Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

Repères

Voir un événement

Comptes rendus de perception et sémantique des situations

To See an Event

Ereignis und Perzeption

Michel de Fornel

Résumé

Partant des propriétés qui distinguent les événements des faits, l’auteur s’interroge sur le rôle de la perception dans la détermination des événements, en particulier sur le statut de la perspective des agents. La prise en considération de ces dimensions fait apparaître deux problèmes : celui de la coexistence d’une multiplicité de points de vue et d’une unicité de l’événement ; celui de l’incorporation de l’apparence à l’individualité de l’événement. L’article examine ces problèmes à travers une analyse des comptes rendus de perception, puis une étude des procédures permettant à la police de détecter des événements délictueux.

Texte intégral

1Dans Essays on Action and Events, Donald Davidson a soutenu que la sémantique d’une phrase simple comme « Brutus a frappé César » exige une forme logique mobilisant une quantification existentielle sur les événements. Selon ce point de vue, un verbe comme « frapper » n’est pas un prédicat à deux places mais un prédicat à trois places, la place supplémentaire étant une place pour l’événement Pour Davidson, le verbe « frapper » ne renvoie pas à une action particulière mais à un type d’action. La phrase « Brutus a frappé César » indique qu’une action de ce type a eu lieu avec Brutus comme agent et César comme objet.

2Il semble que ce soit Franck Ramsey qui ait, le premier, défendu une telle idée en affirmant :

  • 1 Cité par Davidson (1980) et Parsons (1990).

« Que César mourut » est vraiment une proposition existentielle, qui pose l’existence d’un événement d’un certain type, et ressemble à la phrase « L’Italie a un roi », qui pose l’existence d’un homme d’un certain type. [Il ajoutait :] L’événement qui est de ce type est appelé la mort de César et ne devrait pas être confondu avec le fait que César mourut, de même que l’on ne confondra pas le roi d’Italie et le fait que l’Italie a un roi. (1927, p. 138)1

3Si les faits correspondent à des phrases complètes, les événements correspondent à des termes singuliers ou font l’objet d’une quantification qui est implicite, puisqu’elle n’est pas explicitement indiquée dans une phrase comme « Brutus a frappé César ». À la différence des faits, les événements se déroulent dans le monde et constituent des entités temporelles. Ils peuvent donc être observés et suivis du début jusqu’à la fin par un agent (Vendler, 1967, p. 141). Cette dernière caractéristique fait apparaître un problème central, qui constitue l’objet de cet article : si une des spécificités de l’événement est qu’il peut faire l’objet d’une perception sociale (on assiste à un événement et non à un fait), quel est le statut de la perspective de l’agent par rapport à ce qu’il a repéré comme événement ? La phénoménologie remarquait déjà que l’agent en position d’observateur joue un rôle essentiel dans l’identification de l’événement. Maurice Merleau-Ponty affirmait ainsi que « "les événements" sont découpés par un observateur fini dans la totalité spatio-temporelle du monde objectif » (1945, p. 470). Il ajoutait « il n’y a pas d’événements sans quelqu’un à qui ils adviennent et dont la perspective finie fonde leur individualité » (ibid). D’où l’apparition de « réalités multiples » (Schutz, 1962) et de « discordances » (Pollner, 1987) quand les agents diffèrent dans leur interprétation d’un événement et contestent leurs versions respectives. Pour Melvin Pollner, ces discordances ne peuvent apparaître (et se résoudre) que parce que les agents présupposent un monde partagé en commun et, par conséquent, une intelligibilité intersubjective des événements de la vie quotidienne.

4Si la présupposition d’un monde partagé en commun informe notre perception sociale de l’événement, il reste que les agents ont tendance à se fier et s’en tenir à ce qu’ils ont vu et à ce dont ils ont fait l’expérience. Sauf circonstances particulières, ils ne considèrent pas que leur perspective sur l’événement constitue une « version » de ce qui s’est passé. Comment alors rendre compte de la diversité des points de vue et des perspectives sans supposer pour autant que différents événements ont eu lieu ? En effet, il n’est sans doute pas nécessaire de supposer que l’identité d’un événement ne dépend que de la façon dont il se trouve caractérisé par l’agent qui l’individualise. Le même événement peut être repéré en termes d’états de choses différents. La question qui se pose néanmoins, et qui mérite investigation, est la suivante : dans quelle mesure la détermination d’un événement dépend-elle de l’activité située d’un agent et, par conséquent, est-elle relative à la perspective de celui-ci ?

5Il existe un type de phrases qui peut jouer un rôle de premier plan pour esquisser une réponse à cette question car on y voit apparaître une relation directe entre un agent et un événement. Il s’agit des comptes rendus de perception de la forme « Pierre voit Marie courir », où le verbe « voir » est traité comme un verbe transitif ordinaire qui repère un événement (l’action de voir), qui comporte un agent (Pierre), et un objet qui est un autre événement (Marie court). Sur le plan syntaxique, le complément du verbe de perception est une phrase dépourvue de flexion verbale, un complément « infinitif nu » (Naked Infinitive). Ces constructions sont appelées « comptes rendus de perception à compléments IN » (J. Gee, 1977 ; cf. aussi Akmajian, 1977, et Higginbotham, 1984).

6Plusieurs travaux ont montré que ce type de construction ne pouvait être traité adéquatement sur le plan sémantique sans faire appel à une quantification implicite sur l’événement à la Davidson (J. Higginbotham, 1984 ; F. Vlach, 1983). Ces constructions présentent donc l’intérêt de conforter la thèse de Davidson. À partir d’un point de départ similaire, la sémantique des situations (J. Barwise, 1981 ; J. Barwise & J. Perry, 1983) a proposé un traitement original de ces phrases en posant le problème du rapport de l’agent à l’événement ou à la situation, objet de sa perception.

7Une investigation sur la perspective de l’agent par rapport à l’événement peut donc s’appuyer sur les ressources conceptuelles de la sémantique et de la logique. Cependant, elle ne peut être réalisée sans confrontation avec des données empiriques attestées, seule façon d’aller au-delà des jugements d’acceptabilité sur des phrases isolées, qui ne se fondent que sur la seule intuition. On utilise pour ce faire un type d’accounts, les témoignages oculaires sur un événement dramatique, qui présente l’intérêt de comporter, de façon centrale, des comptes rendus de perception à compléments IN. Ce phénomène n’a, à notre connaissance, jamais été étudié en tant que tel. Cette tentative d’élucidation du problème de la multiplicité des perspectives conduira enfin à s’interroger sur le statut des comptes rendus de perception en tant qu’activité située. Sur le plan empirique, cet examen s’appuiera sur l’étude d’une procédure spécialisée permettant à un agent de mettre en doute, de façon systématique et routinière, sa perspective sur l’événement. Cette procédure est utilisée par la police en mission de surveillance pour repérer des événements délictueux ou criminels.

L’affaire de la rue Mogador

  • 2 Nous disposons ainsi des témoignages recueillis à la radio et à la télévision, d’articles de journa (...)

8Quand ils fournissent un témoignage oculaire sur un drame, les agents ne se rapportent pas seulement à ce qui s’est passé en tant qu’il constitue un événement échu mais aussi en tant qu’il a fait l’objet d’une perception. Les commentaires qui pourront être donnés sur l’événement tragique vont le plus souvent s’ancrer sur ces comptes rendus de perception. L’affaire de la rue Mogador (ou affaire Burgos) a été retenue parce qu’elle constitue un cas exemplaire d’un tel phénomène. La présence de plusieurs témoins sur les lieux du drame a donné lieu à de nombreux témoignages spontanés, qui sont accessibles et peuvent donc être étudiés, étant donné qu’ils ont été largement diffusés et repris par les médias2. L’identité de ce type d’événement, son objectivité pratique, incorpore la présence d’agents se rapportant à l’événement au moyen de comptes rendus de perception. Ce type d’affaire est donc très différent d’événements où les seules ressources disponibles pour déterminer ce qui a dû se passer réellement sont la présence d’indices ou les croyances possibles compte tenu de l’existence d’événements plus ou moins similaires. En ce sens, loin de constituer un élément externe à l’événement, la présence de témoins dans une affaire comme celle de la rue Mogador fait partie intégrante de l’événement.

