Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

Repères

Pertinence causale et identité événementielle

Causal Relevance and Event Identity

Kausale Pertinenz und ereignismässige Identität

Philip Pettit
Traduction de Jean-Luc Petit

Résumé

Un événement est-il un objet concret ou l’exemplification d’une propriété ? Dans le premier cas, on pourra l’identifier à l’aide d’une propriété quelconque ; mais, comme seules les propriétés physiques sont pertinentes d’un point de vue causal, les événements mentaux, ou sociaux, devront être des événements physiques. Dans le second, il suffira que les propriétés d’événements ayant le même résultat diffèrent, pour que ces événements ne soient pas les mêmes : alors les événements mentaux pourront être supervenants par rapport aux événements physiques, sans s’identifier à eux. Entre ces deux hypothèses, le critère de la pertinence causale ne décide pas, car un même résultat peut dépendre de toute une hiérarchie de niveaux de causalité ; dans nos explications scientifiques, ou de sens commun, le facteur supérieur non physique programme généralement le facteur physique de base, non l’inverse.

Texte intégral

1L’un des principaux problèmes de la théorie des événements porte sur la question de savoir comment les événements doivent être individués. Le problème est, en particulier, de savoir si les événements doivent être individués de telle manière qu’un événement impliquant une propriété d’une certaine sorte – disons, une propriété physique ou chimique – puisse être le même qu’un événement qui implique une propriété d’une autre sorte – à savoir une propriété mentale, ou sociale. Je fais un signe de la main à quelqu’un, de l’autre côté de la rue : est-il possible que cette action soit identique à l’événement physiologique correspondant ? Je songe à un après-midi de mon enfance : ce souvenir peut-il être identique à une certaine suite de décharges neurales ? Le dollar australien baisse de valeur par rapport au franc français : est-il possible que ce revirement économique soit identique à la somme d’événements physiques avec laquelle il peut être mis en corrélation ?

2Les divers modes d’approche de cette question de l’individuation des événements se répartissent sur un intervalle continu, entre ceux qui donnent aux événements une individuation fine et ceux qui leur donnent une individuation grossière. La conception selon laquelle les événements sont à gros grain est représentée par Donald Davidson, qui conçoit les événements comme des particuliers concrets, à la façon des objets physiques ; ces particuliers peuvent avoir toutes sortes de propriétés différentes, à savoir des propriétés mentales et des propriétés physiques, et on peut les identifier par l’une quelconque de ces propriétés (Davidson, 1980). Dans ce mode d’approche, on concevra sans difficulté qu’une action puisse être identique à un événement physiologique, ou autre. L’action peut être conçue comme l’événement sélectionné grâce à l’une de ses propriétés – mon acte de faire signe de la main –, l’événement physiologique étant conçu comme le même événement, mais sélectionné grâce à une propriété, ou un complexe de propriétés neuromotrices.

3Le point de vue opposé, selon lequel les événements sont à grain relativement fin, est exposé dans l’ouvrage de Jaegwon Kim, qui nous propose de concevoir les événements comme des exemplifications de propriétés d’une certaine sorte : par exemple, l’exemplification de faire un geste de la main dans le cas de mon action, l’exemplification de songer dans le cas de mon souvenir d’un après-midi d’enfance, etc. (Kim, 1975 ; cf. aussi Menzies, 1989 ; Lewis, 1986 ; Bennett, 1988). Dans ce mode d’approche, il ne sera pas possible d’identifier une action – disons, mon acte de faire signe de la main – avec un événement physiologique – soit, la production de telle ou telle propriété neuromotrice. De tels événements seront différents, puisqu’ils impliquent l’exemplification de propriétés différentes. Ces événements sont, bien sûr, étroitement reliés entre eux, puisque l’événement psychologique se produit en vertu de l’événement physiologique, comme nous le disons intuitivement (Goldman, 1970). Mais ils ne sont pas pour autant identiques : il y a là deux entités, non une seule.

4On discute souvent du problème relatif à l’identité événementielle comme si cette question était essentiellement une question d’analyse sémantique, portant sur la façon dont nous individuons les événements dans notre discours et notre pensée quotidiens. Mais si le problème était essentiellement sémantique, son intérêt serait douteux et sa solution problématique. Est-il si important de savoir comment nous choisissons d’individuer les événements dans le langage ordinaire ? Et est-ce qu’il va de soi que nous individuons invariablement les événements sur le même modèle ? Peut-être que nous concevons les événements d’une manière plus fine dans certains contextes, plus grossière dans d’autres.

5Je préfère considérer que le problème de l’identité événementielle est une question de substance plutôt qu’une question de sémantique, c’est-à-dire une question relative à la façon dont il convient de conceptualiser le monde, en particulier de le conceptualiser pour les besoins des sciences de la nature et des sciences sociales. La question est de savoir si, dans le cadre de notre conception d’ensemble de l’univers, il est nécessaire de prendre une décision sur le problème de l’identité événementielle, et, le cas échéant, s’il est plus satisfaisant d’un point de vue théorique d’opter en faveur d’une conception à grain relativement fin, ou d’une conception à gros grain. On résoudra cette question, en se référant non pas à la façon contingente dont nous parlons, mais plutôt à l’interprétation la plus raisonnable des dispositions causales, ou autres du même genre, que nous postulons dans le sens commun et dans la science.

