Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

I. L'archive et le terrain

Événement et esthétique de la réception

Le cas de la bibliothèque princière de Corvey

Event and Reception Aesthetics

Ereignis und Ästhetik der Rezeption

Jochen Hoock

Résumé

Comment rendre compte de la contibution de la réception d’un événement historique à la constitution de son individualité ? Et comment étudier la réception d’un événement historique ? S’appuyant sur le cadre théorique élaboré par les recherches contemporaines tant en histoire (Koselleck) qu’en théorie littéraire (Jauss), l’auteur étudie la réception allemande d’un événement tel que la Révolution française, à travers la constitution du fonds d’une bibliothèque, la Bibliothèque princière de Corvey.

Texte intégral

1La deuxième moitié du xviiie et les trois premières décennies du xixe siècle ont profondément transformé la situation de l’historiographie moderne. C’est en effet au cours de cette période que se précise la méthode dite historique. C’est aussi à ce moment que les problèmes généraux de l’heuristique deviennent un objet de la théorie et de la philosophie de l’histoire non sans soulever d’âpres controverses. Enfin, la notion même de l’histoire se transforme pour devenir ce singulier collectif qui nous est aujourd’hui familier (Koselleck, 1972, 1990 ; Ricœur, 1985, p. 300-346 ; Brunner et al., 1972).

  • 1 « Qu’ai-je prétendu prouver dans l’Essai ? Qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, et qu’on ret (...)

2Que ce changement méthodologique et sémantique renvoie à un changement radical de l’expérience historique est une évidence, et personne n’hésitera longtemps pour désigner l’événement qui divise la période considérée en deux moitiés sensiblement inégales. Georg Barthold Niebuhr n’a jamais caché quelle importance avait à ses yeux l’expérience de la Révolution française pour son travail d’historien (Niebuhr, 1859 ; Heuss, 1981). Chateaubriand accumulait, à peu près au même moment, avec la réédition commentée de son Essai sur les révolutions de 1794 toute une série de preuves montrant que l’événement, par le changement général dans lequel il s’inscrivait, échappait de plus en plus à l’expérience immédiate1. L’image typique de la « révolution », qui depuis Polybe avait servi à ordonner les phénomènes, devenait inopérante. Toute tentative de se faire une idée de l’état des choses, des Zustände comme diront un peu plus tard les historiens libéraux allemands, exige désormais que l’historien, voire le simple mémorialiste, thématise et reconstruise l’événement dans le contexte du changement général, afin de s’en faire une expérience. La théorie devient dans ces circonstances, selon une formule pertinente de Reinhart Koselleck, un postulat de la méthode (Koselleck, 1973 ; 1988, p. 13).

  • 2 À titre d’exemple on citera les nombreux travaux d’Ursula Becher, de Hans-Erich Bödecker, de Horst- (...)

3Certains aspects de cette « mutation dans la forme de l’histoire » (Werner Conze) ont depuis longtemps fait l’objet d’analyses. Déjà en 1913, George Peabody Gooch montrait, dans History and Historians in the Nineteenth Century, que le nouveau statut scientifique de l’histoire n’est qu’un aspect d’un bouleversement plus général des formes du savoir (Gooch, 1958 ; Muhlack, 1991). Des travaux plus récents soulignent encore plus fortement les liens entre l’évolution méthodologique dans tous les domaines du savoir social traditionnel, par exemple celui du droit, de la statistique et de 1’économie politique, ainsi que celui des sciences dites historiques2. En réalité c’est toute l’organisation de la mémoire collective qui s’en trouve bouleversée (Nora, 1986, p. 355 et suiv. ; Blanke & Rüsen, 1984).

4Pour l’espace linguistique allemand, Reinhart Koselleck, Jörn Rüsen, entre autres, ont analysé de façon exhaustive au cours des deux dernières décennies le champ sémantique de la genèse de la conscience historique moderne et des pratiques historiennes qui s’y rattachaient (Koselleck, 1972 ; Blanke & Rüsen, 1984). Des travaux semblables ont été entrepris pour l’espace anglophone et francophone (Espagne & Wemer, 1988). Mais les tentatives faites pour rapprocher discours et pratiques, et pour comparer l’investissement symbolique et l’importance réelle des langages nouveaux sont dans l’ensemble restées sans grand effet.