9Le point de départ de cette affaire est le suivant : dans la nuit du 4 au 5 juillet 1986, un jeune homme de 28 ans a été abattu de deux balles de fusil par un CRS qui tentait de l’interpeller après un accident de la circulation et une course poursuite. Très rapidement la presse a parlé de bavure policière. Voici la façon dont l’événement a été rapporté par Radio France :

(1)
J (journaliste) : C’est la toute grosse bavure, l’exécution sans justification d’un jeune homme de 28 ans par un CRS en patrouille. Il est une heure du matin, deux garçons en 2 CV s’engagent à contresens dans la rue Mogador. Un car de CRS les prend en chasse. La 2 CV percute une R5 mais le conducteur prend la fuite. Il court, un CRS sur les talons, tourne le coin de la rue, perd l’équilibre et tombe. Le CRS tire deux fois dans le dos du jeune homme. Les témoins sont formels, le fuyard était à terre à la merci du policier quand celui-ci a tiré :
TA (voix d’un témoin)
ça il avait tombé parce que j’ai je l’ai vu quand il a tombé j’étais euh au coin de la rue de la de la Victoire et : : et la chaussée d’Antin et le temps que je le traverse il j’ai entendu deux coups de feu
J : il était-il était à votre avis à terre quand vous avez entendu//les coups de feu ?
TA : il était par terre oui il était par terre
J : c’est ça donc c’était bien après et avant vous n’avez pas entendu de coups de feu
TA : non non j’en ai pas entendu
TB : c’est vrai ils lui ont tiré dans le dos alors il a pas essayé il a pas essayé de l’empêcher de s’enfuir en lui tirant dans les jambes non il lui a tiré dans le dos pour le tuer.
J : Témoignages confirmés par celui d’un courtier en assurances Max Dantès recueilli par l’AFP. Il est accablant. J’ai vu dit-il le CRS s’arrêter devant le jeune homme qui était à terre incliner son fusil vers lui et les deux coups de feu ont retenti. Le policier ne s’est même pas penché sur sa victime pour voir où il l’avait atteinte il a fait demi-tour tranquillement, ne manifestant aucune émotion, pour appeler ses collègues. Le CRS se défend, il dit qu’il a cru voir le jeune homme porter la main à sa ceinture et discerner un objet. L’IGS, la police des polices est chargée de l’enquête.

  • 3 À l’oral, cette construction avec relative est aussi fréquente que la construction à compléments IN (...)

10On notera la présence dans le témoignage du témoin principal, Max Dantès, d’un compte rendu de perception à compléments IN, qui est préservé alors même que le témoignage est rapporté. Voici le témoignage oral de ce témoin qui utilise une construction apparentée, où l’infinitive est remplacée par une relative3 :

  • 4 En tombant, Loïc Lefebvre disparaît derrière les voitures. Dantès ne peut l’apercevoir, mais il voi (...)

(2)
« j’ai vu un jeune qui courait avec un CRS qui le poursuivait […] j’ai vu euh:: le le jeune qui euh:: disparaissait entre les deux voitures j’en ai déduit donc qu’il était tombé par terre c’est alors que le CRS très calmement s’est arrêté et posément a incliné sa tête a incliné l’arme et a tiré deux fois euh : : […] » (Le glaive et la balance, la 5)4.

11Le compte rendu de perception est omniprésent dans les témoignages oraux, comme le montrent les exemples suivants :

(3)
« j’ai vu un jeune sauter du capot, il s’est mis à courir bon ils l’ont rattrapé » (Radio-France, 6.7.86)

  • 5 Les deux frères voient « l’un des deux passagers, un jeune homme, sortir par le toit décapoté de la (...)

(4)
« on a vu une voiture une 2 CV qui roulait vers nous, le temps de comprendre qu’elle roulait à contresens elle a commencé à amorcer un mouvement vers le trottoir, j’ai poussé mon frère pour le protéger vers euh l’immeuble et à ce moment-là la voiture s’est encastrée dans une voi- entre une voiture qui venait dans l’autre sens et ces barres (.) de protection ; derrière y avait une fourgonnette de CRS qui a pilé (.), au même temps les deux portes qui s’ouvrent et on voit des CRS qui sortent et le conducteur émerge du toit de la 2 CV (.) fait un rétablissement sur euh le haut du pare-brise saute à pieds joints sur le capot (.) saute sur la chaussée et commence à courir (.) ; de là-bas on est arrivé ici on s’est retourné et à ce moment-là on a vu un CRS qui poursuivait un jeune homme qui était en gilet de jeans décoré avec des cheveux longs et le CRS qui le poursuivait avait un fusil à l’horizontale braqué dans le dos de la personne qu’il poursuivait le canon à maxi-au maximum à un mètre du dos de la personne ; on a vu disparaître à l’angle (.) les deux personnes le CRS et la personne qu’il poursuivait et quelques secondes après (.) ; et tout d’un coup on voit que le long des voitures (.) y avait un corps étendu, pour moi il était tout de suite clair qu’il était mort (.) y avait une prostituée qui était ici je lui ai posé la question je lui ai dit comment ça s’est passé ? il lui a tiré dans le dos ? elle m’a dit oui oui il lui a tiré dans le dos. » (Le glaive et la balance, la 5)5

D’une « logique statique » à une « logique dynamique » de l’événement

12Un des problèmes essentiels d’une théorie de l’événement est de définir un critère d’individuation pour les événements permettant de déterminer si deux descriptions réfèrent au même événement. Un ensemble infini d’objets ou d’actions dans un segment spatio-temporel donné peut être en cause dans un ensemble d’événements infiniment large. Dans le cas de l’affaire Burgos, le CRS a appuyé sur la gâchette de son mousqueton de calibre OTAN 5,56 magnum. Parmi les différents événements qui ont lieu à ce moment-là, il y a premièrement, différents événements physiques associés à l’action de tirer, deuxièmement, le fait qu’un jeune homme est tué par un policier, troisièmement, le fait qu’un jeune homme (pour certains) est exécuté, quatrièmement, le fait qu’une bavure policière ait lieu.

  • 6 Nous nous en tenons à une version simplifiée du critère d’asymétrie de Goldman. Une analyse plus pr (...)

13Pour Elizabeth Anscombe (1957) et Davidson (1980), un seul événement a eu lieu dont les quatre descriptions ci-dessus peuvent rendre compte. Pour Alvin Goldman (1970) et pour Jaegwon Kim (1969), ces différentes descriptions ne peuvent renvoyer au même événement. Un argument connu développé en particulier par Goldman est le suivant : on peut dire que le CRS a exprimé son désir de jouer les justiciers en abattant le jeune homme. On peut dire aussi qu’il l’a exécuté ou assassiné en l’abattant dans ces circonstances. On peut soutenir enfin qu’il a commis une bavure en l’assassinant. On a dans chacun de ces cas une relation de type X en Y, où X et Y sont des désignateurs d’action. Cette relation n’est pas symétrique. On ne peut pas dire que le CRS a abattu le jeune homme en exprimant son désir d’être un justicier, qu’il l’a abattu en l’assassinant ou en l’exécutant dans ces circonstances ou qu’il l’a assassiné en commettant une bavure. Si ces descriptions renvoyaient au même événement, les relations entre ces termes devraient être symétriques6.

  • 7 De nombreux travaux en logique et en sémantique (Heim, Kamp, Groenendijk & Stokhof) tentent de déve (...)