6Dans cet article, je ne chercherai pas à résoudre le problème de l’identité événementielle. Mais je mettrai en discussion ce qui est peut-être l’argument non sémantique le plus important en faveur de l’adoption d’une conception déterminée sur cette question. C’est un argument qui tire de la pertinence causale des événements la conclusion que les événements doivent être des entités à gros grain. Mon opinion est que cet argument n’est pas convaincant, et le but de cet article est de justifier un tel jugement. La discussion de l’argument en question implique que l’on envisage plusieurs modèles différents dans lesquels les événements ont une pertinence causale, et il devrait intéresser même ceux qui trouvent cet argument inébranlable.

7L’argument en question est que, si nous voulons donner un sens à la pertinence causale des événements, en particulier à la façon dont des événements à des niveaux différents sont causalement pertinents pour les mêmes matières, alors nous devons les concevoir comme grossièrement individués. Contre cet argument, je soutiens que la meilleure représentation que nous ayons de la pertinence causale à des niveaux différents ne nous engage pas plus en faveur de l’individuation grossière que de l’individuation fine. Cette représentation, que j’appelle le modèle du programme, est une représentation que Frank Jackson et moi-même avons soutenue en plusieurs lieux (Jackson & Pettit, 1988, 1990).

8Dans la section suivante, je présente l’argument favorable à la conception à gros grain. Dans la troisième, j’expose une objection à l’argument assumé par les défenseurs de la théorie à grain fin. Dans la quatrième, laissant de côté argument et objection, j’introduis le modèle du programme comme perspective de rechange. Et, finalement, dans la cinquième section, je montre que ce modèle nous permet d’adopter, sur l’identité événementielle, aussi bien la conception à gros grain que la conception à grain fin.

Un argument pour l’individuation grossière

9Dans un article classique, qui a eu une grande influence, Donald Davidson raisonne, à peu près, comme suit (Davidson, 1980) :

  1. Les événements mentaux sont causalement pertinents pour certains résultats.

  2. La pertinence causale requiert l’existence d’un type de lien nomologique, dont les événements mentaux, en tant que porteurs de propriétés mentales, ne peuvent remplir les conditions.

  3. Par conséquent, les événements mentaux doivent également être porteurs de propriétés non mentales ; ils doivent être identiques avec certains événements non mentaux.

10L’idée sous-jacente à l’article de Davidson est que, si la pertinence causale n’a lieu qu’en présence d’une pertinence nomologique, et si les propriétés mentales ne se prêtent pas à la subsomption sous des lois, alors les événements mentaux doivent être nomologiquement pertinents, non, certes, en vertu de leurs propriétés mentales, mais en vertu de certains traits non mentaux. C’est ainsi que les événements mentaux doivent être individués grossièrement. Ils doivent être des événements qui ont à la fois des propriétés mentales et des propriétés non mentales. Ils doivent être des événements qu’on puisse identifier par référence aux unes, comme par référence aux autres.

11Tel quel, cet argument n’est pas très plausible, car la deuxième proposition est excessivement vulnérable, et on ne peut certainement pas la prendre comme allant de soi. Mais l’argument en suggère un autre, plus simple et plus étendu (i.e. avec une conclusion plus forte). De celui-là, on ne trouvera pas d’exposé explicite dans la littérature sur la question, mais je soupçonne que beaucoup de philosophes de ce domaine en ont certaines versions accrochées dans le dos. Plus simple, l’argument l’est parce qu’il ne dépend de rien d’aussi discutable que la deuxième proposition. Il est plus fort, parce que son résultat concerne la relation entre événements physiques et événements non physiques, et non pas la relation entre événements mentaux et événements non mentaux, – point qu’on va éclaircir tout de suite.

12L’argument que j’ai en tête est le suivant :

  1. Des antécédents non physiques sont causalement pertinents à l’égard de certains résultats.

  2. Tout ce qui est déterminé à se produire est déterminé à se produire par des antécédents du niveau physique, antécédents qui ne fusionnent pas leurs forces avec les antécédents non physiques.

  3. Par conséquent, sauf en cas de surdétermination, les antécédents non physiques causalement pertinents doivent être identiques à des antécédents physiques causalement pertinents.

13La conclusion de cet argument s’applique à n’importe quels corrélats causaux, mais, en particulier, elle s’applique aux événements. La leçon à tirer est que tous les événements non physiques auxquels on attribue une pertinence causale dans les cas normaux, non surdéterminés – ce qui est, nous le présumons, la plus grande partie de tels événements – doivent être considérés comme des événements à gros grain, qui ont également des propriétés physiques. On doit les considérer comme des événements qui valent, lorsqu’on les identifie par ces dernières propriétés, comme événements physiques.

14Cet argument est plus fort, disais-je, que celui qu’on trouve chez Davidson. Ceci, parce que les événements physiques sont conçus comme des événements qu’on identifie au niveau de la physique, et que les événements non physiques sont conçus comme la sorte d’événements qu’on identifie en chimie, en biologie, en psychologie, en science sociale, et dans le sens commun. La catégorie du physique est plus étroite que celle du non-mental, la catégorie du non physique, plus large que celle du mental ; de sorte que la thèse de l’identité de chaque événement non physique avec un certain événement physique est plus forte que la thèse de l’identité de chaque événement mental avec un certain événement non mental.