5Qu’une telle entreprise se heurte à maintes difficultés, nul ne l’ignore. Les travaux de Daniel Mornet, Rudolf Schenda, Rolf Engelsing, Jean Quéniart ou Daniel Roche, jusqu’au livre récent de Roger Chartier sur les Origines culturelles de la Révolution française, témoignent tous de la difficulté de restituer l’actualité passée des phénomènes de réception, autrement dit de démontrer et de décrire, preuves à l’appui, les champs d’interaction où le phénomène de « réception » se manifestait (Roche, 1988 ; Chartier, 1991). Pour le discours historique moderne, vient s’ajouter la difficulté qu’il se constitue au moment même où il devient son propre objet historique. Or, le fait que l’histoire puisse être autre chose que le discours d’une discipline n’a, longtemps, guère intéressé les historiens (cf. cependant Nora, 1986 ; Weber, 1982 ; Blanke & Rüsen, 1984, p. 73.) Les rapports du nouveau discours historique avec d’autres genres littéraires restent de ce fait mal connus. Par ailleurs le phénomène qui fait de la littérature une institution en soi a fortement contribué à occulter ce rapport.

6Le cas de la bibliothèque princière de Corvey, que nous introduisons ici à titre d’exemple, ne lève, bien-entendu, aucune de ces difficultés fondamentales. Il permet tout au plus de les préciser. Le poids de cet exemple réside cependant dans le fait qu’il permet, grâce à une extraordinaire richesse documentaire, de prendre la mesure des aspects contradictoires de ce que Georges Benrekassa appelle l’efficace propre d’une culture nouvelle. Constitué dans une période extrêmement brève, il fige en quelque sorte cette actualisation et son contexte littéraire tout en laissant entrevoir les contingences qui président à une telle collection d’ouvrages. Sa constitution extrêmement rapide en fait, en quelque sorte, 1’« instantané » d’une interaction entre le goût, les modèles culturels, l’événement et la production historiographique et littéraire.

L’histoire et la structure du fonds

  • 3 La bibliothèque, qui reste dans la propriété de la maison Mettemich-Ratibor, est actuellement l’obj (...)

7La bibliothèque, dont l’importance vient seulement d’être mise en évidence par l’angliciste Rainer Schöwerling, est conservée dans l’abbaye de Corvey dans le nord de l’Allemagne3. Malgré ce lieu de conservation monastique, il s’agit d’une bibliothèque de château, qui n’y a trouvé sa place qu’après la sécularisation de l’ancienne abbaye, devenue propriété des successeurs des Landgraves de Hesse-Rotenburg en 1822. La genèse du fonds se laisse assez facilement reconstituer. Bibliothèque plutôt banale d’une maison noble, elle répondait dans la première moitié du xviiie siècle à des attentes et des pratiques partagées par tout un milieu. L’acquisition se faisait au coup par coup avec une moyenne de quelques centaines de titres par an. Par leur contenu, ces livres réflétaient un modèle culturel partagé par la grande majorité de la noblesse allemande de cette époque. La collection réunit belles-lettres, ouvrages galants, récits de voyages et textes classiques, le tout le plus souvent en français. Le trait marquant est la présence des grandes éditions du siècle et de quelques éditions princeps d’ouvrages isolés d’auteurs dits classiques, comme Marivaux, Voltaire et Beaumarchais. S’y ajoutent les auteurs à la mode : Belloy, Boissy, Destouches, Dorat, Ducis, Fagan, Favart, Grécourt, Hamilton, La Grange-Chancel, Mancini-Nivernais, Marmontel, Palissoz et Vadé (Shöwerling & Tiggesbäumker, ms.). Le xvie siècle français est (sous-)représenté avec Marot, Rabelais et Brantôme. Les classiques du xviie par contre s’y trouvent au grand complet La comparaison avec l’offre de la « Librairie française » de Charles Fontaine (1724-1801) à Mannheim en 1753 révèle des centres d’intérêt assez semblables (Voss, 1988). Production et réception se rejoignent dans un modèle culturel largement partagé, pour lequel le lieu social reste l’instance qui détermine encore, pour une grande partie, les attentes et limite l’influence du public naissant.

8Jusqu’en 1848, la bibliothèque reste profondément marquée par l’intérêt qu’on portait dans le passé à la France. Plus de 15 % des textes sont en langue française. Mais les motivations qui poussent à de tels achats ont radicalement changé. La bibliothèque suit maintenant l’engouement pour une actualité toujours renouvelée et pour certains genres mineurs. Elle reflète de façon assez surprenante l’évolution du marché.

9La nature et le rythme des acquisitions change en effet, très brusquement, dans la dernière décennie du xviiie siècle. L’intérêt des collectionneurs se porte désormais sur toute l’Europe. L’anglais, marginal au xviiie siècle, y prend maintenant une place importante.