14Il est possible de maintenir la thèse d’Anscombe et de Davidson en refusant que le caractère anti-symétrique de la relation X en Y constitue un critère pour décider si deux descriptions différentes désignent deux événements distincts. L’important est que ce type de critiques fasse apparaître le rôle des circonstances liées à chaque description. Ainsi, la description du tir du CRS comme une bavure policière dépend d’un contexte événementiel plus large. Bien que l’action de tirer soit localisée, sa signification dépend d’un ensemble complexe de normes sociales qui font de cette action particulière une bavure. Prendre en compte ce réseau de significations fait glisser insensiblement d’une « logique statique » à une « logique dynamique » de l’événement car l’objectif devient alors de montrer comment l’on passe d’une description de l’événement à une autre ; comment par exemple l’action de tuer devient faction d’exécuter. Il faut pour cela disposer de nombreuses informations contextuelles liées aux circonstances de faction et les mobiliser : il n’y a pas eu de sommation, le policier n’était pas menacé, le policier s’est comporté comme un justicier. Seule la mobilisation de cet ensemble d’informations peut conduire à l’apparition d’une description de l’événement comme exécution ou comme assassinat. De même, si l’on dispose de l’information contextuelle que le supérieur hiérarchique du CRS avait demandé à la compagnie dont il était membre « de faire du zèle » à cause de la menace terroriste, alors ce nouvel ensemble d’informations va contribuer à permettre de décrire l’événement comme bavure policière. Une telle « logique dynamique » permet de passer d’un événement qui concerne un policier et un individu à un événement qui concerne les relations entre la police et les usagers, voire entre un gouvernement, prônant des méthodes musclées pour combattre la délinquance ou le terrorisme, et des citoyens. Que l’on considère que l’on passe d’un événement particulier à un événement plus général, voire exemplaire, ou que l’on considère que l’on superpose des événements « par couches successives », il reste que le mécanisme est le même. Il repose sur un ensemble de procédures pratiques fondées sur l’adjonction d’informations ayant un statut de « prémisses supplémentaires » à des descriptions d’un niveau donné et opérant par incrémentations successives. Une description donnée d’un événement ne se caractérise pas tant par ses conditions de vérité, que par les modifications du statut informationnel qu’elle introduit dans la connaissance partagée7. Il resterait à décrire comment sont localisés les traits d’un événement qui sont considérés pertinents « à toutes fins pratiques ». Il faudrait aussi prendre en compte comment tout un ensemble de traits de la situation vont se trouver exclus comme non pertinents, ce qui explique l’apparition de versions de l’événement assez différentes les unes des autres.

  • 8 La version du policier est devenue la version officielle et a été lue lors d’une conférence de pres (...)

15Le passage progressif d’une « logique statique » de l’événement à une « logique dynamique » laisse cependant dans l’ombre le fait qu’un type d’information possède un statut différent : il s’agit des témoignages de ceux qui ont assisté à l’événement, qu’il s’agisse de ceux qui l’ont vécu ou de ceux qui ont assisté à la scène. Dans le cas d’une affaire comme celle de la rue Mogador, la victime ayant été mortellement blessée ne pouvait évidemment plus témoigner ; quant au CRS, étant donné son rôle dans l’événement, son témoignage a immédiatement été traité comme partial et présenté comme étant « la version du CRS »8. La caractéristique la plus importante du témoignage visuel est qu’il ne se présente pas le plus souvent comme étant une version de ce qui s’est passé. Même dans le cas où le témoignage est contesté, ce qui peut amener à parler de versions, on parlera le plus souvent de « présentation des faits ». Un témoin qui rapporte ce qu’il a vu ne se présente pas comme donnant « une version des faits » mais comme rapportant ce qui s’est réellement passé, même s’il est prêt à admettre qu’il a pu ne voir qu’en partie (ou de façon biaisée) la scène.

Le rôle du contexte dans l’identification de l’événement

  • 9 Il existe des approches qui tentent de concilier les deux points de vue (cf. Pettit, ce numéro). D’ (...)

16Les deux théories examinées plus haut s’opposent non seulement sur la question de l’individuation des événements mais aussi sur la question de l’identité de l’événement. Selon la première approche (Goldman, Kim), deux descriptions décrivent le même événement si elles comportent des temps, des moments, des propriétés et des objets identiques. Selon l’autre approche (Davidson), deux événements sont identiques s’ils ont les mêmes causes et les mêmes conséquences. Chacune de ces deux approches donne lieu à des contre-exemples bien connus9 Une présupposition commune à ces deux approches est qu’il existe des critères universels permettant de déterminer, de façon décontextualisée, l’identité des événements. Bien qu’il soit possible de trouver de tels critères, force est de constater que dans les pratiques sociales ordinaires, les agents ne semblent pas avoir de problèmes pour déterminer l’identité entre deux événements. Les problèmes qui peuvent émerger quant à cette identité donnent lieu à l’emploi d’un ensemble de solutions routinières permettant de les résoudre. La particularité majeure des critères employés est d’être ad hoc et à toutes fins pratiques. Selon les situations, ce ne sont pas les mêmes critères qui vont être employés. On peut en trouver de nombreux exemples dans le cas de l’affaire de la rue Mogador :

  • Les journaux ont parlé de « drame de la rue Mogador ». Pourtant, si la fuite du jeune homme et la course poursuite ont commencé rue Mogador après que la voiture ait heurté une voiture venant en sens inverse, l’accident mortel a eu lieu rue de la Victoire. Faut-il supposer qu’il y a eu deux événements, puisque la fuite et l’accident mortel appartiennent à deux localisations conventionnellement différentes ? De nombreuses personnes ont pourtant considéré qu’il s’agissait du même événement en utilisant à toutes fins pratiques un ensemble de critères : critère de proximité (les deux rues se croisent), critère métonymique (le drame a commencé rue de Mogador), critère actantiel (si la victime était rue de la Victoire, l’actant, sujet de l’action – le CRS – a tiré quand il était à l’angle de la rue Mogador et de la rue de la Victoire).

  • Le CRS a tiré sur le jeune homme et l’a blessé mortellement. Selon certains, il l’a exécuté ou assassiné. S’agit-il d’un événement ou de deux événements ? Pour ceux qui vont identifier ces deux événements, les critères d’identification vont, cette fois, être de nature définitionnelle et reposer sur un raisonnement pratique. Les éléments définitionnels invoqués pourront être fort variables, plus ou moins cohérents entre eux, voire contradictoires. L’important est que la mobilisation de ces critères à toutes fins pratiques permet d’affirmer l’identité entre les deux événements. Un policier exécute quelqu’un quand il tire sans sommation, quand il tire de près avec une arme de fort calibre, quand il ne tire pas dans les jambes, quand il tire quand la personne n’est pas de face, quand il tire alors que la personne est tombée, etc. Pour certains témoins, le CRS a tiré sur le jeune homme qui était tombé par terre. Cette information a été particulièrement répétée au début de l’affaire, le CRS avait tiré sur un homme à terre. Cependant, un des témoins qui avait fait une telle affirmation indiquera « j’ai vu le jeune homme qui disparaissait entre les deux voitures j’en ai déduit donc qu’il était tombé par terre ». Ce témoin a donc identifié deux événements comme étant identiques au moyen d’un critère du type « s’il a disparu de mon champ de vision alors il est tombé ». La relation causale est la suivante : « en tombant, il a disparu du champ de vision de ce témoin ». Mais l’événement est saisi en fonction du point de vue de quelqu’un qui assiste à une scène : si X a disparu de mon champ de vision, alors une hypothèse plausible est qu’il est tombé (et non qu’il s’est évanoui, ou que c’était un mirage, etc.). L’identité entre les deux événements est donc liée non à la nécessité d’établir une relation de cause à effet, mais à celle de donner un sens à la scène qui préserve la cohérence, la possibilité d’une perception non défectueuse.

  • On a quelquefois indiqué que le CRS « courait derrière une personne » ou « qu’il courait derrière un jeune homme aux cheveux longs ». Si l’on s’accorde en général sur le fait que ces deux expressions réfèrent au même événement c’est qu’aucun doute n’est permis quant à savoir s’il y avait deux personnes en fuite. C’est la même course qui a concerné quelqu’un qui, pour certains, n’était qu’une personne sans caractéristiques identifiantes majeures et qui, pour d’autres, était une personne dont le trait dominant était qu’il possédait des cheveux longs (ou qu’il était en jeans, etc.). Qu’un critère référentiel préside à l’identité de l’événement ne signifie pas pour autant que le fait d’employer l’une ou l’autre description ait les mêmes conséquences. Dire que l’on « a vu un CRS poursuivre un jeune à cheveux longs » donne immédiatement à la description de la scène un caractère auto-explicatif puisqu’il est facile en termes de stéréotype social de trouver des raisons au fait de poursuivre une personne pourvue de telles caractéristiques.

  • Un élément décisif pour soutenir que le CRS avait joué au justicier est qu’il « était revenu tranquillement le fusil sur l’épaule ». Pour avoir une relation d’identité entre ces deux événements, il faut interpréter ce comportement (revenir tranquillement) comme étant un comportement intentionnel, ce qui explique que l’on ait pu dire « il se prenait pour Rambo » (et qu’on n’interprète pas ce comportement comme une attitude mécanique liée au respect d’une consigne ou comme le résultat d’un entraînement).