15Un mot sur la notion de niveau, en particulier la notion de niveau physique. Un niveau se caractérise par les propriétés causalement pertinentes qui y figurent : le niveau physique, par les propriétés physiques, le niveau biologique, par les propriétés biologiques, etc. De pareils niveaux se distingueront entre eux, grosso modo, par le fait que les propriétés de chaque niveau vont de pair, tandis qu’elles ne vont pas de pair avec les propriétés d’autres niveaux.

16Supposons que deux propriétés sont ensemble causalement pertinentes, quel que soit le test de pertinence employé, pour le même résultat. Ce peut être une façon de différencier les niveaux que de dire que de telles propriétés appartiennent au même niveau si, et seulement si, les facteurs de causalité qu’elles constituent se relient entre eux comme parties d’un même tout causal, ou comme phases (ou parties de phases) d’une même chaîne causale. Elles sont en collaboration synchronique ou diachronique – en un mot, elles fusionnent leurs forces. Si deux propriétés sont pertinentes eu égard au même événement, mais ne fusionnent pas leurs forces de la sorte, alors elles sont de niveaux différents. La propriété d’être élastique et celle d’avoir une certaine structure moléculaire sont toutes deux causalement pertinentes eu égard à la courbure d’une baguette. Mais elles ne fusionnent pas leurs forces de manière à faciliter un pareil résultat ; aucune des deux n’est causée par l’autre, et aucune des deux ne se combine avec l’autre pour produire quelque chose en commun. Aussi, compteront-elles comme étant de niveaux différents.

  • 1 Selon la doctrine de la supervenance mentionnée plus bas, la physique, parvenue à son achèvement, d (...)

17La notion de niveau physique – le niveau auquel opère la physique – est une idéalisation. On conçoit la physique comme la science générale ou englobante, la science qui traite de toute chose dans le monde spatiotemporel, par opposition aux sciences spéciales, qui concentrent leur intérêt sur des entités assez grandes pour avoir un caractère chimique, assez organisées pour compter comme vivantes, etc. J’admets que toute chose dans le monde spatio-temporel se compose en quelque façon de la sorte de parties dont la physique – en toute rigueur, la microphysique – dresse la carte, et qu’en ce sens, le niveau physique est le plus fondamental. Aucune chose n’échappe à la physique, dans la mesure, du moins, où elle manifeste au niveau microscopique certaines régularités que seule la physique peut exprimer. Ainsi la physique a-t-elle quelque chose à dire sur chaque chose, même si elle ne dit pas tout sur tout (Crane & Melior, 1990)1.

18Mon hypothèse de travail sera que les particules accessibles au niveau microphysique sont celles dont parlent les physiciens contemporains, et que les propriétés physiques causalement pertinentes – les forces physiques – sont les propriétés que les physiciens décrivent comme masse, charge, spin, etc. Mais, à la rigueur, cette hypothèse n’est pas nécessaire. Nous n’avons pas besoin de nier que les particules et forces réelles ne puissent se révéler très différentes de celles qu’on admet actuellement Nous n’avons même pas besoin de nier qu’il puisse y avoir une régression infinie par en bas, en direction de forces, et peut-être aussi de particules à identifier toujours nouvelles. Auquel cas, nous devrons parler du domaine physique, plutôt que du niveau physique.

19Cela suffira pour la thèse que l’argument qu’on vient de retracer est plus étendu que celui de Davidson, et qu’il a une conclusion plus dramatique. Mais j’ai dit que cet argument est aussi plus simple que l’argument qu’il y a chez Davidson. Il est plus simple, parce qu’il ne dépend de rien d’aussi discutable que la thèse que la pertinence causale exige un lien nomologique d’une sorte que les propriétés mentales ne peuvent pas entretenir. En effet, cette thèse est remplacée par la thèse que tout ce qui est déterminé à se produire est déterminé à se produire par des antécédents au niveau physique. Je crois que cette thèse se recommandera à la plupart des philosophes et des scientifiques contemporains, qui trouvent contestable la thèse davidsonienne.

20La raison pour laquelle cette thèse se recommandera d’elle-même, est qu’elle découle, d’une manière plus ou moins directe, de quelque chose qui est implicite dans la façon dont le niveau physique est caractérisé, et qu’on admet généralement aujourd’hui : que chaque chose dans le monde spatiotemporel, à quelque niveau qu’on l’identifie, se compose en quelque façon de parties physiques. Elle se compose d’entités de la sorte admise par la physique, comprise de la manière idéalisée ci-dessus. Dans la mesure où l’on peut se fier à la science actuelle, elle se compose d’atomes, de particules subatomiques comme des électrons, des neutrons, et des protons, et, d’une manière encore plus fondamentale, de quarks. Rien, ou au moins rien dans le monde spatio-temporel, ne se compose de matière non physique. Rien, par exemple, ne se compose d’une matière pensante de la sorte dont Descartes pensait que l’esprit est constitué.

  • 2 [NdT. : Les expressions : to supervene on, supervenient on et supervenience, de plus en plus fréque (...)

21Si chaque chose se compose de parties physiques, alors, en admettant que les lois physiques qui gouvernent ces entités demeurent stables, il semblerait que la nature non physique du monde – la nature du monde telle que la révèlent la chimie, la biologie, la psychologie, etc. – dût être seulement supervenante par rapport à sa configuration physique2. Deux mondes possibles semblables au monde réel en ce qu’ils se composent de parties physiques, et qu’ils obéissent à certaines lois physiques, seront indiscernables par leurs aspects non physiques tout le temps qu’ils seront physiquement indiscernables. Ils obéiront aux mêmes lois chimiques, biologiques, et autres, et ils contiendront les mêmes sortes de structures chimiques, biologiques, etc.