Matrice linguistique du fonds pour les œuvres historiques et philologiques littéraires,

anglais

français

allemand

avant 1790

168

970

487

1790-1834

3.667

2.094

2.749

1835-1860

237

211

1.545

Total

4.072

3.275

4.781

(Source : Projekt Corvey)

10La partie « historique » du fonds occupe dans cette distribution une place de choix, et ce, de façon permanente. Elle est, et reste, pendant toute la période de la constitution de la bibliothèque, une concurrente de la littérature de fiction, dont elle est d’ailleurs difficile à séparer dans certains cas, celui des mémoires et biographies des hommes et femmes célèbres, par exemple (Schöwerling & Tiggesbäumker)

11Au total, littérature et histoire s’équilibrent au xviiie siècle grâce au poids de la production littéraire de langue française. Au début du xixe siècle, l’importance écrasante de la production romanesque venue d’outre-Manche pèse sur la part relative de la production historique achetée, qui, néanmoins, sera dans le cas allemand et français trois ou quatre fois supérieure à ce qu’elle a été auparavant. Dans le cas des textes historiques en langue anglaise ce rapport sera de 1 à 10 (Schöwerling & Tiggesbäumker).

Titres « historiques »

anglais

français

allemand

avant 1790

101

177

478

1790-1834

1.270

769

1.668

1835-1860

173

110

1.156

Total

1.544

1.086

3.302

(Source : Projekt Corvey)

  • 4 Décompte effectué à partir du catalogue manuscrit du conseiller Dédié (ca. 1848).

12Il est important de souligner que cette matrice linguistique ne reflète pas à tout point de vue l’orientation thématique des acquisitions. Si la production littéraire et surtout romanesque se partage grosso modo selon les frontières linguistiques, l’intérêt historique privilégie non seulement la période révolutionnaire et celle de la Restauration, ce qui ne fait que coïncider avec la période d’acquisition du fonds, mais valorise surtout l’histoire de France. À environ 700 titres concernant l’histoire de la Grande-Bretagne, dont 480 biographies, s’opposent en effet plus de 1.500 titres « français »4.

Le fonds français. Un tri provisoire

13Le catalogage effectué par le conseiller princier Dédié dans les années 1840 permet d’évaluer grossièrement la répartition des centres d’intérêt à l’intérieur de l’ancien fonds. Le profil chronologique qu’il fait apparaître révèle de façon surprenante la soif d’informations que provoque la période révolutionnaire.

Histoire de France. Structure chronologique du fonds

Histoire de France. Structure chronologique du fonds

Catalogue 1848

14Derrière ce profil, qui correspond assez étroitement à la structure d’acquisition du fonds, se cachent, cependant, au moins trois phases de constitution différentes, qui suggèrent des modes d’actualisation fondamentalement différents.

15Pour le fonds ancien, acquis au cours du xviiie siècle, la répartition par tranche annuelle des livres achetés semble plafonner, en ce qui concerne le fonds historique français, autour d’une moyenne de 5 à 6 textes par an – ce qui n’empêche pas que des moments de crise suscitent un intérêt accru. La guerre de succession d’Autriche, la guerre de Sept Ans, les conflits avec les parlements sous Louis XV et au début du règne de Louis XVI, suscitent un intérêt assez vif. L’histoire pragmatique colle à l’événement, et le fonds reflète exactement cet intérêt.

Bibliothèque Corvey. Acquisitions Histoire de France XVlIIe

Bibliothèque Corvey. Acquisitions Histoire de France XVlIIe

Série corrigée

16Contenus et nature des textes portent la même empreinte. Le besoin d’orientation du lecteur, dont témoigne la bibliothèque, se recoupe avec la différenciation de la matrice intentionnelle qui sous-tend la plupart des textes achetés. Les guerres sont accompagnées de récits de campagnes et de négociations. Le Journal militaire (1757 et 1759) voisine avec l’Histoire militaire du règne de Louis le Juste (1757). Les crises politiques des années soixante, mettent, de la même façon, le père Joseph et la Fronde à l’honneur. Henri IV et la Ligue, vus dans la perspective de la Fronde et des « troubles », y occupent une place aussi importante que les récits sur le rôle des femmes à la cour de Versailles. Une même question semble dominer l’acquisition de ces textes, qui ont été pour la plupart imprimés à Londres et à Amsterdam : où trouver des repères qui situent l’événement, le rendent lisible – étant entendu que le tout répond à une même grammaire ?

17La Révolution stimule cet intérêt sans que l’on puisse parler tout d’abord d’un véritable changement dans la nature des acquisitions. La vie privée de Marie-Antoinette trouve place à côté de celles du cardinal Dubois, de Mirabeau ou de Lafayette, tout comme les mémoires du duc de Choiseul côtoient désormais ceux de Henri Masers de Latude. Les tentatives faites pour prendre la mesure de l’événement restent en somme longtemps tributaires de l’échelle d’évaluation en cours jusque-là. La librairie Fontaine à Mannheim donne, ici encore, une impression analogue dans son catalogue de 1794, qui regroupe 5.433 titres (Voss, 1988).