17Comme le montre la multiplicité des critères employés, le contexte d’occurrence de chaque événement contribue à l’identification de cet événement. L’importance de cette dépendance contextuelle apparaît nettement si l’on prend en compte le fait que le « non événement », dont l’identité ne se laisse déterminer par définition que contextuellement, joue souvent un rôle essentiel dans l’analyse d’une situation. Qu’un événement auquel on aurait pu s’attendre n’ait pas lieu, et la signification de l’ensemble de la scène est modifiée. Dans le cas de l’affaire de la rue Mogador, la référence à l’événement comme « incident mortel » ou comme « assassinat » a dépendu pour une grande part de la non occurrence d’un événement comme « le poursuivant a menacé le CRS ». L’absence de cet événement selon les témoins a contribué à transformer un incident mortel en une bavure policière.

18Dans la vie quotidienne, les agents résolvent de façon routinière et non problématique la question de la détermination de l’identité événementielle. Cette résolution est une production locale, endogène et ne mobilise qu’une compétence ordinaire. Sauf circonstances particulières, les critères utilisés seront considérés comme ne méritant pas d’être mentionnés. Cependant, ces critères peuvent être explicités, décrits, soumis à discussion et traités comme des objets en eux-mêmes. C’est leur existence qui donne à l’événement son objectivité pratique. Le choix de tel ou tel critère est inévitablement dépendant du contexte, en particulier du contexte d’apparition de l’événement.

19La question se pose alors de savoir si les descriptions qui se présentent comme des témoignages ne sont pas soumises à des contraintes spécifiques quant au choix des critères d’identification de l’événement. En effet, comme nous l’avons vu plus haut, une caractéristique essentielle du témoignage est que les phrases événementielles sont enchâssées dans des comptes rendus de perception à compléments IN. Un examen du statut sémantique et logique de ce type de construction et de la façon dont peuvent s’entrecroiser une logique de l’événement et une logique de la perception, permet d’apporter quelques éléments de réponse au problème de la restriction des critères.

Les comptes rendus de perception

20Le problème de la sémantique des comptes rendus de perception a été remis à l’honneur par les travaux de Jon Barwise et John Perry dans le cadre de leur sémantique des situations. Barwise et Perry ont soutenu que les comptes rendus de perception à compléments IN mettaient en relation un agent et un objet de la perception visuelle, à savoir une scène ou une situation visuellement perçue. Les situations comprennent des événements, des épisodes ou des états de choses.

  • 10 Comme le note Barwise, l’approche extensionnelle met avant tout l’accent sur la forme logique des p (...)
  • 11 Une sémantique adéquate des comptes rendus de perception à compléments IN doit être capable de rend (...)

21Cette analyse a été contestée par plusieurs auteurs (en particulier F. Vlach et J. Higginbotham), qui ont cherché à montrer qu’il n’était pas nécessaire d’introduire la notion de situation mais qu’une analyse en termes d’événement était suffisante. Il est difficile de trancher pour une analyse ou pour une autre car chacune d’elles appartient à un cadre théorique très différent10. L’analyse en termes d’événement s’inscrit dans le cadre d’une théorie extensionnelle de premier ordre liée à un programme de sémantique vériconditionnelle à la Davidson. L’analyse en termes de situations appartient au contraire à la tradition de la sémantique des mondes possibles et de la théorie des modèles. En tout état de cause, l’important est que l’une et l’autre analyses supposent qu’il existe dans les comptes rendus de perception une quantification cachée, même si l’origine de cette quantification n’est pas la même11.

22La sémantique des verbes de perception (voir, entendre) a été le plus souvent étudiée en s’intéressant avant tout aux constructions de type « Jean a vu Pierre » ou de type « Jean a vu que Pierre entrait ». Ce dernier type de construction a été en général incorporé à l’étude des constructions présentant des verbes d’attitude propositionnelle (croire, penser, etc.) (Anscombe, 1965 ; Hintikka, 1969). Quelle est la différence entre un compte rendu de perception à compléments IN et un compte rendu de perception contenant un verbe à temps fini ?

(5) Pierre a vu Jean voler la voiture
(6) Pierre a vu que Jean a volé la voiture
(7) J’ai vu Pierre frapper Paul
(8) J’ai vu que Pierre a frappé
Paul

23Les deux types de phrases n’ont pas la même signification. Dans le cas de la construction infinitive, il y a une relation directe entre la proposition et le verbe. Dans la construction de type « j’ai vu que X », on se présente comme soutenant une croyance reposant sur une modalité perceptive. On indique que l’on a vu quelque chose, qui n’a pas nécessairement à être X, qui a mis dans la position de faire cette affirmation. Pour que la phrase « Pierre a vu que Jean a volé la voiture » soit vraie, il n’est pas nécessaire que Pierre ait perçu directement que « Jean a volé la voiture ». La distinction faite par Fred Drestke (1969) entre un voir épistémiquement neutre et un voir épistémiquement positif semble particulièrement utile pour caractériser ces deux constructions. « Voir que X » implique un engagement épistémique que n’implique pas la construction à compléments IN. Bien évidemment, le fait que « j’ai vu Pierre frapper Paul » constituera une bonne raison pour dire que « j’ai vu que Pierre frappait Paul ». Cependant, comme le note Barwise, cela ne signifie pas pour autant qu’il y ait un engagement épistémique positif dans la construction infinitive. Si l’auditeur qui m’entend dire « j’ai vu Pierre frapper Paul » en infère que « j’ai vu que Pierre a frappé Paul » cela est dû à des raisons pragmatiques liées au contexte conversationnel. Il s’agit donc d’une implicitation et non d’une implication sémantique, comme le montre le fait que l’implicitation (au sens de Grice) peut être annulée. Par exemple on peut dire :

(9) j’ai vu Jean cambrioler la voiture mais j’ai pensé qu’il prenait ses affaires alors que l’on n’aura pas
(10) j’ai vu que Jean a cambriolé la voiture mais j’ai pensé qu’il prenait ses affaires

24Même s’il existe sans doute de nombreux cas intermédiaires entre le simple compte rendu de perception et l’expression d’une reconnaissance épistémique fondée sur une modalité perceptuelle entraînant que l’une ou l’autre construction puisse être utilisée de façon variable selon les contextes, il est important de garder à l’esprit la différence entre ces deux constructions.

25Une propriété importante de la perception des événements est ainsi mise à jour avec les comptes rendus de perception simples : il est possible de voir quelqu’un faire quelque chose, sans voir qui est la personne qui accomplit l’acte ou sans voir qui est l’objet de l’action. Il est aussi possible de voir quelqu’un faire quelque chose sans voir ce qu’il est en train de faire. Il existe donc différentes façons de voir un événement. Cette possibilité n’implique pas pour autant que le principe de véridicité n’est pas respecté. Quand un agent dit :

(11) j’ai vu Jean cambrioler la voiture mais j’ai pensé qu’il prenait ses affaires

26il est en même temps en train de soutenir que « Jean a cambriolé la voiture » est vrai. La multiplicité des descriptions liées à la perception d’un événement n’oblige pas pour autant à abandonner l’existence d’un principe de véridicité et par conséquent la possibilité de donner les conditions de vérité à un compte rendu de perception.

27Les constructions de type « percevoir que », « voir que » ont un sens de compréhension, de réalisation, fondé sur la modalité de perception indiquée par le verbe. Quand un policier dit « j’ai vu qu’il me racontait des bobards », il indique qu’il a compris, qu’il a pris conscience de ce que le prévenu ne disait pas la vérité. Il indique aussi que certains indices lui ont permis de le découvrir. De façon générale, quand un agent dit « j’ai vu que X », il indique qu’il a vu quelque chose, pas nécessairement X, qui l’a mis dans la position de voir X. Cette construction est donc particulièrement adaptée pour indiquer qu’on est parvenu à une certaine évidence à partir d’une modalité perceptive ; ainsi, un policier peut dire « j’ai vu que les cambrioleurs ont fracturé la fenêtre » non parce qu’il a assisté à la scène mais parce que la présence de certains indices lui permet d’inférer que c’est ce qui a dû se passer.