22Mais si nous admettons cette supervenance, alors il apparaît que tout ce qui est déterminé à se produire est déterminé à se produire par des antécédents au niveau physique. Supposons que l’antécédent A soit la cause du conséquent B. Si ces facteurs sont de niveau physique, alors cette proposition est trivialement corroborée. S’ils ne sont pas de niveau physique, alors ils ont des configurations physiques supervenantes – nous pourrions les appeler des réalisateurs physiques – soit Ap et Bp. Mais il est inconcevable, quelle que soit la façon dont on conçoit la causalité, qu’une chose réalisée par Ap puisse être la cause d’une chose réalisée par Bp, sans que Ap ne cause Bp ni que, par-là, Ap ne cause B. Ainsi, tout ce qui est causalement déterminé à se produire est déterminé à se produire par un antécédent physique.

23Un couple d’exemples peut nous aider à rendre ce point plus saillant. Je reconnais un ami de l’autre côté de la rue, et je lui fais signe. L’acte de reconnaître peut être causalement pertinent pour mon acte de faire signe, mais, malgré tout, l’acte de faire signe est déterminé à se produire au niveau physique par les divers événements physiques qui se produisent en moi, et qui conduisent par les voies neurales habituelles à l’élévation de mon bras. Il n’y a aucun droit de préemption mystérieux du niveau physique impliqué dans les états psychologiques, qui me conduisent à faire signe. Autre exemple : l’urbanisation dans une certaine société entraîne un déclin de la pratique religieuse. Même si cette liaison sociale est vraie, nous pouvons difficilement nier que le déclin de la pratique religieuse, qui implique un certain plan d’action individuelle, ne soit également causé par les antécédents physiques dans les cerveaux d’agents individuels, qui conduisent ces agents à de telles actions. On peut difficilement concevoir que la causalité sociale alléguée mette en suspens l’ordre physique des choses.

24Avec ces considérations, je me rends compte que l’argument proposé ici en faveur de l’individuation grossière des événements est à beaucoup d’égards un argument bien fondé. Il représente un défi sérieux pour quiconque voudrait dire qu’on peut laisser la question ouverte. Dans la section suivante, je vais décrire une réponse du genre de celle que donnent à cet argument ceux qui optent en faveur de l’individuation à grain fin des événements. Puis, dans la section ultérieure, je présenterai des considérations qui font objection à la fois à l’argument et à la réponse.

Ce qu’on peut répondre pour l’individuation fine

25L’argument présenté dans la section précédente a une prémisse implicite. Celle qui assume que, sauf en cas de surdétermination, si une chose a deux espèces d’antécédents causaux, un physique et un non physique, alors ces antécédents doivent être identiques. Cette prémisse peut demeurer implicite, parce qu’il semble qu’elle va sans dire. Comment une chose peut-elle avoir deux sortes de causes tout à fait différentes, deux causes à des niveaux différents, dans un cas où il n’y a aucune surdétermination ? Il paraît naturel d’admettre qu’en réalité il n’y a qu’un seul ensemble de causes en jeu, et qu’elles apparaissent de différentes manières à des niveaux différents : elles ont des propriétés physiques, sous lesquelles elles se manifestent au niveau physique, des propriétés non physiques, sous lesquelles elles se manifestent aux autres niveaux.

  • 3 Il y a des détails concernant la relation supervenante que j’ignore ici, pour la raison qu’ils ne s (...)

26Jaegwon Kim, qui s’est voué à la défense de l’individuation à grain fin des événements, attaque l’argument de la section précédente en mettant en cause cette supposition implicite (Kim, 1984). Celle-ci est que si un facteur non physique de niveau supérieur S (pour supervenant) est causalement pertinent pour un certain résultat R, alors il doit être identique avec un certain facteur physique P (pour physique), qui soit causalement pertinent pour ce résultat. Kim oppose à cette supposition quelque chose qui est plus faible. Il postule que si S est causalement pertinent pour R, il n’est pas nécessaire que S soit identique avec P ; la seule chose qui soit nécessaire, c’est que S soit supervenant à l’égard de P. En gros, S sera supervenant à l’égard de P, dans la mesure où l’existence d’un événement du type P garantit l’existence d’un événement du type S : réalisez un événement du type P quelque part ailleurs dans ce monde-ci, ou dans un autre monde possible, et, à condition toutefois que certaines autres choses demeurent les mêmes, vous aurez réalisé du même coup un événement du type S3.