18Mais malgré ces persistances, la collection prend d’année en année plus nettement la mesure du changement. Au lieu de suivre l’événement elle colle maintenant au temps.

19Cette rupture devient manifeste dans la réinterprétation des événements en fonction d’un temps qui se mesure de prime abord par la multiplication des points de vue possibles. La prise de la Bastille, la captivité du roi, ou le rôle de telle ou telle personne, connaissent un tel sort. De la Bastille de Latude (1790) l’intérêt se déplace au Journal de ce qui s’est passé à la Tour du Temple de Cléry (1798) en passant par les Prisons de Lyon (1797). En même temps on observe une véritable contamination entre fiction et actualité, illustrée par l’acquisition de nombreux journaux, de récits de voyages et de romans historiques. La multiplication des rubriques littéraires et historiques, en rapport avec l’expérience vécue du temps, dans le Répertoire général de la littérature allemande de J. J. Ersch, qui paraît à la même époque, répond au même intérêt (Hoock-Demarle, 1990). L’événement se lit, dans le public, autant au niveau du roman que des récits, essais ou correspondances.

20Cette contamination, manifeste dans les acquistions, est en partie gommée, dans les années 1840, par le classement du fonds selon un schéma historiciste, qui relègue dans le domaine purement littéraire le « détour du romanesque » dans l’appréhension de la réalité sociale et historique (Hoock-Demarle, 1990 ; Blanke & Rüsen, 1984, p. 66). Mais cette défictionalisation en fonction d’une classification positiviste révèle ses propres limites, en laissant échapper maintes mémoires fictives comme les Mémoires d’une femme de qualité (Paris, 1829), les Mémoires de Constant (Paris, 1830) ou les Mémoires de Madame la comtesse du Barry (Paris, 1829), que Courtilz de Sandras avait, de loin, précédé avec une édition de ses Mémoires de Monsieur d’Artagnan, imprimé à Amsterdam en 1704.

21De fait, dans la dernière phase importante de la constitution du fonds, entre 1810 et 1839, cette tension latente entre discours littéraire et discours historique devient une dominante. Environ les trois cinquièmes de la bibliothèque proviennent de cette période, où le landgrave Victor-Amadeus supervise lui-même les achats (Schöwerling & Tiggesbäumker). L’effet scottien se conjugue avec l’intérêt historique tout court. Celui-ci va pour plus d’un tiers des textes à l’histoire contemporaine. L’histoire de la Révolution, celle de l’époque napoléonienne et de la Restauration y occupent une place de choix.

Bibliothèque Corvey. Acquisitions Histoire de France

Bibliothèque Corvey. Acquisitions Histoire de France

Serie corrigée

22La mémoire documentaire de l’histoire vécue au jour le jour garde une place importante. Des journaux déjà acquis sous la pression des événements révolutionnaires sont de nouveau achetés au moment de leur réimpression. Collections de discours, de journaux intimes, de correspondances et de mémoires, parfois fictives, se joignent à cet ensemble. Une position stratégique est occupée par les « Mémoires » qui représentent environ 400 titres ou 1.100 volumes – ce qui n’est pas loin de la production totale dans les années 1820, dont Pierre Nora fait état (Nora, 1986, p. 356). Parmi les acquisitions, on trouve ainsi la Collection complète des Mémoires relatifs à l’histoire de France, première et deuxième série, de Claude-Bernard Petitot, qui paraît depuis 1819, puis celle de Guizot, qui, à la différence du Petitot, semble incomplète. Egalement présentes, bien qu’incomplètes, sont les collections de Berville-Barrière (1820-27) et de Buchon (1826-28). Il n’y a, au contraire, aucune trace des éditions plus maniables de Michaud-Poujoulat ni des Archives curieuses de l’histoire de France de Cimber et Danjou, qui paraissent – il est vrai – à l’extrême fin de la phase de constitution de la bibliothèque, entre 1834 et 1839.