28Au contraire, quand on emploie un compte rendu de perception à compléments IN, on se présente comme étant en relation directe avec l’événement et ne pouvant être soumis à contestation. Cette construction a souvent une fonction de clôture conversationnelle (A : le CRS a tiré deux fois ; B : comment le sais-tu ? ; A : je l’ai vu tirer deux fois). Les deux constructions ne jouent pas le même rôle dans les pratiques épistémologiques ordinaires.

Sémantique de l’événement et sémantique des situations

29Soit la phrase : « Max Dantès a vu le CRS tirer sur le jeune homme ». Pour la sémantique de l’événement, il peut y avoir plusieurs événements différents vus par Max Dantès à ce moment-là. En plus d’avoir vu le CRS tirer, il peut avoir vu le jeune homme tomber par terre. Au contraire pour la sémantique des situations, il y a une seule situation vue par Max Dantès à un moment donné et qui correspond à la situation complexe qui occupe son champ visuel à un moment donné.

30La sémantique de l’événement, comme la sémantique des situations, considère qu’il y a une entité unique qui rend vraie la quantification existentielle. Dans le cas de la première approche, cet événement peut avoir été vu par d’autres personnes que Max Dantès. En effet, les deux phrases suivantes peuvent être vraies bien qu’il n’y ait eu qu’une seule action de tirer de la part du CRS :

(11) Max Dantès a vu le CRS tirer sur le jeune homme
(12) Claude Hamon a vu le CRS tirer sur le jeune homme

31Pour la sémantique des situations, la relation entre ces deux phrases est plus complexe. En effet la situation qui rend vraie la quantification existentielle est une situation que seul Max Dantès peut voir puisque n’importe quel autre témoin si proche soit-il de celui-ci ne partagera pas exactement le même champ visuel. Plus précisément, dans un lieu donné et à un moment donné, il y aura un grand nombre de situations et parmi celles-ci des scènes, autrement dit des situations dont les types traitent des objets et des propriétés visuellement observables. Si Max Dantès et Claude Hamon ont vu le CRS tirer à un moment donné, dans un lieu donné, certains éléments de ce qui s’est passé ne leur ont pas été visibles de la même façon. Bien que tous les deux aient vu le CRS tirer, ils ont vu des scènes différentes. Cette approche a le mérite de prendre en compte le fait qu’il est possible à la fois d’assister au même événement (et donc en un sens de voir la même chose) et en même temps de voir des choses différentes.

32Faire la distinction entre événement et scène (ou situation) permet de comprendre que chacun des témoins, dans une affaire comme celle de la rue Mogador, puisse affirmer parler du même événement, et puisse dire qu’il a « tout vu » tout en insistant sur l’importance de sa localisation spatiale, ainsi que sur ce qui a été vu, et en acceptant de ne présenter que certains éléments propres à sa perspective.

33Il existe une observabilité pratique des phénomènes de la vie sociale ordinaire, qui permet aux agents de formuler des descriptions et des accounts de ce qui a été observé. Ainsi, dans la rue, on peut voir, par exemple, des personnes qui attendent que le feu passe au vert pour traverser et noter que certaines personnes s’impatientent, que d’autres essaient de traverser prématurément en profitant d’une opportunité créée par un flux moins dense de voitures, etc. Tous ces événements sont observables sans qu’il soit nécessaire d’y prêter véritablement attention. Ils ne méritent pas le plus souvent d’être mentionnés et s’ils peuvent cependant donner lieu à formulations, comme dans le cas de descriptions telles que « les gens attendent pour traverser », « les gens s’impatientent », leur caractère ordinaire, banal, sera le plus souvent pris en compte. L’observabilité pratique de tels phénomènes locaux incorpore donc ce caractère banal et ordinaire. Les enchâsser comme compléments EN dans des comptes rendus de perception constituerait une procédure incongrue, à moins qu’une interprétation ironique ne soit recherchée. Par contre, qu’un accident se produise, qu’une personne soit renversée par une voiture, et une formulation sous forme d’un compte rendu de perception à compléments IN, par exemple « voir une personne se faire renverser », constituera la façon normale d’indiquer que l’on réfère, en tant que témoin, à un événement qui mérite d’être noté. Dans notre réseau conceptuel nous permettant de parler des événements, l’existence de cette construction est donc particulièrement importante.

  • 12 Barwise et Peny (1983) ont soutenu l’option (i), Barwise (1989) tente de développer l’option (ii). (...)

34S’il existe de nombreuses façons de résoudre dans une situation donnée le problème de l’identité de l’événement, la particularité du témoin qui offre un compte rendu de perception est que, sauf à autoriser une mise en doute de sa description comme témoignage, il ne peut mobiliser des critères qu’un observateur désengagé (ou quelqu’un qui rapporte de seconde main l’affaire) peut sans danger utiliser. Ainsi, plusieurs témoins auraient pu dire qu’« ils ont vu le policier viser Loïc Lefebvre » ; ils n’auraient pas pu dire qu’« ils ont vu Loïc Lefebvre être visé par le CRS ». Vlach (1983) a utilisé un exemple similaire pour soutenir que la première phrase est vraie, mais que la seconde est fausse. Ce qui est arrivé à Loïc Lefebvre a eu lieu à un endroit donné et si les témoins étaient en position de voir ce que faisait le CRS, ils ne pouvaient, d’où ils étaient, voir ce qui se passait pour la victime. Vlach soutient, à partir d’une théorie des comptes rendus de perception dans la perspective de Davidson, qu’il y a là deux événements distincts, distinguables par leur localisation, tout en admettant qu’il n’est pas possible de distinguer entre ces deux descriptions en tenues de valeur de vérité, étant donné que tout ce qui va rendre vraie une description rendra également vraie l’autre. Une telle perspective, qui recherche surtout une batterie homogène de critères d’identité, ne traite pas le fait que ce type d’analyse ne vaut que pour le témoin, qui pourra, étant donné ce qu’il a vu dans son champ visuel, se refuser à identifier ces deux descriptions. Pour d’autres agents, l’identification entre ces deux événements sera possible, en particulier dans une lecture transparente de la seconde phrase, et l’on pourra avoir l’une et l’autre sans que personne ne s’interroge sur leur caractère problématique. De plus, si le témoin accepte comme vraie la première phrase et non la seconde, ce n’est pas parce qu’il mobilise un critère de localisation mais parce qu’il y a une dépendance entre le contenu propositionnel et la perspective du locuteur. S’il défend la vérité de la première phrase, c’est qu’elle décrit la situation telle qu’elle s’est présentée pour lui. Autrement dit, l’identité de la situation dépend de la perspective de l’agent qui l’individualise. Il est sans doute préférable de penser que ces deux phrases sont vraies étant donnée la différence de perspective de leur locuteur respectif (le témoin dans le premier cas et un tiers actant dans le second). Dans ce cas, l’identité d’un événement n’est pas dépendante simplement de la façon dont il se trouve être caractérisé par l’agent qui le rapporte. Une même situation peut être caractérisée en termes de différents états de choses, par exemple dans le cas ci-dessus, l’état de choses lié au CRS visant la victime et l’état de choses lié à la victime visée par le CRS. Une telle approche nécessite évidemment de disposer d’une théorie qui prend en compte la dépendance des situations par rapport à la perspective des agents qui rapportent l’événement. Développer une telle théorie sémantique reste à faire. Des suggestions utiles ont été formulées par Barwise (1989) dans la version de la sémantique des situations qu’il développe actuellement. Celui-ci montre qu’il y a trois options possibles : « (i) on peut essayer de localiser le paramètre de perspective pertinent dans le contenu descriptif, (ii) on peut essayer de le localiser dans la situation concernée par l’énoncé, (iii) on peut élargir la théorie en considérant que le contenu propositionnel possède trois composantes : la situation concernée, l’état de choses, et la perspective du locuteur. » (1989, p. 238)12.

L’événement suspect

  • 13 Lakoff (1987, p. 129) considère qu’il s’agit d’un emploi prototypique. Le prototype de voir serait  (...)