27Supposons qu’un morceau de mastic repose sur une toile métallique, et que, peut-être sous l’effet d’une application de chaleur, il change de forme et passe à travers un trou de la toile. Le changement de forme, disons-nous, fait qu’il passe à travers la toile. Dans ces circonstances, nous pouvons admettre qu’en pareil cas un changement dans la disposition des parties microphysiques du mastic est la cause correspondante au niveau physique. Quelle est donc la relation entre le changement de forme – macro-événement qui est, au sens où nous l’entendons, non physique – et le changement dans la disposition des parties physiques ? L’argument de la section précédente suggère que la relation doit être une relation d’identité, qu’il n’y a ici qu’un seul événement, un événement décrit à un niveau comme un changement de forme, à un autre niveau comme un changement dans la disposition des parties. Cependant, Kim rejette cette proposition. Il dit que nous n’avons pas à postuler une identité entre les événements, et que nous pouvons les concevoir comme distincts, étant donné, pour le dire comme lui, que le macro-événement est supervenant par rapport au micro-événement. Le fait qu’il y a un certain changement dans la disposition des parties garantit sur le mode supervenant qu’il y a un changement approprié de forme, et cette relation entre les deux événements suffit pour qu’il y ait un sens à les considérer tous deux comme causalement pertinents. Au moins est-ce ce que dit Kim.

28Mais il ne convient pas pour Kim de se contenter de postuler que la condition supervenante est suffisante dans un cas comme celui-là. Nous pouvons regarder aux raisons pour lesquelles quelqu’un pourrait penser que l’identité est nécessaire. Une telle personne dira que, sauf cas de surdétermination, aucun événement ne peut avoir plus d’un unique ensemble complet d’antécédents causaux – ensemble unique d’antécédents qui inclut toutes les forces associées par fusionnement –, et que, puisque chaque chose a un ensemble d’antécédents physiques, tout autre antécédent qu’il a, doit se révéler à l’examen identique à ces facteurs physiques. Cela, Kim le nie, en soutenant que c’est assez si ces autres antécédents sont supervenants par rapport aux antécédents physiques. Mais il doit encore nous expliquer pourquoi cela est suffisant.

29Kim apporte une explication en nous donnant un modèle général de la façon dont des facteurs de différents niveaux peuvent être causalement pertinents pour un seul et même résultat. Ce modèle nous dit que, puisque chaque chose a des antécédents physiques et qu’elle est à la base causée par ces antécédents, nous considérons aussi comme causalement pertinents tous les facteurs non physiques supervenants par rapport aux antécédents physiques de cette même chose, et ceux-là seulement. L’idée est que nous honorons du nom de cause les facteurs physiques supervenants par rapport aux antécédents physiques causalement pertinents, même s’ils ne sont pas des causes au même sens de base – quel qu’il soit – que les antécédents physiques.

30Maintenant, nous avons affaire, en réalité, à deux modèles généraux de pertinence causale de niveau à niveau, en particulier de pertinence causale entre des niveaux non physique et physique. Nous pouvons les décrire, respectivement, comme le modèle d’identité et le modèle de supervenance. Le modèle d’identité, implicite dans l’argument de la section précédente, détermine que des facteurs non physiques ne sont causalement pertinents que dans la mesure où ils sont identiques avec des facteurs physiques causalement pertinents. Le modèle de supervenance, que Kim oppose à celui-ci, soutient que des facteurs non physiques ne sont causalement pertinents que dans la mesure où ils sont supervenants par rapport à des facteurs physiques causalement pertinents. Si nous suivons le premier modèle, nous serons forcés de penser que les facteurs de causalité en général, et les événements en particulier, sont des entités à gros grain ; si nous suivons le second, nous serons autorisés à penser qu’ils sont à grain fin. Ainsi, lequel des deux adopterons-nous, si tant est que nous dussions en adopter un ?

31Je déclare que nous ne sommes obligés d’adopter aucun de ces deux modèles, qu’ils sont tous deux des modèles inadéquats, et qu’on peut démontrer qu’ils sont inadéquats pour la pertinence causale de niveau à niveau, et qu’on ne doit pas tolérer qu’ils nous dictent notre conception de l’individuation des événements. J’indiquerai d’abord pourquoi ils sont inadéquats, puis j’introduirai le modèle de rechange vers lequel nous oriente la critique des modèles en question : il s’agit du modèle du programme annoncé plus haut.

Par-delà l’argument et la réponse à l’argument

32Revenons à notre exemple antérieur : le morceau de mastic et la toile métallique. D’après le premier modèle de la pertinence causale de niveau à niveau, le changement de forme ne sera causalement pertinent pour la chute du mastic que dans la mesure où il est identique au changement de la disposition des parties physiques qui est pertinent pour cette chute. D’après le second modèle, il ne sera causalement pertinent que dans la mesure où il est supervenant par rapport au changement de la disposition des parties. Mais supposons maintenant qu’en changeant la disposition de ses parties – disons, sous l’effet du chauffage – le mastic ne change pas seulement de forme, mais aussi de densité, et qu’il se dilate légèrement. Si le premier modèle identifie le changement de forme au changement de la disposition des parties, alors il devra aussi identifier le changement de densité avec ce dernier changement. Et si le second modèle soutient que le changement de forme est supervenant par rapport au changement de la disposition des parties, alors il devra soutenir que le changement de densité est pareillement supervenant. Ainsi, chacun de ces modèles nous conduira à la conclusion que non seulement le changement de forme est causalement pertinent pour le passage du mastic à travers la toile, mais que le changement de densité l’est également.

33Mais cette conclusion est étrange. Le changement de densité n’a rien à voir avec le passage du mastic à travers la toile. La dilatation du mastic rend moins probable – et non plus – que le mastic passe au travers. S’il passe au travers par suite de son changement de forme, il passe au travers malgré son changement de densité. Tout modèle nous obligeant à considérer le changement de densité comme causalement pertinent, et causalement pertinent de la même manière que le changement de forme, ne peut qu’être inadéquat.