23Le rôle exact de ces acquisitions dans ce que nous avons nommé, par hypothèse, l’actualisation du fonds, reste cependant difficile à déterminer. S’agissait-il de l’expression de ce « moment charnière où mémoire et histoire se rejoignent et se confondent une dernière fois », dont parle Pierre Nora ? Ou cherchaient-elles plutôt à prolonger un modèle culturel dans lequel l’histoire racontée (Michelet) reste associée à des modes de perception de l’événement que les lendemains de troubles avaient rendu topiques ? Le fait que la bibliothèque de Corvey possède une partie de la Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l’histoire de France de Jean Antoine Boucher, dit Perrin – qui paraissait entre 1785 et 1791 – parle en faveur de la seconde hypothèse. Par contre, le fait que l’on rachète des textes, que l’on possédait déjà dans d’autres éditions, qui s’apparentent au nouveau discours historique, peut se lire comme l’indicateur d’une sensibilité toute nouvelle pour l’histoire dite critique. Ainsi, on rachète les mémoires de Pierre de l’Estoile ou de Bassompierre, dont les éditions anciennes voisinaient jusque-là avec les mémoires de Condé, les Mémoires de la Fronde, etc.

Une tentative de lecture

24À l’encontre de ce que nous avons exposé jusqu’ici, on peut imaginer une lecture strictement diachronique de la bibliothèque en isolant, palier par palier, les couches d’acquisition qui constituent l’« histoire » du fonds. Après la découverte des livres de comptes de la maison princière à Ratibor en Silésie, l’entreprise n’est pas totalement à exclure, mais elle reste hasardeuse. Face à la difficulté, il faut surtout se poser la question de savoir quel sens aurait une telle stratigraphie, au cas où on réussirait à la mener à bien.

  • 5 Pour la notion d’institution en tant que catégorie de la sociologie littéraire, cf. surtout Peter B (...)

25Une des réponses est qu’elle permettrait de reconstituer un segment, réduit mais significatif, du champ discursif dans lequel s’inscrivent au début du xixe siècle, l’événement révolutionnaire et la transformation du discours historique et littéraire. On y cherchera vainement le lecteur réel. La bibliothèque de Corvey ne permet guère d’échapper aux difficultés soulevées jadis par Daniel Mornet. « Ce que lit Chrysale quand il ne range plus Plutarque dans ses rabats ni ce qui divertit Manon quand on la coiffe » nous restera sans doute à jamais caché (Momet, 1910, p. 453). Tout l’intérêt du fonds tient à la « pétrification » d’un intérêt momentané, dont la brièveté intense est à la mesure des circonstances. C’est dans le laps d’une génération que l’on voit se briser, dans ce cas, le modèle institutionnel du rapport entre un certain type de production littéraire et son public5. Dans cette perspective, le fonds est l’événement que le discours historique thématise, au moment même où il affirme son autonomie sous une forme réflexive. À la place de la stratigraphie du fonds, on peut donc imaginer une anatomie du champ discursif qu’il dessine, et des possibilités qui circonscrivent les limites de son actualisation.

26Une telle approche implique un élargissement de ce que Hans-Robert Jauss a proposé sous le terme d’esthétique de la réception (Jauss, 1979). Elle exige surtout que le caractère historique des conditions de production et de réception soit l’objet d’une analyse empirique. L’historicité du fonds, l’énorme amas de traces qu’il constitue, doivent en effet être rapportés à certaines exigences contraires, qui révèlent la dimension conflictuelle d’une adaptation qui – ne serait-ce que par l’intervention de l’acheteur sur le marché – est loin d’être passive (Burger, 1979). La convergence avec le changement de l’horizon d’attente dont témoigne l’évolution littéraire (au sens le plus large du terme), doit être, autrement dit, considérée sous son double rapport avec l’histoire sociale.

  • 6 Dans cette réédition, Chateaubriand reprend le texte en l’annotant souvent phrase par phrase.

