possède étant données les particularités de son existence aux côtés de Dieu, des saints, des anges et des âmes, comme aux côtés des hommes, la richesse prospective et rétrospective de ses vues, tant historiques qu’eschatologiques, la constituent en effet, par et dans le fait de son apparition, dans une position d’interlocutrice effective « aux larges vues ». Sa biographie humaine composée de souffrances ordinaires et atroces échappe néanmoins à la contingence : par son oui à l’ange venant lui faire l’annonce de la naissance du Christ, elle ouvre la perspective du salut, un temps hors histoire, hors comptes, c’est à dire hors de l’enchaînement naturel des malheurs. Le fait qu’elle parle, écoute, réponde, confère à l’enchaînement des événements du pèlerinage une ouverture sur la littéralité. C’est parce que le montage complexe de sa personne, aux composantes logiquement contradictoires, est déployé par les pèlerins dans toutes ses conséquences littérales, situation après situation, que s’ouvre l’espace d’une réversibilité possible.

42On insistera ici pour bien spécifier que les termes « quitter un monde » ou « entrer dans un monde » ne sont pas employés métaphoriquement, qu’ils supposent des transformations effectives. Les larmes en sont, pensons-nous, le signal. Elles attestent le passage d’un monde à un autre, d’un monde irréversible à un monde réversible, d’un corps irréversible à un corps réversible, comme le deviennent aussi à partir de cet instant les affections qui sont attachées à ce corps. D’un corps soumis à des lois vérifiables par les sens, on passe à des sens vérifiant l’opposé : les corps ne se laissent plus imposer de lois. C’est dans une telle économie, sans doute, qu’apparaissent les miracles.

Bibliographie

Claverie Élisabeth (1990), « La Vierge, Le désordre, la critique », Terrain, 14, p. 60-75.

Dodier Nicolas (1990), « Représenter ses actions », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 115-148.

Jacob Pierre (1980), L’empirisme Logique, Paris, Éditions de Minuit.

Latour Bruno (1989), La science en action, Paris, La Découverte.

Laurentin René & Ljudevit Rupcic (1984), La Vierge apparait-elle à Medjugorje ?, Paris, Éditions O.E.I.L.

Quéré Louis (1990), « Agir dans l’espace public », in P. Pharo & L. Quéré (eds), Les formes de l’action. Sémantique et sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 1), p. 85-112.

Quine Willard Van Oman (1961), « From a Logical Point of View », in Id., Logico-philosophical Essays, Harvard University Press.

Quine Willard Van Oman (1977), Le Mot et la Chose, Paris, Flammarion.

Russell Bertrand (1959), Signification et vérité, Paris, Flammarion.

Soulez Antonia (ed.) (1985), Manifeste du Cercle de Vienne et autres écrits, Paris, Presses universitaires de France.

Turner Victor (1979), Process, Performance and Pilgrimage, New-Delhi, Concept publishing company.

Notes

1 Il s’agit de livrets, livres, opuscules publiés chaque année, avec la mention « remise à jour », sur les événements de Medjugorje, par le père René Laurentin, principal apologète, en France, de ces apparitions.

2 J’ai écrit à ce propos un rudiment d’analyse dans un compte rendu des ouvrages de René Laurentin (Claverie, 1990).

3 Font ici exception les travaux de Jeanne Favret sur la sorcellerie, qui, les premiers, ont su problématiser la question de la croyance, ainsi que ceux de Charles Fredrikson au Portugal.

4 B. Malinowski avait souligné le problème que posait l’assimilation par l’ethnologie des « primitifs » à la loi, après que cette dernière les en ait résolument exclus. Les « primitifs » ont ainsi successivement été décrits comme anomiques et incohérents, puis comme radicalement soumis à la loi, à la loi religieuse notamment, sans possibilité aucune pour eux de constituer un espace critique, la seule échappatoire décrite étant le couple transgression individuelle/sanction de réinsertion dans le collectif (Malinowski, 1927).

5 Mysticismes et hystérie forment un couple paradigmatique bien connu. Voir notamment la présentation de Michel de Certeau au Journal de « Sœur Jeanne des Anges », préfacé par Charcot. Il semble qu’à cet égard, il ne reste rien à ajouter. Il serait donc plus intéressant de noter les critères critiques mis en place, par les autorités intéressées, ou par les mystiques eux-mêmes, qui distinguent folie et mysticisme. Des débats ont eu lieu pour établir des critères de différentiation dès le moyen-âge.

6 À l’inverse, les travaux sur les pèlerinages comme rites intégrateurs, sont très nombreux en anthropologie. Voir notamment l’œuvre de A. Dupront, ainsi que Turner (1979).

7 L’expression système d’adresse s’emploie en anthropologie de la parenté pour marquer la différence des termes employés lorsqu’on s’adresse à quelqu’un ou lorsqu’on parle de lui. À ce sens d’une spécificité d’emploi des termes de l’adresse, qui appartient à la problématique structuraliste, je donne ici une connotation pragmatique empruntée à O. Ducrot, qui s’est préoccupé de la façon dont se marquent dans la langue les échanges interlocutoires.

Auteur

Chargée de recherche en anthropologie au CNRS. Elle est membre du Groupe de Sociologie Politique et Morale (EHESS) et associée au CERMES, Paris.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search