34L’exemple dont on se sert ici pour saper les modèles d’identité et de supervenance pour la pertinence causale de niveau à niveau n’est pas particulièrement spécial. Il y a autant d’exemples qu’on veut du même genre, et ils tendent tous à montrer que ces modèles ne parviennent pas à nous donner une image convaincante de la façon dont des facteurs non physiques deviennent causalement pertinents pour une chose. Dans un récent article, Peter Menzies emploie un ensemble varié de tels exemples pour critiquer le modèle de supervenance : ils servent aussi bien contre le modèle d’identité (Menzies, 1988).

35Je mentionnerai ici encore un exemple. Un métal est conducteur d’électricité en vertu du nuage d’électrons libres dont il est saturé. Mais le nuage d’électrons libres garantit non seulement que le métal est conducteur d’électricité, mais aussi que ce métal est ductile et opaque, par exemple. Le théoricien de l’identité dira que le fait qu’un métal soit conducteur n’est rien d’autre que le fait qu’il a ce nuage d’électrons libres qui le sature ; un théoricien de la supervenance, rien d’autre que le fait qu’il est conducteur est supervenant par rapport au fait qu’il a ce nuage d’électrons libres qui le sature. De plus, ils diront que c’est cette identité ou cette supervenance qui explique pourquoi la conductivité du métal – aussi bien que le nuage d’électrons libres – peut être invoquée comme causalement pertinente pour le fait que quelqu’un est électrocuté par ce métal. Mais cette explication est trompeuse. Car si l’identité ou la supervenance suffit à conférer une pertinence causale à la conductivité, elle suffira également à conférer une pertinence causale à la ductilité ou à l’opacité. Ce qui est idiot Nous ne pouvons pas penser sérieusement que la ductilité, ou l’opacité, du métal soit causalement pertinente pour l’électrocution de la personne de la même manière que l’est sa conductivité.

36Le problème que ces exemples posent aux modèles d’identité et de supervenance nous oriente vers un nouveau modèle de pertinence causale de niveau à niveau. Quelle est la différence saillante entre la conductivité et l’opacité dans le dernier exemple ? Celle-ci, sans doute : la conductivité rend certain que le métal contiendra un nuage d’électrons libres – peut-être ce nuage-ci, peut-être celui-là – qui est physiquement suffisant pour produire une électrocution dans les circonstances convenables. L’opacité ne sert à rien pour cela. Elle ne rend pas certain, ou, plus généralement, elle ne rend pas suffisamment probable, qu’il y aura un pareil médiateur physique d’électrocution. Que la chose soit opaque ne suggère pas qu’il est plus vraisemblable qu’elle soit faite de métal plutôt que de bois ; ni ne signifie pour cette chose qu’avoir des électrons libres susceptibles d’être médiateurs d’électrocution soit plus vraisemblable que ne pas en avoir.

37Quelle est la différence saillante, pour revenir sur l’exemple antérieur, entre le changement de forme du mastic et son changement de densité ? Encore une fois, la même sorte de chose. Que le mastic change de forme, en particulier, qu’il revête une forme qui s’ajuste aux trous de la toile, rend probable de façon appropriée – en fait, cela rend certain – que le mastic aura une disposition telle de ses parties physiques – celle-ci ou celle-là – qu’elle lui permettra de passer au travers de la toile. Que le mastic change de densité, en particulier qu’il se dilate, ne rend pas suffisamment probable que le mastic aura une disposition de ses parties lui permettant de passer au travers. Au contraire, que le mastic se dilate rend plus probable qu’il aura une disposition de parties qui l’empêchera de se glisser au travers.

38Nous pouvons maintenant risquer notre thèse positive. Si des facteurs de causalité, à différents niveaux, doivent être causalement pertinents pour une seule et même chose, ce n’est pas en étant identiques, ni en satisfaisant un réquisit de supervenance. Ce qui est requis, c’est plutôt que le facteur de niveau supérieur soit tel que sa présence rende plus probable, et non pas moins probable – d’habitude il rendra certain – qu’un facteur physique convenable sera présent, facteur physique capable de causer le résultat en question. Le facteur de niveau supérieur doit programmer, comme on dit, la présence d’un facteur physique avec une capacité productrice convenable, et, par-là, l’occurrence du résultat. Il doit signifier que les choses sont organisées de telle façon que c’est seulement à une telle cause physique, et à un tel effet subséquent, que l’on peut s’attendre.

39Le modèle du programme pour rendre compte de la pertinence causale entre niveaux physique et non physique, et en général entre niveaux quelconques, s’appuie sur une gamme étendue d’exemples, et pas seulement sur les deux cas qui font difficulté pour les modèles d’identité et de supervenance. Je devrais tenter de justifier cette affirmation avant de passer, pour finir, à l’impact du modèle préconisé sur la question de l’identité événementielle.

40On exerce une pression aux extrémités d’une tige élastique du type mentionné plus haut, et elle plie. Pourquoi a-t-elle plié ? Première réponse : à cause de son élasticité. Deuxième réponse : à cause de sa structure moléculaire. Comment ces états peuvent-ils être tous les deux causalement pertinents ? Évidemment, parce que l’état dispositionnel, l’élasticité, programme la réalisation d’un état de niveau inférieur – une structure moléculaire – qui suffit à produire la courbure sous l’effet de la pression exercée.