35Une des caractéristiques essentielles de la perception sociale des événements est que, sauf circonstances particulières, elle tend à se conformer au principe de véridicité : si un agent voit X, alors X13. La disponibilité (au regard) d’un événement, comme n’étant rien d’autre que ce qu’il semble être, forme un trait constitutif, accountable de celui-ci. Pour mieux saisir l’importance de cet emploi routinier du principe de véridicité, il est intéressant d’étudier un type d’activité sociale où, au contraire, de façon institutionnelle et routinière, les agents suspendent, provisoirement et à toutes fins utiles, ce principe de véridicité, et considèrent comme suspects certains événements qui se déroulent sous leurs yeux. Il s’agit du travail de la police, en particulier celui des patrouilles et des brigades en civil en mission de surveillance générale d’un secteur. L’originalité de ce travail est que les policiers « sont forcés de se faire phénoménologues » en se souciant des « apparences normales » (Goffman, 1973, p. 246) que certains agents peuvent vouloir donner à l’activité illégale qu’ils réalisent. En effet, une partie de l’activité policière consiste à détecter si un événement, qui paraît normal au premier regard, n’est pas « en fait » un événement de nature délictueuse ou criminelle. Pour les policiers, ce qui est vu n’est pas nécessairement ce qui est, si, par exemple, certaines caractéristiques de l’événement le rendent suspect et éveillent le soupçon.

36Il importe cependant de préciser le statut d’expressions comme « voir en fait », « aller au-delà des apparences ». L’emploi de ces expressions ne revient pas à introduire une distinction entre les jugements de perception ordinaire toujours « relâchés » et les jugements de perception spécialisée, en l’occurrence ceux des policiers, plus rigoureux et capables de distinguer entre ce que l’événement semble être et ce qu’il est en fait. Wamock, discutant la théorie de Berkeley sur la perception, a utilisé, pour caractériser la différence entre « voir » et « voir en fait », l’exemple du témoin oculaire, qui, lorsqu’il se voit soumis à un interrogatoire contradictoire, bat en retraite et atténue ses déclarations précédentes pour se restreindre à dire ce qu’il a vu « en fait ». Comme l’a montré John Austin, Wamock prend le problème à l’envers : « le fait est que nous ne commençons pas à atténuer nos énoncés à moins qu’il n’y ait quelque raison spéciale de le faire, quelque petite anomalie ou quelque petite bizarrerie dans la situation particulière où nous nous trouvons » (1971, p. 166). À ce titre, la seule différence entre la perception sociale des policiers et la perception ordinaire est que la première mobilise des procédures spécialisées pour détecter de façon routinière ces « anomalies » et ces « bizarreries ». Cette caractéristique de l’activité policière est attestée au travers des mentions faites dans les mains courantes qui présentent de façon prédominante des expressions comme « notre attention est attirée par… » et des termes comme « remarquer », « noter », comme en témoignent les quelques exemples suivants, extraits des mains courantes de la Brigade des mineurs et de la Brigade de surveillance nocturne :

(13) (BSN 9/08)
0h00 De passage grande plage notre attention est attirée par un groupe de quatre jeunes gens qui confectionnent deux joints contenant du H, l’un d’entre eux nous remet spontanément une boulette de 5 g environ.

(14) (BSN 12/08)
23h30 Sommes attirés par un groupe fumant un joint qui passait de main en main.

(15) (BSN 8/08)
2h45 De patrouille pédestre grande plage, notre attention est attirée par un individu gesticulant et se montrant bruyant parmi un groupe de jeunes. Au cours du contrôle d’identité et après passage au FPR le nommé […] fait l’objet d’une fiche MINEUR en FUGUE (Assistance et Protection) […]

(16) (Mineurs 3/08))
16h20 De passage plage M. côté phare, notre attention est attirée par un individu assis sur le sable dépliant un papier argenté. Interpellé immédiatement, il nous remet ce papier argenté qui contient un morceau de haschich

(17) (Mineurs 24 07)
13h00 Patrouille pédestre sur ces deux plages. Remontons sur la falaise où nous apercevons quatre jeunes gens dissimulés dans la végétation. Lors du contrôle d’identité découvrons à l’intérieur du sac du dénommé […] une barrette de Haschich.

Voir l’événement : le modèle de la découverte

37Le modèle sous-jacent à l’investigation policière est un modèle de la découverte : l’événement préexiste à la recherche et il faut avant tout être capable de le discerner. Il faut savoir découvrir dans la situation qui s’offre au regard le détail significatif qui échappe à un œil non averti. À la différence du témoin qui se présente souvent comme ayant assisté de façon involontaire à la scène et qui indique « qu’il se trouvait là par hasard », les policiers sont activement à la recherche de l’événement délictueux ou criminel. Pour eux, le problème de la « reconnaissance » de ce type d’événement, qu’il ait déjà eu lieu ou qu’il se prépare à avoir lieu, est une affaire routinière.

38La perspective des policiers sur l’événement n’est pas dissociable d’une enquête située qui les oriente vers tout indice permettant de voir autrement l’événement (en particulier dans les cas où celui-ci ne s’offre pas d’emblée comme de nature délictueuse ou criminelle). En termes de compte rendu de perception, un policier pourra dire : « je l’ai vu faire tel geste et j’ai compris alors qu’il vendait de la drogue », ou plus directement « je l’ai vu vendre de la drogue ». Toutes proportions gardées, cette situation peut être rapprochée de l’expérience visuelle du « lapin-canard » que rapporte Ludwig Wittgenstein dans les Investigations philosophiques. Le sujet reçoit la consigne de voir la figure comme un lapin puis comme un canard. Wittgenstein insiste sur le fait que, si la perception n’est pas un « voir comme », il est cependant possible d’indiquer le passage d’une perception à l’autre (du lapin au canard ou inversement) en disant « maintenant je vois bien ceci » en pointant vers une image du canard posée à côte de l’image ambiguë (1961, p. 330). Si l’on prend l’exemple suivant :

(18) (BSN 11/08)
0h00. De passage rue Paul B. notre attention est attirée par deux individus dans un véhicule en stationnement, le contact allumé, moteur éteint, et regardant le plancher. Ceux-ci sont en train de confectionner un joint, il s’agit de […].

39Quand les policiers sont passés devant la voiture, ils ont d’abord considéré que l’événement qui se déroulait sous leurs yeux était sans intérêt, puisqu’il pouvait s’agir de personnes en train de se garer ou s’apprêtant à quitter leur place de stationnement. Cependant, un élément a attiré leur attention : les passagers regardaient le plancher. S’ils avaient été engagés dans l’une ou l’autre de ces activités (se garer ou partir), ils auraient dû être en train de regarder autour d’eux. L’événement ayant changé de nature, les policiers auraient pu dire : « maintenant nous voyons bien ceci – des jeunes fumant du haschich ». Cependant, à la différence de l’expérience du « lapin-canard », qui repose sur une alternative simple, l’événement de référence appartient à une série ouverte. Les policiers doivent donc posséder des procédures spécialisées pour déterminer, parmi un ensemble de choix événementiels concurrents, de quel événement il peut s’agir. Ils sont d’ailleurs capables de donner un ensemble de recettes utilisées pour reconnaître un événement délictueux ou criminel (critères de localisation spatiale et temporelle, etc.). Ils peuvent aussi, rétrospectivement, expliquer pour chaque cas particulier, les éléments qui leur ont permis d’arriver à une identification correcte de l’événement Cependant la caractéristique centrale de ces procédures est qu’elles ne constituent pas un ensemble clos et limité, mais qu’elles varient selon les circonstances (Sacks, 1972, p. 284). Leur formulation incorpore donc de façon tacite une locution de type et caetera.

40Le problème des policiers est, qu’à l’évidence, ceux qui s’engagent dans une activité délictueuse ou criminelle vont en général essayer de faire en sorte que leur activité présente une apparence normale et anodine de façon à éviter d’attirer l’attention. Pour repérer un événement délictueux ou criminel, le policier peut exploiter le changement d’attitude des personnes impliquées dans une activité quand elles deviennent conscientes de sa présence. Il peut utiliser systématiquement l’incapacité temporaire des agents observés à maintenir les apparences normales. Un changement d’attitude (s’arrêter de parler, chercher à se dissimuler ou à s’enfuir, etc.) peut conduire le policier à voir autrement l’événement qui se déroule dans son champ visuel, comme en témoigne l’exemple ci-dessous, extrait de la main courante de la Brigade de surveillance nocturne :

(19) (BSN, 4/08)
2h00 De passage sur le parking de la gare apercevons dans un véhicule un individu qui à notre passage se dissimule en baissant la tête. Contrôlons et interpellons cet individu qui nous remet spontanément un gr de Haschich.