27C’est ainsi que le discours historique articule explicitement l’étendue du champ dans lequel des besoins d’orientation se transforment vers 1800 en intérêts de connaissance. Il est un indicateur central pour un glissement dont il est en même temps un facteur (Ricoeur, 1990). En rééditant en 1826 son Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes, Chateaubriand relève que la mise en parallèle du passé et du présent, pour instruire le présent par référence au passé, s’avère inopérante6. L’éditeur allemand Perthes avait déjà souligné quelques années plus tôt, la nécessité d’organiser des expériences répétées, par le choix d’un système politique représentatif, par exemple, pour remédier à la perte d’une expérience qui puisse guider les hommes. Tocqueville fait, lui, de l’inexpérience du temps présent un critère de la modernité (Koselleck, 1990). Comme Reinhart Koselleck et Jörn Rüsen l’ont montré pour le cas allemand, la transformation du discours historique qui accompagne ce changement a été, en fait, longuement préparée par les historiens des Lumières (Blanke & Rüsen, 1984 ; Muhlack, 1991). Dès la deuxième moitié du 18e siècle, l’impartialité typique de l’historien se conjugue avec les intérêts de l’observateur, à travers la notion de point de vue. La vérité historique devient un problème de méthode, qui, non seulement, neutralise le Sehepunkt que Chladenius introduit déjà en 1752 dans sa « théorie de la science historique », mais permet aussi de lier le passé au présent (Chladenius, 1985 ; Koselleck, 1991). Le désordre des Begebenheiten (faits historiques) s’organise désormais en fonction du choix théorique qu’impose le présent. L’« actualisation » du savoir historique demande une nouvelle rigueur méthodologique. Elle exige, comme dira encore Wilhelm August von Schlözer en 1804, « un tact qui lui est propre, un regard exercé, que seule peut engendrer une foule d’autres connaissances érudites » (Schlözer, 1804, p. 36). Or, c’est dans ce contexte précis que s’articule explicitement l’impact de l’événement révolutionnaire, en tant que révélateur et facteur du changement, qui permettra de dire qu’il y a eu glissement du classement des faits en fonction des intérêts pragmatiques du moment, vers une interprétation de la suite des événements à la lumière des développements du présent. La notion de regard, qu’emploie déjà Schlözer, est la métaphore-clef de ce changement qui restera un thème récurrent des auto-définitions de l’historicisme naissant (Muhlack, 1988).

28Les différents avant-propos et introductions de Barthold Georg Niebuhr à son Histoire romaine sont significatifs à cet égard (Niebuhr, 1859). Aux yeux de Niebuhr la cohérence narrative d’une histoire est inséparable du tout qui intègre la pluralité des faits historiques passés dans la chaîne des événements qui font l’histoire, et dont la véritable clef reste le présent :

La représentation d’autres temps les rapproche d’autant plus de la sympathie et du sentiment de l’historien que celui-ci a personnellement – le cœur déchiré ou ravi – vécu de grands événements. Car il ressent la justice et l’injustice, la sagesse et la folie, l’apparition et le déclin de tout ce qui est grand comme quelqu’un qui le vivrait… (Niebuhr, 1859, p. XVII)

29Reconstruction critique et représentation vivante de la réalité passée sont désormais deux éléments inséparables du nouveau discours historique (Muhlack, 1988, p. 174-175).

30Niebuhr occupe, comme Chateaubriand, Guizot et toute une génération d’historiens du début du 19e siècle, une position où se recoupent l’activité de l’homme d’État et celle du savant. Le fait que chez Niebuhr cette position implique un rattachement explicite à la philologie wolfienne souligne encore le poids de l’argument politique qui sous-tend la « connaissance vivante de l’antiquité historique ». Et il ne craint pas en effet de recourir à l’analogie la plus contemporaine comme, par exemple, dans son compte-rendu de l’Histoire de l’antiquité de Heeren qui est en même temps une sévère leçon philologique (Muhlack, 1988, p. 178 et suiv.).

31Quand Johann Gustav Droysen dénoncera, quelques décennies plus tard, l’objectivisme de l’historicisme naissant, il reviendra expressément sur l’efficacité poétique du nouveau discours historique, dont il n’ignore pas l’enracinement dans un présent immédiat où l’irritante nouveauté de l’événement a fait éclater les schémas de référence (Droysen, 1967 ; Jauss, 1979, p. 218). Mais l’ironie appuyée avec laquelle il raille une historiographie qui fête « comme le plus grand historien de notre temps celui qui dans sa façon d’écrire l’histoire s’approche le plus du roman de Walter Scott » (Droysen, 1967, p. 322) occulte, du même coup, ce qui liait cette « histoire nouvelle » au déferlement fictionnel de l’époque.

32Les classements successifs subis par la bibliothèque de Corvey n’ont pas manqué de procéder à une censure analogue, sans toutefois toucher au fonds lui-même. Seul Hoffmann von Fallersleben, bibliothécaire à Corvey au milieu du xixe siècle, tenta d’éliminer une partie de la production romanesque, heureusement sans grand succès.

Conclusion

Il doit être possible, note Hans-Robert Jauss dans Literaturgeschichte als Provokation, de procéder à une coupe synchronique à un moment donné de l’évolution littéraire et de faire apparaître la multiplicité hétérogène des oeuvres contemporaines dans des structures à la fois équivalentes, contraires et hiérarchiques, afin de mettre ainsi à nu un système de référence plus général dans l’expression littéraire d’un moment donné. (Jauss, 1979, p. 194)

33La Bibliothèque princière de Corvey donne de toute évidence à une telle interrogation une assise empirique impressionnante, mais elle révèle aussi les limites d’une telle entreprise.