41Je tente, en vain, d’introduire un clou carré dans un trou rond d’un diamètre égal au côté du carré : pourquoi a-t-il été bloqué ? Première réponse : à cause de la forme carrée du clou. Deuxième réponse : à cause de l’impénétrabilité de cette partie du clou qui dépasse. Comment la forme carrée du clou, prise comme un tout, et l’impénétrabilité de cette partie particulière du clou, peuvent-elle être toutes deux causalement pertinentes ? Encore une fois, la réponse évidente semblerait être que c’est parce que la forme carrée du clou programme la présence d’une partie impénétrable du clou à l’endroit opportun. L’impénétrabilité de la partie – tantôt celle-ci, tantôt celle-là produit le blocage, et c’est la forme carrée qui programme la présence d’un tel facteur productif.

42Une bouteille fermée contenant de l’eau bouillante se fissure. Pourquoi ce récipient s’est-il fissuré ? Première réponse : à cause de l’ébullition de l’eau. Deuxième réponse : à cause du moment cinétique de cette molécule d’eau particulière, celle qui a brisé la première liaison dans la surface du récipient. Comment ces deux états peuvent-ils être causalement pertinents pour la fissure ? Facile ! L’état d’ébullition de l’eau programme une distribution telle des molécules en mouvement, qu’il est presque forcé qu’il y ait une molécule qui ait le moment cinétique et la position suffisantes pour briser une liaison moléculaire dans la surface du récipient. La distribution de molécules ne produit pas la fissure, mais une partie de cette distribution le fait : cette molécule particulière. L’état d’ébullition est causalement pertinent dans la mesure où il programme la présence d’un tel facteur productif.

43Les exemples donnés ici sont tous intentionnellement simples et clairs, et, étant de la sorte, ils n’introduisent pas de causalité psychologique ni sociale. Mais une fois qu’on a vu comment fonctionne le modèle du programme, il devrait être évident que ce modèle peut être étendu afin de s’appliquer à la pertinence causale à de tels niveaux complexes. Si mon acte de reconnaître un ami, pris avec un fond convenable de croyances et de désirs, me conduit à faire signe de la main, alors on peut présumer que c’est parce que je suis constitué de telle manière, par la nature et par la culture, que la présence d’un pareil état programme un profil neuro-physiologique – tantôt celui-ci, tantôt celui-là – qui est suffisant pour la production d’un comportement de faire signe de la main. Si la chute du dollar australien par rapport au franc français entraîne un bouleversement des échanges commerciaux entre les deux pays, on peut présumer que c’est à cause du fait que, dans la nature des réalités économiques, cet événement programme un changement des chances des individus et des compagnies de commerce – qu’il implique ces agents-ci ou ceux-là – qui entraîne un changement des engagements commerciaux. Le cadre, je l’espère, sera clair (Jackson & Pettit, 1988, 1990 ; Pettit, ms.).

Retour à l’identité événementielle

  • 4 Ceci est tendancieux, parce que le modèle d’identité est une construction de mon cru. Mais il est d (...)

44Le modèle du programme est à la fois plus faible que le modèle d’identité, et que le modèle de supervenance. Chacun de ces modèles nous dit qu’il est nécessaire et suffisant, pour qu’un facteur non physique soit causalement pertinent pour une chose, qu’il satisfasse les conditions correspondantes d’identité et de supervenance4. Le modèle du programme ne concerne pas la question de savoir ce qui est suffisant, car il se concentre seulement sur la relation entre le facteur non physique et les facteurs physiques, et qu’il se peut qu’il y ait d’autres choses impliquées dans le facteur non physique, qui soient causales. Le modèle détermine qu’en ce qui concerne cette relation, la seule chose nécessaire est que le facteur non physique programme un corrélat physique.

45Mais bien qu’il soit plus faible, le modèle du programme est assez fort pour nous donner un aperçu sur l’individuation des facteurs de causalité en général, et des événements en particulier. Programmer peut nécessiter une sorte de supervenance, bien que la supervenance ne soit certainement pas suffisante pour programmer. Mais programmer ne nécessite pas l’identité, et c’est le point important à noter. Considérons nos différents exemples : le changement de la forme du mastic programme un changement opportun dans la disposition de ses parties physiques ; la conductivité du métal programme la saturation par un nuage approprié d’électrons libres ; l’élasticité de la tige programme une structure moléculaire qui permet la courbure, etc. Dans chacun de ces cas, nous pouvons concevoir l’événement, ou l’état pertinent, comme programmant un déterminant approprié de niveau inférieur, sans que nous soyons obligés de penser que cet événement, ou état, est identique avec le déterminant de niveau inférieur, qui se trouve effectivement présent. Ainsi, le modèle du programme nous permet de soutenir que le facteur non physique impliqué dans une relation causale n’est pas identique au facteur physique.

46Il nous permet de soutenir cela, mais il ne nous oblige pas à le faire. Nous pouvons penser que le changement de la forme du mastic – de même que le changement de sa densité – est précisément le changement de la disposition de ses parties physiques, mais poser encore une relation de programmation. Nous dirions que le fait que l’événement est un changement de forme, qui permet au mastic de passer au travers de la toile, programme qu’il soit un changement dans la disposition de ses parties, qui permette au mastic de passer au travers. En tant que changement amenant une forme appropriée, l’événement programme qu’il implique dans la disposition des parties un changement tel, qu’il permette au mastic de passer au travers. L’événement est causalement pertinent pour la chute du mastic, sous deux aspects : en tant que changement de forme, et en tant que changement dans la disposition des parties. Mais il n’est pas pertinent en tant que changement de densité.