41Le comportement de l’individu conduit le policier à une lecture rétrospective de l’événement, de la même façon que pour certains témoins de l’affaire de la rue Mogador, le fait de « voir le corps du jeune homme » a entraîné une réinterprétation de l’événement auquel ils ont assisté comme étant un accident mortel : « […] en nous avançant un peu nous voyons le corps étendu sur la chaussée. Nous sommes très surpris car, au vu de l’attitude du CRS, nous avions cru qu’il avait seulement tiré en l’air et que le passager de la 2 CV avait pu s’enfuir » (Témoignages de Jérôme et Nicolas Houdin, Le Monde, dimanche 6-Lundi 7 juillet 1986).

Voir l’événement : le modèle de la création

42Cependant l’étude du travail quotidien de la police met à jour un tout autre rapport à l’événement que celui qui semble impliqué par le modèle de la découverte. En effet, c’est souvent parce que le policier s’est engagé dans une activité particulière, par exemple l’activité « recherche de la drogue » (plutôt que « recherche de mineurs en fugue », « recherche de flagrant délit de vol à l’arraché », etc.), et qu’il croit en particulier qu’il doit se vendre de la drogue en ce moment et à cet endroit, qu’il va remarquer un geste ou un comportement qui indique l’action d’un dealer ou d’un consommateur de drogue. La même scène peut être le lieu d’autres événements qui mériteraient aussi investigation. La croyance à l’existence de l’événement permet de voir l’événement Par une sorte d’inversion, c’est l’engagement épistémique qui permet la perception de l’événement suspect et entraîne l’apparition de comptes rendus de perception à compléments IN.

43Une situation permettra d’illustrer ce phénomène. Lorsqu’ils se rendent sur les lieux d’un délit, les policiers en patrouille ont tendance à observer tout ce qui se passe aux alentours. Tout phénomène, si minime soit-il, peut être pris en compte et considéré comme potentiellement lié à ce qui s’est passé, même si les policiers n’ont encore que peu d’informations sur l’événement lui-même. Pour ne prendre qu’un exemple, lors d’une intervention à la suite d’un cambriolage, un policier de la patrouille note, en se rendant sur les lieux, la présence d’un jeune délinquant et de sa « bande » à proximité du lieu du délit. Il en a conclu immédiatement qu’ils sont peut-être liés à l’affaire. Lors de l’audition des victimes du cambriolage, son questionnement va s’orienter vers la confirmation de cette hypothèse.

(20) (0712)
P : combien y a de c’est c’est ce soir que vous avez ?
H : oui P : alors vingt euh : : vers quelle heure ? vingt-trois heures trente ?
B : ouais P : ouais mais le se- le sac
B : euh c’est un gros sac noir marqué ripe curl dessus
P : bon ben ()
F : bon le sien bon le mien aussi P : alors attendez
B : parce qu’ils ont mis les vêtements dedans ils sont partis avec
P : en en liquide vous aviez combien à peu près ?
H : cinq mille francs en liquide environ cinq mille francs
(.)
P : est-ce qu’il y avait (.) est qu’y avait un rouquin frisé cheveux longs ?
B : non
P : ou blond ?
B : oui si vous voulez ça oui ça y avait ça ça y avait oui Robert
P : Robert oui
(·)

44Dès que le policier connaît l’objet du délit, il s’intéresse à ses auteurs. Il le fait en fonction de l’information qu’il a acquise et cherche donc à confirmer directement ses soupçons. L’événement « X, Y ont commis le cambriolage » n’est donc pas tant préexistant à l’action policière que « créé » par cette même action. A la fin de l’audition des victimes, le policier leur signale même le lien qu’il avait établi entre la présence de la bande et le cambriolage.

(21) (0773)
P : oh ben non puisque vous voyez vous voyez le : : rien que le signalement que vous avez donné là le signalement que vous avez donné tout de suite on a mis un doigt dessus et quand on est parti je sais pas si vous avez repéré y en avait quatre sur euh : : y en avait quatre qui étaient euh : : sous le porche en bas de la rue G.

45L’enquête située du policier apparaît donc liée à un modèle de la création (M. Williams, 1968). Ce dernier n’a conçu la présence de personnes dans un lieu donné comme étant anormale ou digne d’attention que parce qu’il s’était engagé dans l’activité « recherche de cambrioleurs ». Lors de l’audition des victimes, il mobilise directement cette hypothèse. Il est cependant important de noter que, s’il est possible de montrer le rôle d’un modèle de la création dans la constitution de l’événement délictueux ou criminel par le policier, ce dernier considère avant tout qu’il a « découvert » l’événement. Ainsi, la mention portée sur la main courante présente un compte rendu de l’audition des victimes qui modifie l’ordre des faits. Lors de l’interaction, le policier a proposé aux victimes le signalement des individus qu’il avait repérés un moment plus tôt. Au contraire, dans le compte rendu, il présente les faits comme s’il avait déduit à partir d’un signalement fourni spontanément que les auteurs du cambriolage étaient les individus repérés plus tôt Cette analyse rétrospective est cohérente avec un modèle de la découverte, qui va des indices à l’hypothèse, même si le travail d’enquête apparaît en fait beaucoup plus complexe :

(22) (Main courante 6/08
h40 Sur appel de Fanny et réquisition de Monsieur […] nous nous rendons à l’adresse précitée pour une constatation de cambriolage. Sur place, remarquons que la porte d’entrée a été défoncée, à l’intérieur le requérant et ses compagnons font l’inventaire des produits disparus. Ce dernier nous informe que la veille au soir, il avait invité dans son appartement deux individus qu’il avait connu à la grande plage. Sur le signalement fourni, nos soupçons se sont portés sur le nommé […] qui se trouvait en compagnie des sieurs […] devant la résidence P. Avisons la BSN qui continue l’affaire.

Conclusion

46L’exemple du témoignage oculaire, de même que celui de la recherche de l’événement suspect par la police, montre la dépendance des situations par rapport à la perspective des agents qui rapportent l’événement. Le problème pratique du témoin, comme celui du policier, n’est pas seulement de rapporter l’événement sous une description ou sous une autre, et de parvenir à en donner une version correcte. Comme le montre l’analyse des comptes rendus de perception à compléments IN, le témoin se présente comme étant dans une relation directe à l’événement et décrit l’événement tel qu’il s’est présenté à lui. Sa description est soumise à des contraintes spécifiques quant aux choix des critères d’identification de l’événement. Le policier, lui, cherche à parvenir, dans le cadre d’une enquête située, à une perception efficace de l’événement de façon à pouvoir agir rapidement si les circonstances l’exigent. Sa perception est soumise à la contrainte de recherche d’anomalies qui rendent l’événement suspect.

47Ces deux exemples montrent les liens complexes qu’entretiennent une logique de la perception et une logique de l’événement. Ce que Austin a noté à propos de la perception des objets s’applique tout aussi bien à la perception des événements :

[…] lorsqu’on voit quelque chose, il peut non seulement y avoir différentes façons de dire ce qu’on voit mais la chose peut aussi être vue de différentes façons, être vue diversement… Ainsi les différences dans la manière de décrire ce qui est vu proviennent-elles très souvent, non pas simplement de différences dans notre savoir, dans la finesse de nos moyens de détection, dans notre propension à nous exposer, ou dans notre intérêt pour tel ou tel aspect de la situation totale, elles peuvent aussi provenir du fait que ce qui est vu est vu différemment, vu comme ceci plutôt que comme cela. (Austin, 1971, p. 125)

Bibliographie

Akmajian Adrian (1977), « The Complement Structure of Perception Verbs in an Autonomous Syntax Framework », in P. W. Culicover, T. Wasow & A. Akmajian (eds), Formal Syntax, New York, Academic Press, p. 427-460.

Anscombe G. E. M. (1957), Intention, Oxford, Basil Blackwell.

Anscombe G. E. M. (1965), « The Intentionality of Sensation », in Id. (1981), Metaphysics and the Philosophy of Mind, Collected Philosophical Papers, Volume II, Oxford, Basil Blackwell.

Austin John Langshaw (1971), Le langage de la perception, Paris, Armand Colin.