34Le fonds français, évoqué essentiellement ici, est-il vraiment représentatif pour l’ensemble de la bibliothèque ? C’est là une hypothèse à vérifier. Ce qui intéresse ici, c’est sa pointe méthodologique. Elle implique que la convergence entre changement d’expérience et changement de méthode peut être confrontée à des patterns de perception culturels, qui changent plus ou moins vite. Les réflexions de Roger Chartier dans Les Origines culturelles de la Révolution française s’attachent au même problème. La difficulté réside dans la maîtrise des indicateurs empiriques. L’analyse interne de l’ensemble du fonds reste pour cela sans doute la meilleure méthode. Les indicateurs directs et indirects de l’histoire du livre sont quasiment innombrables, comme l’ont montré Philip Gaskell, François Furet, Daniel Roche ou Henri-Jean Martin (cf. à ce propos Berger, 1985, p. 1-22). L’optimisation de cette approche suppose une bonne connaissance des conditions générales qui ont présidé à la naissance du fonds. La période d’acquisition extrêmement brève du fonds moderne de la bibliothèque princière de Corvey, est, dans cette optique, une condition très favorable. Tout cela ne changera cependant rien au fait que la reconstruction d’un « lecteur théorique » ne nous renseignera que très peu sur l’utilisateur empirique. Mais chaque propriétaire d’une grande bibliothèque sait que beaucoup des livres qu’elle contient n’ont jamais été lus. Or, paradoxalement, c’est précisément ce qui fait l’originalité du fonds de Corvey où les collections sont à la fois l’expression d’une position sociale précise – celle du prince – et des attentes d’un public de lecteurs.

35Une telle approche est particulièrement intéressante au niveau de la comparaison des différents domaines du savoir qu’intègre la bibliothèque. Cela n’est pas seulement vrai pour les différents fonds « nationaux », mais aussi pour le groupe important de textes que le catalogue du milieu du xixe siècle range sous les rubriques droit, économie, statistique ou géographie. Au moment où a été constituée la bibliothèque, tous ces domaines du savoir gardaient encore des liens relativement étroits. Là où, comme à Göttingen, depuis 1736, l’histoire, par exemple, occupait déjà une position relativement autonome, celle-ci couvre néanmoins souvent plusieurs domaines du savoir social. C’est à August Wilhelm von Schlözer encore, que l’on doit, en 1804, la formule que la statistique ne serait rien d’autre qu’une histoire à l’arrêt et l’histoire une statistique en marche (Schlözer, 1804, p. 86). Le changement d’expérience provoqué par la Révolution française met également fin à de telles évidences. La critique de la statistique et de la politique, que présente August Ferdinand Lueder quelques années plus tard, reproche à ces disciplines leur incapacité de rendre compte du phénomène révolutionnaire en tant que phénomène social nouveau (Hoock, 1977, p. 477). Les arguments de Lueder, que Robert von Mohl devait qualifier plus tard de « suicide académique », se retrouvent en réalité dans tous les débats méthodologiques des disciplines dites historiques de l’époque. Heyne, Hugo, Niebuhr, Eichhorn et Savigny – pour ne citer ici que les protagonistes allemands – sont tous profondément sollicités par leur époque. La bibliothèque de Corvey nous donne la possibilité de reconstruire certains aspects quotidiens de ce dialogue, qui devait précipiter la différenciation des formes du savoir social : l’histoire, quittant son rôle de « servante » des disciplines traditionnelles, se constitue elle-même en science.

Bibliographie

Berger Günter (ed.) (1985), Zur Geschichte von Buch und Leser im Frankreich das Ancien Régime. Beiträge zu einer empirischen Rezeptionsforschung, Rheindfelden, Schäuble.

Blanke Horst Walter & Jörn Rüsen (eds) (1984), Von der Aufklärung zum Historismus. Zum Strukturwandel des historischen Denkens, Paderborn, Schöningh.

Brunner Otto, Conze Werner & Reinhart Koselleck (eds) (1972), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, Klett.

Bürger Peter (1979), Vermittlung, Rezeption, Funktion. Ästhetische Theorie und Methodologie der Literaturwissenschaft, Frankfurt, Suhrkamp.

Chartier Roger (1991), Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Le Seuil.

Chateaubriand François-René de (1863), Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes considérées dans leurs rapports avec la révolution française, in Œuvres complètes, Paris.

Chladenius Johann Martin (1985), Allgemeine Geschichtswissenschaft, Wien, Hermann Böhlaus Nachfolger.

Espagne Μichel & Μichael Werner (eds) (1988), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe - XIXe siècle), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations.

Gooch George Peabody (1958), History and Historians in the Nineteenth Century, Londres, Longmans, Green & Co.