47Encore une fois, nous pouvons penser que la conductivité du métal, de même que son opacité, est précisément sa saturation par ce nuage d’électrons libres – nous pouvons penser qu’il n’y a exactement qu’un état impliqué là-dedans – tout en étant pour la description de l’électrocution en termes de programme. Nous dirions que le fait que l’état en question est un état de conductivité, mais pas le fait qu’il est un état d’opacité, programme qu’il soit un état qui implique un nuage d’électrons libres, tel qu’il garantisse l’électrocution de la personne qui touche le métal. Cet état est causalement pertinent pour l’électrocution en tant que conductivité électrique, et en tant que saturation par un nuage d’électrons libres, mais pas en tant opacité.

  • 5 Avec mes remerciements à Peter Menzies pour ses observations.

48Ces observations nous amènent à notre conclusion. Le modèle d’identité de la pertinence causale de niveau à niveau nous obligerait à concevoir les facteurs de causalité en général, et les événements en particulier, comme étant à gros grain. Mais ce modèle échoue. On doit le remplacer, non par le modèle de supervenance qu’adoptent les partisans du mode d’approche à grain fin, mais par le modèle du programme. Et le modèle du programme nous autorise à considérer les facteurs causaux comme des événements qui sont soit à gros grain, soit à grain fin ; il laisse ouverte la question de l’individuation5.

Bibliographie

Bennett Jonathan (1988), Events and their Names, Oxford, Oxford University Press.

Crane Tim & D. H. Melior (1990), «There is no Question of Physicalism», Mind, vol. 99, p. 185-206.

Davidson Donald (1980), « Mental Events », in Essays on Actions and Events, Oxford, Oxford University Press.

Goldman Alvin (1970), A Theory of Human Action, Princeton University Press.

Jackson Franck & Philip Pettit (1988), « Functionalism and Broad Content», Mind, vol. 97, p. 381-400.

Jackson Franck & Philip Pettit (1990), « Program Explanation: A General Perspective », Analysis, vol. 50, p. 107-117.

Jackson Franck & Philip Pettit (ms.), « Structural Explanation in Social Theory », in D. Charles & K. Lenmnon (eds), Reductionism and Anti-reductionism, Oxford, Oxford University Press [à par.].

Kim Jaegwon (1975), « Events as Property Exemplification », in M. Brand & D. Walton (eds), Action Theory, Reidel, Dordrecht, p. 159-177.

Kim Jaegwon (1984), « Epiphenomenal and Supervenient Causation », Midwest Studies in Philosophy, vol. 9, p. 257-270.

Lewis David (1986), Philosophical Papers, vol. 2, Oxford, Oxford University Press.

Menzies Pete (1988), « Against Causal Reductionism », Mind, vol. 97, p. 551-574.

Menzies Pete (1989), « A Unified Account of Causal Relata », Australian Journal of Philosophy, vol. 67, p. 59-83.

Pettit Philip (ms.), The Common Mind : From intentional Psychology to Social and Political Theory, Oxford, Oxford University Press [à par.].

Notes

1 Selon la doctrine de la supervenance mentionnée plus bas, la physique, parvenue à son achèvement, donnera le tableau d’un ensemble de vérités sur le monde réel, qui impliquera toutes les autres vérités sur le monde. Mais même cette doctrine ne veut pas dire que la physique dise tout sur tout, en un sens intuitif. Donner les coordonnées des angles d’une figure à côtés rectilignes peut impliquer que cette figure est un triangle d’une surface déterminée, mais, intuitivement, ce n’est pas la même chose que de dire, de cette surface, qu’elle est un triangle.

2 [NdT. : Les expressions : to supervene on, supervenient on et supervenience, de plus en plus fréquentes dans la récente littérature analytique anglo-américaine marquent un rapport de subordination, à la fois logique, épistémologique et ontologique, entre entités de niveaux distincts. Mais il existe des objections à chacun des mots français qu’on pourrait proposer pour ce genre de rapport, entre autres, à : « contingent », « accidentel », « adventice », et « épiphénoménal ». Je me suis donc contenté de franciser supervene en « supervenir », supervenient en « supervenant », et supervenience, en « supervenance ».]

3 Il y a des détails concernant la relation supervenante que j’ignore ici, pour la raison qu’ils ne sont pas pertinents pour mon propos. La réserve au sujet des autres choses demeurant identiques ne se trouve pas chez Kim, mais il semblerait que si son approche de la question doit avoir une certaine plausibilité, alors on doit en atténuer la rigueur en ce sens ; c’est ce qui est défendu de façon convaincante dans l’art, de Peter Menzies (Menzies, 1988). Je parlerai ici comme si Kim me suivait dans cet affaiblissement de sa thèse.

4 Ceci est tendancieux, parce que le modèle d’identité est une construction de mon cru. Mais il est difficile de voir sur quelles bases un théoricien de l’identité pourrait objecter que, l’identité avec un antécédent physique étant nécessaire pour qu’un facteur non physique soit causalement pertinent pour quelque chose, elle n’est pas suffisante.

5 Avec mes remerciements à Peter Menzies pour ses observations.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search