Barwise Jon (1981), « Scenes and other Situations », The Journal of Philosophy, 78, p. 369-397.

Barwise Jon (1989), The Situation in Logic (CSLI Lectures notes n°17), Stanford, CSLI publications.

Barwise Jon & John Perry (1983), Situations and Attitudes, Cambridge, The MIT Press.

Bennett Jonathan (1988), Events and their Names, Oxford, Clarendon Press.

Davidson Donald (1980), Essays on Actions and Events, Oxford, Oxford University Press.

Drestke Frederick Irwin (1969), Seeing and Knowing, Chicago, University of Chicago Press.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, NJ., Prentice Hall Inc.

Gee James (1977), « Comments on the Paper by Akmajian », in P. Culicover, T. Wasow & A. Akmajian (eds), Formal Syntax, New York, Academic Press.

Ginet Carl (1990), On Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Goffman Erwin (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit.

Goldman Alvin (1970), A Theory of Human Action, New York, Prentice Hall.

Groenendijk Jeroen & Martin Stokhof (1991), «Dynamic Predicate Logic», Linguistics and Philosophy, 14, p. 39-100.

Higginbotham James (1984), « Les comptes rendus de perception », Communications, 40, p. 149-180.

Hintikka Jaakko (1969), « The Logic of Perception », in Id., Models for Modalities, Boston, Reidel.

Kim Jaegwon (1969), « Events and their Descriptions : Some Considerations », in N. Rescher et al. (eds), Essays in Honour of Carl G. Hempel, p. 198-215.

Lakoff George (1987), Women, Fire, and Dangerous Things : What Categories Reveal about the Mind, Chicago, The University of Chicago Press.

Lombard Lawrence Brian (1986), Events: A Metaphysical Study, Londres, RKP.

Merleau Ponty Maurice (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Parsons Terence (1990), Events in the Semantics of English : A Study in Subatomic Semantics, Cambridge, The MIT Press.

Pollner Melvin (1987), Mundane Reason : Reality in Everyday and Sociological Discourse, Cambridge, Cambridge University Press.

Ramsey Franck (1927), « Facts and Propositions », in Id. (1960), The Foundations of Mathematics, Paterson, New Jersey, Littlefield, Adams and Co.

Sacks Harvey (1972), «Notes on Police Assessment of Moral Character», in D. Sudnow (ed.), Studies in Social Interaction, New York, The Free Press, p. 280-293.

Schutz Alfred (1962), Collected Papers. I. The problem of Social Reality, The Hague, Martinus Nijhoff.

Thomson Judith (1977), Acts and Other Events, Ithaca, New York, Cornell University Press.

Van Der Does Jaap (1991), « A Generalized Quantifier Logic For Naked Infinitives », Linguistics and Philosophy, 14, p. 241-294.

Vlach Franck (1983), « On Situation Semantics for Perception », Synthese, 54, p. 129-152.

Vendler Zeno (1967), Linguistics in Philosophy, Ithaca, New York, Cornell University Press.

Williams M. L. (1968), Seeing Through Appearances : Procedures for “Discovering” Criminal Activity, UCSB ms.

Wittgenstein Ludwig (1961), Tractatus logico-philosophicus suivi de Investigations philosophiques, Paris, Gallimard.

Notes

1 Cité par Davidson (1980) et Parsons (1990).

2 Nous disposons ainsi des témoignages recueillis à la radio et à la télévision, d’articles de journaux (Le Monde, Libération, France-soir) et d’un documentaire diffusé par La 5. On utilisera essentiellement les témoignages oraux, car les témoignages retranscrits dans les journaux sont en partie « réécrits ». Dans notre transcription, une ponctuation minimale a été ajoutée pour des raisons de lisibilité. Les constructions analysées ont été mises en italiques.

3 À l’oral, cette construction avec relative est aussi fréquente que la construction à compléments IN et semble posséder le même statut sémantique. Ce type de construction est systématiquement « retraduit » dans les témoignages écrits par la construction à compléments IN.

4 En tombant, Loïc Lefebvre disparaît derrière les voitures. Dantès ne peut l’apercevoir, mais il voit le CRS « s’arrêter, incliner la tête, incliner son fusil et tirer deux coups » (Libération, lundi 7 juillet 1986).

5 Les deux frères voient « l’un des deux passagers, un jeune homme, sortir par le toit décapoté de la 2 CV, sauter sur le capot et courir ». Simultanément ils aperçoivent « deux CRS sortir du fourgon qui venait de s’arrêter net juste derrière la voiture » […] Ils ont également vu, ayant marché jusqu’au carrefour de la rue Mogador et de la rue de la Victoire « le CRS revenir tranquillement sur ses pas, très calme, l’arme sur l’avant-bras, le canon pointé vers le ciel » (Libération, lundi 7 juillet 1986).

6 Nous nous en tenons à une version simplifiée du critère d’asymétrie de Goldman. Une analyse plus précise devrait faire intervenir la notion de « désignateur canonique », la notion d’arbre d’événements (ou d’actions), la relation de génération (Cf. Davidson, 1980 ; Lombard, 1986 ; Bennett, 1988 ; et surtout Ginet, 1990). Nous ne considérons pas ici deux autres critères qui mériteraient aussi examen : le critère de relations temporelles et le critère de relations causales-explicatives.

7 De nombreux travaux en logique et en sémantique (Heim, Kamp, Groenendijk & Stokhof) tentent de développer à l’heure actuelle une telle approche procédurale de la signification. La signification d’une phrase ne tient pas à ses conditions de vérité mais à la façon dont elle modifie l’état informationnel de celui qui interprète. Pour une synthèse récente de ces travaux, cf. Groenendijk & Stokhof (1991).

8 La version du policier est devenue la version officielle et a été lue lors d’une conférence de presse par le préfet de police : « […] Le conducteur de la 2 CV s’est enfui (.) au cours de la poursuite il s’est retourné vers un gardien CRS, en sortant de sous son blouson un objet que le gardien a pris pour une arme (.) le fonctionnaire de police s’est estimé en état de légitime défense et il a tiré deux fois sur l’homme en l’atteignant à la poitrine et à l’annulaire gauche (.) l’objet s’avèrera être une bombe à gaz paralysant […] » (Radio-France).

9 Il existe des approches qui tentent de concilier les deux points de vue (cf. Pettit, ce numéro). D’autres travaux soutiennent une conception intermédiaire entre individuation fine et individuation grossière (cf. Thomson, 1977 ; et Ginet, 1990).

10 Comme le note Barwise, l’approche extensionnelle met avant tout l’accent sur la forme logique des phrases d’action. La sémantique des situations au contraire se refuse à mobiliser un tel concept et dans le cadre de la théorie des modèles considère « que les implications valides sont valides non en vertu de leur forme mais en vertu de leur contenu » (1989, 4). Barwise ajoute : « la question n’est pas : quelle est la “forme logique” d’une phrase comme "Personne n’a vu entrer quelqu’un” mais plutôt : quel est le contenu de l’assertion liée à l’emploi d’une telle phrase et quelle est sa relation au contenu de la phrase enchâssée ? » (Ibid.).

11 Une sémantique adéquate des comptes rendus de perception à compléments IN doit être capable de rendre compte des inférences qui sont jugées intuitivement valides et qui reflètent, par conséquent, les conditions de vérité de ces phrases. Les différents types d’inférences (valides ou invalides) à tester sont les suivantes : 1. Véridicité, 2. Substitution, 3. Principe de négation, 4. Principe d’équivalence logique, 5. Importation et exportation des quantificateurs, 6. Extensionnalité, 7. Jugements logiques impliquant « et » et « ou ». Dans le présent texte, seul le critère de véridicité est discuté, de façon non formelle. Pour une discussion récente, cf. Barwise (1989) et J. Van Der Does (1991).

12 Barwise et Peny (1983) ont soutenu l’option (i), Barwise (1989) tente de développer l’option (ii). La dernière option serait sans doute la plus intéressante mais elle impliquerait de développer une théorie des perspectives.

13 Lakoff (1987, p. 129) considère qu’il s’agit d’un emploi prototypique. Le prototype de voir serait : 1. On voit les choses comme elles sont. 2. On est conscient de ce qu’on voit. 3. On voit ce qui est devant soi.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search