Heuss Alfred (1981), B. G. Niebuhrs wissenschaftliche Anfänge, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht.

Hoock-Demarle Marie-Claire (1990), La rage d’écrire. Femmes-écrivains en Allemagne de 1790 à 1815, Aix-en-Provence, Alinéa.

Jauss Hans Robert (1979), Literaturgeschichte als Provokation, Frankfurt, Suhrkamp.

Koselleck Reinhart (1972), « Geschichte », in Brunner, Conze & Koselleck.

Koselleck Reinhart (1988), « Erfahrungswandel und Methodenwechsel », in Meier & Rüsen, 1988.

Koselleck Reinhart (1990), Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS.

Koselleck Reinhart & Wolf Dieter Stempel (eds) (1973), Geschichte. Ereignis und Erzählung, München, Wilhem Fink Verlag.

Meier Christian & Jörn Rüsen (eds) (1988), Theorie der Geschichte. Beitrage zur Historik, 5, Historiche Methode, Munich, DTV.

Momet Daniel (1910), « Les enseignements des bibliothèques privées (1750-1780) », Revue d’histoire littéraire, 17.

Muhlack Ulrich (1988), « Von der philologischen zur historischen Methode », in Meier et Rüsen.

Muhlack Ulrich (1991), Geschichtswissenschaft im Humanismus und in der Aufklärung. Vorgeschichte des Historimus, Munich, Beck.

Niebuhr Barthold Georg (1859), Römische Geschichte, Berichtigte Ausgabe in einem Band, Berlin, Georg Reimer.

Nora Pierre (1986), Les lieux de la mémoire. II, La nation, Paris, Gallimard.

Ricœur Paul (1985), Temps et récit. ΙII, Le temps raconté, Paris, Le Seuil.

Roche Daniel (1988), Les républicains des lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard.

Rüsen Jörn (1984), « Verwissenschaftlichung als Entliterarisierung ? », in Blanke & Rüsen.

Schlözer August Ludwig (1804), Theorie der Statistik. Nebst Ideen über das Studium der Politik überhaupt. Erstes Heft, Göttingen.

Schöwerling Rainer & Günter Tiggesbaümker (ms.), « Corvey. Fürstliche Bibliothek », in Handbuch des historischen Buchbestände in Deutschland [à par.].

Voss Jürgen (1988), « Un centre de diffusion de livres français dans l’Allemagne du 18e siècle : la librairie Fontaine à Mannheim », in Espagne & Werner.

Weber Wolfgang (1982), Historisch-sozialwissenschaflliche Studien zur Herkunft und Karriere deutscher Historiker und zur Geschichte der deutschen Geschichtswissenschaft, diss., Augsburg.

Notes

1 « Qu’ai-je prétendu prouver dans l’Essai ? Qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil, et qu’on retrouve dans les révolutions anciennes et modernes les personnages et les principaux traits de la révolution française… Je commençai à écrire l’Essai en 1794, et il parat en 1797. Souvent il fallait effacer la nuit le tableau que j’avais esquissé le jour : les événements couraient plus vite que ma plume : il survenait une révolution qui mettait toutes mes comparaisons à défaut… » (Chateaubriand, 1863, p. 453).

2 À titre d’exemple on citera les nombreux travaux d’Ursula Becher, de Hans-Erich Bödecker, de Horst-Walter Blanke, Peter Reill et d’Istvan Hont.

3 La bibliothèque, qui reste dans la propriété de la maison Mettemich-Ratibor, est actuellement l’objet d’un catalogage complet et d’une analyse approfondie que dirigent les professeurs Rainer Schöwerling et Hartmut Steinecke de l’Université de Paderborn. De nombreux rara et des parties intégrales du fonds sont en même temps réédités sous forme de micro-fiches ou reprints par le Beizer Verlag/Stuttgart.

4 Décompte effectué à partir du catalogue manuscrit du conseiller Dédié (ca. 1848).

5 Pour la notion d’institution en tant que catégorie de la sociologie littéraire, cf. surtout Peter Bürger (1979, p. 173 suiv.), qui résume aussi certains aspects du débat méthodologique soulevé par les travaux de Hans-Robert Jauss.

6 Dans cette réédition, Chateaubriand reprend le texte en l’annotant souvent phrase par phrase.

Table des illustrations

Titre Histoire de France. Structure chronologique du fonds
Légende Catalogue 1848
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9633/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Bibliothèque Corvey. Acquisitions Histoire de France XVlIIe
Légende Série corrigée
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9633/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Bibliothèque Corvey. Acquisitions Histoire de France
Légende Serie corrigée
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/9633/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search